Et Cambadélis pensait que la France payait toujours le bilan de Sarkozy : la réalité des chiffres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Et Cambadélis pensait que la France payait toujours le bilan de Sarkozy : la réalité des chiffres"

Transcription

1 Publié le 26 Mars 2015 L'excuse Et Cambadélis pensait que la France payait toujours le bilan de Sarkozy : la réalité des chiffres "Cela fait deux ans qu on rame, deux ans qu on éponge les déficits de Nicolas Sarkozy" : pour Jean- Christophe Cambadélis, l'ancien président continue de faire peser l'ombre de son bilan sur la gestion actuelle du pays. Le point sur ce qu'il reste réellement des multiples réformes de l'ancien locataire de l'elysée. Avec Jean-Yves Archer Voir la bio en entier Avec Jacques Bichot Voir la bio en entier L'ancien président de la République a mis en place de nombreuses réformes, largement attaquées durant la campagne de 2012 par le candidat socialiste, et certaines rapidement remises en cause après la victoire socialiste. LES MESURES ECONOMIQUES Page 1 sur 7

2 1 - La Loi Tepa et son exonération des heures supplémentaires Jean-Yves Archer : La Loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (dite loi Tepa) a été votée en août 2007 et comportait un "paquet fiscal " principalement axé autour de la défiscalisation des heures supplémentaires, de l'allègement des droits de succession, d'une modification de l'isf, du bouclier fiscal, de l'encadrement des parachutes dorés, d'un crédit d'impôt sur le revenu sur les intérêts d'emprunts immobiliers. Concernant la défiscalisation des heures supplémentaires, elle a été abrogée dès juillet 2012 : la nouvelle majorité se ralliant à un rapport parlementaire du député de l'allier d'alors, Monsieur Jean Mallot ( rapport co-écrit avec un collègue UMP Jean-Pierre Gorges ) qui concluait que cette mesure avait coûté 0,23% du PIB et n'en avait rapporté que 0,15%. Mais cette approche budgétaire, difficilement vérifiable en pratique, souffre d'un manque de recul qualitatif. Ainsi, dans les secteurs en pénurie de main d'œuvre qualifiée ou dans la fonction publique hospitalière, cet encouragement aux heures supplémentaires a permis de faire face aux contraintes de service. D'autre part, nul ne saurait nier qu'elle a été un adjuvent au pouvoir d'achat rejoignant le slogan " travailler plus pour gagner plus! ". Le bilan de cette défiscalisation mérite encore des études économétriques car les conclusions éventuellement négatives peuvent être hâtives d'autant qu'elles n'intègrent pas toujours l'impact de la réduction Fillon de 2012 : date à partir de laquelle les heures supplémentaires ont été intégrées dans le calcul de réduction des charges patronales. Autrement dit, avec la nouvelle majorité, la mesure est devenue moins attractive pour les employeurs, qui ont subi des hausses de charges. Jacques Bichot : Votée rapidement après l alternance, la loi TEPA est le prototype des textes destinés à montrer que l on agit, alors même que l on manque d une analyse pertinente des raisons des difficultés à surmonter. L exonération fiscale et sociale accordée aux heures sup, emblématique de cette loi, était une provocation inutile, comme de s afficher en des lieux bing-bling et avec des personnes du gratin des affaires : dans un pays en proie au chômage, on n avantage pas fiscalement une formule qui peut constituer une alternative à l embauche. De manière générale, la droite intelligente refuse les privilèges et se méfie des subventions ; c est la droite bécassine, la "droiche" comme disait Alain Madelin, qui fonce tête baissée sur des mesures ponctuelles et catégorielle au lieu de procéder aux réformes structurelles réellement utiles. L aménagement de l ISF, autre mesure de la loi TEPA, appelle le même diagnostic : l ISF, on le supprime si vraiment on le juge néfaste pour la croissance et l emploi, on ne rajoute pas une couche de complexité à ce monstre fiscal! 2 - Le "bouclier fiscal" Jean-Yves Archer : La Loi Tepa est surtout connue pour le bouclier fiscal et pour le sentiment d'injustice sociale qu'il a suscité. Cela étant, la précision ordonne de signaler que la première trace de bouclier fiscal dans notre législation remonte, en France, au gouvernement de Michel Rocard. Ainsi, en 1988, il a été instauré un plafonnement de l'isf (impôt sur la fortune) selon la règle suivante : ISF + IRPP < 70% des revenus annuels. On retrouve le même type de mesure du temps de Dominique de Villepin (2006 ) qui fait modifier le Code Général des Impôts par insertion de l'article suivant : "Les impôts directs payés par un contribuable ne peuvent être supérieurs à 60% de ses revenus". Ceci concerne l'isf, l'irpp, la taxe d'habitation et les taxes foncières. On assista alors au remboursement du trop-perçu par l'administration fiscale. Le bouclier fiscal de la loi Tepa s'inscrit dans une certaine continuité et pose pour règle qu'un contribuable ne peut payer plus de 50% de ses revenus pour s'acquitter de tous ces impôts mais aussi de la CSG et de la CRDS. Ce dispositif perdurera jusqu'à son abrogation ( article 30 de la loi de finance rectificative du 28 juillet 2011 ). S'il est exact que l'absence d'impôt minimum à percevoir (de plafonnement du bouclier lui-même ) a certainement Page 2 sur 7

3 été une erreur politique, il est troublant de voir qu'une partie de la campagne de 2012 a vu se développer de nombreux arguments hostiles au bouclier et que bien peu n'aient pris le soin de rappeler le "père" du bouclier en 1988 et surtout l'abrogation de La rémanence, le souvenir dans l'inconscient collectif, l'a emporté sur la matérialité des faits. Quant à la mesure elle-même, elle paraît opportune pour motiver les forces productives d'un pays mais doit être contrebalancée par une meilleure attention à l'impact post-redistribution de l'impôt. Jacques Bichot : Qu il soit possible à la pression fiscale de devenir confiscatoire est le signe d une grave maladie de notre système fiscal, qui appelle une réforme en profondeur, et non pas simplement un pansement voilant l une des plaies provoquées par le système. Nous souffrons d une complication extrême de la fiscalité, qui requérait un gros travail de reconfiguration. Le président Sarkozy et son équipe se seraient rendus très utiles s ils s y étaient attaqués. Au lieu de cela, ils ont poussé sous le tapis une partie de la poussière pour donner l impression qu ils faisaient le ménage : ce n est pas comme cela que l on sort un pays de l ornière. 3 - Le "non-remplacement" d'un fonctionnaire sur deux pour réduire les déficits Jean-Yves Archer : La France ne souffre pas de sous-administration, loin de là. Dès lors, l'idée du " un sur deux " pouvait se concevoir à condition d'être mieux négociée avec les acteurs en présence et mieux intégrée à un questionnement sur les contours exacts de notre Etat. Pour l'heure, chacun sait que les agences et autres appendices étatiques ont continué d'embaucher tout autant que les collectivités locales. En matière de lutte globale contre les déficits, il y a eu un jeu de mistigri et des effets d'annonce que la réalité a démentie. (voir rapport de la Cour des comptes sur la fiscalité affectée de juillet 2013). A l'inverse, la démarche menée en Suède s'est d'abord interrogée sur le rôle de tel ou tel service et a défini un schéma directeur de retour ( éventuel ) au secteur privé. Loin de notre RGPP ( révision générale des politiques publiques ) qui a raboté ici ou là avec un faible discernement. Le paradoxe étant que la MAP (modernisation de l'action publique ) chère à la ministre Lebranchu est bel et bien engluée dans ce penchant français pour les copues budgétaires plus ou moins aveugles donc soumise à la question de leur pertinence. Jacques Bichot : Il fallait, et il faut toujours, réduire le format de notre fonction publique. Mais pour supprimer des postes de fonctionnaires sans diminuer l efficacité de l Etat, il faut avant tout supprimer toutes les tâches inutiles dont l Etat charge des fonctionnaires. Par exemple, il ne suffit pas de ne pas remplacer les contrôleurs ou inspecteurs du travail et des impôts qui partent à la retraite, il faut surtout débarrasser le pays d une bonne moitié du code du travail et du code des impôts, dont les dispositions obligent à disposer de très nombreux fonctionnaires pour calculer, prélever et surveiller. De plus, le problème du nombre des fonctionnaires est moins important que celui du statut de fonctionnaire. En dehors des services réellement "régaliens", il n y a aucune raison valable pour avoir un statut différent de celui du privé. Des pouvoirs publics compétents et courageux se seraient attaqués à ce problème. Pourquoi une infirmière, une aide-soignante ou un agent administratif est-il fonctionnaire s il travaille dans un hôpital? Croit-on que l on résoudra les problèmes de déficit de la sécurité sociale tout en continuant à embaucher sous statut de la fonction publique pour des fonctions qui ne requièrent nullement un tel statut? On connaît le résultat : des taux d absentéisme doubles de celui du secteur privé, des personnes totalement inaptes que l on conserve dans leur coin, payées à faire le moins de choses possible, etc. Sous la présidence Sarkozy, on ne s est guère attaqué aux causes de nos dysfonctionnements. Sous celle de François Hollande, on en rajoute quelques-unes : c est encore pire, mais ce n est pas le noir par rapport au blanc, c est seulement un gris un peu plus sombre. 4 - Le passage de 60 à 62 ans pour l'âge de la retraite, et de 65 à 67 ans pour une retraite sans décote Page 3 sur 7

4 Jean-Yves Archer : La réforme des retraites reste à faire. La crise en gestation des régimes AGIRC et ARRCO le démontre. La démographie et l'allongement de la vie l'imposera. Là encore, le système optimal au plan technique est connu : il vient de la Suède et de son régime par points. Dont nombre de sondages ont permis de voir son bon coefficient d'acceptabilité des Français. La gauche est traditionnellement sensible à cette question des retraites et a lourdement critiqué le bilan Fillon. L'avenir de la crise de liquidité programmée des régimes ( y compris les fameux régimes spéciaux ) conduira le politique à intervenir et à abandonner sa posture de procrastination. Jacques Bichot : Le relèvement des âges légaux de départ à la retraite était une mesure courageuse, mais pas du tout à la hauteur du problème. Notre système de retraites par répartition a besoin d être rénové de fond en comble. En l état, il est quasiment ingouvernable. Il faut l unifier (passer de trois douzaines de régimes à un seul) et le rendre actuariellement neutre. Au lieu de cela, les gouvernements de droite, tous sans exception depuis le premier gouvernement Chirac sous Mitterrand, ont chaussé les chaussures de la gauche, c est-à-dire entériné les principes mis en place par la criminelle réforme systémique de Le gouvernement Fillon a agi de la même manière que ses prédécesseurs. Il suffit de regarder autour de nous, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Suède, là où il existe des retraites par répartition convenablement gérées, pour savoir ce qu il faut faire. Ces pays n ont pas deux âges officiels de la retraite, mais un âge pivot, avec liberté de départ dans une plage d une dizaine d années autour de cet âge, organisée de telle manière que la caisse de retraite (unique!) ne soit aucunement affectée par le choix que ses affiliés font librement de partir plus tôt ou plus tard. La neutralité actuarielle est le secret de cette réussite et elle exclut les formules de décote et de surcote dépendant à la fois de la durée d assurance et de l âge qui existent en France. Le gouvernement Fillon a continué à bricoler au lieu de préparer et réaliser une réforme structurelle. Nous n avons pas besoin de petites pointures seulement capables d enfiler les chaussures de la gauche en les élargissant un peu, mais d entrepreneurs politiques capables de véritables innovations. 5 - La loi de modernisation de l'économie (LME) qui reprenait une partie des dispositions de la commission Attali Jean-Yves Archer : La loi LME du 4 août 2008 avait plusieurs objectifs : amélioration du financement de l'économie, renforcement de la concurrence, essor de l'attractivité du territoire. Le crédit inter-entreprises représente plus de 500 milliards d'euros par an. Derrière cette question des délais de paiement ( et de leur respect calendaire ) se posent de nombreuses questions. Tout d'abord, une entreprise qui paye trop en retard de manière trop systématique est deux fois plus exposée au risque de défaillances. ( source Coface ). Donc, il fallait durcir les règles qui s'imposent en matière de délais de paiement et, en cela, la LME a représenté un pas de botte de sept lieues par rapport à la kyrielle d'escarpins que tente de réunir le projet de loi Macron. Reprenant effectivement certaines idées de la commission Attali, la loi LME a introduit des simplifications comptables, sociétales ( pour la SAS notamment ) et a contribué à fluidifier les cessions de fonds de commerce. Il sera véritablement instructif de comparer le coût de confection au service effectivement rendu des deux lois LME et Macron. Pour l'heure, une phrase résume l'actualité législative du fourre-tout ci-devant le Sénat : " Qui trop embrasse mal étreint ". Jacques Bichot : Cette loi ne peut certainement pas être suspectée d avoir aggravé la situation. En fait, ce qui a été négatif dans la politique menée par la droite sous Sarkozy, c est moins ce qui a été fait, que ce qui n a pas été fait pour débarrasser le pays des monceaux de dispositions inutiles ou nocives mises en place par ses prédécesseurs. 6 - La baisse de des effectifs de la Défense pour réduire le budget militaire Jean-Yves Archer : Conséquence de l'abandon de la conscription, la France a reformaté ses Armées dans une logique de pleine professionnalisation. Cela a supposé d'accepter des reconversions de personnels militaires ou le Page 4 sur 7

5 non-remplacement de départ en retraite. Ce type de logique a un sens à condition de bien mesurer les besoins des armées comme le fit la commission du Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale, présidée par l'éminent Jean-Claude Mallet, en Force est de constater que le ministre Jean-Yves Le Drian est pour sa part régulièrement contraint de rappeler aux décideurs publics ultimes qu'il serait très préjudiciable de restreindre les crédits alloués aux Armées en-deçà du strict respect de la LPM ( loi de programmation militaire ) découlant du dernier Livre blanc de D'autant que le coût des OPEX (opérations extérieures ) s'accroît au fur et à mesure des tensions géostratégiques. Jacques Bichot : Droite et gauche font la même erreur : dégraisser là où c est facile, même si c est précisément là qu il ne fallait pas porter le fer. Sur le terrain, le refus d aller en Irak a été excellent, et l intervention en Lybie tout à fait mal venue. Cette dernière est un des rares actions de la droite dont la gauche puisse dire qu elle lui a compliqué la vie. 7 - La gestion de la crise financière en 2008 et les plans de sauvetage des banques Jean-Yves Archer : La gestion de la crise financière a été marquée par un acte fort : la garantie réitérée des dépôts par l'etat (discours de Toulon) jusqu'à un plafond technique de euros. En revanche, le plan de sauvetage reste une question ouverte. La France n'a pas suivi l'exemple britannique où l'etat s'est porté caution, ce qui n'est actionné qu'en cas de défaut. De même, l'exemple américain de rachat d'actifs incertains ( créances pourries ) moyennant des versements de liquidités n'a pas été suivi, même partiellement. En France, une société privée ( la Société de refinancement ) a été constituée avec 66% du capital détenus par les banques et 34% par l'etat. Elle a un rôle de prêteur pour les banques moyennant des échanges d'actifs de bonne qualité et ce jusqu'à un niveau impressionnant de 320 milliards d'euros. Comme l'ont fait remarqué des financiers, la démarche est inusuelle. Comme l'ont fait remarquer des juristes, l'etat ne détient qu'une minorité de blocage alors qu'il est le bailleur de fonds des refinancements. Autrement dit, le mécanisme qui coûtera près de 400 milliards d'endettement public à la France aurait pu être plus équilibré en matière de répartition des pouvoirs, aurait pu supposer de voir l'etat devenir administrateur des établissements les plus demandeurs pour un unique mandat de 6 ans. L'urgence a conduit à bâtir un dispositif qui ne parait pas, avec le recul, teinté d'équilibre. Il est logique qu'il n'ait pas pu avoir pour mission de restaurer le fonctionnement du marché interbancaire mais il demeure étonnant que de tels montants publics aient davantage servi à restaurer les fondamentaux comptables des bilans des banques sans garantie de voir une partie des fonds alloués se diriger vers l'octroi de crédits à l'économie réelle. Jacques Bichot : Le gouvernement français a agi dans une bonne moyenne par rapport aux autres pays. Il aurait certes pu essayer d obtenir de ses pairs une meilleure gouvernance mondiale en la matière, mais cela n avait rien d évident. 8 - L'action de Nicolas Sarkozy dans la crise de la zone euro Jean-Yves Archer : L'action du Président Sarkozy durant la crise de la zone euro est connue. Chacun s'accorde à reconnaître que son énergie et sa bonne relation institutionnelle et personnelle avec la Chancelière allemande ont aidé à élaborer le plan de sauvetage de la Grèce. Avec le recul, et ce n'est pas de la responsabilité de la France, on observe que la Grèce a connu ( voire purement subi ) l'austérité de la Troïka sans pour autant que des réformes de structures soient menées à bien. En 5 ans, la part des créances publiques a remplacé la fraction initialement détenue par les banques. Page 5 sur 7

6 Dans la seconde partie, plus légère, pour chaque point notre question est "Quel a été l'attitude de l'actuelle majorité, et pourquoi - si c'est le cas - n'est-elle finalement pas revenu dessus? Jacques Bichot : Cette crise n était pas aussi aigüe qu elle l est aujourd hui. On doit cependant regretter que la France n ait pas donné l exemple en matière de réformes structurelles, nécessaires pour assainir la situation et repartir du bon pied. LES AUTRES MESURES EMBLEMATIQUES 1 - L'autonomie des universités Jean-Yves Archer : La loi Pécresse a instauré l'autonomie des universités. Elle vise donc 60% de près de 2,5 millions d'étudiants inscrits dans l'enseignement supérieur. Promulguée en 2007, la loi LRU ( libertés et responsabilités des universités ) a essentiellement deux finalités : un transfert de gestion budgétaire et une réforme de la gouvernance. Ce texte est une avancée mais a été, classiquement, pollué par le débat sur les transferts de ressources aux établissements. Certains ont en mémoire la décision de fermeture de l'antenne Du Guesclin à Béziers prise en 2013 par l'université Paul Valéry de Montpellier. Dans ce dossier de la LRU, on perçoit une volonté réformatrice constructive qui n'a pas assez été étayée par un réalisme budgétaire et comptable. Jacques Bichot : Trop limitée. Mais le gouvernement actuel, qui songe à siphonner les maigres réserves des établissements, ne fait certes pas mieux! 2 - La continuité du service public dans les transports terrestres avec obligation de déclarer une grève 48h avant Jean-Yves Archer : Droit de rang constitutionnel, la grève s'exerce dans les limites prévues par la loi. D'évidence dans notre société où les temps de trajets domicile bureau ne cessent tendanciellement d'augmenter, la continuité du service public est un point cardinal pour des milliers, voire plusieurs millions, de travailleurs dont le salariat doit rimer avec ponctualité. Dès lors, il est clair qu'une réforme s'imposait et qu'elle était attendue par une large majorité d'usagers clients. Assez larges pour que nul depuis 2012 n'ait songé, de manière crédible, à revenir sur les fondements de la loi du 21 août Jacques Bichot : Une bonne chose à l actif de la présidence Sarkozy. Qui compense en quelque sorte la réforme en trompe-l œil des retraites des cheminots et de la RATP. 3 - L'obligation d'un niveau bac+5 pour devenir enseignants et suppression de l'année de stage Jean-Yves Archer : La suppression de l'année de formation préalable à certains métiers d'enseignant public a été d'autant plus incongrue qu'elle a été mal explicitée aux intéressés. Le débat reste ouvert sur cette année et son bien-fondé, son contenu opératoire. Mais, en matière de décision publique, il faut garder à l'esprit qu'une réforme peut être anéantie par un bon slogan. Qui n'a pas entendu ces enseignants dire " mon travail doit être nul puisqu'il n'y a pas besoin de formation "? De facto, le slogan balaye les arguments, exactement comme dans le cas de la Page 6 sur 7

7 loi Tepa où le bouclier fiscal a cristallisé une virulence d'oppositions alors même qu'il n'existait plus au moment de l'élection présidentielle de La France est un pays qui a besoin de réformes mais qui chérit le poids du slogan et de l'inertie : cette contribution le rapporte ou plus exactement le décrit. " Un slogan est un lien vital entre l'organisation et les masses qu'elle tente de conduire. Il doit synthétiser une revendication précise en une phrase simple et nerveuse, tout en mobilisant les gens pour le combat ". ( " Un long chemin vers la liberté, 1996, Nelson Mandela ). Jacques Bichot : Une concession aux idées dans l air du temps, en faveur de toujours plus de diplômes, comme si les instituteurs simples bacheliers de la 3e république n avaient pas fait du meilleur travail que nos bac+5 actuels. En conclusion générale, ce que Cambadélis pourrait reprocher à juste titre au quinquennat précédent comme ayant plutôt détérioré la situation, c est d avoir été déjà très largement dans le sens qui est celui de l actuelle majorité : faiblesse de l analyse stratégique, incapacité à concevoir et organiser les réformes structurelles qui seraient réellement utiles pour remettre le pays sur le chemin du développement. Il aurait été plus confortable pour la gauche que la droite lui transmette un Etat et un pays revigorés par une bonne politique de droite : elle aurait plus facilement pu faire les bêtises dont elle est coutumière. Page 7 sur 7

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Août 2010 Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Madame, Monsieur, Le projet de réforme des retraites a été adopté par le Gouvernement le 13 juillet, puis

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002

Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002 Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002 PLFR N 1 (Raffarin, Mer, Lambert) Baisse de l IRPP de 5%. Bénéficiaires : moyens et hauts revenus coût : 2,5

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

Fiche n 1 : Les déficits et l endettement, une facture de la droite

Fiche n 1 : Les déficits et l endettement, une facture de la droite Fiche n 1 : Les déficits et l endettement, une facture de la droite Le bilan de N. Sarkozy, en matière de déficits publics, est désastreux. Pour tenter de se redonner une crédibilité, il se lance à un

Plus en détail

Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013

Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013 Précisions sur le projet de loi concernant la réforme des retraites initié par le gouvernement Ayrault Septembre 2013 Pour combler le déficit de 20,7 milliards d euros prévu en 2020, pour l ensemble des

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

Heures Supplémentaires

Heures Supplémentaires Heures Supplémentaires La loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a été définitivement adopté par le Parlement le 1 er août et validé par le Conseil constitutionnel le 16 août à l exception

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

A PLUS FINANCE. 5 mois après les Présidentielles : la réforme fiscale 2007 «Paquet fiscal» : attractif ou non? Quel accueil par les particuliers?

A PLUS FINANCE. 5 mois après les Présidentielles : la réforme fiscale 2007 «Paquet fiscal» : attractif ou non? Quel accueil par les particuliers? A PLUS FINANCE A Plus Finance 5 mois après les Présidentielles : la réforme fiscale 2007 «Paquet fiscal» : attractif ou non? Quel accueil par les particuliers? 2 octobre 2007 Niels COURT-PAYEN : 01.40.08.03.40

Plus en détail

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013.

N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. N XXX ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le XXXX 2013. PROPOSITION DE LOI visant à réintroduire la défiscalisation

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004 Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative de 2003 : principales dispositions fiscales Bernard PLAGNET Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse Malgré un contexte budgétaire

Plus en détail

Retraites. Ce qu il reste à préserver

Retraites. Ce qu il reste à préserver Le COR préconise un autre système de retraite Ce qu il reste à préserver Depuis la loi de 2003 portant réforme des retraites, certains s entendent à considérer que tout est perdu et qu il ne servirait

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Ce document a été réalisé sur la base des études du Président de la Commission des Finances, Didier MIGAUD 1 1 2 3 4 5 Le bouclier fiscal

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015

Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015 Alternatives Économiques Numéro 344 - mars 2015 Pages 14 à 16. Comment réduire les dettes publiques? - présente cinq options permettant de réduire les dettes publiques, en indiquant en quoi elles consistent,

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE FONCTION PUBLIQUE

LEXIQUE RETRAITE FONCTION PUBLIQUE FICHE 1 LEXIQUE RETRAITE FONCTION PUBLIQUE Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60 ans pour les

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 608 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 5 juillet 2010 PROPOSITION DE LOI relative aux cotisations sociales versées par les auto-entrepreneurs, PRÉSENTÉE

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

L'investissement locatif loi Duflot

L'investissement locatif loi Duflot L'investissement locatif loi Duflot La loi Duflot prend la succession du disposif fiscal dit "Loi Scellier" qui vient de prendre fin au 31 Décembre 2012. A compter du 1er Janvier 2013, l'investisseur immobilier

Plus en détail

Les TPE et les mesures économiques du gouvernement. Octobre 2012

Les TPE et les mesures économiques du gouvernement. Octobre 2012 Les TPE et les mesures économiques du gouvernement Octobre 2012 METHODOLOGIE Méthodologie Étude quantitative auprès de 506 dirigeants d entreprise de 0 à 19 salariés L échantillon a été raisonné puis redressé

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite N 2010 / 034 14/10/2010 Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite Contact : Laurent Périé laurent.perie@le-rsi.fr A : Mesdames et Messieurs les Directeurs des caisses RSI Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi - CICE Loi de Finance rectificative pour 2012

Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi - CICE Loi de Finance rectificative pour 2012 Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi - CICE Loi de Finance rectificative pour 2012 v 01 2013 SOURCE DU CICE Ce dispositif consiste en un allègement de la fiscalité dans le but de reconstituer

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens.

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. Publication au JORF du 24 septembre 1959 Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959 le Premier ministre, Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. version consolidée au 27 décembre

Plus en détail

A V I S A-2758/2758-1 /15-70. sur

A V I S A-2758/2758-1 /15-70. sur A-2758/2758-1 /15-70 A V I S sur le projet de loi portant modification - de la loi modifiée du 4 décembre 1967 concernant l'impôt sur le revenu; - de la loi modifiée du 16 octobre 1934 concernant l'impôt

Plus en détail

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : DFA1 Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Personnel et législation sociale

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois?

La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? 2. Emploi La suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires va-t-elle créer des emplois? Dans cette étude, nous dressons un bilan de la mesure récente du gouvernement concernant la défiscalisation

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

SYNDICAT DES INDÉPENDANTS PRÉSIDENTIELLE 2012. SDI 266 Av de la Californie 6ème Etage 06200 NICE Tél : 04.92.29.85.90 Fax : 04.92.29.04.

SYNDICAT DES INDÉPENDANTS PRÉSIDENTIELLE 2012. SDI 266 Av de la Californie 6ème Etage 06200 NICE Tél : 04.92.29.85.90 Fax : 04.92.29.04. www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux PANORAMA DES TPE PRÉSIDENTIELLE 2012 Enquête

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2013 Rejeté PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 - (N 1395) AMENDEMENT N o I-CF52 présenté par M. Mariton, M. Carrez, M. Baroin, M. Bertrand, M. Blanc, M. Carré, M. Censi,

Plus en détail

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Soutien du pouvoir d'achat par des mesures ciblées Impact de la mesure en 009 en mio Adaptation du barème d impôt à l inflation

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière - 5B

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière - 5B Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Ministère de la santé, de la Jeunesse et des sports Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Direction de la

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 24 avril 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 24 avril 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 24 avril 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Pacte national pour la croissance,

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision)

Commentaire. Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Commentaire Décision n 2013-362 QPC du 6 février 2014 Société TF1 SA (Taxe sur les éditeurs et distributeurs de services de télévision) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 novembre 2013 par le

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR

1. Censure constitutionnelle de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus CEHR Information Rappel : Cette newsletter a pour objectif d attirer votre attention sur des points d actualité, des nouvelles dispositions légales et des lacunes éventuelles dans votre exploitation sur lesquelles

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Sem, vraioufaux Avec 1 003 sociétés

Sem, vraioufaux Avec 1 003 sociétés Sem, vrai oufaux Sem, vrai ou faux Avec 1 003 sociétés recensées et près de 70 000 salariés, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux. Mais

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation.

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation. LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE Etat des lieux, avant changements Un domaine important dans l activité du pays Plus de 8 millions de personnes sont parties en formation en 2010, qu elles soient :

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME QUESTIONS REPONSES sur la REFORME Age de départ à la retraite Je suis à la retraite. Est ce que je suis concerné par la réforme? Si vous êtes déjà à la retraite. Vous n êtes pas concerné par la réforme.

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Les clés de la transmission Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Sommaire La transmission : un enjeu stratégique Une réglementation en adaptation continue Les attentes des chefs d entreprise Les clés

Plus en détail

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N 38 3 août 2012 La hausse du prix du gaz et de l'énergie Un nouveau coup dur pour le pouvoir d achat Alors que les tarifs réglementés de l'électricité viennent d augmenter

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail