NON il faut dire NON!!!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NON il faut dire NON!!!"

Transcription

1 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 1 EDITO 3e trimestre n 87 NON il faut dire NON!!! Depuis le début de la rentrée scolaire, les collègues saisissent notre syndicat, sur leurs conditions de travail : redéploiement, manque de création de postes, refus de temps partiel pour nécessité de service, Et toujours l'incertitude de voir son secteur d'intervention grandir, Et toujours sans moyen en plus. Notre Ministère épargne A grand renfort de publicité, le gouvernement annonce qu'il ne touchera pas au Ministère de l'education Nationale et au Mesr. Il annonce la nécessité de la refondation de l'école car enfin il reconnaît que non seulement les inégalités sociales perdurent mias plus encore qu elles se renforcent à l'école. Sur les constats, nous ne pouvons qu'être d'accord, mais alors pourquoi refuse-t-il de voir une vérité criante : SANS CREATION MASSIVE DE POSTES pour tous les services sociaux de l'en, il ne pourra pas y avoir de véritable changement. Nous n'avons pas la prétention de tout «régler» par notre seule présence, mais bien de «jouer notre rôle de sentinelle sociale»au sein d'une équipe pluridisciplinaire complète et de contribuer à faire évoluer le système éducatif qui, en d'autres temps, a pu jouer le rôle d'ascenseur social. Il faut dire non et construire Construire une mobilisation avec tous les partenaires de l'école mais aussi avec les autres services publics, d'autres choix sont possibles. LE DIALOGUE SOCIAL, LES CONFERENCES SOCIALES NE DEBOUCHENT SUR RIEN! ALORS, AVEC LA FSU IL FAUT CONSTRUIRE UNE ALTERNATIVE FORTE ET PORTER TOUJOURS LES MEMES EXIGENCES POUR NOS SERVICES ET TOUTES LES PERSONNES QUI FONT APPEL A NOUS! Danielle ATLAN Le 4 décembre, pour les Elections Professionnelles JE VOTE SNUAS FP-FSU SURFEZ SUR LE WEB Courriel : Un site qui vous présente les dossiers d actualité. Vous y trouverez aussi les premiers éléments de réponse à vos ques-ons et les coordonnées de votre secrétaire académique et de vos élus CAPA SNUASFP-FSU 104 rue Romain Rolland LES LILAS Tél. : Fax : Directrice de publica-on : Hélène LAINGUI Impression : Imprimerie Grenier Gen-llly Régie publicitaire : COM D HABITUDE PUBLICITE Concep-on graphique : Jeanet MELEZAN CPPAP : 1010 S Ont par-cipé à ce.e revue : Maryse BRUN, Brice CASTEL, Ingrid CHATEAU, Hélène LAINGUI, Chris-ne VAGNERRE, Danielle ATLAN, Cristel CHOFFEL

2 09/10/ :11 Page 2 S - Photo Jean-Pierre Salle. le. Document non ccontractuel. ontractuel. LA REVUE 87:Mise en page 1 Bien plus qu une ne mutuelle mutu uelle p ma référence érence solidaire dairre daire Choisissez l offre MGEN qui ui va avec votre vie Maladie, hospitalisation, optique, dentaire, ntaire, arrêt de travail, invalidité : votre vie et vos besoins peuvent évoluer.. Pourquoi, dès lors, votre protection e pas en fonction de votre otre préférence? santé et prévoyance n évoluerait-elle Pour accompagner chaque moment de votre carrière et de votre vie, MGEN uvrent efficacement vos os frais de santé propose des offres adaptées qui couvrent ous aussi, comme plus de 3 millions de et de prévoyance en même temps. Vous personnes, faites de la référence solidaire idaire MGEN votre préférence. férence. Mutuelle Sant Santé é I Pr Prévoyance é oyance év I A Autonomie utonomie I Re Retraite traite mgen.frr mgen.f MGEN, Mutuelle Générale de l Education nationale, n , MG MGEN EN Vie, n , MGEN Filia, n , mutuelles soumises aux dispositions tions du livre II du code de la Mutualité - MGEN Action n sanitaire et sociale, n , MGEN N Centres de santé, n , mutuelles lles soumises aux dispositions du livre III d du code de la Mutualité.

3 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 3 SERVICE SOCIAL ELEVES Non au redéploiement dans le primaire Actualité Académique : En Seine Sainte Denis, mobilisations contre le redéploiement Le service social en faveur des élèves de la Seine-Saint- Denis menacé de redéploiement! Afin de pallier à l ouverture en septembre 2014, des 6 nouveaux établissements en Seine-Saint-Denis, le Rectorat s est attelé à réorganiser le service social en faveur des élèves (SSFE) du département. Lors de la CAPA du 06 Juin 2014, le SNUAS FP-FSU a dénoncé ces inacceptables répartitions des postes. L administration n a eu pour seule réponse qu il fallait bien enlever quelque part pour doter ceux qui n ont pas. En parallèle la circulaire relative à l éducation prioritaire paraît au B.O. le 04 Juin Cette dernière précise «des expérimentations de travail social scolaire dans le premier degré seront menées en REP+», une orientation inquiétante sachant le manque de création de postes. Les préconisations de la circulaire et la réorganisation en vue de la couverture des nouveaux établissements menacent alors directement le SSFE de redéploiement. Ce qui a soulevé la colère des assistantes sociales. Lors de la réunion intersyndicale avec la CGT Educ Action, les assistantes sociales, réunies en nombre très inquiètes, votent une journée de grève le 12 Juin Cette grève sous la forme d un rassemblement devant le rectorat a remporté un franc succès avec 2/3 du service déclaré en grève. Un taux de gréviste historique depuis la mobilisation contre la décentralisation de notre service en Lors de cette manifestation, nous avons été malmenées physiquement par le service d ordre du rectorat. Mme la Rectrice a pourtant refusé de nous recevoir et a maintenu l audience des syndicats le 27 Juin. La colère des AS enfle devant tant de mépris au point de voter une nouvelle journée de grève le 27 juin. La forte mobilisation des collègues au Rectorat ce jour, qui n ont pas hésité à user de tous les moyens (casseroles, tambours et mégaphones) pour illustrer leur détermination et leur mécontentement, a instauré un climat propice au dialogue social. L audience a permis de rappeler fermement à l administration notre refus du redéploiement en primaire sans création de postes. La DASEN Adjointe en charge de l éducation prioritaire s est invitée à la réunion de service de fin d année afin d exiger la participation des assistantes sociales aux conseils écoles-collèges dans les Rep+. À la rentrée, le Rectorat et la DSDEN n exigent plus rien du SSFE concernant l éducation prioritaire. Le bruit et la fureur des collègues ont-ils fait reculer l administration? Pour le SNUAS FP-FSU cela ne fait aucun doute. Nos mobilisations ont été médiatisées! Preuve de l intérêt que portent les professionnels du social mais aussi l opinion publique sur ces questions, le SNUASFP a été interviewé : - par France Bleue, interview diffusée le soir de la première journée de grève le 12 juin par le magazine Lien Social, article paru dans la rubrique l essentiel de la quinzaine, «les Assistants sociaux scolaires En grève contre le saupoudrage», n de juillet par Causette dans sa rubrique politique, «Assistantes sociales scolaires Chaude rentrée dans le 9.3.», dans son n 48 paru en septembre Par ailleurs la circulaire sur l Education Prioritaire prévoit le doublement de l indemnité ainsi que des bonifications de mutation pour les personnels exerçant en REP+ et REP. Si on se réfère à l exclusion illégale des personnels sociaux de la prime ECLAIR, nous sommes en droit de nous questionner sur l application de cette mesure censée mieux «reconnaître les personnels». Cristel CHOFFEL et Ingrid CHATEAU pour le SNUAS FP-FSU 3

4 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 4 ervice social élèves Motion du SNUAS FP lu et voté lors du CDFN du septembre Nous vous alertons sur la situation du service social scolaire. Nous sommes favorables depuis la création du SNUASFP à l intervention de nos services en primaire. Aussi l annonce de notre ministère de notre intervention dans les écoles REP+ devrait nous réjouir. Mais au vu de nos moyens, cela nous plonge dans une grande colère. Nous alertons depuis 2O ans sur notre pénurie de moyens. Nous n avons déjà pas aujourd hui les moyens d exercer nos missions dans le secondaire. Afin de tenter d exercer nos missions de prévention dans les établissements où nous sommes présentes, de nombreux collèges et lycées ne bénéficient déjà pas de présence d assistante sociale et nous n y intervenons qu en urgence sur des missions de protection de l enfance. Comment faire du travail social avec des secteurs de 7 établissements et plus Alors comment intervenir avec ces moyens sur le primaire? Ce n est pas l aumône faite par le ministère avec la création de 5O postes qui changera la donne, postes que certains recteurs ont même trouvé moyen de ne pas créer. Notre intervention en primaire cela signe la fin de notre intervention dans les lycées et les collèges non prioritaires, Ce redéploiement se fait actuellement insidieusement et en manipulant les collègues, sans concertation au niveau ministériel avec les représentants du personnel. Nous dénonçons la parodie de négociations qu est le GT12, toujours en cours. Si nous vous alertons, c est que cette décision ministérielle de redéployer les services sociaux vers le primaire, ne va pas toucher uniquement le travail des assistantes sociales. Elle aura des conséquences sur le travail de tous au sein de la communauté éducative personnel, élèves et familles- et surtout l abandon d une partie des enfants les plus fragiles du secondaire ; Nous demandons qu au sein de la FSU, nous puissions nous retrouver autour d une table sur cette question de notre intervention dans le primaire et ce dans les plus brefs délais avec les syndicats de l Education concernés. 4

5 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 5...Extrait du texte action qui reprend les revendications du SNUAS FP voté lors du CDFN ervice social élèves Lors de son dernier Conseil Délibératif, la FSU réaffirme son soutien et se mandate pour soutenir les mandats du SNUASFP : Non l Education prioritaire ne doit pas justifier les redéploiements et les établissements découverts Extraits du texte Action voté ce jour là ( ) La FSU est particulièrement attentive et vigilante à la réforme de l éducation prioritaire qui se met en place en cette rentrée à travers les 102 REP+ préfigurateurs. Des mesures spécifiques (allègement du temps de service pour les enseignants, dispositifs pour l accueil des élèves, renforcement des services médico, infirmiers et sociaux...) sont mises en place dans ces REP+ dont la carte sera élargie à la rentrée prochaine. La FSU restera vigilante au respect de l ensemble des engagements pris par le ministère, tant sur les exigences et ambitions pour les élèves de l éducation prioritaire, qui doivent être les mêmes que celles pour tous les élèves, que sur les conditions de travail, la reconnaissance et la formation des personnels. Le colloque du 9 octobre (à l initiative du Snep-Snuep-Snes FSU) permettra de tirer un premier bilan sur les collèges. Le ministère a publié les contingents académiques des REP+ et des réseaux. La FSU se félicite de l attention apportée à Mayotte qui devrait conduire cependant à une augmentation des contingents. Elle demande la tenue de groupes de travail pour la répartition dans les départements. Elle demande enfin la création et non le redéploiement de postes d assistants sociaux dans les RRS et le premier degré. ( ) Alors que le chantier SEGPA se poursuit et des discussions sont ouvertes sur l avenir des EREA. La FSU s en félicite. Elle veillera à ce qu aucune mesure ne soit dictée par l objectif de réduction de moyens. Au contraire, elle portera l exigence de qualité, tant pour les conditions d études des élèves que pour la qualification et les conditions de travail des personnels. devra, notamment, supprimer les Tribunaux Correctionnels pour Mineurs. Le gouvernement n a que trop tardé. Dans l intérêt de la jeunesse en difficulté, la FSU demande qu une réforme progressiste et ambitieuse de l ordonnance de 45 intervienne réellement. Pour les majeurs, un projet de loi d une ambitieux toute relative est devenu la loi du 15 août relative à l individualisation des peines et renforçant l efficacité des sanctions pénales. Oui, les mentalités ont évolué : la démarche pédagogique qui a accompagné ce projet, sa discussion préservée d une exploitation politico-médiatique du fait divers, la découverte de la probation et des peines dans la communauté, un retour à d individualisation de la peine, autant d éléments encourageants. Mais point de révolution, ni culturelle ni juridique : le mille-feuille pénal continue d empiler les couches, le fantasme de la peine sévère et visible nous prive des vrais débats sur les enjeux de la probation. Pire, certaines dispositions n ont rien à envier à l arsenal sécuritaire autrefois condamné, aujourd hui accompagné : mesures de sûreté qui taisent leur nom, mélange des genres avec des pouvoirs inquiétants donnés aux instances locales de prévention de la délinquance (CLSPD...). Droits et libertés Migrants On constate un durcissement inadmissible des conditions de vie et d étude des mineur-e-s et jeunes majeur-e-s étrangere-s isolé-e-s, notamment à Lyon, où trois d entre eux ont été honteusement interpelé-e-s. La FSU se battra pour obtenir la prise en charge partout en France de ces mineur-e-s et jeunes majeur-e-s, sans condition, par l aide sociale à l enfance, notamment dans le cadre de RESF. La FSU réaffirme que la place des lycéen- ne-s quelle que soit leur situation eu égard au droit au séjour est dans leur lycée et non en rétention ou en prison. Elle s est adressée en ce sens au 1er Ministre. 5

6 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :35 Page 6 ervice social élèves Le 30 Septembre 2014 s est tenu le GT 12 sur la circulaire de missions des Assistantes de l Education Nationale. Réouverture des groupes de travail : Les remaniements successifs n on pas aidé à faire aboutir ce dossier. Le SNUAS FP-FSU a écrit à Madame NAJAT VALAUD BELKACEN pour demander une audiance. A ce jour, nous n avons toujours pas eu de réponse, mais cette dernière aurait insisté pour que les travaux reprennent avec la même philosophie! Cette dernière phase devrait être finalisée pour la fin de l année. Le Directeur Adjoint et son cabinet nous ont fait parvenir les documents de travail qui contiennent les orientations la veille du groupe de travail! Bernadette GROISON a pris contact avec le Cabinet du Ministre pour dénoncer ces méthodes de travail qui n augurent rien de bon pour le dialogue social. Le calendrier sera le suivant : Le GT 12 se déroulera en trois temps : 1-remontée des amendements des OS par écrit avant les vacances de la Toussaint, 2-réécriture de la mouture pour la prochaine rencontre après les vacances de la Toussaint 3-dernière rencontre du Cabinet et des OS Décembre 2014 La circulaire châpeau santé-social commune aux AS, INFIRMIERES ET MEDECINS est quand à elle en cours de finalisation. Se prononcer sur le fond : Après s être excuser pour les délais déraisonnablements courts de transmission des documeunts de travail, le Directeur de Cabinet a fixé l objectif de cette séance : pouvoir s exprimer sur les points de fond à la première lecture des textes. Après avoir énoncé la difficulté à se prononcer sans concertation avec nos collègues du terrain, le SNUAS FP-FSU a tout d abord insisté pour mettre en postulat de départ la question des moyens alloués au SSE. Puis notre délégation a tenu à relever que, déjà, dans le texte de travail, figurent des choix politiques, à savoir l accentuation de mesures discriminantes. Manque de personnels : La question des personnels est incontournable. Le SNUAS FP a rappelé pour la énième fois son attachement à un travail social de qualité et remplissant l ensemble de ses missions dans tous les établissements. C est le sentiment exprimé et confirmé dans l enquête que Projet de texte de la CIRCULAIRE DES MISSIONS des AS de l Education 6 notre syndicat a proposé l an passé à nos collègues en prévision du projet de nouvelle circulaire de mission. A première lecture, une évidence : la priorisation de certains secteurs d intervention dits prioritaires, à savoir : L Education prioritaire, les collèges ruraux avec enseignement spécialisé, les lycées professionnels, les établissements avec internat. Redéploiement : cibler Pour le Directeur adjoint de cabinet les secteurs d intervention nécessitent bien évidemment de parler de création de poste. Il estime néanmoins indispensable de cibler les moyens sur l éducation prioritaire, d une part parce qu il s agit d une priorité gouvernementale, mais surtout parce que notre système éducatif reste porteur d inégalités. Il propose donc l accentuation de mesures discriminantes. Il a conscience que le taux d encadrement des établissements par notre profession est très fragile. Le ciblage des créations de postes de REP+, REP et l intervention dans le premier degré sont en cohérence avec les priorités ministérielles du moment. Pour nous rassurer, il nous précise qu ils ont veillé à présenter une intervention dans le 1 er degré prudente (sic?). Il est question de donner des conseils techniques aux écoles rattachées au REP+ sur les questions d enfance en danger, de non fréquentation scolaire, l enseignement spécialisé et le handicap. (bref un champ d intervention déjà trop large)! Il a tenu à souligner que le précédent Ministre s était battu pour des créations de postes à L EN. Il est envisagé un plan de 50 créations de postes par an pour les 5 années à venir pour in fine obtenir 10% d augmentation de notre corps. Le Directeur de Cabinet tient à nous préciser que ce geste équivaudrait à une preuve de considération exceptionnelle pour un corps de l Education Nationale! Mais quelles garanties que ces annonces soient suivies d effets? Les engagements pris pourront-ils être tenus alors que les Recteurs ont toute latittude de fixer eux mêmes leurs priorités? Sous cette mandature, nous avons déjà eu TROIS MINISTRES, le vote du budget et les prochaines élections présidentielles arrivent à grands pas, quelle garanties pouvont nous avoir? Seule la priorisation des secteurs d intervention dont le premier degré s annonce comme inévitable. Le SNUAS FP réaffirme que seule des créations de postes massives permettront aux Assistants Sociaux d intervenir largement et efficacement pour que les inégalités sociales ne perdurent pas et ne se reproduisent pas au sein même de l école.

7 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 7 Spécial Élections Professionnelles Défense de notre métier l augmentation des salaires la Réussite de tous les élèves Voter pour le SNUAS FP et la FSU C est voter pour Des personnels qualifiés le respect de nos missions la création massive de postes la fin des redéploiements Un droit n est jamais acquis définitivement. Il faut être sans cesse attentif à défendre ce que l on a obtenu, être très viligant à sa mise en oeuvre au quotidien (RTT) et/ou à sa pérennité. Nous ne pouvons faire confiance qu en notre capacité revendicative et de lutte pour veiller à ce qu aucune régression sociale n intervienne mais aussi au maintien des droits acquis par les luttes des uns et des autres depuis des générations. Nous ne pouvons nous permettre de baisser la garde. Une organisation syndicale REVENDICATIVE VOTER, C est se donner les moyens de voir aboutir nos revendications. 7

8 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 8 Le SNUASFP FSU toujours en action et ne cesse de porter les revendications de la profession! Parce que le SNUAS FP-FSU est un syndicat revendicatif, indépendant, démocratique et unitaire, qui se veut en cohérence entre son discours et ses actes, point des principales actions menées depuis les dernières élections... Innacceptable en 2014 : Création de 500 postes d APS Création de 50 postes d AS [ ] Assistant de Prévention et de Sécurité Une attaque en règle du service social scolaire, le SNUAS FP-FSU riposte! L annonce de la création de 500 postes d assistants de prévention et de sécurité en juin 2012 a ravivé la colère des assistantes de service social scolaire, déjà échaudées par les différentes expériences de ce type menées par le passé (médiateurs de réussite scolaire, grand frère...). Le SNUAS FP-FSU s est saisi du dossier pour dénoncer la création d une fonction inutile qui ne répond pas aux réels enjeux d un meilleur accompagnement des élèves et de leur famille! Une enquête menée par le SNUAS FP-FSU auprès des collègues exerçant dans les établissements scolaires où les APS sont affectés a permis de mettre en évidence les craintes exprimées par le SNUAS FP-FSU : inadéquation de la fonction d APS avec les besoins des établissements qui ont pour la majorité recruté des personnels issus de formation en travail social (!), flou persistant sur le rôle des APS tant au sein des établissements que pour les élèves et leur famille, complexification de l intervention des collègues... Le SNUAS FP-FSU est intervenu au Conseil Technique Ministériel du 17 juin 2013 pour enjoindre le MEN à supprimer purement et simplement ce dispositif qui a déjà fait la preuve de son inefficacité et pour prendre la mesure de l indispensable renforcement des services sociaux du MENESR. 8 Une organisation syndicale UNITAIRE [ ] Alerte au burn-out : Le SNUAS FP-FSU exige des avancées! Le SNUASFP FSU a consulté en 2014 les collègues quant à leurs conditions de travail. Les conclusions de cette enquête ont mis en évidence la non-reconnaissance de leur travail dont souffrent les assistantes sociales de l Education Nationale : méconnaissance de leur rôle et de leurs missions par l institution, conditions matérielles inacceptables (bureau partagé, frais de déplacements restreints voire inexistants, matériel informatique obsolète...), création de «nouveaux métiers» (APS, médiateurs...) venant empiéter sur leurs missions, nonreconnaissance du Diplôme d Etat à sa juste mesure, perte de pouvoir d achat, surcharge des secteurs d intervention... Autant d éléments que le SNUAS FP-FSU a compilé et remis au ministre de l Education Nationale en audience pour alerter sur la nécessité de reconnaître enfin la place des assistantes de service social du MENESR. A l heure où un protocole d accord sur les risques psycho-sociaux a été signé au MEN, le SNUAS FP-FSU a rappelé l indispensable bien-être des agents pour offrir un service public de l éducation de qualité. Le SNUAS FP-FSU continuera de porter ses revendications pour une meilleure reconnaissance du travail des assistantes sociales du MEN!

9 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 9 Faire reconnaître notre profession à son juste niveau de qualification [ ] Prime ECLAIR le SNUASFP FSU a obtenu l équité pour tous De nombreuses collègues intervenant dans les établissements labellisés ECLAIR ont interpellé le SNUAS FP FSU sur la suppression de la prime ECLAIR qui leur était versée jusqu alors ainsi que sur la demande de remboursement des sommes déjà perçues. L administration avait en effet interprété librement le décret du 13 septembre 2013 à travers une note de la direction des affaires financières, faisant le distinguo entre affecté et exerçant quand le décret ne mentionne que les personnels exerçant dans un établissement ECLAIR. Le SNUAS FP-FSU a porté ce dossier auprès du MEN et accompagné les collègues pour réclamer le rétablissement du versement de cette prime ECLAIR, tant dans les démarches auprès des rectorats que dans d éventuels recours au tribunal administratif quand cela était nécessaire! [2012] Nouvel Espace Statutaire la droite en rêvait, la gauche l a fait, le SNUASFP FSU le REFUSE TOUJOURS! Le SNUAS FP-FSU avait combattu ce projet de NES lorsque le gouvernement Fillon avait voulu l imposer et les nombreuses mobilisations, dans le cadre d une intersyndicale réunie à l initiative du SNUAS FP-FSU, avait permis de faire reculer ce projet. Le 30 septembre 2012, malgré de nombreuses promesses des élus socialistes, le NES paraissait au Journal Officiel. Le SNUAS FP-FSU, fidèle à ses revendications, entendait alors organiser la riposte pour faire entendre le mécontentement de la profession. Courriers aux députés, audience au ministère des affaires sociales et de la fonction publique, le SNUAS FP-FSU engageait alors toutes ses forces dans la bataille, tentant dans le même temps de relancer l intersyndicale. Force fut de constater l émiettement de cette intersyndicale, certaines organisations syndicales ne souhaitant pas mener ce combat et se satisfaisant de l aboutissement du NES (voire même revendiquant son application au plus vite pour la fonction publique territoriale (voir site CFDT interco)... Décidé à ne rien lâcher pour autant, le SNUAS FP-FSU entend toujours mener à bien cette revendication de reconnaissance du DEASS et de l accès à la catégorie A, s impliquant ainsi dans une nouvelle intersyndicale qui souhaite faire entendre la voix des travailleurs sociaux dans le cadre des Etats Généraux du Travail Social. Une organisation syndicale DEMOCRATIQUE Pour répondre aux besoins des élèves, des étudiants et des personnels, un plan d urgence doit être mis en place pour les services sociaux Redéploiement en primaire Le SNUASFP FSU dit non! Dans de nombreuses académies, le redéploiement des assistantes de service social scolaire vers le premier degré est à l oeuvre. Le SNUAS FP-FSU avait déjà alerté le MEN sur notre refus de ce redéploiement en janvier 2014 dans un courrier co-signé avec la FSU. Malgré nos nombreuses interventions dénonçant non seulement la surcharge de travail de nos collègues induite par cette intervention à marche forcée en primaire mais aussi l insatisfaction à prévoir pour les élèves, leur famille et les établissements scolaires. L accompagnement social nécessite du temps de présence au sein des établissements, temps de présence déjà insuffisant dans le second degré... Le SNUAS FP-FSU continue d intervenir pour faire cesser ce redéploiement et entend utiliser l ensemble des moyens d action à sa disposition pour faire entendre la voix des assistantes sociales scolaires! 9

10 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 10 Circulaire de missions le SNUASFP FSU entend porter les revendications des collègues! L annonce de l ouverture de groupe de travail au MEN au sujet de la rénovation de la circulaire de missions des assistantes de service social du MEN a été saluée par le SNUAS FP-FSU qui le réclamait depuis de nombreuses années. Loin de se satisfaire de cette première victoire, le SNUAS FP-FSU a souhaité recueillir l avis de l ensemble des collègues en organisant une grande consultation en juin Les conclusions de cette enquête ont confirmé les analyses du SNUAS FP-FSU (voir revue n 83), légitimant ainsi nos revendications tant en terme de missions (prévention et protection de l enfance, lutte contre l absentéisme et le décrochage scolaire...) qu en terme de moyens (la première des difficultés énoncée par les collègues concerne le manque de temps et donc de postes). Le groupe de travail est encore à l oeuvre à l heure où ces lignes sont écrites et plus que jamais, le SNUAS FP-FSU se battra pour des services sociaux de l Education Nationale renforcés et reconnus! Renforcement des ser vices sociaux du MENESR Le SNUASFP FSU persiste et signe! Une organisatio n syndi INDEPENDAN cale TE La s a FSU aux dress e age nts Depuis de nombreuses années, le SNUAS FP-FSU ne cesse de revendiquer la création massive de postes d assistantes de service social au sein du MENESR. Face à l inertie du ministère, le SNUAS FP-FSU remet sans cesse le coeur à l ouvrage et petit à petit, cela porte ses fruits! Ainsi, en septembre 2013, le SNUAS FP-FSU a obtenu que les 50 postes fléchés médico-infirmier et sociaux soient attribués exclusivement aux services sociaux du MEN. En septembre 2014, le SNUAS FP-FSU a obtenu la création là encore de 50 postes d assistantes de service social au MEN! Cela ne suffit pas à répondre aux besoins toujours plus grands, néanmoins le SNUAS FP-FSU continuera de porter les nécessaires créations de postes en ne laissant pas de répit au ministère! a nis a rg o E e al e c i d yn s n t io T R FO Un 10 S

11 SLA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 11 ECTEUR SUPERIEUR UNIVERSITE à deux vitesses, Toujours une crainte pour les diffé férents acteurs du Supé périeur Brèves de rentrée Les enseignants et acteurs du Supérieur dénoncent sans relâche les risques de la gestion de la pénurie budgétaire. Une nouvelle inquiétude se fait jour : pour faire face à la baisse des financements, le MESR et certaines Universités auraient "sanctuarisé" les budgets des filières élitistes au travers des labels et autres structures "grandes Ecoles", EquipEX/LabeX etc..., concentrant les fonds sur certaines universités. Ceci n'est possible qu'au détriment des formations de type cursus Licence qui, ainsi "dépouillées", se verront réduites à un modèle de type "collège universitaire", en particulier par l'éviction de la recherche dans les enseignements. Nous dénonçons ces pratiques qui, gérant la pénurie budgétaire pour le plus grand nombre, permettraient peut-être de faire face à la massification de l'enseignement supérieur mais avec le risque de dégrader le niveau, faisant alors du cycle Licence une sorte de prolongement/répétition du secondaire... pour les classes populaires. Nous ne pouvons adhérer à ces choix politiques et devons dénoncer ce système qui renforcera toujours plus les inégalités sociales. Le couac de l'université Paris X-Nanterre Des effectifs réduits, une meilleure préparation et un accès directe à la deuxième année de licence : voilà ce que proposera, dès la rentrée, le lycée privé parisien Cours Clapeyron, suite à la signature d un partenariat avec l université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Ce moyen de contourner la première année de licence (L1)... moyennant une somme de 4880 euros, de plus dans l ancien bastion de mai 68, n'a pas été du goût de tout le monde. Prise à partie, la direction de l'université a dû faire marche arrière, et reconnaît une «erreur». Mesures en faveur des étudiants Comme à la rentrée dernière, très légère augmentation du taux de bourses (0,7%) ce qui donne à ce jour les montants annuels ci-dessous, versés en 10 mensualités : Éch.0 Éch.0bis Éch.1 Éch.2 Éch.3 Éch.4 Éch.5 Éch.6 Éch.7 Sciences en Marche Ce mouvement appelle les chercheurs à converger vers Paris en octobre pour demander un plan ambitieux de création d'emplois statutaires à tous les niveaux de l'esr, le renforcement des crédits alloués aux laboratoires et Universités, la facilitation de l'accès à l'emploi des doctorants et docteurs. La FSU et ses syndicats nationaux, impliqués dans le Supérieur, font leurs les revendications de ce mouvement et appellent les militants et les collègues de l'enseignement supérieur à s'impliquer dans Sciences en Marche et également à dénoncer la dégradation des conditions de travail et des salaires, ainsi que le développement des emplois précaires. La FSU invite également à s'élever contre la mise en concurrence généralisée entre collègues, entre laboratoires, entre universités. Inscription + Sécu Sociale Autre mesure phare, la caution "Clé" Ce nouveau dispositif locatif doit permettre à tous les étudiants de moins de 28 ans de bénéficier d'une garantie de l'etat. En cas d'impayés de loyer, le propriétaire de l'appartement est dédommagé par un Fonds de garantie. Ce dispositif est financé par l'etat et la Caisse des dépots et les Régions partenaires. En contrepartie de la caution, les étudiants verseront une cotisation équivalente à 1,5% du loyer. Pour en bénéficier, il faut s'adresser au CROUS ou aux banques partenaires. Premier couac, le dispositif a été annoncé alors que la plupart des étudiants avaient déjà pris leur logement. Peut-être faut-il rappeler à la ministre et à sa secrétaire d'etat que la rentrée se fait en septembre! 11

12 SLA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 12 ECTEUR DEFENSE Système d Information de l Action Sociale (SIAS) Le MINDEF persiste à mettre en place le SIAS alors que les collègues de ce Ministère dénoncent toujours l atteinte portée au secret professionnel et les suites qui peuvent être préjudiciables pour les usagers. Mes chèr(e)s collègues, Vos nombreux appels téléphoniques sont l occasion pour moi de refaire un point sur le Système d Information de l Action Sociale (SIAS) et la position du SNUASFP sur cette question primordiale au regard de notre déontologie. En premier lieu, je vous communique en pièce jointe (n 1) les différents types de déclarations à effectuer auprès de la CNIL selon le type de données et l utilisation qui en est faite. Vous pourrez constater, dans ce tableau, que les données relatives aux «difficultés sociales» requièrent une autorisation de la CNIL tout comme d ailleurs «l interconnexion de fichiers à finalités ou intérêts publics distincts». Or, comme vous le verrez dans la pièce jointe n 2, notre Ministère n a fait qu une déclaration normale enregistrée sous le n le 04 février Cet enregistrement a engendré la délivrance d un récépissé de la part de la CNIL qui, pour les données précitées, ne vaut pas autorisation, autorisation pourtant requise. Par ailleurs, il est bien précisé que «ce récépissé n exonère notre Ministère d aucune de ses responsabilités». En second point, j aimerai attirer votre attention sur tous les documents dont vous avez été destinataires concernant le SIAS. Il apparaît que dans ces documents, les assistantes sociales ne sont jamais clairement nommées en tant que telles. En lieu et place sont employés des termes génériques tels que «professionnels du réseau social», «acteurs du réseau social», «utilisateurs du réseau social», etc, contribuant à une certaine confusion permettant ainsi de contourner la législation applicable à notre profession réglementée. Ceci nie de fait notre spécificité et notre qualification professionnelle ainsi que l obligation que nous avons de respecter notre déontologie. Par exemple, cela reviendrait à dire que les aides-soignants et les médecins, tous deux acteurs médicaux, auraient les mêmes obligations et responsabilités. Or, le secret professionnel et la confidentialité sont les fondements de notre métier et c est bien cela qu il faut protéger. Par ailleurs, parmi les documents diffusés, le dépliant sur le SIAS met en évidence toute l incohérence de ce dispositif. En effet, sur la première page «Pourquoi s informatiser?», il est précisé que la base de données est anonyme alors même que sur la deuxième page intitulée «les informations enregistrées» il est clairement indiqué que le dossier doit obligatoirement contenir l état civil du ressortissant ainsi que celui des personnes composant son foyer. Sur la troisième page «Le respect de la confidentialité», notons tout d abord l emploi du terme «nous» dans la phrase «Nous garantissons la confidentialité des informations vous concernant» sans que ce celui-ci ne renvoie à un interlocuteur déterminé. Le comble de cette situation, c est que ce sont les coordonnées de l assistante sociale qui sont mentionnées au verso du dépliant remis au ressortissant. Seul le détenteur du secret professionnel, c est-à-dire l assistante sociale, a la prérogative d en garantir sa protection. D ailleurs, comment une assistante sociale peut-elle garantir à un ressortissant la confidentialité des données relatives à sa vie privée alors même que celles-ci lui échappent? Je terminerai sur les consignes de notre syndicat professionnel qui restent les mêmes, à savoir demander à votre hiérarchie (cf pièce jointe n 3) l autorisation émanant de la CNIL qui est indispensable : - pour l informatisation des difficultés sociales classées par la CNIL comme des données sensibles et à risque, - pour l interconnexion de fichiers à finalités ou intérêts publics distincts, car comme indiquée auparavant, une déclaration normale n est pas suffisante. En outre, nous avons saisi la Ligue des Droits de l Homme et fait appel à un juriste spécialisé en matière de protection de la vie privée. Ce dernier, par conséquent, est compétent pour ce qui est de la mise en place de tout système contrevenant à l article 9 du Code civil qui confère à chacun le droit au respect de sa vie privée. Bien à vous, Maryse BRUN, Responsable section de la DEFENSE SNUAS FP 12

13 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 13 L ETAT EN MUTATION Attaque des services publics [ La Réforme de l'état ] L'exécutif peine à rénover les Services Publics. Mais pas étonnant lorsque l'on sait les traces indélébiles laissées par la RGPP qui, rappelons-le, s'est traduite par la suppression de plus de postes d'agents publics, menaçant l'existence même de certains services publics par le désengagement de l'etat et la dégradation de ces services. Depuis juin, nouveau virage et nouveau secrétaire d'etat qui promet, au travers de concertations, de groupes de travail, de passer en revue «les missions de l'etat et ses niveaux d'intervention». Mais pour l'instant, rien ne fuse : impossible de connaître aujourd'hui les blocs de compétence dont l'etat pourrait se délester. Seule indication du secrétaire d'etat : «le futur Etat déconcentré s'appuiera sur des équipes fortes à l'échelon départemental, pour garantir l'égal accès aux services publics et leur qualité» (sic!). Mais voilà, devons-nous ou pouvons-nous y croire alors que la Cour des comptes met la pression en préconisant l'augmentation du temps de travail des fonctionnaires, le gel des embauches dans les ministères prioritaires (et donc dans le nôtre!) et la poursuite de la réduction d'effectifs dans les autres! [ C'est une Réforme Territoriale ] Les députés ont adopté, le 23 juillet, le premier volet de la réforme territoriale avec notamment une nouvelle carte de France, qui pourrait encore évoluer au Sénat à l'automne. Cette carte fait passer le nombre de régions en métropole de 22 à 13, avec notamment la fusion des régions Poitou- Charentes, Limousin et Aquitaine, ainsi que celle du Nord- Pas-de-Calais et de la Picardie. Après les grandes lois de décentralisation de 1982 et l introduction dans la Constitution de la République décentralisée, la réforme portée par le chef de l Etat entend "transformer pour plusieurs décennies l architecture territoriale de la République". A terme, l'objectif est celui d'une réforme constitutionnelle prévoyant notamment la suppression du conseil général en C'est un projet qui n'est pas un simple projet de «restructuration territoriale», mais qui entraînera pour tous les citoyens de nombreux changements (l'éloignement des services, etc...) et tout cela sans concertation aucune avec les organisations des salariés. 13 Entrainant des changements dans les niveaux de décisions : L'expression réforme de l'etat désigne plutôt des actions de types législatifs «décentralisation -déconcentration plan quinquennal, etc, qui définissent le périmètres de celles-ci, à quel niveau est dévolu la responsabilité de ces actions (ex protection de l'enfance). Depuis de nombreuses années, les différents gouvernements s attellent à ce chantier avec des terminologies différentes, mais en affichant tous le même objectif politique : - mieux servir les usagers, - prendre en compte les nouveaux besoins, - mettre en adéquatgion nos services publics avec l'europe Mais ne nous leurrons pas : l'objectif final est le même pour tous «faire des économies» [ Les Services Publics en danger ] Le présupposé sur lequel tous les politiques s'accordent «de droite ou de gauche» est à combattre avec toutes nos convictions : Non le Service Public et les Fonctionnaires ne coûtent pas cher! Cet argument est actuellement appliqué pour tous les secteurs de l'etat les plus indispensables à la population : la santé et l'école. Les Agences Régionales de Santé en sont un exemple connu de tous : le gouvernement n'a plus à rationaliser le système médical, les agences le font à sa place : par des restructurations territoriales, mais aussi en favorisant l'entrée des «fonds de pensions» dans des structures publiques! Pour ce dossier diffcile et néanmoins important à suivre, et pour aller plus loin, nous vous proposons d'aller sur le site «http://www.gouvernement.fr» pour se faire une idée des discussions qui se tiendront dans le cadre de l'agenda social. Nous devons être tous et toutes attentifs et solidaires à ce qui se passe dans toute la Fonction Pblique et bien entendu dans notre propre maison «l'education Nationale» où là aussi la rationalisation des moyens est mise en oeuvre par le rédéploiement dans certains départements.

14 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 14 FONDS SOCIAUX Petit rappel : Les Fonds Sociaux avaient été créés par le ministère de l Éducation Nationale afin de répondre aux difficultés des élèves ou de leurs familles pour assumer les dépenses de scolarité et de vie scolaire, aucun enfant ne devant être exclu d'une activité dans l'école parce que ses parents ne sont pas en mesure d'en assurer le financement. Ils avaient pour vocation d apporter une aide exceptionnelle, rapide et adaptée aux élèves pour faire face à des dépenses de vie scolaire et de scolarité. En 1996, étaient donc créés un fonds social collégien et un fonds social lycéen (circulaire n du 29 janvier 1996 remplacée par la circulaire n du 11 mars 1998), complétés en 1997 par la création d un fonds social pour les cantines destiné à faciliter l accueil de ces mêmes élèves à la restauration scolaire (circulaire n du 4 septembre 1997). Les Fonds sociaux devaient, selon le ministère, assurer l'égalité de tous. Rappelons que lors de leur création, le SNUAS FP n'y était pas favorable et réclamait d une part un droit à la restauration pour tous au travers d'un "service public de restauration" et d autre part que l'accent soit mis sur une réelle revalorisation des bourses nationales. Pour autant ces Fonds, bien qu'indigents, ont permis de résoudre bien des difficultés liées aux frais de scolarité. Académie de Grenoble! DIMINUTION drastique des Fonds sociaux Encore une fois, après une première alerte pour le premier trimestre de la rentrée scolaire (soit la fin de l'année civile 2013) les assistantes sociales scolaires signalent à nouveau des difficultés dans un certain nombre d'établissements pour cette rentrée Certains établissements voient déjà leur Fonds Social épuisé et ne sont pas en mesure d'aider les élèves en difficulté, allant jusqu'à refuser l'inscription à l'internat, faute de financement. Lors du comité technique académique de juin, le SNUAS FP constatait une inquiétante baisse du budget prévisionnel 2014 des Fonds sociaux. Ceux-ci figurent au BOP 230 vie de l'élève tout comme les AED, les crédits action éducative, les frais de déplacement, la formation des AVS, les bourses, les cotisations et rentes accidents du travail des élèves. Or la ligne budgétaire Fonds Sociaux est la seule avec celle des AED à être en très forte diminution et semble être la variable d'ajustement du rectorat. Le SNUAS FP constate une diminution de plus de 50% du budget Fonds sociaux depuis 2008 et se demande si l'on ne s'oriente pas vers la disparition pure et simple des Fonds sociaux. Cette situation vécue sur l'académie de Grenoble, est-elle généralisée sur le territoire national? il est difficile de répondre tant les informations obtenues sont contradictoires. Ce que l'on peut affirmer c'est que ces Fonds n'ont cessé de diminuer pour se réduire à peau de chagrin. Le ministère de l Éducation Nationale prétend vouloir lutter contre les inégalités sociales au sein d'un gouvernement qui mène une politique d'austérité qui ne dit pas son nom et où la justice sociale n'est plus d actualité. Comment compte-il faire face aux demandes des familles dans le contexte d'un budget contraint, alors que l'objectif principal du gouvernement est de trouver 50 milliards sur et que ce dernier coupe dans les dépenses de fonctionnement et d'intervention de l'état. 14

15 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ :11 Page 15 L ÉGALITÉ... Un Plan OUI...toujours en question L'ABCD de l'égalité remplacé par le Plan d'action pour l'égalité entre les filles et les garçons à l'école Dans notre pays, les inégalités hommes-femmes et les stéréotypes persistent. Réussite et orientation scolaire, reconnaissance salariale, le combat pour l'égalité filles-garçons est plus que jamais d'actualité. C'est autant celui de l'école que de la société. Transmettre des valeurs d'égalité et de respect entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, combattre les inégalités de traitement, de réussite scolaire, d'orientation et de carrière professionnelles. Proposer des outils pour agir sur les représentations des élèves et les pratiques des acteurs de l'éducation, Voilà ce que proposait le ministère pour remédier aux inégalités d'accès aux savoirs, aux études supérieures entre les hommes et les femmes et plus tard, aux postes de responsabilté au travers de l'expérimentation l'abcd de l'égalité. Pour faire face aux attaques, manipulations et désinformations de l'expérimentation ABCD de l'égalité, le ministère propose d'étendre et d'amplifier l'expérimentation en adaptant et en enrichissant les ressources pédagogiques adaptées et généralisées (premier et second dégré). C'est ainsi que pour cette rentrée et sur la base de l'évaluation fournie par inspection générale de l'education Nationale, le gouvernement a donc décidé d'engager un plan d'action, en direction des futurs enseignants (formation initiale, continue des enseignants), avec des outils "améliorés" dans "l'objectif maintenu de l'abcd : transmission aux élèves de la valeur égalité filles-garçons, faite à partir de séquences pédagogiques enrichies en classe s'inscrivant dans le socle commun et dans les programmes (histoire, géographie, éducation civique, éducation physique et sportive,...)." Cependant, pour nos collègues enseignants du premier degré, "si l'intention est là, la concrétisation risque d'être plus compliquée, la formation continue étant le talon d'achille de l'école primaire". De plus, notons que l'inclusion de l'égalité dans les programmes n'est pas pour tout de suite puisque une refonte de ces derniers est en cours, attendus à partir de Quant à la malette pédagogique,...elle est en cours d'élaboration mais sans échéancier. Par ailleurs, il est prévu d'inscrire la question dans les projets d'établissements et conseils des écoles. Espérons encore une fois qu'il ne s'agisse pas d'un recul et que les moyens seront mis en terme de formation des enseignants et souhaitons que ces moyens ne dépendront pas du bon vouloir des inspecteurs de circonscription et ce à moyens constants. L'Education Nationale ne peut pas renoncer à ses principes de laïcité, d'égalité et de justice sociale sous prétexte qu'une infime partie de la population, au travers de collectifs ou groupuscules réactionnaires et intolérants voudrait imposer ses vues sectaires et utiliser la division pour mieux régner. Des Promesses NON 15

16 LA REVUE 87:Mise en page 1 09/10/ : en6seig0na0 nts Page personnels de l éducation a ss ire gra tui te. fr nt as sis tan ce sc ola pour leurs risques pro utilise pour leurs élèves urés fessionnels 0 6insc5rits0à 0 Cap Concours 3entr7an7ts 0dans pa ignants e s n e t e rents ok Facebo la page ts-profs» à s é n n n abo tion pare «Éduca rmés le métier fo ques en 2013 aux ris de s et responsabilité sseurs rofe leur fonction (p ters, AVS) stagiaires, mas LA MAIF ET L ÉCOLE, 80 ANS DE COOPÉRATION. Accompagnement, soutien, mise à disposition de ressources pédagogiques... la MAIF s efforce d assurer et d accompagner au mieux les personnels éducatifs dans leur parcours professionnel et leur vie privée. Cap-concours et ASP sont conçus et réalisés en partenariat avec Rue des écoles 2 ter rue des chantiers Paris. L assurance des risques professionnels relève de l Offre Métiers de l Éducation, contrat proposé par la coassurance MAIF et USU. MAIF Société d assurance mutuelle à cotisations variables Niort cedex 9. USU Société d assurance mutuelle des Autonomes de Solidarité Laïques à cotisations variables 7 Rue Portalis Paris. Entreprises régies par le Code des assurances. Fédération des Autonomes de Solidarité Laïque Association régie par la loi de rue Portalis Paris.

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 FO a été reçu à sa demande par le doyen de l inspection générale Vie scolaire, monsieur Bisson-Vaivre et monsieur Goyheneix, Inspecteur général, le 6 juillet

Plus en détail

PEGC Académie de Rennes

PEGC Académie de Rennes Septembre 2014 SNUipp-FSU CONTACTS Sections départementales SNUipp Côtes d'armor snu22@snuipp.fr Tél : 02 96 61 88 24 Finistère snu29@snuipp.fr Tél : 02 98 53 76 77 Ille et Vilaine snu35@snuipp.fr Tél

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C FILIÈRE ADMINISTRATIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE D ÉTAT PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU PÔLE ÉDUCATIF Éducation Nationale - Enseignement Supérieur - Jeunesse et Sports NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C Une revalorisation

Plus en détail

JE SUIS AIDE-SOIGNANT. Elections CTE/CAP. Auxiliaire de Puériculture Aide médico-psychologique

JE SUIS AIDE-SOIGNANT. Elections CTE/CAP. Auxiliaire de Puériculture Aide médico-psychologique JE SUIS AIDE-SOIGNANT Auxiliaire de Puériculture Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux personnels Aide-Soignant, Auxiliaire de Puériculture et Chacun connait le contexte actuel difficile, conséquence

Plus en détail

E dito. coût de l'énergie donc à l'augmentation de la part fixe.

E dito. coût de l'énergie donc à l'augmentation de la part fixe. B u d g e t d e s c o llè g e s S e m o b i l i s e r e t a g i r e n C A! E dito : Le budget annuel s collèges - ou Dotation Globale Fonctionnement (DGF) est alloué par le Conseil Général (CG) chaque

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr C est la rentrée! n 4 Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr 1- Le Mag Santé-Social - 4ème trimestre 2014 L édito Lors du QUE VIVE LE DIALOGUE SOCIAL Dans son discours à l Assemblée

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Circulaire C.G n 04.18 D.M du 3 novembre 2004 Mise à jour Juillet 2008 TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Réf. : - Décret 2004.878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Les fonctionnaires sont les salariés qui paient le plus lourd tribut à la réforme des retraites, qui pourtant n'apparaît que comme un deuxième

Plus en détail

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG Version Octobre 2014 Rectorat de l académie de Strasbourg 6 Rue de la Toussaint 67975 Strasbourg cedex 9 1 Page 1/14

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Crise budgétaire où en sommes nous?

Crise budgétaire où en sommes nous? Le JOURNAL desetudiants de l UVSQ Crise budgétaire où en sommes nous? L université ne fermera pas ses portes. Parmi les nombreuses erreursde communication de la direction de l université, la menace de

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CIRCULAIRE CDG90 07-13 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis. Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

Un nouvel État territorial

Un nouvel État territorial La réforme de l administration territoriale de l État 1 / 7 Un nouvel État territorial L organisation territoriale de l État en France est caractérisée par : une architecture historique calée sur les départements

Plus en détail

L actualité de la fonction publique. SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012

L actualité de la fonction publique. SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012 L actualité de la fonction publique SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012 L actualité de la Fonction publique 1 L agenda social de la fonction publique : 1.1 De nouvelles orientations, de nouvelles

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Le livret du délégué 2011/2012 LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Mail : www.lycee-jeanmoulin.fr 1 Vous avez été élu(e) par vos

Plus en détail

Assistants d éducation, Assistants Vie Scolaire, Assistants pédagogiques Texte En date

Assistants d éducation, Assistants Vie Scolaire, Assistants pédagogiques Texte En date Assistants d éducation, Assistants Vie Scolaire, Assistants pédagogiques Circulaire n 2008-108 21 août 2008 concernant le recrutement et l emploi des assistants d éducation. Abroge et remplace toutes les

Plus en détail

La fonction publique en France

La fonction publique en France MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2013 La fonction en France Des métiers au service des citoyens les essentiels Dans la fonction, tous les agents

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein Enseignants associés Référence : décret n 85-733 du 17 juillet 1985 modifié décret n 2007-772 du 10 mai 2007 et arrêté du 10 mai 2007 Le régime de l association régi par le décret n 85-733 du 17 juillet

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi. Monsieur le Président de la Mutualité française, cher Etienne CANIARD,

Seul le prononcé fait foi. Monsieur le Président de la Mutualité française, cher Etienne CANIARD, 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Congrès de la Mutualité Française Nantes Jeudi 11 juin 2015 Monsieur le Président de la Mutualité

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT?

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT? Introduction : Le 17 décembre 2002, la Commission européenne a adopté un «rapport d'évaluation des stratégies nationales en matière de pensions adéquates et viables» (1). Ce rapport indique que «Le rythme

Plus en détail

Vade-mecum sur les regroupements

Vade-mecum sur les regroupements Vade-mecum sur les regroupements Le nouvel article L718-2 du code de l éducation fixe l objectif que «Sur un territoire donné, qui peut être académique ou inter académique, sur la base d'un projet partagé,

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

Guide pratique pour les étudiants

Guide pratique pour les étudiants Guide pratique pour les étudiants SOMMAIRE Des aides financières plus nombreuses et plus justes p. 3 La réussite des étudiants, une priorité p. 11 Des conditions de vie et d études améliorées p. 18 L insertion

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

Une circulaire "Technique" sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers

Une circulaire Technique sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers Paris, le10/11/2009 46, avenue d Ivry 75647 PARIS cedex 13 01 40 63 27 31 Fax: 01 40 63 29 09 Secrétariat : Claudine CAUQUIS : 01 40 63 27 10 tresor.enretraite@snes.edu Aux secrétaires et Trésoriers de

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012 Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012 Etaient présents : Représentant l'administration : Monsieur Eric TOURNIER,

Plus en détail

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise!

BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST MAINTENANT! Tout savoir sur les orientations stratégiques de l'entreprise! Groupe CEolis Le spécialiste des comités d'entreprises, des CHSCT et des Syndicats Newsletter SPECIALE avril 2014 Édito : Eclairer l'avenir de l'entreprise BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES : C'EST

Plus en détail

Liste des promesses tenues*

Liste des promesses tenues* 331 Culture Démocratiser l'accès au multimédia. I. CHANGEONS LA VIE QUOTIDIENNE DES FRANÇAIS.7. Assurer notre rayonnement culturel.nous porterons le budget de la culture à 1% du budget de l'etat. Nous

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Union syndicale des fonctionnaires et des salariés des Services Publics Parisiens

Union syndicale des fonctionnaires et des salariés des Services Publics Parisiens 1. Retour du Comité technique paritaire (CTP) du 8 octobre 2013 Le CTP est une instance municipale qui doit traiter des questions d'emploi et d'organisation du travail à l'échelle de chaque Direction.

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012

Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012 Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012 PROJET DE MODIFICATION DU COMPTE RENDU DE COMITE DIRECTEUR La rédaction des comptes rendus et des synthèses destinées aux guides génère un travail important

Plus en détail

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS Ordre du jour : Ouverture de la négociation sur les salaires, Projet de mutuelle santé du réseau, Bilan de formation 2010, orientations 2012. Présents : Marcel

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

«Après le vote de la Loi de financement de

«Après le vote de la Loi de financement de À la veille du grand débat sur la protection sociale, annoncé par le premier ministre, beaucoup d interrogations demeurent. Dans une société de plus en plus individualiste, maintenir un système de protection

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin!

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin! Santé ET Prévoyance vous accompagne vraiment plus loin! 3 offres labellisées pour bien accompagner votre démarche de protection sociale La participation financière de votre collectivité fait avancer la

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR Maison de retraite Foyer de vie 6-8 avenue Théodore d Arthez 64 120 SAINT PALAIS Tél. : 05.59.65.73.04 Fax : 05.59.65.61.82 E.mail : contact@stelisa.com Nom : Prénom :.. Date :.. CONTRAT D ACCUEIL DE JOUR

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CV Réf. : II-13-1-5 Pôle des services Date : 15.09.2012 services@cdg81.fr Ref : 7-9 Références : - Loi n 83-634 du 13

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Info flash n 18 Juin 2015

Info flash n 18 Juin 2015 Info flash n 18 Juin 2015 Spécial Mouvement Intra Résultats Sommaire : 1) Compte rendu de la CAPA du 25 juin et bilan mouvement intra 2) Déclaration SNES-FSU CAPA du 25 juin 1) Compte rendu de la CAPA

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Tél. 02.32.95.11.49 Fax : 02.32.95.11.70 Mutuelle du Personnel Centre Hospitalier du Rouvray 4 rue Paul Eluard 76300 Sotteville-lès-Rouen REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Ce règlement intérieur

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-166

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-166 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-166 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la prescription d indus sur rémunération réclamés par les comptables publics aux agents publics de l Etat

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Formation des Directeurs

Formation des Directeurs Sujets proposés : Préalable: l Ecole n est pas un Etablissement public. Objectifs, actions pédagogiques et socle commun Quelle coopérative? Comment? Argent à l'école, argent de l'école, gratuité Assurances

Plus en détail

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg Académie de Strasbourg Groupe Professionnel de Secteur CPE Colmar Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4 REGLEMENT INTERIEUR «SERVICE INTERPROFESSIONNEL DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA MANCHE» Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO PREAMBULE

Plus en détail

Préambule. Négociations Fonction publique hospitalière Refonte des grilles de catégories B et de la filière paramédicale

Préambule. Négociations Fonction publique hospitalière Refonte des grilles de catégories B et de la filière paramédicale Négociations Fonction publique hospitalière Refonte des grilles de catégories B et de la filière paramédicale Préambule Ces travaux s inscrivent dans le protocole Jacob, concernant les trois fonctions

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Recrutement d enseignants du second degré. Que vaut-il mieux présenter : CAFEP (Privé) ou CAPES (Public)?

Recrutement d enseignants du second degré. Que vaut-il mieux présenter : CAFEP (Privé) ou CAPES (Public)? SYNEP Le syndical SYNDICAT NATIONAL DE L ENSEIGNEMENT PRIVE Maison de la CFE-CGC 63 rue du Rocher 75008 PARIS tél. : 01 55 30 13 19 Fax : 01 55 30 13 20 Email : synep@synep.org Recrutement d enseignants

Plus en détail

REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h

REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h contact : versailles@sgen.cfdt.fr REUNION DE CONCERTATION DES CHEFS D ETABLISSEMENTS ORGANISEE PAR LE RECTEUR (GROUPE DES 9) : le 10/01/13 à 15h Ordre du jour : 1. Préparation de rentrée ; 2. Emplois d

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail