L intervention auprès des jeunes adultes avec des problèmes médico-chirurgicaux : Exemples d interventions en hôpital général.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L intervention auprès des jeunes adultes avec des problèmes médico-chirurgicaux : Exemples d interventions en hôpital général."

Transcription

1 L intervention auprès des jeunes adultes avec des problèmes médico-chirurgicaux : Exemples d interventions en hôpital général. Dr. Fabien Gagnon, MD, D.Psy., FRCPC Dre. Carole Ratté, MD, FRCPC Dre. Marie-Julie Cimon, MD, FRCPC Centre Hospitalier de l Université Laval Dépt. de Psychiatrie et Neurosciences, U.L. Colloque: Santé mentale des jeunes adultes Québec, 30 mars 2012

2 Déclaration de conflits d intérêt Au cours des 3 dernières années les 3 présentateurs ont fait partie de comités consultatifs pour Lundbeck Canada. Pas de conflit d intérêts à signaler par rapport à la présentation de ce jour.

3 Nous sommes Vous êtes?

4 Objectif général Présenter des exemples de pratique de la psychiatrie, voire de déploiement, auprès d une clientèle de jeunes adultes avec des problématiques médico-chirurgicales.

5 Objectifs Présenter un survol du passage de la pratique de la psychiatrie en milieu psychiatrique vers les milieux de soins médico-chirurgicaux. Proposer des exemples de modes de présentation de ce travail: Troubles des conduites alimentaires Périnatalité Médecine psychosomatique et Consultation-liaison (Perspectives de collaboration avec l organisation de services et de soins.) Conclusion et Discussion

6 Brain Body Interface

7 Nouvelles tendances 70 s La psychanalyse en dehors des Instituts La rétroaction biologique / Biofeedback (auto-régulation, emprise sur le corps) Les études sur la sexualité de Masters et Johnson on veut découvrir Les facteurs de risques de la maladie et les habitudes de vie / re: Behavioral medicine ou Médecine du comportement

8 Psychiatres en hôpital général USA fin 1920 s vs Québec début 1970 s Années 1970 changements de paradigme sur les soins de santé au Québec Des départements de psychiatrie en CHG les droits aux soins Les patients psychiatriques en CHG, et les patients médico-chirurgicaux vus par des psychiatres (impact de la proximité et de la disponibilité)

9 Nouvelles tendances 70 s L approche comportementale et les mesures Le tiers payeur (TCC Psychologie de la santé EBM) Zbigniew J. Lipowski le délirium non-agité la médecine psychosomatique Diagnostiquer / Traiter / Prévenir les problèmes psychiatriques chez les patients médico-chirurgicaux (dont les schizo re: Koranyi) / et Éduquer les professionnels de la santé, les patients et leurs familles

10 Service de psychiatrie de liaison et médecine psychosomatique CHUL 1973 Volet consultation-liaison interne Et Volet experte en psychosomatique On verra que la clientèle est très variée

11 Axis III

12

13 Programme d Intervention dans les Troubles des Conduites Alimentaires (PITCA)

14 Notre programme: PITCA L équipe: La clientèle: 2 psychiatres 6 professionnels Programme suprarégional Nouveaux cas: 90/année Cohorte active: 160 Hospitalisations: 25/année Moy=3 mois PDJ: 32/année Jeune: Majorité entre 18 et 25 ans

15 Particularités du TX Période développementale majeure Rôle minime de la médication VS importance de la psychothérapie Complexité Travail avec les consultants médicaux Equipe interdisciplinaire Travail avec la famille Lien avec la pédopsychiatrie

16 Objectifs de traitement Normaliser le poids et les comportements alimentaires Traiter les complications physiques Stimuler la motivation Modifier les cognitions, les attitudes, les conflits à la source du TCA Traiter la comorbidité psychiatrique Informer et supporter la famille Prévenir la rechute

17 Cas clinique 1 F -18 ans,référée par psy de Rimouski, Etudiante CEGEP IMC= 14, RC=34, Aménorrhée x2ans, ostéopénie, pancytopénie, ascite, oedemes Hosp x4 mois: cons med int, hémato, physio Crise identitaire, relation enchevêtrée avec mère, difficulté expression émotions négatives,perfectionnisme +++ Suivi conjoint Rimouski

18 Cas clinique 2 F -21ans, étudiante bacc adm., référée par pédiatrie ( rachitisme hypophysaire héréditaire) IMC= 12.7,Aménorrhée x1an, hépatite de dénutrition, négation+++ Hosp x4 mois, PDJ ( Saguenay) Cons endocrino, med int, génétique Anxieuse, perfectionniste, surprotection de mère, difficultés de séparation-individuation Prend distances face à famille, réorientation scolaire, copain

19 Cas clinique 3 H-19 ans, urgence, étudiant CEGEP, Equipe nationale de ski de fond IMC=21 (6 5 ), hypotestostéronisme,oedèmes, pancytopénie, enzymes hépatiques Boulimie, restriction,chaos alimentaire, vomissements Hosp x 3 mois,cons hémato, biopsie de moëlle, implication du physiothérapeute dès le début, rencontres avec son entraîneur Crise identitaire, perfectionniste +++, tr anxieux NS, citalopram 60

20 Cas clinique 4 F-17 ans, pas insertion sociale, 3 Hosp antérieures, transfert de pédo, ordonnance de tx ( AN sévère, épanchement péricardique) Evaluation au CHUL pendant Hosp à HDSC Evitante, opposante, «peur de la vie», anxiété sociale, anxiété de séparation Rééducation nutritionnelle, psychoéducation, suivi hebdomadaire, intervention familiale Fin ordonnance mars 2012: étudiante en tech inf, copain, poids normal

21 Ne tuons pas la beauté du monde Re: Colombie-Britanique / Alberta

22 Périnatalité

23 Sarah et Dany Couple mi vingtaine, en union depuis 5 ans 1ère grossesse non planifiée Référence de l équipe obstétricale vu prise d antidépresseur et perte de poids Sarah repousse à quelques reprises les RV, rencontrée à 21 semaines, hospitalisée pour anorexie nerveuse à l adolescence Se dit en contrôle de son anorexie, accepte de prendre 5 ou 6 livres, ce qui correspond au poids du BB Dany ne s inquiète pas puisque Sarah est en pleine forme (elle mange santé, travaille, s entraine encore tous les jours!) Sarah est hospitalisée à 30 semaines pour vasa previa

24 Psychiatrie périnatale Au-delà des 5 axes.

25 La réalité au Centre Mère-Enfant du CHUQ 4745 accouchements par an ( ) Grossesse à risques: hospitalisation parfois plusieurs semaines jusqu à l accouchement, loin du réseau social et familial Accouchement: moyenne de séjour post-partum: accouchement naturel: 36-48h césarienne: 4 jours Naissance prématurée: unité néonatale: hospitalisation du BB jusqu à l équivalent à terme ou un peu plus

26 Interventions psychosociales, psychiatriques et pédopsychiatriques: quand? préconception pendant la grossesse à l accouchement en post-partum lorsque BB est malade ou décédé

27 Où? En clinique externe ou pendant l hospitalisation Qui? Les acteurs: mère (parfois adolescente ), père, BB frères et sœurs, famille, accompagnants, amis Et aussi pédopsychiatre, psychiatre, travailleur social, nutritionniste, orthophoniste, physiothérapeu ergothérapeute, équipe infirmière, médicale, pédiatrique et obstétricale, CLSC, DPJ

28 Psychiatrie périnatale Incidence plus grande de psychopathologie chez la femme pendant cette période «Souffrance psycho-sociale» beaucoup plus fréquente VS psychopathologie chez la minorité

29 Dans la clinique

30 Claire et Daniel Couple fin vingtaine, en union depuis 4 ans 1ere grossesse désirée à 15 semaines Annonce de jumeaux lors de l écho de 14 semaines Réquisition de Claire d obtenir une réduction sinon avortement Claude, plus discret, souhaite le bien de sa conjointe Équipe obstétricale hésitante à accepter leur demande.

31 Maria et Enrique Couple début trentaine, marié depuis 7 ans, immigré de la Colombie depuis 2 ans, 1 petite fille de 3 ans 2ème grossesse de 12 semaines non planifiée Hospitalisée en Colombie en post-partum pour psychose, traitée par anti-psychotique Arrêt de la médication par Maria il y a environ 6 mois Retour des Sx psychotiques, déni de la grossesse Enrique l amène à l urgence avec la petite

32 Marie-Josée et Benoit Couple dans la vingtaine, en union depuis 8 ans, 2 enfants de 6 et 2 ans 5ème grossesse planifiée, G2 expulsion à 27 sem, G3 mort BB à qqs heures de vie, G5 jumeaux! Hospitalisée en obstétrique à 28 semaines pour rupture des membranes repos complet, accouchement prématuré à 30 semaines, 2 BB en néonatalogie dont un dans un état précaire Marie-Josée connue pour TOC (symétrie-ordre-contamination), médicatio cessée à l annonce de la grossesse Retour des TOC, «utiles» pour les soins des BB mais Détresse de Benoit qui ne sait plus quels rituels il doit suivre

33 Véronique et Martin Couple dans la trentaine, en union depuis 4 ans, thérapie de couple depuis 1 an Désir de grossesse du couple mais Véronique est ambivalente Véronique souffre de tr.douloureux et de fatigue chronique depuis l âge de 17 ans, a peur de la détérioration des Sx enceinte et en post-partum, Dx de TAG par MD famille sous anti-dépresseur Martin, dont le père est MD, est confiant Augmentation de l anticipation et de l anxiété dans le contexte où Véronique doit prendre une décision avant d être «trop vieille» A l annonce de ma propre grossesse, décide d arrêter les c.o. après notre RV

34 Importance du travail interdisciplinaire Contre-transfert des équipes médicales et para-médicales Transfert du patient et son propre contretransfert

35 Psychiatrie périnatale Au-delà de la médication et du DSM V

36 Psychiatrie de consultation-liaison Médecine psychosomatique

37 Au cours des ans Création du Service de PM en 1973, Interne et externe (Clinique des Transsexuels) / Importance de la mission du milieu Le CHUQ en 1995 Psycho-oncologie et psychonéphrologie / CHUQ-HDQ Couverture C-L SFA 2005 CME (dont Périnatalité, IVG, Dx prénatal ) Cliniques de la Douleur, VIH, Maladies Digestives

38 Activités Autres que Cliniques Enseignement externes résidents en médecine familiale résidents de psychiatrie Recherche Formation des professionnels de la santé

39 Clientèles Dx Troubles d adaptation Anxiété, dépression Troubles affectifs Troubles anxieux Déliriums (SCO), Tr. Délirants (Évaluation du risque, évaluation des capacités) Troubles somatoformes TS, TSI, TSNS Hypochondrie TDC Autres exemples de clientèles en annexe Conversion Douloureux (Troubles factices, simulation)

40 Nokya un appel à l aide Jeune femme de 28 ans Se présente à l urgence pour aide avec des obsessions sur son visage Demeure avec un conjoint plus âgé, pas d enfant, le couple va mal Prend 3 heures am et 3 heures le soir à se préparer devant le miroir à cause de son visage et le jour Elle veut mourir Elle s est toujours inquiétée pour tout et pour rien, mais là elle est obsédée par les imperfections de son visage Elle se demande qui elle est vraiment Elle regrette sa mère décédée quand Nokya avait 10 ans Elle se dit qu il vaudrait peut-être mieux mourir Elle ne veut pas de médicaments Elle ne croit pas aux psychologues Que faire?

41 Championne quand ça ne tourne plus comme avant Jeune fille de 18 ans en sports études patinage artistique au secondaire A un copain, demeure chez son père A de la difficulté a poursuivre au CEGEP pcq douleurs dans tout le corps, pire aux membres inférieurs et au bas du dos (7/10, presque 24/7) fatigue, étourdissements, insomnie, troubles d attention et de concentration Investigation bio plutôt négative: dx fibromyalgie, légère anémie N en peut plus. Pense à mourir. Se décourage. Ne sait plus quoi penser de vivre, de sa vie, de ce qu elle est. Pas de stresseur évident comme déclencheur. C est bio ou c est psycho? Ou les deux? Aborder les possibilités, explorer les facteurs, utiliser la médication pour augmenter le sentiment d efficacité personnelle, être réaliste mais viser reprise d espoir et proposer des avenues de compréhension et d intervention dans et sur sa vie à venir

42 Identity, cesse ton cinéma Identity, une jeune femme de 26 ans, grande, très jolie, intelligente ++, célibataire, sans enfant Colite ulcéreuse réfractaire au traitement Doit revenir à Québec elle étudiait à Montréal en cinéma, reprend la vie avec sa mère qui la couve mais lui reproche son manque d autonomie en même temps. Le père a laissé de couple fille-mère quand Identity avait 1 an. Elle a toujours voulu retrouver une vie avec son père mais a peur d abandonner sa mère pourtant dure avec elle. On la voit à l hôpital. Elle a d énormes douleurs et saignements. Se faire opérer ou non? Une stomie suite à la colostomie, peut-être un sac permanent, peut-être une réanastomose Elle a toujours été nerveuse pour ses parents, leur santé, ssa propre santé à elle. Elle se sent perdue, inquiète et son anxiété est extrême. Comment vivre à travers tout ça? Et les cicatrices sur le corps. Elle a peur des Rx, elle a peur de déprimer. Soutien pendant les 3 phases chirurgicales. La tension monte avec sa mère, elle ne pourra plus aller à Montréal pour un certain temps car pas de sous, pas de job, pas de formation terminée, mais peu de perspective d emploi à Québec. Elle retrouve la paix dans son système gastrointestinal, mais son angoisse la rend fragile, très émotive. Elle se cherche A l impression d avoir vécu unf film dont elle ne connaît pas le dénouement du scénario

43 Conclusion

44 L intervention auprès des jeunes adultes avec des problèmes médico-chirurgicaux La jeune clientèle médico-chirurgicale a aussi des besoins en santé mentale Rôle diagnostic, de traitement et de prévention, de formation La médication psy a une place moins grande mais les interactions et limites du contexte Importance de la complexité et des approches psychothérapeutiques (problèmes d attachement, personnalité, abus de substances, aspects légaux, aspects éthiques, limites de temps ) Importance de la collaboration interprofessionnelle car il y a un après

45 Merci!

46 Annexe I Périnatalité

47 Et les émotions dans tout ça Réaction normale vs pathologique Condition préexistante vs de novo

48 Risques de la psychopathologie non-traitée Décompensation (impulsivité, trouble du jugement) Altération des fonctions physiologiques (nutrition, sommeil, travail pré-terme) Entrave au suivi prénatal et aux préparatifs de la naissance Ruptures du réseau social Effets adverses «directs» sur le fœtus (RCIU, dév. neuronal) Exposition aux drogues, alcool et tabac Risque de suicide et d infanticide St-André, Martin, présentation CHU Ste-Justine

49 Annexe II Clientèles en Consultation-liaison

50 Clientèles Dx Neuro: Pseudoconvulsions Épilepsie Tumeurs ORL Vertiges psychogènes Tumeurs Pts défigurés Douleurs ATM, etc

51 Clientèles Dx Ohptalmo Décollements de rétine Pertes d un œil ou de la vision (diabète) Gastroentérologie Ulcus Dyspepsie (RGO) Maladie inflammatoires Maladie Coeliaque Diarrhées inexpliquées / incontinence

52 Clientèles Dx GU Vulvodynie / Trigonite Douleur pénienne post-chirurgie Incontinence Gynécologie / Obstétrique Périnatalité Dépression Anxiété et GARE TCA et grossesse Ambivalence pr grossesse IVG ou problèmes post-avortement Néo gynéco et néo du sein

53 Clientèles Dx Dermatologie Neurodermatites Sclérodermie Ortho / Physiatrie Douleurs CRPS (algo) Amputations

54 Clientèles Dx etc MD interne / endocrino FKP LED Symptômes inexpliqués Diabète Problèmes thyroïde Retard mental et maladie, IVG etc (éthique )

55 Clientèles Dx Infectiologie / Allergies VIH SFC Allergies Rhumatologie Arthrite Collagénoses Fibromyalgie (Transsexuels)

56 Interne Psychosomatique Moyenne des consultations par année 400 Moyenne de suivi de consultations (réévaluations) de fin de semaine et soirées 60 Total des consultations = 460 (équivalent de 230 par psychiatre an) Moyenne de suivi en interne de C-L 1500 Total de 1960 interventions internes / an

57 Externe Psychosomatique Autour de consultations externes de MP / an (habituellement) Moyenne de suivi en externe de psychosomatique: 2600 / an

58 Autour de 560 consultations/an *N.B. : Les consultations à HSFA, les consultations au MEL, les consultations à l urgence ne sont pas comptées ici.

59 Psychosomatique au CHUQ-CHUL Total des rencontres de suivi interne + externe = 4100 / an (équivalent de 2,050 par psychiatre)

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue ANAMNÈSE - 1 - (N.B. : le carnet de santé de votre enfant peut vous être utile pour remplir ce questionnaire) Nom de la personne qui complète ce questionnaire : Informations générales Nom de l enfant :

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions La psychothérapie Se poser les bonnes questions? LA PSYCHOTHÉRAPIE Au Québec, la psychothérapie est une activité réservée par la loi * depuis juin 2012, ce qui signifie que seules les personnes autorisées,

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers)

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers) 1 Nom Prénom Date de naissance (AAAA/MM/JJ) N o de proposition ou de contrat 1. renseignements médicaux Renseignements Oui Non médicaux 1. Prenez-vous des médicaments? Cocher OUI ou NON. 2. Au cours des

Plus en détail

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE

GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE Vous êtes à la recherche d un médecin de famille? Le CSSS-IUGS peut vous aider. Inscrivez-vous au guichet d accès à un médecin de famille en remplissant le formulaire

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

Prévenir... les méfaits du stress

Prévenir... les méfaits du stress Prévenir... les méfaits du stress 23 Vous avez dit? T out le monde se dit. Le stress est souvent considéré comme un mal inévitable de la vie moderne. C est à la fois un alibi, un bouc-émissaire et un sujet

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1

Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1 Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1 !! Période entre la naissance et la sixième semaine. mais remaniements physiques

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Stage de psychiatrie des toxicomanies PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Milieux de stage Toxicomanie et santé

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

Démence et fin de vie chez la personne âgée

Démence et fin de vie chez la personne âgée Démence et fin de vie chez la personne âgée Dr C le Provost Gériatre C.H.B.A Vannes Dr M Michel Gériatre C.H.U Rennes Démence et fin de vie Sujet grave: la mort la «de mens» = être privé de son esprit

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D'ANGERS Rue Haute de Reculée 49045 ANGERS CEDEX 01

FACULTE DE MEDECINE D'ANGERS Rue Haute de Reculée 49045 ANGERS CEDEX 01 UNIVERSITE D'ANGERS FACULTE DE MEDECINE D'ANGERS Rue Haute de Reculée 49045 ANGERS CEDEX 01 Pr B. GOHIER Pr Ph. DUVERGER Professeur des Universités - Praticien Hospitalier Professeur des Universités -

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

INTRODUCTION 1. DESCRIPTION DU MILIEU

INTRODUCTION 1. DESCRIPTION DU MILIEU Recueil d internats en psychologie clinique (oriientatiion clliiniique et neuropsychollogiie) Édition 2013-2014 CSSS Allphonse-Desjjardiins,, centtre hospiittalliier uniiversiittaiire de Léviis 2 Table

Plus en détail

Demande de règlement invalidité Demande de prolongation

Demande de règlement invalidité Demande de prolongation www.inalco.com Demande de règlement invalidité À L INDUSTRIELLE ALLIANCE, CE QUI COMPTE C EST VOUS! Veuillez transmettre le formulaire dûment rempli au bureau de votre région : Québec Ontario et provinces

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Ces enfants ont des besoins spécifiques

Ces enfants ont des besoins spécifiques L Enfant Qui? Par Adoptons-Nous association neuchâteloise de familles adoptantes Les enfants adoptés sont des enfants comme les autres. C est leur histoire qui fait d eux des enfants ayant des besoins

Plus en détail

Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir

Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir Traiter la Fausse Couche avec des pilules: ce que vous devez savoir Ce pamphlet contient des informations générales que vous devriez connaître avant de traiter une fausse couche avec du misoprostol. Quand

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT Jacques Butel - Nadiat Donnat - Jeanne Forestier - Céliane Héliot - Anne Claire Rae Forum prévention des chutes 2010 DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT 1 Recueil données Formulaire de signalement

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS Professionnels de la psychiatrie www.psycom.org Professionnels de la psychiatrie SOMMAIRE Organisation des soins psychiatriques Professionnels de la psychiatrie Psychiatre et pédopsychiatre

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère des solidarités et de la cohésion sociale DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION Ministère des affaires sociales et de la santé DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE D. 312-155-1 DU CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES

Plus en détail

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 Les évolutions récentes Remplacer «incurie» par «abandon» Abandon de soi, de son soin

Plus en détail

«LA PLEINE CONSCIENCE»

«LA PLEINE CONSCIENCE» «LA PLEINE CONSCIENCE» Dominique Lanctôt PhD Psychologue Colloque de la 3ième journée de formation des 3L La survivance Vendredi 25septembre 2015 MONTRÉAL Plan de présentation 1-Définition de la pleine

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue

L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue L infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) : Portrait des pratiques en UMF sur le territoire Abitibi-Témiscamingue Marie-Christine Lemieux, M.Sc. Inf., IPSPL 2 e Symposium

Plus en détail

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC

INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN LE 6 MAI 2015 PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? INFIRMIÈRES DE L UQAC INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QU EN EST-IL? PRÉSENTÉ AU COLLOQUE EN SCIENCES INFIRMIÈRES DE L UQAC LE 6 MAI 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Quel type de formation une IPSPL doit-elle suivre?

Plus en détail

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité!

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! : t i u t a r g t i Extra testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Un fan de casino Vous êtes praticien dans la belle ville d Enghien (célèbre pour son casino ). Vous recevez Joël 43

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Projet clinique express

Projet clinique express d; CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE MONTMAGNY- L ISLET 4 juillet Vol 1, Numéro 1 Dans ce numéro : Un nouvel outil d information Le projet clinique 2 Les membres du comité 2 Perte d autonomie liée

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

document révisé le 2008-03-05

document révisé le 2008-03-05 document révisé le 2008-03-05 Table des matières Présentation... 3 1.0 Objectifs... 4 2.0 Organisation... 5 3.0 Personnel d encadrement... 7 4.0 Modalités d accès au CRM... 8 5.0 Processus de réintégration

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à ce jour de 20

N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à ce jour de 20 RÉVISION DE SURPRIME Nom : Prénom : Date de naissance : - - Année Mois Jour N o de contrat : Je demande par la présente une révision de la surprime concernant le numéro de contrat susmentionné. Signé à

Plus en détail

Aimerais-tu en connaître davantage sur les troubles alimentaires? Clique sur chacune des sections pour avoir plus de détails

Aimerais-tu en connaître davantage sur les troubles alimentaires? Clique sur chacune des sections pour avoir plus de détails LES TROUBLES ALIMENTAIRES Les troubles alimentaires se caractérisent par des croyances, des attitudes et des comportements extrêmes à l égard de la nourriture et du poids. Ce sont des troubles complexes

Plus en détail

La relation mutuelle avec nos proches: une voie de prévention. COLLOQUE SANTÉ DES MÉDECINS «UN VIRAGE VERS LE CHANGEMENT» 1er et 2 octobre 2009

La relation mutuelle avec nos proches: une voie de prévention. COLLOQUE SANTÉ DES MÉDECINS «UN VIRAGE VERS LE CHANGEMENT» 1er et 2 octobre 2009 La relation mutuelle avec nos proches: une voie de prévention COLLOQUE SANTÉ DES MÉDECINS «UN VIRAGE VERS LE CHANGEMENT» 1er et 2 octobre 2009 1 PRÉSENTATIONS Christine Motheron, md, UMF Maizerets et CHUQ,

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 1)Quelques notions générales 2)La sexualité Masculine (celle de Monsieur tout le monde et

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous.

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Aborder, reconnaître et référer pour le mieux-être de la personne atteinte. Joëlle Morin M.A (sexologie) B.Sc (psychologie) Sexologue 8 avril 2011

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre?

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cas clinique #1 Cas clinique Patient de 78 ans Marié, trois enfants dont un médecin Vivant à domicile Professeur Tabac 80 paquets/année,

Plus en détail

Questionnaire pour enfants avec trouble de voix

Questionnaire pour enfants avec trouble de voix 10 504, boulevard St-Laurent, local 1 Montréal, H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com Questionnaire pour enfants avec trouble de voix Voici un formulaire qui peut vous sembler long à remplir,

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier

7 octobre 2014 Entretiens Jacques Cartier Le projet de formation «Partenaires, jusqu à la fin» Déterminer avec le patient et ses proches les objectifs de ses soins en contexte de maladie grave et de fin de vie 7 octobre 2014 Entretiens Jacques

Plus en détail

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées LA MAYENNE C O N S E I L G É N É R A L Original à conserver et photocopie(s) à retourner à un ou plusieurs établissements de votre

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Quand la maladie vient compliquer la transition de l adolescence vers le merveilleux monde des adultes Développement d une clinique pour adolescents greffés Marie-France Vachon, M.Sc.Inf., CPON, CSIO,

Plus en détail