Les jeudis de l immobilier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les jeudis de l immobilier"

Transcription

1 1 Les jeudis de l immobilier Performance énergétique des bâtiments existants Direction de l Expertise Immobilière Présentateurs : CAIRE Yoann MESSAOUDI Mustapha Juin 2012

2 Sommaire 2 1- Contexte et enjeux politiques 2- Conseil Energie 3- Plan d actions 4- Les énergies dans les bureaux 5- Performance énergétique 6- Maintenance

3 1- Contexte et enjeux politiques 3

4 1 - Contexte et enjeux politiques 4 Concentrations atmosphériques de GES de l an 0 à 2005 En 2010, elle est de 30 % supérieure au maximum observé sur les dernières années. Corrélation entre température et concentration en CO2 L évolution de la température suit celle de la concentration atmosphérique

5 1 - Contexte et enjeux politiques 5 Température et précipitations extrêmes Élévation du niveau des mers depuis les années 1870 Source : GIEC, 1er groupe de travail, 2007.

6 1 - Contexte et enjeux politiques 6 Protocole de Kyoto : décret n du 22 mars 2005 Stabiliser les émissions de la France sur la période à leur niveau de 1990 A l horizon 2050, diviser par 4 ses émissions de gaz par rapport à 1990

7 1 - Contexte et enjeux politiques 7 Grenelle 1 : Promulguée le 3 août 2009 Grenelle 2 : Promulguée le 12 juillet 2010 Pour les secteurs du Bâtiment et de l Energie le facteur 4 : division par 4 des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050, 23 % d énergies renouvelables dans le cadre du «3x20» européen avant Plan Bâtiment, avec notamment la confirmation de la base de 50 kwhep/m2/an exprimée en énergie primaire.

8 1 - Contexte et enjeux politiques 8 RT existant : Décret 19 mars 07 Arrêté 3 mai 07 Arrêté du 13 juin 2008 Surface hors œuvre nette (SHON) > 1000 m² SHON < 1000 m² Coût des travaux de rénovation thermique > 25% de la valeur du bâtiment* Coût des travaux de rénovation thermique < 25% de la valeur du bâtiment* > 1948 RT «globale» < 1948 Réglementation thermique «élément par élément» Arrêté du 3 mai 2007 *Soit : 305 HT/m² en non résidentiel pour l année 2012

9 1 - Contexte et enjeux politiques 9 Réglementation Thermique pour les bâtiments existants «élément par élément» Types de parois opaques (toit, mur, plancher) Murs en contact avec l extérieur et rampants de toitures de pente supérieure à 60. Murs en contact avec un local non chauffé 2 Résistance thermique minimale R en m². C/ W 2,3 Type de baie Ouvrants à menuiserie coulissante. 2,6 Autre cas de menuiserie 2,3 Uw maximal w/m² C Toitures terrasses. 2,5 Planchers de combles perdus. 4,5 Rampants de toiture de pente inférieure à 60. Planchers bas donnant sur l extérieur ou sur un parking collectif. Planchers bas donnant sur un vide sanitaire ou sur un volume non chauffé. 4 2,3 2

10 1 - Contexte et enjeux politiques 10 Réglementation Thermique pour les bâtiments existants «globale» La consommation d énergie primaire doit être inferieure à la consommation de référence et réduite de 30 % C ep < C ep réf (kwh/m² shon.an) C ep < 70% x C ep initiale (kwh/m² shon.an) Contrôler l inconfort d été pour les bâtiments non climatisés, la température d été doit être inférieure à la température de référence Performances minimales Tic < Tic réf ( C)

11 1 - Contexte et enjeux politiques 11 Plan cadre développement durable dans l institution Réduire de 2% par an la consommation énergétique ( soit environ de 8% de 2007 à 2010) Réduire de 16% (9% d'ici 2012) les émissions de gaz à effet de serre, Réduire au minimum de 12% (6% en 2012) la consommation d'énergie.

12 1 - Contexte et enjeux politiques 12 Circulaire du 12 avril 2010 : Cadre de la politique immobilière des organismes de sécurité sociale Réduire les consommations d énergie d au moins 40% par rapport 2009 d ici 2020; Réduire les émissions de gaz à effet de serre d au moins 50 % par rapport aux émissions de fin 2009 d ici 2020; Engager les travaux permettant de reclasser les bâtiments de catégorie E, F et G dans les classes supérieures.

13 2 - Conseil Energie 13

14 2 - Conseil Energie 14

15 2 - Conseil Energie 15

16 kwhep/m².an 2 - Conseil Energie 16 ETIQUETTE ENERGIE (nombre de bâtiments) 100% A (< 51) B (de 51 à 110) C (de 111 à 210) D (de 211 à 350) E (de 351 à 540) 5 bâtiments 22 bâtiments 71 bâtiments 43 bâtiments Cep moyen des bureaux neufs RT2012 Cep max pour la réhabilitation totale d un bureau type 106 bâtiments Bâtiments ayant un fort potentiel d améliorations 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% G F E D C B F (de 541 à 750) 4 bâtiments 20% 10% A G (> 750) 4 bâtiments % Consommation d'énergie par étiquette Nombre de bâtiments

17 2 - Conseil Energie 17 Bâtiments en étiquette G Consommation inférieure à la moyenne nationale Consommation supérieure à la moyenne nationale Répartition des bâtiments selon le type Consommation d énergie primaire (kwhep/m².an)

18 2 - Conseil Energie 18 Répartition des bâtiments par type de ventilation Non-conforme au code du travail (articles R à 7) 28% 34% 14% 24% Double Flux Simple Flux WC uniquement aucun Répartition des sources d'énergie (MWh/an ; %) ; 46% ; 6% ; 6% ; 42% fioul réseau de chaleur gaz électricité

19 3 - Plan d action 19

20 3 - Plan d actions 20 Pour chaque action envisagée, définir : Nature de l'intervention Description Investissement ( HT) Economies d'énergie (kwh/an) Economies ( /an) Temps de Retour Actualisé (ans) Bureaux à Strasbourg de m² SHON. Chauffage et climatisation par pompe à chaleur. VMC simple flux âgée de 18 ans. Nature de l'intervention Ventilation Simple Flux Ventilation Double Flux Description Investissement ( HT) Remplacement des extracteurs Economies d'énergie (kwh/an) Economies d'énergie ( HT/an) - - Adaptation de l'installation

21 3 - Plan d actions 21 Retirer de l investissement la dotation aux amortissements Pour un équipement à remplacer Prendre uniquement le surcoût par rapport au remplacement à l identique Par exemple, une chaudière de 20 ans d une durée de vie de 25 ans Retirer de l investissement 80 % de la valeur de la chaudière. Dotation aux amortissement = HT Nature de l'intervention Investissement ( HT) Investissement amortissement compris ( HT) VMC Simple Flux VMC Double Flux

22 3 - Plan d actions 22 Ajouter ou retirer aux économies d énergie : - la différence de coût d exploitation (consommation d eau, changement d abonnement ) - la différence de coût d entretien et de maintenance Nature de l'intervention Economies d'énergie ( HT/an) Maintenance ( HT) Economies ( HT/an) VMC Simple Flux VMC Double Flux Penser aux autres paramètres : - confort des occupants - plus-value du bâtiment - humidité dans le bâtiment

23 3 - Plan d actions 23 Temps de retour sur investissement Le temps de retour brut (TRB) consiste à faire le rapport entre l investissement initial et les économies engendrées. Il ne correspond pas à la réalité et sert d étape pour calculer le TRA. Il peut aussi permettre de comparer plusieurs offres entre elles. Le temps de retour actualisé (TRA) prend en compte l évolution des tarifs des énergies. Plus les taux d augmentation envisagés sur ces tarifs sont importants, plus les TRA sont faibles.

24 3 - Plan d actions 24 Temps de retour actualisé (TRA) : Pour 5 % d augmentation annuelle, la valeur à prendre pour le taux dans la formule est 0,05 Nature de l'intervention Investissement amortissement compris ( HT) Economies ( HT/an) Temps de Retour Brut (ans) Temps de Retour Actualisé (ans) VMC Simple Flux VMC Double Flux ,9 15,3

25 3 - Plan d actions 25 Autre approche : Coût Global Actualisé Il consiste à faire la somme de toutes les dépenses engendrées pour une action sur un nombre d année fixées. C est le moyen le plus exhaustif pour comparer différentes solutions avec plusieurs paramètres. Coût global actualisé ( HT) VMC Simple Flux VMC Double Flux Investissement Année Année Année Année VMC Simple Flux VMC Double Flux

26 3 - Plan d actions 26 Plan d action : trouver le groupement le plus avantageux Les économies d énergie ne sont pas la somme des économies de chaque action. Intérêts à grouper les travaux : grouper les désagréments, les frais d appel d offre et les frais de maîtrise d œuvre. Objectifs à atteindre

27 3 - Plan d actions 27 Certificats d Economie d Energie (CEE) - Fiches standardisées sur l extranet de l Ucanss. - 3 / MWh cumac Chaudière à condensation 400 kw à Strasbourg avec SU = m² MWh cumac, soit Remplacement de m² de menuiseries extérieures MWh cumac, soit

28 4 - Les énergies dans les bureaux 28

29 4 - Les énergies dans les bureaux 29 - Besoin en chauffage - Besoin en climatisation - Eau Chaude Sanitaire - Auxiliaires (ventilation, pompes ) - Electricité spécifique (éclairage, informatique, ascenseurs )

30 4 - Les énergies dans les bureaux 30 Déperditions Apports gratuits - Occupants Appareils électriques Apports solaires hiver = Besoins en chauffage :

31 4 - Les énergies dans les bureaux 31 Apports de chaleur Déperditions Occupants Appareils électriques Apports solaires été - = Besoins en climatisation (si nécessaire) :

32 4 - Les énergies dans les bureaux 32 Eau Chaude Sanitaire Faibles besoins en bureaux : Production instantanée / petits ballons Auxiliaires - Ventilation mécanique - Pompes de circuits d eau Electricité spécifique - Eclairage - Informatique - Appareils électriques

33 5 - Performance énergétique 33

34 5 - Performance énergétique 34 Etude de cas : caractéristiques du bâtiment Etat actuel Mur extérieur Toiture terrasse Menuiserie Chauffage Non isolé Non isolée Aluminium simple vitrage Chaudière au gaz Etat actuel Surface SHON m² Nb d occupants 430 Nb de niveaux Localisation 5 niveaux Strasbourg Marseille Paris Rennes Climatisation Emetteurs Ventilation Groupe froid Ventilo-convecteurs Ventilation par ouverture des fenêtres Eclairage Fluorescent (type T8) Régulation T intérieure : 22 ; Fonctionnement en semaine : de 05:00 à 20:00 Réduit à 19 C la nuit et le week end

35 5 - Performance énergétique 35 Etat des lieux énergétique du bâtiment à Strasbourg kwhep /m².an kgco 2 /m².an

36 5 - Performance énergétique 36 Consommations annuelles à Strasbourg (kwhef / kwhep) Energie finale (kwh/an) Energie primaire (kwh/an) Chauffage Refroidissement Eau Chaude Sanitaire Eclairage Bureautique et divers Bureautique et divers 27% Répartition des consommations énergétiques primaires Ventilation et auxiliaires 13% Chauffage 28% Ventilation et auxiliaires Total (kwh) Cep (kwh/m²) Eclairage 17% Eau Chaude Sanitaire 1% Rafraichiss ement 14%

37 5 - Performance énergétique 37 Les pistes d améliorations 1. Parois opaques 2. Menuiseries 3. Stores intérieurs / extérieurs 4. Système de chauffage et de refroidissement 5. Ventilation 6. Eau chaude sanitaire 7. Eclairage 8. Régulation 9. Comportement des utilisateurs

38 5 - Performance énergétique 38 L isolation Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Isolation par l intérieur + : coût, façade non modifiable - : ponts thermiques, pertes de l inertie, compliqué en réhabilitation Isolation par l extérieur + : diminue les ponts thermique, augmente l inertie - : coût, façade modifiable Isolation répartie + : matériau porteur et isolant, bonne inertie - : coût, mise en œuvre, neuf uniquement

39 5 - Performance énergétique 39 L isolation Traiter les ponts thermiques - Rupteurs - Planelles isolantes - Isolation extérieure Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental

40 Cep (kwh/m².an) Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique 40 Isolation extérieure 160 mm Isolation intérieure 160 mm Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental % -31% Sans Isolation Isolation Thermique Intérieure Isolation Thermique Extérieure 365-9% -9% % -9% Energie Primaire 328-6% -6% % -5% Strasbourg Paris Rennes Marseille 95-32% -33% 71-32% -34% Consommation Chauffage 47-33% -34% Strasbourg Paris Rennes Marseille

41 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique Marseille % 343-1% 342-1% 342-1% Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Sans isolation Isolation Nord Isolation Sud Isolation Est Isolation Ouest De ce cas (chauffage gaz + climatisation), l isolation de la façade sud est plus efficace que les autres façades!

42 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique 42 Sans Isolation Isolation toiture Isolation de toiture mm % % % % Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Strasbourg Paris Rennes Marseille Même pour un bureau climatisé, l économie engendrée par l isolation de la toiture est plus importante dans le nord de la France.

43 5 - Performance énergétique 43 Les menuiseries extérieures Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental - Réduire les déperditions par le vitrage - Réduire les déperditions par la menuiserie Exemple : Aluminium à rupture de ponts thermiques

44 5 - Performance énergétique 44 Les menuiseries extérieures Utiliser les volets et occultations pour avoir un contrôle solaire Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Stores intérieurs Stores extérieurs

45 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique Les menuiseries extérieures Amélioration énergétique Triple vitrage Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Le triple vitrage est plus performant que le double vitrage mais le coût reste assez élevé. à Rennes : 365-6% 344 Simple vitrage Double vitrage Triple vitrage -7% % 330-7% % 314-6% 308 TRA double vitrage = 32,4 ans TRA triple vitrage = 33,7 ans 347-3% 337 Strasbourg Paris Rennes Marseille -5%

46 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique 46 Les menuiseries extérieures Stores Extérieurs Sans protection Stores Interieurs Stores Exterieurs 365-2% 357-4% % 342-4% % 321-4% % 337-5% Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Strasbourg Paris Rennes Marseille En plus des économies d énergie, les stores sont indispensables au confort thermique.

47 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique 47 Les menuiseries extérieures Amélioration énergétique Stores Intérieurs Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Sans protection solaire Stores Intérieurs 0% 0% Protection Nord -2% 341 Stores Extérieurs -3% 336-1% 344-1% 342 Protection Sud Protection Est En façade nord, les stores n apportent pas d économie d énergie. 0% 345-1% 342 Protection Ouest

48 5 - Performance énergétique 48 Production d énergie : Combustion Chaudière à condensation Chaudière bois Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental - Augmentation du rendement nominal (> 100 %) et annuel - Rapport économies/investissement intéressant - Investissement : environ 200 HT/kW - Gaz : 45 /MWh - Energie renouvelable avec rendement de 95 % - Nécessite de mettre en place un silo - Investissement : environ 350 HT/kW - Granulés : 46 /MWh, Plaquettes : 16 /MWh

49 5 - Performance énergétique 49 Production d énergie : Pompe à chaleur PAC air/air PAC sur nappe phréatique Géothermie verticale Amélioration énergétique PAC air/eau Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental

50 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique 50 Système de chauffage et de rafraichissement Chaudière classique Chaudière à condensation VRV 365-5% 347-2% % 333-3% % 315-2% % 338-6% Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Strasbourg Paris Rennes Marseille Le coefficient de performance de la PAC air/air est plus faible dans les régions froides. Dans cet exemple, la chaudière à condensation + climatisation sont plus efficace à Strasbourg, Paris et Rennes qu une PAC.

51 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique 51 Eau chaude sanitaire Gaz collectif Electrique collectif Electrique individuel Amélioration énergétique 324 Rennes Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Le ballon individuel : - Est adapté aux faibles besoins des bureaux - Réduit les risques de la légionellose - Evite les pertes dues au bouclage

52 5 - Performance énergétique 52 Simple Flux ou Double Flux? Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental

53 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique 53 Ventilation double flux Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Simple Flux ou Double Flux? Dans cet exemple, la ventilation double flux permet de réaliser l économie jusqu à 43 kwhep/m².an % 335 Ventilation naturelle Simple flux Double flux 350-7% -12% % % 313-9% % 341 Strasbourg Paris Rennes Marseille -7% 322

54 5 - Performance énergétique 54 Simple Flux ou Double Flux? Type de ventilation à privilégier pour un système de chauffage électrique sans climatisation Type de ventilation à privilégier pour un système de chauffage au gaz sans climatisation Double Flux (quel que soit le département) Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental

55 5 - Performance énergétique 55 Simple Flux ou Double Flux? Type de ventilation à privilégier pour un système de chauffage au gaz avec climatisation Type de ventilation à privilégier pour un système de chauffage et climatisation par PAC Double Flux (quel que soit le département) Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental

56 5 - Performance énergétique 56 Eclairage artificiel Bureaux Circulation Luminaire type T5 à ballast électronique Luminaires en façade équipés d un capteur de luminosité Luminaires de circulations de type downlight à technologie LED Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental

57 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique 57 Eclairage artificiel Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Luminaire type T % 341 Eclairage classique 350 Le remplacement des luminaires permet une réduction importante des consommations d énergie à Rennes : TRA du changement de luminaires = 19 ans -7% 325 Eclairage type T % Strasbourg Paris Rennes Marseille -6% 324

58 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique 58 Eclairage artificiel Détecteur de luminosité % % 325 Fluorescent T8 T5 + Détecteur de présence en circulation T5 + luminosité en périphérique 350-7% % % % % % 303 Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Strasbourg Paris Rennes Marseille L ajout de détecteur de luminosité en périphérie du bâtiment permet d adapter l éclairage au plus près des besoins. à Rennes : TRA du changement des luminaires avec détecteurs de luminosité = 16,6 ans

59 5 - Performance énergétique 59 Régulation Adapter le réseau de chauffage Réseaux séparés, équilibrage, têtes thermostatiques Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental Mettre un réduit hors gel uniquement La consommation de relance est toujours inférieure à l économie du réduit.

60 5 - Performance énergétique 60 Contrôler la température Comportemental Chauffer uniquement en dessous de 21 C et climatiser au dessus de 26 C. Adopter des gestes simples Couper le chauffage pendant l ouverture des fenêtres, régler les stores, s habiller plus chaudement l hiver que l été, éteindre les ordinateurs le soir Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental

61 (kwh/m².an) Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique Amélioration énergétique Parois opaques Parois vitrées Chauffage Refroidissement Eau chaude sanitaire Ventilation mécanique Éclairage Régulation Comportemental T int 22 + Régime normal à 05:00 Démarage à 6h:00 au lieu de 5h:00 Tint 21 au lieu 22-1% % % 347-3% % 326-3% % 344 Strasbourg Paris Rennes Marseille T int 22 Tint 21 au lieu % 95-8% 71-9% -2% 338 Consommation en Energie Primaire Consommation de chauffage Strasbourg Paris Rennes Marseille 47-10%

62 5 - Performance énergétique 62 Scénario n 1 envisagé pour la réhabilitation thermique Objectif : Cep final < -30 % Cep initial 1. Isolation Thermique par l Extérieur des façades 2. Isolation de la toiture 3. Remplacement des menuiseries extérieures équipées de double vitrage 4. Pose des stores extérieurs 5. Réduction de la température ambiante de 22 à 21 Hiver et de 22 à 25 été

63 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique Economie d énergie en fin de travaux du scénario n 1 Situation initiale Scénario n % % % % Strasbourg Paris Rennes Marseille RT global : les travaux doivent conduire à un gain de 30 % sur la consommation d'énergie par rapport à l'état antérieur.

64 5 - Performance énergétique 64 Etiquette énergie et climat du bâtiment à Strasbourg pour le scénario n kgco 2 /m².an kwhep /m².an

65 5 - Performance énergétique 65 Scénario n 2 envisagé pour la réhabilitation thermique Objectif : Diviser par 2 les consommations d énergies 1. Isolation Thermique par l Extérieur des façades 2. Isolation de la toiture 3. Remplacement des menuiseries extérieures équipées de double vitrage 4. Pose des stores extérieurs 5. Remplacement des luminaires par des T5 éco + détecteurs de luminosité en façade et présence dans les circulations 6. Chaudière à condensation 7. Centrale d air double flux 8. Décalage du régime normal à 06:00 au lieu de 05:00 9. Réduction de la température ambiante de 22 à 21 hiver et 22 à 25 été

66 Cep (kwh/m².an) 5 - Performance énergétique Economie d énergie en fin de travaux du scénario n 2 Situation initiale Situation Projetée % % % % Strasbourg Paris Rennes Marseille

67 5 - Performance énergétique 67 Etiquette énergie et climat du bâtiment à Strasbourg pour le scénario n kwhep /m².an kgco 2 /m².an

68 5 - Performance énergétique 68 Temps de Retour Actualisé (années) Les TRA sont affichées pour des équipements neufs : Si les équipements sont vétustes, les TRA diminuent.

69 6 - Maintenance 69

70 6 - Maintenance 70 Contrat P1 : fourniture d énergie Marché à Forfait ou MF; Marché à Température ou MT; Marché à Comptage et prestation ou CP; Marché à Combustible et Prestation. écarts de consommations supportés par l exploitant écarts de consommations supportés par l organisme Privilégier Marché sur les Températures qu un Marché sur les Combustibles : La société de maintenance sera incitée à réaliser des économies d énergies et à bien maintenir l installation.

71 6 - Maintenance 71 Contrat P2 : entretien des installations La prestation minimale, afin de préserver les installations techniques, Assurer le confort et de respecter la réglementation. Points d attention : Le rythme de présence sur site, le nombre de personnes mises à disposition, l astreinte Suivi des consommations, Suivre les changements de matériel hors contrat, Tenir un historique des pannes, Suivre les travaux réalisés (prix et périodicité) Si pas de P1 : possibilité de réaliser un P2 avec intéressement en partageant les économies réalisées avec la société de maintenance.

72 6 - Maintenance 72 Calcul d intéressement NB : Quantité d énergie primaire théorique pour un nombre de degrés jours contractuels (année de référence), N B : Quantité d énergie primaire théorique pour le nombre réel de degrés jours de la saison considérée (consommation théorique de l année considérée). N B = NB x DJ réels / DJ contractuels NC : Quantité d énergie primaire réellement consommée durant la période considérée.

73 6 - Maintenance 73 Exemple de partage d intéressement Economie de consommation au bénéfice de : Excès de consommation à supporter par : - 5 % 0 5 % 25 % NC-N B

74 6 - Maintenance 74 Contrat P3 : garantie totale Définir précisément le matériel inclus et non inclus au P2, Tenir une liste à jour des matériels remplacés dans le cadre du contrat, Droit de regard sur les dépenses engagées, On ne remplace pas à l identique, mais en recherchant l usage de matériel moderne et performant La participation de l organisme peut être sollicitée s il y a surcoût pour remplacement du matériel en plus performant.

75 Merci pour votre attention 75

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION RT 2012 : Le cas du logement collectif Ulrich ROCHARD Ingénieur génie climatique / thermicien POUGETS Consultants, Paris Mardi 8 novembre 2011 La RT 2012 : le départ est donné

Plus en détail

DPE v/s règles Th et audit

DPE v/s règles Th et audit DPE v/s règles Th et audit DPE Règles Th (Th-C-E en neuf ; Th-C-E ex en existant) Audit énergétique 1 - chauffage 2 - refroidissement 3 - ECS 4 - auxiliaires 5 - éclairage contenu + bureautique ascenseurs,

Plus en détail

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012 RT 2005 Maison BBC RT 2012 Maison Passive Avec le guide pratique de la RT2012, appréhendez la nouvelle règlementation thermique en vigueur pour les maisons individuelles depuis le 1er janvier 2013. Principes

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI La BAO PROMODUL version Pro Expert MI Logiciel de diagnostic et de simulation pour l amélioration de la performance énergétique et du confort thermique dans la maison individuelle La BAO PROMODUL version

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

L application de la réglementation thermique RT 2012

L application de la réglementation thermique RT 2012 L application de la réglementation thermique RT 2012 Présentation du 30 mai 2013 à l ASDER Alain GUILLOT Service Habitat et Construction de la DDT Savoie 1 La réglementation RT 2012 à compter du 1 er janvier

Plus en détail

Réglementation thermique RT 2005. TOULOUSE le 10 mai 2007

Réglementation thermique RT 2005. TOULOUSE le 10 mai 2007 Réglementation thermique RT 200 TOULOUSE le 10 mai 2007 Le contexte, les enjeux 20 Les ressources naturelles s épuisent Réserves en années consommation 2001 200 10 100 0 0 Charbon (sauf lignite) Pétrole

Plus en détail

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Arrêté relatif à la performance énergétique des bâtiments existants de surface supérieure à 1000 m², lorsqu ils font

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB Sommaire 1. Objectifs, méthode d élaboration 2. Exigences et évolutions / RT2005 3. Bbio, Cep, Tic 4. Exigences minimales 5. Synthèse d étude standardisée 6. Calendrier 7. Coût : maison individuelle 8.

Plus en détail

ANNEXE au DOMO FEDER mesure 17 : règlement technique

ANNEXE au DOMO FEDER mesure 17 : règlement technique ANNEXE au DOMO FEDER mesure 17 : règlement technique La Présidence française de l Union européenne est ainsi parvenue à la fin décembre 2008 à un accord au sein du Conseil afin de rendre éligibles aux

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif ÉTUDE TECHNICO-ÉCONOMIQUE habitat collectif Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation ECS 1 er système centralisé de récupération d énergie sur VMC pour production d ECS Autres 20 % Chauffage 30 %

Plus en détail

RT 2012. FT2i SIRET : 521 257 808 00019 NAF :7120 B Centre d'affaires Atlantis, 8 rue Louis Blériot 56400 AURAY

RT 2012. FT2i SIRET : 521 257 808 00019 NAF :7120 B Centre d'affaires Atlantis, 8 rue Louis Blériot 56400 AURAY RT 2012 I. Evolution de la RT 2005 et du label BBC à la RT 2012 Sommaire Les échecs de la RT 2005 Le BBC RT 2012: Les nouvelles obligations Le Bbio Le Cep Le TIC Le Q4 Les nouvelles technologies Suivi

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. AUDIT Gymnase de Frouzins

AUDIT ENERGETIQUE. AUDIT Gymnase de Frouzins AUDIT ENERGETIQUE AUDIT Gymnase de Frouzins Date Indice Modifications Rédacteur Vérifié par 25.02.2011 A Première diffusion BEHI JL BEHI GD BEHI SA - Parc Technologique du Canal 26bis, rue Hermès - 31520

Plus en détail

REGLEMENTATION THERMIQUE RT 2012

REGLEMENTATION THERMIQUE RT 2012 Novembre 2010 REGLEMENTATION THERMIQUE RT 2012 Adequation email : m.adequation@gmail.com tel : 06 76 45 31 75 LES NOUVELLES RT2012 3 exigences de performances globales Coefficient Bbio remplace de le Ubat

Plus en détail

Alain CROMBEZ Chef du Service Construction, Habitat & Ville (DDE)

Alain CROMBEZ Chef du Service Construction, Habitat & Ville (DDE) Conférence débat sur la rénovation énergétique des bâtiments publics Saint-Pourçain/Sioule 13 octobre 2009 La réglementation thermique en vigueur L expérience de la Direction Départementale de l Équipement

Plus en détail

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA Suivi d une crèche à Redon Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA 22 Avril 2014 Sommaire Présentation de l opération Le chantier et l instrumentation Résultats Consommations brutes et recalculées Confort

Plus en détail

La maison basse consommation. Les Fondamentaux. N 4 Août 2009 Information Presse

La maison basse consommation. Les Fondamentaux. N 4 Août 2009 Information Presse La maison basse consommation Les Fondamentaux N 4 Août 2009 Information Presse La maison basse consommation La maison basse consommation Les Réglementations Thermiques pour le neuf et l'existant ainsi

Plus en détail

Calculs Thermiques Réglementaires RT2005

Calculs Thermiques Réglementaires RT2005 Calculs Thermiques Réglementaires RT2005 Construction d une maison individuelle 44860 SAINT AIGNAN GRANDLIEU Maîtrise d ouvrage: M. BOURGEOIS et Mme BUPTO 18 avenue Jacques Auneau 44300 NANTES Téléphone

Plus en détail

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME Conseils - Formation Etudes - Expertises Assistance à Maitrise d ouvrage Dossier : LB OR- 45000 N. Référence : OR.201114 Votre Interlocuteur : R.DJERIDI (06 52 98 56 93) Le Cannet, le 25/06/2015 PRESENTATION

Plus en détail

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique 10 avril 2013 ROGER Marie-Christine Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation de la construction DGALN/DHUP/QC Le contexte

Plus en détail

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Aujourd hui, face aux problèmes climatiques et environnementaux, les réglementations, notamment suite au Grenelle de l environnement, se multiplient. Elles

Plus en détail

Séminaire du 23 mars 2011

Séminaire du 23 mars 2011 3 e appel à projet de recherche de la FBE Séminaire du 23 mars 2011 Projet IPPI Intégration et Planification pour la réduction des GES d un Patrimoine Immobilier DETRY & LEVY SARL D ARCHITECTURE 1 Outil

Plus en détail

Approvisionnement énergétique du Carréde Soie. Etude sur le secteur TASE Scénarios d approvisionnement Document de rendu du 28 août 2012

Approvisionnement énergétique du Carréde Soie. Etude sur le secteur TASE Scénarios d approvisionnement Document de rendu du 28 août 2012 Approvisionnement énergétique du Carréde Soie Etude sur le secteur TASE Scénarios d approvisionnement Document de rendu du 28 août 2012 Objectifs Détailler les scénarios d approvisionnement en énergie

Plus en détail

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire?

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Olivier Servant Directeur des marchés Saint Gobain Habitat Le contexte énergétique et environnemental

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. Par François TURLAND & Bernard LORIOT

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. Par François TURLAND & Bernard LORIOT LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Par François TURLAND & Bernard LORIOT Séminaire Technique UMF Malte Nov.2012 CONTETE Les consommations d énergie en France Industrie 21% Autres 5% Transport 31% Bâtiment

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation

Grenelle de l'environnement. Bâtiment Grenelle 2 et réglementation 28 avril 2011 Grenelle de l'environnement Bâtiment Grenelle 2 et réglementation Assises nationales de l'aménagement et de l'économie durables en Montagne Commissariat Général au Développement durable Direction

Plus en détail

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 MAITRE D OUVRAGE CHB - COOP HABITAT BOURGOGNE 69 Avenue Boucicaut 71100 CHALON SUR SAÔNE Tél : 03 85 46 16 63 - Fax : 03 85 46 55 32 ARCHITECTE NAOS ATELIER D ARCHITECTURE

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1.neuf)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1.neuf) Diagnostic de performance énergétique logement (6.1.neuf) N : 1725791/E301 Valable jusqu au : 19/01/2022 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : à partir de 2000 surface habitable : 45,5

Plus en détail

DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE. Le République. Présentation faite le 15 Novembre 2010

DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE. Le République. Présentation faite le 15 Novembre 2010 DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE Le République Présentation faite le 15 Novembre 2010 SOMMAIRE Description du bâti Descriptif des installations thermiques Analyse des consommations Etiquette énergétique

Plus en détail

Financement des Energies Renouvelables et des Economies d Energie dans le bâtiment

Financement des Energies Renouvelables et des Economies d Energie dans le bâtiment Financement des Energies Renouvelables et des Economies d Energie dans le bâtiment Cleantuesday Paris - Financements Innovants 23 Avril 2013 KYOTHERM Société par Actions Simplifiée au Capital de 1 900

Plus en détail

Présentation des études de cas. Paul Calberg-Ellen, MANEXI

Présentation des études de cas. Paul Calberg-Ellen, MANEXI Présentation des études de cas Paul Calberg-Ellen, MANEXI 1 GÉNÉRALITÉS 2 POURQUOI? Tester concrètement les propositions de méthode issues des différentes «tâches» du projet : Méthode d audit Détermination

Plus en détail

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest

Les Bâtiments Basse Consommation Energétique. Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Les Bâtiments Basse Consommation Energétique Evolution réglementaire (RT 2012) CETE Apave Nord-Ouest Ph BONNE Responsable Département Energie RT 2000 RT 2005 RT 2012 2020 Historique de la réglementation

Plus en détail

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 Projet de maison individuelle de Monsieur et Madame LORRAIN située à MONTLAUR 31450 Descriptif général L étude suivante a pour objet de présenter les calculs

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Label Bâtiment Basse Consommation

Label Bâtiment Basse Consommation JUMELAGE Eco-Construction Label Bâtiment Basse Consommation CETE Mediterranée Nicolas Cabassud Bruno Cornen TUNIS 30-31 Janvier 2012 SOMMAIRE 1 Présentation du label Bâtiment Basse Consommation 2 Maitrise

Plus en détail

Généralités. Les 8 points de la RT «élément par élément» Exemples de rénovation

Généralités. Les 8 points de la RT «élément par élément» Exemples de rénovation LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Généralités «élément par élément» Exemples de rénovation 1 Généralités LA RT GÉNÉRALITÉS Parc existant résidentiel et non

Plus en détail

RT2012 études de cas

RT2012 études de cas RT2012 études de cas 14/02/2011 Salon BlueBat Lyon Contact: Nathalie TCHANG Directrice adjointe 206 rue de Belleville / 75020 PARIS Tél. : 01.43.15.00.06 / Fax : 01.43.15.01.80 e-mail : mail@tribu-energie.fr

Plus en détail

LE CREDIT D'IMPOT RELATIF AU DEVELOPPEMENT DURABLE, ECONOMIES D'ENERGIE, ENERGIES RENOUVELABLES)

LE CREDIT D'IMPOT RELATIF AU DEVELOPPEMENT DURABLE, ECONOMIES D'ENERGIE, ENERGIES RENOUVELABLES) Fiche Pratique LE CREDIT D'IMPOT RELATIF AU DEVELOPPEMENT DURABLE, ECONOMIES D'ENERGIE, ENERGIES RENOUVELABLES) * Avertissement : le document ci-après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour

Plus en détail

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique)

LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE. (Synthèse de l audit énergétique) LES PROBLEMES ÉNERGETIQUES DE NOTRE IMMEUBLE (Synthèse de l audit énergétique) 1 Un constat alarmant Une consommation en augmentation légère mais régulière 195 190 185 180 175 170 165 160 Consommation

Plus en détail

TAUX DE 5,5 % AUX TRAVAUX D AMELIORATION DE LA QUALITE ENERGETIQUE

TAUX DE 5,5 % AUX TRAVAUX D AMELIORATION DE LA QUALITE ENERGETIQUE CAPEB Côte d'or 02/2014 TAUX DE 5,5 % AUX TRAVAUX D AMELIORATION DE LA QUALITE ENERGETIQUE L article 9 de la loi de finances pour 2014 institue la TVA au taux de 5,5% pour les travaux d amélioration de

Plus en détail

Juin 2013 Présentation et Mise en application de l outil

Juin 2013 Présentation et Mise en application de l outil Présentation et Mise en application de l outil Robert PELZER Bureaux d études BETEC Sommaire 1 / Présentation de l outil 2 / Mise en application de l outil Sommaire 1 / Présentation de l outil 2 / Mise

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005 TELECHARGEMENT Comprendre la Réglementation Thermique 2005 SOMMAIRE DE LA RT 2000 A LA RT 2005...3 LES VALEURS DE REFERENCE ET GARDE-FOUS...3 VALIDATIOND UN PROJET...4 LEXIQUE...5 TEXTES DE REFERENCE...6

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : M121426 Réf. Ademe : Valable jusqu au : 14/07/2023 Type de bâtiment : Maison Année de construction : 1960 Surface habitable : 120 m² environ Adresse

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison DTT Avec Maisons CTVL www.maison-dtt.fr La réglementation

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N :... 15 MENOURY GDU Valable jusqu au :... 29/03/2025 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. 1973 Surface

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

Nom du diagnostiqueur : Olivier Sauner N de certification : CPDI1623 Délivré par : ICERT Signature :

Nom du diagnostiqueur : Olivier Sauner N de certification : CPDI1623 Délivré par : ICERT Signature : DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

RT 2012. Une nouvelle étape vers l efficience énergétique

RT 2012. Une nouvelle étape vers l efficience énergétique RT 2012 Une nouvelle étape vers l efficience énergétique Introduction - Sommaire Rappels historiques Dates d applications Conditions d applications Les évolutions Les exigences minimales Le calcul thermique

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3)

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) N : 120862 Valable jusqu au : 11/12/2022 Type de bâtiment : Immeuble Type d activités: Bureaux Année de construction : < 1949 Surface utile : 417,06 m² Adresse : 66, rue du Général Leclerc 14800 DEAUVILLE

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

Synthèse des orientations. RT2012 Synthèse des orientations

Synthèse des orientations. RT2012 Synthèse des orientations Synthèse des orientations Sommaire Introduction Quelques définitions Les principes généraux Les exigences de moyens Les modalités d application La pathologie émergente Conclusion Sommaire Introduction

Plus en détail

L évolution des solutions énergétiques dans les bâtiments résidentiel et tertiaire à l horizon 2020

L évolution des solutions énergétiques dans les bâtiments résidentiel et tertiaire à l horizon 2020 L évolution des solutions énergétiques dans les bâtiments résidentiel et tertiaire à l horizon 2020 F. PIETRE-CAMBACEDES 11/11/2013 Centre de Recherche et Innovation Gaz et Energies Nouvelles DIRECTION

Plus en détail

Signature : Consommation en énergies finales Détail par énergie et par usage en kwh EF 5 918 kwh EF. 3 202 kwh EF. kwh EF.

Signature : Consommation en énergies finales Détail par énergie et par usage en kwh EF 5 918 kwh EF. 3 202 kwh EF. kwh EF. N : 604 Valable jusqu au : 22/03/2023 Type de bâtiment : Logement collectif. Lot 167 Année de construction : < 1975 Surface habitable Adresse : 72 m 2 environ : 13 Rue Charles Linné 78180 Montigny-le-Bretonneux

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre AGENCE de DIJON Parc Technologique 1, rue Louis de Broglie 21000 - DIJON Tél : 03.80.78.70.50 Fax : 03.80.74.26.63 Nature de l ERP : Services administratifs Année de construction : 1963 Adresse : 1.02

Plus en détail

Production de chaleur à partir d électricité. (convecteurs et PAC) & VMC

Production de chaleur à partir d électricité. (convecteurs et PAC) & VMC Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Production de chaleur à partir d électricité (convecteurs et PAC) Didier RYS Production de chaleur à partir d électricité Sommaire

Plus en détail

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BATIMENTS EXISTANTS et l'innovation Limoges Ester Technopole lundi 13 février 2012 Appel à projets "innovation en éco-réhabilitation

Plus en détail

Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC

Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC Avertissement : le document ci-après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour une meilleure

Plus en détail

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE

NOTE D INFORMATION TECHNIQUE NOTE D INFORMATION TECHNIQUE Concernant l installation des vérandas concernées par la RT 2012 en maisons individuelles Cette note a été établie à partir des textes réglementaires suivant : - Arrêté du

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTICS TECHNIQUES SYNTHESE DES CONCLUSIONS

DOSSIER DE DIAGNOSTICS TECHNIQUES SYNTHESE DES CONCLUSIONS DOSSIER DE DIAGNOSTICS TECHNIQUES PHOTO DU BIEN BIEN IMMOBILIER EXPERTISE : Lot(s) : Références Cadastrales : Appartenant à : 13 15 RUE DU PONT DES HALLES Sté MARIE 94150 RUNGIS Étage : 1 er Bât A Demandé

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Valable jusqu au : 27/01/2026 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : Non renseignée Surface habitable : 49 m 2 Adresse : 58 CHEMIN DE GIBBES Propriétaire : Nom : DIR REG FIP PACA ET BOUCHES

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

De la conception à la réalisation

De la conception à la réalisation De la conception à la réalisation d une maison BBC, à énergie positive Gaël LHENRY et Hélène SINGEZ 09 avril 2010 Un pôle de compétences au service des maîtres d ouvrage publics et privés CAeP, versdes

Plus en détail

La rénovation thermique de votre logement

La rénovation thermique de votre logement La rénovation thermique de votre logement PIG Douarnenez Mars 2012 L Espace Info Énergie de Cornouaille Des conseils neutres, objectifs et gratuits sur la maîtrise de l énergie dans l habitat et les énergies

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : pas de référence Construction :

Plus en détail

La pompe à chaleur : comment ça marche?

La pompe à chaleur : comment ça marche? La pompe à chaleur : comment ça marche? Le principe d une pompe à chaleur est relativement simple : une pompe à chaleur, composée d un évaporateur, d un générateur à compresseur et d un condensateur, remplace

Plus en détail

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin Les réglementations thermiques dans les existants Jacques Faucher - DREAL Limousin 1 RÉGLEMENTER SENSIBILISER INCITER RT existants : les grands principes À quel moment de la vie d un bâtiment? À l occasion

Plus en détail

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd 3.1 La consommation d éd Contenu Lien vers la PEB Bases techniques Applications Synthèse Lien vers le logiciel PEB 2 Liens vers la PEB Les 3 volets 1.

Plus en détail

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A La Maison Passive La Maison Passive, souvent appelée «maison sans chauffage», repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l utilisation de la chaleur passive du soleil, sur

Plus en détail

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 05 Le chauffe-eau solaire Filière Scientifique - Option Sciences de l Ingénieur LYCEE PAPE-CLEMENT - PESSAC 1 Lycée Pape CLEMENT

Plus en détail

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux Les Besoins Gestion des Apports Solaires Les Systèmes La Synthèse Site Climat & Ressources Ventilation QAI Typologie Bâtiment & les usages Isolation Thermique

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie.

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Aides financières de la part de l Etat maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Maison à performance énergétique élevée Lors de la conception d une maison à performance énergétique

Plus en détail

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 Télécopie : 02 37 21 45 77 Email : adexpertise@wanadoo.fr

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 Télécopie : 02 37 21 45 77 Email : adexpertise@wanadoo.fr ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 Télécopie : 02 37 21 45 77 Email : adexpertise@wanadoo.fr DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments à usage principal d habitation

Plus en détail

FRARU. Atelier 4. Quelques réflexions sur l évolution de l énergétique des bâtiments en climat méditerranéen. Marseille - 29 avril 2008

FRARU. Atelier 4. Quelques réflexions sur l évolution de l énergétique des bâtiments en climat méditerranéen. Marseille - 29 avril 2008 FRARU Atelier 4 Quelques réflexions sur l évolution de l énergétique des bâtiments en climat méditerranéen Marseille - 29 avril 2008 Bernard SESOLIS TRIBU ÉNERGIE 206, rue de Belleville 75020 PARIS Consommations

Plus en détail

Contrôle périodique des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles

Contrôle périodique des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Contrôle périodique des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Mardi 11 février 2014 Soizic BERNARD : Chef de service Performance HSE Simon LANDREAU : Ingénieur thermicien Principe

Plus en détail

Diagnostic de Performance Énergétique

Diagnostic de Performance Énergétique Diagnostic de Performance Énergétique Articles L134-1 à L134-5 et R134-1 à R134-5-6 du Code de la Construction et de l Habitation Arrêtés du 15/09/2006, du 09/11/2006, du 06/05/2008 et du 24/12/2012 OBJECTIF

Plus en détail

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE 30/06/2011 CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE NOTICE EXPLICATIVE Page 1 I. QUE SIGNIFIE LA NORME BBC & RT 2020? A. Qu est-ce qu une Maison BBC? Pour obtenir le Label BCC, Effinergie a

Plus en détail

L ECO PTZ PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO PTZ et C.I.T.E 2015

L ECO PTZ PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO PTZ et C.I.T.E 2015 L ECO PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO et C.I.T.E 2015 La liste des équipements, matériaux et appareils mentionnés au 1 de l'article 200 quater du code général des

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Rencontre de l habitat l

Rencontre de l habitat l Rencontre de l habitat l durable Les aides financières pour l habitat ancien Réunion du 27 Mai 2010 Arehn Daniel LEHUE ANAH Alain DEBADIER Notaire Romain DANTEL Catherine OTRAL-VOLLMER Espace Info Energie

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DIAG AZUR PERICHAULT 6 impasse Lou Pénéqué 13950 CADOLIVE Tél : 04 42 32 46 39 Cel : 06 20 76 89 36 EMAIL : jean-louis.perichaut@wanadoo.fr DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT

CARACTERISTIQUES du BATIMENT CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Avec décrochement Longueur : 1 m Largeur : 1 m Surface Shon : 202,40 m²

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE SARL 12 Lot le Vignaud 1 30980 LANGLADE Tel/Fax : 04 66 01 18 19 Mobile : 06 84 66 90 70 Email : g-diatic@orange.fr D P E DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006 et

Plus en détail

PRESENTATION de la RT 2012

PRESENTATION de la RT 2012 INFORMATION RT 2012 PRESENTATION de la RT 2012 Thierry MOUGE 06/04/2011 INTRODUCTION La RT 2012 sera applicable à partir du 28 Octobre 2011 pour certains bâtiments. Cette présentation a pour but de vous

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1 neuf)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1 neuf) Diagnostic de performance énergétique logement (6.1 neuf) N :... GRAIS/IMO/0130 Valable jusqu au :... 20/02/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. 1948-1974

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS Concerne les bâtiments terminés Après le 01/01/1948 Vendredi 24 avril 2009 ASTI 38950 St Martin le Vinoux a.s.t.i@orange.fr Gérard Maubleu le 20/04/2009

Plus en détail