Discrimination à l embauche Quels apports des procédures de testing?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Discrimination à l embauche Quels apports des procédures de testing?"

Transcription

1 Discrimination à l embauche Quels apports des procédures de testing? Séminaire D3E Romain Aeberhardt Denis Fougère Julien Pouget Roland Rathelot INSEE-CREST 17 novembre 2008 Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

2 Plan Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

3 Plan Introduction Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

4 Introduction 3 types de discriminations 1 Due aux préférences des employeurs 2 Due aux préférences des clients 3 Due à des préjugés : on parle de discrimination statistique quand un employeur attribue à un individu d un groupe donné les valeurs moyennes, réelles ou supposées, des caractéristiques du groupe auquel il appartient (ces caractéristiques ne pouvant être directement observées au niveau individuel). Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

5 Introduction 2 grands types d études pour mesurer les discriminations Les méthodes à la Blinder-Oaxaca : décomposition d un écart entre une partie structurelle et une partie inexpliquée Les expériences contrôlées : testing / audit studies Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

6 Revue de littérature Introduction Survey : Riach et Rich (2002) 3 articles de référence pour le marché du travail : Neumark et al. (1996) : secteur de la restauration Kenney et Wissoker (1994) : origine hispanique vs. anglo-saxonne Bertrand et Mullainathan (2003) : faux CV (Emily and Greg vs Lakisha and Jamal) En France : Bovenkerk et al. (1979) : secteur du logement Petit (2004), Duguet et Petit (2005), Duguet, Leandri, L Horty et Petit (2007) : CV fictifs, différents secteurs et niveaux de qualification Cediey et Foroni (2007) : étude pour le BIT Halde, Observatoire des discriminations, SOS Racisme Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

7 Introduction Avantages du Testing Expérience contrôlée Toutes choses égales par ailleurs : on peut apparier les testeurs, ou les CV au mieux. Au contraire des méthodes à la Blinder-Oaxaca où la part inexpliquée ne correspond pas nécessairement à de la discrimination. Avec 2 testeurs (ou plus) par offre d emploi, on peut contrôler l hétérogénéité au niveau de l offre d emploi. Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

8 Limites du Testing Introduction Difficultés de comparaison des résultats avec les autres méthodes : tests sur les employeurs potentiels vs emploi effectif En général : emplois peu qualifiés et décalage avec niveau de qualification des acteurs Uniquement processus d embauche (ni salaires, ni promotions) Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

9 Critique de Heckman Introduction Hétérogénéité au niveau de chaque testeur non observée par le concepteur de l enquête mais observée par l employeur Hypothèses implicites Cadre linéaire : égalité des espérances de l hétérogénéité inobservée Cadre non linéaire : égalité des distributions Exemple des sauteurs en hauteur 2 caractéristiques : taille et technique Sauteurs appariés suivant la taille mais la barre observe la résultante des deux On suppose technique moyenne égale par taille mais plus grande variance dans un groupe que dans l autre La conclusion va dépendre de la hauteur de la barre Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

10 Apports Introduction Méthodologie : Réponse à la critique de Heckman dans le cas particulier de cette étude grâce à l alternance des rôles joués par les testeurs Tentative de clarification des hypothèses implicites Résultats : Confirmation des résultats de Pager avec d autres méthodes Extension des résultats de Pager en utilisant les spécificités de ses données Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

11 Plan Données Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

12 Données États-Unis : le taux d incarcération le plus élevé au monde! Des différences frappantes suivant la couleur de la peau : En 2000, taux d incarcération des jeunes : 10% chez les noirs 1% chez les blancs Probabilité d être incarcéré une fois dans sa vie : 28% pour les noirs et même 50% pour ceux qui ont arrêté leurs études au niveau du lycée Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

13 Données Conséquences potentielles Directes : détenus remis en liberté chaque année. Quelles sont leurs chances de retrouver un emploi? Indirectes : les noirs subissent-ils de la discrimination statistique? Les employeurs craignent-ils d avoir affaire à un ancien délinquant quand ils auditionnent un candidat noir? Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

14 Données How Deep is the Mark of a Criminal Record? Devah Pager (2003) Un passé carcéral fait baisser les chances d emploi de 50% pour les blancs et de 64% pour les noirs Les candidats noirs sont significativement moins rappelés que les blancs, indépendamment de leur passé carcéral ou non L effet croisé prison couleur de peau est négatif mais pas significatif Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

15 Plan d expérience Données 4 testeurs noirs et 3 testeurs blancs Tous étudiants à l université de Milwaukee Les paires sont composées de 2 candidats noirs ou 2 candidats blancs Chaque testeur joue alternativement le rôle de l ancien délinquant qui sort de prison et celui du non-délinquant Les testeurs noirs se présentent à 200 entretiens et les blancs à 150 Les emplois ne nécessitent pas d expérience professionnelle et de niveau d étude supérieur au lycée Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

16 Particularités - Intérêt Données L alternance des rôles (délinquant ou non) permet d identifier des effets individuels et de répondre à la critique de Heckman Mise en évidence d une discrimination statistique en s appuyant sur l existence (ou non) d un entretien effectif avec l employeur Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

17 Plan Approches et hypothèses associées Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

18 Approches et hypothèses associées 2 problèmes principaux Information Hétérogénéité au niveau firme (ou au niveau offre d emploi) Caractère non linéaire de la décision Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

19 Approches et hypothèses associées Information Information dans les observations Pour chaque offre d emploi, on distingue 4 cas : Aucun des deux candidats n est rappelé Les deux candidats sont rappelés Seul celui qui sort de prison est rappelé Seul celui qui ne sort pas de prison est rappelé Dans quel cas y a-t-il un traitement égalitaire? Dans quel cas le traitement est-il dissymétrique? Il y a une petite polémique sur le choix des observations à prendre en compte. Quand les deux candidats sont du même côté du seuil (rappelés ou non), on ne sait pas s ils sont évalués au même niveau ou non En fait ces observations n apportent pas d information Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

20 Tableau descriptif Approches et hypothèses associées Information Résultats agrégés en fonction de la couleur de la peau et du statut de délinquant blanc noir (a) les deux rejetés (b) les deux rappelés 20 9 (c) ex-délinquant rappelé uniquement 5 1 (d) ex-délinquant rejeté uniquement ((d)-(c)) / ((a)+(b)+(c)+(d)) 17.3% 9% Total Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

21 Approches et hypothèses associées Statistique présentée Cadre linéaire Différence nette de probabilité d embauche P(E c = 1) P(E nc = 1) Or P(E c = 1) = P(E c = 1, E nc = 0) + P(E c = 1, E nc = 1) et P(E nc = 1) = P(E c = 0, E nc = 1) + P(E c = 1, E nc = 1) Cette différence nette est égale à P(E c = 1, E nc = 0) P(E c = 0, E nc = 1) Elle ne dépend que des probabilités de résultats différents pour les deux candidats Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

22 Approches et hypothèses associées Modèle linéaire de probabilité Cadre linéaire y ij = α i + γ j + βc ij + ε ij avec E(ε ij ) = 0 écriture en différences intra-firmes avec C 1j = 1 et C 2j = 0 : y 1j y 2j = β (C 1j C 2j ) +(α 1 α 2 ) + (ε 1j ε 2j ) avec E(ε ij ) = 0 } {{ } =1 Hypothèse d égalité sur les E(α i ) Hypothèse implicite en raison du fait que 0 E(y ij ) 1 : (i, j), 0 α i + γ j + βc ij 1) Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

23 Logit simple Approches et hypothèses associées Cadre non linéaire Utilisé par Pager Tient compte de la non-linéarité Ne tient pas compte des effets fixes firmes Ne tient pas compte du plan d expérience Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

24 Approches et hypothèses associées Logit conditionnel (1) Cadre non linéaire À rapprocher du Within en linéaire On n utilise que les observations pour lesquelles un des deux candidats et un seul a été rappelé. On introduit une variable latente y ij telle que y ij = 1 {y ij >0} y ij = α i + γ j + C ij β + ε ij Si les termes d erreurs suivent une loi des valeurs extrêmes, le modèle est maintenant caractérisé par : P(y ij = 1 C, α, γ) = eα i +γ j +C ij β 1 + e α i +γ j +C ij β Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

25 Approches et hypothèses associées Logit conditionnel (2) Cadre non linéaire La forme conditionnelle s écrit : P(y 1j = 1, y 2j = 0 y 1j + y 2j = 1, α, γ, C) P(y 1j = 1, y 2j = 0 α, γ, C) = P(y 1j = 1, y 2j = 0 α, γ, C) + P(y 1j = 0, y 2j = 1 α, γ, C) 1 = 1 + P(y 1j = 0, y 2j = 1 α, γ, C)/P(y 1j = 1, y 2j = 0 α, γ, C) = eα1 α2+β(c 1j C 2j ) 1 + e α1 α2+β(c 1j C 2j ) qui est indépendant de γ d où, dans le cas où C 1j = 1 et C 2j = 0, P(y 1j = 1, y 2j = 0 y 1j + y 2j = 1, α, C) = eα 1 α 2 +β et de la même manière, P(y 1j = 0, y 2j = 1 y 1j + y 2j = 1, α, C) = 1 + e α 1 α 2 +β e α 1 α 2 +β Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

26 Approches et hypothèses associées Cadre non linéaire Résultats avec un modèle logit conditionnel Si on suppose α 1 = α 2, ˆβ = log #{y 1j = 0, y 2j = 1} #{y 1j = 1, y 2j = 0} Couleur de peau ˆβ Std. Err. Odds Ratio Blanc Noir Lecture : soit ρ le rapport de la probabilité d être rappelé à celle de ne pas l être (i.e. il y a ρ fois plus de chances d être rappelé que de ne pas être rappelé). Pour les blancs, ce rapport ρ est multiplié par 0.16 lorsqu ils sortent de prison par rapport à la situation de référence ; pour les noirs, il est multiplié par Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

27 Approches et hypothèses associées Interaction avec l employeur Cadre non linéaire On revient à une modélisation de logit simple Noir Délinquant Interaction Param Est Std Err Odds Ratio Ref Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

28 Approches et hypothèses associées Cadre non linéaire Mise en évidence de discrimination statistique Effet Odds Ratio Effet d un entretien avec l employeur blanc - pas de prison blanc - prison noir - pas de prison noir - prison Effet d un passé carcéral blanc - pas d entretien avec l employeur blanc - entretien avec l employeur noir - pas d entretien avec l employeur noir - entretien avec l employeur Effet de la couleur de peau prison - pas d entretien avec l employeur pas de prison - entretien avec l employeur prison - pas d entretien avec l employeur pas de prison - entretien avec l employeur Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

29 Approches et hypothèses associées Interprétation des résultats Cadre non linéaire Un entretien avec l employeur potentiel est toujours associé à un impact positif et significatif sauf pour les noirs qui sortent de prison. Pour les blancs, un entretien rend même non significatif l effet négatif d un passé carcéral. Les candidats noirs qui ne bénéficient pas d un entretien avec l employeur potentiel sont autant discriminés qu ils sortent de prison ou non. En l absence de passé carcéral, être noir a un effet négatif et significatif en l absence d entretien avec l employeur potentiel. En revanche, cet effet n est plus significatif au seuil de 5% en cas d entretien. En l absence d entretien, le stigma lié au passé carcéral est suffisamment fort pour rendre l effet supplémentaire de la couleur de peau non significatif. Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

30 Approches et hypothèses associées Réponse à la critique de Heckman Réponse à la critique de Heckman Critique : il peut subsister de l hétérogénéité au niveau de chaque testeur non observée par le concepteur de l enquête mais observée par l employeur Les testeurs jouent alternativement le rôle de l ancien délinquant qui sort de prison et celui du non-délinquant Résumé des 4 situations Ex-délinquant Rappelé Nombre de cas T1 T2 T1 T n n p p 21 Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

31 Approches et hypothèses associées Réponse dans un cadre linéaire Réponse à la critique de Heckman y ij = α i + γ j + βc ij + ε ij avec E(ε ij α, γ, C) = 0 blancs noirs Variable Param Est Std Err Param Est Std Err Ex-délinquant Testeur 1 Ref. - Testeur Testeur Testeur 4 Ref. - Testeur Testeur Testeur Hypothèse implicite : (i, j), max(0, β) α i + γ j min(1, 1 β) Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

32 Approches et hypothèses associées Réponse dans un cadre non-linéaire Réponse à la critique de Heckman P(y 1j = 1, y 2j = 0 y 1j + y 2j = 1, α, C) = eα 1 α 2 +β(c 1j C 2j ) et de la même manière, P(y 1j = 0, y 2j = 1 y 1j + y 2j = 1, α, C) = 1 + e α 1 α 2 +β(c 1j C 2j ) e α 1 α 2 +β(c 1j C 2j ) si toutes les quantités sont positives, la maximisation de la vraisemblance en fonction de β et de (α 1 α 2 ) donne : ˆβ = 1 2 log n 12p 21 n 21 p 12 (ˆα 1 ˆα 2 ) = 1 2 log n 12p 12 n 21 p 21 Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

33 Approches et hypothèses associées Réponse à la critique de Heckman Réponse à la critique de Heckman - Estimation Dans le cadre non-linéaire, les observations dont on dispose ne permettent pas d effectuer l estimation. On n a pas de solution intérieure en raison de la nullité du dénominateur. En pratique on ne peut pas distinguer ce qui tient d un effet testeur et ce qui tient d un effet prison. Aeberhardt, Fougère, Pouget and Rathelot () Testing 17 novembre / 1

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2009 / 13

Direction des Études et Synthèses Économiques G 2009 / 13 Direction des Études et Synthèses Économiques G 2009 / 13 Discrimination à l'embauche : comment exploiter les procédures de testing? Romain AEBERHARDT - Denis FOUGÈRE Roland RATHELOT Document de travail

Plus en détail

La discrimination sur le marché du travail :

La discrimination sur le marché du travail : La discrimination sur le marché du travail : Théories et mesures Emmanuel Duguet Université Paris Est-Créteil Novembre 2010 Introduction Définition : situation dans laquelle deux travailleurs identiquement

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon PACES - APEMK UE 4 Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Les paraboles. x ax 2 + bx + c.

Les paraboles. x ax 2 + bx + c. 1ES Résumé du cours sur le second degré. Les paraboles. On appelle fonction du second degré une fonction de la forme x ax 2 + bx + c. Bien sûr a doit être différent de 0 sinon ce n est pas une fonction

Plus en détail

Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi

Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi Observatoire National de l'emploi et des Qualifications Effet du stage en entreprise au cours des études sur l insertion des

Plus en détail

MODELISATION DE DONNÉES QUALITATIVES PREMIÈRE PARTIE

MODELISATION DE DONNÉES QUALITATIVES PREMIÈRE PARTIE MODELISATION DE DONNÉES QUALITATIVES PREMIÈRE PARTIE Pierre-Louis Gonzalez 1 I INTRODUCTION 1 variable qualitative. Tri à plat. Représentations graphiques. Modélisation : loi binomiale loi multinomiale

Plus en détail

Tests statistiques Formation «Analyse de données RNA-seq/ChiP-seq»

Tests statistiques Formation «Analyse de données RNA-seq/ChiP-seq» Tests statistiques Formation «Analyse de données RNA-seq/ChiP-seq» Guy Perrière Pôle Rhône-Alpes de Bioinformatique 14 novembre 2012 Guy Perrière (PRABI) Tests statistiques 14 novembre 2012 1 / 40 Plan

Plus en détail

Techniques d estimation : Maximum de Vraisemblance et Méthode des Moments Généralisée

Techniques d estimation : Maximum de Vraisemblance et Méthode des Moments Généralisée Techniques d estimation : Maximum de Vraisemblance et Méthode des Moments Généralisée Philippe Gagnepain Université Paris 1 Ecole d Economie de Paris Centre d économie de la Sorbonne-UG 4-Bureau 405 philippe.gagnepain@univ-paris1.fr

Plus en détail

TOUTE UNE VIE prévoir, aider, transmettre dans une société de longue vie

TOUTE UNE VIE prévoir, aider, transmettre dans une société de longue vie TOUTE UNE VIE prévoir, aider, transmettre dans une société de longue vie METHODOLOGIE I. Enquêtes utilisées Cette édition de BPCE L Observatoire s appuie notamment sur deux enquêtes : Une étude quantitative

Plus en détail

Quelles données pour l évaluation des politiques publiques. Bruno Crépon, CREST

Quelles données pour l évaluation des politiques publiques. Bruno Crépon, CREST Quelles données pour l évaluation des politiques publiques Bruno Crépon, CREST Quelques aspects saillants Il ya un problème fondamental de l évaluation qui est l identification C est la question qui prime

Plus en détail

Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long.

Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long. Les différenciations de salaires au cours de la carrière : deux études sur un panel long. Sébastien Roux INSEE-CREST COE, 13 mai 2008 Roux (CREST) Trajectoires salariales COE, 13 mai 2008 1 / 36 Introduction

Plus en détail

742003 Les systèmes de formation et leur contexte : enjeux politiques et économiques des systèmes éducatifs

742003 Les systèmes de formation et leur contexte : enjeux politiques et économiques des systèmes éducatifs EVALUATION DU CHEQUE ANNUEL DE FORMATION (1) Document de référence : Commission externe d évaluation des politiques publiques (2006). Evaluation du chèque annuel de formation sur mandat du Conseil d Etat.

Plus en détail

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 n o 6 juin 2012 1 Sommaire 1. Synthèse générale... 3 2. Typologie des contrats et des organismes...

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

Échantillonnage et estimation

Échantillonnage et estimation Échantillonnage et estimation Dans ce chapitre, on s intéresse à un caractère dans une population donnée dont la proportion est notée. Cette proportion sera dans quelques cas connue (échantillonnage),

Plus en détail

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50 10. Estimation MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016 (v1) MTH2302D: estimation 1/50 Plan 1. Introduction 2. Estimation ponctuelle 3. Estimation par intervalles de confiance 4. Autres

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

Etude relative aux rapports des Présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2013

Etude relative aux rapports des Présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2013 Etude relative aux rapports des Présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2013 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant de gestion administrative

Licence professionnelle Assistant de gestion administrative Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant de gestion administrative Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle

Chapitre 01 : Intégrales généralisées. Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle Chapitre 01 : Intégrales généralisées Objectifs : En première année, on a étudié l intégrale d une fonction définie et continue sur un intervalle fermé borné de Dans ce chapitre, on va étudier le cas d

Plus en détail

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM Le CAPM (Capital Asset Pricing Model) établit la relation clef qui doit unir sur un marché efficient la prime de risque des différents

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

Un exercice de TVA sociale

Un exercice de TVA sociale Un exercice de TVA sociale Stéphane Gauthier, Université de Caen et CREST http://www.crest.fr/pageperso/gauthier/tvasociale.pdf Thème général Quels sont les effets sur l emploi de modifications des assiettes

Plus en détail

Chapitre 7 Tests d hypothèse (partie 1)

Chapitre 7 Tests d hypothèse (partie 1) Chapitre 7 Tests d hypothèse (partie 1) I Qu est ce qu un test statistique? La philosophie est toujours la même : déterminer des informations sur une population à partir d informations sur un échantillon

Plus en détail

Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation

Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation Chapitre 8: Inférence, échantillonnage et estimation 1. Echantillonnage aléatoire simple 2. Inférence statistique 3. Estimation 4. Evaluation graphique de l adéquation d un modèle de distribution 1 L inférence

Plus en détail

Test des recrutements concernant la discrimination en raison de l âge

Test des recrutements concernant la discrimination en raison de l âge Test des recrutements concernant la discrimination en raison de l âge Octobre 2012 Jean-François Amadieu, Yvan Dumez, Mehdi Mouhoubi L accès à l emploi des séniors est particulièrement difficile et le

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016

Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 2016 Exercice 1 Commun à tous les candidats Baccalauréat ES Pondichéry 21 avril 216 4 points Cet exercice est un QCM (questionnaire à choix multiples). Pour chacune des quatre questions posées, une seule des

Plus en détail

Exercice II. l offre de transport (en tonnes.kilomètres) l effectif le poids de la flotte (en tonnes) le caractère public ou privée de la compagnie

Exercice II. l offre de transport (en tonnes.kilomètres) l effectif le poids de la flotte (en tonnes) le caractère public ou privée de la compagnie 1 Exercice II II. On dispose de données (fichier «aviation87.xls», section Exemples pour Excel) concernant le transport aérien en 1987, et indiquant pour 50 compagnies occidentales : Q L K PP l offre de

Plus en détail

Statistiques de groupe

Statistiques de groupe Système Méthodologique d Aide à la Réalisation de Tests Statistiques de groupe et analyse des questions de votre épreuve Une unité de soutien de l IFRES Université de Liège L analyse des statistiques de

Plus en détail

Approche empirique du test χ 2 d ajustement

Approche empirique du test χ 2 d ajustement Approche empirique du test χ 2 d ajustement Alain Stucki, Lycée cantonal de Porrentruy Introduction En lisant des rapports, on rencontre souvent des raisonnements du style : «le premier groupe est meilleur

Plus en détail

Fiche pratique n 69 Optimiser la gestion d une carte de restaurant à partir des principes de Smith ou «menu engineering» Novembre 2011

Fiche pratique n 69 Optimiser la gestion d une carte de restaurant à partir des principes de Smith ou «menu engineering» Novembre 2011 Fiche pratique n 69 Optimiser la gestion d une carte de restaurant à partir des principes de Smith ou «menu engineering» Page 1/8 Sommaire Introduction 3 Forme de l outil 3 Signification du classement

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE DU JURY du concours d agent territorial spécialisé des écoles maternelles de 1 ère classe session 2010

RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE DU JURY du concours d agent territorial spécialisé des écoles maternelles de 1 ère classe session 2010 RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE DU JURY du concours d agent territorial spécialisé des écoles maternelles de 1 ère classe session 2010 A- Les sessions précédentes I- LES PRINCIPALES DONNÉES COMPARÉES DE LA SESSION

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s c h a r g e s d e p e r s o n n e l Jacques GROLIER Directeur du Master d Économie et de Gestion des Établissements Sanitaires et Sociaux Université

Plus en détail

PSY C3 Eléments de statistique

PSY C3 Eléments de statistique PSY C3 Eléments de statistique Responsables : Amandine Penel & Fabrice Guillaume Maîtres de conférence en Psychologie Cognitive penel@up.univ-mrs.fr guillaume@isc.cnrs.fr semaine du 4 Sept semaine du oct

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

L obèse : «l incroyable discriminé»

L obèse : «l incroyable discriminé» Observatoire des Discriminations Directeur Jean-François Amadieu Université Paris I, Panthéon Sorbonne L obèse : «l incroyable discriminé» -Septembre 2005- Discriminé même pour être télévendeur Les préjugés

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie mathématique de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport IN52. Sujet : Résolution d un puzzle

Rapport IN52. Sujet : Résolution d un puzzle CARRE Julien PIERNOT Jérôme Rapport IN52 Sujet : Résolution d un puzzle Responsable : M. Ruicheck Y. Automne 2007 1 SOMMAIRE INTRODUCTION...3 I. Description et approche du sujet...4 1. Description 2. Outils

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

Inégalités d accès aux emplois et Inégalités de salaires : La situation des enfants d immigrés et des jeunes residant dans une zone urbaine sensible

Inégalités d accès aux emplois et Inégalités de salaires : La situation des enfants d immigrés et des jeunes residant dans une zone urbaine sensible COMMENTAIRE Inégalités d accès aux emplois et Inégalités de salaires : La situation des enfants d immigrés et des jeunes residant dans une zone urbaine sensible Pascale Petit, Université Évry Val d Essonne,

Plus en détail

SIMDI - Presse à injecter

SIMDI - Presse à injecter SIMDI PRESSE - Simulateur de Presse à injecter - Document de l animateur SIMDI - Presse à injecter «Les élèves apprennent à réaliser un plan d expériences portant sur de nombreux facteurs» Fonctionnalités

Plus en détail

Sources et méthodes. Enquête sur l accès au financement des PME employant au moins 10 personnes

Sources et méthodes. Enquête sur l accès au financement des PME employant au moins 10 personnes Sources et méthodes Enquête sur l accès au financement des PME employant au moins 10 personnes L enquête s intéresse aux difficultés rencontrées par les PME employant au moins 10 personnes pour se financer,

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs

Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs Réforme de la PAC : mise en place des paiements directs en 2015 et accès à ces paiements pour les jeunes agriculteurs Résumé 2015 est l année d entrée en application de la réforme des aides directes de

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE ENQUÊTE SUR LE CORPS PROFESSORAL QUÉBÉCOIS : PORTRAIT DES RÉPONDANTS DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC EN ABITIBI-TÉMISCAMINGUE par Frédéric Deschenaux et Mélanie Belzile Juin 2009 Ce fascicule est une initiative

Plus en détail

TESTING SUR LE PARC LOCATIF PRIVÉ DU DÉPARTEMENT DE L ESSONNE ~ SYNTHÈSE ~ réalisé par ISM-CORUM

TESTING SUR LE PARC LOCATIF PRIVÉ DU DÉPARTEMENT DE L ESSONNE ~ SYNTHÈSE ~ réalisé par ISM-CORUM TESTING SUR LE PARC LOCATIF PRIVÉ DU DÉPARTEMENT DE L ESSONNE ~ SYNTHÈSE ~ réalisé par ISM-CORUM octobre 2013 1. PRINCIPES DE CE TESTING Un testing sur l accès au logement locatif consiste à comparer ce

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

APPLICATIONS SUR LES ANALYSES ASSOCIÉES AUX CHAPITRES 12 ET 13 (TESTS DE COMPARAISON ET D INDÉPENDANCE)

APPLICATIONS SUR LES ANALYSES ASSOCIÉES AUX CHAPITRES 12 ET 13 (TESTS DE COMPARAISON ET D INDÉPENDANCE) 5 APPLICATIONS SUR LES ANALYSES ASSOCIÉES AUX CHAPITRES 12 ET 13 (TESTS DE COMPARAISON ET D INDÉPENDANCE) Exercice 1 : test de comparaison de proportions (voir chapitre 12) Une entreprise souhaite lancer

Plus en détail

La situation des nouveaux diplômés en psychologie sur le marché de l emploi en 2009

La situation des nouveaux diplômés en psychologie sur le marché de l emploi en 2009 Edition CSFO, décembre 2011 La situation des nouveaux diplômés en psychologie sur le marché de l emploi en 2009 Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé,

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

Le devenir des diplômés 2010 de l IUT

Le devenir des diplômés 2010 de l IUT Dixième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2010 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 27 juin 2013 Plan de la présentation

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Université du Québec à Montréal Introduction à l optimisation Donnée dans le cadre du cours Microéconomie II ECO2012 Baccalauréat en économique Par Dominique Duchesneau 21 janvier septembre 2008 Ce document

Plus en détail

Qualité Six Sigma. Sommaire. Sylvain ROZÈS. 28 mars 2008. 1 Introduction 1. 2 Étude séparée de quatre échantillons 1

Qualité Six Sigma. Sommaire. Sylvain ROZÈS. 28 mars 2008. 1 Introduction 1. 2 Étude séparée de quatre échantillons 1 Qualité Six Sigma Sylvain ROZÈS 28 mars 2008 Sommaire 1 Introduction 1 2 Étude séparée de quatre échantillons 1 3 Étude sur l ensemble des échantillons 8 4 Étude sur les range 13 1 Introduction Le but

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de communication des petites et moyennes organisations de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

Exercices supplémentaires

Exercices supplémentaires Exercices supplémentaires Christophe Lalanne Emmanuel Chemla Exercices Exercice 1 Un grand magasin a n portes d entrée ; r personnes arrivent à des instants divers et choisissent au hasard une entrée indépendamment

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? La qualification, c est quoi? p.8 C

Plus en détail

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan

Présentation et éléments de compréhension du Business Plan Présentation et éléments de compréhension du Business Plan La préparation, la méthodologie, le fond, la forme et les pièges à éviter 1 Objectifs de la formation Connaitre et comprendre les différentes

Plus en détail

Discriminations à l embauche: analyse économique, mesure et état des lieux de la situation française

Discriminations à l embauche: analyse économique, mesure et état des lieux de la situation française Discriminations à l embauche: analyse économique, mesure et état des lieux de la situation française Nicolas Jacquemet Ecole d Economie de Paris Université de Lorraine, BETA N. Jacquemet (U Lorraine, PSE)

Plus en détail

Second degré. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2008/2009

Second degré. Christophe ROSSIGNOL. Année scolaire 2008/2009 Second degré Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 008/009 Table des matières 1 Polynômes du second degré 1.1 Définition................................................. 1. Forme canonique.............................................

Plus en détail

Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises

Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises Environnement Economique de l Entreprise Cas 2 : Les décisions des entreprises Objectifs du cas : Comprendre les décisions des entreprises: - Choix des techniques et des facteurs de production (comment

Plus en détail

Testing : la difficulté de l interprétation de la discrimination à l embauche

Testing : la difficulté de l interprétation de la discrimination à l embauche Testing : la difficulté de l interprétation de la discrimination à l embauche Université Paris 1 - CES Testing Introduction Objectif : mesurer la discrimination à l embauche selon le sexe et l origine.

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3

GUIDE ORGANISATIONNEL L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3 L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3 30 La décision d adapter un programme en alternance travail-études repose sur une analyse approfondie de la pertinence, des possibilités

Plus en détail

Situations des jeunes repérés comme décrocheurs

Situations des jeunes repérés comme décrocheurs Service Académique d Information et d Orientation Situations des jeunes repérés comme décrocheurs 7 mois après la campagne de novembre 03 Octobre 04 Introduction Le repérage des jeunes décrocheurs s'effectue

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

La nouvelle tarification

La nouvelle tarification 1 La nouvelle tarification Le thème de notre matinée : la nouvelle tarification A partir de 2012, une nouvelle tarification s appliquera. Depuis le 1er janvier 2010, les sinistres qui surviennent dans

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

Un pourcentage est la part, la proportion, que représente un sous-ensemble B dans un ensemble A. On le calcule de la manière suivante :

Un pourcentage est la part, la proportion, que représente un sous-ensemble B dans un ensemble A. On le calcule de la manière suivante : FICHE TD n 1 : LE POURCENTAGE Un pourcentage est la part, la proportion, que représente un sous-ensemble B dans un ensemble A. On le calcule de la manière suivante : Sous-ensemble B / Ensemble A x 100

Plus en détail

Problèmes de transport

Problèmes de transport Problèmes de transport formulation des problèmes d affectation Hugues Talbot Laboratoire A2SI 31 mars 2009 Problèmes de Transport Introduction Distribution Théorie Équilibrage Modélisation Plan Solution

Plus en détail

LE TRAITEMENT STATISTIQUE. I. Les types de traitements statistiques en fonction des questions-problèmes (QP)

LE TRAITEMENT STATISTIQUE. I. Les types de traitements statistiques en fonction des questions-problèmes (QP) LE TRAITEMENT STATISTIQUE I. Les types de traitements statistiques en fonction des questions-problèmes (QP) Dans une recherche, on se pose toujours une ou plusieurs questions qu'il s'agira de résoudre.

Plus en détail

Politique concernant l usage et la qualité du français à la Faculté de droit de l Université de Montréal

Politique concernant l usage et la qualité du français à la Faculté de droit de l Université de Montréal Politique concernant l usage et la qualité du français à la Faculté de droit de l Université de Montréal La Faculté de droit de l Université de Montréal a récemment précisé sa politique concernant l usage

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Etudes cinématographies et audiovisuelles de l Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Comparaison de performance sociale

Comparaison de performance sociale Comparaison de performance sociale Différence entre les entreprises de grande et de petite taille Baggio, S. et Sutter, P.-E. Les différents audits de climat social effectués ces dernières années dans

Plus en détail

CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES

CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES La méthode des coûts à base d'activités, ou comptabilité d'activités, en anglais ABC (Activity Based Costing), a pour objectif de mieux rattacher le coût des ressources

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet

TD : Microéconomie de l incertain. Emmanuel Duguet TD : Microéconomie de l incertain Emmanuel Duguet 2013-2014 Sommaire 1 Les loteries 2 2 Production en univers incertain 4 3 Prime de risque 6 3.1 Prime de risque et utilité CRRA.................. 6 3.2

Plus en détail

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015

L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 Observatoire régional des métiers du sanitaire et du social Enquêtes sur l insertion professionnelle des jeunes diplômés L insertion professionnelle des masseurs-kinésithérapeutes en 2015 - Diplômés 2014

Plus en détail

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Capital Humain & Technologies Direction des Affaires Générales Département des Etudes et de la Documentation Thème du mois LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Plan : Introduction

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CHAMP D APPLICATION Ce cahier des charges s adresse à l ensemble des structures qui interviennent dans la phase d accompagnement à la VAE et qui

Plus en détail

Nouvelle tarification des entreprises

Nouvelle tarification des entreprises Nouvelle tarification des entreprises 1- Qu est-ce que la «tarification»? En France, 2 millions d établissements des secteurs de l industrie, du service et du commerce cotisent en fonction de leur taille,

Plus en détail

Chapitre 5 - Le diplôme : un passeport pour l emploi?

Chapitre 5 - Le diplôme : un passeport pour l emploi? Chapitre 5 - Le diplôme : un passeport pour l emploi? Le chapitre s inscrit dans le thème du programme, «Formation et emploi». Le chapitre vise à montrer l intérêt du diplôme dans la recherche et l obtention

Plus en détail

Constats et questions des repfrans au sujet du test à l embauche dans les collèges Bilan de la Journée Repfran du 26 septembre 2014

Constats et questions des repfrans au sujet du test à l embauche dans les collèges Bilan de la Journée Repfran du 26 septembre 2014 Constats et questions des repfrans au sujet du test à l embauche dans les collèges Bilan de la Journée Repfran du 26 septembre 2014 Test à l embauche dans les collèges : où en sommes-nous? Vers quoi allons-nous?

Plus en détail

RAPPORT TRIMESTRIEL SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS

RAPPORT TRIMESTRIEL SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS RAPPORT TRIMESTRIEL SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS Janvier Mars 2014 Introduction Aux termes de l article 127 de la loi n 2011-01 du 24 février 2011 portant Code des Télécommunications, l Autorité

Plus en détail

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES?

QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? CHAPITRE 3 QUI CONTRÔLE VOS MARGES COMMERCIALES BRUTES? Ce que Vous allez apprendre dans ce chapitre En quoi la manière de payer votre equipe des ventes peut nuire à votre rentabilité Empêchez-les de gaspiller

Plus en détail

PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL

PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL PROJET DE NOTE RELATIVE A L ENTRETIEN PROFESSIONNEL ANNUEL La présente note a pour objet de préciser les modalités de mise en œuvre de l entretien professionnel annuel prévu à l article 21 de la convention

Plus en détail

La qualité du développement d applications en France

La qualité du développement d applications en France La qualité du développement d applications en France Résultats contrastés Dans "La Lettre" de janvier, Alain Coulon a fait une brève présentation du Modèle de Maturité du Software Engineering Institute

Plus en détail

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE 3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE P. 35/42 FICHE N 10 : Les conditions d une exploitation des fichiers de GRH P. 43/49 FICHE N

Plus en détail

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société

Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Statistiques Appliquées Rôle des femmes dans la société Denis Schelling Semestre d automne 2012 Résumé A partir de données concernant le rôle des femmes dans la société, nous avons effectué une analyse

Plus en détail

Les types de questions

Les types de questions Les types de questions Sommaire Choix multiple... 2 Sondage... 5 Sondage Grille des choix... 7 Réponse courte/rédaction... 10 Exercice à trous... 13 Réponse numérique... 16 Appariement... 19 Vrai ou faux...

Plus en détail

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR 1. Qu est-ce qu un usage? 2. Quels sont les critères constitutifs de l usage? 3. Qu est-ce qu un engagement unilatéral de l employeur? 4. Quelle est la

Plus en détail

Le Droit Individuel à la Formation - DIF

Le Droit Individuel à la Formation - DIF DADS 2008 Page 1 Le Droit Individuel à la Formation - DIF A Le principe L accord de branche du 26 mai 2005 permet de faciliter les parcours personnalisés de formation des salariés tout au long de leur

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant conseil en droit et gestion des entreprises du secteur agricole

Licence professionnelle Assistant conseil en droit et gestion des entreprises du secteur agricole Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant conseil en droit et gestion des entreprises du secteur agricole Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail