Le Personnage de Puck

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Personnage de Puck"

Transcription

1 Mathias Lehn Le Personnage de Puck Du modèle shakespearien à l opéra contemporain (Britten, Vreuls, Delannoy, Gerber) Publibook

2 Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires PARIS France Tél. : +33 (0) IDDN.FR R.P Cet ouvrage a fait l objet d une première publication aux Éditions Publibook en 2012

3

4

5 Remerciements Je remercie Mme le Professeur Marie-Claire Beltrando-Patier et M. le Professeur Paul Prévost d avoir dirigé une partie de mes recherches. Ma reconnaissance la plus absolue doit aller à Mme le Professeur Danièle Pistone qui a accepté de diriger l achèvement de ma thèse et m a constamment encouragé à la terminer. Mme le Professeur Arlette Sancery, qui a bien voulu traduire pour moi des textes anglais du Moyen Âge et M. le Professeur Pierre Iselin, qui a accepté de superviser la partie littéraire, ont apporté un soutien sans failles à mon travail. Je les en remercie chaleureusement. Ma reconnaissance doit aller au compositeur suisse René Gerber qui m a accueilli à Neuchâtel et m a permis de consulter son manuscrit, à M. Claude Delley (fondation René Gerber) et à Fabio Maffei qui m ont facilité la préparation et l organisation de mon séjour en Suisse. Je tiens à exprimer ma gratitude à l ensemble de l équipe de la Britten-Pears Library à Aldeburgh, principalement à Keiron Cooke et Jenny Doctor, pour leur accueil et leur disponibilité durant mes deux séjours dans le Suffolk, ainsi qu à Rosemary Jones, ma logeuse, toujours prête à discuter de mes recherches et dont les archives personnelles ont été mises à profit. L équipe de l Opéra du Rhin s est accommodée de ma présence lors des répétitions de l opéra de Britten en mai et juin Mesdames Monique Herzog et Bernadette Springer m ont permis de consulter à plusieurs reprises les archives relatives à l opéra de Marcel Delannoy. Je les en remercie grandement. Les compositeurs Neely Bruce (Middletown, Connecticut), Robert Convery (Folly Beach, Caroline du Sud), Wilfrid Mellers (York), Luca Mosca (Venise), Randolph Peters (Winnipeg, Canada) et David Francis Urrows (San Mateo, Californie) ont gracieusement répondu à mes questions et m ont parfois communiqué d importants documents, inédits pour la plupart, sur leurs œuvres (articles, partitions, enregistrements, etc.). Qu ils en soient ici chaleureusement remerciés. Parmi les nombreux bibliothécaires mis à contribution dans cette étude, il faut citer Nick Chadwick et Robert Parker (British Library à Londres) et Georgianna Ziegler (Folger Shakespeare Library à Washington) dont l aide m a été précieuse, ainsi que celle de Judy Kennedy (St Thomas University à Fredericton, Canada). Qu ils trouvent ici l expression de ma profonde gratitude. Je remercie Cyrille pour ses conseils en matière d analyse. Les extraits de la partition de Benjamin Britten sont reproduits avec l autorisation de Boosey & Hawkes Music Publishers Ltd. Les extraits de la partition de Victor Vreuls sont reproduits avec l autorisation de Hebra Records pour les éditions Cranz. Les extraits de la partition de Marcel Delannoy sont reproduits avec l autorisation de M. Christophe Bouvet. Les extraits de la partition de René Gerber sont reproduits avec l autorisation de M. Jean-Jacques Perrenoud, de la fondation René Gerber. 9

6

7 Avant-propos Shakespeare et l opéra : le rapprochement n est pas nouveau. De son vivant déjà, des extraits de ses pièces ont inspiré les compositeurs : Thomas Morley ( , «It Was a Lover and his Lass» extrait de As You Like It), Robert Jones ( , «Farewell Dear Love» extrait de Twelfth Night), Robert Johnson («Hark, hark! The Lark» extrait de Cymbeline ou «Full Fathom Five» tiré de The Tempest) par exemple 1. Mais ce n est qu à partir de la fin du XIX e siècle que les musicologues commencent à étudier ces œuvres musicales et leurs relations étroites avec leurs sources littéraires et leurs nombreuses indications musicales. Une partie des études (la plus importante) était alors consacrée à la musique interprétée à son époque, dans le cadre des représentations de ses œuvres et aux références musicales incluses dans celles-ci, les prenant pour une importante source d informations sur la musique élisabéthaine. D autres travaux considéraient les pièces comme le point de départ d un nouveau corpus et cherchaient à déterminer quelles compositions instrumentales ou vocales elles avaient pu inspirer ou susciter, privilégiant la postérité de Shakespeare, et non son passé. C est principalement d elles qu il sera question ici. Consacrée à Puck, personnage clé du Songe d une nuit d été, cette thèse s attache à dégager les lignes directrices de l écriture de ce rôle dans chacun des quatre opéras. Réalisée aussi bien au niveau littéraire et au niveau musical qu au niveau de la confrontation de ces deux éléments, indissociables à l opéra, cette étude a pour but de dégager de ces composantes une conception globale du personnage de Puck, puis d en souligner les différences ou les points communs. 1 Arthur Graham, Shakespeare in Opera, Ballet, Orchestral Music and Song, Lewiston, The Edwin Mellen Press, 1997, p

8

9 Avertissement Les références à l œuvre de Shakespeare, ainsi que les citations, sont empruntées à l édition Arden pour la version anglaise 2 et à la traduction de Jean-Michel Déprats, publiée par Actes Sud collection «Papiers» pour la version française 3. Le livret de Britten et Pears étant entièrement construit avec le texte de Shakespeare, à l exception d une phrase de Lysandre au début de l acte I, la traduction des extraits de ce livret sera également celle de Déprats. Pour la phrase supplémentaire de Lysandre, j ai eu recours à la version française de Denis Collin établie d après celle de François- Victor Hugo pour la revue L Avant-Scène Opéra 4. Les citations issues d une pièce de théâtre ou d un livret d opéra sont repérées de la façon suivante : titre de l œuvre en italique, acte en chiffres romains majuscules (I, II, III, etc.), scène en chiffres romains minuscules (i, ii, etc.), vers ou ligne en chiffres arabes. Cette numérotation a été adoptée en raison de l absence de découpage en plusieurs scènes de l acte V de la pièce, afin de ne pas prêter à confusion entre le numéro de scène et le numéro de ligne. Cependant, si le terme «scène» est utilisé, celle-ci est désignée par un chiffre arabe. En note infrapaginale, la séparation entre deux vers successifs est indiquée par le signe «/.» Les références à la pièce originale et aux livrets s achèvent par la mention de la situation dramaturgique, dont la définition figure aux pages 102 à 105. Les références à d autres œuvres littéraires sont citées par rapport aux éditions portées en bibliographie. Les personnages principaux sont désignés par l orthographe française de leurs noms (Obéron avec un accent, Lysandre, Hélène) sauf bien sûr dans les citations originales en anglais. Les noms des artisans et des fées, qu il est également possible de traduire, sont conservés dans leurs formes originales, facilitant ainsi la distinction entre les textes anglais et les textes français. Lorsqu aucune source n est indiquée pour la traduction française d un extrait d un ouvrage en langue étrangère, la traduction est de l auteur. Enfin, les différentes parties des deux pièces de Shakespeare qui sont usuellement découpées en plusieurs sous-ensembles (Henry IV et Henry VI) sont désignées par un chiffre arabe précédant le titre (2 Henry VI désigne la deuxième partie de Henry VI par exemple.) Dernier point, les dates antérieures à l ère chrétienne sont précédées du signe «~» afin de faciliter la lecture des dates de naissance et de mort de certains écrivains, principalement dans les notes infrapaginales. Dans l analyse musicale, l utilisation d un jeu de caractère nommé «Bach» disponible gratuitement sur internet 5 a permis d inclure certaines indications de mesure ou de rythme dans le texte. Pourtant, il reste des notations pour lesquelles il a fallu adopter un autre équivalent, dans lequel devient 3/8. 2 William Shakespeare, A Midsummer Night s Dream, Londres, Methuen, 1979 ; Routledge, 2/1993, CXLIII 164 p., «The Arden Shakespeare.» 3 William Shakespeare, Le Songe d une nuit d été, Arles, Actes Sud, 1990, 83 p., «Papiers.» 4 Michel Pazdro (dir.), «Le Songe d une nuit d été,» L Avant-Scène Opéra, n 146, Paris, Premières Loges, 1992, 132 p. 5 Sur le site (valide au 27 juillet 2007). 13

10

11 Introduction Durant l été 1991, le festival d Aix-en-Provence présentait une nouvelle production de l opéra Le Songe d une nuit d été de Benjamin Britten, sous la direction musicale de Steuart Bedford et dans une mise en scène de Robert Carsen. Trois ans plus tard, ce spectacle était programmé à l Opéra-Comique, salle Favart, à Paris et à l Opéra de Lyon. Dans le numéro deux de son journal, l Opéra de Lyon proposait un entretien avec Robert Carsen au cours duquel l interlocuteur du metteur en scène indique que «vingt-huit pièces de Shakespeare ont donné lieu à quelque 300 opéras. On compte 17 opéras à partir du Songe d une nuit d été 6.» Cette précision numérique m a décidé à m intéresser à la pièce de Shakespeare et à rechercher les compositeurs auxquels elle a inspiré des opéras. J ai cependant souhaité ne travailler que sur les opéras achevés du vivant du compositeur ou complétés peu après sa mort en respectant l esprit de son œuvre. J exclus les musiques de scène, les comédies musicales, les mélodrames 7 et les œuvres qui, bien que contenant certains passages du Songe d une nuit d été, n en sont pas de véritables adaptations : soit d autres pièces entrent également dans l écriture du livret, soit des personnages étrangers à l œuvre de Shakespeare y sont introduits, soit elles sont inspirées par les sources mêmes de la pièce de Shakespeare. Les résultats de cette première étude 8 ont permis le choix du corpus de la thèse et la mise en évidence d un traitement particulier du personnage de Puck, aussi bien dans la pièce originale de Shakespeare que dans les livrets d opéra. L attitude des librettistes et des compositeurs face au personnage de Puck est particulièrement frappante. Le serviteur d Obéron semble, plus que les autres, déjouer les conventions de l opéra, notamment en matière de tessiture, et être ainsi placé au centre des œuvres. Alors qu il paraît n être, à la première lecture de la pièce de Shakespeare, qu un esprit frivole et subissant comme les autres la volonté supérieure exprimée par Obéron, il se révèle être l un des personnages les plus influents et les plus importants des opéras. Il devient alors légitime de s interroger sur la justification apportée par les compositeurs à un tel choix. L analyse des partitions et des livrets montre des concordances d idées ainsi que de fortes divergences d adaptation. La variété des conceptions, s éclairant l une l autre, permet d établir un portrait détaillé du personnage. Une première partie, illustrée de multiples références musicales, est consacrée à l étude des antécédents littéraires de Puck, puis à l analyse de son rôle dans la pièce de Shakespeare 9. Une deuxième partie analyse les livrets en comparaison avec la pièce originale et s intéresse aux portraits de Puck qui y sont dressés 10. La partie suivante présente les opéras et leurs caractéristiques musicales générales 11. La quatrième partie est consacrée à l analyse musicale du rôle de Puck dans les quatre opéras 12. Enfin, la conclusion montre que ce personnage est véritablement l acteur principal des cinq ouvrages traités. L étude comparative du serviteur d Obéron dans quatre œuvres musicales différentes, destinée à établir un portrait modèle de celui-ci, doit se fonder sur les données objectives fournies par la partition d origine : le texte et la musique. Le texte du livret se répartit lui-même en deux groupes : 6 Robert Carsen, Une chance pour les jeunes chanteurs, «Opéra de Lyon,» n 2, [Lyon, Opéra de Lyon], mai 1994, p Œuvre dramatique où un texte déclamé s unit à un accompagnement musical. 8 Cf. «Shakespeare et l opéra,» infra, p Cf. «Évocation littéraire et musicale de Puck des origines à Shakespeare,» infra, p Cf. «De la pièce aux livrets : étapes d une métamorphose littéraire,» infra, p Cf. «Les quatre compositeurs et le surnaturel à l opéra : aspects techniques et historiques,» infra, p Cf. «Analyse mélodico-harmonique comparative,» infra, p

12 les paroles prononcées (chantées ou récitées) par les personnages et les didascalies, indications scéniques plus ou moins précises, qu il convient de connaître car elles font partie intégrante de la partition. La partie musicale peut, elle aussi, être subdivisée selon qu elle accompagne (dans le sens premier du verbe, «aller de compagnie avec,» sans idée de prédominance de l une ou de l autre) ou non le texte prononcé par les chanteurs. 1) Le texte prononcé peut être réparti en deux catégories : - le texte destiné directement au public, réflexion à voix haute du personnage et que les autres personnages, même présents sur scène, n entendent pas ; - le texte adressé, sous forme de dialogue ou non, aux autres protagonistes. Dans ce cas, il faut déterminer lesquels des personnages, présents sur scène, entendent ce texte. 2) Les didascalies, selon la précision des indications qu elles fournissent sur les décors, les costumes, les éclairages, la position ou le mouvement des personnages, voire leurs expressions, permettent de concevoir une vision spatiale globale de l œuvre. 3) La musique, partie intégrante d un rôle d opéra, peut, selon qu elle accompagne des paroles ou non, selon qu elle répète ou non des sections musicales déjà présentées, contredire ou confirmer les paroles ou la situation et donner un nouvel éclairage à telle action ou à telle réplique. Ces trois éléments, constitutifs de l œuvre par leur juxtaposition, doivent être interprétés à leurs propres niveaux de signification et dans leurs interactions, afin de proposer une vision de l œuvre pertinente à un public qui doit se sentir captivé par les événements qu il voit sur la scène. La mise en scène doit proposer au public plusieurs possibilités de lecture de l œuvre, suivant la connaissance que ce public a de l ouvrage : elle doit satisfaire aussi bien les néophytes intéressés par les rapports entre les personnages, que les connaisseurs y cherchant une nouvelle signification particulière de la pièce. Le texte original de Shakespeare apparaît sous les deux formes possibles de la prose et de la poésie, selon la situation et le personnage qui s exprime. Seuls les artisans parlent en prose alors que les esprits et les nobles parlent en vers. Les artisans utilisent cependant les vers, mais uniquement pour la représentation de Pyrame et Thisbé au mariage de Thésée et Hippolyte, c est-àdire lorsque, par le déguisement, ils ne sont plus eux-mêmes. Cette distinction prose / poésie constitue un premier niveau de différenciation. Le second se trouve dans les mots eux-mêmes et dans les tournures de phrase utilisées : les artisans utilisent un langage simple, proche des préoccupations pratiques et artisanales qui sont les leurs, les nobles et les esprits ont un vocabulaire et un style plus recherchés par la tournure des phrases et l élévation (réelle ou artificielle) de leurs propos 13. Les didascalies peuvent être plus ou moins nombreuses suivant l importance que le compositeur attache à l aspect visuel de son œuvre. Elles peuvent décrire le moment du jour où se déroule l action, le décor, la lumière, les objets disposés sur scène, les accessoires dont ont besoin les chanteurs, les mouvements de ceux-ci, leurs sentiments, leurs expressions, leurs costumes, et également les ouvertures et fermetures du rideau de scène (moment, vitesse et direction), ainsi que certains effets spéciaux, comme le brouillard qui doit envahir la scène à la fin de l acte III. Sous ses aspects mélodique et rythmique d une part, orchestral d autre part, la musique a également une signification plus ou moins évidente dans l interprétation des développements du livret. Elle est le moteur temporel de l action, susceptible de ralentir ou d accélérer pour augmenter ou diminuer l importance d une scène, d un personnage ou d une phrase, en accord ou en contradiction avec le texte chanté : les rôles mêmes des personnages peuvent en effet se trouver modifiés par la partie musicale, éventuellement silencieuse, qui leur est accolée. Le débit plus ou 13 Voir «Registres littéraires suivant les personnages,» infra, p

13 moins rapide, la présence ou l absence de mélismes, le rythme plus ou moins proche de la prosodie du théâtre parlé, sont des éléments purement musicaux qui peuvent enrichir le message délivré par le compositeur dans son œuvre. Lorsque le personnage ne chante pas, mais parle avec accompagnement orchestral (mélodrame), celui-ci prend une grande importance. L orchestration, selon qu elle obéit à des formules récurrentes dans l œuvre, y sert véritablement de toile de fond dramatique, chaque thème reliant entre elles les différentes scènes où il apparaît. L étude distincte puis conjointe de ces trois constituants pour les apparitions de Puck permet d établir une conception globale du personnage, éventuellement distincte de celle du dramaturge anglais et expliquant l interprétation qu en donnent les compositeurs et les librettistes. Parmi la multitude d études consacrées à Shakespeare, seules cinq s intéressent plus particulièrement à Puck, de l ouvrage de William Bell 14 en 1852 à celui de Gillian Mary Edwards 15 en 1974 : elles ont été réalisées par Hazlitt 16 en 1908, Latham 17 en 1930 et Briggs 18 qui le replace dans le folklore élisabéthain, parmi les personnages des autres pièces de Shakespeare. Un seul article (Braddy 19, 1956) le compare à un autre personnage, en l occurrence Orthon dans la traduction anglaise par Lord Berners des Chroniques de Jean Froissart. Ces études permettent de remonter, dans une certaine mesure, aux origines du serviteur d Obéron en suivant les noms dont il a été affublé et les pouvoirs qui lui ont été conférés. Seulement deux ouvrages ont été consacrés à Benjamin Britten en français : de Gaulle 20 en 1996 et Clary 21 dix ans plus tard, sans qu aucun des deux ne s attache à une véritable analyse des œuvres. Heureusement la revue L Avant-Scène Opéra a consacré plusieurs numéros à Britten, dont un au Songe d une nuit d été. En langue anglaise, alors que la publication de la correspondance se poursuit lentement 22, de nombreux ouvrages ont été consacrés au maître d Aldeburgh et à ses opéras, juxtaposant souvent la biographie au commentaire analytique des œuvres, dès avant sa mort : White 23 en 1971, puis Kennedy 24 (1981), Palmer 25 (1984), Evans 26 (1989), Herbert 27 (1989) et Carpenter 28 (1992). Trois études universitaires ont été consacrées plus particulièrement au Songe d une nuit d été, mais de manière isolée : Bach 29 (1971), Kishinami 30 (1990) et Godsalve 31. Les autres compositeurs n ont pas, à eux trois, suscité autant d écrits que Britten. Seul Delannoy a eu l honneur de voir un livre publié sur sa vie et son œuvre et, honneur encore plus grand, de son vivant (Boll 32, 1957). Quant à Vreuls et Gerber, leur vie et leur œuvre ne sont évoquées que dans le 14 William Bell, Shakespeare s Puck and his Folklore, Londres, C. Richards, 1852, VIII 332 p. 15 Gillian Mary Edwards, Hobgoblin and Sweet Puck, Fairy Names and Natures, Londres, Geoffrey Bles, 1974, X 229 p. 16 William Hazlitt, Characters of Shakespeare s Plays, Cambridge, Cambridge University Press, 1908, XXIII 280 p. 17 Minor White Latham, The Elizabethan Fairies, New York, Columbia University Press, 1930, 313 p. 18 Katharine Mary Briggs, The Anatomy of Puck : An Examination of Fairy Beliefs among Shakespeare s Contemporaries and Successors, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1/1959, 2/1977, XI 284 p. 19 Haldeen Braddy, Shakespeare s Puck and Froissart s Orthon, «Shakespeare Quarterly,» vol. VII, printemps 1956, n 2, p Xavier de Gaulle, Benjamin Britten ou l impossible quiétude, Arles, Actes Sud, 1996, 576 p. 21 Mildred Clary, Benjamin Britten ou le mythe de l enfance, Paris, Buchet / Chastel, 2006, 456 p. 22 Le troisième volume, s achevant en 1951, est paru en Eric Walter White, Benjamin Britten : His Life and Operas, Londres, Faber & Faber, 1971, 256 p. 24 Michael Kennedy, Britten, Londres, J. M. Dent & Sons Ltd, 1981, XI 356 p., «The Master Musicians Series.» 25 Christopher Palmer (éd.), The Britten Companion, New York, Cambridge University Press, 1984, 485 p. 26 Peter Evans, The Music of Benjamin Britten, Londres, J. M. Dent & Sons Ltd, 1989, VII 564 p. 27 David Herbert (éd.), The Operas of Benjamin Britten, Londres, The Herbert Press, 1989, XXXI 384 p. 28 Humphrey Carpenter, Benjamin Britten : A Biography, Londres, Faber & Faber, 1992, X 680 p. 29 Jan Morris Bach, An Analysis of Britten s Midsummer Night s Dream, Urbana, University of Illinois, 1971, 230 p. 30 Yukiko Kishinami, The Operatic Treatment of Supernatural Characters in Britten s Midsummer Night s Dream, Londres, Goldsmith College, 1990, 59 p. 31 William Herbert Louis Godsalve, Britten s A Midsummer Night s Dream : Making an Opera from Shakespeare s Comedy, Madison, Fairleigh Dickinson University Press, 1995, 237 p. 32 André Boll, Marcel Delannoy, Paris, Ventadour, 1957, 46 p., «Musiciens d aujourd hui.» 17

14 cadre d études sur la musique de leur pays (Lyr 33, 1911 et de Gers 34, 1926) ou à l occasion de leur disparition. Enfin, les études sur un personnage héros de plusieurs opéras sont assez rares et concernent la plupart du temps seulement deux opéras alors que certains (Faust, Don Juan, Manon, Orphée) ont parfois connu de très nombreuses adaptations musicales. De plus, ces études traitent plus des opéras dans leur totalité que des personnages eux-mêmes : James Aldrich-Moodie 35 compare les opéras que Verdi et Rossini ont composés d après Othello de Shakespeare, comme Roberta Montemorra Marvin 36 et Martha Tuck Rozett 37. Le personnage de Manon a suscité des études comparatives sur plus de deux opéras, mais toujours en comparaison générale avec l œuvre de l abbé Prévost et non centrées sur le personnage central : Dietrich Kaemper et Peter-Eckhard Knabe 38 s intéressent surtout aux scènes finales dans les opéras de Henze, Auber, Massenet et Puccini qu ils comparent à la source littéraire, Jean Sgard 39 étudie les liens entre Prévost et trois opéras seulement, ceux d Auber, Puccini et Massenet. Aucune étude n a encore été consacrée à l adaptation musicale d un personnage littéraire dans quatre opéras différents. 33 René Lyr, «Les Musiciens Belges. Victor Vreuls,» Société Internationale de Musique, 1911, p Arthur de Gers, Le vade-mecum de l amateur d opéras, Bruxelles, Dykmans, 1928, 240 p. 35 James Aldrich-Moodie, «False Fidelity : Othello, Otello, and their Critics,» Comparative Drama, vol. 28 (n 3), 1994, p Roberta Montemorra Marvin, Rossini s Otello and Verdi s : A Reappraisal of two Nineteenth Century Operas, Medford, Tufts University, 1986, 140 p. 37 Martha Tuck Rozett, Othello, Otello and the Comic Tradition, Bulletin of Research in the Humanities, vol. LXXXV, n 4, 1982, p Dietrich Kaemper, Peter-Eckhard Knabe, «Un Requiem pour Manon,» in Les Écrivains français et l opéra, Cologne, DME, 1986, p Jean Sgard, «Manon avec ou sans camélias,» in Kurt Ringger, Philippe Berthier (éd.), Littérature et opéra, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1987, p

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Le Défi e-no Smoking

Le Défi e-no Smoking Le Défi e-no Smoking Du même auteur «Comment arrêter de fumer en travaillant», Éditions First, 1991 «5 semaines pour une vie sans tabac», Méthode audio FirstAvantage, 1992 «30 Jours pour Apprendre à fumer»,

Plus en détail

Le Guide de l officine de pharmacie

Le Guide de l officine de pharmacie Cédric Charlas Le Guide de l officine de pharmacie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva.

The master thesis. (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) thesis-writing. Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva. The master thesis The master thesis (version 0.1, 20/3/05 - fix: translation!) Code: thesis-writing Daniel K. Schneider, TECFA, University of Geneva thesis-writing Menu 1. Introduction: le mémoire est

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir des œuvres et des auteurs de tous pays ; inciter à la lecture. Un livre toujours Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre. Concept Dans «Un livre toujours», comme dans «Un livre un jour», Olivier Barrot présente un livre, en 3 minutes seulement, pour donner aux

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

MON BESTIAIRE DIDACTIQUE ET MES ALLÉGORIES INCONTOURNABLES POUR UN MANAGEMENT EFFICACE ET PERTINENT

MON BESTIAIRE DIDACTIQUE ET MES ALLÉGORIES INCONTOURNABLES POUR UN MANAGEMENT EFFICACE ET PERTINENT Jacky Satabin MON BESTIAIRE DIDACTIQUE ET MES ALLÉGORIES INCONTOURNABLES POUR UN MANAGEMENT EFFICACE ET PERTINENT Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com

Plus en détail

La Révision comptable

La Révision comptable Jean-Marc Bénard La Révision comptable Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Présentation d un film

Présentation d un film Fiches méthodologiques Présentation d un film Introduction : o La Nature de l œuvre : Quoi, quand et où? Type de film, nationalité, réalisateur, date o Contexte de production : Public visé, contexte historique,

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

Recommandations aux auteurs concernant la publication d articles sur Litteratura.com

Recommandations aux auteurs concernant la publication d articles sur Litteratura.com Recommandations aux auteurs concernant la publication d articles sur Litteratura.com Cette notice, mise à la disposition des auteurs, s emploie à décrire les différentes recommandations pour la publication

Plus en détail

Dictionnaire de la SAPE

Dictionnaire de la SAPE Elvis G. Makouezi Dictionnaire de la SAPE Société des Ambianceurs et Personnes Elégantes Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Les quatrièmes et l histoire des arts

Les quatrièmes et l histoire des arts Les quatrièmes et l histoire des arts Objectifs documentaires Mettre en œuvre l ensemble des savoirs en recherche et maîtrise de l information pour réaliser un dossier documentaire. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Merci de suivre strictement les recommandations de ce manuel qui a pour but de vous aider à préparer un livre dont la qualité de mise en page est

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture 100 suggestions d activités pour la Fête de la culture Voici quelques suggestions pour vous aider à planifier vos activités de la Fête de la culture. Ces exemples ont été tirés des quelque 7 000 activités

Plus en détail

Consigne aux auteurs Rédactions aux normes APA

Consigne aux auteurs Rédactions aux normes APA Consigne aux auteurs Rédactions aux normes APA La rédaction du manuscrit doit se faire aux normes APA et être conforme aux consignes qui suivent. Tout article ne respectant pas ses normes se verra refusé.

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

PRÉSENTATION DU DICTIONNAIRE

PRÉSENTATION DU DICTIONNAIRE PRÉSENTATION DU DICTIONNAIRE Ce dictionnaire est le fruit d un travail, encouragé et financé par le ministère de la Culture et la Délégation générale à la langue française, qui a réuni pendant près de

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Le carnet culturel n est pas. Comment le mettre en place et le faire vivre en classe?

Le carnet culturel n est pas. Comment le mettre en place et le faire vivre en classe? Année 2012-2013 Circonscription de Tours Centre Le carnet culturel Comment le mettre en place et le faire vivre en classe? Proposition des formateurs à compléter par les observations des enseignants Le

Plus en détail

Tableau comparatif des textes poétiques Poème et Chanson

Tableau comparatif des textes poétiques Poème et Chanson ableau comparatif des textes poétiques et n poème est un texte en vers qui peut être court (minimum deux lignes) ou plus ou moins long (jusqu à plus de 1 000 lignes) et qui rime ou non. Il peut évoquer

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Guide de l utilisateur Auteurs

Guide de l utilisateur Auteurs Guide de l utilisateur Auteurs Système de gestion des droits de reproduction en ligne de Copibec Table des matières Introduction 5 Compte 6 Inscription d un nouveau compte 6 Gestion des comptes 10 Ajouter

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

INSTITUT de THEATRE FRANCOPHONE DE POLOGNE. Programme de développement des pratiques théâtrales dans des classes de FLE

INSTITUT de THEATRE FRANCOPHONE DE POLOGNE. Programme de développement des pratiques théâtrales dans des classes de FLE INSTITUT de THEATRE FRANCOPHONE DE POLOGNE Programme de développement des pratiques théâtrales dans des classes de FLE Lycée / septembre 2015 - juin 2018 Rapport sur l activité théâtrale en français dans

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC Dossier de presse Janvier 2007 Service de presse MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC L Observatoire de la Qualité de la Construction

Plus en détail

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant.

Éléments d écriture. être exprimées clairement; être précises; fournir suffisamment de détails pertinents pour que le texte soit intéressant. Éléments d écriture Idée Les idées servent de point de départ à l écriture et elles comportent à la fois le sujet choisi et l intention de l auteur. Elles doivent : être exprimées clairement; être précises;

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Confessions d un compositeur

Confessions d un compositeur Confessions d un compositeur john cage Confessions d un compositeur Traduit de l anglais par Élise patton Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e 2013 titre original A Composer s Confessions Le

Plus en détail

Délires et tendances dans l Éducation nationale

Délires et tendances dans l Éducation nationale Dany-Jack Mercier Délires et tendances dans l Éducation nationale Filières scientifiques en péril Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Petite enfance et éveil musical

Petite enfance et éveil musical Petite enfance et éveil musical Objectifs : Donner aux professionnels de la petite enfance les moyens de mettre en place un éveil sonore et musical pour le tout petit dans leurs structures d accueil. MOYENS

Plus en détail

L alcool, moi et les autres

L alcool, moi et les autres L alcool, moi et les autres Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Jérôme Hoessler L alcool, moi et les autres Jérôme Hoessler 6, rue Claude-Chahu 75116 Paris ISBN : 978-2-287-98829-5

Plus en détail

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom

Guide de rédaction pour le travail de recherche. Dans le cadre du cours SCP-4010-2. Travail remis par Votre prénom et votre nom Guide de rédaction pour le travail de recherche Dans le cadre du cours SCP-4010-2 Travail remis par Votre prénom et votre nom À Simon Martin (votre enseignant) Centre de formation des Maskoutains 6 juin

Plus en détail

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Partie IV Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Forum santé et environnement 24/11 et 25/11 Pour chaque intervention, notez ce que vous avez retenu. Les addictions : Le don d organes

Plus en détail

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Gilles Roux LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Pourquoi tant de chefs sont-ils nuls? Mon Petit Éditeur en collaboration avec les Éditions Majarogi Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :

Plus en détail

!"#$%&'"()*'+,-$%(&.)

!#$%&'()*'+,-$%(&.) "#$%&'"()*'+,-$%(&.) ))))))))))))))))))))))))))))))))/)01%(&.2#)'(&.#+#3&.) *%(4),.4)$24'52.4)%0&2.,,.4)6) "#$%&$'()*+,-./012*+,3 4,56)0()789(7):912);7$1&02&$&9+6)0()7? Centre de formation professionnelle

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

Développement durable et agroalimentaire Partage d expériences en Basse-Normandie

Développement durable et agroalimentaire Partage d expériences en Basse-Normandie Jeanne Courouble avec la participation de l AFNOR Développement durable et agroalimentaire Partage d expériences en Basse-Normandie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage Master 1 T2M Instructions pour la rédaction des notes de stage I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et la

Plus en détail

VADE-MECUM DU MÉMOIRE POUR LES ÉTUDIANTS DU MASTER T3L

VADE-MECUM DU MÉMOIRE POUR LES ÉTUDIANTS DU MASTER T3L VADE-MECUM DU MÉMOIRE POUR LES ÉTUDIANTS DU MASTER T3L Table des matières (version 1.2, 8.04.2010) I. Généralités...1 a. Mémoire de première année (M1)...1 b. Mémoire de deuxième année (M2)...1 c. Modalités

Plus en détail

PARTIE I : ÉCRIRE POUR APPRENDRE

PARTIE I : ÉCRIRE POUR APPRENDRE Table des matières Introduction! L écriture à travers le curriculum! Motiver les élèves à écrire! Le processus d écriture! L enseignement de l écriture! Comment utiliser cet ouvrage! Déterminer les objectifs

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE Au regard des programmes-cadres Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario, 9e et 10e année 2010 (révisé) et Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario

Plus en détail

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels du 23 novembre 2005 La commission d examens de musique d Eglise et la direction de l Ecole

Plus en détail

Déficiences visuelles et accessibilité du patrimoine historique : synthèse des résultats du sondage

Déficiences visuelles et accessibilité du patrimoine historique : synthèse des résultats du sondage Déficiences visuelles et accessibilité du patrimoine historique : synthèse des résultats du sondage D Histoires en Patrimoine J ai fondé D Histoires en Patrimoine en juillet 2013, sous le statut d autoentrepreneur.

Plus en détail

La Douceur des idiots

La Douceur des idiots Christian Billon La Douceur des idiots Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves Projet Musique Le thème est la musique avec une rencontre basée sur plusieurs ateliers à ce sujet. Les élèves des classes partenaires se retrouveront la matinée pour participer à des ateliers autour de

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire Mythes et musique. Quelques éléments de compréhension Cette séquence intervient en fin d année scolaire et permet une transversalité avec les cours d histoire et de français. Elle revient sur deux mythes

Plus en détail

POUR ÉVITER LE PLAGIAT Quelques principes et règles pour éviter le plagiat :

POUR ÉVITER LE PLAGIAT Quelques principes et règles pour éviter le plagiat : QU EST-CE QUE LE PLAGIAT? Le plagiat est l action de «Piller les œuvres d autrui en donnant pour siennes les parties copiées» Le Petit Larousse 2013. C est une faute morale, civile, commerciale et/ou pénale

Plus en détail

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1

Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Bible Works 8, l analyse syntaxique et l identification des cohortatifs III- ה dans le Pentateuque0F1 Robert David Professeur titulaire Faculté de théologie et de sciences des religions Université de Montréal

Plus en détail

MASTERCLASSE BAROQUE

MASTERCLASSE BAROQUE MASTERCLASSE BAROQUE Sarabande et Double en B Min., BWV 00, de J.S. BACH par Gérard Rebours On ne peut dicter une interprétation musicale, et encore moins celle d une oeuvre de musique ancienne qui inclut

Plus en détail

Remue méninge (10 minutes) Dressez la liste des idées, des thèmes ou des sujets proposés par les membres du groupe 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

Remue méninge (10 minutes) Dressez la liste des idées, des thèmes ou des sujets proposés par les membres du groupe 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Danses pour des jeunes par des jeunes Processus de création Nous nous exprimons par la danse La danse qui sera créée devra refléter une préoccupation sociale qui est importante et signifiante à ta génération.

Plus en détail

Emily King. M/M (Paris) de M à M. Préface par Hans Ulrich Obrist Conception graphique par GTF

Emily King. M/M (Paris) de M à M. Préface par Hans Ulrich Obrist Conception graphique par GTF M/M (Paris) de M à M Une imposante monographie de 528 pages rassemblant pour la première fois vingt ans de projets de M/M (Paris), le duo d artistes/designers graphiques parmi les plus emblématiques du

Plus en détail

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français.

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Projet de recherche Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Réalisé lors du stage de formation au CIEP, Sèvres du 22 avril au 2 mai 2014 Par Roopa

Plus en détail

THESE PROFESSIONNELLE. MBA Marketing et Management du Sport

THESE PROFESSIONNELLE. MBA Marketing et Management du Sport THESE PROFESSIONNELLE Présentée devant l Institut Supérieur de Commerce de Paris pour l obtention du MBA Marketing et Management du Sport par Augustin Hodara L hospitalité sportive est-elle un outil de

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

L interinfluence dans les relations humaines

L interinfluence dans les relations humaines L interinfluence dans les relations humaines Conception et réalisationr : J. François Tremblay, Formateur-consultant et chargé de cours à : UQAM / UQO / UQAR On peut considérer la personne humaine comme

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet

Repères historiques MUSIQUE ET VARIATION. Objectifs. Léonard de Vinci W.A.Mozart G.Bizet MUSIQUE ET VARIATION Objectifs A être auditeur, interprète et créateur. A décrire, identifier et caractériser les éléments constitutifs du phénomène musical. A écouter sa production pour la corriger et

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka VERIFIER A L AUDITION LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka Monsieur le Président, ceci est le troisième rapport du Comité de rédaction, au sujet des

Plus en détail

Consignes générales pour la remise d un travail ou d un TFE

Consignes générales pour la remise d un travail ou d un TFE Consignes générales pour la remise d un travail ou d un TFE CORPS PROFESSORAL ISM Année scolaire 20..-20.. Présentation générale de cet outil L ensemble des professeurs de l ISM a décidé de vous donner

Plus en détail

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Chers étudiants, De nombreux étudiants nous ont demandé, les années passées, si nous pouvions vous communiquer un article-type, ce qui est difficile,

Plus en détail

FORMATION CHANTEUR INTERPRETE

FORMATION CHANTEUR INTERPRETE La Fabrique Saint Antoine, centre de formation professionnelle aux métiers du chant moderne dans les musiques actuelles, propose deux formations diplômantes (interprète et auteurcompositeur-interprète).

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire Français éduscol Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement dans le cadre

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

La chanson du hérisson Philippe Châtel

La chanson du hérisson Philippe Châtel La chanson du hérisson Philippe Châtel 1 - Analyse de la chanson Présentation du morceau Ce morceau est extrait de la Comédie Musicale «Emilie Jolie» de 1979 Comédie musicale dont l auteur est Philippe

Plus en détail

Mon plan de sondage en 9 questions

Mon plan de sondage en 9 questions Tiral Sidi Mon plan de sondage en 9 questions Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année CLASSE DE 3 ème Présentation de l année Quelques points de repères pour l année de 3 ème 1 er trimestre Informations La classe rencontre la conseillère d Orientation Réunion d information parents / direction

Plus en détail

La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie

La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie Désiré Loth La Crise, ses causes, ses conséquences, les voies de sortie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

Analyse comparative de la production orale dans les méthodes FLE pour enfants Alex et Zoé 1 (ed. 2001) et Ludo et ses amis 1 (ed.

Analyse comparative de la production orale dans les méthodes FLE pour enfants Alex et Zoé 1 (ed. 2001) et Ludo et ses amis 1 (ed. Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2009-2010 session 1 Analyse comparative de la production orale dans les méthodes FLE pour enfants Alex et Zoé 1 (ed. 2001) et Ludo et ses amis 1 (ed.

Plus en détail

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation.

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. 1 Disposition générale La pagination Compter toutes les pages du texte, de la

Plus en détail

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Cette recherche offre une présentation de la culture et de

Plus en détail

14 Le langage Java : concepts et pratique

14 Le langage Java : concepts et pratique Avant-propos Le langage Java, né en janvier 1995 chez Sun, est un langage à objets qui permet d écrire de façon simple et claire des programmes portables sur la majorité des plateformes. Lié à l essor

Plus en détail

WIKIPÉDIA OU LA TENTATION DU COPIER-COLLER?

WIKIPÉDIA OU LA TENTATION DU COPIER-COLLER? Recherches n 62, Reformuler, 2015 WIKIPÉDIA OU LA TENTATION DU COPIER-COLLER? Stéphanie Michieletto-Vanlancker Collège de Vieux-Condé [ ] QUELQUES IDÉES REÇUES POUR COMMENCER Il y a quelques années, lassée

Plus en détail

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Doisneau à l école Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Classe de 6 ème SEQUENCE N 1 Les études à travers les âges : Quelle école pour quels élèves? Niveaux et entrées du programme

Plus en détail

Saidatou Dicko. Un conseil d administration fortement réseauté pour une Power Corporation

Saidatou Dicko. Un conseil d administration fortement réseauté pour une Power Corporation Saidatou Dicko en collaboration avec Gaétan Breton Un conseil d administration fortement réseauté pour une Power Corporation Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Le texte théâtral. Scène I : Silvia, Trivelin et quelques femmes de la suite de Silvia. Silvia paraît sortir fâchée.

Le texte théâtral. Scène I : Silvia, Trivelin et quelques femmes de la suite de Silvia. Silvia paraît sortir fâchée. 1 Le texte théâtral Acteurs LE PRINCE ; UN SEIGNEUR ; FLAMINIA, fille d un domestique du Prince ; LISETTE, sœur de Flaminia ; SILVIA, aimée du Prince et d Arlequin ; ARLEQUIN, TRIVELIN, officier du palais

Plus en détail

Répartition de l ensemble des structures présentes

Répartition de l ensemble des structures présentes Bilan Demi-journée de réflexion et d échanges de pratiques «Sexualité et Handicap» Date Mardi 30 Juin 2009 Lieu Heure Nombre de participants 43 Type de structures présentes Professionnels CoDES 13 présents

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

L Essentiel des modalités de passation de la commande publique

L Essentiel des modalités de passation de la commande publique Alban Alexandre Coulibaly L Essentiel des modalités de passation de la commande publique Ou comment faire son marché Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS)

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) École secondaire Armand-Corbeil Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) Janvier 2013 PRÉAMBULE Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport demande aux commissions

Plus en détail

EVALUATION NIVEAU A1 ANGLAIS

EVALUATION NIVEAU A1 ANGLAIS EVALUATION NIVEAU A1 du cadre Européen Commun de Référence pour les Langues. ANGLAIS Diocèse de NICE 2009 2010 INTRODUCTION Ces évaluations ont été conçues par le groupe des enseignants personnes ressources

Plus en détail