Maladie de Behçet Les Nouvelles Thérapeutiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maladie de Behçet Les Nouvelles Thérapeutiques"

Transcription

1 Maladie de Behçet Les Nouvelles Thérapeutiques 60ème Congrès de la SNFMI & 4ème Congrès Franco-Maghrébin de Médecine Toulouse, 9 12 Décembre 2009 Professeur Fifi OTMANI Service de Médecine CHU Mustapha Bacha, Alger

2 INTRODUCTION MB : Maladie multisystémique inflammatoire chronique, évolution imprévisible Recherche : études épidémiologiques,génétique et d immunologie MAIS cause inconnue. Evaluation efficacité divers traitements ( Nouvelles molécules +++).

3 M.B :Un substratum anatomique unique Localisations : Peau Rétine Synovial Vaisseaux Intestin Vascularite leucocytoclasique - granulome riche en polynucléaires - dégénérescence fibrinoide - infiltrat lympho-plasmocytaire péri-vasculaire

4 M.B : Travaux de Synthèse 1969 ROME 1977 ISTAMBUL 1981 TOKYO 1985 LONDRES 1990 ROCHESTER 1993 PARIS 2000 SEOUL Spectre clinique Entité nosologique Immunogénétique Critères diagnostiques Approches thérapeutiques Pathogénie

5 PRONOSTIC DE LA MALADIE DE BEHCET MORTALITÉ FAIBLE (PLUS GRAVE CHEZ L'HOMME JEUNE) ANÉVRYSME ARTÉRIELS PULMONAIRES 50% DÉCÈS MORBIDITÉ FORTE CÉCITÉ EN MOYENNE DANS LES 3 À 4 ANS SUIVANT L'UVÉITE ATTEINTE NEUROLOGIQUE ATTEINTE ARTÉRIELLE

6 Modèle hypothétique de la pathogénèse de la Maladie de Behçet Implications physiopathologiques et Thérapeutiques récentes. (Arayssi T et al Zuber PJ et al 2008 )

7 RÉPONSE THÉRAPEUTIQUE GRADUÉE!!! Véritable Escalade Thérapeutique INTERFERON AC MONOCLONAUX... PLASMAPHÉRÈSES IMMUNOGLOBULINES IMMUNOSUPPRESSEURS CORTICOTHÉRAPIE COLCHICINE AINS...

8 THERAPEUTIQUES CLASSIQUES

9 Thérapeutiques d efficacité démontrée 1)La Colchicine Immunomodulateur, inhibe chémotactisme PN. 1 à 2 mg/j,réponse positive 70% des cas (surtout F. CM et articulaires). Colchicine + AAP = rôle préventif des poussées (oculaire ou neurologique) mais déclenchées par son arrêt intempestif?. *Yurdakul et al: Efficacité modeste sur l aphtose buccale mais significative sur l aphtose génitale, les arthralgies et EN surtout chez les femmes. Trt de 1 ère intention des atteintes cutanéo-muqueuses. * Yurdakul et al, A double-blind trial of colchicine in Behçet s syndrome Arthritis Rheum 2001;44:

10 Thérapeutiques d efficacité démontrée 2) La Thalidomide Immunosuppresseur, réduction du TNF et migration des neutrophiles. Très efficace sur F.CM rebelles,sans effet apparent sur autre atteinte. Effet purement suspensif. Réservé aux lésions sévères, invalidantes et /ou résistantes à la colchicine ou ulcères intestinaux perforés de façon récurrente malgré une thérapie immunosuppressive soutenue.

11 Thérapeutiques d efficacité démontrée 3)L Azathioprine Inhibe la synthèse d ADN et ARN, action sur T lymphocytes. Son utilisation précoce améliore le pronostic lointain Particulièrement efficace sur atteinte oculaire et diminution significative des ulcérations oro-génitales et atteintes articulaires Traitement de 2 ans = réel bénéfice dans le devenir à long terme de la vision * Yazici et al suggèrent l AZA comme une mesure prophylactique chez les jeunes de sexe masculin avec des poussées d aphtes bucco-génitaux à risque de développement d une inflammation oculaire. * Yazici et al : A controlled trial of Azathioprine in Behcet s syndrome N.Engl J Med, 1990; 322: 281-5

12 Thérapeutiques d efficacité démontrée 4)La Ciclosporine A Position clé dans le traitement de la MB. Agit sur T lymphocytes, Inhibe les cytokines ( IL2), effet suspensif. Toxicité rénale pour des doses > 5 mg /Kg /j A éviter dans le Neuro-Behçet ( moindre efficacité, effets indésirables neurologiques). * Masuda et al : Ciclosporine meilleure /Colchicine sur poussée oculaire et lésions cutanées. * Masuda et al : Double-masked trial of cyclosporin versus colchicine and long-term open study of cyclosporin in Behçet s disease ; Lancet, 1989 ; 1:

13 Thérapeutiques d efficacité alternative 1) La Disulone, Pentoxifylline, Sucralfate Disulone Aphtes buccaux et lésions cutanées Action voisine de la Thalidomide Tolérance hématologique médiocre. Pentoxifylline Formes cutanéo-muqueuses et oculaire par diminution du chémotactisme et inhibition du TNF alpha. Leur véritable place est inconnue Sucralfate Connu pour la cicatrisation des ulcères peptiques. En topique dans le traitement des ulcérations orales

14 Thérapeutiques d efficacité alternative 2) Pénicilline-Retard Penicilline Retard ( Extencilline) En administration prolongée= manifestations cutanéo-muqueuses et articulaires. * Calgueneri et al : Associée à la colchicine, l action est supérieure Rôle primaire ou permissif d infections streptococciques Action anti-agrégante de la Penicilline??? Lévamisole et Isoprinosine = Abandonnés * Calgueneri et al : The effect of prophylactic penicillin treatment on the course of arthritis episodes in patients with Behcet s disease a randomized clinical trial. Arthritis Rheum, 1996 ; 39 :2062-5

15 Thérapeutiques dites majeures 1) Les corticoïdes Pierre angulaire du traitement des formes graves. Atteinte oculaire et /ou neurologique indiscutables Efficace par voie locale et générale Initiée par des bolus lors des poussées aigues. Le sevrage des corticoïdes expose aux rechutes. 2) Les anticoagulants Anticoagulation des complications thrombotiques de la MB? Is anticoagulation unnecessary in Behçet s disease with deep venous thrombosis? Clinic Rheumatol 2008, 27: Principale priorité est l immunosuppression.en cas TVP ou TA Si TVP = AC associé au traitement IS. AC au long cours: Pas de guidelines. Rôle de l Aspirine dans la prophylaxie des thromboses n est pas clair.

16 Thérapeutiques dites majeures 3) Les Immunosuppresseurs Facilitent sevrage cortisonique mais non seuls car lenteur d action. Réservés aux formes majeures menaçant le Pc vital et /ou fonctionnel. 2 ANS de traitement en moyenne.

17 ALKYLANTS CYCLOPHOSPHAMIDE PER OS-IV CHLORAMBUCIL PER OS ANTIMÉTABOLITES THIOPURINES MÉTHOTREXATE PER OS-IM-SC AZATHIOPRINE PER OS MYCOPHÉNOLATE PER OS MOFÉTIL CICLOSPORINE PER OS THERAPEUTIQUES NOUVELLES INTERFÉRON α SC ANTI-TNF REMICADE IV ENBREL SC

18 Les Immunosuppresseurs Cyclophosphamide Peros 2mg/Kg/j ou en bolus mensuel IV 750mg/m2 Pas d études contrôlées, agit sur lymphocytes B et T Effets secondaires dose-dépendants,plaident en faveur remplacement progressif par IFN alpha et anti-tnf. Chlorambucil Efficacité reconnue, utilisation rare car toxicité hématologique et risque oncogène, 0,1 à 0,2 mg/kg /j peros. Méthotrexate Faiblement actif dans la MB ( Neuro-Behçet???) Peros : 7,5 mg en 3 prises 1 fois par semaine. Effet d épargne cortisonique, agit sur l inflammation oculaire et neurologique.

19 Thérapeutiques dites majeures 4) Autres traitements Tacrolimus FK 506 Efficace inflammation oculaire > CiclosporineA Voie locale : réduction fréquence et douleur aphtes buccaux. Mycophénolate Mofétil Effet d épargne cortisonique dans les uvéites( pas d essai contrôlé) Plasmaphérèses Immunoglobulines IV Rarement proposées, effets transitoires Réservées aux atteintes oculaires ou neurologiques sévères en attente des CS et/ou IS.

20 Limites des Thérapeutiques classiques En Synthèse Les traitements utilisés sont variés et non standardisés. Les traitements ne sont pas prescrits précocément, à doses optimales et pendant longtemps. Il y a souvent une phénomène suspensif pour plusieurs médications. Les effets secondaires ne sont pas négligeables. Nécessité d une Nouvelle approche thérapeutique Les attentes Réduction handicap fonctionnel et mortalité Durabilité de l action du médicament Effets secondaires mieux contrôlés. Standardisation de la stratégie thérapeutique Production en masse des Biothérapies à des coûts moindres.

21 THERAPEUTIQUES NOUVELLES

22 Les actualités thérapeutiques ont surtout été marquées lors de cette dernière décade par l utilisation des thérapies biologiques, l IFN et les anti-tnf qui ont prouvé leur efficacité surtout dans les atteintes oculaires sévères, les atteintes cutanéo-muqueuses et articulaires.

23 Biothérapies = molécules synthétiques dirigées contre une cible de la réponse immunitaire Modulateurs du réseau cytokinique : Infliximab, Adalimumab, Etanercept

24

25 Traitements de fond : Les Biothérapies Interféron alpha 2a ou 2b(IFN α) IFN α et œil : Données littérature Immunomodulateur, anti-viral, cytotoxique. IFN α + Colchicine + Pénicilline: 6 mois, réduit le risque oculaire et améliore le pronostic lointain ( Demiroglu, Lancet 2000 ). Comparaison IFN / CiclosporineA : Etude rétrospective; 45 pts oculo-behçet, IFN 34 mois et 32 pts CS A 48 mois groupe IFN = moins de rechutes oculaires et vision améliorée. Wechsler et al (2002): résultats positifs,série de 8 pts ayant résisté à divers immunosuppresseurs, 3 MUI d IFN α, 2à3 fois par semaine.aprés plusieurs années de recul, 6 pts contrôlés, 2 pts sevrés en IFN à 14 et 29 mois. Seyahi E et al : équipe turque (2005) : 51 pts avec uvéite post réfractaire aux trts usuels ou EI à ces trts : IFN alpha 2b, 5MUI/j pour 41 pts ou tous les 2 j (11Pts) en association avec les corticoïdes, exclusion de tout IS. Au bout 1,6 ans amélioration significative de l AV permettant CS. 18 pts (35%) arrêt trt (11 par effet indésirable, 6 amélioration et 1 absence d efficacité).

26 IFNα et atteinte cutanéo-muqueuse Données littérature Alpsoy et al : IFN α = thérapie alternative des lésions cutanéo-muqueuses, double aveugle contre placebo, 50 pts, (6 M UI en s/c) 3 fois /sem pendant 3 mois IFN α, réduit nettement la durée, la douleur des ulcères buccaux et la fréquence des ulcères génitaux et des lésions papulopustuleuses. Réduction aussi des signes articulaires et de l EN sans signification statistique. 13ème conférence Internationale, Australie Mai 2008 : Etude prospective égyptienne : IFN 2fois /j en tablettes sublinguales = trt préventif des lésions buccales, 21 pts : 16 avec aphtes majeurs ulcéreux suivi 13,5 mois, fréquence des ulcères et durée des aphtes a nettement régressé. Alpsoy E et al : Interferon alpha 2a in the treatment of Behçet s disease : a randomized placebo controlled and double-blind study.arch Dermatol 2002 ; 138:467-71

27 IFN α et autres atteintes Données littérature Petite expérience de l utilisation de l IFN chez l enfant en cas d uvéïte pour épargner les corticoïdes. En dehors de l atteinte oculaire, les données concernant les autres atteintes sont limitées : Revue littérature ( * Kotter et al ), 338 pts, IFN α 2a ou 2b : 86% atteinte cutanéo-muqueuse, 96% atteinte articulaire ont une rémission complète ou partielle. L IFN α 2a semble plus efficace que le 2 b sur l atteinte cutanée ( 47 contre 7% de réponse complète). Peu de données sur les atteintes neurologiques, vasculaires et intestinales * Kotter et al The use of interferon alfa in Behçet s disease : Review of the literature Semin Arthritis Rheum 2004; 33:320-35

28 IFN α (conclusions) Durée optimale non claire, tendance à privilégier longue durée, à espacer les injections à partir du 6 ème mois pour un sevrage au bout de 12 à 24 mois. Les rémissions les plus longues sont observées avec les doses les plus élevées mais pas avec un traitement plus long. Posologies parfois très élevées (3 9 M 3/sem en SC). Traitement suspensif, efficacité partielle. ( Gueudry et al, Am J Ophtalmol 2008; 146 : ; Krause et al,j Rheumatol 2008 ; 35 : Les EI sont fréquents, dose-dépendants et non sévères, mêmes EI que ceux dans l hépatite C, LMC ou LMNH ( Sd pseudo-grippal,fièvre, dépression, érythème, diarrhée, infection, Thyroïdites, thrombopénie, leucopénie. les symptômes << pseudo-behçet>> pas observés ). Au total : IFN α, arme nouvelle dans le trt de la MB réservée aux formes oculaires et articulaires résistantes. Son utilisation dans les formes neurologiques et vasculaire, en 1 ère intention, n a pas été démontrée.

29 2 ) Anti-TNF alpha: Partie émergée du processus auto-immun, cascade inflammatoire, agissent sur cytokines Anticorps anti-tnf : Infliximab, Adalimumab Récepteurs solubles du TNF : Etanercept Inhibition des cytokines

30 Anti-TNF alpha utilisés dans le traitement de la MB Anticorps monoclonal chimérique anti-tnf alpha Perfusion IV de 2 h, 5 mg/kg, S0- S2-S6 puis toutes les 8 S Fragments solubles de récepteurs au TNF SC, 25 mg 2/sem ou 50 mg 1/sem Anticorps monoclonal anti-tnf alpha humain recombinant SC, 40 mg tous les 15j REMICADE Infliximab ENBREL Etanercept HUMIRA (adalimumab) Fraction variable d un anticorps monoclonal anti-tnf de souris (dirigé contre TNF alpha) couplée à une fraction constante d une IgG1 humaine (capable de fixer le complément).efficacité rapide uvéïtes résistantes, aussi Manif CM,Articul. Digestive et neurol(?) Protéine de fusion avec : - du domaine de liaison extracellulaire du récepteur TNF R2/p75 au TNF (2 récepteurs de type 2) - associé au fragment Fc d une IgG1 humaine Manif CM et Articul rarement oculaires. Séquences peptidiques et structure 100 % humaines IgG1humainerecombinante Efficacité proche Infliximab ( coût et tolérance # )

31 Infliximab et atteinte oculaire Données littérature L expérience du traitement des manifestations oculaires par l IF s agrandit de plus en plus depuis les 5 1ers cas de panuvéïtes rapportés par Sfikakis.Série récente ( 2004)= 24/25 ont une rémission rapide avec amélioration de l AV de 3/10. Lanthier et al (2005) : IF + autres traitements des uvéïtes avec suivi à long terme : 4 pts avec uvéïte sévère réfractaire aux CS et IS, suivi moyen 11 mois, 8 perfusions en moyenne d IF = Efficacité (2/4) rapide mais transitoire.une diminution des doses de CS obtenue au prix de perfusions répétées d IF. Etude grecque : simple instillation d IF réduit l inflammation oculaire, plus rapidement que des instillations intravitréennes de Triamcinolone ou fortes doses de Méthylprednisolone IV Chercheurs Iraniens : Hommes avec atteinte oculaire ont des taux élevés de TNF alpha dans le sérum / sans atteinte oculaire => rôle TNF alpha dans l expression de la maladie.

32

33

34 Infliximab et atteinte cutanéo-muqueuse Données littérature Les manifestations cutanéo-muqueuses peuvent faire l objet d un traitement par l Infliximab ou l Etanercept en fonction de leur résistance à la Thalidomide ou à la Colchicine notamment en cas d aphtose bipolaire sévère. 42 Pts, étude prospective randomisée /placebo : Intérêt Etanercept Efficacité à 3 mois sur ulcères buccaux ( 5%vs45% p=0,0017) et lésions nodulaires (25%vs85% p=0,0002) MAIS pas d efficacité à 3 mois sur test de pathergy. Connolly M et al :Infliximab treatment for severe orogenital ulceration in Behcet s disease.br J Dermatol 2005; 153 : Haugeberg G et al : Successful treatment of genital ulcers with Infliximab in Behcet s disease.ann Rheum Dis 2004; 63:744-5

35 Infliximab et atteinte digestive Données littérature Si atteinte digestive non stabilisée par les corticoïdes. Travis F 27 3mg/Kg 0-8 ( Thal CT= 0 ) 17 mois F 30 5 mg/kg ( Ciclo-CT-Thal ) Hassard F 45 5 mg/kg ( 6 MP CT = 0 ) Fresno F mg 8s =>44s ( CT MT- Dap ) Kram ( 2003) 1 cas d entéro-behçet traité avec succès par de l infliximab Donc Infliximab = alternative thérapeutique dans les manifestations digestives réfractaires.

36 Infliximab et atteinte neurologique Données littérature Essayé en cas d échec au cyclophosphamide et à l azathioprine dans les manifestations neurologiques centrales. 13 ème conférence internationale MB : groupe japonais Devenir d une forme chronique de neuro-behçet sous IF, 14 sem = stoppe progression de la maladie chez Pts résistants au MT ( réduction de l IL6 dans le LCR). 5 Pts fumeurs,3 ont cessé de fumer, IF 2 ans, niveau de traitement plus élevé chez fumeur (résistance?) Pipitone N et al:infliximab for the treatment of Neuro-Behçet s disease : a case series and review of the literature.arthritis Rheum 2008;59:285-90

37 Principaux effets indésirables des anti-tnf Immunogénécité : Diminution de l efficacité du traitement. Liée à la nature de la molécule thérapeutique - Ac anti-infliximab : Ac anti-chimérique 24 à 37% - Ac anti-adalimumab : Ac humanisé - Ac anti-récepteurs solubles : Etanercept : 2TNF RI Immunogénicité liés à une IgG humaine moindre Apparition d Ac anti-nucléaires : jusqu à 60% - Ac anti-dna natif : jusqu à 15% - Cas de lupus induit - Et autres manifestations auto-immunes: poussée de SEP, névrite optique ou encéphalopathie. Risque infectieux +++ : infections virales, bactériennes Tuberculose : Plus important avec les Ac monoclonaux qu avec le récepteur soluble. Aggravation d une IC, embolie pulmonaire Autre facteur limitant : Le coût: euros/ an et par patient sous Infliximab (Remicade)..

38 Infliximab (conclusions) Infliximab : Traitement de fond de 1 ère intention dans la MB? Du fait de sa rapidité d action = L administrer au début de l évolution de l atteinte dans un but d épargne de corticoïdes et faciliter l action d autres IS conventionnels. Produit très prometteur mais son efficacité doit être confirmée par des études portant sur un plus grand nombre de malades et à long terme. La posologie (3 ou 5 mg/kg?), le rythme et la durée optimale des perfusions ( unique, à la demande, 8 sem? ), seul ou associé à d autres trts? ( CT, IS, antitub ) méritent d être standardisés. Il semble que l utilisation concomittante du MT ou d autres IS réduit la formation d AC anti-infliximab et augmente sa concentration sérique.

39 Qu en est-il de l Etanercept et du Rituximab dans la MB? Etanercept peu utilisé / infliximab dans la MB. A raison 25 mg 2/sem Melicoglu (2005): Essai contrôlé, randomisé, double aveugle, 40 pts avec atteinte cutanéo-muqueuse, 4 sem, Etanercept 25 mg 2 fois /sem par rapport Placebo => nb moyen hebdomadaire aphtes, lésions nodulaires et PFN plus faible /placebo. Melicoglu et al : Short term trial of Etanercept in Behcet s disease, a double blind, placebo controlled study. J. Rheumatol 2005;32: Sommer A et al : A case of mucocutaneous Behcet s disease responding to Etanercept.J Am Acad Dermatol 2005;52:717-9 Les arthrites invalidantes peuvent bénéficier de l Etanercept. Etude pilote iranienne : 10 cas oculo-behçets, Rituximab car résistance CT et IS => Amélioration nette de l atteinte oculaire après 6 mois ( régression de l œdème, AV et vascularite rétinienne non significative).

40 Lequel est le meilleur??? En l absence d essai contrôlé comparant l efficacité des 3 anti-tnf connus, il n y a pas de supériorité démontrée d un produit par rapport à un autre et donc pas de hiérarchie recommandée de leur utilisation. L efficacité clinique d un anti-tnf sera évaluée après au moins 3 mois d utilisation à dose recommandée. Le risque infectieux induit par les agents anti-tnf doit inciter à la plus grande vigilance.

41 La connaissance de ces effets indésirables rappelle la nécessité de respecter les contre-indications des anti-tnf, de réaliser un bilan préthérapeutique et d informer le patient et son médecin traitant des effets indésirables potentiels. Bilan préthérapeutique recommandé avant la prescription d un agent anti-tnf Interrogatoire Contre Indication Antécédents infectieux Toute infection évolutive Antécédents néoplasiques Tuberculose ou autres Infection chronique (VHB, VHC...) ou récidivante (herpès) infections sévères telles que sepsis, abcès ou infections opportunistes. Risque infectieux (BPCO, prothèse articulaire, prothèse valvulaire, diabète, splénectomie...) Insuffisance cardiaque modérée ou sévère Examen clinique ATCD d hypersensibilité à la molécule Recherche de foyer infectieux latent, adénopathies, tumeur ou à l un des excipients. Signes d insuffisance cardiaque Examens complémentaires Systématiques Anticorps antinucléaires Sérologies VHB, VHC, VIH IDR tuberculine (Tubertest 5 unités) Radiographie pulmonaire Éventuels Test QuantiFERON-TB Radiographie ou scanner des sinus Scanner thoracique ECBU Vaccins vivants (s ils sont nécessaires : à réaliser avant de débuter le traitement)

42 Thérapeutiques alternatives Agents tolérisants : - Méthode d induction de tolérance orale pour prévention poussée d uvéïte ou autre manifestation de la MB( protéïne de choc thermique HPS ). 5/8 Pts avec atteinte oculaire retirent progressivement leurs trts IS sans rechute d uvéïte après avoir reçu la protéïne de choc et 3/5 Pts répondeurs ne présentent pas d uvéïte sur 10 à 18 mois après tolérisation donnée en discontinue mais essai ouvert, limité. Stanford M et al : Oral tolerization with peptide linked to cholera toxin B in preventing relapses of uveitis in Behçet s disease.clin Exp Immunol 2004 ;137:201-8 Greffe de moelle : Efficacité de l autogreffe de cellules souches hématopoïétiques dans l induction de rémissions des formes sévères de la MB Breitbart Aet al : Autogous hematopoietic stem-cell transpalntation for Behçet s disease with pulmonary involvement.n.engl J Med 2004;344:69 Rossi Get al : Autologous hematopoietic stem cell transplantation for severe /refractory intestinal Behçet s disease.blood 2004;103:748-50

43 AC anticd52 : Lockwood et al évalue la réponse thérapeutique d une déplétion lymphocytaire par un AC anticd 52 ( Alemtuzumab Macampath ), 134 mg, 18 Pts avec MB active. Après 6 mois: 13 Pts en rémission, dose de prednisone réduite de 17,7 à 6,7 mg/j.rechutes chez 7 Pts après un délai moyen de 25 mois de suivi. Lockwood CM et al : Remission induction in Behçet s disease following lymphocyte depletion by the anti-cd52 anti-body CAMPATH 1-H Rheumatol ogy 2003 ; 42 : Agents anti-oxydants :Effet de stress oxydant dans la génèse des lésions endothéliales.une supplémentation en vitamines ( vit C, E ) et/ou en oligoéléments s accompagne d une diminution du stress et donc amélioration de certaines manifestations cliniques de la maladie. Chambers JC et al : Vascular endothelial function and oxidative stress machanisms in patients with Behçet s syndrome.j.am Cardiol 2001;37: Saglam Ket al : Trace elements and antioxidant enzymes in Behçet s disease. Rheumatol Int 2002 ; 22:93-6

44 Lactobacilli: Effet immunomodulateur et diminue la secrétion des cytokines pro-inflammatoires. Chercheurs Portugais : Etude préliminaire,17 Pts avec ulcères oraux actifs : 2 fois /j yaourt (bifidobacterium lactis) => 3 semaines plus tard = nb et durée des lésions nettement diminués chez 10 Pts. La Chirurgie : délicate,mb non contrôlée médicalement.encadrée par un Trt anti-inflammatoire ( phénomène d hyperergie). - Complications oculaires:cataracte, glaucome, synéchies iridocrist - Vasculaires : Anévrismes pulmonaires ( lésion limitée et unique ), interruption cave, désobstruction des veines sus-hépatiques - Digestives : perforations intestinales, fistules,résection intestinale De nouvelles méthodes de traitement par voie endovasculaire sont de plus en plus employées.

45 Conduite des nouvelles thérapeutiques Pour aboutir à un traitement rationnel il faut tenir compte des points cardinaux suivants : 1- Les lésions de la MB intéressent de nombreux sites avec une symptomatologie dépendante. 2- La cause de la MB est inconnue 3- Il faut débuter le traitement précocement 4- Identifier la sévérité de la maladie 5- Les données des essais cliniques randomisés et contrôlés sont limités 6- L utilisation des corticoïdes est habituelle 7- L utilisation des immunosuppresseurs pour certains 8- Utiliser l association IS +CS dans l atteinte vasculaire 9- Infliximab ou Interféron pour les atteintes oculaires résistantes 10- Veiller aux effets indésirables spécifiques de la MB

46 Conduite des nouvelles thérapeutiques L infliximab semble efficace dans le traitement d attaque ou la prévention des rechutes dans les uvéïtes post de la MB après échec des CS et IS. L évaluation de l Infliximab est souvent biaisée par l administration d autres Trts et la courte durée de suivi. Son utilisation peut être limitée par les nombreux effets indésirables. L Infliximab pourrait aussi constituer une alternative thérapeutique dans les manifestations neurologiques centrales réfractaires. Les atteintes cutanéo-muqueuses relèvent prioritairement d un traitement par corticothérapie locale ou générale, Colchicine ou Azathioprine.Les anti-tnf sont à réserver aux lésions invalidantes réfractaires à ces traitements. L IFN alpha semble devoir être utilisé seulement en cas d échec des anti-tnf alpha. Mais ces médicaments très onéreux ne concernent pas tous les patients. 30% ne réagissent pas, effets suspensifs. Parfois El sérieux, surveillance contraignante,effets à long terme inconnus.

47 Comme toute maladie chronique, le malade doit être informé et éduqué car l observance est en grande partie responsable des résultats à long terme+++

48 CONCLUSION L avènement des biothérapies depuis 10 ans a amélioré la prise en charge thérapeutique de la MB. Espoir des sociétés savantes = Pouvoir élaborer dans un avenir proche, des recommandations et guides thérapeutiques permettant aux Internistes de proposer au patient une stratégie adaptée à l activité de la maladie, à ses comorbidités et à son mode de vie, en gardant toujours à l esprit le rapport bénéfice / risque de ces thérapeutiques. L avenir des Biothérapies passe avant tout par les progrès de la biologie moléculaire, de la génétique et de l immunologie. Le coût élevé de ces molécules justifie une stratégie rigoureuse d utilisation de ces biothérapies.

49 Merci pour votre attention

BIOTHERAPIES ET MALADIE DE BEHCET. Pr Fifi OTMANI Médecine Interne, CHU Mustapha, Alger

BIOTHERAPIES ET MALADIE DE BEHCET. Pr Fifi OTMANI Médecine Interne, CHU Mustapha, Alger BIOTHERAPIES ET MALADIE DE BEHCET Pr Fifi OTMANI Médecine Interne, CHU Mustapha, Alger INTRODUCTION MB : Maladie auto-inflammatoire chronique multisystémique Maladie de Behçet Les Vascularites : Classification

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009 TYNDALL Bulletin d Informations 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014 Site internet : www.inflamoeil.org SOMMAIRE 1. L éditorial de la Présidente 2. Des immunosuppresseurs

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE RÉVOLUTION DES PRINCIPES DE TRAITEMENT Mise à disposition de nouvelles molécules Traitements de fond classiques ( Méthotrexate, Salazopyrine ) : plus efficaces

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

et l utilisation des traitements biologiques

et l utilisation des traitements biologiques et l utilisation des traitements biologiques Choisir le meilleur traitement pour retrouver la qualité de vie que vous êtes en droit d avoir Les agents biologiques (biothérapies) Étant les plus récents

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition du concept d'auto-immunité...3

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

La maladie de Behçet Maladie d Adamantiadès-Behçet

La maladie de Behçet Maladie d Adamantiadès-Behçet Maladie d Adamantiadès-Behçet La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous

Plus en détail

Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011. Symposium PFIZER

Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011. Symposium PFIZER Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011 Symposium PFIZER Psoriasis de l enfant et traitement biologique B. Bouadjar, Alger Traitement du psoriasis

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

TYNDALL. 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. 13 rue Dubrunfaut d échanges. Bulletin d Informations N 37 JUIN 2012

TYNDALL. 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. 13 rue Dubrunfaut d échanges. Bulletin d Informations N 37 JUIN 2012 et 13 rue Dubrunfaut d échanges 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014 TYNDALL Bulletin d Informations N 37 JUIN 2012 Site Internet : www.inflamoeil.org Courriel : inflamoeil@yahoo.fr

Plus en détail

Le psoriasis est une dermatose

Le psoriasis est une dermatose [ Synthèse Dermatologie Prise en charge thérapeutique du psoriasis F. Aubin Service de Dermatologie, CHU Saint-Jacques, Besançon Le psoriasis est une dermatose chronique pouvant revêtir diverses formes

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Introduction Cours APEPPU Psoriasis Dr Cécile Perrigouard Dermatologie, Hôpital Civil de Strasbourg Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Médicamenteux Prédisposition

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

1289($8;75$,7(0(176 '(69$6&8/$5,7(6

1289($8;75$,7(0(176 '(69$6&8/$5,7(6 1289($8;75$,7(0(176 '(69$6&8/$5,7(6 M De Bandt. La découverte de la présence des ANCA, au cours de certaines formes de vascularites systémiques a il y a une quinzaine d année, a provoqué de nombreux travaux

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L historique 1960 - Pr Jean DAUSSET Découverte des groupes HLA 1970 - Pr Georges MATHE Première greffe de moelle osseuse allogénique 1974 - Pr Donald THOMAS

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite Communiqué de presse Bâle, 18 avril 2011 La FDA homologue Actemra dans le traitement de l arthrite juvénile idiopathique systémique (AJIS) Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Les rhumatismes inflammatoires Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Arthrite Rhumatoïde (RA) Voorstelling van de ziekte Arthrite Rhumatoïde Inflammation chronique des

Plus en détail

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III COMMUNIQUE DE PRESSE Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III - Présentation de nouvelles données

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

Les nouveaux traitements du psoriasis

Les nouveaux traitements du psoriasis Les nouveaux traitements du psoriasis Ci-après, vous trouverez 3 articles, parus récemment, parmi d'autres tout aussi intéressants, dans notre bulletin trimestriel Pso Magazine: - un extrait de l'exposé

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Bulletin. Le mot du président Quel avenir pour les interférons et le Copaxone?

Bulletin. Le mot du président Quel avenir pour les interférons et le Copaxone? Bulletin Numéro 34 I Novembre 2013 Vaincre la Sclérose en Plaques par la recherche Le mot du président Quel avenir pour les interférons et le Copaxone? Depuis 1992, les interférons (IFNs) et le Copaxone

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Psoriasis. EPU Bats CARMI Esther

Psoriasis. EPU Bats CARMI Esther Psoriasis EPU Bats CARMI Esther Idées clefs Co morbidité Biothérapies Intérêt Risque Psoriasis «Exclusion sociale pour impureté» 1805 : individualisation Importance de la microcirculation du derme superficiel

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

LES ANTI-TNF DANS LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET LES VASCULARITES

LES ANTI-TNF DANS LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET LES VASCULARITES LES ANTI-TNF DANS LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET LES VASCULARITES par X. MARIETTE* Les inhibiteurs du TNFα représentent une révolution thérapeutique en rhumatologie dans le traitement de la polyarthrite

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

Le lupus systémique Lupus érythémateux systémique Lupus érythémateux aigu disséminé

Le lupus systémique Lupus érythémateux systémique Lupus érythémateux aigu disséminé Le lupus systémique Lupus érythémateux systémique Lupus érythémateux aigu disséminé La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires :

DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : R a p p o r t d e x p e r t i s e DES médicaments issus des biotechnologies aux médicaments biosimilaires : état des lieux j u i l l e t 2 0 11 Un médicament biologique est une substance produite à partir

Plus en détail

Traiter la goutte sans être débordé

Traiter la goutte sans être débordé Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Traiter la goutte sans être débordé Hélène Demers et Michel Lapierre Vous voulez traiter et prévenir la goutte? Lisez ce qui suit! Les différentes phases

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Communiqué Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis Media: Sylvie Légaré (514) 832-7268 Abbott Gabrielle Collu 514)

Plus en détail