énergie pour le bâtiment

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "énergie pour le bâtiment"

Transcription

1 Paris Val de Seine 1 ère année/ AMBIANCES.D.D.DECOUVERTE b Enseignante Ljubica Mudri

2 POUR UNE ARCHITECTURE DURABLE AMBIANCE THERMIQUE Notions de base & étude des déperditions des parois

3 POUR UNE ARCHITECTURE DURABLE AMBIANCE THERMIQUE Notions de base & étude des déperditions des parois sommaire besoin / équipement / consommation transfert de chaleur, théorie, exemples

4 POUR UNE ARCHITECTURE DURABLE AMBIANCE THERMIQUE Notions de base & étude des déperditions des parois sommaire besoin / équipement / consommation transfert de chaleur, théorie, exemples

5 énergie pour le bâtiment Introduction C'est l'énergie nécessaire pour la naissance, la vie et la mort d'un bâtiment : la production des matériaux la production des appareillages (robinets, ampoules ) le chantier le bâtiment durant sa vie la réhabilitation la destruction du bâtiment

6 énergie pour le bâtiment Introduction C'est l'énergie nécessaire pour la naissance, la vie et la mort d'un bâtiment : la production des matériaux la production des appareillages (robinets, ampoules ) le chantier le bâtiment durant sa vie la réhabilitation la destruction du bâtiment

7 énergie pour le bâtiment Introduction Énergie pour le bâtiment durant sa vie

8 énergie pour le bâtiment Consommation Énergie pour le bâtiment durant sa vie CONSOMMATION d'énergie primaire équipement besoins

9 énergie pour le bâtiment Consommation Énergie pour le bâtiment durant sa vie chauffage, ventilation, rafraîchissement, éclairage artif. électro-ménager, ordinateurs CONSOMMATION d'énergie primaire équipement besoins

10 énergie pour le bâtiment Consommation Énergie pour le bâtiment durant sa vie chauffage, ventilation, rafraîchissement, éclairage artif. électro-ménager, ordinateurs CONSOMMATION d'énergie primaire équipement besoins " diminuer" les besoins par la conception du bâtiment et de son enveloppe avec prudence et imagination et selon le contexte (cette conception englobe donc, tous les aspects de l'architecture bioclimatique, utilisation de l'énergie renouvelable, solaire, éolien, géothermie, photovoltaïque )

11 énergie pour le bâtiment Consommation Énergie pour le bâtiment durant sa vie 2. choix (et concepts) des équipements pour consommer moins en satisfaisant le besoin ON CALCULE 1. concept du bâtiment (pour diminuer le besoin d'énergie primaire) ON CALCULE CONSOMMATION d'énergie primaire équipement besoins

12 énergie pour le bâtiment Consommation 50 KWh/M 2 basse consommation CONSOMMATION d'énergie primaire équipement besoins

13 énergie pour le bâtiment Consommation RT , 110, 80 kwh/m²/an suivant les zones thermiques BHPE (bâtiment à haute performance énergétique) 96 KWh/m²/an BTHPE (bâtiment à très haute performance énergétique) 80 KWh/m²/an BBC (bâtiment basse consommation) BEPAS (bâtiment à énergie passive) BEPOS (bâtiment à énergie positive) 50 KWh/m²/an moins de 15 KWh/m²/an produit plus d'énergie qu'il n'en consomme

14 énergie pour le bâtiment Acteurs LA CONCEPTION D UN BATIMENT EST UN TRAVAIL D EQUIPE AVEC PARTAGE DE RESPONSABILITES

15 énergie pour le bâtiment Acteurs l Architecte étant entièrement responsable de la forme, de l orientation et de l enveloppe du bâtiment qu il conçoit se préoccupe surtout de : MINIMISER LES BESOINS D ENERGIE car d autres membres de son équipe l aideront éventuellement pour le reste, par exemple: le Thermicien définira LES EQUIPEMENTS > LES CONSOMMATIONS de chauffage, rafraîchissement, ventilation mais il le conseillera aussi dans la détermination des besoins

16 Définition des besoins Définition des des équipements consommations forme orientation enveloppe équipements responsabilité de l architecte responsabilité partagée

17 Définition des besoins ATTENTION! Il ne faut pas y voir un processus linéaire Définition des des équipements consommations forme orientation enveloppe équipements responsabilité de l architecte responsabilité partagée UN TRAVAIL D EQUIPE DES LE DEBUT EST IMPERATIF!

18 ON MESURE SOUVENT LES BESOINS ET LES CONSOMMATIONS ANNUELS en kilowatts.heures/année ELLES SONT BASEES SUR LES STATISTIQUES DE LA METEO forme orientation enveloppe BESOINS équipements CONSOMMATIONS Afin de faciliter les comparaisons, on les exprime également en : kilowatt.heure/m 2.année KWh/m²/an

19 ON MESURE SOUVENT LES BESOINS ET LES CONSOMMATIONS ANNUELS en kilowatts.heures/année ELLES SONT BASEES SUR LES STATISTIQUES DE LA METEO forme orientation enveloppe BESOINS équipements CONSOMMATIONS Afin de faciliter les comparaisons, on les exprime également en : kilowatt.heure/m 2.année KWh/m²/an

20 énergie pour le bâtiment Enveloppe L ENVELOPPE et LA FORME sont les paramètres déterminants des BESOINS en climat tempéré et froid

21 énergie pour le bâtiment Enveloppe

22 énergie pour le bâtiment STRATEGIES Comportemen t thermique combien? kwh/m2

23 énergie pour le bâtiment STRATEGIES Comportemen t thermique Gestion de flux : durable ou par appareillage? le moins d'appareillage profiter au plus de l'énergie de l'environnement! combien? kwh/m2 Au travers de l'enveloppe en gérant les gains et les déperditions

24 énergie pour le bâtiment STRATEGIES Comportemen t thermique Gestion de flux : durable ou par appareillage? le moins d'appareillage profiter au plus de l'énergie de l'environnement! combien? kwh/m2 Au travers de l'enveloppe en gérant les gains et les déperditions

25 énergie pour le bâtiment Comportemen t thermique l'énergie nécessaire pour la naissance, la vie et la mort d'un bâtiment : la production des matériaux la production des appareillages le chantier le bâtiment durant sa vie la réhabilitation la destruction - de chauffage - ventilation - refroidissement - éclairage du à l'enveloppe souhait de l'utilisateur déperditions gains thermiques surfaciques (parois) linéiques (ponts thermiques) échange d'air

26 énergie pour le bâtiment Comportemen t thermique l'énergie nécessaire pour la naissance, la vie et la mort d'un bâtiment : la production des matériaux la production des appareillages le chantier le bâtiment durant sa vie la réhabilitation la destruction - de chauffage - ventilation - refroidissement - éclairage du à l'enveloppe souhait de l'utilisateur déperditions gains thermiques surfaciques (parois) linéiques (ponts thermiques) échange d'air Nous avons étudié «gains thermiques» (effet de serre /solaire passif ) au cours précédent

27 Échange de chaleur Principes Comment s'effectue l'échange d'énergie thermique?

28 Échange de chaleur Principes premier principe de la thermodynamique "On ne peut ni créer ni détruire l'énergie; lorsque une forme d'énergie disparaît, une autre apparaît, toujours en quantité équivalente" deuxième principe de la thermodynamique "La chaleur s'écoule spontanément toujours d'un corps plus chaud vers un corps plus tiède" Toute les matières sont à même de stocker des quantités variables de chaleur

29 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? Par rayonnement, convection, conduction

30 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction Le rayonnement est un processus ondulatoire (et /ou corpusculaire), les ondes énergétiques, visible et infrarouge, de nature électromagnétique se propagent à partir des étoiles à travers le vide et puis à travers l'air (atmosphère)

31 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction et ils "touchent" la surface de la terre, des océans, des bâtis

32 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction chaque masse dont la surface a été "touchée" par ces ondes les absorbe partiellement et les réfléchit partiellement. onde infra rouge onde visible transparence transparence opacité opacité

33 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction En tous cas, le rayonnement au départ est nécessaire Soleil ou poêle

34 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction En tous cas, le rayonnement au départ est nécessaire Soleil ou poêle renouvelable durable très économique produit -- dans un poêle/radiateur chère à économique polluant à durable

35 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction

36 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction RAYONNEMENT est dans la flamme (visible et infrarouge) touche la surface de la paroi et entraîne l'agitation des atomes dans un solide

37 10-15 m 10 5 m Gamma X UV Visible Infra rouge Radio (UHF) (VHF) Rayonnement Le rayonnement thermique se propage comme tous les rayonnements électromagnétiques, mais les phénomènes énergétiques associés dépendent de leur domaine de fréquence. UV Visible Infra rouge forme le spectre solaire Visible et Infra rouge apportent la quasi-totalité de l'énergie qui produira les effets thermiques et d'éclairage Quand le rayonnement direct du soleil nous "touche" par une belle journée d'hiver à 5 C à l'extérieur, mais on a chaud "au Soleil" à cause du rayonnement

38 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, conduction, convection RAYONNEMENT est dans la flamme (visible et infrarouge) entraîne touche la surface de la p et entraîne agitation des atomes dans un solide CONDUCTION l'agitation des atomes ou énergie cinétique se propage dans le solide (poêle), vers sa surface extérieure moins chaude (second principe de thermodynamique)

39 Conduction : transfert de chaleur par la matière --- solide Évolution de la température dans un matériau homogène d épaisseur e D une manière simplifiée on peut dire que la conduction de chaleur dans un solide homogène et sec est le résultat de la transmission des énergies cinétiques (mouvements) élevées des molécules («chaudes») vers des molécules en état de mouvement plus lent («froides»)

40 Conduction : transfert de chaleur par la matière --- solide Évolution de la température dans un matériau homogène d épaisseur e D une manière simplifiée on peut dire que la conduction de chaleur dans un solide homogène et sec est le résultat de la transmission des énergies cinétiques (mouvements) élevées des molécules («chaudes») vers des molécules en état de mouvement plus lent («froides»)

41 LA CONDUCTION Newton s intéressant au problème de la propagation de la chaleur dans une barre de fer enfoncée dans un four en a proposé en 1701 une loi de propagation en évoquant la possibilité d utiliser ce genre de barre de fer comme pyromètre. Le pyromètre permet de mesurer à températures très élevées distance des

42 Cette question l intéressait probablement en tant que directeur de la monnaie royale: connaître la température des foyers où l on fondait les métaux et le temps de refroidissement des pièces de monnaie frappées.

43 Peut être aussi afin d identifier les fausses pièces d après leur température de fonte Newton était un terrible chasseur de fauxmonnayeurs il en a envoyé des dizaines à l échafaud

44 En partant d une réflexion sur la barre chauffée, J. Fourier (égyptologue, physicien, mathématicien et préfet de l Isère) établit le premier les équations du transfert de chaleur par conduction dans un milieu solide et des solutions mathématiques adaptées (série de Fourier, 1822)

45 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction RAYONNEMENT est dans la flamme (visible et infrarouge) entraîne touche la surface de la p et entraîne ation des atomes dans un solide CONDUCTION agitation des atomes ou énergie cinétique se entraîne propage dans le poile, vers sa surface extérieure RAYONNEMENT la masse de métal (poêle) chaud rayonne vers la pièce car l'air est plus froid ) tout solide rayonne (sauf s'il est à 0 K)

46 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, conduction, convection, RAYONNEMENT est dans la flamme (visible et infrarouge) entraîne touche la surface de la p et entraîne ation des atomes dans un solide CONDUCTION agitation des atomes ou énergie cinétique se entraîne propage dans le poile, vers sa surface extérieure RAYONNEMENT masse du métal (poil) chaude rayonne entraîne ver s la pièce (coté plus tiède ) CONVECTION l'agitation des atomes ou énergie cinétique se propage dans l'air de la pièce mouvement des masses d'air

47 Convection est le phénomène physique par lequel la chaleur est transmise en mettant en jeu des déplacements de matière. Elle s oppose en cela à la conduction dans laquelle, il n y a pas de déplacement de matière. La convection ne peut pas exister entre deux solides, elle n existe que grâce à un fluide : air, eau, etc. en architecture : air (eau)

48 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction RAYONNEMENT est dans la flamme (visible et infrarouge) entraîne touche la surface de la p et entraîne ation des atomes dans un solide CONDUCTION agitation des atomes ou énergie cinétique se entraîne propage dans le poile, vers sa surface extérieure RAYONNEMENT masse du métal (poil) chaude rayonne ver entraîne s la pièce (coté plus tiède ) CONVECTION l'agitation des atomes ou énergie cinétique se propage dans l'air de la pièce mouvement des masses d'air

49 Échange de chaleur Principes comment s'effectue l'échange de chaleur? rayonnement, convection, conduction RAYONNEMENT est dans la flamme (visible et infrarouge) entraîne touche la surface de la p et entraîne ation des atomes dans un solide CONDUCTION agitation des atomes ou énergie cinétique se entraîne propage dans le poile, vers sa surface extérieure RAYONNEMENT masse du métal (poil) chaude rayonne ver entraîne s la pièce (coté plus tiède ) CONVECTION l agitation des atomes ou énergie cinétique se propage dans l'air de la pièce mouvement des masses d'air en été c'est le contraire

50 Brique bon isolement thermique et acoustique bâtiment de quelques étages Béton très mauvais isolement bâtiment très élevé

51 Brique bon isolement thermique et acoustique bâtiment de quelques étages Béton très mauvais isolement bâtiment très élevé Rajouter la couche d isolation thermique

52

53

54

55 UNE ZONE THERMIQUE

56

57

58

59 Brique bon isolement thermique et acoustique bâtiment de quelques étages Béton très mauvais isolement bâtiment très élevé Rajouter la couche d isolation thermique Rajouter une zone tampon

60 Zone tampon si orientée sud, est, ouest alors c est aussi : gains / solaire passif

61 Zone tampon si orientée sud, est, ouest alors c est aussi : gains / solaire passif La zone tampon n est pas chauffée

62 Exemple ATRIUM - SERRE Arch. Renzo Piano

63 Exemple DOUBLE PEAU - SERRE REHABILITATION

64 1997

65

66

67 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi 4 propriétés thermiques des matériaux Conductivité Capacité thermique Diffusivité Effusivité

68 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi 4 propriétés thermiques des matériaux Conductivité permet de calculer les déperditions Capacité thermique Diffusivité Effusivité

69 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ Conductivité thermique des matériaux (en W/m K) : quantité de chaleur, par m 2, traversant une paroi de 1m d épaisseur de matériau pour une différence de température de 1 C (ou K) entre les deux faces du matériaux, pendant 1 sec. s=1m² T E (m)

70 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ Conductivité thermique des matériaux (en W/m K) : quantité de chaleur, par m 2, traversant une paroi de 1m d épaisseur de matériau pour une différence de température de 1 C (ou K) entre les deux faces du matériaux, pendant 1 sec. à base des mesures sur des matériaux Liège λ = 0,046 W/m K Béton λ = 1,6 W/m K Béton a une grande capacitéde conduire un flux thermique Liège a une grande capacité de résister à un flux thermique

71 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ Ca c'est pour 1m d'épaisseur Nous avons besoin de savoir concrètement dans une paroi si une couche d'épaisseur donnée est un conducteur ou s'il résiste bien à un flux thermique Liège λ = 0,046 W/m K Béton λ = 1,6 W/m K Béton a une grande capacitéde conduire un flux thermique Liège a une grande capacité de résister à un flux thermique

72 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ T s=1m² E (m) Liège λ = 0,046 W/m K Béton λ = 1,6 W/m K Béton a une grande capacitéde conduire un flux thermique Liège a une grande capacité de résister à un flux thermique

73 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ La Conductance U La Résistance R Liège λ = 0,046 W/m K Béton λ = 1,6 W/m K Béton a une grande capacitéde conduire un flux thermique Liège a une grande capacité de résister à un flux thermique

74 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ Liège λ = 0,046 W/m K Béton λ = 1,6 W/m K liège 5cm La Résistance R R = e / λ (m 2 K/W) e étant épaisseur (en m) Liège a une grande capacité de résister à un flux thermique

75 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ Liège λ = 0,046 W/m K Béton λ = 1,6 W/m K liège 5cm Calculer la résistance th. de 5 cm de liège! La Résistance R R = e / λ (m 2 K/W) e étant épaisseur (en m) Le liège a une grande capacité à résister à un flux thermique

76 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ Liège λ = 0,046 W/m K Béton λ = 1,6 W/m K liège 5cm Calculer la résistance th. de 5 cm de liège! La Résistance R R = e / λ (m 2 K/W) e étant épaisseur (en m) R liège = e / λ R liège = 0,05 / 0,046 R liège = 1,087 m 2 K/W

77 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ Liège λ = 0,046 W/m K Béton λ = 1,6 W/m K béton 5cm Calculer la résistance th. de 5 cm de béton! La Résistance R R = e / λ (m 2 K/W) e étant épaisseur (en m) R liège = e / λ R liège = 0,05 / 0,046 R liège = 1,087 m 2 K/W

78 U = λ /e (W/m 2 K) Conduction Calcul échange de chaleur à travers une paroi Conductivité λ Liège λ = 0,046 W/m K Béton λ = 1,6 W/m K béton 5cm Calculer la résistance th. de 5 cm de béton! La Résistance R R = e / λ (m 2 K/W) e étant épaisseur (en m) R liège = e / λ R liège = 0,05 / 0,046 R liège = 1,087 m 2 K/W R béton = e / λ = R béton = 0,05 / 1,6 R béton = 0,031 m2 K/W

79 Paris Val de Seine 1 ère année/ matin après-midi AMBIANCES DECOUVERTE lundi 01.oct. lundi 08 oct. lundi 15 oct. lundi 22.oct. mardi 23 oct. lundi 29 oct. mardi30 oct. lundi 05 nov. mardi06 nov. lundi 12 nov. mardi13 nov. lundi 19 nov. mardi20 nov. Cours Cours Cours Cours + TD2 TD2 Cours + TD3 TD3 Cours + TD4 TD4 Cours + TD5 TD5 un exercice àfaire comme travail personnel TD6 / rendu TD6 / rendu TD1 -visite aux serres : en octobre, un TD de visite dans vos groupes de projet et avec vos enseignants de projet

80 22/23 octobre TD 2 d'aujourd'hui et de demain Ils portent sur les cours 1,2 et 3. vous travaillez en binôme. Ce seront plutôt des critiques des : - ambiance lumineuse (performance, confort et agrément) - ambiance thermique (effet de serre, compléments aux vitrages ) La présence de chacun est obligatoire. Si un étudiant n'est pas là - il aura la note 0 pour ce TD même si son binôme est là. L'organisation par binôme est pour vous faciliter de travailler et non pas pour vous faciliter de ne pas travailler.

81 22/23 octobre TD 2 d'aujourd'hui et de demain Tout les étudiants sans exception (tous les binômes, bien entendu) rendent les TD2 juste après la séance. EN PLUS, vous avez un délai de 5 jours (dimanche 28 dernier délai) pour charger le TD2 sur le site (toujours le même) SI VOUS SOUHAITEZ RENDRE UN TD2 MIEUX EXPLIQUE ET PRESENTE. C'est facultatif. Bien évidement, nous prendrons en compte le fichier chargé dans ce cas.

82

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2004 1 INTRODUCTION...2 2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENT...3 3 TRANSMISSION DE CHALEUR À TRAVERS UN VITRAGE...3 3.1 INTRODUCTION...3 3.2 TRANSMISION AU TRAVERS D'UN VITRAGE...4

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Bâtiments Collectifs Maisons Individuelles

Bâtiments Collectifs Maisons Individuelles MÉMO THERMIQUE SOMMAIRE 1. Environnements d application 2. Comment s y retrouver? 3. Qu est ce que R =(m²k/w)? 4. Qu est ce que U =(W/m²K)? 5. Qu est ce que RSE & RSI =(m²k/w)? 6. Qu est ce que Ψ =(W/mK)?

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les isolants pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex 15 Tél.

Plus en détail

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction Autrefois Architecture pratique mais sans confort (vie dans les champs) Longue connaissance/expérience de la nature, du soleil, des vents Guerre 14 1.400.000 morts en France Perte des techniques traditionnelles

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités)

Séminaire Relations et Soutenabilité (Vincent Rigassi, Jean-Marc Huygen, Heinrich Thielmann, Anne Chatelut, Andelkader Ben Saci + invités) M1CV2 > Confort thermique et lumineux Enseignants : Nicolas REMY et Jean-Baptiste VIALE Cours Cours 1 et 2 : Mardi 12 Octobre de 8h à 12h Cours 3 et 4 : Mardi 26 Ocotbre de 8h à 12h Cours 5 : Mardi 16

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

CONCEPTION THERMIQUE D'UN HABITAT :

CONCEPTION THERMIQUE D'UN HABITAT : CONCEPTION THERMIQUE D'UN HABITAT : RAPPELS, STRATÉGIES DPEA Terre I. La notion de confort thermique : un concept pour le moins mouvant 1. Nuisance thermique / Confort thermique / Ambiance thermique Le

Plus en détail

De la conception à la réalisation

De la conception à la réalisation De la conception à la réalisation d une maison BBC, à énergie positive Gaël LHENRY et Hélène SINGEZ 09 avril 2010 Un pôle de compétences au service des maîtres d ouvrage publics et privés CAeP, versdes

Plus en détail

THEME. Solaire passif en construction neuve

THEME. Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif en construction neuve THEME Solaire passif CATEGORIES constructions neuves O. Sidler La quantité d'énergie reçue sur Terre par le rayonnement solaire toutes les 45 minutes suffit à

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison DTT Avec Maisons CTVL www.maison-dtt.fr La réglementation

Plus en détail

Terre et Soleil : le Bioclimatisme

Terre et Soleil : le Bioclimatisme Maison Charmeau Cahier Bioclimatisme page 1 /7 Terre et Soleil : le Bioclimatisme La conception bioclimatique de l habitat : Concevoir des bâtiments adaptés au climat local, en utilisant, avec bon sens,

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS)

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Les économies d énergie dans le bâtiment sont aujourd hui une priorité : comme nous l avons vu, les secteurs résidentiel et tertiaire représentent 44% de la consommation

Plus en détail

Construction d une maison Passive écologique. Le Stanco 22300 LANNION. Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS

Construction d une maison Passive écologique. Le Stanco 22300 LANNION. Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS Construction d une maison Passive écologique Le Stanco 22300 LANNION Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS Architecte : Atelier Rubin / tonquedec Constructeur : Tycoat construction / Plestin les grèves

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

La consommation énergétique des bâtiments

La consommation énergétique des bâtiments La consommation énergétique des bâtiments Introduction Depuis la mise en place d une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle

Plus en détail

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments?

Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement. Les orientations de la RT2012. Une RT2012 pour quels bâtiments? Observatoire Régional pour l Habitat et le Logement Hôtel de la Région Rhône-Alpes Sylvain Charlot 27 avril 2012 Une RT2012 pour quels bâtiments? Les orientations de la RT2012 Les bâtiments visés Tous

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê 2 011,Ê I SBNÊ :Ê 9 78-2 - 212-12979 - 3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE APPLIQUEE AU BATIMENT

LA THERMOGRAPHIE APPLIQUEE AU BATIMENT LA THERMOGRAPHIE APPLIQUEE AU BATIMENT «Outil du thermicien» 20/01/11 Réunion à thème : Outil terrain de l audit : Thermographie Infiltrométrie 1 L Infrarouge Rayonnement électromagnétique et grandeurs

Plus en détail

Le Bbio RT 2012 pour le permis de construire

Le Bbio RT 2012 pour le permis de construire Le Bbio RT 2012 pour le permis de construire I LES 4 ÉTAPES POUR OBTENIR LA RT 2012 1 Connaître sa zone 2 Profiter au maximum de l énergie gratuite (Biomax) Un des points pris en compte est le BIOmax.

Plus en détail

Rénovation performante : les bases à connaître

Rénovation performante : les bases à connaître Rénovation performante : les bases à connaître Enjeux de la performance des bâtiments Approche globale En pratique Les incitations financières Choisir un professionnel Grand Paris Seine Ouest Energie 2,

Plus en détail

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION M07 CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION 18 Heures ISET MAHDIA Techniciens de bureau d études et installateurs. - Connaître le système de fonctionnement d une climatisation, - Connaître l ensemble

Plus en détail

Définition. Business Advisers. I-Care. La thermographie infrarouge

Définition. Business Advisers. I-Care. La thermographie infrarouge Cordial I-Care Business Advisers Company Presentation La thermographie infrarouge Tokyo Décembre 2012 August 2007 1 Définition La thermographie infrarouge est une technique sans contact, non destructive

Plus en détail

Conduction à travers un mur plan homogène

Conduction à travers un mur plan homogène Conduction à travers un mur plan homogène I- Exemple d application: Calculer le flux traversant une vitre de 1 m² de surface et de 3,5 mm d épaisseur. La température de la face interne de la vitre est

Plus en détail

SYNTHESE (NON EXHAUSTIVE DE LA D.I «BEPOS»)

SYNTHESE (NON EXHAUSTIVE DE LA D.I «BEPOS») SYNTHESE (NON EXHAUSTIVE DE LA D.I «BEPOS») ILOT 1 : REGLEMENTATION THERMIQUE La réglementation thermique 2005 vise à maîtriser les consommations d énergie et à limiter l émission de gaz à effet de serre.

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

CHOISIR UN MATÉRIAU DE CONSTRUCTION

CHOISIR UN MATÉRIAU DE CONSTRUCTION Conférence Mardi 22/05/2012 Cycle «Construire durable» Avec le soutien du programme européen LIFE+ CHOISIR UN MATÉRIAU DE CONSTRUCTION Marie Darul, consultante en éco-construction (association CD2E) Lors

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005 TELECHARGEMENT Comprendre la Réglementation Thermique 2005 SOMMAIRE DE LA RT 2000 A LA RT 2005...3 LES VALEURS DE REFERENCE ET GARDE-FOUS...3 VALIDATIOND UN PROJET...4 LEXIQUE...5 TEXTES DE REFERENCE...6

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a)

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a) Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Si l existence des atomes a été imaginée dès l Antiquité par les grecs Leucippe, Empédocle et Démocrite

Plus en détail

Habitat et confort Isolation

Habitat et confort Isolation Isolation Français p 1 Maquette isolation phonique et thermique Version : 9009 Habitat et confort 1 Présentation du concept 1.1 Introduction La maquette isolation phonique et thermique a été conçue par

Plus en détail

La Simulation Thermique Dynamique

La Simulation Thermique Dynamique Techniques & Logiciels La Simulation Thermique Dynamique Présentation de l étude Version 0 Création du document Date 26/02/14 Rédigé par Marion DUPRE et Thomas DELMAS Vérifié par Laurent PAYET Principe

Plus en détail

LE POLE EDUCATIF ROUSSEAU-MOLIERE

LE POLE EDUCATIF ROUSSEAU-MOLIERE 2 COLLOQUE EFFECACITE ENERGETIQUE SEINE AVAL 17 MAI 2011 LE POLE EDUCATIF ROUSSEAU-MOLIERE Maitrise d ouvrage: LES MUREAUX 78 - SEM 92 LE PROJET DE RENOUVELLEMENT URBAIN L ENVIRONNEMENT ET LES AMENAGEMENTS

Plus en détail

RT 2012 Pourquoi utiliser le bois?

RT 2012 Pourquoi utiliser le bois? RT 2012 Pourquoi utiliser le bois? RT 2012 : Pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois techniquement? La performance

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012

Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012 Fédération Française des Tuiles et Briques 17, rue Letellier 75015 PARIS A l'attention de Hervé Pétard Mise à jour du comparatif «brique + ITI» et «Béton + ITE» RT2012 Indice 04 Dossier : n 13E496 Chargé

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest Méthodologie de suivi et d analyse Myriam Humbert, CETE de l Ouest BÂTIMENTS EXEMPLAIRES BASSE CONSOMMATION : QUELLES PERFORMANCES RÉELLES? - PARIS, LE 29 NOVEMBRE 2013 Sommaire 2 Objectif de l analyse

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD généralités environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet Objectif Le travail pour ce dossier a pour objectif d être capable d évaluer les partis pris d un projet architectural

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE SE3B EXERCE POUR TOUTE MAÎTRISE D OUVRAGE DES MISSIONS D INGÉNIERIE DANS LES DOMAINES DU BTP, DE LA CONSTRUCTION ET DES ÉNERGIES CES MISSIONS VONT DE L ESQUISSE À L EXPLOITATION

Plus en détail

L'énergie dans le bâtiment

L'énergie dans le bâtiment L'énergie dans le bâtiment Lycée agricole Aurillac Mardi 3 avril 2012 Réhabilitation énergétique Contexte énergétique en Auvergne : Consommation d énergie finale par secteur Émissions de CO2 par secteur

Plus en détail

MC FRANCE PARTENAIRE DE GREEN OFFICE : UNE NOUVELLE GENERATION DE MENUISERIES 100 % ECO-PERFORMANTES

MC FRANCE PARTENAIRE DE GREEN OFFICE : UNE NOUVELLE GENERATION DE MENUISERIES 100 % ECO-PERFORMANTES Communiqué de Presse juin 2011 MC FRANCE PARTENAIRE DE GREEN OFFICE : UNE NOUVELLE GENERATION DE MENUISERIES 100 % ECO-PERFORMANTES Signé par Ion Enescu du Cabinet A115 pour Bouygues Immobilier, Green

Plus en détail

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Bertrand DENIS Défi nergie 66200 ELNE Diagnostic de Performance Energétique Audit & optimisation énergétique Etude d ensoleillement - Thermographie infrarouge

Plus en détail

Une piscine chauffée est trois fois "plus utilisée qu'une non chauffée!

Une piscine chauffée est trois fois plus utilisée qu'une non chauffée! Une piscine chauffée est trois fois plus utilisée qu'une non chauffée! INTRODUCTION > Une piscine à vivre dés les premiers beaux jours Quand les premiers rayons de soleil s'installent, l'envie de profiter

Plus en détail

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A La Maison Passive La Maison Passive, souvent appelée «maison sans chauffage», repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l utilisation de la chaleur passive du soleil, sur

Plus en détail

La réglementation énergétique

La réglementation énergétique énergétique Le ConteXte général LeS généralités DeS enjeux MAjeuRS un enjeu planétaire Lutter contre l effet de serre : les accords de Rio, de Kyoto et de Copenhague fixent des objectifs de limitation

Plus en détail

RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE

RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE RÉNOVATION PASSIVE ET BASSE ÉNERGIE Caroline KINTS & Marc OPDEBEECK 10-11 septembre 2011 1 Contenu de l exposé État des lieux Pourquoi rénover Confort thermique isolation, étanchéité Rénovation énergétique

Plus en détail

La maison basse consommation. Les Fondamentaux. N 4 Août 2009 Information Presse

La maison basse consommation. Les Fondamentaux. N 4 Août 2009 Information Presse La maison basse consommation Les Fondamentaux N 4 Août 2009 Information Presse La maison basse consommation La maison basse consommation Les Réglementations Thermiques pour le neuf et l'existant ainsi

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA

Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA Confort thermique d été dans les bâtiments en bois : FCBA intervient en région PACA Le confort d été des bâtiments en bois a fait l objet, fin 2011, de quatre journées en région PACA (Provence - Alpes

Plus en détail

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS PARTIE 1 : Le résidentiel dans les Bas Partie 3 Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr 1-6. La grande question

Plus en détail

GUIDE DES USAGERS. Plaine de Balzac à Saint-Brieuc. Terre et Baie Habitat. Tout savoir sur votre logement. Guide de l usager. Economies d énergie

GUIDE DES USAGERS. Plaine de Balzac à Saint-Brieuc. Terre et Baie Habitat. Tout savoir sur votre logement. Guide de l usager. Economies d énergie Terre et Baie Habitat Guide de l usager Nov. 2013 GUIDE DES USAGERS Tout savoir sur votre logement Plaine de Balzac à Saint-Brieuc Economies d énergie Des gestes simples pour profiter au mieux de votre

Plus en détail

Affichage volontaire des performances énergétiques des fenêtres et portes. Étiquette énergie menuiserie

Affichage volontaire des performances énergétiques des fenêtres et portes. Étiquette énergie menuiserie Affichage volontaire des performances énergétiques des fenêtres et portes Étiquette énergie menuiserie Pourquoi une étiquette énergétique? Comprendre l étiquette énergie Exemples d étiquettes Étiquette

Plus en détail

FICHE CHANTIER BIOFIB ISOLATION

FICHE CHANTIER BIOFIB ISOLATION PROJETS BIOFIB ISOLATION Mars 2016 FICHE CHANTIER BIOFIB ISOLATION CONSTRUCTION 100% CHANVRE / béton de chanvre Construction d une maison particulière en béton de chanvre. La marque française, Biofib Isolation,

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 APPLIQUABLE POUR LES PERMIS DE CONSTRUIRE DEPOSES A PARTIR DU 1 er JANVIER 2013. A compter du 1 er janvier 2013, seules les maisons répondant à la Réglementation Thermique

Plus en détail

Blower Door. Cette formation s'adresse aux gérants d entreprise, gestionnaires de chantiers et conducteurs de travaux actifs dans le bâtiment.

Blower Door. Cette formation s'adresse aux gérants d entreprise, gestionnaires de chantiers et conducteurs de travaux actifs dans le bâtiment. Blower Door Dans cette formation de 2 jours, les entrepreneurs apprendront à contrôler l étanchéité à l air durant les travaux afin d assurer un bon résultat final. Les explications théoriques approfondies

Plus en détail

!"#$$#$$% &'()*(&+%+,%'-./(0.,(1)%2+% 3.(01)0%&.00(4+0% UN MODULE DU «FONCTIONNEMENT DE LA MAISON ECOLOGIQUE !"#$%&'%"()$*'+,'$*)-$%

!#$$#$$% &'()*(&+%+,%'-./(0.,(1)%2+% 3.(01)0%&.00(4+0% UN MODULE DU «FONCTIONNEMENT DE LA MAISON ECOLOGIQUE !#$%&'%()$*'+,'$*)-$% &'()*(&+%+,%'-./(0.,(1)%2+% 3.(01)0%&.00(4+0% Module de formation Réseau Chênelet Construction UN MODULE DU «FONCTIONNEMENT DE LA MAISON ECOLOGIQUE F1: Protéger l'habitant durablement Q1: Résistance structurelle

Plus en détail

Construction de la Maison des arts et de la Vie Associative Epernay

Construction de la Maison des arts et de la Vie Associative Epernay Construction de la Maison des arts et de la Vie Associative Epernay Présentation de la conception et de la démarche environnementale Présentation du 21 Mai 2014 1 Présentation générale du projet L équipe

Plus en détail

Présentation du process. Une révolution dans la construction ossature bois

Présentation du process. Une révolution dans la construction ossature bois Présentation du process Une révolution dans la construction ossature bois L origine Objectifs La création du label BBC et l annonce de la RT2012 a déclenché la recherche d une solution appropriée. La manière

Plus en détail

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie Le mur, placé sur une façade exposée sud, accumule l énergie solaire sous forme thermique durant le jour

Plus en détail

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles.

Les vitrages zénithaux de faible inclinaison : couverture transparente de vérandas, fenêtres de toit aménagées dans des combles. 2-2.2. Expositions solaires 2-2.2.1. Pathologies à éviter Si les parois d enveloppe sont isolées thermiquement, les conséquences de l exposition solaire ne dépendent que des ouvertures et de leur protection

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

ANNEXE 5 GLOSSAIRE TERMINOLOGIE : LES ÉCHANGES DE CHALEUR CONDUCTION / CONVECTION / RAYONNEMENT

ANNEXE 5 GLOSSAIRE TERMINOLOGIE : LES ÉCHANGES DE CHALEUR CONDUCTION / CONVECTION / RAYONNEMENT ANNEXE 5 GLOSSAIRE TERMINOLOGIE : LES ÉCHANGES DE CHALEUR CONDUCTION / CONVECTION / RAYONNEMENT TERMINOLOGIE : ACOUSTIQUE BRUIT AÉRIEN / BRUIT ROSE / BRUIT D IMPACT / BRUIT ROUTIER / INDICE D AFFAIBLISSEMENT

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les isolants pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex 15 Tél.

Plus en détail

Architecture solaire

Architecture solaire Architecture solaire Le confort d'abord L'architecture solaire n'est pas seulement un moyen de faire les économies d'énergie ou de remplacer une source d'énergie par une autre, elle est surtout l'art de

Plus en détail

Performance thermique des enveloppes à ossature en bois

Performance thermique des enveloppes à ossature en bois Performance thermique des enveloppes à ossature en bois MANDRARA Zaratiana Institut technologique FCBA www.fcba.fr Marché de la construction Bois 5% 12% Bois empilé CLT Poteaux poutres Ossature bois Autres

Plus en détail

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE 1 OBJET L objet du présent document est l analyse et l optimisation de la thermique d'hiver d un projet de construction de maison individuelle à ossature

Plus en détail

transversal Structurer des séquences construisant des connaissances sur la matière, l énergie, l information au travers d une habitation

transversal Structurer des séquences construisant des connaissances sur la matière, l énergie, l information au travers d une habitation Enseignement technologique en STI2D Stratégies pédagogiques Enseignement technologique transversal Structurer des séquences construisant des connaissances sur la matière, l énergie, l information au travers

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Rapport réalisé par ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Réhabilitation et extension de la maison Bailleul à Toulouse ville, Maison Bailleul

Plus en détail

Atelier Evolution de la réglementation thermique

Atelier Evolution de la réglementation thermique 1 JEP 2012 Solutions architecturales et techniques pour les projet ts RT 2012 Hicham LAHMIDI, Représentant du GIP (Bureauu Veritas) 2 Cho oisir une forme compacte Un bâtiment compact est un bâtiment qui

Plus en détail

RÈGLEMENTATION THERMIQUE : RT2012/BBC :

RÈGLEMENTATION THERMIQUE : RT2012/BBC : JANVIER 2013 RÈGLEMENTATION THERMIQUE : RT2012/BBC : QU'EST-CE-QUE LA RÈGLEMENTATION THERMIQUE? La réglementation thermique française a pour but de fixer une limite maximale à la consommation énergétique

Plus en détail

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE 30/06/2011 CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE NOTICE EXPLICATIVE Page 1 I. QUE SIGNIFIE LA NORME BBC & RT 2020? A. Qu est-ce qu une Maison BBC? Pour obtenir le Label BCC, Effinergie a

Plus en détail

Avec ACTIS, optez pour la maison économe.

Avec ACTIS, optez pour la maison économe. Avec ACTIS, optez pour la maison économe. solutions ACTIS : ATTEINDRE LA CLASSE B DU DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DEVIENT POSSIBLE. Isolants minces multicouches réflecteurs Isolants en fibres

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION RT 2012 : Le cas du logement collectif Ulrich ROCHARD Ingénieur génie climatique / thermicien POUGETS Consultants, Paris Mardi 8 novembre 2011 La RT 2012 : le départ est donné

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Le thème de l habitat peut être pris dans un sens strict : celui du domicile, ou de façon plus générale des

Plus en détail

1 La conception bioclimatique

1 La conception bioclimatique Nos performances écologiques 1 La conception bioclimatique Une maison ioclimatique est intelligemment implantée bien orientées Objectif : utiliser passivement l énergie solaire pour bénéficier d apports

Plus en détail

Calculs Thermiques Réglementaires RT2005

Calculs Thermiques Réglementaires RT2005 Calculs Thermiques Réglementaires RT2005 Construction d une maison individuelle 44860 SAINT AIGNAN GRANDLIEU Maîtrise d ouvrage: M. BOURGEOIS et Mme BUPTO 18 avenue Jacques Auneau 44300 NANTES Téléphone

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

Optimisation du choix des éléments vitrés dans la construction

Optimisation du choix des éléments vitrés dans la construction Optimisation du choix des éléments vitrés dans la construction Flavio Foradini windays 2015 Bienne certifications Strategic && bilans bilans écologiques thinking et in et énergétiques sustainable de de

Plus en détail

Rencontres énergivie Colmar 4.3.05. Standard et pénétration du marché du bâtiment

Rencontres énergivie Colmar 4.3.05. Standard et pénétration du marché du bâtiment Rencontres énergivie Colmar 4.3.05 Standard et pénétration du marché du bâtiment Charly Cornu Ingénieur mécanicien EPFL SIA BatSynergie société coopérative CH 36 Bussy-Chardonney Minergie Stratégie Marché

Plus en détail

La Communauté de Communes montre l exemplel LA MAISON A ENERGIE POSITIVE

La Communauté de Communes montre l exemplel LA MAISON A ENERGIE POSITIVE La Communauté de Communes montre l exemplel LA MAISON A ENERGIE POSITIVE Objectif Encourager la construction de bâtiments «exemplaires» sur le Pays des Herbiers : - consommant très peu d énergie - utilisant

Plus en détail

D/V Super isolant TR SUPER NEUTRAL 06-03. www.glas-fandel.de

D/V Super isolant TR SUPER NEUTRAL 06-03. www.glas-fandel.de D/V Super isolant TR 06-03 ne exploitation gratuite Ude l énergie solaire Vitrage Super -K- Neutral Le vitrage Glas Fandel favorisant le gain d énergie, conforme à l environnement et aux constructions

Plus en détail

Etiquette énergétique des fenêtres. Pourquoi? Objectif

Etiquette énergétique des fenêtres. Pourquoi? Objectif Pourquoi? La directive européenne 2010 / 30 / EU du 19 mai 2010 étend l'affichage énergétique à tous les composants d'un bâtiment qui influent sur les consommations énergétiques. Au même titre que les

Plus en détail

un point sur la rt 2012

un point sur la rt 2012 un point sur la rt 2012 www.sepalumic.com LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À TRAVERS LE TEMPS La performance énergétique des bâtiments est une question essentielle qui n a cessé d évoluer depuis 1974! En effet,

Plus en détail

Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement.

Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement. Principe Le puits canadien est un procédé géothermique qui apporte une ventilation naturelle à votre logement. Il profite de la température quasi constante du sol pour réchauffer ou refroidir cet air de

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

Généralités et Exigences

Généralités et Exigences Généralités et Exigences Fédération Française du Bâtiment Basse-Normandie lenotref@bnormandie.ffbatiment.fr 02.31.27.70.53-06.48.77.95.04 Respect de tous les gardes fous RT2005 + 50 kwh EP /m 2.an + étanchéité

Plus en détail

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations Thème : COMPRENDRE Type de ressources : Activités Documentaires Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Plus en détail

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES

SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES SOMMAIRE CONSTRUCTIONS NEUVES Parcours A Vous vous lancez dans un projet de construction neuve 1. Faire le point avec les conseillers habitats 2. Choisir son terrain Cette deuxième étape présente les critères

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail