PHAGOCYTOSE PAR MICROSCOPIE

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PHAGOCYTOSE PAR MICROSCOPIE"

Transcription

1 PHAGOCYTOSE PAR MICROSCOPIE A FLUORESCENCE CHEZ DICTYOSTELIUM DISCOIDEUM - 1 -

2 1. Introduction Le but de ce projet est d étudier la phagocytose par microscopie fluorescente chez Dictyostelium discoideum. Ce dernier est considéré comme un organisme modèle car son comportement est proche de celui des organismes de défenses (macrophage etc ) mammifères. De plus, il est très facilement cultivable en laboratoire et peut donc être aisément employé dans les recherches. [1] Le Dictyostelium d. est une amibe sociale, c'est-à-dire qu elles sont capable de se regrouper et de survivre entre elles s il y a, par exemple, pénurie de nourriture. Le Dictyostelium d.vit sur le sol des forêts et ce nourrit par phagocytose. [2] Le processus de phagocytose est principalement utilisé par les cellules comme moyen de nutrition. Il consiste à ingérer des particules solides, contrairement à la pinocytose qui est l ingestion des liquides. Outre la fonction de nutrition, ce processus peut jouer le rôle de protection, ce que nous observons souvent avec les cellules telles que les macrophages, cellule dendritiques ou autres neutrophiles. [2] La phagocytose se déroule selon le schéma suivant. Tout d abord la cellule doit attirer et «fixer»à sa membrane la particule à ingérer. Pour se faire plusieurs protéines entre en jeux. Par la suite des pseudopodes se forment piégeant ainsi la particule et l internalisation de cette dernière à lieu. Il y a alors formation d un phagosome, particule entourée de la membrane de la cellule phagocytaire. Ce phagosome peut alors être digéré par les lysosomes de la cellule. Cela n est pas le cas dans le Dictyostelium d. la particule est simplement exocytée (en quelque sorte le processus inverse de la phagocytose). [3] Lors de ce TP la phagocytose sera observée par microscopie à fluorescence. Pour se faire deux souches de cellule sont utilisées. Une souche sauvage (wt) et une souche couplée à la protéine fluorescente qui marque l actine GreenFluorescenteProtein-ActinBindingDomain (GFP-ABD). Des levures sont alors mises en contact avec ces cellules et la phagocytose démarre. Elle sera stoppée et étudiée à trois temps différents (0, 30 et 90 minutes). Pour se faire deux technique de fixation sont utilisées : 1) la fixation chimique avec du PFA. 2). La congélation par méthanol. L inconvénient de la première méthode est qu une étape de perméabilisation est nécessaire, de plus la fixation est une fixation lente qui ne se fait pas sur le moment. Ces deux inconvénients ne sont pas présents dans la fixation au méthanol. Par contre cette méthode est difficile à effectuer, il faut pouvoir manipuler précisément et rapidement pour obtenir de bons résultats. Il faut par la suite blocker et laver les coverslips (petit disque en verre sur lesquelles se trouvent les cellules). Les cellules sont alors mises en présences d anticorps. Pour la souche wt il y a d abord un anticorps primaire, puis un secondaire contenant aussi le DAPI. Les anticorps permettront d observer la protéine VatA, qui est un domaine de la V- ATPase qui intervient sur la membrane du phagosome pour réguler l acidité durant la digestion, puis le DAPI permet de marqué l ADN et donc le noyau de la cellule. L observation de ce dernier permet de déterminer si la fixation c est effectuée correctement. La souche GFP-ABD étant déjà fluorescente, seul l ajout du DAPI est nécessaire. Finalement l analyse par microscopie fluorescente peut être effectuée. On observera de manière générale, la cellule en vert, les levures en rouge et le noyau en bleu. [2] - 2 -

3 2. Techniques La technique utilisée lors de ce TP pour observer la phagocytose chez Dictyostelium d. est la microscopie par fluorescence. Comme expliqué précédemment les cellules sont placées sur des coverslips dans un milieu nutritif liquide. A ce milieu sont ajoutées les levures qui seront phagocytées par les cellules cela pendant 15 minutes. Après 15 minutes deux coverslips sont retirés pour les mesures du temps 0. Ils sont déposé dans du PFA qui permet de fixer les cellules (de les tuer). Il s agit de la fixation chimique. Après 30 minutes dans le PFA les coverslips sont placé dans le PBS (un milieu liquide nettoyant). Il en sera de même pour les temps 30 et 90 minutes (ces valeurs correspondent au temps où les cellules sont laissées en contact des levures en y ajoutant les 15 minutes préalables). Cette fixation est lente et demande une étape de perméabilisation. Il y a alors une étape de blockage (PBS+FCS) et perméabilisation (Triton). La même procédure est à nouveau effectuée avec, cette fois-ci, une fixation au méthanol. Cette fixation est immédiate, car les cellules sont instantanément congelées une fois trempées dans le méthanol. Par contre la manipulation est délicate. De plus une fois congelée à -85 C, les cellules doivent être réchauffées à -35 C, pour permettre le remplacement de l eau par le méthanol. Il y a alors une étape de blockage (PBS+FCS). Par la suite, les cellules doivent être marquées pour être détectables à la microscopie par fluorescence. Pour se faire la souche wt est marquée par un anticorps primaire, des anticorps monoclonaux venant des souris et qui se lie à la protéine VatA. Après lavage au PBS les cellules sont en contact avec un anticorps secondaire (qui reconnait l anticorps primaire) qui est couplé à un fluorofore. Il s agit ici de l Alexa488 qui émet la couleur verte. La protéine V- ATPase (dont VatA est un sous-domaine) intervient pour la régulation de l acidité du phagosome. Il sera alors attendu de voir une couleur verte fortement présente sur la membrane du phagosome lors de la digestion. Elle est aussi présente sur la membrane de la vacuole contractile. Cette vacuole permet de réguler la pression osmotique. Pour la souche GFP-ABD, le marquage aux anticorps n est pas nécessaire, car l actine présente dans la cellule est déjà marquée au GFP une protéine qui émet aussi la couleur verte. En ce qui concerne les levures, celles-ci sont une souche mutante (cdc15) elles sont donc déjà marquées par un fluorofore qui émet une couleur rouge. De plus ces levures n auront pas une forme bien ronde, mais plutôt deux boules reliées. Pour terminer l ADN est aussi marqué, ce qui permettra d observer le noyau. Il sera marqué par le DAPI qui émet une couleur bleue. Dans la souche wt le DAPI est déjà contenu dans l anticorps secondaire et pour la souche GFP-ABD il y est ajouté. L observation du noyau permettra de vérifié si la fixation à bien fonctionné. Si les noyaux se retrouvent en forme d hexagone, c est que la fixation n a pas été optimale. On devrait observer des noyaux bien ronds et plus clairs aux extrémités. Les coverslips sont alors déposé sur des plaquettes de verres qui permettront l observation au microscope. [2] - 3 -

4 3. Résultats 3.1 Temps : 0 minute Image 1 : Souche Ax2 avec fixation au PFA C est une des seules mesures où la fixation à relativement bien fonctionné. On le voit à la forme des noyaux. Ils sont bien ronds et plus marqués au centre avec les bords clairs. Flèche bleue : Elle représente l ADN (donc le noyau) qui est marqué par le DAPI. Flèches vertes : Représentent les membranes de la cellule qui contiennent la protéine VatA. 1 et 2 sont des membranes entourant les levures, ces dernières sont déjà pahgocytées (membrane du phagosome). 3 Représente la vacuole contractile, certainement en train d expulser l eau. Flèches rouges : Cela correspond aux levures qui ont été phagocytées. 1 et 2 sont la même levure, car nous travaillons ici avec une souche mutée (cdc15). 3 est une autre cellule phagocytée. Image 2 : Vacuole d une cellule de souche Ax2 fixée au PFA à 0 minute Il s agit ici de la vacuole contractile d une cellule. Elle peut être observée car la V-ATPase est une protéine présente sur les membranes de dégradation (ce qui est le cas ici). VatA est marqué et est un sous domaine de la VATPase. -4-

5 Image 3 : Souche GFP-ABD avec fixation au MeOH La qualité de cette image ne nous permet pas d analyser grand-chose. On remarque simplement que plusieurs cellules sont déjà phagocytées. Image 4 : Souche GFP-ABD avec fixation au PFA Flèche verte : Elle représente les lamelipodes formés par les filaments d actines. Il faut beaucoup de filaments d où la couleur plus foncée. La cellule est en train de phagocyter la levure. Flèches rouges : 1 levure déjà phagocytée par une cellule. 2 et 3 correspondent à la même cellule en train d être internée. -5-

6 3.2 Temps : 30 minutes Image 5 : Souche Ax2 avec fixation au MeOH Beaucoup de levures sont déjà internées. Un zoom à été effectué sur une cellule (flèche jaune). Voir la photo suivante. Image 6 : Souche Ax2 avec fixation au MeOH Zoom sur une cellule Flèche bleue : représente le noyau de la cellule (ADN marqué au DAPI) Flèches rouges : elles correspondent à la cellule qui est internée et qui est digérée par la cellule. Flèche verte : correspond à la membrane du phagosome, plus foncé car la V-ATPase est recrutée (pour la dégradation) donc beaucoup de protéine VatA présente. -6-

7 Image 7 : Souche Ax2 avec fixation au PFA Flèche rouge : elle représente une cellule qui est certainement en train d être endocytée. On peut penser cela car il n y à pas de vert autour, correspondant à VatA, elle n a pas encore été recrutée pour la dégradation. Flèche jaune : montre la vacuole contractile d une cellule qui est cassée. Cela arrive souvent si les fixations ne sont optimales. Image 8 : Souche GFP-ABD avec fixation au MeOH Cette image est l une des rares où beaucoup de cellules sont encore présentes. Un zoom est effectué sur l une d elle (flèche jaune). Image 9 : Souche GFP-ABD avec fixation au MeOH Zoom sur une cellule On voit bien sur l image des noyaux que ceux-ci sont en forme d hexagone. Caractéristique d une fixation quoi n as pas bien fonctionné. Flèche verte : représente les filaments d actine fortement renforcé, car il s agit de lamelipodes permettant la phagocytose de la cellule (flèche rouge 1) Flèche rouge 2 : il s agit d une cellule déjà phagocytée. Il n y à pas de vert fortement présent autour car les filaments d actine ne sont pas renforcé dans la membrane du phagosome. On verrait fortement la membrane si VatA était marqué (comme dans la souche Ax2)

8 3.3 Temps : 90 minutes Image 10 : Souche Ax2 avec fixation au MeOH Flèche jaune : représente la vacuole contractile en train d extraire de l eau (régulation de la pression osmotique) dans une cellule ne contenant pas de levure. Flèche rouge : levure en train d être certainement exocytée. Car il y à une forte présence de VatA (flèche verte) autour. VatA est utilisée pour la dégradation des levures, elle est donc présente au moment de l exocytose. Image 11 : Souche Ax2 avec fixation au PFA Flèche rouge : levure qui est en train d être exocytée. Flèche verte : forte présence de VatA -8-

9 Image 12 : Souche GFP-ABD avec fixation au MeOH Flèches jaunes : représentent deux cellules en train de phagocyter ou exocyter une levure. L actine (flèches vertes) étant fortement présente lors de ces 2 processus, on ne peut déterminer duquel il s agit. Cela dit par rapport au temps il serait plutôt attendu une exocytose. 4. Discussion et Conclusion L expérience n as pas été optimale. En effet, pour certaines mesures (Ax2 au MeOH à 0 min ; GFP au PFA à 30 min ; GFP au PFA à 90 min) nous n avons aucune image. Je pense que cela est principalement dû à une mauvaise manipulation des coverslips. Ces derniers doivent être placés avec le côté où se trouvent les cellules du côté de la plaque. Etant donné que l expérience est composée des beaucoup d étapes de lavage, de fixation etc je pense que les coverslips n ont pas été manipulés durant tout le long de la bonne manière. De plus, nous remarquons que les fixations effectuées n ont pas été réellement réussies. Cela est étudié, comme expliqué précédemment, par la forme des noyaux. Les mauvaises fixations induisent aussi le fait que les cellules soient totalement cassées. Ce qui est très souvent le cas dans notre expérience. Il est alors difficile de conclure qu elle méthode de fixation était la plus optimale lors de cette expérience. Il y a peut-être plus d efficacité pour la fixation au PFA, car plus facile à effectuer et c est sur cette fixation (Image 1) que nous observons les seuls noyaux avec la forme attendue. Normalement dans le cas idéal et théorique, nous devrions observer au temps 0 minute uniquement des levures qui seraient en train de se faire phagocyter. A 30 minutes, seulement des levures entièrement internées dans la cellule, période de digestion. Il s agit du phagosome. Finalement à 90 minutes, nous devrions voir toutes les levures en train d être exocytées. Ce n est pas le cas dans notre expérience. Il y à phagocytose quasiment à tous les temps, peut-être même à 90 minutes, puisque les levures ne sont pas dégradées dans le Dictyostelium d. après avoir été exocytées elles peuvent être à nouveau internées. De plus à 0 minute on observe, des levures déjà entièrement internées dans la cellule. Cela est certainement du au fait que les cellules sont déjà en contact avec les levures depuis 15 minutes. Il n y a donc pas une synchronisation exacte entre les cellules est c est pourquoi nous observons plusieurs stades de la phagocytose dans un même temps. On remarque encore que suivant le marquage utilisé on ne peut pas distinguer l endocytose de l exocytose. En effet en utilisant le marquage GFP-ABD, qui marque l actine, on ne voit pas la différence entre ces deux étapes. L actine étant effectivement fortement présente lors de ces deux moments. Par contre avec le marquage de VatA il est possible de les distinguer, étant donné que la protéine V-ATPase n est pas encore recrutée au moment de l endocytose. Mais elle sera encore présente pour l exocytose. -9-

10 5. Sources bibliographiques [1] UNIGE SCIENCES, Page du Docteur Thierry Soldati [en ligne]. Mise à jour le 03 juin (consulté le 03 mai 2010). [2] SOLDATI Thierry, Travaux pratiques de biochimie : Biochimistes 2 ème année, Fluorescence microscopy of Phagocytosis in Dictyostelium discoideum, 2010, pp.48 [3] WIKIPEDIA, Bienvenue sur Wikipédia le projet d encyclopédie libre que vous pouvez améliorer [en ligne]. (consulté le 03 mai 2010) "J'atteste que dans ce texte toute affirmation qui n'est pas le fruit de ma réflexion personnelle est attribuée à sa source et que tout passage recopié d'une autre source est en outre placé entre guillemets" Coralie Fournier

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Leçon N 5 PICASA Généralités

Leçon N 5 PICASA Généralités Leçon N 5 PICASA Généralités Avec cette leçon N 5, nous allons commencer l étude du traitement de vos photos avec le logiciel de GOOGLE, PICASA, que vous avez téléchargé dans la leçon N 3. 1 Présentation

Plus en détail

Plus petit, plus grand, ranger et comparer

Plus petit, plus grand, ranger et comparer Unité 11 Plus petit, plus grand, ranger et comparer Combien y a-t-il de boules sur la tige A? Sur la tige B? A B Le nombre de boules sur la tige A est plus grand que sur la tige B. On écrit : > 2 On lit

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Sciences de la vie et de la Terre Thème 2 B Enjeux planétaires contemporains - La plante domestiquée Table des matières 1 : La plante cultivée : le Maïs...Erreur! Signet non défini. 2 : Les variétés de

Plus en détail

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Université Paris Descartes L3 - Licence Professionnelle «Industries chimiques et Pharmaceutiques Option Biotechnologie» Microscopie Confocale Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Bruno

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

ATELIER IMAGEJ. Différentes applications vous sont proposées pour apprendre à utiliser quelques fonctions d ImageJ :

ATELIER IMAGEJ. Différentes applications vous sont proposées pour apprendre à utiliser quelques fonctions d ImageJ : Différentes applications vous sont proposées pour apprendre à utiliser quelques fonctions d ImageJ : 1. ANALYSE QUANTITATIVE D UN GEL D ELECTROPHORESE... 2 2. NUMERATION DE COLONIES BACTERIENNES SUR UNE

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE Épreuve commune aux ENS de Cachan, Lyon, Paris et de l ENPC Durée

Plus en détail

LES TOUT PREMIERS PAS

LES TOUT PREMIERS PAS DESMODO, un logiciel de gestion d idées http://www.desmodo.net/ LES TOUT PREMIERS PAS Desmodo est un logiciel (libre) qui permet, entre autre, de visualiser et de synthétiser, de manière organisée, sous

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve 0. Instruments s et Microscopes GENERAL CATALOGUE 00/ Cuve à usage unique pour spectrophotomètre Cuve jetable, moulée en et en pour UV. Avec parois traitées Kartell ment pour une transparence optimale

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

FÊTE DE LA SCIENCE 2005 (Village des Sciences)

FÊTE DE LA SCIENCE 2005 (Village des Sciences) FÊTE DE LA SCIENCE 2005 (Village des Sciences) Présentation des applications de réalité virtuelle et augmentée présentées par le Laboratoire LISA les samedi 15 et dimanche 16 octobre 2005 à l Ecole Supérieure

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

IMAGINEZ UNE NOUVELLE FACON DE PEINDRE!

IMAGINEZ UNE NOUVELLE FACON DE PEINDRE! #THISISABSTRACT Elle a développé des tubes de peinture pour de Staël, et créé le pastel à l huile pour Picasso, Sennelier est une référence pour les artistes depuis 1887, date à laquelle Gustave Sennelier

Plus en détail

Collection de photos échantillons

Collection de photos échantillons Collection de photos échantillons SB-800/600 Entrez dans le monde passionnant du Système d Eclairage Créatif de Nikon avec le SB-800/600. Les numéros de page se rapportent aux explications dans le manuel

Plus en détail

TITRE : On est tous séropositif!

TITRE : On est tous séropositif! PRÉPARER UNE «SITUATION COMPLEXE DISCIPLINAIRE», SITUATION D APPRENTISSAGE ET/OU D ÉVALUATION TITRE : On est tous séropositif! classe : 3 ème durée : 30 min I - Choisir des objectifs dans les textes officiels.

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Créer un album photo

Créer un album photo Créer un album photo Pourquoi créer un album photo? Un album photo, contrairement à vos dossiers photo, n a pas d existence propre sur votre disque dur, ce n est qu une liste de référence pointant vers

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire Table des matières I -Liste des laboratoires de culture cellulaire de l IBCP :... 2 II -Conditions requises pour l

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE

GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible:

Plus en détail

Assistant d e tablissement de Tableaux

Assistant d e tablissement de Tableaux Assistant d e tablissement de Tableaux Cet outil est autonome et doit être installé sur votre ordinateur sous Windows. Cet outil n est pas parfait, il peut proposer des solutions non correctes, le tableau

Plus en détail

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire Séquence 10 Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée Chapitre

Plus en détail

VMWare Infrastructure 3

VMWare Infrastructure 3 Ingénieurs 2000 Filière Informatique et réseaux Université de Marne-la-Vallée VMWare Infrastructure 3 Exposé système et nouvelles technologies réseau. Christophe KELLER Sommaire Sommaire... 2 Introduction...

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE 4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE L écologie microbienne (ou étude des micro-organismes de l environnement) étudie : les relations entre les différentes populations de micro-organismes

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

LA VIRTUALISATION. Etude de la virtualisation, ses concepts et ses apports dans les infrastructures informatiques. 18/01/2010.

LA VIRTUALISATION. Etude de la virtualisation, ses concepts et ses apports dans les infrastructures informatiques. 18/01/2010. Guillaume ANSEL M2 ISIDIS 2009-2010 / ULCO Dossier d étude sur la virtualisation LA VIRTUALISATION 18/01/2010 Etude de la virtualisation, ses concepts et ses apports dans les infrastructures informatiques.

Plus en détail

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances Chapitre 18 Les probabilités OBJECTIFS DU CHAPITRE Calculer la probabilité d événements Tester ses connaissances 1. Expériences aléatoires Voici trois expériences : - Expérience (1) : on lance une pièce

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

Initiation au logiciel imovie HD

Initiation au logiciel imovie HD Sébastien Stasse Initiation au logiciel imovie HD Monter Optimiser Filmer Partager Nom: Classe: Guide d apprentissage et notions de base Produit par l École Alex Manoogian Initiation au logiciel imovie

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

Sommaire. Images Actives Logiciel libre développé par le CRDP de l académie de Versailles 2 Rue Pierre Bourdan Marly le Roi - 78160

Sommaire. Images Actives Logiciel libre développé par le CRDP de l académie de Versailles 2 Rue Pierre Bourdan Marly le Roi - 78160 Sommaire Choisir son image... 2 Enregistrer son travail... 3 Créer les détails... 4 Supprimer une zone ou un détail... 6 Les commentaires... 6 Créer un lien hypertexte... 8 Appliquer un modèle... 8 Personnaliser

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS!

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS! 2008 50 ANS D INNOVATIONS! WC SALLE DE BAINS CUISINE BUANDERIE CHAUDIÈRE CLIMATISEUR SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX pour créer des sanitaires partout dans la maison SFA c est facile pour

Plus en détail

1 Organiser et gérer. son poste de travail

1 Organiser et gérer. son poste de travail 1 Organiser et gérer son poste de travail r é f é r e n t i e l Modes de contamination (contamination initiale) Hygiène du personnel Prévention des risques professionnels Situation Dès son arrivée dans

Plus en détail

Justine Ludi. HEAD Genève

Justine Ludi. HEAD Genève Justine Ludi HEAD Genève Laura Wohlgehaben HEAD Genève Karine Laurence EAVM Montréal Projet Évolution chronologique du projet. Nos projets étaient quasi identiques lors de la formation des groupes. Dans

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

Pour ou contre le gluten? Qu est-ce que le gluten?

Pour ou contre le gluten? Qu est-ce que le gluten? Pour ou contre le gluten? C est un peu la grande mode du moment : «ouaih moi, une semaine avant la course, je supprime tous les aliments contenant du gluten parce que c est mauvais» hum hum. Savez-vous

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS Généralités Aperçu Introduction Précision Instruction de montage Lubrification Conception page............................. 4............................. 5............................. 6.............................

Plus en détail

PROGRESSION TIC AU PRIMAIRE. Document de référence. Commission scolaire des Découvreurs

PROGRESSION TIC AU PRIMAIRE. Document de référence. Commission scolaire des Découvreurs PROGRESSION TIC AU PRIMAIRE Document de référence Commission scolaire des Découvreurs Les tableaux que vous trouverez aux pages suivantes présentent les quatre niveaux des Carnets TIC et leur progression

Plus en détail

GESTION DU LOGO. 1. Comment gérer votre logo? 2. 2.1. Format de l image 7 2.2. Dimensions de l image 8 2.3. Taille de l image 9

GESTION DU LOGO. 1. Comment gérer votre logo? 2. 2.1. Format de l image 7 2.2. Dimensions de l image 8 2.3. Taille de l image 9 GESTION DU LOGO 1. Comment gérer votre logo? 2 1.1. Insérer un logo 3 1.1.1. Insérer un logo dans le bandeau 3 1.1.2. Insérer un logo dans les éditions 4 1.2. Supprimer un logo 6 1.2.1. Supprimer un logo

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Notice de fonctionnement DVR H264. + Méthode de Visionnage ESEENET

Notice de fonctionnement DVR H264. + Méthode de Visionnage ESEENET Notice de fonctionnement DVR H264 + Méthode de Visionnage ESEENET 1 Le point de départ de chacune des différentes configurations traitées ci-dessous sera l écran de visualisation des 4 ou 8 caméras. A

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er avril 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise

Plus en détail

GUIDE DE L ENSEIGNANT

GUIDE DE L ENSEIGNANT Au ménage! GUIDE DE L ENSEIGNANT 2010-2011 -1- Description de la situation d apprentissage Préparation Activité 1 À leur entrée en classe, les élèves découvrent quatre bouteilles sur le bureau de l enseignante

Plus en détail

Comptage de Cellules avec une Hémacytomètre Utilisation élémentaire de lê hémacytomètre Introduction Malgré les développements technologiques qui ont eu lieu dans les laboratoires scientifiques durant

Plus en détail

Atelier Travailler vos photos Mars 2015

Atelier Travailler vos photos Mars 2015 Accéder aux photos enregistrées sur votre ordinateur. Cliquer sur le bouton démarrer puis cliquer sur Images dans la colonne de droite. Vous êtes dans le dossier Images. Cliquer ici pour modifier l apparence

Plus en détail

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires Titre de l atelier : Les vers de terre Domaines d activité Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants Lecture de textes documentaires Motsclés Vers de terre Vie du sol Compétences

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 6 : Les compétences sociales et civiques. Contribution attendue : Utiliser un produit chimique

Plus en détail

Découverte et prise en main de SWEET HOME 3D

Découverte et prise en main de SWEET HOME 3D Découverte et prise en main de SWEET HOME 3D Auteur du tutoriel : ALLARDIN Jérémie - Prof. Génie Mécanique. Site : http://www.technologie-tutoriel.fr/ Dans la première partie du TP, vous créerez les murs

Plus en détail

Bacs de lavage et équipements de buanderie

Bacs de lavage et équipements de buanderie Fonctionnels et robustes dans toutes les situations Bacs de lavage et équipements de buanderie Bacs de lavage 2 3 Fonctionnels, robustes et extensibles Vous cherchez des équipements appropriés pour votre

Plus en détail

BALAIS Moteur (charbons)

BALAIS Moteur (charbons) BALAIS Moteur (charbons) 1/ Rôle a) Pour les machines électriques comportant des bagues (alternateur moteur asynchrone) : moteur universel Les balais doivent maintenir un contact constant avec la bague

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2014 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

SCL LOGICIEL DE CONTROL

SCL LOGICIEL DE CONTROL SCL LOGICIEL DE CONTROL Version 1.3 MRC AUDIO LD- 500 www.mrcaudio.com 1 Contenu 1 - Bienvenu a MRC AUDIO SCL v1.3 2 - Installation du logiciel 3 - Configuration du programme SCL 4 - Contrôle des installations

Plus en détail

TUTORIEL PAINTPOT. Louise Henninot - Anne- Cécile Patou - Julie Roquefort

TUTORIEL PAINTPOT. Louise Henninot - Anne- Cécile Patou - Julie Roquefort TUTORIEL PAINTPOT Le joueur customise au gré de ses envies images et photos! Faire des points et des courbes aux couleurs de l arc en ciel, voilà une application ludique pour laisser cour à sa créativité!

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

Manuel d'utilisation du détecteur de fumée

Manuel d'utilisation du détecteur de fumée Manuel d'utilisation du détecteur de fumée Détecteur de fumée photoélectrique alimenté par pile alcaline 9V. Introduction Merci d'avoir choisi notre produit pour vos besoin en détection de fumée. Vous

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

Indications pour une progression au CM1 et au CM2

Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Objectif 1 Construire et utiliser de nouveaux nombres, plus précis que les entiers naturels pour mesurer les grandeurs continues. Introduction : Découvrir

Plus en détail

INITIATION A L INFORMATIQUE. MODULE : Initiation à l'environnement Windows XP. Table des matières :

INITIATION A L INFORMATIQUE. MODULE : Initiation à l'environnement Windows XP. Table des matières : INITIATION A L INFORMATIQUE MODULE : Initiation à l'environnement Windows XP Table des matières : INTRODUCTION Les outils de l Interface Graphique : CONFIGURER VOTRE POSTE DE TRAVAIL Paramétrer la barre

Plus en détail

Seniors/Niveau 2. Connaissances préalables requises. Pour accéder au niveau 2, il faut être capable de:

Seniors/Niveau 2. Connaissances préalables requises. Pour accéder au niveau 2, il faut être capable de: Seniors/Niveau 2 Connaissances préalables requises Pour accéder au niveau 2, il faut être capable de: Manipuler un clavier et une souris. Windows: o Lancer et arrêter un programme correctement. o Ouvrir

Plus en détail

CONSTRUCTION D'UN LABO PORTABLE

CONSTRUCTION D'UN LABO PORTABLE CONSTRUCTION D'UN LABO PORTABLE pour le traitement des PLAQUES AU COLLODION HUMIDE René Smets Août 2013 UN LABORATOIRE PORTABLE POUR LE TRAITEMENT DES PLAQUES AU COLLODION HUMIDE. Il y a quelques années,

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Gestion de photos avec Picasa

Gestion de photos avec Picasa Gestion de photos avec Picasa Gestion des photos 1. Importation : Une fois l appareil, carte mémoire ou clé USB branchée, il est possible d importer les photos en cliquant sur l onglet ``importer`` en

Plus en détail

Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP)

Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP) Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP) 1. Synthèse + plan Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince

Plus en détail

Cours 1 : Qu est-ce que la programmation?

Cours 1 : Qu est-ce que la programmation? 1/65 Introduction à la programmation Cours 1 : Qu est-ce que la programmation? Yann Régis-Gianas yrg@pps.univ-paris-diderot.fr Université Paris Diderot Paris 7 2/65 1. Sortez un appareil qui peut se rendre

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

NOTIONS DE PROBABILITÉS

NOTIONS DE PROBABILITÉS NOTIONS DE PROBABILITÉS Sommaire 1. Expérience aléatoire... 1 2. Espace échantillonnal... 2 3. Événement... 2 4. Calcul des probabilités... 3 4.1. Ensemble fondamental... 3 4.2. Calcul de la probabilité...

Plus en détail