décembre 2013 Campagne de contrôle du vitrage isolant préfabriqué scellé Rapport final

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "décembre 2013 Campagne de contrôle du vitrage isolant préfabriqué scellé - 2013 Rapport final"

Transcription

1 décembre 2013 Campagne de contrôle du vitrage isolant préfabriqué scellé Rapport final

2 Table des matières Table des matières... 2 Résumé But de la campagne Détermination du produit contrôlé Base légale Normalisation Méthodologie Le contrôle administratif Contrôle du choix de la méthode pour l évaluation du coefficient thermique (valeur Ug g pour «glass/vitrage») et des résultats déclarés Résultats Le contrôle administratif La description du produit Le nom et l adresse du fabricant Le certificat de conformité Les avertissements et les instructions de sécurité L utilisation des langues Le marquage CE Le contrôle de la méthode d évaluation du coefficient thermique (valeur Ug - g pour «glass/vitrage») Implémentation du règlement européen 305/ Le marquage CE La déclaration des performances Conclusion Annexe

3 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Résumé Le SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie a mené en 2013 une campagne de contrôle sur le vitrage isolant. Il s agit d un produit de construction intermédiaire entre la feuille de verre et la fenêtre. Le but de la campagne était de vérifier dans quelle mesure ce produit satisfait aux exigences de l arrêté royal du 19 août 1998 concernant les produits de construction (MB ), transposition de la directive européenne 89/106/CEE du Conseil du 21 décembre 1988 relative au rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des Etats membres concernant les produits de construction, modifiée par la directive 93/68/CEE du 22 juillet Cette campagne a aussi été l occasion de rencontrer les fabricants belges de vitrage isolant préfabriqué et scellé concernant l implémentation du nouveau Règlement européen 305/2011 pour la commercialisation des produits de construction. Pour rappel, ce Règlement, est entré totalement en vigueur au 1 er juillet Pour chaque fabricant, nous avons ciblé deux double vitrages isolants et un triple vitrage isolant dans la vaste gamme de produits proposées. Les produits particuliers ou les formes faites sur mesure n'ont pas été contrôlés. Cette campagne comprenait deux volets : 1. La réalisation d un contrôle administratif sur la base de checklists pour vérifier plus précisément le marquage CE, la présence du certificat de conformité et la présence éventuelle d instructions et d informations de sécurité et savoir si ces documents sont rédigés dans la/les bonne(s) langue(s) ; 2. Le contrôle du choix de la méthode pour évaluer le coefficient thermique (valeur Ug «g pour glass/vitrage») suivant la norme harmonisée EN : Verre isolant préfabriqué scellé partie 5 : Evaluation de la conformité, et recalcul de la performance déclarée. Les contrôles ont été effectués chez les fabricants belges qui ont été identifiés sur la base de leur code d activité NACE (Fabricant de verre et de produits en verre). Du 15 juin 2013 au 1 er juillet 2013, le contrôle a été réalisé chez 7 fabricants et sur 21 vitrages isolants préfabriqués et scellés. Aucun importateur n a été contrôlé. Selon les douanes, il n y a pas eu d importation de ce type de produit en provenance d un pays tiers (non membre de l Union européenne) pendant la période concernée. Le contrôle administratif a donné de bons résultats. Seul un fabricant a présenté une nonconformité formelle. Pendant cette campagne de contrôle, une plainte concernant un marquage CE non conforme dans l intercalaire d un vitrage d origine lettonne a aussi été introduite auprès du SPF Economie. 3

4 Concernant le choix de la méthode pour évaluer la valeur Ug (coefficient thermique pour le vitrage), tous les fabricants contrôlés utilisent la norme de calcul EN 673 : Verre dans la construction - Détermination du coefficient de transmission thermique, U - Méthode de calcul et tiennent à disposition de l autorité de contrôle les dossiers techniques nécessaires à cette évaluation. La mise en œuvre du Règlement européen 305/2011 a également été abordée. Les changements concernent principalement les modalités pour la communication des prestations à déclarer. 1. But de la campagne Le but de la campagne était de vérifier dans quelle mesure le vitrage isolant préfabriqué et scellé satisfait aux exigences de la législation. Il s agit d un produit intermédiaire. De la qualité du vitrage isolant préfabriqué et scellé dépend celle de nos fenêtres et in fine de nos habitations. Cette campagne comprenait deux volets : 1. La réalisation d un contrôle administratif sur la base de checklists ; 2. Le contrôle du choix de la méthode d évaluation du coefficient thermique (valeur Ug «g pour glass/vitrage»). 2. Détermination du produit contrôlé Par vitrage isolant préfabriqué et scellé, on entend tout assemblage constitué de deux feuilles de verre au minimum, séparées par un ou plusieurs intercalaires, scellé de manière étanche le long de la périphérie, mécaniquement stable et durable. Les doubles et triples vitrages isolants sont donc concernés. 4

5 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Le schéma ci-dessous illustre les différents assemblages possibles pour les vitrages isolants (double vitrage, double vitrage avec verre feuilleté et triple vitrage). 5

6 Les vitrages isolants peuvent être composés de verres clair (aussi appelés float), de verres à couche, de verres traités thermiquement (notamment les verres trempés), de verres feuilletés, de verres imprimés. Tout en gardant sa transparence, le verre peut devenir un matériau fonctionnel : isolant thermique, filtre solaire, antiréfléchissant, autonettoyant, antibuée,... Pour obtenir ces caractéristiques, les verriers empilent sur la surface du vitrage de fines couches de matériaux, notamment pour fabriquer des vitrages à «basse émissivité» qui limitent la déperdition de chaleur vers l'extérieur. Les vitrages les plus récents combinent l'isolation thermique et le contrôle solaire. La tendance est de réaliser les deux fonctions en un seul empilement de couches. Dans un vitrage isolant, un intercalaire est positionné au périmètre entre les verres pour assurer une épaisseur constante. Les verres et l intercalaire sont maintenus ensemble grâce au joint de scellement. Un intercalaire est fabriqué soit en aluminium soit en acier inoxydable ou en utilisant différents types de plastique ou matériau composite. Ces derniers sont appelés «warm edge». Les intercalaires couramment disponibles sont remplis d'un déshydratant afin d'absorber toute l'humidité résiduelle à l'intérieur du vitrage isolant et réduire ainsi les risques de formation de condensation. L épaisseur de l intercalaire est variable selon les besoins. Dans l intercalaire, un déshydratant est injecté. Pour les produits courants, la lame de gaz est constituée d air ou d argon. Les usages prévus des vitrages isolants sont principalement les installations dans des fenêtres, portes, murs rideaux, toitures et cloisons offrant une protection des bords contre les rayonnements ultraviolets directs. Les vitrages peuvent présenter différentes formes (rectangulaires, trapézoïdales, triangulaires, circulaires, ). Certains peuvent aussi être agrémentés de croisillons entre les vitrages. Lors du contrôle, les vitrages particuliers n ont pas été pris en considération. 3. Base légale La base légale pour le contrôle du vitrage isolant est l arrêté royal du 19 août 1998 concernant les produits de construction 1 et la directive 89/106/CEE du Conseil du 21 décembre 1988 relative au rapprochement des dispositions législatives, réglementaires et administratives des Etats membres concernant les produits de construction, modifiée par la directive 93/68/CEE du 22 juillet Cette directive a été abrogée le 1 er juillet 2013 par le Règlement (UE) 305/2011 du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2011 établissant les conditions harmonisées pour la commercialisation des produits de construction. 1 Moniteur belge,

7 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Dans le cadre de la directive européenne 89/106 et le règlement européen 305/2011, un fabricant est tenu d apposer le marquage CE lorsqu il existe une norme harmonisée pour son produit. Pour le double et le triple vitrage isolant, la norme EN est une norme produit harmonisée (EN : Verre isolant préfabriqué scellé partie 5 : Evaluation de la conformité 2 - fin de la période de co-existence ). 4. Normalisation La norme harmonisée EN spécifie des exigences relatives à l'évaluation de la conformité et au contrôle de la production en usine des vitrages isolants utilisés dans la construction. A chaque caractéristique essentielle correspond une spécification technique européenne. Si les fabricants souhaitent déclarer des performances particulières pour leurs vitrages (par exemple la résistance aux balles), il convient de se conformer à la norme harmonisée correspondante, dans ce cas, la norme EN Cette norme s'applique aux produits possédant les caractéristiques évidentes du verre, mais inclut également des produits tels que les produits à feuilles intercalaires en plastique et les produits mixtes. Les caractéristiques particulières n ont pas fait l objet de notre contrôle. Seul le coefficient thermique a fait l objet de notre contrôle. Les vitrages contrôlés relèvent tous du système d attestation de la conformité 3 dans le cadre de la directive européenne 89/106. Chaque système comprend différentes tâches qui seront exécutées, selon le cas, par le fabricant ou par l organisme notifié. Les essais à réaliser dans le cadre des d'essais de type initiaux (ITT) pour le marquage CE pour le vitrage isolant sont la mesure de la pénétration d humidité selon la EN et la mesure du taux de fuite de gaz selon la EN La norme EN : Verre dans la construction - Vitrage isolant préfabriqué scellé - Partie 2 : Méthode d'essai de longue durée et exigences en matière de pénétration d'humidité. Cette norme spécifie les exigences en matière de pénétration d humidité et la méthode d essai de longue durée des vitrages isolants préfabriqués scellés. La norme EN : Verre dans la construction - Vitrage isolant préfabriqué scellé - Partie 3 : Méthode d'essai à long terme et prescriptions pour le débit de fuite de gaz et pour les to- 2 La norme peut être obtenue contre paiement auprès du Bureau de Normalisation, rue Joseph II, 40/6, 1000 Bruxelles ou via leur site web : 3 Les deux amendements de cette norme n ont pas d impact sur les valeurs à déclarer. 4 EN 1063 : 2000 : Verre dans la construction - Vitrage de sécurité - Mise à essai et classification de la résistance à l'attaque par balle. 7

8 lérances de concentration du gaz. Cette norme permet de vérifier si un produit fabriqué selon la description de son système, est conforme aux aspects pertinents de la définition des verres isolants. Elle couvre notamment la mesure du débit de fuite du gaz et les tolérances de concentration du gaz. Le fabricant de vitrage isolant assure aussi le contrôle de la production en usine. La norme EN Verre dans la construction - Vitrage isolant préfabriqué scellé - Partie 6 : Contrôle de production en usine et essais périodiques. Cette norme définit les éléments de vitrage isolants et garantit, par le biais d une évaluation adéquate de la conformité à la présente norme que, à terme : des économies d énergie sont réalisées du fait que le coefficient U et le facteur solaire ne changent pas de façon significative ; la santé est préservée du fait que l atténuation sonore et la vision ne changent pas de façon significative ; la sécurité est assurée du fait que la résistance mécanique ne change pas de façon significative. Cette norme traite en outre de certaines caractéristiques additionnelles qui ont de l importance dans les échanges commerciaux. Les essais et contrôles décrits font partie de la production de routine des éléments de vitrage isolants. 5. Méthodologie Pendant cette campagne, nous avons contrôlé sur place : si les conditions administratives étaient remplies, sur la base d une checklist et, plus précisément : o la présence d un certificat de conformité ; o le cas échéant, la présence d avertissements ou d instructions concernant l utilisation, si les documents étaient rédigés dans la bonne langue ; o la présence du marquage CE (sur le produit fini ou sur l étiquette ou sur les documents accompagnant le produit) ; si le choix de la méthode de d évaluation du coefficient thermique (valeur Ug- g pour «glass/vitrage») était fait selon la norme et sur la base des rapports de tests de type initiaux (ITT). Pour chaque produit contrôlé, une simulation a été effectuée. Les fabricants qui ont fait l objet d un contrôle sont des fabricants répartis sur l ensemble du territoire belge dont le code d activité NACE est (Fabricant de verre et de produits en verre). Sur cette base, 21 fabricants de vitrages isolants ont été ainsi identifiés. Sur la base du nombre de travailleurs, 7 entreprises ont été sélectionnées, réparties sur l ensemble du territoire belge. 8

9 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Pendant cette campagne, nous n avons pas contrôlé d importateurs. En effet, il n y a pas eu d importation de ce type de produit en provenance d un pays tiers. Une demande a été faite auprès des douanes pour connaître le volume d importations du vitrage isolant (code 7008 pour les «Vitrages isolants à parois multiples» de la Nomenclature combinée (NC) et code pour les «Vitrages isolants à parois multiples formés de deux plaques de verre scellées hermétiquement sur le pourtour par un joint et séparées par une couche d'air, d'autre gaz ou de vide»). En 2012, il y a eu 30 importateurs de vitrages isolants à parois multiples en provenance d un pays non membre de l Union européenne dont 14 importateurs de doubles vitrages. Les pays de provenance sont la Bosnie-Herzégovine, les Emirats arabes unis, les Etats-Unis d Amérique, la Norvège, la Suisse et la Turquie (cas spécifique) Le contrôle administratif Sur la base d une checklist, nous avons procédé au contrôle administratif : Comment le produit est-il décrit (cf. Annexe II, point 4.3. de l AR du 19 août 1998)? Le nom et l adresse du fabricant sont-ils mentionnés (cf. Annexe II, point 4.3. de l AR du 19 août 1998)? Le certificat de conformité est-il établi selon les exigences de la directive européenne 89/106 (cf. Annexe II, point 4.3. de l AR du 19 août 1998)? Les avertissements ou des instructions concernant l utilisation sont-ils présents (cf. Annexe II, point 4.3. de l AR du 19 août 1998)? Ces documents sont-ils bien dans la langue ou les langues de la région linguistique où le produit est mis sur le marché (cf. Annexe II, point 4.4. de l AR du 19 août 1998)? Le marquage CE est-il bien apposé (cf. Articles 5, 6 et 7 de l AR du 19 août 1998)? 5.2. Contrôle du choix de la méthode pour l évaluation du coefficient thermique (valeur Ug g pour «glass/vitrage») et des résultats déclarés Le vitrage isolant est le moyen le plus efficace de réduire les échanges thermiques air-air à travers le vitrage. Associés à des couches faiblement émissives et/ou réfléchissantes, les vitrages isolants sont alors un moyen efficace d'économiser l'énergie. L'amélioration progressive des couches à faible émissivité a permis de mieux réduire les transferts de chaleur. La valeur Ug (exprimée en W/(m²K) est le coefficient de transmission thermique par conduction, par convection et par rayonnement au centre d un vitrage. Plus cette valeur est faible, plus l isolation thermique du vitrage est performante. 9

10 Selon la norme harmonisée EN , la valeur du coefficient Ug est calculée sur la base de la norme EN 673 : Verre dans la construction - Détermination du coefficient de transmission thermique, U - Méthode de calcul. Cependant, pour les cas où le calcul selon la norme EN 673 n est pas possible, il existe les normes d essais EN 674 : Verre dans la construction - Détermination du coefficient de transmission thermique, U - Méthode de l'anneau de garde et EN 675 : Verre dans la construction - Détermination du coefficient de transmission thermique, U - Méthode du fluxmètre. 6. Résultats Sept fabricants belges ont fait l objet de contrôles administratifs. Le contrôle du choix de la méthode d évaluation du coefficient thermique a été réalisé sur 21 vitrages isolants préfabriqués et scellés Le contrôle administratif La description du produit La gamme des vitrages isolants préfabriqués et scellés se décline en de nombreux produits différents. La composition des doubles vitrages est donnée par 3 valeurs (en mm) indiquant l épaisseur de la feuille de verre extérieure, de l espaceur et de la feuille de verre intérieure (ex. : 4/12/6 correspond à un verre extérieur de 4 mm, un espaceur de 12 mm et un verre intérieur de 6 mm). En ce qui concerne les verres à couches, certains types de couches sont clairement visibles, mais cela ne permet pas pour autant de déterminer leur nature ni leurs propriétés. 10

11 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» A titre d information, une liste des doubles et triples vitrages commercialisés par ses membres est publiée sur le site de la Fédération de l Industrie du Verre (FIV). La gamme principale 5 se décline comme suit : Pour chaque fabricant, trois produits issus de la gamme principale ont été contrôlés. 5 Fédération de l Industrie du Verre, Un autre regard sur les vitrages et leurs fonctions, avril 2013, Brochure, 13 pages. 11

12 La figure ci-dessous représente la répartition des 21 vitrages contrôlés. Pour dix-neuf vitrages, la lame de gaz est constituée d argon. Pour deux vitrages, la lame de gaz est constituée d air. La figure ci-dessous représente la répartition des intercalaires. 12

13 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Le nom et l adresse du fabricant Lors de notre contrôle, nous avons constaté que trois fabricants ont indiqué, sur l étiquette, leur nom, leur adresse complète. Un fabricant a mentionné son nom et la ville où il est établit. Un fabricant a mentionné son nom, son numéro de téléphone et son numéro de fax. Trois fabricants ont fait référence à leur site internet. Lors de notre contrôle, nous avons constaté que sur le certificat de conformité accompagnant le produit, tous les fabricants ont mentionné leur nom et l adresse où le fabricant peut être contacté Le certificat de conformité Lors du contrôle, tous les fabricants ont présenté le certificat de conformité pour les trois produits contrôlés Les avertissements et les instructions de sécurité Tous les fabricants ont indiqué sur l étiquette des instructions concernant le positionnement du vitrage isolant préfabriqué et scellé dans le châssis. Certains utilisent des pictogrammes, d autres des codes liés aux faces, d autres encore mentionnent la face extérieure (ou intérieure) dans la langue de leur client. En ce qui concerne les avertissements et les instructions de sécurité, beaucoup de fabricants se réfèrent aux documents rédigés par le secteur du verre, notamment : NIT 214 : Le verre et les produits verriers - Les fonctions des vitrages, par le Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC) ; NIT 221 : La pose des vitrages en feuillure, par le Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC) ; NBN S : Vitreries, élaborée par le Comité miroir belge de normalisation TC 129 : Verre ; Note FIV 03 : Méthodes et critères d acceptabilité d aspect des vitrages transparents du bâtiment, publiée par la Fédération de l Industrie du Verre L utilisation des langues Pour ce secteur de produits intermédiaires régi par des accords commerciaux contractuels, l utilisation des langues n est pas un problème. Les fabricants communiquent dans la langue de leurs clients. De plus, les fabricants se réfèrent aux documents publiés par le secteur du verre, ceux-ci existent au moins dans les deux langues nationales. 13

14 Le marquage CE Tous les fabricants belges, à l exception d un, apposent le marquage CE, soit sur le produit (et plus particulièrement dans l intercalaire), soit sur l étiquette. En apposant le marquage CE dans l intercalaire ainsi que le nom du fabricant et le code d identification du produit, les fabricants assurent une meilleure traçabilité et par conséquent la garantie du service après-vente au fil du temps. Cette démarche est volontaire et sera aussi dépendante du type d intercalaire utilisé. Pour des intercalaires plus rugueux ou pour des raisons techniques, il est parfois difficile de graver ces indications. Ajoutons que le marquage CE sur l'intercalaire, même s'il est apposé volontairement à cet endroit, doit avoir la forme correcte, telle que prévue par la législation. Signalons que pendant le contrôle, une plainte a été déposée auprès du SPF Economie concernant un marquage CE non conforme dans l intercalaire d un vitrage d origine lettonne. Le dossier suit son cours 6.2. Le contrôle de la méthode d évaluation du coefficient thermique (valeur Ug - g pour «glass/vitrage») Tous les fabricants contrôlés utilisent la norme de calcul EN 673 : Verre dans la construction - Détermination du coefficient de transmission thermique, U - Méthode de calcul et tiennent à disposition de l autorité de contrôle les dossiers techniques nécessaires à cette évaluation. Certains ont développé leur propre logiciel de calcul. D autres utilisent les programmes fournis par les producteurs de verre. Le tableau, en annexe, montre que toutes les valeurs Ug recalculées lors du contrôle correspondent aux valeurs déclarées. Les standards actuels sont les doubles vitrages à haut rendement Ug=1,1 et 1,0 W/(m²K) et les triples vitrages à haut rendement dont la valeur Ug peut atteindre 0,5 W/(m²K). Un double vitrage à haut rendement est 5 à 6 fois plus isolant qu un simple vitrage (Ug=5,8 W/(m²K)) et 2 à 3 fois plus isolant qu un ancien double vitrage sans couche basse émissivité (Ug=2,8 W/(m²K)). Un triple vitrage haut rendement est 9 à 12 fois plus isolant qu un simple vitrage et 4 à 6 fois plus isolant qu un ancien double vitrage sans couche basse émissivité. Afin de maintenir les prestations déclarées, tous les fabricants ont mis en place un système de contrôle de la production et effectuent des contrôles réguliers. 14

15 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Les doubles et triples vitrages sans caractéristique particulière tombent sous le système 3. Tous les fabricants contrôlés ont présenté les essais de type : Mesure de la pénétration d humidité (EN ) ; Mesure du taux de fuite de gaz (EN ). Il est à signaler que certains fabricants de par la production de vitrage résistant au feu (produit non contrôlé lors de cette campagne) demandent l intervention de l organisme notifié dans le contrôle de la production en usine (système 1). En effet, ces produits ont un rôle important dans la sécurité des ouvrages. 7. Implémentation du Règlement européen 305/2011 Cette campagne, réalisée sur la base des exigences de la directive européenne 89/106, a aussi été l occasion de rencontrer les fabricants belges concernant l implémentation du nouveau Règlement européen 305/2011 pour la commercialisation des produits de construction. Pour rappel, ce Règlement est entré totalement en vigueur au 1 er juillet Dans la mesure où les vitrages isolants préfabriqués et scellés sont couverts par une norme harmonisée, le Règlement européen 305/2011 n introduit pas de nouvelles exigences au niveau des tests nécessaires pour garantir la qualité des produits ou des systèmes d'évaluation et de vérification de la constance des performances. Ces produits de base ne possèdent aucune propriété particulière (ni résistance au feu, ni résistance aux balles, ni résistance aux explosions, ni résistance aux effractions, ). Par conséquent, ils relèvent du système d'évaluation et de vérification de la constance des performances 3, dans le cadre du règlement européen 305/2011. La directive prévoyait déjà que les conditions particulières d'utilisation du produit soient fournies au client. Dans le cadre du règlement européen 305/2011, les fabricants s assurent que lors de la mise sur le marché, le produit soit accompagné d instructions et d informations de sécurité fournies dans une langue déterminée par l Etat membre concerné, aisément compréhensible par les utilisateurs (article 11.6). Les changements concernent la communication des valeurs à déclarer Le marquage CE Selon le Règlement 305/2011, le marquage CE est suivi des deux derniers chiffres de l année de sa première apposition, du nom et de l adresse du siège du fabricant ou de la marque distinctive permettant d identifier facilement et avec certitude le nom et l adresse du fabricant, du code d identification unique du produit type, du numéro de référence de la déclaration des performances, du niveau ou de la classe des performances déclarées, de la référence à la spécification technique harmonisée appliquée, du numéro d identification de l organisme no- 15

16 tifié, le cas échéant, et de l usage prévu tel que défini dans la spécification technique harmonisée appliquée (article 9.2). Les fabricants indiquent leur nom, leur raison sociale ou leur marque déposée et l adresse à laquelle ils peuvent être contactés sur le produit de construction ou, lorsque ce n est pas possible, sur son emballage ou dans un document accompagnant le produit de construction. L adresse précise un lieu unique où le fabricant peut être contacté (article 11.5). Pour tout produit de construction couvert par une norme harmonisée, le marquage CE est le seul marquage qui atteste la conformité du produit de construction avec les performances déclarées correspondant aux caractéristiques essentielles couvertes par cette norme harmonisée (article 8.3) La déclaration des performances Selon le Règlement 305/2011, il n y a plus ni certificat de conformité, ni déclaration de conformité. Lorsqu un produit de construction est couvert par une norme harmonisée ou est conforme à une évaluation technique européenne dont il a fait l objet, le fabricant établit une déclaration des performances pour ce produit lors de sa mise sur le marché (article 4). En établissant la déclaration des performances, le fabricant assume la responsabilité de la conformité du produit de construction avec ses performances déclarées. La déclaration des performances est fournie dans la ou les langues requises par l Etat membre dans lequel le produit est mis à disposition (article 7.4). Selon l article 6.3 de ce Règlement, la déclaration des performances contient en outre : a) l usage ou les usages prévus pour le produit de construction, conformément à la spécification technique harmonisée applicable ; b) la liste des caractéristiques essentielles telles que définies dans ladite spécification technique harmonisée pour l usage ou les usages prévus déclarés ; c) les performances d au moins une des caractéristiques essentielles du produit de construction, pertinentes pour l usage ou les usages prévus déclarés ; d) pour les caractéristiques essentielles figurant sur la liste, pour lesquelles les performances ne sont pas déclarées, les lettres «NPD» («performance non déterminée») ; La liste des caractéristiques définies par la norme harmonisée EN est la suivante : - résistance au feu, - réaction au feu, - performances de comportement vis-à-vis d'un feu extérieur, - résistance aux balles, 16

17 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» - résistance aux explosions, - résistance aux effractions, - résistance à l'impact d'un pendule, - résistance aux variations brutales de température et aux températures différentielles, - résistance aux charges dues au vent et à la neige, aux charges permanentes et imposées, - isolation au bruit aérien direct, - propriétés thermiques, - émissivité, - coefficient U, - propriétés de rayonnement, - transmission lumineuse, - réflexion lumineuse, - transmission du rayonnement solaire, - réflexion du rayonnement solaire. Pendant le contrôle, certains fabricants ont déjà pu présenter des déclarations des performances pour leurs produits. Les systèmes développés pour la codification d identification du produit type et l établissement du numéro de référence de la déclaration des performances sont entre autres liés à l identification de leurs clients et à la facturation. 8. Conclusion Les contrôles ont été effectués chez les fabricants belges. Ceux-ci ont été identifiés sur la base de leur code d activité NACE (Fabricant de verre et de produits en verre). Du 15 juin 2013 au 1 er juillet 2013, les contrôles ont été réalisés auprès de 7 fabricants et sur 21 vitrages isolants préfabriqués et scellés. Il n y a pas eu de contrôle chez les importateurs. Selon les douanes, il n y a pas eu d importation en provenance d un pays non membre de l Union européenne de ce type de produit pendant la période concernée. Le contrôle administratif a donné de bons résultats. Seul un fabricant a présenté une nonconformité formelle. Une demande de mise en conformité lui a été adressé. Pendant cette campagne de contrôle, une plainte concernant un marquage CE non conforme sur l intercalaire d un vitrage d origine lettonne a aussi été introduite auprès du SPF Economie. Pour ce secteur de produits intermédiaires, entre les feuilles de verre et les fenêtres, l utilisation des langues n est pas un problème. Les fabricants communiquent dans la langue de leurs clients. De plus, des documents de référence sont publiés au moins dans les deux langues nationales par le secteur du verre. En ce qui concerne la méthode utilisée pour évaluer la valeur Ug (coefficient thermique pour le vitrage), tous les fabricants contrôlés utilisent la norme de calcul EN 673 : Verre dans la construction - Détermination du coefficient de transmission thermique, U - Méthode de 17

18 calcul et tiennent à disposition de l autorité de contrôle les dossiers techniques nécessaires à cette évaluation. Les modalités pour la mise en œuvre du Règlement européen 305/2011 ont aussi été abordées. Certains fabricants ont déjà pu présenter des déclarations des performances pour leurs produits. Les changements liés à ce secteur concernent principalement la communication des valeurs à déclarer. 18

19 Valeure Ug calculée (W/m²K) «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» 9. Annexe Double vitrage sans couche Double vitrage avec couche(s) Double vitrage de sécurité Triple vitrage Valeur Ug déclarée (W/m²K) 19 Fabricant 1 4/15 [argon]/#4 1,1 1,1 Fabricant 1 4#/15 [argon]/#4 1,0 1,0 Fabricant 1 4#/14 [argon]/4/14 [argon]/#4 0,7 0,7 Fabricant 2 4/15 [argon]/#4 1,1 1,1 Fabricant 2 4#/15 [argon]/#4 1,0 1,0 Fabricant 2 4#/14 [argon]/4/14 [argon]/#4 0,7 0,7 Fabricant 3 4/15 [air]/#4 1,4 1,4 Fabricant 3 4/15 [argon]/#4 1,1 1,1 Fabricant 3 4#/15 [argon]/4/15 [argon]/#4 0,6 0,6 Fabricant 4 4/15 [argon]/#4 1,1 1,1 Fabricant 4 4/15 [argon]/#4 1,0 1,0 Fabricant 4 4#/12 [argon]/4/12 [argon]/#4 0,7 0,7 Fabricant 5 4/15 [argon]/#4 1,1 1,1 Fabricant 5 4/14 [argon]/#33.2 1,2 1,2 Fabricant 5 6#/18 [argon]/4/18 [argon]/#4 0,5 0,5 Fabricant 6 4/12 [air]/4 2,9 2,9 Fabricant 6 4/15 [argon]/#4 1,1 1,1 Fabricant 6 4#/12 [argon]/4/12 [argon]/#4 0,8 0,8 Fabricant 7 4/15 [argon]/#4 1,1 1,1 Fabricant 7 4/15 [argon]/#4 1,0 1,0 Fabricant 7 4#/12 [argon]/4/12 [argon]/#4 0,8 0,8

20 Rue du Progrès Bruxelles N d entreprise :

Evaluation de la conformité à la norme he N 12150-2 du «Verre de silicate sodo-calcique de sécurité trempé thermiquement» (Août 2005)

Evaluation de la conformité à la norme he N 12150-2 du «Verre de silicate sodo-calcique de sécurité trempé thermiquement» (Août 2005) D i r e c t i v e r e l a t i v e a u x p r o d u i t s d e l a c o n s t r u c t i o n Evaluation de la conformité à la norme he N 12150-2 du «Verre de silicate sodo-calcique de sécurité trempé thermiquement»

Plus en détail

CSTC LES VITRAGES FEUILLETÉS DE SÉCURITÉ 1 LES VITRAGES FEUILLETES

CSTC LES VITRAGES FEUILLETÉS DE SÉCURITÉ 1 LES VITRAGES FEUILLETES CSTC DIGESTUNE ÉDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION LES VITRAGES FEUILLETÉS DE SÉCURITÉ 1 LES VITRAGES FEUILLETES 1.1 DEFINITION? Le vitrage feuilleté est un assemblage constitué

Plus en détail

Qu est-ce que le marquage CE?... P4. Directive «produits de construction» (DPC)... P5. Principe de l évaluation de la conformité...

Qu est-ce que le marquage CE?... P4. Directive «produits de construction» (DPC)... P5. Principe de l évaluation de la conformité... GUIDE DU MARQUAGE GUIDE DU MARQUAGE Sommaire Principe Qu est-ce que le marquage CE?... P4 Directive «produits de construction» (DPC)... P5 Principe de l évaluation de la conformité... P6 Principe et application

Plus en détail

Spécifications techniques unifiées. STS 04 Bois et panneaux à base de bois STS 04.4 Panneaux dérivés du bois

Spécifications techniques unifiées. STS 04 Bois et panneaux à base de bois STS 04.4 Panneaux dérivés du bois Spécifications techniques unifiées STS 04 Bois et panneaux à base de bois STS 04.4 Panneaux dérivés du bois Edition 2009 Ces spécifications remplacent et annulent les STS 04.4, 04.5 et 04.6 édition 1990

Plus en détail

Bibliographie normative

Bibliographie normative Environnement réglementaire Pour connaître la dernière version des normes en vigueur ou pour se procurer une norme, consulter le site Internet de l AFNOR, Association Française de Normalisation : www.afnor.fr

Plus en détail

aux portes, fenêtres et fermetures

aux portes, fenêtres et fermetures Projet financé par l UE Le marquage CE appliqué aux portes, fenêtres et fermetures Marc GOESSEL Adjoint au Chef de Division CSTB BAIES et VITRAGES Pour un accès libre au marché européen! Fenêtres et Portes

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

AGC Glass Europe. PVB: Polyvinylbutyral

AGC Glass Europe. PVB: Polyvinylbutyral Stratobel 22.x VERRE FEUILLETÉ extra-mince GLASS UNLIMITED AGC Glass Europe un leader en verre plat AGC Glass Europe produit et transforme le verre plat à destination du secteur de la construction (vitrages

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

Manuel qualité et directives relatives aux biens durables

Manuel qualité et directives relatives aux biens durables Manuel qualité et directives relatives aux biens durables QVC France - Exigences produit 1.8 Éclairage domestique 1 PORTÉE Cette spécification couvre les produits d'éclairage électrique portatifs domestiques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 17 juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 18 sur 146 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Introduction. Les caractéristiques de performances énergétiques des fenêtres, et leurs fermetures et protections solaires associées

Introduction. Les caractéristiques de performances énergétiques des fenêtres, et leurs fermetures et protections solaires associées Introduction Les caractéristiques de performances énergétiques des fenêtres et leurs fermetures et protections solaires associées Les fenêtres ont un statut bien particulier du fait de leurs impacts multiples

Plus en détail

février 2010 Directive Machines

février 2010 Directive Machines février 2010 Directive Machines Directive Machines 2 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès, 50 B - 1210 BRUXELLES N d entreprise : 0314.595.348 http://economie.fgov.be

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Code de droit économique. Livre IX

Code de droit économique. Livre IX Code de droit économique Livre IX Table des matières LIVRE IX. - Sécurité des produits et des services... 3 CHAPITRE 1. - Obligation générale de sécurité... 3 CHAPITRE 2. - Structures d'information et

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Décret n o 2015-1790 du 28 décembre 2015 relatif à certains fluides frigorigènes et aux gaz

Plus en détail

WIS 3.0: LOGICIEL EUROPEEN GRATUIT POUR LE CALCUL DES PROPRIETES THERMIQUES ET OPTIQUES DES FENETRES

WIS 3.0: LOGICIEL EUROPEEN GRATUIT POUR LE CALCUL DES PROPRIETES THERMIQUES ET OPTIQUES DES FENETRES WIS 3.0: LOGICIEL EUROPEEN GRATUIT POUR LE CALCUL DES PROPRIETES THERMIQUES ET OPTIQUES DES FENETRES INTRODUCTION WIS 3.0 constitue un logiciel avancé, basé sur des normes européennes et conçu pour assister

Plus en détail

Nouveau régime pour l importation, le transit et l exportation de substances radioactives. Arrêté royal du 24 mars 2009.

Nouveau régime pour l importation, le transit et l exportation de substances radioactives. Arrêté royal du 24 mars 2009. Nouveau régime pour l importation, le transit et l exportation de substances radioactives. Arrêté royal du 24 mars 2009. 1/11. Introduction... 3 Champ d application de l A.R.... 3 Enregistrement de l importateur...

Plus en détail

Agrément Technique Européen ETA 13/0526

Agrément Technique Européen ETA 13/0526 Agrément Technique Européen ETA 13/0526 Nom commercial Titulaire Site Internet Type générique et utilisation prévue du produit de construction DOLCEA i3 PCIM S.A. Rue du Péquet 54 5590 Achêne (Ciney) Belgique

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR L UTILISATION DU SCEAU PROFESSIONNEL

LIGNE DIRECTRICE SUR L UTILISATION DU SCEAU PROFESSIONNEL Association des ingénieurs et des géoscientifiques du Nouveau-Brunswick LIGNE DIRECTRICE SUR L UTILISATION mai 2000 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 1 2.0 RÉFÉRENCES À LA LOI, AUX RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS

Plus en détail

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions;

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions; Arrêté royal du 28 mars 2007 relatif à l agrément des entreprises et employeurs qui effectuent des travaux de démolition ou d enlèvement au cours desquels de grandes quantités d amiante peuvent être libérées

Plus en détail

(Traduction de l original) [DIRECTIVES DE L UNION EUROPÉENNE CONFORMITÉ DES SYSTÈMES D ESSAI MTS]

(Traduction de l original) [DIRECTIVES DE L UNION EUROPÉENNE CONFORMITÉ DES SYSTÈMES D ESSAI MTS] Dans le cadre du présent document, les machines d essai MTS (Systèmes d Essai) se classent dans les catégories ci-dessous : 1. Produit Standard (liste non exhaustive) a. Batis de charge Servo-hydrauliques

Plus en détail

FICHE ÉCOCON$EIL. La qualité et l efficacité énergétique des

FICHE ÉCOCON$EIL. La qualité et l efficacité énergétique des FICHE ÉCOCON$EIL Quand écoénergie rime avec économies Liens rapides Planifier l achat de nouvelles fenêtres Caractéristiques des fenêtres homologuées Fenêtres homologuées Dans bien des habitations yukonnaises,

Plus en détail

Contact : contact@polefenetre.fr

Contact : contact@polefenetre.fr Le Marquage des Fenêtres et Portes Extérieures La Directive «Produits de Construction» (DPC) vise à harmoniser les réglementations nationales relatives aux produits de construction (produits fabriqués

Plus en détail

<CDHG=cbbe> Constructions verre et métal F/11 CRB VSS

<CDHG=cbbe> Constructions verre et métal F/11 CRB VSS 376 F/11 Constructions verre et métal CRB VSS Indications générales La page du CAN intitulée "Indications générales" est toujours structurée de la même manière et les rubriques portent le même

Plus en détail

PRODUITS DE CONSTRUCTION : APTITUDE À L EMPLOI

PRODUITS DE CONSTRUCTION : APTITUDE À L EMPLOI Roger Cadiergues MémoCad ma05.a PRODUITS DE CONSTRUCTION : APTITUDE À L EMPLOI SOMMAIRE MA02.1. Les exigences de base MA02.2. Les textes officiels MA02.3. Les codes et leurs articulations MA02.4. Annexe

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

L annexe 6: mode d emploi

L annexe 6: mode d emploi Les Normes de Base constituent une série d arrêtés royaux successifs qui définissent les exigences en matière de sécurité incendie applicables aux bâtiments nouveaux et aux extensions de bâtiments existants.

Plus en détail

Vitrages feuilletés de sécurité

Vitrages feuilletés de sécurité Protection contre les risques de blessures, les chutes dans le vide, l effraction et le vandalisme PROTECT Les verres feuilletés et la sécurité. Les vitrages de protection s imposent pour satisfaire un

Plus en détail

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Impact du règlement produits de construction CPR

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Impact du règlement produits de construction CPR 9 & 10 novembre 2012 Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Impact du règlement produits de construction CPR Catherine Grimonpont SPF Economie Contenu De la directive (CPD) au règlement (CPR) Le

Plus en détail

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005

Version révisée n 3. Mars 2009. Remplace la version d octobre 2005 Bonnes Pratiques de Fabrication des Encres utilisées sur la face non en contact des aliments des emballages de denrées alimentaires et d articles destinés au contact des aliments Version révisée n 3 Remplace

Plus en détail

Recommandations relatives à la qualité acoustique des écrans

Recommandations relatives à la qualité acoustique des écrans Recommandations relatives à la qualité acoustique des écrans Recommandations ayant trait à la qualité acoustique des produits de construction utilisés dans les écrans Les recommandations relatives à la

Plus en détail

ATEX. I. Présentation du contexte réglementaire. II. Les textes en détails. III. Synthèse Globale de la Réglementation ATEX. A. La directive produit

ATEX. I. Présentation du contexte réglementaire. II. Les textes en détails. III. Synthèse Globale de la Réglementation ATEX. A. La directive produit ATEX I. Présentation du contexte réglementaire II. Les textes en détails III. Synthèse Globale de la Réglementation ATEX A. La directive produit 1) Conception des produits : 2 approches 2) Contenu 3) Des

Plus en détail

COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES

COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES CLATEX COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES Alain Czyz - INERIS - BP2 60550 VERNEUIL EN HALATTE Tél: 03 44 55 65 42 Fax: 03 44 55 67 04 Alain.Czyz@ineris.fr

Plus en détail

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels Contenu de la présentation Projet d Annexe 6 Bâtiments industriels Yves Martin, Chef de Laboratoire, CSTC Antenne Normes Prévention Incendie http://www.normes.be/feu 2. Structure du projet d Annexe 6 3.

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2004 1 INTRODUCTION...2 2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENT...3 3 TRANSMISSION DE CHALEUR À TRAVERS UN VITRAGE...3 3.1 INTRODUCTION...3 3.2 TRANSMISION AU TRAVERS D'UN VITRAGE...4

Plus en détail

Réduction de la transmission du son par les cloisons en plaques de plâtre

Réduction de la transmission du son par les cloisons en plaques de plâtre Solution constructive n o 1 Réduction de la transmission du son par les cloisons en plaques de plâtre par A.C.C. Warnock et J.D. Quirt On explique ici comment réduire la transmission acoustique par les

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE n FTS/80/02-A. Compteurs d'eau froide DN 50

FICHE TECHNIQUE n FTS/80/02-A. Compteurs d'eau froide DN 50 Fédération belge du Secteur de l'eau association sans but lucratif Rue Colonel Bourg, 127 BE - 1140 Bruxelles TVA: BE-0407.781.169 Tel: + 32 (0)2 706 40 90 - Fax: + 32 (0)2 706 40 99 E-mail: info@belgaqua.be

Plus en détail

Centexbel. Règlement général de certification. Produits de construction

Centexbel. Règlement général de certification. Produits de construction Centexbel Centre scientifique et technique de l industrie textile belge Règlement général de certification Produits de construction ouwproducten_fr.doc saved: 14/07/11 blz. 1 / 9 Contenu 1 Introduction

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

Révisions ISO Livre blanc

Révisions ISO Livre blanc Révisions ISO ISO Revisions Révisions ISO Livre blanc Quelle est la différence entre une approche procédure et une approche processus? Aborder le changement Processus vs procédures : Qu est-ce que cela

Plus en détail

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006

RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION. du 14 décembre 2006 RÈGLEMENT (CE) No 1898/2006 DE LA COMMISSION du 14 décembre 2006 portant modalités d application du règlement (CE) no 510/2006 du Conseil relatif à la protection des indications géographiques et des appellations

Plus en détail

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe par Valentin Nikonov Cet article présente un modèle de système de management intégré pour les entreprises de

Plus en détail

Surveillance du marché. Stratégie globale

Surveillance du marché. Stratégie globale Surveillance du marché Stratégie globale Version 1.6 du 1 août 2014 1 2 Sommaire 1 Contexte de la surveillance du marché... 5 1.1 Marché intérieur de l Union européenne... 5 1.2 Introduction de l ILNAS...

Plus en détail

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A.

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A. 6.3.1 Généralités Chapitre 6.3 Prescriptions relatives à la construction des emballages pour les matières infectieuses (Catégorie A) de la classe 6.2 et aux épreuves qu ils doivent subir NOTA. Les prescriptions

Plus en détail

Le marquage CE. Christine Marcaillou. Service d études sur les transports, les routes et leurs aménagements. www.setra.developpement-durable.gouv.

Le marquage CE. Christine Marcaillou. Service d études sur les transports, les routes et leurs aménagements. www.setra.developpement-durable.gouv. Le marquage CE Christine Marcaillou Service d études sur les transports, les routes et leurs aménagements www.setra.developpement-durable.gouv.fr Le Marquage CE Le marquage CE est une obligation réglementaire

Plus en détail

UBAtc. Isolation de murs creux (remplissage partiel du creux) EUROWALL, EUROTHANE AL et EUROTHANE SILVER 03/2481

UBAtc. Isolation de murs creux (remplissage partiel du creux) EUROWALL, EUROTHANE AL et EUROTHANE SILVER 03/2481 UBAtc 03/2481 Version dd. 01.07.2004 Valable du 22.12.2003 au 21.12.2008 http://www.ubatc.be Union belge pour l Agrément technique dans la construction Service Public Fédéral (SPF) Economie, Classes moyennes,

Plus en détail

Caroline Ladang Frederic De Meyer Emmanuel Dehousse

Caroline Ladang Frederic De Meyer Emmanuel Dehousse Béton de fibres d acier Caroline Ladang Frederic De Meyer Emmanuel Dehousse 1 Résumé 1 Définition et historique 2 Caractéristiques 3 Cadre normatif et marquage volontaire Situation actuelle Situation future

Plus en détail

Conditions particulières d intervention du CSTB pour la délivrance des certificats de conformité du contrôle de la production en usine (système 2+)

Conditions particulières d intervention du CSTB pour la délivrance des certificats de conformité du contrôle de la production en usine (système 2+) 84 avenue Jean Jaurès Champs sur marne F 77447 Marne la Vallée cedex 2 organisme notifié n 0679 Affaire suivie par : Brice TUAYIZIDI NASI Tél : +33(0) 1 64 68 82 74 Fax : +33(0) 1 64 68 85 34 e-mail :

Plus en détail

Évaluation Technique Européenne (Version originale en langue française)

Évaluation Technique Européenne (Version originale en langue française) 84, avenue Jean-Jaurès Champs-sur-Marne FR-77447 Marne-la-Vallée Cedex 2 Tél. : + 33 (0)1 64 68 82 82 Fax : + 33 (0)1 60 05 85 34 E-mail : etancheite@cstb.fr Site internet : www.cstb.fr Membre de l EOTA

Plus en détail

Programme Bâtiments. Rénover les bâtiments pour une protection efficace du climat!

Programme Bâtiments. Rénover les bâtiments pour une protection efficace du climat! Programme Bâtiments Rénover les bâtiments pour une protection efficace du climat! Décidez-vous à entreprendre une rénovation! Nous vous soutenons dans cet effort. En vue d une contribution durable à une

Plus en détail

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL Article 1 : Pour l application du présent règlement, il faut entendre par demandeur, toute

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Indice de Révision Date de mise en application B 30/06/2013 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97 Fax. 33.(0)1.64.68.83.45

Plus en détail

Etiquette énergétique des fenêtres. Pourquoi? Objectif

Etiquette énergétique des fenêtres. Pourquoi? Objectif Pourquoi? La directive européenne 2010 / 30 / EU du 19 mai 2010 étend l'affichage énergétique à tous les composants d'un bâtiment qui influent sur les consommations énergétiques. Au même titre que les

Plus en détail

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES On obtient ainsi les résultats repris au tableau ci-dessous [25] Matériau e Amortissement Déphasage F (kg/m 3 ) (W/mK) (m) (h) Maçonnerie de béton cellulaire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CTCS/WP.7/2015/15 Conseil économique et social Distr. générale 14 septembre 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité directeur des capacités et des

Plus en détail

SUPPLEMENT 7 AU REGLEMENT FFF CZFF

SUPPLEMENT 7 AU REGLEMENT FFF CZFF Supplément 7 MINERGIE-P - Fenêtre Eigences techniques et justifications Tous les calculs et définitions se basent sur les normes SIA et SN EN actuelles. 1. Coefficient de transmission thermique de la fenêtre

Plus en détail

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04 REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE D HABITATIONS INDIVIDUELLES ET DE LOTS DANS LES BATIMENTS A USAGE PRINCIPAL D HABITATION. ATTESTATION DE PRISE EN COMPTE DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Kurzreferat Romandie 1. Situation juridique

Kurzreferat Romandie 1. Situation juridique Kurzreferat Romandie Dans ma brève présentation j aimerais vous résumer les implications de la révision de la loi fédérale sur les produits de constructions (abréviation : LPCo) et les nouvelles exigences

Plus en détail

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 #1911743 1 Objectifs de la revue Les objectifs de la revue des pratiques de gestion sont les suivants : Assister la région

Plus en détail

OIML R 65 RECOMMANDATION. Édition 2000 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE INTERNATIONAL ORGANIZATION

OIML R 65 RECOMMANDATION. Édition 2000 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE INTERNATIONAL ORGANIZATION RECOMMANDATION INTERNATIONALE OIML R 65 Édition 2000 (F) Système de mesure de force des machines uniaxiales d essai des matériaux Force measuring system of uniaxial material testing machines OIML R 65

Plus en détail

MARCHE À SUIVRE POUR DEMANDER L ÉVALUATION DES TITRES DE COMPÉTENCES EN TRAVAIL SOCIAL OBTENUS À L ÉTRANGER

MARCHE À SUIVRE POUR DEMANDER L ÉVALUATION DES TITRES DE COMPÉTENCES EN TRAVAIL SOCIAL OBTENUS À L ÉTRANGER MARCHE À SUIVRE POUR DEMANDER L ÉVALUATION DES TITRES DE COMPÉTENCES EN TRAVAIL SOCIAL OBTENUS À L ÉTRANGER Veuillez prendre note: L'évaluation de l'acts est acceptée dans toutes les provinces et les territoires

Plus en détail

Guide Bien constituer mon dossier : Fenêtre ou porte-fenêtre complète avec vitrage isolant

Guide Bien constituer mon dossier : Fenêtre ou porte-fenêtre complète avec vitrage isolant Guide Bien constituer mon dossier : Fenêtre ou porte-fenêtre complète avec vitrage isolant Bien constituer mon dossier - Fenêtre ou porte-fenêtre compléte avec vitrage isolant - BAR-EN-0 Novembre 05 /5

Plus en détail

De nouvelles règles en matière de TVA applicables à partir du 1 er janvier 2013 pour simplifier la vie des entreprises

De nouvelles règles en matière de TVA applicables à partir du 1 er janvier 2013 pour simplifier la vie des entreprises Gilles BUIS Avocat à la Cour Toque B70 ACTUALITÉ JURIDIQUE DANS LE SECTEUR DE LA PUBLICITÉ, DE LA DISTRIBUTION ET DE L INTERNET Résumé : 5 février 2013 La Commission Européenne vient opportunément de rappeler

Plus en détail

Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC

Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC Le crédit d'impôt dédié au développement durable (économies d'énergie, énergies renouvelables). DGEC-SC Avertissement : le document ci-après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour une meilleure

Plus en détail

Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa

Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa Position AMF n 2010-04 Questions - réponses de l AMF sur l élaboration des prospectus obligataires et les modalités pratiques d obtention d un visa Texte de référence : Règlement européen (CE) n 809/2004

Plus en détail

Verre profilé en forme de U

Verre profilé en forme de U Verre profilé en forme de U Description Pilkington Profilit est un verre profilé en forme de U. Il s agit de verre recuit armé de fils métalliques longitudinaux. Pilkington Profilit est un produit verrier

Plus en détail

l fen r de vos rêv HUISSERIES EN PVC HUISSERIES EN ALUMINIUM HUISSERIE EN ALUMINIUM ET BOIS VOLETS EN ALUMINIUM www.cometalserramenti.

l fen r de vos rêv HUISSERIES EN PVC HUISSERIES EN ALUMINIUM HUISSERIE EN ALUMINIUM ET BOIS VOLETS EN ALUMINIUM www.cometalserramenti. l fen r de vos rêv HUISSERIES EN PVC HUISSERIES EN ALUMINIUM HUISSERIE EN ALUMINIUM ET BOIS VOLETS EN ALUMINIUM www.cometalserramenti.it QUE SAVOIR AVANT D ACHETER LES HUISSERIES ISOLATION THERMIQUE De

Plus en détail

«Enfin une fenêtre que je peux aussi voir!»

«Enfin une fenêtre que je peux aussi voir!» «Enfin une fenêtre que je peux aussi voir!» «Vous n avez plus d excuse: il existe un verre de protection contre les collisions d oiseaux pour toutes les applications imaginables.» SILVERSTAR BIRDprotect

Plus en détail

Règles d usage de la marque Piek

Règles d usage de la marque Piek Règles d usage de la marque Piek Article 1 Description de la marque PIEK - Définitions La marque distinctive PIEK délivrée en France par le Cemafroid est constituée d une étiquette de taille 100 mm X 175

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

ErP. La nouvelle réglementation européenne.

ErP. La nouvelle réglementation européenne. ErP La nouvelle réglementation européenne. Étiquetage énergétique des produits Eco-conception des produits Exigences minimales d efficacité énergétique www.riello.be ErP: Energy related Products ErP signifie

Plus en détail

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ----------------------------------------

A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- A V I S N 1.855 ----------------------- Séance du mardi 25 juin 2013 ---------------------------------------- Projet de loi modifiant le Chapitre 8 du Titre IV de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006

Plus en détail

Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières. Points essentiels en matière de sélection et d utilisation

Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières. Points essentiels en matière de sélection et d utilisation Demi-masques de protection respiratoire contre les poussières Points essentiels en matière de sélection et d utilisation 1 Quand faut-il utiliser des demi-masques de protection respiratoire? Le présent

Plus en détail

1 PRÉSENTATION. 1.1 Les Eurocodes. 1.1.1 La réglementation. 1.1.2 Les Eurocodes

1 PRÉSENTATION. 1.1 Les Eurocodes. 1.1.1 La réglementation. 1.1.2 Les Eurocodes 1 PRÉSENTATION 1.1 Les Eurocodes 1.1.1 La réglementation Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Parallèlement à l évolution technique, la codification et la réglementation dans le domaine de

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Panneaux composites légers autoportants N 016

Panneaux composites légers autoportants N 016 N 016 Panneaux composites légers autoportants Décembre 2006 - Cahier 3572 European Organisation for Technical Approvals Europäische Organisation für Technische Zulassungen Organisation Européenne pour

Plus en détail

SECRETARIAT BELAC : MISSIONS ET RESPONSABILITES, ORGANISATION ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT

SECRETARIAT BELAC : MISSIONS ET RESPONSABILITES, ORGANISATION ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT BELAC 3-02 Rev 4 2015 SECRETARIAT BELAC : MISSIONS ET RESPONSABILITES, ORGANISATION ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur

Plus en détail

ISO 9000 Choisir et appliquer

ISO 9000 Choisir et appliquer ISO 9000 Choisir et appliquer ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés

Plus en détail

EN 1090. La mise en oeuvre de la loi fédérale sur les produits de. Lax, 27. März 2015 Isabelle Hohl

EN 1090. La mise en oeuvre de la loi fédérale sur les produits de. Lax, 27. März 2015 Isabelle Hohl EN 1090 La mise en oeuvre de la loi fédérale sur les produits de construction (LPCo) Lax, 27. März 2015 Isabelle Hohl 1 1. Situation juridique 1999 Introduction de la loi sur les produits de construction

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les isolants pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex 15 Tél.

Plus en détail

CRITERIA. L évolution en acoustique ÉCRANS ACOUSTIQUES

CRITERIA. L évolution en acoustique ÉCRANS ACOUSTIQUES L évolution en acoustique ÉCRANS ACOUSTIQUES AVIS est une marque déposée de Acoustock Inc. Les performances présentées dans cette brochure sont basées sur des tests effectués par un laboratoire indépendant.

Plus en détail

Attestation sur l honneur. Fenêtre ou porte-fenêtre complète avec vitrage isolant

Attestation sur l honneur. Fenêtre ou porte-fenêtre complète avec vitrage isolant Attestation sur l honneur Document à compléter de façon lisible et de préférence en majuscules. Les parties précédées d un astérisque (*) sont obligatoires. Partie réservée à VIALIS - Conditions pour la

Plus en détail

Utilisation des produits de construction dans la protection incendie

Utilisation des produits de construction dans la protection incendie Utilisation des produits de construction dans la protection incendie Michael Binz, responsable du département Protection incendie Association des établissements cantonaux d'assurance incendie AEAI, Berne

Plus en détail

Note FIV 06 LES DIFFERENTS TYPES DE VERRE DE SECURITE (*) ET LEURS APPLICATIONS DANS LE BATIMENT SELON LA NBN S 23-002

Note FIV 06 LES DIFFERENTS TYPES DE VERRE DE SECURITE (*) ET LEURS APPLICATIONS DANS LE BATIMENT SELON LA NBN S 23-002 FEDERATION DE L'INDUSTRIE DU VERRE asbl VERBOND VAN DE GLASINDUSTRIE vzw Boulevard de la Plaine,5 / Pleinlaan 5 1050 BRUXELLES/BRUSSEL Tel : 02/542.61.20 - Fax : 02/542.61.21 e-mail : info@vgi-fiv.be -

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF SECURITE FEU TUBES ET RACCORDS PVC PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail

G L A S S U N L I M I T E D

G L A S S U N L I M I T E D THERMOBEL HOME SWEET HOME G L A S S U N L I M I T E D T h e r m o b e l H O M E S W E E T H O M E C h o i s i s s e z v o t r e v i t r a g e e n t o u t e t r a n s p a r e n c e Voilà plus de cinquante

Plus en détail

Parquets : le point sur la normalisation

Parquets : le point sur la normalisation La grande majorité des secteurs de la filière bois restent très actifs en matière de normalisation, en France ou plus généralement en Europe. Ces travaux, suivis ou gérés par le BNBA, évoluent plus ou

Plus en détail

Documentation technique

Documentation technique Documentation technique Produits et procès-verbaux vitrages pare-flammes et coupe-feu FIR GLASS SOLUTIONS Sommaire Fire Glass Solutions 3 lassification générique des vitrages résistants au feu 4 aractéristiques

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION LUMINAIRES

REGLES DE CERTIFICATION LUMINAIRES REGLES DE CERTIFICATION LUMINAIRES N d identification : NM013 Version 01 Date d approbation : 30 octobre 2014 1. OBJET ET CHAMP D'APPLICATION Le présent référentiel ainsi que ses annexes précisent les

Plus en détail

ARAF Autorité de régulation des activités ferroviaires

ARAF Autorité de régulation des activités ferroviaires ARAF Autorité de régulation des activités ferroviaires Avis n 2012-015 du 27 juin 2012 sur le projet d arrêté relatif aux autorisations de réalisation et de mise en exploitation commerciale de sous-systèmes

Plus en détail

FENÊTRES EN PVC ET PVC-ALUMINIUM TOP 72. des solutions pour plus de confort

FENÊTRES EN PVC ET PVC-ALUMINIUM TOP 72. des solutions pour plus de confort FENÊTRES EN PVC ET PVC-ALUMINIUM TOP 72 des solutions pour plus de confort 2 Plus de qualité pour votre habitation Optimisation du confort maîtrise du coût de l énergie facilité d entretien maintenance

Plus en détail

6 juin 11.00 11.20 De la maison unifamiliale au bâtiment collectif: les exigences de sécurité contre l incendie Y. Martin CSTC

6 juin 11.00 11.20 De la maison unifamiliale au bâtiment collectif: les exigences de sécurité contre l incendie Y. Martin CSTC 6 juin 11.00 11.20 De la maison unifamiliale au bâtiment collectif: les exigences de sécurité contre l incendie Y. Martin CSTC 1 Contenu de la présentation 1. Les principes de base Réaction au feu Résistance

Plus en détail

DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X

DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X DEC/GX DÉCLARATION DE DÉTENTION/UTILISATION D APPAREILS ÉLECTRIQUES GÉNÉRANT DES RAYONS X Ce formulaire de demande concerne les déclarations prévues aux 1 et 3 de l article R.1333-19 du code de la santé

Plus en détail

GUIDE UNAC N. 10 POUR L INSTALLATION DE PORTES MOTORISEES PIETONNES COULISSANTES CONFORMEMENT A LA DIRECTIVE MACHINES 98/37/CE ET AUX NORMES

GUIDE UNAC N. 10 POUR L INSTALLATION DE PORTES MOTORISEES PIETONNES COULISSANTES CONFORMEMENT A LA DIRECTIVE MACHINES 98/37/CE ET AUX NORMES Installateur: (Nom, adresse, téléphone) GUIDE UNAC N. 10 POUR L INSTALLATION DE PORTES MOTORISEES PIETONNES COULISSANTES CONFORMEMENT A LA DIRECTIVE MACHINES 98/37/CE ET AUX NORMES pren 12650-1* - pren

Plus en détail

Energie-bois Suisse Neugasse 6 8005 Zürich Téléphone 044 250 88 11 Fax 044 250 88 22 info@energie-bois.ch www.energie-bois.ch www.suisseenergie.

Energie-bois Suisse Neugasse 6 8005 Zürich Téléphone 044 250 88 11 Fax 044 250 88 22 info@energie-bois.ch www.energie-bois.ch www.suisseenergie. Energie-bois Suisse Neugasse 6 8005 Zürich Téléphone 044 250 88 11 Fax 044 250 88 22 info@energie-bois.ch www.energie-bois.ch www.suisseenergie.ch Zurich, 12.01.2015 Révision globale de la législation

Plus en détail

Le béton de ciment blanc : comment le prescrire dans les cahiers des charges?

Le béton de ciment blanc : comment le prescrire dans les cahiers des charges? Le béton de ciment blanc : comment le prescrire dans les cahiers des charges? La présente notice a pour but de guider l auteur de projet dans l élaboration de son cahier des charges. Réaliser un ouvrage

Plus en détail

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels ANNEXE I c LEXIQUE 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels Amélioration : Ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion, destinées à améliorer la sûreté de

Plus en détail