Economie Politique Mutations et nouvelles régulations économiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economie Politique Mutations et nouvelles régulations économiques"

Transcription

1 Economie Politique Mutations et nouvelles régulations économiques - Master M1 Sciences Economiques - G. COLLETIS Introduction Un pays n est pas riche si sa base productive est trop faible. Les Etats-Unis, puissants et fragiles à la fois, pratiquent actuellement un déficit externe impressionnant. Ils consomment plus qu ils produisent, ce qui résulte d une base productive manufacturière trop faible. Cependant, le président Clinton pratiquait une politique de «jobs for americans» ; la part des exportations américaines dans les exportations mondiales a augmenté pendant sa période présidentielle. La France, elle, a laissée aller sa base productive. On observe la délocalisation, la désindustrialisation, ce qui affecte l avenir de l emploi en France (rapport BEFFA). Une économie saine doit avoir une base industrielle, et les services aux entreprises doivent être sa base, plutôt que les services aux ménages. On ne peut pas répartir quelque chose qui n est pas produit! 1/55

2 1 Ouverture de l économie nationale, transformation du mode de régulation et redéfinition de la nature, des objectifs et des moyens de la politique économique D une économie autocentrée à une économie ouverte Rappel de quelques résultats conceptuels des théories du commerce international et de la théorie de la domination La réorientation géographique des échanges extérieurs de la France à l issue de la dislocation de l empire colonial Evolution de la nature des échanges et apparition d une «contrainte extérieure» Evolution des prix et taux de change La dynamique des investissements directs Suréquilibre du commerce extérieur et obsession de la compétitivité Crise et définition d un nouveau mode de régulation Image du temps et rappel de quelques concepts de base de l approche en termes de régulation (accumulation, crises mineures/majeures.) Les transformations du rapport salarial Transformation du mode d organisation de la production et de la nature de la concurrence Evolution de la contrainte monétaire et de la contrainte financière Vers des politiques économiques insérées ou coordonnées D une politique budgétaire «en quantité» vers une politique budgétaire à l équilibre mais sélective Du franc à l euro : autonomisation des politiques monétaires Politiques fiscales et sociales Vers un changement de nature de la politique économique? Dynamiques du système productif Cohérence du tableau d échanges interindustriels et choix de spécialisation Densité et cohérence de tableau interindustriel Perte de cohérence et spécialisation (créneaux et filières) Une nouvelle cohérence du système productif? Politiques industrielles et politiques pour l industrie Politiques et programmes sectoriels Des politiques horizontales discriminantes Politiques pour l industrie Des champions nationaux à l alternative perte de sens de la nationalité versus renouvellement de la nationalité Politique macro-économique autocentrée, planification, grands programmes et champions nationaux L émancipation progressive des champions nationaux Dilation de leur espace marchand Dilation de leur base productive à l étranger (IDE) et production à l étranger /55

3 3.2.3 Emancipation politique le paradoxe des nationalisations Les dimensions de la nouvelle nationalité de l entreprise Territorialité et nationalité Universalité de la science et diffusion des innovations : polarisation de la création de technologie Cultures et pratiques managériales nationales : la diversité des capitalismes Conclusion : Vers des nouvelles régulations publiques et privées /55

4 4/55

5 1 Ouverture de l économie nationale, transformation du mode de régulation et redéfinition de la nature, des objectifs et des moyens de la politique économique L objectif de ce cours sera d étudier les mutations économiques qui ont eu lieu depuis On observe effectivement que le monde a changé, la principale mutation structurelle étant celle de l ouverture des économies nationales. Or, il n y a pas de théories de la mondialisation, seulement des théories d économie internationale. Il faut parler de la mondialisation et non pas de l internationalisation. Maintenant on parle d attractivité plutôt que de la compétitivité. 1.1 D une économie autocentrée à une économie ouverte Une économie autocentrée n est pas la même chose qu une économie autarcique ; ce dernier ne change pas du tout au niveau de l ouverture des frontières (ex : l Albanie d il y a quelques années). L économie autocentrée est plutôt une économie dont l ouverture est mesurée et très progressive. On rappelle que le taux de couverture est défini comme le rapport entre exportations (X) et importations (M) : Taux de couverture X M Ce ratio est à l équilibre (i.e. égal à 1) lorsqu il y a égalité entre exportations et importations. En France, le ratio fluctue autour de 1 ; il est actuellement à 0,98, c est-à-dire en déficit commercial. Cependant, cette mesure ne nous permet pas de dire si l économie change beaucoup au niveau de son degré d ouverture. Pour cela, on utilise plutôt le taux d ouverture, qui est la part des exportations dans la production. Taux d'ouverture X PIB marchand Notons qu au lieu d utiliser le PIB total, il convient d utiliser la part du PIB qu il est possible d exporter. On fait de même pour les importations ; c es ici le rapport entre importations et consommation intérieure : Taux d'ouverture M Marché intérieur MI En France, ces 2 ratios sont de l ordre de 27-28%, alors qu en 1950 elles étaient de l ordre de 5%. On observe donc une ouverture nette de l économie française depuis 50 ans. 5/55

6 Remarquons que la France ressemble aux Etats-Unis plutôt qu à l Allemagne et au Japon. Les croissances allemande et japonaise sont tirées en large partie par les exportations, entraînant ainsi des excédents commerciaux importants. Cela a des effets importants pour les raisonnements d économie politique. Par exemple, prenons l analyse de Keynes, qui part d une économie autocentrée. Si l économie est ouverte, une augmentation salariale peut dans une large mesure être utilisée pour des biens étrangers, stimulant ainsi l économie de manière relativement faible. En clair, pour des économies ayant des taux d ouverture différents, on ne peut pas appliquer les mêmes recettes d économie politique. Définition : Une économie ouverte est une économie ayant un taux d ouverture suffisant pour considérer que l économie soit insérée dans l économie mondiale. On peut qualifier la mondialisation de système généralisé d interdépendance économique à l échelle mondiale. Il s agit d une interdépendance asymétrique, en fonction principalement de la taille des pays et de leur taux d ouverture. Par exemple, un choc affectant l économie américaine est plus important pour l économie mondiale qu un choc affectant de manière égale l économie argentine. L évolution depuis 50 ans de l interdépendance économique rend la «crise» économique actuelle incomparable avec celle des années 20. Il y a 80 ans, toutes les économies majeures étaient autocentrées à l exception du Royaume-Uni tandis qu aujourd hui l interdépendance est très prononcée Rappel de quelques résultats conceptuels des théories du commerce international et de la théorie de la domination 1) Les théories mercantilistes (Colbert, List) Une puissance économique est riche si elle exporte beaucoup, si elle parvient à restreindre ses importations et à développer sa base productive. A ces fins, il peut être nécessaire de protéger des industries naissantes. Par exemple, dans les années , List proposait l abandon des tarifs douaniers entre Etats germaniques et la protection de la métallurgie visà-vis la Grande-Bretagne. Ceci a entraîné une révolution industrielle en Allemagne (mais très tardive). 2) La pensée libérale Elle s appuie sur 2 piliers ; Adam Smith et David Ricardo. Smith pensait que chaque pays peut être caractérisé par une dotation factorielle plus ou moins grande (capital, travail, terre, climat). Ceci étant, les pays ont intérêt à se spécialiser sur la base de leur dotation factorielle, et on touche là au principe macroéconomique de spécialisation. Smith parle de don de la nature, mais estime qu il est également une question de la performance de la spécialisation (la bonne division du travail etc.) Ricardo, lui, distingue l avantage absolu de l avantage comparatif. Effectivement, selon le principe de Smith, un pays relativement efficace sur tous les secteurs ne va pas échanger, et 6/55

7 c est cela que Ricardo veut contrer. Prenons la Grande-Bretagne comme exemple ; à l époque elle avait un avantage absolu «partout», mais pas la même intensité dans tous les secteurs. Selon Ricardo, chaque pays doit se spécialiser dans le secteur où l avantage comparatif est le plus fort. L idée était que tout le monde gagne à une spécialisation et à l échange international, tandis que selon la pensée mercantiliste, ce qui est gagne par un pays est perdue par un autre. 3) Heckscher - Ohlin Si le travail était le seul facteur de production comme le modèle ricardien le suppose, l avantage comparatif pourrait seulement provenir de différences internationales de productivité. Or, dans le modèle réel, les différences dans les ressources joue également un rôle. Heckscher et Ohlin introduisent la possibilité de mobilité des facteurs (i.e. le capital et le travail peuvent bouger), et que l abondance relative des facteurs de production joue un rôle. Un pays relativement riche en capital exporte des biens avec une haute intensité capitalistique, «exportant» ainsi le capital. On peut aussi parler d une logique d investissements directs à l étranger (ex : entreprise française qui s implante en Chine pour y produire). 4) Théorie de la domination Proche des questions de développement, cette théorie se développe à partir des années 60 (Samir Amin). Une question qui a été laissé de côté chez Ricardo est celle des termes de l échange (Ricardo dit juste que le prix devrait se situer entre prix d isolement et prix d ouverture). De nombreux travaux empiriques ont montré que les termes de l échange sont des déterminants robustes du développement économique. La théorie de la domination stipule que les pays qui se spécialisent dans certains domaines ne sont pas maîtres du prix (ex : les «majors» du pétrole peuvent manipuler le prix), pouvant ainsi souffrir d une détérioration des termes de l échange. Or, depuis quelques années la théorie du commerce international a de nouveau pris un tournant libéral, surtout avec les travaux de P. Krugman («La mondialisation n est pas coupable»). Selon lui, l évolution de la productivité est déterminante pour le développement d un pays La réorientation géographique des échanges extérieurs de la France à l issue de la dislocation de l empire colonial Dans les années 50 la France a un taux d ouverture relativement faible. Les échanges ont majoritairement lieu entre la France métropolitaine et les pays constituant son ancien empire colonial (donc en majorité des pays africains). Il en est ainsi pour la Grande-Bretagne, tandis que les Etats-Unis qui ont des échanges sur une base plus vaste. L Allemagne e le Japon sont également plus ouverts que la France, du 7/55

8 fait de leur schéma «mercantiliste». A partir des années 50, les empires coloniaux se désagrègent, et à la même période se crée la CEE avec le traité de Rome, entraînant l abaissement très progressif des barrières tarifaires (les barrières non tarifaires, comme par exemple les normes de sécurité alimentaire ou les monopoles publics, restent). Ces 2 processus favorisent une restructuration des échanges. La France va réorienter ses échanges vers les pays développés, et surtout vers les pays européens, au détriment des échanges avec les pays en développement (surtout en Afrique). Les 3 décennies suivantes ( ) sont des décennies de réorientation ; la valeur absolue des échanges françaises décline. Le problème en Europe c est qu il y a un pays économiquement dominant, l Allemagne, qui de surcroît pratique un de schéma de croissance tirée par les exportations. Par conséquent, la France développe un déficit de la balance commerciale, surtout à cause des échanges avec l Allemagne. En 1970, se déficit avec l Allemagne s accompagne de déficits importants avec le Japon et avec les Etats-Unis, signifiant la perte de maîtrise du commerce extérieur (dans les années , la France essaie de dégager des excédents commerciaux avec l Afrique afin d équilibrer ces déficits, mais en même temps ces échanges diminuent, suite au processus de réorientation). Il revient donc à la France de rééquilibrer ses échanges dans les années 80. L étape suivante de l intégration européenne a lieu en 1986, avec la signature de l Acte Unique, qui stipule d abolition de toutes les barrières tarifaires et non tarifaires à l échéance de Désormais, les normes qui existent sont des normes européennes. Les dernières étapes de l intégration européenne (et donc de la réorientation de l économie française vers une optique européenne) on été la création de la monnaie unique et l élargissement de l Union Européenne. Ces 2 évènements, auront, chacun à sa façon, des effets énormes sur l emploi et sur la structure des échanges en Europe Evolution de la nature des échanges et apparition d une «contrainte extérieure» 1) Evolution de la nature des changes La nature des échanges (i.e. la spécialisation) est déterminée par 2 dimensions ; la dimension géographique et la dimension «produits». A) Dimension géographique. On observe des disparités énormes en matière de croissance économique. En Asie et aux Etats-Unis on observe des niveaux élevés, tandis qu en Europe on observe des niveaux faibles. Si les exportations sont orientées vers des zones de haute croissance, elles ont tendance à croître de manière relativement rapide. Il est donc avantageux de les orienter vers les Etats- Unis et l Asie. La France, en revanche, s est spécialisée sur la zone euro, ce qui est malheureux en vue des écarts de croissance. L Allemagne, elle, a une spécialisation plus favorable ; elle échange plus avec les Etats-Unis et énormément avec la Chine (ceci est quand même compréhensible ; l Allemagne pratique une politique de croissance tirée par les 8/55

9 exportations, et il est donc impératif de trouver des zones de croissance vers lesquelles elle peut exporter. La France, en revanche, a davantage d objectifs de caractère politique pour exporter vers l Europe, et surtout vers l Allemagne.) Donc, en Europe il y a certaines asymétries résultant des choix de spécialisation géographique. En 2004, la France pratique un déficit commercial, alors que l Allemagne pratique un excédent historique. Ces choix de spécialisation ont une grande inertie ; ils ne se refont pas facilement. Il faudra une durée d environ ans pour réorienter une politique commerciale au sens géographique. B) Dimension «produits» Il y a 3 façons d analyser cette question (1) selon le contenu technologique de échanges, (2) selon le type de compétitivité (prix/hors prix), et (3) selon que la spécialisation est intra- ou interbranche. 1. Spécialisation selon le contenu technologique. Cette notion fait référence au niveau technologique des entreprises (haute moyenne basse). Il se mesure par le rapport entre dépenses en R&D et le CA du secteur, et le classement se fait de la manière suivante : Lorsque ce ratio dépasse 3%, on dit que c est un secteur de haute technologie. 1,5% < r < 3% moyenne technologie r < 1,5% basse technologie Le ratio moyen varie selon le pays ; celui de la France avoisine les 2%, tandis que le ratio américain est autour de 3% (économie de haute technologie). Donc la France ne peut pas dans l ensemble être qualifiée d économie d haute technologie. On a donc une distinction assez variée des choix technologiques. Certains pays, comme les Etats-Unis ont une spécialisation dans la haute technologie plus importante que d autres. La France est spécialisée dans les technologies haute et basse, tandis que l Allemagne est spécialisée en moyenne technologie. Les auteurs du rapport BEFFA, récemment sorti en France, estiment qu il faut faire évoluer la spécialisation technologique en France vers la haute technologie (actuellement ce «secteur» ne concerne qu environ 15% des entreprises). Le rapport estime qu à ces fins, il faut entamer des grands programmes technologiques. 2. Spécialisation selon compétitivité prix/hors prix La compétitivité prix est une notion qui divise les économistes déjà au niveau conceptuel. Certains estiment que les exportations sont compétitives au sens du prix lorsque l on arrive à les vendre moins cher que le concurrent, tandis que d autres avancent qu un avantage compétitif consiste à pouvoir vendre cher (Ce dernier raisonnement est celui des termes de l échange, dont l évolution est importante pour la croissance économique.) 9/55

10 Comment en sortir? En effet, cela dépend de l élasticité du volume des exportations par rapport au prix ; Il est évidemment plus avantageux d avoir des exportations inélastiques ; comme cela permet plus facilement d augmenter le prix. Pour produire de tels produits, il faut accentuer sa spécificité, i.e. la diversifier au plus haut degré par rapport à la concurrence. Cette situation est assimilable à une situation monopolistique. Effectivement, on peut considérer le prix comme l arme d entrepreneurs faibles (ou de pays faibles, si on raisonne en macro). Le mieux, c est de se dégager une marge en innovant, i.e. en produisant spécifiquement. Derrière l avantage prix il y a aussi l avantage coûts, c est-à-dire la capacité de réaliser des gains de productivité (constitution de marge). La compétitivité hors prix est une notion un peu difficile à saisir. Mazier et al. Ont réalisé un classement des pays en fonction de leur solde commercial (X/M) et en fonction de leur compétitivité prix. (Les auteurs ont considéré qu un pays compétitif sur les prix est celui qui arrive à maîtriser les prix à l exportation). Le classement fait état de l évolution depuis 1980, c est donc un classement de tendance. En observant ces classements on voit qu ils ne coïncident pas ; les pays ayant les taux d ouverture (X/M) les plus élevés n ont pas forcement l évolution des prix la plus favorable. On fait donc un 3 e classement correspondant à la compétitivité hors prix ; c est l écart entre les 2 premières colonnes qui représente cette compétitivité. Exemple : Japon A cette époque le Japon a un avantage prix (le yen est sous-évalué et la productivité est forte), mais pas un avantage suffisant pour expliquer une telle performance d exportation. Le Japon doit donc également profiter d un avantage hors prix. Il y a effectivement des pays qui ont soit un avantage prix, soit un avantage hors prix, soit les 2, soit aucun des 2. Cette analyse a été reprise par l OCDE. Quels sont les déterminants d un avantage hors prix? En effet, on peut parler de R&D, de systèmes d information, de flexibilité salariale etc. afin d innover et de produire des produits innovants. La compétitivité globale contient donc la compétitivité prix et la compétitivité hors prix. Leur combinaison varie fortement selon le secteur ; par exemple, dans le secteur textile, la compétitivité prix est la plus importante, tandis que dans le secteur aéronautique la compétitivité hors prix est de très loin la plus importante. Lorsque le marché est croissant, la compétitivité hors prix est dominante, puisque la spécialisation est très importante (création de niches etc.) En revanche, en récession on met l accent sur le prix et sur la maîtrise des coûts. Pour les entreprises, dont l objectif principal est de perdurer, il faut gérer ces cycles, en produisant pour les 2 cas. Un exemple probant peut être celui de l industrie automobile, dans laquelle une entreprise peut produire des voitures «bon marché» ainsi que des voitures de luxe. 10/55

11 3. Spécialisation intra-/interbranche Il faut d abord faire la distinction entre branche et secteur. Une branche contient tous les producteurs qui participent dans la production d un produit, et un secteur contient toutes les entreprises ayant la même occupation principale. Donc, un producteur spécialisé de sièges pour voitures doit être classé dans la branche automobile, mais pas dans le secteur automobile. On va considérer les branches. On peut découper un système productif en 3 branches larges : (1) les biens d équipement, (2) les biens de consommation intermédiaire et (3) les biens de consommation finale. Cependant, cela est une agrégation très grossière. Au sein de chaque branche, on a 3 niveaux de nomenclature : très agrégé, semi-agrégé et désagrégé. Le niveau désagrégé est dit «le niveau 700», car on peut y recenser environ 700 branches. Une économie ne peut pas être représentée sur toutes les branches ; une certaine spécialisation est donc nécessaire. Afin de bien cerner la spécialisation d un pays, on ne peut pas agréger trop ou trop peu, ce qui nous amène à considérer le niveau semiagrégé (avec environ 40 branches, dont l automobile et l électronique). Un choix de spécialisation interbranche se fait entre les branches (ah oui? ), il s agit de «tenir» la branche, i.e. de produire tout ce dont la branche contient ( on peut parler de pôles de compétitivité). On peut s engager (choix positif) ou se désengager (choix négatif) au sein d une même branche. La spécialisation intrabranche, elle, consiste à produire certains components ou certains produits au sein d une branche (ex : uniquement les voitures à luxe). Quels ont été les choix des pays? La France est un pays qui se spécialise plutôt intrabranche, pour les exportations comme pour les importations. Très rares sont les branches où il n y a aucune production française, mais il y a en revanche une spécialisation au sein de chaque branche. La France a très peu de pôles de compétitivité. Cette stratégie est commune à beaucoup de pays, dont les Etats-Unis. On se spécialise au sein de la plupart des branches, et on ne tient qu un très petit nombre L Allemagne a une spécialisation exportatrice interbranche, mais une spécialisation importatrice intrabranche. 4 ou 5 branches constituent 80% des exportations allemandes, mais il y a également des importations dans certaines des branches que les allemands tiennent ( asymétrie entre X et M). Le Japon pratique une spécialisation interbranche dans les 2 domaines. Pour les exportations l électronique représente 70%, et les importations sont dominées par l agroalimentaire et le textile. Comment peut-on comparer ces régimes de spécialisation? En effet, les Etats-Unis et la France ont plutôt tendance à réaliser des déficits commerciaux, tandis que le 11/55

12 Japon et l Allemagne réalisent des excédents. Le facteur commun entre ces 2 pays est la spécialisation interbranche à l exportation (et c est là la raison pour que l on parle pas mal actuellement de pôles de compétitivité). 2) La contrainte extérieure Il s agit du déficit commercial, ou bien d un ratio (X/M) < 1. Lorsque la croissance domestique est supérieure à la croissance mondiale, ceci peut provoquer une croissance du déficit commercial, car on peut penser que les importations augmentent plus vite que les exportations. En 1981, face au chômage, le gouvernement français choisit une hausse des dépenses publiques et des salaires, dans ce qui se situait dans une logique très keynésienne. Or, cela a entraîné une croissance supérieure à celle des partenaires commerciaux, ce qui a aggravé la balance commerciale française. Comme la France ne s est pas attiré suffisamment de capitaux pour financer le déficit, il y a eu dépréciation du franc et hausse des taux d intérêt. On peut donc parler d une contrainte extérieure Evolution des prix et taux de change 1) Evolution des prix Il faut clairement distinguer entre évolution des prix et inflation. 1. L inflation est un phénomène monétaire ; c est le gonflement de la masse monétaire. Ce gonflement peut avoir de différentes origines (alimentation par la BC, monnaie scripturale, création monétaire par les banques). 2. La hausse des prix est l observation statistique de la hausse d une indice des prix. L inflation peut entraîner la hausse des prix, mais pas forcement. Cet effet a lieu uniquement lorsque la masse monétaire croît plus vite que la valeur des transactions réelles. Si c est le cas, la création excédentaire de monnaie entraîne la hausse des prix afin de rétablir le pouvoir d achat (i.e. rééquilibrer le marché de la monnaie). Cependant, une certaine croissance de la masse monétaire est nécessaire pour répondre à la croissance des transactions. Une évolution nulle de M3, qui est l agrégat monétaire le plus utilisé, n a aucun sens. Or, l objectif monétaire exact est difficile à réaliser, car le taux d intérêt n est qu un outil rudimentaire. La théorie quantitative de la monnaie (Fisher, Friedman) stipule que la hausse des prix peut résulter de l inflation monétaire, ce qui est vrai, mais pas forcement vrai. Par exemple, on peut importer une hausse des prix par l augmentation des coûts des partenaires commerciaux. Cela peut également résulter d une modification du partage de la VA entre facteur capital (P) et facteur travail (W). Y = W + P Si les salariés reçoivent une augmentation des salaires supérieure à la hausse de la VA, les capitalistes vont vouloir reconstituer leur taux de profit. A cette fin, ils augmentent leurs 12/55

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES 1 LES NOTIONS Echange marchand = échange de biens et de services qui s effectue sur un marché et qui donne lieu au paiement d un prix fixé

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1 UE 5 - ECONOMIE Niveau L : 210 heures 18 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Grands courants de pensée et principaux faits économiques et sociaux (35 heures) 1.1 Histoire des faits

Plus en détail

Les fondements des échanges internationaux

Les fondements des échanges internationaux Les fondements des échanges internationaux Fiche 1 Objectif Comprendre les fondements théoriques des échanges internationaux Prérequis Croissance économique, importations, exportations, facteurs de production

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

1. Théorie classique de l échange international

1. Théorie classique de l échange international DEUXIEME PARTIE : 1. Théorie classique de l échange international LES FONDEMENTS THEORIQUES DE l INTEGRATION ECONOMIQUE La théorie (néo)-classique de l échange international trouve ses fondements dans

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

Économie Générale Commerce International

Économie Générale Commerce International Économie Générale Commerce International La théorie du commerce international s intéresse à la modélisation des échanges de B&S (biens et services) entre États. Elle se penche aussi sur les questions d

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite

Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite Ecole Polytechnique, 2ème Année, Eco-434 Economie Internationale PC 3 - Concurrence imparfaite Intégration européenne et Effet-frontière Dans cet exercice, nous utilisons un cadre empirique pour étudier

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE SOURCE ET LIMITES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. Dans quelle mesure la croissance économique accompagne-t-elle le développement?

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Croissance, fluctuations et crises

Croissance, fluctuations et crises Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? FICHE 2 LA PRODUCTIVITE La productivité fait partie des mécanismes les plus importants de l économie. Produire

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

Exercices de TD : Commerce international

Exercices de TD : Commerce international Exercices de TD : Commerce international 1 Balance des paiements Exercice 1.1 : Soit : BC : la balance courante, S p : l épargne privée, I : l investissement, G : les dépenses publiques et T : les impôts.

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 11 1 Macroéconomie : fin

Plus en détail

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE

Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE Chapitre 2-CHOIX ET ECHANGE sensibiliser Citer de situations où la ressource est rare, les contraintes possibles :! Un espace limité pour ranger ses vêtements, un temps restreint dans la journée pour faire

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS La France : 4 e destination mondiale Une croissance du nombre de projet Après trois années de stabilité, le nombre des projets d investissements étrangers

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Rencontre Moyen Terme 2014/2018 Grégori Colin Economiste LA BALANCE COMMERCIALE (incluant les services marchands) Les flux

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION

EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION EXPLOITATION LOGISTIQUE & TRANSPORTS LES MODULES DE FORMATION PROGRAMME DE LA FORMATION La formation porte sur quatre (04) Unités d enseignement répartis en modules. Chaque module est affecté d un coefficient

Plus en détail

DÉFINITIONS FONDEMENTS. Pierre BARDELLI

DÉFINITIONS FONDEMENTS. Pierre BARDELLI COMPÉTITIVITÉ DÉFINITIONS FONDEMENTS Pierre BARDELLI Professeur Emérite - Université de Lorraine Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales Université de Lorraine Membre associé à la Chaire de Responsabilité

Plus en détail

LE REGIME ALLEMAND DE CROISSANCE TIREE PAR

LE REGIME ALLEMAND DE CROISSANCE TIREE PAR LE REGIME ALLEMAND DE CROISSANCE TIREE PAR L EXPORTATION : VERS UNE REMISE EN CAUSE DURABLE? Rémi Lallement* L actuelle crise économique et financière, qui affecte particulièrement les pays les plus dépendants

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex

L'économie ouverte. Y = Cd + Id + Gd + Ex L'économie ouverte Dans une économie ouverte, le pays n'est pas contraint de réaliser en toute année l'équilibre entre ses dépenses et sa production de biens et services. Le pays peut dépenser plus qu'il

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

UPEC AEI - Licence 3 Administration publique Socio-Economie des mutations contemporaines (8) D. Glaymann - 2010-2011 1

UPEC AEI - Licence 3 Administration publique Socio-Economie des mutations contemporaines (8) D. Glaymann - 2010-2011 1 8. Les grande étapes du dilemme protectionnisme/ libre-échange Le contenu et la comptabilisation des échanges internationaux Les argumentaires favorables au protectionnisme et au libre-échange L évolution

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Bilan du commerce extérieur de la Corée en 2013

Bilan du commerce extérieur de la Corée en 2013 Résumé Bilan du commerce extérieur de la Corée en 213 Malgré une croissance modeste en 213 (+,7% contre 1% en moyenne par an entre 2 et 21), les échanges commerciaux coréens se sont maintenus au-dessus

Plus en détail

CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores

CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores Page 336 TABLEAU 9-1 Une appréciation de la performance économique du Japon Accroissement du volume du PIB Accroissement du

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit

Rappels de macro-économie. La monnaie et le crédit Rappels de macro-économie La monnaie et le crédit Les différents types de monnaie La monnaie fiduciaire : pièces et billets : M1 La monnaie scripturale : avoirs bancaires M2 La masse monétaire : M = M1

Plus en détail

Le commerce extérieur du Mozambique en 2013

Le commerce extérieur du Mozambique en 2013 Le commerce extérieur du Mozambique en 2013 Résumé En 2013, les échanges extérieurs du Mozambique se sont élevés à 12,6 Mds USD, en hausse de 7,4% par rapport à 2012. Les exportations sont principalement

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Théorie keynésienne : le reste du monde

Théorie keynésienne : le reste du monde Théorie keynésienne : le reste du monde Le modèle keynésien en économie ouverte Le modèle keynésien est valide uniquement dans le cadre d'une économie fermée, c'est-à-dire sans échanges extérieurs. Dans

Plus en détail

L Australie et la crise agricole

L Australie et la crise agricole L Australie et la crise agricole Agriculture en Australie Agriculture en France 20% 8% céréales élevage à viande/laitier 23% culture et élevage 48% autre 17% 36% Sources : Bureau australien des Statistiques

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Mondialisation et Disparité des Revenus

Mondialisation et Disparité des Revenus Université de la Colombie Britannique Introduction Des années 50 jusqu au début des années 70, la croissance du commerce mondial était semblable à la croissance á celle du PIB mondial. Depuis le milieu

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations?

2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations? 2 ère session : Stratégie des acteurs : adaptation ou profondes mutations? 2.2 Nouveaux comportements / Nouvelles stratégies Marianne SIEG (Directrice du développement Air France) «La crise économique

Plus en détail

La mise en œuvre du Tarif Extérieur Commun (TEC)

La mise en œuvre du Tarif Extérieur Commun (TEC) La mise en œuvre du Tarif Extérieur Commun (TEC) Les difficultés inhérentes à la mise en application du Tarif Extérieur Commun dans l espace U.E.M.O.A. ayant été relevées, il convient de trouver des solutions

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC Manifeste de la CFTC pour la mise en œuvre d un label «Traçabilité Sociale» Confirmant que la France souhaite toujours

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE et MINISTÈRE DE LA RECHERCHE00.47 NOVEMBRE En 1998, les États de la zone OCDE financent un tiers de la dépense intérieure de recherche et développement.

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Introduction : Etats-Unis Royaume-Uni France Allemagne Japon 500 450 400 350 300 250 200 150 100 50 0 1820 1850 1870 1890 1910 Document 1 : Croissance

Plus en détail

MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques

MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques 2015 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques JEAN-LOUIS BRILLET GILBERT CETTE IAN GAMBINI THOMAS LAGOARDE-SEGOTEGOT 1 2 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général 2015 Sommaire général

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

1 CULTURE D ENTREPRISE ET CULTURES NATIONALES

1 CULTURE D ENTREPRISE ET CULTURES NATIONALES 1 CULTURE D ENTREPRISE ET CULTURES NATIONALES Les premières analyses approfondies sur la culture d entreprise datent des années 1980. Ce chapitre présente les principaux résultats de ces recherches et

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS Avant-propos Dimitri UZUNIDIS Innovation : introduire des nouveautés, des changements, plus spécialement dans l industrie et, plus généralement, dans les affaires. Aussi, faire du neuf à partir de l existant

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Choix concurrentiels 2008 Comparaison des coûts d implantation des entreprises à l échelon international KPMG SA

Choix concurrentiels 2008 Comparaison des coûts d implantation des entreprises à l échelon international KPMG SA Choix concurrentiels 2008 Comparaison des coûts d implantation des entreprises à l échelon international KPMG SA Sommaire 1. A propos de l étude Choix concurrentiels 2008 2. Comparaison entre pays 3. Résultats

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Macroéconomie dans une économie globalisée. Université de Lille 1, M1 EMI Année 2013 2014 Lise Patureau

Macroéconomie dans une économie globalisée. Université de Lille 1, M1 EMI Année 2013 2014 Lise Patureau Macroéconomie dans une économie globalisée Université de Lille 1, M1 EMI Année 2013 2014 Lise Patureau Chapitre 1 L ouverture des économies Introduction Tenir compte de la dimension «ouverte» de nos économies

Plus en détail

I) La création de richesses et le niveau de vie.

I) La création de richesses et le niveau de vie. Partie II : La création de richesses et la croissance économique Chapitre 3 : Les finalités de la croissance. I) La création de richesses et le niveau de vie. A) La création de richesses 1. La définition

Plus en détail

Introduction : Croissance, développement et changement social.

Introduction : Croissance, développement et changement social. Introduction : Croissance, développement et changement social. Amorce : Le dessous des cartes, Le basculement de la richesse, Vidéo Arte + Questionnaire Questionnaire : 1 ) Les 3 catégories de pays définies

Plus en détail

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101

DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ. Avril 2007. Revue de l OFCE 101 DOSSIER L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Avril 2007 L AVENIR DU SECTEUR DE L ÉLECTRICITÉ Introduction La libéralisation en cours dans le secteur de l énergie en Europe soulève deux questions qui sont

Plus en détail