Economie Politique Mutations et nouvelles régulations économiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economie Politique Mutations et nouvelles régulations économiques"

Transcription

1 Economie Politique Mutations et nouvelles régulations économiques - Master M1 Sciences Economiques - G. COLLETIS Introduction Un pays n est pas riche si sa base productive est trop faible. Les Etats-Unis, puissants et fragiles à la fois, pratiquent actuellement un déficit externe impressionnant. Ils consomment plus qu ils produisent, ce qui résulte d une base productive manufacturière trop faible. Cependant, le président Clinton pratiquait une politique de «jobs for americans» ; la part des exportations américaines dans les exportations mondiales a augmenté pendant sa période présidentielle. La France, elle, a laissée aller sa base productive. On observe la délocalisation, la désindustrialisation, ce qui affecte l avenir de l emploi en France (rapport BEFFA). Une économie saine doit avoir une base industrielle, et les services aux entreprises doivent être sa base, plutôt que les services aux ménages. On ne peut pas répartir quelque chose qui n est pas produit! 1/55

2 1 Ouverture de l économie nationale, transformation du mode de régulation et redéfinition de la nature, des objectifs et des moyens de la politique économique D une économie autocentrée à une économie ouverte Rappel de quelques résultats conceptuels des théories du commerce international et de la théorie de la domination La réorientation géographique des échanges extérieurs de la France à l issue de la dislocation de l empire colonial Evolution de la nature des échanges et apparition d une «contrainte extérieure» Evolution des prix et taux de change La dynamique des investissements directs Suréquilibre du commerce extérieur et obsession de la compétitivité Crise et définition d un nouveau mode de régulation Image du temps et rappel de quelques concepts de base de l approche en termes de régulation (accumulation, crises mineures/majeures.) Les transformations du rapport salarial Transformation du mode d organisation de la production et de la nature de la concurrence Evolution de la contrainte monétaire et de la contrainte financière Vers des politiques économiques insérées ou coordonnées D une politique budgétaire «en quantité» vers une politique budgétaire à l équilibre mais sélective Du franc à l euro : autonomisation des politiques monétaires Politiques fiscales et sociales Vers un changement de nature de la politique économique? Dynamiques du système productif Cohérence du tableau d échanges interindustriels et choix de spécialisation Densité et cohérence de tableau interindustriel Perte de cohérence et spécialisation (créneaux et filières) Une nouvelle cohérence du système productif? Politiques industrielles et politiques pour l industrie Politiques et programmes sectoriels Des politiques horizontales discriminantes Politiques pour l industrie Des champions nationaux à l alternative perte de sens de la nationalité versus renouvellement de la nationalité Politique macro-économique autocentrée, planification, grands programmes et champions nationaux L émancipation progressive des champions nationaux Dilation de leur espace marchand Dilation de leur base productive à l étranger (IDE) et production à l étranger /55

3 3.2.3 Emancipation politique le paradoxe des nationalisations Les dimensions de la nouvelle nationalité de l entreprise Territorialité et nationalité Universalité de la science et diffusion des innovations : polarisation de la création de technologie Cultures et pratiques managériales nationales : la diversité des capitalismes Conclusion : Vers des nouvelles régulations publiques et privées /55

4 4/55

5 1 Ouverture de l économie nationale, transformation du mode de régulation et redéfinition de la nature, des objectifs et des moyens de la politique économique L objectif de ce cours sera d étudier les mutations économiques qui ont eu lieu depuis On observe effectivement que le monde a changé, la principale mutation structurelle étant celle de l ouverture des économies nationales. Or, il n y a pas de théories de la mondialisation, seulement des théories d économie internationale. Il faut parler de la mondialisation et non pas de l internationalisation. Maintenant on parle d attractivité plutôt que de la compétitivité. 1.1 D une économie autocentrée à une économie ouverte Une économie autocentrée n est pas la même chose qu une économie autarcique ; ce dernier ne change pas du tout au niveau de l ouverture des frontières (ex : l Albanie d il y a quelques années). L économie autocentrée est plutôt une économie dont l ouverture est mesurée et très progressive. On rappelle que le taux de couverture est défini comme le rapport entre exportations (X) et importations (M) : Taux de couverture X M Ce ratio est à l équilibre (i.e. égal à 1) lorsqu il y a égalité entre exportations et importations. En France, le ratio fluctue autour de 1 ; il est actuellement à 0,98, c est-à-dire en déficit commercial. Cependant, cette mesure ne nous permet pas de dire si l économie change beaucoup au niveau de son degré d ouverture. Pour cela, on utilise plutôt le taux d ouverture, qui est la part des exportations dans la production. Taux d'ouverture X PIB marchand Notons qu au lieu d utiliser le PIB total, il convient d utiliser la part du PIB qu il est possible d exporter. On fait de même pour les importations ; c es ici le rapport entre importations et consommation intérieure : Taux d'ouverture M Marché intérieur MI En France, ces 2 ratios sont de l ordre de 27-28%, alors qu en 1950 elles étaient de l ordre de 5%. On observe donc une ouverture nette de l économie française depuis 50 ans. 5/55

6 Remarquons que la France ressemble aux Etats-Unis plutôt qu à l Allemagne et au Japon. Les croissances allemande et japonaise sont tirées en large partie par les exportations, entraînant ainsi des excédents commerciaux importants. Cela a des effets importants pour les raisonnements d économie politique. Par exemple, prenons l analyse de Keynes, qui part d une économie autocentrée. Si l économie est ouverte, une augmentation salariale peut dans une large mesure être utilisée pour des biens étrangers, stimulant ainsi l économie de manière relativement faible. En clair, pour des économies ayant des taux d ouverture différents, on ne peut pas appliquer les mêmes recettes d économie politique. Définition : Une économie ouverte est une économie ayant un taux d ouverture suffisant pour considérer que l économie soit insérée dans l économie mondiale. On peut qualifier la mondialisation de système généralisé d interdépendance économique à l échelle mondiale. Il s agit d une interdépendance asymétrique, en fonction principalement de la taille des pays et de leur taux d ouverture. Par exemple, un choc affectant l économie américaine est plus important pour l économie mondiale qu un choc affectant de manière égale l économie argentine. L évolution depuis 50 ans de l interdépendance économique rend la «crise» économique actuelle incomparable avec celle des années 20. Il y a 80 ans, toutes les économies majeures étaient autocentrées à l exception du Royaume-Uni tandis qu aujourd hui l interdépendance est très prononcée Rappel de quelques résultats conceptuels des théories du commerce international et de la théorie de la domination 1) Les théories mercantilistes (Colbert, List) Une puissance économique est riche si elle exporte beaucoup, si elle parvient à restreindre ses importations et à développer sa base productive. A ces fins, il peut être nécessaire de protéger des industries naissantes. Par exemple, dans les années , List proposait l abandon des tarifs douaniers entre Etats germaniques et la protection de la métallurgie visà-vis la Grande-Bretagne. Ceci a entraîné une révolution industrielle en Allemagne (mais très tardive). 2) La pensée libérale Elle s appuie sur 2 piliers ; Adam Smith et David Ricardo. Smith pensait que chaque pays peut être caractérisé par une dotation factorielle plus ou moins grande (capital, travail, terre, climat). Ceci étant, les pays ont intérêt à se spécialiser sur la base de leur dotation factorielle, et on touche là au principe macroéconomique de spécialisation. Smith parle de don de la nature, mais estime qu il est également une question de la performance de la spécialisation (la bonne division du travail etc.) Ricardo, lui, distingue l avantage absolu de l avantage comparatif. Effectivement, selon le principe de Smith, un pays relativement efficace sur tous les secteurs ne va pas échanger, et 6/55

7 c est cela que Ricardo veut contrer. Prenons la Grande-Bretagne comme exemple ; à l époque elle avait un avantage absolu «partout», mais pas la même intensité dans tous les secteurs. Selon Ricardo, chaque pays doit se spécialiser dans le secteur où l avantage comparatif est le plus fort. L idée était que tout le monde gagne à une spécialisation et à l échange international, tandis que selon la pensée mercantiliste, ce qui est gagne par un pays est perdue par un autre. 3) Heckscher - Ohlin Si le travail était le seul facteur de production comme le modèle ricardien le suppose, l avantage comparatif pourrait seulement provenir de différences internationales de productivité. Or, dans le modèle réel, les différences dans les ressources joue également un rôle. Heckscher et Ohlin introduisent la possibilité de mobilité des facteurs (i.e. le capital et le travail peuvent bouger), et que l abondance relative des facteurs de production joue un rôle. Un pays relativement riche en capital exporte des biens avec une haute intensité capitalistique, «exportant» ainsi le capital. On peut aussi parler d une logique d investissements directs à l étranger (ex : entreprise française qui s implante en Chine pour y produire). 4) Théorie de la domination Proche des questions de développement, cette théorie se développe à partir des années 60 (Samir Amin). Une question qui a été laissé de côté chez Ricardo est celle des termes de l échange (Ricardo dit juste que le prix devrait se situer entre prix d isolement et prix d ouverture). De nombreux travaux empiriques ont montré que les termes de l échange sont des déterminants robustes du développement économique. La théorie de la domination stipule que les pays qui se spécialisent dans certains domaines ne sont pas maîtres du prix (ex : les «majors» du pétrole peuvent manipuler le prix), pouvant ainsi souffrir d une détérioration des termes de l échange. Or, depuis quelques années la théorie du commerce international a de nouveau pris un tournant libéral, surtout avec les travaux de P. Krugman («La mondialisation n est pas coupable»). Selon lui, l évolution de la productivité est déterminante pour le développement d un pays La réorientation géographique des échanges extérieurs de la France à l issue de la dislocation de l empire colonial Dans les années 50 la France a un taux d ouverture relativement faible. Les échanges ont majoritairement lieu entre la France métropolitaine et les pays constituant son ancien empire colonial (donc en majorité des pays africains). Il en est ainsi pour la Grande-Bretagne, tandis que les Etats-Unis qui ont des échanges sur une base plus vaste. L Allemagne e le Japon sont également plus ouverts que la France, du 7/55

8 fait de leur schéma «mercantiliste». A partir des années 50, les empires coloniaux se désagrègent, et à la même période se crée la CEE avec le traité de Rome, entraînant l abaissement très progressif des barrières tarifaires (les barrières non tarifaires, comme par exemple les normes de sécurité alimentaire ou les monopoles publics, restent). Ces 2 processus favorisent une restructuration des échanges. La France va réorienter ses échanges vers les pays développés, et surtout vers les pays européens, au détriment des échanges avec les pays en développement (surtout en Afrique). Les 3 décennies suivantes ( ) sont des décennies de réorientation ; la valeur absolue des échanges françaises décline. Le problème en Europe c est qu il y a un pays économiquement dominant, l Allemagne, qui de surcroît pratique un de schéma de croissance tirée par les exportations. Par conséquent, la France développe un déficit de la balance commerciale, surtout à cause des échanges avec l Allemagne. En 1970, se déficit avec l Allemagne s accompagne de déficits importants avec le Japon et avec les Etats-Unis, signifiant la perte de maîtrise du commerce extérieur (dans les années , la France essaie de dégager des excédents commerciaux avec l Afrique afin d équilibrer ces déficits, mais en même temps ces échanges diminuent, suite au processus de réorientation). Il revient donc à la France de rééquilibrer ses échanges dans les années 80. L étape suivante de l intégration européenne a lieu en 1986, avec la signature de l Acte Unique, qui stipule d abolition de toutes les barrières tarifaires et non tarifaires à l échéance de Désormais, les normes qui existent sont des normes européennes. Les dernières étapes de l intégration européenne (et donc de la réorientation de l économie française vers une optique européenne) on été la création de la monnaie unique et l élargissement de l Union Européenne. Ces 2 évènements, auront, chacun à sa façon, des effets énormes sur l emploi et sur la structure des échanges en Europe Evolution de la nature des échanges et apparition d une «contrainte extérieure» 1) Evolution de la nature des changes La nature des échanges (i.e. la spécialisation) est déterminée par 2 dimensions ; la dimension géographique et la dimension «produits». A) Dimension géographique. On observe des disparités énormes en matière de croissance économique. En Asie et aux Etats-Unis on observe des niveaux élevés, tandis qu en Europe on observe des niveaux faibles. Si les exportations sont orientées vers des zones de haute croissance, elles ont tendance à croître de manière relativement rapide. Il est donc avantageux de les orienter vers les Etats- Unis et l Asie. La France, en revanche, s est spécialisée sur la zone euro, ce qui est malheureux en vue des écarts de croissance. L Allemagne, elle, a une spécialisation plus favorable ; elle échange plus avec les Etats-Unis et énormément avec la Chine (ceci est quand même compréhensible ; l Allemagne pratique une politique de croissance tirée par les 8/55

9 exportations, et il est donc impératif de trouver des zones de croissance vers lesquelles elle peut exporter. La France, en revanche, a davantage d objectifs de caractère politique pour exporter vers l Europe, et surtout vers l Allemagne.) Donc, en Europe il y a certaines asymétries résultant des choix de spécialisation géographique. En 2004, la France pratique un déficit commercial, alors que l Allemagne pratique un excédent historique. Ces choix de spécialisation ont une grande inertie ; ils ne se refont pas facilement. Il faudra une durée d environ ans pour réorienter une politique commerciale au sens géographique. B) Dimension «produits» Il y a 3 façons d analyser cette question (1) selon le contenu technologique de échanges, (2) selon le type de compétitivité (prix/hors prix), et (3) selon que la spécialisation est intra- ou interbranche. 1. Spécialisation selon le contenu technologique. Cette notion fait référence au niveau technologique des entreprises (haute moyenne basse). Il se mesure par le rapport entre dépenses en R&D et le CA du secteur, et le classement se fait de la manière suivante : Lorsque ce ratio dépasse 3%, on dit que c est un secteur de haute technologie. 1,5% < r < 3% moyenne technologie r < 1,5% basse technologie Le ratio moyen varie selon le pays ; celui de la France avoisine les 2%, tandis que le ratio américain est autour de 3% (économie de haute technologie). Donc la France ne peut pas dans l ensemble être qualifiée d économie d haute technologie. On a donc une distinction assez variée des choix technologiques. Certains pays, comme les Etats-Unis ont une spécialisation dans la haute technologie plus importante que d autres. La France est spécialisée dans les technologies haute et basse, tandis que l Allemagne est spécialisée en moyenne technologie. Les auteurs du rapport BEFFA, récemment sorti en France, estiment qu il faut faire évoluer la spécialisation technologique en France vers la haute technologie (actuellement ce «secteur» ne concerne qu environ 15% des entreprises). Le rapport estime qu à ces fins, il faut entamer des grands programmes technologiques. 2. Spécialisation selon compétitivité prix/hors prix La compétitivité prix est une notion qui divise les économistes déjà au niveau conceptuel. Certains estiment que les exportations sont compétitives au sens du prix lorsque l on arrive à les vendre moins cher que le concurrent, tandis que d autres avancent qu un avantage compétitif consiste à pouvoir vendre cher (Ce dernier raisonnement est celui des termes de l échange, dont l évolution est importante pour la croissance économique.) 9/55

10 Comment en sortir? En effet, cela dépend de l élasticité du volume des exportations par rapport au prix ; Il est évidemment plus avantageux d avoir des exportations inélastiques ; comme cela permet plus facilement d augmenter le prix. Pour produire de tels produits, il faut accentuer sa spécificité, i.e. la diversifier au plus haut degré par rapport à la concurrence. Cette situation est assimilable à une situation monopolistique. Effectivement, on peut considérer le prix comme l arme d entrepreneurs faibles (ou de pays faibles, si on raisonne en macro). Le mieux, c est de se dégager une marge en innovant, i.e. en produisant spécifiquement. Derrière l avantage prix il y a aussi l avantage coûts, c est-à-dire la capacité de réaliser des gains de productivité (constitution de marge). La compétitivité hors prix est une notion un peu difficile à saisir. Mazier et al. Ont réalisé un classement des pays en fonction de leur solde commercial (X/M) et en fonction de leur compétitivité prix. (Les auteurs ont considéré qu un pays compétitif sur les prix est celui qui arrive à maîtriser les prix à l exportation). Le classement fait état de l évolution depuis 1980, c est donc un classement de tendance. En observant ces classements on voit qu ils ne coïncident pas ; les pays ayant les taux d ouverture (X/M) les plus élevés n ont pas forcement l évolution des prix la plus favorable. On fait donc un 3 e classement correspondant à la compétitivité hors prix ; c est l écart entre les 2 premières colonnes qui représente cette compétitivité. Exemple : Japon A cette époque le Japon a un avantage prix (le yen est sous-évalué et la productivité est forte), mais pas un avantage suffisant pour expliquer une telle performance d exportation. Le Japon doit donc également profiter d un avantage hors prix. Il y a effectivement des pays qui ont soit un avantage prix, soit un avantage hors prix, soit les 2, soit aucun des 2. Cette analyse a été reprise par l OCDE. Quels sont les déterminants d un avantage hors prix? En effet, on peut parler de R&D, de systèmes d information, de flexibilité salariale etc. afin d innover et de produire des produits innovants. La compétitivité globale contient donc la compétitivité prix et la compétitivité hors prix. Leur combinaison varie fortement selon le secteur ; par exemple, dans le secteur textile, la compétitivité prix est la plus importante, tandis que dans le secteur aéronautique la compétitivité hors prix est de très loin la plus importante. Lorsque le marché est croissant, la compétitivité hors prix est dominante, puisque la spécialisation est très importante (création de niches etc.) En revanche, en récession on met l accent sur le prix et sur la maîtrise des coûts. Pour les entreprises, dont l objectif principal est de perdurer, il faut gérer ces cycles, en produisant pour les 2 cas. Un exemple probant peut être celui de l industrie automobile, dans laquelle une entreprise peut produire des voitures «bon marché» ainsi que des voitures de luxe. 10/55

11 3. Spécialisation intra-/interbranche Il faut d abord faire la distinction entre branche et secteur. Une branche contient tous les producteurs qui participent dans la production d un produit, et un secteur contient toutes les entreprises ayant la même occupation principale. Donc, un producteur spécialisé de sièges pour voitures doit être classé dans la branche automobile, mais pas dans le secteur automobile. On va considérer les branches. On peut découper un système productif en 3 branches larges : (1) les biens d équipement, (2) les biens de consommation intermédiaire et (3) les biens de consommation finale. Cependant, cela est une agrégation très grossière. Au sein de chaque branche, on a 3 niveaux de nomenclature : très agrégé, semi-agrégé et désagrégé. Le niveau désagrégé est dit «le niveau 700», car on peut y recenser environ 700 branches. Une économie ne peut pas être représentée sur toutes les branches ; une certaine spécialisation est donc nécessaire. Afin de bien cerner la spécialisation d un pays, on ne peut pas agréger trop ou trop peu, ce qui nous amène à considérer le niveau semiagrégé (avec environ 40 branches, dont l automobile et l électronique). Un choix de spécialisation interbranche se fait entre les branches (ah oui? ), il s agit de «tenir» la branche, i.e. de produire tout ce dont la branche contient ( on peut parler de pôles de compétitivité). On peut s engager (choix positif) ou se désengager (choix négatif) au sein d une même branche. La spécialisation intrabranche, elle, consiste à produire certains components ou certains produits au sein d une branche (ex : uniquement les voitures à luxe). Quels ont été les choix des pays? La France est un pays qui se spécialise plutôt intrabranche, pour les exportations comme pour les importations. Très rares sont les branches où il n y a aucune production française, mais il y a en revanche une spécialisation au sein de chaque branche. La France a très peu de pôles de compétitivité. Cette stratégie est commune à beaucoup de pays, dont les Etats-Unis. On se spécialise au sein de la plupart des branches, et on ne tient qu un très petit nombre L Allemagne a une spécialisation exportatrice interbranche, mais une spécialisation importatrice intrabranche. 4 ou 5 branches constituent 80% des exportations allemandes, mais il y a également des importations dans certaines des branches que les allemands tiennent ( asymétrie entre X et M). Le Japon pratique une spécialisation interbranche dans les 2 domaines. Pour les exportations l électronique représente 70%, et les importations sont dominées par l agroalimentaire et le textile. Comment peut-on comparer ces régimes de spécialisation? En effet, les Etats-Unis et la France ont plutôt tendance à réaliser des déficits commerciaux, tandis que le 11/55

12 Japon et l Allemagne réalisent des excédents. Le facteur commun entre ces 2 pays est la spécialisation interbranche à l exportation (et c est là la raison pour que l on parle pas mal actuellement de pôles de compétitivité). 2) La contrainte extérieure Il s agit du déficit commercial, ou bien d un ratio (X/M) < 1. Lorsque la croissance domestique est supérieure à la croissance mondiale, ceci peut provoquer une croissance du déficit commercial, car on peut penser que les importations augmentent plus vite que les exportations. En 1981, face au chômage, le gouvernement français choisit une hausse des dépenses publiques et des salaires, dans ce qui se situait dans une logique très keynésienne. Or, cela a entraîné une croissance supérieure à celle des partenaires commerciaux, ce qui a aggravé la balance commerciale française. Comme la France ne s est pas attiré suffisamment de capitaux pour financer le déficit, il y a eu dépréciation du franc et hausse des taux d intérêt. On peut donc parler d une contrainte extérieure Evolution des prix et taux de change 1) Evolution des prix Il faut clairement distinguer entre évolution des prix et inflation. 1. L inflation est un phénomène monétaire ; c est le gonflement de la masse monétaire. Ce gonflement peut avoir de différentes origines (alimentation par la BC, monnaie scripturale, création monétaire par les banques). 2. La hausse des prix est l observation statistique de la hausse d une indice des prix. L inflation peut entraîner la hausse des prix, mais pas forcement. Cet effet a lieu uniquement lorsque la masse monétaire croît plus vite que la valeur des transactions réelles. Si c est le cas, la création excédentaire de monnaie entraîne la hausse des prix afin de rétablir le pouvoir d achat (i.e. rééquilibrer le marché de la monnaie). Cependant, une certaine croissance de la masse monétaire est nécessaire pour répondre à la croissance des transactions. Une évolution nulle de M3, qui est l agrégat monétaire le plus utilisé, n a aucun sens. Or, l objectif monétaire exact est difficile à réaliser, car le taux d intérêt n est qu un outil rudimentaire. La théorie quantitative de la monnaie (Fisher, Friedman) stipule que la hausse des prix peut résulter de l inflation monétaire, ce qui est vrai, mais pas forcement vrai. Par exemple, on peut importer une hausse des prix par l augmentation des coûts des partenaires commerciaux. Cela peut également résulter d une modification du partage de la VA entre facteur capital (P) et facteur travail (W). Y = W + P Si les salariés reçoivent une augmentation des salaires supérieure à la hausse de la VA, les capitalistes vont vouloir reconstituer leur taux de profit. A cette fin, ils augmentent leurs 12/55

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève 1 - Des échanges indispensables Document 1 : Pourquoi échangeons-nous? Pourquoi des échanges internationaux? Drôle de question Effectivement

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Les fondements du commerce

Les fondements du commerce Les fondements du commerce international Le libre-échange, chacun s'en réclame mais personne ne le pratique. Dans tous les pays du monde, on veut exporter sans pour autant subir la pénétration des produits

Plus en détail

Thèmes et questionnements Notions de terminale et acquis de première

Thèmes et questionnements Notions de terminale et acquis de première Thèmes et questionnements Notions de terminale et acquis de première Quels sont les fondements du commerce international et de l internationalisation de la production? Notions de Terminale : avantage comparatif,

Plus en détail

COMMERCE ET INVESTISSEMENT

COMMERCE ET INVESTISSEMENT Web Japan http://web-japan.org/ COMMERCE ET INVESTISSEMENT Un changement vers un commerce à modèle horizontal Des voitures prêtes à l exportation (Crédit photo : Toyota Motor Corporation) Introduction

Plus en détail

Le modèle ricardien: les avantages comparatifs

Le modèle ricardien: les avantages comparatifs Le modèle ricardien: les avantages comparatifs - modèle très simple - résultats non triviaux sur la spécialisation internationale - message: explique pourquoi les pays très différents ont intérêt à commercer

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD Cours de Lionel Fontagné Année 2009-2010 1 Balance des paiements Exercice 1.1: Soit : BC : la balance courante, S

Plus en détail

Chapitre 3 Quels sont les fondements de la mondialisation du commerce et de la production?

Chapitre 3 Quels sont les fondements de la mondialisation du commerce et de la production? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 décembre 2014 à 14:59 Chapitre 3 Quels sont les fondements de la mondialisation du commerce et de la production? 1 Une analyse du commerce mondial A La montée

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT I) L'internationalisation des échanges A) Mesurer les échanges La balance des paiements Le taux d'ouverture La part de marché Le taux de pénétration

Plus en détail

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite)

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 4Conclusion des modèles de Smith, Ricardo et HOS : échange international et spécialisation des économies nationales sont générateurs de

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce internationale en situation de concurrence imparfaite: Trois problèmes essentiels des modèles théoriques Ricardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

ECHANGE INTERNATIONAL ET CROISSANCE : L ANALYSE DE D RICARDO

ECHANGE INTERNATIONAL ET CROISSANCE : L ANALYSE DE D RICARDO ECHANGE INTERNATIONAL ET CROISSANCE : L ANALYSE DE D RICARDO I. D Ricardo et la théorie des avantages comparatifs A. L auteur des «principes de l économie politique et de l impôt» 1817 1. Biographie, contexte

Plus en détail

1. Les exportations nettes représentent la valeur des importations moins celle des exportations.

1. Les exportations nettes représentent la valeur des importations moins celle des exportations. Thème 7 L économie ouverte Questions Vrai ou faux 1. Les exportations nettes représentent la valeur des importations moins celle des exportations. 2. L investissement net à l étranger canadien diminue

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

VI INTERNATIONALISATION DES ECHANGES ET MONDIALISATION

VI INTERNATIONALISATION DES ECHANGES ET MONDIALISATION VI INTERNATIONALISATION DES ECHANGES ET MONDIALISATION TC 13 : Commerce international, croissance et développement 1 La mondialisation 11 Aspects de la mondialisation DOC 1 Q1 Résumez, classifiez et illustrez

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE 3 ème PARTIE : LES MOTEURS DE LA CROISSANCE MOTS CLES CHAPITRE 11 LES ECHANGES EXTERIEURS - Balance commerciale, des capitaux, des

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui Plan du cours : - Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui - I. Les théories du commerce international - les avantages comparatifs (Ricardo) - les dotations de facteurs (HOS)

Plus en détail

Pourquoi échanger? Vertus et contraintes du libre-échange

Pourquoi échanger? Vertus et contraintes du libre-échange Pourquoi échanger? Vertus et contraintes du libre-échange Cet article fait suite à l article du 30 décembre 2014 sur le protectionnisme, sur ce blog, intitulé : Libre-échange ou protectionnisme? Deuxième

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD

Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD Université Paris I Panthéon-Sorbonne Cours de commerce international L3 Brochure de TD Cours de Lionel Fontagné Année 2014-2015 1 Balance des paiements Exercice 1.1 Soit : BC : la balance courante, S p

Plus en détail

C. L organisation institutionnelle du commerce international. Taux de change et régime de change. déséquilibres au sein de la balance des paiements

C. L organisation institutionnelle du commerce international. Taux de change et régime de change. déséquilibres au sein de la balance des paiements CHAPITRE 12 Commerce international, croissance et développement Ouverture La part des exportations dans le PIB de chaque groupe de pays tend à s accroître depuis 1990 : leurs exportations augmentent donc

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

L avantage comparatif

L avantage comparatif L avantage comparatif Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année The theory of comparative advantage is the only result in social science that is

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = L'ouverture des économies au commerce international est-il un facteur de croissance économique?

DISSERTATION. Sujet = L'ouverture des économies au commerce international est-il un facteur de croissance économique? DISSERTATION Il est demandé au candidat : 1. de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; 2. de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Le commerce international est-il source de progrès économique et social?

Le commerce international est-il source de progrès économique et social? 1 Le commerce international est-il source de progrès économique et social? Macroéconomie Introduction I. L ouverture aux échanges internationaux est globalement favorable au progrès économique et social

Plus en détail

Les fondements théoriques du libre-échange. Remy Katshingu

Les fondements théoriques du libre-échange. Remy Katshingu Chapitre 2 Théories explicatives des échanges internationaux Les fondements théoriques du libre-échange Remy Katshingu 1 Introduction Ces théories essaient de donner une réponse logique gq à la question

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

III. Avantages et inconvénients de l ouverture des économies

III. Avantages et inconvénients de l ouverture des économies 2.1 QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION? III. Avantages et inconvénients de l ouverture des économies Correction du devoir maison «L ouverture

Plus en détail

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre de devises étrangères contre monnaie nationale dépréciation

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Compétitivité des exportations au Maroc

Compétitivité des exportations au Maroc Royaume du Maroc Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les documents de travail engagent cependant la responsabilité

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

de commerce international

de commerce international Séance n 2. Le modèle néo-classique Plan de commerce international Modèle HOS Ouverture et inégalités de revenu : théorème de Stolper-Samuelson Variation des dotations factorielles : théorème de Rybczynski

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Déplacement de l'ide vers l'est

Déplacement de l'ide vers l'est Extrait de : Science, technologie et industrie : Tableau de bord de l'ocde 211 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/sti_scoreboard-211-fr Déplacement de l'ide vers l'est Merci de citer

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Bulletin Economique THEORIES DU COMMERCE INTERNATIONAL. "Théorie économique" -9 Juin 2014-

Bulletin Economique THEORIES DU COMMERCE INTERNATIONAL. Théorie économique -9 Juin 2014- Bulletin Economique THEORIES DU COMMERCE INTERNATIONAL "Théorie économique" -9 Juin 2014- L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01 - Email: contact@leconomiste.eu www.leconomiste.eu

Plus en détail

Coût et qualité Le problème de «compétitivité» de l économie française

Coût et qualité Le problème de «compétitivité» de l économie française Coût et qualité Le problème de «compétitivité» de l économie française Florian MAYNERIS On impute fréquemment le manque de «compétitivité» de l économie française à un coût trop élevé du travail. Or, les

Plus en détail

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest Atelier de la classe de premiere en Sciences Economiques & Sociales Revue de presse économique, politique et sociale française Janvier

Plus en détail

La dépense de R&D en quelques chiffres clé

La dépense de R&D en quelques chiffres clé La dépense de R&D en quelques chiffres clé avec un éclairage particulier sur le secteur énergétique par Nathalie POPIOLEK* L investissement dans la connaissance n est pas un budget prioritaire pour les

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

La France dans la compétition économique mondiale

La France dans la compétition économique mondiale La France dans la compétition économique mondiale Bruno VALERSTEINAS (DGTPE) Pôle «Analyse des échanges et stratégies d internationalisation» Au cinquième rang des échanges mondiaux de biens, la France

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Module 2 : Appréhender la dimension internationale de l'échange 2.1 : Appréhender les fondements du commerce international

Module 2 : Appréhender la dimension internationale de l'échange 2.1 : Appréhender les fondements du commerce international Module 2 : Appréhender la dimension internationale de l'échange 2.1 : Appréhender les fondements du commerce international Comprendre les fondements et les approches théoriques du commerce international

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe

Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe I. Institutions monétaires, politique monétaire et politique de change A) Cadre institutionnel - n pays et n+1 banques centrales - SEBC (Système européen de banques

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

La Chine et la théorie du commerce international

La Chine et la théorie du commerce international 27 mai 2 N 2-193 La Chine et la théorie du commerce international Si la théorie du commerce international est vérifiée, l'apparition de la Chine comme partenaire commercial majeur n'est pas inquiétante,

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES ÉTATS-UNIS

LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES ÉTATS-UNIS LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES ÉTATS-UNIS Los Angeles, San Francisco/Silicon Valley LES RELATIONS COMMERCIALES DE LA BELGIQUE AVEC LES ÉTATS-UNIS RELATIONS COMMERCIALES 3 Table des

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

I. Les théories du commerce international

I. Les théories du commerce international 1 I. Les théories du commerce international A. Le mercantilisme Le mercantilisme est une doctrine économique qui associe puissance économique et puissance politique et qui considère que l échange international

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

CHAPITRE 1 - LES RELATIONS COMMERCIALES INTERNATIONALES

CHAPITRE 1 - LES RELATIONS COMMERCIALES INTERNATIONALES CHAPITRE 1 - LES RELATIONS COMMERCIALES INTERNATIONALES Les avantages comparatifs? «C'est sans doute la théorie la plus brillante de la science économique.» OMC Les pays ont intérêt à développer leurs

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012

PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 PREMIER TRIMESTRE 2012 Mai 2012 INSEED BP 453 N Djamena Tél : 252 31 64 Fax : 252 66 13 E-mail : inseed@intnet.td site : www.inseed-tchad.org TABLE DES MATIERES RUBRIQUES Pages SIGLES ET SIGNES CONVENTIONNELS

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail