Qualité de service d'un centre de service de messagerie GSM (SMSC)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qualité de service d'un centre de service de messagerie GSM (SMSC)"

Transcription

1 UNIVERSITE LIBANAISE (Faculté de Génie) UNIVERSITE SAINT-JOSEPH (Faculté d'ingénierie) Sous l'égide de l'agence Universitaire de la Francophonie AUF Diplôme d'etudes Approfondies Réseaux de télécommunications Qualité de service d'un centre de service de messagerie GSM (SMSC) Par Youssef Haddad Encadré par : M. George Yazbek et Dr. Samir Tohmé Soutenance le 22 décembre 2004 devant le jury composé de MM. Samir Tohmé Président Mohamad Zoaeter Membre Wajdi Najem Membre Imad Mougharbel Membre Nicolas Rouhana Membre Mahmoud Doughan Membre Maroun Chamoun Membre

2 2

3 Remerciements Je souhaite exprimer mes vifs remerciements à Dr. Samir Tohmé et M. George Yazbek pour l honneur qu ils m ont fait d être rapporteurs de cette mémoire et ce en dépit de leurs nombreuses responsabilités et occupations. Je suis profondément reconnaissant envers Dr. Chafic Mokbel pour les nombreuses discussions et précieux conseils prodigués, pour tout ce qu il m a appris et pour son optimisme sans mesure qui devenait contagieux quand l on avait le plus besoin. Qu il trouve ici le témoignage de ma profonde et sincère gratitude. Une grande partie de mes travaux n aurait jamais été possible sans le soutien matériel et intellectuel des membres de Jinny Software Ltd. et de l équipe SMSC. Je tiens de ce fait à remercier Mona Rouphael et Fahed Kozah ayant collaboré par leurs travaux à la réalisation de cette mémoire. Je suis redevable à Irène Jabbour et Elias Nahra pour leurs nombreux conseils et les corrections apportées au manuscrit. Je remercie tout particulièrement Denise Haddad pour avoir relu l intégralité de cette mémoire en vue des corrections du français. Je tiens finalement à remercier vivement toutes les personnes qui de près ou de loin ont contribué au bon déroulement de cette mémoire. Qu ils trouvent ici l expression de ma profonde gratitude. 3

4 Table des matières Liste des figures...6 Liste des tableaux...8 Sommaire...9 Chapitre 1 11 Introduction générale Le SMS Le succès exponentiel des SMS Saturation d un centre de SMS Planification de la capacité Par mesures directes Par modélisations et simulations Outils de simulation QNAP...14 Chapitre 2 16 Centre de service de messagerie SMSC Les SMS Le SMSC Définition Architecture Le logiciel Les interfaces L interface de l unité de signalisation (SIU) Le système OAM Le système de facturation Entité Externe des Messages courts «ESME» Le récepteur L émetteur Les files d attente du ESME Gestion de messages Les messages MO Les messages MT Suivi et acquittement Les transactions MO MT MO MO-ack MT MT-ack

5 6. Mécanisme de contrôle du surcharge Anti-spamming Régulation de la sortie La protection de l entrée...27 Chapitre 3 28 La théorie de la file d attente Définition des concepts Généralités sur la file d attente Les modèles de files d attente Classification des modèles de files d attente Quelques exemples de modèles de files d attente Performances d un système d attente...34 Chapitre 4 35 Evaluation de performance d'un SMSC Introduction Les files d attente L environnement du test en charge L architecture du test en charge Les outils du test en charge Modélisation et mesure Premier choix MO MO-ack MO MT MT MT-ack Conclusion Second choix MO MO-ack MO MT MT MT-ack Conclusion L influence du processeur...60 Chapitre 5 64 Conclusions et perspectives...64 Annexe A...67 Références bibliographiques...70 Glossaire et notation

6 Liste des figures Figure 1 - Le contexte du SMSC...18 Figure 2 - Le récepteur ESME...20 Figure 3 L émetteur ESME...20 Figure 4 - Message du MO vers le SMSC...22 Figure 5 - Message du SMSC vers MT...23 Figure 6 - MO MT livraison réussie avec la première tentative...25 Figure 7 - Schéma général d'un système d'attente...31 Figure 8 - Stations en série dans un système d attente...31 Figure 9 - Stations en série dans un système d attente...32 Figure 10 - Schéma fonctionnel du test en charge...38 Figure 11 - Modélisation du MO MO-ack (1 er choix)...40 Figure 12 - Courbe des valeurs par mesures directes du temps de séjour pour MO MOack (1er choix)...41 Figure 13 - Courbe des valeurs théoriques du temps de séjour pour MO MO-ack (1er choix)...41 Figure 14 - Modélisation du MO MT (1er choix)...42 Figure 15 - Courbe des valeurs par mesures directes du temps de séjour pour MO MT (1er choix)...43 Figure 16 - Courbe des valeurs théoriques du temps de séjour pour MO MT (1er choix) Figure 17 - Courbe des valeurs par mesures directes de la probabilité de blocage (1er choix)...44 Figure 18 - Courbe des valeurs théoriques de la probabilité de blocage (1er choix)...44 Figure 19 - Modélisation de MT - MT-ack (1 er choix)...45 Figure 20 - Courbe des valeurs par mesures directes du temps de séjour pour MT MTack (1er choix)...46 Figure 21 - Courbe des valeurs théoriques du temps de séjour pour MT MT-ack (1er choix)...46 Figure 22 - Modélisation du SMSC...48 Figure 23 - Modélisation de MO - MO-ack (2 nd choix)...49 Figure 24 - Courbe des valeurs par mesures directes du temps de séjour dans la file d attente «A» (2 nd Choix)...50 Figure 25 - Courbe des valeurs théoriques du temps de séjour dans la file d attente «A» (2 nd Choix)...51 Figure 26 - Courbe des valeurs par mesures directes du temps de séjour dans la file d attente «B» (2 nd Choix)...51 Figure 27 - Courbe des valeurs théoriques du temps de séjour dans la file d attente «B» (2 nd Choix)...52 Figure 28 - Modélisation de MO MT (2 nd choix)

7 Figure 29 - Courbe des valeurs par mesures directes du temps de séjour dans la file d attente «C» (2 nd Choix)...54 Figure 30 - Courbe des valeurs théoriques du temps de séjour dans la file d attente «C» (2 nd Choix)...54 Figure 31 - Courbe des valeurs par mesures directes du temps de séjour dans la file d attente «D» (2 nd Choix)...55 Figure 32 - Courbe des valeurs théoriques du temps de séjour dans la file d attente «D» (2 nd Choix)...55 Figure 33 - Courbe des valeurs par mesures directes de la probabilité de blocage (2 nd choix)...56 Figure 34 - Courbe des valeurs théoriques de la probabilité de blocage (2 nd choix)...57 Figure 35 - Modélisation de MT MT-ack (2 nd choix)...57 Figure 36 - Courbe des valeurs par mesures directes du temps de séjour dans la file d attente «E» (2 nd Choix)...58 Figure 37 - Courbe des valeurs théoriques du temps de séjour dans la file d attente «E» (2 nd Choix)...59 Figure 38 - Courbe des valeurs par mesures directes du temps de séjour dans la file d attente «F» (2 nd Choix)...59 Figure 39 - Courbe des valeurs théoriques du temps de séjour dans la file d attente «F» (2 nd Choix)...60 Figure 40 - Temps de séjour de la file "A" pour un taux d'entrées de 400 msg/s...61 Figure 41 - Temps de séjour de la file "B" pour un taux d'entrées de 400 msg/s...61 Figure 42 - Temps de séjour des file "C+D" pour un taux d'entrées de 400 msg/s...61 Figure 43 -Modélisation de MO - MO-ack avec CPU

8 Liste des tableaux Tableau 1 - Valeurs des temps de séjour pour MO MO-ack (1 er choix)...40 Tableau 2 - Valeurs des temps de séjour pour MO MT (1er choix)...42 Tableau 3 - Valeurs de la probabilité de blocage (1er choix)...43 Tableau 4 - Valeurs des temps de séjour pour MT MT-ack (1er choix)...45 Tableau 5 - Valeurs des temps de séjour pour MO MO-ack (2 nd choix)...49 Tableau 6 - Valeurs des temps de séjour pour MO MT (2 nd choix)...53 Tableau 7 - Valeurs de la probabilité de blocage (2 nd choix)...56 Tableau 8 - Valeurs des temps de séjour pour MT MT-ack (2 nd choix)

9 Sommaire Le SMS (ou Short Message Service) prend aujourd hui un ascendant significatif en terme d utilisation. Il est utilisé si le correspondant ne peut pas parler, pour envoyer une information stockée, pour dire des sujets intimes qui passent mieux qu au téléphone, pour ne pas déranger les correspondants ou pour limiter la facture en fin de mois mais surtout on utilise le SMS pour voter (i.e. Miss Lebanon, Star Academy ) et pour envoyer des vœux au nouvel an. Le trafic de type vote ou "bonne année" met une pression énorme sur un centre de service. En effet le trafic entrant se multiplie par 5 parfois par rapport au trafic normal. Il est important pour un opérateur d'utiliser la capacité maximale du système et de rejeter le trafic supplémentaire. Dans la majorité des cas de surcharge, le délai de traitement augmente avec la charge, les téléphones retransmettent, ceci cause une charge supplémentaire et produit un effet d'avalanche. Le système bloque et ne transmet aucun message. Il est donc nécessaire de bien dimensionner les systèmes pour assurer une bonne qualité de service et des revenus maximums. Comme ces événements sont assez rares (une dizaine de fois par année), il faut revenir à la simulation pour bien comprendre le fonctionnement et valider le paramétrage. Un SMSC est un système très complexe composé de plusieurs processus, files d attente et mémoires tampons de taille limitée. L objectif de ce projet est de modéliser un SMSC dans différentes situations pour pouvoir dimensionner les différentes files de façon à avoir un taux de rejet et un délai minimaux. L introduction de ce document décrit l évolution rapide des messages SMS, la saturation des centraux de messagerie GSM lors d évènement comme un 31 décembre ou une finale de coupe de monde et l importance de l évaluation de performance du système par mesures directes ou par modélisation et simulation ou par les deux ensembles comme on va le voir dans les chapitres suivants. Chapitre deux décrit l aspect architectural d un centre de service de messagerie GSM, tel qu il a été standardisé par 3GPP. Ce chapitre est essentiel pour ceux qui veulent bien comprendre cette étude. Il commence par définir le SMS techniquement, puis il décrit le SMSC avec tous ces composants et tous ses interfaces. Il explique l importance des acquittements MO-ack et MT-ack. Puis il entre plus en détails pour décrire les différentes transactions que subissent chaque SMS lors de son arrivée au SMSC jusqu à son départ vers le destinataire. Enfin il termine par décrire les différents mécanismes pour éviter les surcharges. 9

10 Chapitre trois introduit la théorie des files d attente et définit les différents concepts y utilisés. Il introduit par la suite les différents modèles des files d attente avec l importance de chacune d elles en donnant quelques exemples. Et enfin, il finit par citer les différents paramètres qui influent sur la performance d un système d attente. Chapitre quatre explique le phénomène de la modélisation, la simulation et l évaluation de la performance du SMSC. Il décrit les différentes considérations théoriques sur les files d attente utilisées dans notre modélisation. Il introduit ensuite l environnement du test en charge : l architecture du test et les outils utilisés. Ensuite, il commence par décrire les différents types de modèles utilisés pour choisir enfin le modèle qui donne une image plus réelle du système. Ce chapitre va aussi présenter les différentes valeurs obtenues par mesures directes pour valider les modèles choisis. Enfin, il affiche l influence du microprocesseur (CPU) sur le temps de séjour des messages dans le système. Pour terminer, le chapitre cinq présente la conclusion et les perspectives de ce travail. Il discute les résultats de la modélisation obtenus dans le chapitre précédent. Il analyse les possibles modifications qui peuvent rendre le centre de service des messages GSM plus performant. 10

11 Chapitre 1 Introduction générale 1. Le SMS Les SMS ont pris le pas sur d'autres moyens de communication, et offrent aux clients plus de liberté et d'instantanéité. Les SMS sont aujourd'hui majoritairement utilisés dans les circonstances où l'écrit est le mieux adapté en particulier lorsque l'on a besoin de transmettre un message à une personne sans vouloir la déranger (réunion, heure tardive ) ou bien lorsque son environnement immédiat ne permet pas une conversation téléphonique dans de bonnes conditions (bus, train, lieux bruyants). Mais de plus en plus les SMS sont aussi utilisés pour partager des émotions et permettre l'attention sympathique, le témoignage d'affection : souhaiter bon anniversaire, adresser ses félicitations [20] 2. Le succès exponentiel des SMS Le SMS a été lancé en 1992 et est rapidement devenu jusqu'à ce jour, le service d'envoi de données sans fil qui a connu le plus grand succès. Un chiffre permet de réaliser l engouement pour ce type de minis messages : le 31 décembre 2000, au moment du passage au XXI siècle, ce sont près de 7 millions de SMS qui ont été envoyés en France pour se souhaiter une bonne année! Ce sont 15 milliards de messages qui ont été transmis pour le seul mois de décembre 2000 dans le monde, dont 7 milliards en Europe. 11

12 Chapitre 1 - Introduction générale D autre part, Pour fêter la nouvelle année, les clients Orange ont massivement choisi d'envoyer leurs vœux par SMS : avec 42,5 millions de SMS échangés sur son réseau le 1er janvier 2004 (dont 10,7 millions entre minuit et 1h du matin), le trafic a augmenté de 30% par rapport à Envoyer ses vœux par SMS, c'est répondre à son désir d'instantanéité pour signifier un message chaleureux à son proche entourage.[21] En 2003, les clients Orange auront échangé 11 millions de SMS en moyenne par jour. Le nombre de SMS par mois par client a très fortement progressé entre 2001 et 2003, passant de 11 SMS en décembre 2001 à 19 SMS en décembre 2003.[21] Les SMS transitent sur le réseau de téléphonie cellulaire par un canal séparé dit de "signalisation" (d où la limitation à 160 caractères). Ce canal séparé n empêche malheureusement pas un phénomène de saturation (bien connu des utilisateurs de téléphones portables) lors d évènements comme un 31 décembre ou une finale de coupe du monde Saturation d un centre de SMS Aujourd'hui un centre de SMS peut recevoir des millions de messages par jour et peut devenir surchargé à cause de la cadence des arrivées qui excède la capacité du serveur.[5] Un SMSC est muni d un régulateur de trafic qui définit la capacité du serveur. Cette capacité est choisie lors des tests en charge sur le système pour ne pas dépasser une charge maximale. Une fois, on dépasse la capacité du SMSC, ce dernier doit normalement rejeter le trafic supplémentaire et traiter les autres SMS. Dans la majorité des cas de surcharge, le délai de traitement augmente avec la charge, les téléphones retransmettent deux et plusieurs fois le même message, ceci cause une charge supplémentaire et produit un effet d'avalanche. Le système bloque et ne transmet aucun message. Pour faire face à ceci, le contrôle de surcharge peut être employé pour que quelques SMS soient acceptés par le SMSC et l excès soit rejeté. De cette façon le SMSC peut réaliser des temps raisonnables de service pour les messages admis. Le contrôle de surcharge est un grand domaine de recherche et dépend de la performance du modèle du SMSC surchargé. Il est donc nécessaire de bien dimensionner et évaluer la performance du système pour assurer une bonne qualité de service et des revenus maximums. En effet, ce genre de travail permet, par exemple : D assurer un bonne qualité de service en diminuant le temps de traitement pour chaque message. 12

13 Chapitre 1 - Introduction générale D anticiper et de corriger des éventuels problèmes de performance du centre de SMS. D optimiser les ressources du SMSC au fur et à mesure que les caractéristiques du trafic des utilisateurs changent. D évaluer notre système en calculant le nombre maximale de SMS que peut supporter le SMSC. 4. Planification de la capacité La planification de la capacité est l activité de prédire quand le système deviendra saturé et du moyen pour retarder cette saturation. La prédiction doit tenir compte de l évolution de la charge et des niveaux de services souhaités. La prédiction joue un rôle central dans la planification de la capacité. La planification repose donc sur des outils de prédiction : l analyse analytique et la simulation. Quand le point de saturation est prédit, l analyste doit répondre aux questions typiques suivantes : Pourquoi atteint-on la saturation? Quelles ressources retardent la transaction (goulot d étranglement)? Comment peut-on empêcher ou retarder l apparition de ces goulots d étranglement? Afin de planifier la capacité du système, et d évaluer sa performance, il faut soit prendre des mesures directes soit le modéliser et puis faire la simulation. 4.1 Par mesures directes Les mesures directes de performances peuvent être obtenus à partir des tests en charge sur un SMSC. Cette technique consiste à utiliser des simulateurs de clients qui envoient un nombre configurable de SMS simultanément à un SMSC et prendre les mesures convenables comme le temps de séjour du message dans le système et le nombre de messages dans les files d attente. Les mesures directes conforment la base des autres techniques d évaluation des performances car elles fournissent les données avec lesquelles les modèles du système peuvent être conçus et validés. C est la seule technique qui peut offrir «l image réelle» de l état d un système réel en tenant compte de toutes les caractéristiques de celui-ci. Elle est très utilisée dans une gestion préventive : elle permet, par exemple, d estimer avec précision la qualité de service offerte par le SMSC. Néanmoins, cette méthode a plusieurs inconvénients. D une part, le trafic de SMS entrant est extrêmement variable et imprévisible. Par conséquent, les échantillons du trafic 13

14 Chapitre 1 - Introduction générale obtenus à un moment donné ne permettent pas toujours de prévoir le comportement du SMSC dans d autres conditions. 4.2 Par modélisations et simulations La modélisation de performance est une partie importante du secteur de recherche des centres de service de messagerie GSM. Sans un modèle correct d'un SMSC il est difficile de prévoir le fonctionnement du programme. Un vrai modèle est la base de la planification de capacité d un SMSC où des modèles sont employés pour prévoir la performance du système avec différentes configurations.[6] Donc la modélisation consiste à représenter le système par un réseau de files d attente qui peut être résolu analytiquement en utilisant les formules de Jackson ou par simulation. Par exemple, une queue et un serveur dans le SMSC peuvent être représenté par une file d attente avec une certaine discipline de service (cf. chapitre 3). On suppose typiquement que le temps entre l arrivée de messages suit une loi de distribution définie par un ensemble de paramètres. La théorie des files d attente permet d obtenir des mesures de performance telles que la moyenne du temps de service, la probabilité de blocage et l occupation moyenne de la file d attente comme des fonctions simples de ces paramètres des lois, ainsi que sur les mécanismes dans les files. L avantage principal de ces techniques est qu elles sont très efficaces, surtout lorsque la solution analytique existe. En plus, elles permettent d explorer un modèle de SMSC que l on contrôle parfaitement. Ceci entraîne en général une meilleure connaissance de la dynamique du système. Malheureusement, la complexité d un centre de service de messagerie GSM rend la modélisation impossible sans faire beaucoup de suppositions simplificatrices qui peuvent compromettre la qualité des résultats. Une fois le modèle est choisi validé, on peut commencer par la simulation pour évaluer le système, valider le paramétrage choisi et assurer, ainsi, une bonne qualité de service et des revenus maximales. 4.3 Outils de simulation Il y a une très grande variété d outils de simulation spécialisés dans l analyse des files d attente. QNAP sera celui utilisé dans cette recherche QNAP (Queueing Network Analysis Package) [9] est un langage de description et un outil d analyse de réseaux de files d attente. Il est issu de la recherche menée à l INRIA dans les années 70 et 80, principalement, et maintenant il est distribué et maintenu par la société Simulog. Le système à évaluer est modélisé par un réseau de stations. Une station 14

15 Chapitre 1 - Introduction générale est composée d une file d attente, d un ou de multiples serveurs attachés à cette file, d une discipline de service et d un mécanisme de routage. QNAP dispose de plusieurs modules de résolution pour analyser le réseau de files d attente. Un nombre limité de configurations simples peut être résolu analytiquement par des solveurs exacts ou approchés (e.g., des algorithmes de convolution-théorème BCMP, analyse MVA (Mean Value Analysis), approches heuristiques, ). Pour des configurations plus complexes, il possède un solveur Markovien. Si cela ne suffit pas, par exemple, à cause d une explosion d états du système, QNAP analyse le réseau au travers d une simulation à événements discrets.[6] 15

16 Chapitre 2 Centre de service de messagerie SMSC 1. Les SMS Le message court ou le SMS, se compose de 160 caractères alphanumériques si on utilise l'alphabet latin, de 140 caractères binaires si on utilise des données binaires et de 70 caractères pour les langues non-latines comme l'arabe ou chinois. Dans les réseaux GSM, les messages courts sont envoyés à travers le réseau sur des canaux de signalisation. L'utilisation de ces canaux élimine l'utilisation des ressources limitées de voix.[1] Les messages courts fournissent des moyens à bon marché, pour l'opérateur et l'utilisateur, pour communiquer avec d'autres abonnés mobiles et pour envoyer des informations aux abonnés. L'utilisateur juste écrit le message sur le mobile et l'envoie. Durant ces dernières années, le service de message court en GSM a évolué d'être un service utilisé comme notification dans les messageries audio, à un service passionnant de messagerie textuelle et WAP. Le nombre de messages courts envoyés sur les réseaux GSM dans le monde entier a dépassé le 1 milliard par mois. Cette augmentation rapide de transmission des messages SMS a stupéfié les opérateurs de réseau. La plupart de ces opérateurs ont découvert que leur infrastructure existante ne peut pas manipuler ce taux énormes de trafic du SMS. 16

17 Chapitre 2 - Introduction générale Centre de service de messagerie SMSC 2. Le SMSC 2.1 Définition Le SMSC est le «bureau de poste» qui sert le trafic SMS sur le réseau GSM. Il fonctionne comme une plateforme d'enregistrement et de transfert (store and forward platform). Il reçoit les messages venant des utilisateurs, les analyse et les garde localement, et les fournit à leur destination d une façon sécurisée. Le SMSC utilise le protocole GSM pour communiquer avec les MSCs et les HLRs dans le réseau mobile. Typiquement, le SMSC offre une variété de protocoles d interfaces qui permettent aux entités non-mobiles d envoyer des messages aux mobiles. Ceux-ci incluent les protocoles du courrier électronique et d'internet tels que le SMTP et le HTTP pour les interfaces et Web. Ils fournissent également des protocoles des entités/applications externes des messages courts comme le «Short Message Peer-to- Peer» (SMPP) et le «External Machine Interface» (EMI) pour l'interfaçage et l'interaction. Le SMSC supporte aussi différents types de messages qui augmentent l'utilisation des services des messages courts, comme les «Smart Messaging» et «Enhanced Messaging Service» qui permettent aux utilisateurs d'échanger l une des messages suivants :[1] Des sonneries (Ringing Tones). Des messages d'image (Picture Messages). Des logos d'opérateur (operator logo). Des icônes identifiant la ligne appelante (Calling Line Identifications icons). Des mélodies. Des sons (sounds). Des animations Architecture Le SMSC peut être relié à différentes entités externes [2]. Il est relié au réseau mobile à travers l interface de l unité de signalisation (Signaling Interface Unit SIU) où est implémenté le GMSC. Il peut utiliser trois types de protocoles pour se connecter à l entité externe des messages courts (External Short Messaging Entity ESME): «Short Message Peer to Peer» (SMPP). «External Machine Interface» (EMI) SEMA ou «Open Interface Specifications» (OIS) Ils peuvent utiliser soit le protocole TCP/IP soit le protocole X25 comme porteur. Le SMSC se relie également aux systèmes suivants [12]: Système de facturation. Systèmes d opération, d administration et de maintenance (OAM). Système prépayé. 17

18 Chapitre 2 - Introduction générale Centre de service de messagerie SMSC ESME ESME ESME SMPP sur TCP/IP ou X25 EMI sur TCP/IP ou X25 SEMA sur TCP/IP ou X25 Réseau Mobile SIU G M S C SMSC Syst. OAM Syst. De fact. Syst prépayé Figure 1 - Le contexte du SMSC 2.3 Le logiciel Le logiciel du SMSC est constitué :[1] D un Système d Opération. Il peut être Solaris ou Linux. D une base de données spécifique avec son serveur. Elle peut être de type Informix ou MySQL. De l application SMSC. Le logiciel du SIU est constitué : D un système d Opération. D un GSM ou IS-41 MAP et le logiciel du protocole SS Les interfaces L interface de l unité de signalisation (SIU) Le SMSC communique avec le reste du réseau mobile en utilisant le protocole GSM ou IS-41 «Mobile Application Part» (MAP) à travers le SS7. Il peut communiquer directement avec les centres de commutation mobile (MSC) et le «Home Location 18

19 Chapitre 2 - Introduction générale Centre de service de messagerie SMSC Register» (HLR) afin d'envoyer et de recevoir les messages courts aux appareils mobiles. Il peut également communiquer avec ces éléments par le «Signaling Transfer Points» (STP) Le système OAM Il est formé d un certain nombre d interfaces qui fonctionnent le système d'opération, d'administration, et de maintenance (OAM). Elles permettent à un opérateur de lancer, configurer, et surveiller le SMSC en service dans un réseau réel Le système de facturation Le SMSC fournit une interface de facturation qui aide l'opérateur à charger ses abonnés pour l'utilisation du service de message court. 2.5 Entité Externe des Messages courts «ESME» Les interfaces ESME permettent à des applications externes non-mobiles de se connecter avec le SMSC. Les opérateurs et les fournisseurs de service utilisent les connections de l entité externe des messages courts pour fournir aux abonnés mobiles une variété de services, tels qu'envoyer des mises à jour de nouvelles, des s de notification, des logos, des sonneries, etc. Actuellement, le SMSC peut supporter trois types d'interfaces : «Short Message Peer to Peer» (SMPP). «External Machine Interface» (EMI) / «Universal Computer Protocol» (UCP). «Open Interface Standard» (OIS). Chaque interface utilise un émetteur pour transmettre des messages à et un récepteur pour recevoir des messages du SMSC. Tous les deux peuvent être sur la même connexion (transceiver) ou chacun utilise une connexion différente (émetteur et/ou récepteur).[2] Le récepteur Le récepteur manipule tout le trafic des messages venant du SMSC vers le ESME. L'administrateur de SMSC définit une adresse virtuelle de centre de service, et/ou une gamme des adresses qui identifient le ESME. Le SMSC route tous les messages reçus MO selon l'adresse indiquée vers le ESME convenable. Le SMSC route les messages et les notifications ayant le ESME comme destination, vers client ESME approprié à travers la base de données, comme représenté sur la figure cidessous : 19

20 Chapitre 2 - Introduction générale Centre de service de messagerie SMSC SMSC DB SMSC Serveur récepteur ESME Notification des Messages Normales Client ESME ESME JQ Figure 2 - Le récepteur ESME L émetteur Le serveur émetteur ESME reçoit tous les messages à diffuser du client ESME et les envoie au SMSC, comme le montre la figue 3. SMSC SMSC DB Serveur émetteur ESME Envoie du message Client ESME Queue du SMSC Figure 3 L émetteur ESME Les files d attente du ESME Le SMSC peut supporter 2 méthodes pour faire passer les messages au récepteur ESME [2] : A. La base de données Cette méthode assure qu'aucun message n'est perdu en cas de problèmes : les messages sont stockés dans la base de donnéess pour être délivrés au récepteur ESME correspondant. Ceci est convenable dans le cas des applications à bas trafic. 20

21 Chapitre 2 - Introduction générale Centre de service de messagerie SMSC B. Les Files d attente Cette méthode s est avérée utile pour des applications en temps réel (comme les applications vote), où un nombre énorme de messages devraient être manipulés dans une période très courte. Elle est rapide et elle allège le système de la charge inutile sur la base de donnéess. 3. Gestion de messages Ce document définit un message GSM en tant qu'un des événements suivants : Message court d origine mobile, envoyé vers le SMSC. Message court, envoyé par le SMSC, vers un destinataire mobile. Il existe plusieurs autres types de messages GSM, mais seulement les 2 types précédents seront expliqués et détaillés pour être modélisés après. 3.1 Les messages MO Le mobile d origine écrit le SMS et l envoie vers le mobile destinataire. Le GMSC reçoit le message envoyé et le transmet au SMSC. Celui-ci enregistre le SMS dans sa base de données pour l envoyer après au mobile destinataire. Un acquittement sera créé pour informer le mobile d origine que le message est reçu par le SMSC. Si le MO ne reçoit l acquittement avant six secondes, le mobile affiche une erreur de transmission par défaut. 21

22 Chapitre 2 - Introduction générale Centre de service de messagerie SMSC MO GMSC SMSC SMSC Envoie nouveau SM Envoie nouveau SM Stocke le nouveau SM ACK ACK Figure 4 - Message du MO vers le SMSC 3.2 Les messages MT Le SMSC, ayant stocké le message reçu dans sa base de données, commence l opération de transmission vers le destinataire. L émetteur envoie le message vers le GMSC, qui, à son tour, l envoie vers le mobile destinataire à travers les canaux de signalisation. Alors le mobile récepteur envoie un acquittement vers le SMSC pour confirmer qu il a bien reçu le message. Ayant reçu l acquittement, le SMSC efface le message de sa base de données pour laisser la place aux autres SMS. 22

Introduction à la théorie des files d'attente. Claude Chaudet Claude.Chaudet@enst.fr

Introduction à la théorie des files d'attente. Claude Chaudet Claude.Chaudet@enst.fr Introduction à la théorie des files d'attente Claude Chaudet Claude.Chaudet@enst.fr La théorie des files d'attente... Principe: modélisation mathématique de l accès à une ressource partagée Exemples réseaux

Plus en détail

14. Introduction aux files d attente

14. Introduction aux files d attente 14. Introduction aux files d attente MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v2) MTH2302D: Files d attente 1/24 Plan 1. Introduction 2. Modèle M/M/1 3. Modèle M/M/1/K MTH2302D: Files

Plus en détail

Short Message Service Principes et Architecture

Short Message Service Principes et Architecture Short Message Service Principes et Architecture EFORT http://www.efort.com Défini dans le cadre des spécifications GSM phase 2, le service de messages courts (S, Short Message Service) encore appelé "texto",

Plus en détail

Chapitre 2 Maîtrise des flux. - Chapitre 2 - Maîtrise des flux

Chapitre 2 Maîtrise des flux. - Chapitre 2 - Maîtrise des flux - - Facteurs agissant sur les flux Les modèles pour les SP Les réseaux de files d attente 1 Facteurs agissant sur les flux Au niveau physique : L implantation Le nombre de machines Automatisation (robots,

Plus en détail

Réseaux grande distance

Réseaux grande distance Chapitre 5 Réseaux grande distance 5.1 Définition Les réseaux à grande distance (WAN) reposent sur une infrastructure très étendue, nécessitant des investissements très lourds. Contrairement aux réseaux

Plus en détail

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0

IBM WebSphere MQ File Transfer Edition, Version 7.0 Transfert de fichiers administré pour architecture orientée services (SOA) IBM, Version 7.0 Solution de transport polyvalente pour messages et fichiers Transfert de fichiers haute fiabilité basé sur la

Plus en détail

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre)

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) [a] Une tranche de temps correspond au passage d une voie GSM. Il y a donc 8 voies de parole par porteuse et donc 8 x 16 = 128 voies de parole. [b]

Plus en détail

Offre de référence de terminaison d appel SMS d Orange

Offre de référence de terminaison d appel SMS d Orange Offre de référence de terminaison d appel SMS d Orange offre destinée aux opérateurs mobiles nationaux français Orange, SA au capital de 10 595 541 532 EUR 380 129 866 RCS Paris 78, rue Olivier de Serres

Plus en détail

12/06/2012 INTRODUCTION

12/06/2012 INTRODUCTION Université Abdelmalek Essàadi Ecole Supérieure Normale - Martil - Réalisée par : - Noura ZEKKARI - Laila KARIM INTRODUCTION Une file d attente est le résultat d un système lorsque la demande pour un bien

Plus en détail

Document d Interconnexion - Raccordement via IP Version applicable à compter du 1 er janvier 2015

Document d Interconnexion - Raccordement via IP Version applicable à compter du 1 er janvier 2015 «Convention de Terminaison SMS du Réseau de MobiquiThings pour le Push SMS effectué par [OPERATEUR TIERS], exploitant de réseaux de communications éléctroniques ouverts au publics (opérateurs autre que

Plus en détail

ENTREPÔTS ET MAGASINS

ENTREPÔTS ET MAGASINS Michel Roux ENTREPÔTS ET MAGASINS Tout ce qu il faut savoir pour concevoir une unité de stockage Cinquième édition, 1995, 2001, 2003, 2008, 2011 ISBN : 978-2-212-55189-1 2 LES PHASES DE SIMULATION DE VALIDATION

Plus en détail

Présentation du modèle OSI(Open Systems Interconnection)

Présentation du modèle OSI(Open Systems Interconnection) Présentation du modèle OSI(Open Systems Interconnection) Les couches hautes: Responsables du traitement de l'information relative à la gestion des échanges entre systèmes informatiques. Couches basses:

Plus en détail

Chapitre2 : Les composants d un ordinateur

Chapitre2 : Les composants d un ordinateur Chapitre2 : Les composants d un ordinateur A. L unité centrale L unité centrale, c est l organe principal de l ordinateur, elle renferme plusieurs composants destinés au traitement et à la circulation

Plus en détail

Stéphanie Lacerte. Document technique. Connextek. 31 mai 2013. Cloudtel

Stéphanie Lacerte. Document technique. Connextek. 31 mai 2013. Cloudtel Stéphanie Lacerte Document technique Connextek 31 mai 2013 Cloudtel Introduction Le logiciel Cloudtel a été conçu dans le langage de programmation Java. Ce logiciel utilisant la voix sur IP, communique

Plus en détail

Profil des participants Le cours CCNA Exploration s adresse aux participants du programme Cisco

Profil des participants Le cours CCNA Exploration s adresse aux participants du programme Cisco Présentation et portée du cours : CNA Exploration v4.0 Networking Academy Profil des participants Le cours CCNA Exploration s adresse aux participants du programme Cisco diplômés en ingénierie, mathématiques

Plus en détail

Algorithmique et Simulation

Algorithmique et Simulation Licence3 SV Université Nice Sophia Antipolis April 8, 2013 Plan Simulation à Événements Discrets 1 Simulation à Événements Discrets Schéma général Simulation à Événements Discrets objet de l étude (réel

Plus en détail

Spécifications du logiciel. Mise à jour : 24 février 2011 Nombre total de pages : 7

Spécifications du logiciel. Mise à jour : 24 février 2011 Nombre total de pages : 7 Spécifications du logiciel Mise à jour : 24 février 2011 Nombre total de pages : 7 Configuration requise Les spécifications du logiciel du système sont les suivantes : Composant Minimum Recommandé Processeur

Plus en détail

Répétitions du Cours d Introduction aux Réseaux Informatiques Contrôles d erreur et de flux François Cantin Département Montefiore Research Unit in Networking Université de Liège Année académique 2008

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R M.1182 INTÉGRATION DES SYSTÈMES DE COMMUNICATION MOBILES DE TERRE ET PAR SATELLITE. (Question UIT-R 89/8)

RECOMMANDATION UIT-R M.1182 INTÉGRATION DES SYSTÈMES DE COMMUNICATION MOBILES DE TERRE ET PAR SATELLITE. (Question UIT-R 89/8) Rec. UIT-R M.1182 1 RECOMMANDATION UIT-R M.1182 INTÉGRATION DES SYSTÈMES DE COMNICATION MOBILES DE TERRE ET PAR SATELLITE (Question UIT-R 89/8) Rec. UIT-R M.1182 (1995) Résumé La présente Recommandation

Plus en détail

Commande de réseaux modèles Exigences fonctionnelles

Commande de réseaux modèles Exigences fonctionnelles Normes Européennes de Modélisme Commande de réseaux modèles Exigences fonctionnelles NEM 606 Page 1 de 5 Recommandation Edition 2012 (Remplace l'édition) 2011 1 But de la norme Le présent cahier des charges

Plus en détail

CODAGE DES SMS. 2 Commandes «AT» 25 3 Matériels utilisés 55 4 Interfacer un téléphone GSM 73 5 Réalisations électroniques 101

CODAGE DES SMS. 2 Commandes «AT» 25 3 Matériels utilisés 55 4 Interfacer un téléphone GSM 73 5 Réalisations électroniques 101 1 CODAGE DES SMS PAGE 1.1 Introduction 6 1.2 Généralités 6 1.3 Mode PDU 6 1.4 Codage/décodage par logiciel 21 2 Commandes «AT» 25 3 Matériels utilisés 55 4 Interfacer un téléphone GSM 73 5 Réalisations

Plus en détail

Analyse de la bande passante

Analyse de la bande passante Analyse de la bande passante 1 Objectif... 1 2 Rappels techniques... 2 2.1 Définition de la bande passante... 2 2.2 Flux ascendants et descandants... 2 2.3 Architecture... 2 2.4 Bande passante et volumétrie...

Plus en détail

Version 1.0 09/10. Xerox ColorQube 9301/9302/9303 Services Internet

Version 1.0 09/10. Xerox ColorQube 9301/9302/9303 Services Internet Version 1.0 09/10 Xerox 2010 Xerox Corporation. Tous droits réservés. Droits non publiés réservés conformément aux lois relatives au droit d'auteur en vigueur aux États-Unis. Le contenu de cette publication

Plus en détail

Chapitre 3 : Architecture des Réseaux GSM (Global System for Mobile)

Chapitre 3 : Architecture des Réseaux GSM (Global System for Mobile) Chapitre 3 : Architecture des Réseaux GSM (Global System for Mobile) Introduction Les objectifs affichés du projet GSM sont : Système entièrement numérique Bonne qualité de signal Faible coût des téléphones

Plus en détail

Module 4 - Ordonnancement Processus. Lecture: Chapitre 5

Module 4 - Ordonnancement Processus. Lecture: Chapitre 5 Module 4 - Ordonnancement Processus Lecture: Chapitre 5 1 Aperçu du module Concepts de base Critères d ordonnancement Algorithmes d ordonnancement Ordonnancement de multiprocesseurs Évaluation d algorithmes

Plus en détail

Tsoft et Groupe Eyrolles, 2005, ISBN : 2-212-11623-3

Tsoft et Groupe Eyrolles, 2005, ISBN : 2-212-11623-3 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2005, ISBN : 2-212-11623-3 Configuration requise ForestPrep DomainPrep Installation interactive 5 Installation sans surveillance Module 5 : Installation d Exchange Server 2003

Plus en détail

Communiquer à distance

Communiquer à distance Communiquer à distance www.fac-ainsebaa.com Logiciel de messagerie ou webmail Un courrier électronique (courriel, E-mail) est un petit paquet de données qui circule sur Internet, d'un ordinateur à un autre.

Plus en détail

Logica. La sécurité, un enjeu stratégique. Date : 14 août 2000 Auteur : Jérôme Capirossi, consultant sécurité, Logica

Logica. La sécurité, un enjeu stratégique. Date : 14 août 2000 Auteur : Jérôme Capirossi, consultant sécurité, Logica La sécurité, un enjeu stratégique. Date : 14 août 2000 Auteur : Jérôme Capirossi, consultant sécurité, Logica Internet a été conçu par les scientifiques, ce qui rend difficile son adaptation récente au

Plus en détail

Fonctionnalités du Front Office pour l utilisateur final

Fonctionnalités du Front Office pour l utilisateur final Simple, pas cher Efficace! Fonctionnalités du Front Office pour l utilisateur final Index Introduction Page d'accueil Page des tarifs Compte client Gestion du compte Contacts Envoyer un fax Mail to fax

Plus en détail

Introduction aux réseaux et Modèle TCP/IP. Partie 2 : Présentation du modèle. Modèle TCP/IP LIENS APLICATION TRANSPORT RESEAU

Introduction aux réseaux et Modèle TCP/IP. Partie 2 : Présentation du modèle. Modèle TCP/IP LIENS APLICATION TRANSPORT RESEAU Modèle TCP/IP Introduction aux réseaux et Modèle TCP/IP APLICATION TRANSPORT RESEAU LIENS LLC LIAISON ----------- MAC PHYSIQUE Partie 2 : Présentation du modèle Positionnement des modèles INTERNET (adressage

Plus en détail

IBM Tivoli Storage Manager

IBM Tivoli Storage Manager Maintenir la continuité des affaires grâce à une gestion efficace et performante du stockage IBM Tivoli Storage Manager POINTS FORTS Accroît la continuité des affaires en réduisant les temps de sauvegarde

Plus en détail

LES PROTOCOLES TCP ET UDP

LES PROTOCOLES TCP ET UDP LES PROTOCOLES TCP ET UDP 1. LES NUMEROS DE PORT TCP et UDP sont des protocoles de la couche Transport (niveau 4) du modèle OSI. A la réception d'un datagramme, une machine est identifiée de manière unique

Plus en détail

Polycop 1 : Généralité sur les réseaux informatiques Présenté par : Mr RIAHLA Med Amine

Polycop 1 : Généralité sur les réseaux informatiques Présenté par : Mr RIAHLA Med Amine Université de BOUMERDES UMBB Département de physique/infotronique IT/S5/Réseaux informatiques Polycop 1 : Généralité sur les réseaux informatiques Présenté par : Mr RIAHLA Med Amine Réaliser par Mr RIAHLA

Plus en détail

Courrier Electronique. MESSAGERIE X400 Messagerie SMTP

Courrier Electronique. MESSAGERIE X400 Messagerie SMTP MESSAGERIE X400 Messagerie SMTP 343 Différents types : Messagerie centralisée Toutes les boites à lettres sont sur le même serveur de messagerie Exemples : Mail Unix Messagerie G.E. à Amsterdam Messageries

Plus en détail

IN SYSTEM. Préconisations techniques pour Sage 100 Windows, MAC/OS, et pour Sage 100 pour SQL Server V16. Objectif :

IN SYSTEM. Préconisations techniques pour Sage 100 Windows, MAC/OS, et pour Sage 100 pour SQL Server V16. Objectif : IN SYSTEM Préconisations techniques pour Sage 100 Windows, MAC/OS, et pour Sage 100 pour SQL V16 Objectif : En synthèse des manuels de référence de Sage Ligne 100, ce document vous présente les préconisations,

Plus en détail

ETUDE DE CAS SESSION 2000 OPTION ARLE BAREME ET CORRIGE ETABLIS PAR LA COMMISSION NATIONALE D HARMONISATION DU 31 MAI 2000

ETUDE DE CAS SESSION 2000 OPTION ARLE BAREME ET CORRIGE ETABLIS PAR LA COMMISSION NATIONALE D HARMONISATION DU 31 MAI 2000 BTS INFORMATIQUE DE GESTION SESSION 2000 ETUDE DE CAS SESSION 2000 OPTION ARLE BAREME ET CORRIGE ETABLIS PAR LA COMMISSION NATIONALE D HARMONISATION DU 31 MAI 2000 Durée : 5 heures Coefficient : 5 CAS

Plus en détail

Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage

Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage Examens corrigés Kaouther Nouira 2011-2012 Ministère de l Enseignement Supérieur, de le

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES

TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES TAI049 Utiliser la virtualisation en assistance et en dépannage informatique TABLE DES MATIERES 1 DECOUVERTE DE LA VIRTUALISATION... 2 1.1 1.2 CONCEPTS, PRINCIPES...2 UTILISATION...2 1.2.1 Formation...2

Plus en détail

ORDONNANCEMENT DE L'UNITE DE TRAITEMENT

ORDONNANCEMENT DE L'UNITE DE TRAITEMENT ORDONNANCEMENT DE L'UNITE DE TRAITEMENT 1. OBJECTIFS... 2 2. ASSIGNATIONS ET DIAGRAMMES DE GANTT... 2 3. ALGORITHMES SANS RÉQUISITION... 4 3.1. ORDONNANCEMENT DANS L'ORDRE D'ARRIVÉE (FIFO)... 4 3.2. PLUS

Plus en détail

RIGHT RECORDER V1.4. Enregistreur numérique de voix pour Avaya et Asterisk

RIGHT RECORDER V1.4. Enregistreur numérique de voix pour Avaya et Asterisk Enregistreur numérique de voix pour Avaya et Asterisk Structure: Le système d'enregistrement Right Recorder est composé de 5 éléments: 3 serveurs: Serveur contrôle, Serveur log et Serveur voix et 2 clients:

Plus en détail

Guide d installation. Serveur TeamAgenda STS. Version Windows

Guide d installation. Serveur TeamAgenda STS. Version Windows Installation/Configuration TeamAgenda STS Guide d installation Serveur TeamAgenda STS Version Windows 1 Installation/Configuration TeamAgenda STS Objectifs Installer le Serveur TeamAgenda STS Configuration

Plus en détail

Administration et sécurité des réseaux M&K ELHDHILI

Administration et sécurité des réseaux M&K ELHDHILI Administration et sécurité des réseaux 1 Plan du cours Chapitre 1: Introduction à l administration des réseaux Domaines d activités Organisation logique (criètères, types de décisions ) Architectures et

Plus en détail

SEMINAIRES & ATELIERS EN TÉLÉCOMMUNICATIONS RESEAUX

SEMINAIRES & ATELIERS EN TÉLÉCOMMUNICATIONS RESEAUX SEMINAIRES & ATELIERS EN TÉLÉCOMMUNICATIONS & RESEAUX SEMINAIRE ATELIER SUR LA TELEPHONIE ET LA VOIX SUR IP (T-VoIP): DE LA THEORIE A LA PRATIQUE DEPLOIEMENT D UNE PLATEFORME DE VoIP AVEC ASTERIK SOUS

Plus en détail

Introduction à la téléphonie mobile

Introduction à la téléphonie mobile Introduction à la téléphonie mobile Notions sur la téléphonie cellulaire Tana Guindeba ingénieur jr 1 Avril 2014 Téléphone mobile Définition: GSM (Global System for Mobile Communication) est une norme

Plus en détail

Services réseau. 6.1 Clients, serveurs et leur interaction. 6.1.1 Relation client-serveur

Services réseau. 6.1 Clients, serveurs et leur interaction. 6.1.1 Relation client-serveur Page 1 sur 35 Services réseau 6.1 Clients, serveurs et leur interaction 6.1.1 Relation client-serveur Tous les jours, nous utilisons les services disponibles sur les réseaux et sur Internet pour communiquer

Plus en détail

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30 Plan du Travail Chapitre 1: Internet et le Web : Définitions et historique Chapitre 2: Principes d Internet Chapitre 3 : Principaux services d Internet Chapitre 4 : Introduction au langage HTML 2014/2015

Plus en détail

SIP. Sommaire. Internet Multimédia

SIP. Sommaire. Internet Multimédia Internet Multimédia Le Protocole SIP 2011 André Aoun - Internet Multimédia SIP - 1 Sommaire 1. Présentation 2. Entités SIP 3. Méthodes et réponses 4. User Agent 5. Registrar 6. Proxy 7. Redirect Server

Plus en détail

Réf. 2402 Implémentation et gestion de Microsoft Exchange Server 2003

Réf. 2402 Implémentation et gestion de Microsoft Exchange Server 2003 Public Ce cours est destiné aux informaticiens qui gèrent une messagerie électronique dans un environnement comprenant entre 250 et 5000 utilisateurs, réparti sur de nombreux sites, utilisant divers protocoles

Plus en détail

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE

TELEPHONIE MOBILE HISTORIQUE La téléphonie mobile est une infrastructure de télécommunication qui permet de communiquer par téléphone sans être relié par câble à un central. HISTORIQUE Première génération Ericsson 450 Ericsson 900

Plus en détail

Document d Interconnexion - Raccordement Version applicable à compter du 1 er janvier 2015

Document d Interconnexion - Raccordement Version applicable à compter du 1 er janvier 2015 «Convention de Terminaison de SMS du Réseau de MobiquiThings pour le trafic SMS provenant du Réseau de [OPERATEUR TIERS], opérateur mobile national français» Entre : MOBIQUITHINGS, société par actions

Plus en détail

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER

LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER LA SOLUTION MODULAIRE DE MESSAGERIE QUI PERMET DE COMMUNIQUER AVEC LE MONDE ENTIER ixware permet aux utilisateurs d envoyer et de recevoir des messages depuis leur poste de travail ou même leurs applications

Plus en détail

Push API Technical Specifications V1.0

Push API Technical Specifications V1.0 Push API Technical Specifications V1.0 Page 1 1 PROTOCOLE SMPP...... 3 1.1 Commandes supportées......... 3 1.2 Paramètres optionnels supportés... 3 1.3 Connexion et authentification... 4 1.3.1 Requête

Plus en détail

Gestion du processeur central

Gestion du processeur central Chapitre II Gestion du processeur central 1. Introduction Evolution des systèmes informatiques 1.1- Premier système : Le programmeur/opérateur doit écrire un programme ensuite le faire fonctionner directement

Plus en détail

Systèmes d'exploitation Chapitre II. Gestion des processus

Systèmes d'exploitation Chapitre II. Gestion des processus Systèmes d'exploitation Chapitre II Gestion des processus 1 Processus Un programme qui s exécute Les ordinateurs autorisent maintenant plusieurs processus simultanément (pseudo parallélisme) A B A B C

Plus en détail

Positionnement de UP

Positionnement de UP UNIFIED PROCESS Positionnement de UP Unified Process Langage Méthode Outil logiciel UML UP RUP 6 BONNES PRATIQUES développement itératif gestion des exigences architecture basée sur des composants modélisation

Plus en détail

Impression réseau Mise en œuvre

Impression réseau Mise en œuvre SERVEURS D IMPRESSION ARTICLE Impression réseau Mise en œuvre Created: June 2, 2005 Last updated: June 2, 2005 Rev:.0 Sommaire INTRODUCTION 3 INFRASTRUCTURE D IMPRESSION RESEAU 3. Impression en mode poste

Plus en détail

OBJECTIF CAMEROUN SMS SOLUTIONS

OBJECTIF CAMEROUN SMS SOLUTIONS . OBJECTIF CAMEROUN RDA N 001116/RDA/JO6/BAPP OBJECTIF CAMEROUN SMS SOLUTIONS (Solution de communication par SMS Simple, Groupé & de Masse) B.P: 2392 (Messa) Yaoundé Tél: 237 99 52 85 93 / 237 22 17 54

Plus en détail

Gestion scientifique des stocks

Gestion scientifique des stocks Gestion scientifique des stocks Boualem RABTA Université de Béjaia (Algérie) 13/03/2007 Table des matières 1 Gestion des stocks 2 1.1 Définition...................................... 2 1.2 La fonction

Plus en détail

Description des prestations

Description des prestations Description des prestations Envoi, réception et archivage d e-factures Valable à partir du 01. 01.2015 Table des matières 1. Principes 3 1.1 Définitions 3 1.2 Canaux de communication 3 1.3 Moyens d identification

Plus en détail

Projet OpNet. Spécialité Réseaux 2003/2004 Yannick GRENZINGER Loic JAQUEMET

Projet OpNet. Spécialité Réseaux 2003/2004 Yannick GRENZINGER Loic JAQUEMET Projet OpNet Spécialité Réseaux 2003/2004 Yannick GRENZINGER Loic JAQUEMET 1Présentation...3 1.1Le besoin de mobilité...3 1.2Le protocole IP Mobile...4 1.3Opnet...5 1.4Le projet...6 2La réalisation du

Plus en détail

Evaluation de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile 2G/3G en Tunisie Période : Février 2015 - Régions : Béja Jendouba

Evaluation de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile 2G/3G en Tunisie Période : Février 2015 - Régions : Béja Jendouba 2015 Evaluation de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile 2G/3G en Tunisie Période : Février 2015 - Régions : Rapport de synthèse des mesures Instance Nationale des Télécommunications Table

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/11 http://robert.cireddu.free.fr/sin LES DÉFENSES Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement

Plus en détail

Analyse vidéo ACTIVE ALERT. Pour quels marchés? Caractéristiques :

Analyse vidéo ACTIVE ALERT. Pour quels marchés? Caractéristiques : ACTIVE ALERT La suite de produits d analyse de scènes vidéo Active Alert Honeywell offre des solutions de sécurité et de surveillance optimisées, basées sur la surveillance vidéo automatique des personnes,

Plus en détail

La détection de spams : un jeu d enfant?

La détection de spams : un jeu d enfant? La détection de spams : un jeu d enfant? Tristan Mary-Huard, chargé de recherche INRA à INRA-AgroParisTech Comment distinguer automatiquement un spam d un message normal? Les filtres anti-spams analysent

Plus en détail

CONTRAT DE SOUSCRIPTION OFFRE PUSH-CLASSIQUE

CONTRAT DE SOUSCRIPTION OFFRE PUSH-CLASSIQUE CONTRAT DE SOUSCRIPTION OFFRE PUSH-CLASSIQUE ANNEXE 5 : CONDITIONS SPECIFIQUES AUX APPLICATIONS DE CAT. 3 V7.0 () Bouygues Telecom Société anonyme au capital de 616 661 789.28, immatriculée au RCS Nanterre

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc

CONNECTIVITÉ. Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX. Microsoft Dynamics AX. Livre blanc CONNECTIVITÉ Microsoft Dynamics AX Options de connectivité de Microsoft Dynamics AX Livre blanc Ce document décrit les possibilités offertes par Microsoft Dynamics AX en terme de connectivité et de montée

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP?

QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP? QU EST-CE QUE LA VOIX SUR IP? Lorraine A côté du réseau téléphonique traditionnel et des réseaux de téléphonie mobile (GSM, GPRS, UMTS, EDGE ), il existe, depuis quelques années, une troisième possibilité

Plus en détail

Fax sur IP. Panorama

Fax sur IP. Panorama Fax sur IP Panorama Mars 2012 IMECOM Groupe prologue - Z.A. Courtaboeuf II - 12, avenue des Tropiques - B.P. 73-91943 LES ULIS CEDEX - France Phone : + 33 1 69 29 39 39 - Fax : + 33 1 69 28 89 55 - http://www.prologue.fr

Plus en détail

SMS sur IP via l IMS : Principes, Architecture et Service. EFORT http://www.efort.com

SMS sur IP via l IMS : Principes, Architecture et Service. EFORT http://www.efort.com 1 Introduction SMS sur IP via l IMS : Principes, Architecture et Service EFORT http://www.efort.com Avec l avènement de la LTE, l devient un terminal IP. Tous les services doivent être alors offerts sur

Plus en détail

La taille de fenêtre est le processus TCP utilisé pour préparer les données à transmettre

La taille de fenêtre est le processus TCP utilisé pour préparer les données à transmettre 1 À quel protocole les serveurs de messagerie font-ils appel pour communiquer les uns avec les autres? FTP HTTP TFTP SMTP POP SNMP 2 Lequel de ces énoncés décrit le fonctionnement de la taille de fenêtre

Plus en détail

La continuité de service

La continuité de service La continuité de service I INTRODUCTION Si la performance est un élément important de satisfaction de l'utilisateur de réseau, la permanence de la disponibilité des ressources l'est encore davantage. Ici

Plus en détail

Manuel d'utilisation d'apimail V3

Manuel d'utilisation d'apimail V3 Manuel d'utilisation d'apimail V3 I Préambule Page 3 II Présentation Page 4 III Mise en route Configuration Page 5 Messagerie Serveur smtp Serveur pop Compte pop Mot de passe Adresse mail Laisser les messages

Plus en détail

IP Office Installation & Administration IMS

IP Office Installation & Administration IMS IP Office Installation & Administration IMS 40DHB0002FRCM Version 1 (20/11/2001) Contenu Contenu Integrated Messaging System...3 Aperçu d IMS...3 Limites du système...4 Configuration du système...5 Installation

Plus en détail

Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France UE NFA051 LE ROUTAGE INTERNET

Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France UE NFA051 LE ROUTAGE INTERNET Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France UE NFA051 LE ROUTAGE INTERNET Version Auteur Commentaires 10 octobre 2004 Emile Geahchan Version Initiale 15 octobre 2005 Emile Geahchan Modifications

Plus en détail

EP 1 931 091 A1 (19) (11) EP 1 931 091 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 11.06.2008 Bulletin 2008/24

EP 1 931 091 A1 (19) (11) EP 1 931 091 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 11.06.2008 Bulletin 2008/24 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 931 091 A1 (43) Date de publication: 11.06.2008 Bulletin 2008/24 (51) Int Cl.: H04L 12/58 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 07291423.7 (22) Date de dépôt: 29.11.2007

Plus en détail

PFE Télécommunications. Pré-rapport à l'issue des 6 premières semaines de stage. Page 1 sur 5 1 %

PFE Télécommunications. Pré-rapport à l'issue des 6 premières semaines de stage. Page 1 sur 5 1 % PFE Télécommunications Pré-rapport à l'issue des 6 premières semaines de stage!"!"#$%&' ()*()!")+")# (#),()-,)*)"-./0 1 ()*()!")+-)# % 23 &0 )14) 56 7$8797%77:7' '72 Page 1 sur 5 Contexte Les centres de

Plus en détail

Performances Chez GMC, performances et exécution passent inéluctablement par le travail d équipe. Notre mission : unir nos forces pour vous aider à

Performances Chez GMC, performances et exécution passent inéluctablement par le travail d équipe. Notre mission : unir nos forces pour vous aider à Performances Chez GMC, performances et exécution passent inéluctablement par le travail d équipe. Notre mission : unir nos forces pour vous aider à atteindre vos objectifs. Centrale d automatisation GMC

Plus en détail

Page 1 2 La présente invention concerne le domaine des architectures informatiques, et en particulier un procédé pour le développement d applications destiné à un fonctionnement en réseau, par exemple

Plus en détail

Ateliers Multimédia de la Ville de Dieppe. Découverte de l'informatique

Ateliers Multimédia de la Ville de Dieppe. Découverte de l'informatique Ateliers Multimédia de la Ville de Dieppe Découverte de l'informatique Fiche La messagerie électronique - 1 L'email et la boite mail Email et virus 1 LA BOITE MAIL Nous appelons «Boite mail» le site gérant

Plus en détail

«Contributions à l évaluation de la QoS pour les Réseaux Adhoc et les Réseaux de Capteurs Sans Fil»

«Contributions à l évaluation de la QoS pour les Réseaux Adhoc et les Réseaux de Capteurs Sans Fil» AVIS DE SOUTENANCE HABILITATION UNIVERSITAIRE Présentée à L Université Ibn Tofail, Faculté des Sciences de Kenitra Spécialité : Informatique et Télécommunications Par Youssef FAKHRI Doctorat National de

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Prérequis techniques. Yourcegid FISCALITE On Demand. Prérequis techniques Yourcegid Fiscalité On Demand Page 1 / 9

Prérequis techniques. Yourcegid FISCALITE On Demand. Prérequis techniques Yourcegid Fiscalité On Demand Page 1 / 9 Yourcegid FISCALITE On Demand Prérequis techniques Yourcegid Fiscalité On Demand Page 1 / 9 PR-YC Fiscalité - OD-03/2014 Prérequis Sommaire 1. PREAMBULE... 3 2. PREREQUIS RESEAU... 4 Généralités... 4 Accès

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD2 Exercices Exercice 1 : Dressez la liste des 5 périphériques finaux, 6 périphériques intermédiaires et 3 formes de support réseau. Périphériques finaux (hôtes): ordinateur de bureau, ordinateur

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

White Paper - Livre Blanc

White Paper - Livre Blanc White Paper - Livre Blanc Développement d applications de supervision des systèmes d information Avec LoriotPro Vous disposez d un environnement informatique hétérogène et vous souhaitez à partir d une

Plus en détail

Évaluation de Performances par Simulation : introduction générale et présentation du logiciel QNAP2

Évaluation de Performances par Simulation : introduction générale et présentation du logiciel QNAP2 Évaluation de Performances par Simulation : introduction générale et présentation du logiciel QNAP2 Nicolas NAVET INRIA/TRIO http://www.loria.fr/~nnavet La simulation? Simuler, c est expérimenter sur un

Plus en détail

SIP. 2007 A. Aoun - La Visioconférence SIP - 1

SIP. 2007 A. Aoun - La Visioconférence SIP - 1 Internet Multimédia Le Protocole SIP 2007 A. Aoun - La Visioconférence SIP - 1 Présentation (1) Session Initiation Protocol (dont le sigle est SIP) est un protocole récent (1999), normalisé et standardisé

Plus en détail

Fonctionnement du courrier électronique

Fonctionnement du courrier électronique Fonctionnement du courrier électronique 1) Généralités L expéditeur envoie du courrier au destinataire. Schéma issu de : http://fr.wikipedia.org/wiki/serveur_de_messagerie_%c3%a9lectronique Le courrier

Plus en détail

Claire NEVOT : Février 2009 1 # 6 SKYPE. toutes les communications sont cryptées ; vos conversations ne peuvent pas être écoutées.

Claire NEVOT : Février 2009 1 # 6 SKYPE. toutes les communications sont cryptées ; vos conversations ne peuvent pas être écoutées. Claire NEVOT : Février 2009 1 # 6 SKYPE Skype, la téléphonie sur internet Le logiciel Skype vous permet de dialoguer par Internet depuis votre ordinateur, grâce à la technologie de Voix-sur- IP (VoIP).

Plus en détail

Présentation et portée du cours : CCNA Exploration v4.0

Présentation et portée du cours : CCNA Exploration v4.0 Présentation et portée du cours : CCNA Exploration v4.0 Profil des participants Le cours CCNA Exploration s adresse aux participants du programme Cisco Networking Academy diplômés en ingénierie, mathématiques

Plus en détail

Introduction. La gestion des qualités de services dans Internet. La garantie de QoS. Exemple

Introduction. La gestion des qualités de services dans Internet. La garantie de QoS. Exemple Introduction Aujourd hui les applications (en particulier multimédia) nécessitent des qualités de service de natures très différentes La gestion des qualités de services dans Internet Exemples: Transfert

Plus en détail

Déploiement d iphone et d ipad Gestion d appareils mobiles

Déploiement d iphone et d ipad Gestion d appareils mobiles Déploiement d iphone et d ipad Gestion d appareils mobiles ios prend en charge la gestion d appareils mobiles (MDM), donnant aux entreprises la possibilité de gérer le déploiement d iphone et d ipad à

Plus en détail

Passerelle VoIP pour PBX

Passerelle VoIP pour PBX Passerelle VoIP pour PBX Les produits «IP-PBX pour central analogique ou ISDN» permettent d'ouvrir votre installation téléphonique classique au monde de la téléphonie de dernière génération, la téléphonie

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

LIVRE BLANC ZEDOC NET SOLUTION V2

LIVRE BLANC ZEDOC NET SOLUTION V2 LIVRE BLANC ZEDOC NET SOLUTION V2 Solution logicielle prête à l emploi pour la numérisation, l indexation et la recherche en Texte Intégral de documents en mode Intra/Internet. Cette solution est composée

Plus en détail

Problème combinatoire sur le réseau de transport de gaz. Nicolas Derhy, Aurélie Le Maitre, Nga Thanh CRIGEN Manuel Ruiz, Sylvain Mouret ARTELYS

Problème combinatoire sur le réseau de transport de gaz. Nicolas Derhy, Aurélie Le Maitre, Nga Thanh CRIGEN Manuel Ruiz, Sylvain Mouret ARTELYS Problème combinatoire sur le réseau de transport de gaz Nicolas Derhy, Aurélie Le Maitre, Nga Thanh CRIGEN Manuel Ruiz, Sylvain Mouret ARTELYS Au programme Présentation du problème Un problème d optimisation

Plus en détail

Guide de configuration de la Voix sur IP

Guide de configuration de la Voix sur IP Le serveur Icewarp Guide de configuration de la Voix sur IP Version 11 Mai 2014 i Sommaire Guide de configuration VoIP 1 Présentation... 1 Configuration... 1 Configuration réseau... 1 Configuration du

Plus en détail