Bulletin trimestriel de conjoncture n 49

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin trimestriel de conjoncture n 49"

Transcription

1 Bulletin trimestriel de conjoncture n 49 Mars ème trimestre 2010 Pour le deuxième trimestre consécutif, stabilisation du chiffre d affaires en entretien-rénovation de logements Au 4 ème trimestre 2010, le chiffre d affaires des entreprises est équivalent à celui du 4 ème trimestre En volume de travaux, la tendance baissière reste d ampleur équivalente à celle observée au 3ème trimestre avec un repli de -1% par rapport aux mêmes trimestres de Des opinions mitigées sur les prises d ordres Le solde d opinions des entreprises sur les prises d ordre en entretienamélioration de logements (opinions par rapport à l activité du trimestre antérieur), après avoir été légèrement positif au 3 ème trimestre, est à nouveau légèrement négatif en fin d année (-2%). Il convient de relativiser ce résultat, comptetenu de la saisonnalité traditionnellement basse que constitue le 1 er trimestre. A retenir ce trimestre Les taux des prêts immobiliers ont continué à baisser au 4 ème trimestre, mais de façon nettement moins sensible qu auparavant. Au niveau des tendances régionales, l activité récente semble avoir particulièrement souffert en région Centre et, dans une moindre mesure dans le Nord et en Ile-de-France. Concernant les commandes, les entreprises affichent un certain optimisme dans le Sud-Ouest et en Rhône-Alpes. La hausse des Prix des travaux d Entretien-Amélioration de logements (IPEA) a été légèrement plus soutenue au 3ème trimestre qu auparavant. L évolution des prix reste toutefois à un niveau bas en glissement annuel. SOMMAIRE p. 2 Environnement et déterminants du marché P. 3 p. 5 L activité des entreprises au travers du baromètre de l entretien-rénovation du bâtiment L activité des artisans du bâtiment 1 p. 7 p. 8 p. 9 L activité des entreprises suivant leur taille et par segment de marché L évolution des prix des travaux Actualités

2 ENVIRONNEMENT ET DETERMINANTS DU MARCHE Ralentissement de la baisse des taux d intérêt des prêts immobiliers Les taux des prêts personnels de plus de 1524 continuent quant à eux à baisser très sensiblement. Source : Banque de France Au 4 ème trimestre 2010, légère dégradation du moral des ménages Le nouvel indicateur synthétique de confiance des ménages a légèrement diminué entre octobre et janvier. Les opinions des français sur leur situation financière passée ne sont pas améliorées pendant la période, elles se sont même sensiblement dégradées en ce qui concerne les perspectives d évolution. Opinion des ménages (soldes d opinions) Oct. Nov. Déc. Janv. Indicateur synthétique (modifié en janvier 2011) Moyenne pondérée (technique de l analyse factorielle) des soldes d opinions suivants : situation financière personnelle (évolution passée et perspective d évolution), niveau de vie en France (évolution passée et perspective d évolution), perspectives de chômage, opportunité de faire des achats importants, capacité à épargner actuelle et dans les mois à venir Situation financière personnelle : - Evolution passée - Perspective d évolution Source : INSEE 2

3 FFFFFF L ACTIVITE DES ENTREPRISES AU TRAVERS DU BAROMETRE DE L ENTRETIEN-RENOVATION DU BATIMENT Stabilisation du chiffre d affaires au 4 ème trimestre 2010, pour le deuxième trimestre consécutif Stabilisation de la baisse du volume de travaux Remarque : dans les précédents Bulletins de conjoncture, l évolution en volume était fondée sur l évolution en valeur issue du Barométre, déflatée par une estimation de l IPEA. Comme le Baromètre comprend depuis le 1 er trimestre 2010 des résultats sur l évolution du volume de travaux, ce sont ces données qui sont présentées ici. Légère dégradation des anticipations des chefs d entreprises sur les prises d ordres Le Baromètre de l entretien-rénovation du bâtiment, réalisé pour le compte de la DAEI, de l Anah et du Club de l Amélioration de l Habitat est une enquête téléphonique réalisée auprès d un panel de entreprises du bâtiment. 3

4 Selon les chefs d entreprises, la dégradation de l activité récente a été particulièrement prononcée dans le Centre, et dans une bien moindre mesure dans le Nord et en Ile-de-France. Soldes d opinions sur l évolution régionale de l activité (T / T-1) -12% France entière -9% -12% -3% -4% -21% -5% -8% -8% Source : Baromètre de l entretien rénovation du bâtiment D après les chefs d entreprises, les prises d ordres sont en progression dans le Sudouest, en Rhône-Alpes et de façon moins marquée dans l Est. Soldes d opinions sur les carnets de commandes (T / T-1) -2% -5% -5% +2% France entière -2% -8% +6% +5% -6% Source : Baromètre de l entretien rénovation du bâtiment 4

5 L ACTIVITE DES «ARTISANS DU BATIMENT» AU TRAVERS DE L ENQUETE DE LA F.F.B. / RESULTATS DU 3 EME TRIMESTRE 2010 Diminution toujours très nette du volume d activité des entreprises artisanales en entretien rénovation au 3 ème trimestre 2010 Rappelons que le champ de ce résultat est celui de l ensemble de l entretien-amélioration c est-à-dire résidentiel (individuel et collectif) et non résidentiel. Résultats provisoires pour le 3 ème trimestre 2010 Données du 4 ème trimestre 2010 non disponibles à la date de réalisation du bulletin Dégradation au 3 ème trimestre des opinions des chefs d entreprises artisanales sur les perspectives d activité en entretien-rénovation de maisons individuelles Le solde d opinions des entrepreneurs artisanaux sur les commandes des autres marchés publics et privés s est lui aussi nettement détérioré sur la période estivale. Résultats provisoires pour le 3 ème trimestre 2010 Données du 4 ème trimestre 2010 non disponibles à la date de réalisation du bulletin L enquête «Artisans du bâtiment» est réalisée par la FFB auprès d un échantillon de entreprises artisanales (moins de 10 salariés) adhérentes à la Fédération. Les données présentées concernent l entretien-rénovation (logements et non résidentiels). Le volume d activité est calculé sur le montant de travaux facturés déflaté par le BT01 5

6 L ACTIVITE PAR CORPS DE METIERS DES ARTISANS DU BATIMENT FFFFFF ENQUETE CAPEB AU 4 EME TRIMESTRE 2010 A l exception de l aménagement-décoration, l ensemble des métiers du second œuvre a renoué au 4 ème trimestre avec une augmentation de l activité. Le repli reste en revanche sensible en maçonnerie. Des opinions sur les commandes toujours très contrastées selon les corps de métiers Comme pour l évolution récente de l activité, la maçonnerie et l aménagement-décoration se distinguent par des opinions négatives sur les commandes. L optimisme des artisans en couverture-plomberie chauffage est particulièrement marqué. La CAPEB publie tous les trimestres dans «L artisanat du bâtiment» les résultats d une enquête régulière réalisée auprès d un échantillon représentatif des professions par corps de métiers et régions, comprenant une base de entreprises artisanales (moins de 20 salariés). Les données présentées concernent l ensemble de l activité (construction neuve et entretien pour les logements et les bâtiments non résidentiels). 6

7 L ACTIVITE DES ENTREPRISES SUIVANT LEUR TAILLE ET ZZZZZZZZPAR SEGMENTS DE MARCHE Source : INSEE ENTREPRISES DE MOINS DE 10 SALARIES 4 ème trimestre 2010 D après les opinions des artisans sur l activité récente, les travaux en neuf ont été moins affectés par la crise que l entretien. Solde d opinions en % Des anticipations très négatives pour les travaux d entretien. En neuf, le solde d opinions est proche de l équilibre, laissant entrevoir un maintien de l activité. Solde d opinions en % ENTREPRISES DE PLUS DE 10 SALARIES Février 2011 Selon les chefs d entreprises, l activité récente continue à être affectée sur tous les segments de marché, mais dans des proportions nettement moindre qu en 2010 où des soldes de l ordre de -20% n étaient pas rares. Solde d opinions en % D après les chefs d entreprises, seules les commandes en bâtiment neuf hors logement seraient en repli. Solde d opinions en % 7

8 BULLETIN TRIMESTRIEL DE CONJONCTURE N 49 QUATRIEME TRIMESTRE 2010 L EVOLUTION DES PRIX DES TRAVAUX Nouvelle légère décélération de la hausse des prix de revient des travaux dans le bâtiment (BT01) au 3 ème trimestre 2010 Source : MEEDDM Données du 4 ème trimestre 2010 non disponibles à la date de publication du bulletin Hausse de l Indice des Prix des travaux d Entretien-Amélioration de logements (IPEA) au 3 ème trimestre légèrement plus soutenue qu au trimestre précédent L évolution des prix reste toutefois à un niveau bas en glissement annuel Source : MEEDDM IPEA Données du 4 ème trimestre 2010 non disponibles à la date de publication du bulletin Des contrastes importants dans l évolution des prix selon les types de travaux, les travaux de plâtrerie restant les seuls à voir leur prix diminuer ce trimestre. La plupart des autres types de travaux ont connu au 3 ème trimestre une évolution limitée de leur prix, comprise entre 0% et 0,5%. Plomberie sanitaire et électricité se distinguent avec des hausses plus soutenues. En glissement annuel, les contrastes restent importants : les prix de trois types de travaux (plâtrerie / peinture, revêtements muraux et de sol souple) ont diminué sur un an alors que ceux de génie climatique, de plomberie sanitaire et d électricité ont augmenté de près de 2,5%. Variations au 3 ème trimestre 2010 Variation trimestrielle CVS Glissement annuel brut Maçonnerie, béton armé, carrelage 0,1% -0,2% Peinture, revêtements muraux et de sol souple 0,0% -0,8% Menuiserie bois et PVC 0,5% 1,7% Couverture zinguerie 0,4% 1,4% Génie climatique 0,4% 2,4% Plomberie sanitaire 0,8% 2,4% Electricité 0,7% 2,5% Menuiserie métallique, serrurerie 0,3% 1,7% Plâtrerie -0,5% -1,0% Source : MEEDDM IPEA Données du 4 ème trimestre 2010 non disponibles à la date de publication du bulletin 8

9 Actualités La loi de finances 2011 réduit effectivement, comme cela avait été annoncé à l automne, les taux du crédit d impôt développement durable de 10%. Les pompes à chaleur géothermiques et chauffeeau thermo-dynamiques voient par exemple leur taux de crédit d impôt passer de 40% à 36%, les travaux d isolation de 25% à 22%, les matériaux d isolation pour paroi vitrée de 25% à 22%... Cette baisse du taux s accompagne d un renforcement des exigences pour l éligibilité des pompes à chaleur. Enfin, pour les travaux d isolation thermique des parois opaques, un plafond de dépense est introduit : 150 TTC/m² pour l isolation extérieure et 100 TTC / m² pour l isolation par l intérieur. Sur ce type de travaux, le crédit d impôt concerne toujours à la fois le prix des matériaux et le coût de la main d œuvre. La deuxième période du dispositif des certificats d énergie, après 10 mois de concertation, s est ouverte officiellement le 1 er janvier 2011 et durera jusqu au 31 décembre Une grande partie des décrets d application de la loi Grenelle 2 sur ce thème a été publiée le 30 décembre 2010 au Journal Officiel. L objectif est désormais de 345 TWh cumac en 3 ans, soit une multiplication par plus de 6 par rapport à la première période (objectif de 54 TWh cumac). Plusieurs nouveautés marquent cette deuxième période : - l élargissement du dispositif aux ventes de carburants automobiles (avec une obligation de 90 TWh cumac) - le renforcement des actions de lutte contre la précarité énergétique, les fournisseurs devant réaliser une part de leurs obligations en faveur des ménages les plus défavorisés, - l Anah figure désormais sur la liste des «éligibles», ce qui lui permet de collecter des certificats en contrepartie des subventions qu elle distribue et qui permettent la réalisation d économies d énergie - Enfin le seuil pour le dépôt d une demande de CEE a été porté de 1 GWh à 20 Gwh, ce qui devrait inciter le développement de structure collective pour le dépôt des demandes. Par ailleurs, Qualit ENR a annoncé que l appellation «QualiPAC» sera désormais un critère obligatoire pour l obtention de CEE sur l installation de pompes à chaleur. Les objectifs quantitatifs pour la distribution d éco-ptz n ont pas été atteints en 2010 : alors que le Ministère de l Ecologie visait la distribution de prêts, seuls éco-ptz auront été consentis par les banques. Nathalie Kosciusko-Morizet et Benoist Apparu ont placé la relance de ce produit dans les priorités de leur feuille de route pour l action gouvernementale sur le logement pour En cause du ralentissement de la distribution de ce produit : la complexité du dispositif qui occasionne pour les banques une réelle lourdeur de gestion et une prise de risque. Deux nouveautés sur le marché de l énergie en La Loi pour une Nouvelle organisation du marché de l énergie (loi NOME) votée en décembre prévoit une réversibilité totale entre les tarifs réglementés, proposés par EDF et GDF Suez, et les tarifs libres des nouveaux fournisseurs. Après avoir recouru à un fournisseur alternatif, un particulier pourra désormais revenir au tarif réglementé, ce qui devrait le rassurer et donc relancer la concurrence entre fournisseurs. Le Ministre de l Industrie Eric Besson a par ailleurs annoncé une baisse des tarifs de l électricité pour les personnes à faible revenus, avec un rabais qui passerait de 30 à 50% à 40 à 60%. Ce tarif social de l électricité concernait en fin d année personnes. Selon la Fnaim, après deux années de baisse des prix, les logements anciens ont à nouveau vu leur prix augmenter avec une moyenne de 1,5% sur la France et cette tendance devrait se poursuivre en Si l objectif de distribution de PTZ+ est atteint, la fédération espère que le marché retrouvera en 2011 son niveau de 2007 avec opérations. Contact : Eric Lagandré - Anah Conception et réalisation : Bérénice Le Fur - Batitrend 8, Av. de l Opéra, Paris 18 ter, rue de Verdun, Le Vésinet Tél. : Tél. :

Bulletin trimestriel de conjoncture n 64

Bulletin trimestriel de conjoncture n 64 Bulletin trimestriel de conjoncture n 64 2 ème trimestre 2015 La 4 e campagne de BOREAL montre un nouveau repli de l activité d entretien amélioration du logement de 2,4% en valeur, par rapport au 1 er

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 M A R S 2 0 0 7 Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 4 e trimestre 2006 Forte augmentation des prix et croissance limitée du volume de travaux d entretien-amélioration du logement Le chiffre d affaires

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

Marché de l amélioration de l habitat

Marché de l amélioration de l habitat Marché de l amélioration de l habitat DONNÉES CHIFFRÉES Juin 2008 CE DOCUMENT PRÉSENTE LES PRINCIPALES DONNÉES DÉCRIVANT LE MARCHÉ DE L AMÉLIORATION DE L HABITAT. IL EST RÉGULIÈREMENT ACTUALISÉ. 1. L amélioration

Plus en détail

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse

Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse DAEJ/CAB/2012/55 31 octobre 2012 Note pour le cahier de la Cellule Economique Le Bâtiment en Ile-de-France Troisième trimestre 2012 Activité atone perspectives en nette baisse 1- L activité des entreprises

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012

LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 LA SITUATION ECONOMIQUE DE LA CORSE FIN 1 ER SEMESTRE 2012 La Corse devrait conserver sa première place pour la croissance avec un taux de 1 % contre 0,5 % pour l ensemble de la France. En 2011, le taux

Plus en détail

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION LA CONJONCTURE DU BÂTIMENT Activité en baisse en 2003, vive reprise fin 2003 et début 2004 Activité prévue Activité passée Enquête INSEE : l opinion des chefs d entreprise

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France

Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France Les Travaux sur Bâtiments Existants en Ile-de-France 2013 Octobre 2014 FFB GRAND PARIS Direction des Affaires Economiques et Juridiques 10 rue du Débarcadère 75852 PARIS Cedex 17 Téléphone 01 40 55 10

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 50

Bulletin trimestriel de conjoncture n 50 Bulletin trimestriel de conjoncture n 50 Mai 2011 1 er trimestre 2011 Pour la première fois depuis plus de 2 ans, progression du volume de travaux d entretien-amélioration de logement Après une année 2009

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

"Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte?

Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? "Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? ingéniosité Crédit images J. DOMEAU Quelles sont les vraies opportunités de développement pour vos entreprises?" 1 Contexte

Plus en détail

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE

STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Suivez l activité des entreprises du Rhône NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre 2014 STABILISATION RELATIVE EN ATTENDANT LA REPRISE Malgré une fin d année 2013 conclue avec un regain d'activité et des perspectives

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Mars 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

TRAVAUX DE PLOMBERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 4 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 6 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

OBSERVATOIRE DYNAMIQUE DES METIERS DU NUMERIQUE, DE L INGENIERIE, DES ETUDES & CONSEIL ET DES FOIRES, SALONS & CONGRES SYNTHESE 4 EME TRIMESTRE 2013

OBSERVATOIRE DYNAMIQUE DES METIERS DU NUMERIQUE, DE L INGENIERIE, DES ETUDES & CONSEIL ET DES FOIRES, SALONS & CONGRES SYNTHESE 4 EME TRIMESTRE 2013 OBSERVATOIRE DYNAMIQUE DES METIERS DU NUMERIQUE, DE L INGENIERIE, DES ETUDES & CONSEIL ET DES FOIRES, SALONS & CONGRES SYNTHESE 4 EME TRIMESTRE 213 V2. 17 Mars 214 1 Synthèse des données du 4 ème Trimestre

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 11 - Janvier Edition Lyon Rhône LEGER REGAIN D ACTIVITE EN DEBUT D ANNEE Au cours des derniers mois de l année, le niveau d activité

Plus en détail

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public

L ACTIVITE. Evolution de l'activité industrielle secteur privé. Evolution de l'activité industrielle secteur public N 729 ENQUETE SUR LA SITUATION ET LES PERSPECTIVES DANS L INDUSTRIE AU - TROISIEME TRIMESTRE 215 - L enquête d opinion auprès des chefs d entreprise industrielle, initiée par les services de l ONS couvre

Plus en détail

Dossier de presse 2015

Dossier de presse 2015 Dossier de presse 2015 Des professionnels qualifiés Un gage de confiance pour le consommateur Contacts presse Qualit EnR Cecil Bonnesoeur - 01 48 78 70 51 - communication@qualit-enr.org Rumeur Publique

Plus en détail

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE

UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 2ème trimestre 2015 UNE CONJONCTURE PLUS FAVORABLE CE TRIMESTRE Des indicateurs renforcés ce trimestre en termes de niveau d activité,

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP

CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP Informations presse - 22 mai 2014 CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP Signature le 22 mai à Paris pour le prolongement en 2014 de la campagne de mobilisation

Plus en détail

Conjoncture économique en Loir-et-Cher

Conjoncture économique en Loir-et-Cher Février 0 - N Conjoncture économique en Loir-et-Cher Résultats de l enquête menée entre le er et le 8 février 0 Analyse réalisée sur la base de réponses exploitables La Chambre de et d' de Loir-et-Cher

Plus en détail

Observatoire du BÂTIMENT

Observatoire du BÂTIMENT Observatoire du BÂTIMENT De votre Centre de Gestion Agréé e trimestre MAÇONNERIE - COUVERTURE - ÉLECTRICITÉ - MENUISERIE - PLOMBERIE - CARRELAGE - PLÂTRERIE - PEINTURE CHIFFRES CLÉS EN AQUITAINE Les indicateurs

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DES ENTREPRISES DU BTP

ANALYSE FINANCIERE DES ENTREPRISES DU BTP ANALYSE FINANCIERE DES ENTREPRISES DU BTP Performances financières des entreprises de BTP en 2012 Modalités de l étude Depuis 2008, BTP Banque réalise une étude sur la situation financière au travers de

Plus en détail

ENTREPRENEURS DE TRAVAUX FORESTIERS (ETF)

ENTREPRENEURS DE TRAVAUX FORESTIERS (ETF) I. CHIFFRE D AFFAIRES Evolution* du chiffre d affaires Au global % 3, - -0, -0, En recul L activité des entrepreneurs de travaux forestiers s oriente à la baisse au cours de l été : - 0,5 % comparé à la

Plus en détail

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 68 Septembre 2009 Indices des prix des travaux d entretien-amélioration de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

L éco prêt à taux zéro :

L éco prêt à taux zéro : L éco prêt à taux zéro : - Description et objectif : Destiné à financer les rénovations thermiques représentant des montants importants, c est l une des principales mesures financières du Grenelle Environnement

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire

Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire Note de conjoncture de l Artisanat des Pays de la Loire 1er semestre 2014 - Edition juillet 2014 Ce semestre, que retenir dans l artisanat régional? Pour mémoire, le second semestre 2013 avait été marqué

Plus en détail

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS C O M M E A N T I C I P É E PA R L E S C O M M E R Ç A N T S, L A C T I V I T É D E

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

TRAVAUX DE SERRURERIE

TRAVAUX DE SERRURERIE TRAVAUX DE SERRURERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DES TRAVAUX DE

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 50

Bulletin trimestriel de conjoncture n 50 Bulletin trimestriel de conjoncture n 50 Mai 2011 1 er trimestre 2011 Pour la première fois depuis plus de 2 ans, progression du volume de travaux d entretien-amélioration de logement Après une année 2009

Plus en détail

IPEA News. Indicateur de Conjoncture Note Septembre 2014. Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 %

IPEA News. Indicateur de Conjoncture Note Septembre 2014. Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 % Le mois de septembre en bref Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 % Evolution du cumul à fin septembre 2014/2013-1,2 % Incidence du résultat de septembre sur le cumul -0,3 pt Rentrée morose

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Certificats d Economies d Energie (CEE)

Certificats d Economies d Energie (CEE) Certificats d Economies d Energie (CEE) Comment utiliser le dispositif pour une collectivité? 25 septembre 2014 Cyrielle Borde, Service Climat, ADEME Sommaire Dispositif des Certificats d économies d énergie

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales du 01/07/2015 au 31/12/2015

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales du 01/07/2015 au 31/12/2015 n 8 - JANVIER 216 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 24 58 c est * le nombre d entreprises 25 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne fin décembre. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés

Plus en détail

LES PRIX IMMOBILIERS

LES PRIX IMMOBILIERS LES PRIX IMMOBILIERS Bilan de l année 2014 Janvier 2015 Cimm Immobilier - Crédit Foncier - Crédit Logement - Crédit Mutuel - Gécina - SeLoger.com - SNPI - Sogeprom 1 LE NOMBRE DE RÉFÉRENCES TRAITÉES PAR

Plus en détail

information aux médias

information aux médias Marche des affaires au 3 e trimestre 213 Réserves de travail à un niveau record Les réserves de travail des bureaux d étude ont continué à augmenter et se montent désormais à plus d une année. C est l

Plus en détail

1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016

1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016 1 er trimestre 2016 UN FLECHISSEMENT DE LA SITUATION ECONOMIQUE SUR LE DEBUT D ANNEE 2016 Les dirigeants Drômois misent toutefois sur une stabilisation des indicateurs au prochain trimestre. Suivez l actualité

Plus en détail

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires

Contexte conjoncturel. Indicateur du Climat des Affaires Tendances régionales Les entreprises en Rhône-Alpes Contexte conjoncturel Indicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée de la situation

Plus en détail

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN 1 ère réunion du groupe de travail TECHNIQUES FINANCIERES Présidée par Inès REINMANN Contribution GREEN PROPERTY 1 Table des matières Le fonds de compensation page 3 PSE paiement des services environnementaux

Plus en détail

Le marché des fenêtres en France en 2015

Le marché des fenêtres en France en 2015 Toulouse, le 29 janvier 2016 Parution d une nouvelle étude de marché TBC Innovations : Le marché des fenêtres en France en 2015 - Edition Janvier 2016 TBC Innovations est une société de conseil (www.tbcinnovation.fr).

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION AUVERGNE NOVEMBRE 28 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Auvergne Tendances régionales novembre 28 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration 14/12/2006 Kaufman & Broad : Résultats annuels 2006 Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration Résultats 2006 supérieurs aux prévisions o Chiffre d affaires : +22% o Marge brute

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat DOSSIER DE PRESSE Jean-Louis BORLOO, Valérie LETARD et Benoist

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l immobilier. 5 mai 2015 Deuxième édition

Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l immobilier. 5 mai 2015 Deuxième édition Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de l immobilier 5 mai 2015 Deuxième édition Sommaire Méthodologie du baromètre En synthèse 1. Bilan des quatre premiers mois de 2015 (janvier-avril

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Indice genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2010

Indice genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2010 genevois des prix de la construction Résultats du mois d avril 2010 Sommaire En bref....................................................................................... 1 Commentaires complémentaires...................................................................

Plus en détail

Grenelle Environnement

Grenelle Environnement Grenelle Environnement Convention d engagements pour l accélération de la construction de «Bâtiments Basse Consommation» (BBC) Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 215 Le 4 trimestre 215 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Comment financer son projet de rénovation? les aides possibles

Comment financer son projet de rénovation? les aides possibles Comment financer son projet de rénovation? les aides possibles De multiples possibilités Lamballe Communauté National Liées à votre situation Des aides différentes en fonction de votre situation : Statut

Plus en détail

Le baromètre économique des services en France

Le baromètre économique des services en France Le baromètre économique des services en France M a i 2 0 1 3 Sommaire Editorial... p. 3 L indicateur avancé de l emploi... p. 4 salarié dans les services Le chiffre d affaires des services... p. 5 La valeur

Plus en détail