Cahiers Techniques 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahiers Techniques 2014"

Transcription

1 COMMISSION DOMMAGES AUX BIENS Cahiers Techniques 2014 La maîtrise de la perte d exploitation L assurance-vie de votre entreprise

2 Ce document est issu des travaux d un groupe de travail de la Commission Dommages aux Biens de l AMRAE. L AMRAE tient à remercier pour leur contribution : Jean- Paul Fort Bertrand Chaugny Bernadette Crusilleau Bastien Daire Patrice Grignon Denis Legrand Jacques Macé Leslie Noël Jean Christophe Rodier Catherine Cognet Hélène Dubillot Charles Le Corroller JPF Conseil Marsh SIACI St Honoré Gemalto EXPertADjust Conseil ECCE Associés Pernod Ricard HSBC CNIM AXA AMRAE AMRAE Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 2 AMRAE 2014

3 Table des Matières AVANT-PROPOS... 5 I. Définition de la Perte d Exploitation... 6 II. Contenu standard des contrats actuels... 6 A. LA PERTE DE LA MARGE BRUTE... 6 B. LES FRAIS SUPPLEMENTAIRES Les frais supplémentaires d exploitation Les frais supplémentaires additionnels... 8 C. LES PRINCIPALES EXTENSIONS DE GARANTIE... 8 D. LE MECANISME D INDEMNISATION III. Les besoins de l entreprise selon ses métiers A. LA COMPREHENSION DU BUSINESS MODEL : PROCESSUS DE CREATION DE VALEUR B. LA PRISE EN COMPTE DU MODE D EXPLOITATION IV. Les Acteurs en cas de sinistre A. L ASSURE B. L INTERMEDIAIRE D ASSURANCES : LE COURTIER OU L AGENT D ASSURANCE C. L ASSUREUR D. LES EXPERTS E. LES TIERS RESPONSABLES V. Les difficultés dans le processus d évaluation de la PE A. EVALUATION DES CAPITAUX A DECLARER B. PERCEPTION CULTURELLE DIFFERENTE ENTRE L ASSURE ET L ASSUREUR : QUELLES ATTENTES, QUELLE COMMUNICATION? Les attentes de l assuré La culture de l assureur C. EVALUATIONS APRES SINISTRE Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 3 AMRAE 2014

4 1.Principe de calcul de la PE Evaluation de la perte de chiffres d affaires I.Evaluation du taux de marge brute* II.Frais supplémentaires III.Les économies à déduire IV.Les franchises VI. Les programmes Groupe VII. Nouveaux besoins de garanties : les réponses partielles du marché A. LA COUVERTURE DES PE EN DEHORS DE L ASSURANCE DOMMAGES AUX BIENS PE dans les polices transports Les PE dans les polices dommages environnementaux et atteintes à l environnement B. LES PE SANS DOMMAGE MATERIEL DIRECT C. LES RISQUES INFORMATIQUES D. AUTRES RISQUES, AUTRES REPONSES DU MARCHE E. LA POSITION DES ASSUREURS VIII. Les bonnes pratiques de gestion de risques IX. Les bonnes pratiques d assurance X. Réflexions pour l avenir : aboutir à garantir la perte d exploitation sans dommage GLOSSAIRE Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 4 AMRAE 2014

5 AVANT-PROPOS A l origine, l assurance dommage était perçue comme la garantie de la compensation en cas de sinistre, de la valeur vénale du bien affecté. Aujourd hui, toute immobilisation n est plus tant considérée pour sa valeur patrimoniale que pour sa capacité à générer un revenu : la compensation des pertes financières subies comme conséquence d un sinistre est devenue primordiale. L assurance des pertes d exploitation est perçue comme une garantie du compte d exploitation et un gage de survie de l Entreprise. L analyse des grands sinistres, de même que les études de risques montrent que la part des pertes de revenu dans le coût global d un sinistre est croissante avec le développement technologique et la sophistication des processus économiques. Avec le développement de la sous-traitance, la spécialisation de chaque acteur et la concentration des moyens, il faut garder à l esprit toutes les conséquences d un sinistre extérieur sur l entreprise assurée (interdépendances ; carences fournisseurs ou client). La complexité des chaînes de production et de distribution est une source de difficulté dans l évaluation du montant des pertes indemnisables, et ceci allonge la durée de règlement des sinistres, surtout si les contrats d assurances sont peu clairs, mal compris ou mal adaptés aux besoins et s ils ne contiennent pas de dispositions relatives au processus de gestion de sinistre. Enfin, une interruption ou une baisse d activité, générant une perte de revenus, peuvent être occasionnées par d autres évènements aléatoires qu un dommage matériel. On parle de «pertes financières», «dommages immatériels non consécutifs» ; ces pertes sont assimilables à des «pertes d exploitation sans dommage». C est de ces considérations qu est née l idée d une réflexion globale sur les pertes d exploitation. Les objectifs recherchés dans ce cahier technique sont principalement de : Clarifier les concepts et les définitions Faire un état des lieux des garanties disponibles Analyser les intérêts et les insuffisances de ces garanties. Identifier les nouveaux besoins et les nouveaux produits d assurance Attirer l attention des assureurs sur des points susceptibles d amélioration Dégager des bonnes pratiques : définition de ses besoins spécifiques, négociation d un contrat adapté, préparation de la gestion de sinistre et de l après crise. Je remercie mes collègues du groupe de travail qui, au cours de ces 3 dernières années, ont produit une quantité considérable de documents de travail et ne se sont pas découragés devant l ampleur du projet. Jean-Paul Fort, pilote du groupe de travail Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 5 AMRAE 2014

6 I. Définition de la Perte d Exploitation C est la perte de revenus d une entreprise en conséquence d un aléa impactant négativement son activité normale. Le cas classique est l interruption ou la baisse d activité consécutive à un sinistre de dommage matériel subi par l entreprise (ex : incendie). Mais les aléas susceptibles d occasionner une perte d exploitation sont multiples : carences de fournisseur ou de client, troubles sociaux ou politiques, évènements naturels extérieurs, atteinte à l image, concurrence déloyale Ces aléas sont assurables ou non. On s intéressera exclusivement aux pertes d exploitation assurables ou qui seraient susceptibles de le devenir dans le futur. Le terme anglais correspondant à perte d exploitation (PE) est «Business Interruption» (BI). II. Contenu standard des contrats actuels Le contenu standard des contrats d assurance fait consensus mais reste négociable. Le marché propose de nombreuses extensions et est disposé à faire du sur mesure. Les contreparties sont l existence de sous limites de garanties, voire d exclusions spécifiques sans oublier l impact sur le montant de la prime., Pour les termes suivis d une «*», nous vous invitons à lire la définition dans le Glossaire en fin de document. A. La perte de la marge brute L assureur définit précisément au travers des clauses du contrat la perte de marge brute*(différence entre le chiffre d affaires et les charges variables) qu il entend couvrir, suite à un dommage garanti, pendant une période d indemnisation* contractuellement définie. Cette marge brute est une notion définie par les assureurs, différente d une marge brute d entreprise. L assureur peut garantir à l assuré le paiement d une indemnité en raison des pertes d exploitation c est à dire la perte de marge brute que l assuré subit du fait d une interruption ou d une réduction de son activité consécutive à : Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 6 AMRAE 2014

7 un évènement défini dans le champ de la garantie une décision administrative d interdiction d accès et/ou d exploitation des établissements assurés prise consécutivement à un sinistre B. Les frais supplémentaires En préalable, nous rappellerons qu une distinction est à réaliser entre : Frais supplémentaires d exploitation: frais engagés pour limiter la perte de marge brute Frais supplémentaires additionnels : frais qui vont au-delà de la marge potentiellement perdue et engagés en vue de se maintenir sur le marché par la conservation de ses clients et par conséquent le maintien futur de son chiffre d affaires. 1. Les frais supplémentaires d exploitation Ce sont les frais que l assuré a exposé en accord avec l assureur et / ou les experts de ce dernier, dans le but de réduire ou d éviter une perte de marge brute garantie. L indemnisation de ces frais ne saurait être supérieure à celle qui aurait été allouée en réparation de la perte de marge brute qui se serait produite si ces frais n avaient pas été engagés. Cas particulier : Les frais supplémentaires d exploitation des risques informatiques Sont garantis les frais supplémentaires d exploitation engagés, d un commun accord entre les parties, à la suite d un sinistre affectant les matériels informatiques et bureautiques assurés, pendant la période nécessaire, à dire d experts, à la réparation ou au remplacement des biens assurés endommagés durant une période définie contractuellement. Il s agit de couvrir les frais supplémentaires engagés du fait de l indisponibilité des matériels, consécutive au sinistre, et non les conséquences financières de l altération des données, lesquelles font l objet de garanties particulières encadrées par des contrats spécifiques. Ces frais supplémentaires d exploitation sont principalement : Les frais de location d un matériel informatique ou bureautique de rendement identique Les frais supplémentaires de personnel (heures supplémentaires et/ ou main d œuvre extérieure) Les frais de sous-traitance et de travail à façon effectués hors de l entreprise Les frais de transport de matériel informatique ou de documents Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 7 AMRAE 2014

8 Les frais d adaptation des logiciels et des sauvegardes, appartenant à l assuré, à un nouveau système d exploitation, sous réserve que ce dernier ne puisse être remplacé à l identique Les frais d installation provisoire ou dans un autre endroit 2. Les frais supplémentaires additionnels Il s agit de tous les frais qui, au-delà des frais supplémentaires pris en charge au titre du mécanisme de la garantie «perte de la marge brute», auront été exposés à la suite du sinistre garanti d un commun accord, entre l assuré et l assureur, dans le seul but d éviter ou de réduire la perte de chiffre d affaires ou dans le but d éviter une réduction des activités. Il en est ainsi des frais exposés afin de maintenir la continuité d un service public, quand l assuré exerce une mission de service dont le maintien doit être assuré indépendamment de toute notion économique. Exemple : collecte des déchets, distribution d eau Un autre exemple peut être d indemniser la continuité d une production, dans des conditions temporaires dégradées à perte, si cette production est la condition impérative pour que l assuré conserve un grand client exigeant la fourniture d un catalogue de produits (la gamme complète ou rien). C. Les principales extensions de garantie Carence de fournisseurs, de sous-traitants, d énergies et de clients Cette garantie est étendue aux pertes d exploitation et frais supplémentaires pendant la période d indemnisation résultant : - d un événement non exclu par le contrat d assurance et affectant des biens des fournisseurs, sous-traitants, clients de l Assuré - d une rupture totale ou partielle du fournisseur de courant électrique, de toutes énergies, fluides ou gaz. Interdépendances L extension permet de garantir les pertes d exploitation enregistrées par les sociétés assurées par un même contrat et se situant en amont ou en aval de la société sinistrée dans les termes et limites du contrat d assurance. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 8 AMRAE 2014

9 Impossibilité d accès L extension couvre les pertes d exploitation consécutives à une interruption ou réduction de l activité de l assuré résultant d un événement, non exclu, empêchant totalement ou partiellement l accès aux sites de l assuré. Pénalités de retard Cette extension garantit les pénalités qui seraient mises à la charge de l assuré en application des marchés passés avec sa clientèle, par suite de non livraison ou de retard dû à un sinistre garanti. - Elle est applicable si la pénalité découle directement voire exclusivement de la réalisation du sinistre garanti. - L assureur veillera à limiter l indemnisation au préjudice réellement subi. Contrats d achats La garantie est étendue aux conséquences d engagements contractuels (tels qu achats fermes de matières premières et/ou clauses de dédit,...) lorsque, à la suite d un événement non exclu, l assuré n est plus en mesure d absorber et / ou de stocker lesdites matières premières. Dommages se produisant durant le temps de réparation ou de contrôle Lorsqu à la suite d un sinistre atteignant un matériel assuré, celui-ci est réparé ou contrôlé à l extérieur de l établissement assuré sinistré, et qu il subit dans ce cadre un dommage pour une cause quelconque de nature à retarder sa mise en service, l assurance des pertes d exploitation s exercera en prenant en compte cet allongement de la durée de réparation ou de contrôle, sans pouvoir dépasser la période d indemnisation. Pertes d exploitation consécutives à un dommage aux matériels et moyens de dépannage Lorsqu à la suite d un sinistre, l assuré met en service, dans le but de limiter les pertes, un autre matériel en dépannage, et que ce dernier subit pendant la réparation du premier matériel, un dommage, même non garanti, la garantie de pertes d exploitation continuera ses effets au titre du même sinistre, pendant le temps normalement nécessaire pour réparer le premier matériel, comme s il n y avait pas eu de moyen de dépannage, sans toutefois dépasser la période d indemnisation. Bureaux d Etudes, Centres de Recherche, Centres de Formation hors ou sur sites de production et ne générant pas de chiffre d affaires En cas de sinistre affectant les bureaux d études, centres de recherches ou centres de formation, l assuré ne peut pas ou que peu réduire ses frais fixes alors que ces entités ne Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 9 AMRAE 2014

10 jouent plus leur rôle. Ces entités «non productives» supportent des frais fixes sans que l assuré ne puisse les imputer à un chiffre d affaire ni à une marge. C est pourquoi l assurance peut garantir l ensemble des frais fixes exposés, ou des frais supplémentaires (dans la limite pour ces derniers des frais fixes qu ils permettent d économiser). La période d indemnisation qui sera pris en compte commence le jour du sinistre et s arrête le jour où les biens nécessaires à l activité d études ou de recherches ont été reconstitués, sans pouvoir toutefois dépasser la période d indemnisation prévue au contrat. Dépréciation des stocks Sont garanties les pertes subies par l assuré lorsque, après un sinistre garanti, un stock, bien que physiquement intact et officiellement reconnu comme tel, ne peut être utilisé, en tout ou partie, ou vendu à son prix initialement prévu (exemple : sinistre survenu au voisinage entrainant par exemple une suspicion inacceptable de contamination). Indemnités de licenciement Les indemnités versées au titre de cette garantie sont celles attribuées au paiement d indemnités de licenciement, si à la suite d un sinistre, l assuré décide de procéder à un licenciement. Le paiement des salaires, pendant la période d indemnisation, relève de cette garantie lorsqu ils constituent une charge fixe et permanente et qu ils auraient été versés même en l absence du sinistre. Le caractère fixe et permanent devra être justifié. L indemnisation ne pourra cependant pas excéder, d une part, le montant des indemnités de licenciement dues en application des textes réglementaires, d autre part, le montant qui aurait été dû s il n y avait pas eu de licenciement. Réinstallation en d autres lieux Lorsque après une interruption d activité consécutive à un sinistre, l assuré reprend ses activités dans de nouveaux lieux, l indemnité due au titre des pertes d exploitation consécutives à ce sinistre sera calculée en prenant en compte la réinstallation, sans que cette indemnité ne puisse excéder celle qui, à dire d expert, aurait été accordée si l assuré avait repris ses activités au lieu du sinistre. Cessation d activité Si après un sinistre, une des sociétés assurées dans le cadre du contrat, cesse ses activités, mais que celles-ci sont transférées en tout ou partie dans une autre société du groupe, la garantie s applique comme s il s agissait d une réinstallation dans d autres lieux. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 10 AMRAE 2014

11 Dans le cas contraire si, après un sinistre, l entreprise ne reprend pas ses activités antérieures et que celles-ci ne sont pas transférées dans une autre société du groupe, aucune indemnité au titre de la garantie Pertes d Exploitation n est due. Contraintes Les garanties de la Police seront acquises aux Assurés lorsqu'ils se trouveront, à la suite d'un Sinistre, ou d'un fait générateur non exclu atteignant leurs propres biens ou les biens de leurs voisins, contraints par les événements, ou par une autorité administrative quelconque, de suspendre les activités de leur entreprise. Dans le cas d'une contrainte par une autorité administrative, cette extension de garantie cessera de s appliquer le jour de l autorisation de délivrée par ladite autorité de poursuivre leur activité. Les assurés s engagent à faire diligence pour reprendre leur activité et obtenir une autorisation administrative. Unités en construction La garantie jouera en faveur d'une unité en cours de construction, même dans le cas où cette unité ne serait ni mise en activité ni même réceptionnée, et ce, sous réserve que ladite unité soit garantie par la Police ou par une police spécifique tous risques chantier contre les pertes ou dommages qu'elle pourrait subir. Les Assureurs percevront alors une surprime spécifique correspondant au taux de la garantie Pertes d'exploitation appliqué sur la marge brute à garantir au prorata temporis de la période de construction. En cas de Sinistre, les Assurés devront prouver avec tous les documents en leur possession, que cette unité aurait entraîné une modification de la marge brute par rapport à celle existant auparavant. Honoraires d expert Les Assureurs garantissent aux Assurés le remboursement des frais et honoraires des Experts que ceux-ci auront eux-mêmes choisis et nommés, conformément aux dispositions des Conditions Générales. Ce remboursement sera calculé sur le montant du préjudice financier indemnisable (c'est-à-dire avant l'application de la Franchise) souvent suivant un barème des honoraires en cours au jour du sinistre, sans pouvoir dépasser la somme effectivement payée aux Experts. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 11 AMRAE 2014

12 La plupart des extensions de garanties sont d un montant largement inférieur à la garantie principale et sont éventuellement soumises à déclaration. Il est important de veiller à l adéquation des montants garantis par rapport aux besoins de l assuré. D. Le mécanisme d indemnisation La perte de marge brute indemnisable est déterminée en multipliant le taux de marge brute* au jour du sinistre par la différence constatée entre le chiffre d affaires, qui aurait été réalisé pendant la période d indemnisation en l absence de sinistre, et le chiffre d affaires effectivement réalisé pendant cette période. Le chiffre d affaires, la marge brute, le taux de marge brute sont calculés pour le règlement d une indemnité à partir des comptes des exercices antérieurs au sinistre. Sont pris en considération: Le chiffre d affaires, la marge brute, le taux de marge La tendance générale de l évolution de l activité de l assuré Les facteurs extérieurs susceptibles d avoir une influence sur ladite activité et les résultats de l assuré. Pour plus de détails, se rapporter aux chapitres IV ET V. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 12 AMRAE 2014

13 III. Les besoins de l entreprise selon ses métiers Les besoins de l entreprise en matière de couverture de PE sont définis à partir de son business model et de sa perte d exploitation. A. La compréhension du Business Model : processus de création de valeur Pour apprécier toute la vérité de l évènement (la réalité du sinistre) potentiellement perturbant (sinistre assurable, rupture de contrat, concurrence déloyale ) et mesurer ses conséquences dommageables (pertes d exploitation), il convient de comprendre dans les phases d étude des risques et de souscription d assurances, la réalité de la situation économique de l entreprise. La recommandation est de faire un «arrêt sur image», d où ressortent les performances réalisées et les moyens utiles à la réalisation des objectifs de chiffre d affaires (revenus) et de rentabilité (marges). Quelle que soit l entreprise concernée par la perte d exploitation, la question première et récurrente est : comment l entreprise réalise- t-elle son revenu? Pour y répondre, il convient dans un premier temps d appréhender l activité de l entreprise par une approche macro-économique et sous l angle des six composants standards au Business Model : La proposition de valeur : étudier les attentes des clients, les réponses apportées par l entreprise et l appétit des clients. Cette étude permet de comprendre la notoriété de l entreprise dans son marché et sa capacité de résilience après sinistre. Le segment de marché : connaître le marché cible à conquérir par l entreprise dans lequel elle a isolé autant de segments que de besoins identifiés. La chaîne de valeurs : comprendre comment l entreprise crée et s approprie cette valeur. La réalisation du revenu et des marges : comprendre comment le revenu est créé (Production, Négoce, Prestation de Services ), la structure des coûts (charges variables, fixes et mixtes), l objectif de marge bénéficiaire. La position dans la Profession : comprendre l activité et les performances de l entreprise dans un environnement concurrentiel (ou a contrario en situation monopolistique) à travers l identification des concurrents, des fournisseurs et de tout acteur participant à la création de valeur. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 13 AMRAE 2014

14 La stratégie de compétitivité : comprendre comment l entreprise agit pour conforter son avantage concurrentiel et développer ses parts de marchés. Pour faire cet exercice, il est conseillé de s appuyer bien entendu sur les états comptables, financiers et de contrôle de gestion de l entreprise. B. La prise en compte du mode d exploitation Une entreprise peut agir selon l un des modes d exécution suivant : Sous le mode projet comme sous le mode prestation de services (construction d un navire ou d un immeuble, plateforme de services), le résultat économique (au sens comptable du terme) est fortement dépendant des conditions contractuelles (ex : obligation du respect du planning, de la mise à disponibilité du bien et de la garantie de performances). Sous le mode industriel (usine de production, hypermarché), le résultat est dépendant du bon fonctionnement de la supply chain (approvisionnements, outils de production, circuit de distribution ) de l entreprise. 1. Le mode projet L approche de la perte d exploitation sous le mode projet est tributaire de la notion de temps. Il est prévu une durée de vie du projet au cours de laquelle un calendrier précis le temps alloué à l étude et au lancement du projet, à la livraison et à l atteinte des performances. Le temps est d autant plus au centre du projet que tout retard peut entrainer des conséquences financières. Plus le projet est avancé, plus la survenance d un incident devient critique. L entreprise sous le mode projet est d autant plus vulnérable que l impact après sinistre n est pas aisément maîtrisable. Les mesures conservatoires et autres solutions alternatives d exploitation utiles à la limitation des conséquences d un incident sont limitées. C est la nature même du projet qui rend compte de cette évidence, l exemple de la construction d entités industrielles identiques est révélateur : Lorsque des projets de construction sont en cours de réalisation en même temps et chacun avancé à un stade différent dans leur planning, il est fréquent que les équipes tournent sur plusieurs projets en fonction de l état d avancement. Il suffit donc qu un projet soit perturbé pour que, par effet de ricochet, les autres projets en cours le soient également. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 14 AMRAE 2014

15 Des équipes aux compétences particulières ont été mises en place en fonction de la spécificité du projet. Il n y a pas de solutions alternatives d équipes de remplacement surtout pour des interventions à haute technicité et forte connaissance du projet. 2. Le mode industriel Sous le mode industriel, la notion de temps reste importante avec cependant des impacts différents. La nécessité d une reprise de l exploitation demeure vitale pour l entreprise mais les opérations peuvent souvent se poursuivre en mode dégradé jusqu à retour à une situation normale d exploitation. La dépendance aux partenaires, fournisseurs de matières, de marchandises et de services se retrouve dans les trois modèles mais est plus visible dans le mode industriel car elle impacte toute la chaine de production. De façon plus marquée que dans les autres modes, les acheteurs, dans le mode industriel, s attachent au référencement des fournisseurs et autres partenaires industriels de par sa dépendance à la chaine de valeur (supply chain). Il faut mesurer la perte d exploitation potentielle en tenant compte des points critiques de la chaîne. En effet, souvent l entreprise ne peut fonctionner que sous son seul processus d exploitation, marqué par différentes étapes de production incontournables : difficulté à recourir au déport de la production sur un autre site, choix limité de prestataires dans la durée, problématiques de logistique, obligations règlementaires et autres autorisations administratives. L entreprise est aussi vulnérable par son besoin de protéger les clients stratégiques lorsque les capacités de production ou de fourniture de services sont réduites de manière substantielle. L entreprise aura toutefois la possibilité d anticiper les difficultés à naître du sinistre en se préparant à la gestion de crise et à la reprise des activités. Le Plan de Continuité d Activité(PCA)* reprendra les mesures conservatoires et de secours nécessaires pour une meilleure capacité de réaction et de préparation à la résolution du sinistre. 3. Le mode prestations de services La rupture ou le manquement de la fourniture de services est susceptible de générer une perte financière à l assuré dont les conditions d assurance dépendent de l existence ou non d un Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 15 AMRAE 2014

16 dommage matériel. Bien souvent, ce n est pas la perte de marge mais les frais supplémentaires engagés qui constituent la perte principale de l entreprise. Un exemple de la prestation de service : les institutions financières L activité de la gestion des flux financiers met en exergue le caractère immatériel du processus de création de revenus (gestion de la monnaie scripturale, fonds monétaires et autres actifs immatériels). La formation du revenu est moins dépendante des moyens matériels mis à disposition pour l exercice des métiers. Seul le système d information comme support des flux financiers est sans doute l actif immobilisé indispensable à l exercice des opérations. La sensibilité du système d information au risque est bien comprise de la profession. En effet, pèse sur les institutions financières l obligation règlementaire de disposer d un PCA et d un Plan de Secours Informatique (PSI). Cette obligation s étend également aux sous-traitants qui réalisent des prestations dites «essentielles» pour leur compte. La perte d exploitation pour l institution financière s appréhende plus en termes de frais supplémentaires que de perte de marge brute. Sur les activités d une banque de détail (Agence bancaire), il ressort de manière évidente qu un sinistre majeur sur un point de vente (agence) n est pas non plus forcément source de perte de marge brute, mais en revanche, consommateur de frais supplémentaires additionnels. Des procédures de continuité d activité existent, il s agit de solutions de repli sur un site secondaire à proximité appartenant au maillage de réseau des agences. De plus, il est à noter que l activité proprement immatérielle rend difficile l identification du lieu de réalisation du revenu. Il semble en effet difficile d identifier et de mesurer la contribution de chaque point de vente à la réalisation du revenu ce qui rend d autant plus incertaine la valorisation des pertes de marge brute suite à l indisponibilité temporaire d un site. Ainsi, la perte d exploitation des institutions financières, cas particulier dans l industrie de la prestation de services, s appréhende selon trois vecteurs : - la perte financière due à la non réalisation de la transaction commandée - la pénalité pour non-exécution ou retard d exécution - les frais supplémentaires pour continuité des activités (Back up, site en location) Les pertes d exploitation et frais supplémentaires consécutifs à un dommage matériel (incendie, impossibilité d accès), ou autre événement naturel, sont en général couvertes au sein d une police dommages aux biens et pertes d activités. Cependant la difficulté rencontrée dans l évaluation du préjudice financier et la mesure de la perte potentielle de revenus ont pu amener les assureurs à offrir une couverture spécifique : La police Perte d Activité Bancaire (PAB). Basée sur le produit net bancaire (PNB) de la banque, elle couvre toutes les pertes d exploitation, que l origine en soit Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 16 AMRAE 2014

17 l incendie, la fraude, une défaillance du SI, etc. La banque achète une certaine capacité. Cette police couvre généralement les pertes financières, les pénalités et les frais supplémentaires. Il est regrettable que cette offre spécifique soit largement en perte de vitesse sur le marché. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 17 AMRAE 2014

18 IV. Les Acteurs en cas de sinistre A. L assuré En assurance de dommage et de PE, l assuré est à la fois le bénéficiaire des garanties d assurance, la victime du sinistre et le propriétaire ou l exploitant, des biens et de l activité sinistrés. C est au sein de son organisation que sont connues les différentes informations et données nécessaires aux différents stades de gestion du sinistre. Cependant l assuré n est pas nécessairement coutumier des cadres d application des différentes garanties PE. Ainsi, l assuré doit avoir son attention appelée sur le fait que de nombreux mots (prototype, marchandises, matériels, marge brute, ) et notions (frais supplémentaires d exploitation, budget/réel, périodes d indemnisation, économies, ) ont, dans les polices d assurances, des acceptions très précises - souvent contractuellement définies - et qui peuvent différer des sens habituellement donnés à ces mots par les personnels dans leurs fonctions opérationnelles. Il peut aussi exister des divergences d intérêt au sein de l assuré entre le site ou la filiale et le niveau «corporate». Ex : garanties couvertes par des captives d assurances B. L intermédiaire d assurances : le courtier ou l agent d assurance L intermédiaire d assurance veille aux côtés de l assuré à la bonne application de la police et au juste règlement du sinistre. Le courtier, mandataire de l assuré, est un commerçant et est indépendant des compagnies d assurances. L agent, profession libérale, est le mandataire de l assureur et engage sa compagnie. C. L Assureur L assureur est organisé en départements différents, en souscription d une part et en règlement de sinistres d autre part. Si les services sinistres sont des professionnels de l indemnisation, ils n ont pas nécessairement et toujours suffisamment connaissance des spécificités de l activité et des enjeux PE de l assuré sinistré. Les services sinistres sont hiérarchisés en fonction des enjeux financiers et de la complexité des sinistres, et interviennent avec des procédures d escalade. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 18 AMRAE 2014

19 Dans le cadre fréquent de la coassurance, l apériteur gère le sinistre et en réfère aux Co assureurs qui gardent leur autonomie de décision en phase de règlement. Dans le principe, les intérêts communs entre assureur et assuré sont nombreux dans le cas des sinistres PE : - Recherche de la meilleure économie entre perte de marge brute et engagement de frais supplémentaires - Exercice d un recours - Recherche de réduction de la période de perturbation - Versement d acomptes pour favoriser la reprise d activité au plus vite D. Les Experts La mission d expertiser la PE peut-être : 1. L expert de l assureur Soit confiée à un expert «Dommages directs», éventuellement spécialisé en bâtiments, marchandises ou matériels, qui réglera aussi la PE. Soit confiée à un expert spécialisé PE qui interviendra en complément d un expert «Dommages direct». Soit, plus exceptionnellement, confiée à un expert spécialisé PE interviendra seul sur l ensemble du sinistre. L expert PE de la compagnie est «l œil et le bras de l assureur», il a pour prérogatives usuelles : D interfacer la relation entre l assureur et l assuré De cerner rapidement le montant d ouverture du dossier D apprécier, de requalifier la réclamation chiffrée de l assuré, qui est évolutive dans le temps, notamment en fonction des moyens de limitation du sinistre. La discussion des taux de marge et des structures de coûts, la recevabilité des justificatifs, les coefficients de tendance pour apprécier l évolution de l activité, les écarts entre le réel, le potentiel et le budgété sont autant de sujets importants qui conditionneront largement le montant des indemnités. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 19 AMRAE 2014

20 D isoler les éventuels facteurs de pertes, démontrés ou non, qui pourraient ne pas être la conséquence du sinistre lui-même : perte supposée de clients, réduction de commande, sur-délais Il est désigné et directement rémunéré par l assureur, sans implication de l assuré. 2. L expert de l assuré Il est expert en assurance, mais aussi conseil et généralement coordinateur de l assuré en interface avec ses confrères, experts de l assureur. Il a un rôle particulier en PE pour faire comprendre l activité de l assuré à l assureur et à son expert. Il établit avec l assuré la réclamation des pertes, selon le formalisme PE requis pour une bonne application des garanties de la police : fixation et chronologie de la période d indemnisation, calcul des pertes de marge brute, appréciation et mise en forme des frais supplémentaires et des économies. Il est souhaitable que l expert d assuré puisse travailler en bonne collaboration avec le courtier, notamment pour une bonne articulation de ce qui découle strictement de l application contractuelle des garanties, ou encore de la relation durable entre l assuré et l assureur. Il est choisi et rémunéré par l assuré. Tout ou partie de sa rémunération peut être pris en charge par une garantie spécifique de la police Dommages/PE, dite garantie Honoraire d Expert. 3. Le tiers expert En cas de désaccord, portant essentiellement sur le chiffrage des dommages entre expert d assureur et expert d assuré, et en mode amiable, les polices d assurance prévoient les modalités de désignation d un tiers expert, souvent qualifié d expert arbitre. 4. L expert unique La pratique courante dans la culture anglo-saxonne est la désignation d un loss adjuster qui agit à la fois pour l assuré et l assureur. Celui-ci se concentre sur le chiffrage quitte à mobiliser ponctuellement des tiers sachants. Dans les autres pays, la police d assurance peut aussi convenir de la désignation conjointe d un expert unique par l assuré et l assureur. Cahiers Techniques Pertes d Exploitation 20 AMRAE 2014

GT PERTES D EXPLOITATION

GT PERTES D EXPLOITATION Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise GT PERTES D EXPLOITATION AMRAE JOURNEE DES COMMISSIONS- JEUDI 13 JUIN 2013 Jean Paul Fort - JPF-Conseil Bertrand Chaugny - Marsh

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE

CONVENTIONS SPÉCIALES POUR L ASSURANCE DES PERTES FINANCIÈRES DU NAVIRE DE COMMERCE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Package AON Pertes d exploitation. Conditions générales

Package AON Pertes d exploitation. Conditions générales Package AON Pertes d exploitation Conditions générales Des dispositions complémentaires relatives aux conditions générales Package AON figurent également aux pages suivantes : Dispositions communes Lexique

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Direction des garanties publiques ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Sont garanties en assurance prospection les dépenses nouvelles, non récurrentes, par opposition aux dépenses engagées régulièrement

Plus en détail

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE

MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE MARCHE DE SERVICES D ASSURANCE RELATIF A L OPERATION DE REHABILITATION D UN LOGEMENT A CROS ANNEXE A L ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DOMMAGES OUVRAGE 1 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 ARTICLE 1 : ASSURÉ...4 ARTICLE

Plus en détail

ATELEX BONUS BUSINESS

ATELEX BONUS BUSINESS ATELEX BONUS BUSINESS Pertes d'exploitation Dispositions spécifiques L'introduction et la présentation du plan d assurances Entreprises Les dispositions communes Le lexique sont également d'application

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives,

L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, L assurance des moules, gabarits, modèles, archives, Notre expérience de formation et de consultant nous permet d affirmer que cette assurance est en général mal comprise par les entreprises et collectivités,

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

> Pourquoi s assurer?

> Pourquoi s assurer? E 145 Centre de documentation et d information de l assurance Mai 2009 L assurance des pertes d exploitation Si la plupart des entreprises assurent leurs biens, encore trop peu d entre elles pensent à

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location.

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Article 1. Généralité. 1.1. Sauf dérogation expresse écrite convenue entre parties, les relations entre la Sprl SON EXCENTRIQUE,

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

MAN Diesel & Turbo France SAS

MAN Diesel & Turbo France SAS CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. ACCEPTATION DE LA COMMANDE PAR LE VENDEUR 1.1. L acceptation de la commande par le vendeur implique : Son acceptation des conditions particulières de la commande Son adhésion

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s)

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) Contrôles de comptes : les prestations proposées I. Analyse de comptes et de gestion A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) a. Définition de la prestation Pour un exercice donné,

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Congrès annuel à Toulouse. Atelier : Les différentes modalités de contractualisation. 19 juin 2014 Francis COHEN

Congrès annuel à Toulouse. Atelier : Les différentes modalités de contractualisation. 19 juin 2014 Francis COHEN Congrès annuel à Toulouse Atelier : Les différentes modalités de contractualisation 19 juin 2014 Francis COHEN I/ Bien appréhender l univers contractuel : enjeux et réflexes à acquérir Des questions clés

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le

Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le Sont présentés ci-dessous les principaux risques et facteurs de risques auxquels le Groupe est confronté. L analyse et le management des risques constituent un enjeu majeur pour la pérennité du Groupe

Plus en détail

Le Dossier de Consultation des Entreprises

Le Dossier de Consultation des Entreprises Éléments constitutifs du DCE Lettre de consultation précisant le contenu du DCE Règlement de consultation précisant les modalités de la consultation Pièces générales de base au type de marché (F,T,S) soit

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance 3/03/06 17:07 Page 9 DEP 428 FEV. 2006 DEP 428-4 volets Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels Centre de documentation et d information de l assurance FEV. 26, bd Haussmann

Plus en détail

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS»

CONVENTION ANNEXE «A» ASSURANCE «CORPS» Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

Etude stratégique et opérationnelle en faveur du commerce et de l artisanat en Livradois-Forez

Etude stratégique et opérationnelle en faveur du commerce et de l artisanat en Livradois-Forez Etude stratégique et opérationnelle en faveur du commerce et de l artisanat en Livradois-Forez MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

PONT LEVANT BACALAN-BASTIDE - BORDEAUX

PONT LEVANT BACALAN-BASTIDE - BORDEAUX PONT LEVANT BACALAN-BASTIDE - BORDEAUX CONVENTION RELATIVE AUX MODALITES D ASSURANCE COMMUNE TOUS RISQUES CHANTIER Entre : La Communauté urbaine de Bordeaux, dont le siège est esplanade Charles de Gaulle

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

Marché Public de Services MARCHE D ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.)

Marché Public de Services MARCHE D ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Marché Public de Services VILLE D HERLIES MARCHE D ASSURANCES Prestation de services d Assurances Dommages Ouvrage pour la construction, Tous Risques Chantier, Responsabilité Civile du Maître d Ouvrage

Plus en détail

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière?

Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération foncière? Ce document doit être considéré comme un support de présentation commerciale n ayant aucune valeur contractuelle 2013 02 06 Assurance de GARANTIE DE PASSIF ENVIRONNEMENTAL Comment sécuriser une opération

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

ASSURANCE des RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL

ASSURANCE des RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL ASSURANCE des RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES VALANT REGLEMENT DE LA CONSULTATION Pour

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE L AFNOR définit la maintenance comme l «ensemble des actions permettant de maintenir et de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé.» De nos jours, les systèmes

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Multirisque Entreprise

Multirisque Entreprise Multirisque Entreprise Une démarche fondée sur le savoir-faire et l expérience Nous étudions la spécificité de votre entreprise Parce que bien protéger votre entreprise, c est avant tout bien la connaître,

Plus en détail

Cahier des clauses particulières (CCP)

Cahier des clauses particulières (CCP) Cahier des clauses particulières () Maître de l ouvrage Communauté de communes du Val Drouette Objet du marché Fournitures administratives, papier et consommables informatiques pour les différentes structures

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 4 Les éléments de la négociation Une préparation minutieuse, exhaustive et réaliste des

Plus en détail

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations

Communauté de Communes de la Vallée de Munster. Vérification périodique des équipements et des installations Communauté de Communes de la Vallée de Munster Vérification périodique des équipements et des installations Cahier des clauses administratives particulières 9 rue Sébastopol 68140 MUNSTER Tél. 03 89 77

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Guide pratique. INFORMEZ votre assureur des dégâts:

Guide pratique. INFORMEZ votre assureur des dégâts: Guide pratique INFORMEZ votre assureur des dégâts: Prenez des photos en l état des locaux, matériels et marchandises avant tout nettoyage et/ou débarrassage Etablissez un inventaire de tous les dommages

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

l informatique est vitale pour mon activité je protège mon matériel et mon entreprise

l informatique est vitale pour mon activité je protège mon matériel et mon entreprise entreprises l informatique est vitale pour mon activité je protège mon matériel et mon entreprise offre IT la Tous Risques Informatiques l informatique est omniprésente dans le monde des entreprises Une

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Multirisque Professionnelle

Multirisque Professionnelle Multirisque Professionnelle La démarche Aréas est fondée sur le savoir-faire et l expérience Nous étudions la spécificité de votre activité Parce que bien vous protéger, c est avant tout bien vous connaître,

Plus en détail

Le gestionnaire de transports reçoit d'importantes responsabilités, ce qui va conduire à en faire un acteur de premier plan au sein de l'entreprise.

Le gestionnaire de transports reçoit d'importantes responsabilités, ce qui va conduire à en faire un acteur de premier plan au sein de l'entreprise. Note relative au gestionnaire de transport 1/ La notion de gestionnaire de transport A) Définition du gestionnaire de transport Transposant la réglementation européenne (règlement n 1071/2009, 21 oct.

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

L ASSURANCE STATUTAIRE

L ASSURANCE STATUTAIRE VILLE DE TREGUNC MARCHE ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GENERALES L ASSURANCE STATUTAIRE 1 DEFINITIONS Pour l application des présentes garanties, on entend par : COLLECTIVITE SOUSCRIPTRICE :

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 PREAMBULE : 0.1 Le client déclare avoir pris connaissance des présentes conditions générales de vente avant la conclusion du contrat avec la Société

Plus en détail

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Atelier n 5 Quelle rémunération et quelle transparence? L interprofessionnalité peut-elle permettre une généralisation

Plus en détail

ACE LEADER S VALUE ÉTUDE DE CAS IMMOBILIER À QUI S ADRESSE CE PRODUIT? INCENDIE? EXPLOSION? ÉVÉNEMENT NATUREL POURQUOI CHOISIR ACE LEADER S VALUE?

ACE LEADER S VALUE ÉTUDE DE CAS IMMOBILIER À QUI S ADRESSE CE PRODUIT? INCENDIE? EXPLOSION? ÉVÉNEMENT NATUREL POURQUOI CHOISIR ACE LEADER S VALUE? ÉTUDE DE CAS P hilippe est asset manager, pour le compte d une société de gestion d actifs immobiliers. Afin de protéger les actifs dont il a la charge, il a souscrit un contrat ACE Leader s Value, comprenant

Plus en détail

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE

LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE LES CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES EN NATURE Les contributions volontaires en nature constituent des apports gratuits (en travail, biens, services) spécifiques au secteur associatif. Leur poids économique dans

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction

Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014. Assurance pour les projets de construction Présentation à l Association des Cadres Scolaires du Québec Par Daniel Rondeau 6 novembre 2014 Assurance pour les projets de construction Agenda Assurance chantier Assurance wrap-up Autres assurances Cautionnement

Plus en détail

Chap 4 : Les éléments de la paie. I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie

Chap 4 : Les éléments de la paie. I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie Chap 4 : Les éléments de la paie I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie La procédure de paie décrit toutes les étapes qui conduisent au paiement effectif du salaire à l employé et à l

Plus en détail

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015

Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Etes-vous sûr d être bien assurés? Jeudi 5 novembre 2015 Présentation du dispositif ANTICIP LR Françoise SACO CCI Montpellier Dispositif régional piloté par la Région Languedoc Roussillon en collaboration

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES. Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE

Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES. Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE 2015 Terminologie Tous les termes de fonction au masculin

Plus en détail

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés Par l article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, les partenaires sociaux ont mis en place

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Tableaux de bord FM ou comment manager vos prestataires?

Tableaux de bord FM ou comment manager vos prestataires? Tableaux de bord FM ou comment manager vos prestataires? Comment bien de fois avez-vous lu ou entendu dire l intérêt, pour ne pas dire la nécessité absolue, de construire un tableau de bord pour suivre

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE.

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE. MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE Procédure adaptée Cahier des Clauses Administratives Particulières 1 Article 1 : Objet de

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

Notice Annexe financière utilisée dans le cadre des projets du FUI

Notice Annexe financière utilisée dans le cadre des projets du FUI Notice Annexe financière utilisée dans le cadre des projets du FUI Lors du dépôt de la demande d aide, chaque partenaire renseigne une annexe financière provisoire qui est, lors de la phase d instruction,

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail