Attribution, délégation et enseignement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Attribution, délégation et enseignement"

Transcription

1 DIRECTIVE PROFESSIONELLE Attribution, délégation et enseignement d activités infirmières aux fournisseurs de soins non réglementés octobre 2011 (1/19 )

2 L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle remplit sa mission en veillant à la promotion et au maintien de normes de formation et de pratique infirmières, et en faisant la promotion des politiques publiques favorables à la santé. ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK, Tous droits réservés. Il est interdit de reproduire ou de transmettre le contenu de cette publication par quelque moyen électronique ou mécanique que ce soit, y compris par photocopie, enregistrement ou système de stockage ou d extraction, sans l autorisation écrite préalable de l éditeur. *Dans le présent document, le féminin est employé sans préjudice et désigne aussi bien les hommes que les femmes. ISBN octobre 2011 (2/19 )

3 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 4 Introduction... 5 L attribution d activités infirmières... 6 Responsabilités de l infirmière immatriculée qui attribue des activités infirmières... 6 Conditions de l attribution... 6 La délégation d activités infirmières... 7 Responsabilités de l infirmière immatriculée qui délègue des activités infirmières... 7 Conditions de la délégation... 7 L enseignement d activités infirmières... 9 Conditions visant l enseignement d activités infirmières... 9 Évaluation du maintien de la compétence Conclusion Glossaire Tableau A : Attribution et délégation d activités infirmières Ressources additionnelles Références REMERCIEMENTS L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick remercie le College of Registered Nurses of British Columbia, l Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario, le College of Registered Nurses of Nova Scotia, l Association of Registered Nurses of Newfoundland and Labrador et le College of Registered Nurses of Manitoba pour la permission de reprendre et d adapter en partie ou en totalité les publications mentionnées en référence. octobre 2011 (3/19 )

4 PRÉAMBULE Le système de soins de santé et les modèles de prestation de soins sont influencés par le nombre, le déploiement et l utilisation des ressources infirmières. Les changements constants dans la composition du personnel et les modèles de prestation de services ont créé de nouvelles relations de travail entre les infirmières immatriculées (II) et d autres fournisseurs de soins de santé. Ce phénomène a contribué à accroître le besoin d attribuer*, de déléguer* et d enseigner* des activités infirmières* à d autres fournisseurs de soins de santé réglementés ou non réglementés* (FSNR), et il est devenu un aspect important de la pratique des infirmières immatriculées 1 dans de nombreux milieux, que ce soit dans les milieux de soins de santé* ou dans des milieux autres que les milieux de soins de santé*. Remarque : Bien que d autres fournisseurs de soins de santé puissent être responsables de l attribution, de la délégation et de l enseignement d activités infirmières, le présent document vise uniquement des situations qui ont trait aux infirmières immatriculées. 1 Aux fins du document, le terme «infirmière immatriculée» inclut les infirmières praticiennes. * Les termes marqués par un astérisque sont définis dans le glossaire. octobre 2011 (4/19 )

5 INTRODUCTION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick (AIINB) s est engagée à promouvoir la prestation de soins infirmiers de qualité à la population du Nouveau Brunswick à un niveau approprié pour les besoins de chaque personne et par le fournisseur approprié. Le Code de déontologie des infirmières et infirmiers (2008) précise que «les infirmières collaborent avec d autres fournisseurs de soins de santé et d autres parties concernées afin de maximiser les avantages pour la santé des personnes prises en charge ou ayant besoin de soins de santé, tout en reconnaissant et en respectant les connaissances, les compétences et les points de vue de tous» (p. 10). Le document d activités infirmières aux fournisseurs de soins non réglementés a été élaboré pour soutenir la pratique des II dans leur travail avec des fournisseurs de soins non réglementés, les clients et les proches* des clients. Les directives professionnelles de l AIINB contiennent de l information qui vise à donner des conseils, de l enseignement et des directives aux infirmières et à les aider à prendre des décisions éclairées. De plus, la directive interprète de façon plus poussée les normes d exercice et le code de déontologie pour les infirmières immatriculées et les infirmières praticiennes. octobre 2011 (5/19 )

6 L ATTRIBUTION D ACTIVITÉS INFIRMIÈRES L attribution d activités infirmières à un fournisseur de soins non réglementé (FSNR) a lieu lorsque l activité requise relève de la description de poste* et de la compétence du FSNR, comme il est défini par l employeur. L employeur a la responsabilité et l obligation de rendre compte des actions suivantes : élaborer des descriptions de poste qui énoncent clairement les activités infirmières qui peuvent être attribuées à un FSNR dans l organisme/l établissement de santé et mettre les descriptions de poste à la disposition de l infirmière qui attribue les activités; s assurer que le FSNR a suivi une formation appropriée; remédier aux lacunes ou aux faiblesses repérées dans la compétence des FSNR; exercer une surveillance* générale continue pour évaluer la capacité du FSNR d effectuer les activités prévues dans la description de poste. RESPONSABILITÉS DE L INFIRMIÈRE IMMATRICULÉE QUI ATTRIBUE DES ACTIVITÉS INFIRMIÈRES L II conserve la responsabilité des soins au client dans leur ensemble, y compris la détermination de l état du client, la planification des soins, les interventions et l évaluation de soins. Après avoir déterminé les besoins, l II peut exécuter le plan de soins en dispensant des soins infirmiers directs à certains clients ou en attribuant des activités infirmières précises (et non des clients ou des fonctions*) aux fournisseurs de soins non réglementés. L II est responsable et a l obligation de rendre compte de l attribution d activités infirmières qui sont prévues dans la description de poste du FSNR et de donner des conseils au FSNR. Le FSNR a la responsabilité d exécuter de façon sécuritaire l activité infirmière attribuée et de connaître les activités que les FSNR ont le droit d exécuter. CONDITIONS DE L ATTRIBUTION Pour soutenir la prestation de soins infirmiers sécuritaires, compétents et conformes à l éthique, les conditions suivantes doivent être satisfaites avant que des activités infirmières puissent être attribuées aux FSNR : 1. L état de santé du client est stable, et sa réaction à l activité infirmière proposée est prévisible; 2. le FSNR a la capacité d exécuter de façon sécuritaire l activité infirmière attribuée; 3. l II offre un soutien au FSNR et le surveille. Exemple d attribution par une II : Dans un établissement de soins de longue durée, une II attribue à un FSNR, après avoir effectué une évaluation en bonne et due forme, l activité d aider aux activités de la vie quotidienne telles que faire sa toilette, s habiller et manger. Cette activité fait partie de la formation et de la description de poste du FSNR dans cet établissement. Pour cette raison, on parle ici d ATTRIBUTION. octobre 2011 (6/19 )

7 LA DÉLÉGATION D ACTIVITÉS INFIRMIÈRES La délégation d activités infirmières se fait dans un milieu de soins de santé*. La délégation à un fournisseur de soins non réglementé a lieu lorsque l activité requise est effectuée le plus souvent par l II et qu elle dépasse la description de poste et la formation du FSNR. L infirmière qui délègue est responsable et a l obligation de rendre compte de la décision de déléguer et du processus de délégation, y compris la formation du FSNR et la surveillance continue de la compétence du FSNR dans l exécution de l activité infirmière déléguée. L activité déléguée vise toujours un client en particulier, et la délégation a lieu s il est déterminé qu elle est dans l intérêt supérieur du client. RESPONSABILITÉS DE L INFIRMIÈRE IMMATRICULÉE QUI DÉLÈGUE DES ACTIVITÉS INFIRMIÈRES Comme pour l attribution, l II peut déléguer à des fournisseurs de soins non réglementés des activités infirmières précises, et non des fonctions* globales. La pratique infirmière ne peut pas être déléguée, c est à dire l évaluation globale, la planification des soins et l évaluation des soins. L II conserve la responsabilité de l ensemble des soins du client. De plus, l II qui délègue a la responsabilité d assurer une surveillance continue pour évaluer la capacité du fournisseur de soins non réglementé d effectuer l activité déléguée, et d en rendre compte. Le FSNR rend compte à l II qui délègue, de l exécution de l activité déléguée telle qu elle a été enseignée et fait rapport à l II qui délègue selon le plan de soins et les politiques de l organisme. Pour déterminer s il est approprié ou non de déléguer, les infirmières immatriculées doivent prendre en considération des facteurs ayant trait au client, à l activité à déléguer, au milieu de soins et à la compétence du fournisseur de soins non réglementé. CONDITIONS DE LA DÉLÉGATION Il y a trois étapes à la délégation : 1) déterminer s il est approprié de déléguer; 2) exécuter le processus de délégation; 3) consigner le processus de délégation. 1) Déterminer s il est approprié de déléguer La sécurité et le bien être des clients ne doivent pas être compromis. Il faut prendre en considération la stabilité de l état de santé du client, la prévisibilité des réactions du client à l activité requise, et la compétence et le désir du client de gérer ses propres soins. En conséquence, la délégation d activités infirmières à un fournisseur de soins non réglementé vise un client en particulier; un travailleur de la santé non réglementé ne peut pas effectuer l activité auprès d un autre client sans que cette activité lui ait été déléguée par une II. octobre 2011 (7/19 )

8 L organisme doit avoir des politiques et des protocoles en vigueur pour soutenir les II qui délèguent des activités infirmières. Les FSNR doivent recevoir une orientation, une formation et un soutien suffisants pour être en mesure d effectuer l activité de façon sécuritaire. Lorsqu elle délègue une activité, l II doit aussi déterminer le niveau de surveillance requis. Le niveau de surveillance est dicté par les aspects suivants : la clientèle; la prévisibilité des résultats des soins; l accès au besoin à des ressources aux fins de soutien et de consultation; la formation, la compétence et les habiletés du FSNR, la nature et la complexité de l activité infirmière, les risques que comporte la procédure, l état du client, ainsi que la présence ou l absence de certains facteurs qui aideront à déterminer s il faut diminuer ou augmenter la surveillance nécessaire. La responsabilité et l obligation de rendre compte de toutes les personnes qui participent à la prestation des soins, y compris l évaluation de la décision de déléguer, doivent être clairement établies et convenues par les personnes concernées. 2) Exécuter le processus de délégation Une fois que la décision de déléguer a été prise, l II entame le processus de délégation de l activité en s assurant que le FSNR a les connaissances et les habiletés nécessaires et fait l objet d une surveillance et d un soutien adéquats pour exécuter l activité dans des limites clairement définies. La délégation vise toujours un client en particulier et ne peut être transférée, c est àdire que le FSNR ne doit pas exécuter l activité déléguée auprès d un autre client. Si l un ou l autre de ces facteurs change, l II peut décider à tout moment de ne pas déléguer l activité. L intérêt supérieur du client doit être pris en considération à chaque étape de la décision de déléguer. 3) Consigner le processus de délégation L II qui délègue a la responsabilité de s assurer que tous les aspects des soins qui sont délégués sont consignés conformément à la Norme d exercice : Tenue de dossiers de l AIINB (2010). Tous les processus décisionnels doivent être clairement consignés, y compris l évaluation, et la tenue de dossiers doit viser le client en particulier. Pour chaque activité déléguée, le nom des personnes à qui l activité est déléguée doit être clairement consigné. Exemple de délégation par une II : Dans un milieu hospitalier, une II chargée du soin d un client qui souffre de problèmes respiratoires décide, après évaluation, de déléguer à un FSNR l activité infirmière consistant à installer un pulsoxymètre sur le doigt du client et à faire rapport des résultats à l II. Celle ci enseigne et démontre l activité, en évalue l exécution et la consigne au dossier. Cette activité ne fait habituellement pas partie de la formation ni de la description de poste des FSNR dans ce lieu de travail. octobre 2011 (8/19 )

9 Pour cette raison, l affectation de l activité infirmière ici est considérée comme une DÉLÉGATION. Le FSNR doit rendre compte de l activité à l II. Voir le tableau A pour un résumé des similitudes et des différences entre l attribution et la délégation d activités infirmières. L ENSEIGNEMENT D ACTIVITÉS INFIRMIÈRES Dans certaines situations, il se peut que l II doive enseigner* au client, aux proches du client ou à d autres personnes (p. ex. : personnel enseignant d une école, FSNR, moniteurs dans un camp de vacances, employés d un établissement résidentiel pour adultes) comment exécuter une activité infirmière. Enseigner une activité infirmière signifie donner des directives et déterminer que la personne a la compétence nécessaire pour exécuter l activité telle qu elle est enseignée. Bien que l enseignement soit un élément du processus de délégation, enseigner n est pas déléguer. Alors que la délégation implique l obligation de rendre des comptes, les clients, les proches ou d autres personnes qui exécutent une activité infirmière n ont pas l obligation de rendre des comptes à l II. CONDITIONS VISANT L ENSEIGNEMENT D ACTIVITÉS INFIRMIÈRES L II peut enseigner des activités infirmières si les cinq conditions suivantes sont remplies. 1. Détermination des propres connaissances, habiletés et jugement de l II pour exécuter l activité de façon compétente L II doit exercer la profession selon son niveau de compétence et d aisance. Une étape importante de la décision de l II d enseigner une activité donnée à un client, à ses proches ou à d autres personnes est de déterminer si elle possède elle même les connaissances, le jugement et la compétence nécessaires pour exécuter l activité à enseigner de façon sécuritaire. 2. Opportunité d enseigner une activité donnée L opportunité d enseigner une activité à un client, à ses proches ou à d autres personnes est influencée par les risques que présente l exécution d une activité donnée par une personne autre qu une II, l état général du client, les risques éventuels de la procédure, la capacité de l apprenant de composer avec les risques que pourrait impliquer l exécution de l activité, et le type de surveillance qui doit être assuré et qui est accessible dans la situation. Souvent, c est le milieu qui détermine les mesures de sécurité et les ressources facilitant la surveillance, la consultation et l évaluation continue de l état général du client. La décision de faire exécuter une activité par un client, un proche ou une autre personne dépend du genre d activité et de l accessibilité à une II pour évaluer l état de santé du client et intervenir au besoin. Par exemple, il serait facile de faire appel à une II dans un hôpital ou un foyer de soins, ce qui ne serait pas le cas dans un établissement résidentiel ou au domicile du client. octobre 2011 (9/19 )

10 Avant de décider s il est sécuritaire et approprié d enseigner une activité infirmière donnée à un client, à ses proches ou à d autres personnes, l II doit se poser les questions suivantes : Est ce que l enseignement de l activité infirmière est approprié dans la situation? Quel est le niveau de connaissances, d habiletés et de jugement requis pour exécuter l activité en toute sécurité? Quels sont les risques et les avantages pour le client du fait d exécuter l activité? Quels sont les résultats attendus? Les besoins, le réseau de soutien et les mécanismes d adaptation du client sont ils bien établis et clairement définis? Les réactions du client à la procédure sont elles prévisibles? Le besoin d enseigner l activité a t il été établi? Est ce que le client, un proche ou une autre personne est la personne la plus appropriée dans la situation pour exécuter l activité, étant donné la nature de l activité, l état du client et les ressources disponibles dans le milieu? Est ce que l activité doit être exécutée assez souvent pour que le client, le proche ou une autre personne maintienne sa compétence? La surveillance offerte dans le milieu est elle suffisante? Qui dans le milieu peut évaluer le maintien de la compétence? 3. Capacité d apprendre L II qui enseigne une activité infirmière doit être capable de déterminer si le client, le proche ou une autre personne a la capacité nécessaire pour acquérir les connaissances, les habiletés et le jugement requis pour exécuter l activité de façon sécuritaire, efficace et conforme à l éthique, reconnaître les résultats néfastes possibles et, le cas échéant, intervenir de façon appropriée. 4. Enseignement L II coordonne les activités de soins pour assurer la continuité des services de santé fournis aux clients, y compris l enseignement. L II doit adapter sa méthode d enseignement aux besoins de l apprenant. De plus, l II a la responsabilité de consigner l information donnée, les étapes de l activité telles qu elles sont enseignées, les conditions dans lesquelles l activité doit être exécutée et les signes généraux qui indiquent qu il est temps de demander de l aide, et elle doit en rendre compte. Dans son enseignement, l II doit s assurer que le client, le proche ou une autre personne reçoit des directives claires pour exécuter la procédure. En conséquence, l II devrait fournir des directives par écrit pour chaque activité, y compris les signes de progrès attendus et tout signe ou symptôme qui exige l attention immédiate d une infirmière ou d un autre professionnel de la santé désigné. 5. Évaluation de la compétence Dans le cadre de l enseignement, l II évalue si le client, le proche ou une autre personne a la compétence nécessaire pour exécuter l activité. Cette étape est essentielle pour assurer la sécurité des patients. octobre 2011 (10/19 )

11 Exemple d enseignement par une II : Dans un établissement résidentiel pour adultes, l exploitant décide qu il veut qu une de ses employées administre de l insuline à un résident. L exploitant, qui a la responsabilité de s assurer que l employée censée exécuter l activité infirmière reçoit une préparation adéquate, embauche une II pour enseigner la technique. L II a la responsabilité 1) de déterminer la capacité de cette employée d apprendre la technique ainsi que les risques connexes et la gestion de ces risques, 2) d évaluer les connaissances et les habiletés et 3) de prendre des mesures pour qu une surveillance périodique ait lieu. L exploitant a la responsabilité d ajouter l activité à la description de poste de l employée. L employée continue à rendre des comptes à l employeur, et non à l II. Pour ces raisons, une telle situation est considérée comme de l ENSEIGNEMENT. ÉVALUATION DU MAINTIEN DE LA COMPÉTENCE Faire preuve de compétence dans l exécution d une procédure à un moment précis ne signifie pas qu il y a maintien de la compétence. Par exemple, bien que l infirmière immatriculée puisse évaluer le maintien de la compétence d un FSNR après avoir délégué ou enseigné une activité, il peut être plus approprié que ce soit l employeur qui surveille le maintien de la compétence dans le cadre de l évaluation du rendement. L II qui assure la responsabilité globale des soins doit s assurer que des dispositions sont prises pour que ce suivi important ait lieu. L II doit déterminer qu elle est la meilleure approche dans la situation. Voici des exemples d approches pour évaluer le maintien de la compétence. 1. Dans un établissement résidentiel pour adultes, en consultation avec l exploitant, l II peut prendre des dispositions pour qu une autre infirmière immatriculée surveille le rendement de l employée, du client ou du proche du client durant les visites d évaluation régulières. 2. L II peut décider que le client ou un proche qui s occupe de la coordination des soins est disposé et apte à surveiller le maintien de la compétence. La décision doit être fondée sur l évaluation de l II, qui juge que le client ou le proche : a fait preuve de compréhension et d un jugement solide au sujet de son rôle; a maintenu un niveau élevé de compétence pour exécuter la procédure; aura la possibilité de maintenir ce niveau de compétence; a reçu et a compris les directives écrites sur l exécution de la procédure, ainsi que les directives qui expliquent les problèmes qui pourraient survenir et comment et qui aviser, le cas échéant. 3. Dans un milieu hospitalier, après avoir délégué une activité particulière à un FSNR, l II, en collaboration avec l infirmière chef ou la gestionnaire, évalue l exécution par le FSNR de l activité déléguée. octobre 2011 (11/19 )

12 CONCLUSION L II exerce sa profession au sein d une équipe des soins de santé qui comprend le client, des proches du client, d autres fournisseurs de soins de santé réglementés et des fournisseurs de soins de santé non réglementés. L attribution, la délégation et l enseignement font partie du rôle de l II dans une démarche en collaboration visant la prestation de soins sécuritaires, compétents et conformes à l éthique. L II a l obligation professionnelle de bien connaître son rôle lorsqu elle attribue, délègue et enseigne des activités infirmières et d intervenir lorsqu elle prend connaissance d une situation où les soins fournis ne sont pas sécuritaires ou conformes à l éthique. octobre 2011 (12/19 )

13 GLOSSAIRE ACTIVITÉ (infirmière) : Une action qui fait partie d une fonction des soins aux clients. L activité a des limites clairement définies. ATTRIBUER/ATTRIBUTION : La répartition des activités de soins parmi les fournisseurs de soins de façon à répondre aux besoins du client. L attribution a lieu lorsque les soins requis respectent les politiques de l employeur et relèvent du champ d exercice du fournisseur de soins réglementé. COMPÉTENCE: L intégration et l application des connaissances, des habiletés, des attitudes et du jugement requis pour exercer la profession de manière sécuritaire, appropriée et conforme à l éthique dans les limites du champ d exercice infirmier ou dans un rôle ou un milieu donné. DÉLÉGUER/DÉLÉGATION : Partager avec d autres fournisseurs de soins de santé le pouvoir de fournir un aspect particulier des soins. La délégation parmi les fournisseurs de soins réglementés se fait lorsqu une activité s insère dans le champ d exercice d une profession et dépasse le champ de l autre. La délégation vise toujours un client en particulier. La délégation aux fournisseurs de soins non réglementés a lieu lorsque l activité infirmière requise dépasse la description de poste et la formation du fournisseur de soins non réglementé. DESCRIPTION DE POSTE : Un énoncé détaillé du travail effectué dans un poste donné d un organisme, énoncé qui décrit les compétences exigées pour le poste. ENSEIGNEMENT : Le fait de décider d enseigner une activité, de donner des directives à cet égard et de déterminer si la personne a la compétence nécessaire pour exécuter l activité. ÉTAT/CLIENT STABLE : Aucun changement dans les besoins du client en matière de soins n est prévu sur une base quotidienne, et l évolution de l état du client est prévisible. FONCTION : Une intervention qui vise un client. L exécution d une fonction comprend l évaluation du moment où la fonction doit être exécutée, la planification et l exécution des soins, et l évaluation et la gestion des résultats de l activité. FOURNISSEUR DE SOINS NON RÉGLEMENTÉ : Un fournisseur de soins non réglementé est un membre en bonne et due forme de l équipe des soins de santé qui n est pas réglementé en vertu d une loi, dont le champ d exercice est défini par l employeur en fonction de ses qualités et de ses études et qui doit rendre compte de ses actions et décisions. MILIEUX AUTRES QUE LES MILIEUX DE SOINS DE SANTÉ : Tout autre milieu non compris dans la définition de milieux de soins de santé, y compris, mais sans s y limiter, les établissements résidentiels pour adultes, le domicile des clients, les écoles, les camps de vacances, etc. octobre 2011 (13/19 )

14 MILIEUX DE SOINS DE SANTÉ : Désigne les établissements, les services et les programmes fournis par les régies régionales de la santé, les foyers de soins, les établissements correctionnels, les hôpitaux et les cliniques pour les militaires ainsi que d autres organismes tels que VON et autres organismes de soins de santé. OBLIGATION DE RENDRE DES COMPTES/RENDRE COMPTE DE/RENDRE DES COMPTES : L obligation de rendre compte des responsabilités professionnelles, déontologiques et juridiques assumées à l égard de ses activités et fonctions. L obligation de rendre des comptes est intrinsèque au rôle et ne peut jamais être déléguée. L obligation de rendre des comptes concerne toujours les résultats, et non les processus, lesquels sont simplement des moyens par lesquels les résultats sont obtenus. (Porter O Grady et Wilson, 1995) PROCHE : Une personne qui a de l importance ou de l influence dans la vie d une autre personne. SURVEILLANCE : Les conseils ou directives, le soutien, l évaluation et le suivi par l infirmière immatriculée dans le but d assurer que des résultats appropriés soient obtenus à la suite des soins délégués. octobre 2011 (14/19 )

15 TABLEAU A : ATTRIBUTION ET DÉLÉGATION D ACTIVITÉS INFIRMIÈRES Définitions ATTRIBUTION L attribution a lieu lorsque l activité relève de la description de poste et de la formation du fournisseur de soins non réglementé, comme il est défini par l employeur. L employeur est responsable et a l obligation de rendre compte des activités qu il décide d inclure dans la description de poste. DÉLÉGATION La délégation a lieu lorsque l activité requise est exécutée le plus souvent par l II et qu elle dépasse la description de poste et la formation du fournisseur de soins non réglementé. L activité déléguée vise un client en particulier, et il est déterminé que la délégation est dans l intérêt supérieur du client. L employeur a la responsabilité de s assurer que des politiques et des procédures appropriées sont en vigueur pour soutenir l II qui délègue aux FSNR, et il doit en rendre compte. L II qui délègue est responsable et a l obligation de rendre compte de la décision de déléguer ainsi que du processus de délégation, y compris une surveillance* continue pour évaluer la capacité du fournisseur de soins non réglementé d exécuter l activité déléguée. Similitudes entre l attribution et la délégation Seules des activités, et non des fonctions globales, peuvent être attribuées. L II demeure responsable et obligée de rendre compte de l évaluation globale, de la détermination de l état de santé du client, de la planification des soins, des interventions et de l évaluation des soins. Seules des activités, et non des fonctions globales, peuvent être déléguées. L II demeure responsable et obligée de rendre compte de l évaluation globale, de la détermination de l état de santé du client, de la planification des soins, des interventions et de l évaluation des soins. octobre 2011 (15/19 )

16 Différences entre l attribution et la délégation L attribution ne vise pas un client en particulier. La description de poste décrit les limites de l activité qui est attribuée au fournisseur de soins non réglementé. L II qui attribue doit attribuer une activité qui est prévue dans la description de poste du fournisseur de soins non réglementé et donner des conseils au fournisseur de soins non réglementé. La délégation vise toujours un client en particulier. L II qui délègue détermine les limites de l activité qui est déléguée au fournisseur de soins non réglementé. L II qui délègue doit déterminer si le fournisseur de soins non réglementé possède les connaissances et les habiletés nécessaires pour exécuter l activité à l intérieur de limites clairement définies. L employeur du fournisseur de soins non réglementé a la responsabilité d assurer une surveillance continue pour évaluer le rendement global (c. à d. l évaluation du rendement) du fournisseur de soins non réglementé et doit en rendre compte. L II qui délègue a la responsabilité d assurer une surveillance continue pour évaluer la capacité du fournisseur de soins non réglementé d exécuter l activité et doit en rendre compte. octobre 2011 (16/19 )

17 RESSOURCES ADDITIONNELLES Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick. Normes d exercice pour les infirmières immatriculées. Fredericton, l association, Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick et l Association des infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés. Travailler ensemble : Cadre de référence pour les infirmières immatriculées et les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés. Fredericton, les associations, F.pdf Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick. «S adapter à la nouvelle réalité du milieu de travail Partie 3 : Organisation des sons infirmiers», Info Nursing, printemps 2008, vol. 39, n o 1, p Nursing/Info%20March2008%20FR.pdf Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick. «S adapter à la nouvelle réalité du milieu de travail Partie 4 : Relations de travail en collaboration», Info Nursing, automne 2008, vol. 39, n o 2, p Nursing/Info%20Sept2008%20FR.pdf Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick. S adapter à la nouvelle réalité du milieu de travail Partie 5 : Maximiser le rôle des II au sein d un modèle de pratique infirmière en collaboration, Info Nursing, hiver 2008, vol. 39, n o 3, p Nursing/Info%20Winter2008%20FR.pdf octobre 2011 (17/19 )

18 RÉFÉRENCES Association of Registered Nurses of Newfoundland and Labrador et Labrador and the College of Practical Nurses of Newfoundland and Labrador. Professional Responsibilities When Working With Institutionally Based Unregulated Care Providers. St. John s, l association, Association des infirmières et infirmiers du Canada. Code de déontologie des infirmières et infirmiers, Ottawa, l association, College of Registered Nurses of Nova Scotia. Delegation Guidelines for Registered Nurses, 2004.http://www.crnns.ca/documents/Delegation%20Guidelines% pdf College of Registered Nurses of British Columbia. Assigning and Delegating to Unregulated Care Providers. Vancouver, le collège, https://www.crnbc.ca/standards/lists/standardresources/98assigningdelegatingucps.pdf Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario. Directive professionnelle : Le recours aux prestataires de soins non réglementés (PSNR), Toronto, l ordre, Porter O Grady, T. et C. Krueger Wilson. The leadership revolution in health care: Altering systems, changing behaviors. Aspen Publishing, MD, octobre 2011 (18/19 )

19 165 rue Regent Fredericton, N. B., E3B 7B4 Canada Tél. : Sans frais : octobre 2011 (19/19 )

Directive sur le consentement

Directive sur le consentement Révisé juin 2015 (1/14 ) MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

CADRE DE TRAVAIL POUR LA GESTION DES PROBLÈMES D EXERCICE DE LA PROFESSION ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

CADRE DE TRAVAIL POUR LA GESTION DES PROBLÈMES D EXERCICE DE LA PROFESSION ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK CADRE DE TRAVAIL POUR LA GESTION DES PROBLÈMES D EXERCICE DE LA PROFESSION ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK NOTRE MANDAT L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière.

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière. DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le champ d exercice de l infirmière (mai 2012) (1/11 ) Mission L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel

Plus en détail

DIRECTIVE SUR LA COLLABORATION INTRAPROFESSIONNELLE

DIRECTIVE SUR LA COLLABORATION INTRAPROFESSIONNELLE DIRECTIVE SUR LA COLLABORATION INTRAPROFESSIONNELLE PROFESSIONELLE Octobre 2015 (1/20 ) L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick et L Association des infirmières et Infirmiers auxiliaires

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

Administration des médicaments pour les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés dans les foyers de soins. Lignes directrices

Administration des médicaments pour les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés dans les foyers de soins. Lignes directrices Administration des médicaments pour les infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés dans les foyers de soins Lignes directrices Apprové par: Association des infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés

Plus en détail

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA entre Le College of Midwives of British Columbia et L Alberta Midwifery Health Disciplines Committee et Le College of Midwives of Manitoba et L Ordre

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

Normes pour LA TENUE DE DOSSIERS

Normes pour LA TENUE DE DOSSIERS Normes pour LA TENUE DE DOSSIERS Révisé en juin 2015 (1/17 ) MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme professionnel voué à la protection du public et au

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Juin 2012 Tazim Virani Rapport commandé par l Association des infirmières et infirmiers du Canada fcrss.ca Ce document est disponible à www.fcrss.ca. Le présent

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien

Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien O r d r e d e s e r g o t h é r a p e u t e s d e l O n t a r i o Sept 2004 Introduction La position de l Ordre sur le personnel de soutien L Ordre

Plus en détail

L INFORMATION INFIRMIÈRE ET LA GESTION DU SAVOIR

L INFORMATION INFIRMIÈRE ET LA GESTION DU SAVOIR Énoncé de position L INFORMATION INFIRMIÈRE ET LA GESTION DU SAVOIR POSITION DE L AIIC L AIIC est d avis que la gestion de l information et la technologie des communications font partie intégrante de la

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN ÉNONCÉ DE PRINCIPE ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN DATE D APPROBATION: octobre 2007 NOUVELLE MISE EN PAGE: mai 2014 Les tâches que l orthophoniste assigne au personnel de soutien,

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

DESCRIPTION D'EMPLOI

DESCRIPTION D'EMPLOI DESCRIPTION D'EMPLOI Nom de l établissement : CENTRE DE RÉADAPTATION LA MYRIADE Titre de la fonction : Catégorie de fonction : Code de la fonction : 799 à la clientèle, volet professionnel Conseiller cadre

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ADE06-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Éducation coopérative et autres formes d apprentissage par l expérience

RECUEIL DES POLITIQUES ADE06-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Éducation coopérative et autres formes d apprentissage par l expérience RÉSOLUTION 183-03 Date d adoption : 23 septembre 2003 En vigueur : 23 septembre 2003 À réviser avant : DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS Éducation coopérative 1. Expérience d apprentissage pratique

Plus en détail

Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs

Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs & Des Éléments Essentiels Aux Programmes de Transition pour les Infirmières et Infirmiers Formés À L étranger Publié par : Association canadienne des écoles de

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE) Services à la famille et Logement Manitoba Programme de garde d enfants du Manitoba Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Plus en détail

Énoncé de position commun

Énoncé de position commun Énoncé de position commun MILIEUX DE PRATIQUE : OPTIMISER LES RÉSULTATS POUR LES CLIENTS, LES INFIRMIÈRES ET LE SYSTÈME ÉNONCÉ DE POSITION COMMUN DE L AIIC ET DE LA FCSII L Association des infirmières

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

Cadre de formation de la profession enseignante

Cadre de formation de la profession enseignante Cadre de formation de la profession enseignante Les membres de l Ordre cherchent à parfaire les connaissances, les compétences et les valeurs énoncées dans les normes d exercice et de déontologie de la

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO. Janvier 2009. Module 8 : Améliorer la communication

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO. Janvier 2009. Module 8 : Améliorer la communication GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier 2009 Module 8 : Améliorer la communication Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST)

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Conseil national de recherches du Canada Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Vérification interne, CNRC SEPTEMBRE 2010 1.0 Sommaire et conclusion Contexte Ce rapport présente les

Plus en détail

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction

DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS. Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction REGLE REG-DEAQ-01 DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance de la qualité Comité de direction DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2005/11/10 DATE

Plus en détail

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20

Plus en détail

Politique d enquête de sécurité sur le personnel

Politique d enquête de sécurité sur le personnel ITAMS CIHR IRSC Canadian Institutes of Health Research Instituts de recherche en santé du Canada Politique d enquête de sécurité sur le personnel Table des matières 1. Date d entrée en vigueur... 3 2.

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Plan d'accessibilité (LPHO) 2014-2015 Table des matières Introduction 4 Première section : Rapport sur les mesures prises par le ministère en 2014 6 Services

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 Mise à jour : 19 mai 2016 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE

Plus en détail

Vérification des contrôles des rapports financiers

Vérification des contrôles des rapports financiers Vérification des contrôles des rapports financiers DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Février 2012 Western Economic Diversification

Plus en détail

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE ADMINISTRATIVE DE GESTION DOCUMENTAIRE

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE ADMINISTRATIVE DE GESTION DOCUMENTAIRE Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE ADMINISTRATIVE DE GESTION DOCUMENTAIRE TABLE DES MATIÈRES 1. LE CADRE JURIDIQUE... 1 2. LES CHAMPS D APPLICATION... 1 Une définition...

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

Votre guide. des services de soins à domicile au Manitoba

Votre guide. des services de soins à domicile au Manitoba Votre guide des services de soins à domicile au Manitoba Table des matières Information et admissibilité... 1 Évaluation... 2 Planification et coordination des soins.. 2 Services... 3 Aide pour soins personnels

Plus en détail

Décision de télécom CRTC 2014-669

Décision de télécom CRTC 2014-669 Décision de télécom CRTC 2014-669 Version PDF Ottawa, le 19 décembre 2014 Numéro de dossier : 8622-B2-201411256 Bell Canada Demande de redressement provisoire pour assurer rapidement des conditions d accès

Plus en détail

Stratégie pour le don d organes et de tissus

Stratégie pour le don d organes et de tissus Stratégie pour le don d organes et de tissus Ministère de la Santé Mai 2015 Ministère de la Santé Stratégie pour le don d organes et de tissus Publié par : Ministère de la Santé Province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise L habilitation est la reconnaissance par l employeur, de la capacité d une personne à accomplir en sécurité les tâches fixées L habilitation : un élément primordial de la politique Sécurité de l entreprise

Plus en détail

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales

RÉSUMÉ. Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité. Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales RÉSUMÉ Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité Résumé du mémoire présenté à la Commission des affaires sociales Adopté par le Bureau de l OIIQ à sa réunion extraordinaire du 21

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL Introduction Le mandat de l OCRCVM est d agir en tant qu organisme d autoréglementation pour le compte

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE

DESCRIPTION DE POSTE Titre : soutien/mise en œuvre du projet de télémédecine Département : unité des Programmes DESCRIPTION DE POSTE Responsable hiérarchique : Responsable de l'unité des Programmes Relations fonctionnelles

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2)

Ménard, Martin Avocats. LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Ménard, Martin Avocats LOI CONCERNANT LES SOINS DE FIN DE VIE (L.Q. 2014, c. 2) Colloque CAAP 28 octobre 2014 par Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. (Tous droits réservés) 1 PLAN DE LA PRÉSENTATION - DÉFINITIONS

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI.

Bureau du vérificateur général du Canada. Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI. Bureau du vérificateur général du Canada Audit interne de la gestion de documents au moyen de la mise en œuvre de PROxI Juillet 2014 Revue des pratiques et audit interne Sa Majesté la Reine du Chef du

Plus en détail

DEMANDE DE PREMIER PERMI SOUS LA LOI SUR LES COMPAGNIES DE PRÊT ET DE FIDUCIE

DEMANDE DE PREMIER PERMI SOUS LA LOI SUR LES COMPAGNIES DE PRÊT ET DE FIDUCIE DEMANDE DE PREMIER PERMI SOUS LA LOI SUR LES COMPAGNIES DE PRÊT ET DE FIDUCIE LA DEMANDE: Une compagnie de fiducie extra-provinciale qui demande un premier permis sous la Loi sur les compagnies de prêt

Plus en détail

Projet de loi n o 92

Projet de loi n o 92 Mémoire présenté à la Commission de la santé et des services sociaux Le 27 avril 2016 Le Collège des médecins est l ordre professionnel des médecins québécois. Sa mission : Une médecine de qualité au service

Plus en détail

Déposé à la réunion du 29 avril 2003 du Conseil des commissaires

Déposé à la réunion du 29 avril 2003 du Conseil des commissaires COMMISSION SCOLAIRE EASTERN TOWNSHIPS Titre : GUIDE POUR LA SURVEILLANCE DES ÉLÈVES À L HEURE DU MIDI ÉCOLES SECONDAIRES Source : Dir. des services financiers Comité consultatif de vérification Déposé

Plus en détail

Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux

Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux Date de publication : janvier

Plus en détail

Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques. Aperçu

Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques. Aperçu Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques Aperçu Le présent document offre un aperçu du texte sur Les communautés multiculturelles : Directives pour les bibliothèques, 3e édition,

Plus en détail

- 1 - AFFICHAGE DE POSTE. Profil de l organisation. But du poste

- 1 - AFFICHAGE DE POSTE. Profil de l organisation. But du poste AFFICHAGE DE POSTE Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Statut : Rémunération : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Conseiller en emploi Stratégie urbaine Coordonnatrice

Plus en détail

ARRÊTÉ MUNICIPAL NO. A-010

ARRÊTÉ MUNICIPAL NO. A-010 ARRÊTÉ MUNICIPAL NO. A-010 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DU VILLAGE DE CAP-PELÉ EN VERTU DU POUVOIR que lui confère la Loi sur les municipalités, L.R.N.-B., (1973), ch. M- 22 (la «Loi sur les

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

Principes sur lesquels l APEX s appuie pour promouvoir la santé, le rendement et la productivité des cadres

Principes sur lesquels l APEX s appuie pour promouvoir la santé, le rendement et la productivité des cadres 28 janvier 2011 Recommandations sur la santé, le rendement et la productivité des cadres supérieurs présentées par l Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

La gestion de l incapacité au travail Principes fondamentaux

La gestion de l incapacité au travail Principes fondamentaux La gestion de l incapacité au travail Principes fondamentaux TRAVAUX EN COURS Une présentation de : Angela Dunham Directrice adjointe de la Région du Sud-ouest par intérim Travail sécuritaire NB SUJETS

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale, Centre affilié universitaire Novembre 2010 Ce document

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification

Mise à jour : octobre 2011. Chapitre 8 La mission d audit La planification Mise à jour : octobre 2011 Chapitre 8 La mission d audit La planification Table des matières 1. Les procédés préliminaires... 1 2. L approche de partenariat avec le gestionnaire... 2 3. La connaissance

Plus en détail

Lignes directrices sur la vidéosurveillance

Lignes directrices sur la vidéosurveillance Lignes directrices sur la vidéosurveillance Introduction La surveillance des lieux publics a rapidement augmenté au cours des dernières années. Cette croissance est en grande partie attribuable aux progrès

Plus en détail

Procréation assistée Canada

Procréation assistée Canada Procréation assistée Canada 2010-2011 Partie III: Rapport sur les plans et les priorités L honorable Leona Aglukkag Ministre de la Santé Table des matières Message de la ministre... 3 Message de la présidente...

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

DEMANDE DE RECONNAISSANCE : GUIDE À L INTENTION DES FOURNISSEURS 1

DEMANDE DE RECONNAISSANCE : GUIDE À L INTENTION DES FOURNISSEURS 1 DEMANDE DE RECONNAISSANCE : GUIDE À L INTENTION DES FOURNISSEURS 1 Présenter une demande de reconnaissance pour une activité de formation continue destinée aux travailleurs sociaux et aux thérapeutes conjugaux

Plus en détail

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef SPF SANTE PUBLIQUE, Le 22/01/07 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» --- Réf.

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Démarches à suivre en vue de L'habilitation des personnes en électricité Table

Plus en détail

Planification pour une meilleure transition

Planification pour une meilleure transition Ministère des Services sociaux et communautaires Ministère des Services à l enfance et à la jeunesse Planification pour une meilleure transition Cadre de planification pour les jeunes ayant une déficience

Plus en détail

Faire face à la rareté de la main-d œuvre dans les professions à forte demande. Présenté par : D r John Haggie, MB, ChB, MD, FRCS Président

Faire face à la rareté de la main-d œuvre dans les professions à forte demande. Présenté par : D r John Haggie, MB, ChB, MD, FRCS Président Présentation de l AMC au Comité de la Chambre des communes sur les ressources humaines, le développement des compétences, le développement social et la situation des personnes handicapées Faire face à

Plus en détail

Vérification des Plans de reprises après sinistre des SGI

Vérification des Plans de reprises après sinistre des SGI Vérification des Plans de reprises après sinistre des SGI Vérification interne 378-1-615 29 avril 2009 TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ... II 1.0 INTRODUCTION...5 2.0 OBJECTIFS ET PORTÉE DE LA VÉRIFICATION...7

Plus en détail

La collaboration avec les infirmières auxiliaires

La collaboration avec les infirmières auxiliaires La vision contemporaine de l exercice infirmier au Québec Chapitre La collaboration avec les infirmières auxiliaires 57 4. La collaboration avec les infirmières auxiliaires La position de l OIIQ sur le

Plus en détail

Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense. Éléments principaux de Passeport pour ma réussite

Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense. Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Programme Passeport pour ma réussite : Soutien en matière de défense Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite est un programme communautaire intégré qui fournit un soutien

Plus en détail

Représentant national 1

Représentant national 1 Représentant national 1 Lieu de travail : Supérieur immédiat : Statut : REMARQUE : Échelle salariale : Exigences linguistiques : Yaounde, Cameroun Chef des programmes pour l Afrique centrale et occidentale

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

SRP-2.01-SP-11NNNN-033

SRP-2.01-SP-11NNNN-033 APPROUVÉ POUR UTILISATION INTERNE Rév. 000 Dossier n o 2.01 E-Docs n o 3425768 PROCÉDURES D EXAMEN POUR LE PERSONNEL : Demande de permis de préparation de l emplacement pour une nouvelle centrale nucléaire

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés Québec, le 27 novembre 2015 Monsieur Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 15 e étage, Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement sur la certification

Plus en détail

PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION. AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES

PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION. AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES PROGRAMME D INNOVATION EN FORMATION AUX 1 er, 2 e ET 3 e CYCLES sous la responsabilité du vice-rectorat aux études Février 2010 INTRODUCTION Le Programme d innovation en formation aux 1 er, 2 e et 3 e

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE : Directeur du développement

Plus en détail