Musique et métaphores spatiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Musique et métaphores spatiales"

Transcription

1 Musique et métaphores spatiales Grazia Giacco L Enveloppe, mars 2011 «( ) je ne suis pas dans l espace et dans le temps, je ne pense pas l espace et le temps ; je suis à l espace et au temps, mon corps s applique à eux et les embrasse» 1. Grâce à toutes nos facultés cognitives et émotionnelles, chacun construit son propre sens du fait musical perçu. Tous compositeurs, auditeurs, interprètes, musicologues, pédagogues, mélomanes ont leur manière qui leur est propre pour parler de musique. Le discours, autour d une œuvre musicale ou autour d une problématique inhérente à la musique, peut être descriptif, analytique, contextuel, poétique, esthétique. Il est et doit rester multiple et ouvert. Or, après une écoute ou lorsque nous analysons une partition, le mot semble vouloir combler un vide, expliquer, montrer. Et pourtant, ce mot tait à voix haute ce qu est l inaudible et l indicible de la musique. Ces mots, ne seraient-ils pas comparables à des gestes, métaphores de mouvements, de déploiements de la forme musicale, agissant dans et pour notre mémoire (d auditeurs)? Si le mot car c est bien de lui dont il est question nous permet d exprimer ce que la musique est ou pourrait être, il est dans sa nature liminaire. Reste à savoir s il est plutôt du côté de la fertilité ou de l autre versant 2, c est-à-dire si et comment le mot peut frôler, lui aussi, la fertilité de la création. Lorsque nous parlons d une œuvre musicale, les mots représentent une manière d exprimer ce que les sons ont imprimé dans notre mémoire comme geste sonore, c est-à-dire comme représentation verbale 3 du déploiement de la forme musicale 4. 1 MERLEAU-PONTY, Maurice, Phénoménologie de la perception, Gallimard, 1945, p Nous faisons référence ici à l ouvrage de Pierre Boulez, Le Pays fertile (texte préparé et présenté par Paule Thévenin, Paris, Gallimard, 1989), qui à son tour s inspire au titre du tableau de Paul Klee (Monument en pays fertile, 1929). 3 Relative à la représentation qui se fait dans notre mémoire sous forme de mots. D autres représentations mentales existent, comme les représentations sensorielles visuelles et auditives, par exemple et motrices. WESTERN, Drew, Psychologie : pensée, cerveau et culture, traduction de la 2 e édition américaine par Catherine Garitte et Lucile Jouanjean, Paris, Bruxelles, De Boeck Université, 2000 [Psychology. Mind, Brain and Culture, John Wiley & Sons, 1996, 1999]. 4 Déjà dans l Antiquité, l esprit humain avait recours à des architectures mentales pour aider sa mémoire : dans la culture occidentale, en témoignent les méthodes 1

2 De par sa nature, le son engendre sa propre absence. Pensons alors à tous ces graphiques ou diagrammes utilisés par certains compositeurs pour créer, projeter ou analyser une œuvre musicale : ils témoignent de cette relation que la musique entretient avec le spatial, constituant peut-être une cartographie illusoire, tout en fixant le processus d une œuvre dans un schéma spatio-temporel. Réfléchissons alors sur le problème de la métaphore spatiale en musique, sur le moyen de trouver ce qui permet de parler, saisir, organiser ce matériau musical dans le temps, mais aussi tout simplement d organiser le temps lui-même : pouvons-nous parler de la musique, concevoir le temps musical (mais aussi le temps tout court), sans avoir recours à des figures ou à des métaphores spatiales? Comment et pourquoi les métaphores spatiales jouent-elles un rôle essentiel dans l espace mental du compositeur ou dans la mémoire de l auditeur? Il ne s agit pas de contraindre l autonomie de la musique au pouvoir du visuel ou des arts plastiques, contrainte sur laquelle Michel Serres s est épanché dans L interférence 5. L utilisation de métaphores spatiales permet de pouvoir parler de la musique par des analogies avec la dimension spatiale, mais aussi avec la dimension corporelle le toucher, le geste, la peau 6 qui lui est mnémotechniques utilisées chez les Grecs et les Romains, appelées loci (lieux), à l origine de l art de mémoire (Ars memoriæ), dont l inventeur serait le poète grec Simonide de Céos ( av. J.-C.). Les premières traces écrites se trouvent dans le traité la Rhetorica ad Herennium (Rhétorique à Herennius, environ 85 a. J.-C., longtemps attribué à Cicéron). Aujourd hui, on connaît le rôle central de l hippocampe à la fois pour le traitement des informations relatives à la localisation dans l espace chez beaucoup de mammifères, et «son rôle important dans l établissement des mémoires à long-terme des êtres humains» (SNYDER, Bob, Music and Memory An Introduction, Cambridge, Massachusetts, The MIT Press, Massachusetts Institute of Technology, 2000, p. 110). Ajoutons quelques références pour le rôle de l hippocampe : SCOVILLE, W. B. et MILNER, B., «Loss of recent memory after bilateral hippocampal lesions», Journal Neurol. Neurosurg. Psychiatry, 20, 1957, p YATES, Frances, The Art of Memory, University of Chicago, O KEEFE, John et NADEL, Lynn, The Hippocampus as a Cognitive Map, Oxford University Press, «La musique a rarement découvert son lieu naturel. Ravie par des attractions culturelles étrangères, elle a caché, sauf éclats et occultations soudains, son essence et sa source. Son histoire semble l odyssée d une errance, l aventure de ses absences. Elle a traduit la parole, son articulation, son phrasé, ses vocalises, du cri aux jeux entrelacés du dialogue : voix et consonnes. Elle a traduit l ordre et les ordres de l architecture, en saturant l espace de proportions et de rapports : il est entendu, au passage, que la musique concerne le corps entier, donc les espaces, qu elle n a rapport au temps que marginalement notre culture a fini par rendre difficile cette immédiate donnée. Comme par synthèse, elle a épousé le théâtre, et pas seulement au cirque ou à l opéra. On a cru qu elle se libérait le jour où elle est devenue l otage de la peinture. Hors du concours des arts comme langue primitive, esclave et prisonnière de chacun et de tous, elle manquait de se découvrir elle-même, de parler d elle enfin, de faire entendre sa voix nue, à partir de son ubiquité autochtone». (SERRES, Michel, Hermès II L interférence, éditions de Minuit, 1972, p. 181). 6 Les travaux de Didier Anzieu sur le concept de «Moi-peau» se fondent sur cette union indissociable entre espace psychique et enveloppes sensorielles : «Depuis la Renaissance, la pensée occidentale est obnubilée par un thème épistémologique : connaître, c est briser 2

3 corrélée. De nombreux travaux ont abordé la question du rapport entre images mentales et schémas corporels 7, et bien qu une multiplicité de données d ordre historique et culturel devraient être prises en compte 8, ainsi que la variété infinie des contextes dans lesquels il est possible de parler de musique, de la pratiquer, de l écrire, de l écouter et même de la percevoir sans forcément passer par le langage, il reste tout de même possible d essayer de comprendre le lien entre ce type de langage métaphorique et les aspects du vécu corporel et sensoriel. Il ne sera pas question ici de retracer l histoire de l évolution du concept d espace sonore et de spatialisation, bien qu une étude sur les nouvelles exigences formelles, sur la problématique de la notation, sur la conception du timbre et sur les temporalités multiples au sein de la réflexion esthétique musicale au XX e siècle, nourrisse déjà depuis quelques années notre recherche 9. l écorce pour atteindre le noyau. [ ] La neurophysiologie a, dès le XIX e siècle, marqué un coup d arrêt, qui n a pas été tout de suite remarqué. Le cerveau est en effet la partie supérieure et antérieure de l encéphale. A son tour, le cortex mot latin qui veut dire écorce, passé en 1907 dans le langage de l anatomie désigne la couche externe de substance grise qui coiffe la substance blanche. Nous voici en présence d un paradoxe : le centre est situé à la périphérie. [ ] et si la pensée était autant une affaire de peau que de cerveau? Et si le Moi, défini alors comme Moi-peau, avait une structure d enveloppe?». (ANZIEU, Didier, Le Moi-Peau [Bordas, 1985] 1, Dunod, 1995, p. 31). Enfin, notons que dans l embryogenèse, la peau et le système nerveux central, ainsi que les organes sensoriels, ont la même origine commune : l ectoblaste (ou ectoderme). 7 Donnons en exemple le titre de deux ouvrages de références qui traitent du corps comme base physique de la sémantique cognitive : LAKOFF, George JOHNSON, Mark, Les métaphores dans la vie quotidienne, coll. Propositions, Paris, Ed. de Minuit, 1985, trad. de M. de Fornel et J.-J. Lecercle (Metaphors We Live By, Chicago, The University of Chicago Press, 1980). JOHNSON, Mark, The Body in the Mind. The Bodily Basis of Meaning, Imagination, and Reason, Chicago, University of Chicago Press, Concernant la définition de «schéma corporel», citons ici celle formulée par Claude Bonnet : «La notion de schéma corporel est celle d une représentation généralement implicite des principales caractéristiques de notre corps en liaison tant avec ses sensibilités qu avec sa motricité. C est donc un ensemble structuré de connaissances qui sert de base à nos postures, à nos actions». BONNET, Claude, «La Perception», in Psychologie cognitive, collection Grand Amphi Psychologie, dirigée par G. Amy et M. Piolat, ouvrage coordonné par Jean-Luc Roulin, Bréal, 2006, p Au sujet du corps et de sa «spatialité propre», nous renvoyons bien évidemment à la lecture de Maurice MERLEAU-PONTY, Phénoménologie de la perception, Gallimard, PELINSKI, Ramón, «Embodiment and Musical Experience», Revista Transcultural de Música, Transcultural Music Review, 9 (2005) ISSN : (site vérifié le 4 mars 2011). 9 Dans notre thèse, Critères d organisation de type spatial dans la musique contemporaine depuis 1950 en Europe (dir. Pierre Michel, Strasbourg II, 2006), nous avions tout particulièrement analysé différents types de surfaces et de masses et leur articulation formelle (accumulation, raréfaction, superposition, juxtaposition ) dans un certain nombre de pièces de la deuxième moitié du XX e siècle. Cet article est une réélaboration d un extrait du quatrième chapitre de cette thèse. 3

4 Métaphores spatiales Le terme métaphore (du grec metaphorá 10 ) indique par extension la transposition de la signification d une chose à une autre, sur la base d une analogie. Depuis quelques décennies, la métaphore est devenue un objet d étude dans les sciences cognitives, apportant un regard singulier sur le fonctionnement de notre pensée. Aujourd hui, la métaphore n est plus seulement comprise en tant que phénomène de langage figure de rhétorique utilisée depuis l Antiquité mais reconnue pour occuper une place fondamentale dans la construction de notre manière de penser 11. Dans le domaine des sciences cognitives, George Lakoff et Mark Johnson (1980) ont affirmé que certaines métaphores de base, comme le couple haut et bas associé au sentiment de bonheur ou de tristesse, ou comme certains processus d anthropomorphisme, sont des éléments profondément ancrés dans le fonctionnement de notre système conceptuel 12. Lawrence M. Zbikowski souligne bien ce rôle fondamental de la métaphore : «[ ] un bon nombre de travaux empiriques menés récemment par des cognitivistes soutient cette affirmation. Cette recherche suggère que la métaphore n est pas simplement une utilisation anormale du langage ou un signe indiquant la manière que nous avons de concevoir les objets intentionnels, mais elle est, de fait, centrale dans la compréhension humaine dans son ensemble» Dérivation de metaphérein, «transférer», metá, au-delà, et phérein, amener, porter. En latin, metaphora, «transposition». 11 «( ) il convient de souligner la puissance génératrice des métaphores. En fait, il s agit de l un des ressorts principaux de la cognition humaine : quand nous cherchons à mieux comprendre un objet inconnu, nous employons un modèle métaphorique pour l éclairer. Cela vaut très généralement, dans la vie quotidienne ; cela vaut aussi, tout autant, pour les objets de la science». [STEWART, John, «La conscience en tant que métaphore spatiale : la théorie de Jaynes», in Intellectica, n 32 (Conscience et spatialité), 2001/1, p. 91]. Selon la théorie de Jaynes, «la conscience réflexive est constituée d un processus métaphorique enraciné dans la perception visuelle des relations spatiales» (Ibid., p. 87). (site vérifié le 4 mars 2011). 12 LAKOFF, George JOHNSON, Mark, Les métaphores dans la vie quotidienne, coll. Propositions, Paris, Ed. de Minuit, 1985, trad. de M. de Fornel et J.-J. Lecercle (Metaphors We Live By, Chicago, The University of Chicago Press, 1980). 13 ZBIKOWSKI, Lawrence M., «Metaphor and Music Theory : Reflections from Cognitive Science», in The Online Journal of the Society for Music Theory, vol. 4/1, Ce texte offre une excellente introduction à la théorie contemporaine de la métaphore en relation avec la musique. (site vérifié le 4 mars 2011). 4

5 Le philosophe Roger Scruton affirme en ce sens que la métaphore est indissociable de la musique, l idée étant qu il existe une différence fondamentale entre le son, lequel peut être analysé scientifiquement, et la musique, laquelle, en tant que produit créatif intentionnel, doit être appréhendée par des métaphores : «[ ] dans notre compréhension de base de la musique se trouve un système complexe de métaphores, qui constitue la vraie description d un fait non matériel. La métaphore ne peut pas être exclue de la description de la musique, car elle est indispensable aux objets intentionnels de l expérience musicale. Enlevez cette métaphore et vous enlèverez l expérience de la musique» 14. Zbikowski reprend l idée centrale de la pensée de Scruton, et il précise : «La preuve de cette distinction est fournie par la nature métaphorique de nos caractérisations de la musique : bien que nous parlons d espace musical (et localisons les sons à l intérieur), cet espace ne correspond pas, d une manière rationnelle, à l espace physique ; bien que nous parlons de mouvement musical, le mouvement est au mieux apparent, et non pas réel. Les concepts d espace et de mouvement sont étendus à la musique à travers des transferts métaphoriques comme une manière d expliquer certains aspects de notre expérience de la musique. Ces métaphores ne s ajoutent pas à la compréhension musicale, mais elles sont, de fait, fondamentales pour elle» 15. Ainsi, la métaphore est définie comme une opération conceptuelle, c est-à-dire comme étant présente dans nos représentations mentales et non seulement dans les mots. Zbikowski nous rappelle que Lakoff et Johnson «suggèrent que la métaphore est une structure basique de notre pensée par laquelle nous conceptualisons un domaine dans les termes d un autre» 16. Finalement, l intérêt de cette vision cognitiviste réside dans le fait de reconnaître dans la perception que nous avons de notre corps et de ses orientations possibles dans l espace, la capacité de formuler des structures de pensée générales et abstraites (images-schémas) qui sont en relation profonde avec notre propre nature corporelle. Donc, non seulement la métaphore constitue notre manière de penser et de percevoir mais, dans le cas des métaphores spatiales, celles-ci sont caractérisées par des références à des principes kinesthésiques : 14 SCRUTON, Roger, «Understanding Music», The Aesthetic Understanding, Essays in the Philosophy of Art and Culture, South Bend, Indiana, St. Augustine s Press, (1983) 1998, p ZBIKOWSKI, L. M., op. cit. 16 Ibid. 5

6 «Les métaphores spatiales ne sont pas seulement caractéristiques, elles sont même fondatrices de la conscience réflexive. Ceci est si vrai que les entités dans le monde physique de tous les jours qui ne possèdent pas de qualités spatiales propres s en trouvent dotées dans la conscience. Il s agit même d une condition sine qua non pour qu une entité puisse être objet de conscience. L exemple majeur en est le temps. [ ] On ne peut absolument pas penser consciemment le temps autrement qu en le spatialisant. [ ] Mais évidemment, il n y a ni «droite» ni «gauche» dans le temps, il y a seulement avant et après» 17. Dans la perception des relations spatiales, la modalité visuelle prédomine : les qualités propres à la vision sont profondément liées à la «structure des contingences sensori-motrices mises en œuvre dans l activité de voir» 18, et les modalités sensori-motrices «surviennent au cours de l activité consistant à organiser et guider des mouvements dans l espace. Dans ce sens, voir n est ni plus ni moins que le mode de perception qui intervient dans l activité de se mouvoir spatialement. Dès lors, la prédominance ( ) des métaphores visuelles est tout naturellement solidaire de celle des métaphores spatiales» 19. Si le temps peut être exprimé par une représentation spatiale, nous croyons que ce temps dans lequel le processus sonore prend vie et le mouvement même du processus peuvent être représentés, imaginés et conçus à l aide d images spatiales qui en traduisent le geste, qui déterminent l espace formel 20 de la pièce, par des critères d organisation du matériau sonore qui ont de fortes analogies avec le spatial (accumulation, raréfaction, superposition, etc.). Sous cet angle de vue, quel serait le rapport entre ces critères d organisation et l approche qui définit la métaphore comme une mise en relation (mapping) entre le corporel et le conceptuel, entre le corporel et l abstrait? Deux points doivent être soulignés : le premier, c est l existence d une base conceptuelle métaphorique possible dans la structuration de notre pensée. Si nous pouvons penser par métaphores, rien ne nous empêche d envisager cette possibilité de soutenir notre perception et notre mémorisation du processus sonore par des métaphores visuelles et tactiles 21, 17 STEWART, John, op. cit., p Ibid., p Ibid. 20 GIACCO, Grazia, «Interaction entre timbre et espace formel dans la musique contemporaine», numéro spécial des Cahiers de la Société Québécoise de Recherche en Musique, volume 9, n 1-2 : «Le timbre musical : composition, interpretation, perception et reception», Société Québécoise de Recherche en Musique, UQÀM, Musique, Montréal (Québec, Canada), octobre 2007 (SQRM-OICM-UQÀM), p Ou liées au langage, à la syntaxe verbale, comme discours musical, phrase, période. Ce type de métaphores ne fait pas ici l objet de notre étude, qui est plus axée sur la spatialité intrinsèque de la construction d une œuvre musicale. 6

7 de la même manière que les compositeurs opèrent par des critères similaires au moment de l acte créatif. Le deuxième point concerne cette mise en relation du concret avec l abstrait qui se joue souvent entre le domaine spatial et le domaine temporel 22. Dans son ouvrage consacré au rapport musique/mémoire, Bob Snyder appelle métaphore «cette façon d éprouver une chose (experiencing) dans les termes d une autre» 23, la définissant aussi comme «[...] une relation entre deux structures de mémoire» 24. Il explique plus précisément qu une métaphore est une relation entre deux catégories 25 ou deux schémas 26. Elle «peut impliquer des systèmes entiers de concepts ou de schémas», et Snyder précise que les études à son sujet forment «une partie complexe de la linguistique cognitive en constante évolution [ ]» Franson Manjali écrit : «[ ] la mise en relation du domaine spatial et du domaine temporel étant probablement le cas le plus courant» [«Moreover, a large majority of these conventional / conceptual metaphors consists in the systematic mapping from the concrete to the abstract domain, the mapping from the spatial to the temporal domain being probably the most common case»]. Et plus loin : «LE TEMPS C EST L ESPACE est peut-être la plus pénétrante de toutes les métaphores traditionnelles, comme en témoignent les prépositions courantes d espace et de temps, et d autres expressions spatiales pour représenter le temps, dans presque toutes les langues» [«( ) TIME IS SPACE is perhaps the most pervasive of all conventional metaphors, as attested by the common prepositions of space and time, and other spatial expressions for representing time, in almost all languages»]. MANJALI, Franson Davis, Dynamical Models in Semiotics/Semantics, «Lecture seven : Body, Space, and Metaphorical-Cultural Worlds», URL : (site vérifié le 4 mars 2011). 23 SNYDER, Bob, Music and Memory An Introduction, op. cit., p Ibid., p Nous soulignons. 25 Cette relation a été désignée sous le nom de mapping (mise en relation/cartographie), d une catégorie (ou schéma) dans une autre : «Par exemple, si on dit une mélodie est un chemin, on superpose l image-schéma du chemin au concept plus abstrait de mélodie» (Ibid., p. 108). La définition de catégorie dans l utilisation de Snyder est la suivante : «En psychologie cognitive, un groupement de caractéristiques de l expérience ou de la mémoire. Les catégories sont des assemblages de représentations perceptives ou de concepts qui semblent d une façon ou d une autre apparentés. Les catégories peuvent être perceptives ou conceptuelles. [ ] Les gammes et les intervalles sont des catégories mélodiques ; les échelles de durées, la mesure, et d autres aspects de la métrique sont des catégories rythmiques ; et les sections des œuvres musicales sont des catégories formelles. Les catégories sont des éléments de schémas». Ibid., p Définition de schéma dans l utilisation faite par Snyder : «Une série particulière d associations dans la mémoire à long terme. Les schémas sont un ensemble d attentes que nous avons par rapport à la manière dont sont les choses habituellement. [ ] Les formes musicales traditionnelles sont essentiellement des schémas pré-construits, qui nous donnent l impression de savoir où nous sommes dans une pièce [ ]». Ibid., p Précisons que pour Snyder (ibid., p. 95), la distinction entre catégories et schémas n est pas absolue : «Schémas et catégories, les deux sont des ensembles d associations de la mémoire à long terme. Les schémas sont des ensembles plus larges d associations. Les catégories sont habituellement disposées hiérarchiquement en niveaux ( )». 27 Ibid., p

8 Cette mise en relation métaphorique entre différents domaines de la pensée n aurait rien d arbitraire. En effet, elle serait «ancrée dans des structures cognitives fondamentales, généralisées par nos expériences physiques récurrentes, spécialement par l expérience de nos propres corps» 28. Une approche kinesthésique de la musique a été bien évoquée par Rolf Inge Godøy, qui a développé cette notion d élément «moteurmimétique» 29 : «[ ] Je pense que nous avons de bonnes raisons de supposer que les images des actions qui produisent les sons percuter, effleurer, souffler jouent un rôle important dans notre représentation des sons musicaux, d où mon idée ici d éléments moteurs-mimétiques dans la cognition musicale. [ ] Je voudrais appeler un élément moteur-mimétique dans la perception et cognition musicale, un élément qui signifie que mentalement nous imitons les actions produisant les sons lorsque nous écoutons attentivement la musique, ou que nous pouvons nous imaginer être en train de tracer ou de dessiner activement les contours de la musique comme elle se déploie» 30. Son approche peut se résumer par cette citation, qui rend bien compte de l interaction entre le sonore et le visuel, et ceci non seulement pour un seul son, mais pour des structures plus globales : «Le moteur-mimétique traduit le son musical en des images visuelles par une simulation des actions produisant les sons, aussi bien les sons singuliers que les phrases musicales et les textures les plus complexes, formant les programmes moteurs qui re-codent et aident à stocker le son musical dans nos pensées» 31. L emploi des figuralismes dans l histoire de la musique montre comment la transcription de gestes corporels par des contours mélodiques ou des dessins rythmiques n est pas une découverte ou une problématique actuelle. Zbikowski cite comme exemple la gamme descendante dans le 28 SNYDER, Bob, Music and Memory An Introduction, op. cit., p Cette théorie peut être résumée par l idée que les images relatives à la production des sons influencent notre perception auditive, et elle est née au départ en linguistique. 30 GODØY, Rolf Inge, «Motor-Mimetic Music Cognition», Leonardo 36, n 4 (2003), p [p ]. [«In particular, I believe that we have good reason to suspect that images of sound-producing actions such as hitting, stroking, blowing, etc., play an important role in our images of musical sound, hence my idea here of motor-mimetic elements in music cognition. [ ] I would like to call a motor-mimetic element in music perception and cognition, meaning that we mentally imitate sound-producing actions when we listen attentively to music, or that we may imagine actively tracing or drawing the contours of the music as it unfolds»]. 31 Ibid. [«Motor-mimesis translate form musical sound to visual images by a simulation of sound-producing actions, both of singular sounds and of more complex musical phrases and textures, forming motor programs that re-code and help store musical sound in our minds»]. 8

9 Credo de la messe Papæ Marcelli de Palestrina 32 sur le mot «descendit». Pensons aussi aux nombreux figuralismes présents dans les madrigaux de Marenzio ou de Gesualdo, ou dans la musique de Johann Sebastian Bach. Qu il s agisse d un point de vue kinesthésique ou d une démarche conceptuelle, la mise en relation métaphorique peut exister en musique, dans la façon que nous avons de la créer, de la percevoir et de l analyser. Le rapport visuel/sonore, donc les métaphores associées (non seulement aigu/grave, haut/bas, mais aussi : plein/vide, linéaire/non linéaire, texture, etc...), dépend d une pluralité de facteurs, dont l écriture (notation musicale) a été l une des causes les plus directes 33. Métaphores spatiales et espace mental Examinons de plus près le fonctionnement des métaphores spatiales dans notre espace mental. Revenons au concept de Snyder d image-schéma. Disons avant tout qu il ne s agit pas d une image visuelle concrète, d un objet, car l image-schéma nous sert à former les concepts : «ces structures cognitives ont été désignées sous le nom d image-schéma. [ ] Nous pouvons les concevoir comme une sorte d abstraction perceptive» 34. Pour Snyder, l image-schéma peut être définie comme un «type de schéma qui forme des attentes, basé sur des aspects fondamentaux de notre existence physique corporelle, telle que la notion de gravité, ou le mouvement» Giovanni Pierluigi da Palestrina (Palestrina, 1525 Rome, 1594) : Missa Papæ Marcelli II e Livre de Messes (1567). 33 DUCHEZ, Marie-Elisabeth, «La représentation spatio-verticale du caractère musical grave-aigu et l élaboration de la notion de hauteur de son dans la conscience musicale occidentale», Acta Musicologica, LI,1, Bâle, Barenreiter, 1979, p Au début de son étude, Marie-Elisabeth Duchez introduit avec précision la problématique en affirmant que, depuis le IX e siècle «la représentation mentale de la musique occidentale ( ) se réfère à l espace auquel elle emprunte ses concepts, ses coordonnées de description et ses graphismes : elle représente à la vue, et géométriquement, des relations appréhendées par l ouïe, et non géométriques. Le principe épistémologique de cette spatialisation, et du système de représentation qui en était le but, est la notion de hauteur du son, c est-à-dire la projection de l image spatiale bas-haut sur la perception de la relation grave-aigu» (p. 54). 34 SNYDER, Bob, op. cit., p Il précise : «La forme cognitive réelle que les imagesschémas sont supposées prendre se trouve quelque part entre les images visuelles spécifiques, concrètes, et les concepts abstraits. C est-à-dire que les images-schémas dérivent souvent de types de situations que nous pouvons imaginer visuellement, mais qui sont plus abstraites que n importe quelle image en particulier». 35 Ibid., p Il ajoute : «On croit que les images-schémas sont à la base de la cohérence de plusieurs systèmes de métaphores quotidiennes. Plutôt semblables aux mémoires implicites qu aux mémoires explicites, les images-schémas ne sont pas facilement traduisibles dans de simples énoncés verbaux, et peuvent avoir une composante physique kinesthésique. Nos mémoires les plus précoces et les plus basiques (pré-linguistiques), qui forment la base de toutes nos réflexions successives, sont considérées comme des images schématiques». 9

10 L affirmation de Snyder selon laquelle «la musique même peut être une forme de métaphore [ ]» 36, et que «nous utilisons fréquemment des métaphores spatiales et physiques pour comprendre des concepts abstraits plus complexes» 37, n est pas l expression d un simple avis subjectif : elle s insère dans ce courant des sciences cognitives qui en fait un élément constitutif de notre pensée. L existence de nombreux schémas s appuyant sur des critères kinesthésiques dans la création musicale doit nous faire réfléchir sur la multiplicité des facteurs qui relient notre manière de créer, de produire et de percevoir le sonore et qui nous permettent de penser la musique au-delà des seuls critères de temporalité : «La musique ne se fonde pas sur des notes, des échelles ou des règles de succession harmonique mais sur des schèmes qui mêlent au sonore le perceptif, le moteur, l affectif : ce sont, si l on veut et si l on me pardonne cette formulation barbare, des schèmes perceptifs/moteurs/affectifs qui associent à une figure sonore un ensemble de réactions spécifiques qui assurent son identité. Citons parmi bien d autres, le schème tension/détente, présent dans les premières conduites de l enfant mais qui joue aussi un rôle fondamental dans la construction de la musique tonale [ ]» 38. La formulation de nos concepts se réalise grâce au recours à des images agissant dans un espace imaginaire, un espace mental 39. Un tel recours (pour créer et percevoir la musique) répond à la nécessité que nous avons de relier les données spatio-temporelles de la musique à notre espace intérieur conceptuel : «C est comme si notre espace conceptuel était construit sur un modèle antérieur d espace physique, et les forces avaient la tendance à opérer de la même manière dans les deux types d espace. Pour comprendre des concepts abstraits, nous devons les concevoir métaphoriquement par quelque chose de plus concret» 40. La mémoire à long terme (pleinement sollicitée pendant l écoute d une œuvre musicale) utilise principalement des repères spatiaux pour s organiser : la métaphore résulte d un pont reliant l abstrait au concret 41. En 36 SNYDER, Bob, op. cit., p Ibid., p MOLINO, Jean, «Expérience et connaissance de la musique à l âge des neurosciences», in : Le temps et la forme Pour une épistémologie de la connaissance musicale, études publiées par Etienne Darbellay, «Recherches et rencontres», vol. 10, publications de la Faculté des lettres de Genève, traductions et révisions de Christine Jeanneret, Droz, Genève, 1998, p [p ]. 39 «Toutes ces images-schémas requièrent une sorte d espace imaginaire, pour donner un sens, mais elles n ont pas besoin de consister en des images concrètes spécifiques». SNYDER, Bob, op. cit., p Nous soulignons. 40 Ibid., p Dans une œuvre musicale, ce passage métaphorique serait nécessaire afin d établir une analyse formelle et texturale d une pièce qui nous permettrait de relier le temps à l espace 10

Progression en éducation musicale au cycle 3

Progression en éducation musicale au cycle 3 Progression en éducation musicale au cycle 3 BO n 3 du 19 juin 2008 : «à la fin du cycle 3, l'élève est capable de: Interpréter de mémoire une chanson ; participer avec exactitude à un jeu rythmique ;

Plus en détail

Multiplicité Homme-Machine

Multiplicité Homme-Machine Multiplicité Homme-Machine Composer avec l ordinateur Septième saison du Séminaire MaMuX-IRCAM, Première séance, 6 octobre 2007: Mathématiques/Musique et Composition Assistée par Ordinateur Arturo Fuentes

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 STAGE La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 Les évolutions en arts plastiques - Académie de Nice année 2012/2013 La place du dessin dans le cours d'arts plastiques Les évolutions

Plus en détail

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT

Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel MÉMOIRE(S) Mémoire à Court Terme MCT Ensemble d informations codées au sein d un système de manière à permettre leur conservation et leur rappel Capacité à se rappeler ou à reconnaître une expérience antérieure MÉMOIRE(S) Mémoire (Sensorielle)

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Programme de l école maternelle

Programme de l école maternelle Programme de l école maternelle Document d aide pour la mise en œuvre DSDEN 91 - Mission Ecole maternelle Attendus par domaine et sous-domaine d apprentissage DSDEN 91- Mission Ecole maternelle- Page 1

Plus en détail

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Le Jeu Vocal Guy Reibel Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Une pratique inédite pour développer l esprit d équipe Contact : Mr Michel

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives?

Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Quelles sont les caractéristiques de la perception tactile manuelle chez les jeunes enfants et leurs conséquences cognitives? Par Edouard GENTAZ Professeur de Psychologie, Université de Genève Habituellement,

Plus en détail

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE?

Le problème C est le problème. Sommaire. Des problèmes Quels problèmes? 24/01/11 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? Le problème C est le problème 2 RÉSOUDRE UN PROBLÈME DE PHYSIQUE UN VRAI CASSE- TÊTE? «Ne me dite pas que ce problème est difficile. S il n était pas difficile, ce ne serait pas un problème!» Ferdinand

Plus en détail

UNE MUSIQUE UNE COMPOSITION PLASTIQUE

UNE MUSIQUE UNE COMPOSITION PLASTIQUE UNE MUSIQUE UNE COMPOSITION PLASTIQUE L idée est de transposer des éléments sonores en éléments plastiques, et par extension de transposer une musique, en une peinture Cycles 2 et 3 Intention pédagogique

Plus en détail

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Pierre Mounoud Mars 2008 Problématique Ce projet a débuté en l an 2000. Les recherches réalisées portent sur l étude des principaux

Plus en détail

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005 Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du temps pur Défense orale du mémoire de fin d études Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération

Association Université Européenne Assomptionniste. Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Association Université Européenne Assomptionniste Polymorphisme des déficits cognitifs après lésion cérébrale De l analyse clinique à la récupération Jeudi 27 mars 2008 Gilles Rode Université de Lyon,

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique

Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Design graphique Mejdi BLAGHGI m.blaghgi@gmail.com Introduction

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Techniques Artistiques

Techniques Artistiques Enseignement technique Section de qualification 2 ème degré Techniques Artistiques Institut Saint-Joseph (Ecole Technique) Deuxième degré de qualification Techniques artistiques Grille Horaire A. FORMATION

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Etude de l image dans l enseignement scientifique

Etude de l image dans l enseignement scientifique Scénario 4 : Etude de l image dans l enseignement scientifique 1/6 Etude de l image dans l enseignement scientifique Module n : 4 Auteurs: Jean-Pierre Blanc et Pierre Moser Date: 13 décembre 2001 Version:

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

Mener un projet musical aux CP CE1

Mener un projet musical aux CP CE1 Mener un projet musical aux CP CE1 Trois questions à se poser : 1. Quels apprentissages viser? 2. Quelles situations mettre en place pour cibler ces apprentissages? 3. [Quelle aide spécifique demander

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation Biographie Formation de base en sciences appliquées, biologie médicale et moléculaire, diplôme d ingénieure chimiste Expérience

Plus en détail

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique»

II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» II. 2 Jacques Bertin et la «graphique» (1) Les deux premiers paragraphes sont largement inspirés par la page internet de B. Planque wwwusers.imaginet. fr/~bplanque/ II.2.1 Introduction (1) Docteur ès-lettres,

Plus en détail

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude. Rainer Maria Rilke

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude. Rainer Maria Rilke HOME solo Une production de la compagnie Louise Vanneste et de Caravan Production Chorégraphie et danse : Louise Vanneste / Installation: Arnaud Gerniers / Eclairage : Arnaud Gerniers et Benjamin Van Thiel

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1

Patrick Binisti UPEC-IUFM de Créteil Formation ASH Laboratoire Modyco sciences du langage 1 sciences du langage 1 Comment l enfant acquiert la parole? sciences du langage 2 Partie I 1. Comment l enfant acquiert la parole? Partie II 2. A quel moment du processus d acquisition de la parole intervient

Plus en détail

Livret d'observations

Livret d'observations Livret d'observations Fin du cycle I - apprentissages premiers Nom : Prénom : Date de naissance : Entré(e) au Jardin d'enfants le : 21 rue Vauban- 67000 Strasbourg- tel/fax : 03.88.61.75.25 1 / 15 Présentation

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 Sommaire Avant-propos... 11 PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement CHAPITRE 1 Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 I. Les différents champs disciplinaires de la

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Intervenant Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde Mémoire Y. Morel http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde 1 A propos de l intelligence... 2 Quizz : Connaissez-vous votre mémoire? 3 Objectifs Exercice 1 - Dessin d enfant Exercice 2 - Liste de symboles Exercice

Plus en détail

Informatique et création littéraire

Informatique et création littéraire Informatique et création littéraire Jacopo BABONI-SCHILLINGI Jean-Pierre BALPE Littérature est synonyme de subjectivité, de génie. Qualités considérées comme la quintessence de l humain, à l opposé de

Plus en détail

Sommaire. - Programmes 2008 et document d accompagnement. - Dessin, graphisme écriture et développement de l enfant

Sommaire. - Programmes 2008 et document d accompagnement. - Dessin, graphisme écriture et développement de l enfant Graphisme Ecriture - Bibliographie et sources Sommaire - Programmes 2008 et document d accompagnement - Dessin, graphisme écriture et développement de l enfant - Le graphisme : stades chez le jeune enfant,

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

Nouvelle Lumière sur La Sagesse ancienne Le quatrième Chemin.

Nouvelle Lumière sur La Sagesse ancienne Le quatrième Chemin. Nouvelle Lumière sur La Sagesse ancienne Le quatrième Chemin. Le caractéristique le plus flagrante du cycle prochain sera une émanation de la psychologie. Vu de l avis du psychologue moderne un nouveau

Plus en détail

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ

SÉQUENCE D APPRENTISSAGE OU ACTIVITÉ FICHE PÉDAGOGIQUE CYCLE 3 N 143 Mai-Juin 2012 RUBRIQUE - Les genres musicaux DOMAINES D ACTIVITÉS - Éducation musicale et histoire des arts OBJECTIFS ET COMPÉTENCES Objectifs : En privilégiant le recours

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques

Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques Modélisation des dynamiques spatiales et cartographies animée, interactive et dynamiques Point de vue géographique UMR 7300 Espace Université d Avignon GDR MoDys École Thématique Modys : Modélisation et

Plus en détail

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1

Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012. «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» Introduction. p.1 Compte rendu de l animation pédagogique du 18 janvier 2012 «Mémoire et apprentissages aux cycles 2 et 3» (Intervention de M. Jean- Marc LOUIS, IEN ASH) Une bibliographie "Mémoire et apprentissages" a été

Plus en détail

plasticien revalorisateur Electronic music producer

plasticien revalorisateur Electronic music producer plasticien revalorisateur Electronic music producer EgzoArtiste Ensuite, grâce à un QR code placé a l intérieur de chaque «box», un «beat» unique (musique instrumentale) est téléchargeable via l application

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Sommaire. 1. Introduction...2. 2. Sommaire et structure du cours...2. 3. Travailler dans les leçons...3

Sommaire. 1. Introduction...2. 2. Sommaire et structure du cours...2. 3. Travailler dans les leçons...3 Sommaire 1. Introduction...2 2. Sommaire et structure du cours...2 3. Travailler dans les leçons...3 4. Travailler dans les exercices et consulter les rapports d activité...5 5. Narrations et Animations...8

Plus en détail

Ecole Maternelle. Livret d évaluation. Prénom :.. Date de naissance :

Ecole Maternelle. Livret d évaluation. Prénom :.. Date de naissance : Ecole Maternelle Livret d évaluation Nom :. Prénom :.. Date de naissance : Toute Petite section Petite section Moyenne section Grande section Année :. /. Année :. /. Année :. /. Année :. /. Barème retenu

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE SOMMAIRE Le propos page 2 Situation Contextes Intention La démarche du point de vue de l enseignant..page 4 -le cadre de la démarche..p.5

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Le cahier de vie. Fonctions et apprentissages. Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008

Le cahier de vie. Fonctions et apprentissages. Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008 Le cahier de vie Fonctions et apprentissages Animation pédagogique, La Crèche, le 10 décembre 2008 Plan de l animation I Les origines du cahier de vie II Les fonctions III Les apprentissages IV Le cahier

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch)

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch) REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur et de la mobilité Service de la mensuration officielle 02.2012 Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois

Plus en détail

Arts CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Par où commencer? MANAGEMENT. Très rapidement, nous nous

Par où commencer? MANAGEMENT. Très rapidement, nous nous MANAGEMENT CARTOGRAPHIE DES PROCESSUS Par où commencer? La version 2000 de la norme qualité ISO 9001 a obligé les quelque 500 000 entreprises certifiées dans le monde à mettre en place une démarche de

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Réalité Virtuelle et applications. Julien CASTET

Réalité Virtuelle et applications. Julien CASTET Réalité Virtuelle et applications Julien CASTET 2 Un nouveau paradigme esthétique : le processus i Si on admet que l oeuvre d art se justifie par sa fonction de «témoin d une époque», la création artistique

Plus en détail

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS

LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS LES REPRÉSENTATIONS SPATIALES DES ENFANTS Recherche comparative (France et Pologne) par Katarzyna Bogacz Institut de recherches géographiques Campus Porte des Alpes 5 avenue Pierre Mendès-France, bâtiment

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

Table des matières. Aller à la page suivante

Table des matières. Aller à la page suivante CHAPITRE 1. INTRODUCTION Chapitre 1 Introduction 1.1 Un peu d informatique? 1.1.1 Dans un ordinateur, on peut recenser grossièrement trois types de mémoires : la mémoire morte, la mémoire vive et la mémoire

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

COURSE D ORIENTATION Construction de savoirs du cycle 1 vers le cycle 3

COURSE D ORIENTATION Construction de savoirs du cycle 1 vers le cycle 3 COURSE D ORIENTATION Construction de savoirs du cycle 1 vers le cycle 3 1. La course d orientation A la manière de SOMMAIRE 2. Spécificité et traitement didactique de l activité 2.1.Définition Essence---

Plus en détail

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition

Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Analyse des pratiques de quatre enseignants spécialisés en arts plastiques en ce qui a trait au rôle de l élève dans le travail de l exposition Laurence Sylvestre, Ph.D. 1 Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Les déficiences auditives

Les déficiences auditives Les déficiences auditives Le système auditif est un système très perfectionné qui permet à l individu à la fois d être en alerte constante au niveau de son environnement, de recevoir et de traiter les

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Progression en éducation musicale au cycle 1

Progression en éducation musicale au cycle 1 Progression en éducation musicale au cycle 1 BO n 3 du 19 juin 2008 : «à la fin de l'école maternelle, l'enfant est capable de: Avoir mémorisé et savoir interpréter des chants, des comptines... Ecouter

Plus en détail

éduscol Partie III - L écrit - Texte de cadrage Ressources maternelle Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Retrouvez eduscol sur :

éduscol Partie III - L écrit - Texte de cadrage Ressources maternelle Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Retrouvez eduscol sur : éduscol Ressources maternelle Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions Retrouvez eduscol sur : Septembre 2015 Table des matières Introduction 4 1. Se familiariser avec l écrit et ses fonctions

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus

Expression et communication en langue anglaise. Objectifs. Contenus Expression et communication en langue anglaise Objectifs L'étude des langues vivantes étrangères contribue à la formation intellectuelle et à l'enrichissement culturel de l'individu. Pour l'étudiant de

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

L Approche CPA 6 - Communication

L Approche CPA 6 - Communication L Approche CPA 6 - Communication La présente fiche d information porte sur la communication, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le dernier volet de l Approche CPA. Pour avoir un aperçu

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

des progressions des apprentissages à l école maternelle

des progressions des apprentissages à l école maternelle Tableaux des progressions des apprentissages à l école maternelle À l école maternelle, les écarts d âges entre les enfants, donc de développement et de maturité, ont une importance très forte ; le fait

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

FICHE N 9 C réer un carnet de voyage en latin (4 e )

FICHE N 9 C réer un carnet de voyage en latin (4 e ) FICHE N 9 C réer un carnet de voyage en latin (4 e ) Delphine Barbirati, académie de Grenoble Niveaux et thèmes de programme 4 e LATIN ; partie du programme «la construction de l identité : la découverte

Plus en détail

Progression des apprentissages Arts plastiques

Progression des apprentissages Arts plastiques 1 Progression des apprentissages Arts plastiques 24 août 2009 2 Table des matières Présentation 3 Connaissances 4 Utilisation des connaissances 7 Compétence 1 Réaliser des créations plastiques personnelles

Plus en détail

Progression des apprentissages Arts plastiques

Progression des apprentissages Arts plastiques 1 Progression des apprentissages Arts plastiques 24 août 2009 2 Table des matières Présentation 3 Connaissances 4 Utilisation des connaissances 7 Compétence 1 Réaliser des créations plastiques personnelles

Plus en détail

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.

Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg. Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/ 1 Projet départemental «EAU» le Site http://cpd67.site2.ac-strasbourg.fr/

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

1 «[C]omment (c est-à-dire par quel procédé neurophysiologique ou mental) des organismes

1 «[C]omment (c est-à-dire par quel procédé neurophysiologique ou mental) des organismes McAdams, Stephen. «La reconnaissance de sources et d événements sonores», dans E. Bigand et S. McAdams (direction), Penser les sons. Paris : Presses universitaires de France (1994), p. 157-213. Les sciences

Plus en détail

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle/print.php?dossier=seminaires&file=04devarieux.xml Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 Anne Devarieux Université de Caen Basse-Normandie

Plus en détail

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Statistiques Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour des systèmes

Plus en détail

Changer de regard sur le handicap

Changer de regard sur le handicap Changer de regard sur le handicap Mots clés : représentations, partage, rencontre Afin de promouvoir les actions réalisées «en et hors les murs» par les institutions médico-sociales prenant en charge des

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes «L éclair par exemple se distingue du ciel noir, mais doit le traîner avec lui, comme s il se distinguait de ce qui ne se distingue pas.» Gilles Deleuze, Différence et répétition Introduction Individus

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DE LA FLÛTE À BEC

PLAN D ÉTUDES DE LA FLÛTE À BEC PLAN D ÉTUDES DE LA FLÛTE À BEC INTRODUCTION Dans la famille des bois, la flûte à bec est un instrument à vent dont le principe d émission du son remonte à la préhistoire. Son embouchure est un bec percé

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail