Musique et métaphores spatiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Musique et métaphores spatiales"

Transcription

1 Musique et métaphores spatiales Grazia Giacco L Enveloppe, mars 2011 «( ) je ne suis pas dans l espace et dans le temps, je ne pense pas l espace et le temps ; je suis à l espace et au temps, mon corps s applique à eux et les embrasse» 1. Grâce à toutes nos facultés cognitives et émotionnelles, chacun construit son propre sens du fait musical perçu. Tous compositeurs, auditeurs, interprètes, musicologues, pédagogues, mélomanes ont leur manière qui leur est propre pour parler de musique. Le discours, autour d une œuvre musicale ou autour d une problématique inhérente à la musique, peut être descriptif, analytique, contextuel, poétique, esthétique. Il est et doit rester multiple et ouvert. Or, après une écoute ou lorsque nous analysons une partition, le mot semble vouloir combler un vide, expliquer, montrer. Et pourtant, ce mot tait à voix haute ce qu est l inaudible et l indicible de la musique. Ces mots, ne seraient-ils pas comparables à des gestes, métaphores de mouvements, de déploiements de la forme musicale, agissant dans et pour notre mémoire (d auditeurs)? Si le mot car c est bien de lui dont il est question nous permet d exprimer ce que la musique est ou pourrait être, il est dans sa nature liminaire. Reste à savoir s il est plutôt du côté de la fertilité ou de l autre versant 2, c est-à-dire si et comment le mot peut frôler, lui aussi, la fertilité de la création. Lorsque nous parlons d une œuvre musicale, les mots représentent une manière d exprimer ce que les sons ont imprimé dans notre mémoire comme geste sonore, c est-à-dire comme représentation verbale 3 du déploiement de la forme musicale 4. 1 MERLEAU-PONTY, Maurice, Phénoménologie de la perception, Gallimard, 1945, p Nous faisons référence ici à l ouvrage de Pierre Boulez, Le Pays fertile (texte préparé et présenté par Paule Thévenin, Paris, Gallimard, 1989), qui à son tour s inspire au titre du tableau de Paul Klee (Monument en pays fertile, 1929). 3 Relative à la représentation qui se fait dans notre mémoire sous forme de mots. D autres représentations mentales existent, comme les représentations sensorielles visuelles et auditives, par exemple et motrices. WESTERN, Drew, Psychologie : pensée, cerveau et culture, traduction de la 2 e édition américaine par Catherine Garitte et Lucile Jouanjean, Paris, Bruxelles, De Boeck Université, 2000 [Psychology. Mind, Brain and Culture, John Wiley & Sons, 1996, 1999]. 4 Déjà dans l Antiquité, l esprit humain avait recours à des architectures mentales pour aider sa mémoire : dans la culture occidentale, en témoignent les méthodes 1

2 De par sa nature, le son engendre sa propre absence. Pensons alors à tous ces graphiques ou diagrammes utilisés par certains compositeurs pour créer, projeter ou analyser une œuvre musicale : ils témoignent de cette relation que la musique entretient avec le spatial, constituant peut-être une cartographie illusoire, tout en fixant le processus d une œuvre dans un schéma spatio-temporel. Réfléchissons alors sur le problème de la métaphore spatiale en musique, sur le moyen de trouver ce qui permet de parler, saisir, organiser ce matériau musical dans le temps, mais aussi tout simplement d organiser le temps lui-même : pouvons-nous parler de la musique, concevoir le temps musical (mais aussi le temps tout court), sans avoir recours à des figures ou à des métaphores spatiales? Comment et pourquoi les métaphores spatiales jouent-elles un rôle essentiel dans l espace mental du compositeur ou dans la mémoire de l auditeur? Il ne s agit pas de contraindre l autonomie de la musique au pouvoir du visuel ou des arts plastiques, contrainte sur laquelle Michel Serres s est épanché dans L interférence 5. L utilisation de métaphores spatiales permet de pouvoir parler de la musique par des analogies avec la dimension spatiale, mais aussi avec la dimension corporelle le toucher, le geste, la peau 6 qui lui est mnémotechniques utilisées chez les Grecs et les Romains, appelées loci (lieux), à l origine de l art de mémoire (Ars memoriæ), dont l inventeur serait le poète grec Simonide de Céos ( av. J.-C.). Les premières traces écrites se trouvent dans le traité la Rhetorica ad Herennium (Rhétorique à Herennius, environ 85 a. J.-C., longtemps attribué à Cicéron). Aujourd hui, on connaît le rôle central de l hippocampe à la fois pour le traitement des informations relatives à la localisation dans l espace chez beaucoup de mammifères, et «son rôle important dans l établissement des mémoires à long-terme des êtres humains» (SNYDER, Bob, Music and Memory An Introduction, Cambridge, Massachusetts, The MIT Press, Massachusetts Institute of Technology, 2000, p. 110). Ajoutons quelques références pour le rôle de l hippocampe : SCOVILLE, W. B. et MILNER, B., «Loss of recent memory after bilateral hippocampal lesions», Journal Neurol. Neurosurg. Psychiatry, 20, 1957, p YATES, Frances, The Art of Memory, University of Chicago, O KEEFE, John et NADEL, Lynn, The Hippocampus as a Cognitive Map, Oxford University Press, «La musique a rarement découvert son lieu naturel. Ravie par des attractions culturelles étrangères, elle a caché, sauf éclats et occultations soudains, son essence et sa source. Son histoire semble l odyssée d une errance, l aventure de ses absences. Elle a traduit la parole, son articulation, son phrasé, ses vocalises, du cri aux jeux entrelacés du dialogue : voix et consonnes. Elle a traduit l ordre et les ordres de l architecture, en saturant l espace de proportions et de rapports : il est entendu, au passage, que la musique concerne le corps entier, donc les espaces, qu elle n a rapport au temps que marginalement notre culture a fini par rendre difficile cette immédiate donnée. Comme par synthèse, elle a épousé le théâtre, et pas seulement au cirque ou à l opéra. On a cru qu elle se libérait le jour où elle est devenue l otage de la peinture. Hors du concours des arts comme langue primitive, esclave et prisonnière de chacun et de tous, elle manquait de se découvrir elle-même, de parler d elle enfin, de faire entendre sa voix nue, à partir de son ubiquité autochtone». (SERRES, Michel, Hermès II L interférence, éditions de Minuit, 1972, p. 181). 6 Les travaux de Didier Anzieu sur le concept de «Moi-peau» se fondent sur cette union indissociable entre espace psychique et enveloppes sensorielles : «Depuis la Renaissance, la pensée occidentale est obnubilée par un thème épistémologique : connaître, c est briser 2

3 corrélée. De nombreux travaux ont abordé la question du rapport entre images mentales et schémas corporels 7, et bien qu une multiplicité de données d ordre historique et culturel devraient être prises en compte 8, ainsi que la variété infinie des contextes dans lesquels il est possible de parler de musique, de la pratiquer, de l écrire, de l écouter et même de la percevoir sans forcément passer par le langage, il reste tout de même possible d essayer de comprendre le lien entre ce type de langage métaphorique et les aspects du vécu corporel et sensoriel. Il ne sera pas question ici de retracer l histoire de l évolution du concept d espace sonore et de spatialisation, bien qu une étude sur les nouvelles exigences formelles, sur la problématique de la notation, sur la conception du timbre et sur les temporalités multiples au sein de la réflexion esthétique musicale au XX e siècle, nourrisse déjà depuis quelques années notre recherche 9. l écorce pour atteindre le noyau. [ ] La neurophysiologie a, dès le XIX e siècle, marqué un coup d arrêt, qui n a pas été tout de suite remarqué. Le cerveau est en effet la partie supérieure et antérieure de l encéphale. A son tour, le cortex mot latin qui veut dire écorce, passé en 1907 dans le langage de l anatomie désigne la couche externe de substance grise qui coiffe la substance blanche. Nous voici en présence d un paradoxe : le centre est situé à la périphérie. [ ] et si la pensée était autant une affaire de peau que de cerveau? Et si le Moi, défini alors comme Moi-peau, avait une structure d enveloppe?». (ANZIEU, Didier, Le Moi-Peau [Bordas, 1985] 1, Dunod, 1995, p. 31). Enfin, notons que dans l embryogenèse, la peau et le système nerveux central, ainsi que les organes sensoriels, ont la même origine commune : l ectoblaste (ou ectoderme). 7 Donnons en exemple le titre de deux ouvrages de références qui traitent du corps comme base physique de la sémantique cognitive : LAKOFF, George JOHNSON, Mark, Les métaphores dans la vie quotidienne, coll. Propositions, Paris, Ed. de Minuit, 1985, trad. de M. de Fornel et J.-J. Lecercle (Metaphors We Live By, Chicago, The University of Chicago Press, 1980). JOHNSON, Mark, The Body in the Mind. The Bodily Basis of Meaning, Imagination, and Reason, Chicago, University of Chicago Press, Concernant la définition de «schéma corporel», citons ici celle formulée par Claude Bonnet : «La notion de schéma corporel est celle d une représentation généralement implicite des principales caractéristiques de notre corps en liaison tant avec ses sensibilités qu avec sa motricité. C est donc un ensemble structuré de connaissances qui sert de base à nos postures, à nos actions». BONNET, Claude, «La Perception», in Psychologie cognitive, collection Grand Amphi Psychologie, dirigée par G. Amy et M. Piolat, ouvrage coordonné par Jean-Luc Roulin, Bréal, 2006, p Au sujet du corps et de sa «spatialité propre», nous renvoyons bien évidemment à la lecture de Maurice MERLEAU-PONTY, Phénoménologie de la perception, Gallimard, PELINSKI, Ramón, «Embodiment and Musical Experience», Revista Transcultural de Música, Transcultural Music Review, 9 (2005) ISSN : (site vérifié le 4 mars 2011). 9 Dans notre thèse, Critères d organisation de type spatial dans la musique contemporaine depuis 1950 en Europe (dir. Pierre Michel, Strasbourg II, 2006), nous avions tout particulièrement analysé différents types de surfaces et de masses et leur articulation formelle (accumulation, raréfaction, superposition, juxtaposition ) dans un certain nombre de pièces de la deuxième moitié du XX e siècle. Cet article est une réélaboration d un extrait du quatrième chapitre de cette thèse. 3

4 Métaphores spatiales Le terme métaphore (du grec metaphorá 10 ) indique par extension la transposition de la signification d une chose à une autre, sur la base d une analogie. Depuis quelques décennies, la métaphore est devenue un objet d étude dans les sciences cognitives, apportant un regard singulier sur le fonctionnement de notre pensée. Aujourd hui, la métaphore n est plus seulement comprise en tant que phénomène de langage figure de rhétorique utilisée depuis l Antiquité mais reconnue pour occuper une place fondamentale dans la construction de notre manière de penser 11. Dans le domaine des sciences cognitives, George Lakoff et Mark Johnson (1980) ont affirmé que certaines métaphores de base, comme le couple haut et bas associé au sentiment de bonheur ou de tristesse, ou comme certains processus d anthropomorphisme, sont des éléments profondément ancrés dans le fonctionnement de notre système conceptuel 12. Lawrence M. Zbikowski souligne bien ce rôle fondamental de la métaphore : «[ ] un bon nombre de travaux empiriques menés récemment par des cognitivistes soutient cette affirmation. Cette recherche suggère que la métaphore n est pas simplement une utilisation anormale du langage ou un signe indiquant la manière que nous avons de concevoir les objets intentionnels, mais elle est, de fait, centrale dans la compréhension humaine dans son ensemble» Dérivation de metaphérein, «transférer», metá, au-delà, et phérein, amener, porter. En latin, metaphora, «transposition». 11 «( ) il convient de souligner la puissance génératrice des métaphores. En fait, il s agit de l un des ressorts principaux de la cognition humaine : quand nous cherchons à mieux comprendre un objet inconnu, nous employons un modèle métaphorique pour l éclairer. Cela vaut très généralement, dans la vie quotidienne ; cela vaut aussi, tout autant, pour les objets de la science». [STEWART, John, «La conscience en tant que métaphore spatiale : la théorie de Jaynes», in Intellectica, n 32 (Conscience et spatialité), 2001/1, p. 91]. Selon la théorie de Jaynes, «la conscience réflexive est constituée d un processus métaphorique enraciné dans la perception visuelle des relations spatiales» (Ibid., p. 87). (site vérifié le 4 mars 2011). 12 LAKOFF, George JOHNSON, Mark, Les métaphores dans la vie quotidienne, coll. Propositions, Paris, Ed. de Minuit, 1985, trad. de M. de Fornel et J.-J. Lecercle (Metaphors We Live By, Chicago, The University of Chicago Press, 1980). 13 ZBIKOWSKI, Lawrence M., «Metaphor and Music Theory : Reflections from Cognitive Science», in The Online Journal of the Society for Music Theory, vol. 4/1, Ce texte offre une excellente introduction à la théorie contemporaine de la métaphore en relation avec la musique. (site vérifié le 4 mars 2011). 4

5 Le philosophe Roger Scruton affirme en ce sens que la métaphore est indissociable de la musique, l idée étant qu il existe une différence fondamentale entre le son, lequel peut être analysé scientifiquement, et la musique, laquelle, en tant que produit créatif intentionnel, doit être appréhendée par des métaphores : «[ ] dans notre compréhension de base de la musique se trouve un système complexe de métaphores, qui constitue la vraie description d un fait non matériel. La métaphore ne peut pas être exclue de la description de la musique, car elle est indispensable aux objets intentionnels de l expérience musicale. Enlevez cette métaphore et vous enlèverez l expérience de la musique» 14. Zbikowski reprend l idée centrale de la pensée de Scruton, et il précise : «La preuve de cette distinction est fournie par la nature métaphorique de nos caractérisations de la musique : bien que nous parlons d espace musical (et localisons les sons à l intérieur), cet espace ne correspond pas, d une manière rationnelle, à l espace physique ; bien que nous parlons de mouvement musical, le mouvement est au mieux apparent, et non pas réel. Les concepts d espace et de mouvement sont étendus à la musique à travers des transferts métaphoriques comme une manière d expliquer certains aspects de notre expérience de la musique. Ces métaphores ne s ajoutent pas à la compréhension musicale, mais elles sont, de fait, fondamentales pour elle» 15. Ainsi, la métaphore est définie comme une opération conceptuelle, c est-à-dire comme étant présente dans nos représentations mentales et non seulement dans les mots. Zbikowski nous rappelle que Lakoff et Johnson «suggèrent que la métaphore est une structure basique de notre pensée par laquelle nous conceptualisons un domaine dans les termes d un autre» 16. Finalement, l intérêt de cette vision cognitiviste réside dans le fait de reconnaître dans la perception que nous avons de notre corps et de ses orientations possibles dans l espace, la capacité de formuler des structures de pensée générales et abstraites (images-schémas) qui sont en relation profonde avec notre propre nature corporelle. Donc, non seulement la métaphore constitue notre manière de penser et de percevoir mais, dans le cas des métaphores spatiales, celles-ci sont caractérisées par des références à des principes kinesthésiques : 14 SCRUTON, Roger, «Understanding Music», The Aesthetic Understanding, Essays in the Philosophy of Art and Culture, South Bend, Indiana, St. Augustine s Press, (1983) 1998, p ZBIKOWSKI, L. M., op. cit. 16 Ibid. 5

6 «Les métaphores spatiales ne sont pas seulement caractéristiques, elles sont même fondatrices de la conscience réflexive. Ceci est si vrai que les entités dans le monde physique de tous les jours qui ne possèdent pas de qualités spatiales propres s en trouvent dotées dans la conscience. Il s agit même d une condition sine qua non pour qu une entité puisse être objet de conscience. L exemple majeur en est le temps. [ ] On ne peut absolument pas penser consciemment le temps autrement qu en le spatialisant. [ ] Mais évidemment, il n y a ni «droite» ni «gauche» dans le temps, il y a seulement avant et après» 17. Dans la perception des relations spatiales, la modalité visuelle prédomine : les qualités propres à la vision sont profondément liées à la «structure des contingences sensori-motrices mises en œuvre dans l activité de voir» 18, et les modalités sensori-motrices «surviennent au cours de l activité consistant à organiser et guider des mouvements dans l espace. Dans ce sens, voir n est ni plus ni moins que le mode de perception qui intervient dans l activité de se mouvoir spatialement. Dès lors, la prédominance ( ) des métaphores visuelles est tout naturellement solidaire de celle des métaphores spatiales» 19. Si le temps peut être exprimé par une représentation spatiale, nous croyons que ce temps dans lequel le processus sonore prend vie et le mouvement même du processus peuvent être représentés, imaginés et conçus à l aide d images spatiales qui en traduisent le geste, qui déterminent l espace formel 20 de la pièce, par des critères d organisation du matériau sonore qui ont de fortes analogies avec le spatial (accumulation, raréfaction, superposition, etc.). Sous cet angle de vue, quel serait le rapport entre ces critères d organisation et l approche qui définit la métaphore comme une mise en relation (mapping) entre le corporel et le conceptuel, entre le corporel et l abstrait? Deux points doivent être soulignés : le premier, c est l existence d une base conceptuelle métaphorique possible dans la structuration de notre pensée. Si nous pouvons penser par métaphores, rien ne nous empêche d envisager cette possibilité de soutenir notre perception et notre mémorisation du processus sonore par des métaphores visuelles et tactiles 21, 17 STEWART, John, op. cit., p Ibid., p Ibid. 20 GIACCO, Grazia, «Interaction entre timbre et espace formel dans la musique contemporaine», numéro spécial des Cahiers de la Société Québécoise de Recherche en Musique, volume 9, n 1-2 : «Le timbre musical : composition, interpretation, perception et reception», Société Québécoise de Recherche en Musique, UQÀM, Musique, Montréal (Québec, Canada), octobre 2007 (SQRM-OICM-UQÀM), p Ou liées au langage, à la syntaxe verbale, comme discours musical, phrase, période. Ce type de métaphores ne fait pas ici l objet de notre étude, qui est plus axée sur la spatialité intrinsèque de la construction d une œuvre musicale. 6

7 de la même manière que les compositeurs opèrent par des critères similaires au moment de l acte créatif. Le deuxième point concerne cette mise en relation du concret avec l abstrait qui se joue souvent entre le domaine spatial et le domaine temporel 22. Dans son ouvrage consacré au rapport musique/mémoire, Bob Snyder appelle métaphore «cette façon d éprouver une chose (experiencing) dans les termes d une autre» 23, la définissant aussi comme «[...] une relation entre deux structures de mémoire» 24. Il explique plus précisément qu une métaphore est une relation entre deux catégories 25 ou deux schémas 26. Elle «peut impliquer des systèmes entiers de concepts ou de schémas», et Snyder précise que les études à son sujet forment «une partie complexe de la linguistique cognitive en constante évolution [ ]» Franson Manjali écrit : «[ ] la mise en relation du domaine spatial et du domaine temporel étant probablement le cas le plus courant» [«Moreover, a large majority of these conventional / conceptual metaphors consists in the systematic mapping from the concrete to the abstract domain, the mapping from the spatial to the temporal domain being probably the most common case»]. Et plus loin : «LE TEMPS C EST L ESPACE est peut-être la plus pénétrante de toutes les métaphores traditionnelles, comme en témoignent les prépositions courantes d espace et de temps, et d autres expressions spatiales pour représenter le temps, dans presque toutes les langues» [«( ) TIME IS SPACE is perhaps the most pervasive of all conventional metaphors, as attested by the common prepositions of space and time, and other spatial expressions for representing time, in almost all languages»]. MANJALI, Franson Davis, Dynamical Models in Semiotics/Semantics, «Lecture seven : Body, Space, and Metaphorical-Cultural Worlds», URL : (site vérifié le 4 mars 2011). 23 SNYDER, Bob, Music and Memory An Introduction, op. cit., p Ibid., p Nous soulignons. 25 Cette relation a été désignée sous le nom de mapping (mise en relation/cartographie), d une catégorie (ou schéma) dans une autre : «Par exemple, si on dit une mélodie est un chemin, on superpose l image-schéma du chemin au concept plus abstrait de mélodie» (Ibid., p. 108). La définition de catégorie dans l utilisation de Snyder est la suivante : «En psychologie cognitive, un groupement de caractéristiques de l expérience ou de la mémoire. Les catégories sont des assemblages de représentations perceptives ou de concepts qui semblent d une façon ou d une autre apparentés. Les catégories peuvent être perceptives ou conceptuelles. [ ] Les gammes et les intervalles sont des catégories mélodiques ; les échelles de durées, la mesure, et d autres aspects de la métrique sont des catégories rythmiques ; et les sections des œuvres musicales sont des catégories formelles. Les catégories sont des éléments de schémas». Ibid., p Définition de schéma dans l utilisation faite par Snyder : «Une série particulière d associations dans la mémoire à long terme. Les schémas sont un ensemble d attentes que nous avons par rapport à la manière dont sont les choses habituellement. [ ] Les formes musicales traditionnelles sont essentiellement des schémas pré-construits, qui nous donnent l impression de savoir où nous sommes dans une pièce [ ]». Ibid., p Précisons que pour Snyder (ibid., p. 95), la distinction entre catégories et schémas n est pas absolue : «Schémas et catégories, les deux sont des ensembles d associations de la mémoire à long terme. Les schémas sont des ensembles plus larges d associations. Les catégories sont habituellement disposées hiérarchiquement en niveaux ( )». 27 Ibid., p

8 Cette mise en relation métaphorique entre différents domaines de la pensée n aurait rien d arbitraire. En effet, elle serait «ancrée dans des structures cognitives fondamentales, généralisées par nos expériences physiques récurrentes, spécialement par l expérience de nos propres corps» 28. Une approche kinesthésique de la musique a été bien évoquée par Rolf Inge Godøy, qui a développé cette notion d élément «moteurmimétique» 29 : «[ ] Je pense que nous avons de bonnes raisons de supposer que les images des actions qui produisent les sons percuter, effleurer, souffler jouent un rôle important dans notre représentation des sons musicaux, d où mon idée ici d éléments moteurs-mimétiques dans la cognition musicale. [ ] Je voudrais appeler un élément moteur-mimétique dans la perception et cognition musicale, un élément qui signifie que mentalement nous imitons les actions produisant les sons lorsque nous écoutons attentivement la musique, ou que nous pouvons nous imaginer être en train de tracer ou de dessiner activement les contours de la musique comme elle se déploie» 30. Son approche peut se résumer par cette citation, qui rend bien compte de l interaction entre le sonore et le visuel, et ceci non seulement pour un seul son, mais pour des structures plus globales : «Le moteur-mimétique traduit le son musical en des images visuelles par une simulation des actions produisant les sons, aussi bien les sons singuliers que les phrases musicales et les textures les plus complexes, formant les programmes moteurs qui re-codent et aident à stocker le son musical dans nos pensées» 31. L emploi des figuralismes dans l histoire de la musique montre comment la transcription de gestes corporels par des contours mélodiques ou des dessins rythmiques n est pas une découverte ou une problématique actuelle. Zbikowski cite comme exemple la gamme descendante dans le 28 SNYDER, Bob, Music and Memory An Introduction, op. cit., p Cette théorie peut être résumée par l idée que les images relatives à la production des sons influencent notre perception auditive, et elle est née au départ en linguistique. 30 GODØY, Rolf Inge, «Motor-Mimetic Music Cognition», Leonardo 36, n 4 (2003), p [p ]. [«In particular, I believe that we have good reason to suspect that images of sound-producing actions such as hitting, stroking, blowing, etc., play an important role in our images of musical sound, hence my idea here of motor-mimetic elements in music cognition. [ ] I would like to call a motor-mimetic element in music perception and cognition, meaning that we mentally imitate sound-producing actions when we listen attentively to music, or that we may imagine actively tracing or drawing the contours of the music as it unfolds»]. 31 Ibid. [«Motor-mimesis translate form musical sound to visual images by a simulation of sound-producing actions, both of singular sounds and of more complex musical phrases and textures, forming motor programs that re-code and help store musical sound in our minds»]. 8

9 Credo de la messe Papæ Marcelli de Palestrina 32 sur le mot «descendit». Pensons aussi aux nombreux figuralismes présents dans les madrigaux de Marenzio ou de Gesualdo, ou dans la musique de Johann Sebastian Bach. Qu il s agisse d un point de vue kinesthésique ou d une démarche conceptuelle, la mise en relation métaphorique peut exister en musique, dans la façon que nous avons de la créer, de la percevoir et de l analyser. Le rapport visuel/sonore, donc les métaphores associées (non seulement aigu/grave, haut/bas, mais aussi : plein/vide, linéaire/non linéaire, texture, etc...), dépend d une pluralité de facteurs, dont l écriture (notation musicale) a été l une des causes les plus directes 33. Métaphores spatiales et espace mental Examinons de plus près le fonctionnement des métaphores spatiales dans notre espace mental. Revenons au concept de Snyder d image-schéma. Disons avant tout qu il ne s agit pas d une image visuelle concrète, d un objet, car l image-schéma nous sert à former les concepts : «ces structures cognitives ont été désignées sous le nom d image-schéma. [ ] Nous pouvons les concevoir comme une sorte d abstraction perceptive» 34. Pour Snyder, l image-schéma peut être définie comme un «type de schéma qui forme des attentes, basé sur des aspects fondamentaux de notre existence physique corporelle, telle que la notion de gravité, ou le mouvement» Giovanni Pierluigi da Palestrina (Palestrina, 1525 Rome, 1594) : Missa Papæ Marcelli II e Livre de Messes (1567). 33 DUCHEZ, Marie-Elisabeth, «La représentation spatio-verticale du caractère musical grave-aigu et l élaboration de la notion de hauteur de son dans la conscience musicale occidentale», Acta Musicologica, LI,1, Bâle, Barenreiter, 1979, p Au début de son étude, Marie-Elisabeth Duchez introduit avec précision la problématique en affirmant que, depuis le IX e siècle «la représentation mentale de la musique occidentale ( ) se réfère à l espace auquel elle emprunte ses concepts, ses coordonnées de description et ses graphismes : elle représente à la vue, et géométriquement, des relations appréhendées par l ouïe, et non géométriques. Le principe épistémologique de cette spatialisation, et du système de représentation qui en était le but, est la notion de hauteur du son, c est-à-dire la projection de l image spatiale bas-haut sur la perception de la relation grave-aigu» (p. 54). 34 SNYDER, Bob, op. cit., p Il précise : «La forme cognitive réelle que les imagesschémas sont supposées prendre se trouve quelque part entre les images visuelles spécifiques, concrètes, et les concepts abstraits. C est-à-dire que les images-schémas dérivent souvent de types de situations que nous pouvons imaginer visuellement, mais qui sont plus abstraites que n importe quelle image en particulier». 35 Ibid., p Il ajoute : «On croit que les images-schémas sont à la base de la cohérence de plusieurs systèmes de métaphores quotidiennes. Plutôt semblables aux mémoires implicites qu aux mémoires explicites, les images-schémas ne sont pas facilement traduisibles dans de simples énoncés verbaux, et peuvent avoir une composante physique kinesthésique. Nos mémoires les plus précoces et les plus basiques (pré-linguistiques), qui forment la base de toutes nos réflexions successives, sont considérées comme des images schématiques». 9

10 L affirmation de Snyder selon laquelle «la musique même peut être une forme de métaphore [ ]» 36, et que «nous utilisons fréquemment des métaphores spatiales et physiques pour comprendre des concepts abstraits plus complexes» 37, n est pas l expression d un simple avis subjectif : elle s insère dans ce courant des sciences cognitives qui en fait un élément constitutif de notre pensée. L existence de nombreux schémas s appuyant sur des critères kinesthésiques dans la création musicale doit nous faire réfléchir sur la multiplicité des facteurs qui relient notre manière de créer, de produire et de percevoir le sonore et qui nous permettent de penser la musique au-delà des seuls critères de temporalité : «La musique ne se fonde pas sur des notes, des échelles ou des règles de succession harmonique mais sur des schèmes qui mêlent au sonore le perceptif, le moteur, l affectif : ce sont, si l on veut et si l on me pardonne cette formulation barbare, des schèmes perceptifs/moteurs/affectifs qui associent à une figure sonore un ensemble de réactions spécifiques qui assurent son identité. Citons parmi bien d autres, le schème tension/détente, présent dans les premières conduites de l enfant mais qui joue aussi un rôle fondamental dans la construction de la musique tonale [ ]» 38. La formulation de nos concepts se réalise grâce au recours à des images agissant dans un espace imaginaire, un espace mental 39. Un tel recours (pour créer et percevoir la musique) répond à la nécessité que nous avons de relier les données spatio-temporelles de la musique à notre espace intérieur conceptuel : «C est comme si notre espace conceptuel était construit sur un modèle antérieur d espace physique, et les forces avaient la tendance à opérer de la même manière dans les deux types d espace. Pour comprendre des concepts abstraits, nous devons les concevoir métaphoriquement par quelque chose de plus concret» 40. La mémoire à long terme (pleinement sollicitée pendant l écoute d une œuvre musicale) utilise principalement des repères spatiaux pour s organiser : la métaphore résulte d un pont reliant l abstrait au concret 41. En 36 SNYDER, Bob, op. cit., p Ibid., p MOLINO, Jean, «Expérience et connaissance de la musique à l âge des neurosciences», in : Le temps et la forme Pour une épistémologie de la connaissance musicale, études publiées par Etienne Darbellay, «Recherches et rencontres», vol. 10, publications de la Faculté des lettres de Genève, traductions et révisions de Christine Jeanneret, Droz, Genève, 1998, p [p ]. 39 «Toutes ces images-schémas requièrent une sorte d espace imaginaire, pour donner un sens, mais elles n ont pas besoin de consister en des images concrètes spécifiques». SNYDER, Bob, op. cit., p Nous soulignons. 40 Ibid., p Dans une œuvre musicale, ce passage métaphorique serait nécessaire afin d établir une analyse formelle et texturale d une pièce qui nous permettrait de relier le temps à l espace 10

Multiplicité Homme-Machine

Multiplicité Homme-Machine Multiplicité Homme-Machine Composer avec l ordinateur Septième saison du Séminaire MaMuX-IRCAM, Première séance, 6 octobre 2007: Mathématiques/Musique et Composition Assistée par Ordinateur Arturo Fuentes

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle

Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Le rôle des actions et de leurs coordinations dans l organisation conceptuelle Pierre Mounoud Mars 2008 Problématique Ce projet a débuté en l an 2000. Les recherches réalisées portent sur l étude des principaux

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS

DÉFINITIONS. Motricité. Robert Rigal ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS ÉDUCATION MOTRICE DE L ENFANT DE 4 À 11 ANS Robert Rigal DÉFINITIONS Motricité Ensemble des fonctions qui assurent les mouvements autogénérés d un organisme; Étude des mouvements humains et de leurs caractéristiques

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO

PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO Avril 2012 Commissariat à l enseignement musical Téléphone : 247-86629/86618/86638/86611 2, rue Sosthène Weis Téléfax: 26 12 32 15 L-2722 Luxembourg e-mail :

Plus en détail

SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI

SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI SAVOIR ECOUTER LE CLIENT PENDANT LA CONSULTATION OU COMMENT ADAPTER SA COMMUNICATION AVEC LUI Par ALO VAN DER BEEK Docteur Vétérinaire Clinique Vétérinaire Beaulieu 15 rue des Frères Lumière F-86000 POITIERS

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

CLARA MAÏDA AXES DE RECHERCHE

CLARA MAÏDA AXES DE RECHERCHE CLARA MAÏDA AXES DE RECHERCHE Structure de l inconscient psychique Depuis quelques années, mon objectif est de tracer dans ma musique les flux de l énergie psychique continuellement à l oeuvre dans l inconscient

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGES T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline/ Spécialité : MUSICOLOGIE Présentée et soutenue le :

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

Pierre Couprie. «Analyser la musique électroacoustique avec le logiciel ianalyse» EMS08

Pierre Couprie. «Analyser la musique électroacoustique avec le logiciel ianalyse» EMS08 Pierre Couprie «Analyser la musique électroacoustique avec le logiciel ianalyse» EMS08 Electroacoacoustic Music Studies Network International Conference 3-7 juin 2008 (Paris) - INA-GRM et Université Paris-Sorbonne

Plus en détail

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT»

Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» Résumé de «The psychology of Security- DRAFT» 1. Introduction La sécurité est un sentiment et une réalité. La réalité de la sécurité est mathématique, elle est basée sur la probabilité de différents risques

Plus en détail

La recherche-création : une pensée audio-visuelle?

La recherche-création : une pensée audio-visuelle? La recherche-création : une pensée audio-visuelle? La recherche-création dans l Université du XXI e siècle Responsables : Monique Régimbald-Zeiber (UQAM) et Denise Pérusse (FRQSC) 80 e Congrès de l ACFAS,

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch)

Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois (www.sitg.ch) REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur et de la mobilité Service de la mensuration officielle 02.2012 Intégrer et gérer la temporalité dans le système d'information du territoire genevois

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Les intervenants Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

LA PNL. Programmation Neuro Linguistique

LA PNL. Programmation Neuro Linguistique LA PNL Programmation Neuro Linguistique Définition : Programmation «A partir des expériences que nous vivons depuis notre enfance (et peut être avant), nous nous créons des programmes de fonctionnement

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Maquette générale (prof) : Le racisme

Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale (prof) : Le racisme Maquette générale 1 Niveau : C2 Public : Élèves du secondaire Contexte d enseignement-apprentissage : Cours de FLE. Possibilité de travail en interdisciplinarité,

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

Les langues de A à Z!

Les langues de A à Z! Les langues de A à Z! Fabien Snauwaert, BilingueAnglais.com La conférence débutera prochainement. Veuillez patienter... Les langues de A à Z! Concepts-clefs pour acquérir une nouvelle langue Qui sommes-nous?

Plus en détail

Et si j étais Marty Mac Fly Ou comment remonter le temps avec une tablette tactile (Ipad)

Et si j étais Marty Mac Fly Ou comment remonter le temps avec une tablette tactile (Ipad) Et si j étais Marty Mac Fly Ou comment remonter le temps avec une tablette tactile (Ipad) Résumé L'idée de départ pour ce projet est de permettre à des élèves de CP/CE1 et de CM2 de prendre conscience

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique)

Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique) Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique) Ipmc Institut de pédagogie musicale et chorégraphique Avril 1993 1 Avant-propos 1. Ce texte a été rédigé tout d abord

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

COMPLEMENT COMMERCIAL J-M R. D-BTP

COMPLEMENT COMMERCIAL J-M R. D-BTP COMPLEMENT COMMERCIAL J-M R. D-BTP 2006 1 Introduction Définition La bulle Le centrage La voix Établir une relation de confiance La posture Le langage Les yeux Récapitulatif Règles 2 Introduction Ce qui

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Sommaire Introduction... 1 1. La gestion des connaissances dans l entreprise... 1 2. La démarche... 2 2.1. Capitalisation des connaissances...

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise.

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Introduction Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Recruter présente un enjeu stratégique et sociétal pour l entreprise en termes de 2 : 1. Productivité : le choix

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec

Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec VADE-MECUM Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec Rédigé par Marianne Lüthi Niethammer, 1999. Remarque préliminaire : Ce vade-mecum est un commentaire

Plus en détail

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros PRESENTS : - KISS Jocelyne et VENCESLAS Biri de l institut

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

A - «Le nombre dans l art» (L œuvre d art et sa composition)

A - «Le nombre dans l art» (L œuvre d art et sa composition) 1 A - «Le nombre dans l art» (L œuvre d art et sa composition) 1) Ma fin est mon commencement, (v.1370) de Guillaume de Machaut Cette pièce, "Ma fin est mon commencement", est devenue spécialement célèbre

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

capacité à particulièrement chez on la reconnaît chez ceux qui si on en manque

capacité à particulièrement chez on la reconnaît chez ceux qui si on en manque capacité à particulièrement chez on la reconnaît chez ceux qui si on en manque Les Intelligences Multiples selon Howard Gardner l intelligence verbale/linguistique C est la capacité à être sensible aux

Plus en détail

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments 23B Grange étable située au 18 21, rang des Lacs, Notre Dame des Monts. Patri Arch, 2011 INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST Le positionnement des bâtiments Décembre 2011 Le

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image Degré : 4P «Sous l océan» Buts Donner une intention précise à son œuvre Distinguer les couleurs chaudes des couleurs froides Appliquer les couleurs en fonction de son intention Associer un sentiment ou

Plus en détail

Philosophie et sciences cognitives : de l intérêt d une fiction pragmatiste

Philosophie et sciences cognitives : de l intérêt d une fiction pragmatiste Philosophie et sciences cognitives : de l intérêt d une fiction pragmatiste Thomas Camus (Université de Montpellier III) Les sciences cognitives constituent un ensemble de champs disciplinaires visant

Plus en détail

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada

La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada La création d un livre pour enfants Projet pour le site Web Page par page : La création d un livre pour enfants de la Bibliothèque nationale du Canada Les enfants sont exposés aux livres illustrés tôt

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

RÉSONANCES, REFLETS ET CONFLUENCES : Trois façons de concevoir les ressemblances entre le sonore et le visuel dans des œuvres du XX e siècle

RÉSONANCES, REFLETS ET CONFLUENCES : Trois façons de concevoir les ressemblances entre le sonore et le visuel dans des œuvres du XX e siècle 1 RÉSONANCES, REFLETS ET CONFLUENCES : Trois façons de concevoir les ressemblances entre le sonore et le visuel dans des œuvres du XX e siècle POSITION DE THÈSE Cette thèse a pour objectif de suggérer

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin ANNEXE - INNOVATIONS» processus, nom masculin sens 1 - Suite d'opérations ou d'événements. Synonyme : évolution sens 2 - Ensemble d'actions ayant un but précis. NOS ACCESSOIRES INTELLIGENTS DONNER VIE

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU PIANO

PLAN D ÉTUDES DU PIANO PLAN D ÉTUDES DU PIANO INTRODUCTION La formation permet aux élèves d acquérir progressivement une autonomie musicale et instrumentale liée au développement artistique de leur personnalité à travers la

Plus en détail

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Après avoir étudié les types de paiement,

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

Formation 3DS Partie 2. Fascicule 3DS. Partie 2 : Modélisation

Formation 3DS Partie 2. Fascicule 3DS. Partie 2 : Modélisation Fascicule 3DS Partie 2 : Modélisation Formation CIREVE 2007 1 Introduction sur l utilisation de formes 2D...3 1. Avant propos...4 2. Utilisation des splines (formes 2D)...4 3. Les types de sommet...5 4.

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

REFERENTIELS DE COMPETENCE

REFERENTIELS DE COMPETENCE NSIGNMNT SONDAIR ARTISTIQU A HORAIR RDUIT RFRNTILS D OMPTN DOMAIN D LA MUSIQU TABL DS MATIRS - Préface de la Ministre Françoise DUPUIS - 2 - - Le mot des fédérations - 3 - - Socles de compétence (.S.A.H.R.)

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Adolf Portmann biologiste suisse, montre bien qu il y a dans la vie plus qu un simple désir de survie. Il y a quelque

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION?

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? N 372 LAMEUL Geneviève 1 POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? Le développement croissant de l usage des technologies perturbe l école dans son organisation interne, dans son rapport à la société,

Plus en détail