Sigle UE Sigle module Intitulé module Coef. Coef UE ECTS UE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sigle UE Sigle module Intitulé module Coef. Coef UE ECTS UE"

Transcription

1 Sigle UE Sigle module Intitulé module Coef. Coef UE ECTS UE U1-S7-MAT MAT 1-S7 Matériaux 1: métaux et alliages MAT 2-S7 Matériaux 2: polymères et matériaux appliqués 5 U2-S7-MAT MC-1-S7 Matière Condensée 1 5 MQ-S7 Mécanique quantique - Spectroscopie RMN U3-S7-MAT CRIST-S7 Cristallographie 5 RDM-SIM-S7 Résistance des matériaux - Simulation numérique 5 7 7

2 Sigle-Semestre : MAT1-S7 CM : 22H, TD : 10H, TP : 14H Objectifs : L'objectif de ce module est d apporter des connaissances approfondies sur les propriétés physiques, chimiques et microstructurales des matériaux métalliques et d aborder les relations propriétés-microstructures incluant les aspects thermo- mécaniques et opératoires par l illustration d exemples industriels. Pré -requis : Notions générales de chimie minérale (classification périodique, mode de liaison et structure simples des composés contenant des éléments de transition, réactions redox), cristallographie, diagramme de phases, thermodynamique acquises au niveau Matériaux 1 ère année. CRIST1-S5 MOD-AT-MINE-S5 CRIST2-S6 THERMO-PHYSTAT-S6 CIN-ELCH-S6 Evaluation : Compte-rendu TP contrôle continu Devoir à rendre Exposé oral Contenu détaillé : La première partie de ce module comprend une description détaillée des propriétés élémentaires (électroniques, structurales, physiques) des métaux ainsi que celles des alliages usuels. Les notions essentielles de structure, diffusion à l état solide et les diagrammes de phases sont abordées au travers d exemples caractéristiques, présentant les arrangements cristallins, mécanismes de substitution, transformations de phase, défauts et déformations, ainsi que les outils et techniques nécessaires aux études. La seconde partie du cours est constituée d une introduction à la métallurgie générale. Elle aborde quatre aspects majeurs que sont la solidification, les transformations de phases, les propriétés mécaniques et les traitements thermiques. L évolution du comportement des caractéristiques mécaniques après traitements thermiques, qui permettent de définir les qualités attendues des métaux et alliages pour une utilisation, est expliquée pour deux grandes classes d alliages, les alliages ferreux et les alliages base-aluminium. Le cours et les TD sont dispensés en anglais, les TPs en français. Cours-TD (Métaux et alliages) : o PARTIE I, Chapitre I: métaux, alliages, métallographie et structure. I.1. Introduction, définitions et classifications. I.2. Structure des métaux et microstructure des alliages. I.3. Déformation I.4. Diffusion Chapitre II. Les diagrammes de phase.

3 II.1 Règles de Gibbs et description des diagrammes de phase ternaire. II.2. Solidification II.3. Description des ségrégations. o PARTIE II, Chapitre III. Alliages ferreux III.1. Propriétés du fer III.2. Les diagrammes de phase binaire Fe-C III.3.Transformations de phase et microstructures des aciers binaires. Chapitre IV. Traitements thermiques des alliages ferreux. IV.1.Recuits et traitements thermiques IV.2 Les transformations avec diffusion IV.3. Les transformations sans diffusion Chapitre V. microstructures des alliages (les alliages base Al) V.1. Notions de métallurgie physique dans l'interprétation de la microstructure V.2. Mécanismes des transformations. V.3. Alliages base Al et matériaux composites à base d Al (renfort pour automobile et aérospatial). TP : 3 séances de TP enseignées en français (14h) Les travaux pratiques portent sur la préparation et la caractérisation physico-chimique de matériaux d'intérêt technologique. L'étudiant a à sa disposition la littérature ad hoc ainsi qu'un bref descriptif des manipulations à réaliser. Cette forme originale laisse à l'étudiant beaucoup d'autonomie et sollicite son esprit critique, sa curiosité et ses capacités d'organisation. Les voies de synthèses de la chimie du solide mises en oeuvre dans cette UE sont plus particulièrement la synthèse solide-solide et le dépôt en couches sur électrode. Les matériaux préparés sont une cellule photo-électrochimique, un supraconducteur, un matériau ferrofluide et un cœur battant de mercure. Les composés sont analysés par les méthodes traditionnelles de chimie : diffraction des RX, dosage chimique. Des mesures magnétiques, de conduction et de lévitation sont réalisées. Compétences : Ce cours fournit les bases pour une bonne compréhension du comportement des métaux et alliages par une approche descriptive des phénomènes de métallurgie-physique. L étudiant(e) acquiert à l issue de ce cours un bagage utile de connaissances en sciences des matériaux, faisant le lien entre microstructure et propriétés et une vision équilibrée du comportement des matériaux métalliques. Il (elle) pourra approfondir ces compétences par la lecture d ouvrages spécialisés sur les alliages et matériaux composites à base de métaux ainsi qu aborder sereinement les problématiques industriels et technologiques associées à un stage d élève-ingénieur dans ce domaine. Bibliographie : Aide-mémoire Métallurgie, Métaux - Alliages Propriétés, Auteur : Guy MURRY, Editeur : DUNOD, Collection : L'usine nouvelle, Année : 02/2010 (2ème édition), Nombre de pages : 329, ISBN 10 : , ISBN 13 : Précis de métallurgie, Édition mise à jour, "Élaboration, structures-propriétés, normalisation", Auteur : J.BARRALIS G.MAEDER, Editeur : NATHAN / AFNOR, Collection : Précis, Année : 03/2010, Nombre de pages : 231, ISBN 10 : , ISBN 13 : "Métallurgie: du minerai au matériau", Jean Philibert, Alain Vignes, Yves Bréchet, Collection: Sciences Sup, Dunod ème édition pages, EAN13 :

4 "Métallurgie (La) - Science et ingénierie", sous la direction de André Pineau et Yves Quéré, Editeur : EDP Sciences, Collection : Académie des sciences, Date de Parution : 01/2011, ISBN : , Broché : 180 pages.

5 Sigle-Semestre : POLM-S7 Objectifs : L'objectif de ce module est de donner à l étudiant les outils nécessaires à la compréhension des propriétés des polymères et l importance des matières plastiques dans divers secteurs industriels. La première partie de ce module comprend une description détaillée des matériaux polymères. La deuxième partie traitée sous forme de TP illustre différentes applications des matériaux. Pré -requis : Notions de chimie organique acquises au niveau Matériaux 1 ère année. Concepts physiques acquis au niveau Matériaux 1 ère année. MOD-ORGA-S5 RDM-SIMU-S5 Evaluation : Comptes-rendus TP ( à chaque séance) Contrôle continu pour le cours-td Contenu détaillé : 30h (CM : 9h, TD : 5h, TP : 16h). Cours-TD : Le cours est structuré comme suit : Polymères (intérêt, Structure moléculaire, classification, statistique): thermoplastiques, élastomères, thermodurcissables. Cinétique de polymérisation : - polymérisation en chaîne (radicalaire, ionique)- polymère de condensation Les polymères de base et leur mise en œuvre (Principales familles de polymères commerciaux) : - Polymères thermoplastiques [d'addition (PE, PP, PS, PVC, PMMA, PAN) -de condensation (Polyesters, polyamides, PUR, silicones] - Polymères thermodurcissables [résines (polyesters, époxydes)]. Propriétés mécaniques en relation avec la structure: viscoélasticité, propriétés en fonction de la température, cohésion des polymères, autres facteurs influençant les propriétés (multiplicité des structures et des organisations induit une variété de propriétés) températures de transition et états physiques, cristallinité et morphologie. Vieillissement et dégradation des matériaux polymères (physique, chimique) ; Méthodes d'analyse des polymères et des matériaux à base de polymères ; Composites à matrice organique.

6 TP Polymères (16h): o Réaction de polymérisation par addition (radicalaire et cationique) du styrène. o Réaction de polymérisation par condensation, préparation d'un polyamide : le Nylon 6-6 o Recyclage d'un polymère (nylon) et dépolymérisation du PMMA o Préparation d'un composite o Caractérisation des polymères synthétisés en TP ou bien commerciaux: détermination de la masse moléculaire par viscosimétrie et CCM, études ATD, IR, RMN, tests de solubilité, essais à la flamme. TP Matériaux appliqués (14h): Les travaux pratiques portent sur la préparation et la caractérisation physico-chimique de matériaux d'intérêt technologique. L'étudiant a à sa disposition la littérature ad hoc ainsi qu'un bref descriptif des manipulations à réaliser. Cette forme originale laisse à l'étudiant beaucoup d'autonomie et sollicite son esprit critique, sa curiosité et ses capacités d'organisation. Les voies de synthèses de la chimie du solide mises en œuvre dans cette UE sont la voie solide et la cristallisation. Les matériaux préparés sont un gemme, des matériaux luminescents, thermo- et photochromes, des biomatériaux. Les composés sont analysés par les méthodes traditionnelles de chimie : diffraction des RX, analyse thermogravimétrique, dosage chimique, spectroscopie d'absorption atomique, UV-visible et IR. Compétences : Les étudiants auront une bonne connaissance des principes fondamentaux de la chimie et physico-chimie des polymères. Bibliographie : Chimie et physico-chimie des polymères par Michel Fontanille et Yves Gnanou Collection: Sciences Sup, Dunod ème édition pages - EAN13 : Des matériaux par Jean Marie Dorlot, Jean-Paul Baïlon et Jacques Masounave Editions de l'ecole Polytechnique de Montréal 2ème édition. ISBN

7 Sigle-Semestre : MatCOND1-S7 Objectifs : Ce module est une introduction à l'étude des propriétés électroniques des solides cristallins et plus particulièrement à la notion de structure de bandes qui permet d'appréhender la différence entre un isolant et un métal. Ce module comprend un cours, des TD ainsi que deux TP respectivement consacrés à l'étude des propriétés optiques d'un semi-conducteur et à l'étude de la transition paraélectrique-ferroélectrique dans le TGS. Pré -requis : Notions de physique acquises en ESIR 1, en particulier mécanique quantique et physique statistique MQ-STAT-S5 THERMo-PHYSTAT-S6 Evaluation : Contrôle continu Compte-rendu de TP Contenu détaillé : Cours-TD : 18h CM, 8h TD o Structures périodiques, notion de réseau réciproque, diffraction ; o Théorème de Bloch, dynamique des électrons de Bloch, o électrons libres ou presque libres, modèle de liaisons fortes, o distinction entre un métal et un isolant, o chaleur spécifique électronique, o conductivité, o systèmes de type Peierls. o Semi-conducteurs à l'équilibre, notion de dopage. TP : 2 x 8h TP o Absorption et propriétés optiques d'un semi-conducteur Le réglage du banc de mesure d'absorption permet aux étudiants d'aborder les points expérimentaux suivants: - Linéarité et résolution en longueur d'onde d'un monochromateur (utilisation de lampe à mercure, variation de la fente d'entrée du monochromateur), résolution-convolution avec un modèle à deux gaussiennes, profil de raie... - Linéarité et dynamique de la chaine de mesure (filtres de densité) - Choix d'une chaine de mesure source-monochromateur-photomultiplicateur adapté aux absorptions attendues.

8 La mesure de l'absorption de filtres de couleurs en fonction de la longueur d'onde permet d'illustrer la multiplication des transmissions et l'additivité des absorptions, les notions de couleurs, filtres passe-haut ou bas... Enfin, une étude de la transmission d'un semi-conducteur en fonction de la longueur d'onde à température ambiante et à la température de l'azote liquide permettent d'illustrer la notion de gap électronique d'un SC, de sa variation avec la température, de la notion de semi-conducteur à gap direct ou indirect. Une comparaison avec la forme théorique attendue du coefficient d'absorption linéique en fonction de l'énergie des photons est effectuée. o Transition de phase paraélectrique-ferroélectrique dans le TGS La constante diélectrique et la polarisation spontanée d'un cristal de TGS sont mesurées en fonction de la température par des méthodes capacitives. Les problématiques expérimentales suivantes sont abordées - Régulation de température - Utilisation d'une détection synchrone ("lock-in") - Pont de mesure et estimation des valeurs des composants pour réaliser la mesure - Hystérésis Les comportements observés sont reliés aux prédictions d'un modèle de type Landau pour la transition de phase. Compétences : Nature des fonctions d'onde électroniques dans un solide étendu et utilisation du théorème de Bloch Conditions aux limites périodiques de type Born Von Karmann Applications et limites du modèle des électrons libres Calcul d'une structure de bandes dans un modèle de liaisons fortes et tracé des courbes de dispersion dans l'espace réciproque : Applications à la structure de bandes des systèmes quasi 1D et du graphène (système 2D) Calcul d'une densité d'états à partir des énergies des électrons de Bloch Techniques expérimentales permettant de mesurer une structure de bandes (ARPES) Notion de vitesse de groupe d'un électron de Bloch et calcul de la conductivité électronique des métaux dans une approche de type Boltzmann : ordres de grandeur de la résistivité des métaux et influence de la température Différences entre les propriétés d'un métal et d'un isolant Notion d'électron et de trou pour un semi-conducteur Etats introduits par dopage dans la bande interdite d'un semi-conducteur Bibliographie : Physique de l'état solide (C. Kittel, Dunod université) Physique des solides (N. Ashcroft et N. Mermin, EDP Sciences) Atomic and Electronic structure of solids (E. Kaxiras, Cambridge university).

9 Sigle-Semestre : MQ-Spec-S7 19h CM, 9h TD, 16h TP Objectifs : L'objectif de ce module est d apporter les concepts quantiques nécessaires à la compréhension des propriétés de la matière et des interactions champs, ondes, particulematière. A partir des notions de mécanique quantique enseignées l année précédente en 1 ère année, l étudiant est progressivement initié aux principes et au formalisme de la théorie, et se trouve en situation de traiter des problèmes relevant de la physique atomique, de la physique de la matière condensée (structure électronique, magnétisme, propriétés vibrationnelles des solides, physique des semi-conducteurs). La mécanique quantique est par ailleurs un outil indispensable pour mettre en œuvre et exploiter pleinement les techniques spectroscopique. Parmi celles-ci, la Résonance Magnétique Nucléaire joue un rôle grandissant en sciences des matériaux. L objectif de ce cours d introduction est de montrer tout le potentiel de la RMN solide dans l étude des propriétés des matériaux. Nous montrerons qu il s agit aussi d un bel exemple d application des principes de la mécanique quantique. Ce module d enseignement est composé de deux parties portant sur la mécanique quantique et la spectroscopie RMN. Il comporte deux TP respectivement consacrés au traitement du signal et à la RMN. Pré -requis : Notions de physique, en particulier mécanique quantique MQ-STAT-S5 Evaluation : Contrôles continus Comptes-rendus de TP Contenu détaillé : Cours-TD (Mécanique quantique 11h CM, 5h TD) : o Introduction au spin o Théorie des perturbations stationnaires : application au calcul de la polarisabilité électronique d'un atome o Théorie des perturbations dépendantes du temps : application à la résonance magnétique nucléaire o Composition de deux moments cinétiques : couplage de deux spins ½, couplage de type spin-orbite Cours-TD (Spectroscopie RMN 8h CM, 4h TD) : Les techniques d analyses structurales sont de plus en plus nombreuses et sophistiquées. Parmi elles, la résonance magnétique nucléaire connaît un développement important,

10 notamment en sciences des matériaux : verres, céramiques, vitro-céramiques, matériaux fonctionnels. Alors que les spectromètres RMN liquides sont largement présents dans l industrie (chimique, pharmaceutique), ceux dédiés à l étude des solides évoluent également de l outil de recherche à celui de routine et sont maintenant omniprésent dans les l industrie et les laboratoires. Il est donc incontournable de bien maîtriser cette technique qui, au delà de ses nombreux domaines d application, présente l avantage d être très complémentaire des outils, plus classiques, basés sur la diffraction des rayonnements (RX, neutrons, électrons ). Bien comprendre les concepts de base de la RMN permet, de plus, de mieux appréhender d autres techniques spectroscopiques, faisant elles aussi appel aux principes de la mécanique quantique (RPE, Mössbauer, Raman ). Le plan du cours est le suivant : o 1- Description classique du phénomène de résonance magnétique. o 2- Description quantique o 3- Les interactions dans les matériaux solides o 4- Les techniques de «hautes résolutions» o 5- Un outil au service des matériaux TP ( 2 x 8h): o Traitement du signal Décomposition en série de Fourier de quelques signaux usuels (Carré, Triangle,...). Applications en physique de la transformée de Fourrier. Spectre de puissance. Etude à partir de signaux numériques. Analyse spectrale de signaux sonores. Etude de différents bruits en 1/f α, bruit brownien, bruit blanc. Analyse d images, transformé de fourrier d une image, analogie avec la diffraction. Etude de la transition ordre-désordre dans un milieu granulaire. Traitement d image, filtrage o Spectroscopie RMN Les concepts vus en cours de spectroscopie seront illustrés par une introduction à la pratique de la mesure RMN sur un spectromètre haute résolution 300 MHz. Les interactions principales (déplacement chimique, interaction quadrupolaire) et leurs manifestation dans les spectres RMN de noyaux simples (hydrogène, carbone) seront présentés. L application à des échantillons liquides et solides de molécules simples permettra d aborder l interprétation des spectres obtenus à l aide de séquences de mesure standard (pulse unique, écho, polarisation croisée, rotation à l angle magique). La manifestation d effets liés à la dynamique moléculaire dans un solide sera illustrée. Compétences : Compréhension et utilisation du formalisme de la mécanique quantique Application de la théorie des perturbations à différents problèmes relevant de la physique atomique et de la physique de la matière condensée

11 Couplage de deux moments cinétiques et ses applications dans le domaine du magnétisme à l issue de ce module, les étudiants connaissent les principes généraux de la RMN et l étendue de ses possibilités en sciences des matériaux. Par ailleurs, il s agit pour eux d un très bel exemple d application des principes de la mécanique quantique qui les aidera à s imprégner de ses concepts indispensables pour comprendre les matériaux fonctionnels. Bibliographie : Mécanique Quantique, J.L. Basdevant et J. Dalibard (Ecole polytechnique) Mécanique Quantique. Atomes et molécules. Applications technologiques, J. Hladik, M. Chrysos et P.E. Hladik (Dunod) Introduction to solid state NMR, Melinda J Duer, John Wiley & Sons, 2004 Solid state NMR in materials science. Principle and Applications, Alexander Shekhtman, 2012

12 Sigle-Semestre : CRIST-S7 40H 20h CM, 12h TD, 8h TP Objectifs : L'objectif de ce cours est de permettre aux étudiants d'aborder la détermination des structures cristallines à l aide principalement de la diffraction des rayons X par des échantillons mono- ou polycristallins. Ce module d enseignement vise à présenter les méthodes de détermination de structures cristallines à partir de la diffraction des rayons X. La théorie et les méthodes sont présentées (méthodes dans l espace réciproque et dans l espace direct ; méthodes pour la diffraction par le monocristal et les échantillons polycristallins). L exploitation concrète des données de diffraction acquises en vue de la détermination d un modèle structural et de son affinement est réalisée pour des exemples choisis parmi les matériaux solides. Pré -requis : Notions de symétrie ponctuelle et de théorie des groupes. Bonnes connaissances de cristallographie (loi de Bragg, sphère d Ewald, réseaux, groupes d espaces) et de diffraction des rayons X (loi de la diffraction) acquises en 1 ère année. Notions de mathématiques requises : transformées de Fourier, intégrales, affinements par moindres carrés. CRIST1-S5 MATHS-VIB-S5 CRIST2-S6 Evaluation : Compte-rendu TP Contrôles continus Contenu détaillé : Cours-TD : o Rappels : interaction rayonnement-matière ; sphère d Ewald ; intensité diffractée (longueur de diffusion, facteur de structure, facteur de Debye-Waller, diffusion anomale) ; loi de Friedel ; diffractomètres pour monocristaux et poudres ; o Principe de la détermination des structures cristallines. Problème de la phase ; o Méthode de Patterson ; o Les méthodes directes ; o Les méthodes dans l espace direct (Monte Carlo/recuit simulé, algorithme génétique) ; o La méthode de l inversion de charge ; o Détermination de la conformation absolue d une structure ; o Synthèses de Fourier ;

13 o Affinement du modèle structural: cas général; exploitation des données structurales: calcul des erreurs, distances inter-atomiques, angles de liaisons,.. ; o Affinement du modèle structural: cas de la diffraction par les solides polycristallins. o Diffusion totale : analyse de la structure locale par la méthode de la fonction de distribution de paires (PDF). TP : 4 séances de 2 heures o Détermination et affinement de structures cristallines à partir des données de diffraction des rayons X par un monocristal ou une poudre. Les logiciels utilisés sont libres de droit pour la communauté académique. Compétences : A l issue de cette unité d enseignement l élève ingénieur connaîtra les différentes méthodes de détermination d une structure cristalline et saura choisir la méthode adaptée au type de matériau à étudier. L élève ingénieur saura déterminer une structure cristalline, affiner le modèle trouvé et l interpréter, que ce soit à partir des données de diffraction par un monocristal ou une poudre cet état étant souvent celui des matériaux dans l industrie. Bibliographie : «Introduction à la cristallographie et à la chimie structurale», M. Van Meerssche et J. Feneau-Dupont, ed. Peeters «Cristallographie», D. Schwarzenbach, ed. Presses polytechniques et universitaires romandes «DIFFRACTION DES RAYONNEMENTS : INTRODUCTION AUX CONCEPTS ET METHODES», J. Protas, ed. Dunod «Cristallographie géométrique et radiocristallographie», J.J. Rousseau, ed. Masson.

14 Sigle-Semestre : RDM-SIMU-S7 26h CM, 8h TD, 12h PM Objectifs : Cette UE cherche à insérer les connaissances de Résistance des Matériaux acquises en 1 ère année dans un contexte plus large. D'un côté, on étudie les liens entre la nature des matériaux est leur comportement mécanique. De l'autre côté, on examine les fondements physiques et mathématiques de la mécanique des milieux continus. Les TPs visent à initier les étudiants aux logiciels d'éléments finis, et à appliquer concrètement les concepts discutés dans les CMs. Ce cours est composé de deux parties. Les concepts sont d'abord présentés en cours, agrémentés par les travaux dirigés. La note de cette partie provient des contrôles continus. La deuxième se fait en salle informatique avec un logiciel d'éléments finis. La note provient d'un projet. Pré -requis : Cours de résistance des matériaux de la 1 ère année, calcul matriciel et vectoriel, équations aux dérivées partielles, mécanique du point. RDM-SIMU-S5 Maths-VIB-S5 Evaluation : 1 compte-rendu projet Contrôles continus Contenu détaillé : Cours-TD : o Rappel de l'élasticité linéaire: module de Young, module de cisaillement, coefficient de Poisson, limite d'élasticité. o Origine microscopique du comportement élastique (chaine harmonique). o Propriétés des scalaires, vecteurs et tenseurs sous une rotation. o Tenseurs de déformation et de contrainte. o Tenseur des modules élastiques. Relation entre les symétries du matériau et les symétries du tenseur des modules d'élasticité. Plasticité (Mohr-Coulomb). TP : o L'initiation à la méthode des éléments finis. o Utilisation d'un logiciel des éléments finis : imposition et mesure des contraintes et des déformations. o Étude numérique du comportement élastique d'un matériau hétérogène.. Compétences : Caractérisations mécaniques des matériaux, relation nature des matériauxpropriétés. Initiation à la méthode des éléments finis

15 Bibliographie : Mécanique des milieux continus, Georges DUVAUT, (Dunod) Comprendre simplement la résistance des matériaux, Rémy MOUTERDE et François FLEURY, (editions Le Moniteur) surtout chapitre 3 Mécanique des Matériaux Solides, Jean LEMAITRE, et al. (Dunod) Résistance Mécanique des Solides Jean LEMAITRE, et al. (Dunod)

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS III CHAPITRE I Les quanta s invitent I-1. L Univers est en constante évolution 2 I-2. L âge de l Univers 4 I-2.1. Le rayonnement fossile témoigne 4 I-2.2. Les amas globulaires

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX

LICENCE PROFESSIONNELLE TRAITEMENT ET CONTRÔLE DES MATERIAUX UNIVERSITE PAUL SABATIER Année Universitaire 2015 2016 Licence Professionnelle Traitement et Contrôle des Matériaux Bat. CIRIMAT 118, Route de Narbonne 31062 Toulouse cedex 04 Tél : 05 61 55 77 51 05 61

Plus en détail

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET

MODELE DE PRESENTATION DU PROJET MODELE DE PRESENTATION DU PROJET SITUATION ACTUELLE DU PROJET: Intitulé du PNR Code du Projet (Réservé à l administration) SCIENCES FONDAMENTALES Nouveau projet : Projet reformule: 1.1. Domiciliation du

Plus en détail

GENIE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

GENIE DES SYSTEMES INDUSTRIELS MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE/STAPS GENIE DES SYSTEMES INDUSTRIELS Spécialité Risques Industriels et Maintenance www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION L objectif du master régional GSI

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Diagrammes de Phases

Diagrammes de Phases Diagrammes de Phases Société Francophone de Biomatériaux Dentaires P. MILLET Date de création du document 2009-2010 Table des matières I ENC :... 2 II Introduction et définitions... 4 III Construction

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Propriétés électriques des semiconducteurs

Propriétés électriques des semiconducteurs Chapitre 1 Propriétés électriques des semiconducteurs De nombreux composants électroniques mettent à profit les propriétés de conduction électrique des semiconducteurs. Ce chapitre décrit comment un semiconducteur

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique?

Objectifs. Calcul scientifique. Champ d applications. Pourquoi la simulation numérique? Objectifs Calcul scientifique Alexandre Ern ern@cermics.enpc.fr (CERMICS, Ecole des Ponts ParisTech) Le Calcul scientifique permet par la simulation numérique de prédire, optimiser, contrôler... le comportement

Plus en détail

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME)

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME) ########### : La présente annexe descriptive au diplôme (supplément au Université de La Rochelle diplôme) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES.

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

LICENCE PHYSIQUE, CHIMIE EN L3 :

LICENCE PHYSIQUE, CHIMIE EN L3 : SCIENCES & TECHNOLOGIES - SANTÉ ET STAPS LICENCE EN L : - Parcours : «Chimie» (Dunkerque) - Parcours : «Physique, Sciences-Physiques, Electronique et Instrumentation» (Calais) www.univ-littoral.fr OBJECTIFS

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

ARCHITECTURE DE LA SPECIALITE (Semestre 1) MATERIAUX ORGANIQUES

ARCHITECTURE DE LA SPECIALITE (Semestre 1) MATERIAUX ORGANIQUES ARCHITECTURE DE LA SPECIALITE (Semestre 1) MATERIAUX ORGANIQUES Parcours Recherche Parcours Professionnel UE 1. Elaboration des matériaux organiques macromoléculaires (30h) 6 ECTS 3 ECTS Applications industrielles

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les différentes formes de carbone sp 2 Structure des nanotubes mono-feuillets Structure électronique des nanotubes mono-feuillets Modèle de croissance

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES Pr Khalil EL GUERMAÏ PROGRAMME COURS 1- Rappel sur l Analyse l Thermique

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 1 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE Le renouvellement des effectifs dans les grands groupes et les entreprises du secteur de la production d électricité, la modernisation

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Visite du département Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 4 6 5 1 er Etage 7 8 Rez-de-chaussée 1 Laboratoire de recherche Rôles : L

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

Programme Pédagogique National du DUT «Mesures Physiques»

Programme Pédagogique National du DUT «Mesures Physiques» 1/42 Programme Pédagogique National du DUT «Mesures Physiques» Présentation de la formation Commission Pédagogique Nationale MESURES PHYSIQUES P.P.N. Juillet 2007 1/42 2/42 Sommaire A- Préambule : p. 3

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Céline Croutxé-Barghorn Département de Photochimie Générale, CNRS-UMR

Plus en détail

CANEVAS DE PRESENTATION D'UN DOSSIER POUR L'HABILITATION D'UNE OFFRE DE FORMATION DANS LE CADRE DU DIPLOME DE LICENCE «LMD»

CANEVAS DE PRESENTATION D'UN DOSSIER POUR L'HABILITATION D'UNE OFFRE DE FORMATION DANS LE CADRE DU DIPLOME DE LICENCE «LMD» CANEVAS DE PRESENTATION D'UN DOSSIER POUR L'HABILITATION D'UNE OFFRE DE FORMATION DANS LE CADRE DU DIPLOME DE LICENCE «LMD» ******************************************* PROGRAMME DE LA TROISIEME ANNEE TYPE

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Master Energie spécialité Energie électrique

Master Energie spécialité Energie électrique 03/12/2013 http://www.univ-fcomte.fr Master Energie spécialité Energie UFR Sciences, techniques, et gestion de l'industrie http://stgi.univ-fcomte.fr/ Dénomination officielle : Master Sciences, technologies,

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

METHODES D ANALYSE DES COMPOSES AMORPHES

METHODES D ANALYSE DES COMPOSES AMORPHES Elisabeth Adam Pascal Bouffandeau Alexandre Darraspen Romuald Fix Sébastien Jouve Olivier Welker METHO D ANALYSE COMPOSES AMORPHES Sommaire 1. DÉFINITION DE L ÉTAT AMORPHE... 3 1.1. CLASSIFICATION MATÉRIAUX...

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Matière. Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M)

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Matière. Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M) FFRE DE FRMATIN Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la Matière Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M) M2 0

Plus en détail

Frédéric DUBREUIL. Nature et coefficient des épreuves de 1ère session. projet.. (1) * Ecrit Coef Oral Coef autres Coef CGSIS1 - Echelon semestriel 1

Frédéric DUBREUIL. Nature et coefficient des épreuves de 1ère session. projet.. (1) * Ecrit Coef Oral Coef autres Coef CGSIS1 - Echelon semestriel 1 Université Joseph Fourier - Grenoble 1 Conformément au modalités d'évaluation des connaissances en licence et master approuvées par les conseils de l'ujf (utiliser les tableau spécifiques pour les licences

Plus en détail

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE 1 PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE Cette première partie se divise en cinq chapitres : Le chapitre 1 donne quelques généralités sur l'état cristallin. Le chapitre est consacré aux calculs dans

Plus en détail

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch Parylène C Parylène D www.comelec.ch Présentation du parylène, des parylènes. Voie d obtention et conséquences. Principales propriétés Matériel de prédilection pour le médical et la pharmacologie. Exemples

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation:

LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: 1 www.cetime.ind.tn LE CETIME votre partenaire pour le progrès et l innovation: met à votre disposition des compétences et des moyens techniques pour vous assister dans vos démarches d innovation et d

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique

Microscopie à Force Atomique M1 SCIENCES DE LA MATIERE - ENS LYON ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 Microscopie à Force Atomique Compte-rendu de Physique Expérimentale Réalisé au Laboratoire de Physique de l ENS Lyon sous la supervision de

Plus en détail

FORMATION : Master Chimie Parcours/Spécialité : Analyse, Molécules, Matériaux, Médicaments Option : 3R Année semestre : Année 2 semestre 1

FORMATION : Master Chimie Parcours/Spécialité : Analyse, Molécules, Matériaux, Médicaments Option : 3R Année semestre : Année 2 semestre 1 Option : 3R X9CA310 30 0 0 0 SECTION CNU 33 CEA, SACLAY$* ECOLE DES MINES DE NANTES Massoud FATTAHI Radiochimie, Chimie sous rayonnement Nombre d ECTS 1 fattahi@subatech.in2p3.fr Les applications des rayonnements

Plus en détail

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE F.HAMOU Prof N.ZEKRI Laboratoire d Etude Physique des Matériaux (LEPM) Département de physique Faculté des sciences

Plus en détail

Ce cours introduit l'électrodynamique classique. Les chapitres principaux sont :

Ce cours introduit l'électrodynamique classique. Les chapitres principaux sont : 11P001 ELECTRDYNAMIQUE I Automne 4 crédits BACHELR 1ère ANNEE MASTER BIDISCIPLINAIRE MINEURE PHYSIQUE CURS BLIGATIRES Enseignant(s) G. Iacobucci P Automne (A) Horaire A C2 E2 LU 1113 EPA JE 810 EPA = obligatoire

Plus en détail

Section «Maturité fédérale» EXAMENS D'ADMISSION Session de février 2014 RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES. Formation visée

Section «Maturité fédérale» EXAMENS D'ADMISSION Session de février 2014 RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES. Formation visée EXAMENS D'ADMISSION Admission RÉCAPITULATIFS DES MATIÈRES EXAMINÉES MATIÈRES Préparation en 3 ou 4 semestres Formation visée Préparation complète en 1 an 2 ème partiel (semestriel) Niveau Durée de l examen

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

ECTS INFORMATIQUE ET RESEAUX POUR L INDUSTRIE ET LES SERVICES TECHNIQUES

ECTS INFORMATIQUE ET RESEAUX POUR L INDUSTRIE ET LES SERVICES TECHNIQUES ECTS INFORMATIQUE ET RESEAUX POUR L INDUSTRIE ET LES SERVICES TECHNIQUES CHAPITRES PAGES I DEFINITION 3 II CONTEXTE PROFESSIONNEL 3 HORAIRE HEBDOMADAIRE 1 er ET 2 ème ANNEE 4 FRANÇAIS 4 ANGLAIS 5 MATHEMATIQUES

Plus en détail

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures)

UV 1.4 : Bibliographie (20 heures) UV 2.4 Découverte de systèmes (60 heures) UV 3.4 Conception en phase avant-projet (60 heures) [ Les projets ] Semestre 1 UV 1.4 : Bibliographie (eures) L étude bibliographique est abordée comme un exercice de recherche : lecture puis synthèse de documents techniques et scientifiques. Les objectifs

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V INTRODUCTION L'importante croissance des semi-conducteurs au niveau mondial est liée au fait que ces matériaux forment la base de la révolution technologique de ces quarante dernières années dans le domaine

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

MASTER MATERIAUX. Responsable : Pr. Philippe Chaumont. Spécialité Professionnelle «Cycle de Vie des Matériaux»

MASTER MATERIAUX. Responsable : Pr. Philippe Chaumont. Spécialité Professionnelle «Cycle de Vie des Matériaux» 1 UNIVERSITE CLAUDE BERNARD LYON 1 43, BOULEVARD DU 11 NOVEMBRE 1918 69622 VILLEURBANNE CEDEX MASTER MATERIAUX Responsable : Pr. Philippe Chaumont Spécialité Professionnelle «Cycle de Vie des Matériaux»

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets

Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables. Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Systèmes d apprentissage pour les énergies renouvelables Acquérir les compétences en s orientant à la pratique et à des projets concrets Formation de qualité Inépuisable, durable, naturel L avenir est

Plus en détail

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure J. Phys. IV France 1 () 53-58 EDP Sciences, Les Ulis DOI: 1.151/jp:17 Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure D. Del Frari, S. Diliberto,

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

DEPARTEMENT DES SCIENCES PHYSIQUES

DEPARTEMENT DES SCIENCES PHYSIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR UNIVERSITE DE NGAOUNDERE FACULTE DES SCIENCES B.P. 454 NGAOUNDERE TEL : 99 54 36 38 La Faculté des Sciences est un établissement à caractère scientifique régie par

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab notre compétence d'éditeur à votre service créée en juin 2010, Scilab enterprises propose services et support autour

Plus en détail