FORMATION : Master Chimie Parcours/Spécialité : Analyse, Molécules, Matériaux, Médicaments Option : 3R Année semestre : Année 2 semestre 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORMATION : Master Chimie Parcours/Spécialité : Analyse, Molécules, Matériaux, Médicaments Option : 3R Année semestre : Année 2 semestre 1"

Transcription

1 Option : 3R X9CA SECTION CNU 33 CEA, SACLAY$* ECOLE DES MINES DE NANTES Massoud FATTAHI Radiochimie, Chimie sous rayonnement Nombre d ECTS 1 Les applications des rayonnements et des radionucléides (Rn) sont de plus en plus nombreuses dans des domaines vastes : production de l énergie nucléaire, médecine nucléaire, radiobiologie, sciences de la terre, imagerie nucléaire. La radiochimie traite de la production, de la quantification et de l utilisation des Rn. La chimie sous rayonnement traite des modifications radiolytiques des espèces chimiques en solution. Ces modifications sont dues aux rayonnements d un Rn présent en solution (autoradiolyse) ou à une irradiation externe de la solution (radiolyse). L objectif de ce cours est d aborder les notions de base de la radiochimie et de la chimie sous rayonnement et de donner leurs applications dans l industrie, en particulier, dans le domaine du cycle du combustible nucléaire et de la médecine nucléaire. Physico-chimie en solution, notions d interaction rayonnement/matière Radiochimie La radioactivité naturelle La radioactivité artificielle, production et quantification des Rn Le cycle combustible nucléaire Les applications industrielles Chimie sous rayonnement, Radiolyse Interactions des rayonnements avec l eau Radiolyse gamma et alpha Dosimétrie des rayonnements Modifications physico-chimiques des Rn sous rayonnement Radiolyse et cycle du combustible Radiolyses alpha et gamma, les applications en médecine nucléaire Au terme de ce module l étudiant aura une connaissance du cycle du combustible nucléaire en France et un savoir faire dans le domaine de la radiochimie et chimie sous rayonnements.

2 Option : 3R X9CA Gestion des déchets nucléaires CEA, MARCOULE Nombre d ECTS 1 Laurent VENAULT- Massoud. Fattahi La gestion des déchets nucléaires constitue aujourd hui un enjeu mondial majeur incontournable. Il faut valoriser la partie réutilisable de ces déchets (retraitement) de il faut isoler les déchets résiduels ultimes pour des centaines de milliers d années (stockage). Il s agit surtout de rendre l utilisation d énergie nucléaire aussi neutre que possible sur le plan de l environnement, et de l héritage que nous transmettons aux générations futures. La formation des cadres hautement qualifiés avec une grande ouverture sur les problèmes liés à l environnement, à la société et au développement durable peut fournir une réponse à ces préoccupations, notamment en ce qui concerne une réduction notable de la nuisance des déchets nucléaires et des solutions de recyclage et de stockage durables. Chimie générale Origine, type et classification des déchets Evolution de la radioactivité des déchets avec le temps Options de gestion des déchets radioactifs à vie longue o Le retraitement des déchets nucléaires aujourd hui o Stratégies de séparation des actinides en futur o Transmutation des déchets o Conditionnement des déchets radioactifs o Stockage profond o Entreposage à longue durée L analyse de la sûreté du stockage à long terme Chimie des produits de fissions Chimie des actinides Chimie séparative en milieux très acides Procédures de la séparation des PF/ACTINIDES Effet de la radiolyse Compétences dans le domaine de classifications des déchets radioactifs, le retraitement et le stockage des déchets à long terme en France.

3 Option : 3R X9CA SECTIONS 31, 32 Nicolas GALLAND Modélisation moléculaire appliquée à l étude des radionucléides 1 ECTS L objectif de cet enseignement est de renforcer et compléter les bases théoriques nécessaires à la compréhension, la mise en œuvre et l interprétation des calculs de chimie théorique plus spécifiquement orientés vers l étude de composés formés à partir de radioéléments. Il permettra à l étudiant de prendre conscience à la fois des possibilités et des limites des différentes méthodes, des spécificités et des contraintes liées à l étude de composés par exemple issus de cycle du combustible nucléaire ou utilisés en médecine nucléaire. En particulier, les problématiques liées à la spéciation des radioéléments et l étude de leurs propriétés de coordination seront traitées sur la base d une analyse croisée expériences (spectroscopiques optiques)/simulations numériques. Des séances de travaux pratiques illustreront, à travers des exemples récents, les différentes notions abordées en cours. Chimie générale 1. Principes fondamentaux de mécanique quantique 2. Base de fonctions 3. Méthodes HF/DFT Théorie du champ des ligands appliquée aux complexes des Radionucléides 1. Théorie relativiste Equation de Dirac, théorie relativiste à quatre composantes Méthodes relativistes à deux et une composante Pseudopotentiels 2. Approfondissement des méthodes théoriques Traitement des états excités (interaction de configurations, DFT dépendante du temps : TD-DFT) Influence du solvant (méthodes du continuum et approche explicite) Interactions moléculaires 3. Applications Elucidation structurale : spéciation, coordination Simulation de spectres UV-Visible et IR-Raman La théorie et l utilisation des utiles nécessaires à la prédiction de la chimie des actinides

4 Option : 3R X9CA SECTION CNU : 29, 33 Ahmed RAHMANIl Métrologie Nucléaire 1 2 ECTS L objectif de cette UE est d introduire certaines techniques expérimentales et d analyse de données indispensables à la compréhension des aspects expérimentaux de la chimie et de la physique nucléaire. Ainsi, au travers des différents travaux pratiques réalisés, plusieurs objectifs sont visés : -présenter aux étudiants plusieurs techniques de détection des rayonnements ionisants très répandues dans les laboratoires de recherche et dans l industrie. -découvrir à travers les nouvelles manipulations que nous pourrons proposer les multiples applications de ces techniques -rendre les étudiants qui manipuleront ces appareils à plusieurs reprises autonomes sur ces techniques fondamentales -permettre aux étudiants d évaluer la précision de leurs gestes techniques et la rigueur de leur raisonnement à travers les mesures réalisées, qui seront comparées aux mesures attendues. Le candidat devra connaître les bases concernant les radiations électromagnétiques : notion de longueur d onde/energie, dualité ondes/ particules 1 Spectrométrie alpha Détections des particules alpha issues de la désintégration de l Am241. Analyse des énergies des particules alpha avec une haute résolution Caractéristiques d'une chaîne de spectrométrie alpha étalonnage en énergie, traitement de spectres : recherche de pics. identification de sources inconnues détermination d'activités inconnues, étude de l absorption des rayonnements alpha dans la matière et dans l air mesures d épaisseurs (de l ordre du micromètre) 2 Spectroscopie gamma Interaction des rayonnements γ avec la matière Détection γ par scintillation Etude expérimentale d un spectre simple, rétrodiffusion Etalonnage Détermination des énergies du Co60 Mise en évidence de la dépendance en énergie du coefficient d absorption du Plomb Analyse d un spectre complexe Absorption des rayonnements γ dans la matière 3 Radioprotection Mesure d épaisseur de matériaux pour réaliser des blindages contre des rayonnements ionisants. Mesure des activités de sources radioactives Mesures des débits de doses Détection des radioéléments dans un site donné Effectuer des mesures en respectant le principe d ALARA

5 Réaliser la fiche de poste. 4 Mesures de périodes radioactives Décroissance d une activité simple Filiations radioactives Mesure de l activité d une source radioactive Détermination des périodes radioactives T 1/2, 2T 1/2, 3T 1/2, 5 Compteur Geiger-Muller/Distribution de nombres aléatoires Distributions expérimentales d un nombre aléatoire Distribution de Poisson Distribution de Gauss Mesure de l effet d angle solide de détection Absorption des rayonnements γ dans la matière Règles de radioprotection nécessaires pour travailler avec les matériaux radioactifs et les méthodes de détections pour la quantification des radionucléides.

6 Option : 3R X9CA SECTIONS 31, 33 Bernard Humbert Interaction rayonnement matière 2 ECTS Il s agit dans ce module de donner aux étudiants une introduction générale d interaction rayonnement-matière dans des domaines d énergie de quelques kev, leur permettant sans devenir des spécialistes d être capables de choisir et d adapter les outils et les matériaux aux différentes problématiques. Ce module couvrira les interactions photon X ou gamma et des particules alpha avec des molécules ou des matériaux, en allant de l absorption aux phénomènes de relaxation de type photoélectrique, en passant par les phénomènes de radiolyse. Dans le cadre de ce Master 2, un accent particulier sera mis du coté pratique, sur les détecteurs utilisés, les matériaux transparents ou non dans ces domaines d énergie ou encore sur les transformations physiques et chimiques envisageables par radiolyse, pour donner des éléments de radioprotection aux étudiants suivant ce cours. Physique et Chimie générale Il s agit dans ce module de donner aux étudiants une introduction générale d interaction rayonnement-matière dans des domaines d énergie de quelques kev, leur permettant sans devenir des spécialistes d être capables de choisir et d adapter les outils et les matériaux aux différentes problématiques. Ce module couvrira les interactions photon X ou et des particules avec des molécules ou des matériaux, en allant de l absorption aux phénomènes de relaxation de type photoélectrique, en passant par les phénomènes de radiolyse. Dans le cadre de ce Master 2, un accent particulier sera mis du coté pratique, sur les détecteurs utilisés, les matériaux transparents ou non dans ces domaines d énergie ou encore sur les transformations physiques et chimiques envisageables par radiolyse, pour donner des éléments de radioprotection aux étudiants suivant ce cours. Programme : Généralités (4 h de CM) a. Spectre électromagnétique relation aux énergies impliquées lors de transitions b. Emissions de rayonnements et de particules, les ordres de grandeurs énergétiques c. Les différents rayonnements, alpha, béta et X-gamma d. Capture électronique et conversion interne Interactions des rayonnements (4 h de CM) Interactions simples, élastique, inélastique et freinage, Absorption des rayonnements électromagnétiques, effet photoélectrique, effet Compton, Comparaison avec l absorption des rayons béta, notion «d épaisseur moitié» Absorption des particules et des alpha Effets physico-chimiques de l absorption (4.0 h CM) Effets physiques Effets chimiques Sources de rayonnement et détecteurs (4h de CM) Sources et Radioprotection Détecteur

7 Option : 3R X9CA360 Spéciation des Rn à l échelle de traces en médecine ARRONAX Nombre d ECTS : 1 Cyrille Alliot Le cyclotron nantais ARRONAX produit des radionucléides (RN) d intérêt pour la médecine nucléaire, pour l'imagerie et le traitement des cancers. Grâces aux compétences et à la complémentarité des équipes de recherches présentent autour du cyclotron (INSERM, CNRS), il existe l'opportunité de développer des compétences en radiochimie : de la production aux aspects cliniques. Mais que ce soit dans les étapes de purification des radionucléides ou de radiomarquage, la spéciation des radionucléides d intérêt qui définit leur comportement en solution est primordiale. L objectif de cet enseignement est de présenter les différents moyens analytiques permettant d étudier de prévoir le comportement des radionucléides utilisés. On présentera les techniques courantes utilisées sur des éléments chimiques stables ainsi que les techniques utilisées pour certains radioéléments à vie courte présents en quantité difficilement pondérable. 1. Chimie générale (ph, Redox, complexation) 2. Chimie analytique (chromatographie, potentiométrie) 3. Notions de radiochimie (types d émetteurs, écrans) 4. Méthodes de détection de la radioactivité Spéciation des éléments chimiques à l échelle traces Etudes cinétiques et thermodynamiques des réactions chimiques Les méthodes générales utilisées (extraction liquide/liquide, chromatographie, électrochimie ) Les méthodes de couplage (radiopolarographie, HPLC/IT-TOF, Electrophorèse capillaire/icp- MS, ) Travailler en chimie à l échelle de traces

8 Option : 3R Code de l UE : X9CA Métrologie nucléaire 2 CEA VALDUC ECTS 1 Jean Aupiais Les applications des rayonnements et des éléments radioactifs dans l industrie nucléaire et dans plusieurs domaines de la recherche (géologie, géochimie, géophysique, biologie, médecine, ) sont nombreuses. Le but de cet enseignement est d initier les étudiants aux méthodes de traitements d échantillons (calcination, lixiviation, minéralisation ), séparations radiochimiques (extraction liquide-liquide, résines échangeuses d ions, précipitation ) dans le but de la quantification de la concentration des radioéléments, à l échelle de trace et ulmtra trace dans les échantillons environnementaux. Chimie à l échelle de traces 1. Traitement des échantillons 2. Méthodes radiochimiques d analyses 3. Comparaison des méthodes radiochimiques avec les méthodes ICP/MS haute résolution. Travaux pratiques : Analyse des échantillons émetteurs d alpha à l échelle ultra traces (Spectrométrie alpha/ Electrodéposition/ ICP-MS haute résolution/ Scintillation liquide) Compétences en analyses radiochimiques et ICP/MS ; applications à l analyses des traces.

9 Option : 3R X9CA SECTION CNU : 31 INSERM, ARRONAX Sandrine Huclier Radiochimie pour la médecine nucléaire ECTS 2 Le cyclotron nantais ARRONAX produit des radionucléides (RN) d intérêt pour la médecine nucléaire, pour l'imagerie et le traitement des cancers. Grâces aux compétences et à la complémentarité des équipes de recherches présentent autour du cyclotron (INSERM, CNRS), il existe l'opportunité de développer des compétences en radiochimie : de la production aux aspects cliniques. L objectif de cet enseignement est de présenter les méthodes physico-chimiques de préparation des sources radioactives, soit en vue de leur irradiation, soit post-irradiation pour accéder aux radioéléments souhaités avec les critères de pureté requis. L étape suivante consiste à définir la meilleure structure chélatante pour un radioélément donné. Le programme portera sur les aspects cinétiques et la détermination des constantes thermodynamiques de complexation. Cette partie sera illustrée par des exemples avec radioéléments d intérêt développés autour d ARRONAX. Les aspects de design et de synthèse de nouveaux ligands, les autres voies de marquage ainsi que la synthèse des agents chélatants bifonctionnels seront abordés. Enfin la validation biologique (tests in vitro puis in vivo) des molécules chélatantes seront expliquées avec les techniques analytiques associées. Physique Chimie générales 1. Chimie générale (ph, Redox, complexation) 2. Chimie analytique (chromatographie, potentiométrie) 3. Notions de radiochimie (types d émetteurs, écrans) 4. Méthodes de détection de la radioactivité 5. Quelques notions de biologie seraient un plus (ex : protéines) Programme Contenu de l'ue : Production des Radioéléments Préparation des cibles Extraction après irradiation La production GMP : critères de pureté, pourquoi, comment? Complexation des RN sur des structures chélatantes Critères des RN adaptés aux applications en médecine nucléaire Critères de la structure chélatante pouvant influencer la complexation Développement d outils analytiques spécifiques Autres voies de marquage Design et Synthèse de nouveaux ligands Radiomarquage et tests précliniques et cliniques (10h) Le radiomarquage (activité spécifique) Définition et Synthèse des agents chélatants bifonctionnels Descriptif des tests précliniques (test in vitro) et des tests cliniques (in vivo)

10 Option : 3R X9CA EDF SAINT DENIS, IRSN Javaraly Fazileabasse Bases fondamentales de la RP, les réglementations 1 ECTS Programme : La CIPR : Missions et composition Les effets pathologiques des rayonnements : -Gestion des effets déterministes -Construction du risque pour les effets stochastiques -Gestion des effets stochastiques Les trois principes fondamentaux de la gestion du risque radiologique -Les recommandations de 1990 (CIPR 60) - Les recommandations de 2007 (CIPR 103) - Les trois types de situation d exposition -Les contraintes de dose et les niveaux de référence Pourquoi optimiser et non minimiser le risque? -Les deux significations de la notion de limite -la stabilité du système de protection -les travaux en cours de la CIPR Travaux pratiques : Codes de calculs MCNP Règlementations et évaluation des risques radiobiologiques des rayonnements ionisants.

11 Option : 3R X9CA SECTIONS 31, 33 Radioprotection dans le cycle du combustible, médecine nucléaire 1 ECTS Guillaume Blain Depuis une dizaine d années, la radioprotection est une discipline qui présente aujourd hui un rôle essentiel et incontournable au regard : -de l utilisation importante des sources de rayonnements ionisantes dans les activités énergétiques, industrielles et médicales de notre société moderne -de la réglementation internationale et nationale associée pour la protection de la population, de l environnement et des acteurs professionnels. Il est donc indispensable pour tous les étudiants qui suivent des formations relatives à la radioactivité, à ses applications et à ses utilisations d avoir des notions sur les règles de sécurité radiologiques associées qui constituent la radioprotection. Pour aborder ces règles de sécurité, il est indispensable de posséder les notions de base sur la radioactivité, sur l interaction rayonnement-matière, sur la détection et la mesure des rayonnements ionisants ainsi que sur leurs effets physiques. Programme : Première partie : Notions de radioprotection -rappels des notions nécessaires et suffisantes à la radioprotection -sources de rayonnements ionisants et utilisations -effets biologiques des rayonnements ionisants -la nature de l exposition aux rayonnements -quantification-dosimétrie -Le principe ALARA, justification, optimisation, limitation -les principes de protection, temps, distance, écran Deuxième partie : Applications et mise en place de la radioprotection dans une installation (hors installation nucléaire de bas, INB) utilisant des sources de rayonnements ionisants dans le cadre de ses activités professionnelles -la définition des besoins en sources de rayonnements ionisants -les autorités réglementaires et les dossiers associés pour la détention et l utilisation de ces sources -les acteurs (responsables, opérateurs) -les équipements et les appareils de mesure -la gestion des sources et des déchets radioactifs Travaux dirigés -une étude de poste d utilisation de sources de rayonnements ionisants -évaluation des risques radiologiques et les outils d évaluation -classification des opérateurs et des postes d utilisation Travaux pratiques : -détection des rayonnements ionisants et parcours de ces rayonnements -identification et quantification des Rn (spectrométrie gamma) -évaluation de l exposition externe, utilisation de radia mètre -contrôle de contamination et l évaluation de l exposition interne Règlementations et évaluation des risques radiobiologiques des rayonnements ionisants.

12 Option : ACBPI, 3R X9CA SECTION CNU : 28, 31 EMMANUEL FRITSCH Méthodes optiques 2 ECTS Le but est de donner aux étudiants une approche très pratique des différentes méthodes optiques dans le cadre d une application professionnelle. La compréhension des instruments, si l observation ne suffit pas, est apportée par la description de ses différentes composantes et artefacts résultants. A l aide d exemples variés pris dans différents domaines ou des étudiants de ce diplôme ont trouvés un emploi, nous illustrerons l utilité pratique des différents techniques ou approches. L objectif est que l étudiant puisse savoir quelles méthodes sont applicables aux problèmes qui lui seront soumis. Ce module couvrira les méthodes fondées sur l absorption, l émission et la diffusion de la lumière, de l ultraviolet à l infrarouge. Les méthodes sont restreintes à celles couramment utilisées dans les laboratoires industriels de contrôle qualité ou recherche et développement. Le candidat devra connaître les bases concernant les radiations électromagnétiques : notion de longueur d onde/energie, dualité ondes/ particules 1. Rappels d observation et de description appliqués aux objets industriels (1h CM) 2. Notions utiles de spectroscopie (2,5 h CM) Mesure de la position d une figure spectrale, sa largeur, intensité, etc. Notions de résolution et de forme vraie. Sources de lumière, mode de tri des rayonnements et détecteurs courants. Paramètres utiles au choix d un instrument. 3. Spectrométrie UV-Visible PIR (5 h CM) Principe, instruments (incluant les sphères intégrantes et instruments portables à monochromateurs et barrette de diodes), applications industrielles (Ex : mesure du jaunissement brunissement, teintures, défauts dans les matériaux transparents, couleur etc.) 4. Luminescence et diffusion (2,5 h CM) Principe, instruments (pour l observation et la spectrométrie de luminescence, instruments de mesure de la diffusion/turbidité), applications industrielles (notamment dans le domaine de l éclairage, la police scientifique, de l alimentation et des biomolécules) 5. Diffusion Raman (4 h CM) Principe, instruments (FT et dispersifs, différentes excitations), applications industrielles (identification de molécules organiques et inorganiques, imprégnations, etc.) 6. Absorption Infrarouge (2,5 h CM) Principe, instruments (accessoires courants), applications industrielles (détermination de principe actif, teneur et spéciation de l «eau», identification et contrôle de produits organiques, etc.) 7. Colorimétrie (2,5 h CM) Principe, instruments (comparaison ou mesure), applications industrielles (pigments, alimentaire, papier, textile, articles de luxe, etc.) L étudiant saura décrire correctement un objet ou un problème. Il sera capable de savoir si on peut répondre à une question liée à un matériau spécifique par une méthode optique. Il saura choisir la ou les méthodes optiques adéquates. Il connaîtra les bases de plusieurs méthodes optiques, notamment ce spectroscopie optique (UV-Vis, infrarouge, Raman, luminescence) afin de pouvoir les utiliser efficacement en environnement industriel. Il aura quelques bases de colorimétrie et de description scientifique des couleurs.

13 Option : ACBPI, 3R X9CA Analyses locales, élémentaires et traces 33 EME SECTION 2 ECTS PHILIPPE MOREAU Ce cours est séparé en deux parties et concerne des techniques avancées d analyses élémentaires. Il s agit dans les deux parties que les étudiants réalisent l importance d une telle détermination, souvent à la base de la caractérisation des composés. Dans la partie analyse locale, les étudiants se familiariseront avec la microscopie électronique (en transmission surtout mais aussi à balayage). Ils devront aller de la compréhension essentielle de la formation du contraste des images à des interprétations plus poussées des images hautes résolutions. Les techniques de balayage se développant de plus en plus, les étudiants devront avoir une idée des avantages/inconvénients de techniques comme le STXM, l EELS et le MEB. Des problèmes mêlant les trois feront base de discussion. Dans la partie analyses des échantillons à l échelle de traces, les étudiants découvriront les difficultés de la mesure à l échelle de faibles concentrations dans les échantillons environnementaux. Ils seront formés à quantifier par les méthodes d ICP-MS et une méthode d analyse nucléaire non destructive (activation neutronique) les éléments présents dans les échantillons provenant des milieux naturels et industriels. Ils seront initiés à la spéciation des éléments traces en solution et apprendront à appliquer les méthodes de couplages séparatives pour la réalisation des analyses. En ce qui concerne la partie I, les étudiants mettront à profit leur connaissance du cours de M1 sur la diffraction, notamment électronique, et sur la cristallographie. Des connaissances de base sur l optique géométrique de base, l imagerie et la quantification chimique seront aussi demandées. En ce qui concerne la partie II, les connaissances de base en chimie séparative, physique- chimie générale et chimie analytique, niveau M1 seront demandées. I - Analyses élémentaires locales (12h) Préparation d échantillon Microscopie électronique en transmission : imagerie (MET) Généralités sur l imagerie et le MET Haute résolution, simulations d images (JEMS) Correcteurs d aberrations Etude d interfaces Tomographie Microscopie électronique à balayage Origine et interprétation des contrastes Différents détecteurs/ MEB environnemental STXM et EELS à haute résolution spatiale/ Imagerie chimique II - Analyses élémentaires traces (8h) Traitement des échantillons Analyse à l échelle de traces ICP/MS Méthodes nucléaires non destructives, activation neutronique Méthodes de couplage Electrophorèse capillaire/icp/ms Chromatographie ionique/ ICP/MS

14 Les étudiants seront capables d interpréter des images de microscopies électroniques en en comprenant les limites. Ils seront aussi capables d évaluer l intérêt de l imagerie chimique et sélectionner la technique optimale pour y arriver. Les étudiants seront également sensibilisés sur les difficultés de la quantification des éléments traces dans les matrices variées. Ils seront en mesure d utiliser les méthodes couplées pour pouvoir diminuer l effet de la matrice et gagner en sensibilité de mesure. Les étudiants apprendront le principe d analyse non destructive à l échelle de traces au travers de la méthode d activation neutronique.

15 Option : ACBPI, 3R X9CA Caractérisation par RMN SECTION CNU : 31, 32, 33 Nombre d ECTS : 2 RESPONSABLE : PATRICK GIRAUDEAU L'objectif de cette Unité d'enseignement est de permettre aux étudiants d acquérir une vue d ensemble des différents domaines d application de la RMN comme outil analytique. Ce panorama sera présenté sous forme de conférences par des enseignants-chercheurs spécialistes des domaines correspondants. Ces présentations se baseront sur les bases de RMN 1D et 2D acquises en première année de master. Les développements et applications les plus récents en résonance magnétique seront abordés par le biais de travaux bibliographiques encadrés. Principe physique de la Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) Interprétation de spectres de RMN 1D ( 1 H et 13 C) de petites molécules organiques Notions de séquences d impulsions, de RMN multi-impulsionnelle (écho de spin, édition de spectre, transfert d aimantation) Notions de dynamique (relaxation, effet Overhauser ) Notions de RMN à deux dimensions (principe et interprétation de spectres simples) Spécificités de la RMN de l état solide (anisotropie de déplacement chimique, rotation à l angle magique, polarisation croisée) Principe de la Résonance Paramagnétique Electronique (RPE) Instrumentation : fonctionnement du spectromètre RMN RMN quantitative (Conditions expérimentales et applications : dosages, analyse isotopique ) Analyse par RMN de la dynamique et des interactions moléculaires (Relaxation, NOE, ) Principe et applications des techniques à gradient pulsé (RMN diffusionnelle, Imagerie par Résonance Magnétique, RMN ultrarapide) Applications en RMN du solide et RPE Travaux dirigés : Etudes bibliographiques à partir de publications portant sur des avancées récentes dans le domaine de la RMN et leurs applications. Restitution orale et discussions. Notions d instrumentation en RMN Connaissance avancée des applications analytiques de la RMN (analyse quantitative, études d interactions moléculaires, ) Notions de base des techniques à gradient pulsé Appréhension des applications principales de la RMN du solide et de la RPE Appréhension des avancées méthodologiques et applicatives récentes en RMN

16 Option : ACBPI, 3R Code de l UE : X9CA SECTIONS CNU : 32, 33 Alain LAFOND Diffraction X par les poudres 2 ECTS Cette UE est la suite du cours de cristallographie et de diffraction en M1. Elle se propose d'appliquer ces notions à la technique de diffraction par les poudres. L'accent est particulièrement mis sur les informations que l'on peut extraire par l'analyse d'un diagramme de diffraction des rayons X sur poudre. Les différentes méthodes d'affinement sont étudiées de façon approfondie mais toujours sous l'angle de l'exploitation des données. Cet enseignement se prolonge par l'utilisation des outils informatiques de traitement des données lors des séances de travaux pratiques (voir X9CA160). Introduction à la cristallographie Symétrie des figures périodiques infinies Groupes d'espace - Positions atomiques Notion de base sur la diffraction par les cristaux Conditions de diffraction (Laue, Bragg, Ewald) par un cristal parfait Théorie cinématique de la diffraction Instrumentations Rappels de diffraction des RX Comparaison avec la diffraction des neutrons Utilisation des groupes d'espace Résolution structurale ab-initio Exploitation d'un diagramme de diffraction : affinements des paramètres de maille recherche de symétrie affinements de Le Bail et de Rietveld analyse quantitative d'un mélange de phases Connaitre les différents diffractomètres de poudre et savoir choisir celui le plus adapté à un problème donné. Savoir quelles informations on peut extraire de l'analyse d'un diagramme de diffraction Connaitre le principe de l'identification de phases, de la détermination des paramètres de maille et de l'affinement par la méthode de Rietveld De façon plus générale, d'être en mesure de comprendre le principe sur lequel repose une technique d'analyse et d'en connaitre les possibilités et les limites.

17 Option : ACBPI et 3R X9CA EME SECTION 2 ECTS PHILIPPE MOREAU Caractérisation par spectroscopies électroniques Ce cours vise à présenter des techniques spectroscopiques utilisées en laboratoires de recherche publique mais aussi dans de plus en plus d industries. Les étudiants devront donc acquérir une connaissance suffisante de ces techniques leur permettant d être des interlocuteurs privilégiés dans leur milieu de travail. Ils doivent pouvoir orienter vers telle ou telle technique en fonction des avantages et inconvénients de la technique spectroscopique. Il sera en particulier nécessaire de bien mettre l accent sur la précision des analyses que chaque technique permet. Des exemples dans des domaines variés permettront aux étudiants de se placer dans des situations concrètes de choix et d interprétation. Les étudiants devront avoir une connaissance de bases des structures électroniques au moins de type moléculaire. Une bonne connaissance sur les fondements de conservation de l énergie dans les atomes et des principes de l absorption/émission. Introduction interaction électron-matière Spectroscopie de photoélectrons (XPS) Principe Analyse quantitative Spectroscopie Auger Principe Analyse quantitative Emission X Identification/ Quantification. Spectroscopie d absorption X (XAS) EXAFS/XANES Informations structurales et électroniques Spectroscopie de perte d énergie des électrons (EELS) Résolution spatiale Éléments légers Les étudiants seront capables de comprendre et expliquer les bases de la plupart des techniques de spectroscopies et cerner leur apport respectif pour l étude des matériaux et composés utilisés dans divers domaines de la chimie. Ils devraient aussi pouvoir discriminer et orienter des études vers telle ou telle technique en fonction des informations recherchées.

18 Option : ACBPI, 3R X9CA SECTION CNU : 31, 32, 33 Gérald REMAUD TP : DRX, méthodes optiques, XPS et EELS 2 ECTS Diffraction rayons-x : Cet enseignement est le prolongement de la partie théorique abordée dans l'ue X9CA070. Il est orienté résolument vers l'exploitation pratique des données de diffraction sur poudre. Méthodes optiques : Amener les étudiants à être autonomes devant le choix et l adaptation de techniques spectroscopiques vis-à-vis d un problème pratique tant dans le domaine des matériaux (par ex. matières premières, semi-conducteurs ou polymères), que dans le domaine des produits à vocation plus médicale ou biologique comme les médicaments (teneur en eau, en principe actif, etc.) EELS et XPS : le temps réservé à ces techniques étant limité, l objectif est de faire réaliser aux étudiants le principe de déroulement d une manipulation sur ces instruments de pointe et de démystifier l aspect pratique des techniques. DRX : Le contenu de l'ue X9CA070 est indispensable pour suivre cette UE expérimentale Méthodes optiques : Avoir suivi les parties afférentes de l UE Méthodes Optiques X9CA040 EELS et XPS : avoir suivi le cours X9CA100 «Caractérisation par spectroscopies électroniques» Diffraction rayons-x (20h) : Présentation des diffractomètres de l'imn et préparation d'échantillons. Détermination des paramètres de maille et affinements avec contrainte de maille (Le Bail) et par la méthode de Rietveld. Analyse quantitative. Méthodes Optiques (10h) : Spectroscopie d absorption UV-Visible-proche infrarouge ; jaunissement Spectroscopie IR et Raman comparaison instrument à transformée de Fourier et dispersif multicanal Analyse vibrationnelle de poudres minérales et de médicaments Analyse PIR, Analyse vibrationnelle de solide sous contraintes Exemple de microscopie confocale Raman : introduction aux images hyper-spectrales. Complémentarité des techniques. XPS et EELS (4h) : En alternance (2 2h), les deux instrumentations seront présentées. Une démonstration d acquisition des spectres EELS sera effectuée sur le microscope électronique à transmission de l IMN puis chaque étudiant pour lui-même acquérir un spectre. Les travaux de traitement des spectres seront faits sur ordinateurs. Pour la partie XPS, le même schéma sera suivi avec des acquisitions de spectres en démonstration puis faites par les étudiants Savoir utiliser un jeu de logiciels pour effectuer l'affinement des paramètres de maille, un affinement du profil complet d'un diagramme et un affinement structural par la méthode de Rietveld. Savoir réaliser une analyse quantitative d'un mélange par la méthode de Rietveld. L étudiant aura des compétences de base pour l utilisation des spectromètres les plus courants d absorption UV- Visible, infrarouge, et Raman. Il aura une connaissance des artefacts et pièges expérimentaux, ainsi que de méthodologies appliquées à quelques problèmes classiques explorés en cours. Initiation aux techniques de photo-émission (XPS) et de spectroscopie par perte d énergie des électrons : des techniques modernes pour caractériser les surfaces

19 Option : ACBPI, CQPS et 3R X9CA170 Formation générale : Anglais, Management, projet professionnel et entreprise, Conférences SECTION CNU 31, 32 ET 33 2 ECTS Gérald REMAUD Anglais : Ce cours d anglais permettra aux étudiants d aborder au travers de documents écrits et vidéo des thématiques associées à leur spécialité et de pouvoir en débattre. La communication scientifique sera mise en valeur tant dans l analyse de documents écrits que dans la production orale. Projet professionnel Préparer les étudiants à entrer sur le marché du travaildéfinir un projet professionnel et personneletre équipé pour faire leur recherche de stageconnaitre le secteur d'activité cibledécouvrir l'entreprise et les métiers qui la constituent Entreprise et Management Quelques éléments du management des entreprises dans un contexte Qualité et dans le cadre Hygiène et Sécurité : méthodes 5M, 5S, notion de QHSE, notion EFQM, Conférences Des professionnels d entreprise analytique ou d instruments analytiques viennent présenter aux étudiants leur métier. Niveau de M1 en Anglais Avoir suivi les module PPE1, PPE2 et PPE3 serait un plus Anglais (20h) : Rappels lexicaux et grammaticaux Etude de documents scientifiques et débats Projet professionnel (20h) : Le projet professionnel : Bilan de mes ressources, apprendre à connaitre le terrain, le marché de l'emploi, formuler mon projet professionnel Faire mon CV et ma lettre de motivation Mettre en œuvre un plan d'action Bilan des outils et actions pour l'évaluation Entreprise, management, conférences (20h) : Description des méthodes de management dans un contexte Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement Compétences en anglais indispensables pour les métiers scientifiques d encadrement Maitriser les outils pour définir et mettre en place son projet professionnel Connaissances du management moderne des entreprises

20 Option : ACBPI, CQPS et 3R X9CA SECTION CNU 31, 32 ET 33 Gérald REMAUD Connaissance du milieu de la recherche et/ou du milieu entrepreneurial 1 ECTS Cette UE est réservée aux étudiants en formation initiale. L objectif principal est de permettre aux étudiants de découvrir par eux-mêmes le milieu de la recherche et/ou le milieu de l entrepreneuriat. L étudiant à le choix entre ces deux découvertes, mais il peut suivre les deux, en sachant que l évaluation et le nombre d ECTS restent les mêmes. En suivant des jalons fixés par l enseignant responsable et en répondant aux critères d évaluation minimum, l étudiant s investie dans chacun des milieux, selon son choix, à son rythme et selon ses propres initiatives. Il devra répartir cette activité sur les périodes d alternance (quand les étudiants en apprentissage sont dans leur entreprise). Le bilan est réalisé au plus tard avant le départ en stage de l étudiant. Avoir eu une réflexion sur son projet professionnel. Niveau de M1 en Anglais Un programme de travail est établi entre l étudiant et l enseignant responsable. C est l étudiant qui propose son agenda en respectant les actions minimum à réaliser et qui seront évaluées par une feuille d émargement : Pour la recherche Conférence en anglais Assister à une soutenance de thèse Faire un travail bibliographique si possible sur le sujet de stage de recherche Présentation de ce travail bibliographique au cours des séminaires de recherche régulièrement organisés dans des unités de recherche, en particulier celles adossée à la formation Faire un poster en anglais Pour l entreprise : Mécanismes de valorisation Visite d une startup Cours sur la création d entreprise (créactiv Nantes) Assister à une manifestation impliquant les entreprises (salon, forum, conférences, etc) - Compréhension (vision transversale) du futur milieu professionnel en dehors du contexte du stage - Très forte autonomie et prise d initiative

Master CSMP. Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire

Master CSMP. Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire Master CSMP Chimie Séparative, Matériaux et Procédés : Application au cycle de combustible nucléaire Cohabilitation : Université Montpellier 2 - ENS Chimie de Montpellier - CEA.INSTN Partenaires complémentaires

Plus en détail

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food

Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes- Atlantique Nantes- Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Masters Oniris Ecole Nationale Vétérinaire, Agroalimentaire et de l Alimentation Nantes-Atlantique Nantes Atlantic National College of Veterinary Medicine, Food Science and Engineering Secteur «Recherche»

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Conservatoire National des Arts et Métiers

Conservatoire National des Arts et Métiers Conservatoire National des Arts et Métiers Diplôme d Ingénieur en Sciences et Technologies Nucléaires Formation continue du Cnam en Languedoc-Roussillon Centre de Bagnols-sur-Cèze Conservatoire National

Plus en détail

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION

DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION DIPLOMES ET PARCOURS DE FORMATION Journées SFRP : Démantèlement des installations nucléaires et problématiques associées Serge PEREZ CEA/INSTN, Alain PIN CEA/INSTN. www-instn.cea.fr GRENOBLE 23 ET 24 OCTOBRE

Plus en détail

«Physique nucléaire et applications»

«Physique nucléaire et applications» UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 UFR de PHYSIQUE MASTER DÉLOCALISÉ A HANOI (avec le soutien de l Agence universitaire de la Francophonie) «Physique nucléaire et applications» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2008-2009 RÉSUMÉ

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Physique et technologies des rayonnements pour l'industrie et la physique médicale

Physique et technologies des rayonnements pour l'industrie et la physique médicale Physique et technologies des rayonnements pour l'industrie et la physique médicale Mention : Physique et technologies des rayonnements pour l'industrie et la physique médicale Nature de la formation :

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche FILIÈRE «PHYSIQUE» Président: Prof. Marc Haelterman marc.haelterman@ulb.ac.be Vice-président : Prof. Pierre-Etienne Labeau pelabeau@ulb.ac.be La formation en un coup d œil Objectifs Former les étudiants

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

Programme consultant expert (PCE)

Programme consultant expert (PCE) Programme consultant expert (PCE) Bénéficiez par le biais du PCE de l expertise d un consultant sénior et/ou d un jeune chercheur expérimenté Ce programme s adresse aux entreprises de la filière chimie

Plus en détail

MASTER (LMD) INGENIERIE COSMETIQUES, AROMES ET PARFUMS

MASTER (LMD) INGENIERIE COSMETIQUES, AROMES ET PARFUMS MASTER (LMD) INGENIERIE COSMETIQUES, AROMES ET PARFUMS RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : CHIMIE Spécialité : INGENIERIE

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Matière. Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M)

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Matière. Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M) FFRE DE FRMATIN Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la Matière Procédés, Contrôles, Matériaux Métalliques : Industrie du Nucléaire (PC2M) M2 0

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement

SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement SOMMAIRE Thématique : Prévention des risques professionnels - Environnement Rubrique : Fonctionnels de la prévention du ministère... 2... 4 Rubrique : Risques psychosociaux...12 1 SOMMAIRE Rubrique : Fonctionnels

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS III CHAPITRE I Les quanta s invitent I-1. L Univers est en constante évolution 2 I-2. L âge de l Univers 4 I-2.1. Le rayonnement fossile témoigne 4 I-2.2. Les amas globulaires

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Diplôme d Ingénieur en Sciences et Technologies Nucléaires. Formation continue du Cnam en Languedoc-Roussillon Centre de Bagnols-sur-Cèze

Diplôme d Ingénieur en Sciences et Technologies Nucléaires. Formation continue du Cnam en Languedoc-Roussillon Centre de Bagnols-sur-Cèze Diplôme d Ingénieur en Sciences et Technologies Nucléaires Formation continue du Cnam en Languedoc-Roussillon Centre de Bagnols-sur-Cèze Sommaire Glossaire 2 Contexte et environnement 3 Origine du projet

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

SCIENCES DU MEDICAMENT

SCIENCES DU MEDICAMENT SCIENCES DU MEDICAMENT Présentation : Le Master Mention Sciences du Médicament de Montpellier s appuie sur une forte expérience de formation dans le domaine du médicament et des produits de santé de l

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Semestre 2 Spécialité «Analyse in silico des complexes macromolécules biologiques-médicaments»

Semestre 2 Spécialité «Analyse in silico des complexes macromolécules biologiques-médicaments» Master In silico Drug Design Semestre 2 Spécialité «Analyse in silico des complexes macromolécules biologiques-médicaments» 30NU01IS INITIATION A LA PROGRAMMATION (6 ECTS) Responsables : D. MESTIVIER,

Plus en détail

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME)

:SPECIMEN SPECIMEN SUPPLÉMENT AU DIPLÔME (ANNEXE DESCRIPTIVE AU DIPLÔME) ########### : La présente annexe descriptive au diplôme (supplément au Université de La Rochelle diplôme) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES.

Plus en détail

Physique appliquée à l exposition externe Dosimétrie et radioprotection

Physique appliquée à l exposition externe Dosimétrie et radioprotection Physique appliquée à l exposition externe Dosimétrie et radioprotection Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong London Milan Tokyo Rodolphe Antoni, Laurent Bourgois Physique appliquée à l exposition

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE

MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE MASTER PROFESSIONNEL PHYSIQUE DE L ENERGIE ET DE LA TRANSITION ENERGETIQUE Le renouvellement des effectifs dans les grands groupes et les entreprises du secteur de la production d électricité, la modernisation

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Les leçons tirées de l accident de Fukushima feront éventuellement l objet d une version révisée dans le futur. H. Métivier SFRP

Les leçons tirées de l accident de Fukushima feront éventuellement l objet d une version révisée dans le futur. H. Métivier SFRP Revue des livres Radiation Protection and Safety of Radiation Sources: International Basic safety Standards, Interim edition, ISBN 978-92-0-120910-8, IAEA, Vienne 2011, 65. Elles étaient attendues, voici

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ M1 60 ES Volume horaire étudiant : Entre 130 et190

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Sigle UE Sigle module Intitulé module Coef. Coef UE ECTS UE

Sigle UE Sigle module Intitulé module Coef. Coef UE ECTS UE Sigle UE Sigle module Intitulé module Coef. Coef UE ECTS UE U1-S7-MAT MAT 1-S7 Matériaux 1: métaux et alliages 5 7 7 MAT 2-S7 Matériaux 2: polymères et matériaux appliqués 5 U2-S7-MAT MC-1-S7 Matière Condensée

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Le Master spécialisé Techniques Nucléaires et Radioprotection (TNRP) a pour objectif de former des professionnels en sciences et

Le Master spécialisé Techniques Nucléaires et Radioprotection (TNRP) a pour objectif de former des professionnels en sciences et LOGO Université IBN TOFAIL Faculté des Sciences de Kénitra Master spécialisé Techniques Nucléaires et Radioprotection Présentation du Master Spécialisé : Techniques Nucléaires et Radioprotection La formation

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Master 2 professionnel MAAPS Méthodologies Analytiques Appliquées aux Produits de Santé

Master 2 professionnel MAAPS Méthodologies Analytiques Appliquées aux Produits de Santé Master 2 professionnel MAAPS Méthodologies Analytiques Appliquées aux Produits de Santé Parcours MASTER : Sciences Technologies Santé MENTION : Médicaments et Produits de Santé SPECIALITE : Master PRO

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy

Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy Master Ingénierie Nucléaire Master of Science Nuclear Energy Frederico Garrido et Bertrand Reynier Université Paris-Sud, Orsay Campus Ecole Nationale Supérieure des Techniques Avancées ParisTech frederico.garrido@u-psud.fr

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 3, Hors-Série 1, 11 (2004) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bib-j3ea:2004611 EDP Sciences, 2004 Formation

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Programme Pédagogique National du DUT «Hygiène sécurité - environnement» Présentation de la formation

Programme Pédagogique National du DUT «Hygiène sécurité - environnement» Présentation de la formation Programme Pédagogique National du DUT «Hygiène sécurité - environnement» Présentation de la formation 1 SOMMAIRE Page -1-Objectif de la formation -2-Caractéristiques générales de la formation -3-Conditions

Plus en détail

Nouvelles techniques d imagerie laser

Nouvelles techniques d imagerie laser Nouvelles techniques d imagerie laser Les chimistes utilisent depuis longtemps les interactions avec la lumière pour observer et caractériser les milieux organiques ou inorganiques. La présence, dans la

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Atelier «Innovation et Société»

Atelier «Innovation et Société» Atelier «Innovation et Société» Journée de présentation AAP Andra,15 décembre Luis Aparicio, Direction R&D Andra Les installations à l arrêt ou en démantèlement en France Usines de retraitement de La Hague

Plus en détail

Actinides et stockage des déchets. Chimie des actinides pour la gestion de déchets radioactifs

Actinides et stockage des déchets. Chimie des actinides pour la gestion de déchets radioactifs Actinides et stockage des déchets. Chimie des actinides pour la gestion de déchets radioactifs Hélène Capdevila Christophe Poinssot Pierre Vitorge pierre.vitorge /\T cea.fr CEA DEN Direction de l'energie

Plus en détail

MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE

MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE MASTER (LMD) MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE SANTE Spécialité

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

ASA-Advanced Solutions Accelerator. Solution pour la gestion des données des laboratoires et des plateformes de service

ASA-Advanced Solutions Accelerator. Solution pour la gestion des données des laboratoires et des plateformes de service ASA-Advanced Solutions Accelerator Partenaire informatique des Laboratoires de Recherche 100lims Solution pour la gestion des données des laboratoires et des plateformes de service Parce que vous cherchez

Plus en détail

MASTER RISQUE ENVIRONNEMENT PARCOURS RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SURETE NUCLEAIRE

MASTER RISQUE ENVIRONNEMENT PARCOURS RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SURETE NUCLEAIRE MASTER RISQUE ENVIRONNEMENT PARCOURS RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SURETE NUCLEAIRE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : RISQUES

Plus en détail

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013 La Plateforme GALA Un projet régional structurant CPER 2007-2013 avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique Labellisé en avril 2009 Plateforme GALA : quel rôle? Principe

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Le comportement des combustibles nucléaires dans les

Le comportement des combustibles nucléaires dans les Un outil pour les études sur le combustible : Le comportement des combustibles nucléaires dans les réacteurs de puissance est un domaine de R&D très important, nécessitant des expériences instrumentées

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

Intitulé officiel : Licence sciences et techniques industrielles, mention chimie - alimentation - santé - environnement parcours sciences nucléaires

Intitulé officiel : Licence sciences et techniques industrielles, mention chimie - alimentation - santé - environnement parcours sciences nucléaires Formation : Intitulé courant : Licence générale «Radioprotection et environnement» Intitulé officiel : Licence sciences et techniques industrielles, mention chimie - alimentation - santé - environnement

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010 Cours de Radioactivité Le but de ce cours est de permettre aux étudiants qui seront amenés à utiliser des sources radioactives d acquérir les bases de la radioactivité. Aussi bien au niveau du vocabulaire

Plus en détail

Licence professionnelle Radioprotection, démantèlement et déchets nucléaires : chargé de projets

Licence professionnelle Radioprotection, démantèlement et déchets nucléaires : chargé de projets Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Radioprotection, démantèlement et déchets nucléaires : chargé de projets Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

Faculté des Sciences d ORSAY

Faculté des Sciences d ORSAY Université Paris-Sud 11 Faculté des Sciences d ORSAY Personnes ressources des disciplines représentées : Département de Biologie Vice-Président : Hervé DANIEL Secrétaire : Malika DERRAS Université Paris-Sud

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail