Abbinck COMP. PROFANT / LEDOUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Abbinck COMP. PROFANT / LEDOUX"

Transcription

1 économique européen Arrêts La libre circulation des marchandises s de douanes, taxes d effet équivalent, taxes internes discriminatoires

2 Abbinck COMP. PROFANT / LEDOUX Une voiture de tourisme est immatriculée en république fédérale allemande mais utilisée parfois aux Pays-Bas par quelqu un ayant sa résidence là. Cette voiture appartient à la société de Monsieur Abbinck résidant aux Pays-Bas. Mais Monsieur Abbinck n a aucune intention de fraude. La Cour dira qu une réglementation visant à éviter la fraude fiscale devait se fonder sur des critères objectifs et vérifiables et pouvait n avoir aucun égard à l intention de la personne concernée.

3 Bauhuis COMP. REWE Les PB perçoivent des redevances à l occasion de contrôles sanitaires effectués en vertu d une directive communautaire sur des animaux destinés à l exploitation vers d autres états membres. A première vue, ce sont des TEE car cela concerne spécifiquement les exportations. Le contrôle est d origine communautaire. Cela facilite le commerce. On dira que c est une charge pécuniaire légitime. Ces charges servent à financer l organisation de contrôle qui sont destinées à favoriser la circulation des marchandises. Comparaison avec REWE (également exception à l interdiction des TEE) Attention Bauhuis a été étendu (cfr. pages 67 in fine et 68) hypothèse de contrôle en vertu d une convention internationale à laquelle tous les états membres sont parties. En matière de MEE Cet arrêt montre qu une mesure perd son caractère de MEE si elle découle d une directive communautaire. Cfr. Denkavit.

4 Blaizot Des étudiants vétérinaires français viennent étudier à Liège. On leur fait payer un minerval plus important que pour les Belges. Les étudiants se plaignent et demandent la restitution des sommes supplémentaires. Selon la Cour, cela rentre dans le champ d application du traité mais elle limite son arrêt dans le temps. Celui-ci n a donc aucun effet rétroactif (= RARE). Pourquoi? La Cour dit que la Belgique est surprise par ce développement jurisprudentiel. Ce qui est FAUX étant donné qu en 1985, l arrêt PROFANT visait déjà les établissements universitaires.

5 Bresciani et Denkavit Arrêt Bresciani L Italie perçoit une taxe lors de l importation de peaux de bovins. Cette taxe couvre les frais de l inspection vétérinaire à laquelle ces produits sont soumis. Aucune taxe identique n est perçue pour les produits italiens. On avait seulement une taxe prévue lors de l abattage. C est une TEE car les produits ne sont pas taxés au même stade de commercialisation. Arrêt Denkavit La France prélève une taxe à l importation de saindoux car le contrôle vétérinaire effectué lors de l abattage des porcs français donnait lieu à une taxe. C est une TEE car selon la cour, on taxe à un autre stade.! >< Molkerei (syllabus p94)

6 Denkavit et Bresciani Arrêt Bresciani L Italie perçoit une taxe lors de l importation de peaux de bovins. Cette taxe couvre les frais de l inspection vétérinaire à laquelle ces produits sont soumis. Aucune taxe identique n est perçue pour les produits italiens. On avait seulement une taxe prévue lors de l abattage. C est une TEE car les produits ne sont pas taxés au même stade de commercialisation. Arrêt Denkavit La France prélève une taxe à l importation de saindoux car le contrôle vétérinaire effectué lors de l abattage des porcs français donnait lieu à une taxe. C est une TEE car selon la cour, on taxe à un autre stade.! >< Molkerei (syllabus p94)

7 Bobie ( ) En Allemagne, la bière importée est taxée selon un taux fixe de 14.40DM par hectolitre (taux forfaitaire) tandis que la bière nationale connaît une imposition progressive basée sur la quantité que chaque brasserie produit et qui va de 19 DM/Hl pour les 2000 premiers Hl à 15DM/Hl pour les quantités > à Hl/an. La société Bobie, importatrice de bière belge en 68/69 estime qu une telle taxation est contraire à l art 90, al 1. La Cour lui donna raison : le fait d utiliser un mode de calcul différent pour taxer un produit importé ne serait pas compatible avec l art 90 s il n aboutissait pas à taxer ne fit ce que dans un nombre limité de cas le produit national. Donc, si un état a choisi d appliquer une imposition progressive à la bière nationale sur base de la quantité que chaque brasserie produit. L art 90 n est respecté que si la bière importée était soumise à un taux d imposition équivalent ou inférieur également appliqué aux quantités que chaque brasserie produit pendant un an. Remarques Cet arrêt montre qu il n est pas nécessaire que la discrimination soit d application générale, il suffit qu elle existe dans un petit nombre de cas, peu importe qu elle soit minime et non intentionnelle.

8 Capolongo COMP. PRODUITS TEXTILES (P.76) / INTERZUCCHERI / SOPRAVEZZO / FONDS DES DIAMANTAIRES Une taxe frappe en Italie la cellulose, le papier et le carton tant nationaux qu importés, selon les mêmes critères. Cette taxe est affectée à un organisme d intérêt public servant à promouvoir la production italienne de cellulose et de papier. On doit tenir compte de la destination des charges pécuniaires perçues. Quand une telle charge est exclusivement destinée à alimenter des activités profitant aux produits nationaux imposés, cela peut constituer une TEE. La Cour répond à la troisième question (une telle perception constitue-t-elle une violation de l art 13 par 2 TCE?) en disant que pour apprécier si on a une TEE, il faut tenir compte de la destination des charges pécuniaires perçues si ca alimente exclusivement des activités qui profiteront spécifiquement aux produits nationaux imposés, il peut en résulter que la taxe, pourtant perçue selon les mêmes critères constitue pour le produit importé une charge pécuniaire supplémentaire nette tandis que pour le produit national, elle constitue la contrepartie des avantages ou des aides reçues. Mais il faut un retour total de la taxe pour que TEE. Si retour partiel sans compensation totale, on a une TI discriminatoire (voir Sopravezzo) Remarques La Cour fait ici un faux raisonnement car il suffit qu il y ait une compensation totale de la taxe, même si retour partiel, pour qu on ait une TEE tout à fait interdite. On relève encore cette ambiguïté dans l arrêt CELBI de 1993 même si elle dit que le critère de compensation doit être pris dans le sens d une équivalence pécuniaire. Par contre, dans l arret Benalablke de 1993, elle semble enfin avoir tout compris. En plus, on a une illustration de la définition des TEE de l arrêt Fonds des diamantaires : il s agit d une charge pécuniaire qui n est pas perçue au profit de l état. Comparaison avec INTERZUCCHERI (retour au sucre partiellement et à la betterave partiellement). Or, betterave = matière première du sucre. Pour les produits exportés : BULBES DE FLEURS / GEDDO.

9 Rég. Fiscal de l alcool dénaturé Chemical Farmaceuti COMP. HUMBLOT La loi italienne instaure une différence entre l alcool de synthèse, produit d importation et l alcool de fermentation, produit national. Ces produits sont identiques pourtant le taux de taxation est différent. Cela viole-t-il l art 90 (QP à la CJCE)? La Cour dira que les états peuvent créer des différences de traitement si celles-ci sont justifiées pour des raisons objectives compatibles avec le traité et si seulement il n y a pas d effet de caractère discriminatoire ou protecteur. Or, in casu, c est le cas, on veut favoriser l alcool de fermentation plus naturel ( HUMBLOT) Remarques Ici la taxation empêche carrément l importation, donc du point de vue de la gravité objective, cette taxe-ci est plus marquante que celle de l arrêt HUMBLOT. La Cour aurait du examiner, comme fait supplémentaire, pour pouvoir affirmer qu il n y a pas discrimination que dans les autres états membres, l alcool n est pas exclusivement fabriqué selon des procédés de synthèse. Dans ce cas, le procédé de fermentation aurait été totalement mis à l abris de la concurrence. Remarquons que quand l entrave au commerce est une taxe, la cour se montre moins rigoureuse que quand il s agit d une autre mesure comme par exemple une exigence d étiquetage. Là, il y a présomption d effet protecteur et un besoin de justification. On le voit dans l arrêt VINAIGRE DE POMME en Italie aussi. Donc finalement, l Italie aurait mieux fait de taxer plus le vinaigre de pomme que le vinaigre de vin. A travers une taxe, l Italie a pu obtenir ce qu elle n avait pas pu obtenir dans la matière des TEE.

10 Vinaigre de Pomme COMP. REGIME FISCAL DE L ALCOOL DENATURE (CHEMICAL FARMACEUTI) Remarquons que quand l entrave au commerce est une taxe, la cour se montre moins rigoureuse que quand il s agit d une autre mesure comme par exemple une exigence d étiquetage. Là, il y a présomption d effet protecteur et un besoin de justification. On le voit dans l arrêt VINAIGRE DE POMME en Italie aussi. Donc finalement, l Italie aurait mieux fait de taxer plus le vinaigre de pomme que le vinaigre de vin.

11 Rég. fiscal Vin/bière (Commission c/ Belgique) COMP. ARRET ALCOOL EN FRANCE RAPPORT PLUS PETIT ENTRE BIERE ET VIN La commission attaque la Belgique pour avoir manqué aux obligations qui lui incombe en vertu de l art 90 al 2 en appliquant un taux de TVA plus élevé aux vins, produit importé, qu à la bière. La commission avance des arguments sur les quantités vendues mais la Cour dire qu on ne peut établir qu il y a un lien de causalité entre les augmentations de vente de la bière et les augmentations des taxes sur le vin. Arrêt Alcools en France.

12 Rég. fiscal des eaux de vie (Commission c/ France) COMP. VIN/BIERE I La France taxe tous les alcools d un droit de consommation et certaines d un droit de fabrication. Seul le genièvre est frappé de ce droit de fabrication. Les eaux de vie dérivées du vin et des fruits y échappent. Or, en France, il n y a pas de production de genièvre. Recours de la Commission contre la France car selon elle, cela est contraire à l art 90 car on favorise les eaux de vie produites en France car des produits similaires ou concurrents sont frappés d une taxation supplémentaire. Il y a donc selon elle, taxe interne discriminatoire. Selon la Cour, on ne peut pas tirer l argument de similitude dans le fait que ces différentes boissons sont dans une même classification au niveau européen (cfr arrêt REWE boissons spiritueuses dans le TDC) : ces classifications sont conçues en termes d échanges extérieurs à la communauté (argument de la commission). Les produits ne sont pas non plus distincts (boissons apéritives et boissons digestives : argument de la France). On ne peut pas se baser non plus sur le goût, les habitudes des consommateurs, etc. Vu la flexibilité de l usage de ces boissons, elles doivent être considérées comme similaires. De toute manière, ces boissons sont concurrentes sans aucun problème : c est donc contraire à l art 90. Remarques Dans cet arrêt, la cour refuse de prendre en compte l évolution des ventes des produits nationaux et importés. La France arguait en effet que les ventes de whisky avaient augmenté. Tel ne fut pas le cas dans l arrêt Vin/bière en Belgique où la vente de vin n ayant pas souffert d une TVA supérieure à la bière, la Cour en déduisit l absence d effet protecteur. Preuve que la Cour éloigne les arguments qui ne vont pas dans le sens du but poursuivi par l Europe.

13 Reprographie (Commission c/ France) COMP. FONDS DIAMANTAIRE Une taxe frappe les appareils de reprographie pour compenser la brèche ouverte dans la protection des droits d auteurs par l utilisation de ces appareils. La Commission dit qu une telle taxe est une TEE contraire au traité. Elle va prendre en considération le BUT de cette charge pécuniaire et ne pas suivre la commission. C est donc différent de FONDS DIAMANTAIRE où on ne tient pas compte du but de la taxe.

14 Taxation Voiture (Grèce) COMP. REGIME FISCAL DE L ALCOOL DENATURE = CHEMICAL FARMACEUTI ; HUMBLOT La Grèce taxe les voitures selon des catégories qui dépendent de leur cylindrée : taxe progressive selon les catégories de façon non constante : - de 1200 CC, de 1200 à 1800 CC, + de 180 CC. Or les voitures de plus e 1800 cc sont toutes importées. La commission prétend que ce système détourne des grosses cylindrées en faveur des voitures nationales et est donc contraire à l art 95 al 2. La cour rejette les arguments de la commission. En effet, depuis Chemical Farmaceuti, il est établi qu un système ne peut être considéré comme discriminatoire pour la seule raison que seuls des produits importés se trouvent dans la catégorie la plus fortement taxée. Ici, c est le cas et c est légal car exempt de tout effet discriminatoire ou protecteur. Pourquoi? La catégorie inférieure à 1800 cc est aussi composée de voitures exclusivement importées, donc un effet protecteur n est pas démontré. Le consommateur effrayé par la taxe se tournera vers des voitures aussi importées. Il y a une raison objective : la cylindrée : il n y a pas d effet protecteur, c est une différenciation compatible avec l art 90 al 2. ( Humblot) Remarques On a ici une mesure indistinctement applicable mais cependant contraire à l art 30 car ne pouvant être justifiées comme étant nécessaire pour satisfaire à des exigences impératives tenant en particulier à : - l efficacité des contrôles fiscaux - la protection de la santé publique - la loyauté des transactions commerciales - la protection des consommateurs Les exigences impératives sont de nouvelles justifications par rapport à l art 36 (la santé était déjà compris dans 36 et d autres justifications se sont rajoutées par la suite) Par la suite, cette jurisprudence joua surtout vis-à-vis de mesures concernant l étiquetage, la conservation, la dénomination de produits qui bien qu indistinctement applicables pesaient plus lourdement sur les produits imposés et qui ne pouvaient être justifiée. ELARGISSEMENT du champ de l art 30 (mesures indistinctement applicables > le commerce et des causes pouvant légitimer une mesure restrictive).

15 Boissons alcoolisées (Commission c/ Irlande) COMP. DENKAVIT, P 109 Pour payer les droits d accise, les producteurs nationaux avaient des délais de paiement variant entre 4 et 6 semaines tandis que les produits importés étaient frappés de la taxe au moment de leur importation ou de leur sortie de l entrepôt douanier. Il y a une discrimination contraire à l art 90 al 1 (l imposition supérieure peut être fonction aussi des modalités de paiement).

16 Fink Frucht COMP. Pour définir les taxes protectrices au sens de l art 90 al 2 CE, on étend aux taxes qui protègent même indirectement d autres productions. Même à défaut de toute concurrence directe, à partir du moment où le produit importé supporte un charge fiscale particulière de manière à protéger certaines activités distinctes de celles qui ont servi à la fabrication du produit importé : LARGE! On exige quand même que les rapports économiques n aient pas un caractère occasionnel mais durable. (Pas d obligation qu il y ait un produit national directement concurrent).

17 Fonds des diamantaires COMP. REPROGRAPHIE ; PAIN D EPICES La Belgique impose une petite taxe sur l importation des diamants bruts afin de financer un fonds social pour les ouvriers diamantaires. Pourquoi? Car le milieu fermé et particulariste des diamantaires empêchaient que cette cotisation de sécurité sociale soit mise à charge de l employeur. Le but n est donc pas de freiner les importations. Les faits sont donc moins importants que dans PAIN D EPICE car une telle situation se présente plus rarement. Le juge de paix saisi du litige pose une question à la CJCE pour interpréter cette cotisation. Questions du Juge de paix 1) le but doit-il être seulement fiscal? Nnon, cela peut être aussi parafiscal 2) Quels sont les éléments déterminants à prendre en compte pour les DD-TEE et TI? DD : seule la dénomination suffit TEE : on regarde son effet par rapport à la libre circulation des marchandises + dénomination/technique/but ne sont pas déterminants. TI : dénomination/technique/but ne sont pas déterminants. 3) Peut-il y avoir TEE sans aucun but protectionniste? Oui On a une TEE si 1) charge pécuniaire même minime 2) unilatéralement imposée 3) qque soit son appellation et sa technique 4) frappant les marchandises parce qu elles passent la frontière 5) même si elles ne sont pas perçues au profit de l Etat 6) sans aucun effet protecteur ou discriminatoire 7) sans concurrence avec une production nationale On n a pas de TEE si 1) taxe qui frappe de la même manière à l intérieur de l état les productions nationales similaires ou comparables. 2) taxe entrant dans le cadre d une imposition interne générale ou ayant pour but de compenser, dans les limites du traité, de telles impositions intérieures. Remarques - la Cour définit les TEE par rapport aux TI, évolution par rapport à PAIN D EPICES : pas besoin qu il y ait discrimination et faits plus rares donc moins grave si la Cour n avait pas condamné. - On ne tient pas compte du but de la taxe ( REPROGAPHIE : évolution)

18 Gravier COMP. REPROGRAPHIE ; PAIN D EPICES Une française fait ses études aux Beaux-Arts à Liège. Elle paye un plus grand minerval que les belges ou résidents en Belgique. Selon la cour, on rentre dans le champ d application du traité si cela vise toute formation débouchant sur un diplôme permettant de travailler par après. Voilà comment on fait entrer les étudiants dans le champ d application du traité : art 7 et 128 TCE.

19 Humblot COMP. CHEMICAL FARMACEUTI La France applique deux taxations différentes pour les voitures selon leur puissance : - T différentielle pour les voitures de max 16 CV - T fixe pour les voitures de + de 16 CV Monsieur H a une voiture de 36 CV et demande le remboursement de la différence entre la plus grande taxe différentielle et la taxe fixe. Refus de la France. QP devant CJCE pour violation de l art 90 Bien qu une telle taxe soit considérée dans certains pays comme une taxe directe (car payée directement à l administration fiscale et donc non incorporée dans le prix), et donc non susceptible de taxe compensatoire à l importation, la Cour lui a quand même appliqué l art 90 car taxer ainsi beaucoup plus l utilisation de voitures de plus de 16CV peut décourager l acquisition de ces voitures et constituer une taxe indirecte discriminatoires TID. Cette taxe spéciale est discriminatoire car elle a pour effet de ne toucher que les voitures importées. Cela réduit la concurrence. Les voitures étant trop chères, on se tourne vers des voitures moins puissantes qui elles, sont françaises. Il n y a aucune raison objective pour multiplier par 5 la taxe une fois que l on passe les 16CV : l on vise donc les voitures importées. Remarques Cet arrêt montre que l art 90 est applicable, outre aux taxes indirectes, à toute espèce de taxe dont l incidence sur le commerce d un produit est clairement identifiable. Cet arrêt montre que si une différenciation fiscale (selon différentes catégories taxées différemment) est fondée sur une raison objective (critère de la puissance du moteur), on peut admettre l existence d une catégorie fiscalement désavantagées ne comprenant que des produits importées MAIS le problème ici était qu on modifiait la manière de taxer quand on atteignait la catégorie des produits importés.

20 Lancry COMP. LEGROS ; JURISPRUDENCE SUR DISCRIMINATION A REBOURS ; COMMISSAIRES REUNIS Une taxe frappe les produits nationaux et étrangers quand ils passent une certaine région (ex. DOM). Le tribunal se demande si cela n est pas contraire au traité car cela ressemble à une TEE. on présuppose l inexistence de telles taxes régionales avant de réaliser l union douanière : c est une condition prioritaire indispensable. cela serait ok si cela visait les produits français mais cela vise aussi d autres produits d autres produits (discrimination à rebours). en pratique : comment savoir si le produit est d origine française ou non? Difficile (arrêt pragmatique). On ne contrôle en effet pas l origine des produits entre Etats membres (2 e argument) Remarque Ici, le conseil avait accepté la taxe. Or, il ne peut prévoir d exceptions à l interdiction des TEE. Cfr. COMMISSAIRES REUNIS.

21 Ledoux COMP. PROPOSITION COMMISSION (P101) ; PROFANT L. est belge et est employé par une société française. Cette société lui prête une voiture pour usage professionnel et personnel. Cette voiture appartient à son employeur et est donc assujettie à la TVA française. Grâce à elle, il accomplit les taches de son contrat de travail et meuble ses loisirs. L administration fiscale belge le poursuit pénalement pour importation frauduleuse de véhicule automobile vu qu aucune TVA n a été payée en Belgique. La Cour d Appel de Liège pose une QP à la CJCE en se demandant si cette taxe n est pas contraire à la libre-circulation des personnes (6 e directive). La directive doit être appliquée de manière à respecter la libre circulation des personnes et prévenir les doubles impositions. Usage professionnel d une voiture par un travailleur résidant dans l Etat membre de l importation. On doit faire une exception au principe du pays de résidence : taxer le pays en Belgique reviendrait à désavantager le travailleur belge par rapport à ses collègues résidant en France. Usage personnel : Ok si accessoire par rapport à l usage professionnel. Remarques Arrêt dans la lignée de l arrêt PROFANT mais témoignant d un revirement complet par rapport à ABBINCK dont les faits sont pourtant tout à fait semblables quoi qu en dise la Cour. Cfr. Publication d une communication par la Commission concernant l importation temporaire d un véhicule de tourisme pour usage professionnel et privé où la commission suggère d étendre la jurisprudence LEDOUX à d autres cas.

22 Molkerei COMP. DENKAVIT Une taxe allemande frappe le lait en poudre importé (ancienne TVA en cascade). En Allemagne, la taxe ne frappe pas du lait en poudre mais du lait normal.! La taxation sur le lait se répercute sur le lait en poudre (matière première, produit fini) frappe indirectement le produit national similaire. Ce n est pas contraire au traité. Remarques Si la Cour avait tranché en disant incompatibilité, cela aurait eu pour conséquence que les produits importés auraient été systématiquement avantagés. Il fallait permettre une taxation à différents stades. Rem. Que la taxe est plus forte sur le lait en poudre car le produit est fini : il faut calculer honnêtement. Comparaison avec Denkavit La Cour n a pas là accepté la taxation à des stades différents (ici, petite taxe). Il faut donc faire attention au risque de double imposition dans ce cas (il faut en tenir compte pour voir si la mesure est proportionnée).

23 Œuvres d Art (Commission c/ Italie) L interdiction de 25 TCE est en principe absolue. L Italie frappe les exportations d objets présentant un intérêt artistique ou historique d une taxe. La Cour de Cassation dit que c est contraire à l art 25TCE. L Italie dit que c est pour protéger les trésors nationaux ayant une valeur artistique ou historique. La Cour ne suivra pas l Italie. L art 30 TCE constitue une dérogation à l élimination des RQ et des MEE mais pas des TEE. Ne s applique pas en cas de charge pécuniaire.

24 Autokeempre COMP. PREUSSEN ELEKTRA ; MARSALA ciations fiscales indirectement applicables = TID La Finlande taxe de façon différente selon la pollution qu elle engendre l électricité. Pour l électricité importée, elle fait un taux moyen car elle ne peut identifier l origine de celle-ci. Même s il est vrai qu il est difficile d identifier l origine de l électricité, la Finlande ne peut opposer une différenciation d ordre matériel pour justifier une différence de taxation. En outre, la Finlande ne donne aucun droit au pays qui importe de justifier la nature de l électricité. arrêt très sévère.

25 Pain d épices ( ) COMP. FONDS DES DIAMANTAIRES Après le tarif douanier commun, durant la période de transition, la Belgique et le Luxembourg ont augmenté une taxe sur le pain d épices afin d égaliser le coût du pain d épices belge et étranger. Le seigle belge étant plus cher, la Belgique ne sait plus être concurrentielle. Arguments de la Belgique : 1 / recevabilité : irrecevabilité du recours de la commission. La Commission n a pas répondu à temps : elle perd son aval et l intérêt à agir. La cause de son recours est, selon la Belgique, illicite. 2 / au fond : pour être une TEE, il faut que toutes les éléments soient identiques au droit communautaire. Selon la Belgique, c est une taxe compensatoire. L art 95 permet de compenser une telle taxe par une autre taxe. La Cour : 1 /recevabilité : la faute éventuelle de la Commission n affecte en rien le recours pour violation du Traité. 2 / au fond : il importe peu que tous les effets du droit communautaire soient réunis pour l application de l art 95 car la taxe compense une charge pécuniaire économique (seigle) et non une taxe. Il s agit donc d une TEE interdite car discriminatoire. La Cour interprète ici strictement l art 95 TCE. L art 38 2 (e aux TEE) ne s applique qu aux produits agricoles. Or le pain d épice n est pas un produit agricole (pas dans la liste). Remarques Si la Cour de justice avait accepté l argumentation belge, il n y aurait jamais eu de libre circulation. Tout aurait pu servir de prétexte pour taxer un produit importé. // affaire allocations familiales belges dans le cadre du GATT où la Belgique justifiait une taxe sur le textile importé en disant qu en Belgique, le secteur implique beaucoup de main d œuvre et que les entreprises doivent cotiser pour les allocations. // taxe pour compenser le fait que les produits importés n ont pas du supporter des conditions de production au niveau de l environnement aussi dures que les nôtres. Mais dans le GATT existe quand même le cas où on peut tenir compte de la façon dont les inputs furent traités : produit fabriqué par un prisonnier, par ex. On insiste sur le fait que la taxe est discriminatoire mais il n est pas nécessaire qu il y ait une discrimination pour qu on ait une TEE. On peut en avoir une même en l absence d effet protecteur, si par exemple, on n a pas de production nationale correspondante. Pq? Car tous les droits de douane sont interdits même sans effet protecteur. La Cour le comprendra dans l arrêt FONDS des DIAMANTAIRES.

26 Produits textiles COMP. CAPOLONGO ; FONDS DES DIAMANTAIRES Les produits textiles vendus en France sont taxés. La France va octroyer des aides (accordées par la Commission) à deux fonds de l industrie textile qui sera donc financée par ces taxes. La Commission dira que ces aides sont illégales de par leur financement. Recours en annulation de la France contre la décision de la commission. La CJCE confirme qu une taxe bien que légale (critères de Fonds des diamantaires appliqués) au départ, càd frappant également les produits français et les produits étrangers, peut être contraire à l objet du traité quand elle finance une aide destinée à ces mêmes produits textiles : une aide proprement dite peut être reconnue admissible mais voir son effet perturbateur aggravé par un mode de financement incompatible avec un marché unique et l intérêt commun. Taxe légale aide légale financement -> illégal. Remarques Arrêt intéressant si on le met en parallèle avec CAPOLONGO car cet arrêt accroît les moyens qu offre le droit communautaire pour éliminer les aides étatiques. En effet, ici, avant CAPOLONGO, on est obligé de contester le principe même des aides et d agir donc via la commission (qu on ne peut forcer) puisque la taxe est autorisée au regard de la définition donnée dans FONDS DES DIAMANTAIRES qui ne prend pas en compte la destination du produit de la taxe (pas une TEE au regard de FONDS DES DIAMANTAIRES). Mais après CAPOLONGO, il suffira de contester la taxe même en disant que TEE ou TI. La Cour est mal à l aise car elle crée un paradoxe en faisant de deux choses permises (la taxe et l aide) une chose interdite.

27 Profant COMP. LEDOUX ; ABBINCK, SCHUL ; GRAVIER Profant est luxembourgeois mais étudie à l Ulg. Il utilise pour ses trajets route et urbain une voiture immatriculée au Luxembourg, imposée là-bas en matière de TVA. L exonération de TVA lui est d abord accordée en Belgique puis, s étant marié, il se la voit refuser au motif qu il avait plus de résidence normale à l étranger (foyer établi en Belgique). Profant refuse de payer. L administration fiscale le poursuit. La Cour pose une question préjudicielle à la CJCE : «La loi belge n est-elle pas contraire à la libre circulation des marchandises car elle crée un droit de douane?». Selon la Cour, le fait d être marié ou non n influe pas sur la question selon laquelle un étudiant résidant dans le pays Luxembourg et étudiants dans le pays Belgique ne doit pas payer de TVA supplémentaire dans ce pays car il bénéficie d un régime d importation temporaire pendant ses études. L Etat membre doit tenir compte de la libre circulation des personnes dans le régime d imposition temporaire. Bref, la Cour estime qu appliquer la TVA en Belgique serait un obstacle à la libre circulation des personnes et un encouragement au concubinage. Ce n est pas une TEE mais c est cependant contraire à la directive harmonisant la taxe sur le chiffre d affaire. Remarques Evolution par rapport à ABBINCK du où la Cour avait refusé de prendre en considération la libre circulation des personnes. Seul le risque de double imposition y était considéré conformément à l arrêt SCHUL. La libre circulation des étudiants n est pas envisagée comme telle dans le traité CE mais définie dans l arrêt GRAVIER en février 1985 où la Cour l avait reconnue via la formation professionnelle.

28 Gains économiques attendus de la réalisation du marché intérieur. Notes sur le Rapport CECCHINI Objet La commission charge des analystes économiques d étudier les conséquences économiques pour la communauté dans son ensemble de la suppression de toutes les barrières. Rapport - augmentation des exportations à court terme (vers états membres et états tiers) - augmentation des emplois à long terme Quelles sources? - suppression des barrières - économies d échelle - intensification de la concurrence Analyse macroéconomique - économie d échelles diminution des coûts de production - suppression des barrières diminution des prix - concurrence diminution des prix Analyse macroéconomique : différences de résultats en fonction des dépenses publiques. Quels pays sont visés? - Surtout les petits pays. Critiques du rapport - Ce rapport sous-estime les avantages : le rapport se fonde sur la théorie traditionnelle augmentation du processus d innovation technologique augmentation du taux de croissance à long terme ; Or, aucune augmentation du processus d innovation technologique n est prévue pas d augmentation du taux de croissance mais bien du PIB. - Augmentation du PIB augmentation de l épargne/investissement augmentation du taux de croissance (rapport de Baldrum) nouvelle théorie de la croissance (effets positifs permanents). On obtient des chiffres plus optimistes que dans le rapport.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 24.6.2010 COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0091/2005 présentée par Paolo Pozzan, de nationalité italienne, sur une prétendue violation de

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE

L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE Partie 1 L IMPÔT SUR LA DÉPENSE, HISTORIQUE ET RÔLE L imposition de la dépense, si l on se place du côté du consommateur ou sur le chiffre d affaires, si l on retient les entreprises imposables, dans son

Plus en détail

Université Aix Marseille Faculté de Droit d Aix-en-Provence Site Canebière. Licence 3 2014-2015 DROIT DU MARCHÉ INTÉRIEUR DE L UNION EUROPÉENNE

Université Aix Marseille Faculté de Droit d Aix-en-Provence Site Canebière. Licence 3 2014-2015 DROIT DU MARCHÉ INTÉRIEUR DE L UNION EUROPÉENNE Université Aix Marseille Faculté de Droit d Aix-en-Provence Site Canebière Licence 3 2014-2015 DROIT DU MARCHÉ INTÉRIEUR DE L UNION EUROPÉENNE Estelle BROSSET Maître de conférences HDR en en droit public

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national

CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97. Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt. Le cadre juridique national CE Cour de Justice, le 14 septembre 1999 * Affaire C-391/97 Frans Gschwind contre Finanzamt Aachen-Außenstadt 1. Par ordonnance du 27 octobre 1997, parvenue à la Cour le 17 novembre suivant, le Finanzgericht

Plus en détail

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes Expert Comptable Commissaire Aux Comptes 07/12/2015 Opérations sur les biens Généralités Acquisitions intracommunautaires : L acquisition par un assujetti d un Etat membre, d un bien meuble corporel qui

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES 1 st OCTOBER 2015 EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES Paul CRAHAY Avocat au Barreau de Liège Maître de conférences Hec-Ulg page 2 Section

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail

SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-12941 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

L interprétation du droit fiscal (cours)

L interprétation du droit fiscal (cours) L interprétation du droit fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I L interprétation du droit fiscal par le juge... 4 L absence de techniques impératives d interprétation...

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/02/2015 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-23113 ECLI:FR:CCASS:2014:C101262 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992 Affaire C-204/90 Hanns-Martin Bachmann contre État belge 1. Par arrêt du 28 juin 1990, parvenu à la Cour le 5 juillet suivant, la Cour de cassation de Belgique a

Plus en détail

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2801 Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation du décret de la Commission communautaire française du 16 janvier 2003 modifiant la loi du 21 avril 1965

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

3Aux yeux d economiesuisse, un changement. 3economiesuisse rejette l idée d un impôt. 3economiesuisse rejette l initiative de

3Aux yeux d economiesuisse, un changement. 3economiesuisse rejette l idée d un impôt. 3economiesuisse rejette l initiative de Révision de l imposition de la propriété du logement : oui sous réserve dossierpolitique 15 février 2010 Numéro 4 L imposition de la propriété du logement sous le feu de la critique. Aujourd hui, les propriétaires

Plus en détail

COM (2015) 148 final

COM (2015) 148 final COM (2015) 148 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 20 avril 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Politique de remboursement des frais de séjour et de déplacement Adopté par le conseil des commissaires le 16 octobre 2012, résolution : C 12 138.

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com

Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015. Avocat spécialiste en Droit Fiscal. ed@donorio.com - www.donorio.com Par Eve d Onorio di Méo, Avocat - jeudi 22 octobre 2015 Avocat spécialiste en Droit Fiscal ed@donorio.com - www.donorio.com Membre ANACOFI-CIF N E001954 La législation française relative à l assujettissement

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Code de déontologie de l auto-entrepreneur

Code de déontologie de l auto-entrepreneur Code de déontologie de l auto-entrepreneur Ce code a été rédigé par Monsieur HABI Hacène, créateur de Habi Consultant International (HCI), pour offrir aux entrepreneurs et aux organismes un support de

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb

RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX. Par. Florence Ivanier et Michael Taïeb 1 RESPONSABILITE CIVILE DU DIRIGEANT EN CAS DE PROCEDURE COLLECTIVE : UN ETAT DES LIEUX Florence Ivanier et Michael Taïeb Par Avocat Associé Avocat Associé Sommaire: lorsqu une société fait l objet d une

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières

Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières Version 03-02-2014 PARTIE III Titre I Chapitre VIII Section I Utilisation d un véhicule de service à des fins personnelles Table des matières 1. Bases légales et réglementaires 2. Généralités 3. Détermination

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER Le 1 er juillet 2015, la réforme de la réglementation fiscale relative à l octroi de mer doit entrer en vigueur. Elle s inscrit dans le cadre de

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la pratique d un établissement de crédit consistant à refuser l accès à ses crédits aux populations d

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00628 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président M. Patrick Minne, rapporteur M. Marjanovic, rapporteur public SELARL ALAIN SARRAZIN,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE Université de Metz Année Universitaire 2010/2011 UFR Droit - AES TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES Cours de Mme Corinne BOISMAIN TD de Maître Romain LANCIA TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE Véronique VINCENT Juin 2011 Dans un arrêt du 18 mai 2011 (Cass.soc., n 09-69.175), la Cour

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE?

LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? LA FISCALITE, MAL AIMEE DE L EUROPE? Prof. Dr. Isabelle Richelle Co-Présidente Tax Institute de l Université de Liège Isabelle.Richelle@Ulg.ac.be Collège Belgique Bruxelles, 5 décembre 2013 SOUVERAINETE

Plus en détail

Numéro du rôle : 5815. Arrêt n 8/2015 du 22 janvier 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5815. Arrêt n 8/2015 du 22 janvier 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5815 Arrêt n 8/2015 du 22 janvier 2015 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 145 24, 1er, 1, du Code des impôts sur les revenus 1992, tel qu il était

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales

Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales Introduction Nous avons relevé trois domaines dans lesquels la jurisprudence s est affirmée récemment : - La charge de la

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522)

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) MEMO/07/413 Bruxelles, le 17 octobre 2007 Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) La décision n est-elle

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965 SOMMAIRE I. LÉGISLATION SPECIALE Loi modifiant le régime des sociétés en matière d impôts sur les revenus et instituant un système de décision anticipée en matière fiscale 24 décembre 2002 Arrêté royal

Plus en détail

La disposition de la loi mise en cause obligeait les contribuables qui vendaient des biens ou fournissaient des services à des personnes physiques,

La disposition de la loi mise en cause obligeait les contribuables qui vendaient des biens ou fournissaient des services à des personnes physiques, Arrêt du 21 septembre 2004, K 34/03 Résumé protégé par le droit d auteur CAISSES FISCALISEES DANS LES TAXIS Type de la procédure : contrôle abstrait Initiateur : groupe de députés Corps statuant : 5 juges

Plus en détail

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC

La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC La fiscalité dans le secteur des télécoms et la croissance du mobile en RDC Genève du 1-2 Sept 2011 Romain CIZA /ARPTC romain.ciza@arptc.cd 1 Caneva I. Brève présentation de la RDC II. Cadre réglementaire

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

ÉPREUVE D ÉCONOMIE-DROIT ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ÉPREUVES DE SPÉCIALITÉS

ÉPREUVE D ÉCONOMIE-DROIT ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ÉPREUVES DE SPÉCIALITÉS BAC TECHNO 6 sujets INÉDIT Session 2014 SUJETS D EXAMEN Bac Technologique STMG ÉPREUVE D ÉCONOMIE-DROIT ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ÉPREUVES DE SPÉCIALITÉS Eyrolles Éducation / Gep Éditions,

Plus en détail

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.10.2015 COM(2015) 494 final 2015/0238 (NLE) Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL autorisant le Royaume-Uni à appliquer une mesure particulière dérogatoire

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux

Informations sur les demandes de paiement. Principes généraux Informations sur les demandes de paiement Principes généraux Conditions préalables Le porteur de projet et ses partenaires co-financeurs préfinancent le projet. Le versement de la subvention communautaire

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Sur le premier moyen :

Sur le premier moyen : Assurance sur la vie Procédure fiscale - Contrôle des déclarations de succession - Procédure de répression des abus de droit Cass. com., 26 octobre 2010, N de pourvoi: 09-70927, Non publié au bulletin

Plus en détail