Aspects de Neuro-réanimation. Cours IDE PANACEA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aspects de Neuro-réanimation. Cours IDE PANACEA"

Transcription

1 Aspects de Neuro-réanimation. Cours IDE PANACEA

2 Les comas non-traumatiques De causes multiples, il convient pour aborder avec rigueur le patient présentant des troubles de conscience et mettre en place un cheminement logique en posant les questions suivantes : Existe-t-il une détresse vitale immédiate? Quelles sont les mesures immédiates à appliquer Quelle approche clinique du sujet comateux? Quel est le niveau de conscience du patient? Quels sont les diagnostics différentiels? Quel diagnostic étiologique? Quelques définitions La vigilance : c est l éveil. Elle est générée au niveau de la substance réticulée activatrice qui est une zone située dans la partie postérieure du tronc cérébral. La substance réticulée activatrice est donc une forme d interrupteur disposant de trois voies d activation principales du cortex : soit directement, soit par l intermédiaire du thalamus, soit avec des relais dans l hypothalamus et le cerveau antérieur basal. La conscience : fonction du cortex cérébral qui génère la connaissance qu à l individu de luimême et de son environnement. Être conscient, c est ouvrir les yeux, avoir un discours et une réponse motrice adaptés

3 Quelles sont les différentes phases d éveil? On distingue ainsi les comas à proprement dit, les états végétatifs, les états pauci relationnels, et l émergence d un état de conscience minimal. L état végétatif. Il s agit d un État d éveil sans manifestation de conscience (ouvertures spontanées des yeux). Les fonctions autonomes sont préservées, des activités réflexes ou spontanées sont parfois observées (grimace, écrire, pleure) et l on note la présence de cycle veille sommeil. mais Ces comportements ne sont jamais volontaires L état pauci relationnel Il s agit d un état d éveil avec des manifestations de conscience, fluctuante, mais reproductibles On peut aussi remarquer chez ces patients : Une poursuite oculaire Des réactions émotionnelles adaptées aux stimuli Des mouvements spontanés ou sur stimulation Parfois même une verbalisation codée Le coma Il est produit par une atteinte anatomique ou métabolique des 2 hémisphères et ou de la substance réticulée activatrice. La proximité des nerfs crâniens et des voies ascendantes et descendantes dans le tronc cérébral au niveau de cette zone permet de conclure à une lésion anatomique quand il existe des signes neurologiques focaux. À l inverse, l absence de ces signes détermine le plus souvent une origine métabolique du trouble de conscience. Comment évaluer le coma? Il se fait par l appréciation du niveau de conscience, de la détermination des réponses motrices, de l appréciation des pupilles, des mouvements oculaires et du type de respiration présentés par le patient. À ce titre l évaluation par le score de Glasgow décrit validé initialement pour les patient victimes de traumatisme crânien et utilisé depuis pour

4 caractériser la profondeur des troubles de conscience dans la majorité des cas, semble un bon outil, mais doit s apprécier dans un contexte hémodynamique et d hématose normalisés. Certains ont proposé d améliorer cette évaluation par 1 étude des lésions du tronc cérébral (échelle de Glasgow Liège). L évaluation des pupilles et de la respiration informe sur le niveau de la profondeur de la lésion. On peut en effet schématiquement représenter les niveaux d intégration de l encéphale. L atteinte du niveau de conscience est ainsi caractérisée par 1a détérioration rostro-caudale caudale (du cortex puis en sous cortical, puis du diencéphale, puis du mésencéphale, puis de la protubérance puis du bulbe). L expression clinique spécifique liée à lésion de ces régions informe ainsi sur la profondeur de l atteinte. Ainsi il n existe pas de persistance de l ouverture des yeux et des réflexes oculo- céphalique quand il existe une atteinte du réflexe oculo- cardiaque.

5 En pratique devant Gaston Les mesures initiales La priorité de prise en charge et bien sûr de traiter d emblée ce qui peut potentiellement tuer le patient et donc assurer l intégrité des fonctions vitales : Assurer LVAS Contrôler l hémodynamique (prévenir souffrance cérébrale hémodynamique: ACSOS) cf. infra Respecter HTA (sauf si hypertension artérielle maligne, dissection aortique, insuffisance cardiaque) Le rôle de l ide dans ce contexte et de mettre en place un monitorage hémodynamique, cardiaque et ventilatoire et les voies d abord vasculaire périphérique sur prescription médicale Autre priorité Penser diagnostics simples Et éliminer une hypoglycémie par la réalisation d une glycémie capillaire Le diagnostic étiologique Les comas peuvent être d origine toxique, métabolique, neurologique, ou d origine épileptique. L approche clinique s attachera en complément de l examen clinique à relever les éléments d anamnèse, d antécédents de mode de vie, de voyages, de prise médicamenteuse et du contexte d apparition du trouble de conscience. La notion d antécédents de convulsions, de contexte infectieux récent, d atteinte hépatique, rénale, métabolique, de trouble de l hémostase seront recherchés. L examen cutanéo muqueux rechercha des éléments purpuriques. Les examens complémentaires initiaux comprendront les éléments suivants : ECG, Rx Thorax, glycémie, ionogramme sanguin, Ca, Ph GDS, AL, amoniémie bilans hépatique, rénal NFS, hémostase Toxiques sang, urines, HbCO, alcoolémie

6 PL, EEG, Scanner Quelles questions le réanimateur se pose t il initialement? Ventilation, Oxygénation? Intubation? Quels apports hydro électrolytique, Glucosés, Vitamine B1? Existe t il un traitement spécifique?: Une Indication d antidote? Vais-je donner un traitement antiépileptique? Une antibiothérapie en urgence? Les tableaux cliniques fréquents Intoxication Morphiniques : myosis, dépression respiratoire, coma, traces d injections Barbituriques : coma calme profond hypotonique Antidépresseurs, benzodiazépines : coma, convulsions, mydriase Exogènose Comas d origine métabolique D apparition progressive, le contexte permet de les évoquer. Outre la classique hypoglycémie, il convient d évoquer les troubles ioniques, l hypothyroïdie, l insuffisance surrénale aiguë, les encéphalopathies urémiques, hépatiques, de Gayet Wernicke, et les états de choc cardiogéniques et hypovolémique. Les comas d origine neurologique En présence de signe méningés t il faut évoquer une hémorragie méningée et quand elle est associée à de la fièvre une méningo-encéphalite qu elle soit virale ou dans un contexte d accès pernicieux palustres ou de dengue. La présence de signes focaux évoque une hémorragie cérébrale ou un infarctus cérébral malin, ou peut évoquer une thrombophlébite cérébrale ou une complication de tumeur cérébrale. Quel diagnostic différentiel? Les conversions hystériques peuvent donner des tableaux d aspect très sévère piégeant le

7 praticien. Il convient d évoquer aussi le rare Locked-in syndrome, accident vasculaire cérébral touchant le tronc cérébral et ne permettant au patient que de conserver les seuls mouvements oculaires verticaux des yeux l empêchant de communiquer avec son entourage. Quand le cerveau souffre Une des priorités de prise en charge, ces patients restent l optimisation de la perfusion cérébrale. Les agressions cérébrales secondaires d origine systémique (ACSOS) constituent un élément important du pronostic de ses patients. L hypotension artérielle, l hypoxie, les états de choc, l hypertension intracrânienne, l hypo-osmolarité, l hypo ou l hyperglycémie, sont autant de facteurs délétères dans ce contexte qu il convient de corriger. Quels soins symptomatiques pour ces patients? On s attachera optimiser la ventilation, l oxygénation, maintenir une volémie efficace, prévenir les infections nosocomiales, les complications thromboemboliques, et mettre en place une prévention de l ulcère de stress. Une alimentation précoce est recommandée au mieux par voie entérale pour maintenir une hydratation et un équilibre acide base optimisés. Quel est le rôle de l ide dans ce contexte? Comme pour tout autre patient de réanimation, elle participe à la surveillance hémodynamique et ventilatoire du patient. Certaines unités en coordination avec des services de neurologie de référence ont mis en place une surveillance neurologique paramédicale spécifique quand il existe les troubles focaux dans ce contexte précis, permettant de signaler aux médecins plus rapidement toute évolution clinique.les mesures préventives sont aussi fondamentales (soins de trachéotomies, changement de sonde vésicale, soins de bouche et oculaires, soins d hygiène). La mobilisation pluriquotidienne, une prévention d escarres, stimulation cognitive sensorielle sont des éléments améliorant le pronostic des patients.

8 Les accidents vasculaires cérébraux Introduction La prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC) constitue un enjeu majeur de la politique de santé publique. Ils sont considérés comme, la deuxième cause de décès dans le monde après les maladies cardiovasculaires, la première cause de handicap invalidant et une cause majeure de dépression (figures 1 et 1a). Enfin, le risque d'institutionnalisation multiplié par trois après un AVC est responsable d un coût socio-économique très important. On estime en France à plus de nouveaux accidents par an, (pour infarctus du myocarde) dont la moyenne d'âge des patients est de 71 ans et responsables de plus de décès en France en 2003 (7% du total des décès annuels). L avènement de nouvelles thérapeutiques et stratégies de prise en charge ces dernières années, notamment dans la pathologie ischémique, ont transformé le pronostic des patients. Depuis une dizaine d années les sociétés savantes et les pouvoirs publics ont développé des référentiels de prise en charge des AVC et particulièrement ceux concernant la structuration d une filière de soins gradués et la mise en place d unités de prise en charge spécialisés (unité neuro-vasculaires). La mise en place d une prise en charge optimisée du début des troubles jusqu'à la réintégration du patient dans sa vie sociale et professionnelle est ainsi au premier plan des préoccupations. Figure 1 :Complications des AVC

9 Figure 1a :Complications des AVC II. Définitions. Le terme d'accident vasculaire cérébral regroupe en fait des pathologies très diverses. Selon la définition internationale, il est caractérisé par " un déficit neurologique soudain d origine vasculaire ". Une lésion cérébrale est donc responsable du déficit neurologique en conséquence d'une dysfonction d'un vaisseau cérébral le plus souvent artériel, parfois veineux, par rupture ou obstruction du vaisseau. Il convient de différencier plusieurs variétés d AVC d'origine artérielle. L ischémie cérébrale focale regroupe l accident ischémique transitoire (AIT) (dont la nouvelle définition par l'anaes en 2004 précise qu il s agit d un épisode bref de dysfonction neurologique dû à une ischémie focale cérébrale ou rétinienne, dont les symptômes cliniques durent typiquement moins d une heure, sans preuve d infarctus aigu ) et l infarctus cérébral (IC) signant la nécrose d une zone de tissu cérébral responsable d un déficit neurologique persistant. L hémorragie cérébrale (HC) décrit le saignement dans le parenchyme cérébral quand à l hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA) celui dans les méninges. Elles peuvent cependant être associées (une HC compliquant un IC, une ischémie compliquant une HSA). L'obstruction d'un vaisseau au sein du système veineux cérébral réalise quand à lui une thrombose veineuse cérébrale (TVC). Une telle classification ne serait cependant rendre l'exacte complexité des AVC dont les formes étiologiques au sein de chaque famille conditionneront la présentation clinique et la prise en charge des patients.

10 Les prises en charge très spécifiques des HSA feront l objet d un chapitre particulier et seront traités dans le cas des prises en charge neurochirurgicales. Un petit rappel anatomique et physiopathologique Syl vienne Dte Cérébrale Antérieure eg Tronc Basilaire basilaireba silair e Vertébrale dte Sans simplifier à outrance une anatomie vasculaire cérébrale qui peut être fort complexe il convient néanmoins de différencier les 2 principaux systèmes vasculaires perfusant les hémisphères cérébraux et le tronc cérébral. On distingue ainsi un système carotidien dit antérieur perfusant les hémisphères cérébraux alimenté par les artères carotides et un système vertébro basilaire dit postérieur alimenté par les artères vertébrales. A chaque territoire du parenchyme cérébral correspond une fonction motrice, sensitive, associative, du langage du système visuel. Toute anomalie de perfusion de ces territoires va générer une dysfonction dont l expression clinique sera liée à la fonction initiale du territoire. Ainsi une atteinte de la zone spécifique du langage s exprimera par une difficulté à parler pour le patient voir un mutisme, une atteinte de la zone motrice de la main sera responsble

11 d une incapacité à faire fonctionner celle-ci normalement en l absence de toute atteinte périphérique. Des cartographies de ces territoires a depuis longtemps été établie par les anatomistes et permet ainsi de corréler l expression clinique et l imagerie cérébrale par I.R.M. ou scanner. L exemple pratique :pourquoi Alfred Thrombi a t il une hémiplégie gauche par atteinte d une artère cérébrale droite? L information motrice d une mobilisation du bras et de la jambe gauche est produite dans l hémisphère droit, acheminée par un réseau de fibres neurologiques (faisceau pyramidal) dont la particularité est de croiser la lignée médiane dans le tronc cérébral (décussation motrice) réalisant ainsi le tableau clinique observé. Ainsi une connaissance précise de l anatomie permet d expliquer toute la complexité de cette clinique neurologique

12 Le diagnostic d AVC La présentation clinique des AVC est parfois complexe. Le plus stéréotypé des tableaux cliniques est observé dans l atteinte du territoire carotidien associant de façon variable une atteinte de la sensibilité et/ou de la motricité d un hémicorps, du champ visuel, du langage et des fonctions cognitives. Les atteintes du système vertébrobasilaire sont quand à elles plus polymorphes et peuvent associer une atteinte des voies de la motricité, de la sensibilité à une atteinte d une ou plusieurs paires crâniennes, troubles visuels et/ou un syndrome cérébelleux controlatéral. Les troubles de vigilance sont des éléments de gravité et la recherche d une occlusion du tronc basilaire une priorité (tableau de locked-in syndrome : dans sa forme caractéristique le patient est tétraplégique et ne garde que la verticalité du regard et le mouvement des paupières sans troubles de vigilence). La sémiologie permettra au praticien d établir un score pronostic (NIHSS) tout au long de la prise en charge du patient. Une synthèse plus simple de la symptomatologie a alors été proposée par l American Stroke Association couvrant l essentiel des situations cliniques. On peut ainsi évoquer un AVC devant la survenue brutale d un des 5 signes suivants : faiblesse ou engourdissement membre diminution ou d une perte de vision uni- ou bilatérale ; difficulté de langage ou compréhension ; mal de tête sévère, soudain et inhabituel, sans cause apparente ; perte de l équilibre, instabilité de la marche ou de chutes inexpliquées, en particulier en association avec l un des symptômes précédents.

13 Comment former les IDE à la détection des AVC? Des recommandations de la Haute Autorité de Santé ont proposé de diffuser un message simple auprès des personnels paramédicaux : l évaluation F.A.S.T Cet outil de détection d AVC évalue la motricité de la Face, du bras (Arm en anglais), de la parole (Speech en anglais). Il permet ainsi de détecter et diriger un plus grand nombre de patients vers un prise en charge spécialisée. Par des consignes simples on demande ainsi au patient le lever un bras puis l autre, de sourire et de parler. Certains associations américaines ont même réalisé un petit film de sensibilisation à destination des plus jeunes que l on peut trouver sur internet à l adresse suivante : Cependant l évaluation clinique ne permet pas à elle seule de faire la part entre le caractère ischémique ou hémorragique de l AVC. C est le complément de l imagerie qui permettra d établir un diagnostique.

14

15 Les Infarctus cérébraux Ils représentent 80 % des AVC. Les causes en sont multiples et dominées par 3 grandes étiologies : l athérosclérose (20% des infarctus cérébraux), les cardiopathies emboligènes (20%), les maladies des petites artères cérébrales (30%). Les hémopathies, les dissections et les causes rares représentent quand à elles 5% des cas. Enfin, dans 25 à 40% la cause précise reste indéterminée. En l absence de traitement efficace la prise en charge des IC est resté pendant de nombreuses années centré sur le diagnostic. Le concept de pénombre ischémique, la mise en évidence du bénéfice de prises en charge spécifiques (hospitalisation précoce en unité neuro-vasculaire, thrombolyse) à la phase aiguë des AVC ont profondément modifié ces dernières années les stratégies de prise en charge. La pénombre ischémique. La progression des connaissances de la physiopathologie de l'infarctus cérébral et de l imagerie en résonance magnétique de diffusion et de perfusion ont permis de mieux évaluer l évolution des lésions cérébrales à la phase précoce de l'infarctus et d'en définir ainsi le concept 1. Les réserves énergétiques cérébrales ne couvrent que quelques minutes du fonctionnement du neurone soumis à une situation d ischémie. Autour de l infarctus se constitue une zone hypoperfusée dite de pénombre ischémique, transitoirement viable qui constitue la cible des thérapeutiques. Le rétablissement précoce d un débit sanguin cérébral normal dans ces zones permet d obtenir une régression des signes neurologiques. En absence d une recanalisation précoce, elle progresse par contre vers l infarctus responsable du déficit neurologique persistant. Il s agit donc d une urgence diagnostique pour pouvoir orienter la prise en charge et débuter au plus vite les traitements efficaces. Oligémie Pénombre Infarctus +1 H +3 H +24H

16 L imagerie. Elle confirme la suspicion diagnostique. A la phase aigue le scanner est le plus souvent normal mais peu montrer parfois des signes précoces d ischémie. Sa réalisation permet surtout d éliminer une hémorragie. L utilisation de l imagerie par résonance magnétique (IRM) constitue le progrès majeur de ces dernières années en révélant très précocement et directement les zones ischémiques, en montrant l occlusion artérielle éventuelle et fourni des critères pronostiques (figure 2). La diminution du débit sanguin cérébral dans le territoire ischémique a pour conséquence un gonflement cellulaire par œdème (cytotoxique ) qui est révélé par une séquence spécifique (diffusion). La comparaison avec une séquence de perfusion ou la confrontation avec la clinique permet d estimer la zone de pénombre et discuter ainsi l intérêt de thérapeutiques thrombolytiques. Œdème Cytotoxique diffusion FLAIR ARM ADC Figure 2 :IRM Infarctus cérébral Les traitements. Principes thérapeutiques généraux Toute urgence vitale doit être détectée et traitée en recherchant les pathologies pouvant mimer un tableau d IC à la phase aigue (dissection aortique) ou le compliquer (infarctus du myocarde). La prise en charge des problèmes généraux à la phase aigue est un élément fondamental. Le monitorage de la pression artérielle et le respect initial de l hypertension artérielle (sauf en cas de valeurs très élevées ou décompensation cardiaque associée) fréquente à la phase aigue de l IC est indispensable. Une oxygénation optimale, la prévention liée aux troubles de déglutition éventuels, le traitement de l hyperthermie, l équilibre

17 hydroelectrique et glycémique, la détection et la prise en charge d un œdème cérébral conditionnent le pronostic des patients. Le patient alité bénéficie de fait d une prévention des troubles du décubitus, d une optimisation des apports caloriques au besoin par sonde gastrique ou voie parentérale d une prise en charge orthophonique et d une kinésithérapie motrice précoce. Cet arsenal thérapeutique lourd et très consommateur de temps paramédical justifie une hospitalisation des patients en unité spécialisée (unité neuro-vasculaire). Les bénéfices thérapeutiques des UNV permettent une réduction relative du risque de décès ou d invalidité de 20 %. Ainsi un décès ou séquelles graves seront évités pour 18 patients traités en UNV. Certaines études ont montré l intérêt d une admission très précoce des patients dans ce type de structure même si ils ne bénéficient pas d une thrombolyse. L administration de traitements antiagrégants plaquettaires comme l aspirine à la phase précoce de l IC est recommandé chez la plupart des patients victimes d infarctus cérébral dès l établissement du diagnostic, sauf en cas de traitement par thrombolyse (serra donné à 24 heures). La thrombolyse L objectif de la thrombolyse vise à restituer un débit sanguin cérébral local par lyse du caillot intra-artériel responsable de l événement ischémique. Proposé depuis une dizaine d années elle consiste à injecter par voie intraveineuse dans la plupart des cas un traitement qui va agir directement sur l obstruction intra artérielle. Elle démontre un bénéfice net en terme de dépendance (1 handicap évité pour 7 patients traités) au prix d une augmentation des hémorragies cérébrales (6,4 % contre 0,6 % dans le groupe placebo) mais pour une mortalité plus faible (- 2%,). Les analyses récentes de la littérature montrent ainsi un réduction du risque relatif de décès ou invalidité sévère de 36% chez les patients traités ainsi. Elle est contrainte par plusieurs facteurs. Le premier est temporel car le bénéfice /risque diminue quand on s éloigne de l horaire du début des troubles. Une étude récente a montré que l on gardait ce bénéfice quand elle était administrée au maximum dans les 4h30 suivant le début des troubles cliniques. Il faut cependant garder à l esprit qu il s agit d une course contre la montre et qu une

18 administration la plus précoce du traitement est un gage de limitation du handicap à terme du patient. Un certain nombre de contre indications existent et sont à évaluer par les médecins. Quelques points de repère importants: L évaluation de l horaire précise du début des troubles est indispensable à une administration sécurisée du traitement dans le cas de ces contraintes La notion d anticoagulation préalable ne signe pas pour autant une suspicion d hémorragie intracérébrale. Il peut s agir en effet d un infarctus cérébral dans ce contexte par défaut d observance du traitement anticoagulant. La prise d aspirine n est pas une contre-indication à thrombolyse On peut résumer ainsi l efficacité des traitements et la population cible dans le tableau suivant : Evènements évités pour 1000 patients traités Population cible Evènements évités pour 1 million d habitants Aspirine % 23 rt-pa % 34 UNV % 120 Résultats d'une prise en charge spécialisée de l'avc d après Hankey et Wardlaw, 1999 Rt-PA: thrombolyse; UNV:unité neuro-vasculaire Penser filières de prise en charge Cette prise en charge des IC est complexe et doit se faire en unité spécialisée en UNV où l admission doit être très précoce. L administration de la thrombolyse est limitée dans la réalité par une prise en charge trop tardive des patients électifs. Un rapport parlementaire du mois d octobre 2007 ne montrait pas d amélioration des délais de prise en charge des patients depuis 1999 en dépit de campagnes d information et de la diffusion de référentiels de prise en

19 charge. Ainsi en 2006, 1080 patients ont été thrombolyses soit 1% des IC et 1350 en 2007 soit 4 % des IC. Une optimisation et l évaluation des filières est au centre des réflexions du moment associé à la mise en place de nouvelles unités spécialisées. L importance de l utilisation de filières d urgence pour prendre en charge les patients du domicile jusqu'à l expertise neurovasculaire hospitalière a largement été démontrée dans la littérature. A ce titre, le système de la médecine pré-hospitalière française et le centre de réception et de régulation des appels [C.R.R.A.] ou Centre 15 constitue le pivot de la prise en charge initiale des ces patients qui doivent être achemininés le plus rapidement possible vers la structure à même de les traiter (UNV, voire thrombolyse). Les accidents ischémiques transitoires. Ils doivent être prise en charge comme les AVC constitués. Leur nouvelle définition propose de se fonder non plus seulement sur le seul critère temporel mais associe la notion d absence de critère lésionnel. La place de l interrogatoire est ici fondamentale. Un trouble du langage, des symptômes sensitifs ou moteurs unilatéraux, un trouble visuel, un trouble de l équilibre atypique sont les symptômes les plus évocateurs. Le praticien confronté à cette situation doit considérer qu il s agit d un IC en évolution jusqu'à preuve du contraire au même titre que l angor instable par analogie avec la cardiologie et adresser son patient par une filière d urgence vers une structure de prise en charge neuro-

20 vasculaire. Le risque d IC précoce est en effet important (2 à 2,5 % dans les 48 heures, 5 à 10 % dans le premier mois) et il existe des traitements médicaux et chirugicaux limitant ce risque. Le patient bénéficiera en urgence d une imagerie cérébrale complétée par un bilan étiologique pour démarrer au plus vite les traitements préventifs voire curatifs (antithrombotiques, voire anticoagulants dans certains cas, chirurgie carotidienne). L importance d une politique de prévention et d information par analogie avec le syndrome coronarien prend ici toute sa place. Seulement 50% de la population est capable de citer un signe clinique d AVC limitant ainsi leur réactivité face à de telles situations. Thromboses veineuses cérébrales Elles représentent 0,5-1% du total des AVC. Le développement des techniques d imagerie (IRM) aide au diagnostic précoce. Longtemps dominées par les formes septiques qui étaient de plus mauvais pronostic, le développement d antibiotiques efficaces pour traiter les infections cutanées et les affections de la sphère ORL rend maintenant cette forme plus rares. Elles touchent pour l essentiel la femme jeune du fait des facteurs de risques (oestroprogestatifs, post partum) qui recoupent ceux des thromboses veineuses périphériques complétés par les causes locales (tumeur, infections, traumatisme cranien). Le mode de survenue souvent frustre et insidieux en fait la difficulté diagnostique. La céphalée est un symptôme presque constant et précoce. Les signes déficitaires présents dans 50% des cas s associent plus fréquement à des crises comitiales permettant d évoquer le diagnostic. Le diagnostic de certitude est validé par la neuro-imagerie. La sensibilité du scanner réalisé sans et avec injection de produit de contraste est bonne quand elle est intégré dans une démarche diagnostique rigoureuse.. L IRM en montrant à la fois le thrombus et explorant le parenchyme est quand à elle très performante. Elle constitue à ce jour la méthode d imagerie de référence. La ponction sera réalisée presque systématiquement en l absence de contre-

21 indication avant héparinothérapie et après bilan d hémostase devant un tableau d hypertension intracranienne isolée. Elle permettra par ailleurs de mesurer la pression du liquide céphalo-rachidien sur un patient allongé, de soulager rapidement les céphalées, amender les troubles visuels éventuels et éliminer une méningite à présentation atypique. La prise en charge thérapeutique associe la prévention et les traitements des crises comitiales, la gestion de l hypertension intracrânienne, et le traitement de la thrombose par des anticoagulants même en cas de complications hémorragiques cérébrales. Une prise en charge en milieu spécialisé neuro-vasculaire améliore comme dans les autres formes d AVC le pronostic des patients.

22 Hémorragies cérébrales spontanées Elles représentent 10 à 30 % des AVC soit près de nouveaux cas par an.elles peuvent être une complication de malformations vasculaires (anévrisme, angiome, cavernome), d une maladie des artères (hypertendus chroniques, angiopathie amyloide), d une thrombose veineuse ou de troubles de l hémostase. La destruction du parenchyme, ou la compression des structures générant une situation d ischémie par baisse du débit sanguin expliquent la symptomatologie neurologique. Elles sont grevées d une lourde mortalité (plus de 40 % à j30 dont la moitié surviennent dans les 48 premières heures) et génère un handicap lourd (20 % seulement des patients autonomes à 6 mois) Les hémorragies cérébrales secondaires aux tumeurs ne sont pas traitées ici. Diagnostic Le caractère souvent brutal de l installation d un hémisyndrome associé à des céphalées et des troubles de la vigilance font évoquer un hématome intra cérébral. Le scanner cérébral sans injection montre une hyperdensité spontané et permet de préciser le volume de l hématome, sa topographie et définir ainsi un facteur pronostic. L IRM est quand à elle une aide au diagnostic de petites hémorragies situées en profondeur. Stratégies thérapeutiques Comme pour les IC la prise en charge en UNV améliore significativement le pronostic de ces patients en diminuant la mortalité de 26 % et en favorisant le retour à domicile. Les prises en charge générales restent identiques à celle de l IC ayant pour but d optimiser la perfusion cérébrale. La prise en charge de l HTA dans ce cadre n est pas consensuelle mais semble être justifiée pour une PA systolique 180mmHg et/ou une PA diastolique 110 mm Hg. Les études récentes sur les traitements hémostatiques n ont pas démontré de bénéfice mais doivent être complétés pour définir les stratégies dans le domaine. Enfin, les patients initialement sous anticoagulants présentent des hématomes plus volumineux, une mortalité plus élévée et bénéficient de l apport en urgence de facteurs de coagulation. Les stratégies de prise en charge chirurgicales sont discutées au cas par cas et tiennent

23 compte de multiples facteurs cliniques et neuroradiologiques mais ne sont pas les plus fréquentes. Quels rôle spécifique de l IDE en UNV à la phase aigue de l AVC? En l absence de critères réanimatoires dont nous traiterons les aspects dans un autre chapitre, les patients hospitalisés en unité neurovasculaires sont initialement pris en charge en unité de soins intensifs dédiés. Comme nous l avons vu, l objectif principal de cette gestion initiale vise à limiter l extension de l accident et les récidives qu il soit ischémique ou hémorragique 1 gestion rigoureuse de la glycémie de l oxygénothérapie de la température de la pression artérielle selon les recommandations des sociétés savantes, et 1 surveillance rapprochée de l évolution clinique sont les pierres angulaires de l amélioration pronostic de ses patients.. Un monitorage complet du patient est donc réalisé et colligé. Nombre d unités spécialisées de ce type ont mis en place une surveillance neurologique dédiée effectuée par les IDE et basée un score moteur neurologique. Il est ainsi possible de détecter toute amélioration ou aggravation de l état clinique neurologie du patient précocement. La prévention des troubles de déglutition fréquents à la phase aiguë de l accident vasculaire cérébral et responsables d une morbide mortalité importante est aussi un élément fondamental. Enfin l habituelle prévention des troubles liés ou décubitus prolongé est complété par 1 optimisation de l installation des patients (voir infra) et la prise en compte notamment de l hémi-négligence de certains patients. Rôle spécifique de l IDE en unité de soins intensifs neurologiques Surveillance neurologique motrice, pupillaires et conscience Monitoring prévention ACSOS Soins particuliers à l installation Prévention des troubles de décubitus Respect STRICT du décubitus sauf avis médical contraire

24 Neuromyopathies de réanimation Elles surviennent le plus souvent chez des patients sans antécédent neurologique, au cours d un séjour en réanimation et particulièrement chez ceux ayant bénéficié d une ventilation mécanique prolongée. Elles peuvent être la conséquence d une atteinte musculaire, d une atteinte des neurones périphériques voir les deux le plus souvent. De prédominance masculine elles s observent vers 50 ans et leur incidence augmente avec la gravité et la durée du séjour. Le diagnostic est difficile et n est établi que dans 70 % des cas par la clinique seule et plus de 80 % s il est associé d exploration électrophysiologique. L origine étiologique est discutée et est probablement multifactorielle : inflammatoires, circulatoire, métabolique, toxique. Elle est souvent mise en évidence par une difficulté de sevrage de la ventilation mécanique

25 notamment par l atteinte du nerf phrénique et constitue la cause la plus fréquente de sevrage difficile. L évolution est souvent progressive sur plusieurs mois et la récupération n est complète que dans 10 à 50 % des cas générant des séquelles définitives motrices ou sensitives. Il n existe pas de traitement spécifique. L optimisation des défaillances circulatoires, respiratoire, du contrôle métabolique et notamment de la glycémie, 1 support nutritionnel optimisé, 1 traitement de l hyperthermie, et 1 physiothérapie précoce améliore le pronostic des patients.

26 Aspects de prise en charge en milieu neurochirurgical Nous proposons de traiter ici la prise en charge des hémorragies ménagers qui relèvent en effet plus d une filière neurochirurgicale et des problèmes spécifiques liés à la prise en charge neurologique aigue dans le cadre du traumatisme crânien grave. Quelques notions d anatomie Les méninges Il convient au préalable de rappeler l organisation des méninges pour expliquer la symptomatologie des hémorragies méningées et des hématomes extra et sous duraux. Scalp Paroi osseuse Espace sous-dural Espace sous-arachnoïdien (Circulation LCR) Le Liquide céphalo-rachidien Dure-mère Arachnoïde Pie-mère Cortex La circulation du liquide céphalo-rachidien s effectue notamment dans les espaces sousarachnoïdiens et dans les ventricules. Renouvelée toutes les 4 heures la production avoisine les 500 cc par jour. Tout phénomène obstructif, notamment au niveau de l aqueduc de Sylvius peut compromettre cette libre circulation et générer une augmentation importante du volume de ce LCR en amont alors responsable d une hydrocéphalie.

27 Les hémorragies sous-arachnoïdiennes L hémorragie méningée est définie par la présence de sang dans les espaces sousarachnoïdiens. Son incidence est de 10/ personnes et concerne surtout les ans. C est une pathologie grave responsable d un fort taux de mortalité (30 à 50%). L hypertension artérielle, certains toxiques, les pathologies du tissu conjonctif en sont les principaux facteurs de risque Le tableau clinique parfois polymorphe associe classiquement des céphalées brutales déclenchées par un effort violent. Les signes focaux associés témoignent de l hémorragie cérébro-méningée. Le diagnostic repose aux mieux sur l IRM ou sur le scanner cérébral avec et sans injection qui montre la présence dans les espaces sous-arachnoïdiens et parfois directement l anévrysme sous forme d une hyperdensité. Sa négativité impose la réalisation d une ponction lombaire qui peut monter un LCR tendu et la persistance de sang incoagulable aux trois tubes. C est l angiographie cérébrale des 4 axes qui confirme le diagnostic. L objectif de la prise en charge thérapeutique est la prévention du resaignement responsable d un fort taux de mortalité, de la gestion d une hydrocéphalie nécessitant parfois une dérivation externe et la prévention du spasme artériel cérébral survenant classiquement au 5 ième jour et traités par des inhibiteurs calciques et une hypervolémie systémique. Les techniques endovasculaires et la mise en place de microcoils dans le sac anévrysmal ont limité les indications chirurgicales qui sont réservées aux anévrysmes à collet large et de la circulation antérieure.

28 Hématome extradural : Il s agit de la constitution post-traumatique d un épanchement sanguin entre la dure-mère et la face interne de la boîte crânienne. Il donne un aspect de lentille convexe hyperdense sur le scanner. Sur le plan clinique, il se manifeste souvent par une perte de connaissance initiale et l existence d un intervalle libre clinique post-traumatique. La chirurgie est la plupart du temps urgente contenue du risque d engagement cérébral. L hématome sous-dural aigu Il s agit de la constitution post-traumatique d un épanchement sanguin situé entre la duremère le cerveau Il donne un aspect en croissant hyperdense au scanner. Sur le plan clinique, il se manifeste parfois sous une forme plus frustre sans intervalle libre post-traumatique mais réalisant parfois un coma d emblée. Il peut être responsable comme l hématome extradural de syndromes focaux. L indication chirurgicale se pose quand l hématome est compressif sur le reste du parenchyme. Hydrocéphalie Comme nous l avons vu, elle fait suite à un défaut de résorption ou une obstruction mécanique des voies de circulation du LCR. Elle se manifeste le plan clinique par des céphalées des vomissements des troubles moteurs ou un coma. Ces situations peuvent conduire à la mise en place en urgence d une dérivation ventriculaire externe (DVE) pour évacuer le surplus de LCR. La surveillance spécifique d un patient ayant subi la mise en place d une DVE permettra de noter toutes les 4 heures la quantité de LCR évacuée, son aspect et de vérifier la perméabilité du système d évacuation chez un patient installé en décubitus dorsal à 30, tête droite, en évitant 1 hyper extension de la tête. Toute modification sur le plan clinique et notamment une aggravation neurologique doit conduire à une réévaluation médicale en urgence et discuter une intervention chirurgicale.

29 Hypertension intracrânienne Il s agit d un syndrome clinique témoignant de l augmentation de volume d un compartiment intracrânien. On parle d hypertension intracrânienne si la pression est supérieure à 15 mm Hg pour une normale qui se situe entre 5 et 10 mm Hg. L enjeu majeur d une évaluation de cette pression intracrânienne (PIC) est lié à son influence sur la pression perfusion cérébrale qui est constituée par la différence entre la pression artérielle moyenne (PAM) et la PIC. L autorégulation cérébrale dans ce contexte pathologique est souvent altérée et toute modification d un de ces facteurs crée un retentissement direct sur la perfusion cérébrale et la viabilité du parenchyme cérébral. La maîtrise de ces paramètres est un enjeu majeur du pronostic des patients. On effectue ainsi un monitorage de cette pression intracrânienne à l aide de capteurs mis en place par le neurochirurgien et pour certains modèles, implantables en réanimation. Synthèse des soins infirmiers dans ces contextes : Surveillance des constantes: FC, PA, Température, Pression intra-crânienne Surveillance neurologique: conscience, motricité, pupilles Surveillance de l élimination: survenue d un diabète insipide Surveillance des pansements: post artério, pansement de dérivation ventriculaire (cf. infra) Surveillance biologique: ex infection (GB, LCR) Traitement anticonvulsivant, vasodilatateur, antivomitif, antalgique, +-- sédation Faible lumière car patient souvent photo phobique.

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Docteur Wolff V., Docteur Bindila D., Unité Neuro-vasculaire, HUS En France, il y a 130 000 nouveaux cas d accident vasculaire cérébral (AVC) par an. Avec 40 000 décès, il

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006)

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) Annexe 12 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) A91 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents

Plus en détail

L accident Vasculaire Cérébral «AVC»

L accident Vasculaire Cérébral «AVC» L accident Vasculaire Cérébral «AVC» Conception-Rédaction : Dr Ludovic MORIN, service de neurologie, C. H. Sainte Anne - 75 674 Paris Relecture : Pr Jean-Louis MAS, Dr Catherine LAMY, Dr Valérie DOMIGO,

Plus en détail

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie,

Plus en détail

www.urgencemonastir.com Cas clinique

www.urgencemonastir.com Cas clinique Cas clinique Une femme de 56 ans s est présentée au SAU pour des céphalées intenses d installation brutale évoluant depuis 10 jours. Elle s est réveillée avec une douleur vive à l'arrière de son cou se

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux *

Les accidents vasculaires cérébraux * D r Bertrand Brugerolle Médecin-chef, Institut régional de réadaptation de Nancy, Centre de réadaptation et de préorientation de Gondreville. Les accidents vasculaires cérébraux * Les accidents vasculaires

Plus en détail

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

M. Simple Chambre : 2309

M. Simple Chambre : 2309 M. Simple Chambre : 2309 AVC Dr Ruth Consignes Faire une lecture personnelle de la situation clinique. Souligner les éléments importants ou ceux qui ont besoin d être clarifiés. Répondre aux questions

Plus en détail

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Asthénie : fatigue Céphalée : mal de tête Comitialité : épilepsie Co-morbidité : association de deux maladies Cortex : partie du cerveau

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Préparé par le Groupe de travail sur l information et l évaluation Juin 2010 Tableau 1 : Ensemble d indicateurs

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière INTRODUCTION Quelques définitions 1. Pression artérielle Lorsque, dans le langage courant, on

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

17/12/2014. Plan du cours

17/12/2014. Plan du cours Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine Département de médecine La Pression artérielle et sa régulation 1ere Partie Année universitaire 2014-1515 Présentation Dr. S. FERHI Plan du cours Objectif

Plus en détail

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme

DU soins infirmiers en. Module 10-surveillance postopératoire à court terme DU soins infirmiers en réanimation, SSPI et urgences Module 10-surveillance postopératoire à court terme CRITERES DE SORTIE DE SSPI Critères de sortie SSPI But principal du séjour en SSPI réduire les complications

Plus en détail

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant Avant-propos à la troisième édition................................................ Avant-propos à la deuxième édition................................................ Les auteurs...................................................................

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

La douleur en neurologie

La douleur en neurologie La douleur en neurologie Pr. Hamid Ouhabi Chef de pôle Neurologie-Neurophysiologie Hôpital Cheikh Khalifa, Casablanca 22 Mai 2016 DEFINITION : Définition de l IASP : International Association for Study

Plus en détail

TRAUMATISMES CRÂNIENS DE L ADULTE

TRAUMATISMES CRÂNIENS DE L ADULTE TRAUMATISMES CRÂNIENS DE L ADULTE (Ph. Esposito) Objectifs : - Connaître les principes de traitement d une hypertension intracrânienne post-traumatique - Connaître la classification des traumatismes crâniens

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

Ponction-biopsie abdominale en radiologie

Ponction-biopsie abdominale en radiologie Formulaire d information Ponction-biopsie abdominale en radiologie Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen en radiologie. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la

Plus en détail

Cette faiblesse entraîne une dilatation anormale de l artère touchée.

Cette faiblesse entraîne une dilatation anormale de l artère touchée. Guide d enseignement Direction des soins infirmiers NEUROCHIRURGIE CRANIECTOMIE CLIPPAGE D ANÉVRISME Définition d un anévrisme cérébral : Un anévrisme cérébral est une faiblesse de la paroi d une artère

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L AVC

PRISE EN CHARGE DE L AVC PRISE EN CHARGE DE L AVC Projet de soins en équipe pluridisciplinaire Mme NEISIUS I.D.E. Neurovasculaire - CHU NICE Octobre 2007 Démarche de soins dans l AVC Généralités sur l Accident Vasculaire Cérébral

Plus en détail

Cas-cliniques céphalées

Cas-cliniques céphalées Cas-cliniques céphalées Cas N 1 Un homme de 48 ans sans antécédent, présente brutalement lors d un éternuement, une céphalée diffuse et d emblée très intense, suivie de vomissements Vous le voyez 1 heure

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

LES EXAMENS MEDICAUX

LES EXAMENS MEDICAUX Association de personnes cérébrolésées, de leurs familles et des aidants Réunion du 9 septembre 1999 à La BRAISE LES EXAMENS MEDICAUX Par le Docteur A. Liard Neurologue Publié et distribué gratuitement

Plus en détail

Les fistules artério-veineuse pour dialyse

Les fistules artério-veineuse pour dialyse Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Les fistules artério-veineuse pour dialyse Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire.

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

LES AVC AU CAMEROUN : «PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR» Écrit par www.camer.be Lundi, 21 Avril 2014 21:34

LES AVC AU CAMEROUN : «PREVENIR VAUT MIEUX QUE GUERIR» Écrit par www.camer.be Lundi, 21 Avril 2014 21:34 Il y a moins de 20 ans, les AVC étaient quasiment inconnus du grand public au Cameroun. Aujourd'hui, les AVC sont devenus un véritable problème de Santé Publique car tuent plus que les Accidents de la

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab)

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Les injections intravitréennes de médicaments sont devenues une pratique courante pour traiter certaines affections de la rétine. C'est ainsi que l'on

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Yanai H, Tapia-Nieto R, Cherubini GB, et al. JAVMA 2015;246 :1222-1229 Cette étude rétrospective rapporte les résultats d examens IRM réalisés

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PER-OPERATOIRE D UN TRAUMATISE CRANIEN POUR EVACUATION D UN HEMATOME EXTRA-DURAL (H.E.D)

PRISE EN CHARGE PER-OPERATOIRE D UN TRAUMATISE CRANIEN POUR EVACUATION D UN HEMATOME EXTRA-DURAL (H.E.D) PRISE EN CHARGE PER-OPERATOIRE D UN TRAUMATISE CRANIEN POUR EVACUATION D UN HEMATOME EXTRA-DURAL (H.E.D) Joëlle MOUREY, Chantal LOSSON (IADE) Dr Lamine ABDENNOUR Service de neurochirurgie D.A.R Hôpital

Plus en détail

ANRS. Echelle ANRS de cotation de la gravité des événements indésirables chez l adulte. Version n 4 du 19 octobre 2000

ANRS. Echelle ANRS de cotation de la gravité des événements indésirables chez l adulte. Version n 4 du 19 octobre 2000 ANRS Version n 4 du 19 octobre 2000 Cette échelle de cotation constitue un guide de travail destiné à vous permettre de graduer plus facilement un symptôme observé et de ne pas omettre un événement indésirable

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

COMITE MEDICAL. Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby

COMITE MEDICAL. Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby Information sur la commotion cérébrale lors de la pratique du Rugby 1 Part.1 DÉFINITION ET PHYSIOPATHOLOGIE 2 Définition Dysfonctionnement cérébral soudain et cliniquement transitoire, secondaire à l application

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

La maladie d Alzheimer

La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer Titre: Alzheimer, diagnostiquer et annoncer la maladie Public : neurologues de niveau A2 Durée : 2 heures Objectif général : établir un diagnostic de la maladie d Alzheimer Mots-clés

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Référentiel : A. Définition L artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est définie comme l obstruction

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Méthodes Schéma de l essai. de la PA selon les recommandations actuelles),

Méthodes Schéma de l essai. de la PA selon les recommandations actuelles), Diminution rapide de la pression artérielle chez des patients présentant une hémorragie cérébrale aiguë (Article traduit et modifié d après N Engl J Med 2013;368:2355-65). L hémorragie cérébrale aiguë

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C 10 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C 1 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT)

MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT) MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT) Ce sont des anomalies congénitales qui se développent entre la 4ème et la 8ème semaine de vie intra-utérine.

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites. Fiche : D3 Vous allez avoir un drainage des voies biliaires Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005)

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie. Résumé : L'érythème est une rougeur

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique.

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Objectifs de cette partie du programme : - (TP n 21) découvrir les modifications physiologiques du système cardiorespiratoire lors d un effort.

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Conseils aux hypertendus stressés

Conseils aux hypertendus stressés Conseils aux hypertendus stressés 1. 2. 3. 4. 5. 6. Si votre pression artérielle est élevée mais a été prise dans une période de stress, dites-le à votre médecin, et faites-la mesurer à nouveau, dans un

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS ETHYLIQUES AIGUES AU SERVICE DES URGENCES Site d ETAMPES

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS ETHYLIQUES AIGUES AU SERVICE DES URGENCES Site d ETAMPES PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS ETHYLIQUES AIGUES AU SERVICE DES URGENCES Site d ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 116 Version n 2 Créé le 01-09-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITION Organiser

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Prise en charge des HSD du nourrisson en réanimationr

Prise en charge des HSD du nourrisson en réanimationr Prise en charge des HSD du nourrisson en réanimationr Philippe MEYER Unité de Réanimation Neurochirurgicale Pédiatrique Necker Enfants Malades Epidémiologie HSDA du nourrisson: Terrain Mécanisme traumatique

Plus en détail

Exercices sur les échanges gazeux 1

Exercices sur les échanges gazeux 1 Exercices sur les échanges gazeux 1 1. ph 7.35-7.45 7.58 Alcalose pco2 35-45 23 Alcalose PO2 75-100 175 HCO3 21-28 30 alcalose Saturation artérielle 0.92-0.98 0.99 Glucose 3.9-6.0 5.5 1.1 Interprétez le

Plus en détail

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Physiologie du système cardiovasculaire 117 Le transport du dioxyde de carbone 117 La

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière

Formation d adaptation à l emploi des. Conducteurs ambulanciers de. SMUR de la fonction publique hospitalière Centre Hospitalier Régional d Orléans Centre d Enseignement des Soins d Urgence 45 Formation d adaptation à l emploi des Conducteurs ambulanciers de SMUR de la fonction publique hospitalière Formation

Plus en détail

L accident de décompression. Jean-Luc HURTEL Cmas*** 1

L accident de décompression. Jean-Luc HURTEL Cmas*** 1 L accident de décompression Jean-Luc HURTEL Cmas*** 1 Plan du cours Introduction et rappels Principe de la dissolution des gaz Conséquences biologiques Symptomatologie de l ADD Facteurs favorisants Traitement

Plus en détail

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion

Une imagerie cérébrale en urgence est indispensable devant une suspicion REVUES GENERALES Neurologie D. CALVET 1, C. OPPENHEIM 2, J.L. MAS 1 1 Service de Neurologie, 2 Service de Neuroradiologie, Hôpital Sainte-Anne, PARIS. Infarctus cérébral et AIT: scanner ou IRM en première

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010

Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010 Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010 Marie Erbault Yann L Hermitte Haute Autorité de Santé Direction de l amélioration de la qualité et de la sécurité

Plus en détail

N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS

N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS N 131 : ARTERIOPATHIE OBLITERANTE DE L'AORTE ET DES MEMBRES INFERIEURS 131A : Diagnostiquer une AOMI L AOMI est l atteinte par l athérosclérose de la paroi des artères vascularisant les membres inférieurs,

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

Projet d Initiative en Physiologie Humaine :

Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Projet d Initiative en Physiologie Humaine : Caractérisation des modifications d'écoulement au niveau des anévrismes : application au traitement des anévrismes cérébraux par embolisation Par : BES Pierre,

Plus en détail