NOTE SUR LE CALCUL DES SIFIM EN CORÉE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE SUR LE CALCUL DES SIFIM EN CORÉE"

Transcription

1 A usage officiel STD/NA(2000)39 Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Sep-2000 Organisation for Economic Co-operation and Development Dist. : 25-Sep-2000 Or. Ang. DIRECTION DES STATISTIQUES STD/NA(2000)39 Or. Ang. A usage officiel Comptes nationaux NOTE SUR LE CALCUL DES SIFIM EN CORÉE Banque de Corée Point 12 de l'ordre du jour RÉUNION DE L'OCDE D'EXPERTS EN COMPTABILITÉE NATIONALE Château de la Muette, Paris septembre 2000 Commençant à 9h30 le premier jour Ta Document complet disponible sur OLIS dans son format d origine Complete document available on OLIS in its original format

2 NOTE SUR LE CALCUL DES SIFIM EN CORÉE Cho Young-gil Banque de Corée Résumé L'une des dispositions du SCN93 consiste à répartir les SIFIM entre les utilisateurs de services d'intermédiation financière au lieu de les imputer exclusivement à une branche d'activité nominale, ce qui influe sur la valeur ajoutée globale (PIB). Lorsqu'on calcule la production des SIFIM, les revenus provenant de l'intermédiation financière assurée par les intermédiaires financiers sont pris en compte. Dans la classification des secteurs institutionnels du SCN93, les intermédiaires financiers sont les banques centrales (S.121), les autres institutions de dépôt (S.122), et les autres intermédiaires financiers, à l'exclusion des sociétés d'assurance et des fonds de pension (S.123). Cependant, bien que les sociétés d'assurance et les fonds de pension (S.125) soient des sociétés financières qui assurent des services d'intermédiation financière, il semble qu ils ne soient pas considérés comme des intermédiaires financiers au sens strict. Le SEC95 définit aussi de façon large les secteurs institutionnels assurant des SIFIM comme étant ceux qui offrent une activité d'intermédiation financière, mais il exclut néanmoins les revenus de placement des réserves techniques d'assurance de S.125. Cependant, dans le cas des sociétés d'assurance vie, qui offrent des contrats "avec participation aux bénéfices", il y a effectivement activité d'intermédiation financière. Ces sociétés d'assurance vie collectent des fonds en émettant des contrats d'assurance "avec participation aux bénéfices" au profit des assurés (passif) et elles accordent des prêts au public (actif). Cela signifie que la mesure conventionnelle des SIFIM, qui se limite aux services fournis par les intermédiaires financiers au sens étroit, pourrait être étendue aux activités d'intermédiation financière des sociétés d'assurance vie. L'objet de la présente note est de mettre en évidence la présence d'activités d'intermédiation financière dans les sociétés d'assurance vie de la Corée, ainsi que la nécessité d'attribuer des SIFIM à ces sociétés. Introduction 1. Le SCN 1993 définit l'intermédiation financière et les intermédiaires financiers et explique comment mesurer et traiter les services d'intermédiation financière indirectement mesurés (SIFIM). 2. L'intermédiation financière peut se définir comme une activité de production par laquelle une unité institutionnelle encourt des dettes en son nom propre, dans le but d'acquérir des actifs financiers en s'engageant dans des opérations financières. Les intermédiaires financiers obtiennent des fonds non seulement en acceptant des dépôts, mais aussi en émettant des obligations ou d'autres titres (SCN93, 4.78). En d'autres termes, bien que le rôle des intermédiaires financiers consiste à canaliser les fonds des créanciers vers les emprunteurs, le prêt en tant que tel n'est pas considéré comme un service, et seule l'intermédiation financière fournie 2

3 par les unités institutionnelles dont la fonction principale est d'encourir des dettes afin de prêter de l'argent constitue un service D'après la classification des secteurs institutionnels du SCN93, les intermédiaires financiers sont des institutions qui assurent des services d'intermédiation financière. Or, le SCN ne donne pas de critère précis pour définir le champ d'activité des intermédiaires financiers. Suivant la classification conventionnelle pour le calcul des SIFIM, les intermédiaires financiers sont les banques centrales (S.121), les autres institutions de dépôt (S.122), et les autres intermédiaires financiers, à l'exclusion des sociétés d'assurance et des fonds de pension (S.123) Par ailleurs, dans le SCN93, l'activité d'assurance est aussi définie comme une forme d'intermédiation financière, par laquelle des fonds sont collectés auprès des assurés, et sont ensuite investis dans des actifs, financiers ou autres, qui sont détenus sous forme de réserves techniques, pour faire face aux demandes d'indemnités futures (SCN93, 6.135). Le SEC95 définit aussi les sociétés d'assurance et fonds de pension (S.125) comme un secteur dont la fonction principale consiste à fournir des services d'intermédiation financière résultant de la mutualisation de risques (SEC95, 2.60). 5. Il semblerait que les sociétés d'assurance et les fonds de pension (S.125) ne soient pas inclus dans les intermédiaires financiers au sens étroit, mais qu'ils aient pour fonction de fournir des services d'intermédiation financière. Par exemple, les sociétés d'assurance vie fournissent des services d'intermédiation financière en accordant des prêts et en offrant des contrats d'assurance "avec participation aux bénéfices", qui sont semblables aux instruments des institutions de dépôt. Ainsi, il est difficile de dire si l'intermédiation financière indirectement mesurée, suivant le SCN93, se limite aux services offerts par les intermédiaires financiers au sens étroit, ou si sa définition s'étend aux services d'intermédiation financière fournis par toute institution financière. 6. Cette question est importante pour le calcul des SIFIM, car elle détermine comment la couverture des intermédiaires financiers doit être limitée et, par conséquent, quelle doit être la portée des SIFIM 3. Caractéristiques des contrats d'assurance vie en Corée 7. La forme la plus courante de contrat d'assurance vie en Corée est un contrat en vertu duquel un assuré effectue des paiements réguliers en contrepartie d'un capital ou d'une rente dont l assureur garantit le paiement. Le montant à recevoir est en principe au moins égal à la somme des primes versées. (Ce type d'assurance est désigné sous le nom d'assurance vie "avec participation aux bénéfices" dans le SCN. En Corée, on parle d'assurance épargne 4 ). 1. Eurostat (1994, avril), Rapport de la réunion spéciale sur la répartition des SIFIM, réunion conjointe OCDE/CEEONU d'experts en comptabilité nationale. 2. L'Union européenne et d'autres organisations internationales limitent la définition des intermédiaires financiers aux rubriques S.122 et S La valeur des SIFIM est égale au total des revenus de la propriété à recevoir par les intermédiaires financiers, moins le total des intérêts à payer, à l'exclusion du revenu de la propriété provenant du placement des fonds propres (SCN93, 6.125). 4. L'assurance épargne recouvre toutes les catégories d'instruments financiers avec lesquels les sommes à recevoir à l'échéance de l'assurance vie sont supérieures à la somme des primes versées. Les autres types 3

4 8. Dans ce cas, les sociétés d'assurance vie collectent des fonds en offrant un contrat d'assurance "avec participation aux bénéfices" à l'assuré (passif) et accordent des prêts au public (actif). Dans la classification du secteur institutionnel, même si les sociétés d'assurance vie ne peuvent pas être des intermédiaires financiers au sens strict, je pense que les services d'intermédiation financière offrant des contrats d'assurance vie "avec participation aux bénéfices" doivent être considérés comme étant indépendants des services d'assurance vie proprement dits. On pourrait désigner cette activité sous le nom de quasi-intermédiation financière ou sous un autre nom approprié. 9. A l'heure actuelle, les services de quasi-intermédiation financière assurés par les sociétés d'assurance vie représentent la plus grande partie des services offerts par celles-ci. L'assurance épargne représente de 30 à 50 pour cent du volume total de l'assurance en termes d'indemnités et de 60 à 80 pour cent en termes de primes. Par ailleurs, l'encours des prêts représente de 30 à 40 pour cent des actifs des sociétés d'assurance vie. Quasi-intermédiation financière des sociétés d assurance vie en Corée È LQVXUDQFHÃIRUÃVDYLQJVÃRQÃD FRQWUDFWÃEDVLV LQVXUDQFHÃIRUÃVDYLQJVÃRQÃD SUHPLXPÃUHFHLYHGÃEDVLV ORDQVÃRXWVWDQGLQJÃDVÃÈÃRIÃWRWDO DVVHWV Les SIFIM offerts par l assurance vie 10. Traditionnellement, les SIFIM offerts par l assurance vie n ont pas été pris en compte, car les sociétés d assurance ne sont pas considérées comme des intermédiaires financiers. Le SEC95 exclut également le revenu du placement des réserves techniques d assurance dans le calcul de la production des SIFIM (SEC95, 3.63). Cependant, si l on étendait la portée des SIFIM aux services découlant des activités d intermédiation financière de toutes les institutions financières, une grande partie des services des sociétés d assurance vie répondrait à la définition des SIFIM. 11. Si l on considère que les sociétés d assurance vie offrent des SIFIM, les bénéficiaires ou utilisateurs peuvent être des ménages dans le cas de l assurance épargne, ou tous les secteurs, sauf les sociétés financières, dans le cas des prêts. d'assurance sont désignés sous le nom d'assurance sécurité. L'assurance épargne présente elle-même certaines caractéristiques de l'assurance sécurité. 4

5 12. En vertu des procédures comptables conventionnelles, les services de quasi-intermédiation financière offerts par l assurance vie sont inclus dans la production des sociétés d assurance. Ainsi, pour calculer les SIFIM offerts par l assurance vie, il faut soustraire les chiffres des services de quasi-intermédiation financière définis comme ci-dessus de la production des services d assurance, et les ajouter aux chiffres des SIFIM conventionnels. Production des services d assurance = primes effectives totales + compléments de primes 1) - indemnités dues - augmentation des réserves actuarielles et des réserves pour assurance avec participation aux bénéfices 2) 1. Ce poste comprend les intérêts à recevoir au titre du placement des réserves techniques 2. Ce poste comprend les dividendes ou intérêts à verser aux assurés en vertu des activités d investissement des sociétés d assurance. 13. Les SIFIM d assurance épargne sont répartis dans la consommation finale du secteur des ménages. Par conséquent, cela n a pas d incidence sur la valeur ajoutée. En revanche, les SIFIM de prêt réduisent la valeur ajoutée car ils sont en partie comptabilisés comme une consommation intermédiaire. Pour calculer les SIFIM d assurance vie, un «taux de référence global» des SIFIM d origine pourrait être appliqué. Dans la pratique, il est difficile de calculer des SIFIM d assurance épargne à partir des états financiers tels qu ils sont présentés actuellement. Ainsi, seuls les SIFIM de prêt sont pris en compte dans la présente note. SIFIM d assurance vie = intérêts à recevoir sur les prêts des sociétés d assurance vie - encours des prêts taux de référence 14. Les chiffres ci-après indiquent les SIFIM d origine et les SIFIM calculés suivant les nouvelles modalités, y compris ceux qui découlent de l assurance vie, pour l exercice financier Conclusion SIFIM (en % du PIB) SIFIM d origine (a) SIFIM supplémentaire (b) Total des SIFIM (a+b) 3.92% 0.31% 4.23% 15. D après les dispositions du SCN93 concernant les SIFIM, il n est pas possible de tenir compte des SIFIM d assurance vie car les sociétés d assurance vie ne sont pas strictement définies comme des intermédiaires financiers. Cependant, si la définition des SIFIM était étendue aux activités d intermédiation financière de toutes les institutions financières, il serait possible de tenir compte d une partie des SIFIM qui a été jusqu à présent laissée de côté. 5

Introduction. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Introduction. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

La contribution des sociétés financières au revenu agrégé des sociétés

La contribution des sociétés financières au revenu agrégé des sociétés N o 11 626 X au catalogue N o 17 ISSN 1927-548 ISBN 978 1 1 99762-9 Document analytique Aperçus économiques La contribution des sociétés financières au revenu agrégé des sociétés par Guy Gellatly, Matthew

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/369 CHAPITRE 14 LES SERVICES D'INTERMÉDIATION FINANCIÈRE INDIRECTEMENT MESURÉS (SIFIM) LE CONCEPT DE SIFIM ET L'INCIDENCE SUR LES PRINCIPAUX AGRÉGATS

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/10 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante :

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante : COMPTES INDIVIDUELS - COMPTES CONSOLIDES - IFRS - Protocole d'accord - Plan de sauvegarde - Abandon de créances avec clause de retour à meilleure fortune - Exercice de rattachement - EJ 2009-192 & EC 2010-09

Plus en détail

Groupe de travail du CNIS sur les échanges internationaux de services. 13 décembre 2004 Dominique Durant

Groupe de travail du CNIS sur les échanges internationaux de services. 13 décembre 2004 Dominique Durant Groupe de travail du CNIS sur les échanges internationaux de services 13 décembre 2004 Dominique Durant 1 Plan de l intervention 1. Pourquoi les SIFIM? 2. La réglementation européenne des SIFIM a. Définition

Plus en détail

RÉPARTITION DES SIFIM

RÉPARTITION DES SIFIM Distr. GÉNÉRALE CES/AC.68/2000/9 8 février 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS ORGANISATION DE COOPÉRATION

Plus en détail

9. Transactions sur actifs financiers et passifs

9. Transactions sur actifs financiers et passifs 9. Transactions sur actifs financiers et passifs Ce chapitre décrit les transactions sur actifs financiers et passifs et leur classification. A. Introduction 9.1 Le chapitre 7 décrit le compte de patrimoine

Plus en détail

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives sur les propositions législatives concernant la Loi et le Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Novembre

Plus en détail

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle RÉSUMÉ DU MODULE 3 Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle Le présent module s intéresse à la comptabilisation de trois types de placements pouvant être faits par

Plus en détail

Présentation générale SEC 2010

Présentation générale SEC 2010 Présentation générale SEC 2010 1. Contexte général de la révision SEC 2. Nouveautés du SEC 2010 1. Contexte général de la révision SEC 1.1 Notions de comptabilité nationale Comme les entreprises, les pays

Plus en détail

Corée. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Corée. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Comptabilité nationale

Comptabilité nationale Comptabilité nationale Cours L2 2015-2016 Chapitre 3 signification terme? NOMenclature : nommer pour classer et compter CN = construction CN = photographie de la réalité mais avec un instrument donné et

Plus en détail

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité

Ministère des finances Conseil National de la Comptabilité NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES AVANTAGES AU PERSONNEL La présente note vient en appui à l instruction n 2 du 29 octobre 2009 portant première application

Plus en détail

mis à jour le 2 juin 2014

mis à jour le 2 juin 2014 mis à jour le 2 juin 2014 Réponses aux questions fréquemment posées sur le passage au 6 ème Manuel de balance des paiements et de la position extérieure globale (BPM6) et sur la disponibilité des données

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 2015 et 2014 (non audités et non examinés par les auditeurs indépendants) États consolidés intermédiaires

Plus en détail

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES Vous trouverez dans ce fascicule de l information importante en ce qui concerne le traitement fiscale d une déclaration de revenus d une personne décédée.

Plus en détail

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Suède Merci de citer ce chapitre comme suit :

Plus en détail

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE RENTE IMMOBILISÉE DANS UN FONDS DE REVENU VIAGER (FRV) FONDS DE REVENU DE RETRAITE BMO LIGNE D ACTION

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE RENTE IMMOBILISÉE DANS UN FONDS DE REVENU VIAGER (FRV) FONDS DE REVENU DE RETRAITE BMO LIGNE D ACTION ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE RENTE IMMOBILISÉE DANS UN FONDS DE REVENU VIAGER (FRV) ADDENDA FRV Pour les transferts faits conformément à la Loi sur les régimes complémentaires de retraite (Québec) FONDS

Plus en détail

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base /16/09 :08 PM Page 19 Chapitre : Les instruments financiers 11. Une entreprise peut modifier la désignation de certains de ses actifs financiers. Ainsi, elle peut transférer

Plus en détail

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 BILAN 31 MARS 2005 A C T I F Encaisse (note 4) 74 459 864 $ 82 151 251 $ Débiteurs et montants

Plus en détail

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 IMMOBILISÉ AU FONDS DE REVENU VIAGER SUIVANT LE RÈGLEMENT EN APPLICATION DE LA LOI SUR LES

Plus en détail

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION Du RÈGLEMENT N 2016-02 du 11 MARS 2016 Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation I - Eléments de contexte Le

Plus en détail

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/27 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 27 de l'ordre du jour provisoire SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO Résumé Conformément

Plus en détail

États financiers prospectifs. Exercice se terminant le 31 mars 2013

États financiers prospectifs. Exercice se terminant le 31 mars 2013 États financiers prospectifs Exercice se terminant le 31 mars 2013 DÉCLARATION DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION La responsabilité de la compilation, du contenu et de la présentation de l information financière

Plus en détail

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés

Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés Règlement de l ARMC 91-501 Dérivés et obligations coupons détachés PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 DÉRIVÉS DISPENSÉS 3. Dispenses de l obligation d inscription

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

APPORTÉE AU PROSPECTUS SIMPLIFIÉ DATÉ DU 27 MARS 2014, à l égard des fonds suivants :

APPORTÉE AU PROSPECTUS SIMPLIFIÉ DATÉ DU 27 MARS 2014, à l égard des fonds suivants : MODIFICATION N O 2 DATÉE DU 27 NOVEMBRE 2014 APPORTÉE AU PROSPECTUS SIMPLIFIÉ DATÉ DU 27 MARS 2014, MODIFIÉ PAR LA MODIFICATION N O 1 DATÉE DU 3 OCTOBRE 2014 à l égard des fonds suivants : canadiennes

Plus en détail

IFRIC 21 : Droits ou taxes

IFRIC 21 : Droits ou taxes IFRIC 21 : Droits ou taxes Réunion du Groupe de discussion sur les IFRS du 2 décembre 2013 : résumé des délibérations IFRIC 21 Droits ou taxes fournit des indications sur la comptabilisation des droits

Plus en détail

IFRS. Janvier 2010 Document 210005

IFRS. Janvier 2010 Document 210005 Les méthodes canadiennes appliquées à l évaluation de contrats d assurance (assurance-vie et assurances IARD) visant à satisfaire aux exigences du paragraphe 4.14 de l IFRS 4 IFRS Janvier 2010 Document

Plus en détail

PRÉSENTATION DU BILAN

PRÉSENTATION DU BILAN Chapitre 1: PRÉSENTATION DU BILAN Introduction L actif, le passif et le hors bilan sont présentés chacun sur un feuillet conformément au modèle en annexe. Les rubriques de l actif qui font l objet d amortissements

Plus en détail

Fiscalité des assureurs. 15 octobre 2013

Fiscalité des assureurs. 15 octobre 2013 Fiscalité des assureurs 15 octobre 2013 Introduction Benoit Millette, Associé EY Téléphone : (514) 879-3562 Courriel : benoit.millette@ca.ey.com Karl Addison, Chef d équipe senior EY Téléphone : (514)

Plus en détail

Variables Sources ou calcul Données 1997 (1) Nombre de frontaliers entrants Ministère de l'emploi et du

Variables Sources ou calcul Données 1997 (1) Nombre de frontaliers entrants Ministère de l'emploi et du 375. 8. LE PASSAGE DU PIB AU RNB 8.1. REMUNERATION DES SALARIES (D1) 8.1.1. CHAMP D'APPLICATION Total des rémunérations versées: par des employeurs résidents à des travailleurs non-résidents habitants

Plus en détail

Algérie. Identification, mesure, gestion et contrôle du risque de liquidité

Algérie. Identification, mesure, gestion et contrôle du risque de liquidité Identification, mesure, gestion et contrôle du risque de liquidité Règlement de la Banque d n 11-04 du 24 mai 2011 Source : www.droit-algerie.com [NB - Règlement de la banque d n 11-04 du 24 mai 2011 portant

Plus en détail

L assurance-vie émise au Luxembourg

L assurance-vie émise au Luxembourg L assurance-vie émise au Luxembourg Placement préféré des Français durant de longues années, l assurance-vie reste aujourd hui l un des instruments d épargne les plus souscrits et utilisés par nos résidents.

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 72 11 août 2000. S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 72 11 août 2000. S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1421 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 72 11 août 2000 S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS Loi

Plus en détail

RÈGLEMENT N 2011-05 DU 10 NOVEMBRE 2011

RÈGLEMENT N 2011-05 DU 10 NOVEMBRE 2011 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2011-05 DU 10 NOVEMBRE 2011 modifiant le règlement du CRC n 2003-02 relatif au plan comptable des organismes de placement collectif en valeurs mobilières Règlement

Plus en détail

Norme comptable relative aux Revenus

Norme comptable relative aux Revenus NC 03 Norme comptable relative aux Revenus Objectifs 01. Les produits d'une entreprise regroupent à la fois les revenus et les gains. Les revenus sont les produits provenant des activités qui s'inscrivent

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

Commissariat à la protection de la vie privée du Canada Notes afférentes aux états financiers Exercice terminé le 31 mars 2005

Commissariat à la protection de la vie privée du Canada Notes afférentes aux états financiers Exercice terminé le 31 mars 2005 1. Pouvoirs Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada (le «Commissariat») a été créé en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels, en vigueur depuis le 1 er juillet

Plus en détail

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse

Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Les incitations fiscales en matière d introduction en bourse Plan : Introduction Les incitations fiscales : Aperçu général 1. Définition 2. Les objectifs 3. Les typologies Mesures en faveur des sociétés

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2006-02 DU 31 MARS 2006 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

Régimes de retraite individuels

Régimes de retraite individuels Ces dernières années, les propriétaires d entreprise ont commencé à reconnaître les avantages offerts par les régimes de retraite individuels (RRI). Un RRI permet aux propriétaires d entreprise et à certains

Plus en détail

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CONFERENCE I N T E R A F R I C A I N E D E S M A R C H E S D A S S U R A N C E S C O N S E I L D E S M I N I S T R E S D E S A S S U R A N C E S REGLEMENT N /CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT

Plus en détail

Groupe d'experts de statistiques économiques à court terme de l'ocde

Groupe d'experts de statistiques économiques à court terme de l'ocde A usage officiel STD/STESEG(2003)18 Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development 10-Jun-2003 Français - Or. Français DIRECTION DES

Plus en détail

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier Règlement homologué par arrêté du 26 décembre

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa

Bamako - Mali. Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat. et Plan de Trésorerie. Mme Ayawovi Demba Tignokpa AFRITAC de louest l Ouest Bamako - Mali Séminaire sur la gestion de la trésorerie de l Etat Lomé, du 07 au 11 février 2011 Tableau des opérations financières de l Etat actuel (TOFE) et Plan de Trésorerie

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

13 Les flux de trésorerie

13 Les flux de trésorerie 13 Les flux de trésorerie Les sujets abordés dans chacun des travaux suggérés Problèmes de Sujets abordés Exercices compréhension L utilité et le contenu de 1, 5 1, 5, 9 b) l état des flux de trésorerie

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Octobre 2000 Où va finalement l épargne des ménages européens? Détention directe et indirecte de produits financiers en France, en Italie, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas Le patrimoine financier des particuliers

Plus en détail

Le concept du bilan fiscal

Le concept du bilan fiscal COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, le 7 septembre 2005 Taxud E1 RD CCCTB\WP\016\doc\en

Plus en détail

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS COLLEGE

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS COLLEGE COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS NORME N 4 LES PRODUITS

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Fonds d infrastructure mondial Renaissance. États financiers annuels pour l exercice terminé le 31 août 2007

Fonds d infrastructure mondial Renaissance. États financiers annuels pour l exercice terminé le 31 août 2007 États financiers annuels pour l exercice terminé le 31 août Fonds d infrastructure mondial Renaissance État de l actif net (en milliers, sauf les montants par part) Au 31 août (note 1) Actif Encaisse,

Plus en détail

RENTE. Les rentes. Pour une retraite sans tracas. Desjardins Assurances désigne Desjardins Sécurité financière, compagnie d assurance vie.

RENTE. Les rentes. Pour une retraite sans tracas. Desjardins Assurances désigne Desjardins Sécurité financière, compagnie d assurance vie. RENTE Les rentes Pour une retraite sans tracas Desjardins Assurances désigne Desjardins Sécurité financière, compagnie d assurance vie. Planifier son revenu de retraite Avez-vous déjà réalisé que les années

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie de la confirmation d un crédit documentaire - DGP 508 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet

Plus en détail

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015

Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Ouest État de la situation financière Au 31 mars 2015 État de la situation financière Au 31 mars 2015 Actif Actif à court terme Trésorerie 5 227 401 4 992 479 Débiteurs (note 3) 235 501 196 578 Charges payées d avance 67 728 41 871 5 530 630 5 230 928 Immobilisations

Plus en détail

CAPI 23 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE

CAPI 23 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE CAPI 23 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE Type d'assurance vie Garanties Assurance vie avec taux d'intérêt garanti sur les primes versées dans le support de la branche 21 du

Plus en détail

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008

CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 CIRCULAIRE DU SIÈGE SOCIAL N o 2008-07 Le 29 mai 2008 À : Agents généraux administrateurs, a Tous les agents généraux administrateurs, agents associés généraux, courtiers, agents généraux, conseillers

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Le 13 octobre 2009 Guide de bonnes pratiques pour la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels L Autorité des marchés financiers a constaté au cours de ces dernières

Plus en détail

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 415 II. LISTE DES TABLEAUX... 415 III. PRESENTATION... 416 IV. METHODOLOGIE... 416 V. SOURCES DE DOCUMENTATION... 417 Chapitre 24 : Monnaie

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu :

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu : BODI - Texte DGI n 2003/54 - Note commune n 35/2003 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 22 et 23 de la loi n 2002-101 du 17 décembre 2002, portant loi de finances pour l'année 2003 relatives

Plus en détail

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux

Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 6571 Budget Général - Gestion active de dette - Recours à divers instruments de couverture du risque de taux M. LE MAIRE, Rapporteur : Afin d assurer le financement

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels

Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Position recommandation AMF n 2009-15 Guide relatif à la commercialisation des emprunts obligataires auprès des clients non professionnels Textes de référence : articles 212-28, 212-29 et 314-10 du règlement

Plus en détail

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-09 du 12 décembre 2002 Relatif aux règles de comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises régies par le code des assurances

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu 1 Article 1 Notes explicatives Propositions législatives relatives à l impôt sur le revenu Titres agrafés anti-évitement 12.6 Loi de l impôt sur le revenu Le nouvel article 12.6 de la Loi de l impôt sur

Plus en détail

Association canadienne du personnel administratif universitaire

Association canadienne du personnel administratif universitaire Association canadienne du personnel administratif universitaire Note d information concernant les états financiers Instruments financiers Novembre 2011 Objet Les universités et les collèges canadiens,

Plus en détail

CHAMBRE IMMOBILIÈRE DU GRAND MONTRÉAL

CHAMBRE IMMOBILIÈRE DU GRAND MONTRÉAL États financiers consolidés de CHAMBRE IMMOBILIÈRE DU GRAND MONTRÉAL pour l exercice clos le 31 décembre 2013 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (514) 840-2100 Tour KPMG Télécopieur (514) 840-2187 Bureau

Plus en détail

10 questions fiscales et juridiques sur la vie universelle Partie A 1 heure 1 UFC

10 questions fiscales et juridiques sur la vie universelle Partie A 1 heure 1 UFC 10 questions fiscales et juridiques sur la vie universelle Partie A 1 heure 1 UFC Conception: Conférencier:, Pl. Fin. AVA Directeur des ventes 514-989-3979 Pascal.liboiron@aegoncanada.ca Attention : Le

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

ANNEXE : Source : direction de la législation fiscale (DLF)

ANNEXE : Source : direction de la législation fiscale (DLF) ANNEXE : COMPARATIF DES NORMES FATCA, OCDE ET DE L UNION EUROPÉENNE - 35 - ANNEXE : COMPARATIF DES NORMES FATCA, OCDE ET DE L UNION EUROPÉENNE Source : direction de la législation fiscale (DLF) 1 Institutions

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 31 décembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 31 décembre 2015 (en millions de

Plus en détail

L exercice en bref 09

L exercice en bref 09 L exercice en bref 09 Introduction PKRück poursuit son succès PKRück peut se montrer plus que satisfaite de son évolution. Au terme de son cinquième exercice, l entreprise enregistre déjà 10 % de part

Plus en détail

24, rue de l Hôtel des Postes - B.P. 1760 06016 NICE CEDEX 01 04 92 17 34 34

24, rue de l Hôtel des Postes - B.P. 1760 06016 NICE CEDEX 01 04 92 17 34 34 24, rue de l Hôtel des Postes - B.P. 1760 06016 NICE CEDEX 01 04 92 17 34 34 gillettadesaintjoseph@notaires.fr http://gillettadesaintjoseph.notaires.fr ASSURANCE-VIE L assurance-vie sous tous les angles

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

Février 2010. La dette du gouvernement du québec

Février 2010. La dette du gouvernement du québec Février 2010 La dette du gouvernement du québec Le dette du gourvernement du Québec Février 2010 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec Février 2010 ISBN 978-2-550-57404-0 (PDF) Gouvernement

Plus en détail

Groupe de Travail Inter-Secretariat sur la Comptabilite Nationale

Groupe de Travail Inter-Secretariat sur la Comptabilite Nationale A usage officiel STD/NA(2000)13 Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 4-Aug-2000 Organisation for Economic Co-operation and Development Dist. : 4-Aug-2000 Or. Eng. DIRECTION

Plus en détail

Définitions et concepts pour le reporting statistique des véhicules de titrisation

Définitions et concepts pour le reporting statistique des véhicules de titrisation Définitions et concepts pour le reporting statistique des véhicules de titrisation Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...4 2 Principes de base...5 2.1 Date de référence pour l'établissement

Plus en détail

FONDS DE REVENU DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHIQUES S.E.C., FRR-1503

FONDS DE REVENU DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHIQUES S.E.C., FRR-1503 FONDS DE REVENU DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHIQUES S.E.C., FRR-1503 Entente en vertu de la Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick concernant les transferts d un compte de pension

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

ANNEXE 3 AU RÈGLEMENT N 99-03

ANNEXE 3 AU RÈGLEMENT N 99-03 ANNEXE 3 AU RÈGLEMENT N 99-03 (RÈGLEMENT N 2007-03 DU CRC) COMPTABILISATION DES ACTIFS DONNÉS EN GARANTIE DANS LE CADRE DE CONTRATS DE GARANTIE FINANCIÈRE ASSORTIS D'UN DROIT DE RÉUTILISATION 219 Sommaire

Plus en détail

Le 9 mars 2016 Paris, France

Le 9 mars 2016 Paris, France Vue d ensemble de la méthodologie de compilation du bilan actuariel du Régime de pensions du Canada Présentation à l occasion de l atelier Eurostat/OIT/FMI/OCDE sur les pensions par Assia Billig, actuaire,

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes (Version en date du 28/04/2016) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Calcul de la solvabilité des groupes... 3 2.1. Périmètre du groupe

Plus en détail

Art. 49 Définition de la fortune (art. 71, al. 1, LPP) 1 La fortune au sens des art. 50 à 59 comprend la somme des actifs inscrits au bilan

Art. 49 Définition de la fortune (art. 71, al. 1, LPP) 1 La fortune au sens des art. 50 à 59 comprend la somme des actifs inscrits au bilan Ce texte est une version provisoire. Seule la version publiée dans le Recueil officiel des lois fédérales fait foi (www.admin.ch/ch/f/as). Ordonnance sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants

Plus en détail

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours)

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - L'emprunt des collectivités locales... 4 La réglementation

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2372] Références du document 4A2372 Date du document 09/03/01

Plus en détail

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous Série d Exercices Thierry Ané Exercice n 1 Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous propose les deux produits suivants : un produit d assurance versant un taux

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

L Ordre Indépendant des Forestiers Exercice terminé le 31 décembre 2011. Faits saillants financiers pour 2011

L Ordre Indépendant des Forestiers Exercice terminé le 31 décembre 2011. Faits saillants financiers pour 2011 L Ordre Indépendant des Forestiers Exercice terminé le 31 décembre Faits saillants financiers pour Survol de la santé financière et de la stabilité de Foresters Foresters la santé financière de Foresters

Plus en détail

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV CAC Rendement Titres de créance1 présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée : 7 ans

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ISF 2016

MANDAT DE GESTION ISF 2016 P MANDAT DE GESTION ISF 2016 OBJECTIFS DU MANDAT Le Mandat (1) est investi principalement (soit au minimum à hauteur de 75% au moment de l investissement initial) dans des PME Eligibles exerçant une activité

Plus en détail

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Luxembourg. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Luxembourg Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail