La pratique de la finance islamique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La pratique de la finance islamique"

Transcription

1 ARTICLES PROFESSIONNELS PROFESSIONAL ARTICLES Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009, Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009, La pratique de la finance islamique par Issouf Soumaré r é s u m é Le système financier islamique (SFI) repose essentiellement sur le principe de non pratique de l intérêt (riba) jugé usurier par les lois islamiques et prône le partage des risques et profits/pertes. Au cours des dernières années, les actifs financiers islamiques ont connu une croissance moyenne de plus de 10 %. Cette croissante pourrait être plus importante dans le futur si le SFI arrive à pénétrer vigoureusement d autres marchés au delà de la région du Golfe persique et du sud est asiatique, où il est présentement concentré. En effet, on constate une sous représentativité des banques islamiques dans plusieurs pays occidentaux tels que la France qui regorge d une forte présence musulmane. Aussi, plusieurs grandes banques occidentales ont des divisions de finance islamique. Cependant, même si les principes de base de la pratique de la finance islamique pourraient apporter une meilleure éthique à la façon de pratiquer la finance, il n en demeure pas moins que le SFI n est pas à l abri des mêmes abus que connait le système financier conventionnel. Néanmoins, étant donné que le SFI est à ses premiers développements, pour une meilleure gestion des risques, il est impératif de mettre en place : (1) une infrastructure de liquidité systémique, (2) une infrastructure juridique, (3) une infrastructure de divulgation de l information et (4) un mécanisme d assurance des dépôts. L auteur : Issouf Soumaré, Ph.D., PRM, FRM est professeur agrégé de finance, Directeur du Laboratoire d ingénierie financière de l Université Laval, Département de finance et assurance, Faculté des sciences de l administration, Université Laval, Québec, Qc, Canada G1V 0A6 Courriel: L auteur tient à remercier ses collègues Denis Moffet et Van Son Lai, et les participants à la conférence organisée par l Association des Étudiants Musulmans de l Université Laval sur le thème «La Finance Islamique : Est-elle une solution aux défaillances du modèle financier conventionnel?», tenue le 16 février 2009, pour leurs suggestions et commentaires. Le texte associé à cet article est daté de mars

2 a b s t r a c t Islamic finance prohibits the charge of interests (riba), being usury under Islamic law (Sharia), and promotes profit and loss sharing. Over the past years, Islamic financial assets have grown at an average rate of more than 10%. This growth can even increase in the future, if the Islamic Financial System (IFS) succeeds in penetrating other markets beyond the Persian Gulf and South East Asia, where it is currently concentrated. Indeed, Islamic banks are underrepresented in many western countries such as France with a substantial Muslim population. Also, many large western banks have Islamic banking windows. Although, Islamic finance principles can improve the ethics of the current practice of finance, the IFS is not immune against risks facing conventional finance. Nevertheless, being at its early development stages, putting a sound risk management system will require (1) a systemic liquidity infrastructure; (2) a legal infrastructure; (3) an information infrastructure; and (4) financial safety net mechanisms. 1. INTRODUCTION À LA FINANCE ISLAMIQUE La finance islamique est l ensemble des pratiques financières basées sur les principes de la loi islamique (Sharia, Sunnah) (e.g., Iqbal (2007) et Martens (2001)). Ainsi, elle interdit (i) la pratique de l intérêt sur les prêts (riba), (ii) l incertitude dans les échanges (gharar), (iii) le hasard (massir), (iv) les investissements dans les secteurs productifs jugés illicites par l Islam (haram) tels que les jeux du hasard, l alcool, le porc, les armes, la pornographie, les entreprises pratiquant la riba, etc. Le système financier islamique (SFI) repose sur le partage du risque et des profits et pertes entre les parties contractantes. Les transactions financières doivent être rattachées à des biens physiques. Même si la finance islamique moderne date de la deuxième moitié du 20 e siècle, ses origines remontent à quatorze (14) siècles, date de la venue de l Islam (voir Iqbal (2007) et Martens (2001) pour plus de détails sur l historique de la finance islamique). Présentement, le volume total des actifs du SFI est estimé entre 500 et 1000 milliards de dollars mondialement. D après le Fonds Monétaire International (FMI), le taux de croissance des actifs du SFI aurait été d environ 10 à 15 % par an au cours de la dernière décennie, et ce rythme de croissance devrait se maintenir dans les années à venir. Malgré cette forte croissante soutenue, le volume total des actifs du SFI ne représente à peine que 1 % des capitaux mondiaux, ce qui lui laisse une marge énorme de potentiel de croissance surtout s il est capable d attirer une large partie de la population musulmane mondiale qui représente environ 1,5 milliard, soit à peu près 25 % de la population mondiale. 60 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

3 La figure 1 ci-dessous montre la répartition géographique de la population musulmane (graphe à gauche) et des actifs du système financier islamique (graphe à droite). La couleur foncée marque une forte présence. On constate sur les deux graphiques de la figure que même si la population musulmane est répartie sur tous les continents, les actifs eux restent beaucoup concentrés dans les pays du Golfe persique et dans quelques pays du sud est asiatique (e.g., El Qorchi (2005), Solé (2007a), Sy (2007)). Cependant, on constate un début de percé dans plusieurs marchés occidentaux (États-Unis, Europe, Australie), en Afrique et en Asie. FIGURE 1 Répartition géographique de la population musulmane et des actifs islamiques Map : Muslim population Map : Islamic Assets Source: The Bankers (2007). L objectif du présent document est d introduire le lecteur à l importance de la pratique de la finance islamique dans le monde. Dans cette optique, le reste du document est structuré comme suit. Dans la section 2, nous discutons de la pratique de la finance islamique. Dans la section 3, nous présentons les principaux instruments et produits de la finance islamique. Dans la section 4, nous établissons un tableau comparatif entre le système financier islamique et le système financier conventionnel. Dans la section 5, nous discutons de la gestion des risques dans le SFI. Dans la section 6, nous concluons et listons les challenges auxquels le SFI devra faire face dans le futur. La pratique de la finance islamique 61

4 2. LA PRATIQUE DE LA FINANCE ISLAMIQUE D après la Banque Islamique de Développement il existait, en 2008, plus de 300 institutions financières islamiques opérant dans plus de 75 pays, et plus de 250 fonds communs de placement conformes aux principes de la Sharia à travers le monde. Le tableau 1 permet de voir que les trois premiers pays en termes de taille d actifs financiers islamiques sont dans l ordre d importance : l Iran, suivi de l Arabie Saoudite et de la Malaisie. On constate également dans ce tableau que la pratique est prédominante dans les pays du Golfe persique avec la plupart des pays du Conseil de Coopération du Golfe persique présents dans les dix pays en tête. Malgré le fait que la pratique de la finance islamique est répandue principalement dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe persique et quelques pays du sud asiatique (exemple la Malaisie et le Pakistan), il n empêche qu elle se développe de plus en plus dans plusieurs pays occidentaux et autres pays musulmans à travers le monde. TABLEAU 1 Dix principaux pays de pratique de la finance islamique Rang en 2007 Pays Actifs conformes à la Sharia (en milliards de dollar) 1 Iran 154,6 2 Arabie Saoudite 69,4 3 Malaisie 65,1 4 Koweït 37,7 6 EAU 35,4 5 Brunei 31,5 7 Bahreïn 26,3 8 Pakistan 15,9 9 Liban 14,3 10 Grande-Bretagne 10,4 Source : The Bankers (2007). 62 Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009

5 Un seul pays occidental se retrouve parmi les dix, la Grande- Bretagne, qui est le pionnier des pays occidentaux en la matière. En Grande-Bretagne, on dénombre au moins trois banques entièrement islamiques qui sont : Islamic Bank of Britain, European Islamic Investment Bank et Bank of London and Middle East (Source : Financial Services Authority En 2004, le pays a entamé des modifications significatives de ses lois fiscales pour accommoder la pratique de la finance islamique (KPMG Tax Monitor (2005)). En comparant la classification du tableau 1 à celle du tableau 2 ci-dessous des dix principaux pays musulmans par taille de population musulmane, on constate que plusieurs pays à forte taille de population ne se retrouvent pas dans le top dix de la pratique. Il s agit de l Indonésie, l Inde, le Bangladesh, la Turquie, l Égypte, le Nigeria, l Algérie et le Maroc qui sont des pays à forte dominance musulmane, sans pour autant être dans le top dix des pays avec les plus grandes valeurs d actifs conformes à la Sharia. Le bas du tableau montre les deux premiers pays occidentaux avec les plus fortes tailles de population musulmane, en l occurrence la France et les États-Unis. Tout ceci témoigne d un potentiel de croissance existant. Rang TABLEAU 2 Principaux pays musulmans par taille de population Pays Population musulmane % de musulmans dans la population totale 1 Indonésie % 2 Pakistan % 3 Inde % 4 Bangladesh % 5 Turquie % 6 Égypte % 7 Nigeria % 8 Iran % 9 Algérie % 10 Maroc % 38 États-Unis % 41 France % Source : La pratique de la finance islamique 63

6 Rang par ROA TABLEAU 3 Principales institutions financières islamiques par profit Rang top 500 Institution Country Pre-tax profits BNP Paribas France , Deutsche Bank AG Allemagne , Société Générale France , Crédit Suisse Suisse 2 599, Al Rajhi Bank Arabie Saoudite 1 949, National Commercial Bank, Jeddah Arabie Saoudite 1 675, ABSA Group Afrique du Sud 1 638, OCBC Bank Singapour 1 539, Samba Financial Group Arabie Saoudite 1 391, Maybank Malaisie 973, Lloyds TSB Grande- Bretagne 966, National Bank of Kuwait Koweït 877, Saudi British Bank Arabie Saoudite 811, Banque Saudi Fransi Arabie Saoudite 802, Riyad Bank Arabie Saoudite 776, Public Bank Berhad Malaisie 690, Arab National Bank Arabie Saoudite 668, Kuwait Finance House, Safat Koweït 668, PT Bank Rakyat Indonesia Indonésie 654, National Bank of Abu Dhabi EAU 587, Bank Melli Iran, Tehran Iran 585, Abu Dhabi Commercial Bank Qatar National Bank (Al Watani) EAU 584,67 Qatar 550, Saudi Investment Bank Arabie Saoudite 535, Bank Al Jazira Arabie Saoudite 527,09 Source : The Bankers (2007). 64 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

7 Le tableau 3 présente les 25 premières institutions de pratique de la finance islamique en termes de profits générés avant impôt. Quatre grandes banques occidentales se positionnent à la tête du peloton en termes de profits avant taxes générés. Cela pourrait s expliquer par le fait que ces institutions ayant acquis beaucoup d expériences dans la pratique de la finance à travers les années, peuvent utiliser ces expériences pour rentabiliser leurs activités de finance islamique. Le marché est principalement dominé par des institutions financières du Golfe persique et du sud-est asiatique. En ce qui concerne la pratique de la finance islamique au Canada, elle est beaucoup timide, dominée principalement par des coopératives immobilières telles que Ansar Co-operative Housing Coporation Ltd. & Islamic Co-operative Housing Coporation Ltd. et UM Group, toutes situées en Ontario. 1 Le Journal de Montréal, dans sa parution du 21 janvier 2008, écrivait que «La Société canadienne d hypothèques et de logement (SCHL) va dépenser jusqu à $ pour mener une étude évaluant comment accommoder les musulmans qui désirent s acheter une maison tout en respectant la charia. La société d État a en effet lancé un appel d offres le 18 décembre dernier pour la réalisation d une étude sur les prêts hypothécaires respectueux de l islam. «Le crédit hypothécaire conforme à la charia gagne en intérêt à l échelle internationale. Il y a aussi un intérêt grandissant au Canada», confirme au Journal Stéphanie Rubec, porte-parole de la SCHL. La SCHL emboîtait ainsi le pas au Bureau du surintendant des institutions financières du Canada, puisque cet organisme a déjà annoncé qu il examinait des questions réglementaires relatives aux services financiers islamiques.» Aussi, sur le site de la société fédérale Exportation et Développement Canada (EDC), on pouvait lire ceci le 23 octobre 2006 : «EDC s apprête à accroître ses transactions liées au financement islamique afin d ouvrir de nouveaux marchés pour les exportateurs canadiens. OTTAWA Le 23 octobre 2006 Exportation et développement Canada (EDC) a signé un protocole d entente pour la coopération avec la Société islamique d assurance des investissements et des crédits à l exportation (SIACE), membre du groupe de la Banque islamique de développement (BID). Sur plus de 75 marchés dans le monde, l appui aux transactions et aux projets au moyen d instruments financiers islamiques est une réalité commerciale, affirme Eric Siegel, chef de l exploitation à EDC. Grâce à la signature de ce protocole d entente avec la SIACE, EDC espère créer d innombrables opportunités pour les exportateurs canadiens sur de nouveaux La pratique de la finance islamique 65

8 marchés, notamment au Moyen-Orient, en Malaisie, en Indonésie, en Inde et au Pakistan.» On constate ainsi que la pratique de la finance islamique demeure une préoccupation pour les investisseurs et décideurs canadiens. 3. LES INSTRUMENTS DE LA FINANCE ISLAMIQUE 3.1 Les instruments de financement islamique Nous allons principalement décrire quatre principaux instruments desquels dérivent plusieurs autres instruments. Ces quatre principaux instruments sont : Le Murabaha (en anglais une forme de «purchase and sale contract») est une forme d instrument de crédit qui permet d acquérir un bien ou un équipement sans avoir à contracter un emprunt à intérêts. Elle pourrait se matérialiser par l achat du bien ou de l équipement par la banque qui le revend au client à un prix majoré. La banque permet au client de payer en versements échelonnés. L Ijara (en anglais «operating lease») est un contrat de location ou de cession-bail dans lequel la banque achète des machines ou des équipements puis en transfère l usufruit au bénéficiaire pour une période durant laquelle elle conserve le titre de propriété de ces biens. Dans une de ces variantes, à la fin du contrat, le client peut acheter le bien. Le Mudaraba est une forme de «profit and loss sharing» dans lequel l investisseur fournit les capitaux requis pour financer un projet particulier et partage les profits et pertes avec l entrepreneur selon une règle de partage préétablie. Dans cette forme de contrat, il n y a pas de garantie de revenue, ce qui implique que les deux parties contractantes sont sujettes aux pertes et profits émanant dudit projet. Le Musharaka est aussi un instrument de «profit and loss sharing» qui se manifeste sous forme de partenariat entre des investisseurs et pourrait être assimilé à l actionnariat dans le système financier conventionnel. Dans ce type de financement, les investisseurs apportent chacun des montants de financement pour la mise en place du projet et s entendent sur une règle de partage prédéterminée 66 Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009

9 de partage des profits. Ici aussi, on constate que toutes les parties sont sujettes aux pertes potentielles pouvant résulter du projet. 3.2 Le Sukuk ou l obligation islamique Le Sukuk est l équivalent islamique d une obligation où l intérêt devient un profit prévu. Cette forme d obligation est particulièrement utilisée pour les financements des projets immobiliers et d infrastructures. Le marché des Sukuk a connu ses dernières années une croissante fulgurante comme le montre la figure 2 en passant de moins de 5 milliards en 2002 à plus de 40 milliards de dollars américains en FIGURE 2 Évolution des émissions de sukuk 2 Getting religion Sukuk issuance, $bn Sharing compliant funds launched Sources: Ernst & Young Islamic Funds & Investment Report; PricewaterhouseCoopers; Islamic Finance Information Service Le tableau 4 montre que les émissions sont principalement dominées par les émissions corporatives (incluant les corporations privées et publiques) et s opèrent principalement dans le Golfe persique et en Malaisie. Malgré sa forte croissance au cours des dernières années, le Sukuk demeure un instrument de financement complexe qui peut être basé sur l une ou l autre des formes de financement décrites plus haut. La figure 3 illustre par exemple la structure complexe d un Sukuk ijara. La pratique de la finance islamique 67

10 TABLEAU 4 Émission globale de sukuk de 2004 à (en million $ US) Total 7, , , ,596.6 Sovereign 1, , ,679.9 of which: local currency , ,507.4 FX 1, , ,172.5 Corporate 5, , , ,916.7 of which: local currency 4, , , ,411.6 FX 1, , , ,405.1 Asia and Pacific 5, , , ,016.1 Sovereign 0 0 1, ,961.0 of which: local currency ,961.0 FX Corporate 5, , , ,055.1 of which: local currency 4, , , ,401.5 FX ,653.6 Middle East and Central Asia 2, , , ,480.6 Sovereign 1, ,718.9 of which: local currency FX 1, ,172.5 Corporate , , ,761.7 of which: local currency ,010.2 FX , , ,751.5 Other Germany Sovereign (EUR) US Corporate (USD) UK Corporate (GBP) Other Source: Islamic Finance Information Service (IFIS). 68 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

11 FIGURE 3 Structure d un sukuk ijara Fonctionnement d une structure Sukuk ijara simple Dans la structure Sukuk ijara, les biens sont vendus par l émetteur sous la forme d un instrument ad hoc et loués pour la durée du projet. 2. Émission du Sukuk 1. Vente du bien/sufruit 3. Gommes reçues Investisseur (détenteur du Sukuk) 3. Produit du Sukuk 5. Paiement périodique de coupons Instrument ad hoc 4. Location-bail du bien 5. Paiement périodique du loyer Débiteur 7. Produit du Sukuk reçu à l échéance 6. Rachat du bien à l échéance 7. Produit du Sukuk reçu à l échéance Source : Jobst et al. (2007). 3.3 Le Takaful ou l assurance islamique A coté de ces instruments de financement, il existe le Takaful ou l assurance islamique qui est l équivalent de l assurance conventionnelle. Le Takaful ou l assurance islamique concilie les principes de l assurance conventionnelle avec ceux de la Sharia. En effet, selon la Sharia, pour qu un contrat d assurance soit acceptable du point de vue de l islam, il doit satisfaire les quatre critères suivants : (i) pouvoir être converti en donation; (ii) doit être fondé sur le principe islamique de la coopération; (iii) ne doit comporter aucun élément assimilable à l usure (l intérêt); (iv) le surplus éventuel doit être distribué aux assurés (en cas de résultats négatifs, la compagnie se réserve le droit de demander aux assurés d effectuer un paiement additionnel afin d équilibrer les comptes). La première compagnie d assurance islamique a démarré ses opérations en 1979 au Soudan. Depuis lors, il existerait présentement plus de 130 compagnies Takaful opérant dans le monde. Avec un taux de croissance de plus de 20 % par an, les primes pourraient atteindre 7 milliards de dollars américains d ici 2015 selon une étude de la firme Moody s (e.g., PricewaterhouseCoopers (2008)). Il existe principalement trois modèles de fonctionnement de l assurance islamique : La pratique de la finance islamique 69

12 Le modèle Mudharaba ou de «profit-sharing» dans lequel les profits sont repartis entre l opérateur et les souscripteurs, après déduction de toutes les charges techniques, frais de gestion et autres frais généraux. Le modèle Wakala dans lequel l opérateur agit comme agent pour le compte des participants. Les frais de gestion de l opérateur sont exprimés en pourcentage des primes, et décidés annuellement d avance. Le modèle hybride qui est une combinaison des deux précédentes, c est-à-dire, Wakala pour les frais de gestion et udharaba pour l investissement. 4. COMPARAISON ENTRE LES SYSTÈMES FINANCIERS ISLAMIQUE ET CONVENTIONNEL 4.1 Tableau de comparaison des deux systèmes Dans le tableau 5 ci-dessous, nous présentons les caractéristiques propres à chacun des systèmes (e.g., CFA Magazine (2005), Jobst (2007), Solé (2007b), Syed (2005)). 4.2 Performance des indices : islamique vs. conventionnel De nos jours, plusieurs indices islamiques existent pour mesurer la performance des fonds islamiques. Dow Jones lançait en 1999 les premiers indices du marché islamique : Dow Jones Islamic Market Indexes. Depuis, plusieurs autres indices islamiques ont vu le jour, parmi lesquelles figurent : Dow Jones Islamic Market Indexes; FTSE Global Islamic Index Series; MSCI Global Islamic Indices; S&P Shariah Indices; Global GCC Islamic Index. Girard et Hassan (2005), dans leur étude, ne trouvent aucune différence significative entre les performances des indices islamiques 70 Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009

13 TABLEAU 5 comparaison des systèmes financiers islamique et conventionnel Finance islamique Exige le partage du risque Les échanges reposent sur des actifs tangibles Les coûts de transaction sont relativement élevés Interdit de charger des intérêts Un marché en forte croissance Fait face aux problèmes de liquidité surtout de court terme Innovation financière possible Besoin d établir et de surveiller la conformité des produits Les mécanismes de gouvernance sont en développement Absence d assurance dépôt pour assurer une relative stabilité du système Finance conventionnelle Possibilité de partage du risque Permet aussi la spéculation Possibilité de faire des transactions sur des actifs tangibles et intangibles Les coûts de transaction sont relativement faibles Charge des intérêts pour les prêts Le marché est relativement mature Marché plus liquide avec un grand volume d actifs disponible Innovation financière en cours La conformité est plus ou moins acquise Besoin de plus de gouvernance Existence de l assurance dépôt pour les déposants et non islamiques. En effet, les Dow Jones Islamic Indexes surperforment de 1996 à 2000, et sous-performent de 2001 à 2005 comparativement à leurs équivalents du système conventionnel. 4.3 Cohabitation entre finance islamique et finance conventionnelle À travers le monde, on observe que peu de pays ont un système financier entièrement islamique, excepté les pays comme l Iran et le Soudan. Dans la plupart des pays, on assiste à une cohabitation entre les systèmes financiers islamique et conventionnel (e.g., Solé (2007b)), comme par exemple en Indonésie, Malaisie, Pakistan, et dans les pays du Golfe persique. Dans le contexte de la cohabitation, on observe que certains pays optent pour la séparation claire et nette, tandis que d autres permettent aux banques conventionnelles d avoir La pratique de la finance islamique 71

14 des guichets islamiques. D ailleurs, plusieurs grandes banques occidentales ont des divisions de finance islamique, comme par exemple, BNP Paribas, Citibank, Crédit Suisse, Deutsche Bank, HSBC, Société Générale. 5. CADRE DE GESTION DES RISQUES 5.1 Mécanismes pour une meilleure gestion des risques Plusieurs instruments financiers islamiques nécessitent la consultation de comité d experts en loi coranique (Sharia Board) pour assurer la conformité des produits et pratiques aux principes islamiques (e.g., CFA Magazine (2005)). Ces experts sont peu nombreux et sont souvent rattachés à des organismes indépendants qui veillent au maintien de l intégrité du système et à la conformité des produits. Parmi ces organismes figurent : The Accounting and Auditing Organization for Islamic Financial Institutions (AAOIFI) 4 basé à Bahreïn et The Islamic Financial Services Board (IFSB) 5 basé en Malaisie. Ces deux organismes sont les deux principaux organes de standardisation et de gouvernance reconnus et acceptés par les acteurs du SFI. Le 13 janvier 2009 (lors d un séminaire à Séoul), Rifaat Ahmed Abdel Karim, le Secrétaire Général de l IFSB affirmait : «The pursuit of financial stability does not solely depend on the effective enforcement and implementation of high quality prudential standards. He highlighted that financial stability requires the development of other key components of the Islamic financial infrastructure, which include: (1) A systemic liquidity infrastructure; (2) A legal infrastructure; (3) An information infrastructure; and (4) Financial safety net mechanisms.» 6 Ce dernier paragraphe identifie quatre infrastructures à mettre en place : (1) une infrastructure de liquidité systémique, (2) une infrastructure juridique, (3) une infrastructure de divulgation de l information et (4) un mécanisme d assurance des dépôts. Ainsi, plusieurs mécanismes sont à mettre en place pour assurer un meilleur cadre de gestion des risques : (i) Mettre en place des structures communes de réglementation et de surveillance; 72 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

15 (ii) Instaurer un cadre uniforme de gestion des risques et de gouvernance; (iii) Uniformiser les réglementations (comptable, fiscale, juridique, réglementaire, etc.); (iv) Pouvoir générer plus de liquidité sur les marchés de court, moyen et long termes; (v) Réfléchir à l équivalent de l assurance dépôt qui assure une certaine stabilité du système bancaire. 5.2 Sources de risques à surveiller La crise financière actuelle soulève plusieurs questions quant à la viabilité du système conventionnel actuel. Étant donné que la finance islamique prône le partage du risque et interdit la spéculation dans les échanges, on serait tenté de se poser la question si elle aurait permis d éviter la crise actuelle. Pour répondre à cette question, nous pensons qu il faudra décomposer les causes de la crise actuelle en deux : (1) la crise immobilière et (2) l innovation financière. À la question, la finance islamique est-elle à l abri des crises immobilières? Nous répondons non. En effet, en raison de sa structure de liquidité, elle pourrait être même plus exposée. À la question, la finance islamique est-elle immunisée contre les risques de contagion issus de l innovation financière? La réponse est plus nuancée, surtout si la pratique de la finance islamique obéit aux fondements de base, elle peut éviter ce type de crise. D où, la nécessité d une régulation plus stricte et «peut être» uniforme. D ailleurs, les propos suivants du Secrétaire Général de l IFSB témoignent bien de ces réalités. Le 20 novembre 2008 à Kuala Lumpur lors de la conférence Enhancing the Resilience and Stability of the Islamic Financial System, M. Rifaat Ahmed Abdel Karim, SG de l IFSB disait : «As the Islamic financial services industry (IFSI) is rapidly expanding globally with an increasing number of countries aspiring to become Islamic financial centres, coupled with the fact that the industry is not immune to risks, it is of utmost importance to ensure that the standards developed and adopted by the IFSB are promptly implemented and effectively enforced in jurisdictions where Islamic financial services are being offered. This would enhance the understanding of the stakeholders of the IFSI on the peculiarities of Islamic financial business and its risks and thus strengthen their capabilities to effectively manage these risks in order to achieve the desired outcome of financial stability in the IFSI.» 7 La pratique de la finance islamique 73

16 Rappelons aussi que la finance islamique bannit la spéculation, qui constitue une des causes principales des crises financières. Les échanges impliquent des actifs tangibles et le risque doit-être partagé entre les parties. Cependant, malgré le fait que tous ces principes de base du système financier islamique constituent des vertus louables, la finance islamique n est pas à l abri des abus connus par le système conventionnel. Il est donc difficile de trancher par manque de données suffisantes et d études scientifiques convaincantes. D ailleurs une étude réalisée par Cihak et Hesse (2008) du Fonds Monétaire International montre que les petites banques islamiques sont plus solides financièrement que les petites banques commerciales conventionnelles. Pour les grandes banques, l étude trouve le résultat contraire. Ces faits sont illustrés par la figure 4 ci-dessous. FIGURE 4 Évaluation de la solidité financière Les petites banques islamiques sont plus solides que les banques commerciales; les grandes sont les moins solides. (score z) Grandes banques commerciales Grandes banques islamiques Source : calculs des auteurs, BankScope. Note : Le score z sert à mesurer la solidité financière. Il combine les fonds propres, le rendement des actifs et une mesure des risques (volatilité des rendements) pour apprécier les risques d insolvabilité, c est-à-dire d épuisement des fonds propres. Plus le score est élevé et moins l établissement court de risques. L étude a porté sur 18 systèmes à forte présence de banque sur la période Source : Cihak et Hesse (2008). Petites banques commerciales Petites banques islamiques Ainsi les sources de risque à surveiller au niveau du système financier islamique sont nombreuses et diverses. Elles sont entre autres : (i) La crainte des sceptiques qui pensent que la finance islamique ne fait que reproduire les instruments du système financier conventionnel avec des noms arabes en se servant de la religion comme excuse; 74 Insurance and Risk Management, vol. 77(1-2), April-July 2009

17 (ii) Elle semble répéter certaines erreurs du système financier conventionnel; (iii) Elle pourrait subir des dérapages associés à la recherche de profits en absence de surveillance étroite; (iv) Elle manque d une uniformisation des offres de services et d organes de surveillance uniques; (v) Elle n est pas à l abri des risques financiers traditionnels de crédit, de liquidité et opérationnels. 6. CONCLUSION ET CHALLENGES À VENIR Nous avons présenté les différents aspects de la pratique de la finance islamique. La finance islamique repose sur des principes de non pratique de l intérêt (riba) jugé usurier par les lois islamiques, de bannissement de l incertitude dans les échanges et du hasard, d interdiction d investir dans des secteurs jugés prohibitifs par l islam. Elle prône également le partage des risques et profits/pertes, et requiert que les transactions financières impliquent des actifs tangibles. D après le FMI, le taux de croissance des actifs du SFI aurait été d environ 10 à 15 % par an au cours de la dernière décennie, et ce rythme de croissance devrait se maintenir dans les années à venir. Malgré cette forte croissante soutenue, le volume total des actifs du SFI ne représente à peine que 1 % des capitaux mondiaux, ce qui lui laisse une marge énorme de potentiel de croissance surtout s il est capable d attirer une large partie de la population musulmane mondiale qui représente environ 1,5 milliard, soit à peu près 25 % de la population mondiale. De plus, elle pourrait attirer des clientèles non musulmanes désireuses d investir dans des véhicules d investissement éthiques comme ceux du SFI. On constate également une sous-représentativité des banques islamiques dans plusieurs pays occidentaux tels que la France qui regorge d une forte présence musulmane. Aussi, plusieurs grandes banques occidentales ont des divisions de finance islamique. Cependant, même si les principes de base de la pratique de la finance islamique pourraient apporter une meilleure éthique dans la façon de pratiquer la finance, il n en demeure pas moins que le SFI n est pas à l abri des mêmes abus que connait le système financier conventionnel. Néanmoins, étant donné que le SFI est à ses premiers développements, il est possible de mettre en place des mécanismes La pratique de la finance islamique 75

18 appropriés de gouvernance, de réglementation et de gestion des risques (e.g., Sundararajan et Errico (2002)). Dans les années à venir, le SFI aura à trouver des pistes de solutions aux défis suivants : Les difficultés liés aux interprétations des lois islamiques entre les pays et aussi entres les experts; Le nombre très restreint des experts en éthique islamique. Aussi, pour un meilleur contrôle de la pratique, il serait intéressant d imposer un ordre ou une association des experts en éthique, avec si possible une accréditation; Le maintien de l intégrité du système, l établissement de la conformité et de l uniformisation des nouveaux produits; Convaincre les gouvernements de plusieurs pays de la nécessité d amender les lois fiscales existantes (par exemple, la Grande- Bretagne a fait un pas dans ce sens en 2004); Être innovateur dans l offre de produits financiers répondant aux besoins des investisseurs. Et aussi, être capable d attirer de nouvelles clientèles musulmanes et non musulmanes; Vaincre le scepticisme de plusieurs pays occidentaux; Ne pas être victime de l appât du gain et pouvoir se départir des profiteurs de la foi des investisseurs. Références Banque Islamique de Développement, 33rd Annual Report 1428H ( ), Chapter 5 : Strengthening Islamic Finance, CFA Magazine, Islamic Finance: How New Practitioners of Islamic Finance are Mixing Theologie and Modern Investment Theory, March/April Cihak, M. & H. Hesse, Islamic Banks and Financial Stability: An Empirical Analysis, Document du Fonds Monétaire International, El Qorchi, M., Islamic Finance Gears Up, Finance & Development, Document du Fonds Monétaire International, Volume 42, Numéro 4, Girard, E. & M. K. Hassan, Faith-Based Ethical Investing: The Case of Dow Jones Islamic Indexes, Document de Travail, Conférence de la Financial Management Association, Iqbal, M., A Guide to Islamic Finance, RiskBooks, Jobst, A., The Economics of Islamic Finance and Securitization, Document du Fonds Monétaire International, Jobst, A., P. Kunzel, P. Mills & A. Sy, Finance Islamique: La demande de Titres Conformes à la Charia Augmente Rapidement, Bulletin du Fonds 76 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

19 Monétaire International, Volume 36, Numéro 12 (octobre), 2007, pp Jobst, A., P. Kunzel, P. Mills, & A. Sy, Islamic Bond Issuance What Sovereign Debt Managers Need to Know, Document du Fonds Monétaire International, KPMG Tax Monitor, Islam and the Tax Code Should Ireland Follow the UK s Lead? By Brian Daly, Finance Magazine (August), 2005, pp Martens, A., La Finance Islamique: Fondements, Théorie et Réalité, L Actualité Économique, Volume 77, Numéro 4 (décembre), 2001, pp PricewaterhouseCoopers, Takaful: Growth Opportunities in a Dynamic Market, PWC Insurance, Solé, J., Islamic Finance: Islamic Banking Makes Headway, Document du Fonds Monétaire International, 2007a. Solé, J., Introducing Islamic Banks into Conventional Banking Systems, Document du Fonds Monétaire International, 2007b. Sundararajan, V. & L. Errico, Islamic Financial Institutions and Products in the Global Financial System: Key Issues in Risk Management and Challenges Ahead, Document du Fonds Monétaire International, Sy, A., Islamic Finance, Malaysia: An Islamic Capital Market Hub, Document du Fonds Monétaire International, Syed, A. S., Islamic Capital Market Products: Developments and Challenges, Banque Islamique de Développement, The Bankers, Top 500 Financial Islamic Institutions Listing, novembre The Economist, Islamic Finance: Savings and Souls, 4 septembre Quelques sites utiles Pour les indices de performance des fonds islamiques : Financial Services Authority of Britain: Banque Islamique de Développement : Islamic Financial Services Board: The Accounting and Auditing Organization for Islamic Financial Institutions: Islamic International Rating Agency: Bank Negara Malaysia (Central Bank of Malaysia): Fonds Monétaire International : Islamic Finance Information System: Institute of Islamic Banking and Insurance: Notes 1. Voir les sites web respectifs de ces institutions : et Par exemple, sur le site de UM Group, on peut lire ceci : «UM Financial manages a Musharakah (Partnership) real estate portfolio of $120 million. The company secured a $120 million Mudarabah (Management) facility from Credit Union La pratique de la finance islamique 77

20 Central of Ontario in 2004, which is used to finance Shariah compliant real estate residential properties in Canada.» 2. Reproduit de The Economist, 4 septembre Reproduit de Jobst et al. (2008). 4. Sur le site de l AAOIFI, on peut lire ceci comme sa mission : «AAOIFI is an Islamic international autonomous non-for-profit corporate body that prepares accounting, auditing, governance, ethics and Shari a standards for Islamic financial institutions and the industry. Professional qualification programs (notably CIPA, the Shari a Adviser and Auditor «CSAA», and the corporate compliance program) are presented now by AAOIFI in its efforts to enhance the industry s human resources base and governance structures.» 5. Sur le site de l IFSB, on lit ceci : «IFSB is an international standard-setting organisation that promotes and enhances the soundness and stability of the Islamic financial services industry by issuing global prudential standards and guiding principles for the industry, broadly defined to include banking, capital markets and insurance sectors. The IFSB also conducts research and coordinates initiatives on industry related issues, as well as organises roundtables, seminars and conferences for regulators and industry stakeholders.» 6. Propos reproduits du site : php?id=104&submit=more. 7. Ces propos ont été reproduits du site suivant : full.php?id=99&submit=more. 78 Assurances et gestion des risques, vol. 77(1-2), avril-juillet 2009

Organisé par l Association des étudiant(e)s musulman(e)s de l UL Québec, le 16 février 2009

Organisé par l Association des étudiant(e)s musulman(e)s de l UL Québec, le 16 février 2009 Issouf SOUMARÉ, Ph.D., PRM, FRM Professeur agrégé de finance Directeur du Laboratoire d ingénierie financière de l Université Laval Département de finance et assurance Faculté des sciences de l administration

Plus en détail

Master 222 Gestion d Actifs. Banques et assurances : les nouveaux produits de la finance islamique et Ethique Musulmane

Master 222 Gestion d Actifs. Banques et assurances : les nouveaux produits de la finance islamique et Ethique Musulmane Master 222 Gestion d Actifs Banques et assurances : les nouveaux produits de la finance islamique et Ethique Musulmane Introduction Les principes de base la finance islamique sont l interdiction de : -

Plus en détail

INNOVATIVE ISLAMIC FINANCE

INNOVATIVE ISLAMIC FINANCE INNOVATIVE ISLAMIC FINANCE Domaines d'intervention Notre intervention se décline suivant 5 axes principaux : SOMMAIRE Développement de produits islamiques Etude de marché & étude stratégique Conformité

Plus en détail

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 3 ème degré

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 3 ème degré Enseignant La finance islamique II Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales economie Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée

Plus en détail

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie?

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? Mr Toufik CHEDDADI General Manager FIRST ASSUR Broker/ Alger Introduction Cet article vise à introduire le concept et l'industrie du Takaful

Plus en détail

Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré

Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré Enseignant La finance islamique I Compétences terminales de cours philosophiques Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée Banque Compétences Sentir, ressentir

Plus en détail

Al Maali Islamic Finance Consulting & Optima-Finance Consulting organisent une série de séminaires en Finance Islamique

Al Maali Islamic Finance Consulting & Optima-Finance Consulting organisent une série de séminaires en Finance Islamique OPTIMA FINANCE Consulting Al Maali Islamic Finance Consuling www.miifb.com P.O. Box 483020- Dubai Casablanca 20 380 Tel: +97142942242 Tél: (212) 5 22 98 82 43 OPTIMA FINANCE Consulting 264, Route d'el

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Principes, Modèles et Gestion Financière. MENA Finance Bourse de Casablanca

Principes, Modèles et Gestion Financière. MENA Finance Bourse de Casablanca TAKAFUL Principes, Modèles et Gestion Financière Par Mohamed Ali Mrad MENA Finance Bourse de Casablanca 19 janvier 2012 Généralités Rappels sur les Principes de la Charia Les 3 «i» comme Interdictions

Plus en détail

Organise deux séminaires

Organise deux séminaires Organise deux séminaires PRINCIPES ET PRATIQUES DES BANQUES ISLAMIQUES Charia, produits, structure, contrats, Gestion de trésorerie, fiscalité, gestion des risques 22-23- 24 Avril 2013 MARCHÉS DES CAPITAUX

Plus en détail

CONCEPT & AVANTAGES DE L ETHIQUE D ETHRA A. 19 th February 2015

CONCEPT & AVANTAGES DE L ETHIQUE D ETHRA A. 19 th February 2015 CONCEPT & AVANTAGES DE L ETHIQUE D ETHRA A 19 th February 2015 4 FWU Présence mondiale Munich Kuala Lumpur Luxembourg Dubai 8 RÉFÉRENCES DE FWU - TAKAFUL - Organisation du business Ethique de FWU Conseil

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

FORMATION INTENSIVE ET CERTIFIANTE DE TROIS JOURNÉES SUR : «Le métier de banquier. islamique» en partenariat avec

FORMATION INTENSIVE ET CERTIFIANTE DE TROIS JOURNÉES SUR : «Le métier de banquier. islamique» en partenariat avec FORMATION INTENSIVE ET CERTIFIANTE DE TROIS JOURNÉES SUR : «Le métier de banquier islamique» en partenariat avec L institut ALBANKI, en partenariat avec le Centre Marocain de Finance Participative -QUODWA-

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Takaful une Alternative à l'assurance Traditionnelle

Takaful une Alternative à l'assurance Traditionnelle Takaful une Alternative à l'assurance Traditionnelle Roland Zaatar CHEA 1 Takaful Les Principes de l Assurance Islamique Naissance du Takaful Définition Takaful vs Assurance Modèles et Structures d une

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE ET LE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVE AFRICAIN. ABDOU DIAW, PhD

FINANCE ISLAMIQUE ET LE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVE AFRICAIN. ABDOU DIAW, PhD FINANCE ISLAMIQUE ET LE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVE AFRICAIN ABDOU DIAW, PhD AGENDA INTRODUCTION FINANCE ISLAMIQUE:QQ CHIFFRES FINANCE ISLAMIQUE: LE CONCEPT FINANCE ISLAMIQUE: QQ INSTRUMENTS DE FINANCEMENT

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM Forum Financier, Namur 25 Novembre 2009 Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM 700 Subprimes USA : issuance of private-label RMBS

Plus en détail

Islamic banking and finance in France

Islamic banking and finance in France MPRA Munich Personal RePEc Archive Islamic banking and finance in France Estelle Brack Centre de Droit Comparé May 2008 Online at http://mpra.ub.uni-muenchen.de/23481/ MPRA Paper No. 23481, posted 25.

Plus en détail

Expériences des Universités européennes dans l enseignement de la Finance islamique. Zineb Bensaid, Senior Consultant ISFIN

Expériences des Universités européennes dans l enseignement de la Finance islamique. Zineb Bensaid, Senior Consultant ISFIN Expériences des Universités européennes dans l enseignement de la Finance islamique Zineb Bensaid, Senior Consultant ISFIN 40 millions EUROPEENS sont musulmans (Ex Turquie) CROISSANCE de la finance islamique

Plus en détail

La République de Maurice Centre Financier International. www.abaxservices.com

La République de Maurice Centre Financier International. www.abaxservices.com La République de Maurice Centre Financier International L ile Maurice d aujourd hui Paysage : Stabilité sociale, politique et économique; démocratie parlementaire Population multi-ethnique / culturelle

Plus en détail

Sous le haut patronage du président, République du Sénégal. Principaux intervenants régionaux et internationaux

Sous le haut patronage du président, République du Sénégal. Principaux intervenants régionaux et internationaux www.iiff.com Sous le haut patronage du président, République du Sénégal Inscrivez-vous avant le 10 mai 2011 et ÉPARGNEZ 300 USD! Développer l industrie bancaire islamique en Afrique de l Ouest 20 au 22

Plus en détail

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur)

Bons d'option émis par. SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) CONDITIONS DEFINITIVES POUR LES BONS D'OPTION SUR ACTION EN DATE DU 18 NOVEMBRE 2011 Bons d'option émis par SOCIETE GENERALE (en qualité d'emetteur) Les modalités applicables aux Bons d'option figurent

Plus en détail

Présenté par Mohamed Ali M rad

Présenté par Mohamed Ali M rad Présenté par Mohamed Ali M rad 1. Financement d Action 1. Mudharaba 2. Musharaka 2. Financement de Dette 1. Murabaha 2. Ijara 3. Salam 4. Qardh Hassan 3. Titrisation 1. Sukuk 2. Titrisation 4. Takaful

Plus en détail

Les sociétés d Assurances Takaful et les sociétés d assurances Traditionnelles Théorie et l Expérience Pratique

Les sociétés d Assurances Takaful et les sociétés d assurances Traditionnelles Théorie et l Expérience Pratique Ministère de L'enseignement Supérieur et de la recherche scientifique Université Ferhat Abbas Laboratoire partenariat et investissement dans les PME/PMI dans l espace Euro-Maghrébin Faculté des sciences

Plus en détail

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act

Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Supporting Vulnerable Seniors and Strengthening Canada s Economy Act Loi visant le soutien aux aînés vulnérables et le renforcement de l économie canadienne S.C. 2011,

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

Page 1 www.cdvm.gov.ma

Page 1 www.cdvm.gov.ma Page 1 Sommaire INTRODUCTION... 3 CHAPITRE I : VUE D ENSEMBLE DE LA FINANCE ISLAMIQUE... 5 I. Définition... 5 II. Origine de la Finance Islamique... 6 III. Le 21ème siècle : la croissance de la Finance

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées

Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride. Coordonnées Formulaire d inscription (form also available in English) Mission commerciale en Floride Mission commerciale Du 29 septembre au 2 octobre 2015 Veuillez remplir un formulaire par participant Coordonnées

Plus en détail

Lettre d information N 2 Novembre 2012. Finance islamique

Lettre d information N 2 Novembre 2012. Finance islamique Lettre d information N 2 Novembre 2012 EDITO Les publications sur la finance islamique se multiplient mais sait-on vraiment de quoi il s agit exactement? La finance islamique que l on appelle aussi halal

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001

INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001. RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre 2001 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT INVESTMENT REGULATIONS R-090-2001 In force October 1, 2001 LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES RÈGLEMENT SUR LES INVESTISSEMENTS R-090-2001 En vigueur le 1 er octobre

Plus en détail

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America Wallonia-Belgium A continuous success story Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America I. ORGANISATION & STRATEGY II. FIGURES & RESULTS III.BELGIUM WALLONIA S ASSETS I. ORGANISATION

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION International Legal Framework for Development of Anti-Corruption Programs 1 AUGMENTATION DES ACCORDS CONTRE LA CORRUPTION

Plus en détail

Wealth & Tax Planning Private Insurance

Wealth & Tax Planning Private Insurance Wealth & Tax Planning Private Insurance Parties dans une Private Insurance Structure simplifiée Mandant = Preneur d assurance Contrat d assurance Transfert des actifs Police d assurance Compagnie d assurance

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Il existe un certain nombre d activités qui sont interdites par l Islam, ou haram en arabe.

Il existe un certain nombre d activités qui sont interdites par l Islam, ou haram en arabe. Qu est ce que la finance islamique (FI)? La Finance Islamique est l ensemble des instruments financiers qui ont été adoptés suivant les principes de l islam. La FI généralement réduite à l interdiction

Plus en détail

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Sonatrach Headquarters 7 November 2006 Adam Shepherd, Associate, Baker & McKenzie Baker & McKenzie International is

Plus en détail

La gestion des risques IT et l audit

La gestion des risques IT et l audit La gestion des risques IT et l audit 5èmé rencontre des experts auditeurs en sécurité de l information De l audit au management de la sécurité des systèmes d information 14 Février 2013 Qui sommes nous?

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA

PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA Plusieurs investisseurs nous demandent à juste titre quelle est la véritable situation du crédit

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Executive Professional Master in Islamic Finance

Executive Professional Master in Islamic Finance AL MAALI CONSULTING GROUP Islamic Finance Consulting lance la 2ème promotion 2013-2014 du Executive Professional Master in Islamic Finance délivré par ÉDITORIAL Forte de plus de 1300 milliards de dollars,

Plus en détail

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA S-1003 S-1003 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 An Act to authorize Industrial Alliance

Plus en détail

LA BOURSE DE LUXEMBOURG AU SERVICE DES MARCHES DES CAPITAUX INTERNATIONAUX

LA BOURSE DE LUXEMBOURG AU SERVICE DES MARCHES DES CAPITAUX INTERNATIONAUX LA BOURSE DE LUXEMBOURG AU SERVICE DES MARCHES DES CAPITAUX INTERNATIONAUX Christian DESCOUPS Secrétaire de la Bourse de Luxembourg Université d été du Syndicat des Traducteurs Professionnels Luxembourg,

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Brochure de Presentation. (Janvier 2015)

Brochure de Presentation. (Janvier 2015) Brochure de Presentation (Janvier 2015) Présentation du Cabinet _Melhenas & Associés est un cabinet indépendant d expertise comptable, d audit et de conseil. _Notre métier, conseiller et accompagner nos

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

À VOS CÔTÉS LE GROUPE BNP PARIBAS AU LUXEMBOURG. Données chiffrées au 31/12/2012

À VOS CÔTÉS LE GROUPE BNP PARIBAS AU LUXEMBOURG. Données chiffrées au 31/12/2012 BGL BNP Paribas S.A. (50, avenue J.F. Kennedy L-2951 Luxembourg R.C.S. Luxembourg : B6481) Communication Mars 2013 LE GROUPE BNP PARIBAS AU LUXEMBOURG À VOS CÔTÉS 2013 Données chiffrées au 31/12/2012 Le

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2014-02-05 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

L assurance Takaful au Maroc Quels préalables et quelles perspectives?

L assurance Takaful au Maroc Quels préalables et quelles perspectives? L assurance Takaful au Maroc Quels préalables et quelles perspectives? Mohammad Farrukh Raza Directeur Général, Groupe IFAAS IFAAS - cabinet conseil international dédié a la finance islamique Rendez-vous

Plus en détail

RESUME. Ce Résumé contient : Résumé des Facteurs de Risque. Résumé de la Description Economique. Résumé des Conditions Définitives de l Offre

RESUME. Ce Résumé contient : Résumé des Facteurs de Risque. Résumé de la Description Economique. Résumé des Conditions Définitives de l Offre RESUME Les informations figurant ci-dessous ne sont qu un résumé et doivent être lues en conjonction avec le reste des Conditions Définitives. Ce résumé est censé contenir les caractéristiques essentielles

Plus en détail

Examen Final. Indications

Examen Final. Indications DANS LE SECTEUR BANQUE-ASSURANCE NOM : MATRICULE : PRENOM : Examen Final Problèmes Indications Veuillez respecter les indications suivantes: 1. Vous avez 3 heures à disposition 2. Veuillez vérifier que

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI 9/12/2014 Cloud & Security Sommaire Rappel court de Cloud Pour quoi cette sujet est important? Données sensibles dans le Cloud Les risques Top

Plus en détail

Inspiring a new Islamic Finance generation

Inspiring a new Islamic Finance generation Inspiring a new Islamic Finance generation RENDEZ-VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE Quels relais de croissance pour un développement durable de l assurance? Casablanca, 16 et 17 avril 2014 Panorama des

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2014-10-07 Corporations Canada 9th Floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365 avenue Laurier ouest Ottawa (Ontario)

Plus en détail

HSBC Receivables Finance

HSBC Receivables Finance HSBC Receivables Finance A strength for a Global & Sustainable Business Lionel CHOURAKI Directeur Commercial Adjoint STRATEGIE DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES AFFACTURAGE: LEVER DU CASH EN TOUTE SIMPLICITE

Plus en détail

L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord

L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord Jim Armstrong L e crédit consortial, qui se situe à la confluence des services bancaires commerciaux et des services bancaires d investissement,

Plus en détail

CANADA / ASSOCIATION CANADIENNE DE. L'HÉLICOPTÈRE. Please ensure that these documents are kept with the corporate records.

CANADA / ASSOCIATION CANADIENNE DE. L'HÉLICOPTÈRE. Please ensure that these documents are kept with the corporate records. 2014-06-26 Corporations Canada 9th Floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365 avenue Laurier ouest Ottawa (Ontario)

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2012-08-23 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

Implications and Opportunities Presented by the Securitization of Catastrophe (Re)insurance

Implications and Opportunities Presented by the Securitization of Catastrophe (Re)insurance Implications and Opportunities Presented by the Securitization of Catastrophe (Re)insurance M. Morton N. Lane, Ph. D. Président, Lane Financial LLC Directeur, M. Sc. en ingénierie financière Université

Plus en détail

Après le premier boom pétrolier en 1973 et l'augmentation subséquente de l'économie entre 1969 et 1977 il y avait 15 autres banques commerciales.

Après le premier boom pétrolier en 1973 et l'augmentation subséquente de l'économie entre 1969 et 1977 il y avait 15 autres banques commerciales. Banking à Bahreïn formé au début du 20 ème siècle avec le début de l'opération en 1920, la branche Est de la Banque (Standard Chartered Bank). A ensuite été établi banque britannique s Est IDDL (maintenant

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise ) Veuillez suivre

Plus en détail

Le développement de la finance islamique au Maroc : quelles adaptations du cadre législatif et réglementaire?

Le développement de la finance islamique au Maroc : quelles adaptations du cadre législatif et réglementaire? Nabil BOUAYAD AMINE LE DÉVELOPPEMENT DE LA FINANCE ISLAMIQUE AU MAR OC : QUELLES ADAPTATIONS DU CADRE LÉGISLATIF ET RÉGLEME Le développement de la finance islamique au Maroc : quelles adaptations du cadre

Plus en détail

Banque Negara Malaisie (BNM)

Banque Negara Malaisie (BNM) Le système bancaire de Labuan comprend la Banque centrale de Malaisie (Bank Negara Malaysia), les banques (banques commerciales, sociétés financières, banques commerciales et les banques islamiques) et

Plus en détail

London Stock Exchange. Bourse de Casablanca le 12 mars 2011

London Stock Exchange. Bourse de Casablanca le 12 mars 2011 Le développement du marché d ETFs sur London Stock Exchange Bourse de Casablanca le 12 mars 2011 Programme Présentation du marché Croissance des produits ETFs & ETPs Renseignements opérationnels Admission

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

BNP Paribas Investment Partners

BNP Paribas Investment Partners FOR PROFESSIONAL INVESTORS BNP Paribas Investment Partners Conférence téléphonique - Gestion obligataire Jeudi 4 juillet 2013 2 Eurozone Fixed Income Performances à fin juin 2013 Eurozone main bond indices

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE First Session, Forty-first Parliament, 60 Elizabeth II, 2011 Première session, quarante et unième législature, 60 Elizabeth II, 2011 STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPTER 28 CHAPITRE 28

Plus en détail

Finance durable et microfinance

Finance durable et microfinance Finance durable et microfinance Résultats du sondage fait auprès d investisseurs professionnels de Suisse Romande Janvier 2014 Copyright Symbiotics 2014 1 Disclaimer This document is meant for information

Plus en détail

FIRST ASSET REIT INCOME FUND. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

FIRST ASSET REIT INCOME FUND. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 FIRST ASSET REIT INCOME FUND Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 Fonds : First Asset REIT Income Fund Titres :, Période

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur l utilisation de la dénomination sociale (entités du même groupe qu une banque ou société

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

Séminaire EIFR 7 Mars 2012. Sébastien Rérolle

Séminaire EIFR 7 Mars 2012. Sébastien Rérolle Séminaire EIFR 7 Mars 2012 Sébastien Rérolle 1 Focus sur le risque de crédit L approche basée sur les notations internes de Bâle 2, qui concerne la totalité des grandes banques françaises, requiert l évaluation

Plus en détail

REGLEMENT REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS

REGLEMENT REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction...1 2. Structure...2 2.1 Vue d'ensemble...2 2.2 Niveau 1...2 2.2.1 Règle 1...2 2.2.2

Plus en détail

Plan Vert de l industrie touristique montréalaise 21 février 2014

Plan Vert de l industrie touristique montréalaise 21 février 2014 Plan Vert de l industrie touristique montréalaise 21 février 2014 Historique de la démarche 2009 2011 Comité vert de l industrie touristique Plan Vert 2010-2013 Comité vert interne à Tourisme Montréal

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR

PAR_20141217_09543_EUR DATE: 17/12/2014. Suite à l'avis PAR_20141119_08654_EUR CORPORATE EVENT NOTICE: Emission avec maintien du droit préférentiel de souscription, d obligations convertibles en actions ordinaires nouvelles assorties de bons de souscription d action («OCABSA») -

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

Rencontres Economiques. Septembre 2012

Rencontres Economiques. Septembre 2012 Rencontres Economiques Septembre 2012 Développement des Sociétés Chinoises en France France = 3 ème partenaire en Europe 90 s : Emergence des Investissements Chinois Banque, Ressources Naturelles Secteur

Plus en détail

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations

Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Borrowing (Property and Casualty Companies and Marine Companies) Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurances multirisques et des sociétés d assurance

Plus en détail

AVIS AUX ACTIONNAIRES SUISSES DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE DE DROIT LUXEMBOURGEOIS «DNCA INVEST»

AVIS AUX ACTIONNAIRES SUISSES DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE DE DROIT LUXEMBOURGEOIS «DNCA INVEST» AVIS AUX ACTIONNAIRES SUISSES DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE DE DROIT LUXEMBOURGEOIS «DNCA INVEST» Les actionnaires suisses de la société d investissement à capital variable (ci-après

Plus en détail

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois?

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois? Deutsche Bank AG (DE) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? Deutsche Bank AG (DE) est émis en dollars américains (USD) par Deutsche Bank AG et vous fait bénéficier d une hausse éventuelle des taux d intérêt à

Plus en détail

Conférence organisée par le Laboratoire d ingénierie financière de l Université Laval www.fsa.ulaval.ca/labiful/

Conférence organisée par le Laboratoire d ingénierie financière de l Université Laval www.fsa.ulaval.ca/labiful/ MERCI À NOS PARTENAIRES : Fonds d assurance Conrad Leblanc Chaire d'assurance et de services financiers L'Industrielle Alliance Chaire RBC en innovations financières Département de finance et assurance

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Newmont Mining» Floored Floater sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Newmont Mining» Dans l

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

The space to start! Managed by

The space to start! Managed by The space to start! Managed by ESA Business Incubation Centers (ESA BICs) : un programme de soutien à la création d entreprises L Agence Spatiale Européenne (ESA) dispose d un programme de transfert de

Plus en détail