Cetelem publie les résultats de son 1 ER BAROMÈTRE DE RECOUVREMENT DE CRÉDIT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cetelem publie les résultats de son 1 ER BAROMÈTRE DE RECOUVREMENT DE CRÉDIT"

Transcription

1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Levallois-Perret, le 17 janvier 2013 Cetelem publie les résultats de son 1 ER BAROMÈTRE DE RECOUVREMENT DE CRÉDIT Comment évaluez-vous en général le service de recouvrement amiable fourni par Cetelem? Total insatisfait : 29% Total satisfait : 71% Plus de 7 clients sur 10 se déclarent satisfaits de la gestion de leur situation par leur organisme financier malgré l épisode négatif qu ils traversent. Dans le cadre de sa politique de Crédit Responsable, Cetelem publie les résultats de son 1 er baromètre de recouvrement amiable pour partager les enjeux et les réalités de cette étape trop méconnue de la gestion d un crédit. Les solutions apportées au moment du recouvrement (déclenchement d une assurance, changement d une date de prélèvement, report d une à plusieurs mensualités, ) doivent participer à l équilibre financier durable de l emprunteur au-delà du seul remboursement des mensualités de retard. Les clients de Cetelem, responsables, prennent les devants face à leurs impayés Plus des 3/4 des clients interrogés ont contacté Cetelem de leur propre initiative et près de la moitié d entre eux l ont fait pour régulariser directement leur situation, soit la très grande majorité. Les indicateurs de crédit responsable que Cetelem publie chaque année 1 indiquent qu en septembre 2012, malgré l aggravation de la crise et du taux de chômage, 90% des crédits ont été remboursés sans rencontrer d incident de paiement. Et au global, après prise en compte des incidents, près de 98% des prêts accordés par Cetelem sont remboursés dans leur intégralité. La situation à laquelle le client fait face peut être anodine (changement de coordonnées bancaires non communiquées, gestion d un rejet de paiement) et prendre fin dès le premier impayé, ou concerner des situations plus délicates (conséquence d un accident de la vie : perte d emploi, décès, diminution des revenus à la suite d une maladie ou du passage à la retraite,..). Un client au recouvrement est un client à part entière En France, le crédit à la consommation reste très dépendant d une croissance atone. La crise économique a engendré une baisse constante de l activité de ce secteur 2 avec des Français prudents qui ont logiquement freiné leur recours à crédit en particulier depuis L enjeu de la fidélisation et de la satisfaction de nos clients, y compris quand ils rencontrent des difficultés passagères ou profondes, est central pour Cetelem. «Les collaborateurs du service recouvrement ont pour mission de régulariser les impayés dans les plus brefs délais, avec une solution qui doit aider nos clients de façon durable. A ce moment critique de notre relation client, il importe de rester vigilant sur les actions impactant la perception de la qualité de service de Cetelem. Nous avons décidé de rendre ces chiffres publics pour rendre compte de la réalité des actions d une partie méconnue de nos services» déclare Isabelle Chevelard, Directrice de Cetelem en France. 1 Indicateurs 2012 complets en Annexe 1 2 Fin novembre 2012, en cumul annuel mobile, l activité (périmètre ASF) montre une stabilisation à très bas niveau avec une production qui se maintient autour de 36 Mds d euros depuis septembre (-4,9%).

2 Que nous disent nos clients? S ils sont satisfaits dans leur globalité malgré l épisode désagréable qu ils traversent, les clients de Cetelem pointent des marges de progression dans 3 domaines : 1. Gestion générale de leur dossier Le nombre de contacts nécessaires et le nombre d interlocuteurs différents du début à la fin du traitement de l incident ont un fort impact sur la satisfaction globale des clients et doivent faire l objet d amélioration. Le nombre d interlocuteurs ayant traité votre dossier était-il satisfaisant? Total insatisfait : 37% Total satisfait : 63% 2. Contacts téléphoniques L identification du dossier et les qualités relationnelles du conseiller (amabilité, temps consacré, écoute et disponibilité) sont les points les plus appréciés. La facilité du conseiller à identifier le dossier lors du contact téléphonique est appréciée par près d 1 client sur 2. Plus des 3/4 des clients reconnaissent le temps qui leur est consacré et la disponibilité du conseiller. Cependant 26% des clients estiment qu ils ont été trop sollicités tandis que 19% estiment qu ils ne l ont pas assez été. Q : Lors de vos contacts avec Cetelem, diriez-vous que vous avez été : 3. Solutions apportées La personnalisation des solutions apportées (adéquation à la situation personnelle) est bien entendu le point le plus important pour le client. 8 clients sur 10 sont satisfaits par la solution trouvée avec Cetelem. Les solutions apparaissent comme claires et rapides à mettre en place, elles pourraient cependant être davantage encore personnalisées selon les répondants de cette enquête. Q : Les solutions proposées vous permettront-elles de sortir durablement de votre situation de défaut de paiement? Total insatisfait : 19% Total satisfait : 81%

3 Prévenir les impayés et lutter contre le surendettement avec un système unique de détection des clients en difficulté à grande échelle. Parfois les impayés peuvent être évités : en 2011, Cetelem a développé un système inédit de détection de ses clients en difficulté qui rencontre des résultats significatifs. Les équipes de Cetelem ont mis au point une méthodologie qui prend en compte différents types de signaux, auprès de clients qui remboursent leur crédit, pouvant indiquer une éventuelle difficulté : utilisation plus active du crédit renouvelable, utilisation des options de reports de mensualité, intégration des courriers clients nous manifestant une difficulté, etc. En un an, entretiens ont été réalisés, ont accepté une des solutions proposées par Cetelem comme par exemple un réaménagement de leur prêt, la mise en route de leur police d assurance chômage ou encore une prise de rendez-vous avec l association Cresus, partenaire de Cetelem, dans les cas de difficultés nécessitant un accompagnement social. Les pratiques de recouvrement suivent une charte de bonne conduite fruit d un accord entre les membres de l ASF et des associations de consommateurs. Le 27 juillet 2004, de nouvelles règles déontologiques sur le recouvrement amiable en crédit à la consommation ont été adoptées par l'asf et les grandes organisations de consommateurs : Adeic, Afoc, Association Familles Catholiques, Cnafal, Csf, Familles de France, Familles Rurales, Léo-Lagrange et Orgeco. En 2011, BNP Paribas Personal Finance a travaillé avec un corps représentatif d associations de consommateurs pour préciser davantage les termes et les règles de bonnes conduites que doivent respecter les collaborateurs de Cetelem. Le fruit de ce travail est disponible en Annexe 2. Méthodologie Ipsos Enquête téléphonique réalisée en mai 2012 auprès des clients de Cetelem sortis du traitement d un impayé depuis 3 mois. 451 clients ont participé à cette enquête. L échantillon interrogé est représentatif de la clientèle de Cetelem en phase de recouvrement entre le 2 ème et le 7 ème impayé. Mathilde Donovan Responsable de la communication externe Contacts presse Claude Martin-Franz A propos de BNP Paribas Personal Finance BNP Paribas Personal Finance est n 1 du financement aux particuliers en France et en Europe au travers de ses activités de crédit à la consommation et de crédit immobilier. Filiale à 100 % du groupe BNP Paribas, BNP Paribas Personal Finance compte plus de collaborateurs et opère dans une vingtaine de pays. Avec des marques comme Cetelem, Findomestic ou encore AlphaCredit, l entreprise propose une gamme complète de crédits aux particuliers disponibles en magasin, en concession automobile ou directement auprès des clients via ses centres de relation client et sur Internet. BNP Paribas Personal Finance a complété son offre avec des produits d assurance et d épargne pour ses clients en France et en Italie. BNP Paribas Personal Finance a développé une stratégie active de partenariat avec les enseignes de distribution, les webmarchands, et d autres institutions financières (banque et assurance) fondée sur son expérience du marché du crédit et sa capacité à proposer des services intégrés adaptés à l activité et la stratégie commerciale de ses partenaires. Il est aussi l acteur de référence en matière de crédit responsable et d éducation budgétaire. Pour plus d information : -

4 ANNEXE 1 INDICATEUR DE CREDIT RESPONSABLE 2012 (au 30 septembre 2012)

5 ANNEXE 2 LES 12 POINTS CLÉS DE LA CHARTE DE BONNE CONDUITE AU RECOUVREMENT DE BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE / CETELEM 1. Conformément au code de déontologie, le Collaborateur garantit la confidentialité des informations communiquées par les clients ou les tierces parties et le respect de leur vie privée. 2. Dans tous ses contacts, dès le début de l entretien, le Collaborateur s assure de l identité de son interlocuteur. 3. Dans tous ses contacts avec les clients, le Collaborateur décline son identité, sans la modifier. 4. Il ne se prévaut pas d'une fausse qualité notamment dans le but d'intimidation : par exemple, il ne se présente pas comme un gestionnaire chargé d une exécution judiciaire ou en laissant supposer qu il a les prérogatives. 5. Le Collaborateur écoute le client, recherche les solutions aux difficultés de paiement que celui ci rencontre, en fonction de sa situation personnelle. 6. Le Collaborateur adopte un comportement professionnel, objectif et respectueux, dénué de toute intimidation. 7. Les termes employés sont mesurés et courtois. Ils n expriment ou ne sous entendent ni dénigrement, ni discrimination, ni menace, ni chantage. 8. Le contact avec un tiers ne doit avoir lieu que si le Collaborateur a tenté d établir le contact avec le client sans succès. Il ne décline que son identité et en aucun cas il n'évoque la société ni le motif pour lequel il cherche à joindre le client notamment lors des contacts avec les employeurs, la famille ou les voisins. 9. Tout message sur répondeur ne doit être laissé que sur le seul répondeur domicile ou portable du client. Il comprend le nom du collaborateur, le nom de la Société et le motif de l appel. 10. Les données nominatives enregistrées sont pertinentes, adéquates et non excessives, dénuées de tout jugement de valeur. 11. Les prestataires, personnes morales, en charge du traitement des premiers impayés ou de la recherche des coordonnées des clients à qui nous déléguons tout ou partie de l exercice de notre métier s engagent à appliquer la présente Charte. Celle ci est jointe au contrat et des contrôles récurrents sont effectués sur les méthodes employées. 12. En cas de contestation de la créance ou/et du contrat, le Collaborateur doit porter à la connaissance du client les coordonnées du Service Consommateurs et du dispositif de médiation de BNP Paribas Personal Finance.

PREMIÈRE SUR LE MARCHÉ DU CRÉDIT RENOUVELABLE DOSSIER DE PRESSE. Cetelem obtient une attestation de Vigeo

PREMIÈRE SUR LE MARCHÉ DU CRÉDIT RENOUVELABLE DOSSIER DE PRESSE. Cetelem obtient une attestation de Vigeo 1/6 PREMIÈRE SUR LE MARCHÉ DU CRÉDIT RENOUVELABLE DOSSIER DE PRESSE Cetelem obtient une attestation de Vigeo sur le caractère responsable de sa nouvelle offre 2/6 5 juin 201 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Première

Plus en détail

3 Français sur 4 se déclarent contraints à des arbitrages dans leur gestion de budget et leur consommation

3 Français sur 4 se déclarent contraints à des arbitrages dans leur gestion de budget et leur consommation Paris, le 4 juin 2014 Communiqué de presse Arbitrages budgétaires : 6 ans après la crise et au-delà des statistiques économiques, où en sont les Français? Alimentation, éducation, solidarité, santé, mode

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Surendettement en Europe Une réponse de la profession : notre politique de crédit responsable

Surendettement en Europe Une réponse de la profession : notre politique de crédit responsable Surendettement en Europe Une réponse de la profession : notre politique de crédit François Villeroy de Galhau Président de /BNP Paribas Personal Finance 25/06/08 1. Le crédit aux particuliers en Europe

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE LASER COFINOGA DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois, des difficultés peuvent survenir dans l

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015 Observatoire de l image des banques 2015 8 Juillet 2015 Méthodologie Mode de recueil Une étude en face à face, réalisée à domicile par système CAPI (Computer Assisted Personal Interview). Cible Un échantillon

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES POUR VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES LA PROCÉDURE DE SURENDETTEMENT Document élaboré par l Association Française des Sociétés Financières (ASF) en concertation avec plusieurs organisations de consommateurs

Plus en détail

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer?

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer? Impôts 2014 Où se renseigner? Comment réclamer? La direction générale des Finances publiques est un service du ministère des Finances et des comptes publics. Au plan local, les services des impôts des

Plus en détail

Observatoire 2014 de l image des banques

Observatoire 2014 de l image des banques Observatoire 2014 de l image des banques Contacts BVA Marie-Laurence GUENA Marion LAMBOLEY Contacts FBF Colette COVA Céline MESLIER Méthodologie Méthodologie Cette étude a été menée dans le cadre de l

Plus en détail

Le cercle des initiés, mode d emploi

Le cercle des initiés, mode d emploi Janvier 2012 - Illustrations Jean-Philippe Delhomme - Le Bon Marché - 414 728 337 RCS de Paris - 24 rue de Sèvres 75007 Paris Le cercle des initiés, mode d emploi Accueil au 2 e étage du Bon Marché Rive

Plus en détail

Seniors. Vous souhaitez mettre vos proches à l abri de tout souci financier lié à vos frais d obsèques. Optez pour. Protection Obsèques

Seniors. Vous souhaitez mettre vos proches à l abri de tout souci financier lié à vos frais d obsèques. Optez pour. Protection Obsèques P R E V O Y A N C E Seniors? Vous souhaitez mettre vos proches à l abri de tout souci financier lié à vos frais d obsèques assurances Optez pour Protection Obsèques L assurance tranquillité pour les proches

Plus en détail

Rapport 2013 de la médiatrice auprès de Cetelem

Rapport 2013 de la médiatrice auprès de Cetelem Rapport 2013 de la médiatrice auprès de Cetelem 12724_CETELEM_RAPPORTMEDIA_2014_Exe.indd 1 27/05/2014 09:12 Les marques 12724_CETELEM_RAPPORTMEDIA_2014_Exe.indd 2 27/05/2014 09:12 Sommaire Regards croisés

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises

Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises D I R I G E A N T S D E S O C I É T É P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants Entreprises ) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas de mise

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

P.70 CONVENTION, MÉDIATION ET RELATION CLIENT

P.70 CONVENTION, MÉDIATION ET RELATION CLIENT Convention, médiation et relation client Service relation client Si vous avez des remarques à faire sur le déroulement de votre voyage ou sur son organisation, SNCF met à votre disposition une adresse

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux!

Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux! Paris, 21 janvier 2010 Communiqué de presse 21 ème Observatoire Cetelem de la Consommation Consommer en 2010 : pas moins, mais mieux! Depuis plus de 20 ans, L'Observatoire Cetelem décrypte, analyse et

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Enquête bien-être au travail des salariés

Enquête bien-être au travail des salariés Présentation petit déjeuner RH & Com Linking http://labrh.opinion-way.com Enquête bien-être au travail des salariés Décembre 2012 Note méthodologique Echantillon représentatif de 1014 salariés français

Plus en détail

La santé oculaire des Français

La santé oculaire des Français Communiqué de presse 4 septembre 2013 La santé oculaire des Français Une étude Ipsos pour KRYS GROUP KRYS GROUP publie la 2 e édition de l Observatoire de la Vue créé en 2011. Cette étude, réalisée par

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Synthèse de l'institut CSA - N 1101469 Octobre 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

VIGEO ATTESTE UN PRODUIT CONTROVERSÉ. Regard sur la croissance du crédit en ligne

VIGEO ATTESTE UN PRODUIT CONTROVERSÉ. Regard sur la croissance du crédit en ligne «Entre les banques et les associations, le travail en commun est désormais possible.» Regard sur la croissance du crédit en ligne Fidélisation des clients, augmentation du panier moyen Pour les webmarchands,

Plus en détail

Responsabilité Personnelle des Dirigeants d Associations)

Responsabilité Personnelle des Dirigeants d Associations) D I R I G E A N T S D A S S O C I A T I O N P r é v o y a n c e ( Responsabilité Personnelle des Dirigeants d Associations) Une solution simple et complète pour préserver votre patrimoine privé en cas

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS document contractuel 1. Objet de la convention Cette convention d assurance collective a été souscrite

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

Rapport 2012. de la médiatrice auprès de Cetelem

Rapport 2012. de la médiatrice auprès de Cetelem Rapport 2012 de la médiatrice auprès de Cetelem Les marques Sommaire Regards croisés p. 02 Médiation, mode d emploi p. 05 Activité de la médiation p. 07 Examen des saisines p. 07 Nombre et répartition

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

Garantie Hospitalisation

Garantie Hospitalisation P R E V O Y A N C E Toutes cibles? Vous recherchez un contrat qui vous garantisse le versement d allocations journalières en cas d hospitalisation assurances Optez pour Garantie Un forfait journalier en

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Rapport 2011. de la médiatrice auprès de Cetelem

Rapport 2011. de la médiatrice auprès de Cetelem Rapport 2011 de la médiatrice auprès de Cetelem Les marques Sommaire Regards croisés p. 2 Médiation, mode d emploi p. 5 Activité de la médiation p. 7 Examen des saisines p. 7 Nombre et répartition par

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JANVIER 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PARTICULIERS Guide PARTICULIERS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par la

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS document contractuel 1. Objet de la convention Cette convention d assurance collective a été souscrite

Plus en détail

- Communiqué de Presse -

- Communiqué de Presse - Paris, le 7 janvier 2010 - Communiqué de Presse - L Union Financière de France lance GPS - Gestion Pilotée et Suivi : un concept de gestion innovant en adéquation avec les attentes de la clientèle patrimoniale,

Plus en détail

Le surendettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 22

Le surendettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 22 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 22 Le surendettement Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2011-60

Décision du Défenseur des droits n MLD 2011-60 Paris, le 10 novembre 2011 Décision du Défenseur des droits n MLD 2011-60 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Anticiper les difficultés financières : l'apport du scoring comportemental

Anticiper les difficultés financières : l'apport du scoring comportemental Anticiper les difficultés financières : l'apport du scoring comportemental Le développement de l'industrie du crédit, telle qu'on la connaît aujourd'hui, a notamment été rendu possible grâce au modèle

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Sommaire. Assurances. Automobile. Banque-Crédit - 6 - Textes légaux 53

Sommaire. Assurances. Automobile. Banque-Crédit - 6 - Textes légaux 53 Sommaire Assurances 001 Déclaration d un sinistre 12 002 Déclaration d un accident 13 corporel 003 Réponse à refus d indemnisation pour déclaration tardive 14 004 Réponse à une exclusion de garantie de

Plus en détail

Garantie Familiale Accident )

Garantie Familiale Accident ) P R É V O Y A N C E Prévoyance ( Garantie Familiale Accident ) Toutes cibles L assurance sérénité de la vie privée Vos Garanties - 2005/2006 Invalidité garantie dès 5 % Adhésion possible jusqu à 74 ans

Plus en détail

Michel Deruère. Conditions générales de vente

Michel Deruère. Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 : Champ d application 1.1 Le présent contrat a pour objet de définir les termes et conditions ainsi que les modalités selon lesquelles MICHEL DERUÈRE fournit les

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Code de la consommation - Livre III - Titre III DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT Cachet du secrétariat de la commission compétente AVEZ-VOUS DÉJÀ DÉPOSÉ UN DOSSIER?

Plus en détail

Rapport 2014. de la médiatrice auprès de Cetelem

Rapport 2014. de la médiatrice auprès de Cetelem Rapport 2014 de la médiatrice auprès de Cetelem Les marques Sommaire Regards croisés p. 02 La médiation, mode d emploi p. 05 L activité de la médiation p. 07 Examen des saisines reçues p. 07 Nombre et

Plus en détail

HONORAIRES Maître Aurélie Vivier

HONORAIRES Maître Aurélie Vivier HONORAIRES Maître Aurélie Vivier Tarifs valables à partir du 01 Janvier 2012 Maître Aurélie Vivier 24 rue Grande Nazareth 31000 Toulouse Tel: 05 34 40 82 15 www.avocat-vivier.fr contact@avocat-vivier.fr

Plus en détail

loi de séparation et de régulation des activités bancaires

loi de séparation et de régulation des activités bancaires loi de séparation et de régulation des activités bancaires Plus de transparence, plus de concurrence et une meilleure protection des clients face à des frais bancaires excessifs Plafonnement des commissions

Plus en détail

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 GTG 2007 - GT1 V1 du 4 octobre 2006 PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 A- OBJET Cette procédure décrit les modalités de traitement, par le fournisseur et/ou le GRD, d une réclamation client adressée

Plus en détail

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE (TRANSACTIONS EN LIGNE SUR LE SITE DEVBOOKING.COM) 1.1 DEFINITIONS On désigne par «DEVBOOKING» la Société DEVBOOKING SAS. DEVBOOKING SAS au capital de 10.000 euros, dont le

Plus en détail

Le Plan d Epargne Entreprise

Le Plan d Epargne Entreprise Le nouveau Plan d Épargne Entreprise qui a fait l objet d un accord signé le 21 février 2008 a pour but de favoriser auprès du personnel la formation d une épargne collective et d offrir à celui-ci la

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

CDC 14 Pack vendre +

CDC 14 Pack vendre + CDC 14 Pack vendre + COMPOSITION DU PACK : Durée : 100 heures, soit 91 heures en collectif et 9 heures en accompagnement individuel. TC 14/1 - Faire connaître son entreprise : 14 heures Objectifs : choisir

Plus en détail

Observatoire 2011 de l opinion sur l image des banques -Juin 2011 Présentation du 16 09 2011

Observatoire 2011 de l opinion sur l image des banques -Juin 2011 Présentation du 16 09 2011 FBF PRESENTATION DES RESULTATS N 23938 Marie Laurence GUENA Elodie VAN CUYCK Marion LAMBOLEY Le Millénaire 2 35 rue de la Gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 Observatoire 2011 de

Plus en détail

60 ans. de responsabilité et de contribution à la croissance économique. Peut-on se passer du crédit sur le lieu de vente?

60 ans. de responsabilité et de contribution à la croissance économique. Peut-on se passer du crédit sur le lieu de vente? Peut-on se passer du crédit sur le lieu de vente? Avec 20 millions d achats à crédit dans les magasins français, le crédit sur le lieu de vente est un moteur pour l économie française. Page 04 Crédit renouvelable

Plus en détail

Dossier de demande d agrément

Dossier de demande d agrément ASSILASSIME SOLIDARITE 1165 rue Défalè BP 13 979 Lomé TOGO Téléphone : (+) 228 22 21 12 34 N de récépissé : 1537/MATDCL-SG-DLPAP-DOCA du 28 décembre 2012 Dossier de demande d agrément Document n 11 Code

Plus en détail

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS

Guide. tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 PROFESSIONNELS Guide PROFESSIONNELS tarifaire EN VIGUEUR AU 01/08/2015 1 La Société financière de la Nef est une société anonyme coopérative à capital variable, à directoire et à conseil de surveillance - Agréée par

Plus en détail

ETUDE SUR LA PROTECTION SOCIALE AUPRES DES DECIDEURS DES CONSEILS GENERAUX - EN PARTENARIAT AVEC L ADF. Rapport de résultats Septembre 2014

ETUDE SUR LA PROTECTION SOCIALE AUPRES DES DECIDEURS DES CONSEILS GENERAUX - EN PARTENARIAT AVEC L ADF. Rapport de résultats Septembre 2014 ETUDE SUR LA PROTECTION SOCIALE AUPRES DES DECIDEURS DES CONSEILS GENERAUX - EN PARTENARIAT AVEC L ADF Rapport de résultats Septembre 2014 Sommaire Contexte de l étude, méthodologie p 3 Synthèse des résultats

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-24139 Non publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président SCP Baraduc et Duhamel, SCP Richard, avocat(s)

Plus en détail

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. Sommaire 2 Groupama Protection juridique Chiffres et activités

Plus en détail

Artisans, industriels et commerçants. Votre assurance invalidité

Artisans, industriels et commerçants. Votre assurance invalidité Artisans, industriels et commerçants Votre assurance invalidité Édition 2015 ARTISANS, INDUSTRIELS ET COMMERÇANTS VOTRE ASSURANCE INVALIDITÉ L assurance invalidité permet de couvrir le risque «invalidité»

Plus en détail

Bilan social ASTRIA 2014. Juillet 2015 Direction services et communication

Bilan social ASTRIA 2014. Juillet 2015 Direction services et communication Bilan social ASTRIA 2014 Juillet 2015 Direction services et communication SOMMAIRE 1. Introduction... 2 2. Présentation des trois services... 4 3. Bilan qualitatif des bénéficiaires des trois services...10

Plus en détail

L assurance de prêt dès 60 ans. Pour les prêts de 7 500 E jusqu à 310 000 E. Formalités médicales allégées

L assurance de prêt dès 60 ans. Pour les prêts de 7 500 E jusqu à 310 000 E. Formalités médicales allégées H A B I T A T Assurance de Prêt ( AdP ) Senior 2 Seniors L assurance de prêt dès 60 ans Vos Garanties - 2005/2006 Pour les prêts de 7 500 E jusqu à 310 000 E Formalités médicales allégées Adhésion possible

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

Bien utiliser la carte bancaire

Bien utiliser la carte bancaire Bien utiliser la carte bancaire Sécurisée et pratique, la carte permet de retirer de l argent et de payer ses achats. C est le moyen de paiement le plus utilisé en France. Voici quelques conseils d utilisation.

Plus en détail

Garantie Chômage des Dirigeants

Garantie Chômage des Dirigeants E NTREPRISE ET DIRIGEANT Dirigeants d entreprise? Pour combler un vide juridique, protéger son patrimoine et se donner le temps et les moyens de rebondir assurances APRIL Assurances vous propose une solution

Plus en détail

Les propriétaires de petite entreprise du Québec s expriment sur le régime volontaire d épargne-retraite (RVER)

Les propriétaires de petite entreprise du Québec s expriment sur le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) Les propriétaires de petite entreprise du Québec s expriment sur le régime volontaire d épargne-retraite (RVER) SONDAGE DE MANUVIE / IPSOS REID DE 2014 SUR LE RVER Les propriétaires de petite entreprise

Plus en détail

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Le document doit être rempli intégralement et accompagné de pièces justificatives. Dans le cas contraire, la demande ne pourra pas être traitée.

Plus en détail

FAILLITE sommaire ordinaire. PROPOSITION consommateur concordataire NOM DU DOSSIER : Dossier conjoint N/DOSSIER :

FAILLITE sommaire ordinaire. PROPOSITION consommateur concordataire NOM DU DOSSIER : Dossier conjoint N/DOSSIER : FAILLITE sommaire ordinaire PROPOSITION consommateur concordataire NOM DU DOSSIER : Dossier conjoint N/DOSSIER : RENSEIGNEMENTS DE BASE ENTREVUE FAITE PAR : RECOMMANDATION FAITE PAR : DATE DE L ENTREVUE

Plus en détail

OBSERVATOIRE de la qualité du service

OBSERVATOIRE de la qualité du service OBSERVATOIRE de la qualité du service public de l eau Principaux enseignements 2013 Éditorial Pour être encore mieux à l écoute de ses quatre millions de consommateurs, le SEDIF a mis en place depuis 2002

Plus en détail

Guide du crédit à la consommation (Crédits soumis aux articles L.311-1 et suivants du Code de la consommation)

Guide du crédit à la consommation (Crédits soumis aux articles L.311-1 et suivants du Code de la consommation) Guide du crédit à la consommation (Crédits soumis aux articles L.311-1 et suivants du Code de la consommation) Lexique : Agrément Le prêteur émet une offre de contrat de crédit tout en prévoyant que ce

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 21ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mars 2009 - Les faits marquants en 2008 : la diffusion

Plus en détail

Pour les emprunteurs qui ont des difficultés à s assurer

Pour les emprunteurs qui ont des difficultés à s assurer H A B I T A T Assurance de Prêt ( AdP ) Solution Risques spéciaux Pour les emprunteurs qui ont des difficultés à s assurer Vos Garanties - 2005/2006 Une tarification sur mesure pour : les maladies aggravées,

Plus en détail

Les Français et l utilisation de leurs véhicules

Les Français et l utilisation de leurs véhicules Les Français et l utilisation de leurs véhicules Sondage de l Institut CSA pour France Nature Environnement Etude N 1300411 Mars 2013 Titre du projet Sommaire 1. 2. Fiche technique du sondage Les principaux

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

COMPRENDRE LES MODALITES PRATIQUES DES VERSEMENTS

COMPRENDRE LES MODALITES PRATIQUES DES VERSEMENTS Bulletin de Versement AMPLISSIM PEE Ce document vous permet de : comprendre les modalités pratiques des versements, prendre connaissance des Conditions Générales d adhésion et de fonctionnement du service

Plus en détail

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY 1. Définitions Dans ces Conditions, les notions suivantes ont la signification qui suit: Demandeur de crédit : la personne (personne physique) qui présente une Demande de

Plus en détail

Les Canadiens et l héritage politique de Jean Chrétien

Les Canadiens et l héritage politique de Jean Chrétien PRESSE CANADIENNE / LÉGER MARKETING Les Canadiens et l héritage politique de Jean Chrétien Rapport 507, place d Armes, bureau 700, Montréal (Québec) H2Y 2W8 Tél. : 514-982-2464 Télec. : 514-987-1960 www.legermarketing.com

Plus en détail

Bien utiliser la carte bancaire

Bien utiliser la carte bancaire NOVEMBRE 2013 N 16 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien utiliser la carte bancaire Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Formation «Le crédit à la consommation»

Formation «Le crédit à la consommation» Formation «Le crédit à la consommation» REFERENCE : 125 1. Objectif général Connaître les principaux aspects juridiques, techniques et commerciaux liés aux crédits à la Familiariser les personnels avec

Plus en détail

Demande de PRÊT PASS-TRAVAUX

Demande de PRÊT PASS-TRAVAUX CADRE RÉSERVÉ À SOLENDI Demande de PRÊT PASS-TRAVAUX Résidence Principale du Demandeur Dossier à retourner à : N Adhérent :... SOLENDI - Agence La Défense 21, esplanade de la Division du Général de Gaulle

Plus en détail

Bien utiliser la carte bancaire

Bien utiliser la carte bancaire Novembre 2013 n 16 paiement Les mini-guides bancaires Bien utiliser la carte bancaire sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu

Le Régime de retraite assurée d entreprise. Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Le Régime de retraite assurée d entreprise Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu L opportunité Des propriétaires d entreprise qui ont besoin d assurance pour les

Plus en détail

SERVICES DE QUALITÉ DE VIE EXPERT MD Spécifique au Programme RQRA Demande générale

SERVICES DE QUALITÉ DE VIE EXPERT MD Spécifique au Programme RQRA Demande générale SERVICES DE QUALITÉ DE VIE EXPERT MD Spécifique au Programme RQRA Demande générale Affaire nouvelle Renouvellement Courtier : Groupe Cyr et Lyras Code de courtier : 5856 N o de police : Nom du demandeur

Plus en détail

PEE et PERCO. Laboratoires MSD Chibret (LMSDC) Votre guide d épargne salariale

PEE et PERCO. Laboratoires MSD Chibret (LMSDC) Votre guide d épargne salariale PEE et PERCO Laboratoires MSD Chibret (LMSDC) Votre guide d épargne salariale PRESENTATION DE VOTRE DISPOSITIF ET SES AVANTAGES A partir du 1 er juin 2013, LMSDC met à la disposition de tous les salariés

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

Edition 2013 du Baromètre du marché des CGPI et de leurs clients. Baromètre du marché des CGPI et de leurs clients

Edition 2013 du Baromètre du marché des CGPI et de leurs clients. Baromètre du marché des CGPI et de leurs clients Edition 01 du Baromètre du marché des CGPI et de leurs clients Introduction Hervé Cazade Responsable de la distribution et du développement commercial France, BNP Paribas Cardif Présentation des résultats

Plus en détail

LE MEDIATEUR AUPRES DE LA FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE COMPTE RENDU D ACTIVITE 2011

LE MEDIATEUR AUPRES DE LA FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE COMPTE RENDU D ACTIVITE 2011 LE MEDIATEUR AUPRES DE LA FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE COMPTE RENDU D ACTIVITE 2011 Le présent rapport a pour objet de présenter pour 2011 les travaux du médiateur auprès de la Fédération Bancaire Française

Plus en détail