L observatoire de mouvements de terrain idéal : du rêve à la réalité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L observatoire de mouvements de terrain idéal : du rêve à la réalité"

Transcription

1 L observatoire de mouvements de terrain idéal : du rêve à la réalité M. Jaboyedoff, A. Abellán, M.-H Derron & C. Michoud Centre de recherche sur l'environnement terrestre, GEOPOLIS Faculté des géosciences et de l'environnement Université de Lausanne - CH-1015 Lausanne Switzerland ABSTRACT: Cette note tente de répondre à la question de savoir ce qu est un observatoire de mouvements de terrain idéal. Elle fait un tour d horizon rapide de ce que sont les outils et les problèmes liés à ce type d observatoire. Il en ressort que l une des réponses possibles est qu un observatoire idéal correspond à celui qui prédit le comportement spatiotemporel d un mouvement de terrain de façon pérenne. Avertissement: Ce papier n est pas une revue globale, mais doit être compris comme une opinion ; par conséquent, la bibliographie n est pas exhaustive. 1 INTRODUCTION Le terme observatoire, en ce qui concerne les mouvements de versant, est très récent. La définition du dictionnaire (Petit Robert, 2008) mentionne la météorologie, l astronomie et l économie. Les deux premiers domaines, en particulier la météorologie, sont intimement liés à la prédiction partant de l observation. L observatoire de mouvement de terrain idéal est difficile à définir, «idéal» pouvant être entendu de deux manières. L une dans un sens théorique, c est-à-dire parfait mais imaginaire pour le moment (qui relève du rêve), l autre qui se veut la meilleure réalisation pratiquement possible. Partant du premier point de vue, on propose d inspecter les problèmes liés à la mise en œuvre d une connaissance la plus fine possible des processus qui régissent la déformation d un versant (ce qui inclut aussi la propagation). Dès qu on touche à la réalité du terrain plusieurs problèmes se posent : les instruments doivent avoir une durée de vie relativement longue, les budgets doivent être suffisants pour traiter et interpréter les données et pour assurer la maintenance des instruments. La réalisation d un observatoire dépend aussi de ses objectifs : soit scientifiques, soit opérationnels, voire les deux. Il s avère qu en fait, l interprétation des données instrumentales est tout aussi importante ou plus importante que les données elles-mêmes. Par conséquent, on tente ici de montrer que le modèle conceptuel fait partie intégrante de l observatoire, ayant pour but d intégrer l ensemble des données. Les méthodes d interprétations sont peu codifiées, il faut donc développer des stratégies d interprétations. Les quelques lignes qui suivent tentent de décrire les principaux écueils et quelques éléments relatifs aux solutions envisageables pour faciliter l interprétation des données. 2 LES QUESTIONS AUXQUELLES ON SOUHAITE RÉPONDRE 2.1 Les problèmes Chaque mouvement de terrain est particulier par sa géométrie, ses matériaux (i.e. propriétés) et leur répartition spatiale, ses caractéristiques hydrogéologiques, etc. Ceci signifie qu il faut s adapter à chaque cas. Par contre, les lois de comportement des écoulements ou des déformations sont peu nombreuses et elles sont très similaires. Ce sont essentiellement les hétérogénéités du milieu qui génèrent les différences de comportement, telles que : des modifications des propriétés mécaniques très localement qui peuvent initier des ruptures par localisation de contraintes, etc. ; des cheminements préférentiels des eaux tant en surface qu en profondeur (Fig. 1) ; etc. 1/6

2 2.2 Les objectifs A priori, l objectif final est d être capable de prévoir le comportement des masses mobilisées dans son ensemble, en comprenant mieux et en élucidant les processus qui régissent les déformations, pour finalement développer la capacité de surveiller une masse menaçante pour les activités humaines. Figure 1. (a) Cracks ouverts en quelque jour sur le glissement du Pont Bourquin (Suisse) permettant un infiltration rapide des eaux superficielles dans le corps du glissement (voir Stumpf et al., 2013 pour une étude détaillée du rôle des cracks sur le glissement de Super-Sauze) (b) Exemple de chenaux souterrains dans des éboulis qui ont produits en juin 2013 d importantes laves torrentielles (Alberta). 2.3 L idéal : les plus petits éléments de volumes possibles L idéal serait de discrétiser le glissement de terrain en petits cubes qui intègrent les zones de cisaillement, d y ajouter les vides lorsqu ils apparaissent, puis d extraire de chacun de ces petits cubes la déformation en 3D, la masse volumique, le contenu en eau, la pression interstitielle et les contraintes en 3D (Fig. 2). Les cubes devant être les plus petits possibles, et pour chacun d eux on devrait être capable de déduire les lois de comportement mécaniques. Figure 2. Exemple synthétique de ce qui est souhaité pour la déformation mais aussi pour toutes les autres variables et paramètres utiles. 2.4 Quelques moyens à disposition Pour obtenir les caractéristiques de la masse déformée, de nombreuses méthodes sont à disposition (Fig. 3). A l exception des forages, elles sont non invasives. Il existe d abord toutes les mesures ponctuelles qui donnent une information sur les déformations et variables et propriétés locales (crack-mètre, extensomètre, piézomètre, mesure de saturation, etc.) (Mikkelsen et al, 1996 ; Safeland 4.1, 2012a ; Safeland 4.4, 2012b ; Safeland 4.5, 2012c ; Safeland 4.6, 2012d). A cela, on peut y ajouter des mesures de propriétés sur échantillons. Les mesures ponctuelles de déplacement en surface fournissent des données potentiellement absolues comme par exemple les stations totales (Keaton and DeGraff, 1996) et GPS (Gili et al., 2000 ; Safeland 4.4, 2012b). Les données de déformation des forages peuvent être fournies par des inclinomètres permanents ou non, permettant désormais de suivre les déformations en temps réel du forage et d ainsi détecter les déformations affectant la masse dans son ensemble ou plus localement (Lovisolo et Della Giusta, 2005). 2/6

3 Les données de surface peuvent être fournies par l interférométrie Radar, surtout avec son instrumentation terrestre (GB-InSAR) (Tarchi et al., 2003 ; Casagli et al., 2010 ; Crosta et al., 2012, in review), par la comparaison de topographie hautes résolutions Lidar (Jaboyedoff et al., 2012) ou photogrammétrique (Baldi et al., 2008). Ces données permettent de déduire des champs de vitesses à la surface des mouvements de versants Les méthodes indirectes qui donnent accès aux troisièmes dimensions et parfois à l évolution temporelle (4D) sont les méthodes géophysiques. Il s agit principalement les méthodes de résistivités électriques (Lebourg et al., 2005) et sismiques de réfraction (Jongmans et Garambois, 2007 ; Samyn et al., 2012). Le lecteur est renvoyé à la revue de Jongmans et Garambois (2007) pour une description détaillée des possibilités. Parmi les progrès récents les plus prometteurs, on trouve l écoute du bruit sismique qui est applicable tant dans le milieu rocheux que dans les matériaux meubles. Il est ainsi possible d observer la diminution des fréquences propres d une masse rocheuse instable (Levy et al., 2010) avant la rupture ou la décroissance de vitesses sismiques de surface avant un événement dans un glissement dans des marnes fortement remaniées (Mainsant et al., 2012). Ceci donne accès aux propriétés mécaniques des matériaux. Finalement n oublions pas la cartographie, qui permet de mettre en évidence les expressions des déformations en surface. Elle est absolument nécessaire afin de contextualiser les mesures. Figure 3. Illustration des différents types de méthodes d investigations appliquée dans les observatoires de mouvement de terrain (tiré de omiv.unistra.fr) 3 LES PROBLÈMES DE MISE EN ŒUVRE 3.1 Les problèmes pratiques La liste non-exhaustive des méthodes ci-dessus montre que de nombreuses possibilités sont offertes mais qu aucune ne donne une information complète. Par exemple, les méthodes géophysiques indirectes telles que les sections en résistivité intègrent deux types de propriétés de conductivité ; celles relatives au matériau et celles relatives au degré de saturation compte tenu de la porosité. Ainsi un même corps peut avoir des réponses très différentes si la zone est saturée ou non, ce qui montre qu une mesure n est pas univoque, et qu il faut la compléter pour l interpréter correctement. Il est souvent difficile de maintenir des instruments durant plusieurs années sans que ceux-ci ne soient détruits ou qu ils ne doivent être déplacés. Ceci pose le problème de la continuité des données. De plus, il est souvent nécessaire que les capteurs possèdent des positions bien définies, alors que les mouvements de la masse instable les modifient. Dans le cas de données ponctuelles, celles-ci doivent être interpolées afin de donner des champs continus de déplacements ou de déformations, mais souvent des discontinuités apparaissent et les interpolateurs ne sont en général pas prévus pour cela. L apport des acquisitions de surface pallie à une partie de ces problèmes, mais ceux-ci dépendent aussi de la visibilité (occlusion, végétation). Le GB-InSAR n a généralement pas une résolution spatiale fine (car souvent métrique), et fournit des données projetées dans l axe de la ligne de vue ; 3/6

4 il est donc nécessaire de les analyser en regards d autres données. Le Lidar terrestre n est pour le moment que rarement implémenter pour du suivi en temps réel, à l exception des mines. Les informations sur la troisième dimension sont directes dans le cas des forages mais ne représentent que des données linéaires. Les données indirectes géophysiques ont tendance à «lisser» les résultats, et leur interprétation repose sur des hypothèses de travail fortes. De plus, certaines actions sur site peuvent devenir invasives. Par exemple, le forage de piézomètres ou d inclinomètres peuvent modifier les circulations d eau. Notons aussi que des modifications de la topographie, même retreintes, peuvent modifier les écoulements de surface. 3.2 Les limitations de budget et de temps Souvent l implémentation d instruments se heurte à trois problèmes majeurs : (a) les budgets, facteur imposant souvent un choix difficile quant au matériel à installer, (b) le manque de temps ou de mains d œuvre pour installer correctement et assurer la maintenance des appareils souffrant généralement de conditions climatiques rudes, et (c) l accessibilité aux lieux où l on veut implémenter un instrument ou un forage à des coûts raisonnables. 4 QUE FAIRE? 4.1 Le constat En fait, il n y pas vraiment de solution pour maintenir et suivre à long terme complétement le comportement d une masse instable. Les modèles se sont améliorés avec le temps mais comment peut-on aller plus loin? Les efforts déployés dans les programmes de surveillances possèdent la plus part du temps des suivis permanents d ordre ponctuel à l exception de cas critiques qui sont suivis par GB-InSAR (Blikra 2008 ; Casagli et al., 2010 ; Crosta et al., en review). Les investigations indirectes en 2D, 3D ou 4D sont désormais un outils d analyse fréquent (par exemple : Lebourg et al., 2005 ; Jongmans et al., 2009 ; Samyn et al., 2012 ; Travelletti et Malet, 2012 ; Travelletti et al., 2012b). Mais ce sont généralement des études de courtes durées. En fait, tant les observatoires à vocations purement scientifiques, comme en partie l Observatoire Multidisciplinaire des Instabilités de Versants (OMIV), que ceux qui ont été implémentés à la base pour des problèmes de gestions de risques (OMIV ; Bikra, 2008 ; Froese et Moreno, 2011 ; Cloutier et al., 2012) ne répondent qu en partie aux problèmes posés, même si certains grâce au GB-InSAR possèdent un suivi permanent (Casagli et al., 2010 ; Crosta et al, 2012, en review ; Rouyet et al., 2013). De plus, l intégration complète des données dans un modèle complet manque encore, aucune solution ne tend vers la 4D de l évolution du mouvement de terrain de façon pérenne. Ceci est illustré par une enquête réalisée dans le cadre du projet Safeland : dans 87% des cas, les systèmes de surveillance signalent que les précipitations intenses sont les sources de déclenchements de mouvements catastrophiques, mais aucun de ces systèmes n intègrent cette variable dans leurs seuils d alerte (Michoud et al., in review). Cet exemple souligne le manque récurrent d intégration des toutes les données à disposition lors d une surveillance opérationnelle. Par conséquent, il faut y intégrer quelque chose de plus : le modèle conceptuel. Les grands projets de surveillance, tel que celui de Turtle Mountain (Froese et Moreno, 2011), ont été riches d enseignement, mais font face à de nouveau défis. En effet, aucune situation de crise ne s étant présentée depuis 10 ans, les technologies de communication et de suivi facilement accessibles changeant rapidement, le mode surveillance change et au lieu de maintenir un système d alerte, on peut redescendre à un niveau du monitoring régulier, réduisant les coûts et étant plus réaliste en terme de gestion (Froese, 2013). Ceci notamment parce que les technologies actuelles permettent un déploiement rapide d instruments (GB-InSAR, GPS, communication avec des instruments sur site tel qu extensomètres, etc ). 4.2 Modèle conceptuel Quelle que soit l importance de l instrumentation, il est nécessaire de dégager un modèle spatial de la masse instable afin de confronter les mesures à ce modèle. Le modèle conceptuel permet d intégrer l ensemble des données et par conséquent de tenter de prévoir là où les déformations peuvent devenir critiques. 4/6

5 Cet objectif doit être poursuivi à n importe quel moment de l investigation et indépendamment du degré de détail. Il est en premier lieu basé sur la première source d information, soit la cartographie qui intègre les observations de déformation en surface, les fissures et les circulations d eau (Stumpf et al., 2013). De plus, il doit être évolutif, en tenant compte constamment des nouvelles données acquises lors du monitoring. En effet, les nouvelles techniques d observation de surfaces (GB-InSAR, LiDAR photo-interprétation) permettent d améliorer grandement les modèles conceptuels. Lorsque les données de surface peuvent être couplées avec des données inclinométriques de forage et de la tomographie, les modèles s améliorent. Enfin, un tel modèle apporte des informations précieuses pour implémenter des nouveaux instruments. L efficacité du principe d un modèle conceptuel a été démontrée par le fait qu un modèle de déformation a pu être proposé dès 1994 sur la base des données géodésiques et structurales pour la partie instable de la niche ayant été laissée par l éboulement de Randa (Suisse) datant de 1991 (Jaboyedoff et al. 2004). Ce modèle conceptuel a été confirmé par des mesures de GB-InSAR, de nouveaux relevés de terrain et des modélisations (Gischig et al., 2009). 5 CONCLUSION ET IMPLICATIONS POUR LA GESTION DES RISQUES ET LA RECHERCHES L unicité de chaque mouvement de terrain nécessite l apport d un modèle conceptuel afin de prédire les déformations spatialement quel que soit le niveau de connaissance. Ceci est une base pour la prévision et on peut en conclure que l objectif d un observatoire est de développer des connaissances de façon à être capable de prédire le comportement spatio-temporel de la déformation ou/et d un possible mouvement catastrophique ou/et d en proposer plusieurs scénarios. Ceci est l objectif final des recherches. La prévision de scénarios est souvent tentée pour la propagation de mouvements catastrophiques (avalanches rocheuses, laves torrentielles, etc.), mais peu encore pour le comportement d un mouvement de terrain. Des méthodes de prédiction sont en développement associé à une surveillance géophysique (Sornette et al., 2004 ; Amitrano et al., 2005 ; Lévy et al., 2010 ; Mainsant et al., 2012). D autres tentatives existent aussi en matière de prédiction de mouvement en se basant sur les précipitations ou le niveau piézométrique en créant une fonction de réponse du glissement de terrain (Belle et al., 2013 ; Abellán et al., 2014). Mais jusqu à présent, l aspect qui consiste à associer la prédiction temporelle à un scénario spatial manque encore. L observatoire idéal est donc celui qui résout le problème de la prédiction spatio-temporelle de façon pérenne quels qu en soient les moyens, en particulier l évolution des systèmes des circulations d eau. Il serait donc intéressant de réaliser un «benchmarking» de la prédiction sur un certain nombre de sites. Rappelons que nous n avons jamais touché de nos doigts et observé directement un atome, mais le concept est antérieur aux images indirectes que nous en avons ; le même principe doit s appliquer dans la prévision des mouvements de versant. 6 RÉFÉRENCES Abellán, A. Michoud, C., Jaboyedoff, M., Baillifard, F., Demierre, J., Carrea, D. and M.H. Derron (2014). Predicting rates of dis - placement in continuously-moving mass movements. Application of a rainfall to displacements mobile transfer function. International Association Engineering Geology Conference, 2014 Sept, Torino (Italy). Amitrano, D, Grasso, JR, and G Senfaute, 2005, Seismic precursory pattern before a cliff collapse and critical point phenomena, Geophys. Res. Lettrs: 32, L08314, doi: /2004GL Baldi, P., Cenni, N., Fabris, M., & Zanutta, A Kinematics of a landslide derived from archival photogrammetry and GPS data. Geomorphology, 102(3), Belle, P., Aunay, B., Bernardie, S., Grandjean, G., Ladouche, B., Mazué, R., Join, J. L. (2013). The application of an innovative inverse model for understanding and predicting landslide movements (Salazie cirque landslides, Reunion Island). Landslides, Blikra, L. H The Aknes rockslide; monitoring, threshold values and early-warning,. In: Xi an, China, edited by: Chen, Z., Zhang, J., Li, Z., Wu, F., and Ho, K (rds), Landslides and Engineered Slopes. From the Past to the Future. Proceedings of the 10 th International Symposium on Landslides and Engineered Slopes, 30 June 4 July 2008, Taylor & Francis Group, London, 2, Casagli, N., Catani, F., Del Ventisette, C., and Luzi, G.: Monitoring,prediction, and early warning using ground-based radar interferometry, Landslides, doi: /s y, 7: Cloutier C., Locat J., Lord P-E., Couture R., Jaboyedoff M. (2012): Kinematic considerations of the Gascons rockslide, Québec (Gaspésie), Canada. In Eberhardt E. et al. (Eds): Landslides and Engineered Slopes. Protecting Society through Improved Understanding. Proceedings of the 11th International and 2nd North American Symposium on Landslides (Banff, Canada, 3-8 June 2012) CRC press, /6

6 Crosta G.B., Cancelli P., Tamburini A., Alberto W., Broccolato M., Castellanza R., Frattini P., Agliardi F., Rivolta C., and Leva D Chasing a complete understanding of a rapid moving rock slide: the La Saxe landslide. EGU General Assembly 2012, Geophysical Research Abstracts, Vol. 14, EGU Crosta, G.B., di Prisco, C., Frigerio, G., Frattini, G., Castellanza, R., Agliardi, F. (in review). Chasing a complete understanding of the triggering mechanisms of a large rapidly evolving rockslide. Landslides. Froese C.R. & Moreno F Structure and components for the emergency response and warning system on Turtle Mountain, Alberta, Canada. Nat Hazards, /s y. Froese, C.: Lessons Learned from 10 Years of Early Warning at Turtle Mountain, Alberta, 580 Canada, in: Proceedings of the 1st International Workshop on Warning Criteria for Active 581 Slides, Courmayeur, Italy, June 2013, Gili, J. A., Corominas, J., and Rius, J., Using global positioning system techniques in landslide monitoring. Engineering Geoogy, 55, Gischig, V., Loew, S., Kos, A., Moore, J. R., Raetzo, H., and Lemy, F Identification of active release planes using groundbased differential InSAR at the Randa rock slope instability, Switzerland, Nat. Hazards Earth Syst. Sci., 9, Jaboyedoff, M., Oppikofer, T., Abellán, A., Derron, M.-H., Loye, A., Metzger, R., Pedrazzini, A. (2012): Use of LIDAR in landslide investigations: a review. Natural Hazards, 61:5 28, DOI /s Jaboyedoff, M., Ornstein P. and Rouiller J.-D. (2004): Note on the design of a geodetic database and associated tools for monitoring slope movements: The example of Randa rockfall scar. Nat. Hazards Earth Syst. Sci., 4: Jongmans D, Garambois S Geophysical investigation of landslides: a review. Bulletin de la Société Géologique de France 2: Jongmans D., Bièvre G., Schwartz S., Renalier F., Beaurez N. and Orengo Y., 2009, Geophysical investigation of a large landslide in glaciolacustrine clays in the Trièves area (French Alps), Engineering geology, 109: Keaton J.R. and DeGraff, J.V. (1996) Surface observation and geologic mapping. In: Turner AK, Schuster RL (eds) Landslide types and process, National Research Council, National Academy Press, Special Report 247: Lebourg T., Binet S., Tric E., Jomard H., and El Bedoui S. (2006) Geophysical survey to estimate the 3D sliding surface and the 4D evolution of the water pressure on part of a Deep Seated Landslide. Terra Nova 17: Lévy, C., L. Baillet, D. Jongmans, P. Mourot, and D. Hantz (2010), Dynamic response of the Chamousset rock column (Western Alps, France), J. Geophys. Res., 115, F04043, doi: /2009jf Lovisolo M. & Della Giusta A Precision of D.M.S. columns from real time in-place measurements and improvement in micro-movements analysis with early warning function. In Brebbia C.A. & Carlomagno G.M. : 12 th international conference on computational methods and experimental measuments WIT Press. Mainsant G., Larose E., Brönnimann C., Jongmans D., Michoud C. and Jaboyedoff M Ambient seismic noise monitoring of a clay landslide : toward failure prediction, J. Geophys. Res., 117: F Michoud C., Bazin S. Blikra L.H., Derro n M.-H. and Jaboyedoff M. (In review). Technical Note: Experiences from Site-Specific Landslide Early Warning Systems, Nat. Hazards Earth Syst. Sci. Mikkelsen P.E., Field Instrumentation, Landslides Investigation and Mitigation, edited by Turner A.K., Schuster R.L. (eds.) Landslide types and process TRB Special Report 247, National Academy Press, Washington DC, 1996, p Rouyet L., Kristensen L., Derron M.-H., Michoud C., Blikra L. H., Jaboyedoff M Integration of GB-InSAR, laser scanning and in situ monitoring on the rockslope instability of Mannen/Børa (western Norway). EGU General Assembly 2013, Geophysical Research Abstracts, Vol. 15, EGU Safeland a. Deliverable 4.1: Review of Techniques for Landslide Detection, Fast Characterization, Rapid Mapping and Long-Term Monitoring. Accessible à: Safeland b. Deliverable 4.4: Guidelines for the selection of appropriate remote sensing technologies for monitoring different types of landslides. Accessible à: Safeland Deliverable 4.5: Evaluation report on innovative monitoring and remote sensing methods and future technology. Accessible à: Safeland Deliverable 4.6: REPORT ON EVALUATION OF MASS MOVEMENT INDICATORS. Accessible à: Samyn, K.; Travelletti, J.; Bitri, A. Grandjean G. J.-P. Malet Characterization of a landslide geometry using 3D seismic refraction traveltime tomography: The La Valette landslide case history. Journal of Applied Geophysics 86: Sornette D., A. Helmstetter, J.V. Andersen, S. Gluzman, JR Grasso and V.F. Pisarenko, 2004, Towards Landslide Predictions: Two Case Studies. Physica A 338: Stumpf, A., Malet, J.P., Kerle, N., Niethammer, U. and Rothmund, S. (2013) Image - based mapping of surface fissures for the investigation of landslide dynamics. Geomorphology, 186: Tarchi, D., Casagli, N., Fanti, R., Leva, D., Luzi, G., Pasuto, A., Pieraccini, M., and Silvano, S., Landside monitoring by us - ing ground-based SAR interferometry: an example of applica- tion to the Tessina landslide in Italy. Engineering Geology, 68: Travelletti, J.& Malet, J-P Characterization of the 3D geometry of flow-like landslides: A methodology based on the integration of heterogeneous multi-source data. Engineering Geology 128: Travelletti J, Delacourt C, Allemand P., Malet J-P, Schmittbuhl J., Toussaint R. Bastard M. 2012a. Correlation of multi-temporal ground-based optical images for landslide monitoring: Application, potential and limitations. ISPRS Journal of Photogrammetry and Remote Sensing, 70 : Travelletti, J., Sailhac, P., Malet, J.-P., Grandjean, G., Ponton, J. 2012b. Hydrological response of weathered clay-shale slopes: water infiltration monitoring with time-lapse electrical resistivity tomography. Hydrological Processes, doi: /hyp.7983: /6

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

Journées Aléa Gravitaire 2013

Journées Aléa Gravitaire 2013 Journées Aléa Gravitaire 2013 L analyse statistique de données appliquée à la surveillance multi-paramètres de versants instables E. Klein & A. Durenne INERIS, Campus ARTEM, CS 14234, Nancy Cedex, France

Plus en détail

Applications of Earth Observation for Disaster Risk Management

Applications of Earth Observation for Disaster Risk Management Satellite Earth Observation & Disaster Risks Applications of Earth Observation for Disaster Risk Management Hicham EZZINE, Regional Centre for Disaster Risk Reduction Data Info. INRODUCTION INRODUCTION

Plus en détail

M. F. PITA Departamento de Geografía Física. Universidad de Sevilla. C/ María de Padilla s.n. 41.002-SEVILLA (Espagne). mfpita@cica.

M. F. PITA Departamento de Geografía Física. Universidad de Sevilla. C/ María de Padilla s.n. 41.002-SEVILLA (Espagne). mfpita@cica. Un nouvel indice de sécheresse pour les domaines méditerranéens. Application au bassin du Guadalquivir (sudo-uest de l Espagne). En: Un nouvel indice de sécheresse pour les domaines méditerranéens. Application

Plus en détail

SPiRiT : Spot5 stereoscopic survey of Polar Ice Reference Images & Topographies

SPiRiT : Spot5 stereoscopic survey of Polar Ice Reference Images & Topographies SPiRiT : Spot5 stereoscopic survey of Polar Ice Reference Images & Topographies Le projet SPiRiT est une des contributions françaises à l année polaire internationale. L objectif de ce projet est d utiliser

Plus en détail

Gestion de l'incertitude et de l'ignorance, dans l'évaluation de la probabilité de déclenchement des éboulements rocheux

Gestion de l'incertitude et de l'ignorance, dans l'évaluation de la probabilité de déclenchement des éboulements rocheux Gestion de l'incertitude et de l'ignorance, dans l'évaluation de la probabilité de déclenchement des éboulements rocheux Didier Hantz*, ** * ISTerre, Université de Grenoble 1, CNRS BP53, F-38041, Grenoble

Plus en détail

3 Télésurveillance des sites instables : structure des systèmes de télésurveillance et seuils d alarme

3 Télésurveillance des sites instables : structure des systèmes de télésurveillance et seuils d alarme 3 Télésurveillance des sites instables : structure des systèmes de télésurveillance et seuils d alarme 3.1 Présentation des résultats du projet et questions soulevées Pascal ORNSTEIN (CREALP) Pascal Ornstein

Plus en détail

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Évaluation du Risque d Inondation dans la Démarcation Hydrographique de Congrès SHF, Evénements extrêmes fluviaux et maritimes, Paris, 1-2 février

Plus en détail

Services internationaux en géodésie spatiale

Services internationaux en géodésie spatiale «40 ans du GRGS, 1971 2011» Services internationaux en géodésie spatiale F. Deleflie, D. Gambis, P. Bonnefond, et Z. Altamimi, S. Bonvalot 1 Implication GRGS dans les services «40 ans du du GRGS, 1971

Plus en détail

COMOTEX COMmande temps réel de systèmes d Optique adaptative à Très grands nombres de degrés de liberté pour les télescopes EXtrêmement grands

COMOTEX COMmande temps réel de systèmes d Optique adaptative à Très grands nombres de degrés de liberté pour les télescopes EXtrêmement grands COMOTEX COMmande temps réel de systèmes d Optique adaptative à Très grands nombres de degrés de liberté pour les télescopes EXtrêmement grands Morgan GRAY Cyril PETIT, Sergey RODIONOV, Marc BOCQUET Laurent

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte 3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte Eric POINTER (bureau géologique Rovina) La commune de

Plus en détail

Les méthodes alternatives de surveillance de la qualité des eaux. Présentation du projet SWIFT-WFD

Les méthodes alternatives de surveillance de la qualité des eaux. Présentation du projet SWIFT-WFD Les méthodes alternatives de surveillance de la qualité des eaux Ce rapport présente le projet européen SWIFT-WFD. Il est préparé dans le cadre du programme de travail d AQUAREF 2008 et de la convention

Plus en détail

Recherche Fondamentale Recherche Industrielle Développement Expérimental. 732 539 Durée du projet 36 mois

Recherche Fondamentale Recherche Industrielle Développement Expérimental. 732 539 Durée du projet 36 mois Acronyme Titre du projet en français Titre du projet en anglais Axe(s) thématique(s) Type de recherche SLAMS Etudes Multidisciplinaires du Mouvement de Séchilienne : aléa, risques associés et conséquences

Plus en détail

Evaluation et cartographie par SIG du risque glissement de terrain. Application aux Alpes du Sud.

Evaluation et cartographie par SIG du risque glissement de terrain. Application aux Alpes du Sud. Interactions Nature-Société - Analyse et Modèles. UMR CNRS 6554 LETG, La Baule 2006 1 Evaluation et cartographie par SIG du risque glissement de terrain. Application aux Alpes du Sud. OLIVIER MAQUAIRE*,

Plus en détail

Stage Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D

Stage Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D Schlumberger recrute un(e) stagiaire ingénieur en modélisation 3D pour la plate-forme Petrel. Vous serez intégré(e) au sein d une équipe innovante, Petrel

Plus en détail

Cell-Based Deformation Monitoring via 3D Point Clouds

Cell-Based Deformation Monitoring via 3D Point Clouds Cell-Based Deformation Monitoring via 3D Point Clouds THÈSE N O 5399 (2012) PRÉSENTÉE le 6 septembre 2012 À LA FACULTÉ DE L'ENVIRONNEMENT NATUREL, ARCHITECTURAL ET CONSTRUIT LABORATOIRE DE TOPOMÉTRIE PROGRAMME

Plus en détail

From research to application: scenario for the French Forestry Office

From research to application: scenario for the French Forestry Office FORESEE Workshop - Forestry applications of remote sensing technologies 8-10 October 2014 - INRA Champenoux - France From research to application: scenario for the French Forestry Office Anne JOLLY, Alexandre

Plus en détail

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes

Modèle de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes de troncature gauche : Comparaison par simulation sur données indépendantes et dépendantes Zohra Guessoum 1 & Farida Hamrani 2 1 Lab. MSTD, Faculté de mathématique, USTHB, BP n 32, El Alia, Alger, Algérie,zguessoum@usthb.dz

Plus en détail

L application du concept de vulnérabilité aux infrastructures critiques : quelles implications pour la gestion territoriale des risques?

L application du concept de vulnérabilité aux infrastructures critiques : quelles implications pour la gestion territoriale des risques? L APPLICATION DU CONCEPT DE VULNÉRABILITÉ AUX INFRASTRUCTURES CRITIQUES 35 L application du concept de vulnérabilité aux infrastructures critiques : quelles implications pour la gestion territoriale des

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

TEST DE METHODES GEOPHYSIQUES SUR COUVERTURES DE CSD : SITE EXPERIMENTAL

TEST DE METHODES GEOPHYSIQUES SUR COUVERTURES DE CSD : SITE EXPERIMENTAL TEST DE METHODES GEOPHYSIQUES SUR COUVERTURES DE CSD : SITE EXPERIMENTAL TEST OF GEOPHYSICAL METHODS ON LANDFILL COVERS : EXPERIMENTAL SITE Fanny GENELLE (1, 2), Colette SIRIEIX 1, Véronique NAUDET (1,

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ INCENDIE (PRINCIPLES OF FIRE PROTECTION ENGINEERING)

LES PRINCIPES DE L INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ INCENDIE (PRINCIPLES OF FIRE PROTECTION ENGINEERING) LES PRINCIPES DE L INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ INCENDIE (PRINCIPLES OF FIRE PROTECTION ENGINEERING) LIEU: Sandman Hotel ( Près de la station de métro ) 999 rue de Sérigny Longueuil, QC, CANADA J4K 2T1 http://www.sandmanhotels.com/fr/hotel/quebec/montreal

Plus en détail

Sensitivity of SAR data to the soil surface parameters

Sensitivity of SAR data to the soil surface parameters Sensitivity of SAR data to the soil surface parameters Nicolas Baghdadi Irstea, Maison de la télédétection, UMR TETIS, Montpellier, France Sensibilité du signal radar en bande X: TerraSAR-X Fort potentiel

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

RESIF Une infrastructure de recherche pour l'observation des déformations de la terre site web : http://www.resif.fr

RESIF Une infrastructure de recherche pour l'observation des déformations de la terre site web : http://www.resif.fr RESIF Une infrastructure de recherche pour l'observation des déformations de la terre site web : http://www.resif.fr Catherine Péquegnat Univ. Grenoble Alpes, ISTerre, F-38041 Grenoble, France CNRS, ISTerre,

Plus en détail

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES E. Fransolet, M. Crine, G. L Homme, Laboratoires de Génie Chimique, P. Marchot, D. Toye. Université

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

Africa GIS & SIGAFRIQUE network

Africa GIS & SIGAFRIQUE network Africa GIS & SIGAFRIQUE network Final meeting of the pilot phase (2003-2005): 2005): main results SIG Afrique & Réseau SIGAfrique Réunion finale de la phase pilote (2003-2005): 2005): principaux résultats

Plus en détail

Sub-Saharan African G-WADI

Sub-Saharan African G-WADI Sub-Saharan African G-WADI Regional chapter of the Global network on Water and Development Information for Arid Lands Prof. Cheikh B. Gaye G-WADI Workshop 20-21 April 2010 Dakar, Senegal 35 participants

Plus en détail

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES CO-351 LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES BAYERS E. IGN, BRUXELLES, BELGIUM ÉVOLUTION DES TECHNIQUES DE PRODUCTION DE DONNÉES TOPOGRAPHIQUES

Plus en détail

Imagerie interférométrique avec des données bruitées

Imagerie interférométrique avec des données bruitées Imagerie interférométrique avec des données bruitées Josselin Garnier (Université Paris Diderot) But de l imagerie : sonder un milieu inconnu avec des ondes pour en extraire de l information. Une méthode

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

Cédric ALINOT Tél. bureau (514) 396-8800 poste 7736 e-mail : cedric.alinot@etsmtl.ca FORMATION UNIVERSITAIRE

Cédric ALINOT Tél. bureau (514) 396-8800 poste 7736 e-mail : cedric.alinot@etsmtl.ca FORMATION UNIVERSITAIRE Cédric ALINOT Tél. bureau (514) 396-8800 poste 7736 e-mail : cedric.alinot@etsmtl.ca FORMATION UNIVERSITAIRE 1998-2002 - DOCTORAT en Génie, Montréal Québec «Analyse aérodynamique des parcs éoliens immergés

Plus en détail

Économétrie, causalité et analyse des politiques

Économétrie, causalité et analyse des politiques Économétrie, causalité et analyse des politiques Jean-Marie Dufour Université de Montréal October 2006 This work was supported by the Canada Research Chair Program (Chair in Econometrics, Université de

Plus en détail

Introduction au datamining

Introduction au datamining Introduction au datamining Patrick Naïm janvier 2005 Définition Définition Historique Mot utilisé au départ par les statisticiens Le mot indiquait une utilisation intensive des données conduisant à des

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS

RÉSEAU DE SURVEILLANCE ET PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES EN VALAIS CAPOFILA DI PROGETTO Regione Lombardia, Agenzia Regionale per la Protezione dell Ambiente PARTNER DELL ATTIVITA 3 GESTIONE SORGENTI DI MONTAGNA Regione Valle d Aosta, Dipartimento Difesa del Suolo e Risorse

Plus en détail

Chapitre 5 Mesures géophysiques

Chapitre 5 Mesures géophysiques Chapitre 5 Mesures géophysiques Plan 5.1 Introduction 5.2 Sismique réfraction 5.3 Prospection électrique 5.4 Radar géologique 5.1 Introduction Pour tous les projets de construction connaissance préalable

Plus en détail

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Website: https://dce.yorku.ca/crhn/ Submission information: 11th Annual Canadian Risk and Hazards Network Symposium

Plus en détail

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR :

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR : Contexte scientifique Systèmes LIDAR/RADAR Equation LIDAR : exp Equation RADAR : p (r) : puissance rétrodiffusée r : altitude ou profondeur. C : constante instrumentale. β : coefficient de rétrodiffusion

Plus en détail

Cartographie du risque entomologique à haute résolution spatio-temporelle à l'aide de l'imagerie satellitaire

Cartographie du risque entomologique à haute résolution spatio-temporelle à l'aide de l'imagerie satellitaire Colloque Santé-Biodiversité 27&28 octobre 2014 à VetAgro Sup Sur l initiative et avec le soutien Et des partenaires Cartographie du risque entomologique à haute résolution spatio-temporelle à l'aide de

Plus en détail

Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms

Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms Dr E. van Deventer HSE/PHE/IHE 239 Le Projet International EMF Etabli en 1996 Coordonné au siège de l'oms Un effort

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes

Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes 303 Schedae, 2007 Prépublication n 46 Fascicule n 2 Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes Samya Sagar, Mohamed Ben Ahmed Laboratoire

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Surveillance acoustique des câbles de ponts

Surveillance acoustique des câbles de ponts Surveillance acoustique des câbles de ponts Application aux ponts en béton précontraint Pierre Brevet* Jean-Louis Robert* Christian Aubagnac** * Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes

Plus en détail

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011

Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Enjeux et défis en assurance habitation Marc-Olivier Faulkner 18 novembre 2011 Aviva plc AGENDA Assurance habitation des particuliers: quelques constats. Problèmes en assurance habitation. Solutions à

Plus en détail

3.2 Aide à la décision : 3.2.1 Gestion de la Surveillance des sites Rocheux : logiciel Panorama. Application au site des Ruines de Séchilienne

3.2 Aide à la décision : 3.2.1 Gestion de la Surveillance des sites Rocheux : logiciel Panorama. Application au site des Ruines de Séchilienne 3.2 Aide à la décision : 3.2.1 Gestion de la Surveillance des sites Rocheux : logiciel Panorama. Application au site des Ruines de Séchilienne Jean-Paul DURANTHON (CETE Lyon) Avant-propos Cette présentation

Plus en détail

Post-processing of multimodel hydrological forecasts for the Baskatong catchment

Post-processing of multimodel hydrological forecasts for the Baskatong catchment + Post-processing of multimodel hydrological forecasts for the Baskatong catchment Fabian Tito Arandia Martinez Marie-Amélie Boucher Jocelyn Gaudet Maria-Helena Ramos + Context n Master degree subject:

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

Patrice SCHARFF EDF-CIH, Savoie Technolac, 73373 LE BOURGET DU LAC Téléphone : +33 4 79 60 62 02, Fax : +33 4 79 60 62 31, patrice.scharff@edf.

Patrice SCHARFF EDF-CIH, Savoie Technolac, 73373 LE BOURGET DU LAC Téléphone : +33 4 79 60 62 02, Fax : +33 4 79 60 62 31, patrice.scharff@edf. Le glissement du Billan (retenue du barrage de Grand Maison, Isère) : description et analyse de l évolution du phénomène et des techniques topographiques d auscultation employées au cours du temps Billan

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

Synthèse et création d une base de données géotechniques, géodésiques et géophysiques dans les argiles du Trièves

Synthèse et création d une base de données géotechniques, géodésiques et géophysiques dans les argiles du Trièves Synthèse et création d une base de données géotechniques, géodésiques et géophysiques dans les argiles du Trièves D. Jongmans (1), S. Schwartz (1), S. Tadenuma (1), M. Aubert (1) et collaborateurs (2,

Plus en détail

Exemple d étude de caractérisation et monitoring d un site de stockage de CO 2 en aquifère salin profond. (Bassin Parisien).

Exemple d étude de caractérisation et monitoring d un site de stockage de CO 2 en aquifère salin profond. (Bassin Parisien). Exemple d étude de caractérisation et monitoring d un site de stockage de CO 2 en aquifère salin profond. (Bassin Parisien). Clean Tuesday 12 octobre 2010 Natalia QUISEL Pascal CESSAT 12/10/2010) Veolia

Plus en détail

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE

CLIQUEZ ET MODIFIEZ LE TITRE IUFRO International Congress, Nice 2015 Global challenges of air pollution and climate change to the public forest management in France Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Manuel Nicolas

Plus en détail

Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie. Ordre du jour

Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie. Ordre du jour Action 3 projet MASSA Objectif 2, Mesure 2.2 du programme ALCOTRA 2007 2013 Jeudi 24 Novembre 2011 9h30 16h00 Réunion intermédiaire à Courmayeur, Italie Partenaires Présents POLITO ; Marina Pirulli 3S

Plus en détail

L Ecole et observatoire des sciences de la Terre

L Ecole et observatoire des sciences de la Terre L Ecole et observatoire des sciences de la Terre Michel GRANET LabEx G-EAU-THERMIE PROFONDE JOURNÉE DE LANCEMENT 14 Juin 2012 Un peu d histoire des sciences de la Terre à Strasbourg Quelques dates clés

Plus en détail

Journée SITG, Genève 15 octobre 2013. Nicolas Lachance-Bernard M.ATDR Doctorant, Laboratoire de systèmes d information géographique

Journée SITG, Genève 15 octobre 2013. Nicolas Lachance-Bernard M.ATDR Doctorant, Laboratoire de systèmes d information géographique Monitorint spatio-temporel intégré de la mobilité urbaine Monitoring spatio-temporel de l ADN urbain Une réponse aux défis, problèmes, enjeux et risques des milieux urbains Nicolas Lachance-Bernard M.ATDR

Plus en détail

Nanofluides et transfert de chaleur par convection naturelle

Nanofluides et transfert de chaleur par convection naturelle Journée Thématique SFT Paris, 15 mars 2012 «Intensification des transferts dans les échangeurs thermiques et multifonctionnels : Techniques, Outils d analyse et Optimisation» Nanofluides et transfert de

Plus en détail

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents?

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Maeve de France (Direction Technique, chef de projet métier SIG) Simon Le Grand (Direction Technique régionale IDF, service SIG/gestion patrimoniale)

Plus en détail

IPANEMA PATRIMEX @ IPANEMA ANCIENT MATERIALS RESEARCH PLATFORM. L. Bertrand, M. Thoury, S. Schöder IPANEMA USR3461 CNRS/MCC

IPANEMA PATRIMEX @ IPANEMA ANCIENT MATERIALS RESEARCH PLATFORM. L. Bertrand, M. Thoury, S. Schöder IPANEMA USR3461 CNRS/MCC IPANEMA ARCHAEOLOGY CONSERVATION SCIENCES PALAEONTOLOGY PALAEO-ENVIRONMENTS ANCIENT MATERIALS RESEARCH PLATFORM PATRIMEX @ IPANEMA L. Bertrand, M. Thoury, S. Schöder IPANEMA USR3461 CNRS/MCC Centre national

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux?

Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux? Étude d impact et Services Écosystémiques : Comment identifier et spatialiser les enjeux? Roel PLANT 1,2 ; Pierre-André PISSARD 1 1 UMR TETIS / Irstea Montpellier 2 Institute for Sustainable Futures /

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

GIS and satellite remote sensing for humanitarian operations support SIG et télédétection pour le support aux operations humanitaires

GIS and satellite remote sensing for humanitarian operations support SIG et télédétection pour le support aux operations humanitaires GIS and satellite remote sensing for humanitarian operations support SIG et télédétection pour le support aux operations humanitaires Stefan LANG 1, Andreas Papp 2, Petra FÜREDER 1 1 Department of Geoinformatics

Plus en détail

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Environnement Région de l Ontario Direction générale Canada de la protection de l environnement BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Programme des sites contaminés - Sites Fédéraux Ce bulletin fait partie d'une

Plus en détail

Application de l'analyse multifractale à l'estimation des crues extrêmes en Tunisie

Application de l'analyse multifractale à l'estimation des crues extrêmes en Tunisie Hydrology of die Mediterranean and Semiarid Regions (Proceedings of an inlernational symposium held at Montpellier.' April 2003). IAHS Publ. no. 278. 2003. 251 Application de l'analyse multifractale à

Plus en détail

AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France

AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France AOI ECCOREV 2011 Common databases for field sites dedicated to experimental studies on climate change in Southern France Ilja REITER IR CNRS, FR ECCOREV How do ecosystems respond to climate change species

Plus en détail

Modélisation d objets mobiles dans un entrepôt de données

Modélisation d objets mobiles dans un entrepôt de données Tao Wan, Karine Zeitouni Laboratoire PRISM, Université de Versailles 45, avenue des Etats-Unis, 78035 Versailles Cedex, France Tao.Wan@prism.uvsq.fr, Karine.Zeitouni@prism.uvsq.fr http://www.prism.uvsq.fr/users/karima/

Plus en détail

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation M.LOUYS, Traitement d images et problèmes inverses Master Astrophysique, Observatoire de Strasbourg, 2013 Propriétés générales d une image

Plus en détail

OBSERVATOIRE PARCOURS ASSURANCE COLLECTIVE

OBSERVATOIRE PARCOURS ASSURANCE COLLECTIVE OBSERVATOIRE PARCOURS ASSURANCE COLLECTIVE Synthèse Va g ue 1 Septembre 2015 Décembre 2013 Thomas LE GUERNIC Directeur de clientèle CRM Business Unit Thomas.leguernic@ifop.com Septembre 2015 Protocole

Plus en détail

RESERVOIR MONITORING A PARTIR D IMAGES SATELLITES APPLICATIONS POUR LES ACTIVITÉS AMONT DE SONATRACH EN ALGÉRIE

RESERVOIR MONITORING A PARTIR D IMAGES SATELLITES APPLICATIONS POUR LES ACTIVITÉS AMONT DE SONATRACH EN ALGÉRIE RESERVOIR MONITORING A PARTIR D IMAGES SATELLITES APPLICATIONS POUR LES ACTIVITÉS AMONT DE SONATRACH EN ALGÉRIE Johanna GRANDA (1), Alain ARNAUD (1) et Azzédine BOUDIAF (2) (1) ALTAMIRA INFORMATION S.L.,

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision.

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Matériaux 2014 Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Alain PROUST, Jean Claude LENAIN, Thierry FAURE -

Plus en détail

Modélisation d un réseau sociotechnique Application à la gestion de crise. Guillaume Philippe (UBS / CAMKA System) Christine Chauvin (UBS)

Modélisation d un réseau sociotechnique Application à la gestion de crise. Guillaume Philippe (UBS / CAMKA System) Christine Chauvin (UBS) Modélisation d un réseau sociotechnique Application à la gestion de crise Guillaume Philippe (UBS / CAMKA System) Christine Chauvin (UBS) 1 Sommaire I. La gestion de crise: quelles problématiques? II.

Plus en détail

Conservatoire National des Arts et Métiers, 75003 Paris-France. denis.fabre@cnam.fr

Conservatoire National des Arts et Métiers, 75003 Paris-France. denis.fabre@cnam.fr Gestion d un risque rocheux en zone urbanisée : le cas des Rochers du Néron près de Grenoble (Isère France) Management of rock fall hazard in an urban area: The Rochers du Néron, near Grenoble (French

Plus en détail

T. Gasc 1,2,3, F. De Vuyst 1, R. Motte 3, M. Peybernes 4, R. Poncet 5

T. Gasc 1,2,3, F. De Vuyst 1, R. Motte 3, M. Peybernes 4, R. Poncet 5 Modélisation de la performance et optimisation d un algorithme hydrodynamique de type Lagrange-Projection sur processeurs multi-cœurs T. Gasc 1,2,3, F. De Vuyst 1, R. Motte 3, M. Peybernes 4, R. Poncet

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

Technical Assistance for Sustainable National Greenhouse Gas Inventory Management Systems in West Africa (West Africa GHG Project)

Technical Assistance for Sustainable National Greenhouse Gas Inventory Management Systems in West Africa (West Africa GHG Project) Technical Assistance for Sustainable National Greenhouse Gas Inventory Management Systems in West Africa (West Africa GHG Project) Dr. Sabin Guendehou, Regional Project Coordinator Cluster Francophone

Plus en détail

Prestations de conseil en SRM (Storage Ressource Management)

Prestations de conseil en SRM (Storage Ressource Management) Prestations de conseil en SRM (Storage Ressource Management) Sommaire 1 BUTS DE LA PRESTATION 2 PRESENTATION DE LA PRESTATION 3 3 3 ETAPE 1 : ELEMENTS TECHNIQUES SUR LESQUELS S APPUIE LA PRESTATION DE

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 Plan de cours Cataldo Zuccaro, MBA, Ph.D. Département

Plus en détail

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration. Contacts : jean-martial.cohard@ujf-grenoble.fr AMA Fall Meeting 2013 Toulouse, 22-24 janvier Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Plus en détail

Gestion de la donnée au BRGM des grandes banques nationales aux simples résultats d'études. Journée BDD OSUC 15/01/2014

Gestion de la donnée au BRGM des grandes banques nationales aux simples résultats d'études. Journée BDD OSUC 15/01/2014 Gestion de la donnée au BRGM des grandes banques nationales aux simples résultats d'études Journée BDD OSUC 15/01/2014 Contexte de la présentation Gestion de banques de données de référence Expertise Conduite

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

FLORENCE DECLARATION RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDE DES COLLECTIONS DE PHOTOGRAPHIES ARGENTIQUES

FLORENCE DECLARATION RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDE DES COLLECTIONS DE PHOTOGRAPHIES ARGENTIQUES FLORENCE DECLARATION RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDE DES COLLECTIONS DE PHOTOGRAPHIES ARGENTIQUES Préambule La fonction principale des archives photographiques, comme de toute archive est de garantir

Plus en détail

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1

Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 La présentation d un article de recherche de type théorique 1 Article de recherche théorique et article de recherche empirique : particularités 1 Gilles Raîche, professeur Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177

Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177 Centre Sismologique Euro Méditerranéen Compte rendu d activité Convention MEDD N CV05000177 Edition Rédacteur Approbateur Emetteur Nom Gilles Mazet-Roux Stéphanie Godey Rémy Bossu Unité CSEM CSEM CSEM

Plus en détail

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 Laurent Jammes, Guillemette Picard Schlumberger Carbon Services Technique Académie des sciences Paris 19 Mai 2009 Plan de la présentation 2 La

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail