L observatoire de mouvements de terrain idéal : du rêve à la réalité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L observatoire de mouvements de terrain idéal : du rêve à la réalité"

Transcription

1 L observatoire de mouvements de terrain idéal : du rêve à la réalité M. Jaboyedoff, A. Abellán, M.-H Derron & C. Michoud Centre de recherche sur l'environnement terrestre, GEOPOLIS Faculté des géosciences et de l'environnement Université de Lausanne - CH-1015 Lausanne Switzerland ABSTRACT: Cette note tente de répondre à la question de savoir ce qu est un observatoire de mouvements de terrain idéal. Elle fait un tour d horizon rapide de ce que sont les outils et les problèmes liés à ce type d observatoire. Il en ressort que l une des réponses possibles est qu un observatoire idéal correspond à celui qui prédit le comportement spatiotemporel d un mouvement de terrain de façon pérenne. Avertissement: Ce papier n est pas une revue globale, mais doit être compris comme une opinion ; par conséquent, la bibliographie n est pas exhaustive. 1 INTRODUCTION Le terme observatoire, en ce qui concerne les mouvements de versant, est très récent. La définition du dictionnaire (Petit Robert, 2008) mentionne la météorologie, l astronomie et l économie. Les deux premiers domaines, en particulier la météorologie, sont intimement liés à la prédiction partant de l observation. L observatoire de mouvement de terrain idéal est difficile à définir, «idéal» pouvant être entendu de deux manières. L une dans un sens théorique, c est-à-dire parfait mais imaginaire pour le moment (qui relève du rêve), l autre qui se veut la meilleure réalisation pratiquement possible. Partant du premier point de vue, on propose d inspecter les problèmes liés à la mise en œuvre d une connaissance la plus fine possible des processus qui régissent la déformation d un versant (ce qui inclut aussi la propagation). Dès qu on touche à la réalité du terrain plusieurs problèmes se posent : les instruments doivent avoir une durée de vie relativement longue, les budgets doivent être suffisants pour traiter et interpréter les données et pour assurer la maintenance des instruments. La réalisation d un observatoire dépend aussi de ses objectifs : soit scientifiques, soit opérationnels, voire les deux. Il s avère qu en fait, l interprétation des données instrumentales est tout aussi importante ou plus importante que les données elles-mêmes. Par conséquent, on tente ici de montrer que le modèle conceptuel fait partie intégrante de l observatoire, ayant pour but d intégrer l ensemble des données. Les méthodes d interprétations sont peu codifiées, il faut donc développer des stratégies d interprétations. Les quelques lignes qui suivent tentent de décrire les principaux écueils et quelques éléments relatifs aux solutions envisageables pour faciliter l interprétation des données. 2 LES QUESTIONS AUXQUELLES ON SOUHAITE RÉPONDRE 2.1 Les problèmes Chaque mouvement de terrain est particulier par sa géométrie, ses matériaux (i.e. propriétés) et leur répartition spatiale, ses caractéristiques hydrogéologiques, etc. Ceci signifie qu il faut s adapter à chaque cas. Par contre, les lois de comportement des écoulements ou des déformations sont peu nombreuses et elles sont très similaires. Ce sont essentiellement les hétérogénéités du milieu qui génèrent les différences de comportement, telles que : des modifications des propriétés mécaniques très localement qui peuvent initier des ruptures par localisation de contraintes, etc. ; des cheminements préférentiels des eaux tant en surface qu en profondeur (Fig. 1) ; etc. 1/6

2 2.2 Les objectifs A priori, l objectif final est d être capable de prévoir le comportement des masses mobilisées dans son ensemble, en comprenant mieux et en élucidant les processus qui régissent les déformations, pour finalement développer la capacité de surveiller une masse menaçante pour les activités humaines. Figure 1. (a) Cracks ouverts en quelque jour sur le glissement du Pont Bourquin (Suisse) permettant un infiltration rapide des eaux superficielles dans le corps du glissement (voir Stumpf et al., 2013 pour une étude détaillée du rôle des cracks sur le glissement de Super-Sauze) (b) Exemple de chenaux souterrains dans des éboulis qui ont produits en juin 2013 d importantes laves torrentielles (Alberta). 2.3 L idéal : les plus petits éléments de volumes possibles L idéal serait de discrétiser le glissement de terrain en petits cubes qui intègrent les zones de cisaillement, d y ajouter les vides lorsqu ils apparaissent, puis d extraire de chacun de ces petits cubes la déformation en 3D, la masse volumique, le contenu en eau, la pression interstitielle et les contraintes en 3D (Fig. 2). Les cubes devant être les plus petits possibles, et pour chacun d eux on devrait être capable de déduire les lois de comportement mécaniques. Figure 2. Exemple synthétique de ce qui est souhaité pour la déformation mais aussi pour toutes les autres variables et paramètres utiles. 2.4 Quelques moyens à disposition Pour obtenir les caractéristiques de la masse déformée, de nombreuses méthodes sont à disposition (Fig. 3). A l exception des forages, elles sont non invasives. Il existe d abord toutes les mesures ponctuelles qui donnent une information sur les déformations et variables et propriétés locales (crack-mètre, extensomètre, piézomètre, mesure de saturation, etc.) (Mikkelsen et al, 1996 ; Safeland 4.1, 2012a ; Safeland 4.4, 2012b ; Safeland 4.5, 2012c ; Safeland 4.6, 2012d). A cela, on peut y ajouter des mesures de propriétés sur échantillons. Les mesures ponctuelles de déplacement en surface fournissent des données potentiellement absolues comme par exemple les stations totales (Keaton and DeGraff, 1996) et GPS (Gili et al., 2000 ; Safeland 4.4, 2012b). Les données de déformation des forages peuvent être fournies par des inclinomètres permanents ou non, permettant désormais de suivre les déformations en temps réel du forage et d ainsi détecter les déformations affectant la masse dans son ensemble ou plus localement (Lovisolo et Della Giusta, 2005). 2/6

3 Les données de surface peuvent être fournies par l interférométrie Radar, surtout avec son instrumentation terrestre (GB-InSAR) (Tarchi et al., 2003 ; Casagli et al., 2010 ; Crosta et al., 2012, in review), par la comparaison de topographie hautes résolutions Lidar (Jaboyedoff et al., 2012) ou photogrammétrique (Baldi et al., 2008). Ces données permettent de déduire des champs de vitesses à la surface des mouvements de versants Les méthodes indirectes qui donnent accès aux troisièmes dimensions et parfois à l évolution temporelle (4D) sont les méthodes géophysiques. Il s agit principalement les méthodes de résistivités électriques (Lebourg et al., 2005) et sismiques de réfraction (Jongmans et Garambois, 2007 ; Samyn et al., 2012). Le lecteur est renvoyé à la revue de Jongmans et Garambois (2007) pour une description détaillée des possibilités. Parmi les progrès récents les plus prometteurs, on trouve l écoute du bruit sismique qui est applicable tant dans le milieu rocheux que dans les matériaux meubles. Il est ainsi possible d observer la diminution des fréquences propres d une masse rocheuse instable (Levy et al., 2010) avant la rupture ou la décroissance de vitesses sismiques de surface avant un événement dans un glissement dans des marnes fortement remaniées (Mainsant et al., 2012). Ceci donne accès aux propriétés mécaniques des matériaux. Finalement n oublions pas la cartographie, qui permet de mettre en évidence les expressions des déformations en surface. Elle est absolument nécessaire afin de contextualiser les mesures. Figure 3. Illustration des différents types de méthodes d investigations appliquée dans les observatoires de mouvement de terrain (tiré de omiv.unistra.fr) 3 LES PROBLÈMES DE MISE EN ŒUVRE 3.1 Les problèmes pratiques La liste non-exhaustive des méthodes ci-dessus montre que de nombreuses possibilités sont offertes mais qu aucune ne donne une information complète. Par exemple, les méthodes géophysiques indirectes telles que les sections en résistivité intègrent deux types de propriétés de conductivité ; celles relatives au matériau et celles relatives au degré de saturation compte tenu de la porosité. Ainsi un même corps peut avoir des réponses très différentes si la zone est saturée ou non, ce qui montre qu une mesure n est pas univoque, et qu il faut la compléter pour l interpréter correctement. Il est souvent difficile de maintenir des instruments durant plusieurs années sans que ceux-ci ne soient détruits ou qu ils ne doivent être déplacés. Ceci pose le problème de la continuité des données. De plus, il est souvent nécessaire que les capteurs possèdent des positions bien définies, alors que les mouvements de la masse instable les modifient. Dans le cas de données ponctuelles, celles-ci doivent être interpolées afin de donner des champs continus de déplacements ou de déformations, mais souvent des discontinuités apparaissent et les interpolateurs ne sont en général pas prévus pour cela. L apport des acquisitions de surface pallie à une partie de ces problèmes, mais ceux-ci dépendent aussi de la visibilité (occlusion, végétation). Le GB-InSAR n a généralement pas une résolution spatiale fine (car souvent métrique), et fournit des données projetées dans l axe de la ligne de vue ; 3/6

4 il est donc nécessaire de les analyser en regards d autres données. Le Lidar terrestre n est pour le moment que rarement implémenter pour du suivi en temps réel, à l exception des mines. Les informations sur la troisième dimension sont directes dans le cas des forages mais ne représentent que des données linéaires. Les données indirectes géophysiques ont tendance à «lisser» les résultats, et leur interprétation repose sur des hypothèses de travail fortes. De plus, certaines actions sur site peuvent devenir invasives. Par exemple, le forage de piézomètres ou d inclinomètres peuvent modifier les circulations d eau. Notons aussi que des modifications de la topographie, même retreintes, peuvent modifier les écoulements de surface. 3.2 Les limitations de budget et de temps Souvent l implémentation d instruments se heurte à trois problèmes majeurs : (a) les budgets, facteur imposant souvent un choix difficile quant au matériel à installer, (b) le manque de temps ou de mains d œuvre pour installer correctement et assurer la maintenance des appareils souffrant généralement de conditions climatiques rudes, et (c) l accessibilité aux lieux où l on veut implémenter un instrument ou un forage à des coûts raisonnables. 4 QUE FAIRE? 4.1 Le constat En fait, il n y pas vraiment de solution pour maintenir et suivre à long terme complétement le comportement d une masse instable. Les modèles se sont améliorés avec le temps mais comment peut-on aller plus loin? Les efforts déployés dans les programmes de surveillances possèdent la plus part du temps des suivis permanents d ordre ponctuel à l exception de cas critiques qui sont suivis par GB-InSAR (Blikra 2008 ; Casagli et al., 2010 ; Crosta et al., en review). Les investigations indirectes en 2D, 3D ou 4D sont désormais un outils d analyse fréquent (par exemple : Lebourg et al., 2005 ; Jongmans et al., 2009 ; Samyn et al., 2012 ; Travelletti et Malet, 2012 ; Travelletti et al., 2012b). Mais ce sont généralement des études de courtes durées. En fait, tant les observatoires à vocations purement scientifiques, comme en partie l Observatoire Multidisciplinaire des Instabilités de Versants (OMIV), que ceux qui ont été implémentés à la base pour des problèmes de gestions de risques (OMIV ; Bikra, 2008 ; Froese et Moreno, 2011 ; Cloutier et al., 2012) ne répondent qu en partie aux problèmes posés, même si certains grâce au GB-InSAR possèdent un suivi permanent (Casagli et al., 2010 ; Crosta et al, 2012, en review ; Rouyet et al., 2013). De plus, l intégration complète des données dans un modèle complet manque encore, aucune solution ne tend vers la 4D de l évolution du mouvement de terrain de façon pérenne. Ceci est illustré par une enquête réalisée dans le cadre du projet Safeland : dans 87% des cas, les systèmes de surveillance signalent que les précipitations intenses sont les sources de déclenchements de mouvements catastrophiques, mais aucun de ces systèmes n intègrent cette variable dans leurs seuils d alerte (Michoud et al., in review). Cet exemple souligne le manque récurrent d intégration des toutes les données à disposition lors d une surveillance opérationnelle. Par conséquent, il faut y intégrer quelque chose de plus : le modèle conceptuel. Les grands projets de surveillance, tel que celui de Turtle Mountain (Froese et Moreno, 2011), ont été riches d enseignement, mais font face à de nouveau défis. En effet, aucune situation de crise ne s étant présentée depuis 10 ans, les technologies de communication et de suivi facilement accessibles changeant rapidement, le mode surveillance change et au lieu de maintenir un système d alerte, on peut redescendre à un niveau du monitoring régulier, réduisant les coûts et étant plus réaliste en terme de gestion (Froese, 2013). Ceci notamment parce que les technologies actuelles permettent un déploiement rapide d instruments (GB-InSAR, GPS, communication avec des instruments sur site tel qu extensomètres, etc ). 4.2 Modèle conceptuel Quelle que soit l importance de l instrumentation, il est nécessaire de dégager un modèle spatial de la masse instable afin de confronter les mesures à ce modèle. Le modèle conceptuel permet d intégrer l ensemble des données et par conséquent de tenter de prévoir là où les déformations peuvent devenir critiques. 4/6

5 Cet objectif doit être poursuivi à n importe quel moment de l investigation et indépendamment du degré de détail. Il est en premier lieu basé sur la première source d information, soit la cartographie qui intègre les observations de déformation en surface, les fissures et les circulations d eau (Stumpf et al., 2013). De plus, il doit être évolutif, en tenant compte constamment des nouvelles données acquises lors du monitoring. En effet, les nouvelles techniques d observation de surfaces (GB-InSAR, LiDAR photo-interprétation) permettent d améliorer grandement les modèles conceptuels. Lorsque les données de surface peuvent être couplées avec des données inclinométriques de forage et de la tomographie, les modèles s améliorent. Enfin, un tel modèle apporte des informations précieuses pour implémenter des nouveaux instruments. L efficacité du principe d un modèle conceptuel a été démontrée par le fait qu un modèle de déformation a pu être proposé dès 1994 sur la base des données géodésiques et structurales pour la partie instable de la niche ayant été laissée par l éboulement de Randa (Suisse) datant de 1991 (Jaboyedoff et al. 2004). Ce modèle conceptuel a été confirmé par des mesures de GB-InSAR, de nouveaux relevés de terrain et des modélisations (Gischig et al., 2009). 5 CONCLUSION ET IMPLICATIONS POUR LA GESTION DES RISQUES ET LA RECHERCHES L unicité de chaque mouvement de terrain nécessite l apport d un modèle conceptuel afin de prédire les déformations spatialement quel que soit le niveau de connaissance. Ceci est une base pour la prévision et on peut en conclure que l objectif d un observatoire est de développer des connaissances de façon à être capable de prédire le comportement spatio-temporel de la déformation ou/et d un possible mouvement catastrophique ou/et d en proposer plusieurs scénarios. Ceci est l objectif final des recherches. La prévision de scénarios est souvent tentée pour la propagation de mouvements catastrophiques (avalanches rocheuses, laves torrentielles, etc.), mais peu encore pour le comportement d un mouvement de terrain. Des méthodes de prédiction sont en développement associé à une surveillance géophysique (Sornette et al., 2004 ; Amitrano et al., 2005 ; Lévy et al., 2010 ; Mainsant et al., 2012). D autres tentatives existent aussi en matière de prédiction de mouvement en se basant sur les précipitations ou le niveau piézométrique en créant une fonction de réponse du glissement de terrain (Belle et al., 2013 ; Abellán et al., 2014). Mais jusqu à présent, l aspect qui consiste à associer la prédiction temporelle à un scénario spatial manque encore. L observatoire idéal est donc celui qui résout le problème de la prédiction spatio-temporelle de façon pérenne quels qu en soient les moyens, en particulier l évolution des systèmes des circulations d eau. Il serait donc intéressant de réaliser un «benchmarking» de la prédiction sur un certain nombre de sites. Rappelons que nous n avons jamais touché de nos doigts et observé directement un atome, mais le concept est antérieur aux images indirectes que nous en avons ; le même principe doit s appliquer dans la prévision des mouvements de versant. 6 RÉFÉRENCES Abellán, A. Michoud, C., Jaboyedoff, M., Baillifard, F., Demierre, J., Carrea, D. and M.H. Derron (2014). Predicting rates of dis - placement in continuously-moving mass movements. Application of a rainfall to displacements mobile transfer function. International Association Engineering Geology Conference, 2014 Sept, Torino (Italy). Amitrano, D, Grasso, JR, and G Senfaute, 2005, Seismic precursory pattern before a cliff collapse and critical point phenomena, Geophys. Res. Lettrs: 32, L08314, doi: /2004GL Baldi, P., Cenni, N., Fabris, M., & Zanutta, A Kinematics of a landslide derived from archival photogrammetry and GPS data. Geomorphology, 102(3), Belle, P., Aunay, B., Bernardie, S., Grandjean, G., Ladouche, B., Mazué, R., Join, J. L. (2013). The application of an innovative inverse model for understanding and predicting landslide movements (Salazie cirque landslides, Reunion Island). Landslides, Blikra, L. H The Aknes rockslide; monitoring, threshold values and early-warning,. In: Xi an, China, edited by: Chen, Z., Zhang, J., Li, Z., Wu, F., and Ho, K (rds), Landslides and Engineered Slopes. From the Past to the Future. Proceedings of the 10 th International Symposium on Landslides and Engineered Slopes, 30 June 4 July 2008, Taylor & Francis Group, London, 2, Casagli, N., Catani, F., Del Ventisette, C., and Luzi, G.: Monitoring,prediction, and early warning using ground-based radar interferometry, Landslides, doi: /s y, 7: Cloutier C., Locat J., Lord P-E., Couture R., Jaboyedoff M. (2012): Kinematic considerations of the Gascons rockslide, Québec (Gaspésie), Canada. In Eberhardt E. et al. (Eds): Landslides and Engineered Slopes. Protecting Society through Improved Understanding. Proceedings of the 11th International and 2nd North American Symposium on Landslides (Banff, Canada, 3-8 June 2012) CRC press, /6

6 Crosta G.B., Cancelli P., Tamburini A., Alberto W., Broccolato M., Castellanza R., Frattini P., Agliardi F., Rivolta C., and Leva D Chasing a complete understanding of a rapid moving rock slide: the La Saxe landslide. EGU General Assembly 2012, Geophysical Research Abstracts, Vol. 14, EGU Crosta, G.B., di Prisco, C., Frigerio, G., Frattini, G., Castellanza, R., Agliardi, F. (in review). Chasing a complete understanding of the triggering mechanisms of a large rapidly evolving rockslide. Landslides. Froese C.R. & Moreno F Structure and components for the emergency response and warning system on Turtle Mountain, Alberta, Canada. Nat Hazards, /s y. Froese, C.: Lessons Learned from 10 Years of Early Warning at Turtle Mountain, Alberta, 580 Canada, in: Proceedings of the 1st International Workshop on Warning Criteria for Active 581 Slides, Courmayeur, Italy, June 2013, Gili, J. A., Corominas, J., and Rius, J., Using global positioning system techniques in landslide monitoring. Engineering Geoogy, 55, Gischig, V., Loew, S., Kos, A., Moore, J. R., Raetzo, H., and Lemy, F Identification of active release planes using groundbased differential InSAR at the Randa rock slope instability, Switzerland, Nat. Hazards Earth Syst. Sci., 9, Jaboyedoff, M., Oppikofer, T., Abellán, A., Derron, M.-H., Loye, A., Metzger, R., Pedrazzini, A. (2012): Use of LIDAR in landslide investigations: a review. Natural Hazards, 61:5 28, DOI /s Jaboyedoff, M., Ornstein P. and Rouiller J.-D. (2004): Note on the design of a geodetic database and associated tools for monitoring slope movements: The example of Randa rockfall scar. Nat. Hazards Earth Syst. Sci., 4: Jongmans D, Garambois S Geophysical investigation of landslides: a review. Bulletin de la Société Géologique de France 2: Jongmans D., Bièvre G., Schwartz S., Renalier F., Beaurez N. and Orengo Y., 2009, Geophysical investigation of a large landslide in glaciolacustrine clays in the Trièves area (French Alps), Engineering geology, 109: Keaton J.R. and DeGraff, J.V. (1996) Surface observation and geologic mapping. In: Turner AK, Schuster RL (eds) Landslide types and process, National Research Council, National Academy Press, Special Report 247: Lebourg T., Binet S., Tric E., Jomard H., and El Bedoui S. (2006) Geophysical survey to estimate the 3D sliding surface and the 4D evolution of the water pressure on part of a Deep Seated Landslide. Terra Nova 17: Lévy, C., L. Baillet, D. Jongmans, P. Mourot, and D. Hantz (2010), Dynamic response of the Chamousset rock column (Western Alps, France), J. Geophys. Res., 115, F04043, doi: /2009jf Lovisolo M. & Della Giusta A Precision of D.M.S. columns from real time in-place measurements and improvement in micro-movements analysis with early warning function. In Brebbia C.A. & Carlomagno G.M. : 12 th international conference on computational methods and experimental measuments WIT Press. Mainsant G., Larose E., Brönnimann C., Jongmans D., Michoud C. and Jaboyedoff M Ambient seismic noise monitoring of a clay landslide : toward failure prediction, J. Geophys. Res., 117: F Michoud C., Bazin S. Blikra L.H., Derro n M.-H. and Jaboyedoff M. (In review). Technical Note: Experiences from Site-Specific Landslide Early Warning Systems, Nat. Hazards Earth Syst. Sci. Mikkelsen P.E., Field Instrumentation, Landslides Investigation and Mitigation, edited by Turner A.K., Schuster R.L. (eds.) Landslide types and process TRB Special Report 247, National Academy Press, Washington DC, 1996, p Rouyet L., Kristensen L., Derron M.-H., Michoud C., Blikra L. H., Jaboyedoff M Integration of GB-InSAR, laser scanning and in situ monitoring on the rockslope instability of Mannen/Børa (western Norway). EGU General Assembly 2013, Geophysical Research Abstracts, Vol. 15, EGU Safeland a. Deliverable 4.1: Review of Techniques for Landslide Detection, Fast Characterization, Rapid Mapping and Long-Term Monitoring. Accessible à: Safeland b. Deliverable 4.4: Guidelines for the selection of appropriate remote sensing technologies for monitoring different types of landslides. Accessible à: Safeland Deliverable 4.5: Evaluation report on innovative monitoring and remote sensing methods and future technology. Accessible à: Safeland Deliverable 4.6: REPORT ON EVALUATION OF MASS MOVEMENT INDICATORS. Accessible à: Samyn, K.; Travelletti, J.; Bitri, A. Grandjean G. J.-P. Malet Characterization of a landslide geometry using 3D seismic refraction traveltime tomography: The La Valette landslide case history. Journal of Applied Geophysics 86: Sornette D., A. Helmstetter, J.V. Andersen, S. Gluzman, JR Grasso and V.F. Pisarenko, 2004, Towards Landslide Predictions: Two Case Studies. Physica A 338: Stumpf, A., Malet, J.P., Kerle, N., Niethammer, U. and Rothmund, S. (2013) Image - based mapping of surface fissures for the investigation of landslide dynamics. Geomorphology, 186: Tarchi, D., Casagli, N., Fanti, R., Leva, D., Luzi, G., Pasuto, A., Pieraccini, M., and Silvano, S., Landside monitoring by us - ing ground-based SAR interferometry: an example of applica- tion to the Tessina landslide in Italy. Engineering Geology, 68: Travelletti, J.& Malet, J-P Characterization of the 3D geometry of flow-like landslides: A methodology based on the integration of heterogeneous multi-source data. Engineering Geology 128: Travelletti J, Delacourt C, Allemand P., Malet J-P, Schmittbuhl J., Toussaint R. Bastard M. 2012a. Correlation of multi-temporal ground-based optical images for landslide monitoring: Application, potential and limitations. ISPRS Journal of Photogrammetry and Remote Sensing, 70 : Travelletti, J., Sailhac, P., Malet, J.-P., Grandjean, G., Ponton, J. 2012b. Hydrological response of weathered clay-shale slopes: water infiltration monitoring with time-lapse electrical resistivity tomography. Hydrological Processes, doi: /hyp.7983: /6

An integrated analysis of surface velocities induced by rainfall in the Séchilienne landslide (Western Alps, France)

An integrated analysis of surface velocities induced by rainfall in the Séchilienne landslide (Western Alps, France) An integrated analysis of surface velocities induced by rainfall in the Séchilienne landslide (Western Alps, France) S. Bernardie, M.-A. Chanut, A. Abellan-Fernandez, A. Vallet, C. Levy, N. Desramaut,

Plus en détail

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

Rapport de synthèse. Auteurs : E. Larose, G. Mainsant, D. Jongmans, L. Baillet ISTErre, CNRS, Université de Grenoble, France

Rapport de synthèse. Auteurs : E. Larose, G. Mainsant, D. Jongmans, L. Baillet ISTErre, CNRS, Université de Grenoble, France Rapport de synthèse Variation de la vitesse des ondes S avant le déclenchement d un glissement-coulée (Pont Bourquin Suisse) Programme 2010 du Pole Alpin d étude et de Recherche pour la prévention des

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE

ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE ANALYSE CINEMATIQUE ACTUELLE DES RUINES DE SECHILIENNE KINEMATIC ANALYSIS OF THE «RUINES DE SECHILIENNE» Marie-Aurélie CHANUT 1, Johan KASPERSKI 2, Grégory BIEVRE 1, Jean-Paul DURANTHON 1 1 CETE de Lyon

Plus en détail

La surveillance multi-technique des déformations de surface pour l Observatoire OMIV

La surveillance multi-technique des déformations de surface pour l Observatoire OMIV http://omiv.unistra.fr La surveillance multi-technique des déformations de surface pour l Observatoire OMIV J.-P. Malet, P. Ulrich, F. Masson, A. Déprez, A. Stumpf, A. Mathieu T. Lebourg, M. Vidal G. Bièvre,

Plus en détail

Etude des processus d instabilité des falaises et versants rocheux par prospection géophysique

Etude des processus d instabilité des falaises et versants rocheux par prospection géophysique Etude des processus d instabilité des falaises et versants rocheux par prospection géophysique 1. Présentation du Projet 1.1 Description Etat des connaissances L évaluation de la stabilité d une falaise

Plus en détail

ETUDE D UN GLISSEMENT DE TERRAIN PAR DES METHODES DE PROSPECTION GEOPHYSIQUE

ETUDE D UN GLISSEMENT DE TERRAIN PAR DES METHODES DE PROSPECTION GEOPHYSIQUE ETUDE D UN GLISSEMENT DE TERRAIN PAR DES METHODES DE PROSPECTION GEOPHYSIQUE INVESTIGATION OF A LANDSLIDE USING GEOPHYSICAL TECHNIQUES Mathieu FEREGOTTO 1, Grégory BIEVRE 2, Stéphane GARAMBOIS 3, Jérôme

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

20. Caractérisation, suivi et assainissement des instabilités rocheuses à la carrière d Arvel *

20. Caractérisation, suivi et assainissement des instabilités rocheuses à la carrière d Arvel * Mém. Soc. vaud. Sc. nat. 25: 243-261 ISSN 0037-9611 20. Caractérisation, suivi et assainissement des instabilités rocheuses à la carrière d Arvel * par Renaud CHANTRY 1, Andrea PEDRAZZINI 2, Michel JABOYEDOFF

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition)

NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition) NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition) PUBLICATION MANUAL OF THE AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION, SIXTH EDITION. (2009). Lorsque vous tapez un texte, utilisez

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU

CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU CONCEVOIR UNE INSTALLATION D ANC SUR UN TERRAIN SATURE EN EAU Franck WANERT Expert Judicaire docteur en géologie Un sol se sature en passant d un état tri-phasique à un état bi-phasique C est-à-dire qu

Plus en détail

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE L ANALYSE DU RISQUE DE FAILLITE PAR LE BIAIS DES SYSTÈMES DE L INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Paul Pașcu, Assist Prof, PhD, Ștefan cel Mare University of Suceava Abstract: This article aims to present a number

Plus en détail

Gestion de la fonctionnalité postsismique des bâtiments à Montréal

Gestion de la fonctionnalité postsismique des bâtiments à Montréal Gestion de la fonctionnalité postsismique des bâtiments à Montréal Montréal 31 octobre 2013 Ghyslaine McClure, ing., Ph.D. Professeure agrégée Génie civil et mécanique appliquée ghyslaine.mcclure@mcgill.ca

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe LES EFFETS DE SITE TOPOGRAPHIQUES Amplification des secousses provoquée

Plus en détail

Enseignant responsable / Intervenant(s) Introduction to data analysis with MATLAB G. Simpson Automne 3j CE Pratique (Rapport) 1

Enseignant responsable / Intervenant(s) Introduction to data analysis with MATLAB G. Simpson Automne 3j CE Pratique (Rapport) 1 Orientation Risques Géologiques / Orientation Geological Risks RGEOL Coordinateurs : Costanza Bonadonna Les processus géologiques tels que les glissements de terrain, tremblements de terre et les éruptions

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Potentiel of muti-source data for forest variable retrieval

Potentiel of muti-source data for forest variable retrieval FORESEE Workshop - Forestry applications of remote sensing technologies 8-10 October 2014 - INRA Champenoux - France Potentiel of muti-source data for forest variable retrieval N. Chehata (1), D. Guyon(2)

Plus en détail

15 ans de recherche à la Vallée de la Sionne

15 ans de recherche à la Vallée de la Sionne Journée «dangers naturels» à Sion 21 novembre 2012 15 ans de recherche à la Vallée de la Sionne Betty Sovilla / François Dufour WSL- Institut pour l Etude de la Neige et des Avalanches SLF 1 La vue d ensemble

Plus en détail

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Etienne ARNOULT Abdelhamid TOUACHE Pascal LARDEUR Université de Technologie de Compiègne Laboratoire Roberval BP 20 529 60

Plus en détail

28. Corrélation multi-dates de données de scanner laser terrestre pour la caractérisation de la cinématique de glissements de terrain

28. Corrélation multi-dates de données de scanner laser terrestre pour la caractérisation de la cinématique de glissements de terrain Mém. Soc. vaud. Sc. nat. 25: 341-352. ISSN 0037-9611 28. Corrélation multi-dates de données de scanner laser terrestre pour la caractérisation de la cinématique de glissements de terrain par Julien TRAVELLETTI

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Journées Aléa Gravitaire 2013

Journées Aléa Gravitaire 2013 Journées Aléa Gravitaire 2013 L analyse statistique de données appliquée à la surveillance multi-paramètres de versants instables E. Klein & A. Durenne INERIS, Campus ARTEM, CS 14234, Nancy Cedex, France

Plus en détail

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL

LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL LCPC Instrumentation et Mesures sur Chantier CFMSG - 18 Septembre 2002 LES FIBRES OPTIQUES : UN NOUVEL OUTIL POUR LE GENIE CIVIL JM. Caussignac Le Risque et le Génie Civil - F.O.-ENPC 3/02/00 1 Sommaire

Plus en détail

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations

Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Prise en compte des cavités naturelles ou anthropiques pour le dimensionnement des fondations (ANTEA - Thierry PIRRION) 1 Sommaire 1.

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

Prospections géophysiques adaptées au socle

Prospections géophysiques adaptées au socle Prospections géophysiques adaptées au socle Viviane BORNE Sommaire 1 - La prospection électromagnétique VLF 2 - La tomographie électrique 3 - Les nouvelles prospections à mettre en oeuvre 2 Prospection

Plus en détail

De la recherche à l application

De la recherche à l application Les défis de gestion et de développement d infrastructures de transport en milieu nordique De la recherche à l application Symposium international sur le développement nordique 2015 Atelier H - Infrastructures

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre

Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Maquette pédagogique 2012-2013 spécialité Sciences de la Terre Sciences de la Terre Premier semestre du cycle d ingénieur (S5) Il commence par la période d intégration que suivent tous les élèves de Polytech

Plus en détail

6.1 Méthode des champs de potentiel

6.1 Méthode des champs de potentiel Chapitre 6 Évitement d obstacles L évitement d obstacles est un comportement de base présent dans quasiment tous les robots mobiles. Il est indispensable pour permettre au robot de fonctionner dans un

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain

Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Flood risk assessment in the Hydrographic Ebro Basin. Spain Évaluation du Risque d Inondation dans la Démarcation Hydrographique de Congrès SHF, Evénements extrêmes fluviaux et maritimes, Paris, 1-2 février

Plus en détail

Applications of Earth Observation for Disaster Risk Management

Applications of Earth Observation for Disaster Risk Management Satellite Earth Observation & Disaster Risks Applications of Earth Observation for Disaster Risk Management Hicham EZZINE, Regional Centre for Disaster Risk Reduction Data Info. INRODUCTION INRODUCTION

Plus en détail

OPENSTREETMAP COMME SUJET DE

OPENSTREETMAP COMME SUJET DE OPENSTREETMAP COMME SUJET DE RECHERCHE À L'IGN ET AILLEURS Guillaume Touya COGIT IGN France Journée technique : Cartographie libre et citoyenne PLAN DE LA PRÉSENTATION La qualité des données OSM Etude

Plus en détail

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33)

Tempête XYNTHIA du 28 février 2010. Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) Tempête XYNTHIA du 28 février 2010 Diagnostic des désordres sur les ouvrages en CHARENTE MARITIME (17) et GIRONDE (33) CETE du Sud-Ouest Page 1/23 PLAN de l EXPOSE 1 - La localisation des dégâts à l aide

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261 El 4 e édition DUNOD TABLE DES MATIÈRES Avant-propos VII Chapitre 1. Notions de base 1 1.1 La notion d'échelle : échelle spatiale et échelle temporelle 2 1.2 La

Plus en détail

Caractérisation de la structure forestière. par TLS

Caractérisation de la structure forestière. par TLS Caractérisation de la structure forestière Module FTH 2013 par TLS Jean-Baptiste Deffontaines, Alexandra Gillespie, Cannelle Phillips Encadrants: G. Vincent et D. Sabatier Contenu Introduction et objectifs

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables

Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables Approche hybride De la correction des erreurs à la sélection de variables G.M. Saulnier 1, W. Castaing 2 1 Laboratoire EDYTEM (UMR 5204, CNRS, Université de Savoie) 2 TENEVIA (http://www.tenevia.com) Projet

Plus en détail

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain

Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain CoTITA Méditerranée Journée du 17 novembre 2011 Conférences sur les risques Plan de Prévention des Risques Méthode d élaboration de la carte de qualification de l aléa mouvement de terrain Laboratoire

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

une SOluTION basée SuR un modèle POuR PRévOIR le TRaFIc en TemPS Réel

une SOluTION basée SuR un modèle POuR PRévOIR le TRaFIc en TemPS Réel Comment anticiper le temps réel? Une solution basée sur un modèle pour prévoir le trafic en temps réel PTV Optima est la clé pour une gestion du trafic réussie. Cette solution basée sur un modèle propose

Plus en détail

1 La visualisation des logs au CNES

1 La visualisation des logs au CNES 1 La visualisation des logs au CNES 1.1 Historique Depuis près de 2 ans maintenant, le CNES a mis en place une «cellule d analyse de logs». Son rôle est multiple : Cette cellule est chargée d analyser

Plus en détail

Travelletti J. 1, Malet J.-P. 1, Grandjean G. 2, Hibert C. 2

Travelletti J. 1, Malet J.-P. 1, Grandjean G. 2, Hibert C. 2 Intégration de données géomorphologiques, géotechniques et géophysiques pour la construction d un modèle morpho-structural 3D du glissement-coulée de La Valette Travelletti J. 1, Malet J.-P. 1, Grandjean

Plus en détail

Un processus se décline par un ensemble d activités liées les unes aux autres selon une méthodologie décrivant leur cadre et leur mode opératoire.

Un processus se décline par un ensemble d activités liées les unes aux autres selon une méthodologie décrivant leur cadre et leur mode opératoire. ARTICLE STATISTIQUE N 2 LES INDICATEURS Un processus se décline par un ensemble d activités liées les unes aux autres selon une méthodologie décrivant leur cadre et leur mode opératoire. Ainsi l on distingue

Plus en détail

revue de littérature - corpus comparables

revue de littérature - corpus comparables revue de littérature - corpus comparables Julie Roy April 23, 2015 Université de Montréal Introduction Matière première MT : corpus parallèles. Intérêt des corpus comparables : corpus parallèles et dictionnaires

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch GEothermie 2020 La géothermie c est quoi? Plus de 99% du volume terrestre présente une température de plus de

Plus en détail

Plan de la partie sismicité

Plan de la partie sismicité Plan de la partie sismicité 1/ Sismicité naturelle et sismicité induite 2/ Observation de la sismicité induite 3/ Sismicité induite lors des stimulations - hydrauliques - chimiques 4/ Sismicité en condition

Plus en détail

LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES

LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES LES COLLISIONS FRONTALES ENTRE VÉHICULES Quel est le rôle de la masse dans un choc frontal entre deux véhicules? Quel est le rôle de la vitesse? Quelle est la force délivrée par chacun des deux véhicules?

Plus en détail

Impacts des parcs éoliens sur les services de radiocommunication Président du sous-comité CCTR No 18 d Industrie Canada

Impacts des parcs éoliens sur les services de radiocommunication Président du sous-comité CCTR No 18 d Industrie Canada Impacts des parcs éoliens sur les services de radiocommunication Président du sous-comité CCTR No 18 d Industrie Canada Préparé par: François O. Gauthier, ing. Martin Levert, ing. M.Sc. Ian Munro, P. Eng.

Plus en détail

Vulnérabilités et protection des eaux souterraines

Vulnérabilités et protection des eaux souterraines Vulnérabilités et protection A. Dassargues Prof. ULg 14/10/2005 Vulnérabilités et protection des eaux souterraines Introduction / Importance des enjeux Eaux souterraines en Wallonie, avantages/désavantages

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales

Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Extraction d informations stratégiques par Analyse en Composantes Principales Bernard DOUSSET IRIT/ SIG, Université Paul Sabatier, 118 route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 04 dousset@irit.fr 1 Introduction

Plus en détail

PLANON SPACE & WORKPLACE MANAGEMENT. Pour une nouvelle optimisation stratégique des espaces de travail

PLANON SPACE & WORKPLACE MANAGEMENT. Pour une nouvelle optimisation stratégique des espaces de travail PLANON SPACE & WORKPLACE MANAGEMENT Pour une nouvelle optimisation stratégique des espaces de travail Planon Space & Workplace Management inclut notamment : Gestion multidirectionnelle de l environnement

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface Université de Paris Sud - Bât 504 & 509 91405 ORSAY Cedex, France Prospection géophysique sur le site potentiel d'un C.E.T. Imagerie

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins 1 DÉPLOIEMENT D UN ERP Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins LA CONDUITE D UN PROJET ERP La conduite d un projet d ERP est différente

Plus en détail

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1

Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux. Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Modélisation stochastique des données à partir d essais sur matériaux Pr. Denys Breysse Université Bordeaux 1 Hasard cause fictive de ce qui arrive sans raison apparente ou explicable (Petit Robert). Ce

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Scanners laser terrestres (laser scanning), successeur de la photogrammétrie terrestre

Scanners laser terrestres (laser scanning), successeur de la photogrammétrie terrestre Scanners laser terrestres (laser scanning), successeur de la photogrammétrie terrestre Olivier Feihl Directeur d Archéotech SA Partenaire scientifique agréé C2RMF (Centre de recherche et restauration des

Plus en détail

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Ce document et proposé aux particuliers par le Conseil Général de la Manche afin de les guider dans la réalisation

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Imagerie interférométrique avec des données bruitées

Imagerie interférométrique avec des données bruitées Imagerie interférométrique avec des données bruitées Josselin Garnier (Université Paris Diderot) But de l imagerie : sonder un milieu inconnu avec des ondes pour en extraire de l information. Une méthode

Plus en détail

Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique

Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique SimHydro 2010, Day 2, Session 2: Complementarity of physical and mathmatical models Complémentarité de la modélisation physique et numérique à l exemple d un aménagement hydroélectrique Complementarity

Plus en détail

Livre blanc. Cartographie de débit de dose. Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation?

Livre blanc. Cartographie de débit de dose. Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Livre blanc Cartographie de débit de dose Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Cartographie de débit de dose Utilisez-vous la bonne méthode d interpolation? Mettez en œuvre la méthode d interpolation

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Traitement et analyse de données multi-temporelles TerraSAR-X appliqués la prévention des chutes de séracs.

Traitement et analyse de données multi-temporelles TerraSAR-X appliqués la prévention des chutes de séracs. Traitement et analyse de données multi-temporelles TerraSAR-X appliqués la prévention des chutes de séracs. Michel Gay 1 Xuan Vu Phan 1 3 1 Grenoble Image Parole Signal et Automatique (GIPSA-lab) GlaRiskAlp

Plus en détail