Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique!"

Transcription

1 Imagerie médicale Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique!

2 Deux possibilités Faisceau sortant Faisceau entrant Différence = absorption On mesure ce qui est émis de la boite : Interaction avec quelque chose d extérieur On fixe qqchose qui émet sur l'élément a imager dans la boite

3 PLAN > La radiographie et le scanner reposent sur l utilisation des rayons X. > L échographie exploite la propagation des ultrasons. > L imagerie par résonance magnétique (IRM) utilisent la résonance magnétique nucléaire. > La scintigraphie et la tomographie par émission de positions (TEP) se fondent sur les propriétés radioactives de molécules

4 L'imagerie médicale conventionnelle (anatomique ou structurale ): la radiologie X, le scanner, l échographie, l'imagerie par Résonance Magnétique Informations : STRUCTURE (leurs formes, leurs limites, et dans certains cas leur contenu) L'imagerie fonctionnelle Informations : FONCTION des organes, des tissus ou des cellules : leur METABOLISME. la scintigraphie, le PETSCAN, et certaines études d'irm, dite IRM fonctionnelle.

5 Le scanner La radiographie X

6 Wilhelm Röntgen Histoire Radiographie des poumons par le docteur Béclère. La découverte des rayons X le premier Prix Nobel de physique en 1901 Image : Institut Curie. Marie Curie au volant d'une «petite Curie». Image : ACJC

7 Principe général

8 Les rayons X Les longueurs d'onde sont très petites (10-10m) ce qui permet le passage du rayonnement à travers la matière, alors qu'un rayonnement de plus grande longueur d'onde se trouve réfléchi par la surface du matériau étudié. Onde : caractéristique temporelle : fréquence Caractéristique spatiale : longueur d'onde ondes électromagnétiques (de même nature que les ondes de lumière mais plus énergétiques).

9 Production des rayons X Saut énergétique précis => pics noyau Freinage => fond continu Faisceau poly énergétique

10 Tube à rayons X Filtration pour obtenir un faisceau avec une seule énergie : monochromatique

11 Les rayons X dans la matière Effet Compton Effet photo électrique Le retour à un état stable s opère grâce à un réarrangement électronique. Plus de photon X. Ce phénomène es responsable d un voile sur le film qui diminue le contraste, et responsable de l exposition des personnes intervenant auprès du patient lors du passage du rayonnement. Diffusion cohérente (5 % des interactions) simple déviation du photon, sans changement de longueur d onde (donc sans changement d énergie)

12 Probabilité d'interaction La probabilité d apparition des différentes interactions est liée: - à l énergie des photons X - à l énergie de liaison des électrons (qui dépend elle-même du Z du matériau) Plus l énergie du photon est grande par rapport à l énergie de liaison des électrons des couches internes (donc par rapport au Z), plus il y aura d effet Compton (donc moins le cliché sera contrasté) Dans le corps humain, le Z le plus grand est celui de l os. Plus l énergie des photons sera basse, meilleur sera le contraste (plus d effet photo-électrique) - Toutes les courbes diminuent quand l énergie augmente. - Les photons de 90 kev donnent autant d effet Compton dans l os que dans les parties molles, mais ne donnent aucun effet photo-électrique. - Les photons de 60 kev donnent beaucoup d effet Compton dans les parties molles, aucun effet photo-électrique dans les parties molles, mais plus dans l os (l énergie des photons s approche plus de énergie liaison électrons du calcium) - Les photons de 40 kev (de 55 à 80 kvp) donnent autant d effet photoélectrique que d effet Compton dans l os, alors que dans les parties molles l effet Compton est très prédominant. - Les photons inférieurs à 20 kev donnent plus d effet photo-électrique dans l os et dans les parties molles (utilisation en mammographie pour obtenir un bon contraste)

13 Absorption des rayons X Les RX ont la propriété d être absorbés par les substances solides. Ils ont la propriété d'être atténués par toutes sortes de substances, y compris les liquides et les gaz. Ils peuvent traverser le corps humain, où ils seront plus ou moins atténués suivant la densité électronique des structures traversées. L'intensité I(x) du rayonnement décroît exponentiellement en fonction de l'épaisseur x de matière traversée : I(x)= I0 exp-mx où m est le coefficient d'atténuation linéaire Le coefficient d'atténuation m croît en fonction du numéro atomique Z des atomes du matériau, et décroît en fonction de l'énergie des photons X. Le coefficient d'atténuation m dépend de la composition chimique des tissus traversés

14 Absorption par les matériaux Godfrey Newbold Hounsfield Échelle de Hounsfield

15 RX kev: Rayons X mous Prédominance de l effet photoélectrique zone de la plus grande différence entre les µ des différents tissus essentiellement du fait de la différence de Z mais aussi de densité volumique ρ Bonne discrimination des tissus mous mais les os sont complètement opaques. L'intensité reçue par le récepteur est faible, ce qui nécessite d'augmenter le temps de pose, et la dose absorbée par le patient est plus élevée puisque µ croît quand U diminue. Utilisation : mammographie, radiographie de petits os (doigt, poignet), recherche de Corps étrangers. RX kev: Rayons X plus pénétrants Effets photoélectrique et Compton à peu près équivalents. Le contraste repose sur les différences de Z et de ρ Utilisation : radiographie des os volumineux (épaule, rachis, bassin). Effet Compton dominant Ce type de rayon écrase le contraste (les µ se rapprochent) mais permet par exemple de ne pas cacher complètement les poumons en regard du cœur, des côtes ou du rachis.

16 Produits de contraste Pour opacifier des cavités ou rendre apparents les vaisseaux sanguins, on a recours à des produits de contraste. Ceux-ci utilise des éléments à Z élevés comme le baryum ou l iode afin de maximiser l absorption des rayons X par le liquide. On parle de produits de contraste positifs très atténuants: atomes à Z élevé : sulfate de Baryum 56Ba ou sels d'iode 55I Il existe aussi des roduits de contraste négatifs peu atténuants: en général il s agit de gaz (air, CO2 ou N2). On peut introduire le produit dans l'organe lui-même (angiographie), ou utiliser le rôle fonctionnel de l'organe à étudier pour concentrer le produit (UIV: urographie intraveineuse).

17 Le scanner Le scanner ou tomodensitométrie Le scanner X permet une modulation très fine de l irradiation aux rayons X => la zone étudiée peut être comme «découpée en tranches» (d où l autre nom du scanner : «tomographie», tomein signifiant «couper» en grec). Couplée à un traitement numérique des données, la mesure du coefficient d atténuation des rayons X permet alors de restituer une image précise de la zone étudiée => reconstruction en 3D

18

19

20 Scanner hélicoïdal Principe de la rotation continue du scanner hélicoïdal. Les détecteurs permettent une conversion énergétique des rayons X en signaux électriques utilisés pour reconstruire les images en traitement informatique.

21 Exemples de spirales, chacune d'une durée de 16 s, c'est-à-dire effectuant 16 rotations de 360 Projection de l'acquisition hélicoïdale sur une échelle centimétrique. Une émission de rayon X pendant 10 s avec une avancée du lit de 1 cm/s, et une collimation de 1 cm permet une exploration sur 10 cm. L'augmentation du PITCH à 2/1 permet une exploration sur 20 cm, car la vitesse du lit a augmenté à 2 cm/s. La qualité d'image avec un PITCH de 2/1 a diminué. (Redessiné d'après [1] avec l'autorisation de l'éditeur de Am J Radiol.)

22

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

Radiographie, quels risques pour le patient?

Radiographie, quels risques pour le patient? Radiographie, quels risques pour le patient? Qu est-ce qu un rayon X? Quel est le risque? Quels outils pour vous aider? Les rayons X sont des rayonnements électromagnétiques ionisants; ils peuvent traverser

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 La Radiologie standard Formation et qualité de l image Résolution en densité : le contraste Résolution spatiale : le plus petit élément visible Quelle

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit TOMODENSITOMETRIE sémiologie JY Gauvrit Neuroradiologie - Neuroimagerie Modalités : - Radiographie standard - Echographie - Artériographie - Tomodensitométrie (Scanner) - Imagerie par Résonance Magnétique

Plus en détail

Eléments de radioprotection médicale

Eléments de radioprotection médicale Eléments de radioprotection médicale www.radcoursorg.be/rprot M.Lemort Sciences dentaires Année 2014-2015 Dimension du problème croissance des procédures de radiodiagnostic au cours du siècle dernier (selon

Plus en détail

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin Licence de Psychologie (L3S6). 2015 Imagerie cérébrale Florence Perrin Integrative Biology of Neuroregeneration INSERM U1051 Institut des Neurosciences de Montpellier Université Montpellier Web site: http://www.ibn-lab.com/

Plus en détail

Les bases physiques de l'imagerie radiologique

Les bases physiques de l'imagerie radiologique Les bases physiques de l'imagerie radiologique Radiographie 1895 Röentgen Découverte des propriétés des rayons X par Roentgen. Les rayons X permettent de voir uniquement l'os, le poumon et les produits

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys SCANNER A RAYONS X 1 HISTORIQUE 1971 : premier examen tomodensitométrique cérébral 1974 : premier appareil corps entier 1979 : Prix Nobel de médecine décerné à Allan MacLeod et Godfrey N.Hounsfield pour

Plus en détail

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 Les activités de notre service sont nombreuses et sont réalisées sur des machines de génération récente. 1 IRM 1,5T 2 SCANNERS 5 SALLES

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

4-Principes généraux en microscopie électronique.

4-Principes généraux en microscopie électronique. 3-Microscopie confocale La microscopie confocale est une des avancées technologiques les plus notables en microscopie optique depuis une centaine d années. Elle est basée sur une architecture technologique

Plus en détail

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège)

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Thème SANTE SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Acquis du collège : une tension alternative périodique (comme celle du secteur) est une tension qui se répète à l'identique

Plus en détail

Comment citer ce document : Institut canadien d information sur la santé, L imagerie médicale au Canada, 2007, Ottawa (Ont.), ICIS, 2008.

Comment citer ce document : Institut canadien d information sur la santé, L imagerie médicale au Canada, 2007, Ottawa (Ont.), ICIS, 2008. L imagerie médicale au Canada 2007 Tous droits réservés. Aucune section de la présente publication ne peut être reproduite ni transmise sous quelque forme que ce soit, ni par quelque procédé électronique

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales»

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales» Séquence 2 Consignes de travail Étudiez les chapitres 3 de physique et de chimie des «Notions fondamentales» Physique : Ondes électromagnétiques Chimie : Classification périodique des éléments chimiques

Plus en détail

Angiographie 3D sur arceau

Angiographie 3D sur arceau Advanced Medical Applications GE Healthcare! #"$&%(' Angiographie 3D sur arceau Acquisition d une sé que nce d im a g e s e n r ota tion R e constr uction 3 D Vues de surfaces Contrôle après traitement

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1 Table des matières Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques.......................... 1 1.1 Les composants des films...................................................... 1 1.1.1 Le support............................................................

Plus en détail

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Jean-François Chatal Université de Nantes et GIP Arronax 1934: découverte de la radioactivité artificielle Naissance de la médecine nucléaire Un radiopharmaceutique

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

GROUPE CLINIQUE DU MAIL

GROUPE CLINIQUE DU MAIL DOSSIER DE PRESSE GROUPE CLINIQUE DU MAIL Le centre d imagerie médicale conforte son implantation sur le site du Mail avenue Marie-Reynoard à Grenoble & présente son nouveau scanner spiralé, issu de la

Plus en détail

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010 Cours de Radioactivité Le but de ce cours est de permettre aux étudiants qui seront amenés à utiliser des sources radioactives d acquérir les bases de la radioactivité. Aussi bien au niveau du vocabulaire

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri.

L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique. http://www.e-mri. L IRM pas à pas Un module d enseignement interactif des bases physiques de l Imagerie par Résonance Magnétique http://www.e-mri.org D HOA, A MICHEAU, G GAHIDE, E LE BARS, C CYTEVAL, M ZANCA, P DUJOLS,

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

bien voir pour mieux prévoir

bien voir pour mieux prévoir bien voir pour mieux prévoir ACCELERER LE FLUX PATIENT D 2 RS réduit le temps d examen sans compromettre vos attentes cliniques et délivre une qualité d image incomparable. AUTOPOSITIONNEMENT L autopositionnement

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Scanographie à rayons X.

Scanographie à rayons X. Scanographie à rayons X. Julian ITZCOVITZ - General Electric Medical Systems - Europe Didier DORMONT - Service de Neuroradiologie, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris Les auteurs remercient Claude

Plus en détail

4. systèmes analogiques de recueil de l'information et facteurs de qualité de l'image radiographique

4. systèmes analogiques de recueil de l'information et facteurs de qualité de l'image radiographique 4. systèmes analogiques de recueil de l'information et facteurs de qualité de l'image radiographique 4.1 couples écrans renforçateurs-film -les écrans renforçateurs absorbent une partie des photons X [

Plus en détail

Construire une carte mentale pour apprendre une leçon

Construire une carte mentale pour apprendre une leçon Construire une carte mentale pour apprendre une leçon Compétences transversales mises en œuvre : Je mémorise mon cours et je suis capable de le restituer Je recherche les informations nécessaires à la

Plus en détail

La Simulation Monte-Carlo comme modélisation en Physique Médicale

La Simulation Monte-Carlo comme modélisation en Physique Médicale La Simulation Monte-Carlo comme modélisation en Physique Médicale 5 Avril 2015 Dr Benjamin SERRANO Physicien Médical, Docteur en Physique Nicolas GARNIER Physicien Médical, Doctorant 2 Sommaire Le métier

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER

Chapitre 2 LE LASER. I- Principe de fonctionnement du LASER Chapitre 2 LE LASER Objectifs : - Connaître le principe de fonctionnement du LASER - Connaître les différents types de LASER et les précautions liées à son utilisation - Connaître les applications médicales

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE Professeur F. JOFFRE La prise en charge d un patient passe largement par la réalisation d un ou plusieurs examens d imagerie. Ceci implique une connaissance

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43.

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43. Avant-propos....................................................................................................... ix Chapitre 1 Hydrostatique.........................................................................

Plus en détail

MVS Medical Visualisation Studio Version 1.0 Manuel utilisateur

MVS Medical Visualisation Studio Version 1.0 Manuel utilisateur MVS Medical Visualisation Studio Version 1.0 Manuel utilisateur Table des matières 1. Introduction... 3 2. Installation du logiciel... 3 3. Lancement du programme et ouverture d un fichier... 3 4. Manipulations

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

OP200 D ORTHOCEPH ORTHOPANTOMOGRAPH OC200 D. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT. VT Tomographie Volumétrique

OP200 D ORTHOCEPH ORTHOPANTOMOGRAPH OC200 D. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT Imagerie panoramique numérique Imagerie céphalométrique dentaire numérique VT Tomographie Volumétrique ORTHOPANTOMOGRAPH OP200 D ORTHOCEPH OC200 D VT Tomographie Volumétrique 1 À la

Plus en détail

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique J.M. BAUCHIRE, D. HONG, F. GENTILS*, C. FIEVET* Plan de l'exposé Qu'est ce qu'un disjoncteur basse tension? Quel est sont fonctionnement? Pourquoi des recherches

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

1STI2D - Les ondes au service de la santé

1STI2D - Les ondes au service de la santé 1STI2D - Les ondes au service de la santé De nombreuses techniques d imagerie médicale utilisent les ondes : la radiographie utilise les rayons X, la scintigraphie utilise les rayons gamma, l échographie

Plus en détail

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride

Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Médecine Nucléaire : PET-scan et imagerie hybride Benjamin GEISSLER Centre d d Imagerie Nucléaire St-Etienne, Roanne, Le Puy en Velay 1967 2007 Principes Spécialit cialité médicale (1950) Radiologie Radiothérapie

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Campagne d enlèvement des déchets radioactifs dans les hôpitaux - printemps 2014

Campagne d enlèvement des déchets radioactifs dans les hôpitaux - printemps 2014 Campagne d enlèvement des déchets radioactifs dans les hôpitaux - printemps 2014 L ONDRAF et les hôpitaux s associent pour assurer une gestion sûre des déchets radioactifs Sommaire 1. Le quoi et le pourquoi

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels 1 Les très basses fréquences du spectre électromagnétique Bases : ondes électromagnétiques

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Scanner. Principes et techniques. Laurent Hermoye Service de radiologie

Scanner. Principes et techniques. Laurent Hermoye Service de radiologie Scanner Principes et techniques Laurent Hermoye Service de radiologie Machine IRM / CT Imagerie tomographique Atténuation du faisceau Diminution du nombre des photons N = N 0. e μx μ = σ + τ Atténuation

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Aides Soignants dans le Pôle IMAGERIE

Aides Soignants dans le Pôle IMAGERIE Aides Soignants dans le Pôle IMAGERIE Secteurs : 5 Pôle Imagerie Imagerie CardioThoracique, Sénologie, Traitement de la douleur Imagerie Digestive et Génito Urinaire Vasculaire et Neurodiologie Ostéoarticlaire

Plus en détail

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE CS 9300 ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE Conçu pour de multiples applications cliniques, le système CS 9300 fournit des images panoramiques de très grande qualité, ainsi que des

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

CS 9300. La puissance de la flexibilité

CS 9300. La puissance de la flexibilité CS 9300 La puissance de la flexibilité Nouveau système d'imagerie numérique 3D CS 9300 de Carestream Dental L incertitude n est plus de mise. Le CS 9300 tout-en-un est le système d'imagerie le plus flexible

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques»

Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques» Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques» Intro : Le XXè siècle fut un siècle de grands progrès scientifiques et techniques. Les évolutions connues par la médecine, les transports

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE

COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE COLLOQUE MEDICO-CHIRURGICAL HOPITAL PRIVE DE LA LOIRE IMAGERIE EN CANCÉROLOGIE : UN ARSENAL COMPLET À L HPL Benjamin GEISSLER (1), Didier LIEUX (2) (1) Centre d Imagerie Nucléaire (2) Centre d Imagerie

Plus en détail

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Sommaire Introduction Qu est ce que la chirurgie assistée par ordinateur? Principes généraux Avantages/Inconvénients Simulations préopératoire

Plus en détail

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION Y-S Cordoliani pour le Groupe de travail Radioprotection de la SFR Le savoir-faire en imagerie utilisant les rayons X impose la connaissance des risques que ceux-ci peuvent

Plus en détail

MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE

MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE Hervé Leclet OPTA-S - Conseil et formation en management en imagerie médicale 17 rue de Boulogne - 62520 Le Touquet www.opta-s.fr La

Plus en détail

e-learning et imagerie :

e-learning et imagerie : e-learning et imagerie ostéo-articulaire : Cas cliniques interactifs en imagerie du pied et de la cheville M. Benisty, D. Hoa, C. Cyteval CHU Montpellier Objectifs 1. Présenter un module d enseignement

Plus en détail

Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS

Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS De véritables appareils tout en un Les appareils Planmeca ProMax 3D s et Planmeca ProMax 3D ont été conçus pour obtenir des informations complètes sur l

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie, PhD Direction des Sciences du Vivant - I²BM/SHFJ Présentation de l artillerie informatique le software Geant4 Développements

Plus en détail

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil

Le Laser et ses applications dans la médecine. Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Le Laser et ses applications dans la médecine Réalisé par : Ouerghi khalil & Benyahia Adil Année Universitaire : 2011/2012 Plan de l exposé Principe du fonctionnement du laser Différents types de laser.

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectrophotométrie Spectrophotométrie La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectre d'absorption

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES

CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES Règle générale L'association de deux actes au plus, y compris les gestes complémentaires, peut être tarifée. L'acte dont le tarif hors modificateurs est le plus élevé,

Plus en détail

catalogue des formations

catalogue des formations IRM radioprotection évaluation des pratiques professionnelles contrôle qualité http://manipinfo-esprimed-formation.com catalogue des formations 20161 Manip info et Esprimed lancent une nouvelle offre de

Plus en détail

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP

ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL. Dr DJ Gambini SCMT AP HP ETUDE DES POSTES DE TRAVAIL ET EVALUATION DOSIMETRIQUE EN MILIEU MEDICAL Dr DJ Gambini SCMT AP HP 1 Cadre juridique Code du Travail Article 231-75 : «Les expositions professionnelles individuelles et collectives

Plus en détail

LASERS AU BLOC OPERATOIRE

LASERS AU BLOC OPERATOIRE S AU BLOC OPERATOIRE ALIBODE 2013 Mr MAZALAIGUE / Responsable service Technique Collin COLLIN S.A, BAGNEUX, 201005 Bref historique 1917 Décrit par Albert Einstein 1950 Procédé de pompage optique Alfred

Plus en détail

Livre blanc Système d imagerie LLI (Long-Length Imaging) CARESTREAM DirectView DR avec assemblage automatique et manuel

Livre blanc Système d imagerie LLI (Long-Length Imaging) CARESTREAM DirectView DR avec assemblage automatique et manuel Un traitement de l image avancé avec un assemblage automatique et des fonctions d ajustement pour une image composite complète, sans ligne de jonction Analyse de la géométrie dans le cas d une imagerie

Plus en détail

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION TECHNICIEN DE RECHERCHE. SPECIALITE 1 «Sciences humaines et sociales» ARCHEOLOGIE.

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION TECHNICIEN DE RECHERCHE. SPECIALITE 1 «Sciences humaines et sociales» ARCHEOLOGIE. MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION TECHNICIEN DE RECHERCHE SPECIALITE 1 «Sciences humaines et sociales» ARCHEOLOGIE Concours externe Annales 2006 Epreuve écrite d admissibilité : Épreuve écrite

Plus en détail

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection Référence : LIST/DM2I/LNHB/14-0470/LdC-dr Saclay, le 10 octobre 2014 Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE Réalisation : Pierre Bischoff, sous la direction de François Mangenot CNDP d Alsace, 1997 Durée : 04 min 07 s À l aide d expériences filmées et d animations

Plus en détail

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession La physique médicale Débuts d une nouvelle profession Andrée Dutreix Journée Internationale de Physique Médicale 7 Novembre 2013 La physique médicale Situation en France avant la fin des années 60! En

Plus en détail

Gamme I-Max Touch. Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D. Panoramique évolutif 3 en 1

Gamme I-Max Touch. Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D. Panoramique évolutif 3 en 1 Gamme I-Max Touch Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D Panoramique évolutif 3 en 1 3D Une nouvelle dimension pour un diagnostic complet I-MAX TOUCH 3D Evolutive, simple, rapide La panoramique réalise

Plus en détail