Compte-rendu de la conférence ENJEUX STRATEGIQUES DE L IRAN NUCLEAIRE POUR LES ETATS-UNIS ET L EUROPE. Mercredi 31 mai au Procope

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte-rendu de la conférence ENJEUX STRATEGIQUES DE L IRAN NUCLEAIRE POUR LES ETATS-UNIS ET L EUROPE. Mercredi 31 mai au Procope"

Transcription

1 Compte-rendu de la conférence ENJEUX STRATEGIQUES DE L IRAN NUCLEAIRE POUR LES ETATS-UNIS ET L EUROPE SCENARII D EVOLUTION ET AVENIR DU REGIME DE NON-PROLIFERATION Les invités : Mercredi 31 mai au Procope Hervé de Charette Ancien ministre des Affaires Etrangères, Hervé de Charette est député du Maine et Loire, viceprésident de la Commission des affaires étrangères et vice-président du groupe d'amitié entre la France et l Iran à l Assemblée Nationale. Hervé de Charette est également Président de la Convention démocrate. Nader Barzin Auteur de l Iran Nucléaire, aux éditions L Harmattan, Nader Barzin est ancien élève de Sciences-po Paris et de Harvard, docteur en Sociologie Politique. Il a enseigné la stratégie à HEC et exercé des responsabilités auprès de l ONU et de cabinets de conseil. Nous rappelons que les comptes-rendus mis en ligne sur le site du Groupe des Belles Feuilles (GBF) ont vocation à rendre compte des échanges ayant eu lieu pendant les conférences organisées par le Groupe. Ils n'engagent aucunement le GBF pas plus qu ils n en représentent une position officielle. 1) Positions Hervé de Charette La question iranienne est un des sujets les plus difficiles et les plus aigus de la vie diplomatique actuelle, d abord parce qu il s agit d un thème conflictuel, contradictoire, mettant face à face des acteurs fortement opposés, ensuite parce que la solution future aura beaucoup de conséquences sur la carte diplomatique des premières années. L intérêt vif et durable de l Iran pour la question nucléaire à la fois civil et militaire est à relier avec la longue histoire de l Iran, doté d une civilisation plus ancienne que la civilisation européenne et qui, fort de cet héritage, ne saurait renoncer aux attributs actuels de la puissance. Si l Iran se penche, depuis 40 ans, sur le nucléaire civil, c'est qu il se fixe également un horizon nucléaire militaire et deviendra très probablement une puissance nucléaire dans les 10 années à venir. Les raisons de cette détermination iranienne dans ce secteur ne sont pas à chercher uniquement dans la nature religieuse du pouvoir. Au contraire, si le sujet revêt une telle importance dans un pays, somme toute, divisé, c est qu il demeure un des rares thèmes d unité nationale, garant de l identité de la puissance et de l identité d une nation qui cherche une reconnaissance de la part de la communauté internationale. Cette revendication nucléaire intervient, en outre, dans un contexte de division internationale qui permet aux Iraniens de 1

2 jouer entre les Occidentaux, la Chine et la Russie, mais aussi dans une situation américaine embarrassée, sinon affaiblie par le conflit irakien. Contre une intervention américaine éventuelle en Iran s élèvent ainsi plusieurs obstacles : les difficiles repérages et destructions des moyens de fabrication et surtout la mise au point de programme de reconstruction après les frappes. Aussi, les conséquences d un diagnostic a priori pessimiste ne sont pas aussi dramatiques qu elles ne paraissent. A l égard du TNP, on ne repère pas encore une extension radicale de l arme nucléaire et l idée que l ensemble des pays s apprête à se doter de l arme nucléaire reste pure conjecture : la complexité des technologies, l ampleur des moyens financiers, le degré de sophistication croissant (l Iran ne possède par exemple que de lanceurs au périmètre limité) interdisent à nombre d entre eux de se lancer dans de tels programmes. Par ailleurs, un bref tour d horizon du monde permet de se convaincre de cette absence de prolifération : ni l Afrique, ni l Amérique latine, ni l Asie du Sud-Est ne s acheminent vers le nucléaire, tandis que le Japon y a renoncé depuis longtemps. A l exception donc de l Inde, l'iran demeure donc isolé dans sa stratégie. Son obtention éventuelle de l arme nucléaire ne sonnerait pas pour autant la fin du TNP. Toutefois, il est vrai que l espace compris entre l Inde et la Méditerranée concentre actuellement tous les enjeux de la sécurité mondiale. Alors que pendant plus de 50 ans, la stratégie militaire et diplomatique était tout entière tournée vers la Russie, les menaces désormais sont déplacées vers un nouvel espace où l Iran joue un rôle de premier plan aux yeux des Américains et des Européens qui doivent affronter le double problème de l Irak et de l Afghanistan, placés sous une tutelle américaine appuyée par les alliés. Quant à l Egypte et l Arabie Saoudite, elles considèrent que l Iran nucléaire compromet la sécurité de leurs territoires. Face à cette situation, trois propositions d action : - La révision du TNP paraît inévitable : la situation actuelle d un monopole nucléaire détenu par 5 pays, dominée par un contrôle quasi unique des Etats-Unis, qui seuls déterminent les violations du traité, semble aujourd hui de plus en plus choquante. Par ailleurs, les décisions américaines à l égard de l Inde, suivies par J.Chirac, créent une situation inacceptable pour certains pays qui se sentent, comme l Iran, profondément offensés. Avec l épuisement des ressources pétrolières, la question du nucléaire civil (qui entretient d étroites accointances avec le militaire) va toujours plus fréquemment jouer un rôle fondamental qui exige un renouvellement des propositions. - Changer sa stratégie face à l Iran et transformer un conflit contre le Mal en un partenariat constitue un deuxième défi. Le choix américain, suivi par les Européens plus par faiblesse que par choix, du boycott et de l isolement iranien, est un échec avéré, n entraînant en rien la chute de la Révolution iranienne, ces derniers 25 ans. A l inverse, une nouvelle stratégie viserait à reconnaître aux Iraniens leur capacité à décider de leur sort et à chercher l intégration politique de l Iran dans une communauté internationale à travers notamment un partenariat économique avec l Iran. - Enfin, l Europe doit adopter une posture nouvelle et s emparer de l initiative diplomatique. Car le lien transatlantique ne peut être fondé sur une dépendance de l Europe vis-à-vis des Etats-Unis, mais bien sur un partenariat où les Européens affirment leur identité. La perspective quoique utopique actuellement- de trois ministres européens forts d une position d arbitre entre la position sino-russe et américaine pourrait amener la diplomatie européenne à la pointe d une stratégie nouvelle. 2

3 Nader Barzin L actuelle crise du nucléaire iranien qui cristallise nombre de tensions internationales, mérite que l on revienne sur les origines du développement du nucléaire iranien. En 1953, le président des Etats-Unis Eisenhower lance son premier programme «Atomes pour la paix». Peu de temps après, la CIA prête main-forte au coup d Etat qui porte au pouvoir, après des élections démocratiques, le Dr Mossadegh. Celui-ci décide alors de nationaliser le pétrole, ce qui vaut deux années de sanctions à Iran de la part des Etats-Unis. Le second coup d Etat qui rétablit le Shah au pouvoir renverse la situation et permet, à l Angleterre et aux Etats-Unis, principalement, d engranger de substantiels bénéfices sur le pétrole et la vente d armes. Le Shah, est alors considéré comme le principal bouclier contre les communistes d Afghanistan. Dans ce contexte, l Iran décide de la création d un réacteur nucléaire qui ne deviendra opérationnel qu en 1967 et signe, l année suivante, le Traité de non-prolifération (TNP) qui promeut les usages pacifiques du nucléaire. D emblée, les questions du nucléaire iranien et du pétrole seront irrémédiablement liées. Ce constat se vérifie, dès 1973, deux ans après les accords de Téhéran, lorsque le Shah, contre l assentiment des Etats-Unis de Kissinger, procède à une seconde nationalisation du pétrole. Dans un contexte de flambée des prix provoquée par la crise pétrolière de 1973, de fragilisation du pouvoir du Shah, mais aussi de celui des premiers essais nucléaires indiens, le nucléaire est véritablement lancé avec l aide des Français et des Allemands qui complètent le réacteur. Ainsi, à la veille de la Révolution, l Iran dispose de deux réacteurs dotés de capacités de production importantes. Si la Révolution islamique et son gouvernement apparaissent dans un premier temps comme le régime le plus opposé au communisme, il est très vite ébranlé par l invasion de Saddam Hussein et la guerre Iran/Irak qui lui coûte 1 million de morts. L invasion soviétique de l Afghanistan relance, cependant, la donne nucléaire mondiale : les Etats-Unis offrent 5 années d exemption pour développer le nucléaire pakistanais, ouvrant ainsi durablement la voie à l actuelle prolifération nucléaire. Toutefois, avec la fin de la Guerre froide et l arrivée de Bill Clinton au pouvoir, les stratégies se redessinent : l ex-urss considérablement affaiblie et la Chine sortent de leur isolement et l Iran passe un accord avec la première pour réparer un réacteur bombardé par l Irak. Les années marquent un nouveau tournant quand le président Georges W.Bush lance sa croisade contre «l axe du Mal» et les «Etats-voyous». Tandis que la Corée du Nord annonce un programme d enrichissement secret et la mise au point d une bombe, sans soulever de réactions particulièrement vives, l Iran informe la communauté internationale qu il possède 2 sites pilotes, 1000 centrifugeuses et 164 sites opérationnels. Dans ce contexte, la politique d ouverture de Khatami, à fois en politique intérieure et extérieure, aidant les Etats-Unis lors de l invasion en Afghanistan et en Irak, sans pour autant obtenir de véritables contreparties américaines, discrédite l ensemble de son action et porte au pouvoir un acteur beaucoup plus dur, choisissant le conflit comme principale stratégie. Aujourd hui une double possibilité reste ouverte devant le cas Ahmadinejad : l attaque ou la sanction. 3

4 2) Débat Le débat a tourné autour de quatre points principaux : 1- L Iran, une menace pour les Etats-Unis et Israël? Selon Hervé de Charette, les marges d action du gouvernement américain face à l Iran sont à la fois fortes et faibles : s il est vrai que les Américains possèdent une force de frappe et de destruction notamment nucléaire- incontestable, ils ne s en trouvent pas moins, sur le plan diplomatique, paralysés sans une résolution des Nations Unies. Leur marge d action reste limitée par la Chine et la Russie. Enfin, le gouvernement Bush traverse une passe politique difficile à l intérieur de son propre pays. Se lancer dans une aventure iranienne pourrait certes constituer une porte de sortie de la crise, mais cette solution semble peu envisageable. Aucun des deux invités ne répond directement à la question concernant Israël, le débat en reste donc essentiellement à des questions de principe et de droit moral. Hervé de Charette considère que l absence de règlement du conflit israélo-palestinien est à l origine d une grande partie des difficultés géopolitiques actuelles, et le voit comme le problème clé de l espace Inde-Méditerranée. Selon lui, la paralysie européenne d une part, et l unilatéralité de l engagement américain d autre part, interdisent une véritable solution au problème et aggravent la situation. Selon Nader Barzin, la question du nucléaire dans cette région demeure une question d équilibre. Il rappelle qu Israël possède 200 armes nucléaires et des sous-marins qui peuvent atteindre l Iran. Il rappelle également qu il faut éviter d humilier un pays, déjà frappé par l embargo et menacé d une attaque forte. La politique à l égard de l Iran devrait davantage pousser celui-ci à développer son industrie nucléaire civile. Car contrairement à l opinion générale, le nucléaire militaire peut rationaliser une situation passionnelle et l assagir. L Iran aspire, à l instar de la Chine, elle aussi marquée par une longue expérience d enfermement et d isolement, jugée appauvrissante en terme de pouvoir, de développement et d influence, à occuper un rôle sérieux sur la scène internationale. Par ailleurs, Nader Barzin propose de ne pas appréhender dans sa littéralité le discours actuel de l Iran. Par exemple, le discours anti-israélien du président Ahmadinejad viserait paradoxalement à aider l'iran à être reconnu comme acteur géopolitique à part entière en déclenchant une crise -point de vue qu'il inscrit dans le cadre de la théorie des jeux-. Le revers de la médaille est que l image de l Iran en sort fortement écornée dans l opinion publique. Cette lecture des propos du président iranien provoque des réactions assez vives de certains participants. Cependant, Hervé de Charette rappelle que la double structure du pouvoir en Iran reste un obstacle préoccupant, mettant en action un système apparemment démocratique, scandé par des élections, mais demeurant sous tutelle d un pouvoir religieux permanent, étanche à tout renouvellement électif. 2- Quelle pourrait être l attitude des diplomaties européennes et extra européennes face à l Iran? Selon Hervé de Charette, trois grandes diplomaties dominent la scène mondiale : la diplomatie américaine, la diplomatie française et la diplomatie britannique. Cette dernière diffère peu des autres stratégies européennes ; si elle possède son originalité propre, elle se rangera toujours, in fine, du côté américain. En France, la diplomatie actuelle ne se trouve guère dans une phase heureuse, desservie par la fatigue d un pouvoir usé, tant à l intérieur 4

5 qu à l extérieur, ainsi que par l attitude provocatrice de la France lors de la guerre en Irak qui a provoqué l ire des Américains. Ces derniers veillent depuis à écarter l hexagone de tout jeu diplomatique. Cette période délicate prendra fin sans doute en 2007/ 2008 quand seront renouvelées, lors des prochaines élections, les gouvernances françaises et américaines. Puissances montantes, la Chine et la Russie jouent un rôle stratégique en Iran. Les Russes ont longtemps cherché à jouer un rôle important quoique ambigu dans cet espace stratégique, alternant des phases d hostilité et de partenariat depuis au moins l époque des Tsars, qui été aimantés par un tropisme méridional, les portant vers les confins caucasiens. Plus récemment, prime surtout chez eux une politique de contre-pied de la politique américaine. Comme la Russie, la Chine tente, de limiter le pouvoir des Etats-Unis dans la région et s efforce de se ménager une place. A titre d exemple, l augmentation de 15 dollars du prix du baril pourrait faire baisser de 1% le PNB chinois, car la Chine, à la recherche d approvisionnements énergétiques sûrs et durables, possède 50% de participation dans le pétrole iranien. Quant à la diplomatie européenne, elle reste encore sinon un vœu pieux, du moins un projet difficile à réaliser devant la faiblesse des stratégies et la division des camps.. 3- L Iran et le terrorisme L Iran finance le terrorisme et constitue un soutien important au Hezbollah. Certains des participants, et même Hervé de Charette, considèrent qu il s agit là d un point inquiétant. Toutefois, l expérience personnelle d Hervé de Charette lui donne à penser que l Iran a pu faire preuve de "sérieux" à certaines occasions, ce qui pourrait donc laisser éventuellement ouverte la possibilité d'une négociation sur ce thème. 4- Enjeux pétroliers et nucléaire Dans un contexte d appauvrissement des énergies pétrolières, le nucléaire, en tant qu énergie de substitution, fait doublement émerger la question des risques sécuritaires dans un contexte économique globalisé. Si le nucléaire civil se développe, il va de soi que les arrangements internationaux devront se multiplier. La Russie a d ailleurs, dans cette perspective, proposé à l Iran un développement de sa production de nucléaire civil en Russie et sous contrôle européen, une proposition rejetée par l Iran, soucieuse de préserver son indépendance. La banalisation du nucléaire tant civil que militaire supposera de contrôler les risques (de type Tchernobyl) et d internationaliser les contrôles par le truchement de l AIEA (Agence Internationale de l Energie Atomique) et du TNP. 5

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur

MARS 2007. Synthèse. Jean-Pierre Maulny : directeur-adjoint Sylvie Matelly : chercheur Fabio Liberti : chercheur «Les perspectives de coopération (nationale, européenne) et d interarmisation de l outil de défense : quels partages capacitaires possibles et quelles conséquences pour l armée de terre?» Jean-Pierre Maulny

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Compte-rendu de la Conférence «La France et la Guerre des Métaux Stratégiques» Assemblée Nationale 13 février 2014

Compte-rendu de la Conférence «La France et la Guerre des Métaux Stratégiques» Assemblée Nationale 13 février 2014 M. Pouria Amirshahi, député de la neuvième circonscription des Français établis hors de France, a insisté lors de l ouverture du colloque sur le caractère hautement stratégique de ces métaux dont on parle

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

CLUB DE NICE Energie et Géopolitique

CLUB DE NICE Energie et Géopolitique Centre de Recherche en Economie et Droit de l Energie Le gaz naturel en Europe: un atout fragilisé par le charbon et les tensions politiques Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur Emérite à l

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de l accord-cadre entre l Union européenne et ses Etats membres, d une part, et la République de Corée, d

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

La modernisation de la société québécoise : guide de l enseignant

La modernisation de la société québécoise : guide de l enseignant La modernisation de la société québécoise : guide de l enseignant Niveau et discipline : première année du deuxième cycle du secondaire en histoire et éducation à la citoyenneté Intention éducative : vivre

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

ASIE CENTRALE, SENS ET NON-SENS D UN CONCEPT

ASIE CENTRALE, SENS ET NON-SENS D UN CONCEPT ASIE CENTRALE, SENS ET NON-SENS D UN CONCEPT Bayram Balci* Issues de l ex URSS, les républiques d Asie centrale -Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan, Ouzbékistan et Turkménistan- étaient, au moment de

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Communiqué dé préssé

Communiqué dé préssé Communiqué dé préssé Business France est l agence nationale au service de l internationalisation de l économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations,

Plus en détail

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées Synthèse de rapport La gouvernance des sociétés cotées (Version française) Rapport pour la Commission Européenne, remis par la Fondation pour le droit continental et rédigé par Michel Germain, Véronique

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Nations Unies S/RES/1718 (2006)** Conseil de sécurité Distr. générale 13 décembre 2006 Résolution 1718 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5551 e séance, le 14 octobre 2006 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles

Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles Avis n 30 du Conseil du livre sur le projet de création d une «Banque du livre» en Communauté française Wallonie- Bruxelles - Février 2002 - L Argumentaire sur la situation du livre et la lecture en Communauté

Plus en détail

Omar Fassatoui Doctorant FDSPT, Université Tunis El Manar Sciences Po. Aix, Aix Marseille Université

Omar Fassatoui Doctorant FDSPT, Université Tunis El Manar Sciences Po. Aix, Aix Marseille Université Omar Fassatoui Doctorant FDSPT, Université Tunis El Manar Sciences Po. Aix, Aix Marseille Université Les principes et leurs mécanismes d évaluation Définie comme «une réflexion pluridisciplinaire sur les

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud 5.1.1 Définir : autodétermination, colonialisme, loi sur l indépendance de l Inde, apartheid, Congrès national africain. (c) Autodétermination: La détermination

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)] Nations Unies A/RES/58/51 Assemblée générale Distr. générale 17 décembre 2003 Cinquante-huitième session Point 73, d, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2 POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT Sommaire n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES....................... 2 n POURQUOI LE CRID PREND-IL POSITION SUR L ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

Banque Publique d Investissement (4 ème analyse)

Banque Publique d Investissement (4 ème analyse) N 79 17 février 2014 Confédération Force ouvrière - Secteur économique 141 avenue du Maine 75680 PARIS Cedex 14 Banque Publique d Investissement (4 ème analyse) Trois infoéco précédents 1 détaillent les

Plus en détail

Panorama 11 mars 2011 : le choc de Fukushima, et après?

Panorama 11 mars 2011 : le choc de Fukushima, et après? Plus de quatre ans après l accident de Fukushima, l énergie nucléaire suscite toujours autant de réticences et de débats. Plusieurs pays comme l Allemagne ont ainsi décidé de «sortir du nucléaire», tandis

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167 Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15 Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE pages I. Examen du rapport d information de M. Robert

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Israël et la nouvelle carte du monde

Israël et la nouvelle carte du monde Israël et la nouvelle carte du monde Emmanuel Navon CRIF Marseille, 29 janvier 2012 Au début du processus d Oslo, il y a de cela 18 ans, Shimon Pérès publia un livre intitulé «Le Nouveau Proche Orient.»

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Les Français, leurs élus et le développement durable.

Les Français, leurs élus et le développement durable. SYNTHÈSE DE L ÉTUDE Les Français, leurs élus et le développement durable. Premier Baromètre Auxilia, réalisé en partenariat avec OpinionWay Réalisé fin octobre 2013, ce baromètre portant sur les Français,

Plus en détail

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Engagements de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armés en place d un mécanisme

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Groupement «Télévision Numérique pour Tous»

Groupement «Télévision Numérique pour Tous» Groupement «Télévision Numérique pour Tous» c/o France Télévisions 7, esplanade Henri-de-France 75907 Paris cedex 15 tel : +33 (0)1 56 22 10 80 fax +33 (0)1 56 22 10 81 Paris, le 24 septembre 2007 Consultation

Plus en détail

Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur

Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur Téléphonie mobile : le gouvernement contre le consommateur par Bruno LUNDI Le gouvernement est en passe de renoncer à ouvrir une quatrième licence de téléphonie mobile de troisième génération en France.

Plus en détail

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE

LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 19 avril 2010 N 1 LE CENTRE SUD FAIT DES PROPOSITIONS DE POLITIQUES POUR UNE REPRISE ÉCONOMIQUE MONDIALE DURABLE Le Centre Sud a publié un rapport qui analyse les faiblesses et les

Plus en détail

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement.

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Réflexion-Débats Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Par Sophie Ferhadjian Présentation du génocide des Arméniens, 1915 L Arménie est un territoire situé entre l Euphrate

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR L EVOLUTION DU METIER DE GESTIONNAIRE. ( novembre mars 2008 )

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR L EVOLUTION DU METIER DE GESTIONNAIRE. ( novembre mars 2008 ) RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR L EVOLUTION DU METIER DE GESTIONNAIRE ( novembre mars 2008 ) A la demande de Monsieur Le Recteur, un groupe de travail a été mis en place en Novembre 2007, afin de réfléchir

Plus en détail

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres?

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Eléments de réflexion dans le cadre du projet de loi N 151 visant à ratifier le Protocole de Londres proposés par

Plus en détail

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes sur le PROJET DE LOI C-59 Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 21 avril 2015 et

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

«PIVOT EURASIEN» DE VLADIMIR POUTINE : OBJECTIFS, AMBITIONS, SORBONNE, JANVIER 2015

«PIVOT EURASIEN» DE VLADIMIR POUTINE : OBJECTIFS, AMBITIONS, SORBONNE, JANVIER 2015 ANDREI GRATCHEV «PIVOT EURASIEN» DE VLADIMIR POUTINE : OBJECTIFS, AMBITIONS, MOYENS TEXTE DE L INTERVENTION DANS LE CADRE DU CYCLE DES CONFERENCES DE LA CHAIRE «LES GRANDS ENJEUX STRATEGIQUES EN ASIE»,

Plus en détail

CHINE/ETATS-UNIS DUOPOLE DE PUISSANCE

CHINE/ETATS-UNIS DUOPOLE DE PUISSANCE CHINE/ETATS-UNIS DUOPOLE DE PUISSANCE Conférence 14 avril 2015 Irnerio Seminatore Table des matières L EMERGENCE MONDIALE DE LA CHINE ET L'AFFIRMATION D'UNE DIPLOMATIE ACTIVE EN EURASIE PAIX ET GUERRE

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

Ordre du jour provisoire

Ordre du jour provisoire L atome pour la paix Conférence générale GC(59)/1/Add.1 15 juillet 2015 Distribution générale Français Original : arabe Cinquante-neuvième session ordinaire Ordre du jour provisoire Point supplémentaire

Plus en détail

ÉTAT DE L AZAWAD Unité Liberté - Justice CONSEIL TRANSITOIRE DE L ÉTAT DE L AZAWAD CTEA. Lettre ouverte :

ÉTAT DE L AZAWAD Unité Liberté - Justice CONSEIL TRANSITOIRE DE L ÉTAT DE L AZAWAD CTEA. Lettre ouverte : ÉTAT DE L AZAWAD Unité Liberté - Justice CONSEIL TRANSITOIRE DE L ÉTAT DE L AZAWAD CTEA Lettre ouverte : à Monsieur le Secrétaire Général de l'organisation des Nations Unies (ONU), New York (USA), à Monsieur

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org

Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org Analyse des projets Fillon-Raffarin par Jean-Jacques Chavigné source : http://www.democratie-socialisme.org SALARIES DU PRIVE Aujourd hui Réforme Fillon Commentaires DUREE DE COTISATION 40 années de cotisations

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Il est d usage de considérer que la dialectique accord-loi a été tout à la fois à l origine de la création et le moteur du développement

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875 Nations Unies A/AC.105/875 Assemblée générale Distr.: Générale 5 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport de

Plus en détail

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ

L URGENCE NOTRE IDENTITÉ Nous, responsables des forces du Centre, présidents du MoDem (Mouvement démocrate) et de l UDI (Union des Démocrates et Indépendants), proposons à nos formations de se rassembler. L URGENCE L état réel

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous»

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous» Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Résumé E n déclarant 2012 «Année internationale de l énergie durable pour tous», l Assemblée

Plus en détail

Management : De la difficulté d être chef...

Management : De la difficulté d être chef... Management : De la difficulté d être chef... À l hôpital, le cadre infirmier doit échapper au «jeu de la mise en difficulté du responsable» par l équipe soignante, qui réduit son pouvoir décisionnaire.

Plus en détail

Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions

Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions Lutte contre la dissémination illicite des armes légères (ALPC) et de leurs munitions En l espace d une vingtaine d années, l héritage des surplus de stocks d armes héritées de la Guerre Froide, l arrivée

Plus en détail

La nouvelle politique de défense

La nouvelle politique de défense N 17 - Fondation Jean-Jaurès / Orion - Observatoire de la défense - 10 janvier 2012 - page 1 de défense des Y. Gouermel* * Expert en questions de défense Le 5 janvier 2012, le président Obama a participé

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 194 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 décembre 2010 PROPOSITION DE LOI tendant à faciliter l'utilisation des réserves militaires et civiles en cas de crise

Plus en détail

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR AUDITION DE LA CONFEDERATION GENERALE DES PME SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR La Commission Européenne a rédigé un premier rapport sur «l état du marché intérieur

Plus en détail

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX.

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX. 29 DECEMBRE 2010 - TRACT N 24 SUD PROTECTION SOCIALE LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX. Denis

Plus en détail

Projet de règlement modifiant le Règlement sur l aide aux personnes et aux familles. Le gouvernement doit cesser de frapper les démunis

Projet de règlement modifiant le Règlement sur l aide aux personnes et aux familles. Le gouvernement doit cesser de frapper les démunis Projet de règlement modifiant le Règlement sur l aide aux personnes et aux familles Le gouvernement doit cesser de frapper les démunis Avis présenté au ministre du Travail, de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale)

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON Partie 1 : LES SOURCES DES OBLIGATIONS LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) Ils existent deux types d actes juridiques

Plus en détail

LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL. Hélène TOURARD (*)

LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL. Hélène TOURARD (*) LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL par Hélène TOURARD (*) L intervention armée au Kosovo a soulevé de nombreuses interrogations relatives aux moyens dont dispose

Plus en détail

- 7 mars 2003 - Mesdames, Messieurs, Chers amis américains,

- 7 mars 2003 - Mesdames, Messieurs, Chers amis américains, 1 Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Colloque mécénat : financement privé et public de la culture en France et aux Etats-Unis Mesdames, Messieurs, Chers amis

Plus en détail

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT)

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) 1.0 Bilan du Canada en matière de commerce Objectif ou indice Contribution du Canada Ce qu il reste à faire 1.1 Le système de commerce

Plus en détail

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.)

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La loi du 19 Juillet 1977 : une réglementation originelle mise en cause...

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001

CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 CONCLUSIONS ET PLAN D ACTION DU CONSEIL EUROPEEN EXTRAORDINAIRE DU 21 SEPTEMBRE 2001 Le Conseil européen s est réuni le 21 septembre 2001 en session extraordinaire afin d analyser la situation internationale

Plus en détail

UN SOUTIEN POUR L AVENIR. Programme de réadaptation physique

UN SOUTIEN POUR L AVENIR. Programme de réadaptation physique UN SOUTIEN POUR L AVENIR Programme de réadaptation physique Photo de couverture François Blaise/CICR Michael Kleiner/CICR Avec le soutien du CICR, les centres de réadaptation physique peuvent répondre

Plus en détail

Réchauffement diplomatique entre Cuba et les États- Unis : des clés pour comprendre la stratégie du président Obama

Réchauffement diplomatique entre Cuba et les États- Unis : des clés pour comprendre la stratégie du président Obama Centre d études interaméricaines Institut québécois des hautes études internationales 1030, avenue des Sciences-Humaines, Local 5455 Pavillon Charles-De Koninck, Université Laval Québec (Québec), CANADA,

Plus en détail

*** Observations du MEDEF

*** Observations du MEDEF Consultation de la Commission européenne sur les projets de communication et de règlement relatifs aux «procédures de transaction engagées dans les affaires d ententes». *** Observations du MEDEF En vue

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Section des Formations et des diplômes Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation des diplômes de l

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

Comprendre le Maroc 13

Comprendre le Maroc 13 Préface.......................................................................... 5 Comprendre le Maroc 13 Repères essentiels........................................................ 15 Territoire et ressources....................................................

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

Crise syrienne : état des lieux et options possibles. Alya de Postis* LES RESSORTS DE LA RÉSISTANCE DU RÉGIME DE BACHAR AL-ASSAD

Crise syrienne : état des lieux et options possibles. Alya de Postis* LES RESSORTS DE LA RÉSISTANCE DU RÉGIME DE BACHAR AL-ASSAD N 19 - Fondation Jean-Jaurès / Orion - Observatoire de la défense - 30 avril 2012 - page 1 Crise syrienne : et options Alya de Postis* * Consultante, spécialisée sur le Moyen-Orient LES RESSORTS DE LA

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

L APPROVISIONNEMENT DU CORRIDOR GAZIER SUD : LES AMBITIONS

L APPROVISIONNEMENT DU CORRIDOR GAZIER SUD : LES AMBITIONS L APPROVISIONNEMENT DU CORRIDOR GAZIER SUD : LES AMBITIONS POLITIQUES A L EPREUVE DES REALITES DU TERRAIN Marc-Antoine Eyl-Mazzega (Docteur du CERI-Sciences Po) En s appuyant sur la Commission européenne,

Plus en détail

Debriefing Simulation C- Roads (COP21) 21 Septembre 2015

Debriefing Simulation C- Roads (COP21) 21 Septembre 2015 Debriefing Simulation C- Roads (COP21) 21 Septembre 2015 Julia Clause 1. Attribution des rôles Les étudiants ont choisi celui des 6 grands groupes (+lobbies) qu ils voulaient représenter à la «simili-

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 La Médiatrice du cinéma est chargée de formuler son avis sur les propositions d engagements de

Plus en détail

CONTRAT D ASSOCIATION

CONTRAT D ASSOCIATION CONTRAT D ASSOCIATION (CABINET DE GROUPE) Entre les soussignés : Le docteur......., né(e) le......., demeurant à inscrit au Tableau de l Ordre National des Médecins sous le n...., carte d identité nationale

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU PROGRAMME DU TRAVAIL DE RESSOURCES HUMAINES ET DÉVELOPPEMENT SOCIAL CANADA Examen de la Loi sur l équité en matière d emploi : Regard vers l avenir Octobre 2006 Fédération canadienne

Plus en détail

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés»

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 3 ET 4 AVRIL 2009 COMMISSION DES RÈGLES ET USAGES L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» Avant-projet de décision à caractère normatif Portant réforme du Règlement Intérieur

Plus en détail