Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre"

Transcription

1 Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre Françoise Labrousse Spécialiste en Droit de l Environnement - European Counsel, Jones Day Paris Paris, le 7 mars 2006

2 Le changement climatique Selon le Groupe d Experts Intergouvernemental sur l Evolution du Climat (GIEC), l activité humaine (consommation de combustibles fossiles, élevage ) est à l origine de l accroissement de 32% de la concentration de CO2 dans l air depuis 1850 Cet accroissement ne peut être imputé à des événements naturels Augmentation du phénomène de l effet de serre entraînant le réchauffement climatique

3 LE CADRE JURIDIQUE DE LA MISE EN OEUVRE D UN MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE (MDP) I. Le cadre réglementaire d un MDP A. Au niveau international B. Le système communautaire C. Le dispositif français II. Mise en œuvre d un MDP A. Les différentes unités d émission négociables B. Les autorités compétentes C. Les grandes étapes d un MDP

4 A. Au niveau international 1. La Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) Adoptée au Sommet de la terre à Rio en 1992 Entrée en vigueur le 21 mars 1994 Ratifiée par 188 pays (dont la France) Reconnaît l origine humaine du changement climatique Objectif ultime : Stabiliser les concentrations de GES à un niveau qui empêche toute perturbation du climat par l homme

5 A. Au niveau international (suite) 2. Le Protocole de Kyoto Adopté par la 6 ème Conférence des Parties à la CCNUCC (CdP ou COP) en 1997 Entré en vigueur le 16 février 2005 Ratifié par 162 pays (61,6% des émissions de GES) Engagements quantifiés et juridiquement contraignants de réduction de GES dans 40 pays industrialisés Concerne les 6 principaux GES Objectif de réduction globale d ici 2012 de 5,2% des rejets de GES par rapport aux niveaux de 1990

6 A. Au niveau international (suite) 2. Le Protocole de Kyoto Dans une optique de prise en compte du coût de la réduction des GES : les 3 mécanismes de flexibilité Le MDP (Art. 12) est l un des 3 «mécanismes de flexibilité» avec la Mise en œuvre Conjointe (MOC, Art. 6) et l échange international de droits d émission (Art. 17) Objectifs / avantages recherchés : Intérêt environnemental au niveau mondial Transfert de technologie et contribution au développement durable des pays hôtes Intérêt financier pour les développeurs de projets : la cession des «crédits carbone»

7 B. Le système communautaire Ratification du Protocole de Kyoto par l Union Européenne et ses Etats Membres en mai 2002 Objectif commun de réduction de 8% des GES par rapport aux émissions de 1990 Le dispositif européen s articule autour du Protocole de Kyoto mais en aménage les principes Mise en place d un système d échange au niveau communautaire

8 B. Le système communautaire (suite) 1. La Directive 2003/87/CE du 13 octobre 2003 établissant un système d échange de quotas de GES (EU ETS) Concerne les entreprises et non pas les pays, comme dans le Protocole de Kyoto (environ installations) Deux périodes d engagement : et Autorisation d émettre des GES requise pour les entreprises assujetties à compter du 1er janvier 2005 Elaboration par les Etats Membres d un plan national d allocation des quotas (attribution gratuite : 95% pour la première période, 90% pour la deuxième) Allocation annuelle de quotas aux entreprises (European Allowances, EUAs)

9 B. Le système communautaire (suite) 2. La Directive 2004/101 du 13 novembre 2004 dite «linking» ou «crédits» Délai de transposition dans les Etats Membres : 13 novembre 2005 Modification de la Directive 2003/87 afin de «lier» les mécanismes de projet du Protocole de Kyoto au système européen Augmente la flexibilité du dispositif européen : possibilité pour les entreprises d utiliser les crédits : A compter de 2005 pour les projets MDP (délivrance directe sur le compte des exploitants) A compter de 2008 pour les projets MOC (délivrance après conversion sur le compte de l exploitant) Aucune limite d utilisation des URCE et URE pour la 1ère période

10 C. Le dispositif français 1. Le contexte réglementaire Le Code de l environnement : Quotas d émission de GES : Art. L à L insérés par l Ordonnance du 15 avril 2004 Mise en œuvre des activités de projet : Art. L à L insérés par la loi du 26 octobre 2005 (décret d application en attente) Le décret d application du 19 août 2004 sur les quotas Le décret du 23 décembre 2004 sur le registre national Le Plan National d Affectation des Quotas (PNAC) approuvé par décret du 25 février 2005 pour la période , en fonction : Des engagements internationaux de la France Des émissions et prévisions d émissions en France Des possibilités techniques et économiques de réduction des GES Des prévisions de création, d extension et de fermeture d installations (réserve de quotas) Arrêté du 25 février 2005: liste des exploitants et montant des quotas affectés

11 C. Le dispositif français (suite) 2. Les grands principes Les exploitants assujettis doivent obtenir une autorisation pour l émission de GES (l autorisation ICPE en tient lieu) Les quotas sont : Des biens meubles matérialisés par une inscription au compte de leur détenteur dans le registre national Ils sont négociables, transmissibles par virement de compte à compte et confèrent des droits équivalents à leurs détenteurs Attribution des quotas aux exploitants en 2 étapes : L affectation : l administration affecte aux exploitants des droits à émettre pour chaque période La délivrance des quotas par virement du compte de l Etat vers le compte de l exploitant dans le registre national (annuelle) Attribution de quotas complémentaires en cas de création ou d extension d une installation

12 C. Le dispositif français (suite) 3. Les obligations des exploitants assujettis Chaque année : Déclaration par l exploitant de ses émissions le 15 février au plus tard, accompagnée de l avis favorable d un vérificateur Vérification et validation par l inspection des IC Transmission à la CDC Restitution par l exploitant de ses quotas au 30 avril, par virement du compte d exploitant au compte de l Etat Vérification de conformité : Conformité : émissions d un niveau inférieur ou égal à celui des quotas affectés Non conformité : quotas insuffisants par rapport aux émissions déclarées

13 C. Le dispositif français (suite) 4. Les sanctions en cas de non conformité Emission par la CDC d un rapport transmis au Préfet (première semaine de mai) Le préfet adresse à l exploitant un PV de mise en demeure d avoir à se mettre en conformité dans un délai d un mois Sanction si absence de régularisation: Amende de 40 Euros par teqco2 manquante pour la première période 100 Euros pour la deuxième période Le paiement de l amende n est pas libératoire: obligation de restitution des quotas reportée sur l année suivante

14 C. Le dispositif français (suite) 5. Les solutions offertes aux exploitants : Limiter ses émissions (amélioration de l efficacité énergétique, investissement dans des dispositifs de réduction des émissions...) Acquérir des quotas ou crédits d émission sur le marché français ou européen Remplir une partie de leurs obligations en investissant ou en bénéficiant de crédits résultant de projets MOC ou MDP

15 LE CADRE JURIDIQUE DE LA MISE EN OEUVRE D UN MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE (MDP) I. Le cadre réglementaire d un MDP A. Au niveau international B. Le système communautaire C. Le dispositif français II. Mise en œuvre d un MDP A. Les différentes unités d émission négociables B. Les autorités compétentes C. Les grandes étapes d un MDP

16 A. Les différentes unités d émission négociables Les Les différentes unités unités d émission négociables (1 (1 Unité Unité = 1 Tonne Tonne Equivalent CO²) CO²) Des Etats Des Etats Les unités de quantité certifiées Les unités de quantité certifiées Distribuées Distribuées aux aux entreprises entreprises en en Europe Europe Les Les quotas quotas européens européens (European (European Allowances Allowances ou ou EUA) EUA) Distribuées en France Distribuées en France Provenant Provenant d'un d'un Projet Projet MOC MOC Provenant Provenant d'un d'un Projet Projet MDP MDP Les quotas d émission de GES Les quotas d émission de GES Les Les Unités Unités de de Réduction Réduction des des Emissions Emissions (URE (URE ou ou ERU) ERU) Les Les Unités Unités de de Réduction Réduction d Emissions d Emissions Certifiées Certifiées (URCE (URCE ou ou CER) CER)

17 B. Les autorités compétentes Le développeur du projet : Entité (publique ou privée) ayant la responsabilité opérationnelle du projet L Autorité Nationale Désignée (AND) du pays hôte : Chargée d approuver les projets MDP avant validation par le CE du MDP Vérification de la compatibilité des projets avec les objectifs de développement durable du pays Les Entités Opérationnelles Désignées (EOD) : Organismes nationaux et internationaux indépendants accrédités par le CE du MDP Valident les projets Mettent les documents relatifs au projet à la disposition du public et collectent leurs commentaires Vérifient et certifient les réductions d émissions Le Conseil Exécutif (CE) du MDP : Organe de supervision du MDP Enregistre les projets et délivre les URCE

18 C. Les Etapes d un MDP (1) Délais 8 mois 1 mois 3 à 6 mois 4 à 8 semaines Phase de conception du projet Définition Note d identification du Projet (NIP) Document Descriptif de Projet (PDD) Approbation nationale Pays Pays Investisseur Hôte Consultation / Validation du PDD Rapport de validation et soumission au Conseil Exécutif Enregistrement du Projet Ouverture d un compte dans le registre MDP Responsable Développeur de Projet Autorité Nationale Désignée (AND) Entité Opérationnelle Désignée Conseil Exécutif du MDP

19 C. Les Etapes d un MDP (2) Délais Mise en Oeuvre Responsable Période de Comptabilisation Surveillance conforme au plan de suivi Développeur En général 1 fois par an Vérification des réductions d émissions Rapport de certification Soumission au Conseil Exécutif Entité Opérationnelle Désignée 30 jours Demande de Ré-examen Refus de délivrance + Motifs Acceptation de la demande de certification Délivrance des URCE Inscription au crédit du compte dans le registre MDP Conseil Exécutif du MDP

Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre

Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre Le cadre juridique de la mise en œuvre d un Mécanisme pour un Développement Propre Françoise Labrousse Spécialiste en Droit de l Environnement - European Counsel, Jones Day Paris Paris, le 7 mars 2006

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés

relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS n 2004-C du 23 mars 2004 du Comité d urgence relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés

Plus en détail

Le parc éolien de la cimenterie de Tétouan. Courtesy of Patrick Rimoux (architecte)

Le parc éolien de la cimenterie de Tétouan. Courtesy of Patrick Rimoux (architecte) Le parc éolien de la cimenterie de Tétouan Courtesy of Patrick Rimoux (architecte) Sommaire 1 2 3 4 5 Lafarge Maroc en bref Choix de l électricité éolienne Parc éolien de Tétouan Exploitation du parc éolien

Plus en détail

Résumé. CONTRAINTE CARBONE EN MÉDITERRANÉE : Impacts différenciés et politiques de réduction d émissions de co2

Résumé. CONTRAINTE CARBONE EN MÉDITERRANÉE : Impacts différenciés et politiques de réduction d émissions de co2 Résumé COLLECTION «CONSTRUIRE LA MEDITERRANEE» CONTRAINTE CARBONE EN MÉDITERRANÉE : Impacts différenciés et politiques de réduction d émissions de co2 Les objectifs énergétiques de l Union Européenne pour

Plus en détail

Le Mécanisme pour un Développement Propre MDP - MAROC

Le Mécanisme pour un Développement Propre MDP - MAROC Royaume du Maroc Ministère de l Aménagement du Territoire, de l Eau et de l Environnement المملكة المغربية وزارة إعداد التراب الوطني والماء والبيي ة Le Mécanisme pour un Développement Propre MDP - MAROC

Plus en détail

MDP. Bamako, Octobre 2008 faouzi senhaji Risø. faouzi.senhaji@risoe.dk

MDP. Bamako, Octobre 2008 faouzi senhaji Risø. faouzi.senhaji@risoe.dk Rappel sur l architecture du MDP Bamako, Octobre 2008 faouzi senhaji Risø faouzi.senhaji@risoe.dk Architecture du MDP 1. Bref historique des négociations 2. Le Protocole de Kyoto et ses mécanismes 3. Accords

Plus en détail

INTRODUCTION A LA FINANCE CARBONE. Journée d étude Groupe Initiatives

INTRODUCTION A LA FINANCE CARBONE. Journée d étude Groupe Initiatives INTRODUCTION A LA FINANCE CARBONE Journée d étude Groupe Initiatives Renaud BETTIN Octobre 2012 1997 > 2005 La naissance de la finance carbone : Un heureux événement Historique : Pigou, EU ETS, et mécanismes

Plus en détail

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO)

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) MECANISMES DE DEVELOPPEMENT PROPRE (MDP) ETAT ACTUEL TUTELLE INTERNATIONALE

Plus en détail

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE)

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) Afin de faciliter la lecture, les références aux textes législatifs mentionnent simultanément l article concerné dans le Code

Plus en détail

Achat/Vente de Crédits Carbone : Risques et Précautions Juridiques. Sophie Hagège Associée, Jones Day Paris

Achat/Vente de Crédits Carbone : Risques et Précautions Juridiques. Sophie Hagège Associée, Jones Day Paris Achat/Vente de Crédits Carbone : Risques et Précautions Juridiques Sophie Hagège Associée, Jones Day Paris Résumé I. Rappel du Cadre Juridique Général II. Principaux Risques Juridiques Liés aux Ventes

Plus en détail

par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Philippe Dreye E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - septembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

La lutte contre le dérèglement climatique à différentes échelles

La lutte contre le dérèglement climatique à différentes échelles 0 La lutte contre le dérèglement climatique à différentes échelles A l échelle internationale - La Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) Instaurée en 1992 lors du

Plus en détail

CYCLE D UN PROJET MDP. Dr Massamba THIOYE Consultant

CYCLE D UN PROJET MDP. Dr Massamba THIOYE Consultant CYCLE D UN PROJET MDP Dr Massamba THIOYE Consultant Objectif Avoir une vue d ensemble du processus de production de Réduction d émission Certifié Comprendre le fonctionnement de chaque étape du processus

Plus en détail

Le «Prototype Carbon Fund» 1

Le «Prototype Carbon Fund» 1 Le «Prototype Carbon Fund» 1 Draft Benoit Lussis, le 31 janvier 2002 Institut pour un Développement Durable, Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@euronet.be 1 Introduction

Plus en détail

Introduction au Code de la compensation CO2 - Mars 2008

Introduction au Code de la compensation CO2 - Mars 2008 25/03/2008 1 Introduction au Code de la compensation CO2 - Mars 2008 La compensation volontaire implique le financement de réductions d émissions de dioxyde de carbone équivalentes aux émissions qu un

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 février 2014. PROPOSITION DE LOI REJETÉE PAR LE SÉNAT, visant

Plus en détail

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles Position de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) sur la proposition de règlement visant à réduire les émissions de CO2 des voitures neuves (COM(2007)856) Position adoptée par le Comité exécutif

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE FCCC/SBSTA/2003/3 25 mars 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS ORGANE SUBSIDIAIRE DE CONSEIL SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Dix-huitième

Plus en détail

Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013

Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013 Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013 Bilan réalisé avec le support de l agence conseil Prestataire habilité Bilan Carbone Membre de l Association des Professionnels en Conseil Carbone

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

AVIS PREALABLE A L ASSEMBLEE

AVIS PREALABLE A L ASSEMBLEE DAMARTEX Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Capital social : 103.096.000 euros Siège social : 25 avenue de la Fosse-aux-Chênes 59100 Roubaix 441.378.312 RCS Lille Métropole AVIS PREALABLE

Plus en détail

Evolution du système d échange de quotas de CO2

Evolution du système d échange de quotas de CO2 Evolution du système d échange de quotas de CO2 DREAL PACA Service Prévention Risques Unité Risques Chroniques et Sanitaires Un système européen (EU ETS) Elément central de la politique européenne climatique

Plus en détail

Gaz à effet de serre Réchauffement de la planète Changements climatiques importants

Gaz à effet de serre Réchauffement de la planète Changements climatiques importants ENVIRONNEMENT Le constat Gaz à effet de serre Réchauffement de la planète Changements climatiques importants Trouver des alternatives aux énergies fossiles Production d énergies non émettrices en CO² Mesures

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA INFORMATION CREANCIER

PRELEVEMENT SEPA INFORMATION CREANCIER PRELEVEMENT SEPA INFORMATION CREANCIER Le projet SEPA (Single Euro Payments Area : espace unique de paiements en euros) est un projet européen qui s inscrit dans le prolongement du passage aux pièces et

Plus en détail

Cadre légal régissant les hydrocarbures en Algérie

Cadre légal régissant les hydrocarbures en Algérie Cadre légal régissant les hydrocarbures en Algérie Journée de communication portant sur le cadre légal et contractuel régissant les hydrocarbures en Algérie. Alger, 25 novembre 2015 1 Dispositif règlementaire

Plus en détail

Actualités réglementaires environnementales

Actualités réglementaires environnementales POLLUTEC PARIS 2 décembre 2011 Arnault COMITI & Patrice ARNOUX Juristes Conseil au Pôle Environnement & Développement Durable Actualités réglementaires environnementales 1 2 09/12/2011 les nouveautés en

Plus en détail

Directives sur la redistribution aux entreprises du produit de la taxe sur le CO 2 par les caisses de compensation (DRE)

Directives sur la redistribution aux entreprises du produit de la taxe sur le CO 2 par les caisses de compensation (DRE) Directives sur la redistribution aux entreprises du produit de la taxe sur le CO 2 par les caisses de compensation (DRE) Valables à partir du 1 er janvier 2009 318.106.06 f DRE 2.09 Table des matières

Plus en détail

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS Le ministère du Développement du Nord et des Mines (MDNM) se fait un devoir de réduire les effets des activités d exploration et d exploitation des ressources

Plus en détail

Les mécanismes de projet

Les mécanismes de projet Les mécanismes de projet Changement climatique du protocole de Kyoto Franck Jésus Conseiller Environment du Directeur des Relations Internationales DGTPE MINEFI 04 juillet 2005 Le protocole de Kyoto: limiter

Plus en détail

RA 2014 Annexe Le décret de 1994

RA 2014 Annexe Le décret de 1994 DateDoc Bibli othèque nationale de France RA 2014 Annexe Le décret de 1994 29/05/2015 16:35:44 Bibliothèque nationale de France délégation à la Stratégie et à la Recherche version du 29 mai 2015 émetteur

Plus en détail

Soutien pour le développement d'une recherche aux auteurs, théoriciens et critiques d'art contemporain

Soutien pour le développement d'une recherche aux auteurs, théoriciens et critiques d'art contemporain Soutien pour le développement d'une recherche aux auteurs, théoriciens et critiques d'art contemporain Auteurs Informations générales Nom de la mesure Acronyme Code Mesure nationale/mesure communautaire

Plus en détail

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE. Résumé

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE. Résumé Luxembourg, le 17 avril 2008 Objet: Projet de loi n o 5810 relative aux acquisitions dans le secteur financier et portant transposition dans la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014. SOLVAY, plateforme de Tavaux

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014. SOLVAY, plateforme de Tavaux 18/12/2015 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014 SOLVAY, plateforme de Tavaux Le bilan d émissions de gaz à effet de serre de la société Rhodia Opération France a été établi conformément

Plus en détail

Le changement climatique : un défi incontournable

Le changement climatique : un défi incontournable CEP G 12/02/2009. Le changement climatique : un défi incontournable Dominique Defrise Constat Le capitalisme génère non seulement une crise financière majeure mais aussi une crise climatique. Les réponses

Plus en détail

Energie. Les certificats d économies d énergie

Energie. Les certificats d économies d énergie FICHE PEDAGOGIQUE DOMAINE Sous-domaine Energie Les certificats d économies d énergie Les certificats d économies d énergie (CEE ou C2E) ont été créés par les articles 14 à 17 de la loi de programme sur

Plus en détail

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme L 2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme Lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d années, la terre ne possédait pas d atmosphère. Il a fallu plusieurs millions d années pour

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

Texte des résolutions proposées

Texte des résolutions proposées 1 2 3 4 5 6 7 Résolutions de la compétence de l Assemblée Générale Ordinaire Première Résolution (Approbation des comptes sociaux de l exercice 2007) L Assemblée Générale, après avoir pris connaissance

Plus en détail

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011...

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011... G Annexe RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011...514 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2010 EDF 513 G ANNEXE Ordre du jour À TITRE ORDINAIRE : Approbation des rapports et comptes annuels

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/72/41 14 avril 2014 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

GUIDE DE L INVESTISSEUR EN ASSURANCE

GUIDE DE L INVESTISSEUR EN ASSURANCE MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE GUIDE DE L INVESTISSEUR EN

Plus en détail

Partenariat Etat - Région - ADEME 2007-2013 Demande d aide formulée au titre du Programme Action Climat INVESTISSEMENT

Partenariat Etat - Région - ADEME 2007-2013 Demande d aide formulée au titre du Programme Action Climat INVESTISSEMENT Partenariat Etat - Région - ADEME 2007-2013 Demande d aide formulée au titre du Programme Action Climat INVESTISSEMENT Je soussigné,.en qualité de représentant légal du demandeur ayant qualité pour l engager

Plus en détail

TRANSPORT DES DECHETS

TRANSPORT DES DECHETS TRANSPORT DES DECHETS Synthèse du décret n 98-679 du 30 juillet 1998 fixa nt les conditions à remplir pour les activités de transport par route, négoce et courtage de déchets Transport par route des déchets

Plus en détail

Commune municipale d Orvin

Commune municipale d Orvin Commune municipale d Orvin Règlement sur les élections et votations par les urnes Table des matières A. Registre des électeurs...3 B. Bureau de vote...4 C. Dispositions finales et transitoires...5 Certificat

Plus en détail

Le statut des «Gens du Voyage»

Le statut des «Gens du Voyage» Le statut des «Gens du Voyage» et ses conséquences discriminatoires légales Janvier 2013 Sommaire 1 ère partie Quelques définitions 1.1. Les «Gens du Voyage» 1.2. Sans Domicile ni Résidence Fixe 1.3. Les

Plus en détail

5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE

5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE 5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE F. 2006 343 [C 2006/27007] 12 JANVIER 2006. Arrêté du Gouvernement wallon relatif à la vérification des déclarations des

Plus en détail

2015 : dernière chance pour le système européen d échange de quotas d émissions de CO2

2015 : dernière chance pour le système européen d échange de quotas d émissions de CO2 2015 : dernière chance pour le système européen d échange de quotas d émissions de CO2 Analyse et principales recommandations du WWF 1. Le système d échange de quotas de CO2 européen est en crise structurelle

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

Environnement France Chine Conférence-cocktail de rentrée

Environnement France Chine Conférence-cocktail de rentrée Environnement France Chine Conférence-cocktail de rentrée Jeudi 27 janvier 2011 à 18H30 - JONES DAY Environnement France Chine (association loi de 1901) 11, rue Saint Dominique 75007 Paris www.environnement-france-chine.org

Plus en détail

BULLETIN D ADHESION (MEMBRE ADHÉRENT BENEFICIAIRE)

BULLETIN D ADHESION (MEMBRE ADHÉRENT BENEFICIAIRE) 11, rue Jean Jaurès - B.P. 277-74007 ANNECY CEDEX Tél 04 50 45 69 94 - Fax 04 50 45 06 70 cga74@cga74.com www.cga74.com BULLETIN D ADHESION (MEMBRE ADHÉRENT BENEFICIAIRE) Bulletin reçu au Centre le.. N....

Plus en détail

DIRECTIVE SUR LA MANIERE DE PRENDRE EN CONSIDERATION LA FORTUNE IMMOBILIERE DES BENEFICIAIRES DU RI. Approbateur : Cheffede service

DIRECTIVE SUR LA MANIERE DE PRENDRE EN CONSIDERATION LA FORTUNE IMMOBILIERE DES BENEFICIAIRES DU RI. Approbateur : Cheffede service DEPARTEMENT DE LA SANTE ET DE L'ACTION SOCIALE SERVICE DE PREVOYANCE ET D'AIDE SOCIALES DIRECTIVE SUR LA MANIERE DE PRENDRE EN CONSIDERATION LA FORTUNE IMMOBILIERE DES BENEFICIAIRES DU RI Emetteur/n directive

Plus en détail

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME»

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME» 1 Institut Européen pour la Gestion Raisonnée de l Environnement (IEGRE) 83 boulevard de Courcelles, 75008 Paris 06 78 05 09 88 garrigues@iegre.net 4 mai 2010 Appréciation de la qualité de l Etude d Impact

Plus en détail

Bitume Québec. 30 novembre et 1 er décembre 2011. Gestion de la qualité en chaussées souples

Bitume Québec. 30 novembre et 1 er décembre 2011. Gestion de la qualité en chaussées souples Bitume Québec 30 novembre et 1 er décembre 2011 Gestion de la qualité en chaussées souples Les étapes de l inspection des travaux Présenté par : Bouchra Hassane, ing. Introduction Réception des travaux

Plus en détail

News. Prochaines Accueil Nouveautés étapes Actualités Contact

News. Prochaines Accueil Nouveautés étapes Actualités Contact N 2 Février 2015 News letter www.postalcarbonfund.com Prochaines Accueil Nouveautés étapes Actualités Contact Éditorial EN ROUTE POUR COP 21 COP21, la prochaine conférence de négociation sur le changement

Plus en détail

Les partenaires de l étude

Les partenaires de l étude Les partenaires de l étude VIVAPOLIS est la marque ombrelle visant à fédérer les acteurs français publics et privés qui veulent promouvoir, à l international, une ambition partagée d un développement urbain

Plus en détail

Règlement d usage de la marque imprim vert

Règlement d usage de la marque imprim vert Règlement d usage de la marque imprim vert P2i Pôle d'innovation de l'imprimerie Octobre 2009 RÈGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE IMPRIM VERT La marque Imprim Vert, marque collective simple, est la propriété

Plus en détail

captage stockage carbone Garantir une utilisation en toute sécurité du et du du en Europe Agir pour le climat

captage stockage carbone Garantir une utilisation en toute sécurité du et du du en Europe Agir pour le climat Garantir une utilisation en toute sécurité du captage stockage carbone en Europe et du du Agir pour le climat Le captage et le stockage du carbone (CSC) est une nouvelle technologie susceptible d apporter

Plus en détail

Vu le Traité instituant la Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale,

Vu le Traité instituant la Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale, REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DE LA BEAC Le Conseil d Administration de la Banque des Etats de l Afrique Centrale (BEAC), Vu le Traité instituant la Communauté Economique et Monétaire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 15 septembre 2015. Novethic Une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 15 septembre 2015. Novethic Une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21 DOSSIER DE PRESSE Mardi 15 septembre 2015 Novethic Une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21 Novethic, une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21 Depuis sa création

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION FORMATION MENTION B

FORMULAIRE D INSCRIPTION FORMATION MENTION B 29 Rue Amiral Troude - 29 200 BREST eau.libre@gmail.com - www.eaulibre.fr 06 09 10 01 45 OF N 53 29 08623 29 FORMULAIRE D INSCRIPTION FORMATION MENTION B TYPE DE FORMATION : Classe 0B Classe IB Classe

Plus en détail

Résolution XII.11. Les tourbières, les changements climatiques et l utilisation rationnelle : implications pour la Convention de Ramsar

Résolution XII.11. Les tourbières, les changements climatiques et l utilisation rationnelle : implications pour la Convention de Ramsar 12 e Session de la Conférence des Parties à la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) Punta del Este, Uruguay, 1 er au 9 juin 2015 Résolution XII.11 Les tourbières, les changements climatiques

Plus en détail

REGLEMENT D ATTRIBUTION D UNE SUBVENTION AUX ASSOCIATIONS PARTICIPANT AUX ACTIVITES DU PARC NATUREL REGIONAL DE LA GUYANE

REGLEMENT D ATTRIBUTION D UNE SUBVENTION AUX ASSOCIATIONS PARTICIPANT AUX ACTIVITES DU PARC NATUREL REGIONAL DE LA GUYANE REGLEMENT D ATTRIBUTION D UNE SUBVENTION AUX ASSOCIATIONS PARTICIPANT AUX ACTIVITES DU PARC NATUREL REGIONAL DE LA GUYANE 1 CADRE JURIDIQUE Vu, l article L. 1611-4 du Code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

Attestation sur l honneur. Isolation des toitures terrasses

Attestation sur l honneur. Isolation des toitures terrasses Attestation sur l honneur Document à compléter de façon lisible et de préférence en majuscules. Les parties précédées d un astérisque (*) sont obligatoires. Partie réservée à VIALIS - Conditions pour la

Plus en détail

L'HISTORIQUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

L'HISTORIQUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE L'HISTORIQUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Défini en 1987 par la commission Brundtland comme "un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre

Plus en détail

Attestation sur l honneur. Fenêtre ou porte-fenêtre complète avec vitrage isolant

Attestation sur l honneur. Fenêtre ou porte-fenêtre complète avec vitrage isolant Attestation sur l honneur Document à compléter de façon lisible et de préférence en majuscules. Les parties précédées d un astérisque (*) sont obligatoires. Partie réservée à VIALIS - Conditions pour la

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris

Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Page 1 sur 9 AUDIKA GROUPE Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 12 rue de Presbourg 75116 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et extraordinaire

Plus en détail

FICHE D AUTO EVALUATION destinée aux familles Revalorisation barème Bourses de lycée - Année 2015-2016

FICHE D AUTO EVALUATION destinée aux familles Revalorisation barème Bourses de lycée - Année 2015-2016 FICHE D AUTO EVALUATION destinée aux familles Revalorisation barème Bourses de lycée - Année 2015-2016 Cette fiche doit vous permettre de déterminer si vous pouvez présenter une demande de bourse nationale

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL Introduction Le mandat de l OCRCVM est d agir en tant qu organisme d autoréglementation pour le compte

Plus en détail

CONVOCATIONS UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE

CONVOCATIONS UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE Société anonyme au capital de 15 467 031,07. Siège social : 32, avenue d'iéna - 75116 PARIS. 473 801 330

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

Réduction des émissions de gaz à effet de serre: quels instruments économiques? pour quelles partitions? Françoise Thais

Réduction des émissions de gaz à effet de serre: quels instruments économiques? pour quelles partitions? Françoise Thais Réduction des émissions de gaz à effet de serre: quels instruments économiques? pour quelles partitions? Françoise Thais francoise.thais@cea.fr 1 Un prix du carbone à sa juste mesure Fournir un signal-prix

Plus en détail

Accord instituant la Conférence européenne de biologie moléculaire

Accord instituant la Conférence européenne de biologie moléculaire Accord instituant la Conférence européenne de biologie moléculaire Les Etats parties au présent Accord, conscients du rôle important joué par la biologie moléculaire pour le progrès de la science et le

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 1. Objet...2 2. Interprétation...3 3. Champ d application...3 4. Définition...3 CHAPITRE II MESURES...3 Section I : Comité de sélection...3

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVP1408003A Intitulé du texte : arrêté relatif aux conditions de mise en œuvre des obligations de reprise par les distributeurs des équipements électriques

Plus en détail

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance vie DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions

CURRICULUM PQAP MODULE : Assurance vie DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions CURRICULUM PQAP MODULE : DURÉE DE L EXAMEN : 75 minutes - NOMBRE DE QUESTIONS : 30 questions Compétence : Recommander des produits individuels et collectifs d assurance vie adaptés à la situation et aux

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types. Article 8.1.2 Trame type de Proposition d Entrée en File d Attente Producteur

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types. Article 8.1.2 Trame type de Proposition d Entrée en File d Attente Producteur Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.1.2 Trame type de Proposition d Entrée en File d Attente Producteur Document valide pour la période du 1 er juin 2010 à ce jour 15

Plus en détail

Agendas d accessibilité programmée. ERP et IOP. présenté par Eric Heyrman délégation ministérielle à l accessibilité

Agendas d accessibilité programmée. ERP et IOP. présenté par Eric Heyrman délégation ministérielle à l accessibilité Agendas d accessibilité programmée ERP et IOP présenté par Eric Heyrman délégation ministérielle à l accessibilité SOMMAIRE 1 - L accessibilité de tous, partout 2 - Les évolutions réglementaires 2.1 L

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

Le rôle du préfet en matière d associations syndicales de propriétaires

Le rôle du préfet en matière d associations syndicales de propriétaires Le rôle du préfet en matière d associations syndicales de propriétaires Fiche n 12 Références : Ordonnance (O) n 2004-632 du 1er juillet 2004 relative aux associations syndicales de propriétaires Décret

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVR1523519D Intitulé du texte : décret relatif aux bilans d émission de gaz à effet de serre Ministère à l origine de la mesure : ministère de l écologie,

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

13. PROTOXYDE D'AZOTE (N2O)

13. PROTOXYDE D'AZOTE (N2O) 1.Introduction.1.1.Toxicité / effet sur l'environnement 13. PROTOXYDE D'AZOTE (N2O) Le protoxyde d azote (N2O) présent dans l air ambiant n est pas toxique pour la santé, l environnement naturel ou l environnement

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE L ASSEMBLEE GENERALE D AREVA DU 20 MAI 2014

COMPTE-RENDU DE L ASSEMBLEE GENERALE D AREVA DU 20 MAI 2014 COMPTE-RENDU DE L ASSEMBLEE GENERALE D AREVA DU 20 MAI 2014 L Assemblée Générale Mixte des Actionnaires d AREVA s est réunie le 20 mai 2014 à la Tour AREVA, 1 Place Jean Millier 92400 Courbevoie, sous

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Cession d un bâtiment communal

CAHIER DES CHARGES Cession d un bâtiment communal CAHIER DES CHARGES Cession d un bâtiment communal Wissembourg, 31, Rue des Quatre Vents Service Juridique - Mairie de Wissembourg Octobre 2014 Cahier des charges Wissembourg, 31 Rue des Quatre Vents 1

Plus en détail

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Table des matières Page A) Plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec 2 B) Règlement sur le fichier et sur les renseignements des

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE Réalisé par Okavango Energy selon les principes de la norme ISO 14064-1 le protocole GHG et la méthodologie du Bilan Carbone Rapport du 8 décembre 2015 Pernod SA

Plus en détail

PROJET DE TRANSFERT DU SIEGE SOCIAL DE SWORD GROUP SE AU GRAND DUCHE DE LUXEMBOURG

PROJET DE TRANSFERT DU SIEGE SOCIAL DE SWORD GROUP SE AU GRAND DUCHE DE LUXEMBOURG SWORD GROUP SE Société Européenne au capital de 9.289.965 euros Siège Social : 9 avenue Charles de Gaulle 69370 SAINT DIDIER AU MONT D OR 438 305 054 RCS LYON PROJET DE TRANSFERT DU SIEGE SOCIAL DE SWORD

Plus en détail

État et tendances du marché carbone 2012

État et tendances du marché carbone 2012 Ce document a été traduit en français par Pierre Guigon, consultant au sein de l Unité Finance Carbone de la Banque mondiale. Le présent document est la traduction du premier chapitre d un rapport intitulé

Plus en détail

Journal Officiel - Numéro Spécial - 12 juillet 2008

Journal Officiel - Numéro Spécial - 12 juillet 2008 59 LOI N 08/008 DU 07 JUILLET 2008 PORTANT DISPOSITIONS GENERALES RELATIVES AU DESENGAGEMENT DE L ETAT DES ENTREPRISES DU PORTEFEUILLE EXPOSE DES MOTIFS Le programme de désengagement s inscrit dans le

Plus en détail

Contrôles Périodiques

Contrôles Périodiques Contrôles Périodiques Mardi de la DGPR 6 décembre 2011 DGPR / SRT / BNEIPE Mathias PIEYRE Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes

Plus en détail

Convention du de délégation de compétence en matière de services PAM

Convention du de délégation de compétence en matière de services PAM Convention du de délégation de compétence en matière de services PAM ENTRE : Accusé de réception Ministère de l intérieur 60447177 Acte Certifié exécutoire - Le SYNDICAT DES TRANSPORTS D ILE-DE-FRANCE,

Plus en détail

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 modifiée [NB - Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 portant organisation des services publics de l eau potable et

Plus en détail

Le présent Règlement Intérieur précise et compète les dispositions de la Convention de Libreville portant création du RIARC.

Le présent Règlement Intérieur précise et compète les dispositions de la Convention de Libreville portant création du RIARC. VERSION MODIFIEE DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR ET FINANCIER TITRE I : REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 er : OBJET Le présent Règlement Intérieur précise et compète les dispositions de la Convention de Libreville

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

Fiche de travail: questionnaires

Fiche de travail: questionnaires Fiche de travail: questionnaires Objectifs: mieux faire comprendre aux élèves les effets du changement climatique. Sources documentaires: www.climatechange.eu.com: guide de l'élève: «Le changement climatique,

Plus en détail

DGFiP - Bureau CL1B décembre 2014 DGOS. Fiche n 15

DGFiP - Bureau CL1B décembre 2014 DGOS. Fiche n 15 DGFiP - Bureau CL1B décembre 2014 DGOS Fiche n 15 Calendrier de remise des comptes annuels et des documents nécessaires à la certification, au certificateur des établissements publics de santé dont les

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ DES PERSONNES HANDICAPÉES

ACCESSIBILITÉ DES PERSONNES HANDICAPÉES ACCESSIBILITÉ DES PERSONNES HANDICAPÉES Politique de l'eau Réunions de présentation aux collectivités locales 1 1/32 L accessibilité : qui est concerné? Personnes handicapées Politique de l'eau Personnes

Plus en détail