Documentation Loutre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Documentation Loutre"

Transcription

1 Documentation Loutre préparée à la demande du WWF-Suisse KORA Tel Thunstrasse 31 Fax CH-3074 Muri

2 Documentation Loutre Chère lectrice, Cher lecteur, Autrefois présente en nombre dans nos cours d eau, la loutre a disparu de Suisse. Les dernières traces ont en effet été trouvées sur la rive sud du Lac de Neuchâtel en L emprise croissante de l homme sur l environnement a eu raison de cette espèce emblématique non seulement dans notre pays, mais aussi dans bon nombre de contrées européennes. Pourtant depuis quelques années, des signes d amélioration sont visibles. Plusieurs populations prospèrent et accroissent leur aire de distribution, soit naturellement ou suite à des lâchers. Comme certaines d entre elles ne sont pas très éloignées de nos frontières, un retour naturel de la loutre en Suisse n est pas à exclure. La réapparition d un prédateur susceptible d interférer avec les intérêts économiques de l homme ne va pas sans heurts. Le lynx et le loup sont là pour nous le rappeler. Une bonne information est par conséquent nécessaire pour créer des bases de discussion et contribuer par la suite à la mitigation des conflits. C est dans cette optique que nous proposons à toutes personnes concernées ou intéressées par la loutre cette documentation qui leur fera découvrir les thèmes suivants: Systématique et description Distribution Signes de présence Biologie de la loutre La loutre et l homme La loutre en Suisse Statut légal de la loutre Toutes les rubriques sont brèves afin que vous puissiez en prendre connaissance rapidement. Elles sont toutefois incomplètes. Pour obtenir une vision plus complète du sujet, vous devrez inévitablement vous pencher sur cette thématique de façon plus approfondie. Les références qui se trouvent en fin de document peuvent vous aider à y parvenir. En outre, vous pouvez obtenir auprès de KORA d autres articles et des références bibliographiques portant sur les prédateurs indigènes. Vous pouvez nous atteindre à l adresse suivante: KORA, Thunstrasse 31, CH-3074 Muri Jean-Marc Weber Tél: Fax:

3 Systématique et description La loutre européenne (Lutra lutra), aussi connue sous le nom de loutre eurasienne, appartient à la famille des mustélidés tout comme la belette, l hermine, le putois, la martre, la fouine et le blaireau. Vu la diversité de ses membres, la famille des mustélidés est subdivisée en cinq sous-familles, dont celle des lutrinés. La loutre européenne y est inclue en compagnie d une douzaine d autres espèces de loutres parmi lesquelles on peut citer la loutre de mer (Enhydra lutris), la loutre géante du Brésil (Pteronura brasiliensis), la loutre du Canada (Lontra canadensis) et la loutre à joues blanches (Aonyx capensis). Le corps de la loutre, allongé et fuselé, mesure en moyenne 70 cm chez le mâle et 65 chez la femelle. Il est pourvu d une queue épaisse et longue atteignant près de 50 cm chez le mâle et environ 40 cm chez la femelle. Le poids varie de 7 kg (femelle) à 10 kg, voire exceptionnellement 14 kg (mâle). Le dimorphisme sexuel est donc important. La tête est aplatie et le museau, garni de moustaches longues et dures, est large. Les oreilles sont petites. Le pelage est brun foncé, à l exception de la gorge, de la poitrine et du ventre qui sont grisâtres. Certains individus peuvent présenter des taches blanches de grandeur variable sur la gorge. La loutre est une espèce très bien adaptée à la vie aquatique. La forme allongée de son corps lui garantit un hydrodynamisme parfait. Telle une rame, sa queue épaisse et musclée assure la propulsion subaquatique. Elle joue également le rôle de gouvernail lors des déplacements rapides. Dotées d une palmure, les quatre pattes sont utilisées lorsque la loutre nage en surface. Pour accélérer, elle effectue des mouvements ondulatoires avec la partie postérieure du corps, de haut en bas, les pattes avant plaquées le long des flancs. Sa nage ressemble alors à celle d un dauphin. L épaisse fourrure on a dénombré environ 60'000 poils par cm 2 de peau! - comprend deux types de poils : les poils fins, d une longueur de 10 à 15 mm, forment une couche dense dans laquelle les bulles d air sont retenues, assurant ainsi l isolation thermique du corps lors de la nage. Plus longs (env. 25 mm), les poils de garde sont imperméables grâce aux sécrétions graisseuses des glandes cutanées. En plongée, les oreilles et les narines se ferment hermétiquement. De plus, un mécanisme lui permet d adapter la courbure de l iris d une manière telle que sa vue demeure performante en eaux claires. En eaux troubles ou de nuit, ses longues vibrisses l aident à s orienter et à détecter ses proies. Elle reste en général peu de temps sous l eau. Les plongées durent de 10 à 40 secondes. En surface, l odorat de la loutre est très performant. Lorsque le vent est favorable, elle peut, expérience faite, repérer un homme à plus de cent mètres. Sur terre, la loutre est moins agile. Elle se déplace en marchant ou par bonds.

4 Distribution Historiquement, l aire de répartition de la loutre s étendait de l Irlande au Japon et du nord de la Finlande à l Afrique de nord et à l Indonésie. Au cours du siècle dernier, les effectifs de loutre se sont effondrés dans de nombreuses régions, entraînant sa disparition dans plusieurs pays. En Europe à l heure actuelle, la loutre est encore répandue au nord et dans la plupart des pays de l Est, dans l ouest et le centre de la France, en péninsule ibérique, ainsi que sur une grande partie des îles britanniques (figure 1). Elle a disparu de la zone centrale du continent. Pour renforcer certaines populations, des réintroductions ont été effectuées durant la dernière décennie, notamment en Angleterre, en Espagne, dans le nord de l Italie, en France (Alsace) et en Tchéquie. Un programme de réintroduction est actuellement en cours au Pays-Bas. Fig. 1 : Distribution actuelle de la loutre en Europe.

5 Signes de présence De part sa nature discrète et ses moeurs nocturnes sur la majeure partie de son aire de répartition, la loutre est un animal difficile à observer. Certes, il existe des régions qui offrent aux naturalistes de bonnes opportunités de voir leur espèce favorite en action comme la côte ouest écossaise, les îles Shetlands et Orcades en sont -, mais généralement on doit se contenter des signes de présence. Les crottes, plus connues sous le nom d épreintes, sont des indices fréquemment découverts dans les habitats colonisés par la loutre. Les épreintes fraîches sont en principe noires et elles dégagent une odeur musquée assez doucereuse et très caractéristique. De taille et de forme variables, elles ressemblent à un petit amas gluant contenant les restes indigestes des repas (par exemple écailles et vertèbres de poissons, os d amphibiens). Elles peuvent atteindre 6 cm. Avec le temps, en séchant, les épreintes se décolorent et se désagrègent progressivement. La loutre dépose ses excréments sur de petits promontoires, bien en évidence pour marquer son territoire. On peut les trouver sur de gros cailloux émergeant des cours d eau ou le long des rives, sur de vieilles souches, sur des touffes d herbes ou sur les rebords bétonnés situés sous les ponts. Les épreintes servent aussi à marquer l entrée de la catiche. Les traces sont également des indices utiles pour mettre en évidence la présence de la loutre. Assez arrondie, l empreinte du pied antérieur mesure environ 6 cm de long sur 6 de large. La taille du pied postérieur, plus allongé, est de 6 x 7,5 cm. Les empreintes supérieures à 6,5 cm appartiennent selon toute vraisemblance à des mâles, alors que celles qui sont inférieures à 4,5 cm laissent supposer la présence de jeunes. Idéalement, sur un substrat mou par exemple, les cinq doigts des pieds, les griffes, la pelote plantaire et quelquefois la palmure sont visibles (figure 2). Toutefois, il arrive souvent que seuls quatre ou même trois doigts sont discernables, car les externes, de plus petite taille, ne marquent pas le substrat (figure 3). Dans ces circonstances, une caractéristique permet de distinguer une trace de loutre de celle d un chien ou d un renard : l empreinte de la loutre n est pas symétrique. En effet, la moitié gauche n est pas l image miroir de la droite. La longueur du pas est d environ 35 cm lorsque la loutre marche et les empreintes se superposent pratiquement. Lorsqu elle galope, le pas est de 50 cm et les empreintes sont bien distinctes. Lors des déplacements par bonds, les quatre pieds sont regroupés et la distance entre les groupes d empreintes varie de 80 à 100 cm (figure 4). Il existe d autres types d indices révélateurs de la présence de la loutre. Les coulées sont des passages fréquemment utilisés par l animal lorsqu il se déplace sur la terre ferme. L herbe y est très distinctement foulée. Ces coulées deviennent d impressionnants sillons dans la neige. Pour se mettre à l eau, la loutre emprunte régulièrement les mêmes couloirs, glissant littéralement le long de la rive. Ce sont les fameux toboggans qui sont également utilisés dans les phases de jeu. Lorsqu elle sort de l eau, la loutre aime se rouler dans l herbe pour essuyer sa fourrure. Ces endroits, reconnaissables à l herbe couchée, s appellent des places de ressui. Les restes de repas constituent un autre signe de présence de l espèce, à condition que l identification soit confirmée par une crotte ou une empreinte.

6 Signes de présence Documentation Loutre Fig. 2 : Empreintes de loutre (boue), Ecosse. photo Jean-Marc Weber Fig. 3: Empreintes de loutres (sable), Ecosse. photo Jean-Marc Weber Fig. 4 : Piste de loutre : galop, bonds et trot (in Operation Otter, P. Wayre). Source : Fetter-Keulen & Fetter-Keulen (1990)

7 Biologie de la loutre Habitat Les milieux susceptibles d accueillir la loutre sont variés. Elle peut aussi bien exploiter les lacs et les étangs que les grandes rivières, les canaux et les petits ruisseaux. On la rencontre également dans les estuaires et le long des côtes marines. En fait, tout habitat aquatique est favorable pour autant qu il fournisse de la nourriture et des abris en suffisance. On estime qu un cours d eau avec une biomasse de poissons supérieure à 100 kg/ha constitue un habitat optimal pour la loutre. Il devient sub-optimal si la biomasse est comprise entre 50 et 100 kg/ha, et défavorable si elle est inférieure à 50 kg/ha. La couverture végétale des rives doit être fournie pour permettre à la loutre de trouver les gîtes qui lui sont nécessaires pour se reposer ou mettre bas ses jeunes. Les roselières sont particulièrement appréciées par l espèce. On distingue plusieurs types de gîtes : les couches, les abris et les catiches. Les couches sont des places de repos à ciel ouvert et situées dans des endroits calmes. Partiellement protégés et utilisés pour le repos diurne et nocturne, voire pour la reproduction, les abris peuvent être localisés dans des crevasses de rocher, sous des buissons denses ou des racines, ou dans des structures artificielles (p. ex. constructions, carcasse de voiture!). Enfin, les catiches sont des endroits protégés, généralement situés dans des terriers aménagés ou creusés par la loutre et servant à la mise bas et à l élevage des jeunes. Si les possibilités de gîtes font défaut aux abords du cours d eau, la loutre peut s en éloigner de plusieurs centaines de mètres. Domaines vitaux et activité La taille du domaine vital d une loutre varie considérablement. Quelques centaines de mètres de rive situés en zone côtière très productive suffisent à un individu. Par contre, une loutre établie sur un cours d eau plus pauvre a besoin d un territoire linéaire de 10 à 40 km, voire jusqu à 70 km pour certains mâles. En effet, à l instar d autres espèces de mustélidés, le domaine vital des mâles est généralement plus grand que celui des femelles. Il n est d ailleurs pas rare qu un territoire de mâle englobe plusieurs domaines vitaux de femelles. En eau douce, la loutre est essentiellement nocturne alors qu en zone côtière elle est largement active de jour notamment parce que ses proies principales sont inactives à ce moment là. L activité semble donc être avant tout régulée par des considérations d ordre alimentaire. Une étude menée sur les loutres côtières a montré qu un individu passe les ¾ de son temps dans sa catiche. Lors de la phase active, près de la moitié du temps est consacré à la chasse, 25 % au repos en surface et 20 % à l entretien du pelage. Il est en effet impératif pour une loutre vivant en milieu marin de se débarrasser du sel incrusté dans ses poils par des bains d eau douce, sinon la fourrure perd ses propriétés isolantes et l animal risque une pneumonie. Communication Les épreintes que la loutre dépose sur l ensemble de son domaine vital dégagent une odeur produite par les glandes anales. Très puissante, cette odeur peut être facilement détectée par des congénères capables de discriminer entre les épreintes de différents individus. A l heure actuelle, le contenu du message colporté par l odeur n est pas encore connu, mais il pourrait donner des indications sur l âge et le sexe de la loutre ayant marqué. L épreinte signalerait également aux membres d un groupe qu un individu exploite les ressources alimentaires d une zone définie, ce pour éviter les interactions agressives. Pour communiquer, la loutre dispose d une variété de cris dont le plus connu est le sifflement. Celui-ci est utilisé par les membres d une famille pour rester en contact les uns avec les autres. Lorsqu elle menace, avertit d un danger ou est anxieuse, la loutre chuinte bruyamment.

8 Biologie Documentation Loutre Nourriture Les poissons forment la part prépondérante du régime alimentaire de la loutre. En Grande-Bretagne, par exemple, ils représentent les 70 à 95 % des proies habituellement consommées par ce prédateur. Dans notre pays, l analyse d épreintes récoltées sur les bords de la Schwarzwasser (BE) suite aux lâchers effectués en 1975 (voir la loutre en Suisse) donne une figure similaire : 71% des proies identifiées sont des poissons. Opportuniste, la loutre incorpore dans son régime alimentaire diverses espèces de poissons en fonction notamment de leur abondance et de la facilité qu elle a à les capturer. L anguille, la perche, le brochet et les salmonidés comptent parmi les poissons les plus fréquemment consommés en Europe occidentale. La taille des prises est généralement comprise entre 15 et 30 cm, mais il n est pas rare que des épinoches de moins de 5 cm ou, en zones côtières, des roussettes de plus 50 cm soient capturées. Dans certaines régions ou selon les saisons, la loutre se nourrit largement d amphibiens ou d écrevisses. Les oiseaux d eau, tels la foulque, la poule d eau et les canards, ainsi que certaines espèces de mammifères petits rongeurs et lapin de garenne en Ecosse apparaissent occasionnellement parmi ses proies. La loutre se situe au sommet de la chaîne alimentaire, et hormis l homme, voire le lynx et le loup, elle n a pas de prédateurs susceptibles de limiter ses effectifs. Hérons, cormorans et harles consomment les mêmes espèces de poissons que la loutre, mais, à moins d être présents en grands nombres, ils ne constituent pas un risque pour elle. Reproduction La loutre se reproduit dès l âge de deux ans. Bien que capable de produire des jeunes chaque année, seuls 60% des femelles le font, vraisemblablement en raison de contraintes liées à la qualité de l habitat ou à la densité locale de loutres. La gestation dure environ 9 semaines. Le nombre de jeunes par portée est habituellement de 2 à 3. Ceux-ci naissent aveugles, mais sont déjà pourvus de poils. En Angleterre, les naissances se produisent toute l année, alors que dans les régions plus septentrionales comme la Suède ou la Russie celles-ci ont lieu au printemps. En Allemagne, la loutre se reproduit au printemps et en été. Ces variations sont probablement liées à la disponibilité alimentaire et à la dureté du climat. Le développement des jeunes est lent. Ils ouvrent les yeux après 4 à 5 semaines et sont totalement sevrés à 3 mois. Ils restent néanmoins dépendants de leur mère pendant plusieurs mois, la quittant généralement entre 7 et 12 mois. Mortalité Potentiellement, la loutre peut vivre environ 10 ans, mais peu d individus parviennent à cet âge en nature. Les données fiables sur les causes de mortalité sont difficiles à obtenir, vu la petite taille des échantillons à disposition. Néanmoins, une étude menée aux Shetland a montré que près de la moitié des loutres examinées avaient été victimes d une mort violente. Trafic routier et noyade dans les casiers à homard étaient les facteurs principaux de mortalité. La pénurie de proies constitue la cause principale de mort naturelle. Les collisions avec des véhicules et les noyades dans des nasses ou des filets sont également les principaux facteurs de mortalité chez les loutres d Europe continentale à l heure actuelle.

9 La loutre et l homme La grande qualité de sa fourrure a très vraisemblablement incité l homme à chasser la loutre il y a fort longtemps déjà. Les premiers récits historiques faisant état de la valeur marchande des peaux de loutres proviennent d Irlande et datent du début du 15 e siècle. Toutefois même si le commerce de la fourrure pouvait générer d appréciables revenus, le nombre de loutres tuées exclusivement dans ce but demeure peu important dans la plupart des pays européens. La protection des ressources piscicoles constituait un facteur de motivation supérieur pour chasser la loutre. Elle était en effet souvent décrite comme un démon cruel capable des pires déprédations dans les viviers. Dès le 14 e siècle, des chasseurs spécialisés dans la chasse de la loutre firent leur apparition dans plusieurs pays d Europe. En France, on les nommait les loutriers et une prime leur était versée à chaque capture de loutre. La chasse a eu pendant longtemps un impact limité sur les populations. La situation allait pourtant changer à la fin du 19 e siècle. Outre la Suisse (voir la loutre en Suisse), d autres pays européens lancèrent une véritable campagne d extermination. En Belgique, près de 2500 primes furent versées entre 1889 et En France, 3000 à 4000 loutres étaient tuées chaque année entre 1880 et Les conséquences furent catastrophiques, les effectifs s effondrant dans de nombreuses régions. Actuellement, le statut d espèce protégée qui lui a été conféré ne met pas la loutre à l abri d actes de braconnage ponctuels. En effet dans les zones où elle est en expansion, comme en Europe centrale, on assiste à une recrudescence des conflits avec les pisciculteurs d où des risques élevés de piégeages illégaux. On a également longtemps chassé la loutre par sport. En Grande-Bretagne, chasser la loutre à l aide de meutes de chiens (otter hounds) devint très à la mode sous le règne d Elizabeth 1 ère. C est toutefois au cours du 18 e siècle que cette pratique fut considérée comme un sport en soi, et ce jusqu en Ainsi, entre 1950 et 1955, les 13 équipages recensés sur territoire britannique tuèrent 1212 loutres. L intensité de la chasse diminua progressivement et en 1976, ils n étaient plus que 9 et leur tableau de chasse se limitait à 5 loutres au total. A noter que le déclin du nombre de prises n est pas à mettre sur le compte d une chasse excessive, mais résulte de l introduction sur le marché, dans les années 1950, de nouveaux pesticides organochlorés (p. ex. dieldrine et aldrine) largement utilisés par la suite dans l agriculture. Ces toxiques ont les mêmes effets que les PCB sur les super-prédateurs qu ils contaminent par bioaccumulation (voir la loutre en Suisse). Outre la fourrure, l homme utilisait à l occasion la chair des loutres qu il tuait. Au début du 20 e siècle, la consommation de viande de loutre était autorisée durant le carême par l Eglise catholique car elle la considérait proche des poissons. En marinade, en saucisson ou en pâté, les recettes pour apprêter la loutre ne manquent pas et comme rien ne se perd, sa graisse était utilisée en pharmacopée pour ses vertus digestives! Les relations entre l homme et la loutre ne se limitent pas à des interactions prédateur-proie. Les anciens Egyptiens la vénéraient et les Celtes voyaient en elle la conductrice des âmes des morts. Dans un autre registre, l homme a tiré profit des talents de chasse de la loutre pour améliorer son rendement de pêche. Les premiers écrits relatant l utilisation de loutres entraînées à pêcher pour leur propriétaire remontent au 7 e siècle de notre ère et proviennent de Chine. Après s être étendue en Asie du Sud et du Sud-est, cette pratique atteint l Europe dans le courant du 15 e siècle. Elle y persista jusqu au 17 e siècle au moins.

10 La loutre en Suisse Historique Il y a plus de cent ans, la loutre colonisait tous les cours d eau de Suisse, à l exception de quelques torrents alpins. Les conditions trophiques étaient excellentes et les chasseurs montraient peu d intérêt pour ce prédateur. Occasionnellement, des individus étaient éliminés en raison des dégâts qu ils causaient, mais la population n était pas menacée. Ainsi vers la fin du 19 e siècle, on estimait à plus de 1000 le nombre de loutres présentes dans le pays. Pourtant, les choses allaient changer. Sur pression des groupes d intérêt liés au monde piscicole, une loi visant à «encourager l extermination des loutres, des hérons et des autres animaux particulièrement nuisibles pour la pêche» entra en vigueur en L utilisation de pièges devenait à nouveau légale et afin de motiver les chasseurs, un système de primes distribuées pour chaque loutre tuée fut instauré. En outre, les cantons organisèrent des cours de formation et de perfectionnement pour les chasseurs de loutres. Ces mesures entraînèrent rapidement une augmentation des prélèvements de loutres, et dès le début du siècle dernier les effectifs commencèrent à fortement diminuer (figure 5). L effondrement des populations se poursuivit jusqu en 1952, année durant laquelle l espèce fut mise sous protection par la Confédération. A cette époque, on estimait le nombre de loutres présentes en Suisse à environ individus. Fig. 5 : Evolution du nombre de loutres tuées en Suisse. Source : Weber (1990) La mise sous protection laissait supposer que les effectifs de loutres allaient se reconstituer. Il n en fut rien. Contre toute attente, le déclin se poursuivit menant à la disparition progressive des populations locales (figure 6). En 1975, il ne subsistait dans le pays qu une quinzaine de loutres, essentiellement cantonnées sur le Plateau (régions des 3 Lacs), aux Grisons et au Tessin. Cette année-là, une tentative de réintroduction fut effectuée sur la Schwarzwasser (BE). Huit loutres en provenance de Bulgarie y furent lâchées mais l essai se révéla rapidement être un échec. En moins d une décennie, les loutres avaient disparues du secteur. L extinction de l espèce en Suisse semblait inexorable et finalement c est en 1989 que les derniers signes de présence de la loutre dans le pays furent découverts sur la rive sud du lac de Neuchâtel.

11 La loutre en Suisse Documentation Loutre Fig. 6 : Présence de la loutre en Suisse en 1900, 1950, 1970 et Source : Weber (1990) Les persécutions intenses subies par la loutre au début du 20 e siècle ont certes contribué à son déclin, mais elles ne sont pas directement responsables de sa disparition. En effet, un effectif d une centaine d individus aurait suffi à reconstituer une population viable pour autant que les conditions environnementales soient favorables. L étaient-elles? Une étude menée à la fin des années 1980 sur mandat de la Confédération a mis en évidence qu il existait encore dans notre pays des habitats favorables à la loutre, mais ceux-ci étaient par trop fragmentés pour assurer son maintien. La disparition de nombreux ruisseaux, la correction des cours d eau, la destruction des zones riveraines lacustres, les modifications du débit des cours d eau à cause des usines hydroélectriques, la pollution des eaux sont autant de facteurs qui ont soit provoqué une forte diminution des effectifs de poissons, soit privé tout simplement la loutre d importantes sources de nourriture. En outre, la même étude a révélé la présence, à de fortes concentrations, de polychlorobiphényles (PCB) dans les tissus des poissons. Les PCB sont des organochlorés qui entrent dans la composition de nombreuses matières plastiques notamment. Ces toxiques contaminent tous les niveaux de la chaîne alimentaires et par bioaccumulation atteignent des concentrations maximales chez les super-prédateurs. Provoquant des troubles de la reproduction chez l animal contaminé, voire la mort, ils sont par conséquent susceptibles de compromettre la survie d une population. Bien que leur utilisation ait été interdite en Suisse au début des années 1970, les PCB sont toujours présents dans notre environnement. La forte contamination des poissons par les PCB a constitué l argument qui sonna le glas des essais de réintroduction de la loutre prévus dans notre pays à la fin du siècle passé.

12 La loutre en Suisse Documentation Loutre Situation actuelle En 2004, plusieurs observations de loutres ont été rapportées dans la région des 3 Lacs, sans toutefois pouvoir être confirmées. Un retour naturel n est certes pas à exclure, mais les populations les plus proches des lieux d observations sont situées à plus de 100 km, et les obstacles à franchir pour les coloniser sont nombreux et souvent dangereux. De même, il paraît très peu probable qu une petite population se soit maintenue sur le Plateau et passe inaperçue pendant une quinzaine d années. Si ces observations se confirment, elles pourraient être le résultat de lâchers clandestins, donc illégaux. En examinant les conditions environnementales actuelles, on constate qu elles ne permettent toujours pas d envisager à court terme la réintroduction de la loutre en Suisse. En effet, depuis la découverte des dernières traces de loutres en 1989, un fort déclin des populations de poissons a été constaté sur la majorité des cours d eau suisses. Les raisons en sont diverses, mais le facteur «contamination chimique» ne semble pas étranger à cette situation. Dans ces circonstances, il paraît illusoire d espérer qu une population viable de loutres puisse à l heure actuelle prospérer dans nos eaux. En outre, les habitats favorables, s ils existent, sont par trop fragmentés. La revitalisation de certains cours d eau et la création de corridors reliant les milieux propices doivent être entreprises pour offrir à la loutre des possibilités de disperser.

13 Statut légal de la loutre La protection de la loutre européenne est régie par divers traités et lois tant au niveau international que national. a) Conventions et traités internationaux Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en Europe (dite Convention de Berne) La loutre y est inscrite en annexe II, soit dans la liste qui lui confère le statut d espèce animale strictement protégée. Les états signataires, dont la Suisse, s engagent à interdire toute forme de captures, de détention et de mise à mort intentionnelle. Il est également interdit de détériorer ou de détruire intentionnellement les sites de reproduction et les aires de repos. Le commerce interne des animaux vivants ou morts est aussi proscrit. En outre, les pays doivent prendre les mesures législatives et réglementaires appropriées pour protéger les habitats de ces espèces et pour sauvegarder les habitats naturels menacés de disparition. Directives Habitat de l Union Européenne La loutre y est inscrite en annexe II espèces animales et végétales d intérêt communautaire dont la conservation nécessite la désignation de zones spéciales de conservation et en annexe IV espèces animales et végétales d intérêt communautaire qui nécessitent une protection stricte. La Suisse n étant pas membre de l UE, ce traité n est pas contraignant pour elle. CITES Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d extinction La loutre y est inscrite en annexe I, soit parmi les espèces menacées d extinction immédiate à cause du commerce. Le commerce et la circulation de la loutre et de sa fourrure sont interdits. b) Loi et ordonnance nationales Dans la loi fédérale sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages (loi sur la chasse, LChP), la loutre ne figure pas parmi les espèces chassables. Selon l article 7, tous les animaux ne faisant pas partie des espèces chassables sont protégés. Comme l aigle royal, le castor, le lynx, le loup et l ours, la loutre est une espèce qui bénéficie de dispositions spéciales dans l ordonnance sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages (ordonnance sur la chasse, OChP). Selon l article 10, la Confédération verse aux cantons 50 % des frais d indemnisation pour les dégâts occasionnés par la loutre. L Office fédéral de l environnement, des forêts et du paysage (OFEFP) peut également ordonner des mesures contre des loutres si ces animaux causent des dégâts importants. En outre, l OFEFP établit des conceptions s appliquant à ces espèces et qui contiennent notamment des principes régissant la protection, le tir ou la capture des animaux, la prévention et la constatation des dégâts ainsi que le versement d indemnité pour les mesures de prévention. Un tel concept n existe pas encore pour la loutre.

14 Quelques références BOUCHARDY, C La loutre. Edition Sang de la Terre, Paris. CHANIN, P The Natural History of Otters. Croom Helm, London. FETTER-KEULEN, C. & FETTER-KEULEN S La loutre. Education-Environnement, Liège. KRUUK, H Wild otters: predation and populations. Oxford University Press, Oxford. REUTHER, C. & FESTETICS, A Der Fischotter in Europa : Verbreitung, Bedrohung, Erhaltung. Aktion Fischotterschutz, Oderhaus. WEBER, D La fin de la loutre en Suisse. Cahier de l environnement n o 128, OFEFP, Berne.

Le blaireau. Préserver la biodiversité dans le Grand Lyon

Le blaireau. Préserver la biodiversité dans le Grand Lyon Le blaireau Préserver la biodiversité dans le Grand Lyon Le Blaireau sur le territoire du Grand Lyon La grande faune aux portes de la ville Le Blaireau européen (Meles meles) est l un des plus gros mammifères

Plus en détail

Points à relier. Relie les points pour chacune des illustrations; tu découvriras les animaux mystère!

Points à relier. Relie les points pour chacune des illustrations; tu découvriras les animaux mystère! Points à relier Relie les points pour chacune des illustrations; tu découvriras les animaux mystère! 2 Famille des Mustélidés 75 à 120 cm de longueur Longévité : 10 ans Le pékan est l un des seuls prédateurs

Plus en détail

Renard polaire. Un dossier conférence du WWF Suisse. WWF Suisse

Renard polaire. Un dossier conférence du WWF Suisse. WWF Suisse WWF Suisse Avenue Dickens 6 Tel.: +41 (0)21 966 73 73 1006 Lausanne pandaclub@wwf.ch www.pandaclub.ch Renard polaire Un dossier conférence du WWF Suisse Klein & Hubert / WWF Fiche d'identité Taille: Poids:

Plus en détail

Le castor en Suisse Situation actuelle: Retour réussit dans un paysage cultivé? Levez le pied!

Le castor en Suisse Situation actuelle: Retour réussit dans un paysage cultivé? Levez le pied! Le castor en Suisse Situation actuelle: Retour réussit dans un paysage cultivé? Levez le pied! Castor 6 e rencontre entre acteurs de la rivière Lierneux, Belgique 7 novembre 2012 Christof Angst Conseil-Castor/CSCF

Plus en détail

L ombre commun dans le canton de Vaud

L ombre commun dans le canton de Vaud Centre de conservation de la faune et de la nature Inspection de la pêche Chemin du Marquisat 1 1025 St-Sulpice Service des forêts, de la faune et de la nature www.dse.vd. vd.ch T 021 557 86 30 F 021 557

Plus en détail

Un chat pas si méchant!

Un chat pas si méchant! Fiche 1 Un chat pas si méchant! 1 Un chat pas si méchant! (sur l air de Il était un petit navire) Monsieur le chat vient à la ferme, Monsieur le chat vient à la ferme. Qui répond : «Ch, ch, ch» quand on

Plus en détail

Une question de RESPONSABILITÉ

Une question de RESPONSABILITÉ Une question de RESPONSABILITÉ Je partage mon TERRITOIRE Je suis l un des quelque 800 000 ours noirs qui habitent les forêts de l Amérique du Nord. Je vis plus particulièrement au Québec, territoire que

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Le grizzli. Kevin Mboko

Le grizzli. Kevin Mboko Le lynx La queue du lynx est courte. L ouïe du Lynx est développée. Le Lynx chasse pour manger. Le Lynx vit dans les montagnes rocheuses. Le Lynx est un excellent grimpeur. Le Lynx est un excellent nageur.

Plus en détail

Le métier de vétérinaire

Le métier de vétérinaire Rubrique : Les grands explos Page : 12-15 Titre : Vétérinaire au zoo Fiche pédagogique Magazine Les Explorateurs Juin 2015 Le métier de vétérinaire Compétences Français Lire des textes variés ButS Valider

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 2. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 2. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions SOMMAIRE Des jeux tout prêts A chacun son bec Les modes de locomotion Animaux à plumes, à poils ou à écailles Des empreintes à rechercher Ovipare ou vivipare? Des familles bien différentes page 2 page

Plus en détail

Eléments pratiques pour la recherche et la protection de l Effraie des clochers dans le Rhône

Eléments pratiques pour la recherche et la protection de l Effraie des clochers dans le Rhône Eléments pratiques pour la recherche et la protection de l Effraie des clochers dans le Rhône Mobilisation générale pour la chouette la plus menacée du département : l Effraie des clochers. Vous êtes tous

Plus en détail

Photographie tirée de l article «Deux pandas géants sèment le trouble en Belgique», http://www.huffingtonpost.fr

Photographie tirée de l article «Deux pandas géants sèment le trouble en Belgique», http://www.huffingtonpost.fr Photographie tirée de l article «Deux pandas géants sèment le trouble en Belgique», http://www.huffingtonpost.fr Le sais-tu? Le panda a un sixième doigt! Il lui sert à saisir les brindilles de bambou,

Plus en détail

La loutre d Europe (Lutra lutra) fait partie de la famille des mustélidés au même titre que la fouine, la martre, le vison ou encore l hermine.

La loutre d Europe (Lutra lutra) fait partie de la famille des mustélidés au même titre que la fouine, la martre, le vison ou encore l hermine. Nom latin : Lutra lutra Nom breton : Ki dour (chien d eau) Classification La loutre d Europe (Lutra lutra) fait partie de la famille des mustélidés au même titre que la fouine, la martre, le vison ou encore

Plus en détail

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) 18.04.1997 / FR.

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) 18.04.1997 / FR. FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL) SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1 er B 6530 Thuin (Belgique) 18.04.1997 / FR Standard FCI N 30 PORCELAINE Cette illustration ne représente pas forcément

Plus en détail

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques,

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, LOGO DE L'ORGANISME Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, Journée technique interrégionale sous l'égide de la CoTITA du 23 novembre 2010 Chiroptères et routes:

Plus en détail

LES FleuveS. definition. Le Fleuve Loire, un fleuve vivant

LES FleuveS. definition. Le Fleuve Loire, un fleuve vivant LES FleuveS definition Un fleuve est un cours d eau qui se jette dans une mer ou un océan. Il prend sa source des montagnes ou d un lac et est alimenté par des ruisseaux ou rivières. On dit qu il coule

Plus en détail

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 1 Notions d habitat INTRODUCTION Qu est-ce qu un habitat? L habitat n est nul autre que le milieu

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

Sur la Piste des Animaux!

Sur la Piste des Animaux! Sur la Piste des Animaux! CERZA Zoo Dossiier Pédagogiique (Cyclles 2 & 3) SOMMAIRE : Programme et objectifs de l animation 4 questions sur les tigres et les ours Lire des indices Redonne leurs empreintes

Plus en détail

Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante)

Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante) Origine : Sud est de l Asie Les renouées asiatiques : Renouée du Japon Renouée de l Himalaya (renoué à nombreux épis) Renouée Sakhaline (renouée géante) Noms scientifiques Renouée du Japon Renouée du japon

Plus en détail

LES ALPES VADÉMÉCUM. Hommes et défis en montagne : brefs instantanés SOMMAIRE CARTES

LES ALPES VADÉMÉCUM. Hommes et défis en montagne : brefs instantanés SOMMAIRE CARTES LES ALPES Hommes et défis en montagne : brefs instantanés VADÉMÉCUM SOMMAIRE Introduction Les Alpes en bref Les Alpes sans frontières L empreinte de l Homme La diversité alpine L évolution de la population

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY

CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY CENTRE HOSPITALIER DE BLIGNY Cahier des clauses techniques particulières pour la fourniture de denrées alimentaires conformément au Code des Marchés Publics Marché du 01/07/2015 au 30/06/2016 LOT N 5 VIANDES

Plus en détail

LA BIODIVERSITÉ, UN ENJEU POUR L HUMANITÉ

LA BIODIVERSITÉ, UN ENJEU POUR L HUMANITÉ LA BIODIVERSITÉ, UN ENJEU POUR L HUMANITÉ VOUS AVEZ DIT BIODIVERSITÉ? La biodiversité, c est la diversité des formes de vie sur Terre. Historiquement, les naturalistes se sont d abord intéressés à la diversité

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

DEMANDE D'ATTESTATION DE MEUTE VENERIE SOUS TERRE NOTICE EXPLICATIVE

DEMANDE D'ATTESTATION DE MEUTE VENERIE SOUS TERRE NOTICE EXPLICATIVE DEMANDE D'ATTESTATION DE MEUTE VENERIE SOUS TERRE NOTICE EXPLICATIVE 1) Retirer un dossier à la Fédération des chasseurs (ou sur son site internet) 2) Compléter les imprimés «documents A, B, D1 et D2»

Plus en détail

Nain de couleurs (NC)

Nain de couleurs (NC) Nain de couleurs (NC) Race naine de couleurs diverses Poids minimum 1,1 kg Poids idéal 1,25-1,4 kg Poids maximum 1,5 kg Hérédité nette Hérédité divisée : Gris fer, hotot, martre Pays d origine Angleterre

Plus en détail

EXAMEN DES PROPOSITIONS D AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions

EXAMEN DES PROPOSITIONS D AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions Prop. 11.26 EXAMEN DES PROPOSITIONS D AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II Autres propositions A. Proposition Transférer la population de Dugong dugon (dugong) de l'australie de l Annexe II à l Annexe I de la

Plus en détail

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010

REPÈRES. Les mineures mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2009. n 13. Septembre 2010 n 13 REPÈRES Septembre 2010 Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Les mineures mises en cause pour

Plus en détail

BATPHIL.COM - Galatée Films / Ludovic Sigaud. Fiches pédagogiques clés en main de Sciences de la vie et de la Terre

BATPHIL.COM - Galatée Films / Ludovic Sigaud. Fiches pédagogiques clés en main de Sciences de la vie et de la Terre BATPHIL.COM - Galatée Films / Ludovic Sigaud Fiches pédagogiques clés en main de Sciences de la vie et de la Terre ACTIVITÉ 1 TIRÉE DU LIVRE D ACTIVITÉS ACTES SUD JUNIOR LA VIE À TOUS LES ÉTAGES En s élevant

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Cover Page. The handle http://hdl.handle.net/1887/20266 holds various files of this Leiden University dissertation.

Cover Page. The handle http://hdl.handle.net/1887/20266 holds various files of this Leiden University dissertation. Cover Page The handle http://hdl.handle.net/1887/20266 holds various files of this Leiden University dissertation. Author: Tumenta, Pricelia Nyaekon Title: A lion population under threat : understanding

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Un couple de Pandas géants au Zoo de Mulhouse!

Un couple de Pandas géants au Zoo de Mulhouse! Janvier 2008 Tourisme et attractivité : Un couple de Pandas géants au Zoo de Mulhouse! «MULHOUSE j y crois.» est une association dont le but est de faire émerger des idées concrètes, réalistes et constructives

Plus en détail

INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT

INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT COMMUNE DE TEILLET ARGENTY COMPTE RENDU DE L OPERATION M. LELIEVRE JANVIER 2010 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 MATERIEL

Plus en détail

INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES

INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES CANTON DE VAUD Département de la Sécurité et de l Environnement INVENTAIRE ECOMORPHOLOGIQUE DE NIVEAU REGIONAL DES RIVIERES VAUDOISES Classe I : naturel/semi-naturel Classe II : peu atteint Classe III

Plus en détail

MEMORANDUM D ENTENTE RELATIF. AUX MESURES DE CONSERVATION DU PHRAGMITE AQUATIQUE (Acrocephalus paludicola)

MEMORANDUM D ENTENTE RELATIF. AUX MESURES DE CONSERVATION DU PHRAGMITE AQUATIQUE (Acrocephalus paludicola) MEMORANDUM D ENTENTE RELATIF AUX MESURES DE CONSERVATION DU PHRAGMITE AQUATIQUE (Acrocephalus paludicola) MÉMORANDUM D ENTENTE RELATIF AUX MESURES DE CONSERVATION DU PHRAGMITE AQUATIQUE (Acrocephalus paludicola)

Plus en détail

Ton passeport pour le Jardin d éveil. L Espace Laure Manadou

Ton passeport pour le Jardin d éveil. L Espace Laure Manadou Ton passeport pour le Jardin d éveil L Espace Laure Manadou Nom : Pénom : Le Jardin d éveil est une activité à partager en famille. C est un moment priviligié entre les parents et leurs enfants ; Un moment

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

TERRIER TCHEQUE (Cesky Terrier)

TERRIER TCHEQUE (Cesky Terrier) Standard F.C.I. N 246 / 20.01.1998 / F TERRIER TCHEQUE (Cesky Terrier) TRADUCTION : Dr.J-M. Paschoud et Prof. R. Triquet. ORIGINE : République tchèque. DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D ORIGINE EN VIGUEUR

Plus en détail

Le STERF en questions

Le STERF en questions Le STERF en questions Définition du STERF Le STERF, ou Suivi Temporel des Rhopalocères de France, est un programme conjoint entre le Département Ecologie et Gestion de la Biodiversité du Muséum National

Plus en détail

FICHE D INFORMATION LA PRÉPARATION SÉCURITAIRE DES TARTARES, DES SUSHIS ET DES AUTRES METS CONSOMMÉS CRUS

FICHE D INFORMATION LA PRÉPARATION SÉCURITAIRE DES TARTARES, DES SUSHIS ET DES AUTRES METS CONSOMMÉS CRUS FICHE D INFORMATION LA PRÉPARATION SÉCURITAIRE DES TARTARES, DES SUSHIS ET DES AUTRES METS CONSOMMÉS CRUS Cette fiche s adresse tant aux exploitants d un établissement alimentaire qu aux consommateurs

Plus en détail

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA SANTÉ AVOIRS CARRIÈRE LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS AVEC LA BASE DE DONNÉES MERCER SUR LES RSR (MISE À JOUR DE 2014) AVRIL 2015

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Du 30 avril au 4 mai, Dakar accueille la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants

COMMUNIQUE DE PRESSE. Du 30 avril au 4 mai, Dakar accueille la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants COMMUNIQUE DE PRESSE Du 30 avril au 4 mai, Dakar accueille la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants Les pourparlers sur les substances chimiques toxiques mettront l accent sur

Plus en détail

Cahier pédagogique P A R C D E T H O I R Y

Cahier pédagogique P A R C D E T H O I R Y Cahier maître Cahier pédagogique P A R C D E T H O I R Y Cycle 2 & 3 S p é c i a l R é s e r v e L Afrique 1) Le grand Koudou est une antilope remarquable grâce à ses cornes spiralées présentes uniquement

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

Trois années de recherche en génétique cartographient pour la première fois les souches de truites françaises

Trois années de recherche en génétique cartographient pour la première fois les souches de truites françaises 1 Trois années de recherche en génétique cartographient pour la première fois les souches de truites françaises C est après trois années de travail que les pêcheurs de loisir, représentés par la Fédération

Plus en détail

Nom : Groupe : Date :

Nom : Groupe : Date : Nom : Groupe : Date : CHAPITRE 810 STE Questions 1 à 26, A à C. Verdict 1 QU EST-CE QU UN ÉCOSYSTÈME? (p. 318-326) 1. Indiquez à quel niveau écologique font référence les énoncés suivants. a) Une meute

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Les castors ------ Compétences développées. fiche Les castors Remue-méninges. Lire des textes variés

Les castors ------ Compétences développées. fiche Les castors Remue-méninges. Lire des textes variés Les castors COLLECTION : Petit monde vivant TEXTE : Bobbie Kalman et Rebecca Sjonger Traduction : Marie-Josée Brière Âge : 6 à 10 ans ISBN : 978-2-89579-181-2 32 pages couleur Prix : 9,95 $ RÉSUMÉ Les

Plus en détail

ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES

ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES www.centrenaturemontagnarde.org Centre de la Nature Montagnarde Château des Rubins - 74700 Sallanches 04 50 58 32 13 contact@centrenaturemontagnarde.org ECOSYSTEMES Cycle 1 et 2

Plus en détail

Tous les forfaits sont disponibles sur réservation seulement

Tous les forfaits sont disponibles sur réservation seulement & KANATHA-AKI Tous les forfaits sont disponibles sur réservation seulement Venez partager notre passion et notre amour des chiens de traîneau et offrezvous des aventures inoubliables Partagez des moments

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

Groupe : Géographie. 1 re secondaire Cahier d activités. Territoire protégé DOSSIER. Le parc naturel. Galápagos

Groupe : Géographie. 1 re secondaire Cahier d activités. Territoire protégé DOSSIER. Le parc naturel. Galápagos Nom : Date : Groupe : U NIVERS S OCIAL Géographie 1 re secondaire Cahier d activités DOSSIER 1 Territoire protégé Le parc naturel Galápagos 0 Chapitre 1 : Les territoires protégés p.232-235 1) Qu est-ce

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

On l'appelle le Grand Panda ou Panda Géant. Panda veut dire "grand-ours-chat" en chinois.

On l'appelle le Grand Panda ou Panda Géant. Panda veut dire grand-ours-chat en chinois. Le thème du panda Au retour des vacances de la Toussaint, nous avons travaillé autour du thème du panda. Pour commencer, nous nous sommes posé beaucoup de questions sur le panda et son mode de vie. Nous

Plus en détail

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec

Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec Un aperçu de certains congés sociaux offerts aux salariés conventionnés du Québec par Patrick Bourassa * Ministère du Travail 4 avril 2006 * Patrick Bourassa était affecté, lors de la période de rédaction,

Plus en détail

PREAMBULE CPIE Pays gersois propose Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie.

PREAMBULE CPIE Pays gersois propose Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie. PREAMBULE Le CPIE Pays gersois propose aux classes de primaire un projet pédagogique en 3 phases. L objectif général est : Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie. A l intérieur de chaque phase,

Plus en détail

Voyager avec des chiens, des chats ou des furets à l intérieur de la Communauté européenne. Règles applicables à partir du 1 octobre 2004

Voyager avec des chiens, des chats ou des furets à l intérieur de la Communauté européenne. Règles applicables à partir du 1 octobre 2004 Voyager avec des chiens, des chats ou des furets à l intérieur de la Communauté européenne Règles applicables à partir du 1 octobre 2004 Les règles qui s appliquent pour les mouvements de chiens, de chats

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

1.VOCABULAIRE : 2. A QUOI CA RESSEMBLE :

1.VOCABULAIRE : 2. A QUOI CA RESSEMBLE : www.photo-animaliere.eu LE CERF à l usage des débutants 1.VOCABULAIRE : Un peu de vocabulaire tout d abord pour savoir de quoi l on parle. Cerf : désigne l espèce et le mâle. Biche : la femelle. Faon :

Plus en détail

ANIMAL HYBRIDE. Créer un animal en jumelant deux animaux déjà existants. Sur le plan linguistique, les étudiants sont amenés à :

ANIMAL HYBRIDE. Créer un animal en jumelant deux animaux déjà existants. Sur le plan linguistique, les étudiants sont amenés à : FAUNE ET FLORE Titre Activité ANIMAL HYBRIDE Créer un animal en jumelant deux animaux déjà existants. Intention Sur le plan culturel, les étudiants sont amenés à : Sur le plan linguistique, les étudiants

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly CREPAN Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly Présenté par Annick Noël Vice Présidente du CREPAN 1 La biodiversité

Plus en détail

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature.

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature. La planète bleue Exercice Fiche n / Élève A l aide des documents que tu as consultés, réponds aux Où trouve-t-on de l eau dans l Univers? Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE FINANCEMENT DE PROJETS D INVESTISSEMENTS ACCOMPAGNES (NON-LEME) PRÊT JUSQU'A 50 000 000 DH/ LEASING JUSQU'A 10 000 000 DH

FORMULAIRE DE DEMANDE DE FINANCEMENT DE PROJETS D INVESTISSEMENTS ACCOMPAGNES (NON-LEME) PRÊT JUSQU'A 50 000 000 DH/ LEASING JUSQU'A 10 000 000 DH FORMULAIRE DE DEMANDE DE FINANCEMENT DE PROJETS D INVESTISSEMENTS ACCOMPAGNES (NON-LEME) PRÊT JUSQU'A 50 000 000 DH/ LEASING JUSQU'A 10 000 000 DH Pour faire une demande de crédit (prêt ou leasing) pour

Plus en détail

NOTICE. Seresto 1,25 g + 0,56 g collier pour chiens 8 kg

NOTICE. Seresto 1,25 g + 0,56 g collier pour chiens 8 kg NOTICE Seresto 1,25 g + 0,56 g collier pour chiens 8 kg 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION RESPONSABLE DE LA LIBÉRATION

Plus en détail

S8 : les milieux de vie

S8 : les milieux de vie Animal Qui? Nourriture Milieu Milieu Savoir compléter le tableau pour 1 animal (autre qu un oiseau) cm1 ; 2 cm2 Autres renseignements Le crocodile Thomas Des animaux Dans les fleuves et les marais des

Plus en détail

Le hérisson Fiche n 1

Le hérisson Fiche n 1 Source : Hachette Son corps Le hérisson Fiche n 1 La tête du hérisson et ses pattes sont couvertes de poils. Le hérisson a un museau pointu et une petite queue. Le dos et les côtés sont couverts de piquants.

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/R/1/23 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

De La Forêt de Trappes- Port Royal aux Etangs de St Hubert En passant par le Vallon du Pommeret Espaces Naturels Menacés!

De La Forêt de Trappes- Port Royal aux Etangs de St Hubert En passant par le Vallon du Pommeret Espaces Naturels Menacés! De La Forêt de Trappes- Port Royal aux Etangs de St Hubert En passant par le Vallon du Pommeret Espaces Naturels Menacés! SITES, MONUMENTS, PAYSAGESREMARQUABLESOUCLASSES MENACESPARLEPROLONGEMENTDEA12 La

Plus en détail

DIRECTION DES ÉVALUATIONS

DIRECTION DES ÉVALUATIONS DIRECTION DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES Le suivi environnemental Guide à l intention de l initiateur de projet Juillet 2002 Mise à jour : janvier 2005 AVANT-PROPOS Ce guide se veut un outil d aide

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

AMCEN/SS/IV/INF/7. Déclaration de Libreville sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté en Afrique

AMCEN/SS/IV/INF/7. Déclaration de Libreville sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté en Afrique AMCEN/SS/IV/INF/7 Déclaration de Libreville sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté en Afrique PNUE UNION AFRICAINE CMAE REPUBLIQUE GABONAISE NATIONS UNIES Distr. : Générale PACBPA/1/7 21 septembre

Plus en détail

Qu est-ce que le respect du vivant?

Qu est-ce que le respect du vivant? Le respect de l environnement Qu est-ce que le respect du vivant? JE DÉCOUVRE QU EST-CE QUI EST VIVANT? Tu sais déjà que les animaux, les végétaux et les champignons sont des êtres vivants. Ils ont tous

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail