Documentation Loutre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Documentation Loutre"

Transcription

1 Documentation Loutre préparée à la demande du WWF-Suisse KORA Tel Thunstrasse 31 Fax CH-3074 Muri

2 Documentation Loutre Chère lectrice, Cher lecteur, Autrefois présente en nombre dans nos cours d eau, la loutre a disparu de Suisse. Les dernières traces ont en effet été trouvées sur la rive sud du Lac de Neuchâtel en L emprise croissante de l homme sur l environnement a eu raison de cette espèce emblématique non seulement dans notre pays, mais aussi dans bon nombre de contrées européennes. Pourtant depuis quelques années, des signes d amélioration sont visibles. Plusieurs populations prospèrent et accroissent leur aire de distribution, soit naturellement ou suite à des lâchers. Comme certaines d entre elles ne sont pas très éloignées de nos frontières, un retour naturel de la loutre en Suisse n est pas à exclure. La réapparition d un prédateur susceptible d interférer avec les intérêts économiques de l homme ne va pas sans heurts. Le lynx et le loup sont là pour nous le rappeler. Une bonne information est par conséquent nécessaire pour créer des bases de discussion et contribuer par la suite à la mitigation des conflits. C est dans cette optique que nous proposons à toutes personnes concernées ou intéressées par la loutre cette documentation qui leur fera découvrir les thèmes suivants: Systématique et description Distribution Signes de présence Biologie de la loutre La loutre et l homme La loutre en Suisse Statut légal de la loutre Toutes les rubriques sont brèves afin que vous puissiez en prendre connaissance rapidement. Elles sont toutefois incomplètes. Pour obtenir une vision plus complète du sujet, vous devrez inévitablement vous pencher sur cette thématique de façon plus approfondie. Les références qui se trouvent en fin de document peuvent vous aider à y parvenir. En outre, vous pouvez obtenir auprès de KORA d autres articles et des références bibliographiques portant sur les prédateurs indigènes. Vous pouvez nous atteindre à l adresse suivante: KORA, Thunstrasse 31, CH-3074 Muri Jean-Marc Weber Tél: Fax:

3 Systématique et description La loutre européenne (Lutra lutra), aussi connue sous le nom de loutre eurasienne, appartient à la famille des mustélidés tout comme la belette, l hermine, le putois, la martre, la fouine et le blaireau. Vu la diversité de ses membres, la famille des mustélidés est subdivisée en cinq sous-familles, dont celle des lutrinés. La loutre européenne y est inclue en compagnie d une douzaine d autres espèces de loutres parmi lesquelles on peut citer la loutre de mer (Enhydra lutris), la loutre géante du Brésil (Pteronura brasiliensis), la loutre du Canada (Lontra canadensis) et la loutre à joues blanches (Aonyx capensis). Le corps de la loutre, allongé et fuselé, mesure en moyenne 70 cm chez le mâle et 65 chez la femelle. Il est pourvu d une queue épaisse et longue atteignant près de 50 cm chez le mâle et environ 40 cm chez la femelle. Le poids varie de 7 kg (femelle) à 10 kg, voire exceptionnellement 14 kg (mâle). Le dimorphisme sexuel est donc important. La tête est aplatie et le museau, garni de moustaches longues et dures, est large. Les oreilles sont petites. Le pelage est brun foncé, à l exception de la gorge, de la poitrine et du ventre qui sont grisâtres. Certains individus peuvent présenter des taches blanches de grandeur variable sur la gorge. La loutre est une espèce très bien adaptée à la vie aquatique. La forme allongée de son corps lui garantit un hydrodynamisme parfait. Telle une rame, sa queue épaisse et musclée assure la propulsion subaquatique. Elle joue également le rôle de gouvernail lors des déplacements rapides. Dotées d une palmure, les quatre pattes sont utilisées lorsque la loutre nage en surface. Pour accélérer, elle effectue des mouvements ondulatoires avec la partie postérieure du corps, de haut en bas, les pattes avant plaquées le long des flancs. Sa nage ressemble alors à celle d un dauphin. L épaisse fourrure on a dénombré environ 60'000 poils par cm 2 de peau! - comprend deux types de poils : les poils fins, d une longueur de 10 à 15 mm, forment une couche dense dans laquelle les bulles d air sont retenues, assurant ainsi l isolation thermique du corps lors de la nage. Plus longs (env. 25 mm), les poils de garde sont imperméables grâce aux sécrétions graisseuses des glandes cutanées. En plongée, les oreilles et les narines se ferment hermétiquement. De plus, un mécanisme lui permet d adapter la courbure de l iris d une manière telle que sa vue demeure performante en eaux claires. En eaux troubles ou de nuit, ses longues vibrisses l aident à s orienter et à détecter ses proies. Elle reste en général peu de temps sous l eau. Les plongées durent de 10 à 40 secondes. En surface, l odorat de la loutre est très performant. Lorsque le vent est favorable, elle peut, expérience faite, repérer un homme à plus de cent mètres. Sur terre, la loutre est moins agile. Elle se déplace en marchant ou par bonds.

4 Distribution Historiquement, l aire de répartition de la loutre s étendait de l Irlande au Japon et du nord de la Finlande à l Afrique de nord et à l Indonésie. Au cours du siècle dernier, les effectifs de loutre se sont effondrés dans de nombreuses régions, entraînant sa disparition dans plusieurs pays. En Europe à l heure actuelle, la loutre est encore répandue au nord et dans la plupart des pays de l Est, dans l ouest et le centre de la France, en péninsule ibérique, ainsi que sur une grande partie des îles britanniques (figure 1). Elle a disparu de la zone centrale du continent. Pour renforcer certaines populations, des réintroductions ont été effectuées durant la dernière décennie, notamment en Angleterre, en Espagne, dans le nord de l Italie, en France (Alsace) et en Tchéquie. Un programme de réintroduction est actuellement en cours au Pays-Bas. Fig. 1 : Distribution actuelle de la loutre en Europe.

5 Signes de présence De part sa nature discrète et ses moeurs nocturnes sur la majeure partie de son aire de répartition, la loutre est un animal difficile à observer. Certes, il existe des régions qui offrent aux naturalistes de bonnes opportunités de voir leur espèce favorite en action comme la côte ouest écossaise, les îles Shetlands et Orcades en sont -, mais généralement on doit se contenter des signes de présence. Les crottes, plus connues sous le nom d épreintes, sont des indices fréquemment découverts dans les habitats colonisés par la loutre. Les épreintes fraîches sont en principe noires et elles dégagent une odeur musquée assez doucereuse et très caractéristique. De taille et de forme variables, elles ressemblent à un petit amas gluant contenant les restes indigestes des repas (par exemple écailles et vertèbres de poissons, os d amphibiens). Elles peuvent atteindre 6 cm. Avec le temps, en séchant, les épreintes se décolorent et se désagrègent progressivement. La loutre dépose ses excréments sur de petits promontoires, bien en évidence pour marquer son territoire. On peut les trouver sur de gros cailloux émergeant des cours d eau ou le long des rives, sur de vieilles souches, sur des touffes d herbes ou sur les rebords bétonnés situés sous les ponts. Les épreintes servent aussi à marquer l entrée de la catiche. Les traces sont également des indices utiles pour mettre en évidence la présence de la loutre. Assez arrondie, l empreinte du pied antérieur mesure environ 6 cm de long sur 6 de large. La taille du pied postérieur, plus allongé, est de 6 x 7,5 cm. Les empreintes supérieures à 6,5 cm appartiennent selon toute vraisemblance à des mâles, alors que celles qui sont inférieures à 4,5 cm laissent supposer la présence de jeunes. Idéalement, sur un substrat mou par exemple, les cinq doigts des pieds, les griffes, la pelote plantaire et quelquefois la palmure sont visibles (figure 2). Toutefois, il arrive souvent que seuls quatre ou même trois doigts sont discernables, car les externes, de plus petite taille, ne marquent pas le substrat (figure 3). Dans ces circonstances, une caractéristique permet de distinguer une trace de loutre de celle d un chien ou d un renard : l empreinte de la loutre n est pas symétrique. En effet, la moitié gauche n est pas l image miroir de la droite. La longueur du pas est d environ 35 cm lorsque la loutre marche et les empreintes se superposent pratiquement. Lorsqu elle galope, le pas est de 50 cm et les empreintes sont bien distinctes. Lors des déplacements par bonds, les quatre pieds sont regroupés et la distance entre les groupes d empreintes varie de 80 à 100 cm (figure 4). Il existe d autres types d indices révélateurs de la présence de la loutre. Les coulées sont des passages fréquemment utilisés par l animal lorsqu il se déplace sur la terre ferme. L herbe y est très distinctement foulée. Ces coulées deviennent d impressionnants sillons dans la neige. Pour se mettre à l eau, la loutre emprunte régulièrement les mêmes couloirs, glissant littéralement le long de la rive. Ce sont les fameux toboggans qui sont également utilisés dans les phases de jeu. Lorsqu elle sort de l eau, la loutre aime se rouler dans l herbe pour essuyer sa fourrure. Ces endroits, reconnaissables à l herbe couchée, s appellent des places de ressui. Les restes de repas constituent un autre signe de présence de l espèce, à condition que l identification soit confirmée par une crotte ou une empreinte.

6 Signes de présence Documentation Loutre Fig. 2 : Empreintes de loutre (boue), Ecosse. photo Jean-Marc Weber Fig. 3: Empreintes de loutres (sable), Ecosse. photo Jean-Marc Weber Fig. 4 : Piste de loutre : galop, bonds et trot (in Operation Otter, P. Wayre). Source : Fetter-Keulen & Fetter-Keulen (1990)

7 Biologie de la loutre Habitat Les milieux susceptibles d accueillir la loutre sont variés. Elle peut aussi bien exploiter les lacs et les étangs que les grandes rivières, les canaux et les petits ruisseaux. On la rencontre également dans les estuaires et le long des côtes marines. En fait, tout habitat aquatique est favorable pour autant qu il fournisse de la nourriture et des abris en suffisance. On estime qu un cours d eau avec une biomasse de poissons supérieure à 100 kg/ha constitue un habitat optimal pour la loutre. Il devient sub-optimal si la biomasse est comprise entre 50 et 100 kg/ha, et défavorable si elle est inférieure à 50 kg/ha. La couverture végétale des rives doit être fournie pour permettre à la loutre de trouver les gîtes qui lui sont nécessaires pour se reposer ou mettre bas ses jeunes. Les roselières sont particulièrement appréciées par l espèce. On distingue plusieurs types de gîtes : les couches, les abris et les catiches. Les couches sont des places de repos à ciel ouvert et situées dans des endroits calmes. Partiellement protégés et utilisés pour le repos diurne et nocturne, voire pour la reproduction, les abris peuvent être localisés dans des crevasses de rocher, sous des buissons denses ou des racines, ou dans des structures artificielles (p. ex. constructions, carcasse de voiture!). Enfin, les catiches sont des endroits protégés, généralement situés dans des terriers aménagés ou creusés par la loutre et servant à la mise bas et à l élevage des jeunes. Si les possibilités de gîtes font défaut aux abords du cours d eau, la loutre peut s en éloigner de plusieurs centaines de mètres. Domaines vitaux et activité La taille du domaine vital d une loutre varie considérablement. Quelques centaines de mètres de rive situés en zone côtière très productive suffisent à un individu. Par contre, une loutre établie sur un cours d eau plus pauvre a besoin d un territoire linéaire de 10 à 40 km, voire jusqu à 70 km pour certains mâles. En effet, à l instar d autres espèces de mustélidés, le domaine vital des mâles est généralement plus grand que celui des femelles. Il n est d ailleurs pas rare qu un territoire de mâle englobe plusieurs domaines vitaux de femelles. En eau douce, la loutre est essentiellement nocturne alors qu en zone côtière elle est largement active de jour notamment parce que ses proies principales sont inactives à ce moment là. L activité semble donc être avant tout régulée par des considérations d ordre alimentaire. Une étude menée sur les loutres côtières a montré qu un individu passe les ¾ de son temps dans sa catiche. Lors de la phase active, près de la moitié du temps est consacré à la chasse, 25 % au repos en surface et 20 % à l entretien du pelage. Il est en effet impératif pour une loutre vivant en milieu marin de se débarrasser du sel incrusté dans ses poils par des bains d eau douce, sinon la fourrure perd ses propriétés isolantes et l animal risque une pneumonie. Communication Les épreintes que la loutre dépose sur l ensemble de son domaine vital dégagent une odeur produite par les glandes anales. Très puissante, cette odeur peut être facilement détectée par des congénères capables de discriminer entre les épreintes de différents individus. A l heure actuelle, le contenu du message colporté par l odeur n est pas encore connu, mais il pourrait donner des indications sur l âge et le sexe de la loutre ayant marqué. L épreinte signalerait également aux membres d un groupe qu un individu exploite les ressources alimentaires d une zone définie, ce pour éviter les interactions agressives. Pour communiquer, la loutre dispose d une variété de cris dont le plus connu est le sifflement. Celui-ci est utilisé par les membres d une famille pour rester en contact les uns avec les autres. Lorsqu elle menace, avertit d un danger ou est anxieuse, la loutre chuinte bruyamment.

8 Biologie Documentation Loutre Nourriture Les poissons forment la part prépondérante du régime alimentaire de la loutre. En Grande-Bretagne, par exemple, ils représentent les 70 à 95 % des proies habituellement consommées par ce prédateur. Dans notre pays, l analyse d épreintes récoltées sur les bords de la Schwarzwasser (BE) suite aux lâchers effectués en 1975 (voir la loutre en Suisse) donne une figure similaire : 71% des proies identifiées sont des poissons. Opportuniste, la loutre incorpore dans son régime alimentaire diverses espèces de poissons en fonction notamment de leur abondance et de la facilité qu elle a à les capturer. L anguille, la perche, le brochet et les salmonidés comptent parmi les poissons les plus fréquemment consommés en Europe occidentale. La taille des prises est généralement comprise entre 15 et 30 cm, mais il n est pas rare que des épinoches de moins de 5 cm ou, en zones côtières, des roussettes de plus 50 cm soient capturées. Dans certaines régions ou selon les saisons, la loutre se nourrit largement d amphibiens ou d écrevisses. Les oiseaux d eau, tels la foulque, la poule d eau et les canards, ainsi que certaines espèces de mammifères petits rongeurs et lapin de garenne en Ecosse apparaissent occasionnellement parmi ses proies. La loutre se situe au sommet de la chaîne alimentaire, et hormis l homme, voire le lynx et le loup, elle n a pas de prédateurs susceptibles de limiter ses effectifs. Hérons, cormorans et harles consomment les mêmes espèces de poissons que la loutre, mais, à moins d être présents en grands nombres, ils ne constituent pas un risque pour elle. Reproduction La loutre se reproduit dès l âge de deux ans. Bien que capable de produire des jeunes chaque année, seuls 60% des femelles le font, vraisemblablement en raison de contraintes liées à la qualité de l habitat ou à la densité locale de loutres. La gestation dure environ 9 semaines. Le nombre de jeunes par portée est habituellement de 2 à 3. Ceux-ci naissent aveugles, mais sont déjà pourvus de poils. En Angleterre, les naissances se produisent toute l année, alors que dans les régions plus septentrionales comme la Suède ou la Russie celles-ci ont lieu au printemps. En Allemagne, la loutre se reproduit au printemps et en été. Ces variations sont probablement liées à la disponibilité alimentaire et à la dureté du climat. Le développement des jeunes est lent. Ils ouvrent les yeux après 4 à 5 semaines et sont totalement sevrés à 3 mois. Ils restent néanmoins dépendants de leur mère pendant plusieurs mois, la quittant généralement entre 7 et 12 mois. Mortalité Potentiellement, la loutre peut vivre environ 10 ans, mais peu d individus parviennent à cet âge en nature. Les données fiables sur les causes de mortalité sont difficiles à obtenir, vu la petite taille des échantillons à disposition. Néanmoins, une étude menée aux Shetland a montré que près de la moitié des loutres examinées avaient été victimes d une mort violente. Trafic routier et noyade dans les casiers à homard étaient les facteurs principaux de mortalité. La pénurie de proies constitue la cause principale de mort naturelle. Les collisions avec des véhicules et les noyades dans des nasses ou des filets sont également les principaux facteurs de mortalité chez les loutres d Europe continentale à l heure actuelle.

9 La loutre et l homme La grande qualité de sa fourrure a très vraisemblablement incité l homme à chasser la loutre il y a fort longtemps déjà. Les premiers récits historiques faisant état de la valeur marchande des peaux de loutres proviennent d Irlande et datent du début du 15 e siècle. Toutefois même si le commerce de la fourrure pouvait générer d appréciables revenus, le nombre de loutres tuées exclusivement dans ce but demeure peu important dans la plupart des pays européens. La protection des ressources piscicoles constituait un facteur de motivation supérieur pour chasser la loutre. Elle était en effet souvent décrite comme un démon cruel capable des pires déprédations dans les viviers. Dès le 14 e siècle, des chasseurs spécialisés dans la chasse de la loutre firent leur apparition dans plusieurs pays d Europe. En France, on les nommait les loutriers et une prime leur était versée à chaque capture de loutre. La chasse a eu pendant longtemps un impact limité sur les populations. La situation allait pourtant changer à la fin du 19 e siècle. Outre la Suisse (voir la loutre en Suisse), d autres pays européens lancèrent une véritable campagne d extermination. En Belgique, près de 2500 primes furent versées entre 1889 et En France, 3000 à 4000 loutres étaient tuées chaque année entre 1880 et Les conséquences furent catastrophiques, les effectifs s effondrant dans de nombreuses régions. Actuellement, le statut d espèce protégée qui lui a été conféré ne met pas la loutre à l abri d actes de braconnage ponctuels. En effet dans les zones où elle est en expansion, comme en Europe centrale, on assiste à une recrudescence des conflits avec les pisciculteurs d où des risques élevés de piégeages illégaux. On a également longtemps chassé la loutre par sport. En Grande-Bretagne, chasser la loutre à l aide de meutes de chiens (otter hounds) devint très à la mode sous le règne d Elizabeth 1 ère. C est toutefois au cours du 18 e siècle que cette pratique fut considérée comme un sport en soi, et ce jusqu en Ainsi, entre 1950 et 1955, les 13 équipages recensés sur territoire britannique tuèrent 1212 loutres. L intensité de la chasse diminua progressivement et en 1976, ils n étaient plus que 9 et leur tableau de chasse se limitait à 5 loutres au total. A noter que le déclin du nombre de prises n est pas à mettre sur le compte d une chasse excessive, mais résulte de l introduction sur le marché, dans les années 1950, de nouveaux pesticides organochlorés (p. ex. dieldrine et aldrine) largement utilisés par la suite dans l agriculture. Ces toxiques ont les mêmes effets que les PCB sur les super-prédateurs qu ils contaminent par bioaccumulation (voir la loutre en Suisse). Outre la fourrure, l homme utilisait à l occasion la chair des loutres qu il tuait. Au début du 20 e siècle, la consommation de viande de loutre était autorisée durant le carême par l Eglise catholique car elle la considérait proche des poissons. En marinade, en saucisson ou en pâté, les recettes pour apprêter la loutre ne manquent pas et comme rien ne se perd, sa graisse était utilisée en pharmacopée pour ses vertus digestives! Les relations entre l homme et la loutre ne se limitent pas à des interactions prédateur-proie. Les anciens Egyptiens la vénéraient et les Celtes voyaient en elle la conductrice des âmes des morts. Dans un autre registre, l homme a tiré profit des talents de chasse de la loutre pour améliorer son rendement de pêche. Les premiers écrits relatant l utilisation de loutres entraînées à pêcher pour leur propriétaire remontent au 7 e siècle de notre ère et proviennent de Chine. Après s être étendue en Asie du Sud et du Sud-est, cette pratique atteint l Europe dans le courant du 15 e siècle. Elle y persista jusqu au 17 e siècle au moins.

10 La loutre en Suisse Historique Il y a plus de cent ans, la loutre colonisait tous les cours d eau de Suisse, à l exception de quelques torrents alpins. Les conditions trophiques étaient excellentes et les chasseurs montraient peu d intérêt pour ce prédateur. Occasionnellement, des individus étaient éliminés en raison des dégâts qu ils causaient, mais la population n était pas menacée. Ainsi vers la fin du 19 e siècle, on estimait à plus de 1000 le nombre de loutres présentes dans le pays. Pourtant, les choses allaient changer. Sur pression des groupes d intérêt liés au monde piscicole, une loi visant à «encourager l extermination des loutres, des hérons et des autres animaux particulièrement nuisibles pour la pêche» entra en vigueur en L utilisation de pièges devenait à nouveau légale et afin de motiver les chasseurs, un système de primes distribuées pour chaque loutre tuée fut instauré. En outre, les cantons organisèrent des cours de formation et de perfectionnement pour les chasseurs de loutres. Ces mesures entraînèrent rapidement une augmentation des prélèvements de loutres, et dès le début du siècle dernier les effectifs commencèrent à fortement diminuer (figure 5). L effondrement des populations se poursuivit jusqu en 1952, année durant laquelle l espèce fut mise sous protection par la Confédération. A cette époque, on estimait le nombre de loutres présentes en Suisse à environ individus. Fig. 5 : Evolution du nombre de loutres tuées en Suisse. Source : Weber (1990) La mise sous protection laissait supposer que les effectifs de loutres allaient se reconstituer. Il n en fut rien. Contre toute attente, le déclin se poursuivit menant à la disparition progressive des populations locales (figure 6). En 1975, il ne subsistait dans le pays qu une quinzaine de loutres, essentiellement cantonnées sur le Plateau (régions des 3 Lacs), aux Grisons et au Tessin. Cette année-là, une tentative de réintroduction fut effectuée sur la Schwarzwasser (BE). Huit loutres en provenance de Bulgarie y furent lâchées mais l essai se révéla rapidement être un échec. En moins d une décennie, les loutres avaient disparues du secteur. L extinction de l espèce en Suisse semblait inexorable et finalement c est en 1989 que les derniers signes de présence de la loutre dans le pays furent découverts sur la rive sud du lac de Neuchâtel.

11 La loutre en Suisse Documentation Loutre Fig. 6 : Présence de la loutre en Suisse en 1900, 1950, 1970 et Source : Weber (1990) Les persécutions intenses subies par la loutre au début du 20 e siècle ont certes contribué à son déclin, mais elles ne sont pas directement responsables de sa disparition. En effet, un effectif d une centaine d individus aurait suffi à reconstituer une population viable pour autant que les conditions environnementales soient favorables. L étaient-elles? Une étude menée à la fin des années 1980 sur mandat de la Confédération a mis en évidence qu il existait encore dans notre pays des habitats favorables à la loutre, mais ceux-ci étaient par trop fragmentés pour assurer son maintien. La disparition de nombreux ruisseaux, la correction des cours d eau, la destruction des zones riveraines lacustres, les modifications du débit des cours d eau à cause des usines hydroélectriques, la pollution des eaux sont autant de facteurs qui ont soit provoqué une forte diminution des effectifs de poissons, soit privé tout simplement la loutre d importantes sources de nourriture. En outre, la même étude a révélé la présence, à de fortes concentrations, de polychlorobiphényles (PCB) dans les tissus des poissons. Les PCB sont des organochlorés qui entrent dans la composition de nombreuses matières plastiques notamment. Ces toxiques contaminent tous les niveaux de la chaîne alimentaires et par bioaccumulation atteignent des concentrations maximales chez les super-prédateurs. Provoquant des troubles de la reproduction chez l animal contaminé, voire la mort, ils sont par conséquent susceptibles de compromettre la survie d une population. Bien que leur utilisation ait été interdite en Suisse au début des années 1970, les PCB sont toujours présents dans notre environnement. La forte contamination des poissons par les PCB a constitué l argument qui sonna le glas des essais de réintroduction de la loutre prévus dans notre pays à la fin du siècle passé.

12 La loutre en Suisse Documentation Loutre Situation actuelle En 2004, plusieurs observations de loutres ont été rapportées dans la région des 3 Lacs, sans toutefois pouvoir être confirmées. Un retour naturel n est certes pas à exclure, mais les populations les plus proches des lieux d observations sont situées à plus de 100 km, et les obstacles à franchir pour les coloniser sont nombreux et souvent dangereux. De même, il paraît très peu probable qu une petite population se soit maintenue sur le Plateau et passe inaperçue pendant une quinzaine d années. Si ces observations se confirment, elles pourraient être le résultat de lâchers clandestins, donc illégaux. En examinant les conditions environnementales actuelles, on constate qu elles ne permettent toujours pas d envisager à court terme la réintroduction de la loutre en Suisse. En effet, depuis la découverte des dernières traces de loutres en 1989, un fort déclin des populations de poissons a été constaté sur la majorité des cours d eau suisses. Les raisons en sont diverses, mais le facteur «contamination chimique» ne semble pas étranger à cette situation. Dans ces circonstances, il paraît illusoire d espérer qu une population viable de loutres puisse à l heure actuelle prospérer dans nos eaux. En outre, les habitats favorables, s ils existent, sont par trop fragmentés. La revitalisation de certains cours d eau et la création de corridors reliant les milieux propices doivent être entreprises pour offrir à la loutre des possibilités de disperser.

13 Statut légal de la loutre La protection de la loutre européenne est régie par divers traités et lois tant au niveau international que national. a) Conventions et traités internationaux Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel en Europe (dite Convention de Berne) La loutre y est inscrite en annexe II, soit dans la liste qui lui confère le statut d espèce animale strictement protégée. Les états signataires, dont la Suisse, s engagent à interdire toute forme de captures, de détention et de mise à mort intentionnelle. Il est également interdit de détériorer ou de détruire intentionnellement les sites de reproduction et les aires de repos. Le commerce interne des animaux vivants ou morts est aussi proscrit. En outre, les pays doivent prendre les mesures législatives et réglementaires appropriées pour protéger les habitats de ces espèces et pour sauvegarder les habitats naturels menacés de disparition. Directives Habitat de l Union Européenne La loutre y est inscrite en annexe II espèces animales et végétales d intérêt communautaire dont la conservation nécessite la désignation de zones spéciales de conservation et en annexe IV espèces animales et végétales d intérêt communautaire qui nécessitent une protection stricte. La Suisse n étant pas membre de l UE, ce traité n est pas contraignant pour elle. CITES Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d extinction La loutre y est inscrite en annexe I, soit parmi les espèces menacées d extinction immédiate à cause du commerce. Le commerce et la circulation de la loutre et de sa fourrure sont interdits. b) Loi et ordonnance nationales Dans la loi fédérale sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages (loi sur la chasse, LChP), la loutre ne figure pas parmi les espèces chassables. Selon l article 7, tous les animaux ne faisant pas partie des espèces chassables sont protégés. Comme l aigle royal, le castor, le lynx, le loup et l ours, la loutre est une espèce qui bénéficie de dispositions spéciales dans l ordonnance sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages (ordonnance sur la chasse, OChP). Selon l article 10, la Confédération verse aux cantons 50 % des frais d indemnisation pour les dégâts occasionnés par la loutre. L Office fédéral de l environnement, des forêts et du paysage (OFEFP) peut également ordonner des mesures contre des loutres si ces animaux causent des dégâts importants. En outre, l OFEFP établit des conceptions s appliquant à ces espèces et qui contiennent notamment des principes régissant la protection, le tir ou la capture des animaux, la prévention et la constatation des dégâts ainsi que le versement d indemnité pour les mesures de prévention. Un tel concept n existe pas encore pour la loutre.

14 Quelques références BOUCHARDY, C La loutre. Edition Sang de la Terre, Paris. CHANIN, P The Natural History of Otters. Croom Helm, London. FETTER-KEULEN, C. & FETTER-KEULEN S La loutre. Education-Environnement, Liège. KRUUK, H Wild otters: predation and populations. Oxford University Press, Oxford. REUTHER, C. & FESTETICS, A Der Fischotter in Europa : Verbreitung, Bedrohung, Erhaltung. Aktion Fischotterschutz, Oderhaus. WEBER, D La fin de la loutre en Suisse. Cahier de l environnement n o 128, OFEFP, Berne.

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

L ombre commun dans le canton de Vaud

L ombre commun dans le canton de Vaud Centre de conservation de la faune et de la nature Inspection de la pêche Chemin du Marquisat 1 1025 St-Sulpice Service des forêts, de la faune et de la nature www.dse.vd. vd.ch T 021 557 86 30 F 021 557

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

Programme de la soirée

Programme de la soirée Programme de la soirée Exposé : les chauves-souris et le patrimoine bâti (+/- 45 ) Vidéo : les chauves-souris et les moines de l Abbaye d Orval (+/- 15 ) Questions réponses (+/- 15 ) Sortie nocturne à

Plus en détail

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL Consulter le site Web inpn.mnhn.fr Présentation de l individu 2 espèces

Plus en détail

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul En septembre 2012, un nid de Frelon asiatique a été découvert au Val-André. Bien camouflé et difficilement accessible au sommet d un conifère, il a cependant

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Propositions pour une harmonisation de la lutte contre le Frelon asiatique

Propositions pour une harmonisation de la lutte contre le Frelon asiatique Propositions pour une harmonisation de la lutte contre le Frelon asiatique (Vespa velutina nigrithorax) Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de Loire-Atlantique

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

80-100 mm, habituellement plus longue que la tête et le corps.

80-100 mm, habituellement plus longue que la tête et le corps. Souris Les souris, qui vivent à l intérieur, posent davantage de problèmes dans les constructions. Elles grignotent les câbles, et sont susceptibles de causer des incendies. Elles font des dégâts dans

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes

Document d Objectifs des sites Natura 2000 FR 9110108 et FR 9101435 «Basse Plaine de l Aude» Table des Annexes Table des Annexes Annexe I : Procédure de désignation des sites Natura 2000 (ZPS et SIC). Annexe II : Composition du comité de pilotage. Annexe III : Exemple de cahier de pâturage tournant Manade. Annexe

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Désinfestation Désinfection Dératisation Ferenc Baumann Diplôme fédéral de la Fédération Suisse F.S.D Membre du comité de la F.S.D.

Désinfestation Désinfection Dératisation Ferenc Baumann Diplôme fédéral de la Fédération Suisse F.S.D Membre du comité de la F.S.D. Désinfestation Désinfection Dératisation Ferenc Baumann Diplôme fédéral de la Fédération Suisse F.S.D Membre du comité de la F.S.D.VSS Tél. 078 638 44 75 FAITES APPEL A DES PROFESSIONNELS : Optez pour

Plus en détail

03/2015. Agrainoir.spirale. .Spirale HENON ble courte 6cm Modèle : 7011002 Fabricants : Sarl_Henon spirales Agrainoir Metallique

03/2015. Agrainoir.spirale. .Spirale HENON ble courte 6cm Modèle : 7011002 Fabricants : Sarl_Henon spirales Agrainoir Metallique (27) Boite / Jardinet (16) Cages à renard (12) corbeaux et pies (7) Divers (15) Livres (3) Mirador (3) Piége en X/C910 (7) Pièges à renard (15) Pigeon (10) Pre-lacher (4) rat (8) Page 1/47 .Spirale HENON

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Première tournée / premier spectacle Nouvelle tournée / nouveau spectacle Entrée en Suisse de l étranger

Plus en détail

LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS

LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS Connaissance et protection La majorité des espèces de chauves-souris est susceptible de s installer au sein des ponts, quels qu en soient l âge ou les matériaux : pierre,

Plus en détail

Traces et indices. Sur la piste des mammifères...

Traces et indices. Sur la piste des mammifères... Traces et indices S i l observation des passereaux du jardin est relativement aisée, il est beaucoup plus difficile de faire un inventaire des mammifères de son REFUGE LPO. La plupart des mammifères, mais

Plus en détail

Il était une fois Une forêt mystérieuse!!! Parcourez cette forêt, explorez la Franche-Comté, partez à la rencontre de ses paysages et de ses

Il était une fois Une forêt mystérieuse!!! Parcourez cette forêt, explorez la Franche-Comté, partez à la rencontre de ses paysages et de ses Il était une fois Une forêt mystérieuse!!! Parcourez cette forêt, explorez la Franche-Comté, partez à la rencontre de ses paysages et de ses richesses. Du massif Vosgien aux plateaux du Jura, en passant

Plus en détail

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES

SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES SITUATION DE LA PRODUCTION ET DES MARCHES CUNICOLES 1. EVOLUTION DU PRIX DES MATIERES PREMIERES EN ALIMENTATION ANIMALE ET DES INDICES ALIMENT ITAVI AU MOINDRE COUT 1.1. DIMINUTION DU PRIX DES CEREALES

Plus en détail

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Problèmes environnementaux auxquels l empreinte apporte des solutions : Les chauvessouris sont essentielles pour l écosystème puisqu elles se

Plus en détail

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44 Pour les hivernants, l objectif a été de localiser les sites d hivernage majeurs. Ils concernent principalement les oiseaux d eau, mais aussi les rapaces diurnes et nocturnes sensibles au risque de collision.

Plus en détail

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards Carte d'identité : Description Que mange-t-elle? Taille La grenouille mesure entre 4 et 5 cm. La grenouille avale ses proies. La grenouille a la peau nue. Elle possède quatre pattes. La grenouille nage

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

Morcellement du paysage

Morcellement du paysage Morcellement du paysage L indicateur «Morcellement du paysage» montre comment le paysage en dessous de 100 mètres est morcelé par des barrières artificielles telles que des routes ou des zones d habitation.

Plus en détail

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!»

Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Un cri dans la nuit : «Je suis fatiguée de cette vie de grenier!» Musette s est lassée. Sous son plancher, «cric, crac, croc», Des enfants grignotent, gigotent et se font des croques. Alors un matin, elle

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Qui mange quoi? Filtrer avec des fanons

Qui mange quoi? Filtrer avec des fanons Filtrer avec des fanons Malgré leur taille gigantesque, les baleines se nourrissent de petites proies : du krill ou des petits poissons qu elles piègent à travers leurs fanons. Ces «peignes» peuvent faire

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Demande d autorisation de faire du commerce d animaux

Demande d autorisation de faire du commerce d animaux Demande d autorisation de faire du commerce d animaux 1 Autorité et auteur de la demande 1.1 Adresse du service cantonal de la protection des animaux (adresse d envoi): 1.2 Nom et adresse de la personne

Plus en détail

MONITORING DU SANGLIER

MONITORING DU SANGLIER MONITORING DU SANGLIER DÉFINITION On entend par monitoring du sanglier le suivi et l appréciation de l évolution des effectifs de sangliers et des dégâts qu ils occasionnent. OBJECTIFS L objectif est l

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Loi sur les chiens. Section 2. Protection contre les blessures dues à des chiens. Projet

Loi sur les chiens. Section 2. Protection contre les blessures dues à des chiens. Projet Loi sur les chiens Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 80, al. 1, 2 et 2 bis, et 120, al. 2, de la Constitution 1, vu le rapport de la Commission de la science, de l

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

Ordonnance concernant les districts francs fédéraux

Ordonnance concernant les districts francs fédéraux Ordonnance concernant les districts francs fédéraux (ODF) 922.31 du 30 septembre 1991 (Etat le 1 er septembre 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 11 de la loi fédérale du 20 juin 1986 sur la chasse

Plus en détail

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes,

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, Introduction «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, d histoires insolites et de mystères inexplicables. Elle vous entrainera dans un chaos thématique prédéterminé afin de vous plonger dans

Plus en détail

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013 Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013 Monitoring actif dans l avifaune sauvage En 2013, dans le cadre du monitoring actif, 3.181 oiseaux sauvages ont été échantillonnés.

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Une promenade en forêt par Inner Health Studio. Enregistré avec la permission de l entreprise.

Une promenade en forêt par Inner Health Studio. Enregistré avec la permission de l entreprise. Une promenade en forêt par Inner Health Studio. Enregistré avec la permission de l entreprise. Adoptez une position confortable, soit assise, soit couchée. Sentez votre corps se détendre à mesure qu une

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

Le «pousse au cul» L appât utilisé varie en fonction de la saison et de la nourriture environnante : cerises, baies diverses, maïs, noix

Le «pousse au cul» L appât utilisé varie en fonction de la saison et de la nourriture environnante : cerises, baies diverses, maïs, noix Le «pousse au cul» Piège de 1 ère catégorie essentiellement destiné aux geais, très efficace et très facile à fabriquer. Les armatures sont en fer à béton de Ø 6 mm. Les parois sont réalisées avec du «grillage

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2014

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2014 Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2014 Monitoring actif dans l avifaune sauvage En 2014, dans le cadre du monitoring actif, 3.036 oiseaux sauvages ont été échantillonnés.

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

Le Plan stratégique de l AEWA 2009-2017. L Accord sur la Conservation des Oiseaux d Eau Migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA)

Le Plan stratégique de l AEWA 2009-2017. L Accord sur la Conservation des Oiseaux d Eau Migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA) Le Plan stratégique de l AEWA 2009-2017 L Accord sur la Conservation des Oiseaux d Eau Migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA) Accord sur la conservation des oiseaux d eau migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA)

Plus en détail

Activités Bureau des Guides

Activités Bureau des Guides Activités Bureau des Guides au départ du CENTRE DE DEPAYSEMENT ET DE PLEIN AIR DE MARBEHAN 1 Table des Matières Introduction I. Faune II. Habitats III. Wildcraft & Orientation IV. Coin des Artistes V.

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Isolation grâce à l air immobile

Isolation grâce à l air immobile Principes / La structure idéale 44 La structure idéale Schutz im Winter Rücktrocknung im Sommer L efficacité de toutes les isolations thermiques repose sur les inclusions d air dans le matériau isolant

Plus en détail

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni.

Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Voici, ci dessous les 4 nations qui composent le Royaume Uni.. C est l union des drapeaux de 3 nations qui compose le drapeau du Royaume Uni. Le Royaume Uni est un archipel (un ensemble d iles). Il est

Plus en détail

Campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques

Campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques I N F O R M A T I O N A L A P R E S S E Campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques La Ville de Niort lance sa campagne 2011 de lutte contre les frelons asiatiques, espèce invasive qui s attaque

Plus en détail

05.453 n Initiative parlementaire. Interdiction des pitbulls en Suisse (Kohler)

05.453 n Initiative parlementaire. Interdiction des pitbulls en Suisse (Kohler) Conseil national Session d'été 009 e-parl 9.08.009 09:0 - - 05.453 n Initiative parlementaire. Interdiction des pitbulls en Suisse (Kohler) de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil national

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Projet mare. La faune des mares

Projet mare. La faune des mares Projet mare La faune des mares CET EXPOSE VOUS EST PRESENTE PAR: Aurélie F. Kelly C. Charly G. Les larves de moustiques Les larves de moustiques sont très nombreuses dans les mares car il y a peu de prédateurs

Plus en détail

LA COALITION NATIONALE SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE

LA COALITION NATIONALE SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE LA COALITION NATIONALE SUR LES ANIMAUX DE COMPAGNIE EXEMPLE DE RÈGLEMENT MUNICIPAL RÉGISSANT LA GARDE ET LE CONTRÔLE DES ANIMAUX DE COMPAGNIE Note : Les municipalités devraient se référer à la loi provinciale

Plus en détail

Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet

Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet Retour du bison d Europe dans le Jura : ébauche de projet 1 La vision Le bison d Europe a été éradiqué de Suisse déjà au Moyen-âge. Il s en est même fallu de peu pour que le plus grand mammifère sauvage

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Inventez votre visite. Gratuite, elle vous sera prêtée lors de votre arrivée au zoo.

Inventez votre visite. Gratuite, elle vous sera prêtée lors de votre arrivée au zoo. Valise pédagogique Inventez votre visite Partez à la rencontre de nos incroyables animaux et surprenez les élèves grâce à la valise pédagogique. Gratuite, elle vous sera prêtée lors de votre arrivée au

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : C est qui, ce frelon asiatique? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE 1 - Voici les mots

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT FOURNISSEURS (FABRICANTS/DISTRIBUTEURS & INSTALLATEURS) PRÊT JUSQU'A 10 000 000 DH (PROCEDURE NON- LEME)

DEMANDE DE PRÊT FOURNISSEURS (FABRICANTS/DISTRIBUTEURS & INSTALLATEURS) PRÊT JUSQU'A 10 000 000 DH (PROCEDURE NON- LEME) DEMANDE DE PRÊT FOURNISSEURS (FABRICANTS/DISTRIBUTEURS & INSTALLATEURS) PRÊT JUSQU'A 10 000 000 DH (PROCEDURE NON- LEME) Pour faire une demande de crédit (prêt) pour financer votre projet d investissement,

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Mode d emploi. des lits. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd

Mode d emploi. des lits. MidMos is a subsidiary of Brandenburg UK Ltd Mode d emploi BB ALERT ACTIVE Détecteur Punaises des lits PUNAISES DE LIT 1 Les punaises des lits sont de petits insectes normalement nocturnes quise nourrissent du sang. Elles passent la plus part de

Plus en détail

- 1320 - Cordonniers, sigans

- 1320 - Cordonniers, sigans click for previous page - 1320 - Cordonniers, sigans Corps ovale, très comprimé latéralement et couvert de petites écailles. Bouche petite, avec une seule rangée serrée de petites dents incisiformes. Nageoire

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

Après la stérilisation, les femelles n'ont plus de cycle sexuel et par conséquence n ont plus de chaleurs.

Après la stérilisation, les femelles n'ont plus de cycle sexuel et par conséquence n ont plus de chaleurs. Castration 1- Généralités 2- Stérilisation des chiennes 3- Castration des chiens 4- Castration des chats 5- Castration des lapins et des cobayes 1- Généralité s La castration consiste à enlever les glandes

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Lutte contre le développement du frelon asiatique

Lutte contre le développement du frelon asiatique Lutte contre le développement du frelon asiatique Depuis plusieurs années, le frelon asiatique s est disséminé sur l ensemble du territoire du sud-ouest. Il s agit d une espèce invasive, prédatrice des

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

Le frelon asiatique- Vespa velutina

Le frelon asiatique- Vespa velutina Le frelon asiatique- Vespa velutina Biologie et description : le frelon asiatique Vespa velutina, est très facile à reconnaître car c est la seule guêpe en Europe à posséder une livrée aussi foncée : -

Plus en détail

Granulés anti-limaces : pas sans risques!

Granulés anti-limaces : pas sans risques! Granulés anti-limaces : pas sans risques! Conseils pratiques pour une utilisation et un stockage corrects et sans danger pour vos animaux domestiques Comment utiliser et stocker sans danger les granulés

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

Dossier de presse Catastrophes naturelles

Dossier de presse Catastrophes naturelles Fédération Française des Sociétés d'assurances Dossier de presse Catastrophes naturelles Le système d indemnisation mis en place par la loi du 13 juillet 1982 Avant 1982, l assurance ne couvrait que certains

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET

ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET 1 ENQUÊTE SUR LE COMMERCE D'ESPÈCES SAUVAGES SUR L'INTERNET Introduction L Internet a révolutionné notre façon d échanger des idées, des informations et des marchandises. Tout naturellement, cette technique

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année. Enquête

Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année. Enquête Test basé sur les normes Mathématiques appliquées 12 e année Enquête Janvier 2012 Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Test basé sur les normes, mathématiques appliquées, 12 e année

Plus en détail