Rapport de collecte des données nationales Tchad

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de collecte des données nationales Tchad"

Transcription

1 Aires Protégées Résilientes au Changement Climatique, PARCC Afrique de l Ouest 2012 Rapport de collecte des données nationales Tchad Français Lambert Worgue Yemye Consultant 2012

2 Le programme des Nations Unies pour l environnement, Centre de surveillance de la conservation de la nature (UNEP WCMC) est le centre spécialisé d évaluation de la biodiversité du programme des Nations Unies pour l environnement, l organisation environnementale intergouvernementale la plus importante dans le monde. Le Centre a été en opération depuis plus de 30 ans, alliant recherche et conseils politiques pratiques. Rapport de collecte des données nationales Tchad, rédigé par Lambert Worgue Yemye, Consultant, en collaboration avec la Direction de la Conservation de la Biodiversité et de l Adaptation au Changement Climatique, avec le financement du Fonds pour l environnement mondial (FEM) par le biais du PNUE. Droits d auteur : Reproduction : Non responsabilité : Citation : Disponibilité : Programme des Nations Unies pour l environnement. La reproduction de cette publication à des fins éducatives ou non commerciales est autorisée sans permission spéciale, à condition que la reconnaissance de la source soit faite. La réutilisation de toutes les figures est soumise à l'autorisation des détenteurs des droits d'origine. Aucune utilisation de cette publication ne peut être effectuée pour la vente ou toute autre fin commerciale, sans la permission écrite du PNUE. Les demandes d'autorisation, accompagnées d une déclaration de l'intention et de l'étendue de la reproduction, doivent être envoyées au Directeur, UNEP WCMC, 219 Huntingdon Road, Cambridge, CB3 0DL, Royaume Uni. Le contenu de ce rapport ne reflète pas nécessairement les vues ou la politique du PNUE, des organisations participantes ou des éditeurs. Les appellations employées et la présentation des documents dans ce rapport n'impliquent pas l'expression d'une opinion quelconque de la part du PNUE ou des organisations participantes, ou des éditeurs concernant le statut juridique des pays, territoires, villes ou leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites ou la désignation de leurs noms, frontières ou limites. La mention d'une entité commerciale ou d un produit dans cette publication n'implique pas son approbation par le PNUE. Worgue Yemye L Rapport de collecte des données nationales Tchad. UNEP WCMC technical report. UNEP World Conservation Monitoring Centre (UNEP WCMC) 219 Huntingdon Road, Cambridge CB3 0DL, UK Tel: ; Fax: wcmc.org ;URL: wcmc.org Photo de couverture : Hippotragues du Parc National de Zakouma, Tchad. Droit d auteur : Projet Conservation et Utilisation Durable des Ecosystèmes Soudano Sahéliens (CURESS)

3 Acronymes et abréviations CBLT CEFOD CNAR CCNUCC CVS FAO FEM GFIMS INADES INSEED ITRAD ONDR Commission du Bassin du Lac Tchad Centre d Etude et de Formation pour le Développement Centre National d Appui à la Recherche Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Comités villageois de surveillance Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture Fonds pour l Environnement Mondial Active fires from the FAO s Global Fire Information Management System Institut Africain pour le Développement Economique et Social Institut National de la Statistique, des Études Économiques et Démographiques Recherche pour le Développement Office National pour le Développement Rural PANA Programme d Action National d Adaptation aux changements climatiques PNAE Plan National d Action pour l Environnement PNM PNSO Parc National de Sena Oura PNUE WCMC Centre mondial de surveillance de la conservation SODELAC Société de Développement du Lac UICN PAPACO Programme aires protégées pour l Afrique du centre et de l ouest de l UICN UICN Union Internationale pour la Conservation de la Nature ZCV Zones de Chasse Villageoises

4 Table des matières 1. INTRODUCTION Contexte Objectifs Résultats attendus Approche méthodologique RÉSULTATS Revue des institutions détentrices des données Données sur les aires protégées Données climatiques Données sur les espèces Données sur la végétation et les feux Données socio économiques Données générales CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES... 37

5 1. Introduction 1.1. Contexte Le Tchad est un pays à vocation agro sylvo pastorale, mais riche en matière de biodiversité. Son réseau d aires protégées constitué de 3 parcs nationaux, 7 réserves de faune, 1 réserve de biosphère et 1 domaine pilote communautaire dont la création remonte en majorité aux années 1960, couvre environ 10,2% de la superficie territoriale du pays. Il est globalement représentatif de toute la diversité des écosystèmes de la région. Certaines aires protégées possèdent encore un niveau de diversité biologique très élevé. Il s agit en l occurrence de Zakouma, Manda, Binder Léré, Sena Oura et Aouk et dans une moindre mesure Siniaka Minia et Melfi. Cette biodiversité, qui revêt une importance écologique et socio économique capitale pour les populations tchadiennes, fait malheureusement l objet d une dégradation très poussée menaçant certaines espèces endémiques d extinction sous l effet conjugué du climat et des actions anthropiques. Les principales pressions qui s exercent sur ces aires protégées sont : la pression pastorale, le braconnage spécialisé sur les espèces à haute valeur ajoutée (éléphants, girafes, lamentins etc.), très destructeur, mais également porteur d insécurité sociale, économique et politique, la désertification et les sécheresses répétitives, les politiques nationales et sectorielles du secteur primaire, jouant un rôle important dans la réduction des espaces de conservation, la pression démographique, les feux de brousse sauvages, les coupes abusives, la méconnaissance et le non respect des textes, la pauvreté etc. La présente consultation est réalisé dans le cadre du projet Evolution des systèmes d Aires Protégées vis à vis du changement climatique en Afrique de l Ouest» ou PARCC (Aires Protégées résilientes au changement climatique en Afrique de l Ouest) et a pour but de collecter les données sur les aires protégées du Tchad. Le projet a pour objectif de concevoir des outils scientifiques afin d aider à rendre les aires protégées plus résilientes au changement climatique et renforcer les capacités des pays à utiliser ces outils. Pour mettre en place ces outils qui seront utilisés par tous les acteurs, y compris les décideurs, il est nécessaire d avoir toutes les meilleures informations et données disponibles. Une rencontre nationale de lancement et de collecte des premières données a eu lieu au Tchad en octobre 2011 (et dans les autres pays membres du projet) avec pour objectif de lancer le projet au niveau national, et aussi d examiner la situation des données, de collecter les données disponibles et d élaborer un plan d action pour la collecte des données manquantes. 5

6 Au Tchad les données disponibles ont été collectées au cours de cette rencontre nationale. Cependant, toutes les données nécessaires pour le projet n ont pas pu être collectées et un travail supplémentaire doit être fait pour combler cette lacune. C est à effet que la présente consultation a été commanditée par le programme aires protégées pour l Afrique du centre et de l ouest de l UICN (UICN PAPACO) et le Centre mondial de surveillance de la conservation (PNUE WCMC) Objectifs Conformément aux termes de référence, la consultation a pour objectif de mettre à la disposition du projet toutes les données manquantes nécessaires à la réalisation d études sur la modélisation climatique, les évaluations de l inscription sur la liste rouge, les évaluations de la vulnérabilité et l élaboration de scénarios Résultats attendus A la fin de la mission, toutes les données nécessaires à la réalisation des études spécifiques sont disponibles. Les éléments spécifiques à fournir sont : - Les données manquantes sur les aires protégées, les espèces, le climat, la végétation et les feux, et données socio économiques et données SIG - Une liste des structures détentrices de données du pays, ainsi que leurs contacts - Un rapport de la consultation contenant des recommandations 1.4. Approche méthodologique La méthodologie ayant conduit à la réalisation de ce travail se présente comme suit : (1) Identification de l information En collaboration avec l Agent de Liaison National, le Consultant a informé toutes les parties prenantes et les institutions concernées de la mission (par téléphone ou visite). Une liste des détenteurs de données du pays avec le contact des personnes clé a été ouverte et complétée au fur et à mesure. La possibilité de visites de terrain a été évaluée. (2) Collecte des données et informations Les données sont collectées auprès des personnes et institutions détentrices de ces données. Une revue de la documentation en ligne a été également faite pour mieux identifier et réunir les données complémentaires. 6

7 (3) Visites de terrain Une visite de terrain a eu lieu dans les régions du Lac Tchad, Mayo Kebbi et Chari Baguirmi pour collecter les informations (limites GPS, état actuel) sur la partie tchadienne du Lac Tchad, la plaine du Logone et les dépressions Toupouri et la plaine de Massenya. Le présent rapport présente les résultats de la mission et s articule comme suit : 1. Introduction 2. Résultats 3. Conclusion/recommandations 2. Résultats 2.1. Revue des institutions détentrices des données Le Ministère de l Environnement et des Ressources Halieutiques Le Ministère de l Environnement et des Ressources Halieutiques disposait dans les années 1990 d une bibliothèque assez riche en documentation. Cette bibliothèque est aujourd hui en ruine totale et abandonnée. On trouve la documentation de manière sectorielle dans les différentes directions techniques du ministère. Directions techniques Direction des Parcs Nationaux, des Réserves de Faune et de la Chasse Direction des Pêches et de l Aquaculture Direction des Forêts et de la Lutte contre la Désertification Direction des Etudes, de la Planification et du Suivi Direction de la Conservation de la Biodiversité et d Adaptation au Changement climatique Contacts Ndoassal Balongar Tél : (235) Mbairo Jean Tél : (235) Boussala Badmonkreo Tél : (235) Mahamat Djimadingar Tél : (235) Brahim Dagga Tél : (235)

8 Le Ministère de l Hydraulique Urbaine et Rurale La Direction des Ressources en Eau et de la Météorologie du Ministère de l Hydraulique Urbaine et Rurale dispose d une base des données informatisée et à jour sur la météorologie et la climatologie. Contact : Tél : Moussa Tchitchaou (235) Le Ministère de l Agriculture et de l Irrigation Au Ministère de l Agriculture et de l Irrigation, les données sur les espèces végétales sont disponibles à l Institut Tchadien de Recherche pour le Développement (ITRAD), l Office National pour le Développement Rural (ONDR) et la Société de Développement du Lac (SODELAC). Contact : Dr. SOUGNABE Pabamé Tél : (235) Le Ministère du Développement Pastoral et des Productions Animales Le Laboratoire de Recherche Vétérinaire et Zootechnique (LRVZ) du Ministère du Développement Pastoral et des Productions Animales possède un centre de documentation destiné à appuyer les chercheurs. Le centre de documentation comprend des ouvrages, périodiques, rapports, thèses et mémoires dans les domaines de l agriculture, de l élevage, du pastoralisme, de l environnement, des maladies animales, de la génétique, des vaccins etc. Contact : Youssouf Khamis Tél (235) / Le Ministère de l Enseignement Supérieur Les données sont disponibles dans les institutions suivantes : le Centre National d Appui à la Recherche (CNAR) et l Institut National de la Statistique, des Études Économiques et Démographiques (INSEED). Contacts : Kouka Jean Roger Tél : (235) ; Nadjirabeye Beassoum Tel : (235) Le Centre d Etude et de Formation pour le Développement (CEFOD) Créé en 1966, le CEFOD est une association tchadienne d utilité publique. Le centre possède une bibliothèque et un centre de documentation spécialisé sur le Tchad et les questions économiques et juridiques. La base de données du CEFOD contient des données sur la biodiversité et les aires protégées. Contacts : Tél : (235) /

9 Site web: L Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture (FAO) La FAO dispose d une bibliothèque qui sert à collecter et stocker les documents (publications et rapports) produits ou reçus. On y trouve des données sur la végétation, les feux de brousse, les aires protégées et la biodiversité. Contact: Tél : (235) Site web : L Institut Africain pour le Développement Economique et Social (INADES) Créé en 1978, l INADES est reconnu par le droit tchadien le 10 juin Il a pour mission de travailler à la promotion sociale et économique des populations. L INADES dispose dans sa documentation des rapports d études, des brochures et des stratégies sur les feux de brousse. Contacts : Tél : (235) E mail : La Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) La Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) dispose d un centre de document très riche possédant des documents sur l environnement, les forêts, la faune, la pêche, l élevage, l agriculture etc. Contacts : Tél : (235) / / Site web : Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Comme la FAO, le PNUD dispose d une bibliothèque qui sert à collecter et stocker les documents (publications et rapports) produits ou reçus. On y trouve des données sur la biodiversité, les espèces, les aires protégées etc. La bibliothèque n est pas opérationnelle car le gestionnaire de la bibliothèque est parti à la retraite il y a deux ans. Contact : Tél : (235) E mail : 2.2. Données sur les aires protégées Décrets de création des aires protégées Les décrets suivants ont pu être collectés : 9

10 Parcs Nationaux o Décret N 86 T/EFC du 07 mai 1963 créant le Parc National de Zakouma ; o Décret N 56 / EFC du 19 mars 1965 créant le Parc National de Manda ; o Décret N 243 /PR/EFPC/PNR du 23 octobre 1967 modifiant les limites du Parc National de Manda ; o Loi N 011/PR/2010 du 10 juin 2010 portant création du Parc National de Sena Oura ; Réserves de Faune o Décret N 1683/CH du 20 mai 1955 créant une Réserve de Faune dite de l Abou Telfane ; o Décret N 97/PG/T/EFC du 17 mai 1961 portant classement d une Réserve de Faune dite du Siniaka Minia ; o Décret N 49/PR/EFPC/PNR du 29 février 1964 portant création d une Réserve de Faune dite du Barh Salamat ; o Décret N 232/PR/EFPC/PNR du 07 octobre 1967 portant classement d une Réserve de Faune dite de Fada Archei ; o Décret N 135/PR/EFPC/PNR du 10 mai 1969 portant classement d une Réserve de Faune dite du Ouadi Rimé Ouadi Achim ; o Décret N 199/PR/EFPC/PNR du 24 juin 1969 portant classement d une Réserve de Faune dite de Mandalia ; o Décret N 169/PR/EFPC/PNR du 14 mai 1974 portant classement d une Réserve de Faune dite de Binder Léré. Réserves de Biosphère o Décret N 773/PR/MTE/89 du 02 octobre 1989 portant classement d une Réserve de Biosphère dite Réserve de Biosphère du Lac Fitri Limites des aires protégées Les limites des aires protégées ci dessous ont été déterminées et les cartes élaborées. Limites de la partie tchadienne du Lac Tchad Limites de la plaine de Massenya Limites de la plaine du Logone et les dépressions Toupouri Limites des plaines inondées du Barh Aouk et du Barh Salamat 10

11 Etat actuel des aires protégées Une évaluation de douze aires protégées du Tchad a été réalisée en 2008 par l Union Internationale pour la Conservation de la Nature/Programme Afrique Centrale et de l Ouest (UICN/PACO). Cette évaluation a permis de connaitre le statut de ces aires protégées et les menaces et pressions qu elles subissent. Il s agit du Parc National de Zakouma, Parc National de Manda, Parc National de Sena Oura, Réserve de Faune de Ouadi Rimé Ouadi Achim, Réserve de Faune du Barh Salamat, Réserve de Faune de Siniaka Minia, Réserve de Faune de Fada Archei, Réserve de Faune de Binder Léré, Réserve de Faune de Mandelia, le Domaine de Chase de l Aouk, le Domaine de Chasse de Melfi et le Domaine Pilote Communautaire de Binder Léré. D une manière générale, la situation sur le terrain a très peu évolué. Les pressions sur les aires protégées sont les mêmes de nos jours et se sont amplifiées dans certains cas comme le braconnage des éléphants au parc national de Sena Oura. Le Parc National de Sena Oura Le Parc National de Sena Oura (PNSO) a été créé par la Loi n 011/PR/2010 du 10 juin Depuis sa création, le parc n a bénéficié d aucun aménagement et la surveillance est assurée par les comités villageois de surveillance (CVS) non équipés. Il en résulte que les pressions sur le parc se sont intensifiées ces deux dernières années, menaçant très dangereusement l existence même du parc. Au début de l année 2012, des braconniers puissamment armés se sont infiltrés dans les parcs de Sena oura et Boubandjida et ont décimé en quelques jours les deux tiers de la population des éléphants de ce complexe. Par contre, la population des autres espèces notamment les élands, buffles, hippotragues, bubales, damalisques, cob defassa, redunca, guib harnaché, céphalophe à flancs roux, céphalophe de grimm phacochères, cynocéphale, colobe guereza, singe vert, patas aurait significativement augmentée ces dernières années. Le plan d aménagement du Parc National de Sena Oura élaboré de manière participatif en 2009 n a jamais été validé ni par les communautés ni par le Ministère de l Environnement et des Ressources Halieutiques. Le Parc National de Manda (PNM) La végétation du parc national de Manda fait partie du biome «savanes et forêts claires soudaniennes» classé en danger par le WWF et figurant parmi les 200 écorégions essentielles au monde pour la conservation de la biodiversité globale. Cela souligne l exceptionnelle importance du PNM en termes de biodiversité, sa végétation étant très bien préservée jusqu à aujourd hui. 11

12 Mais, cette diversité biologique fait l objet de nombreuses pressions et menaces, dues essentiellement aux facteurs humains. Conscient de cette situation, le Gouvernement du Tchad, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Fonds pour l Environnement Mondial (FEM), s est engagé à assurer la conservation et la gestion durable du parc et de sa périphérie, à travers le Projet «Conservation et Utilisation Durable de la Biodiversité au Moyen Chari», lancé officiellement en 2007, mis en œuvre par le Bureau Nations Unies pour les services d appui aux projets (UNOPS) et le Ministère de l Environnement et des Ressources Halieutiques. Ces efforts ont permis à la faune du parc de se reconstituer. Le premier plan d aménagement du Parc National de Manda a été élaboré grâce à un processus hautement participatif (cantons de la périphérie, spécialistes de la gestion des aires protégées, représentants des diverses administrations, élus locaux, secteur privé et associatif, scientifiques...) et a globalement repris les lignes directrices établies par l Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), organisme normatif international en la matière. Dans le souci de renforcer la collaboration avec les autres parcs, les acteurs impliqués dans la gestion de la faune du pays ont été associés à ce processus et ont clairement exprimé leurs préoccupations. Les principes d orientation de cette gestion reposent sur la sécurisation de l espace, la recherche des financements durables et l implication des populations riveraines. Le plan d aménagement couvre une période de 10 ans, de 2012 à Il n a jamais été effectué de recensement utilisant une méthode scientifique au PNM, et les seuls chiffres disponibles sont des estimations. On peut toutefois penser que le statut des espèces est aujourd hui le suivant : Espèces assez communes : L hippotrague (Hippotragus equinus), le Guib harnaché (Tragelaphus scriptus), le Redunca (Redunca redunca), le Céphalophe de Grimm (Sylvicapra grimmia), l Ourébi (Ourebia ourebi), le Phacochère (Phacochoerus africanus), et les primates : Babouin doguera (Papio anubis), Patas (Erythrocebus patas) et Grivet (Cercopithecus aethiops). Espèces rares : les espèces suivantes sont probablement encore présentes, mais représentées par un nombre faible d individus (moins de de chaque espèce) : le Cob defassa (Kobus ellipsiprymnus), le Cob de Buffon (Kobus kob kob), le Buffle (Syncerus caffer aequinoxialis). Le Bubale (Alcelaphus buselaphus lelwel) pourrait avoir disparu du parc. La Girafe (Giraffa camelopardalis antiquorum) aurait été vue en Espèces disparues : Eland de Derby (Taurotragus derbianus), Eléphant (Loxondonta africana), Lion (Panthera leo), Damalisque tiang (Damaliscus lunaticus tiang). Sur la liste rouge de l UICN apparaissent trois espèces présentes au PNM : En danger : Lycaon (Lycaon pictus), population en déclin au niveau mondial (moins de 5000 individus) 12

13 Vulnérable : Hippopotame (Hippopotamus amphibius), population en déclin au niveau mondial Quasi menacé : Panthère (Panthera pardus), population en déclin au niveau mondial Les zones humides Le Tchad a ratifié la Convention sur les zones humides d importance internationale ou convention de Ramsar en Les Pays Parties à la convention ont l obligation de désigner au moins une zone humide d importance qui satisfasse aux critères Ramsar d inscription sur la liste des zones humides d importance internationale et garantir le maintien des caractéristiques écologiques de chaque zone inscrite. Dans le cadre de la mise en œuvre de la convention, le Tchad a inscrit 5 sites sur la liste des zones humides d importance internationale : le Lac Fitri, la partie tchadienne du Lac Tchad, la plaine du Logone et les dépressions Toupouri e, les plaines des Barh Salamat et Barh Aouk et, la plaine de Massenya. A l exception du Lac Fitri, toutes ces zones humides n ont pas de statut de protection officiel ni de plan de gestion. Avec l appui du Secrétariat de la convention de Ramsar, le Tchad a réalisé l inventaire de ces zones humides. Ces sites présentent les caractéristiques ci après : Réserve de Biosphère du Lac Fitri Le Lac Fitri constitue l un des plus importants écosystèmes du Tchad. Situé à environ 300 km à l est de N Djaména, et d une superficie d environ hectares, le lac est le pivot d une économie locale florissante et le second du pays par la superficie. Il est très productif et joue un rôle important, surtout pendant les périodes de basse pluviométrie, pour la sécurité alimentaire des populations locales et celles qui arrivent d ailleurs. Le Lac Fitri est classé comme «Réserve de la biosphère» par Décret N 773/PR/MTE/89 du 02 octobre 1989, ensuite, il est entré dans la convention RAMSAR et désigné «zone humide d importance internationale». Le Lac Fitri et ses abords sont le domaine de végétation subaquatique et herbacée. Les espèces ligneuses y sont peu nombreuses ; les plus caractéristiques sont les suivantes : Acacia albida, Acacia nilotica, Acacia seyal, Borassus aethiopum, Sesbania sesban, Mimosa pigra, Hyphaena thebaïca, Ficus platyphylla, Ficus gnaphalocarpa, Calotropis procera. Le Lac Fitri est riche en faune aviaire. Cette richesse lui a valu une reconnaissance internationale en 1990, où le lac Fitri fut classé Réserve de Biosphère par l UNESCO. Le lac reçoit en outre de nombreuses espèces migratrices en provenance de l Europe. Le Lac Fitri est aussi le domaine d une faune terrestre très variée. On y rencontre diverses gazelles, des chacals mais aussi des éléphants et des lions. 13

14 Malgré l importance du lac Fitri, sa situation devient de plus en plus préoccupante. La croissance démographique, l effritement des pouvoirs du sultanat, traditionnellement fort, et l afflux croissant du cheptel d autres zones plus détériorées, font que le lac et ses environs sont plus en plus sollicités. Les plaines d inondation des Bahr Salamat et Aouk ( ha) Ce site, extrêmement vaste, s étend sur Zakouma, Bahr Salamat et Barh Aouk. La végétation de la zone se compose de nombreuses espèces sahéliennes et soudaniennes tant au niveau des ligneux que des graminées. Dans le Lac Iro ( hectares), on trouve des Nymphea sp, Echinochloa stagnina etc ; les bordures sont occupées par une végétation herbacée dense à Adropogon sp, Vetiveria sp etc. Dans les Bahrs et Mares, il existe de nombreuses espèces de petite taille, des forêts galeries ou des ilots forestiers à peuplement Erythrophelum sp, Monathotaxis sp. Ces zones abritent également des espèces des zones humides comme Macaranga schweinfurthii, Trichilia retusa, Tristemma mauritianum, Gardenia sp etc. Le tapis graminéen renferme Aponogeton fotanus (espèce de commeliacée asiatique), Cyanotis axillaris, Scholleropsis lutea, Phyllantus cerastostemum, Ctenium newtonii, Andropogon sp, Cymbopogon gigantea, Dactytonium sp, Bracharia sp, Hyparrhenia barguenica etc. La périphérie des zones humides est occupée par les espèces comme Andropogon sp, Hyparrhenia sp, Cymbopogon sp etc. Les secteurs profonds sont colonisés par les Echinochloa stagnina, Echinochloa pyramidalis, Oryza barthii etc. Dans l enbordure des plaines d inondation et sur les sites élevés alluviales, les espèces comme les Acacia albida, Acacia scorpioïdes, Acacia sieberiana etc. sont communes. Sur les plateaux argileux ou Koro, c est le domaine de la savane arborée forestière soudano guinéenne claire à dominance combrétacée. La vaste plaine d'inondation avec ses cours et points d eau joue un rôle capital dans la productivité piscicole, elle renferme pratiquement toutes les espèces de poissons rencontrées dans le bassin tchadien, et constitue des frayères et zones d'alevinage de plusieurs espèces de poissons : les familles des Osteoglossidae, Mormyridae, Characidae, Citharanidae, Cyprinidae, Bagridae, Claridae, Schilbeidae, Mochocidae, Serranidae, Cichlidae, Polypteridae, Lepidosirenidae, Centropomidaeles etc.. Elle abrite aussi des espèces éthiopiennes : la grue couronnée, l Outarde du Sénégal (Eupodotis senegalensis), Outarde à ventre noir, l Outarde de Denham, le faucon pelerin (Falco peregrinus), divers anatidés (Anas sp). La partie tchadienne du Lac Tchad ( ha) Le lac Tchad abrite une faune diversifiée : On rencontre des éléphants (Loxodonta africana) des chacals (Canis aureus), la loutre (genre lutra) à joue blanche, animal inféodé aux eaux du lac Tchad, le Guib d eau (Tragelaphus spekei) encore appelé Sitatunga. 14

15 Les populations d hippopotames (Hippoptamus amphibus) sont plus importantes dans le Delta du Chari. Ces animaux sont quasiment inexistants dans les eaux libres du Lac Tchad. Toutefois, on rencontre quelques individus dans les eaux de l Archipel. Le Lac Tchad est aussi une zone ou d importantes populations d oiseaux migrateurs du Paléarctique Occidental et l Ethiopie séjournent pendant une période de l année. Le lac Tchad est l endroit au Tchad ou l on rencontre une espèce de canard sauvage appelé «canard de Colver» (Anas hottenteo) à présent presque entièrement domestiquée. Les eaux du Lac Tchad renferment pratiquement toutes les espèces de poissons rencontrées dans le bassin tchadien (Fish Base 1999). Les crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus) et les tortues d eau (Emys orbicularis) font partie des espèces menacées de disparition des eaux du Lac Tchad. Parmi les animaux domestiques dans les îles et aux abords du lac Tchad, on note la présence d un bovidé, taurin rare, «le bœuf kouri», qui offre de nombreux avantages aussi bien du point de vue de ses qualités bouchères que pour ses aptitudes laitières. Parmi les facteurs défavorables pour la conservation de la partie tchadienne du Lac Tchad, on peut citer : les travaux d aménagement réalisés par la Société de Développement du Lac (SODELAC) ont une certaine incidence négative sur la durabilité de la zone humide par l assèchement des bras du lac entrainant la disparition des espèces animales qui y vivent ; le comblement des fonds du lac par les dépôts du sable éolien en provenance du désert tchadien ; la prolifération des plantes envahisssantes ; l utilisation des pesticides et engins de pêche prohibés ; le braconnage etc. Les plaines d inondation du Logone et dépressions Toupouri ( ha) Du point de vue phytosociologique, la zone du Logone comprise entre Laï et N Djamena constitue une zone de transition entre les formations végétales des régions sahélosoudaniennes et soudano guinéennes. Cette transition s opère en fonction du déplacement des isohyètes, de la nature des sols et des formations géologiques. On distingue différents types de végétations selon que la zone est exondée ou inondée : Les zones exondées sont le domaine des savanes boisées ou forêts claires à légumineuses dominantes, des savanes arbustives rarement arborées souvent denses, des savanes arbustives ou arborées, des arbustives ou arborées à dominance de Combrétacées des savanes arbustives ou arborées fortement dégradées et des steppes arbustives. C est dans ce type de végétation que l on rencontre des essences à forte valeur marchande comme le karité (Butyropermum paradoxum) et le néré (Parkia Biglobosa). Parmi les espèces forestières menacées l on notera particulièrement le rônier utilisé comme bois de service (planche pour les toitures) et le néré utilisé pour la fabrication du charbon malgré sa haute valeur marchande et alimentaire. 15

16 La Zone compris entre N Djamena et Laï avec ses vastes plaines d inondation, est particulièrement profitable pour la faune aviaire. En effet, ces plaines d inondation constituent des refuges où de nombreuses espèces d oiseaux survivent pendant la saison sèche. Il s agit particulièrement des oiseaux afro tropicaux qui bénéficient de la plus grande superficie occupée par les eaux et les zones marécageuses pendant cette période. S agissant de la faune terrestre, la Réserve de Faune de Mandelia et la forêt classée de Yamba Berté ainsi que tout le long de la rive droite du Logone étaient des zones de refuge de grand Mammifère comme l éléphant, le buffle, lycaon, le cob Defassa, la girafe, l hippopotame etc. Cette zone a été durement éprouvée par les troubles politico militaires qu à connus le pays dans les années 1970 et C est ainsi que l éléphant a disparu de la région. On note quelques retours sporadiques dans la réserve de faune de Mandélia en provenance du Cameroun voisin, mais la forte anthropisation de cette zone ne leur permet pas de séjourner longtemps. S agissant de la faune aquatique, le Logone, les mares et particulièrement les lacs contiennent tous les espèces de poissons rencontrés dans le bassin Tchadien. Par contre, les crocodiles et les Tortues d eau comportent parmi les espèces rares et menacées de disparition. Cependant, la population d hippopotames presque décimée pendant les années de troubles citées plus haut est en voie de reconstitution. Les facteurs défavorables sont : le développement de la monoculture du coton qui se fait au moyen de traction animale et d utilisation d engrais chimiques, la déforestation pour l agriculture et la fabrique du charbon de bois, la pression pastorale, le braconnage, utilisation des produit chimiques pour la pêche, les feux de brousse etc. La plaine de Massenya La plaine de Massenya est située sur la rive droite du Chari, sur une superficie de ha. La plaine est encadrée par l isohyète 900 mm au sud et l isohyète 500 mm au nord. La plaine de Massenya est une dépression d origine naturelle, elle doit son existence au Barh Erguig qui est alimenté presque exclusivement par les débordements du Chari. Ele est constituée d une zone inondable, d une zone exondée et du lit du Chari. La plaine présente plusieurs types de formations végétales: - des savanes boisées moyennement denses à Anogeissus leiocarpus, Terminalia avicennoides avec Eragrotis tremula et notamment une strate graminéenne annuelle et vivace. - des savanes arbustives à Anogeissus leiocarpus, Sclerocarya birrea avec strate herbacée composée d une strate graminéenne annuelle (Schoenefeldia gracilis) - des savanes boisées de densité variable à Balanites aegyptiaca, avec comme strate herbacée Loudetia togoensis, Hyparrhenia bagirmica et Andropogon gayanus. Cette formation se trouve entre Dourbali et Massenya ; 16

17 - des steppes arbustives localement denses à Acacia seyal avec Panicum laetum et Echinochloa clona. Elles sont localisées sur la fourche du Loug Chari ; - des formations à Hyphaene thebaica au nord de Bousso. La plaine d inondation avec ses différents habitats, possède une faune très riche et diversifiée. On y rencontre des reptiles, mammifères et oiseaux. Les facteurs défavorables à la conservation cette zone humide : la coupe abusive du bois pour le charbon de bois et le bois d œuvre pour l apprauvisonnement de N Djamena, le braconnage généralisé, la pastoralisme, la pression agricole, la sécheresse et la désertification etc. Les données sur les zones humides sont obtenues des documents suivants : o Inventaire des zones humides du Tchad, tome 1 : Partie tchadienne du Lac Tchad, Plaine d inondation du Logone en aval de Laï et les Dépressions Toupouri et le Bassin du Mayo Kebbi de Mbouroua à Léré. Janvier 2001 o Inventaire des zones humides du Tchad, tome 2 : La plaine d inondation des Barh Salamat et Aouk. Avril 2003 o Inventaire des zones humides du Tchad, tome 3 : La plaine de Massenya. Septembre Information sur les aires protégées transfrontalières Les écosystèmes transfrontaliers entre le Sud du Tchad, le Nord du Cameroun et le Nord RCA, sont classés, d après l Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénium (Nations Unies), dans les systèmes climatiques semi arides et sec subhumides. Ils jouent ainsi un rôle de «Zone tampon» face à la désertification, et sont en ce sens essentiels pour la conservation et le maintien de la biodiversité. Dans un passé proche (quelques décennies), cette vaste région transfrontalière possédait encore des communautés d espèces animales et végétales de très forte valeur patrimoniale, réparties sur des espaces naturels encore non fragmentés. Actuellement, et schématiquement, seuls trois espaces de conservation ont su et pu conserver un patrimoine en biodiversité peu altéré : i) le Parc National de Zakouma (Sud est Tchad), ii) le complexe des Zones de Chasse Villageoises (ZCV) et les secteurs de chasse amodiés attenants (Nord est RCA), iii) le complexe d Aires protégées de la zone frontalière Cameroun Tchad RCA (Parc Binational Bouba Njidda/Sena Oura et les secteurs de chasse amodiés attenants côté Cameroun). 17

18 Le sud est Tchad Le sud est du Tchad possède plusieurs aires protégées de différents statuts. Le Parc National de Zakouma bénéficie du plus haut niveau de gestion et d aménagement. On relève également le Parc National de Manda, et différentes réserves de faune (Bahr Salamat, Abou Telfane, Siniaka Minia) qui n existent aujourd hui pratiquement plus que sur le papier, ainsi que le Domaine de l Aouk composé jadis de plusieurs secteurs de chasse sportive. Dans le passé, ce système d aires protégées a contribué à la sauvegarde de l habitat, à la fertilité des sols, à la protection de la faune sauvage, et a suscité un certain dynamisme économique lié au tourisme de vision et de chasse sportive. Aujourd hui, le potentiel faunistique est perdu sur un vaste espace de cette région en raison de la concomitance de plusieurs phénomènes : braconnage local et commercial (national et étranger), développement des productions primaires, changement climatique et impacts indirects des différents conflits géopolitiques dans la région. Actuellement, à l exception du Parc National de Zakouma, la grande faune sauvage devient de plus en plus rare; elle a même disparu ou est en voie de l être dans les réserves de faune de l Aouk et du Bahr Salamat (frontalières avec la République Centrafricaine). Le braconnage local et étranger, bénéficiant de complicités nationales, a joué un rôle considérable dans l extermination quasi systématique de la grande faune ces toutes dernières années. Le sud ouest du Tchad La région du Mayo Kebbi à l extrême sud ouest du Tchad et le nord est du Cameroun constituent un seul bassin versant situé en amont du barrage de la centrale hydroélectrique de Lagdo et du Lac Léré. D une superficie d environ ha cette zone transfrontalière présente des deux côtés de la frontière un patrimoine naturel et culturel extraordinaire. Sa position transitoire entre les zones climatiques du Sahel et du Soudan ainsi que l existence d une liaison temporaire entre le bassin du Niger et celui du Lac Tchad sont la base de son importance du point de vue de la biodiversité. Grâce à un réseau d aires protégées, une gestion participative des ressources naturelles et une population de plus en plus consciente de son patrimoine naturel, la région a pu préserver en partie son couvert végétal et sa biodiversité originale. Le milieu accueille une faune typique en voie de reconstitution et des espèces rares et menacées comme les derniers lamantins de la sous région et l élan de Derby. La zone transfrontalière dispose d un réseau relativement dense d aires protégées avec au centre le complexe transfrontalier BSB Yamoussa, composé du Parc National de Sena Oura (Tchad) et du Parc National de Boubandjida (Cameroun). 18

19 L ensemble des deux parcs nationaux, le BSB Yamoussa constitue un bloc d environ ha. Le BSB Yamoussa est entouré d un ensemble de Zones d Intérêt Cynégétiques (ZIC) et d une zone transitoire représentant au total une surface supplémentaire similaire. Le BSB Yamoussa renferme une faune riche et variée parmi laquelle on compte la plus importante population africaine d élan de Derby (Taurotragus derbiamus). L élan de Derby, la plus grande antilope du monde, est l espèce phare du complexe binational. Le BSB Yamoussa compte aussi l une des plus importantes populations d éléphants de savanes d Afrique Centrale. Actuellement, la faune se concentre au milieu et au sud du Parc National de Boubandjida. La partie nord, frontalière avec le Tchad, est difficile à contrôler. C est l aménagement concerté et la surveillance mixte et transfrontalière de l ensemble de la zone, qui déclencheront le potentiel entier des deux Parcs Nationaux. La Réserve de Faune de Binder Léré, située à une cinquantaine de kilomètres au nord ouest du BSB Yamoussa à seulement une dizaine de kilomètres de la frontière avec le Cameroun a été nommée site RAMSAR (convention internationale pour la conservation et utilisation durable des zones humides) en Elle est notoire du fait qu elle englobe les lacs Tréné et Lére ainsi que les Chutes Gauthiot au centre. Les espèces typiques de la Réserve de Faune de Binder Léré sont l hippotrague et l hippopotame. Depuis 2006, les éléphants sont de retour dans la réserve, alors qu ils avaient disparu depuis plusieurs dizaines d années. En effet il est établi qu il existe un couloir de migration des éléphants entre le Parc de Boubandjida et la Réserve de Faune de Binder Léré. Le lac Léré, intégré à la Réserve de Faune de Binder Léré, est habité par les derniers lamantins (Trichenus senegalensis) de la sous région Plans de gestion des Aires Protégées Six (6) aires protégées ont élaboré leur plan de gestion (plan d aménagement). - Plan de gestion du Parc National de Zakouma et sa périphérie Plan d Aménagement du Parc National de Sena Oura , version provisoire - Plan d Aménagement du Parc National de Manda Plan de gestion du Lac Fitri Schéma d aménagement de la Réserve de Faune de Mandelia. Mars Schéma d aménagement du site de Léré. Juillet Collaboration avec le CNAR La collaboration avec le CNAR s est concrétisée par le traitement des points GPS des limites des aires protégées (partie tchadienne du Lac Tchad, les plaines inondées du Logone 19

20 et les dépressions Toupouri, la plaine de Massenya et les plaines inondées de Bahr Aoûk et Salamat) et l élaboration des cartes de ces aires protégées Données climatiques Données sur les stations météorologiques à l intérieur et à l extérieur des aires protégées Les données sur les stations météorologiques à l intérieur et à l extérieur des aires protégées sont collectées auprès de la Direction des Ressources en Eau et de la Météorologie du Ministère de l Hydraulique Urbaine et Rurale qui dispose d une base des données informatisée et à jour sur la météorologie et la climatologie. Les données ci dessous sont collectées: - Liste des stations hydrologiques - Liste des stations agro météorologiques - Liste des stations climatologiques et pluviométriques - Données de pluviométrie et de température Etat de préparation du Tchad concernant les questions de changement climatique Le Tchad a signé et ratifié la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), respectivement les 12 juin 1992 et 30 avril En signant et en ratifiant la CCNUCC, le Tchad s est engagé à respecter les clauses de la Convention notamment en ce qui concerne l intégration dans son plan national de développement, les stratégies de réduction des gaz à effet de serre, d adaptation aux effets néfastes des changements climatiques. Dans cette optique, le Tchad a bénéficié de quelques projets d activités habilitantes avec l appui du Fonds pour l Environnement Mondial (FEM). Ces différents projets ont permis de renforcer les capacités nationales en matière de changements climatiques. C est ainsi qu à l issue de ce processus de renforcement de ses capacités nationales, le Tchad a réalisé sa Communication Nationale Initiale qu il a présentée à la 7ème Conférence des Parties, tenue à Marrakech au Maroc en novembre Le Tchad a poursuivi ensuite dans la même voie en adoptant le Programme d Action National d Adaptation aux changements climatiques (PANA) en février Ce programme a pour objectif général de contribuer à la réduction des effets néfastes de la variabilité et des changements climatiques sur les populations les plus vulnérables dans la perspective d un développement durable. 20

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Stratégie de Communication

Stratégie de Communication Communication Strategy (PARCC Activity 4.2) Ver. 1. Aires Protégées Résilientes au Changement Climatique, PARCC Afrique de l Ouest 2011 Stratégie de Communication Français Elise Belle PNUE-WCMC 2011 Le

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI)

REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) REGLEMENT ET CRITERES DU CONCOURS DE PROJETS 4.2 PROGRAMME DE PETITES INITIATIVES (PPI) 1. PRESENTATION DU PROGRAMME Le Fonds Français pour l Environnement Mondial (FFEM) lance une quatrième phase du Programme

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS)

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE Protocole d Accord de Coopération Entre Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte

Plus en détail

========================

======================== RESEAU DES FEMMES AFRICAINES POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (REFADD/RCA) BP : 242/BANGUI Tel :(00236)75 03 77 26 Email : bata_gbako@yahoo.fr ======================== Projet

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. Titre du poste : Assistant de Gestion, chargé et de la Logistique (AGL) Codification du poste: AGL PNS

TERMES DE REFERENCE. Titre du poste : Assistant de Gestion, chargé et de la Logistique (AGL) Codification du poste: AGL PNS TERMES DE REFERENCE De l Assistant de Gestion chargé de la Logistique pour le Parc National de la Salonga (AGL PNS) et Responsable du Bureau RAPAC/Kinshasa Titre du poste : Assistant de Gestion, chargé

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT

REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TRANSPORTS, DES TRAVAUX PUBLICS ET DE L EQUIPEMENT Plan Sectoriel d Intégration de la Biodiversité au Ministère des Transports, des Travaux Publics et de l Equipement

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA)

INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) INITIATIVE ALLIANCE MONDIALE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE (AMCC/GCCA) TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION DE TROIS (3) SITES PILOTES POUR LA QUANTIFICATION DU STOCK DE CARBONE ET DU SUIVI DE SA DYNAMIQUE

Plus en détail

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE Première annonce Coordination of the Agricultural Research In the Mediterranean Area ARIMNet Appel d offre ARIMNet pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne

Plus en détail

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement

Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Rejoignez le plus vaste réseau mondial de protection de l environnement Les avantages de l adhésion à l UICN UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE Michael DeYoung/CORBIS Pourquoi rejoindre

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction OMM GROUPE D EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L ÉVOLUTION DU CLIMAT PNUE Introduction Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé Les activités humaines

Plus en détail

(BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des terres en vue de leur diffusion

(BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des terres en vue de leur diffusion PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES LIES A L INNOVATION, A LA COMMUNICATION ET AUX CONNAISSANCES (BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des

Plus en détail

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc Atelier de Tunis 14-15 septembre 2010 Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc L Adaptation de l agriculture oasienne face aux impacts du changement climatique, à travers la restauration

Plus en détail

BRICKS. Synthèse des travaux. De la cérémonie d ouverture

BRICKS. Synthèse des travaux. De la cérémonie d ouverture & SAWAP Programme Sahel et Afrique de BRICKS SAWAP BRICKS Synthèse des travaux SAWAP 1 12 3 La conférence du Programme Sahel et Afrique de l Ouest en appui à la Grande muraille verte (SAWAP) et le lancement

Plus en détail

4ème RAPPORT NATIONAL

4ème RAPPORT NATIONAL REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE Unité Dignité Travail ******* MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DE L ECOLOGIE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT FONDS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL 4ème RAPPORT NATIONAL

Plus en détail

Programme de l UICN en Afrique du Nord 2013-2016

Programme de l UICN en Afrique du Nord 2013-2016 Programme de l UICN en Afrique du Nord 2013-2016 VERSION FINALE Centre de Coopération pour la Méditerranée de l UICN Septembre 2012 2 Sommaire Liste d acronymes... 3 Avant-propos... 4 Introduction... 5

Plus en détail

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2)

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Environnement = interactions présentation non exhaustive et redondante Du local au planétaire / du planétaire au local... problèmes présentés en deux

Plus en détail

BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45

BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45 Réseau des Aires Protégées d Afrique Centrale Secrétariat Exécutif BP 14 533 Libreville Gabon Tél. (00241) 44 33 22 Fax (00241)73 23 45 Email: secretariat.executif@rapac.org Web : www.rapac.org TERMES

Plus en détail

Traité de Copenhague nécessaire

Traité de Copenhague nécessaire Traité de Copenhague nécessaire version 1.0 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague Résumé A4-TraiteResume.indd 1 6/07/09 17:58:38 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Connaissance et gestion des zones humides : Lagunes et marais Formation ATEN / Pôle lagunes

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004

Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004 Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004 Atelier technique tenu à l invitation de la Direction Générale des Forêts de Tunisie,

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Notre projet en 2009 Prendre soin des orphelins, des nouveaux-nés, des femmes ayant des problèmes d allaitement, des prématurés et des enfants malnutris

Plus en détail

CONTRIBUTION DU PROGRAMME MAJEUR FORMATION (CRA) AU RENFORCEMENT DES CAPACITES

CONTRIBUTION DU PROGRAMME MAJEUR FORMATION (CRA) AU RENFORCEMENT DES CAPACITES Atelier Régional pour l Afrique sur la mise en oeuvre de l article 6 de la CCNUCC (Education, Formation et Sensibilisation du Public CONTRIBUTION DU PROGRAMME MAJEUR FORMATION (CRA) AU RENFORCEMENT DES

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet CARE International au Tchad B.P. 106 725,Avenue du Colonel Moll N Djamena, Republique du Tchad Tél: (+235) 52 27 79 Fax: (+235) 52 46 69 Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de

Plus en détail

3 Cartographie participative du terroir de chasse

3 Cartographie participative du terroir de chasse 3 Cartographie participative du terroir de chasse 3.1 Principe général de la méthode La cartographie participative est un moyen d associer la population d un village (ou un groupe au sein de cette population)

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL A LA CINQUIEME SESSION DU FORUM DES NATIONS UNIES SUR LES FORETS MADAGASCAR

RAPPORT NATIONAL A LA CINQUIEME SESSION DU FORUM DES NATIONS UNIES SUR LES FORETS MADAGASCAR RAPPORT NATIONAL A LA CINQUIEME SESSION DU FORUM DES NATIONS UNIES SUR LES FORETS MADAGASCAR DECEMBRE 2004 I- CONTACTS Directeur Forestier pour Madagascar Nom : RAJAONAHSOA Rodin Titre : Directeur Géné

Plus en détail

Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL

Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL INTERPOL Organisation International de Police Criminelle crée en 1923 siège a Lyon ( France).190 pays membres, 6 BR( Bureau Régional), 1 Bureau de liaison a Bangkok

Plus en détail

TECHNICAL BRIEF FUNCiTREE is a research cooperation project Issue No. 10

TECHNICAL BRIEF FUNCiTREE is a research cooperation project Issue No. 10 TECHNICAL BRIEF FUNCiTREE is a research cooperation project funded by the EU 7FP KBBE Issue No. 10 Portfolio des arbres selon leur traits fonctionnels Ségou Ibrahima N Diaye Harouna Yossi Youssouf Cissé

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE

CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE CONVENTION PORTANT CREATION DE L'AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE 1,._.1... _._~--~------ / Les Etats Africains Sahélo- sahariens soussignés, Burkina Faso; La République de Djibouti; L'Etat

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

préservation de la diversité biologique en Approche-programme du FEM pour la Afrique de l Ouest et Afrique centrale

préservation de la diversité biologique en Approche-programme du FEM pour la Afrique de l Ouest et Afrique centrale préservation de la diversité biologique en Approche-programme du FEM pour la Afrique de l Ouest et Afrique centrale Table des matières Préface, Monsieur Abdoulaye Wade, Président de la République du Sénégal

Plus en détail

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Yaoundé 22 juillet 2014 Département des forêts FAO Aperçu Introduction: CCNUCC & REDD+ Surveillance MNV Mesure Notification

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

FAO-Adapt. Programme-cadre sur l adaptation au changement climatique

FAO-Adapt. Programme-cadre sur l adaptation au changement climatique FAO-Adapt Programme-cadre sur l adaptation au changement climatique FAO-Adapt Programme-cadre sur l adaptation au changement climatique ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE

Plus en détail

FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO

FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO ANNEE UNIVERSITAIRE 2005-2006 FORMATION D EXPERTS REGIONAUX POUR UNE GESTION DURABLE DES FORETS DU BASSIN DU CONGO Informations générales, conditions d admission, frais de participation et dossier de candidature.

Plus en détail

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROJET IGDT

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROJET IGDT PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) FONDS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL (FEM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROJET IGDT I. INFORMATIONS DE BASE

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne L information hydroclimatique en Afrique de l Ouest, base de la maîtrise de l eau pour la Sécurité alimentaire Welcome to AGRHYMET Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger

Plus en détail

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun

On the spot. Ecocertification et images satellites. Exploitation forestière tropicale au Cameroun On the spot Ecocertification et images satellites Exploitation forestière tropicale au Cameroun Exploitation forestière tropicale au Cameroun Un nombre croissant d opérateurs forestiers s engagent dans

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme Foire aux savoirs Consolider la Résilience à l insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel / Afrique de l Ouest Ouagadougou, Burkina Faso, 5-7 Novembre 2013 Appel à propositions Venez nous rejoindre

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES Les Réserves Naturelles Régionales en Région Pays de la Loire Références juridiques Définition Code de l environnement, art. L. 332-1 à L. 332-27, intégrant : Loi n 2002-276 du 27 février 2002 relative

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

EVALUATION FINALE BKF/012

EVALUATION FINALE BKF/012 EVALUATION FINALE BKF/012 Projet d Appui à la Gestion participative des Ressources naturelles dans la Région des Hauts-Bassins FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre du projet Code LuxDev Burkina Faso Projet d Appui

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE 5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET 3 è m e REUNION MINISTERIELLE P OUR LA R E D U C T I ON DES RISQUES DE CATASTROPHE DU 13 AU 16 MAI 2014 ABUJA (NIGERIA) DECLARATION SOMMAIRE C ONTRIBUTION AFRICAINE

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

Quel avenir pour les écosystèmes forestiers du bassin du Congo?

Quel avenir pour les écosystèmes forestiers du bassin du Congo? Quel avenir pour les écosystèmes forestiers du bassin du Congo? Projet d analyse prospective Réunion Kinshasa 28 février 12009 Jean Noël Marien Historique et finalité Insertion dans l environnement régional

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Stratégie Régionale harmonisée de mise en œuvre de l initiative «Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel»

Stratégie Régionale harmonisée de mise en œuvre de l initiative «Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel» Stratégie Régionale harmonisée de mise en œuvre de l initiative «Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel» Document produit avec le concours financier et technique de : Remerciements La Commission

Plus en détail

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Vème Session du Conseil de la Présidence de l'uma Nouakchott, 11 novembre 1992 Traduction non officielle Introduction

Plus en détail