Rapport de collecte des données nationales Tchad

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de collecte des données nationales Tchad"

Transcription

1 Aires Protégées Résilientes au Changement Climatique, PARCC Afrique de l Ouest 2012 Rapport de collecte des données nationales Tchad Français Lambert Worgue Yemye Consultant 2012

2 Le programme des Nations Unies pour l environnement, Centre de surveillance de la conservation de la nature (UNEP WCMC) est le centre spécialisé d évaluation de la biodiversité du programme des Nations Unies pour l environnement, l organisation environnementale intergouvernementale la plus importante dans le monde. Le Centre a été en opération depuis plus de 30 ans, alliant recherche et conseils politiques pratiques. Rapport de collecte des données nationales Tchad, rédigé par Lambert Worgue Yemye, Consultant, en collaboration avec la Direction de la Conservation de la Biodiversité et de l Adaptation au Changement Climatique, avec le financement du Fonds pour l environnement mondial (FEM) par le biais du PNUE. Droits d auteur : Reproduction : Non responsabilité : Citation : Disponibilité : Programme des Nations Unies pour l environnement. La reproduction de cette publication à des fins éducatives ou non commerciales est autorisée sans permission spéciale, à condition que la reconnaissance de la source soit faite. La réutilisation de toutes les figures est soumise à l'autorisation des détenteurs des droits d'origine. Aucune utilisation de cette publication ne peut être effectuée pour la vente ou toute autre fin commerciale, sans la permission écrite du PNUE. Les demandes d'autorisation, accompagnées d une déclaration de l'intention et de l'étendue de la reproduction, doivent être envoyées au Directeur, UNEP WCMC, 219 Huntingdon Road, Cambridge, CB3 0DL, Royaume Uni. Le contenu de ce rapport ne reflète pas nécessairement les vues ou la politique du PNUE, des organisations participantes ou des éditeurs. Les appellations employées et la présentation des documents dans ce rapport n'impliquent pas l'expression d'une opinion quelconque de la part du PNUE ou des organisations participantes, ou des éditeurs concernant le statut juridique des pays, territoires, villes ou leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites ou la désignation de leurs noms, frontières ou limites. La mention d'une entité commerciale ou d un produit dans cette publication n'implique pas son approbation par le PNUE. Worgue Yemye L Rapport de collecte des données nationales Tchad. UNEP WCMC technical report. UNEP World Conservation Monitoring Centre (UNEP WCMC) 219 Huntingdon Road, Cambridge CB3 0DL, UK Tel: ; Fax: wcmc.org ;URL: wcmc.org Photo de couverture : Hippotragues du Parc National de Zakouma, Tchad. Droit d auteur : Projet Conservation et Utilisation Durable des Ecosystèmes Soudano Sahéliens (CURESS)

3 Acronymes et abréviations CBLT CEFOD CNAR CCNUCC CVS FAO FEM GFIMS INADES INSEED ITRAD ONDR Commission du Bassin du Lac Tchad Centre d Etude et de Formation pour le Développement Centre National d Appui à la Recherche Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Comités villageois de surveillance Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture Fonds pour l Environnement Mondial Active fires from the FAO s Global Fire Information Management System Institut Africain pour le Développement Economique et Social Institut National de la Statistique, des Études Économiques et Démographiques Recherche pour le Développement Office National pour le Développement Rural PANA Programme d Action National d Adaptation aux changements climatiques PNAE Plan National d Action pour l Environnement PNM PNSO Parc National de Sena Oura PNUE WCMC Centre mondial de surveillance de la conservation SODELAC Société de Développement du Lac UICN PAPACO Programme aires protégées pour l Afrique du centre et de l ouest de l UICN UICN Union Internationale pour la Conservation de la Nature ZCV Zones de Chasse Villageoises

4 Table des matières 1. INTRODUCTION Contexte Objectifs Résultats attendus Approche méthodologique RÉSULTATS Revue des institutions détentrices des données Données sur les aires protégées Données climatiques Données sur les espèces Données sur la végétation et les feux Données socio économiques Données générales CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES... 37

5 1. Introduction 1.1. Contexte Le Tchad est un pays à vocation agro sylvo pastorale, mais riche en matière de biodiversité. Son réseau d aires protégées constitué de 3 parcs nationaux, 7 réserves de faune, 1 réserve de biosphère et 1 domaine pilote communautaire dont la création remonte en majorité aux années 1960, couvre environ 10,2% de la superficie territoriale du pays. Il est globalement représentatif de toute la diversité des écosystèmes de la région. Certaines aires protégées possèdent encore un niveau de diversité biologique très élevé. Il s agit en l occurrence de Zakouma, Manda, Binder Léré, Sena Oura et Aouk et dans une moindre mesure Siniaka Minia et Melfi. Cette biodiversité, qui revêt une importance écologique et socio économique capitale pour les populations tchadiennes, fait malheureusement l objet d une dégradation très poussée menaçant certaines espèces endémiques d extinction sous l effet conjugué du climat et des actions anthropiques. Les principales pressions qui s exercent sur ces aires protégées sont : la pression pastorale, le braconnage spécialisé sur les espèces à haute valeur ajoutée (éléphants, girafes, lamentins etc.), très destructeur, mais également porteur d insécurité sociale, économique et politique, la désertification et les sécheresses répétitives, les politiques nationales et sectorielles du secteur primaire, jouant un rôle important dans la réduction des espaces de conservation, la pression démographique, les feux de brousse sauvages, les coupes abusives, la méconnaissance et le non respect des textes, la pauvreté etc. La présente consultation est réalisé dans le cadre du projet Evolution des systèmes d Aires Protégées vis à vis du changement climatique en Afrique de l Ouest» ou PARCC (Aires Protégées résilientes au changement climatique en Afrique de l Ouest) et a pour but de collecter les données sur les aires protégées du Tchad. Le projet a pour objectif de concevoir des outils scientifiques afin d aider à rendre les aires protégées plus résilientes au changement climatique et renforcer les capacités des pays à utiliser ces outils. Pour mettre en place ces outils qui seront utilisés par tous les acteurs, y compris les décideurs, il est nécessaire d avoir toutes les meilleures informations et données disponibles. Une rencontre nationale de lancement et de collecte des premières données a eu lieu au Tchad en octobre 2011 (et dans les autres pays membres du projet) avec pour objectif de lancer le projet au niveau national, et aussi d examiner la situation des données, de collecter les données disponibles et d élaborer un plan d action pour la collecte des données manquantes. 5

6 Au Tchad les données disponibles ont été collectées au cours de cette rencontre nationale. Cependant, toutes les données nécessaires pour le projet n ont pas pu être collectées et un travail supplémentaire doit être fait pour combler cette lacune. C est à effet que la présente consultation a été commanditée par le programme aires protégées pour l Afrique du centre et de l ouest de l UICN (UICN PAPACO) et le Centre mondial de surveillance de la conservation (PNUE WCMC) Objectifs Conformément aux termes de référence, la consultation a pour objectif de mettre à la disposition du projet toutes les données manquantes nécessaires à la réalisation d études sur la modélisation climatique, les évaluations de l inscription sur la liste rouge, les évaluations de la vulnérabilité et l élaboration de scénarios Résultats attendus A la fin de la mission, toutes les données nécessaires à la réalisation des études spécifiques sont disponibles. Les éléments spécifiques à fournir sont : - Les données manquantes sur les aires protégées, les espèces, le climat, la végétation et les feux, et données socio économiques et données SIG - Une liste des structures détentrices de données du pays, ainsi que leurs contacts - Un rapport de la consultation contenant des recommandations 1.4. Approche méthodologique La méthodologie ayant conduit à la réalisation de ce travail se présente comme suit : (1) Identification de l information En collaboration avec l Agent de Liaison National, le Consultant a informé toutes les parties prenantes et les institutions concernées de la mission (par téléphone ou visite). Une liste des détenteurs de données du pays avec le contact des personnes clé a été ouverte et complétée au fur et à mesure. La possibilité de visites de terrain a été évaluée. (2) Collecte des données et informations Les données sont collectées auprès des personnes et institutions détentrices de ces données. Une revue de la documentation en ligne a été également faite pour mieux identifier et réunir les données complémentaires. 6

7 (3) Visites de terrain Une visite de terrain a eu lieu dans les régions du Lac Tchad, Mayo Kebbi et Chari Baguirmi pour collecter les informations (limites GPS, état actuel) sur la partie tchadienne du Lac Tchad, la plaine du Logone et les dépressions Toupouri et la plaine de Massenya. Le présent rapport présente les résultats de la mission et s articule comme suit : 1. Introduction 2. Résultats 3. Conclusion/recommandations 2. Résultats 2.1. Revue des institutions détentrices des données Le Ministère de l Environnement et des Ressources Halieutiques Le Ministère de l Environnement et des Ressources Halieutiques disposait dans les années 1990 d une bibliothèque assez riche en documentation. Cette bibliothèque est aujourd hui en ruine totale et abandonnée. On trouve la documentation de manière sectorielle dans les différentes directions techniques du ministère. Directions techniques Direction des Parcs Nationaux, des Réserves de Faune et de la Chasse Direction des Pêches et de l Aquaculture Direction des Forêts et de la Lutte contre la Désertification Direction des Etudes, de la Planification et du Suivi Direction de la Conservation de la Biodiversité et d Adaptation au Changement climatique Contacts Ndoassal Balongar Tél : (235) Mbairo Jean Tél : (235) Boussala Badmonkreo Tél : (235) Mahamat Djimadingar Tél : (235) Brahim Dagga Tél : (235)

8 Le Ministère de l Hydraulique Urbaine et Rurale La Direction des Ressources en Eau et de la Météorologie du Ministère de l Hydraulique Urbaine et Rurale dispose d une base des données informatisée et à jour sur la météorologie et la climatologie. Contact : Tél : Moussa Tchitchaou (235) Le Ministère de l Agriculture et de l Irrigation Au Ministère de l Agriculture et de l Irrigation, les données sur les espèces végétales sont disponibles à l Institut Tchadien de Recherche pour le Développement (ITRAD), l Office National pour le Développement Rural (ONDR) et la Société de Développement du Lac (SODELAC). Contact : Dr. SOUGNABE Pabamé Tél : (235) Le Ministère du Développement Pastoral et des Productions Animales Le Laboratoire de Recherche Vétérinaire et Zootechnique (LRVZ) du Ministère du Développement Pastoral et des Productions Animales possède un centre de documentation destiné à appuyer les chercheurs. Le centre de documentation comprend des ouvrages, périodiques, rapports, thèses et mémoires dans les domaines de l agriculture, de l élevage, du pastoralisme, de l environnement, des maladies animales, de la génétique, des vaccins etc. Contact : Youssouf Khamis Tél (235) / Le Ministère de l Enseignement Supérieur Les données sont disponibles dans les institutions suivantes : le Centre National d Appui à la Recherche (CNAR) et l Institut National de la Statistique, des Études Économiques et Démographiques (INSEED). Contacts : Kouka Jean Roger Tél : (235) ; Nadjirabeye Beassoum Tel : (235) Le Centre d Etude et de Formation pour le Développement (CEFOD) Créé en 1966, le CEFOD est une association tchadienne d utilité publique. Le centre possède une bibliothèque et un centre de documentation spécialisé sur le Tchad et les questions économiques et juridiques. La base de données du CEFOD contient des données sur la biodiversité et les aires protégées. Contacts : Tél : (235) /

9 Site web: L Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture (FAO) La FAO dispose d une bibliothèque qui sert à collecter et stocker les documents (publications et rapports) produits ou reçus. On y trouve des données sur la végétation, les feux de brousse, les aires protégées et la biodiversité. Contact: Tél : (235) Site web : L Institut Africain pour le Développement Economique et Social (INADES) Créé en 1978, l INADES est reconnu par le droit tchadien le 10 juin Il a pour mission de travailler à la promotion sociale et économique des populations. L INADES dispose dans sa documentation des rapports d études, des brochures et des stratégies sur les feux de brousse. Contacts : Tél : (235) E mail : La Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) La Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) dispose d un centre de document très riche possédant des documents sur l environnement, les forêts, la faune, la pêche, l élevage, l agriculture etc. Contacts : Tél : (235) / / Site web : Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Comme la FAO, le PNUD dispose d une bibliothèque qui sert à collecter et stocker les documents (publications et rapports) produits ou reçus. On y trouve des données sur la biodiversité, les espèces, les aires protégées etc. La bibliothèque n est pas opérationnelle car le gestionnaire de la bibliothèque est parti à la retraite il y a deux ans. Contact : Tél : (235) E mail : 2.2. Données sur les aires protégées Décrets de création des aires protégées Les décrets suivants ont pu être collectés : 9

10 Parcs Nationaux o Décret N 86 T/EFC du 07 mai 1963 créant le Parc National de Zakouma ; o Décret N 56 / EFC du 19 mars 1965 créant le Parc National de Manda ; o Décret N 243 /PR/EFPC/PNR du 23 octobre 1967 modifiant les limites du Parc National de Manda ; o Loi N 011/PR/2010 du 10 juin 2010 portant création du Parc National de Sena Oura ; Réserves de Faune o Décret N 1683/CH du 20 mai 1955 créant une Réserve de Faune dite de l Abou Telfane ; o Décret N 97/PG/T/EFC du 17 mai 1961 portant classement d une Réserve de Faune dite du Siniaka Minia ; o Décret N 49/PR/EFPC/PNR du 29 février 1964 portant création d une Réserve de Faune dite du Barh Salamat ; o Décret N 232/PR/EFPC/PNR du 07 octobre 1967 portant classement d une Réserve de Faune dite de Fada Archei ; o Décret N 135/PR/EFPC/PNR du 10 mai 1969 portant classement d une Réserve de Faune dite du Ouadi Rimé Ouadi Achim ; o Décret N 199/PR/EFPC/PNR du 24 juin 1969 portant classement d une Réserve de Faune dite de Mandalia ; o Décret N 169/PR/EFPC/PNR du 14 mai 1974 portant classement d une Réserve de Faune dite de Binder Léré. Réserves de Biosphère o Décret N 773/PR/MTE/89 du 02 octobre 1989 portant classement d une Réserve de Biosphère dite Réserve de Biosphère du Lac Fitri Limites des aires protégées Les limites des aires protégées ci dessous ont été déterminées et les cartes élaborées. Limites de la partie tchadienne du Lac Tchad Limites de la plaine de Massenya Limites de la plaine du Logone et les dépressions Toupouri Limites des plaines inondées du Barh Aouk et du Barh Salamat 10

11 Etat actuel des aires protégées Une évaluation de douze aires protégées du Tchad a été réalisée en 2008 par l Union Internationale pour la Conservation de la Nature/Programme Afrique Centrale et de l Ouest (UICN/PACO). Cette évaluation a permis de connaitre le statut de ces aires protégées et les menaces et pressions qu elles subissent. Il s agit du Parc National de Zakouma, Parc National de Manda, Parc National de Sena Oura, Réserve de Faune de Ouadi Rimé Ouadi Achim, Réserve de Faune du Barh Salamat, Réserve de Faune de Siniaka Minia, Réserve de Faune de Fada Archei, Réserve de Faune de Binder Léré, Réserve de Faune de Mandelia, le Domaine de Chase de l Aouk, le Domaine de Chasse de Melfi et le Domaine Pilote Communautaire de Binder Léré. D une manière générale, la situation sur le terrain a très peu évolué. Les pressions sur les aires protégées sont les mêmes de nos jours et se sont amplifiées dans certains cas comme le braconnage des éléphants au parc national de Sena Oura. Le Parc National de Sena Oura Le Parc National de Sena Oura (PNSO) a été créé par la Loi n 011/PR/2010 du 10 juin Depuis sa création, le parc n a bénéficié d aucun aménagement et la surveillance est assurée par les comités villageois de surveillance (CVS) non équipés. Il en résulte que les pressions sur le parc se sont intensifiées ces deux dernières années, menaçant très dangereusement l existence même du parc. Au début de l année 2012, des braconniers puissamment armés se sont infiltrés dans les parcs de Sena oura et Boubandjida et ont décimé en quelques jours les deux tiers de la population des éléphants de ce complexe. Par contre, la population des autres espèces notamment les élands, buffles, hippotragues, bubales, damalisques, cob defassa, redunca, guib harnaché, céphalophe à flancs roux, céphalophe de grimm phacochères, cynocéphale, colobe guereza, singe vert, patas aurait significativement augmentée ces dernières années. Le plan d aménagement du Parc National de Sena Oura élaboré de manière participatif en 2009 n a jamais été validé ni par les communautés ni par le Ministère de l Environnement et des Ressources Halieutiques. Le Parc National de Manda (PNM) La végétation du parc national de Manda fait partie du biome «savanes et forêts claires soudaniennes» classé en danger par le WWF et figurant parmi les 200 écorégions essentielles au monde pour la conservation de la biodiversité globale. Cela souligne l exceptionnelle importance du PNM en termes de biodiversité, sa végétation étant très bien préservée jusqu à aujourd hui. 11

12 Mais, cette diversité biologique fait l objet de nombreuses pressions et menaces, dues essentiellement aux facteurs humains. Conscient de cette situation, le Gouvernement du Tchad, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Fonds pour l Environnement Mondial (FEM), s est engagé à assurer la conservation et la gestion durable du parc et de sa périphérie, à travers le Projet «Conservation et Utilisation Durable de la Biodiversité au Moyen Chari», lancé officiellement en 2007, mis en œuvre par le Bureau Nations Unies pour les services d appui aux projets (UNOPS) et le Ministère de l Environnement et des Ressources Halieutiques. Ces efforts ont permis à la faune du parc de se reconstituer. Le premier plan d aménagement du Parc National de Manda a été élaboré grâce à un processus hautement participatif (cantons de la périphérie, spécialistes de la gestion des aires protégées, représentants des diverses administrations, élus locaux, secteur privé et associatif, scientifiques...) et a globalement repris les lignes directrices établies par l Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), organisme normatif international en la matière. Dans le souci de renforcer la collaboration avec les autres parcs, les acteurs impliqués dans la gestion de la faune du pays ont été associés à ce processus et ont clairement exprimé leurs préoccupations. Les principes d orientation de cette gestion reposent sur la sécurisation de l espace, la recherche des financements durables et l implication des populations riveraines. Le plan d aménagement couvre une période de 10 ans, de 2012 à Il n a jamais été effectué de recensement utilisant une méthode scientifique au PNM, et les seuls chiffres disponibles sont des estimations. On peut toutefois penser que le statut des espèces est aujourd hui le suivant : Espèces assez communes : L hippotrague (Hippotragus equinus), le Guib harnaché (Tragelaphus scriptus), le Redunca (Redunca redunca), le Céphalophe de Grimm (Sylvicapra grimmia), l Ourébi (Ourebia ourebi), le Phacochère (Phacochoerus africanus), et les primates : Babouin doguera (Papio anubis), Patas (Erythrocebus patas) et Grivet (Cercopithecus aethiops). Espèces rares : les espèces suivantes sont probablement encore présentes, mais représentées par un nombre faible d individus (moins de de chaque espèce) : le Cob defassa (Kobus ellipsiprymnus), le Cob de Buffon (Kobus kob kob), le Buffle (Syncerus caffer aequinoxialis). Le Bubale (Alcelaphus buselaphus lelwel) pourrait avoir disparu du parc. La Girafe (Giraffa camelopardalis antiquorum) aurait été vue en Espèces disparues : Eland de Derby (Taurotragus derbianus), Eléphant (Loxondonta africana), Lion (Panthera leo), Damalisque tiang (Damaliscus lunaticus tiang). Sur la liste rouge de l UICN apparaissent trois espèces présentes au PNM : En danger : Lycaon (Lycaon pictus), population en déclin au niveau mondial (moins de 5000 individus) 12

13 Vulnérable : Hippopotame (Hippopotamus amphibius), population en déclin au niveau mondial Quasi menacé : Panthère (Panthera pardus), population en déclin au niveau mondial Les zones humides Le Tchad a ratifié la Convention sur les zones humides d importance internationale ou convention de Ramsar en Les Pays Parties à la convention ont l obligation de désigner au moins une zone humide d importance qui satisfasse aux critères Ramsar d inscription sur la liste des zones humides d importance internationale et garantir le maintien des caractéristiques écologiques de chaque zone inscrite. Dans le cadre de la mise en œuvre de la convention, le Tchad a inscrit 5 sites sur la liste des zones humides d importance internationale : le Lac Fitri, la partie tchadienne du Lac Tchad, la plaine du Logone et les dépressions Toupouri e, les plaines des Barh Salamat et Barh Aouk et, la plaine de Massenya. A l exception du Lac Fitri, toutes ces zones humides n ont pas de statut de protection officiel ni de plan de gestion. Avec l appui du Secrétariat de la convention de Ramsar, le Tchad a réalisé l inventaire de ces zones humides. Ces sites présentent les caractéristiques ci après : Réserve de Biosphère du Lac Fitri Le Lac Fitri constitue l un des plus importants écosystèmes du Tchad. Situé à environ 300 km à l est de N Djaména, et d une superficie d environ hectares, le lac est le pivot d une économie locale florissante et le second du pays par la superficie. Il est très productif et joue un rôle important, surtout pendant les périodes de basse pluviométrie, pour la sécurité alimentaire des populations locales et celles qui arrivent d ailleurs. Le Lac Fitri est classé comme «Réserve de la biosphère» par Décret N 773/PR/MTE/89 du 02 octobre 1989, ensuite, il est entré dans la convention RAMSAR et désigné «zone humide d importance internationale». Le Lac Fitri et ses abords sont le domaine de végétation subaquatique et herbacée. Les espèces ligneuses y sont peu nombreuses ; les plus caractéristiques sont les suivantes : Acacia albida, Acacia nilotica, Acacia seyal, Borassus aethiopum, Sesbania sesban, Mimosa pigra, Hyphaena thebaïca, Ficus platyphylla, Ficus gnaphalocarpa, Calotropis procera. Le Lac Fitri est riche en faune aviaire. Cette richesse lui a valu une reconnaissance internationale en 1990, où le lac Fitri fut classé Réserve de Biosphère par l UNESCO. Le lac reçoit en outre de nombreuses espèces migratrices en provenance de l Europe. Le Lac Fitri est aussi le domaine d une faune terrestre très variée. On y rencontre diverses gazelles, des chacals mais aussi des éléphants et des lions. 13

14 Malgré l importance du lac Fitri, sa situation devient de plus en plus préoccupante. La croissance démographique, l effritement des pouvoirs du sultanat, traditionnellement fort, et l afflux croissant du cheptel d autres zones plus détériorées, font que le lac et ses environs sont plus en plus sollicités. Les plaines d inondation des Bahr Salamat et Aouk ( ha) Ce site, extrêmement vaste, s étend sur Zakouma, Bahr Salamat et Barh Aouk. La végétation de la zone se compose de nombreuses espèces sahéliennes et soudaniennes tant au niveau des ligneux que des graminées. Dans le Lac Iro ( hectares), on trouve des Nymphea sp, Echinochloa stagnina etc ; les bordures sont occupées par une végétation herbacée dense à Adropogon sp, Vetiveria sp etc. Dans les Bahrs et Mares, il existe de nombreuses espèces de petite taille, des forêts galeries ou des ilots forestiers à peuplement Erythrophelum sp, Monathotaxis sp. Ces zones abritent également des espèces des zones humides comme Macaranga schweinfurthii, Trichilia retusa, Tristemma mauritianum, Gardenia sp etc. Le tapis graminéen renferme Aponogeton fotanus (espèce de commeliacée asiatique), Cyanotis axillaris, Scholleropsis lutea, Phyllantus cerastostemum, Ctenium newtonii, Andropogon sp, Cymbopogon gigantea, Dactytonium sp, Bracharia sp, Hyparrhenia barguenica etc. La périphérie des zones humides est occupée par les espèces comme Andropogon sp, Hyparrhenia sp, Cymbopogon sp etc. Les secteurs profonds sont colonisés par les Echinochloa stagnina, Echinochloa pyramidalis, Oryza barthii etc. Dans l enbordure des plaines d inondation et sur les sites élevés alluviales, les espèces comme les Acacia albida, Acacia scorpioïdes, Acacia sieberiana etc. sont communes. Sur les plateaux argileux ou Koro, c est le domaine de la savane arborée forestière soudano guinéenne claire à dominance combrétacée. La vaste plaine d'inondation avec ses cours et points d eau joue un rôle capital dans la productivité piscicole, elle renferme pratiquement toutes les espèces de poissons rencontrées dans le bassin tchadien, et constitue des frayères et zones d'alevinage de plusieurs espèces de poissons : les familles des Osteoglossidae, Mormyridae, Characidae, Citharanidae, Cyprinidae, Bagridae, Claridae, Schilbeidae, Mochocidae, Serranidae, Cichlidae, Polypteridae, Lepidosirenidae, Centropomidaeles etc.. Elle abrite aussi des espèces éthiopiennes : la grue couronnée, l Outarde du Sénégal (Eupodotis senegalensis), Outarde à ventre noir, l Outarde de Denham, le faucon pelerin (Falco peregrinus), divers anatidés (Anas sp). La partie tchadienne du Lac Tchad ( ha) Le lac Tchad abrite une faune diversifiée : On rencontre des éléphants (Loxodonta africana) des chacals (Canis aureus), la loutre (genre lutra) à joue blanche, animal inféodé aux eaux du lac Tchad, le Guib d eau (Tragelaphus spekei) encore appelé Sitatunga. 14

15 Les populations d hippopotames (Hippoptamus amphibus) sont plus importantes dans le Delta du Chari. Ces animaux sont quasiment inexistants dans les eaux libres du Lac Tchad. Toutefois, on rencontre quelques individus dans les eaux de l Archipel. Le Lac Tchad est aussi une zone ou d importantes populations d oiseaux migrateurs du Paléarctique Occidental et l Ethiopie séjournent pendant une période de l année. Le lac Tchad est l endroit au Tchad ou l on rencontre une espèce de canard sauvage appelé «canard de Colver» (Anas hottenteo) à présent presque entièrement domestiquée. Les eaux du Lac Tchad renferment pratiquement toutes les espèces de poissons rencontrées dans le bassin tchadien (Fish Base 1999). Les crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus) et les tortues d eau (Emys orbicularis) font partie des espèces menacées de disparition des eaux du Lac Tchad. Parmi les animaux domestiques dans les îles et aux abords du lac Tchad, on note la présence d un bovidé, taurin rare, «le bœuf kouri», qui offre de nombreux avantages aussi bien du point de vue de ses qualités bouchères que pour ses aptitudes laitières. Parmi les facteurs défavorables pour la conservation de la partie tchadienne du Lac Tchad, on peut citer : les travaux d aménagement réalisés par la Société de Développement du Lac (SODELAC) ont une certaine incidence négative sur la durabilité de la zone humide par l assèchement des bras du lac entrainant la disparition des espèces animales qui y vivent ; le comblement des fonds du lac par les dépôts du sable éolien en provenance du désert tchadien ; la prolifération des plantes envahisssantes ; l utilisation des pesticides et engins de pêche prohibés ; le braconnage etc. Les plaines d inondation du Logone et dépressions Toupouri ( ha) Du point de vue phytosociologique, la zone du Logone comprise entre Laï et N Djamena constitue une zone de transition entre les formations végétales des régions sahélosoudaniennes et soudano guinéennes. Cette transition s opère en fonction du déplacement des isohyètes, de la nature des sols et des formations géologiques. On distingue différents types de végétations selon que la zone est exondée ou inondée : Les zones exondées sont le domaine des savanes boisées ou forêts claires à légumineuses dominantes, des savanes arbustives rarement arborées souvent denses, des savanes arbustives ou arborées, des arbustives ou arborées à dominance de Combrétacées des savanes arbustives ou arborées fortement dégradées et des steppes arbustives. C est dans ce type de végétation que l on rencontre des essences à forte valeur marchande comme le karité (Butyropermum paradoxum) et le néré (Parkia Biglobosa). Parmi les espèces forestières menacées l on notera particulièrement le rônier utilisé comme bois de service (planche pour les toitures) et le néré utilisé pour la fabrication du charbon malgré sa haute valeur marchande et alimentaire. 15

16 La Zone compris entre N Djamena et Laï avec ses vastes plaines d inondation, est particulièrement profitable pour la faune aviaire. En effet, ces plaines d inondation constituent des refuges où de nombreuses espèces d oiseaux survivent pendant la saison sèche. Il s agit particulièrement des oiseaux afro tropicaux qui bénéficient de la plus grande superficie occupée par les eaux et les zones marécageuses pendant cette période. S agissant de la faune terrestre, la Réserve de Faune de Mandelia et la forêt classée de Yamba Berté ainsi que tout le long de la rive droite du Logone étaient des zones de refuge de grand Mammifère comme l éléphant, le buffle, lycaon, le cob Defassa, la girafe, l hippopotame etc. Cette zone a été durement éprouvée par les troubles politico militaires qu à connus le pays dans les années 1970 et C est ainsi que l éléphant a disparu de la région. On note quelques retours sporadiques dans la réserve de faune de Mandélia en provenance du Cameroun voisin, mais la forte anthropisation de cette zone ne leur permet pas de séjourner longtemps. S agissant de la faune aquatique, le Logone, les mares et particulièrement les lacs contiennent tous les espèces de poissons rencontrés dans le bassin Tchadien. Par contre, les crocodiles et les Tortues d eau comportent parmi les espèces rares et menacées de disparition. Cependant, la population d hippopotames presque décimée pendant les années de troubles citées plus haut est en voie de reconstitution. Les facteurs défavorables sont : le développement de la monoculture du coton qui se fait au moyen de traction animale et d utilisation d engrais chimiques, la déforestation pour l agriculture et la fabrique du charbon de bois, la pression pastorale, le braconnage, utilisation des produit chimiques pour la pêche, les feux de brousse etc. La plaine de Massenya La plaine de Massenya est située sur la rive droite du Chari, sur une superficie de ha. La plaine est encadrée par l isohyète 900 mm au sud et l isohyète 500 mm au nord. La plaine de Massenya est une dépression d origine naturelle, elle doit son existence au Barh Erguig qui est alimenté presque exclusivement par les débordements du Chari. Ele est constituée d une zone inondable, d une zone exondée et du lit du Chari. La plaine présente plusieurs types de formations végétales: - des savanes boisées moyennement denses à Anogeissus leiocarpus, Terminalia avicennoides avec Eragrotis tremula et notamment une strate graminéenne annuelle et vivace. - des savanes arbustives à Anogeissus leiocarpus, Sclerocarya birrea avec strate herbacée composée d une strate graminéenne annuelle (Schoenefeldia gracilis) - des savanes boisées de densité variable à Balanites aegyptiaca, avec comme strate herbacée Loudetia togoensis, Hyparrhenia bagirmica et Andropogon gayanus. Cette formation se trouve entre Dourbali et Massenya ; 16

17 - des steppes arbustives localement denses à Acacia seyal avec Panicum laetum et Echinochloa clona. Elles sont localisées sur la fourche du Loug Chari ; - des formations à Hyphaene thebaica au nord de Bousso. La plaine d inondation avec ses différents habitats, possède une faune très riche et diversifiée. On y rencontre des reptiles, mammifères et oiseaux. Les facteurs défavorables à la conservation cette zone humide : la coupe abusive du bois pour le charbon de bois et le bois d œuvre pour l apprauvisonnement de N Djamena, le braconnage généralisé, la pastoralisme, la pression agricole, la sécheresse et la désertification etc. Les données sur les zones humides sont obtenues des documents suivants : o Inventaire des zones humides du Tchad, tome 1 : Partie tchadienne du Lac Tchad, Plaine d inondation du Logone en aval de Laï et les Dépressions Toupouri et le Bassin du Mayo Kebbi de Mbouroua à Léré. Janvier 2001 o Inventaire des zones humides du Tchad, tome 2 : La plaine d inondation des Barh Salamat et Aouk. Avril 2003 o Inventaire des zones humides du Tchad, tome 3 : La plaine de Massenya. Septembre Information sur les aires protégées transfrontalières Les écosystèmes transfrontaliers entre le Sud du Tchad, le Nord du Cameroun et le Nord RCA, sont classés, d après l Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénium (Nations Unies), dans les systèmes climatiques semi arides et sec subhumides. Ils jouent ainsi un rôle de «Zone tampon» face à la désertification, et sont en ce sens essentiels pour la conservation et le maintien de la biodiversité. Dans un passé proche (quelques décennies), cette vaste région transfrontalière possédait encore des communautés d espèces animales et végétales de très forte valeur patrimoniale, réparties sur des espaces naturels encore non fragmentés. Actuellement, et schématiquement, seuls trois espaces de conservation ont su et pu conserver un patrimoine en biodiversité peu altéré : i) le Parc National de Zakouma (Sud est Tchad), ii) le complexe des Zones de Chasse Villageoises (ZCV) et les secteurs de chasse amodiés attenants (Nord est RCA), iii) le complexe d Aires protégées de la zone frontalière Cameroun Tchad RCA (Parc Binational Bouba Njidda/Sena Oura et les secteurs de chasse amodiés attenants côté Cameroun). 17

18 Le sud est Tchad Le sud est du Tchad possède plusieurs aires protégées de différents statuts. Le Parc National de Zakouma bénéficie du plus haut niveau de gestion et d aménagement. On relève également le Parc National de Manda, et différentes réserves de faune (Bahr Salamat, Abou Telfane, Siniaka Minia) qui n existent aujourd hui pratiquement plus que sur le papier, ainsi que le Domaine de l Aouk composé jadis de plusieurs secteurs de chasse sportive. Dans le passé, ce système d aires protégées a contribué à la sauvegarde de l habitat, à la fertilité des sols, à la protection de la faune sauvage, et a suscité un certain dynamisme économique lié au tourisme de vision et de chasse sportive. Aujourd hui, le potentiel faunistique est perdu sur un vaste espace de cette région en raison de la concomitance de plusieurs phénomènes : braconnage local et commercial (national et étranger), développement des productions primaires, changement climatique et impacts indirects des différents conflits géopolitiques dans la région. Actuellement, à l exception du Parc National de Zakouma, la grande faune sauvage devient de plus en plus rare; elle a même disparu ou est en voie de l être dans les réserves de faune de l Aouk et du Bahr Salamat (frontalières avec la République Centrafricaine). Le braconnage local et étranger, bénéficiant de complicités nationales, a joué un rôle considérable dans l extermination quasi systématique de la grande faune ces toutes dernières années. Le sud ouest du Tchad La région du Mayo Kebbi à l extrême sud ouest du Tchad et le nord est du Cameroun constituent un seul bassin versant situé en amont du barrage de la centrale hydroélectrique de Lagdo et du Lac Léré. D une superficie d environ ha cette zone transfrontalière présente des deux côtés de la frontière un patrimoine naturel et culturel extraordinaire. Sa position transitoire entre les zones climatiques du Sahel et du Soudan ainsi que l existence d une liaison temporaire entre le bassin du Niger et celui du Lac Tchad sont la base de son importance du point de vue de la biodiversité. Grâce à un réseau d aires protégées, une gestion participative des ressources naturelles et une population de plus en plus consciente de son patrimoine naturel, la région a pu préserver en partie son couvert végétal et sa biodiversité originale. Le milieu accueille une faune typique en voie de reconstitution et des espèces rares et menacées comme les derniers lamantins de la sous région et l élan de Derby. La zone transfrontalière dispose d un réseau relativement dense d aires protégées avec au centre le complexe transfrontalier BSB Yamoussa, composé du Parc National de Sena Oura (Tchad) et du Parc National de Boubandjida (Cameroun). 18

19 L ensemble des deux parcs nationaux, le BSB Yamoussa constitue un bloc d environ ha. Le BSB Yamoussa est entouré d un ensemble de Zones d Intérêt Cynégétiques (ZIC) et d une zone transitoire représentant au total une surface supplémentaire similaire. Le BSB Yamoussa renferme une faune riche et variée parmi laquelle on compte la plus importante population africaine d élan de Derby (Taurotragus derbiamus). L élan de Derby, la plus grande antilope du monde, est l espèce phare du complexe binational. Le BSB Yamoussa compte aussi l une des plus importantes populations d éléphants de savanes d Afrique Centrale. Actuellement, la faune se concentre au milieu et au sud du Parc National de Boubandjida. La partie nord, frontalière avec le Tchad, est difficile à contrôler. C est l aménagement concerté et la surveillance mixte et transfrontalière de l ensemble de la zone, qui déclencheront le potentiel entier des deux Parcs Nationaux. La Réserve de Faune de Binder Léré, située à une cinquantaine de kilomètres au nord ouest du BSB Yamoussa à seulement une dizaine de kilomètres de la frontière avec le Cameroun a été nommée site RAMSAR (convention internationale pour la conservation et utilisation durable des zones humides) en Elle est notoire du fait qu elle englobe les lacs Tréné et Lére ainsi que les Chutes Gauthiot au centre. Les espèces typiques de la Réserve de Faune de Binder Léré sont l hippotrague et l hippopotame. Depuis 2006, les éléphants sont de retour dans la réserve, alors qu ils avaient disparu depuis plusieurs dizaines d années. En effet il est établi qu il existe un couloir de migration des éléphants entre le Parc de Boubandjida et la Réserve de Faune de Binder Léré. Le lac Léré, intégré à la Réserve de Faune de Binder Léré, est habité par les derniers lamantins (Trichenus senegalensis) de la sous région Plans de gestion des Aires Protégées Six (6) aires protégées ont élaboré leur plan de gestion (plan d aménagement). - Plan de gestion du Parc National de Zakouma et sa périphérie Plan d Aménagement du Parc National de Sena Oura , version provisoire - Plan d Aménagement du Parc National de Manda Plan de gestion du Lac Fitri Schéma d aménagement de la Réserve de Faune de Mandelia. Mars Schéma d aménagement du site de Léré. Juillet Collaboration avec le CNAR La collaboration avec le CNAR s est concrétisée par le traitement des points GPS des limites des aires protégées (partie tchadienne du Lac Tchad, les plaines inondées du Logone 19

20 et les dépressions Toupouri, la plaine de Massenya et les plaines inondées de Bahr Aoûk et Salamat) et l élaboration des cartes de ces aires protégées Données climatiques Données sur les stations météorologiques à l intérieur et à l extérieur des aires protégées Les données sur les stations météorologiques à l intérieur et à l extérieur des aires protégées sont collectées auprès de la Direction des Ressources en Eau et de la Météorologie du Ministère de l Hydraulique Urbaine et Rurale qui dispose d une base des données informatisée et à jour sur la météorologie et la climatologie. Les données ci dessous sont collectées: - Liste des stations hydrologiques - Liste des stations agro météorologiques - Liste des stations climatologiques et pluviométriques - Données de pluviométrie et de température Etat de préparation du Tchad concernant les questions de changement climatique Le Tchad a signé et ratifié la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), respectivement les 12 juin 1992 et 30 avril En signant et en ratifiant la CCNUCC, le Tchad s est engagé à respecter les clauses de la Convention notamment en ce qui concerne l intégration dans son plan national de développement, les stratégies de réduction des gaz à effet de serre, d adaptation aux effets néfastes des changements climatiques. Dans cette optique, le Tchad a bénéficié de quelques projets d activités habilitantes avec l appui du Fonds pour l Environnement Mondial (FEM). Ces différents projets ont permis de renforcer les capacités nationales en matière de changements climatiques. C est ainsi qu à l issue de ce processus de renforcement de ses capacités nationales, le Tchad a réalisé sa Communication Nationale Initiale qu il a présentée à la 7ème Conférence des Parties, tenue à Marrakech au Maroc en novembre Le Tchad a poursuivi ensuite dans la même voie en adoptant le Programme d Action National d Adaptation aux changements climatiques (PANA) en février Ce programme a pour objectif général de contribuer à la réduction des effets néfastes de la variabilité et des changements climatiques sur les populations les plus vulnérables dans la perspective d un développement durable. 20

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Tableau 1 : Législation nationale Nature de l acte Intitulé/ dénomination/titre Ressources naturelles et protection de la nature Loi Loi n 2002 du

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

RÉSULTATS DU PROGRAMME PARC W / ECOPAS PÉRIODE 2001-2008 PRÉSENTATION POUR LA RESTITUTION DU 27 JUIN 2008

RÉSULTATS DU PROGRAMME PARC W / ECOPAS PÉRIODE 2001-2008 PRÉSENTATION POUR LA RESTITUTION DU 27 JUIN 2008 RÉSULTATS DU PROGRAMME PARC W / ECOPAS PÉRIODE 2001-2008 PRÉSENTATION POUR LA RESTITUTION DU 27 JUIN 2008 Structure de la présentation Parc W ECOPAS Menaces Activités Promotion Géographie Programme Congrès

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale

Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale Patrimoine Mondial dans le Bassin du Congo : L Initiative pour le patrimoine forestier d'afrique centrale Leila Maziz & Thomas Fondjo UNESCO Centre du patrimoine mondial Zone d intervention 7 sites du

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

BURKINA FASO BURKINA FASO BURKINA FASO. Arusha/Tanzanie du 15 au 19 octobre 2012

BURKINA FASO BURKINA FASO BURKINA FASO. Arusha/Tanzanie du 15 au 19 octobre 2012 Présentée par: Madame Rosalie BALIMA Directrice Générale du Tourisme Avec la contribution de: Mr Prosper SAWADOGO Directeur Général de l OFINAP BURKINA FASO BURKINA FASO PREMIERE CONFERENCE PANAFRICAINE:

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D un Expert en Aménagement et Valorisation des Aires Protégées Pour le Programme ECOFAC V Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC Lieu de travail :

Plus en détail

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Contact presse : Murielle THERMED Directrice du Développement et de la Communication Parc Naturel Régional de la Martinique Tél. : 06

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

Note conceptuelle. Pour des paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides : des lignes directrices

Note conceptuelle. Pour des paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides : des lignes directrices Note conceptuelle Pour des paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides : des lignes directrices Deuxième Atelier International Hotel King Fahd, Dakar, Sénégal, 25-28 février

Plus en détail

Termes de Référence de l Université d été d Afrique centrale

Termes de Référence de l Université d été d Afrique centrale Termes de Référence de l Université d été d Afrique centrale Titre : Economie verte et changements climatiques Date : 12 au 19 avril 2015 Lieu : Bujumbura-Burundi Langues : Français et Anglais. 1. Contexte

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN)

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Thème : Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) Djibo BOUBACAR (Ph. D), responsable

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR?

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? DAN BARIA Soumaila Ingénieur des Eaux et Forêts Coordonnateur d Antenne régionale PNEDD- Haute

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

PARC NATIONAL DU W DU NIGER (PNW)

PARC NATIONAL DU W DU NIGER (PNW) Carte PARC NATIONAL DU W DU NIGER (PNW) Principales pressions Principales menaces Modification du milieu : ensablement des points d eau (du à l érosion des sols consécutive au déboisement autour de l AP)

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

PARC NATIONAL DES VIRUNGA. Carte

PARC NATIONAL DES VIRUNGA. Carte PARC NATIONAL DES VIRUNGA Carte Source: draft du plan de gestion 2011-2015 Superficie : 784 368 ha Catégorie IUCN : II Label international : Site du patrimoine mondial et site Ramsar Principales pressions

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC)

9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) Banque de Développement des Etats de l Afrqiue Centrale 9 ème REUNION DU COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO (PFBC) «Mise en place d un Fonds pour l Economie Verte

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 1

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 1 Réservé à l usage des médias Ceci n est pas un document officiel La Convention sur la diversité biologique lance un nouvel outil Web de mise en œuvre en soutien à la protection et

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020

PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020 PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020 Introduction: Le Programme de travail conjoint CMS-CITES pour 2015-2020 comprend une liste non exhaustive d activités conjointes qui s articulent autour

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

4 ème Forum Européen de l Energie Objectif COP 21

4 ème Forum Européen de l Energie Objectif COP 21 4 ème Forum Européen de l Energie Objectif COP 21 Agir efficacement contre le changement climatique 12 et 13 mars 2015 Changements Climatiques au Niger Rabiou Hassane Yari Tél: +227 96 98 22 89 Email:

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD)

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) Par Gilbert KILOLA LUTSWAMBA Chef de Division Développement Durable Ministère de l Environnement, Conservation

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

AMCEN/SS/IV/INF/7. Déclaration de Libreville sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté en Afrique

AMCEN/SS/IV/INF/7. Déclaration de Libreville sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté en Afrique AMCEN/SS/IV/INF/7 Déclaration de Libreville sur la biodiversité et la lutte contre la pauvreté en Afrique PNUE UNION AFRICAINE CMAE REPUBLIQUE GABONAISE NATIONS UNIES Distr. : Générale PACBPA/1/7 21 septembre

Plus en détail

L Impact du Conflit et la Sauvegarde des Sites de Patrimoine Mondial en Péril en RDC.

L Impact du Conflit et la Sauvegarde des Sites de Patrimoine Mondial en Péril en RDC. L Impact du Conflit et la Sauvegarde des Sites de Patrimoine Mondial en Péril en RDC. Les Leçons et les Acquis pour la Sécurisation, la Sauvegarde et la Restauration des Sites Les objectifs de la présentation:

Plus en détail

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey.

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey. ÉCOLE D ÉTÉ DE L IEPF ET DU SIFEE ET COLLOQUE INTERNATIONAL DU SIFEE, CAMEROUN DU 05 AU 15 SEPTEMBRE 2011 Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo,

Plus en détail

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région 16 Mékong, la mère de tous les fleuves Quatrième fleuve de l Asie par le débit (après le Yangzi Jiang, le Gange- Brahmapoutre et l Ienisseï), le Mékong naît au Tibet. Après avoir contourné l Himalaya,

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

Nouvelles de PARCC Afrique de l Ouest

Nouvelles de PARCC Afrique de l Ouest Nouvelles de PARCC Afrique de l Ouest La lettre d information du projet Aires Protégées Résilientes au Changement Climatique (PARCC) fournit des informations sur les dernières activités et les résultats

Plus en détail

Requête Présentée par

Requête Présentée par République du Sénégal ------------ Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs Artificiels Direction de l Environnement et des Etablissement classés

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire?

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? 26 mars T. Leménager (AFD)-PhD lemenagert@afd.fr ATELIER RÉGIONAL /// REGIONAL WORKSHOP SCÉNARIOS DE LA BIODIVERSITÉ

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE

RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE Evolution institutionnelle RESUME EXECUTIF DU PLAN STRATEGIQUE Créé en 1951, le CSRS a évolué institutionnellement, sur trois grandes phases : (i) de 1951 à 2001, entièrement administré par la Commission

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que les autres publications de la série du Projet de Développement

Plus en détail

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations

La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations La gestion intégrée des zones côtières pour une meilleure gestion de l environnement au bénéfice des populations Exemple du développement d un mode de gestion des risques côtiers adaptés à Ouvéa, îles

Plus en détail

Canevas du Plan de Gestion Quinquennal

Canevas du Plan de Gestion Quinquennal République Démocratique du Congo MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, CONSERVATION DE LA NATURE, EAUX ET FORETS ------------------------------------------- SERVICE PERMANENT D INVENTAIRE ET D AMENAGEMENT FORESTIERS

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

DOMAINE DE CHASSE DE BOMBO LUMENE (DCBL)

DOMAINE DE CHASSE DE BOMBO LUMENE (DCBL) DOMAINE DE CHASSE DE BOMBO LUMENE (DCBL) Carte Superficie : 350 000 ha Catégorie IUCN : VI Label international : Aucun Principales pressions le braconnage ; la conversion des terres de l AP pour la culture

Plus en détail

Contribution au renforcement des capacités et à la recherche scientifique au Burkina Faso

Contribution au renforcement des capacités et à la recherche scientifique au Burkina Faso LE PROGRAMME BIOTA EN AFRIQUE DE L OUEST Contribution au renforcement des capacités et à la recherche scientifique au Burkina Faso BIOdiversity monitoring Transect Analysis in Africa Transect d Analyse

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

COMPARATIF ENTRE LES POLITIQUES D AMÉNAGEMENT BRÉSIL / BASSIN DU CONGO

COMPARATIF ENTRE LES POLITIQUES D AMÉNAGEMENT BRÉSIL / BASSIN DU CONGO Certification et légalité dans la filière bois du Bassin du Congo COMPARATIF ENTRE LES POLITIQUES D AMÉNAGEMENT BRÉSIL / BASSIN DU CONGO Par Dr Bernard CASSAGNE Expert Aménagiste - Directeur FRM PRÉSIDENT

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO

PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO 9ème Committee Consultatif Régional Bujumbura, 26 mai 2011 Présentation du Programme Régional pour l Environnement en Afrique Centrale (CARPE) 1. CARPE II

Plus en détail

La réserve naturelle communautaire de la vallée du Sitatunga au Bénin

La réserve naturelle communautaire de la vallée du Sitatunga au Bénin La réserve naturelle communautaire de la vallée du Sitatunga au Bénin Découvrez le Sitatunga et son habitat naturel! Origine de l initiative C est grâce à la création et l exploitation de la ferme aquacole

Plus en détail

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour Ministère de l Equipement, de l Aménagement territorial et du Développement Durable Direction Générale de l Environnement et de la qualité de la Vie Termes de Références Recrutement d un Bureau d étude

Plus en détail

AUTORITE DU BASSIN DU NIGER

AUTORITE DU BASSIN DU NIGER RENFORCER LES CONNAISSANCES ET LES CAPACITÉS DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES DU BASSIN DU NIGER POUR LE BÉNÉFICE DES COMMUNAUTÉS ET LA RÉSILIENCE DES ÉCOSYSTÈMES Inversion des Tendances à la Dégradation

Plus en détail

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS Comité permanent Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel Permanent Inter States Committee for Drought Control in the Sahel Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes

Plus en détail

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1)

ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) ACTIVITÉS À FINANCER À L'AIDE DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES SELON LA STRUCTURE FUTURE (suivant Annexe II à la Résolution 10.1) Campagne de publicité - Activité 2.2: Encourager davantage d'ong et le secteur

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Le projet "Appui à l amélioration de la situation de l emploi de la femme rurale et gestion durable de l Arganeraie dans le Sud-Ouest du Maroc "

Le projet Appui à l amélioration de la situation de l emploi de la femme rurale et gestion durable de l Arganeraie dans le Sud-Ouest du Maroc Le projet "Appui à l amélioration de la situation de l emploi de la femme rurale et gestion durable de l Arganeraie dans le Sud-Ouest du Maroc " Intervention de M. AMAR MLAHI Cadre au Ministère de l Emploi

Plus en détail

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012

Serre de la Fare. Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012 Serre de la Fare Valorisation du patrimoine foncier de l Etablissement public Loire Réunion d information Le Puy en Velay, 28 novembre 2012 Invités à la réunion Présidents des Commissions Prospective,

Plus en détail

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet Les bourses d études ou de stages sont financées par la coopération belge dans le cadre d un accord de coopération

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC

LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL. Présentation : Capitaine TINE DPC République du Sénégal Un Peuple - Un But - Une Foi *********** Ministère de l Intérieur *********** DIRECTION DE LA PROTECTION CIVILE LA GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHE AU SENEGAL Présentation : Capitaine

Plus en détail

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA 20 juin 2011 Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA Annabelle Jaeger, Conseillère régionale déléguée à la Biodiversité 24 novembre 2011 Eléments de contexte Le constat : au rythme actuel,

Plus en détail

COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORETS DU BASSIN DU CONGO KINSHASA (RDC), SEPT 2010

COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORETS DU BASSIN DU CONGO KINSHASA (RDC), SEPT 2010 COMITE CONSULTATIF REGIONAL DU PARTENARIAT POUR LES FORETS DU BASSIN DU CONGO KINSHASA (RDC), 27-28 SEPT 2010 «PARC NATIONAL DE SENA OURA (TCHAD) ET PERSPECTIVE DE CREATION D UNE AIRE PROTEGEE TRANSFRONTALIERE

Plus en détail

Plan Simple de Gestion : un outil de gestion de la ressource bois énergie dans les espaces périurbains

Plan Simple de Gestion : un outil de gestion de la ressource bois énergie dans les espaces périurbains Plan Simple de Gestion : un outil de gestion de la ressource bois énergie dans les espaces périurbains Conférence régionale sur la Gestion Durable de la Ressource Bois Energie 11 au 13 juin 2013 Emilien

Plus en détail

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Déclaration de Charm el cheikh pour la réduction des risques

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Atelier de lancement et Comité de pilotage du projet FFEM

Atelier de lancement et Comité de pilotage du projet FFEM Atelier de lancement et Comité de pilotage du projet FFEM «Optimiser la production de biens et services par les écosystèmes boisés méditerranéens dans un contexte de changements globaux» 18-21 septembre

Plus en détail

Thème: ELEMENTS CLES DU PROGRAMME D ACTION STRATEGIQUE ET SITUATION DU PROJET DE TRANSFERT INTERBASSINS

Thème: ELEMENTS CLES DU PROGRAMME D ACTION STRATEGIQUE ET SITUATION DU PROJET DE TRANSFERT INTERBASSINS ATELIER DE PLANIFICATION STRATEGIQUE SUR LA QUESTION DU LAC TCHAD Thème: ELEMENTS CLES DU PROGRAMME D ACTION STRATEGIQUE ET SITUATION DU PROJET DE TRANSFERT INTERBASSINS Douala, 4 et 5 septembre 2014 Par

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Yaoundé 22 juillet 2014 Département des forêts FAO Aperçu Introduction: CCNUCC & REDD+ Surveillance MNV Mesure Notification

Plus en détail

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014 STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR CRB 3 juin 2014 Une démarche de co-construction depuis 2010 : 1 - Diagnostic partagé (état de la biodiversité, relations homme-nature,

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement CDB Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-RI/REC/4/3 21 juin 2012 GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION Quatrième réunion Montréal, 7-11 mai 2012 Point

Plus en détail

Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel. Centre de recherche pour le développement international

Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel. Centre de recherche pour le développement international Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel Centre de recherche pour le développement international Projet de recherche-action Amélioration des moyens d existence et de la

Plus en détail

Dr Mathieu BADOLO Centre Régional AGRHYMET www. Agrhymet.ne. m.badolo@agrhymey.ne m_badolo@yahoo.fr

Dr Mathieu BADOLO Centre Régional AGRHYMET www. Agrhymet.ne. m.badolo@agrhymey.ne m_badolo@yahoo.fr PROGRAMME REGIONAL D AUGMENTATION D DES PRECIPITATIONS PAR ENSEMENCEMENT DES NUAGES AU SAHEL - APENS Dr Mathieu BADOLO Centre Régional AGRHYMET www. Agrhymet.ne m.badolo@agrhymey.ne m_badolo@yahoo.fr Plan

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

REUNION DU PARTENARIAT POUR LES FORETS DU BASSIN DU CONGO Paris, 21 au 23 juin 2006

REUNION DU PARTENARIAT POUR LES FORETS DU BASSIN DU CONGO Paris, 21 au 23 juin 2006 REUNION DU PARTENARIAT POUR LES FORETS DU BASSIN DU CONGO Paris, 21 au 23 juin 2006 Le Réseau des Aires Protégées d Afrique Centrale (RAPAC) et la dynamique de conservation de la biodiversité dans le Bassin

Plus en détail

Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du

Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du Note d information aux promoteurs des idées de projets éligibles aux fonds STAR alloués au Burkina Faso dans le cadre de la 6 ème reconstitution du Fonds pour l Environnement Mondial. Décembre 2014 1 1.

Plus en détail

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012

Le mont Royal Leçons de Montréal. Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Le mont Royal Leçons de Montréal Gabrielle Korn, directrice des communications Sommet Héritage Canada, le 12 octobre 2012 Présentation Qu est-ce que le mont Royal? Une histoire d amour et d engagement

Plus en détail