Choc technologique et supply chain : retour sur la notion de règles du jeu

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Choc technologique et supply chain : retour sur la notion de règles du jeu"

Transcription

1 Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper Choc technologique et supply chain : retour sur la notion de règles du jeu Carole Poirel IPAG Business School 184, Boulevard Saint-Germain Paris France IPAG working papers are circulated for discussion and comments only. They have not been peer-reviewed and may not be reproduced without permission of the authors.

2 Choc technologique et supply chain : retour sur la notion de règles du jeu Carole Poirel IPag Business School Cret-Log (Aix-Marseille Université) Résumé Cette communication propose de revisiter la notion de règles du jeu dans un contexte d innovation de rupture, celui du livre numérique. Alors que deux mondes semblent s affronter, le monde de l édition avec ses acteurs historiques, éditeurs et libraires, d une part et le monde du numérique avec une triade américaine constituée d Amazon, d Apple et Google, d autre part, les e-supply chain se déploient selon des modalités fort différentes. Il nous a parues pertinent d examiner les changements radicaux que connait le livre à l heure actuelle, à la lumière de l analyse concurrentielle et des stratégies de rupture. Mots clés Supply chain, technologie, relations clients-fournisseurs, règles du jeu. 1

3 Ce papier se propose d étudier l impact de changements technologiques majeurs sur une supply chain mature. Si le choc technologique concerne généralement un secteur en particulier et ses occupants historiques, il étend ses effets sur l ensemble des secteurs situés plus amont et plus en aval, touchant dans une logique de propagation verticale, l ensemble des partenaires, clients et fournisseurs. C est dans cette approche inter-organisationnelle que nous situons notre réflexion, et plus précisément encore, dans le cadre conceptuel de la supply chain. L édition de livres se prête bien à l observation des effets d'un choc technologique, celui du livre numérique, sur la supply chain historique, constituée notamment d éditeurs et de libraires. D une part, l édition entretient des rapports privilégiés avec la librairie qui demeure au sein du commerce du livre, le pôle à la légitimité culturelle la plus affirmée (Minon, 1992). Editeurs et libraires forment en ce sens ce que nous avons dénommé une supply chain historique. La librairie est un commerce indépendant spécialisé, dans lequel le livre constitue l activité principale voire exclusive, et qui offre à une clientèle de proximité, un assortiment diversifié, des conseils de lecture, des animations littéraires et des services numériques. Elle détient environ 20% des parts de marché du livre papier (Lacroix, 2013). D autre part, le choc technologique provoqué par le livre numérique s apparente à une innovation radicale. Pour l économiste de la culture, Françoise Benhamou, le livre numérique constitue en effet une véritable «révolution industrielle» (2012). Si la nouvelle technologie a apporté un nouveau produit et de nouveaux procédés de fabrication et de vente, elle a également permis de nouveaux modèles d affaires incarnés chacun à leur manière par trois protagonistes du marché actuel, Amazon, Apple et Google. Ceux-ci deviennent pour les éditeurs des clients imparables dans la commercialisation des livres numériques, ce qui pose la question du devenir de la librairie, de surcroît particulièrement exposée aux phénomènes de désintermédiation propres à l économie du numérique et de l internet (Malin et Pénard, 2010). Or, force est de constater que l édition a constitué une supply chain du livre numérique, ou une e-supply chain, avec la librairie et non pas sans la librairie (Poirel et Rollet, 2014). Ceci témoigne de la force des relations interorganisationnelles qui prévalent entre éditeurs et libraires. En stratégie, l importance de ces relations clients-fournisseurs est reconnue dans le paradigme SCP comme une possible barrière à l entrée (Porter, 1982) et dans l approche dite relationnelle issue de la resourcebased view comme un actif idiosyncrasique inimitable (Dyer et Singh, 1998). Au lieu d entrer 2

4 dans un cadre théorique plutôt qu un autre, nous avons préféré travailler sur la notion de règles du jeu qui appelle une approche théorique transversale. Cette notion n est pas particulièrement présente à l heure actuelle dans les recherches en sciences de gestion mais elle est néanmoins fréquemment utilisée dans les travaux sur les stratégies d innovation et de rupture (Hamel, 1996 ; Christensen, 1997) sans pour autant avoir été suffisamment définie et explicitée suivant Lehmann-Ortega et Roy (2009). Or, le recours au modèle d affaire (ou business model) qui bénéficie quant à lui d un réel engouement dans les recherches récentes (Warnier, Lecoq et Demil, 2004), permet de revisiter la notion de règles du jeu. Si les nouveaux entrants modifient les règles du jeu en s emparant d une innovation technologique, à l image de la triade américaine évoquée à l instant dans le livre numérique, qu en est-il des règles du jeu que les acteurs historiques ont définies ensemble et qui structurent leurs relations inter-organisationnelles? Ces règles du jeu historiques sont-elles toujours supplantées par les nouvelles? Quel rôle jouent-elles dans la capacité de riposte des acteurs historiques? Et in fine dans la mise en œuvre d une réponse stratégique commune? 1. Eléments théoriques sur la notion de règles du jeu L expression «règles du jeu» est employé dans la littérature en stratégie dans deux principaux corpus : celui de l analyse concurrentielle principalement des années (Strategor, 1991) d une part et celui de l innovation d autre part avec les stratégies de rupture en particulier (Lehmann-Ortega et Roy, 2009). Elles présentent un certain nombre de limites que nous proposons de dépasser en recourant à la fois à la notion de supply chain et à celle de business model. 1.1 Les règles du jeu au prisme des stratégies concurrentielles et d innovation Dans l analyse concurrentielle, l entreprise peut choisir de se battre en acceptant les règles du jeu ou en cherchant à les modifier à son avantage. Dans le premier cas, elle s appuie sur les facteurs clés de succès admis par tous qu elle cherche à maîtriser le mieux possible, de façon à obtenir un avantage concurrentiel durable. De la sorte, elle développe des 3

5 compétences traditionnellement reconnues dans le domaine d activité concerné tout en cherchant à être plus performante que ses concurrentes. Dans le second cas, plus complexe, l entreprise est plutôt dans une démarche d innovation. Elle veut concevoir et mettre en œuvre son activité de façon différente de ce qui est couramment admis dans le secteur ou l industrie. Les consultants de McKinsey ont utilisé les règles du jeu comme critère dans une matrice appelée «échiquier stratégique» en les croisant avec un autre critère, celui du champ de bataille. Comme indiqué dans la figure n 1 ci-dessous, les nouvelles règles du jeu correspondent à une stratégie de différenciation-rupture. Celle-ci consiste pour une entreprise se trouvant dans une position concurrentielle défavorable, à faire autre chose que ses concurrents plus puissants, en imaginant une nouvelle chaîne de valeur. Il s agit de redéfinir l activité en s appuyant sur de nouveaux FCS ou des facteurs qui avaient été jusqu à présent négligés. Les concurrents sont pris à contrepied, incapables de proposer une valeur équivalente aux consommateurs. Ikéa en est une illustration exemplaire (Schoettl, 2009). Figure 1. L échiquier stratégique Champ de bataille Global Sélectif Règles du jeu Identiques Attaque frontale Niche Nouvelles Différenciation-rupture Source : Strategor, 1991, p. 89 Dans les analyses portant sur l innovation, il est couramment fait la distinction depuis Schumpeter (1934), entre les innovations de rupture ou discontinues ou radicales d une part et les innovations d amélioration ou incrémentales d autre part. En regard des règles du jeu, ce sont les premières qui induisent un renouvellement. Elles ont en effet le potentiel pour détruire l ordre existant et lancer un nouveau cycle d innovation, selon le principe de «destruction créatrice». Les deuxièmes en revanche s inscrivent dans un cycle d innovation existant et concourent marginalement à la performance de l innovation radicale. Elles apportent des améliorations du produit ou de son processus de production. Dans leur synthèse critique de la littérature sur les stratégies de rupture, Lehmann-Ortega et Roy (2009) ont relevé un certain nombre de points communs à ces formes spécifiques d innovation. Parmi ceux-ci, figurent l apparition de nouvelles règles du jeu ; les autres étant 4

6 une démarche proactive, la radicalité de l innovation, la déstabilisation des concurrents, le saut de performance, la nouvelle valeur proposée aux clients et la création ou l extension d un marché. Ces auteurs définissent ainsi les stratégies de rupture comme «une manière radicale [de] revisiter les règles du jeu concurrentiel en proposant une nouvelle valeur au client en vue de créer ou d étendre un marché à son avantage» (p.121). Ils relèvent que les règles du jeu prennent différentes appellations : recettes de l industrie (Spender, 1989), cadre stratégique de l industrie (Huff, 1982), recettes sectorielles (Baden-Fuller et Stopford, 1994), orthodoxie sectorielle (Hamel et Pralahad, 1994), sagesse conventionnelle (Kim et Mauborgne, 1997). Ils conviennent finalement que le changement des règles du jeu se traduit par de nouveaux FCS mais que la notion gagnerait à être davantage définie. En effet, la notion de règles de jeu telle qu elle est appréhendée dans les corpus parcourus, nous semble présenter trois principales limites : - Présentées au sein d un secteur ou d un domaine d activité, les règles du jeu ne semblent concerner que les entreprises concurrentes œuvrant dans ce secteur ou ce domaine d activité. Le jeu est donc avant tout horizontal. - Les règles du jeu sont principalement définies en fonction des FCS admis par tous. Ceux-ci se définissent comme des caractéristiques propres au secteur ou domaine d activité. Cela renvoie à une analyse plutôt externe de la stratégie. - L attention est focalisée sur les nouvelles règles désignées comme des marqueurs ou des signaux de l innovation de rupture. Les anciennes règles sont reléguées au second plan quand elles ne sont pas censées disparaître totalement sous les coups de la radicalité de l innovation. L approfondissement de la notion de règles du jeu peut ainsi prendre trois directions : - élargir l unité d analyse en passant du secteur à la supply chain, de manière à prendre en compte, à côté du jeu horizontal, un jeu vertical - identifier les différentes composantes des règles du jeu en allant au-delà d une approche en termes de FCS en utilisant les analyses en termes de business model - regarder aussi les «anciennes règles» quand de nouvelles apparaissent de façon à mieux saisir l importance des transformations et la probabilité de disparition des «anciennes» 5

7 1.2 Apports de la supply chain et du business model à la notion de règles du jeu Bien que la notion de chaîne de valeur ne soit pas totalement étrangère aux approches examinées dans le point précédent, elle n est pas appréhendée dans une optique réellement inter-organisationnelle. Or, celle-ci permet d avoir, avec la supply chain, une approche verticale des règles du jeu, intégrant les clients des clients et les fournisseurs des fournisseurs. La supply chain (SC) repose plus précisément sur une démarche logistique globale que Colin et Paché (1988, p.6) ont définie comme «la technologie de la maîtrise des flux physiques et d informations que l entreprise expédie vers ses clients, transfère entre ces établissements et reçoit de ses fournisseurs». Les objectifs qui lui sont assignés, résident dans le fait d «assurer au moindre coût la coordination de l offre et de la demande [ ] aux plans stratégique et tactique, ainsi que le maintien de la qualité des rapports fournisseursclients impliqués» (Mathe et Tixier, 2010, p.10). La SC offre une unité d analyse plus étendue que le seul niveau horizontal du secteur ou du domaine d activité, pour appréhender les règles du jeu. Si un choc technologique touche un maillon en particulier de la SC, il concerna également les autres maillons situés plus en amont ou plus en aval avec des effets de propagation vraisemblablement d autant plus forts que l innovation est radicale. De plus, les entreprises sont impliquées dans des collaborations multiples de type réseaux, chaînes multi-acteurs ou écosystèmes d affaires. Dans ces conditions, l arrivée d une nouvelle technologie est de nature à bouleverser l ensemble des parties prenantes. La supply chain met par ailleurs spécifiquement l accent sur l importance du partenariat entre les entreprises qui la composent, ce qui nous semble particulièrement important pour comprendre la notion de règles du jeu. La gestion des flux qui se veut fluide et synchrone, requiert une coordination a minima quand il ne s agit pas de coopérations plus poussées entre fournisseurs, distributeurs et prestataires de services logistiques. Des pratiques de mutualisation consistant à partager un même moyen logistique (transport, entrepôt, plate-forme, système d information) permettent à la fois d obtenir des économies de coûts et d élever les niveaux de services dans une optique de maximisation globale de la performance. Pour cela, il est nécessaire que les acteurs impliqués acceptent de partager l information nécessaire, souvent sensible, au pilotage des flux avec leurs 6

8 prestataires (Camman et Livolsi, 2007) ainsi que les gains résultant de la pratique collaborative, y compris avec les concurrents, fournisseurs ou distributeurs (Poirel, 2000). Si les règles du jeu gagnent à être analysées dans le cadre étendu de la SC, elles requièrent également une définition capable d aller au-delà des FCS. Le business model (BM) nous semble capable de compléter la définition des règles du jeu et notamment des règles du jeu vertical. En effet, il propose une représentation particulière de la stratégie, de type mésoéconomique, à mi-chemin entre le management opérationnel et le management stratégique (Warnier, Lecocq et Demil, 2004). Généralement, le BM est appliqué à une entreprise donnée mais il peut également être appliqué à une industrie. Le BM industriel décrit alors une offre de référence (du point de vue des clients) faite par les principaux acteurs d une industrie donnée. Il retrace en quelque sorte dans les termes d analyse qui sont les siens, les caractéristiques d un groupe stratégique dominant. Un tel BM indique in fine la manière dont les acteurs de cette industrie créent de la valeur et la répartissent entre eux-mêmes et leurs clients. Ainsi les différents blocs d un BM industriel nous semblent refléter les règles du jeu à la fois horizontal et vertical en vigueur dans une industrie ou un secteur. Plus précisément, le rapprochement opéré entre BM et règles du jeu s est fait sur la base d un des BM les plus répandus, celui proposé par Osterwalder et Pigneur (2010). Il a de surcroît été éprouvé dans le champ de la culture qui nous intéresse, à savoir : celui du livre avec Cyberlibris (Laifi, 2012) et de la musique avec Beezik.com (Pille et al., 2010). Il se compose de 9 blocs comme indiqué dans la figure 2. Figure 2. Les 9 blocs du business model selon Osterwalder et Pigneur (2010) Partenaires clés Activités clés Proposition de valeur Relations clients Clients Ressources clés Canaux de distribution Structure de coût Flux de revenus 7

9 La proposition de valeur est le bloc central du BM, lequel repose sur un socle de rentabilité dont l équation est fonction à la fois de la structure de coûts et des flux de revenus tandis que les autres blocs articulent une architecture de valeur (partenaires, activités, ressources, relations clients, canaux de distribution, clients). Celle-ci décrit et explique comment la proposition de valeur est réalisée : s agissant des pratiques d externalisation et d intégration des différents éléments de la chaîne de valeur, des différents partenaires impliqués dans la création de valeur, des ressources et compétences mobilisées. Le rapprochement entre BM et règles du jeu est précisé dans la figure n 3 avec l identification de 5 composantes (de règles du jeu) : les dotations de départ, les partenaires, les objectifs, les stratégies et le mode de gouvernance. Un jeu supposé ici coopératif dans le cadre de la SC que nous avons choisi, comporte un certain nombre de participants (entreprises du secteur, fournisseurs, clients, autres parties prenantes) qui cherchent à atteindre leurs objectifs de rentabilité, en mettant en œuvre des stratégies appropriées (dont la définition s appuie sur les FCS mais pas seulement) à partir des ressources qui sont les leurs. Figure 3. Les règles du jeu : les 5 composantes Composantes des règles du jeu Blocs du BM correspondants Spécifications Les dotations de départ Les ressources Dans chaque jeu, les partenaires disposent au départ d un certain nombre de dotations c est-à-dire des ressources. Les partenaires Partenaires, clients, canaux de distribution Chaque jeu fait participer des partenaires dont le nombre et la qualité doivent être spécifiés Les objectifs Structures de coûts et flux de revenus Dans chaque jeu, des objectifs à atteindre sont fixés. Il s agit ici de satisfaire des conditions de rentabilité. Les stratégies Proposition de valeur et Les stratégies reposent sur la proposition architecture de valeur (clients, de valeur faite aux clients (une proposition relations clients, activités, par segment de clientèles) et les moyens canaux de distribution, de la réaliser concrètement par le biais de partenaires) l architecture de valeur (voir supra). 8

10 Pour clore cette partie théorique, il convient de préciser d une part, que l architecture de valeur confère au BM une dimension inter-organisationnelle qui fait écho aux considérations précédentes relatives aux règles du jeu vertical : l entreprise n est pas seule à produire une offre mais s entoure de canaux de distribution, de fournisseurs et d autres parties prenantes encore pour satisfaire ses clients. D autre part, le BM entretient des liens étroits avec l innovation et notamment l innovation de rupture évoquée précédemment. Rappelons que la notion de BM est apparue avec la bulle Internet à la fin des années L innovation de rupture s accompagne de l apparition de nouveaux BM par rapport à l existant car elle ne porte pas seulement sur le produit et ses procédés de production et de commercialisation mais également sur le modèle économique dans son entier. Et, le caractère innovant se perçoit dans la génération d un nouveau type de flux de revenus que le BM met en évidence. 2. Caractéristiques du terrain et méthodologie Cette deuxième partie consacrée à la dimension empirique de la recherche aborde tout d abord le livre numérique en tant qu innovation de rupture. Nous commençons pour ce faire par le situer, brièvement, dans l histoire du livre en regard notamment d autres révolutions que celui-ci a connu depuis son invention, afin d appréhender les transformations radicales dont il est porteur. Puis, nous complétons le propos sous l angle des acteurs, en passant en revue les différents protagonistes du monde du livre, papier et numérique. Enfin, la démarche méthodologique est précisée ainsi que les questions de recherche, au nombre de trois, qui ont guidé notre exploration. 2.1 «Une révolution industrielle et une révolution cognitive» (Benhamou, 2012) Défini comme un fichier informatique porteur d un texte plus ou moins enrichi (sons, images, vidéos, liens hypertextes, renvois sur Internet), le livre numérique opère un découplage entre le contenu et le support alors que le livre papier est un objet total. Les changements induits par le livre numérique par rapport au livre papier portent ainsi sur la dimension technique et technologique du produit autour de l informatique et des réseaux Internet et sur la structure même du livre. 9

11 Pour les historiens du livre (Darnton, 2009), la révolution numérique se comprend d abord en regard de la structure du livre. Si la révolution numérique devait être rapprochée d une autre révolution du livre, ce serait bien davantage de l invention du codex à la fin de l Antiquité que de l invention de l imprimerie au XVème. En effet, le codex est un livre fait de feuilles encartées et pliées pour former des cahiers joints les uns aux autres. Il fait suite au volumen, rouleau de papyrus qui devait être tenus à deux mains pour être déroulé et lu. Aussi l invention du codex dont le livre papier actuel a hérité la structure, révolutionne les fondamentaux de la lecture. Plus tard, l imprimerie de Gutenberg jouera un rôle de premier plan dans la production des livres et leur diffusion mais les historiens soulignent qu un livre avant Gutenberg et un livre après Gutenberg présentent en réalité les mêmes structures. Dans cette perspective historique, il ressort que livre numérique modifie en profondeur à la fois les conditions de lecture (ou de consommation) et les conditions de production. Il invite tout particulièrement à s interroger sur la question des supports. En effet, contrairement au livre papier, le livre numérique suppose une diversité de supports : le fichier informatique étant téléchargeable sur un ordinateur, une tablette, une liseuse, un smartphone. Il est reconfigurable et reproductible à volonté. Il peut également être fragmenté. La granulométrie de l offre peut être le titre ou le chapitre comme pour la musique où le choix existe entre album et titre, ou bien encore un ensemble de titres comme les «bouquets» en audiovisuel. Outre le téléchargement, la consultation en ligne est également est possible et la mise à disposition peut être définitive ou temporaire avec des systèmes de chronodégradabilité. Le livre papier quant à lui réunissant de façon indissociable contenu et support, suppose l achat à l acte d une œuvre impossible à acquérir pour partie. Et le retour du produit non vendu par le libraire à son fournisseur est une pratique normale. Le livre numérique en tant que bien éditorial numérisé, présente la particularité de pouvoir être «transporté» par Internet. Internet est alors non seulement un canal de vente (constituée de différents sites e-commerce) mis également un canal d acheminement (fait d entrepôts et de plates-formes numériques). Le livre était certes, déjà vendu dans sa forme papier, par les moyens de la vente en ligne (dès 1995 aux Etats-Unis avec Amazon) mais sa forme numérique le projette dans une économie en réseau où chaque acteur peut entrer en contact avec n importe lequel des autres acteurs en court-circuitant le reste de la chaine. 10

12 Comme l indique Patino (2008, p.22), «le passage d une ligne à une grille, permettant la rencontre d acteurs que leur position, en amont ou en aval, ne met pas d ordinaire en relation, ouvre la porte à la suppression d intermédiaires. A tous les niveaux de la chaîne de valeur, la désintermédiation est possible.» L auteur peut entrer en contact direct avec le lecteur sans filtre éditorial, l éditeur peut vendre sans passer par des libraires, etc. Et, le livre numérique se prête également dans cette économie en réseau à des BM de type plateforme multi-faces qui mettent en relation divers intervenants (producteurs de contenus, distributeurs, lecteurs, annonceurs, etc.) et qui fonctionnent sur le principe des effets de réseau (Malin et Pénard, 2010 ; Osterwalder et Pigneur, 2010). Le marché du livre numérique est pour l heure en France un marché relativement modeste. Selon la dernière enquête de branche du SNE, les ventes de livre numériques auraient rapporté aux éditeurs en 2012, 82 millions d euros hors taxe ce qui représente 3% des ventes totales de livres (autour de 2,6 milliards). Il faut préciser que le marché est principalement composé de livres numériques homothétiques qui sont des copies numérisées des livres papier. Les livres numériques enrichis, qui comportent en sus d un texte, des images fixes ou animées, des sons et de la musique, ainsi que des renvois hypertextes vers Internet et autres bonus, se développent dans certains secteurs d édition (jeunesse, documentaires, beaux-livres) mais restent minoritaires en regard des livres homothétiques. Nous centrons donc nos propos dans cet article sur les livres numériques homothétiques tout en gardant à l esprit que ces livres enrichis sont en réalité des biens hybrides alliant plusieurs types de contenus et de services et pour lesquels il se pose la question de savoir si ce sont encore des livres (Benhamou et Guillon, 2010). 2.2 Géants du livre numérique versus éditeurs français Le marché du livre numérique fait nettement apparaitre une césure entre deux mondes : d un côté, les géants du livre numérique constitués d Amazon, d Apple et de Google ; de l autre, les grands éditeurs traditionnels convertis au numérique. Cette césure est très parlante en regard de l innovation de rupture : les premiers innovent dans une démarche proactive et prennent des positions dominantes dans un marché en émergence alors que les deuxièmes, acteurs historiques de l édition, restent d abord en retrait, très déstabilisés par 11

13 les stratégies des nouveaux entrants, puis se mettent au numérique en le vivant comme une extension de leur métier de base. Cette césure sur laquelle nous concentrons notre attention dans cette communication occulte d autres intervenants comme les petits éditeurs indépendants et les nouveaux éditeurs uniquement numériques, que certains ont tentés de répertorier et de classer, comme Romain Champourlier (voir la note du centre d analyse stratégique, n 270, mars 2012) et Lorenzo Soccavo (voir son blog). Pour ce dernier, l édition numérique francophone dénombrerait 150 acteurs, ce qui suppose une grande variété de stratégies : stratégies oligopolistiques sur des segments spécialisés, stratégies d intégration verticale, stratégies de simple diversification à partir des métiers antérieurs et stratégies de pure-players (Benhamou, 2012 ; Riot, 2013). De leur côté, les éditeurs traditionnels de taille moyenne ou grande convertissent en format numérique leurs fonds de catalogue, ce qui est assez simple pour les livres pour lesquels les auteurs ont fourni un «tapuscrit» et plus compliqué pour les livres pour lesquels il n existe pas de fichier informatique. Le problème s est posé notamment pour des œuvres du XXème siècle, pas encore tombées dans le domaine public et pour certaines orphelines (pas d ayants-droits identifiés), qui étaient de surcroît indisponibles en format papier. La plupart des éditeurs font paraître depuis deux ou trois ans, leurs nouveaux romans à la fois en numérique et en papier à chaque rentrée littéraire. Les éditeurs ont organisé leur offre numérique à partir de 2009 en créant des entrepôts à l image de ce qu ils faisaient avec le livre papier. Ces entrepôts sont chargés de stocker les fichiers de livres et leurs métadonnées, de les mettre à disposition des clients et de procéder à la facturation et au recouvrement pour le compte des éditeurs. Ainsi Hachette, groupe éditorial leader, rachète Numilog en 2008 pour en faire sa plate-forme de diffusion-distribution du livre numérique puis s en sépare en 2012 pour recentrer l ensemble de ses activités au sein de Hachette Distribution numérique, créé en Editis, numéro deux de l édition française, créé de son côté également E-Plateforme que le groupe Médias-Participation rejoindra quelques temps après. Quant aux éditeurs de taille moyenne, ils sont conduits, comme dans le livre papier, à s associer pour créer leur propre système de distribution : Gallimard et Le Seuil-Martinière créé ainsi Eden-Livres que Flammarion ralliera rapidement. Les maisons les plus petites sont 12

14 appelées à rejoindre les structures existantes ou bien à créer des structures communes (Iznéo notamment dans la bande-dessinée). Pour ce qui est de la triade américaine, il convient en premier lieu de préciser que leur entrée dans le livre numérique s est faite à des moments différents et de façon différente. Ainsi Amazon est présent dans la vente de livres (papier) en ligne depuis 1995 Aux Etats- Unis. Réfléchissant au produit le plus adapté à la vente électronique, Jeff Bezos, fondateur d Amazon, désigne le livre en raison de la multiplicité des références et des possibilités infinies de rayonnages offerts par un magasin virtuel. La présence européenne d Amazon débute en octobre 1998 avec l Allemagne et le Royaume-Uni puis la France en C est Amazon encore qui entre le premier dans la distribution de livres numériques en créant un service «ebooks» en novembre Puis le Kindle est commercialisé d abord aux Etats- Unis en 2007 puis fin 2011 en France. La firme prend une position monopolistique sur un marché naissant jusqu à l arrivée de l ipad en 2010 avec lequel elle va composer dans une grande rivalité concurrentielle. Le système Kindle consiste à coupler le catalogue avec un matériel de lecture propriétaire. Amazon propose de plus des livres numériques à prix cassés, en particulier pour les nouveautés. Elle étend ses services à l abonnement ouvrant droit à un nombre limité de locations en ligne et à l auto-publication avec le Kindle Direct Publishing. Elle investit également, plus tard, dans l édition de livres papier et numériques. Quand Apple commercialise l Ipad en 2010, il arrive trois ans après Amazon sur le marché du livre numérique si l on compte à partir de l année de sortie du Kindle, mais 10 ans si l on compte depuis la mise en place du service «ebooks» sur Amazon.com. Certes, il ne s agit pas tout à fait du même produit puisque le Kindle est une liseuse alors que l ipad est une tablette ayant des fonctionnalités plus larges que la seule lecture de textes. Le succès n est pas le même non plus! Car, Apple réussit à vendre 1 million d exemplaires de son ipad aux Etats-Unis en un mois alors qu il a fallu un an à Amazon avec le Kindle pour obtenir le même score. En revanche, Apple, comme Amazon, met en place un modèle de verrouillage consistant à vendre des matériels et à lier la possession de ceux-ci à l achat d œuvres sur un magasin dédié. Apple avait toutefois procédé de la manière dans le domaine de la musique téléchargée dix ans plus tôt : après avoir créé ipod en 2001, Apple donnait naissance en

15 à itunes selon le principe du modèle intégré, en proposant une interface intuitive et des titres à 0,99$. Dans le domaine du livre numérique, Amazon et Apple sont tous deux, à la fois fournisseurs de matériels et de contenus. Les possesseurs d ipad peuvent utiliser plusieurs plates-formes d approvisionnement : itunes et spécifiquement pour les livres, ibookstore ainsi que des applications hébergées par AppStore mais développées par des libraires et des éditeurs. L application Kindle est ainsi disponible sur l ipad. Déjà dominant sur le marché des moteurs de recherche, Google étend sa stratégie à l édition numérique à partir de Pour se positionner comme portail d accès à l édition numérique, Google mène deux types de négociations, avec les bibliothèques et avec les éditeurs (Benhamou et Guillon, 2010). Avec les bibliothèques, notamment les bibliothèques universitaires américaines, Google signe des accords de numérisation des fonds pour enrichir le catalogue numérique et améliorer l indexation. Google exploite ensuite ces fonds pour répondre aux requêtes des internautes. Avec les éditeurs, Google intervient à la fois pour indexer et pour vendre. Au départ, avec le «programme partenaires», Google Books permet seulement le feuilletage en ligne. Les éditeurs ayant signé les contrats correspondants, trouvent ainsi les moyens de favoriser la vente de livres papier avec l aide du moteur de recherche. Car celui-ci ne vend alors pas de livres. Ensuite, la proposition évolue. Google Edition se positionne en effet comme une offre de bibliothèque et de libraire en ligne. S agissant de la vente d un livre, Google prend en charge soit le seul support technologique (la transaction étant alors réalisée par un libraire ou un éditeur partenaire) soit l ensemble de la vente, en prélevant un pourcentage du chiffre d affaires, variable selon les tâches effectuées. Pour finir sur cette présentation des trois protagonistes du livre numérique, il importe de souligner qu aucun ne vient du monde de l édition. Le livre est pour eux une voie de diversification alors qu il constitue le cœur du métier des acteurs historiques de l édition et de la librairie. 14

16 2.3 Démarche méthodologique Le travail réalisé procède d une recherche exploratoire qualitative. Les données utilisées sont des données secondaires exclusivement. Elles se répartissent en trois types : - Rapports publics et avis d experts (15 documents) - Articles de presse (près de 50) - Communiqués d entreprises (autour de 20) L ensemble des documents a été analysé sur les principes de l analyse de contenu thématique (Bardin, 1998) dans le but de répondre à trois questions de recherche : - Quelles sont les règles historiques des acteurs en place, et plus précisément des éditeurs de taille moyenne et grande qui représentent les acteurs dominants du paysage éditorial français (Hachette, Editis, Gallimard, Flammarion, La Martinière-Le Seuil)? Quelle place prennent en particulier les relations inter-organisationnelles avec les libraires dans la formation de ces règles? - Quelles sont les nouvelles règles du jeu introduites par Amazon, Apple et Google? Existe-il des différences entre les trois entreprises sur ce plan ou bien y a-t-il une relative homogénéité? - Les règles du jeu historiques sont-elles en voie de disparition ou de régénération? L élaboration de la SC éditoriale du livre numérique telle qu elle existe aujourd hui s est-elle fait avec ou sans ces règles? Nous nous sommes appuyés sur notre grille des composantes des règles du jeu, issues de la revue de littérature, pour ce faire. Le corpus a ainsi été parcouru de trois manières différentes en fonction des trois objectifs de recherche énoncés plus haut afin de faire émerger les thèmes en lien avec la notion de règles du jeu. Il a nous semblées par ailleurs important d inscrire cette réflexion dans une approche longitudinale. Le livre numérique possède une histoire relative courte qui débute en France en 1998 avec les éditions 00h00 qui sont les premières à éditer des livres numériques. La chronologie des événements permet de mieux comprendre comment les stratégies d acteurs ont pu interagir les unes avec les autres. La délimitation géographique ne comprend pas seulement la France, compte tenu de la nature du bien étudié, mais s étend 15

17 aux Etats-Unis et à l Europe. Toute l analyse documentaire a permis non seulement de mieux comprendre ce que les règles du jeu pouvaient revêtir dans une industrie telle que l édition mais également d appréhender les stratégies des principaux protagonistes en matière de livre numérique. 3. Résultats : les règles historiques demeurent. Les résultats sont présentés dans cette troisième et dernière partie en deux temps. Tout d abord, les règles historiques et les règles nouvelles, qui résultent pour les premières, des principaux éditeurs traditionnels (livre papier) et les deuxièmes, des géants du livre numérique, sont définies en regard de la grille proposée à l issue de la revue de littérature puis comparées, afin de faire ressortir les différences les plus saillantes et apprécier l importance dans l un et l autre mondes, des relations inter-organisationnelles et du recours aux partenaires extérieurs. Ensuite, un deuxième résultat porte sur la SC du livre numérique mise en place par les éditeurs et leurs partenaires, en particulier libraires, dont nous précisons les caractéristiques. La présence de cette SC signifie déjà en soi que les règles historiques n ont pas disparu et qu elles ont même permis de créer une nouvelle organisation verticale. 3.1 Règles historiques et nouvelles règles : la confrontation de deux mondes De nombreux rapports publics paraissent régulièrement sur le livre, l édition, la librairie et la bibliothèque depuis la mise en place de la loi Lang en Mais l apparition du livre numérique a vraisemblablement accéléré la vague de publication. Il y a tout d abord le Rapport Livre 2010 de Sophie Barluet, paru en juin 2007, destiné à éclairer le décideur public sur les politiques à mener. «La nouvelle révolution de l accès à la culture qu on représentée le numérique et Internet après celle liée au développement des mass médias englobera-telle ainsi le livre?» se demande l auteur du rapport en introduction. Ensuite, le rapport Patino paru en 2008 sur le devenir numérique de l édition fait également une série de recommandations qui passe par la préservation de la propriété intellectuelle, clef de voute de l édition, et la détermination des prix de vente par les éditeurs. Enfin, en 2010, le rapport 16

18 Albanel, Pour un livre numérique créateur de valeur, pose cette question en introduction : «un monde nouveau, celui de l édition numérique, va-t-il renverser un monde ancien, fondé notamment sur le respect des droits des créateurs et des diffuseurs?». Après avoir évoqué «un sentiment d urgence», le rapport nomme, Google, Amazon et Apple dans cet ordre-là au titre des grands opérateurs internationaux. La figure n 5 établie à partir de notre revue de littérature permet d éclairer ce débat qui préoccupe non seulement les Pouvoirs publics mais également l ensemble des acteurs historiques du livre. Figure 5. Les règles du jeu : éditeurs vs géants Composantes des règles du jeu Les dotations de départ Les partenaires Les objectifs Les stratégies Règles historiques (éditeurs) Les auteurs. Les livres édités. Les libraires. Les pouvoirs publics. Concilier objectifs financiers et objectifs culturels Maîtrise des canaux de distribution. Stratégie de diversité éditoriale Nouvelles règles (géants du numérique) L accès aux réseaux L envergure mondiale (taille, notoriété ) Les consommateurs. Les éditeurs. Primauté des objectifs financiers sur les objectifs culturels Ecosystème fermé. Stratégie de baisse des prix / d accès sans limites aux œuvres Concernant les dotations de départ. Les auteurs constituent pour les éditeurs, la première des ressources. La capacité à recruter les auteurs et à les garder, constitue le cœur du métier d éditeur avec la mise au point de concepts éditoriaux (Bouvaist, 1991). Les livres édités constituent une ressource matérielle et financière et reflètent les compétences éditoriales. Les auteurs et les éditeurs sont des détenteurs de droits et à ce titre, réalisent un travail de création protégé par la propriété littéraire et artistique. Amazon, Apple et Google dispose d infrastructures d échange électroniques permettant la rencontre et la mise en relation d acheteurs et de vendeurs. Ces ressources leur permettent d avoir une maîtrise de la distribution et un contact direct avec les consommateurs (Moati, 2011). Or, selon le rapport Patino (2008) «une vigilance particulière doit notamment être portée à la concurrence nouvelle qui pourrait s exercer 17

19 entre les détenteurs de droits [ ] et les détenteurs d accès et de réseaux qui n ont pas forcément intérêt à la valorisation des droits de propriété intellectuelle» (p.5). En d autres termes, les éditeurs veulent avoir une protection maximale de leurs ressources stratégiques et la triade veut faire circuler des flux de livres sans entrave juridique. Deux exemples illustrent les tensions entre les deux parties à ce sujet, l un concernant Amazon et l autre, Google (Dacos et Mounier, 2010). Premièrement, en juillet 2009, des utilisateurs du Kindle s aperçoivent que deux titres d Orwell qu il avait achetés sous forme numérique, 1984 et la ferme des animaux, ont disparu de leur bibliothèque numérique. Amazon a en effet utilisé la connexion automatique entre la liseuse et son catalogue central pour effacer les fichiers des machines de ses clients. Amazon s est rendu compte qu il n avait pas les droits d exploitation numérique de ces titres alors qu ils les avaient déjà vendus. Il les a donc retirés de son catalogue ainsi que des machines utilisées par ses clients. Deuxièmement, Google a numérisé des ouvrages dont il ne possédait pas les droits dans le cadre de sa campagne lancée en L American Association of Publishers et l Authors Guild ont dénoncé une violation du Copyright Act et demandé à ce que Google renonce au système opt-out pour le système opt-in de façon à ce que leur autorisation soit requise non pas après la numérisation mais avant la numérisation. Concernant les partenaires. Les différences sont à nouveau très marquées entre les deux mondes. Les rapports publics analysés soulignent à quel point les éditeurs ont un destin lié à celui de la librairie. Pour Sophie Barluet (2007, p.6), «pour valoriser et faire vivre leurs fonds», les éditeurs ont besoin du «maintien d un tissu de librairies capables de continuer à offrir et mettre en valeur la diversité éditoriale». «Le sort des éditeurs est bien entendu lié à celui des libraires». Les liens entre éditeurs et libraires sont développés dans la composante stratégique des règles du jeu. Il y a un élément fondamental pour comprendre les relations éditeurs-libraires et qui permet de relier entre eux, trois partenaires clés du monde du livre, les éditeurs, les libraires et les Pouvoirs Publics. Cet élément est le prix unique du livre. Celuici est entré en vigueur en janvier 1982 par la loi Lang votée à la quasi-unanimité le 10 août Si cette loi peut être regardée sous l angle de ce qu elle interdit (des détaillants ne pouvant pas fixer le prix de vente ni le faire varier en dehors de marges réduites, les éditeurs 18

20 en obtenant la prérogative), elle gagne surtout à être regardée sous l angle de ce qu elle autorise (Rouet, 1993) : un renforcement des interdépendances économiques et culturelles, entre édition et librairie, par l adhésion au principe de péréquation (voir supra : la composante «objectifs» des règles du jeu). Dans les nouvelles règles du jeu, instaurées par les géants du numérique, les libraires sont exclus. La désintermédiation joue à plein dans leurs systèmes de distribution. Ils réduisent la diversité des canaux de distribution et accaparent les rentes. Les éditeurs en revanche demeurent. Amazon, Google et Apple ont en effet besoin des éditeurs comme fournisseurs. Ils vendent en effet dans leurs réseaux, des livres numérisés dont ils souhaitent que le nombre soit le plus grand possible puisque l étendue de l offre est un facteur clé de succès dans la vente en ligne (Benghozi, 2001). Or, s ils sont bien eux-mêmes éditeurs, ils ne le sont pas dans des proportions suffisantes pour satisfaire les consommateurs. De même, les éditeurs ont intérêt à commercer avec ces importants clients de réputation et d envergure mondiale. Les éditeurs sont ainsi dans des relations de coopétition avec Amazon, Apple et Google, c est-à-dire à la fois de coopération et de compétition 1. Concernant les objectifs. Alors que les éditeurs cherchent dans l ensemble à concilier les objectifs économiques et culturels, dans un principe qu ils dénomment «péréquation», les géants du numérique qui tous les trois saisissent l opportunité du livre numérique pour diversifier leurs activités, donnent la primauté aux objectifs financiers. En effet, le principe de péréquation consiste à rechercher une rentabilité globale, celle du catalogue pour l éditeur et celle de l assortiment pour le libraire, afin de permettre à des titres peu ou pas rentables d être produits et commercialisés. Ce principe est énoncé par Diderot au XVIII è dans Lettre sur le commerce de la librairie : «Un fonds de librairie est une possession d un nombre plus ou moins considérable de livres propres à différentes états de la société, et assorti de manière que la vente sûre mais lente des uns, compensée avec avantage avec la vente aussi sûre mais plus rapide des autres, facilite l accroissement de la première possession». On voit poindre dans 1 Ce point est abordé dans tout notre développement. Mais nous pouvons préciser ceci. La stratégie d Amazon, Apple et Google consiste à maîtriser l ensemble de la supply chain du livre : à la fois les fonctions d intermédiation que les éditeurs ont classiquement, pour le livre papier, pris l habitude de prendre en charge et de gérer pour l ensemble des membres et plus en amont encore, les fonctions d édition ou plutôt d autoédition (Kindle Direct Publishing, ibooks Author, etc.). 19

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD

LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD LA CHARTE DU LIVRE POUR QUE CHACUN PUISSE LIRE CE QU IL VEUT, QUAND IL VEUT, DANS LE FORMAT DE SON CHOIX. #MYNEXTREAD 2 I Charte du livre EIBF La fédération européenne et internationale des libraires représente

Plus en détail

Le Prix unique du livre à l heure du numérique

Le Prix unique du livre à l heure du numérique Le Prix unique du livre à l heure du numérique Mathieu Perona et Jérôme Pouyet École d économie de Paris CEPREMAP Vendredi 21 mai 2010 Sommaire Introduction : pourquoi parler du prix unique? La chaîne

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce

Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Maîtriser la diffusion de son catalogue e-commerce Lorraine Un site marchand est sans cesse en recherche de moyens pour développer son activité. Au-delà de l optimisation de la boutique, il est possible

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale

PEOPLE BASE CBM. Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale PEOPLE BASE CBM Compensations & Benefits Management Conseil et solutions logicielles en rémunérations et politique salariale Présentation du cabinet PEOPLE BASE CBM (Compensations and Benefits Management)

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée PARTICIPANTS PLATEFORMES Allomusic VOD Mania Vaziva Orange Vidéo @ Volonté Beezik Universal Ecompil Fnac Arte VOD Quickpartitions Alter Musique Qobuz Every

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13

FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 titre trop long FICHE N 8 «Lire-écrire-publier» à partir des ressources en ligne de la BnF : un atelier éditorial Pascale Hellégouarc h, université Paris 13 Niveau et thème de programme Terminale L, «Lire-écrire-publier»

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

Une nouvelle activité de l Efma dédiée au Développement de la performance des réseaux bancaires et d assurance

Une nouvelle activité de l Efma dédiée au Développement de la performance des réseaux bancaires et d assurance Ce document est confidentiel et destiné uniquement aux clients d Efma Performance Réseaux Une nouvelle activité de l Efma dédiée au Développement de la performance des réseaux bancaires et d assurance

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES :

L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES : L ECHEC EUROPÉEN DE L INNOVATION SUR LES SERVICES MOBILES : (Synthèse) Mobile Service Innovation: A European Failure Arnd Weber, Michael Haas, Daniel Scuka Published in: Telecommunications Policy, Volume

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux Foire aux questions SAP Learning Hub, édition User Adoption SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux SAP Learning Hub est une

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Étude de cas. Le paysage du livre en constante évolution. Avril 2012

Étude de cas. Le paysage du livre en constante évolution. Avril 2012 Étude de cas Services de développement commercial Avril 2012 Le paysage du livre en constante évolution Le Groupe HF tire parti des services à valeur ajoutée de Xerox pour loancer la division Book Partners

Plus en détail

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Sommaire Organisation et fonctionnement de l'entreprise... 1 Les principales fonctions de l entreprise... 2 La notion de structure... 3 Caractéristiques d

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises

Sage CRM. Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises Sage CRM Customer Relationship Management (CRM) pour petites et moyennes entreprises La clé de votre succès. Sage CRM, en tant que solution CRM primée, livre aux petites et moyennes entreprises dans le

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

1 TiteLive/ePagine - Offre numérique. Chers libraires,

1 TiteLive/ePagine - Offre numérique. Chers libraires, 1 TiteLive/ePagine - Offre numérique Chers libraires, Vous êtes aujourd hui confrontés à l introduction du livre numérique dans votre domaine d activité et beaucoup parmi vous s interrogent quant aux bonnes

Plus en détail

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation

Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Master class : Comment faire croitre votre entreprise par l innovation Document de Présentation Dakar, le 12 Novembre 2014 Présentation faite par Jean Louis PORTELLA Copyright VIZEUM M.C 1 L innovation

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

La librairie, repères économiques

La librairie, repères économiques La librairie, repères économiques Un objet statistique incertain La librairie est mal cernée au plan statistique. À la différence de l édition, elle ne bénéficie ni d un code d activité propre au sein

Plus en détail

Focus : Des bibliothèques dans l'économie du livre (droit de prêt, copie privée, acquisitions papier et numérique) au prêt de livres numériques

Focus : Des bibliothèques dans l'économie du livre (droit de prêt, copie privée, acquisitions papier et numérique) au prêt de livres numériques Focus : Des bibliothèques dans l'économie du livre (droit de prêt, copie privée, acquisitions papier et numérique) au prêt de livres numériques Limoges, 1 décembre 2014 Les bibliothèques dans l économie

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE ÉTUDIER - CRÉER PROTÉGER - MONÉTISER é PNO Consultants sas 7 rue Rouget de L Isle 75001 Paris 01.44.77.91.00 france@pnoconsultants.com Introduction Qui est PNO? Créé en

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Devenez agent international accrédité

Devenez agent international accrédité Devenez agent international accrédité Du réseau CIOA L import Export collaboratif Introduction Le réseau de co-développeurs CIOA Le co-developpement constitue à la fois une voie alternative pour le développement

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

Réussir la mise en place des entretiens professionnels

Réussir la mise en place des entretiens professionnels Réussir la mise en place des entretiens Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. Figurant parmi les

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

VENDRE EN LIGNE SUR UNE PLACE DE MARCHE

VENDRE EN LIGNE SUR UNE PLACE DE MARCHE Les places de marché sur Internet (ou «marketplaces») existent depuis le début des années 1990. Le développement du e-commerce a néanmoins créé un nouveau modèle de place de marché au début des années

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution

Chapitre 21 Les objectifs de la distribution et le rôle du réseau I. Les finalités de la distribution I. Les finalités de la distribution 1. La maîtrise des flux La mise à disposition des produits au consommateur final est réalisée par un enchaînement d opérations qui se matérialisent par des flux. Schématiquement,

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Les enjeux des domaines skiables européens Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Par Laurent Reynaud Délégué Général de Domaines Skiables de France Représentant de la FIANET Fédération Internationale des

Plus en détail

Infrastructure technique

Infrastructure technique Infrastructure technique d une chaîne de TV Comment les nouvelles technologies transforment l audiovisuel, de la production à la diffusion Jean-Michel Mariani Groupe Eyrolles, 2003, ISBN 2-212-11353-6

Plus en détail

Pour incarner cette vision, TEA diffuse aujourd hui un «Manifeste des droits du lecteur numérique».

Pour incarner cette vision, TEA diffuse aujourd hui un «Manifeste des droits du lecteur numérique». Paris le 8 mars 2012 - Les Groupes Cultura, Decitre, Rue du Commerce et la SSII Smile annoncent aujourd hui le lancement de «TEA, The Ebook Alternative», la première plateforme open source de distribution

Plus en détail

guide de création pour ebooks et projets de livres avec mybod

guide de création pour ebooks et projets de livres avec mybod guide de création pour ebooks et projets de livres avec mybod Bienvenue sur mybod! En vous enregistrant, vous venez d ouvrir toutes les portes de l auto-édition moderne pour vos ebooks et livres imprimés.

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Qu est-ce qu un livre numérique?

Qu est-ce qu un livre numérique? Le livre numérique Ce tutoriel peut être utilisé comme une introduction au concours «Bookin avec nous». Il présente en quelques slides les différents concepts associés au livre numérique et permet de mieux

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE Plan de la présentation SI pour les niveaux hiérarchiques Types de décision Systèmes opérationnels Systèmes du management opérationnel Systèmes stratégiques Article de

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Création de sites Internet Mise à jour de sites existants

Création de sites Internet Mise à jour de sites existants Création de sites Internet Mise à jour de sites existants Mise à jour de pages ponctuelles Applications iphone, ipad, Android Aide à l impression à la demande Correction de manuscrits Qu est-ce qu un site

Plus en détail

Le numérique : enjeux des questions de concurrence. Anne Perrot C ulture-médias & Numérique Nouvelles questions de concurrence Paris, 8 janvier 2011

Le numérique : enjeux des questions de concurrence. Anne Perrot C ulture-médias & Numérique Nouvelles questions de concurrence Paris, 8 janvier 2011 Le numérique : enjeux des questions de concurrence Anne Perrot C ulture-médias & Numérique Nouvelles questions de concurrence Paris, 8 janvier 2011 Introduction Le monde numérique occupe une part croissante

Plus en détail

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe

3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe 3 propos illustrant la transformation numérique de PagesJaunes Groupe! Un média hyper local accompagnant la transformation digitale de la communication de ses clients! En interne, le Groupe propose des

Plus en détail

Introduction : LES CHAMPS DU POSSIBLE DU MARKETING MOBILE... 1. Partie I : ACTEURS, USAGES ET PARTICULARITÉS DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE

Introduction : LES CHAMPS DU POSSIBLE DU MARKETING MOBILE... 1. Partie I : ACTEURS, USAGES ET PARTICULARITÉS DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE Introduction : LES CHAMPS DU POSSIBLE DU MARKETING MOBILE....... 1 Partie I : ACTEURS, USAGES ET PARTICULARITÉS DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE Chapitre 1 : LES ACTEURS ET LES USAGES DE LA TÉLÉPHONIE MOBILE.....

Plus en détail

Agence pour la création d entreprises

Agence pour la création d entreprises Ce document permet de décrire votre modèle économique en toute simplicité. La méthode présentée est celle développée dans l ouvrage : «Business Model Nouvelle Génération» d Alexander Osterwalder et Yves

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Dans cette nouvelle version, Librisoft intègre des fonctions qui vous permettront de vendre des produits numériques.

Dans cette nouvelle version, Librisoft intègre des fonctions qui vous permettront de vendre des produits numériques. Dans cette nouvelle version, Librisoft intègre des fonctions qui vous permettront de vendre des produits numériques. L activation de ces nouvelles fonctions, qui s appuient sur les services proposés par

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Une expérimentation de cartographie littéraire numérique du territoire français LE SERVICE

Une expérimentation de cartographie littéraire numérique du territoire français LE SERVICE Une expérimentation de cartographie littéraire numérique du territoire français LE SERVICE GéoCulture La France vue par les écrivains est un service numérique, interactif et gratuit reposant sur le principe

Plus en détail