La Cour d appel se prononce en matière de fraude de l assuré

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Cour d appel se prononce en matière de fraude de l assuré"

Transcription

1 Octobre 2005 Bulletin d information Volume 7, no 10 Assurance de personnes La Cour d appel se prononce en matière de fraude de l assuré Par M e Geneviève Faribault, avocate * Union-Vie (L ), cie mutuelle d assurances c. Laflamme, , J.E , REJB , [2005] R.R.A. 332 (C.A.), juges Beauregard, Morin et Rayle 2 février Quand une déclaration fausse de l assurée devient-elle une fraude? C est la question qui a été soumise à la Cour d appel dans l affaire Laflamme. Cocaïne Julie Laflamme et Alain Rousseau sont les père et mère d une fille née en Le 23 octobre 1998, ils rencontrent un conseiller en sécurité financière, car ils désirent souscrire une assurance sur la tête de leur fille. Lors de cette rencontre, le conseiller en sécurité financière convainc Alain Rousseau de souscrire également une assurance sur sa tête. Il est intéressant de noter que ce conseiller avait à maintes reprises tenté de convaincre Alain Rousseau de souscrire une assurance sur sa tête; toutes ces tentatives avaient échoué. Lors de la rencontre du 23 octobre 1998, le conseiller pose, entre autres, la question suivante à Alain Rousseau. «Avez-vous fait usage d héroïne, morphine, cocaïne, barbituriques, amphétamines, LSD, marijuana ou autres drogues ou narcotiques analogues, sauf sur ordonnance d un médecin?» Alain Rousseau répond négativement à cette question. Cette réponse est fausse, car depuis l adolescence, Alain Rousseau consomme des drogues. Le décès d Alain Rousseau survient le 27 septembre 2001, à savoir, plus de deux ans suivant l établissement de l assurance sur sa tête. La Cour supérieure doit donc déterminer s il y a eu fraude étant donné le libellé du premier alinéa de l article 2424 C.c.Q. : «En l absence de fraude, la fausse déclaration ou la réticence portant sur le risque SOMMAIRE ASSURANCE DE PERSONNES Déclaration frauduleuse de l'assuré... 1 Prolongation de couverture après un régime collectif... 8 ASSURANCE AUTOMOBILE Nouvelles règles au T.A.Q DROIT DE LA FAMILLE Suivi législatif... 8 DROIT IMMOBILIER Servitude de stationnement ou «bon voisinage»?... 3 Responsabilité du syndicat envers un copropriétaire... 7 NOTE DE LA RÉDACTION Ce bulletin accompagne les mises à jour suivantes : Feuilles mobiles Octobre 2005 CD-Rom Novembre 2005

2 Rédaction : François-Daniel Brodeur, Droit corporatif canadien et québécois, Charte canadienne des droits et libertés, Contrôle de l'action gouvernementale M e Carole Paquette, Droit immobilier québécois, Droit de la famille québécois et L assurance de personnes au Québec Collaboration : M es Geneviève Faribault, Mario Naccarato et Janick Perreault Coordination : François Brodeur Infographie : Pierrette Boulais Production : Impression : FalconPress Distribution : TTS Distributing Inc. Publication : PUBLICATIONS CCH LTÉE 7005, boul. Taschereau, bureau 190 Brossard (Québec) J4Z 1A7 Téléphone : (450) Sans frais : Fréquence : 12 fois l an Collection du Juriste est compris dans l abonnement annuel aux publications suivantes : Droit de la famille québécois, Charte canadienne des droits et libertés, L assurance de personnes au Québec, Droit immobilier québécois, Droit corporatif canadien et québécois. Droits réservés : Cet ouvrage ne peut être reproduit en tout ou en partie par quelque moyen que ce soit sans l autorisation écrite de l éditeur. Dénégation de responsabilité : Personne ne peut invoquer le contenu de cette publication sans avoir préalablement obtenu l avis d un professionnel qualifié. L éditeur, les auteurs et les rédacteurs ne sont pas responsables de toutes actions et décisions entreprises sur la base de l information contenue dans cette publication, pas plus qu ils ne peuvent être tenus responsables des erreurs ou des omissions qui auraient pu s y glisser. L éditeur ne fournit pas de services juridiques, comptables et fiscaux, de conseils ou d avis professionnels et recommande la consultation d un professionnel si des conseils s avèrent nécessaires. Numéro de convention Poste-publications: Assurance de personnes ne peut fonder la nullité ou la réduction de l assurance qui a été en vigueur pendant deux ans». Selon le juge de la Cour supérieure, il n y a pas eu fraude et ce, entre autres, pour les raisons suivantes : Il n y a eu aucune préméditation de la part de Alain Rousseau pour obtenir de l assurance. En effet, ce dernier avait dans le passé, à maintes reprises, refusé de souscrire de l assurance sur sa tête et ce, malgré l insistance du conseiller en sécurité financière. Alain Rousseau veut dissimuler à sa conjointe, Julie Laflamme, le fait qu il consomme de la drogue. En effet, Julie Laflamme a été très claire dans le passé; elle mettra fin à sa relation avec Alain Rousseau s il consomme de la drogue. Dans la proposition d assurance, il y a une clause qui stipule ce qui suit : «Toute fausse déclaration relative à l usage du tabac ou dérivés du tabac entraînera automatiquement la résiliation du contrat émis». Selon le juge de la Cour supérieure, cette clause pouvait laisser croire à Alain Rousseau qu une fausse déclaration relative à l usage de la drogue n aurait pas la même conséquence. Le conseiller en sécurité financière avait informé Alain Rousseau que l assureur consulterait son dossier médical et Alain Rousseau savait que toutes les informations ayant trait à sa consommation de drogue étaient colligées dans son dossier médical. Le juge conclut donc que la fausse déclaration de Alain Rousseau relativement à sa consommation de drogue ne constitue pas une fraude en vertu de l article 2424 C.c.Q. En effet, Alain Rousseau n avait aucune intention de tromper l assureur. Par conséquent, une simple fausse déclaration sans preuve de fraude ne peut entraîner la nullité d une police d assurance vie qui a été en vigueur depuis plus de deux ans au moment du décès. L assureur doit donc verser le capital assuré de la police à Julie Laflamme. La décision de la Cour d appel La Cour d appel ne partage pas la conclusion du juge de la Cour supérieure. Selon la Cour d appel, il y a eu fraude. En fait, la Cour d appel rejette les faits retenus par la Cour supérieure. Ces faits sont les suivants : Le fait que la rencontre avec le conseiller en sécurité financière n a pas été organisée à la demande de l assuré n est pas un fait pertinent. Le fait qu il y avait absence de préméditation de la part de l assuré n est pas pertinent. En effet, la rencontre avec le conseiller en sécurité financière avait pour but de souscrire de l assurance sur la tête de la fille de l assuré et non sur la tête de l assuré. Le fait que l assuré aurait répondu ne pas consommer de drogue afin de ne pas avouer à sa conjointe qu il consommait de la cocaïne n est pas pertinent. Le fait que l assureur ait mentionné dans la proposition qu une fausse déclaration d un assuré qu il est un non-fumeur pouvait entraîner la résolution du contrat d assurance ne permettait pas à l assuré dans le présent cas de penser qu il pouvait mentir sur sa propre consommation de drogue et que ce mensonge n aurait aucune conséquence juridique. Le fait que l assuré se soit fait dire par le conseiller en sécurité financière que l assureur demanderait probablement un rapport à ses médecins n est pas pertinent. En effet, une personne raisonnable qui souscrit de l assurance ne peut pas présumer que l assureur va découvrir qu elle a menti. Par conséquent, la Cour d appel conclut que l assureur n a pas à verser le capital assuré de la police à Julie Laflamme. * L auteure est avocate et vice-directrice du contentieux à la Standard Life. 2 Collection du juriste - Octobre 2005

3 Immobilier Servitude de stationnement ou simple accord de bon voisinage? Par M e Mario Naccarato, LL.M., avocat* Canada Inc. c. Centre de loisirs de Pierrefonds enr., , J.E , EYB , juges Rochette, Doyon et Bich, 14 avril Des commerçants voisins qui décident de mettre en commun leurs espaces de stationnement entendent-ils créer des servitudes durables ou simplement s avantager personnellement? Tout dépend du libellé de l acte qui crée ce droit et de l intention des parties. Centre commercial En novembre 1960, un centre commercial est en construction dans la Ville de Pierrefonds. Les immeubles qui composent le centre commercial seront acquis par des ayants droits, les parties en la présente cause. Hillsdale et Island sont les auteurs de l intimé (Centre de loisirs) alors que Vida est l auteur de l appelante (151692). Le 25 novembre 1969, les ayants causes des parties signent un contrat appelé «Servitude Agreement». La première clause du contrat se lit comme suit : 1 It is the intention of Vida and Hillsdale and Island that the parking lot property and the vacant areas of the land surrounding the buildings now erected on Vida s property and on the present Shopping Centre property serve as a common parking lot for the free use of the lessees of the stores in the said buildings, their employees and patrons only and to this purpose Vida, on the one hand and Hillsdale and Island collectively on the other hand hereby establish and impose each in favour of the other, upon Vida s property in favour of the present Shopping Centre property and upon the parking lot property and the present Shopping Centre property in favour of Vida s property the following mutual and reciprocal servitudes, namely : i) A servitude of right of passage on foot and with animal and vehicles at all times over and upon Vida s property, the parking lot property and the present Shopping Centre property (except as hereinafter limited and restricted); ii) A servitude of the right in favour of Vida and Hillsdale and Island collectively, their respective assigns and legal representatives, including the lessees of the said stores and employees and patrons thereof of the right at all times to park automobiles and other vehicles on Vida s property, the parking lot property and the present Shopping Centre property (except as hereinafter limited and restricted); Le centre commercial est exploité pendant plusieurs années mais sa rentabilité n est jamais acquise. Les principaux locataires quitteront, des nouveaux les remplaceront et le centre est toujours exploité comme Centre commercial. Ainsi, l utilisation commune et réciproque des espaces de stationnement se poursuit jusqu en 2002, lorsque Centre de loisirs présente une requête pour jugement déclaratoire. Les faits l incitant à agir ainsi sont que les clients d un des locataires voisins envahiraient le stationnement et occuperaient les espaces les plus intéressants, le tout au préjudice de ses propres locaux. La requérante-intimée Centre de loisirs invoque l acte notarié du 25 novembre 1960 et soutient que les servitudes de passage et de stationnement ne constituent pas des servitudes réelles, mais bien des servitudes personnelles. Or, les parties au contrat ont cessé l exploitation commune du Centre commercial en 1985, ce qui a emporté la fin de la servitude. Les prétentions exactes de l appelante-intimée ne sont pas étayées bien que l on puisse à tout le moins croire qu elle nie les prétentions de la requérante. En Cour supérieure La juge Lebel de la Cour supérieure accueille la requête pour jugement déclaratoire et conclut au caractère personnel des servitudes en cause. Pour l essentiel, la Cour supérieure réfère aux quatre dernières clauses de l acte qui «sont essentiellement fonction de l opération de commerces de détail et de l opération d un centre commercial». De surcroît, la juge ajoute que le contexte prévalant lors de la signature de l acte de vente n est plus le même de sorte que même si la servitude avait été réelle, elle serait éteinte par la cessation des activités prévalant alors. En appel La Cour d appel accueille l appel, infirme la décision a quo et déclare que les droits de passage et de stationnement stipulé à la clause 1 de l acte intervenu le 25 novembre 1960 constituent bien des servitudes réelles opposables à la requérante. S appuyant sur deux arrêts récents de la Cour d appel, le juge Rochette en vient à la conclusion que les éléments nécessaires à la création d une servi- Collection du juriste - Octobre

4 Immobilier tude réelle se trouvent à l acte intervenu entre les parties. 1 Les éléments requis sont 1 deux fonds de terre voisins, 2 appartenant à deux propriétaires différents, 3 qui accordent un avantage à l un des fonds, le fond dominant, obligeant le propriétaire du fond servant à accepter ce qui serait autrement un empiètement sur son terrain et 4 servitude qui est perpétuelle par sa nature. Ensuite, le juge Rochette précise que l interprétation d un acte de servitude requiert comme tout autre contrat la recherche de l intention des parties plutôt qu un arrêt au sens littéral des termes (art C.c.Q.). Une intention clairement exprimée ne pose pas de problème. En revanche, lorsque le sens de l acte est ambigu, l interprétation doit être restrictive et favorable au fond servant. 2 Le juge Rochette ajoute que le caractère perpétuel de la servitude réelle se présume et ne doit pas être stipulé, bien que les parties peuvent convenir d un terme sans pour autant que cela fasse perdre son caractère réel à la servitude. En l espèce, la Cour d appel se dit d abord d avis que les termes de la clause 1 du contrat intervenu entre les parties sont clairs : «La nature réelle de la première [clause] est incontestable alors que les tribunaux n ont pas hésité à donner la même qualification à des servitudes de stationnement» (par. 35 du jugement). C est ainsi qu il y aurait, aux termes de cette clause, un droit réel de jouissance et non d un simple droit d exiger au propriétaire du fond servant qu ils fournissent un droit de passage. Contrairement aux servitudes réelles, la servitude personnelle est créée au profit des personnes mentionnées à l acte et non du fonds de terrain. En l espèce, les servitudes créées le sont «pour permettre la libre circulation et le stationnement librement, sur toute la propriété des auteurs des parties visées à l acte de servitude, sans égard aux commerces fréquentés, à l évidence pour maximiser l exploitation commerciale des lots des parties, donc à l avantage des deux fonds» (par. 39 du jugement). Enfin, en supposant même que l intention commune des parties laissait planer un doute, les circonstances et les agissements des parties ne favoriseraient pas la thèse du caractère personnel des servitudes. De plus, il paraît curieux à la Cour que la partie niant le caractère réel de la servitude ait intenté son recours dix-sept ans après son acquisition de l immeuble concerné. Obiter La Cour d appel ajoute qu une servitude réelle est perpétuelle sans SOYEZ TOUJOURS AU COURANT! Avec CCH en ligne, l information est mise à jour quotidiennement, du bureau de l éditeur au vôtre. Pour en savoir plus, composez le qu il soit besoin de l indiquer à l acte qui la constitue. Un terme peut cependant être stipulé, sans que cela implique nécessairement un caractère personnel. Autrement dit, une servitude peut être réelle avec échéance, par exemple lors de la cessation d un usage commercial, ce sur quoi la cour ne se prononce cependant pas. Commentaires Une première remarque d ordre linguistique s impose. La Cour d appel emploie les locutions «servitude réelle» et «servitude personnelle» alors que le Code civil du Québec n emploie que le mot «servitude», réservé à la servitude dite réelle. Il est à noter que certains auteurs nient l existence de la servitude dite personnelle au profit des expressions «servitude innomée» ou «droit réel innomé». Sur le fond, l arrêt est limpide et fait un juste résumé de l état de la jurisprudence en matière de servitudes. Par ailleurs, au niveau des règles d interprétation de la volonté des parties, la Cour accorde beaucoup d importance au délai écoulé avant que la requérante ne se décide à invoquer l inopposabilité de la clause à son endroit. Il est toutefois suggéré, pour éviter toute ambiguïté, de préciser le caractère de la servitude en nommant le ou les bénéficiaires (le fond ou le propriétaire) et, le cas échéant, le terme s il en est. * L auteur est chercheur au Centre de recherche en droit privé et comparé du Québec, McGill University. 1 Par. 29 du jugement. Les arrêts cités sont : Gale c. Fillion, [1993] R.L. 216 (C.A.); Girard c. Ménard, [1995] R.D.I. 24 (C.A.). 2 Par. 30 du jugement. Un série d arrêts sont cités : Épiceries unis Métro-Richelieu c. Standard Life Assurance Co., [2001] R.J.Q. 587 (C.A.). 4 Collection du juriste - Octobre 2005

5 Assurance automobile Analyse Indemnisation des accidentés de la route Nouvelles règles au Tribunal administratif du Québec Par M e Janick Perreault, avocate La Loi sur la justice administrative a récemment été modifiée 1. Certains changements concernent plus particulièrement les victimes d accidents de la route puisqu ils ont un impact sur le processus de réclamation des indemnités. La demande de révision En vertu de la Loi sur l assurance automobile, une décision rendue par l agent d indemnisation de la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) doit être motivée et communiquée par écrit à la personne intéressée. Elle doit en outre l aviser de son droit de demander une révision. Une décision rendue par le Bureau de révision de la SAAQ peut à son tour être contestée devant le Tribunal administratif du Québec. Ce processus occasionne bien sûr des délais. Suite aux dernières modifications de la Loi sur l assurance automobile, le fonctionnaire devra également aviser la personne qu elle peut directement contester la décision de l agent devant le Tribunal administratif du Québec et ce, sans attendre que le Bureau de révision ait statué sur sa demande 2. En effet, dorénavant, il sera permis à la victime de contester une décision devant le Tribunal administratif du Québec si le Bureau de révision n a toujours pas disposé de la demande dans les 90 jours suivants sa réception, sous réserve de certaines conditions. C est ce que prévoit le nouvel alinéa deux de l article : «En outre, une personne peut contester devant le Tribunal la décision dont elle a demandé la révision si la Société n a pas disposé de la demande dans les 90 jours suivant sa réception, sous réserve de ce qui suit : 1 0. Lorsque la personne qui a demandé la révision a requis un délai pour présenter ses observations ou produire des documents, le délai de 90 jours court à partir de cette présentation ou de cette production; 2 0. Lorsque la Société estime qu un examen par un professionnel de la santé ou la transmission de documents est nécessaire à la prise de la décision, le délai est prolongé de 90 jours; la personne qui a demandé la révision doit en être avisée. 3 Cette modification concerne également les dossiers en cours; il a été prévu que toute disposition de la loi introduisant un nouveau recours en contestation devant le Tribunal administratif du Québec d une décision initiale prise par une autorité administrative est applicable aux demandes de révision faites avant la date de son entrée en vigueur, comme si les demandes avaient été reçues à cette date 4. Donc, tous les litiges qui sont pendants devant le Bureau de révision, au moment de l entrée en vigueur de cette loi, et qui ne sont pas réglés dans un délai de 90 jours, pourraient faire l objet d un recours devant le Tribunal administratif du Québec. Le recours devant le Tribunal administratif du Québec Le recours devant le Tribunal est formé par requête dans les 60 jours de la notification de la décision, lorsque le recours concerne les matières traitées par la Section des affaires sociales. Toutefois, aucun délai n est applicable dans le cas d un recours résultant du défaut de l autorité administrative de disposer d une demande de révision dans le délai fixé par la loi 5. En 1998, l article 106 de la Loi sur la justice administrative avait élargi le critère permettant d accorder une prorogation de délai. L ancien critère de l «impossibilité en fait d agir plus tôt» 6 avait été remplacé par celui de «motifs sérieux et légitimes» 7, joint à l absence de préjudice grave infligé aux autres parties. Récemment, ce critère a de nouveau été modifié en allégeant encore une fois le fardeau du requérant. Selon le libellé du nouvel article 106 8, des «motifs raisonnables» suffisent dorénavant pour être relevé du défaut de respecter un délai. Prolongation de délai De plus, l article 106 de la Loi sur la justice administrative limitait la prolongation de délai à une période de 90 jours. La jurisprudence relevant de la Section des affaires sociales était unanime sur le fait que le Tribunal administratif du Québec n avait pas compétence pour relever une partie du défaut d agir dans le délai imparti à l expiration de ce délai supplémentaire de 90 jours, même en présence de motifs sérieux et légitimes. Le projet de loi 103 9, par la suppression du deuxième alinéa de l article 106, met fin à cette limite de prolongation du délai. Le nouvel article 106 édicte : «Le Tribunal peut relever une partie du défaut de respecter un délai prescrit par la loi si cette partie lui démontre qu elle n a pu, pour des motifs raisonnables, agir plus tôt Collection du juriste - Octobre

6 Assurance automobile et si, à son avis, aucune autre partie n en subit de préjudice grave. Conciliation obligatoire Jusqu à présent, des séances de conciliation étaient possibles avec le consentement des parties 10. L invitation à participer à une séance de conciliation pouvait aussi être faite lors d une conférence de gestion 11 auquel cas, les parties étaient tenues d y participer 12. En vertu des dernières modifications législatives, le nouvel article de la Loi sur la justice administrative énonce que, sur réception par le Tribunal d une copie d un dossier en matière d indemnité ou de prestation, le président, le vice-président responsable de la section concernée ou le membre désigné par l un d eux doit, si la matière et les circonstances d une affaire le permettent, offrir aux parties la tenue d une séance de conciliation par un membre ou un membre du personnel choisi par le président du Tribunal ou la personne qu il désigne 13. Ainsi, alors que le Tribunal pouvait convoquer les parties à une séance de conciliation, il devra désormais le faire. Rappelons que le but de la conciliation est d aider les parties à communiquer, à négocier, à identifier leurs intérêts, à évaluer leurs positions et à explorer des solutions mutuellement satisfaisantes 14. Une indemnité additionnelle C est sur réception du dossier que les parties sont convoquées à une conciliation. Les autorités administratives dont la décision est contestée doivent transmettre au Tribunal copie du dossier relatif à l affaire, dans les 30 jours de la réception de la copie de la requête. Certaines autorités administratives faisaient lamentablement défaut de respecter ce délai. Or, en vertu du N attendez plus vos mises à jour : elles sont sur votre écran tous les matins! nouvel article de la Loi sur la justice administrative 15, un tel défaut permet au requérant de demander une indemnité qui apparaît juste et raisonnable compte tenu des circonstances de l affaire et de la durée du retard. Représentation par avocat Ajoutons que lors de l enquête et de l audition, en matière d indemnisation des victimes d accident d automobile, les parties ne peuvent être représentées que par un avocat 16. Dans certaines autres matières, des nonavocats peuvent agir devant le Tribunal administratif du Québec; toutefois, le nouvel article stipule que le professionnel radié, déclaré inhabile à exercer sa profession ou dont le droit d exercer des activités professionnelles a été limité ou suspendu en application du Code des professions ou d une loi professionnelle ne peut agir comme représentant. Décideur unique Un membre seul est appelé à siéger lorsqu il y a lieu de décider des mesures relatives à la gestion des recours ou des questions qui sont incidentes à ceux-ci 18. Le Tribunal peut également, lorsqu il l estime utile prévoir une formation d un seul membre pour entendre et décider des recours qui ne soulèvent pas de difficultés particulières et ne nécessitent pas une double expertise 19. Inamovibilité Finalement, notons que les membres du tribunal administratif du Québec se voient dorénavant accorder l inamovibilité. Jusqu à tout récemment, la durée normale du mandat d un membre était de cinq ans, lequel pouvait être renouvelé pour cinq ans 20. Cependant, en vertu de la Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives 21, le Passez à CCH en ligne. Faites-en l essai gratuitement en composant le Analyse terme du mandat d un membre qui était de cinq ans en vertu de l article 48 de la Loi, renouvelable pour la même durée, n existe plus. Le nouvel article 38 de la Loi prévoit que le Tribunal est composé de membres impartiaux et indépendants, nommés durant bonne conduite par le gouvernement qui en détermine le nombre en tenant compte des besoins du Tribunal 22. Sanctionnées le 17 juin 2005, il ne reste qu à attendre la date d entrée en vigueur de ces nouvelles modifications législatives. * L auteure est avocate chez Lacoste Langevin 1 Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives, L.Q., 2005, c. 17 (projet de loi 103), sanctionnée le 17 juin L.Q., 2005, c. 17, art Id., art Id., art L.j.a., art. 110 tel que modifié par l article 17 de la Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives, L.Q. 2005, c Loi sur la Commission des affaires sociales, L.R.Q., c. C-34, art Loi sur la justice administrative, L.R.Q., c. J-3, art. 106 (L.Q. 1996, c. 54). 8 Tel que modifié par l article 15 de la Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives, L.Q., 2005, c L.Q. 2005, c. 17, art L.j.a., art. 120, al L.j.a., art 119.1, par L.j.a., art. 120, al Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives, L.Q., 2005, c. 17, art L.j.a., art Tel qu ajoutée par l article 18 de la Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives, L.Q. 2005, c L.j.a., art. 102; et Loi sur le Barreau, L.R.Q., c. B-1, art Tel que modifié par l article 14 de la Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives, L.Q. 2005, c L.j.a., art. 82, al L.j.a., art. 82, al. 3, tel que modifié par l article 13 de la Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives, L.Q. 2005, c L.j.a., art. 46 à 49, 51 à L.Q. 2005, c. 17. L article 5 abroge les articles 46 à Collection du juriste - Octobre 2005

7 Immobilier La franchise d assurance du syndicat ne s impose pas au copropriétaire victime Par M e Mario Naccarato, avocat* Montanarini c. Syndicat Le Bourg-Le-Ponsardin, , EYB (C.Q.), juge Pierre E. Audet, 11 avril Un syndicat de copropriétaires peut fort bien opter pour une police d assurance responsabilité moins onéreuse. Cependant, il ne pourra répercuter sur un de ses membres le coût de la franchise plus élevée. Bris de tuyau La demanderesse et son conjoint sont copropriétaires indivis «d une unité de condominium» dans l immeuble administré par le Syndicat défendeur. Suite à un bris de tuyauterie dans le mur extérieur de l immeuble, la copropriété de la demanderesse a subi près de $ de dommages autant à la copropriété qu à ses effets personnels. L assureur du Syndicat indemnise la demanderesse pour la somme Suite de la page 6 réclamée moins la franchise de $ (prévue à la police d assurance). C est cette somme de $ que la demanderesse réclame au Syndicat de la copropriété. La question est donc de déterminer qui doit assumer les frais de franchise lors d un sinistre. Le Syndicat ou le copropriétaire impliqué? Ou encore, la franchise est-elle opposable à une tierce partie victime du préjudice résultant de la faute de l assuré? Jugement Le tribunal accueille l action. Il constate que la franchise prévue dans un contrat d assurance constitue ni plus ni moins qu une forme «d autoassurance» que le preneur de l assurance assume lui-même à l exception des frais de sa défense. 1 Le Syndicat est gardien ou responsable du tuyau ayant fait défaut, une partie commune. Ainsi, le Syndicat est présumé responsable du préjudice subi par la demanderesse (art C.c.Q.). C est pourquoi l assureur du Syndicat Nouvelles règles au Tribunal administratif du Québec 22 Tel que modifié par Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives, L.Q. 2005, c. 17, art. 2. Ainsi, conformément au projet de loi 103 présenté, en 2005, par le ministre de la Justice, l honorable Yvon Marcoux, et sanctionné en juin 2005, à l instar des juges de la Cour du Québec, la Loi sur la justice administrative prévoit dorénavant que les juges administratifs soient nommés durant bonne conduite. À l égard d un tel mode de nomination, deux projets de lois antérieures avaient été présentés, en 2003, par le ministre de la Justice de l époque, l honorable Marc Bellemare, soit le projet de loi 4, Loi modifiant la Loi sur la justice administrative, le 6 juin 2003, et le projet de loi 35, Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives, le 13 novembre 2003, lesquels prévoyaient également que les juges soient nommés selon bonne conduite. a, aux termes de la police d assurance, indemnisé la victime moins la franchise, tel que prévu, au contrat d assurance. En revanche, le Syndicat, ayant convenu avec l assureur de «s autoassurer» pour les réclamations inférieures à $, celui-ci devait en conséquence indemniser lui-même la demanderesse pour la somme de $. 2 La victime est un tiers Ce jugement s inscrit dans les règles applicables en matière de responsabilité, sans égard aux questions d assurance. À supposer que le Syndicat avait fait défaut de s assurer, il serait tenu responsable pour la totalité de la somme due en vertu de sa responsabilité. Le fait qu il ait été assuré compense une partie de la somme réclamée en vertu de la police. Le tiers-victime, quel qu il soit, copropriétaire ou non copropriétaire, ne peut pas se voir opposer une clause d auto-assurance entre le Syndicat et son propre assureur. La victime, quelle qu elle soit, doit être indemnisée pour la totalité du préjudice subi, que l indemnité provienne directement de la partie responsable ou de l assureur. La franchise ne regarde que l assuré et son assureur. * L auteur est chercheur au Centre de recherche en droit privé et comparé du Québec, McGill University. 1 Par. 34 du jugement. Prévoyance (La) cie d assurance c. Commission scolaire des écoles catholiques de Montréal, [1990] R.R.A. 433 (C.A.). 2 Par Collection du juriste - Octobre

8 Assurance de personnes Extension de couverture pour un assuré qui quitte un régime collectif Par M e Geneviève Faribault, avocate * Gauthier c. Citadelle (La), cie d assurances générales, , J.E , REJB (C.S.), juge Suzanne Hardy-Lemieux, 14 juin En vertu de l article 261 du Règlement d application de la Loi sur les assurances, un contrat d assurance collective sur la vie doit permettre à tout adhérent qui est radié de l assurance avant l âge de 65 ans, de transformer son assurance collective en assurance individuelle sans avoir à fournir de preuve d assurabilité. Il va sans dire que les personnes non assurables sont souvent tentées d exercer ce droit qui doit être exercé dans les 31 jours suivant la terminaison de l assurance collective. Les auteurs et la jurisprudence reconnaissent qu en cas de décès de l adhérent durant ce délai de 31 jours, le capital assuré de l assurance collective doit être versé par l assureur. Cependant, le Règlement d application de la Loi sur les assurances n oblige pas les assureurs à offrir ce droit de transformation dans le cas d une assurance collective contre les accidents. Protection contre les accidents Jean-Marie Poulin est pendant plusieurs années à l emploi de Famille l Université Laval. À ce titre, il bénéficie d une assurance collective contre les accidents. Le contrat d assurance collective permet à tout adhérent de transformer la couverture d assurance collective contre les accidents en une couverture d assurance individuelle contre les accidents lors de la terminaison de la couverture d assurance collective. Pour se prévaloir de ce droit, Jean-Marie Poulin a 31 jours suivant la terminaison de la couverture de l assurance collective. Jean-Marie Poulin prend sa retraite le 1 er juin Le délai pour transformer sa couverture d assurance collective contre les accidents en une couverture d assurance individuelle contre les accidents expire le 2 juillet Jean-Marie Poulin meurt dans un accident d automobile le 14 juin Nicole Gauthier, épouse de feu Jean-Marie Poulin, est la bénéficiaire de la couverture d assurance. À ce titre, elle réclame à l assureur le capital décès. L assureur refuse de verser quelque montant que ce soit à Nicole Gauthier. Suivi législatif Mise à jour n o 271 : Législation québécoise L article 54 de la Loi sur le soutien du revenu et favorisant l emploi et la solidarité sociale (L.R.Q., c. S ) a été modifié, suite à l entrée en vigueur, le 1 er octobre 2005, de L.Q. 2005, c. 15, a. 176(16). Les arguments de l assureur Selon l assureur, le délai de 31 jours n est pas un délai de grâce. Pendant ce délai, la couverture d assurance ne demeure pas automatiquement en vigueur. L assurance n est en vigueur que si l adhérent manifeste sa volonté de vouloir transformer sa couverture d assurance collective en assurance individuelle dans les 31 jours suivant la terminaison de la couverture de l assurance collective. Tant et aussi longtemps que l adhérent n a pas manifesté sa volonté, il n est pas assuré. Analogie Le tribunal reconnaît que l assureur n a pas l obligation d offrir un droit de transformation lorsqu il s agit d un contrat d assurance collective contre les accidents. Lorsqu un assureur choisit d offrir une telle option, il y a lieu d appliquer, par analogie, les interprétations concernant le délai de 31 jours dont bénéficie tout adhérent pour transformer sa couverture d assurance collective sur la vie en une couverture d assurance individuelle sur la vie. Les auteurs et la jurisprudence ont reconnu qu en cas de décès de l adhérent dans les 31 jours, le capital assuré de l assurance collective doit être versé par l assureur. Selon le juge, si l assureur ne veut pas offrir une protection implicite durant le délai de 31 jours suivant la terminaison de la couverture d assurance collective, il doit l indiquer clairement dans la police. Dans le présent cas, la police d assurance est silencieuse sur ce point. Par conséquent, le juge condamne l assureur à verser le capital assuré de la police collective à Nicole Gauthier. * L auteure est avocate et vice-directrice du contentieux à la Standard Life. 8 Collection du juriste - Octobre 2005 BUCJ

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

La renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers

La renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers Bulletin CCH juriste de septembre 2010, Volume 12, No 9 Le Bulletin CCH juriste de septembre 2010, Volume 12, No 9, comprend les articles suivants: La renonciation au partage des acquêts non publiée au

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault 1. Description de la Cour du Québec, division des petites créances 1.1 Compétence Les demandes

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Copropriété Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Assemblées générales de copropriétaires et obligations légales 1/12 Préparer une assemblée générale

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1293 Tribunal administratif Distr. limitée 29 septembre 2006 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement n o 1293 Affaire n o 1375 Contre : Le Secrétaire général de

Plus en détail

Registre du Syndicat de copropriété

Registre du Syndicat de copropriété Registre du Syndicat de copropriété - Fiset Legal Registre du Syndicat de copropriété LE REGISTRE DU SYNDICAT DE COPROPRIÉTÉ Contacter l auteur : s.fiset@fisetlegal.com Depuis 1994, une des principales

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL Attention Les notions d inaptitude et d invalidité sont totalement indépendantes l une de l autre. Seul le médecin du travail peut se prononcer sur l

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL PREAMBULE. de l assurance obligatoire de la responsabilité civile découlant de l usage du véhicule automoteur qui y est décrit ;

REGLEMENT GENERAL PREAMBULE. de l assurance obligatoire de la responsabilité civile découlant de l usage du véhicule automoteur qui y est décrit ; COUNCIL OF BUREAUX CONSEIL DES BUREAUX REGLEMENT GENERAL PREAMBULE (1) Considérant que le Groupe de travail des Transports Routiers du Comité des Transports Intérieurs de la Commission Economique pour

Plus en détail

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g

FISCADAS PROTECTION FISCALE. Conditions Générales 10 g FISCADAS PROTECTION FISCALE Conditions Générales 10 g Article 1 Les définitions Sociétaire : L ENTREPRISE, personne physique ou morale (ou l ASSOCIATION), souscriptrice du contrat et désignée aux Conditions

Plus en détail

Yvon Duplessis, avocat Barrister & Solicitor LL.L., LL.M.

Yvon Duplessis, avocat Barrister & Solicitor LL.L., LL.M. Yvon Duplessis, avocat Barrister & Solicitor LL.L., LL.M. OPINION JURIDIQUE Nous avons été mandatés par M. Jacques Bergeron, vérificateur général de la Ville de Montréal, pour rédiger une opinion juridique

Plus en détail

Tribunal administratif du Québec

Tribunal administratif du Québec Tribunal administratif du Québec Section des affaires sociales En matière d'indemnisation (Assurance-automobile) Date : 29 août 2003 Dossier : SAS-Q-092373-0211 Membres du Tribunal : Yves Lafontaine, avocat

Plus en détail

ÉVALUATION NOTÉE 2 EXEMPLES DE QUESTIONS CORRIGÉ

ÉVALUATION NOTÉE 2 EXEMPLES DE QUESTIONS CORRIGÉ ÉVALUATION NOTÉE EXEMPLES DE QUESTIONS CORRIGÉ POUR CONSULTATION PAR LES ÉTUDIANTS QUESTION Rédigez en entier l acte de procédure approprié (en-tête, titre, adresse, allégations et conclusions). Ne rédigez

Plus en détail

Veuillez répondre à toutes les questions, sans exception, en indiquant «sans objet», s il y a lieu. Veuillez joindre une annexe lorsque requis.

Veuillez répondre à toutes les questions, sans exception, en indiquant «sans objet», s il y a lieu. Veuillez joindre une annexe lorsque requis. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance contre les erreurs et omissions

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

Présenté à la : Commission de la culture

Présenté à la : Commission de la culture Mémoire relatif au projet de loi 122 Loi modifiant la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, la Loi sur la protection des renseignements

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Votre procuration est un document important Mise en garde 4 Pour bien comprendre la procuration Note explicative 6 1. Qu est-ce qu une procuration?...

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Vice-présidence au Fonds d assurance Admissibilité Résident / non-résident

Vice-présidence au Fonds d assurance Admissibilité Résident / non-résident 1. CHAMP D APPLICATION Cette directive précise les éléments permettant d établir l admissibilité des personnes aux indemnités prévues au régime d assurance automobile du Québec ainsi que les recours de

Plus en détail

Donner à des emprunteurs

Donner à des emprunteurs Bulletin d information Volume 7, no 7 Assurance de personnes Laisser croire à l existence d une assurance et en être tenu responsable Par M e Geneviève Faribault, avocate* Silver-Newman c. Bank of Montreal,

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE

LE CONTRAT DE VIE COMMUNE LE CONTRAT DE VIE COMMUNE CLAUSES À PRENDRE EN CONSIDÉRATION INTRODUCTION Cette liste a pour objectif de servir d aide-mémoire dans la rédaction d un contrat de vie commune. Elle doit être lue avec la

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5763. Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5763 Arrêt n 175/2014 du 4 décembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19bis-11, 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Possibilité de garde partagée des enfants et les parents alternent l usage de la résidence (Droit de la famille 1321);

Possibilité de garde partagée des enfants et les parents alternent l usage de la résidence (Droit de la famille 1321); A.A.A.D.F.Q. COUR D APPEL FEVRIER 2013 Me Christiane Lalonde POINTS MARQUANTS : Possibilité de garde partagée des enfants et les parents alternent l usage de la résidence (Droit de la famille 1321); Articles

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L.

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS Présentation du 27 octobre 2008 Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. I- CONTRAT D ASSURANCE COLLECTIVE A) Définition du contrat d assurance

Plus en détail

Articles-CODE DES ASSURANCES

Articles-CODE DES ASSURANCES Article L111-4 :L'autorité administrative peut imposer l'usage de clauses types de contrats. Article L112-1 :L'assurance peut être contractée en vertu d'un mandat général ou spécial ou même sans mandat,

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

ENTRE Monsieur Jalil Amor et madame Maha Bensouda (ci-après «le Bénéficiaire»)

ENTRE Monsieur Jalil Amor et madame Maha Bensouda (ci-après «le Bénéficiaire») ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Société pour la résolution

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances»

COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL LOCALITÉ DE MONTRÉAL «Chambre civile» N : 500-80-002132-034 COUR DU QUÉBEC «Division des petites créances» DATE : Le 12 novembre 2004 SOUS LA PRÉSIDENCE DE

Plus en détail

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX TRIBUNAL DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES Cas n : UNDT/GVA/2010/057 Jugement n : UNDT/2011/052 Date : 14 mars 2011 Original : français Devant : Greffe : Greffier : Juge Jean-François Cousin

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI)

SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI) CANADA PROVINCE DE QUEBEC DISTRICT DE MONTREAL SOCIÉTÉ POUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS INC. (SORECONI) TRIBUNAL D ARBITRAGE N O REF. / SORECONI : 051006001 Montréal, le 11 août 2006 N O RÉF. / ARBITRE:

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT)

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Ceci est une proposition pour une assurance contre les erreurs et omissions. Veuillez indiquer si vous demandez

Plus en détail

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 110772 Date : Le 5 décembre 2013 Membre: M e Diane Poitras Plaignants et (PROPRIÉTAIRE) Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu de la Loi sur la

Plus en détail

LOI (1991) SUR LA COPROPRIETE DES IMMEUBLES BATIS

LOI (1991) SUR LA COPROPRIETE DES IMMEUBLES BATIS LOI (1991) SUR LA COPROPRIETE DES IMMEUBLES BATIS Revised Edition Showing the law as at 1 January 2013 This is a revised edition of the law Loi (1991) sur la copropriété des immeubles bâtis Arrangement

Plus en détail

L avis d évaluation foncière Payer sa juste part

L avis d évaluation foncière Payer sa juste part L avis d évaluation foncière Payer sa juste part Pierre Chauvette, avocat Décembre 2013 Québec Trois-Rivières Montréal Affiliations internationales Pannone Law Group Lawyers Associated Worldwide jolicoeurlacasse.com

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1346 Tribunal administratif Distr. limitée 6 février 2008 Français Original : anglais Affaire n o 1450 TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement n o 1346 LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS

Plus en détail

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement EYB2008REP745 Repères, Septembre 2008 EmmanuelleSAUCIER * Commentaire sur la décision Banque Nationale du Canada c. Lemay - Cautions, ne renoncez pas à l'exception de subrogation par votre comportement

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire L aide juridique, la justice à coût $ûr Complément d information à l aide-mémoire La demande d aide juridique La résidence au Québec Pour être admissible à l aide juridique, le requérant doit résider au

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Mise en garde... 4 PROCURATION POUR LA GESTION DES BIENS... 6 A) Identificaton de la personne qui donne le mandat («Mandant»)...6 B) Identification

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ 1 PRÉSENTATION La copropriété est un régime de propriété qui s applique à tout ensemble immobilier comprenant des

Plus en détail

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur dans le contexte d un recours collectif Résumé L auteur

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 La souscription du contrat d assurance / Page 2 L exécution du contrat d assurance / Page 3 La résiliation du contrat

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

TENDANCES JURISPRUDENTIELLES ET LÉGISLATIVES EN MATIÈRE DE PENSION ALIMENTAIRE ENTRE CONJOINTS

TENDANCES JURISPRUDENTIELLES ET LÉGISLATIVES EN MATIÈRE DE PENSION ALIMENTAIRE ENTRE CONJOINTS TENDANCES JURISPRUDENTIELLES ET LÉGISLATIVES EN MATIÈRE DE PENSION ALIMENTAIRE ENTRE CONJOINTS Par : M e Johanne Clouet, LL.M., doctorante et chargée de cours Université de Montréal Ma présentation aujourd

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328328 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 3ème et 8ème sous-sections réunies M. Jacques Arrighi de Casanova, président Mme Christine Allais, rapporteur M. Edouard Geffray, rapporteur

Plus en détail

Fondation du Barreau

Fondation du Barreau Professeur Frédéric Levesque Faculté de droit - Université Laval Fondation du Barreau L obligation in solidum en droit privé québécois Montréal - 12 juin 2012 Origine - Notion - Régime juridique Lorsque

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

protection juridique

protection juridique ATMP 14 ASSOCIATION TUTÉLAIRE DES MAJEURS PROTÉGÉS DU CALVADOS Flickr protection juridique des majeurs Résumé des principales dispositions de la loi du 5 mars 2007. La protection des majeurs est instaurée

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 1 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des

Plus en détail

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant RÈGLEMENT 32 Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec concernant La procédure d examen des plaintes des usagers Règlement adopté par le conseil d administration,

Plus en détail

Numéro du rôle : 4298. Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4298. Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4298 Arrêt n 97/2008 du 3 juillet 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1er, alinéa 1er, a), de la loi du 6 février 1970 relative à la prescription des

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7)

Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 34 (2015, chapitre 7) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite relativement au financement et à la restructuration

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ HONORAIRES SPECIAUX DU SYNDIC ET TRAVAUX L article 17 de la loi crée un nouvel article 18-1 A à la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que seuls certains travaux votés en assemblée

Plus en détail

Commission des Praticiens en Me decine Douce du Que bec

Commission des Praticiens en Me decine Douce du Que bec Qu est-ce que l'assurance collective en milieu de travail Le présent article vise à expliquer le fonctionnement d'un contrat d'assurance collective en milieu de travail, de même que les droits dont dispose

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) . ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : CENTRE CANADIEN D ARBITRAGE

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE : ET : JEAN-PAUL BÉRUBÉ COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1039. de l Organisation des Nations Unies

TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1039. de l Organisation des Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1039 Affaire No 1132 : SHAH Contre : Le Secrétaire général de l Organisation des Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit : M. Mayer

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT

COUR SUPÉRIEURE JUGEMENT COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 505-17-002014-043 DATE : 30 mars 2005 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE CAROLE JULIEN, J.C.S. P...-L... B... Demandeur - intimé Et

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 14

CIRCULAIRE D INFORMATION No 14 20 décembre 1999 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 14 Nouveau droit du divorce : obligations des institutions de prévoyance Les modifications résultant de la révision du droit du divorce entrent

Plus en détail