l initiative relative à l impôt sur les successions affaiblirait les entreprises suisses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l initiative relative à l impôt sur les successions affaiblirait les entreprises suisses"

Transcription

1 FICHE THEMATIQUE : INITIATIVE RELATIVE A L IMPOT SUR LES SUCCESSIONS l initiative relative à l impôt sur les successions affaiblirait les entreprises suisses Une initiative populaire demande l introduction d un impôt fédéral sur les successions et les donations. Les deux tiers des recettes seraient consacrés au financement de l AVS. Ce texte ne règlerait pas les problèmes structurels de cette assurance sociale et, de plus, il mettrait des bâtons dans les roues des entreprises suisses. L introduction de nouveaux impôts ne résoudrait pas les problèmes de l AVS liés à l évolution démographique. Instaurer un impôt sur les successions national ne ferait que retarder la résolution de ces problèmes. La mise en œuvre de l initiative sur les successions affaiblirait les entreprises familiales suisses. Avec sa clause rétroactive, l initiative crée une insécurité juridique considérable avant même le dépôt des signatures, en particulier du côté des entreprises familiales.

2 FICHE THEMATIQUE : INITIATIVE RELATIVE A L IMPOT SUR LES SUCCESSIONS 2 LES ENJEUX UN IMPOT FEDERAL SUR LES SUCCESSIONS Les auteurs de l initiative tablent sur des recettes de 3 milliards de francs par an En proposant d introduire un impôt fédéral sur les successions, applicable également aux descendants directs, l initiative va à l encontre de la tendance observée ces dernières années A la mi-août 2011, trois partis politiques (PEV, PES et PS) ont lancé une initiative populaire en vue de l introduction d un impôt fédéral sur les successions et les donations. Celle-ci prévoit que les héritages supérieurs à 2 millions de francs et les donations de plus de francs par an à des descendants soient imposés à un taux unique de 20 %. Les époux et les organisations d entraide échappent à cet impôt. Pour les entreprises et les exploitations agricoles, l initiative prévoit des allègements, non encore définis, au chapitre du calcul de l impôt et du taux d imposition. Il est également question d une franchise élevée et de l application d un taux réduit. Les auteurs de l initiative tablent sur des recettes avoisinant 3 milliards de francs par an. L initiative, qui transfère la compétence de prélever l impôt sur les successions et les donations des cantons à la Confédération, prévoit de verser aux cantons un tiers des recettes (1 milliard par an). Les deux tiers restants (2 milliards) seraient affectés à l AVS. Cette assurance sociale figure parmi les bénéficiaires au motif qu elle connaîtra des difficultés financières ces prochaines années en lien avec l évolution démographique. 20 % Les auteurs de l initiative entendent soumettre les successions portant sur plus de 2 millions de francs et les donations supérieures à francs par an à un impôt uniforme de 20 %.

3 FICHE THEMATIQUE : INITIATIVE RELATIVE A L IMPOT SUR LES SUCCESSIONS 3 LES FAITS LE CAPITAL EST DEJA IMPOSE PLUSIEURS FOIS Impôts : la fortune est imposée plusieurs fois Le capital est déjà imposé plusieurs fois Si on tient compte de tous les prélèvements obligatoires, comme les cotisations d assurance maladie et celles aux caisses de pension, la quote-part fiscale de la Suisse est déjà supérieure à la moyenne au sein de l OCDE. Dans le domaine de l imposition de la fortune en particulier, notre pays occupe, en comparaison internationale, une position de pointe (cf. graphique). L impôt sur la fortune joue un rôle important en Suisse, alors que d autres pays l ont aboli. Il n y a qu au Luxembourg que les recettes réalisées au titre de cet impôt sont supérieures. Et seulement six États prélèvent à la fois un impôt sur la fortune et un impôt sur les successions. L introduction d un impôt fédéral sur les successions renforcerait encore la taxation multiple de la fortune et ferait de notre pays un cas encore plus à part. De plus, l assujettissement des descendants directs à cet impôt irait à l encontre de la tendance de ces dernières années qui a vu les cantons, à l exception de trois d entre eux, abolir l impôt pour les descendants directs. Avec l initiative populaire, ceux-ci seraient à nouveau taxés. TAXATION ELEVEE En comparaison internationale, la Suisse taxe déjà lourdement la fortune. Produit des impôts sur la fortune au sein de l OCDE Recettes fiscales, en % du PIB 4,5 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0,0 MEX SVK CZE AUT DEU HUN GRC FIN SWE NOR NLD OECD ITA DNK ESP BEL CHE JPN AUS LUX USA KOR CAN FRA GBR Impôts fonciers Impôt sur la fortune Impôt sur les successions et les donations Impôt sur les transactions financières et en capital Autres impôts Source : OCDE

4 FICHE THEMATIQUE : INITIATIVE RELATIVE A L IMPOT SUR LES SUCCESSIONS 4 LES FAITS AVS : changements démographiques Les changements démographiques se muent en problème structurel pour l AVS L évolution démographique de ces cinquante dernières années ainsi que les tendances à moyen et à long termes indiquent un vieillissement croissant de la population. D une part, l espérance de vie s est nettement allongée, d autre part, les taux de natalité sont très bas depuis des années. D après les prévisions de l Office fédéral de la statistique, la proportion de retraités continuera mécaniquement de croître. En 2040, le rapport entre les actifs et les retraités sera de deux pour un environ. Si l AVS n est pas encore dans les chiffres rouges, elle le doit en particulier à une croissance démographique forte (en l occurrence à l immigration) et à la bonne santé de l économie helvétique avant la crise. Avec le système actuel, l AVS connaîtra tôt ou tard des difficultés financières, personne ne le conteste.

5 FICHE THEMATIQUE : INITIATIVE RELATIVE A L IMPOT SUR LES SUCCESSIONS 5 LES ERREURS A EVITER MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE RELATIVE A L IMPOT SUR LES SUCCESSIONS Dilution des problèmes de l AVS L initiative ne permet pas de résoudre durablement les problèmes de l AVS D après ses auteurs, la mise en œuvre de l initiative sur les successions permettrait de dégager quelque 2 milliards de recettes supplémentaires pour l AVS. Dans la mesure où l AVS devra relever des défis financiers de taille ces prochaines années, ces recettes supplémentaires retarderaient l apparition des déficits prévisibles de six ans seulement (cf. graphique). Elles n atténueraient pas les problèmes structurels. Cet apport supplémentaire ne ferait que retarder le processus d assainissement. Ainsi, une fenêtre temporelle resterait inutilisée. Or plus on attendra, plus la marge de manœuvre pour réaliser des réformes sensées se réduira, mettant en péril un financement durable de l AVS. L impôt sur les successions ne résout pas les problèmes de l AVS Les 2 milliards de recettes supplémentaires générés par l initiative ne permettraient pas de garantir durablement le financement de l AVS. Résultat de répartition de l AVS ( ) En millions de francs Scénario moyen avec impôt Scénario moyen sans impôt sur les successions sur les successions Source : Office fédéral des assurances sociales (2011), propres calculs L initiative sur les successions affaiblirait les entreprises Ce sont les entreprises familiales qui pâtiraient le plus de l introduction d un impôt fédéral sur les successions et les donations Il faut des ressources importantes pour constituer du capital-risque. Imposer les grandes fortunes ne serait pas sans conséquences sur l économie, loin de là. L impôt sur les successions réclamé par les initiants pourrait en outre compliquer la poursuite de l activité des entreprises transmises par héritage. L initiative est surtout préoccupante pour les entreprises familiales qui ont à planifier une succession. Même si le montant exonéré est plus élevé, de nom-

6 FICHE THEMATIQUE : INITIATIVE RELATIVE A L IMPOT SUR LES SUCCESSIONS 6 LES ERREURS A EVITER breuses entreprises familiales seraient tout de même touchées par cet impôt. Il est inacceptable d alourdir la charge fiscale des entreprises dans un contexte économique tendu et très incertain. De nouveaux impôts affaibliraient les entreprises suisses et l emploi. Le peuple ne veut pas de nouveaux impôts L introduction d un nouvel impôt fédéral n est rien d autre qu une nouvelle attaque du modèle fédéraliste de politique budgétaire et fiscale, qui a fait le succès de notre pays. En rejetant, en automne 2010, l initiative fiscale du PS, le peuple a démontré son soutien à la concurrence fiscale intercantonale. Les cantons doivent décider eux-mêmes s ils souhaitent prélever un impôt sur les successions ou pas. Une intervention dans leur autonomie n est ni nécessaire ni sensée. Comme l a montré le Moniteur financier 2011 (un sondage représentatif réalisé par gfs.bern à la demande d economiesuisse), une forte majorité des électeurs - plus de 80 % - s oppose à une augmentation de la charge fiscale. La population préconise plutôt que l Etat accomplisse ses tâches au mieux avec les moyens disponibles. En cas de déficit, 83 % des citoyens sondés soutiennent une réduction des dépenses et seulement 13 % une augmentation des dettes ou des impôts, seuls 4 % n ayant pas d opinion. Donations : effets antérieurs et postérieurs problématiques La rétroactivité pour les donations effectuées à partir de janvier 2012 crée l insécurité juridique L initiative prévoit la rétroactivité du nouvel impôt sur les donations à partir du 1 er janvier 2012, alors qu elle ne pourra être soumise au vote avant La rétroactivité est problématique du point de vue juridique et autorisée seulement sous certaines conditions strictes, surtout dans le droit fiscal. Elle ne serait pas admissible pour des motifs purement fiscaux. D un autre côté, il semble que la clause de rétroactivité ne suffise pas à déclarer l initiative non valable. Bien que le texte se trouve encore au stade de la récolte des signatures, la rétroactivité prévue crée déjà une incertitude élevée chez les entreprises. Ces dernières semaines, les demandes de renseignement ont afflué chez un grand nombre de fiduciaires, de notaires et d offices du registre foncier. Aux yeux des entreprises, il convient de rejeter l initiative populaire ne serait-ce qu en raison de la clause de rétroactivité et de l ampleur imprévisible de la charge fiscale effective.

7 FICHE THEMATIQUE : INITIATIVE RELATIVE A L IMPOT SUR LES SUCCESSIONS 7 POUR UNE SUISSE QUI GAGNE ENTREPRENDRE DES REFORMES, SOULAGER LES ENTREPRISES Assainir durablement l AVS Seule une révision durable et de grande ampleur est à même de garantir le financement de l AVS à long terme Les problèmes structurels de l AVS ne pourront être réglés uniquement avec des mesures axées sur les recettes. Le problème majeur de l AVS est la forte augmentation des dépenses induite par l évolution démographique. Il convient donc de prendre des mesures structurelles. En ce qui concerne les prestations, le relèvement de l âge de la retraite est incontournable. Par ailleurs, pour assurer l équilibre des finances de l AVS à long terme, il est indispensable d introduire une règle de stabilité assortie de mesures automatiques visant à empêcher une aggravation de l endettement. Eviter des charges inutiles aux entreprises Pour les entreprises, il est important d éviter de nouveaux impôts et l insécurité juridique en matière de planification, en particulier dans un climat caractérisé par le risque de faillite de plusieurs Etats et la vigueur persistante du franc. La situation actuelle appelle au contraire des allègements fiscaux. La place économique suisse pourra se développer uniquement si les entreprises bénéficient de conditions-cadre attrayantes.

8 FICHE THEMATIQUE : INITIATIVE RELATIVE A L IMPOT SUR LES SUCCESSIONS 8 services INFORMATIONS Dossiers et liens Votre personne de contact chez economiesuisse Vincent Simon Responsable de projets Finances et fiscalité

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

Garantir la pérennité des assurances sociales grâce à des mécanismes d intervention dossierpolitique

Garantir la pérennité des assurances sociales grâce à des mécanismes d intervention dossierpolitique Garantir la pérennité des assurances sociales grâce à des mécanismes d intervention dossierpolitique 11 septembre 2012 Numéro 19 Assurances sociales En introduisant le frein à l endettement, la Suisse

Plus en détail

Quelles solidarités entre les générations?

Quelles solidarités entre les générations? www.inegalites.fr - Jeudi 19 mai 2011 Quelles solidarités entre les générations? Anna Cristina D ADDIO et Maxime LADAIQUE OCDE Direction de l Emploi, du Travail et des Affaires Sociales Division des Politiques

Plus en détail

Répartition du revenu et réformes fiscales en Suisse dossierpolitique

Répartition du revenu et réformes fiscales en Suisse dossierpolitique Répartition du revenu et réformes fiscales en Suisse dossierpolitique 2 avril 2012 Numéro 7 Politique fiscale. Depuis l éclatement de la crise économique et financière mondiale, les questions relatives

Plus en détail

Rigueur de la protection de l emploi en France Indicateur OCDE. Conseil d Orientation pour l emploi 19 avril 2007

Rigueur de la protection de l emploi en France Indicateur OCDE. Conseil d Orientation pour l emploi 19 avril 2007 Rigueur de la protection de l emploi en France Indicateur OCDE Conseil d Orientation pour l emploi 19 avril 2007 Plan de la présentation Présentation de l indicateur OCDE de rigueur de la législation sur

Plus en détail

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE Lancement de la publication Paris, 30 janvier 2014 VIEILLISSEMENT ET POLITIQUES DE L EMPLOI MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE RAPPORT DE L OCDE SUR LA FRANCE Stefano Scarpetta, Directeur Anne Sonnet, Responsable

Plus en détail

Des debuts qui comptent! Des emploi pour les jeunes

Des debuts qui comptent! Des emploi pour les jeunes Organisation for Economic Co-operation and Development Conseil d orientation pour l emploi Paris, le 13 janvier 2011 Des debuts qui comptent! Des emploi pour les jeunes John P. Martin Directeur de l Emploi,

Plus en détail

Études économiques de l OCDE BELGIQUE

Études économiques de l OCDE BELGIQUE Études économiques de l OCDE BELGIQUE FÉVRIER 215 SYNTHÈSE ÉTUDES ÉCONOMIQUES DE L OCDE : BELGIQUE OCDE 215 1 ÉTUDES ÉCONOMIQUES DE L OCDE : BELGIQUE OCDE 215 2 Résumé Principales conclusions Principales

Plus en détail

Déplacement de l'ide vers l'est

Déplacement de l'ide vers l'est Extrait de : Science, technologie et industrie : Tableau de bord de l'ocde 211 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/sti_scoreboard-211-fr Déplacement de l'ide vers l'est Merci de citer

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

Comment réformer le système fiscal belge afin de renforcer l'expansion économique

Comment réformer le système fiscal belge afin de renforcer l'expansion économique Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : Høj, J. (29), «Comment réformer le système fiscal belge afin de renforcer l'expansion économique», Éditions OCDE. http://dx.doi.org/1.1787/218613767672

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

Le financement de la protection sociale : effets sur l emploi

Le financement de la protection sociale : effets sur l emploi ISBN 978-92-64-03305-4 Perspectives de l emploi de l OCDE OCDE 2007 Chapitre 4 Le financement de la protection sociale : effets sur l emploi Le financement de la protection sociale publique est assuré

Plus en détail

Études économiques de l OCDE FRANCE

Études économiques de l OCDE FRANCE Études économiques de l OCDE FRANCE MARS 215 SYNTHÈSE Ce document et toute carte qu'il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce dernier, du

Plus en détail

QUELS SONT LES MEILLEURS INSTRUMENTS DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE?

QUELS SONT LES MEILLEURS INSTRUMENTS DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quels sont les meilleurs instruments de la consolidation budgétaire?», Note de politique économique n o 12 du Département

Plus en détail

Études économiques de l OCDE DANEMARK

Études économiques de l OCDE DANEMARK Études économiques de l OCDE DANEMARK JANVIER 214 SYNTHÈSE Ce document et toute carte qu'il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce dernier,

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

assurances sociales : éviter la spirale de l endettement

assurances sociales : éviter la spirale de l endettement FICHE THÉMATIQUE : VUE D ENSEMBLE ASSURANCES SOCIALES assurances sociales : éviter la spirale de l endettement 23 OCTOBRE 2011 La Suisse dispose d un excellent système d assurances sociales en comparaison

Plus en détail

Les paiements directs et l assurance maladie volontaire (privé)

Les paiements directs et l assurance maladie volontaire (privé) FINANCEMENT DES SYSTÈMES DE SANTÉ Les paiements directs et l assurance maladie volontaire (privé) Wilm Quentin, Dr. med. MSc HPPF Départementde la Gestiondes Soinsde Santé, TechnischeUniversitätBerlin

Plus en détail

Impôt fédéral sur les successions (Initiative) Entorses au système fiscal et au fédéralisme!

Impôt fédéral sur les successions (Initiative) Entorses au système fiscal et au fédéralisme! Impôt fédéral sur les successions (Initiative) Entorses au système fiscal et au fédéralisme! STÉPHANE TANNER EXPERT FISCAL DIPLÔMÉ SÉANCE IUPF 11 MAI 2015 IN IMPÔT FÉDÉRAL SUR LES SUCCESSIONS - UIPF 11

Plus en détail

Un cadre d action pour une croissance verte

Un cadre d action pour une croissance verte Nathalie Girouard est coordinatrice de la Stratégie croissance verte de l OCDE, et membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Un cadre d action pour une croissance verte Un cadre

Plus en détail

Qui finance l État en Suisse?

Qui finance l État en Suisse? Qui finance l État en Suisse? economiesuisse a présenté l étude «Qui finance l État en Suisse?» lors d une conférence de presse le 20 août 2007. Cette étude est le premier volet d une analyse globale des

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

LES SYSTÈMES FISCAUX DES PAYS DE L UNION EUROPÉENNE

LES SYSTÈMES FISCAUX DES PAYS DE L UNION EUROPÉENNE Revue économique de l OCDE n 34, 2002/1 LES SYSTÈMES FISCAUX DES PAYS DE L UNION EUROPÉENNE Isabelle Joumard TABLE DES MATIÈRES Introduction... 98 Les déterminants de la politique fiscale dans la zone

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine 5 mars 2012 Au cours de la première semaine de la session, le Conseil national a renvoyé le projet du Conseil fédéral demandant la modification de

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

Études économiques de l OCDE Union européenne AVRIL 2014 SYNTHÈSE

Études économiques de l OCDE Union européenne AVRIL 2014 SYNTHÈSE Études économiques de l OCDE Union européenne AVRIL 214 SYNTHÈSE Ce document et toute carte qu il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL. relatif à l adaptation du budget 2006 et à l augmentation du coefficient d impôt

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL. relatif à l adaptation du budget 2006 et à l augmentation du coefficient d impôt VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL relatif à l adaptation du budget 2006 et à l augmentation du coefficient d impôt (du 15 février 2006) AU CONSEIL GENERAL DE LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS

Plus en détail

Proposition de motion La LIPP ne doit pas remettre en cause la garde partagée

Proposition de motion La LIPP ne doit pas remettre en cause la garde partagée Secrétariat du Grand Conseil M 2030 Proposition présentée par les députés : Mmes et M. Lydia Schneider Hausser, Roger Deneys, Anne Emery-Torracinta, Marie Salima Moyard, Irène Buche Date de dépôt : 12

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Position de l ASG sur la révision de la LBA

Position de l ASG sur la révision de la LBA Position de l ASG sur la révision de la LBA L ASG est favorable à ce que la Suisse, en tant que membre fondateur du GAFI et place financière en pointe dans la lutte contre le blanchiment d argent, applique

Plus en détail

Études économiques de l OCDE NOUVELLE-ZÉLANDE JUIN 2013 SYNTHÈSE

Études économiques de l OCDE NOUVELLE-ZÉLANDE JUIN 2013 SYNTHÈSE Études économiques de l OCDE NOUVELLE-ZÉLANDE JUIN 213 SYNTHÈSE Ce document et toute carte qu'il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce dernier,

Plus en détail

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes?

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Indicateur Dans l enseignement primaire, on compte plus de 21 élèves par classe, en moyenne, dans les pays de l OCDE. La taille des classes varie

Plus en détail

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Gaétan Lafortune, Economiste sénior, OCDE ASDEQ, Québec, 22

Plus en détail

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel Association suisse des Institutions de prévoyance ASIP Association de spécialistes en gestion de la prévoyance en faveur du personnel VVP Guide relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Confiance dans les pouvoirs publics, efficacité de l action publique et stratégies en matière de gouvernance

Confiance dans les pouvoirs publics, efficacité de l action publique et stratégies en matière de gouvernance Panorama des administrations publiques 13 OCDE 14 Chapitre 1 Confiance dans les pouvoirs publics, efficacité de l action publique et stratégies en matière de gouvernance Les données statistiques concernant

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Financement hypothécaire

Financement hypothécaire Financement hypothécaire Tour d horizon des possibilités de financement proposées par : Votre partenaire hypothèques Un projet d achat de votre propre logement? Vous avez déjà trouvé le logement de vos

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 6. Loi du 0 mai 96 sur les impôts communaux Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat, du 9 novembre 96 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Conférence suisse des impôts Cl 15 Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire du 31 août 2001 1 Introduction La loi du 15 décembre

Plus en détail

NON à l initiative COSA

NON à l initiative COSA NON à l initiative COSA Une vaste supercherie avec de lourdes conséquences pour les cantons, la Confédération et le franc suisse 14 août 2006 Numéro 27 1 2 COSA, une vaste supercherie avec de graves conséquences

Plus en détail

CONFIDENTIEL. Informations pour une planification financière personnelle

CONFIDENTIEL. Informations pour une planification financière personnelle CONFIDENTIEL Informations pour une planification financière personnelle Nom(s) et prénom(s) Vos conseillers Date 1/15 Données privées Personne 1 Personne 2 Titre Nom Prénom 1 2 NP Localité Canton Téléphone

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Études économiques de l OCDE IRLANDE

Études économiques de l OCDE IRLANDE Études économiques de l OCDE IRLANDE SEPTEMBRE 213 SYNTHÈSE Ce document et toute carte qu'il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce dernier,

Plus en détail

Réforme de l imposition des entreprises III : maintenir le niveau des recettes dossierpolitique

Réforme de l imposition des entreprises III : maintenir le niveau des recettes dossierpolitique Réforme de l imposition des entreprises III : maintenir le niveau des recettes dossierpolitique 16 juin 2014 Numéro 3 Politique fiscale La Suisse peut se targuer de disposer d un système d imposition des

Plus en détail

Aux membres de la Commission de l économie et des redevances du Conseil des Etats. Le 17 juin 2015

Aux membres de la Commission de l économie et des redevances du Conseil des Etats. Le 17 juin 2015 Aux membres de la Commission de l économie et des redevances du Conseil des Etats Le 17 juin 2015 Loi sur l amélioration des conditions fiscales applicables aux activités entrepreneuriales et aux investissements

Plus en détail

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Le cas Suisse Pr.Victoria CURZON PRICE IREF, Professeur honoraire Université de Genève La Suisse Adopte le «frein à

Plus en détail

SOUTIEN DE LA politique DU LOGEMENT

SOUTIEN DE LA politique DU LOGEMENT SOUTIEN DE LA politique DU LOGEMENT soutien de la politique du logement La construction au service de la politique du logement Le rôle premier du secteur de la construction dans la politique du logement

Plus en détail

FISCALITÉ DU CAPITAL PRINCIPES, PROPRIÉTÉS ET ENJEUX DE TAXATION OPTIMALE

FISCALITÉ DU CAPITAL PRINCIPES, PROPRIÉTÉS ET ENJEUX DE TAXATION OPTIMALE FISCALITÉ DU CAPITAL PRINCIPES, PROPRIÉTÉS ET ENJEUX DE TAXATION OPTIMALE Céline Antonin et Vincent Touzé 1 OFCE, Sciences Po Cet article explore le sujet de la fiscalité du capital. Trois niveaux d analyse

Plus en détail

Financement hypothécaire

Financement hypothécaire Financement hypothécaire Petit tour d horizon des possibilités de financement proposées par : Votre partenaire hypothèques Un projet d achat de votre propre logement? Vous avez déjà trouvé le logement

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

Vaste réforme de la fiscalité immobilière

Vaste réforme de la fiscalité immobilière Vaste réforme de la fiscalité immobilière 26 septembre 2012 Dépôt et mise en consultation de cinq projets de lois A. Estimation fiscale des immeubles Projet de loi sur les estimations fiscales de certains

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche TAX ALERT 4 octobre 2012 Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche La Commission européenne a donné son feu vert, en date du 17 avril 2012, aux accords signés par la Suisse avec l'allemagne

Plus en détail

L avant-projet mis en consultation cherche à prévoir divers correctifs aux rigueurs du système :

L avant-projet mis en consultation cherche à prévoir divers correctifs aux rigueurs du système : Monsieur Hans-Rudolf MERZ Conseiller fédéral Chef du DFF Bundesgasse 3 3003 BERNE Paudex, le 8 février 2010 OR/ir Consultation relative à la loi fédérale sur l imposition de la propriété privée du logement

Plus en détail

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises Département fédéral des finances DFF Date: 22.09.2014 Embargo: Jusqu au début de la conférence de presse Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises 1.Dossiers internationaux

Plus en détail

Études économiques de l OCDE Zone euro AVRIL 2014

Études économiques de l OCDE Zone euro AVRIL 2014 Études économiques de l OCDE Zone euro AVRIL 214 SYNTHÈSE VERSION PRÉLIMINAIRE Ce document et toute carte qu il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant

Plus en détail

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010)

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) En 2010, le revenu moyen avant impôt des Français était de 33 000 par adulte et par an (2 800 par mois) Produit intérieur brut (PIB) (2010): 1

Plus en détail

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Durant cette session le Conseil national traitera plusieurs infractions concernant les droits de l enfant. Le postulat Bilan de la mise

Plus en détail

Finances fédérales : donner la priorité à la troisième réforme de l imposition des entreprises dossierpolitique

Finances fédérales : donner la priorité à la troisième réforme de l imposition des entreprises dossierpolitique Finances fédérales : donner la priorité à la troisième réforme de l imposition des entreprises dossierpolitique 17 novembre 2014 Numéro 8 Politique financière L évolution des finances fédérales a rarement

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises: enjeux et stratégies

Réforme de la fiscalité des entreprises: enjeux et stratégies Réforme de la fiscalité des entreprises: enjeux et stratégies Serge Dal Busco, Conseiller d'etat (GE) Département des finances Pascal Broulis, Conseiller d Etat (VD) Département des finances et des relations

Plus en détail

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II?

Conseil juridique et fiscal. Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? Conseil juridique et fiscal Pouvez-vous bénéficier de la réforme de l imposition des entreprises II? 2008 PricewaterhouseCoopers. All rights reserved. PricewaterhouseCoopers refers to the network of member

Plus en détail

Études économiques de l OCDE : Suisse 2011

Études économiques de l OCDE : Suisse 2011 Études économiques de l OCDE : Suisse 2011 Ce document et toute carte qu il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce dernier, du tracé des

Plus en détail

Financement Hypothécaire. Financementhypothecaire.ch. Votre propre logement. Le prix du rêve. Constituer vos fonds propres.

Financement Hypothécaire. Financementhypothecaire.ch. Votre propre logement. Le prix du rêve. Constituer vos fonds propres. Edition 2010 Financementhypothecaire.ch Votre propre logement Vous avez trouvé le logement de vos rêves? Ou peut- être ne songez- vous que depuis peu à devenir propriétaire? Cette brochure vous aidera

Plus en détail

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS

LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS LA DÉRIVE DES DETTES PUBLIQUES. EN QUESTIONS Académie d Orléans 20 novembre 2012 Jean-Paul POLLIN Université d Orléans 1 Observons tout d abord l évolution des taux d endettement public dans quelques pays

Plus en détail

Études économiques de l OCDE SUISSE

Études économiques de l OCDE SUISSE Études économiques de l OCDE SUISSE NOVEMBRE 213 SYNTHÈSE Ce document et toute carte qu'il peut comprendre sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s exerçant sur ce dernier,

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

finances lausannoises: budget, endettement et plan structurel d amélioration financière

finances lausannoises: budget, endettement et plan structurel d amélioration financière dossier de presse finances lausannoises: budget, endettement et plan structurel d amélioration financière La nouvelle Municipalité entame son action en matière financière avec trois dossiers importants:

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine

Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine Session de printemps Compte rendu de la 1 ère semaine 7 mars 2014 Le Conseil national a refusé d entrer en matière sur la révision du droit des cartels. Cette décision est compréhensible car une révision

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 2 e semaine

Session de printemps Compte rendu de la 2 e semaine Session de printemps Compte rendu de la 2 e semaine 14 mars 2014 La loi sur la transmission de la formation suisse à l étranger révisée a été adoptée. Une formation sur le modèle suisse représente, de

Plus en détail

Période de recensement 2002 - Répartition par âge des cas. Hôpital test <100 lits. Hôpital test 100 à 499 lits. Hôpital test >= 500 lits

Période de recensement 2002 - Répartition par âge des cas. Hôpital test <100 lits. Hôpital test 100 à 499 lits. Hôpital test >= 500 lits Période de recensement 2002 - Répartition par âge des cas Classe d'âge Nombre de cas 0-9 683 10-19 143 20-29 635 30-39 923 40-49 592 50-59 716 60-69 626 70-79 454 80-89 156 90-99 9 Classe d'âge Nombre

Plus en détail

Cédric Briand Pascal David Expert-fiscal diplômé Licencié en droit

Cédric Briand Pascal David Expert-fiscal diplômé Licencié en droit Cédric Briand Pascal David Expert-fiscal diplômé Licencié en droit Introduction, au niveaufédéral, d un impôtsurles successions et les donations. Versementdes 2/3 du produitde l impôtà l AVS. Luttecontrela

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil IUE 1302-A

Secrétariat du Grand Conseil IUE 1302-A Secrétariat du Grand Conseil IUE 1302-A Date de dépôt : 19 janvier 2012 Réponse du Conseil d Etat à l'interpellation urgente écrite de M. Christian Dandrès : Epargne-logement : quel impact sur les finances

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

Part II Chapitre 4 LE LOGEMENT ET L ÉCONOMIE : DES POLITIQUES À RÉNOVER 1

Part II Chapitre 4 LE LOGEMENT ET L ÉCONOMIE : DES POLITIQUES À RÉNOVER 1 Part II Chapitre 4 LE LOGEMENT ET L ÉCONOMIE : DES POLITIQUES À RÉNOVER 1 Ce chapitre compare un certain nombre de politiques du logement dans un ensemble de pays de l OCDE et conclut que des politiques

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

BUDGET FÉDÉRAL 2014 LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2014 SUR LA VOIE DE L ÉQUILIBRE FIDUCIES ET SUCCESSIONS

BUDGET FÉDÉRAL 2014 LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2014 SUR LA VOIE DE L ÉQUILIBRE FIDUCIES ET SUCCESSIONS BUDGET FÉDÉRAL 2014 LE POINT DE VUE DE NOS PROFESSIONNELS DU SERVICE DE LA PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2014 SUR LA VOIE DE L ÉQUILIBRE Sur la voie de l équilibre

Plus en détail

PERSONNEL INFIRMIER DANS LES PAYS MEMBRES DE L'OCDE

PERSONNEL INFIRMIER DANS LES PAYS MEMBRES DE L'OCDE RÉSOUDRE LA PÉNURIE P DE PERSONNEL INFIRMIER DANS LES PAYS MEMBRES DE L'OCDE Michael Villeneuve, infirmier autorisé, M.Sc. Agent principal en politiques des soins infirmiers Bureau de la politique des

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions

La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions C O N F É R E N C E D E P R E S S E D U 1 6 A V R I L 1 5 Daniel Lampart premier secrétaire et économiste en chef de l USS La situation des travailleurs et travailleuses âgés : problèmes et solutions Les

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

Conférence suisse des impôts Cl 16

Conférence suisse des impôts Cl 16 Conférence suisse des impôts Cl 16 L Ordonnance du Conseil fédéral du 9 mars 2001 sur l application de la loi fédérale sur l harmonisation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 181 23 Décembre 2013 ACTUALITES FISCALES ACTUALITES FISCALES Adoption définitive du Projet de Loi de Finances pour 2014 Le Parlement a adopté définitivement jeudi par un

Plus en détail

Session d hiver Compte rendu de la 3 e semaine

Session d hiver Compte rendu de la 3 e semaine Session d hiver Compte rendu de la 3 e semaine 12 décembre 2014 Le Conseil national a manqué une occasion de renvoyer le premier volet du train de mesures relatif à la stratégie énergétique 2050 au Conseil

Plus en détail

BUDGET PAR NATURES 3 CHARGES 216'822'728.00 214'364'397.00 234'330'503.61

BUDGET PAR NATURES 3 CHARGES 216'822'728.00 214'364'397.00 234'330'503.61 Page : 1/6 3 CHARGES 216'822'728.00 214'364'397.00 234'330'503.61 30 CHARGES DU PERSONNEL 55'089'420.00 54'397'660.00 56'350'025.50 300 Autorités et commissions 1'190'970.00 1'136'880.00 1'131'364.15 301

Plus en détail

Tendances des dépenses nationales de santé, 1975 à 2014

Tendances des dépenses nationales de santé, 1975 à 2014 Tendances des dépenses nationales de santé, 1975 à 2014 Rapport Octobre 2014 Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail