Le sujet comporte 7 pages. A,B C D C D E E A

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sujet comporte 7 pages. A,B C D C D E E A"

Transcription

1 Université Paris 7 Master 1 Informatique, Bases de données avancées. 10 janvier 2014 Durée : 2h30 Documents manuscrits, notes de cours, notes de TD/TP autorisés. Livres, ordinateurs, téléphones portables interdits. Le barème est donné à titre indicatif. Le sujet comporte 7 pages. Exercice 1 - Dépendances points On considère une relation R(A, B, C, D, E) qui satisfait les dépendances fonctionnelles suivantes : A,B C D C D E E A Question 1: Donner toutes les clés candidates de la relation R. Justifier. (Justifier ne veut pas dire qu il faut calculer systématiquement toutes les clôtures possibles.) Question 2: Est-ce que cette relation est BCNF? Justifier la réponse. Exercice 2 - Triggers et fonctions - 8 points Le site de vente aux enchères gère une base de données qui contient les tables suivantes : create table client ( id client int primary key check( id client > 0), nom varchar(30) not null, prenom varchar(30) create table objet en vente( id objet int primary key check( id objet >= 0), id vendeur int not null references client, date mise en vente timestamp not null, date fin timestamp not null check( date fin>date mise en vente ), prix reserve decimal(12,2) check( prix reserve > 0) create table objet vendu( id objet int primary key check( id objet >= 0), id vendeur int not null references client, id acheteur int not null references client, date fin timestamp not null, prix vente decimal(10,2) check(prix vente > 0) 1

2 create table objet non vendu( id objet int primary key check( id objet >= 0), id vendeur int not null references client, date fin timestamp not null, prix reserve decimal(12,2) check( prix reserve >0) create table offre ( id objet int references objet en vente, id acheteur int references client, date offre timestamp not null, prix offert decimal(12,2) not null check( prix offert > 0), primary key( id objet, id acheteur) client La table client regroupe les vendeurs et acheteurs. objet en vente La table objet_en_vente contient tous les objets actuellement en enchère. L attribut date_fin donne la date et temps(timestamp) de fin d enchère. L attribut prix_reserve c est le prix minimal fixé par le vendeur, le vendeur refuse de céder l objet pour un prix inférieur à prix_reserve, ce prix n est pas connu par l achéteur. objet vendu La table objet_vendu contient tous les objets vendus. objet non vendu La table objet_non_vendu contient tous les objets non vendus pour lesquels l enchère est terminé. L objet peut être non vendu pour deux raisons : il n y avait aucune offre pour cet objet, tous les offres étaient inférieures au prix_reserve fixé par le vendeur. offre La table offre sert à enregistrer les prix proposés par les acheteurs. La table contient les offres des acheteurs pour les enchères en cours. Chaque nouvelle offre est ajoutée dans la table sans qu on change les offres précédentes. Question 1: Écrire un trigger qui sera déclenché à la suppression d un objet de la table objet_en_vente. On considère deux situations : (1) On dit que la suppression d un objet de la table objet_en_vente est provoquée par la fin d enchères si date_fin <= current_timestamp. (2) Par contre si au moment de suppression de l objet date_fin > current_timestamp alors on parle de l annulation de l enchère. Dans le cas (1) le trigger implémente les actions suivantes : (A) si le plus grand prix offert pour l objet supprimé est supérieur au prix_reserve alors l objet est vendu au plus offrant est le trigger doit enregistré la vente dans la table objet_vendu, (B) si le plus grand prix offert pour l objet est inférieur ou égal au prix_reserve ou s il n y a pas d offres pour l objet alors l objet le trigger doit enregistrer l objet dans la table objet_non_vendu, 2

3 Finalement aussi bien dans le cas (2) d annulation d enchère que dans le cas (1) de fin d enchères le trigger doit supprimer de la table offre toutes les offres concernant l objet. Question 2: Écrire un trigger qui sera déclenché par l opération d insertion dans la table offre. Supposons qu on exécute INSERT INTO offre VALUES (i,a,do,p (1) c est-à-dire on insère une offre pour l objet i, l offre vient de l acheteur a, avec la date do et le prix p. Toutd abordsiladatedel offredoestnullletriggerdoitlaremplacerparcurrent_timestamp (la date et temps courants). On dit que l insertion (1) est valide si les conditions suivantes sont satisfaites : (A) si le prix proposé p est non NULL alors p doit être supérieur à m 1.01 où m le prix maximal offert jusqu à maintenant pour l objet i (donc il faut que le nouveau prix offert soit au moins 1% plus grand que la meilleure offre précédente), (B) la date dc est plus grande que la date de la dernière offre pour le même objet, (C) la date dc est inférieure à la date date_fin pour l objet. Bien sûr les conditions (A) et (B) sont à vérifier uniquement s il y a déjà des offres pour l objet i. Si une de condition (A)-(C) n est pas satisfaite alors l opération d insertion de l offre doit être annulée. Si le prix d achat dans l offre est p=null alors l acheteur demande qu on fixe le prix d offre automatiquement et le montant doit être m 1.05, où m le prix maximal proposé jusqu à ce moment pour l objet i. Pour résumer : définissons le prix p de façon suivante : p = p si p est non NULL et p = 1.05 m si p = NULL. Nous définissons aussi la date do de façon suivante : do = do si do n est pas NULL et do = current timestamp si do est NULL. Si l offre est valide alors l insertion de l offre (i,a,do,p) doit être remplacée par l insertion de (i,a,do,p ). Remarque. Pour les deux triggers il faut écrire la fonction qui implémente le trigger et la commande INSERT TRIGGER. Exercice 3 - XPath et XQuery - 8 points Les questions ci-dessous sont basées sur le document catalogue.xml. Pour comprendre la structure de fichier catalogue.xml nous donnons ici un petit extrait : <?xml version= 1.0 encoding= iso ?> <CATALOGUE> <LIVRES> <LIVRE lang= eng > <AUTEUR idauteur= 3 /> <AUTEUR idauteur= 4 /> 3

4 <TITRE>Computational complexity: a modern approach</titre> <EDITEUR>Cambridge University Press</EDITEUR> <ISBN> </ISBN> <ANNEE>2009</ANNEE> </LIVRE> <LIVRE lang= fr > <AUTEUR idauteur= 5 /> <AUTEUR idauteur= 6 /> <TITRE> Analyse mathématque. Grands théorèmes du vingtième siècle. </TITRE> <EDITEUR>Calvage & Mounet</EDITEUR> <ISBN> </ISBN> <ANNEE>2009</ANNEE> </LIVRE> <LIVRE lang= fr > <AUTEUR idauteur= 7 /> <TITRE> Les liaisons dangereuses </TITRE> <EDITEUR>Gallim ar d</editeur> <ANNEE>1972</ANNEE> </LIVRE> </LIVRES> <AUTEUR idauteur= 3 > <PRENOM>Sanjeev</PRENOM> <NOM>Arora</NOM> <AnneeNaiss>1968</ AnneeNaiss> <AUTEUR idauteur= 4 > <PRENOM>Boaz</PRENOM> <NOM>Barak</NOM> <AUTEUR idauteur= 5 > <PRENOM>Den is</prenom> <NOM>Choimet</NOM> <AUTEUR idauteur= 6 > <PRENOM>Hervé</PRENOM> <NOM>Queffélec</NOM> 4

5 <AUTEUR idauteur= 7 > <PRENOM>Pierre</PRENOM> <NOM>Choderlos de Laclos</NOM> <AnneeNaiss>1741</ AnneeNaiss> <AnneeMort>1803</AnneeMort> </CATALOGUE> Le fichier complet contient beaucoup plus de livres et d auteurs et les question qui suivent concernent le fichier complet catalogue.xml et non le petit extrait ci-dessus. Comme vous pouvez constater catalogue.xml est un catalogue de livres, le noeud CATALOGUE contient deux fils : LIVRES et AUTEURS. Le fils LIVRES du CATALOGUE contient plusieurs livres. Chaque livre peut avoir plusieurs auteurs 1. Question 1: Écrire une expression XPath qui donne les titres de livres écrits en français et publiés après Question 2: Expliquer ce que affiche la requête XQuery suivante : for $x in distinct-values(//livre[editeur= Gallimard for $y in /CATALOGUE/AUTEURS/AUTEUR where = $x return <li> { $y/nom/text(),, $y/prenom/text() } </li> Remarque : La fonction distinct_values supprime les doublons. Question 3: Écrire une requête XQuery qui affiche les titres de tous les livres d Alexandre Dumas. Le résultat doit sortir sous la forme : <tr> <td> titre 1 </td> <td> lang 1</td> </tr> <tr> <td> titre 2 </td> <td> lang 2</td> </tr>... <tr> <td> titre n </td> <td> lang n</td> </tr> où lang est la valeur de l attribut lang. Pour simplifier on ne demande pas de supprimer les doublons, donc si le livre avec le même titre apparaît plusieurs fois dans le catalogue (par exemple édité par des éditeurs différents) alors il peut apparaître plusieurs fois dans le résultat. Exercice 4 - transactions (1.5 point) Question 1: On exécute la transaction suivante : 1. Noter que les éléments AUTEUR qui apparaissent comme les descendants d un LIVRE donnent les auteurs de ce livre et contiennent uniquement l attribut idauteur qui permet d identifier l auteur. L auteur lui-même est présenté en détail dans la partie CATALOGUES/AUTEURS du catalogue. En particulier il ne faut pas confondre AUTEURS et AUTEUR qui apparaissent comme le fils et petits-fils d un LIVRE avec AUTEURS et AUTEUR qui sont le fils et petit-fils de CATALOGUE 5

6 start transaction ; insert into T values (1,2 savepoint A; insert into T values (2,3 savepoint B; insert into T values (3,4 rollback to A; insert into T values (5,6 rollback to A; insert into T values (5,6 commit; En supposant que la table T est initialement vide, quel est le contenu de T à la fin de la transaction? Question 2: On exécute on parallèle deux transactions : start transaction isolation level seralizable; insert into s values(1,1 select * from S; commit; START transaction isolation level read committed; select * from S; select * from S; commit; La transaction à gauche c est la transaction T1, à droit T2. L ordre d exécution de différentes commandes est celui de haut vers le bas, par exemple commit de T1 est entre deux select de T2. Initialement la table S est vide. Indiquer ce que affiche chaque select. Question 3: Est-ce que quelque chose change dans l exercice précédent si T 2 était ouvert avec isolation level serializable? (On garde l ordre d exécutions de différentes commandes et S est vide au début). Exercice 5 - plan d exécution, indexes (1 point) On exécute : explain select * from X,Y where X.A = 4 and X.B=Y.B; et on obtient le plan d exécution suivant : Hash Join Hash Cond: (y.b = x.b) -> Seq Scan on y 6

7 -> Hash -> Seq Scan on x Filter: (a = 4) (les estimation de coût sont supprimées). On sait qu il y a un index B-arbre sur l attribut A de la table X. Question 1: Est-ce que cet index est utilisé si on exécutera cette requête select? Question 2: Expliquer très brièvement comment cette requête select sera réalisée (quelle opérations élémentaire dans quel ordre?) 7

Le sujet comporte 6 pages.

Le sujet comporte 6 pages. Université Paris 7 Master 1 Informatique, Bases de données avancées. 15 janvier 2013 Durée : 3 heures. Documents manuscrits, notes de cours, notes de TD/TP autorisés. Livres, ordinateurs, téléphones portables

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

TD6 - Audit. Corrigé. 14 janvier 2016

TD6 - Audit. Corrigé. 14 janvier 2016 TD6 - Audit Corrigé Chantal Keller 14 janvier 2016 1 Généralités Question 1 Peut-on avoir confiance dans les tests détection d infection (c est-à-dire regardant a posteriori

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

TP1 - Corrigé. Manipulations de données

TP1 - Corrigé. Manipulations de données TP1 - Corrigé Manipulations de données 1. Démarrez mysql comme suit : bash$ mysql -h 127.0.0.1 -u user4 -D db_4 p Remarque: le mot de passe est le nom de user. Ici user4 2. Afficher la liste des bases

Plus en détail

«13_PHP MySQL Synthèse»

«13_PHP MySQL Synthèse» «13_PHP MySQL Synthèse» Dans cet exercice nous allons voir comment alimenter une ou plusieurs tables avec les données qui proviennent d'un même formulaire. Alimenter une table Pour commencer vous allez

Plus en détail

TD4 - Autoformation 2

TD4 - Autoformation 2 Base de Données Avancées B Enseignant : Pierre Parrend Licence Professionnelle CE-Stat 06.03.2006 TD4 - Autoformation 2 1 Formes normales 1.1 Exercice 1 Considérez la relation suivante : VenteVoiture(NumVoiture,

Plus en détail

Optimisation. Bases de Données. Année 2007-08

Optimisation. Bases de Données. Année 2007-08 Optimisation Bases de Données Année 2007-08 Les index Les index sont utilisés pour accélérer l accès aux données. fonction de hachage qui permet de retrouver rapidement un ou des enregistrements les clés

Plus en détail

Projet de Base de données

Projet de Base de données Julien VILLETORTE Licence Informatique Projet de Base de données Année 2007-2008 Professeur : Marinette Savonnet Sommaire I) Introduction II) III) IV) Diagrammes a. Diagramme Use Case b. Diagramme de classes

Plus en détail

Bases de données. cours 5. www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~zielonka

Bases de données. cours 5. www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~zielonka Bases de données cours 5 www.liafa.univ-paris-diderot.fr/~zielonka R a b c 1 8 1 1 6 2 2 11 1 2 6-5 S c d 2 6 3 2 3 1 13 9 select sum(a*d) as X, C from R natural join S where C in (select a+1 from R) group

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008 Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2 Jonathan Winandy Juillet 2008 1 Table des matières 1 Introduction 3 2 Le modèle Nested set 3 2.1 Présentation du modèle..........................................

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe

Plus en détail

Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 3 : SQL

Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 3 : SQL Module Com231A - Web et Bases de Données Notion 3 : SQL Qu est ce qu une base de données? Introduction Une base de données est un ensemble d au moins un tableau contenant des données. Exemple : une base

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL Bases de Données Relationnelles SQL Le langage de définition des données de SQL Introduction SQL : Structured Query Language SQL est normalisé SQL 2: adopté (SQL 92) SQL 3: adopté (SQL 99) Standard d'accès

Plus en détail

TP n o 14 : Bases de données, première partie

TP n o 14 : Bases de données, première partie TP n o 14 : Bases de données, première partie I Introduction Dans ce TP nous allons effectuer des opérations élementaires sur une base de données ne comportant qu une seule table. Lors de la prochaine

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL Les bases de données relationnelles Le langage SQL est un langage universel destiné à travailler sur des bases de données relationnelles. Nous considérerons ici qu'une base

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Bases de données IUP2. Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé

Bases de données IUP2. Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé Bases de données IUP2 Sujet de l examen du 20 janvier 2004 (8h30-11h30) et son corrigé 1 Requêtes 1. On considère une relation suivante : Ordinateur(IP, nom, constructeur, modèle, lieu) Représentez EN

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

PHP 6. www.fenetresurtoile.com PHP 6. Jean-François Ramiara. FAD Réseau Pyramide 14/01/2013 Toulouse. Copyright J.F. Ramiara Tous droits réservés

PHP 6. www.fenetresurtoile.com PHP 6. Jean-François Ramiara. FAD Réseau Pyramide 14/01/2013 Toulouse. Copyright J.F. Ramiara Tous droits réservés www.fenetresurtoile.com Jean-François Ramiara FAD Réseau Pyramide 14/01/2013 Toulouse 1 www.fenetresurtoile.com Sommaire Introduction Ajout avec SQL Modification avec SQL Suppression avec SQL Mises à jour

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

ADMIN SGBD TP 1. Préliminaires. Dictionnaire des données. Utilisateurs, vues et autorisations

ADMIN SGBD TP 1. Préliminaires. Dictionnaire des données. Utilisateurs, vues et autorisations ADMIN SGBD TP 1 Préliminaires L'objectif de ce TP est de: installer l environnement (PostgreSQL, base, tables), créer des utilisateurs, des vues, et de gérer les privilèges, créer des triggers, utiliser

Plus en détail

Baccalauréat technologique. Gestion des systèmes d information SESSION 2007. Éléments de correction et barème

Baccalauréat technologique. Gestion des systèmes d information SESSION 2007. Éléments de correction et barème Baccalauréat technologique Gestion des systèmes d information SESSION 2007 Épreuve de spécialité Partie écrite Éléments de correction et barème Liste des dossiers Barème Dossier 1 : Analyse du système

Plus en détail

Faculté I&C, Claude Petitpierre, André Maurer. Bases de données. SQL (Structured Query Language)

Faculté I&C, Claude Petitpierre, André Maurer. Bases de données. SQL (Structured Query Language) Bases de données SQL (Structured Query Language) Une base de données contient des tables idv region cepage annee Lavaux chasselas 2005 Chianti sangiovese 2002 2 Bourgogne pinot noir 2000 Le nom et le type

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1 Introduction Bloc PLSQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Définition Utilité Triggers ( déclencheurs

Plus en détail

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des.

1/28 XML. I XML = extensible markup language. I Langage de description de documents (semi)-structurés, utilisant des. 1/28 2/28 Anne-Cécile Caron Master MIAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 XML I XML = extensible markup language I Langage de description de documents (semi-structurés, utilisant des balises

Plus en détail

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4 DUT Génie Biologique Option Bioinformatique Les bases de données relationnelles avec MySQL Éric Pipard Travaux Pratiques n 4 Jointures externes Requêtes internes et externes Vues et transactions Objectifs

Plus en détail

Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation

Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation Implémentation des opérateurs relationnels et optimisation Les opérateurs étudiés On regarde d abord les opérateurs pris un à un La sélection : σ La projection : π La jointure : ensuite, on s intéressera

Plus en détail

SQL : le Langage de Définition de Données

SQL : le Langage de Définition de Données Nadi Tomeh Slides par Amélie Gheerbrant SQL SQL permet d interroger et de créer, de modifier et de supprimer des bases de données et des données. SQL query : interrogation de données pas de modification

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010

LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010 Nom : Prénom : page 1 Transactions Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 - UFR 919 - Licence d'informatique LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010 Durée : 2h ---documents autorisés On note Li(X) : lecture

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant Lycée La Martinière-Monplaisir 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : titre date Gran Torino 2008

Plus en détail

LI345 - EXAMEN DU 30 MAI 2012

LI345 - EXAMEN DU 30 MAI 2012 N d anonymat : page 1 LI345 - EXAMEN DU 30 MAI 2012 Durée : 2h ---documents autorisés Transactions Soit la relation R(x, y) contenant 10 nuplets pour lesquels l attribut x vaut respectivement de 1 à 10.

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : The good, the Bad and the Ugly 1966

Plus en détail

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée

Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Fonctions Nombre Dérivé Fonction dérivée Ce chapitre est le chapitre central de la classe de Terminale STG. Il permet (en partie) de clore ce qui avait été entamé dés le collège avec les fonctions affines

Plus en détail

2.Créer les pages PHP pour consulter et mettre à jour la table annuaire

2.Créer les pages PHP pour consulter et mettre à jour la table annuaire Université Nice Sophia Antipolis 2007-2008 LPSIL UE SIL-TC3-P1 Module: OSI, INTERNET ET PROGRAMMATION WEB TP 5 Annexe- Utilisation d ORACLE Objectif : Base de Donnée sous ORACLE et PHP Correction : la

Plus en détail

6 Transactions (sécurité des données, gestion des accès concurrents)

6 Transactions (sécurité des données, gestion des accès concurrents) 6 Transactions (sécurité des données, gestion des accès concurrents) Transaction Définition : suite d'actions (lectures/écritures) qui manipule/modifie le contenu d une BD en maintenant la cohérence des

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

INSTRUCTIONS VSGIS.CH

INSTRUCTIONS VSGIS.CH INSTRUCTIONS VSGIS.CH Espace protégé avancé Rue de la Métralie 26 Autor: NS 3960 Sierre Mandat: 0933 Tel. 027 / 455 91 31 Version: 2.3 02.09.2014 info@rudaz.ch GUIDE RAPIDE L accès aux WebSIG communaux

Plus en détail

«14_Synthese _PHP_MySQL_cours_4»

«14_Synthese _PHP_MySQL_cours_4» «14_Synthese _PHP_MySQL_cours_4» Maintenant que nous nous sommes connectés à la base de données et y avons mis des informations via un formulaire (cours 13), nous allons voir comment interroger nos tables

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010

LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010 Nom : Prénom : page 1 Transactions Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 - UFR 919 - Licence d'informatique LI345 - EXAMEN DU 4 JUIN 2010 Durée : 2h ---documents autorisés On note Li(X) : lecture

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Jusque là, nous avons réalisé toutes les interrogations possibles sur les données, sans pour autant savoir comment gérer leurs structures. Dans ce chapitre,

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

Sélections de noeuds. XQuery. Prédicats (condition) FLWOR

Sélections de noeuds. XQuery. Prédicats (condition) FLWOR Sélections de noeuds XQuery Wieslaw Zielonka 9 décembre 2012 Les fonctions de XQuery permettent d extraction de données de document xml. La fonction doc() sert à ouvrir un fichier xml : doc( purchaseorders.xml

Plus en détail

Passer de Joomla! 1.6.5 ou 1.6.6 à 1.7

Passer de Joomla! 1.6.5 ou 1.6.6 à 1.7 Passer de Joomla! 1.6.5 ou 1.6.6 à 1.7 Tiré de la documentation officielle de Joomla! Conseil : faites toujours un essai en local avant de modifier votre site en ligne! Prérequis Si votre site n est pas

Plus en détail

On obtient : let $b := doc("books.xml")//book let $avg := average( $b//price ) return $b[price > $avg]

On obtient : let $b := doc(books.xml)//book let $avg := average( $b//price ) return $b[price > $avg] Fonctions Pre-définies En XQUERY on a des fonctions min, max, count, sum et avg analogues à celles de SQL. On a déjà vu des exemples avec count. Quels livres sont plus chers que la moyenne? let $b := doc("books.xml")//book

Plus en détail

Bases de données sous Access

Bases de données sous Access Bases de données sous Access Plan Initiation aux bases de données Application sous Access Structure d une base de données Langages de manipulation de données Algèbre relationnelle (théorique) QBE d Access

Plus en détail

Travailler à plusieurs

Travailler à plusieurs Chapitre 9 Travailler à plusieurs Il existe plusieurs façons d utiliser Word pour partager des informations avec d autres personnes. C est à vous de décider avec qui vous voulez partager les informations

Plus en détail

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX Oracle 12c Programmez avecsqletpl/sql Exercices et corrigés Téléchargement www.editions-eni.fr 90 QCM 93 travaux pratiques et leurs corrigés Près de 28 H de mise en pratique Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie

Plus en détail

XQuery. Wieslaw Zielonka. 9 avril 2015

XQuery. Wieslaw Zielonka. 9 avril 2015 XQuery Wieslaw Zielonka 9 avril 2015 Sélections de noeuds Les fonctions de XQuery permettent d extraction de données de document xml. La fonction doc() sert à ouvrir un fichier xml : doc( purchaseorders.xml

Plus en détail

Configuration d une politique de sauvegarde

Configuration d une politique de sauvegarde Configuration d une politique de sauvegarde Pré-requis à cette présentation La lecture de ce guide suppose que vous avez installé l agent SFR Backup sur l équipement que vous souhaitez sauvegarder. Il

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

MANUEL E-CATALOGUE POUR ENTREPRISES. 30/09/2015 - Version 600

MANUEL E-CATALOGUE POUR ENTREPRISES. 30/09/2015 - Version 600 MANUEL E-CATALOGUE POUR ENTREPRISES CONDITIONS D UTILISATION Droits Le SPF Personnel et Organisation conserve tous les droits (dont les droits d auteur, droits de marque et brevets) relatifs à cette information

Plus en détail

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

Créer mon premier squelette

Créer mon premier squelette Créer mon premier squelette Avec ce tutoriel, découvrez progressivement le fonctionnement de SPIP en construisant votre premier squelette. Pas à pas, comment créer un SPIP qui défie les limites. Créer

Plus en détail

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R.

SQL Description des données : création, insertion, mise à jour. Définition des données. BD4 A.D., S.B., F.C., N. G. de R. SQL Description des données : création, insertion, mise à jour BD4 AD, SB, FC, N G de R Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Mars 2015 BD4 (Licence MIASHS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/21

Plus en détail

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle 1. Manipulation de l utilitaire Oracle de chargement de données SQL*Loader Des fichiers de données au format CSV (Comma

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

CREATION WEB DYNAMIQUE

CREATION WEB DYNAMIQUE CREATION WEB DYNAMIQUE IV ) MySQL IV-1 ) Introduction MYSQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requêtes vers les bases de données relationnelles. Le serveur de

Plus en détail

Examen Partiel - Bases de Données - Valeur C Module: Web et Données Durée: 2h30 heures, 9 Avril 2002

Examen Partiel - Bases de Données - Valeur C Module: Web et Données Durée: 2h30 heures, 9 Avril 2002 9/4/2002 Conservatoire National des Arts et Métiers Paris 1 1. XML et DTD (4 points) Examen Partiel - Bases de Données - Valeur C Module: Web et Données Durée: 2h30 heures, 9 Avril 2002 Voici une table

Plus en détail

Cours HTML/PHP. Cours HTML/PHP. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours HTML/PHP. Cours HTML/PHP. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours HTML/PHP E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Pages Web Pages Web statiques Principe de fonctionnement : L utilisateur demande l accès à une page Web depuis son navigateur. Adresse tapée, clic

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données ORACLE SQL LDD Langage de définition de données Le langage SQL (Structured Query Language) SQL a été normalisé par l ANSI puis par l ISO depuis 1986 sous ses différents aspects : LDD : définition des données

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Séance d Exercices Dirigés HTML et JavaScript

Séance d Exercices Dirigés HTML et JavaScript Séance d Exercices Dirigés HTML et JavaScript EXERCICE 1 1) le but de cet exercice est de construire l'interface suivante en html: 2) Par la suite on veut un document composé de deux frames, l'une nommée

Plus en détail

Pages Web statiques. LIF4 - Initiation aux Bases de données : PHP. Pages Web dynamiques. Illustration. Illustration

Pages Web statiques. LIF4 - Initiation aux Bases de données : PHP. Pages Web dynamiques. Illustration. Illustration statiques LIF4 - Initiation aux Bases de données : E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery Principe de fonctionnement : L utilisateur demande l accès à une page Web depuis

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X 7 Étude de cas : la boutique MX Dans ce dernier chapitre, nous allons exploiter Dreamweaver MX pour développer une boutique marchande utilisant la technologie

Plus en détail

Chapitre 5. Le monopole

Chapitre 5. Le monopole Chapitre 5. Le monopole 5.1. Présentation. Une entreprise est dite en situation de monopole lorsqu elle est l unique offreur sur le marché d un bien, si le nombre de demandeurs sur le marché est grand

Plus en détail

PostgreSQL. quand on est développeur. Dimitri Fontaine dimitri@2ndquadrant.fr. 31 Octobre 2012

PostgreSQL. quand on est développeur. Dimitri Fontaine dimitri@2ndquadrant.fr. 31 Octobre 2012 PostgreSQL quand on est développeur Dimitri Fontaine dimitri@2ndquadrant.fr 31 Octobre 2012 Dimitri Fontaine dimitri@2ndquadrant.fr PostgreSQL 31 Octobre 2012 1 / 29 Dimitri Fontaine 2ndQuadrant France

Plus en détail

Définition de contraintes. c Olivier Caron

Définition de contraintes. c Olivier Caron Définition de contraintes 1 Normalisation SQL-92 Les types de contraintes 1 Les types de contraintes Normalisation SQL-92 Les contraintes de domaine définissent les valeurs prises par un attribut. 1 Les

Plus en détail

DROP TABLE Aeroport CASCADE CONSTRAINTS; CREATE TABLE Aeroport ( VARCHAR(60) NOT NULL, CONSTRAINT PK_aeroport primary key (codeaeroport) );

DROP TABLE Aeroport CASCADE CONSTRAINTS; CREATE TABLE Aeroport ( VARCHAR(60) NOT NULL, CONSTRAINT PK_aeroport primary key (codeaeroport) ); / Fichier: tp1-2.sql Nom: Martin Rancourt - Matricule: 14059412 Nom: Vincent Ribou - Matricule: 14042001 Description : Travail pratique #1 partie 2. Base de données qui permet de gérer les vols d une compagnie

Plus en détail

Les Bases de Données

Les Bases de Données Les Bases de Données 1. Introduction 1.1 Définition On peut parler de bases de données partout où des informations sont plus ou moins structurées et rassemblées dans des systèmes organisés. La gestion

Plus en détail

Plan de la scéance. Modélisation et conception de bases de données. Que doit-on concevoir? L3Pro SCT Bases de données et programmation

Plan de la scéance. Modélisation et conception de bases de données. Que doit-on concevoir? L3Pro SCT Bases de données et programmation Modélisation et conception de bases de données L3Pro SCT Bases de données et programmation Mathieu Sassolas IUT de Sénart Fontainebleau Département Informatique Année 2015-2016 Plan de la séance 3 2 /

Plus en détail

Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel)

Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel) Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel) Table des matières Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel)... 5.1 Mode en ligne... 5.2 Titres... 5.4 Liste des informations boursières présentées

Plus en détail

Présentation de XQuery

Présentation de XQuery 97 Chapitre 5 Présentation de XQuery 1. Présentation de XQuery Présentation de XQuery XML Query (plus communément appelé XQuery) est une spécification du W3C. De nos jours, de nombreux documents sont au

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés-

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés- -Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées et Les Clichés- Les vues : 1. Définition et intérêts : Une Vue est une table logique pointant sur une ou plusieurs tables ou vues et ne contient physiquement

Plus en détail

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD

Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD Le langage SQL pour Oracle - partie 1 : SQL comme LDD 1 SQL : Introduction SQL : Structured Query Langage langage de gestion de bases de donn ees relationnelles pour Définir les données (LDD) interroger

Plus en détail

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013

NFA 008. Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 NFA 008 Introduction à NoSQL et MongoDB 25/05/2013 1 NoSQL, c'est à dire? Les bases de données NoSQL restent des bases de données mais on met l'accent sur L'aspect NON-relationnel L'architecture distribuée

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD

TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD TRAVAUX PRATIQUES DE BASES DE DONNEES PARTIE A : CONCEPTION DU MCD ET MLD Cette partie est à réaliser sur papier uniquement. Il s agit de réaliser un modèle conceptuel de données (MCD) suivi du modèle

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA REUNION

DEPARTEMENT DE LA REUNION PUMA/Guide utilisation / Version2.0 DEPARTEMENT DE LA REUNION MISE EN LIGNE DES PUBLICITES < 90 000 GUIDE D UTILISATION DI/Service Etudes Mise à jour le 6 mars 2005 1/8 SOMMAIRE 1 PRESENTATION... 3 2 PRINCIPE

Plus en détail

Interface Webspirs v 5.1 (SilverPlatter-Ovid)

Interface Webspirs v 5.1 (SilverPlatter-Ovid) Interface Webspirs v 5.1 (SilverPlatter-Ovid) Interrogation des bases sur abonnement Current Contents, CAB Abstracts, Georef et Francis Elisabeth Ambert - 29/11/2005 1 ACCES sur abonnement institutionnel

Plus en détail

Afin de réaliser l exercice ci-dessus, suivre les étapes suivantes :

Afin de réaliser l exercice ci-dessus, suivre les étapes suivantes : - Appliquer un formatage conditionnel. Durée : une période pour les pages -3 - Ouvrir la Base de données «identification_produits» qui a été créée à la leçon précédente - Générer un rapport à partir de

Plus en détail

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role

Base de donnée relationnelle. Exemple de table: Film. Exemple de table: Acteur. Exemple de table: Role. Contenu de la table Role IFT7 Programmation Serveur Web avec PHP Introduction à MySQL Base de donnée relationnelle Une base de données relationnelle est composée de plusieurs tables possédant des relations logiques (théorie des

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 9 Concepts avancés. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 9 Concepts avancés. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 9 Concepts avancés Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés

Plus en détail

Fiches Outil Acces Sommaire

Fiches Outil Acces Sommaire Fiches Outil Acces Sommaire Fiche Outil Access n 1 :... 2 Le vocabulaire d Access... 2 Fiche Outil Access n 2 :... 4 Créer une table dans la base... 4 Fiche Outil Access n 3 :... 6 Saisir et modifier des

Plus en détail

Année Universitaire 2010/2011 Session 2 de Printemps

Année Universitaire 2010/2011 Session 2 de Printemps Année Universitaire 2010/2011 Session 2 de Printemps DISVE Licence PARCOURS : CSB4 & CSB6 UE : INF 159, Bases de données Épreuve : INF 159 EX Date : Lundi 20 juin 2011 Heure : 11 heures Durée : 1 heure

Plus en détail

8. Protection des SGBD

8. Protection des SGBD 8. Protection des SGBD 8.1 Introduction Les SGBD courent certains dangers que nous pouvons répertorier en : - accidents logiciels - utilisation pernicieuse - pannes matérielles Les SGBD doivent faire face

Plus en détail

DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS

DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS Auteur : Alain Ladureau DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS TI-Nspire CAS 1. Objectifs Découvrir la notion de développement limité. Utiliser des développements limités dans l étude locale des fonctions. Les appliquer

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Examen final Master 1 Ingénierie Mathématique Bases de données relationnelles Benjamin Auder 25 mars 2015 Exercice 0 [Environ 0% des points] Tux peut-il voler? Justifiez la réponse. Exercice 1 [Environ

Plus en détail

Guide d utilisation MANITOU

Guide d utilisation MANITOU Guide d utilisation Libre service DOTATION MANITOU 19 mars 2012 L'information ci incluse est la propriété intellectuelle de MOMENTUM TECHNOLOGIES inc., et ne peut être utilisée, reproduite ou divulguée

Plus en détail

Introduction à XML. 1. Notions de base. Introduction à XML

Introduction à XML. 1. Notions de base. Introduction à XML Introduction à XML INTRODUCTION À XML 1. NOTIONS DE BASE 2. EXEMPLE SIMPLE 3. SYNTAXE XML 3.1. LES CARACTÈRES SPÉCIAUX 4. DTD 5. DOCUMENT XML AVEC FEUILLE DE STYLE CSS 6. XLS ET XSLT 6.1. EXEMPLE DE DOCUMENT

Plus en détail