Mobile Money : Innovation, développement des populations de la BoP et démocratisation des services financiers.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mobile Money : Innovation, développement des populations de la BoP et démocratisation des services financiers."

Transcription

1 MobileMoney:Innovation,développementdespopulationsdelaBoP etdémocratisationdesservicesfinanciers. EcoleCentraleParis EcoledoctoraleSciencespourl ingénieur287 LaboratoireGI,EquipederechercheEPOCC Directeurdethèse:EléonoreMounoud,HDRsectionCNU06 Partenaireacadémique:LoïcSadoulet,INSEAD,Africainitiative Partenaireindustrielpotentiel:GSMA(associationmondialesdesopérateurs GSM,enparticulierl initiativemmumobilemoneyfortheunbanked) Présentationduprojetderecherche La bancarisation de la population est une étape préalable au développement économique. L accès auxservicesbancairespermetdefaciliterlesfluxfinanciers,destimulerl économielocaleparl accès au crédit et également d évoluer vers une économie plus formelle en raison de la traçabilité des opérations.letauxdebancarisationestgénéralementcorréléaudéveloppementéconomiqued un pays 1. En effet, le taux de bancarisation de l Union Européenne et des Etats Unis est globalement supérieurà90%tandisquecetauxestd environ40%pourlebrésiletl Argentineetresteinférieurà 10%pourlespaysdel Afriquesubsaharienne2.La«BaseoftheeconomicPyramid»(BoP)représente 4 milliards d individus et un revenu de 5 milliards de dollars 3 soit 7% du PIB mondial et presque le doubledeceluidelafrance.l accèsauxservicesfinanciersdelapopulationdelabopreprésenteun desenjeuxmajeursdudéveloppementéconomiqueduxxiesiècle. L émergencedelatéléphoniemobileaouvertunnouveaumarchépourlesecteurbancairegrâceau «mobilemoney»avec100millionsd utilisateursen2010.le«mobilemoney»offreunproduitde substitution aux principaux services bancaires classiques, ce service permettant principalement d effectuer des paiements et des dépôts. Parmi la population mondiale non bancarisée, plus d un milliard de personnes disposent d un téléphone portable, laissant entrevoir un potentiel de développement à terme important pour ce nouveau service4 (estimation de 300 et 700 millions d utilisateursdu«mobilemoney»àéchéance2013et2015). 1 CGAP(GroupeBanqueMondiale),FinancialAccess2010,Lasituationdel inclusionfinancièreàtraversla crise, PeacheyS.etRoeA.,(2004),«Accesstofinance.Astudyfortheworldsavingsbanksinstitute»,OxfordPolicy Management,78p. 3 TheNextFourBillion.MarketSizeandBusinessStrategyattheBaseofthePyramid,WorldResourcesInstitute andinternationalfinancecorporation,march KasturiRanganV.andLeeK.,MobileBankingfortheUnbanked,HarvardbusinessSchoolCaseStudy, ,June9,2011 1

2 L innovationtechnologiquedelatéléphoniemobilepermetdepallierlesdifficultésàlabancarisation despopulationsconstituantla«baseoftheeconomicpyramid».eneffet,lesbanquesneciblentpas cespopulationsenraisondeleursfaiblesrevenusjugés insuffisantspour couvrir lesfraisbancaires nécessairesàl établissementd unerelationrentable;ceconstatétantparfoisaccentuéparlafaible densité de certaines zones. Au delà d un impact économique, le «mobile money» peut contribuer audéveloppementsociétaletenvironnementaldesbop,enréduisantnotammentlesdéplacements etlerisqued agressionassociésauxtransfertsd argententredesparticuliers. Positionnementscientifiqueduprojet Auseindelacommunautéscientifique,lesujetdesBoPalimentedenombreuxdébatsenopposant desvisionsdifférentesdudéveloppementpotentieldecespopulations.siprahaladetstuartl.hart jugentquelabopreprésenteunmarchéàfortpotentielpourlesmultinationales5,karnanilaqualifie demarché troprestreintavecuncoûtd accèsélevé enraisondesdifficultésdedistribution6.selon Karnani,laBoPnereprésentantpasunmarchéattractifpourlesmultinationales,leprincipalfacteur dedéveloppementrésidedansl utilisationdecespopulationscommeressourcespourlaproduction. L innovationsocialeauprofitdesbopalongtempsétéperçuecommeuneactiviténonrentablevoire aumieuxàl équilibre.atitred exemple,l étudedecasdebernardgarrettesurl initiatived ESSILOR India de démocratiser l accès aux lunettes aux populations de la BoP démontre que cette activité dégage un résultat à l équilibre (couvre les dépenses d exploitation)7. Néanmoins, l expérience du mobile money apporte un nouvel éclairage à ce débat dans la mesure où cette activité qui cible la BoPs appuied unepartsurlespopulationslocalespourenassurerladistributionetdégaged autre partdesprofitssignificatifs.lasociétém PESA(filialedeVodafone)opérantauKenyaafaitl objetde nombreusesétudesdecasetd articles(voirnotammentlestravauxdeloïcsadouletàl INSEAD).Ces différentes études soulignent la rapide adoption des services de M PESA par la population et la rentabilité de cette activité en pleine expansion. Le«mobile money» concilierait il le développementdurableauprèsdesbopetlarentabilitédel investisseursocial? En effet, le «mobile money» soulève de nombreuses questions qui ne sont encore que partiellementtraitées.lesfacteursderéussiteoud échecdecetteactivitédans lesdifférentspays nesontpasencore identifiés.demême lescontraintes(notammentla lutteanti blanchiment KYC8) etlesopportunitéspesantàtermesurledéveloppementdecetteactivitérestentàexplorer.cesujet s intègreparailleursdanslecadredudéveloppementd uneéconomiemondialedelaconnaissance: eneffet,leniveaud éducationdelapopulationconditionneledéveloppementdecetteactivitéqui nécessite des relais auprès des populations pour la distribution ainsi qu un niveau minimum de connaissance pour les utilisateurs de ce service. Le mobile money est par ailleurs une innovation rendue possible grâce à la généralisation des systèmes de communication: de fait, l évolution technologiquedessystèmesdecommunicationetleurdiffusionauprèsdespopulationsdesbop(4g, smartphone)aurauneinfluencesurcetteactivité. 5 TheFortuneattheBottomofthePyramidatWartonPublishing, FortuneattheBottomofthePyramid:AMirage, Karnani,Garrette,Kasalow,Lee,Bettervisionforthepoor,StanfordSocialInnovationReview eme Knowyourcustomer,3 directiveeuropéennerelativeàlalutteantiblanchiment 2

3 Defait,le«mobilemoney»estprésentécommeunsubstitutàlabanquededétail,cetteactiviténe proposetoujourspasdecrédit, indispensableaudéveloppementdel économie.ledéveloppement d une offre de crédit soulèverait de nombreuses problématiques comme la gestion du risque de crédit.riennegarantitdoncquecetteactivitéauraàtermedesimpactspositifsetsignificatifsdans lesensdudéveloppementdurable,surlasociétéetl économieauprèsdespopulationsdesbop. Objectifsduprojetderecherche: L objectifdeceprojetderechercheestdemieuxcomprendrelesdifférentsimpacts(économiques, sociétauxetenvironnementaux)surledéveloppementdes«bop»résultantdesmodèlesd affaires (ou«businessmodel»)innovantstelsquele«mobilemoney».ceprojets attachera égalementà analyserlebusinessmodelactueldesopérateursde«mobilemoney»ainsiquelesopportunitéset menacespesantsurledéveloppementdecemarché.plusglobalement,ceprojetviseàconstruireun point de vue sur les conséquences d une mutation vers une économie de la connaissance pour les BoP, à savoir si de par cette mutation, l entreprenariat social (développement durable) auprès des populationsdesbopetlaprofitabilitédel investissementpeuventêtreréconciliés. Méthodologiederechercheproposée: Laméthodologiesuivanteestproposéeafinderéaliserceprojetdedoctorat: Analysecroiséeentredonnéesdusecteurfinancier(tauxdebancarisation,encoursdépôtset crédits),principauxindicateurssociauxéconomiques (PIB, %populationrurale, %économie informelle,éducation,tauxd équipement entéléphoniemobile ).Etude del évolutiondes infrastructuresetdestechnologiesliéesàlatéléphoniemobileavecunfocussurlespaysen voiededéveloppement Analysedumarchéetdesdifférentesoffresmobilemoneynotammentdanslespaysenvoie dedéveloppement(évolutiondunombredeclients,revenus générés,rentabilité,différents servicesproposés ). Etude de cas sur les business model d opérateurs de «mobile money» (avec plusieurs exemplesd opérateurstéléphoniquesetdefilialesdegroupebancaire).miseenévidencede facteursdesuccès. Veillesurlesautresinnovationsdanslesecteurbancairedespaysenvoiededéveloppement facilitantl accèsauxpersonnesnonbancarisées(exemple:«cartesalaire»,cartederetrait pourchaquesalariéd une entreprisedéjàclientedelabanque;permetaux entreprisesde nepluspayerenliquideleursemployésnonbancarisés) Analyse des contraintes (risques réglementaires, de crédit, techniques) et opportunités associéesau«mobilemoney».focussurlagestiondescrédits,laliquiditéetlescontraintes de conformité, analyse comparative des processus de maitrise de ces risques par les banques,sociétésdemicro créditetlecaséchéantopérateursde«mobilemoney» Modélisationdesimpactspositifsetéventuellementnégatifspourlespartiesprenantesaux modèlesmobilemoney:multinationales(opérateurstelecom,banques),entrepriseslocales, états, populations des BoP (gain de temps pour les usagers, de transports, de matériels, baissedesagressions ) 3

4 Bibliographie Conceptssurla«BaseofthePyramide»etétudessurlabancarisation C.K. Prahalad and Stuart L. Hart, The Fortune at the Bottom of the Pyramidat Warton Publishing,2004 AneelG.Karnani,FortuneattheBottomofthePyramid:AMirage,2007 HartS.,SimanisE.,TheBaseofthePyramidProtocol:TowardNextGenerationBoPStrategy, 2008 CGAP(GroupeBanqueMondiale),FinancialAccess2010,Lasituationdel inclusionfinancière àtraverslacrise,2010 Peachey S. et Roe A., (2004), «Access to finance. A study for the world savings banks institute»,oxfordpolicymanagement,78p. The NextFour Billion. MarketSizeand BusinessStrategyatthe Baseofthe Pyramid, World ResourcesInstituteandInternationalFinanceCorporation,March2007 Karnani, Garrette, Kasalow, Lee, Better vision for the poor, Stanford Social Innovation Review,2011 HartS.,SimanisE.,TheBaseofthePyramidProtocol:TowardNextGenerationBoPStrategy, 2008 N.ELandrum,Advancingthe baseofthepyramid debate,2007 MobileMoney Mobile Money for the Unbanked: Unlocking the potential in emerging markets, McKinsey, June2010 Sadoulet L., Furdelle O., Vodafone M PESA (A): Unusual Innovation : from a corporate socialresponsibilityprojecttoamainstreambusinessopportunity,forthcoming,2011 Kasturi Rangan V. and Lee K., Mobile Banking for the Unbanked, Harvard business School CaseStudy, ,June9,2011 ClaireAlexandre,IgnacioMas,andDanielRadcliffe,RegulatingNewBankingModelstoBring FinancialServicestoAll,2011 JackW,SuriT,andTownsendR,MonetaryTheoryandElectronicMoney:Reflectionsonthe KenyanExperience,2010 JackW.,SuriT.,TheEconomicsofM PESA,NBERWorkingPaper,2010 FergusonM.,NotesfromtheField:TheEmergingEffectsofM PESA sruraloutreachatthe HouseholdLevel.MicrofinanceOpportunities,2010 Alampay E., Bala G., Mobile 2.0: M money for the BoP in the Philippines, Information TechnologiesandInternationalDevelopment,2010 DittusP.,KleinM.,OnHarnessingthepotentialoffinancialinclusion Thecaseof mobile payments,bisworkingpaper,may2011 HeyerA.,MasI., SeekingFertileGroundsforMobileMoney,2009 4

5 5

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com Mobile Banking De la voix aux données Des données aux services transactionnels Services voix Services données Services transactionnels Mobile banking Pourquoi un opéra Marché fortement marqué par le phénomène

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

Rencontres Economiques. Septembre 2012

Rencontres Economiques. Septembre 2012 Rencontres Economiques Septembre 2012 Développement des Sociétés Chinoises en France France = 3 ème partenaire en Europe 90 s : Emergence des Investissements Chinois Banque, Ressources Naturelles Secteur

Plus en détail

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM Forum Financier, Namur 25 Novembre 2009 Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM 700 Subprimes USA : issuance of private-label RMBS

Plus en détail

Le rôle des entreprises dans la lutte contre la pauvreté L intérêt des démarches bas de la pyramide en question

Le rôle des entreprises dans la lutte contre la pauvreté L intérêt des démarches bas de la pyramide en question Centre d analyse stratégique Questions sociales Novembre 2012 Le rôle des entreprises dans la lutte contre la pauvreté L intérêt des démarches bas de la pyramide en question En parallèle des actions qu

Plus en détail

Plan. - La VaR. - Introduction à l FRTB. - Principales révisions Frontières Banking / Trading book l Expected Shortfall Les horizons de liquidité

Plan. - La VaR. - Introduction à l FRTB. - Principales révisions Frontières Banking / Trading book l Expected Shortfall Les horizons de liquidité PAGE 1 F R T B ( F u n d a m e n t a l R e v i e w o f t h e T r a d i n g B o o k ) u n e n o u v e l l e p e r s p e c t i v e d e m e s u r e d e l a V A R. Y o u s s e f M e l l o u k i Plan PAGE 2

Plus en détail

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel 3 Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel Rendements revenus au risque, de stables et de gains en capital Mai 2015 1 6 5 2 2 de 0 1 2 3 4 5 6 7 8 Rendement Marchés émergents

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

La République de Maurice Centre Financier International. www.abaxservices.com

La République de Maurice Centre Financier International. www.abaxservices.com La République de Maurice Centre Financier International L ile Maurice d aujourd hui Paysage : Stabilité sociale, politique et économique; démocratie parlementaire Population multi-ethnique / culturelle

Plus en détail

Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis

Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis Jim Sauber National Association of Letter Carriers (association des factrices et facteurs des États-Unis) Les 26 et 27 et avril 2014 -

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers

Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers range Sénégal urent Marie Kiba S manager ONTEXTE Le taux d urbanisation est de 41%, soit 59% de ruraux ; cependant Dakar occupe 0,3%

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

Association PME & Créateurs d Entreprise

Association PME & Créateurs d Entreprise Association PME & Créateurs d Entreprise Lausanne 27 mai 2011 1 De 1990 à 1996 1990: Démarrage enthousiaste avec un capital de CHF 160k 1991: Première restructuration 1992: Vente des deux premières licences

Plus en détail

Objectif : Appréhender le fonctionnement d'une solution bancaire libre. Auteur : Yann Geffrotin Dernière révision : 15 octobre 2008

Objectif : Appréhender le fonctionnement d'une solution bancaire libre. Auteur : Yann Geffrotin Dernière révision : 15 octobre 2008 Objectif : Appréhender le fonctionnement d'une solution bancaire libre Auteur : Yann Geffrotin Dernière révision : 15 octobre 2008 Le besoin Le commerce électronique se développe exponentiellement depuis

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur CONSOMMATION FINALE Matérialité de l usage Productivité de l usage Effet de l usage Usure d un bien Usage d un bien SANS effet productif ultérieur Satisfaction Gaspillage Champagne School of Management

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Argent mobile : les solutions réglementaires. Simone di Castri Février 2013

Argent mobile : les solutions réglementaires. Simone di Castri Février 2013 Argent mobile : les solutions réglementaires Simone di Castri Février 2013 Sommaire 1 2 Synthèse 3 10 Introduction 11 14 1. L importance de l établissement de règles du jeu ouvertes et équitables par les

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

Une banque peut-elle être engagée et responsable?

Une banque peut-elle être engagée et responsable? Une banque peut-elle être engagée et responsable? 18 juin 2014 Eric Cochard CSE / Développement Durable 1 La Responsabilité Sociétale d Entreprise (RSE) chez Crédit Agricole CIB 2 La mise en œuvre : les

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Enjeux et perspectives de la libéralisation Casablanca, le 24 février 2005 Lara Srivastava Note: Unité des Stratégies et Politiques Union Internationale des

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord

L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord Jim Armstrong L e crédit consortial, qui se situe à la confluence des services bancaires commerciaux et des services bancaires d investissement,

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

Défis au Bas de la Pyramide

Défis au Bas de la Pyramide Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper 2015-616 Défis au Bas de la Pyramide Bernard GARRETTE Asli KOZAN Thomas ROULET http://www.ipag.fr/fr/accueil/la-recherche/publications-wp.html

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie?

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? Mr Toufik CHEDDADI General Manager FIRST ASSUR Broker/ Alger Introduction Cet article vise à introduire le concept et l'industrie du Takaful

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

L économie Mobile De l Afrique Subsaharienne 2013

L économie Mobile De l Afrique Subsaharienne 2013 L économie Mobile De l Afrique Subsaharienne 2013 A propos de la GSMA La GSMA représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile à travers le monde. Présente dans plus de 220 pays, la GSMA réunit

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Processus d investissement

Processus d investissement Processus d investissement Processus d investissement (1) Organisation du processus de prise de décision Tous les gérants de fortune sont impliqués dans la prise de décision d investissement. Le Comité

Plus en détail

ESSEC BUSINESS SCHOOL. Labex Patrima / Journée Formation 18 novembre 2011

ESSEC BUSINESS SCHOOL. Labex Patrima / Journée Formation 18 novembre 2011 ESSEC BUSINESS SCHOOL Labex Patrima / Journée Formation 18 novembre 2011 L ESSEC, c est 2 3 4 L ESSEC, c est Une culture de l innovation Un dispositif complet de soutien à l entreprenariat L apprentissage

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Réguler l économie régionale: Quels produits financiers adaptés pour réduire la situation de surliquidité bancaire et drainer l Epargne

Plus en détail

Epargne & Crédit bancaire par téléphone mobile Dédiés au secteur informel

Epargne & Crédit bancaire par téléphone mobile Dédiés au secteur informel Epargne & Crédit bancaire par téléphone mobile Dédiés au secteur informel Juin 2014 Manko est une expérimentation du Groupe Société Générale Société Anonyme, filiale à 100% du Groupe Société Générale 1

Plus en détail

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement 2. Le régime juridique du m- paiement 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement, c est? Définition: ensemble des paiements pour lesquels les données de paiement et les

Plus en détail

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure Un énoncé de position de l AFIC Résumé L infrastructure est un investissement pas une dépense. C est un investissement dans la prospérité économique,

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

Vers une approche Client Centricity

Vers une approche Client Centricity IBM Global Business Services Etude stratégique IBM Institute for Business Value Vers une approche Client Centricity Avec un service à forte valeur ajoutée Banque IBM Institute for Business Value À travers

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Module : Gouvernance et responsabilité sociétale de l entreprise

Module : Gouvernance et responsabilité sociétale de l entreprise Module : Gouvernance et responsabilité sociétale de l entreprise Nom du professeur enseignant : Pr. Sabri Boubaker 2014-2015 Page 1 INFORMATIONS GENERALES SYLLABUS détaillé Nom du module : Gouvernance

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Note politique Services financiers via téléphonie mobile Les approches règlementaires qui améliorent l accès aux services financiers

Note politique Services financiers via téléphonie mobile Les approches règlementaires qui améliorent l accès aux services financiers Note politique Services financiers via téléphonie mobile Les approches règlementaires qui améliorent l accès aux services financiers A propos de cette note Les notes politiques de l AFI sont rédigées spécialement

Plus en détail

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie

Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie 4 ème Forum International de la Finance 4 th Finance International Forum Alger 13 14 mai 2008 Restructuration et performance des banques au Maghreb Algérie, Maroc, Tunisie Mehrez BEN SLAMA et Dhafer SAIDANE.

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013)

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013) Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 213) 1. Exposé des motifs et référentiels internationaux. La circularité des concepts

Plus en détail

Asset Quality Review

Asset Quality Review Asset Quality Review Eclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières En quelques mots... 3 Contexte : une confiance sur la santé des bilans des banques européennes fragile... 3 Objectifs et Enjeux...

Plus en détail

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires

BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires BÂLE III : Décryptage, impacts et limites des nouvelles exigences réglementaires Juillet 2011 Conseil opérationnel en stratégie et management Etude réalisée sous la direction de Yoni Elmalem, responsable

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz

Une porte d entrée vers un nouveau monde. par Sergio Trigo-Paz Une porte d entrée vers un nouveau monde Pour les investisseurs professionnels uniquement par Sergio Trigo-Paz STRATEGIC SOLUTIONS Edition Printemps 2013 Une porte d entrée vers un nouveau monde par Sergio

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines M. Lhassane BENHALIMA, Directeur de la Direc-on la Supervision Bancaire BANK AL- MAGHRIB DAKAR 12 juin 2014 Sommaire 1 Aperçu sur le secteur bancaire marocain

Plus en détail

Paris en ligne et risques de blanchiment et de financement du terrorisme. Jean-Claude DELEPIERE Président de la CTIF

Paris en ligne et risques de blanchiment et de financement du terrorisme. Jean-Claude DELEPIERE Président de la CTIF Paris en ligne et risques de blanchiment et de financement du terrorisme Jean-Claude DELEPIERE Président de la CTIF Particularités des paris et jeux en ligne et risques de BC et de FT o Secteur sensible

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

5.3 5.3 5.2 5.1 5.1 5.1 5.0 4.9 4.8 4.6 4.6 4.6 4.5 4.5 4.5 4.1 3.3 3.1. Comparaisons internationales

5.3 5.3 5.2 5.1 5.1 5.1 5.0 4.9 4.8 4.6 4.6 4.6 4.5 4.5 4.5 4.1 3.3 3.1. Comparaisons internationales 3.1 INFORMATIONS GÉNÉRALES 3.1.1 Etat de développement des clusters Le développement des clusters est élevé et généralisé dans l économie (sur une échelle de 1 à 7, le score le plus élevé étant le meilleur).

Plus en détail

AVIS AUX ACTIONNAIRES

AVIS AUX ACTIONNAIRES Kotak Funds Société d investissement à capital variable Siège social: 16, boulevard d Avranches, L-1160 Luxembourg Grand-Duché de Luxembourg R.C.S. Luxembourg: B 131.576 (la «Société») AVIS AUX ACTIONNAIRES

Plus en détail

Société ontarienne d assurance-dépôts

Société ontarienne d assurance-dépôts Société ontarienne d assurance-dépôts Gestion des risques liés aux technologies de l information : Rôle des conseils d administration et des comités d audit DAVID FLORIO, CPA, CA IT, PCI QSA, CRMA PARTNER,

Plus en détail

Optimiser les Relations Banques-Opérateurs dans l Offre D argent Mobile en Faveur des Personnes non Bancarisées. Auteur : Neil Davidson

Optimiser les Relations Banques-Opérateurs dans l Offre D argent Mobile en Faveur des Personnes non Bancarisées. Auteur : Neil Davidson Optimiser les Relations Banques-Opérateurs dans l Offre D argent Mobile en Faveur des Personnes non Bancarisées Auteur : Neil Davidson Sommaire Avant-propos 2 Présentation Générale 3 Introduction 4 État

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT. I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat

LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT. I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat le décideur l utilisateur l acheteur lacheteur le prescripteur

Plus en détail

Assistant Analyste sectoriel (H/F)

Assistant Analyste sectoriel (H/F) Assistant Analyste sectoriel (H/F) Group Risk Management (GRM) est la Fonction de gestion des Risques de BNP Paribas. Elle conseille la Direction Générale de la Banque en matière de politique de prise

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie

Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie Présentation des résultats 2008 de la Banque de Tunisie Mai 2009 Rencontre avec les Intermédiaires en Bourse Plan de la rencontre Composition du groupe Banque de Tunisie Faits marquants de l année 2008

Plus en détail

Il y a tellement de hype autour du big data que Gartner étudie un nouveau modèle ;-) Talend 2012 2

Il y a tellement de hype autour du big data que Gartner étudie un nouveau modèle ;-) Talend 2012 2 Big Data: au delà du Buzz Yves de Montcheuil @ydemontcheuil Il y a tellement de hype autour du big data que Gartner étudie un nouveau modèle ;-) Talend 2012 2 Hype Cycle Gartner Talend 2012 3 Big Data

Plus en détail

Reconnaitre la complexité de l environnement multicanal

Reconnaitre la complexité de l environnement multicanal La gestion du risque dans un environement client multicanal Rachel Hunt Head, EMEA IDC Financial Insights #IDC-FI Reconnaitre la complexité de l environnement multicanal 2 1 Les nouvelles stratégies de

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU CONGO

BANQUE CENTRALE DU CONGO BANQUE CENTRALE DU CONGO Allocution prononcée par : Monsieur Deogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO GOUVERNEUR DE LA BANQUE CENTRALE DU CONGO A L OCCASION DE SA PREMIÈRE RENCONTRE AVEC L ENSEMBLE DES DIRIGEANTS

Plus en détail

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2014 CHARGES EXCEPTIONNELLES RELATIVES A L ACCORD GLOBAL AVEC LES AUTORITÉS DES ÉTATS-UNIS 5 950 M AU 2T14 DONT : - PÉNALITÉS* : 5 750

Plus en détail

Mobile Money for the Unbanked

Mobile Money for the Unbanked Mobile Money for the Unbanked L argent mobile au service des personnes non bancarisées Juin 2009 1 Les auteurs Marina Solin Andrew Zerzan L Association GSM (GSMA) représente les intérêts de l industrie

Plus en détail

Magellan, Alexandre et Clausewitz

Magellan, Alexandre et Clausewitz Magellan, Alexandre et Clausewitz Le modèle agile du développement international Lettre Convergence N 33 A propos de BearingPoint BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant dont le coeur de métier

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Internationalisation du secteur bancaire Perspective de l autorité de surveillance

Internationalisation du secteur bancaire Perspective de l autorité de surveillance Internationalisation du secteur bancaire Perspective de l autorité de surveillance Dr Nina Arquint, Membre de la Direction de la FINMA Structure internationale en matière de réglementation et de surveillance

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

Des résultats satisfaisants pour LeasePlan dans un contexte mouvementé

Des résultats satisfaisants pour LeasePlan dans un contexte mouvementé Communiqué de presse Paris, 26 mars 2009 Des résultats satisfaisants pour LeasePlan dans un contexte mouvementé - En 2008, le résultat net d exploitation de LeasePlan Corporation s élève à 208 millions

Plus en détail

CS-DRMS. Enhancing Functionalities. Commonwealth Secretariat Debt Management Forum London, June 2008. De l Ouest. Centrale

CS-DRMS. Enhancing Functionalities. Commonwealth Secretariat Debt Management Forum London, June 2008. De l Ouest. Centrale CS-DRMS Enhancing Functionalities Commonwealth Secretariat Debt Management Forum London, June 2008 Banque des Etats de l Afrique Debt Management Capacity Building Programme Initiated in 1985 as the Commonwealth

Plus en détail

Africa Banking Forum. Quelle structuration technologique pour accompagner la dynamique bancaire? 12 Juin 2015 Habib Bamba

Africa Banking Forum. Quelle structuration technologique pour accompagner la dynamique bancaire? 12 Juin 2015 Habib Bamba Africa Banking Forum Quelle structuration technologique pour accompagner la dynamique bancaire? 12 Juin 2015 Habib Bamba Sommaire Page Contexte et enjeux du secteur bancaire en Afrique 3 Quelles technologies

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

BNP PARIBAS INVESTMENT SOLUTIONS Épargne, investissements et protection au service de nos clients

BNP PARIBAS INVESTMENT SOLUTIONS Épargne, investissements et protection au service de nos clients BNP PARIBAS INVESTMENT SOLUTIONS Épargne, investissements et protection au service de nos clients LE COMITÉ EXÉCUTIF D INVESTMENT SOLUTIONS «Nous remercions nos 26 160 collaborateurs dans le monde entier

Plus en détail

ENTREPRISES - PROTECTION DES DONNÉES

ENTREPRISES - PROTECTION DES DONNÉES ENTREPRISES - PROTECTION DES DONNÉES PIERRE ANGULAIRE DE LA PÉRENNITÉ DES ENTREPRISES André Kudelski Meyrin, 27 mai 2014 AGENDA La BIG picture Valeur ajoutée Un Monde Hyperconnecté Se protéger dans le

Plus en détail

Liste des ouvrages et revues

Liste des ouvrages et revues Liste des ouvrages et revues Quelques références d ouvrage (liste non exhaustive!). Il y aura aussi des sorties cette année scolaire. Ouvrage de synthèse 2 manuels de référence en stratégie Garrette, B.,

Plus en détail

HSBC France Plan Stratégique 2014. 5 Juillet 2011. Présentation Presse

HSBC France Plan Stratégique 2014. 5 Juillet 2011. Présentation Presse HSBC France Plan Stratégique 2014 5 Juillet 2011 Présentation Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la

Plus en détail

TP5 : Stratégie d entreprise

TP5 : Stratégie d entreprise Le groupe Virgin éléments du cas TP5 : Stratégie d entreprise Le groupe Virgin, c est (en 2006) - La plus grosse compagnie privée d Angleterre - Un chiffre d affaire de >8 Mia dollars - Plus de 200 société

Plus en détail

Accroître vos revenus et votre avantage concurrentiel grâce au nuage Alliance Fujitsu-salesforce.com

Accroître vos revenus et votre avantage concurrentiel grâce au nuage Alliance Fujitsu-salesforce.com Accroître vos revenus et votre avantage concurrentiel grâce au nuage Alliance Fujitsu-salesforce.com Si votre fonction consiste à gérer les TI, Fujitsu parie que vos principaux objectifs sont les suivants

Plus en détail