Mobile Money : Innovation, développement des populations de la BoP et démocratisation des services financiers.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mobile Money : Innovation, développement des populations de la BoP et démocratisation des services financiers."

Transcription

1 MobileMoney:Innovation,développementdespopulationsdelaBoP etdémocratisationdesservicesfinanciers. EcoleCentraleParis EcoledoctoraleSciencespourl ingénieur287 LaboratoireGI,EquipederechercheEPOCC Directeurdethèse:EléonoreMounoud,HDRsectionCNU06 Partenaireacadémique:LoïcSadoulet,INSEAD,Africainitiative Partenaireindustrielpotentiel:GSMA(associationmondialesdesopérateurs GSM,enparticulierl initiativemmumobilemoneyfortheunbanked) Présentationduprojetderecherche La bancarisation de la population est une étape préalable au développement économique. L accès auxservicesbancairespermetdefaciliterlesfluxfinanciers,destimulerl économielocaleparl accès au crédit et également d évoluer vers une économie plus formelle en raison de la traçabilité des opérations.letauxdebancarisationestgénéralementcorréléaudéveloppementéconomiqued un pays 1. En effet, le taux de bancarisation de l Union Européenne et des Etats Unis est globalement supérieurà90%tandisquecetauxestd environ40%pourlebrésiletl Argentineetresteinférieurà 10%pourlespaysdel Afriquesubsaharienne2.La«BaseoftheeconomicPyramid»(BoP)représente 4 milliards d individus et un revenu de 5 milliards de dollars 3 soit 7% du PIB mondial et presque le doubledeceluidelafrance.l accèsauxservicesfinanciersdelapopulationdelabopreprésenteun desenjeuxmajeursdudéveloppementéconomiqueduxxiesiècle. L émergencedelatéléphoniemobileaouvertunnouveaumarchépourlesecteurbancairegrâceau «mobilemoney»avec100millionsd utilisateursen2010.le«mobilemoney»offreunproduitde substitution aux principaux services bancaires classiques, ce service permettant principalement d effectuer des paiements et des dépôts. Parmi la population mondiale non bancarisée, plus d un milliard de personnes disposent d un téléphone portable, laissant entrevoir un potentiel de développement à terme important pour ce nouveau service4 (estimation de 300 et 700 millions d utilisateursdu«mobilemoney»àéchéance2013et2015). 1 CGAP(GroupeBanqueMondiale),FinancialAccess2010,Lasituationdel inclusionfinancièreàtraversla crise, PeacheyS.etRoeA.,(2004),«Accesstofinance.Astudyfortheworldsavingsbanksinstitute»,OxfordPolicy Management,78p. 3 TheNextFourBillion.MarketSizeandBusinessStrategyattheBaseofthePyramid,WorldResourcesInstitute andinternationalfinancecorporation,march KasturiRanganV.andLeeK.,MobileBankingfortheUnbanked,HarvardbusinessSchoolCaseStudy, ,June9,2011 1

2 L innovationtechnologiquedelatéléphoniemobilepermetdepallierlesdifficultésàlabancarisation despopulationsconstituantla«baseoftheeconomicpyramid».eneffet,lesbanquesneciblentpas cespopulationsenraisondeleursfaiblesrevenusjugés insuffisantspour couvrir lesfraisbancaires nécessairesàl établissementd unerelationrentable;ceconstatétantparfoisaccentuéparlafaible densité de certaines zones. Au delà d un impact économique, le «mobile money» peut contribuer audéveloppementsociétaletenvironnementaldesbop,enréduisantnotammentlesdéplacements etlerisqued agressionassociésauxtransfertsd argententredesparticuliers. Positionnementscientifiqueduprojet Auseindelacommunautéscientifique,lesujetdesBoPalimentedenombreuxdébatsenopposant desvisionsdifférentesdudéveloppementpotentieldecespopulations.siprahaladetstuartl.hart jugentquelabopreprésenteunmarchéàfortpotentielpourlesmultinationales5,karnanilaqualifie demarché troprestreintavecuncoûtd accèsélevé enraisondesdifficultésdedistribution6.selon Karnani,laBoPnereprésentantpasunmarchéattractifpourlesmultinationales,leprincipalfacteur dedéveloppementrésidedansl utilisationdecespopulationscommeressourcespourlaproduction. L innovationsocialeauprofitdesbopalongtempsétéperçuecommeuneactiviténonrentablevoire aumieuxàl équilibre.atitred exemple,l étudedecasdebernardgarrettesurl initiatived ESSILOR India de démocratiser l accès aux lunettes aux populations de la BoP démontre que cette activité dégage un résultat à l équilibre (couvre les dépenses d exploitation)7. Néanmoins, l expérience du mobile money apporte un nouvel éclairage à ce débat dans la mesure où cette activité qui cible la BoPs appuied unepartsurlespopulationslocalespourenassurerladistributionetdégaged autre partdesprofitssignificatifs.lasociétém PESA(filialedeVodafone)opérantauKenyaafaitl objetde nombreusesétudesdecasetd articles(voirnotammentlestravauxdeloïcsadouletàl INSEAD).Ces différentes études soulignent la rapide adoption des services de M PESA par la population et la rentabilité de cette activité en pleine expansion. Le«mobile money» concilierait il le développementdurableauprèsdesbopetlarentabilitédel investisseursocial? En effet, le «mobile money» soulève de nombreuses questions qui ne sont encore que partiellementtraitées.lesfacteursderéussiteoud échecdecetteactivitédans lesdifférentspays nesontpasencore identifiés.demême lescontraintes(notammentla lutteanti blanchiment KYC8) etlesopportunitéspesantàtermesurledéveloppementdecetteactivitérestentàexplorer.cesujet s intègreparailleursdanslecadredudéveloppementd uneéconomiemondialedelaconnaissance: eneffet,leniveaud éducationdelapopulationconditionneledéveloppementdecetteactivitéqui nécessite des relais auprès des populations pour la distribution ainsi qu un niveau minimum de connaissance pour les utilisateurs de ce service. Le mobile money est par ailleurs une innovation rendue possible grâce à la généralisation des systèmes de communication: de fait, l évolution technologiquedessystèmesdecommunicationetleurdiffusionauprèsdespopulationsdesbop(4g, smartphone)aurauneinfluencesurcetteactivité. 5 TheFortuneattheBottomofthePyramidatWartonPublishing, FortuneattheBottomofthePyramid:AMirage, Karnani,Garrette,Kasalow,Lee,Bettervisionforthepoor,StanfordSocialInnovationReview eme Knowyourcustomer,3 directiveeuropéennerelativeàlalutteantiblanchiment 2

3 Defait,le«mobilemoney»estprésentécommeunsubstitutàlabanquededétail,cetteactiviténe proposetoujourspasdecrédit, indispensableaudéveloppementdel économie.ledéveloppement d une offre de crédit soulèverait de nombreuses problématiques comme la gestion du risque de crédit.riennegarantitdoncquecetteactivitéauraàtermedesimpactspositifsetsignificatifsdans lesensdudéveloppementdurable,surlasociétéetl économieauprèsdespopulationsdesbop. Objectifsduprojetderecherche: L objectifdeceprojetderechercheestdemieuxcomprendrelesdifférentsimpacts(économiques, sociétauxetenvironnementaux)surledéveloppementdes«bop»résultantdesmodèlesd affaires (ou«businessmodel»)innovantstelsquele«mobilemoney».ceprojets attachera égalementà analyserlebusinessmodelactueldesopérateursde«mobilemoney»ainsiquelesopportunitéset menacespesantsurledéveloppementdecemarché.plusglobalement,ceprojetviseàconstruireun point de vue sur les conséquences d une mutation vers une économie de la connaissance pour les BoP, à savoir si de par cette mutation, l entreprenariat social (développement durable) auprès des populationsdesbopetlaprofitabilitédel investissementpeuventêtreréconciliés. Méthodologiederechercheproposée: Laméthodologiesuivanteestproposéeafinderéaliserceprojetdedoctorat: Analysecroiséeentredonnéesdusecteurfinancier(tauxdebancarisation,encoursdépôtset crédits),principauxindicateurssociauxéconomiques (PIB, %populationrurale, %économie informelle,éducation,tauxd équipement entéléphoniemobile ).Etude del évolutiondes infrastructuresetdestechnologiesliéesàlatéléphoniemobileavecunfocussurlespaysen voiededéveloppement Analysedumarchéetdesdifférentesoffresmobilemoneynotammentdanslespaysenvoie dedéveloppement(évolutiondunombredeclients,revenus générés,rentabilité,différents servicesproposés ). Etude de cas sur les business model d opérateurs de «mobile money» (avec plusieurs exemplesd opérateurstéléphoniquesetdefilialesdegroupebancaire).miseenévidencede facteursdesuccès. Veillesurlesautresinnovationsdanslesecteurbancairedespaysenvoiededéveloppement facilitantl accèsauxpersonnesnonbancarisées(exemple:«cartesalaire»,cartederetrait pourchaquesalariéd une entreprisedéjàclientedelabanque;permetaux entreprisesde nepluspayerenliquideleursemployésnonbancarisés) Analyse des contraintes (risques réglementaires, de crédit, techniques) et opportunités associéesau«mobilemoney».focussurlagestiondescrédits,laliquiditéetlescontraintes de conformité, analyse comparative des processus de maitrise de ces risques par les banques,sociétésdemicro créditetlecaséchéantopérateursde«mobilemoney» Modélisationdesimpactspositifsetéventuellementnégatifspourlespartiesprenantesaux modèlesmobilemoney:multinationales(opérateurstelecom,banques),entrepriseslocales, états, populations des BoP (gain de temps pour les usagers, de transports, de matériels, baissedesagressions ) 3

4 Bibliographie Conceptssurla«BaseofthePyramide»etétudessurlabancarisation C.K. Prahalad and Stuart L. Hart, The Fortune at the Bottom of the Pyramidat Warton Publishing,2004 AneelG.Karnani,FortuneattheBottomofthePyramid:AMirage,2007 HartS.,SimanisE.,TheBaseofthePyramidProtocol:TowardNextGenerationBoPStrategy, 2008 CGAP(GroupeBanqueMondiale),FinancialAccess2010,Lasituationdel inclusionfinancière àtraverslacrise,2010 Peachey S. et Roe A., (2004), «Access to finance. A study for the world savings banks institute»,oxfordpolicymanagement,78p. The NextFour Billion. MarketSizeand BusinessStrategyatthe Baseofthe Pyramid, World ResourcesInstituteandInternationalFinanceCorporation,March2007 Karnani, Garrette, Kasalow, Lee, Better vision for the poor, Stanford Social Innovation Review,2011 HartS.,SimanisE.,TheBaseofthePyramidProtocol:TowardNextGenerationBoPStrategy, 2008 N.ELandrum,Advancingthe baseofthepyramid debate,2007 MobileMoney Mobile Money for the Unbanked: Unlocking the potential in emerging markets, McKinsey, June2010 Sadoulet L., Furdelle O., Vodafone M PESA (A): Unusual Innovation : from a corporate socialresponsibilityprojecttoamainstreambusinessopportunity,forthcoming,2011 Kasturi Rangan V. and Lee K., Mobile Banking for the Unbanked, Harvard business School CaseStudy, ,June9,2011 ClaireAlexandre,IgnacioMas,andDanielRadcliffe,RegulatingNewBankingModelstoBring FinancialServicestoAll,2011 JackW,SuriT,andTownsendR,MonetaryTheoryandElectronicMoney:Reflectionsonthe KenyanExperience,2010 JackW.,SuriT.,TheEconomicsofM PESA,NBERWorkingPaper,2010 FergusonM.,NotesfromtheField:TheEmergingEffectsofM PESA sruraloutreachatthe HouseholdLevel.MicrofinanceOpportunities,2010 Alampay E., Bala G., Mobile 2.0: M money for the BoP in the Philippines, Information TechnologiesandInternationalDevelopment,2010 DittusP.,KleinM.,OnHarnessingthepotentialoffinancialinclusion Thecaseof mobile payments,bisworkingpaper,may2011 HeyerA.,MasI., SeekingFertileGroundsforMobileMoney,2009 4

5 5

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com Mobile Banking De la voix aux données Des données aux services transactionnels Services voix Services données Services transactionnels Mobile banking Pourquoi un opéra Marché fortement marqué par le phénomène

Plus en détail

Les arguments: Présence des femmes au sein des conseils des sociétés Fiche d'information 1 Arguments économiques

Les arguments: Présence des femmes au sein des conseils des sociétés Fiche d'information 1 Arguments économiques Présence des femmes au sein des conseils des sociétés Fiche d'information 1 Arguments économiques Les arguments: De nombreux chefs d entreprise ont reconnu que la mixité hommes-femmes était un moteur de

Plus en détail

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité

ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité ETHIOPLUS Bulletin Mensuel de l Ambassade d Ethiopie en France DOSSIER SPECIAL SECTEUR BANCAIRE : Profits et rentabilité Solidement capitalisé et porté par une économie dynamique, le secteur bancaire éthiopien

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française

Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Leçon 3 - Les transformations de l industrie bancaire française Sommaire I - La mutation permanente du secteur bancaire français 1.1 - Le poids économique du secteur bancaire et financier 1.2 - L indispensable

Plus en détail

Le Financement Du Secteur Privé : Pour Une Meilleure Contribution Du Secteur Privé

Le Financement Du Secteur Privé : Pour Une Meilleure Contribution Du Secteur Privé Le Financement Du Secteur Privé : Pour Une Meilleure Contribution Du Secteur Privé Mr Abderrahim Bouazza Directeur de la Supervision Bancaire Bank Al-Maghrib Rabat, le 19 octobre 2010 Plan 1ère partie

Plus en détail

Migrants connectés. Dana Diminescu dana.diminescu@telecom-paristech.fr http://www.ticm.msh-paris.fr

Migrants connectés. Dana Diminescu dana.diminescu@telecom-paristech.fr http://www.ticm.msh-paris.fr Migrants connectés Dana Diminescu dana.diminescu@telecom-paristech.fr http://www.ticm.msh-paris.fr bulle L univers «maison» d une famille philippine s Le migrant connecté: pour un autre approche épistémologique

Plus en détail

Epargne & Crédit bancaire par téléphone mobile Dédiés au secteur informel

Epargne & Crédit bancaire par téléphone mobile Dédiés au secteur informel Epargne & Crédit bancaire par téléphone mobile Dédiés au secteur informel Juin 2014 Manko est une expérimentation du Groupe Société Générale Société Anonyme, filiale à 100% du Groupe Société Générale 1

Plus en détail

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur?

Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? Microfinance et technologie : Quel impact du digital sur le secteur? INTERVENANTS Mardi 9 septembre de 14h à 15h30 Salle Notre Dame des Victoires, Palais Brongniart, Directeur général, SAIF MANKO, Groupe

Plus en détail

Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis

Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis Jim Sauber National Association of Letter Carriers (association des factrices et facteurs des États-Unis) Les 26 et 27 et avril 2014 -

Plus en détail

Politique régionale et dispositif d accompagnement de la filière Méthanisation

Politique régionale et dispositif d accompagnement de la filière Méthanisation Politique régionale et dispositif d accompagnement de la filière Méthanisation Julie MICHELS Conseil Régional d Aquitaine Chargée Biomasse Rencontres Professionnelles Méthanisation Mercredi 27 novembre

Plus en détail

Conférence du 27 juin 2013. «Financement des TPE et PME : opportunités et défis»

Conférence du 27 juin 2013. «Financement des TPE et PME : opportunités et défis» Soutenu par : Présentation Conférence du 27 juin 2013 «Financement des TPE et PME : opportunités et défis» Selon les données de la Banque mondiale, il y avait entre 420 et 510 millions de TPE et PME formelles

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

Rencontres Economiques. Septembre 2012

Rencontres Economiques. Septembre 2012 Rencontres Economiques Septembre 2012 Développement des Sociétés Chinoises en France France = 3 ème partenaire en Europe 90 s : Emergence des Investissements Chinois Banque, Ressources Naturelles Secteur

Plus en détail

L'urbanisation. comment affranchir les banques africaines des contraintes de leurs SI?

L'urbanisation. comment affranchir les banques africaines des contraintes de leurs SI? L'urbanisation ou comment affranchir les banques africaines des contraintes de leurs SI? INTERVENANTS M. Mohamed ZEBIDI Directeur Général Adjoint en charge du développement mzebidi@bfigroupe.com M. Fayçal

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU CONGO

BANQUE CENTRALE DU CONGO BANQUE CENTRALE DU CONGO MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER ET EVOLUTION DU CADRE DE POLITIQUE POLITIQUE MONETAIRE Expériences de la BCC ABCA Nairobi /Mai 2015 SOMMAIRE I. DISPOSITIF DE LA POLITIQUE MONETAIRE

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers

Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers range Sénégal urent Marie Kiba S manager ONTEXTE Le taux d urbanisation est de 41%, soit 59% de ruraux ; cependant Dakar occupe 0,3%

Plus en détail

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale»

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» 4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» Université Alioune DIOP de Bambey, 19 juin 2013 Mansa OUALY Economiste, Expert senior Microfinance,

Plus en détail

contact@e-mfp.eu www.e-mfp.eu

contact@e-mfp.eu www.e-mfp.eu Microfinance institutions linking remittances to development: les institutions de microfinance permettant aux transferts d être un levier de développement Présentation de l'umpamecas Date de création :

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Objectif : Appréhender le fonctionnement d'une solution bancaire libre. Auteur : Yann Geffrotin Dernière révision : 15 octobre 2008

Objectif : Appréhender le fonctionnement d'une solution bancaire libre. Auteur : Yann Geffrotin Dernière révision : 15 octobre 2008 Objectif : Appréhender le fonctionnement d'une solution bancaire libre Auteur : Yann Geffrotin Dernière révision : 15 octobre 2008 Le besoin Le commerce électronique se développe exponentiellement depuis

Plus en détail

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Termes de références Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Date limite 22/04/2013 Pays : Tunisie Institution : Secteur : Microfinance Partenaire : Union Européenne Date d émission : 10/04/2013 Date

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

BRIEF. Populations non bancarisées et argent mobile aux Philippines. L enseignement des Philippines

BRIEF. Populations non bancarisées et argent mobile aux Philippines. L enseignement des Philippines BRIEF Populations non bancarisées et argent mobile aux Philippines Au début de l année, le CGAP s est joint à la GSMA (une association professionnelle mondiale regroupant les acteurs de l industrie de

Plus en détail

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel 3 Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel Rendements revenus au risque, de stables et de gains en capital Mai 2015 1 6 5 2 2 de 0 1 2 3 4 5 6 7 8 Rendement Marchés émergents

Plus en détail

UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE. Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting

UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE. Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting LA BANQUE DE DÉTAIL : UN MARCHÉ A MATURITÉ ET TRÈS CONCURRENTIEL

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs

Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs Conférence sur le plan solaire méditerranéen Paris, 22 novembre 2008 Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs Etienne VIARD Directeur Département Méditerranée et Moyen Orient AFD,

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1501409A Intitulé du texte : - Arrêté relatif à la rémunération du plan épargne-logement et à la commission de gestion du prêt d épargne-logement

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

CRÉER PLUS QU UNE ENTREPRISE, DEVENEZ ENTREPRENEUR SOCIAL. Séminaire Mai 2014 Norya Benhamou

CRÉER PLUS QU UNE ENTREPRISE, DEVENEZ ENTREPRENEUR SOCIAL. Séminaire Mai 2014 Norya Benhamou CRÉER PLUS QU UNE ENTREPRISE, DEVENEZ ENTREPRENEUR SOCIAL Séminaire Mai 2014 Norya Benhamou PLAN Qu est ce que l entreprenariat social? Pourquoi l entreprenariat social? Comment développer l entreprenariat

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

I N V I T A T I O N Cycle de formation

I N V I T A T I O N Cycle de formation I N V I T A T I O N Cycle de formation Comprendre les conditions de financement des PME post-crise De 8h30 à 14h - CGPME 75 19 rue de l Amiral d Estaing 75116 Paris OBJECTIF DU SEMINAIRE : Les PME sont

Plus en détail

PARCOURS DIPLOMANTS & CERTIFIANTS

PARCOURS DIPLOMANTS & CERTIFIANTS ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER enfi.fr PARCOURS DIPLOMANTS & CERTIFIANTS Donnez un nouvel élan à votre projet professionnel avec les formations de l ENFI ÉCOLE NATIONALE DU FINANCEMENT

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Communication Financière. 04 juin 2013

Communication Financière. 04 juin 2013 Communication Financière 04 juin 2013 1 Sommaire Présentation de l ATB Le groupe ATB ATB trente ans de croissance Stratégies, performances et fondamentaux de la décennie Performances de 2012 Axes de développements

Plus en détail

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux Assises du Médicament GT 6 Sabine Bonnot Chargée de mission Politique des produits de santé 6 avril 2011 Sommaire: -

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Capitalisation «Evolutions technologiques» ******

Capitalisation «Evolutions technologiques» ****** ****** Dans le cadre du partenariat conclu entre le ministère des Affaires étrangères (MAE) / Direction générale de la Mondialisation, du Développement et des Partenariats (DGM) et Epargne Sans Frontière

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM Forum Financier, Namur 25 Novembre 2009 Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM 700 Subprimes USA : issuance of private-label RMBS

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

BipBop. Développer l accès à une électricité sûre, fiable et verte à la base de la pyramide. Octobre 2011

BipBop. Développer l accès à une électricité sûre, fiable et verte à la base de la pyramide. Octobre 2011 BipBop Développer l accès à une électricité sûre, fiable et verte à la base de la pyramide Octobre 2011 Comment pouvons nous élargir l accès à l énergie? Milliard de personnes Qui n ont actuellement pas

Plus en détail

Etre une force de proposition sur les textes de lois et la réglementation régissant l environnement économique et administratif de la profession

Etre une force de proposition sur les textes de lois et la réglementation régissant l environnement économique et administratif de la profession AMIC Immeuble ASSIST 5eme étage Téléphone : 22 434 00 Email : contact@amic.mg Web : www.amic.mg L AMIC : un acteur au service de l économie et des entreprises L Association Malagasy des Investisseurs en

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa

Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa Édito Plan de la Région Souss Massa Drâa Pourquoi le Fonds Igrane? Qui sont les promoteurs du Fonds Igrane? Fiche signalétique du

Plus en détail

Programme Rhône-Alpes d aide aux PME

Programme Rhône-Alpes d aide aux PME Programme Rhône-Alpes d aide aux PME Amélioration du Processus Participatif d Innovation de Conception 13 mois d accompagnement conseil personnalisé à chaque entreprise Des formations interentreprises

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

PhiTrust Impact FCPI PHITRUST INNOVATION. Investors

PhiTrust Impact FCPI PHITRUST INNOVATION. Investors PhiTrust Impact Investors FCPI PHITRUST INNOVATION Le FCPI présente un risque de perte en capital et de liquidité ; une part importante des actifs est investie dans des sociétés innovantes non cotées et

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport thématique 2011 du Ministère de l Economie et des Finances

Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport thématique 2011 du Ministère de l Economie et des Finances Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport thématique 2011 du Ministère de l Economie et des Finances Cette contribution porte sur la situation du secteur bancaire et sur les autres

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

INCLUSION FINANCIERE A TRAVERS LE MOBILE-BANKING DANS LA NICHE DES MÉNAGES À FAIBLE REVENU

INCLUSION FINANCIERE A TRAVERS LE MOBILE-BANKING DANS LA NICHE DES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Consortium pour la Recherche Economique et sociale 2014 / O5 NOTES DE POLITIQUE DU CRES Version provisoire INCLUSION FINANCIERE A TRAVERS LE MOBILE-BANKING DANS LA NICHE DES MÉNAGES À FAIBLE REVENU par

Plus en détail

Naissance d une banque leader

Naissance d une banque leader Programme Attijariwafa - Universités Naissance d une banque leader Acteur clé du développement économique marocain et une vocation régionale certaine 2006 Une nouvelle ambition, une nouvelle stratégie

Plus en détail

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur

CONSOMMATION FINALE. Matérialité de l usage. Productivité de l usage. Effet de l usage. Satisfaction. Usage d un bien SANS effet productif ultérieur CONSOMMATION FINALE Matérialité de l usage Productivité de l usage Effet de l usage Usure d un bien Usage d un bien SANS effet productif ultérieur Satisfaction Gaspillage Champagne School of Management

Plus en détail

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Page CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Les conseils de l expert-comptable Salon de la création de l entreprises 18/10/2008 Page Intervenants Agnès Bricard Expert-comptable, Commissaire aux comptes Page

Plus en détail

Conférence sur le Crowdfunding

Conférence sur le Crowdfunding Conférence sur le Crowdfunding 16 décembre2014 Marie-Agnès NICOLET Présidente fondatrice de Regulation Partners Présidente du club des marchés Financiers marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%)

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%) COMMUNIQUE DE PRESSE 12 MARS 2015 BPIFRANCE BILAN 2014 FORTE CROISSANCE DE L ACTVITE : 14 MD DE FINANCEMENTS AU TOTAL VS 11 MD EN 2013 RENFORCEMENT DU FINANCEMENT DE L INNOVATION, DE LA TEE ET DE L EXPORT

Plus en détail

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction Le secteur bancaire après la crise Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction 1 Les cinq moteurs du secteur bancaire. Le secteur bancaire s adapte. Une banque du

Plus en détail

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE?

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? SERVICES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? PRENDRE AVANTAGE DE L INFORMATION DISPONIBLE Un accès sécuritaire à de l information

Plus en détail

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous»

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous» Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Résumé E n déclarant 2012 «Année internationale de l énergie durable pour tous», l Assemblée

Plus en détail

Plan. - La VaR. - Introduction à l FRTB. - Principales révisions Frontières Banking / Trading book l Expected Shortfall Les horizons de liquidité

Plan. - La VaR. - Introduction à l FRTB. - Principales révisions Frontières Banking / Trading book l Expected Shortfall Les horizons de liquidité PAGE 1 F R T B ( F u n d a m e n t a l R e v i e w o f t h e T r a d i n g B o o k ) u n e n o u v e l l e p e r s p e c t i v e d e m e s u r e d e l a V A R. Y o u s s e f M e l l o u k i Plan PAGE 2

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges 1 Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges Novembre 2011 Lorsqu une société est fortement valorisée

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion?

FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? FONDATION POWEO - JOURNÉE ENERGIE POUR LA CUISSON Foyers améliorés : Quelles pratiques d utilisation et quels modèles de diffusion? Mercredi 27 mars 2013 Document produit par ENEA Consulting I 89 rue Réaumur,

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Adaptation des banques aux nouvelles régulations et impact sur le financement de l économie

Adaptation des banques aux nouvelles régulations et impact sur le financement de l économie Adaptation des banques aux nouvelles régulations et impact sur le financement de l économie Gunther Capelle-Blancard Directeur-adjoint, CEPII Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne L incidence

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

Présentation du FGAR et ses Modalités de Fonctionnement

Présentation du FGAR et ses Modalités de Fonctionnement République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la promotion de l Investissement -Fonds de Garantie des Crédits aux PME - Présentation

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement 2. Le régime juridique du m- paiement 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement, c est? Définition: ensemble des paiements pour lesquels les données de paiement et les

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail