L argent donné aux ONG est-il bien utilisé?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L argent donné aux ONG est-il bien utilisé?"

Transcription

1 L argent donné aux ONG est-il bien utilisé? Anouk DESBORNES 19 mai 2012 L auteur de ce projet est le seul responsable de son contenu, qui n engage en rien la responsabilité de l Université ou celle du professeur chargé de sa supervision. Par ailleurs, l'auteur atteste que le contenu est de sa propre rédaction, en dehors des citations parfaitement identifiées, empruntées à d'autres sources. Anouk DESBORNES

2 Résumé : Ce projet traite avant tout des problèmes d allocation des fonds gérés par les organisations non gouvernementales. Etant donné que ces fonds proviennent de dons faits par des entreprises ou des particuliers, la confiance au sein de la relation entres les donateurs et ces intermédiaires est essentielle. Dans un monde en perpétuel évolution où les risques de dérives de toutes sortes sont très importants, le développement des systèmes d accréditation de ces associations ou autres fondations est une nécessité. Une gestion sérieuse doit être mise en place au sein de ces organismes, sans pour autant se tourner vers un modèle de marché concurrentiel et en n oubliant pas l élément essentiel de ce tiers secteur : l aspect humain.

3 Sommaire Introduction... 3 Exposé de la problématique... 5 Approche méthodologique :... 6 Peut on faire confiance aux ONG concernant l allocation des fonds monétaires?... 7 A. Comprendre le mécanisme du don dans la société actuelle...7 Qu'est ce que le don?...7 Pourquoi donne t on?...10 Les différences entre fondations, associations, ONG, OSI,...15 Quelles critiques peut on faire sur la pratique du don au XXIème siècle?...17 B. L importance du don aux ONG Quelques chiffres sur les actions menées grâce aux donations...19 Des ONG pour sauver des vies...21 Chaque don compte, même de quelques francs C. L allocation des dons...23 Importance des frais de fonctionnement...23 La part douteuse...25 Etude de cas numéro 1 :...26 D. Les scandales financiers...33 Les divers types de détournement de fonds...34 Etude de cas numéro 2 : cas de l ARC...36 E. Contrôle, accréditation...39 La norme, la charte, le label, la certification, le prix :

4 les classements, les baromètres ou autres systèmes de notation...44 Les limites de ces systèmes d accréditation...46 Discussion...48 Conclusion...49 Annexes :... 1 Bibliographie :

5 Introduction Le don est une pratique sociale remontant à des milliers d années, on trouve les premiers indices d un échange unilatéral au début de l ère des pharaons égyptiens. Le don prenait alors la forme de mécénat, certaines personnes donnaient de l argent pour soutenir l art et l invention (Simon et Eshet, 2009). Le mécénat est une sous catégorie du don au contraire du sponsoring pour lequel un rendement en échange est attendue. Depuis lors, le don a évolué, traversant de nombreuses époques et apparaissant sous diverses formes, telle que le don pour une institution religieuse au Moyen Age, pour participer à la construction de bains dans la Rome Antique ou encore, de nos jours, sous forme de fondation créé par des milliardaires. Le don est ainsi présent depuis des millénaires et consiste à apporter quelque chose à une autre personne physique ou morale sans aucune attente de contrepartie. Cette notion d acte solidaire n a cessé de se renforcer devenant plus légalisé, plus formalisé et bravant les crises économiques. L année 2010 a, ainsi, été marquée par une très forte augmentation de la somme du don moyen, comme nous le dit le site swisfundraising.org : «Le volume de dons estimé des ménages privés suisses est ainsi passé à 1,2 milliard de francs en 2010». «Budget des dons totaux moyens des 12 derniers mois» (traduit par mes soins) L année 2005 avait été marquée par une très forte augmentation en raison d un événement majeur : le Tsunami. Source : (consulté le 16 avril 2012) 3

6 De nos jours, de nouveaux acteurs sont venus organiser le processus du don et gérer l allocation des fonds récolés. Ceux-ci se constituant la plupart du temps sous forme d ONG, organisation à but non lucratif. L argent envoyé à ces organismes est redistribué sous de nombreuses formes comme de la nourriture, du matériel, des soins, des bâtiments, des services ou encore sous forme de cash. Les ONG interviennent ainsi dans presque tous les domaines et sur toute la planète. A tout cet argent donné par les foyers suisses s ajoute la participation des entreprise privées et des fondations, ce qui représente environ 42 % des dons totaux faits en Suisse (si l on se référent au chiffres de 2008 donné par Swissfundraising.org). Les raisons pour lesquelles des entreprises financent des projets caritatifs sont aussi très variées. En effet, alors que certaines utilisent le don pour resserrer les liens entre ses équipes, d autres sont réellement impliquées dans le caritatif. Mais, certaines ont, encore, d autres motivations un peu moins humbles comme les retombés commerciales entrainées par une valorisation de leur image ou les déductions fiscales apportées par un tel geste. Le don représente ainsi un geste social très ancré dans notre civilisation, apparaissant sous diverses formes, pour diverses causes et pour diverses raisons. 4

7 Exposé de la problématique Depuis un certain nombre d années, il apparaît dans les médias des cas de dérives au sein d ONG plus ou moins importantes. Allant de l histoire très marquante de L Arche de Zoé à l affaire de l ARC (association pour la recherche sur le cancer), les organisations non gouvernementales et autres associations ne sont pas toujours fondées ou utilisées pour mener à bien des projets caritatifs. Au regard des budgets colossaux de certaines ONG comme World Vision International avec un budget de 1,9 milliards d'euros ou encore Save The Children et ses 996 millions d euros (source : planetoscope.com), on comprend plus facilement pourquoi ce marché rassemble le pire comme le meilleur. Il n existe réellement aucune norme de qualité pour faire le tri entre toutes ces organisations. De plus, celles qui sont accréditées par l ONU, ZEWO ou d autres organismes n ont pas encore de réelle reconnaissance et il n existe pas de critères objectifs internationaux pour les classifier. Les ONG dans leur condition d organisation œuvrant pour des causes charitables, peuvent êtres considérées comme des «discours sans opposants» (Juhem, 2001), aucun acteurs ne souhaitant décrédibiliser le monde caritatif et ainsi pénaliser de grandes causes. Mais dans un monde où le caritatif est devenu un véritable business, représentant des sommes colossales qui sont de jour en jour plus importantes, comment savoir où va l argent versé par les ménages, les entreprises et les fondations aux diverses ONG? 5

8 Approche méthodologique : Dans le cadre d un cours de master nommé «Qualitative Research Methods» animé par le professeur Michelle Bergadaà, j ai pu procéder à des entretiens individuels avec des personnes travaillant au sein de fondations et d associations. C est ainsi que je me suis rendue compte que les problématiques liées au contrôle des fonds constituaient un élément récurrent et très important dans le milieu caritatif. Je vais donc en premier lieu me servir des résultats de ces différents entretiens pour me constituer une base solide de témoignage concernant la gestion des fonds par les fondations et ensuite par les ONG qui contrôlent directement l argent et son allocation. Seule une petite partie de cette recherche qualitative sera utilisée dans mon dossier. Dans un second temps, j ai aussi souhaité avoir un point de vue plus global sur les cas de dérives au sein d ONG. Je vais ainsi procéder à deux études de cas, la première concernant la gestion des fonds dans le cas d une intervention d urgence avec le séisme qui a touché Haïti en La seconde étude de cas sera consacrée aux fonds détournés par le président de l ARC en Pour appuyer ces deux méthodes, je ferai aussi appel aux nombreux ouvrages existants qui portent sur le concept du don et ses différentes approches. Pour les chiffres, les statistiques et les faits plus récents je me servirai d articles périodiques et autres sites internet. 6

9 Peut on faire confiance aux ONG concernant l allocation des fonds monétaires? A. Comprendre le mécanisme du don dans la société actuelle La population suisse reçoit chaque année une multitude de courriers papiers, mais aussi électroniques d appel aux dons provenant de diverses organisations à but non lucratif. Le don correspond à l action de donner. Mais quelle est sa véritable signification? Quelles en sont les origines? Le don est t il toujours une action «gratuite»? Qu'est ce que le don? De nombreuses théories sur le don ont été développées au cours du XXème siècle. Le don est tout à tour considéré comme un geste social obligatoire, comme un geste teinté de réciprocité ou encore comme un geste totalement «gratuit». Nous allons ici voir les diverses perceptions du don et leurs différents auteurs ainsi que les différentes causes pouvant expliquer cet acte social unilatéral. (a) Le don selon Marcel Mauss : En Marcel Mauss ( ) nous propose dans son célèbre intitulé : Essai sur le don Forme et raison de l échange dans les sociétés archaïques (2002), une approche interactionniste du don reposant sur la notion de réciprocité faisant du don un fait social total. Ce paradigme repose sur une triple dimension du don. Cet acte social ne repose alors plus sur le simple fait de donner et de recevoir mais sur le fait que le donneur doit entreprendre l action du don, le receveur doit ensuite accepter ce don mais aussi de le rendre à un moment donné. Cette théorie amène ainsi nécessairement la création d un lien social entre le donneur et le receveur. 7

10 Le concept du don contre-don développé par MAUSS est une expression sociologique, mais aussi économique. Le don réciproque se situe entre une action complètement désintéressée et une action avec échange d une rétribution en retour. Le don contre-don diffère d un échange commercial typique de part sa caractéristique collective, sans but utilitaire et avec une possibilité de réversibilité. Cette perception du don en tant qu acte réciproque comprend le fait qu une fois qu une personne a bénéficié d un don, elle doit alors remettre à une autre personne l objet qu elle a reçu mais en lui ayant donné une valeur supplémentaire. Une certaine valeur ajoutée est ainsi constituée, cette création de valeur supplémentaire amène à une cohésion sociale plus forte. Une sorte de système de dons et de contre-dons continu dans le temps est ainsi construit, avec un certain décalage entre les différentes actions réalisées. Ces interactions sont complètements dépendantes du milieu dans lequel elles se produisent. Il convient donc de bien connaitre l environnement d action pour pouvoir comprendre les différentes interactions entre les acteurs (Pihel, 2008). Dans son célèbre texte sur le don, Marcel Mauss à utilisé des données recueillies par des ethnographes pour bien saisir la pratique du don dans des cultures, des civilisations où celle-ci ne représente plus seulement un acte social mais toute une façon de vivre, un fonctionnement social. Ainsi le potlatch, qui signifie «action de donner» en chinook, pratiqué dans le Nord-Ouest américain, est un immense système de don qui comporte une dimension religieuse, politique, judiciaire mais aussi sociale. On ne parle plus ici, d un échange entre deux individus, mais entre deux communautés s obligeant mutuellement et se confrontant. «De plus, ce qu'ils échangent, ce n'est pas exclusivement des biens et des richesses, des meubles et des immeubles, des choses utiles économiquement. Ce sont avant tout des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes, des enfants, des danses, des fêtes, des foires dont le marché n'est qu'un des moments et où la circulation des richesses n'est qu'un des termes d'un contrat beaucoup plus général et beaucoup plus permanent.» (Mauss, 2002). Ce qui est intéressant dans le potlatch est la rivalité qui existe entre les différents acteurs. Les différentes parties allant jusqu à se battre ou même à la destruction de richesses pour défendre leur honneur. Les relations sociales ainsi que leur hiérarchie au sein de ces populations sont alors construites essentiellement sur la quantité de bien mis en circulation. 8

11 La kula est aussi un système d échange très cérémonial pratiqué de façon continue sur l une des îles composant l Océanie : la Mélanésie. Il est très mal perçu par la population locale de pratiquer des échanges en dehors de la kula. D autres formes d échanges, plus intermédiaire à ce que Marcel Mauss (2002) appelait les «prestations totales de type agonistique» ont pu être observées sur d autres continents. (Source du schéma: Laetitia Pihel, «L emploi durable, une relation de type don/contre-don : de la validation aux enseignements d un paradigme», Relations industrielles / Industrial Relations, vol. 63, n 3, 2008, p ) (b) Le don selon Derrida Pour Jacques Derrida, le don doit être perçu sous une approche complètement différente. Cet auteur à une vision du don totalement contraire à celle développée par Michel Mauss. En effet, le don-contre don ne traduit pas du tout le véritable sens du don selon Derrida (Bergadaà, 2006). Le caractère réciproque du don détruit complètement la nature même de cet acte devant être complètement «gratuit». La logique de Derrida se rapproche ainsi de la 9

12 définition du don faite par Thomas d Aquin, pour qui toute proposition de don faite dans l attente d une contrepartie ne fait plus partie du processus de don, «il y a don au sens propre quand il y a donation sans retour» (Thomas d Aquin, 2003). Dans son ouvrage «Donner le temps», l auteur décrit le processus du don comme étant irréversible et à sens unique. Le donneur ne doit surtout pas se transformer en receveur de son propre don. Le don est ainsi annulé si une action de retour est entreprise par le receveur. Le don est alors conçu par Derrida comme «l impossible». Car la structure même du don décomposée en trois éléments : A donne B à C, «ces (trois) conditions de possibilité définissent ou produisent l'annulation, l'annihilation, la destruction du don.». Le seul fait que le receveur pense qu il a le devoir de rendre détruit immédiatement la notion de don, ainsi il ne doit même pas savoir qu il est le bénéficiaire d un donneur. «A la limite, le don comme don devrait ne pas apparaître comme don : ni au donataire, ni au donateur.» Ainsi l auteur estime que même le mot «don» ne devrait pas exister. Car sa présence au sein de notre vocabulaire correspond au fait de reconnaitre son existence, ainsi que la gratitude qui l accompagne détruisant ainsi le sens du don. Derrida estime que même l existence de la seconde étape du don, qui consiste en une acceptation par C du don que lui fait A, détruit le don. Quel que soit le choix de C, qu il accepte ou qu il refuse le don. Pour conclure Derrida estime que si on ne donne pas, le don n existe pas. Mais si l on commence à donner, le don n existe pas non plus. Le don est ainsi un acte non rationnel et impossible. Pourquoi donne t on? Que le don soit intéressé ou non, il convient de connaitre les raisons qui poussent les gens à donner. Jacques T. Godbout dans son article intitulé «Les "bonnes raisons" de donner» (1995) s inspire de la philosophie de Boudon (qui rejette totalement celle de Lévi-Strauss) pour définir les raisons de l acte de donner. Ainsi il classe d un coté les «vrais dons» et d un autre, les dons faits par obligation, par coutume, par tradition ou dans l espoir d une 10

13 contrepartie. Les «vrais dons» concernant les dons faits par réel intérêt, par besoin de faire partie de la société ou encore par besoin de donner de l amour à un autre. Mais le paradigme de rationalité ne s appliquant pas forcément aux comportements définis comme «allant de soi»,l auteur en conclut finalement qu il est difficile de classer les «bonnes» des «mauvaises» raisons du don selon une logique, qu elle soit formelle, sémantique ou «psychologique». Les raisons du don, bonnes ou mauvaises étant totalement dépendantes de celui qui donne. (a) «Pourquoi donner quelque chose contre rien?» de Gouldner Pour Alvin W. Gouldner (2008), la norme de réciprocité telle qu elle est développée par Mauss est un élément de la culture humaine, mais alors pourquoi l Homme donnerait-il quelque chose d utile pour lui en l échange de rien? Dans son article «Pourquoi donner quelque chose contre rien?», Gouldner s intéresse lui aussi aux raisons du don. Cet auteur reconnait, après étude que l existence de don sans réciprocité est un paramètre essentiel dans la société actuelle. Il développe ainsi des raisons d empathie pour les personnes dans le besoin comme élément expliquant le don sans contrepartie. Le fait de s imaginer à la place de ceux qui ont faim ou qui souffrent poussent les donneurs à adoucir un peu le quotidien d étrangers en leur venant en aide. D autre part la stabilité sociale ne pourrait reposer uniquement sur des relations de réciprocité, échanges d objets «hétéromorphiques». Ceux-ci pouvant amenés les différents acteurs à se sentir lésés, allant même jusqu à les faire ressentir de la frustration suite à un échange. Le don est ainsi énoncé comme moyen de stabilité pour le système social : «ceux qui doivent donner le feront en dépit du fait que les exigences des bénéficiaires ne peuvent être justifiées ni par leur statut social ni par la norme de réciprocité.» (Gouldner,2008). 11

14 L auteur est ainsi amené à développé l existence d une norme qui fait que l on donne à ceux qui en ont besoin sans contrepartie, une «norme de bienfaisance». Cette norme amène alors une «obligation de donner» mais pas «un droit à recevoir» car celui qui obtient quelque chose contre rien est mal perçu par la société. Le pouvoir du donneur en acceptant de ne rien recevoir en échange d un bien est affirmé, tout comme sa supériorité vis-à-vis des ou du receveurs. Gouldner reprend l idée de Derrida en énonçant le fait que l existence de la «norme de bienfaisance» peut être pratiquée pour briser «le cercle de la réciprocité», des personnes ne pouvant pratiquer l échange marchand pouvant ainsi être intégrées aux relations sociales d un groupe. Le don même si il est fait sans aucune attente de contrepartie réelle de la part du donneur peut cependant amener, de manière sous jacente, une attente de gratitude, de reconnaissance. (b) Différentes explications au don passif Nous considérerons dans cette partie uniquement les dons passifs monétaires, ceux qui consistent à agir pour une cause à distance, avec un intermédiaire entre le donneur et le receveur. En effet, il est difficile de faire une corrélation entre les dons actif et les dons passifs, l implication, l engagement ainsi que la motivation n étant pas du tout la même dans ces deux cas. Il convient, aussi, de différencier les dons faits par des personnes physiques, agissant pour elles-mêmes et le don fait par des entités morales : des entreprises qui donnent au nom de toute la firme. Pour les entreprises, les raisons du don ou du mécénat peuvent être diverses. Dans de nombreux pays le don est un paramètre culturel, historique très important pour les entreprises. Elles gagnent beaucoup, donc il est pour elles normal de rendre à ceux qui en ont besoin 12

15 (Interview de Children Action). Ainsi, on peut remarquer, d une manière générale, que le montant total des dons est plus important aux Etats-Unis et en Angleterre. D autres entreprises donnent pour des raisons d image. Associer leur marque à une œuvre de charité pouvant leur faire gagner des points de popularité auprès du public. Il existe, aussi, des entreprises qui se sentent le devoir d agir pour valoriser une cause qui leur semble importante. Elles le font par réel intérêt, par culture d entreprise D autres encore utilisent le don pour amplifier la cohésion entre les employés, une bonne cause pouvant motiver les travailleurs à agir en véritable équipe pour obtenir un maximum de fond pour une cause qui leur tient à cœur (Eshet, 2009). Cela les sort aussi du quotidien de l entreprise, poussant certaines personnes ne communiquant pas forcément ensemble de manière professionnelle à se rencontrer et se découvrir dans un autre cadre. Pour finir, il y a des raisons fiscales au don, ce paramètre variant aussi selon les pays peut sensiblement pousser certaines entreprises à être plus charitables pour réduire leurs impôts. On ne retrouve pas forcément les mêmes raisons chez les dons des ménages : Le don peut être considéré comme l illustration de l engagement de certains donneurs, comme un moyen de maintenir une certaine continuité, un lien après un engagement actif ou encore comme un substitut au réel engagement (Epee, 2004). Le don d argent pouvant, en effet être interrompu à tout moment, l individu se sent plus libre. Les acteurs ont par ce moyen, le sentiment d aider, leur épargnant ainsi, une certaine culpabilité d être trop «riche»par rapport à d autres. Ils peuvent ressentir une certaine satisfaction à rééquilibrer un peu la «balance» dans le monde. D autres utilisent le don pour leur image, le fait de pouvoir donner peut, en effet, être synonyme d un certain statut social, de richesse. On donne pour montrer aux autres que l on peut se le permettre. Le don peut aussi être utilisé pour attirer la sympathie et le respect des autres, donner amène la reconnaissance, même celle des non receveurs. Ce geste permet l intégration et l acceptation au sein d un cercle social, le fait de donner étant perçu comme très positif, comme une projection du don de soi, de son altruisme, de sa générosité. 13

16 Dans la même optique, on peut donner pour ne pas subir le mépris des personnes de notre environnement. Un individu peut ainsi, se sentir forcé de donner comme pour obéir à une norme sociale. Des pressions de nombreuses personnes peuvent ainsi peser sur un nondonneur et le pousser à donner. Le don peut aussi être amené par un coup de cœur, une pulsion suite à une publicité, un courrier ou une image produite par une ONG. Le don apparait alors comme «spontané et machinal» (Epee, 2004). Le don peut être expliqué par l habitude, la culture ou encore l éducation. Des mères de famille faisant automatiquement le geste de donner comme le faisaient leur mère et leur grand-mère. On peut aussi être généreux par religion, la charité faisant partie intégrante de nombreuses religions comme le christianisme ou l islam, mais cette raison est souvent peu évoquée pour expliquer le don. Pour finir, le don peut tout simplement être dû à la générosité ou à un véritable intérêt d aider l autre dans le besoin, on donne par altruisme, (Bergadaà, 2006). En analysant différents articles et ouvrages traitant des raisons du don, il est apparu que les raisons du don dépendent non seulement du donneur, mais également du moment durant lequel il se produit : des sentiments ressentis par le donneur à ce moment précis, de sa maturité et d un éventail très larges d autres paramètres difficilement mesurables. Selon Nicolas Dufourcq le don est favorisé par les sollicitations, les appels aux dons externes : «l'expérience prouve qu'il ne donne pas si on ne lui demande pas. Sa propension à donner est un fait, mais un fait passif, un potentiel.». A qui revient le rôle difficile de «vendre» un produit immatériel et dont le «client» ne percevra jamais le bénéfice dans notre société actuelle? 14

17 Les différences entre fondations, associations, ONG, OSI, Au fur et à mesure du temps, la pratique du don a évolué, s est modernisée et est, dorénavant d avantage organisée. Un troisième acteur s est donc établi entre le donneur et le receveur sous la forme d organisations. Celles-ci ont pour tâches de rassembler les fonds pour ensuite les redistribuer. Mais qui sont ces organisations? Quelles est leur forme juridique? Le terme Organisation non gouvernementale concerne les organisations qui tirent leurs ressources de dons privés et qui se vouent à l aide aux populations menacées par la famine, la guerre, les catastrophes naturelles (Dictionnaire Hachette). Ce terme a été créé en 1946 par les Nation Unis pour définir les organisations n ayant pas de relations avec le gouvernement. «Une organisation non gouvernementale répond en principe aux critères suivants: - Elle est structurée en organisation, avec des statuts et une forme juridique. - Elle a été créée par des personnes ou des organisations indépendantes de l'etat. - Ses organes décisionnels sont indépendants des autorités gouvernementales. - Elle vise des buts non lucratifs et d'utilité publique, qui dépassent normalement l'intérêt de ses propres membres.» (Source : (le 08 mai 2012)) Il n existe, de manière internationale, aucune définition juridique du terme ONG. En suisse, les Organisations Non Gouvernementales peuvent être créées sous deux statuts différents, le premier étant la fondation et le second l association. a) Les associations sans but économique «Une association à but non lucratif peut être définie comme telle : «un groupement de personnes qui se proposent d'atteindre un but déterminé, et qui se donnent à cet effet une organisation appropriée. Elle peut choisir librement son but, et peut le modifier à certaines conditions. Elle est constituée de membres.» (Source : (le 08 mai 2012)) 15

18 L association à but non lucratif est régie par les articles 60 à 79 du code civil Suisse. La procédure pour la création d une association sans but économique est beaucoup plus simple et moins rigide que pour la création d une fondation. Selon le code civil Suisse, il est conseillé de constituer son association de trois organes : une assemblée générale, un comité et un organe de contrôle des comptes. b) Les fondations La fondation, quant à elle, correspond à «une masse de biens individualisée qui est mise au service d'un certain but fixé par le fondateur. Elle ne peut en principe pas modifier le but qui lui a été donné. Elle n'est pas constituée de membres, mais uniquement d'un organe d'administration.» (Source: (le 08 mai 2012)) En suisse, les fondations sont soumises aux articles 80 à 89 du Code civil. Il est plus compliqué de créer une fondation, car l acte de fondation doit être notarié. Il convient de plus de posséder au minimum CHF. Pour une fondation, il est conseillé, qu elle soit constituée de deux organes : le conseil de fondation et d un organe de révision. Il existe deux type de fondations : les opérationnelles (qui gère directement des hôpitaux ou autres établissements) et les distributrices (qui récoltent des fonds et les redistribue à des organisations à but non lucratif, ce sont des «intermédiaires philanthropiques» (Archambault, 1996) La plus grosse différence entre ces deux types d organisations réside dans le fait que l association est composée d un groupement de personnes morales ou physiques, tandis que la fondation est une personne morale regroupant des biens. (Archambault, 1996) L OSI : organisation de solidarité internationale (ou encore ASI : association de solidarité internationale) est une appellation de plus en plus utilisée représentant une sorte de sous catégorie à l intérieur du groupe des ONG. Les OSI offre un cadre plus précis que les ONG. En effet, depuis 1946, date de sa création le terme ONG est utilisé par diverses organisations 16

19 dans des domaines ne traitant pas de la solidarité internationale tels que la culture ou encore l environnement. De plus le terme OSI ne concernerait que les associations et fondations, certaines collectivités et syndicat utilisant l appellation ONG (Rieunier, ). Quelles critiques peut on faire sur la pratique du don au XXIème siècle? On peut, premièrement se demander si le terme d ONG signifie encore quelque chose de précis avec des valeurs et des critères communs. En effet, il existe plus de associations se disant appartenir à cette catégorie d organisations. Comment savoir, alors si elles répondent bien aux critères des ONG alors qu il n existe aucune définition juridique et internationale de ce type d organisations. La concurrence entres les ONG de plus en plus féroce ne constitue t elle pas une dérive? Ces organisations sont censées s inscrire dans une démarche humaniste et collective or l augmentation constante du nombre d organisations non gouvernementales et la crise économique les amènent à se comporter comme des entreprises à but lucratif, exerçant peu à peu du philanthropocapitalisme. «La philanthropie moderne devient de plus en plus stratégique, elle recherche à la fois l efficacité sociale et le retour sur investissement en termes d image et de réputation.» (Naigeon de Boer, 2009). Ainsi les nombreuses démarches marketing pour attirer toujours plus de donateurs sont monnaie courante. La plus choquante étant l utilisation d images de souffrance, dites «choc» pour faire réagir le public, développant un véritable «marché de la souffrance» (Dr. Pierluigi Musaro). On retrouve ainsi dans le centre de grandes villes des images d enfants malades, ce qui fait réagir quelques adultes mais choque les enfants. D autres moyens, tel que l envoi de nombreux tract par courrier postale ou électronique devient parfois indécent. Un certain Alain a réagit sur internet: «Donner à une association c'[e]st louable, à condition que l'on ne soit pas inondé de relances, de demandes incessantes...on fin[i]t par se demander si ce que l'on donne ne sert pas à enrichir la Poste, les imprimeurs...il faudrait supprimer tout ce gaspillage.» (Source : (consulté le 03 mai 2012)). D autres personnes comme les donateurs qui soutiennent la cause du SIDA 17

20 avouent ne plus donner pour ne plus recevoir autant de courrier. Le public est tellement sollicité par ce marketing agressif qu il ne sait plus à qui donner, cela pouvant même conduire les donateurs à ne plus rien verser. De petites ONG n ayant pas les moyens de concurrencer les mastodontes des fonds caritatifs en médiatisant leur cause sont alors complètement oubliées par les donateurs. Alors que de petites associations peuvent réaliser de très beaux projets. On peut ainsi se demander si le charity-business, qui consiste à appliquer les préceptes des entreprises aux ONG, ne dénature pas l essence même de la notion de caritatif. 18

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

S T A T U T S. Le Projet Faim Suisse

S T A T U T S. Le Projet Faim Suisse S T A T U T S Le Projet Faim Suisse Préambule Le Projet Faim Suisse est une association indépendante avec siège en Suisse. Elle utilise les cotisations de ses membres, les contributions bénévoles de ses

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Donateur : qui es tu? «Donateur : qui es-tu?» - 4 oct.

Donateur : qui es tu? «Donateur : qui es-tu?» - 4 oct. Donateur : qui es tu? Ton profil? 2 Plus de la moitié des Français sont concernés par le don d argent % Donne au moins tous les 2/3 ans 53 47 53 53 57 46 45 42 Donne rarement ou jamais Crise 2004 2005

Plus en détail

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans!

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2009 L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! Contacts presse Dons Solidaires 13 rue de Temara 78100 St Germain en laye Responsable Communication Danièle

Plus en détail

Application : 20 janvier 2014. Politique de dons et commandites

Application : 20 janvier 2014. Politique de dons et commandites Application : 20 janvier 2014 Politique de dons et commandites DESCRIPTION : LA CAISSE DESJARDINS DE RIMOUSKI, UN PUISSANT LEVIER DE DÉVELOPPEMENT POUR SES MEMBRES ET POUR LA COLLECTIVITÉ. La Caisse Desjardins

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Les organismes faisant appel à la générosité publique

Les organismes faisant appel à la générosité publique Les organismes faisant appel à la générosité publique La loi du 7 août 1991 impose aux organismes qui font appel à la générosité publique d'en faire la déclaration préalable auprès de la préfecture du

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Lundi 26 mars 2012 CDOS Maine et Loire

Lundi 26 mars 2012 CDOS Maine et Loire Mécénat sportif Lundi 26 mars 2012 CDOS Maine et Loire Contexte Le 2 août 2003 est parue au Journal Officiel, la loi n 2003-709 du 1er Août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations.

Plus en détail

20 14 RT RAPPO FINANCIER

20 14 RT RAPPO FINANCIER FINANCIER RAPPORT 20 14 UNE GENEROSITÉ SANS FAILLE DE NOS DONATEURS 2014 a marqué les dix ans du tout premier programme soutenu par les parrains français au Sénégal. Après ces 10 années passées aux côtés

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

1 888 234-8533 devp.org

1 888 234-8533 devp.org 1 888 234-8533 devp.org À l occasion du carême, nous sommes appelés à semer la solidarité avec nos sœurs et nos frères des pays du Sud. Pour ce faire, il ne suffit pas de partager nos biens matériels avec

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

INASTI. Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée)

INASTI. Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée) INASTI Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée) INASTI A. Les services opérationnels B. Dépistage des travailleurs indépendants C. Perception des cotisations A. Les services

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Tournoi de G lf. Dimanche 4 octobre 2015, en faveur des enfants d ici et d ailleurs. golf de montpellier massane. Dossier de Sponsoring

Tournoi de G lf. Dimanche 4 octobre 2015, en faveur des enfants d ici et d ailleurs. golf de montpellier massane. Dossier de Sponsoring Dossier de Sponsoring En marge de la compétition de golf du 4 octobre, Les Amis de TPRF et Enfance & Partage organisent le Samedi 3 octobre Un DINER DE GALA au GOLF de MONTPELLIER MASSANE Réservez votre

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation Mur des préjugés Idée reçue Réalité Argumentation 1 Une idée reçue très courante consiste à croire que les gens souffrent de la faim seulement en situation de famine ; or derrière le mot faim se cache

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

Financement des clubs

Financement des clubs Financement des clubs Cotisations, subventions, mécénat, manifestations Contact : FFJDA secteur formation formation@ffjudo.com Étude préliminaire 1. Projet club Pour pouvoir définir une politique de financement

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

FICHE PRATIQUE DE GESTION

FICHE PRATIQUE DE GESTION janvier 2014 FICHE PRATIQUE DE GESTION En bref L association représente un modèle d entreprendre original qui nécessite une adaptation du traitement comptable de certaines opérations prenant en compte

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

Séance 1 Lire les enquêtes et les sondages

Séance 1 Lire les enquêtes et les sondages Séance 1 Lire les enquêtes et les sondages 1- Situation problème 2- Situation 1 3- Situation 2 4- Situation 3 5- Agissez 6-Corriges 1- Situation problème Soucieuse de la crédibilité et de l objectivité

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Cas de discrimination déclarés en 2013

Cas de discrimination déclarés en 2013 Cas de discrimination déclarés en 2013 Total : 70 cas activité lucrative assurances sociales assurances privées droit des étrangers santé publique droit d'entrée et de séjour service militaire divers violations

Plus en détail

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations

Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Mon expert-comptable, je peux compter sur lui! Les associations Quelques constats pour commencer! Les associations, un acteur majeur de la vie sociétale Près de 1,1 million d associations en France 20

Plus en détail

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires Géographie Chapitre n.. La question des ressources alimentaires I) La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan Problématique : Quelles sont les différences entre la situation alimentaire aux Etats-Unis

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

Nous vous conseillons de suivre constamment l évolution de la situation pendant votre séjour à l étranger.

Nous vous conseillons de suivre constamment l évolution de la situation pendant votre séjour à l étranger. FOIRE AUX QUESTIONS J envisage un déplacement à l étranger. Qu est-ce que vous pouvez me dire de la situation dans le pays et est-ce que je peux entreprendre ce voyage? Sur le site du Ministère des affaires

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Charte d utilisation de la plateforme Partenariat Entreprises/Associations

Charte d utilisation de la plateforme Partenariat Entreprises/Associations 1 Charte d utilisation de la plateforme Partenariat Entreprises/Associations Juillet 2012 2 CHARTE PART&ACT (LUXEMBOURG) PARTENARIAT ENTREPRISES ASSOCIATIONS SOMMAIRE I. DISPOSITIONS GENERALES DE LA CHARTE

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

L ONU EN ACTION LES FEMMES NÉPALAISES QUI TRAVAILLENT À L ÉTRANGER

L ONU EN ACTION LES FEMMES NÉPALAISES QUI TRAVAILLENT À L ÉTRANGER L ONU EN ACTION Date de programmation: mars 2010 Programme n 1230 Durée: 5 08 Langues: anglais, français, espagnol et russe LES FEMMES NÉPALAISES QUI TRAVAILLENT À L ÉTRANGER VIDEO AUDIO SON INTER: DES

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Les comptes de l année

Les comptes de l année Fondation Mouvement pour les Villages d Enfants Reconnue d utilité publique Les comptes de l année LE MOT DU TRÉSORIER Pour ce deuxième exercice en tant que Fondation, l année se présente sous le signe

Plus en détail

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble Faisons bouger ensemble Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux le monde J assume depuis le début des responsabilités dans cet emploi. Mon travail est très apprécié dans

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie

Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie Tour d horizon et rapport sur les tendances de l industrie Vue d ensemble de l atelier Qui nous sommes et nos qualifications en animation d atelier Définir les commandites et la philanthropie Tendances

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI»

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» «AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» Mutuelle régie par les dispositions du Livre III du Code de la mutualité et immatriculée au registre national des mutuelles

Plus en détail

Efficacité du développement

Efficacité du développement Efficacité du développement Pour une véritable responsabilité mutuelle Par Mary Robinson Nous présentons ici une version abrégée de l allocution d ouverture prononcée par Mary Robinson au Forum de haut

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE Avec Domaine général de formation Compétences transversales Compétences disciplinaires Scénario pédagogique

Plus en détail

Ensemble, bâtir des Hommes. L enfant que nous aidons aujourd hui, sauvera son pays demain.

Ensemble, bâtir des Hommes. L enfant que nous aidons aujourd hui, sauvera son pays demain. Ensemble, bâtir des Hommes. L enfant que nous aidons aujourd hui, sauvera son pays demain. 2013 1 Enfants du Mékong qui sommes-nous? L histoire d Enfants du Mékong se confond avec celle des peuples d Asie

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Prix jeune chercheur 2013 de la ville de Clermont-Ferrand. Transferts des migrants, aide publique et développement des pays receveurs

Prix jeune chercheur 2013 de la ville de Clermont-Ferrand. Transferts des migrants, aide publique et développement des pays receveurs Prix jeune chercheur 2013 de la ville de Clermont-Ferrand Transferts des migrants, aide publique et développement des pays receveurs Maëlan Le Goff École Doctorale des Sciences Juridiques, Économiques

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 CAISSE LE SALUT Janvier 2013 RAPPORT DE STAGE Faire des pauvres de vrais partenaires de développement Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 Sommaire REMERCIEMENT... 1 INTRODUCTION... 2 DEVELOPPEMENT...

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

Rapport d inspection intégré SPP IS

Rapport d inspection intégré SPP IS A Madame Caps Présidente du CPAS de Oupeye Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 2-5-6 RI/L65C-FMAZ-FPSC/FMTH Objet: Rapport d inspection intégré Madame la Présidente J ai l honneur de

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Les Réseaux loco-régionaux de PCR et Acteurs de la Radioprotection. Un outil nécessaire

Les Réseaux loco-régionaux de PCR et Acteurs de la Radioprotection. Un outil nécessaire Les Réseaux loco-régionaux de PCR et Acteurs de la Radioprotection Un outil nécessaire La PCR a une histoire (1) Décembre 1934 : premiers textes réglementaires en radioprotection Juin 1937 : circulaire

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

MEMOIRE DE RECHERCHE

MEMOIRE DE RECHERCHE MEMOIRE DE RECHERCHE «Les réseaux sociaux et l évolution des usages» Mémoire rédigé, présenté et soutenu par Yann AVOGNIKO et Sébastien DRI, Etudiants Master 2 Sous la direction du Dr. Hélène Rodriguez

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

PROJET PÉDAGOGIQUE Sensibilisation à la faim dans le monde et aux réalités du monde paysan dans les pays du Sud

PROJET PÉDAGOGIQUE Sensibilisation à la faim dans le monde et aux réalités du monde paysan dans les pays du Sud PROJET PÉDAGOGIQUE Sensibilisation à la faim dans le monde et aux réalités du monde paysan dans les pays du Sud Public ciblé : élèves de CM1, CM2, 6ème SOMMAIRE Page 3 : Programme Page 4 : Ampleur de la

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Le projet de L Arche à Nancy, c est

Le projet de L Arche à Nancy, c est Vivre Avec des personnes ayant un handicap mental... Le projet de L Arche à Nancy Au plus près de la vie ordinaire Dans le partage des gestes quotidiens Le projet de L Arche à Nancy, c est de créer trois

Plus en détail