L argent donné aux ONG est-il bien utilisé?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L argent donné aux ONG est-il bien utilisé?"

Transcription

1 L argent donné aux ONG est-il bien utilisé? Anouk DESBORNES 19 mai 2012 L auteur de ce projet est le seul responsable de son contenu, qui n engage en rien la responsabilité de l Université ou celle du professeur chargé de sa supervision. Par ailleurs, l'auteur atteste que le contenu est de sa propre rédaction, en dehors des citations parfaitement identifiées, empruntées à d'autres sources. Anouk DESBORNES

2 Résumé : Ce projet traite avant tout des problèmes d allocation des fonds gérés par les organisations non gouvernementales. Etant donné que ces fonds proviennent de dons faits par des entreprises ou des particuliers, la confiance au sein de la relation entres les donateurs et ces intermédiaires est essentielle. Dans un monde en perpétuel évolution où les risques de dérives de toutes sortes sont très importants, le développement des systèmes d accréditation de ces associations ou autres fondations est une nécessité. Une gestion sérieuse doit être mise en place au sein de ces organismes, sans pour autant se tourner vers un modèle de marché concurrentiel et en n oubliant pas l élément essentiel de ce tiers secteur : l aspect humain.

3 Sommaire Introduction... 3 Exposé de la problématique... 5 Approche méthodologique :... 6 Peut on faire confiance aux ONG concernant l allocation des fonds monétaires?... 7 A. Comprendre le mécanisme du don dans la société actuelle...7 Qu'est ce que le don?...7 Pourquoi donne t on?...10 Les différences entre fondations, associations, ONG, OSI,...15 Quelles critiques peut on faire sur la pratique du don au XXIème siècle?...17 B. L importance du don aux ONG Quelques chiffres sur les actions menées grâce aux donations...19 Des ONG pour sauver des vies...21 Chaque don compte, même de quelques francs C. L allocation des dons...23 Importance des frais de fonctionnement...23 La part douteuse...25 Etude de cas numéro 1 :...26 D. Les scandales financiers...33 Les divers types de détournement de fonds...34 Etude de cas numéro 2 : cas de l ARC...36 E. Contrôle, accréditation...39 La norme, la charte, le label, la certification, le prix :

4 les classements, les baromètres ou autres systèmes de notation...44 Les limites de ces systèmes d accréditation...46 Discussion...48 Conclusion...49 Annexes :... 1 Bibliographie :

5 Introduction Le don est une pratique sociale remontant à des milliers d années, on trouve les premiers indices d un échange unilatéral au début de l ère des pharaons égyptiens. Le don prenait alors la forme de mécénat, certaines personnes donnaient de l argent pour soutenir l art et l invention (Simon et Eshet, 2009). Le mécénat est une sous catégorie du don au contraire du sponsoring pour lequel un rendement en échange est attendue. Depuis lors, le don a évolué, traversant de nombreuses époques et apparaissant sous diverses formes, telle que le don pour une institution religieuse au Moyen Age, pour participer à la construction de bains dans la Rome Antique ou encore, de nos jours, sous forme de fondation créé par des milliardaires. Le don est ainsi présent depuis des millénaires et consiste à apporter quelque chose à une autre personne physique ou morale sans aucune attente de contrepartie. Cette notion d acte solidaire n a cessé de se renforcer devenant plus légalisé, plus formalisé et bravant les crises économiques. L année 2010 a, ainsi, été marquée par une très forte augmentation de la somme du don moyen, comme nous le dit le site swisfundraising.org : «Le volume de dons estimé des ménages privés suisses est ainsi passé à 1,2 milliard de francs en 2010». «Budget des dons totaux moyens des 12 derniers mois» (traduit par mes soins) L année 2005 avait été marquée par une très forte augmentation en raison d un événement majeur : le Tsunami. Source : (consulté le 16 avril 2012) 3

6 De nos jours, de nouveaux acteurs sont venus organiser le processus du don et gérer l allocation des fonds récolés. Ceux-ci se constituant la plupart du temps sous forme d ONG, organisation à but non lucratif. L argent envoyé à ces organismes est redistribué sous de nombreuses formes comme de la nourriture, du matériel, des soins, des bâtiments, des services ou encore sous forme de cash. Les ONG interviennent ainsi dans presque tous les domaines et sur toute la planète. A tout cet argent donné par les foyers suisses s ajoute la participation des entreprise privées et des fondations, ce qui représente environ 42 % des dons totaux faits en Suisse (si l on se référent au chiffres de 2008 donné par Swissfundraising.org). Les raisons pour lesquelles des entreprises financent des projets caritatifs sont aussi très variées. En effet, alors que certaines utilisent le don pour resserrer les liens entre ses équipes, d autres sont réellement impliquées dans le caritatif. Mais, certaines ont, encore, d autres motivations un peu moins humbles comme les retombés commerciales entrainées par une valorisation de leur image ou les déductions fiscales apportées par un tel geste. Le don représente ainsi un geste social très ancré dans notre civilisation, apparaissant sous diverses formes, pour diverses causes et pour diverses raisons. 4

7 Exposé de la problématique Depuis un certain nombre d années, il apparaît dans les médias des cas de dérives au sein d ONG plus ou moins importantes. Allant de l histoire très marquante de L Arche de Zoé à l affaire de l ARC (association pour la recherche sur le cancer), les organisations non gouvernementales et autres associations ne sont pas toujours fondées ou utilisées pour mener à bien des projets caritatifs. Au regard des budgets colossaux de certaines ONG comme World Vision International avec un budget de 1,9 milliards d'euros ou encore Save The Children et ses 996 millions d euros (source : planetoscope.com), on comprend plus facilement pourquoi ce marché rassemble le pire comme le meilleur. Il n existe réellement aucune norme de qualité pour faire le tri entre toutes ces organisations. De plus, celles qui sont accréditées par l ONU, ZEWO ou d autres organismes n ont pas encore de réelle reconnaissance et il n existe pas de critères objectifs internationaux pour les classifier. Les ONG dans leur condition d organisation œuvrant pour des causes charitables, peuvent êtres considérées comme des «discours sans opposants» (Juhem, 2001), aucun acteurs ne souhaitant décrédibiliser le monde caritatif et ainsi pénaliser de grandes causes. Mais dans un monde où le caritatif est devenu un véritable business, représentant des sommes colossales qui sont de jour en jour plus importantes, comment savoir où va l argent versé par les ménages, les entreprises et les fondations aux diverses ONG? 5

8 Approche méthodologique : Dans le cadre d un cours de master nommé «Qualitative Research Methods» animé par le professeur Michelle Bergadaà, j ai pu procéder à des entretiens individuels avec des personnes travaillant au sein de fondations et d associations. C est ainsi que je me suis rendue compte que les problématiques liées au contrôle des fonds constituaient un élément récurrent et très important dans le milieu caritatif. Je vais donc en premier lieu me servir des résultats de ces différents entretiens pour me constituer une base solide de témoignage concernant la gestion des fonds par les fondations et ensuite par les ONG qui contrôlent directement l argent et son allocation. Seule une petite partie de cette recherche qualitative sera utilisée dans mon dossier. Dans un second temps, j ai aussi souhaité avoir un point de vue plus global sur les cas de dérives au sein d ONG. Je vais ainsi procéder à deux études de cas, la première concernant la gestion des fonds dans le cas d une intervention d urgence avec le séisme qui a touché Haïti en La seconde étude de cas sera consacrée aux fonds détournés par le président de l ARC en Pour appuyer ces deux méthodes, je ferai aussi appel aux nombreux ouvrages existants qui portent sur le concept du don et ses différentes approches. Pour les chiffres, les statistiques et les faits plus récents je me servirai d articles périodiques et autres sites internet. 6

9 Peut on faire confiance aux ONG concernant l allocation des fonds monétaires? A. Comprendre le mécanisme du don dans la société actuelle La population suisse reçoit chaque année une multitude de courriers papiers, mais aussi électroniques d appel aux dons provenant de diverses organisations à but non lucratif. Le don correspond à l action de donner. Mais quelle est sa véritable signification? Quelles en sont les origines? Le don est t il toujours une action «gratuite»? Qu'est ce que le don? De nombreuses théories sur le don ont été développées au cours du XXème siècle. Le don est tout à tour considéré comme un geste social obligatoire, comme un geste teinté de réciprocité ou encore comme un geste totalement «gratuit». Nous allons ici voir les diverses perceptions du don et leurs différents auteurs ainsi que les différentes causes pouvant expliquer cet acte social unilatéral. (a) Le don selon Marcel Mauss : En Marcel Mauss ( ) nous propose dans son célèbre intitulé : Essai sur le don Forme et raison de l échange dans les sociétés archaïques (2002), une approche interactionniste du don reposant sur la notion de réciprocité faisant du don un fait social total. Ce paradigme repose sur une triple dimension du don. Cet acte social ne repose alors plus sur le simple fait de donner et de recevoir mais sur le fait que le donneur doit entreprendre l action du don, le receveur doit ensuite accepter ce don mais aussi de le rendre à un moment donné. Cette théorie amène ainsi nécessairement la création d un lien social entre le donneur et le receveur. 7

10 Le concept du don contre-don développé par MAUSS est une expression sociologique, mais aussi économique. Le don réciproque se situe entre une action complètement désintéressée et une action avec échange d une rétribution en retour. Le don contre-don diffère d un échange commercial typique de part sa caractéristique collective, sans but utilitaire et avec une possibilité de réversibilité. Cette perception du don en tant qu acte réciproque comprend le fait qu une fois qu une personne a bénéficié d un don, elle doit alors remettre à une autre personne l objet qu elle a reçu mais en lui ayant donné une valeur supplémentaire. Une certaine valeur ajoutée est ainsi constituée, cette création de valeur supplémentaire amène à une cohésion sociale plus forte. Une sorte de système de dons et de contre-dons continu dans le temps est ainsi construit, avec un certain décalage entre les différentes actions réalisées. Ces interactions sont complètements dépendantes du milieu dans lequel elles se produisent. Il convient donc de bien connaitre l environnement d action pour pouvoir comprendre les différentes interactions entre les acteurs (Pihel, 2008). Dans son célèbre texte sur le don, Marcel Mauss à utilisé des données recueillies par des ethnographes pour bien saisir la pratique du don dans des cultures, des civilisations où celle-ci ne représente plus seulement un acte social mais toute une façon de vivre, un fonctionnement social. Ainsi le potlatch, qui signifie «action de donner» en chinook, pratiqué dans le Nord-Ouest américain, est un immense système de don qui comporte une dimension religieuse, politique, judiciaire mais aussi sociale. On ne parle plus ici, d un échange entre deux individus, mais entre deux communautés s obligeant mutuellement et se confrontant. «De plus, ce qu'ils échangent, ce n'est pas exclusivement des biens et des richesses, des meubles et des immeubles, des choses utiles économiquement. Ce sont avant tout des politesses, des festins, des rites, des services militaires, des femmes, des enfants, des danses, des fêtes, des foires dont le marché n'est qu'un des moments et où la circulation des richesses n'est qu'un des termes d'un contrat beaucoup plus général et beaucoup plus permanent.» (Mauss, 2002). Ce qui est intéressant dans le potlatch est la rivalité qui existe entre les différents acteurs. Les différentes parties allant jusqu à se battre ou même à la destruction de richesses pour défendre leur honneur. Les relations sociales ainsi que leur hiérarchie au sein de ces populations sont alors construites essentiellement sur la quantité de bien mis en circulation. 8

11 La kula est aussi un système d échange très cérémonial pratiqué de façon continue sur l une des îles composant l Océanie : la Mélanésie. Il est très mal perçu par la population locale de pratiquer des échanges en dehors de la kula. D autres formes d échanges, plus intermédiaire à ce que Marcel Mauss (2002) appelait les «prestations totales de type agonistique» ont pu être observées sur d autres continents. (Source du schéma: Laetitia Pihel, «L emploi durable, une relation de type don/contre-don : de la validation aux enseignements d un paradigme», Relations industrielles / Industrial Relations, vol. 63, n 3, 2008, p ) (b) Le don selon Derrida Pour Jacques Derrida, le don doit être perçu sous une approche complètement différente. Cet auteur à une vision du don totalement contraire à celle développée par Michel Mauss. En effet, le don-contre don ne traduit pas du tout le véritable sens du don selon Derrida (Bergadaà, 2006). Le caractère réciproque du don détruit complètement la nature même de cet acte devant être complètement «gratuit». La logique de Derrida se rapproche ainsi de la 9

12 définition du don faite par Thomas d Aquin, pour qui toute proposition de don faite dans l attente d une contrepartie ne fait plus partie du processus de don, «il y a don au sens propre quand il y a donation sans retour» (Thomas d Aquin, 2003). Dans son ouvrage «Donner le temps», l auteur décrit le processus du don comme étant irréversible et à sens unique. Le donneur ne doit surtout pas se transformer en receveur de son propre don. Le don est ainsi annulé si une action de retour est entreprise par le receveur. Le don est alors conçu par Derrida comme «l impossible». Car la structure même du don décomposée en trois éléments : A donne B à C, «ces (trois) conditions de possibilité définissent ou produisent l'annulation, l'annihilation, la destruction du don.». Le seul fait que le receveur pense qu il a le devoir de rendre détruit immédiatement la notion de don, ainsi il ne doit même pas savoir qu il est le bénéficiaire d un donneur. «A la limite, le don comme don devrait ne pas apparaître comme don : ni au donataire, ni au donateur.» Ainsi l auteur estime que même le mot «don» ne devrait pas exister. Car sa présence au sein de notre vocabulaire correspond au fait de reconnaitre son existence, ainsi que la gratitude qui l accompagne détruisant ainsi le sens du don. Derrida estime que même l existence de la seconde étape du don, qui consiste en une acceptation par C du don que lui fait A, détruit le don. Quel que soit le choix de C, qu il accepte ou qu il refuse le don. Pour conclure Derrida estime que si on ne donne pas, le don n existe pas. Mais si l on commence à donner, le don n existe pas non plus. Le don est ainsi un acte non rationnel et impossible. Pourquoi donne t on? Que le don soit intéressé ou non, il convient de connaitre les raisons qui poussent les gens à donner. Jacques T. Godbout dans son article intitulé «Les "bonnes raisons" de donner» (1995) s inspire de la philosophie de Boudon (qui rejette totalement celle de Lévi-Strauss) pour définir les raisons de l acte de donner. Ainsi il classe d un coté les «vrais dons» et d un autre, les dons faits par obligation, par coutume, par tradition ou dans l espoir d une 10

13 contrepartie. Les «vrais dons» concernant les dons faits par réel intérêt, par besoin de faire partie de la société ou encore par besoin de donner de l amour à un autre. Mais le paradigme de rationalité ne s appliquant pas forcément aux comportements définis comme «allant de soi»,l auteur en conclut finalement qu il est difficile de classer les «bonnes» des «mauvaises» raisons du don selon une logique, qu elle soit formelle, sémantique ou «psychologique». Les raisons du don, bonnes ou mauvaises étant totalement dépendantes de celui qui donne. (a) «Pourquoi donner quelque chose contre rien?» de Gouldner Pour Alvin W. Gouldner (2008), la norme de réciprocité telle qu elle est développée par Mauss est un élément de la culture humaine, mais alors pourquoi l Homme donnerait-il quelque chose d utile pour lui en l échange de rien? Dans son article «Pourquoi donner quelque chose contre rien?», Gouldner s intéresse lui aussi aux raisons du don. Cet auteur reconnait, après étude que l existence de don sans réciprocité est un paramètre essentiel dans la société actuelle. Il développe ainsi des raisons d empathie pour les personnes dans le besoin comme élément expliquant le don sans contrepartie. Le fait de s imaginer à la place de ceux qui ont faim ou qui souffrent poussent les donneurs à adoucir un peu le quotidien d étrangers en leur venant en aide. D autre part la stabilité sociale ne pourrait reposer uniquement sur des relations de réciprocité, échanges d objets «hétéromorphiques». Ceux-ci pouvant amenés les différents acteurs à se sentir lésés, allant même jusqu à les faire ressentir de la frustration suite à un échange. Le don est ainsi énoncé comme moyen de stabilité pour le système social : «ceux qui doivent donner le feront en dépit du fait que les exigences des bénéficiaires ne peuvent être justifiées ni par leur statut social ni par la norme de réciprocité.» (Gouldner,2008). 11

14 L auteur est ainsi amené à développé l existence d une norme qui fait que l on donne à ceux qui en ont besoin sans contrepartie, une «norme de bienfaisance». Cette norme amène alors une «obligation de donner» mais pas «un droit à recevoir» car celui qui obtient quelque chose contre rien est mal perçu par la société. Le pouvoir du donneur en acceptant de ne rien recevoir en échange d un bien est affirmé, tout comme sa supériorité vis-à-vis des ou du receveurs. Gouldner reprend l idée de Derrida en énonçant le fait que l existence de la «norme de bienfaisance» peut être pratiquée pour briser «le cercle de la réciprocité», des personnes ne pouvant pratiquer l échange marchand pouvant ainsi être intégrées aux relations sociales d un groupe. Le don même si il est fait sans aucune attente de contrepartie réelle de la part du donneur peut cependant amener, de manière sous jacente, une attente de gratitude, de reconnaissance. (b) Différentes explications au don passif Nous considérerons dans cette partie uniquement les dons passifs monétaires, ceux qui consistent à agir pour une cause à distance, avec un intermédiaire entre le donneur et le receveur. En effet, il est difficile de faire une corrélation entre les dons actif et les dons passifs, l implication, l engagement ainsi que la motivation n étant pas du tout la même dans ces deux cas. Il convient, aussi, de différencier les dons faits par des personnes physiques, agissant pour elles-mêmes et le don fait par des entités morales : des entreprises qui donnent au nom de toute la firme. Pour les entreprises, les raisons du don ou du mécénat peuvent être diverses. Dans de nombreux pays le don est un paramètre culturel, historique très important pour les entreprises. Elles gagnent beaucoup, donc il est pour elles normal de rendre à ceux qui en ont besoin 12

15 (Interview de Children Action). Ainsi, on peut remarquer, d une manière générale, que le montant total des dons est plus important aux Etats-Unis et en Angleterre. D autres entreprises donnent pour des raisons d image. Associer leur marque à une œuvre de charité pouvant leur faire gagner des points de popularité auprès du public. Il existe, aussi, des entreprises qui se sentent le devoir d agir pour valoriser une cause qui leur semble importante. Elles le font par réel intérêt, par culture d entreprise D autres encore utilisent le don pour amplifier la cohésion entre les employés, une bonne cause pouvant motiver les travailleurs à agir en véritable équipe pour obtenir un maximum de fond pour une cause qui leur tient à cœur (Eshet, 2009). Cela les sort aussi du quotidien de l entreprise, poussant certaines personnes ne communiquant pas forcément ensemble de manière professionnelle à se rencontrer et se découvrir dans un autre cadre. Pour finir, il y a des raisons fiscales au don, ce paramètre variant aussi selon les pays peut sensiblement pousser certaines entreprises à être plus charitables pour réduire leurs impôts. On ne retrouve pas forcément les mêmes raisons chez les dons des ménages : Le don peut être considéré comme l illustration de l engagement de certains donneurs, comme un moyen de maintenir une certaine continuité, un lien après un engagement actif ou encore comme un substitut au réel engagement (Epee, 2004). Le don d argent pouvant, en effet être interrompu à tout moment, l individu se sent plus libre. Les acteurs ont par ce moyen, le sentiment d aider, leur épargnant ainsi, une certaine culpabilité d être trop «riche»par rapport à d autres. Ils peuvent ressentir une certaine satisfaction à rééquilibrer un peu la «balance» dans le monde. D autres utilisent le don pour leur image, le fait de pouvoir donner peut, en effet, être synonyme d un certain statut social, de richesse. On donne pour montrer aux autres que l on peut se le permettre. Le don peut aussi être utilisé pour attirer la sympathie et le respect des autres, donner amène la reconnaissance, même celle des non receveurs. Ce geste permet l intégration et l acceptation au sein d un cercle social, le fait de donner étant perçu comme très positif, comme une projection du don de soi, de son altruisme, de sa générosité. 13

16 Dans la même optique, on peut donner pour ne pas subir le mépris des personnes de notre environnement. Un individu peut ainsi, se sentir forcé de donner comme pour obéir à une norme sociale. Des pressions de nombreuses personnes peuvent ainsi peser sur un nondonneur et le pousser à donner. Le don peut aussi être amené par un coup de cœur, une pulsion suite à une publicité, un courrier ou une image produite par une ONG. Le don apparait alors comme «spontané et machinal» (Epee, 2004). Le don peut être expliqué par l habitude, la culture ou encore l éducation. Des mères de famille faisant automatiquement le geste de donner comme le faisaient leur mère et leur grand-mère. On peut aussi être généreux par religion, la charité faisant partie intégrante de nombreuses religions comme le christianisme ou l islam, mais cette raison est souvent peu évoquée pour expliquer le don. Pour finir, le don peut tout simplement être dû à la générosité ou à un véritable intérêt d aider l autre dans le besoin, on donne par altruisme, (Bergadaà, 2006). En analysant différents articles et ouvrages traitant des raisons du don, il est apparu que les raisons du don dépendent non seulement du donneur, mais également du moment durant lequel il se produit : des sentiments ressentis par le donneur à ce moment précis, de sa maturité et d un éventail très larges d autres paramètres difficilement mesurables. Selon Nicolas Dufourcq le don est favorisé par les sollicitations, les appels aux dons externes : «l'expérience prouve qu'il ne donne pas si on ne lui demande pas. Sa propension à donner est un fait, mais un fait passif, un potentiel.». A qui revient le rôle difficile de «vendre» un produit immatériel et dont le «client» ne percevra jamais le bénéfice dans notre société actuelle? 14

17 Les différences entre fondations, associations, ONG, OSI, Au fur et à mesure du temps, la pratique du don a évolué, s est modernisée et est, dorénavant d avantage organisée. Un troisième acteur s est donc établi entre le donneur et le receveur sous la forme d organisations. Celles-ci ont pour tâches de rassembler les fonds pour ensuite les redistribuer. Mais qui sont ces organisations? Quelles est leur forme juridique? Le terme Organisation non gouvernementale concerne les organisations qui tirent leurs ressources de dons privés et qui se vouent à l aide aux populations menacées par la famine, la guerre, les catastrophes naturelles (Dictionnaire Hachette). Ce terme a été créé en 1946 par les Nation Unis pour définir les organisations n ayant pas de relations avec le gouvernement. «Une organisation non gouvernementale répond en principe aux critères suivants: - Elle est structurée en organisation, avec des statuts et une forme juridique. - Elle a été créée par des personnes ou des organisations indépendantes de l'etat. - Ses organes décisionnels sont indépendants des autorités gouvernementales. - Elle vise des buts non lucratifs et d'utilité publique, qui dépassent normalement l'intérêt de ses propres membres.» (Source : (le 08 mai 2012)) Il n existe, de manière internationale, aucune définition juridique du terme ONG. En suisse, les Organisations Non Gouvernementales peuvent être créées sous deux statuts différents, le premier étant la fondation et le second l association. a) Les associations sans but économique «Une association à but non lucratif peut être définie comme telle : «un groupement de personnes qui se proposent d'atteindre un but déterminé, et qui se donnent à cet effet une organisation appropriée. Elle peut choisir librement son but, et peut le modifier à certaines conditions. Elle est constituée de membres.» (Source : (le 08 mai 2012)) 15

18 L association à but non lucratif est régie par les articles 60 à 79 du code civil Suisse. La procédure pour la création d une association sans but économique est beaucoup plus simple et moins rigide que pour la création d une fondation. Selon le code civil Suisse, il est conseillé de constituer son association de trois organes : une assemblée générale, un comité et un organe de contrôle des comptes. b) Les fondations La fondation, quant à elle, correspond à «une masse de biens individualisée qui est mise au service d'un certain but fixé par le fondateur. Elle ne peut en principe pas modifier le but qui lui a été donné. Elle n'est pas constituée de membres, mais uniquement d'un organe d'administration.» (Source: (le 08 mai 2012)) En suisse, les fondations sont soumises aux articles 80 à 89 du Code civil. Il est plus compliqué de créer une fondation, car l acte de fondation doit être notarié. Il convient de plus de posséder au minimum CHF. Pour une fondation, il est conseillé, qu elle soit constituée de deux organes : le conseil de fondation et d un organe de révision. Il existe deux type de fondations : les opérationnelles (qui gère directement des hôpitaux ou autres établissements) et les distributrices (qui récoltent des fonds et les redistribue à des organisations à but non lucratif, ce sont des «intermédiaires philanthropiques» (Archambault, 1996) La plus grosse différence entre ces deux types d organisations réside dans le fait que l association est composée d un groupement de personnes morales ou physiques, tandis que la fondation est une personne morale regroupant des biens. (Archambault, 1996) L OSI : organisation de solidarité internationale (ou encore ASI : association de solidarité internationale) est une appellation de plus en plus utilisée représentant une sorte de sous catégorie à l intérieur du groupe des ONG. Les OSI offre un cadre plus précis que les ONG. En effet, depuis 1946, date de sa création le terme ONG est utilisé par diverses organisations 16

19 dans des domaines ne traitant pas de la solidarité internationale tels que la culture ou encore l environnement. De plus le terme OSI ne concernerait que les associations et fondations, certaines collectivités et syndicat utilisant l appellation ONG (Rieunier, ). Quelles critiques peut on faire sur la pratique du don au XXIème siècle? On peut, premièrement se demander si le terme d ONG signifie encore quelque chose de précis avec des valeurs et des critères communs. En effet, il existe plus de associations se disant appartenir à cette catégorie d organisations. Comment savoir, alors si elles répondent bien aux critères des ONG alors qu il n existe aucune définition juridique et internationale de ce type d organisations. La concurrence entres les ONG de plus en plus féroce ne constitue t elle pas une dérive? Ces organisations sont censées s inscrire dans une démarche humaniste et collective or l augmentation constante du nombre d organisations non gouvernementales et la crise économique les amènent à se comporter comme des entreprises à but lucratif, exerçant peu à peu du philanthropocapitalisme. «La philanthropie moderne devient de plus en plus stratégique, elle recherche à la fois l efficacité sociale et le retour sur investissement en termes d image et de réputation.» (Naigeon de Boer, 2009). Ainsi les nombreuses démarches marketing pour attirer toujours plus de donateurs sont monnaie courante. La plus choquante étant l utilisation d images de souffrance, dites «choc» pour faire réagir le public, développant un véritable «marché de la souffrance» (Dr. Pierluigi Musaro). On retrouve ainsi dans le centre de grandes villes des images d enfants malades, ce qui fait réagir quelques adultes mais choque les enfants. D autres moyens, tel que l envoi de nombreux tract par courrier postale ou électronique devient parfois indécent. Un certain Alain a réagit sur internet: «Donner à une association c'[e]st louable, à condition que l'on ne soit pas inondé de relances, de demandes incessantes...on fin[i]t par se demander si ce que l'on donne ne sert pas à enrichir la Poste, les imprimeurs...il faudrait supprimer tout ce gaspillage.» (Source : (consulté le 03 mai 2012)). D autres personnes comme les donateurs qui soutiennent la cause du SIDA 17

20 avouent ne plus donner pour ne plus recevoir autant de courrier. Le public est tellement sollicité par ce marketing agressif qu il ne sait plus à qui donner, cela pouvant même conduire les donateurs à ne plus rien verser. De petites ONG n ayant pas les moyens de concurrencer les mastodontes des fonds caritatifs en médiatisant leur cause sont alors complètement oubliées par les donateurs. Alors que de petites associations peuvent réaliser de très beaux projets. On peut ainsi se demander si le charity-business, qui consiste à appliquer les préceptes des entreprises aux ONG, ne dénature pas l essence même de la notion de caritatif. 18

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire DOSSIER DE PRÉSENTATION S o m m ai r e SolidaireVille, plateforme innovante de micro-dons. Une première!...3 Des projets au service du développement

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

RÉPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI. Un message de la Présidente-Directrice Générale

RÉPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI. Un message de la Présidente-Directrice Générale RÉPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI BILAN DES CINQ ANS JANVIER 2015 Un message de la Présidente-Directrice Générale Cinq années après le tremblement de terre mortel qui a dévasté Haïti, des millions

Plus en détail

État des lieux de la collecte 2006-2010. Chris Olivier CerPhi

État des lieux de la collecte 2006-2010. Chris Olivier CerPhi État des lieux de la collecte 2006-2010 Chris Olivier CerPhi Un panorama basé sur 3 sources d information 2006-2008 Source DGFIP Données de la Direction Générale des Finances Publiques : évolution annuelle

Plus en détail

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41 Legs & Donations Mot de la Présidente Madame, Monsieur, Je tiens à vous remercier chaleureusement pour l intérêt que vous portez à notre association. Consentir un legs à Médecins Sans Frontières est un

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français. «Défricher les nouveaux champs de la générosité» 3 décembre 2009

D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français. «Défricher les nouveaux champs de la générosité» 3 décembre 2009 D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français Antoine Vaccaro Chris Olivier Les sources L étude annuelle du CerPhi réalisée à partir des données de la Direction Générale des Finances

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Les Mutuelles de Solidarité en Haïti : Récit d un succès

Les Mutuelles de Solidarité en Haïti : Récit d un succès Les Mutuelles de Solidarité en Haïti : Récit d un succès Aperçu du travail du Collectif du Financement Populaire (KOFIP) Eté 2012 Cahiers de comptabilité conçus par le KOFIP spécialement pour les MUSO

Plus en détail

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Un lien réel de solidarité et une véritable opportunité d améliorer la vie collective Premier de cordée Mesdames, Messieurs les Dirigeants d Entreprises,

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning.

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning. COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE : CONDITIONS PRÉALABLES... 2 DESCRIPTION

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Application : 20 janvier 2014. Politique de dons et commandites

Application : 20 janvier 2014. Politique de dons et commandites Application : 20 janvier 2014 Politique de dons et commandites DESCRIPTION : LA CAISSE DESJARDINS DE RIMOUSKI, UN PUISSANT LEVIER DE DÉVELOPPEMENT POUR SES MEMBRES ET POUR LA COLLECTIVITÉ. La Caisse Desjardins

Plus en détail

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Dossier de presse 09 mai 2011 La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Communiqué de Presse La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat

Plus en détail

INASTI. Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée)

INASTI. Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée) INASTI Visite par une délégation du Selfemployed Scheme and Workfare (Corée) INASTI A. Les services opérationnels B. Dépistage des travailleurs indépendants C. Perception des cotisations A. Les services

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS

POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS Règlement 22(1) La demande de licence pour fournir et offrir des services de garderie familiale comporte les éléments suivants : (b.1) une copie du code de conduite

Plus en détail

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans!

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2009 L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! Contacts presse Dons Solidaires 13 rue de Temara 78100 St Germain en laye Responsable Communication Danièle

Plus en détail

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Banques alimentaires Canada Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Janvier 2012 Stimuler le secteur caritatif au Canada

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Repères : le mécénat des entreprises dans le monde

Repères : le mécénat des entreprises dans le monde À L INTERNATIONAL Repères : le mécénat des entreprises dans le monde A chaque pays sa façon de gérer son système de dons. Le terme mécénat n est pas transposable directement ni dans la langue ni dans les

Plus en détail

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés IMAGINE CANADA ET BÉNÉVOLES CANADA FORUM 2011 DES PARTENARIATS CANADIENS ENTRE LES ENTREPRISES ET LA COLLECTIVITÉ Montebello 9 juin 2011 Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 INFORMATION PRESSE URGENCE ASIE DU SUD Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 A ce jour, l'unicef France a fait parvenir un total de 40 millions d'euros en Asie du Sud. Le dernier envoi, d'un

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT CIR. # 99 CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT En conformité aux articles 2.2.2 à 2.2.6 de la loi du 21 février 2001, relative au blanchiment des avoirs provenant

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) 91 boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris - France Tél.: +33 (0)1 58 10 74 80 Courriel : contact@fidesco.fr www.fidesco-international.org

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

MISSING. Le moteur de recherche mondial des disparus de catastrophes naturelles. En partenariat avec :

MISSING. Le moteur de recherche mondial des disparus de catastrophes naturelles. En partenariat avec : MISSING Le moteur de recherche mondial des disparus de catastrophes naturelles En partenariat avec : DES DISPARUS LAISSES A L ABANDON Chaque catastrophe humanitaire majeure entraîne la disparition de nombreux

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Fiche 7: Privatisation et eau

Fiche 7: Privatisation et eau De nos jours, la sauvegarde et le contrôle de l eau sont des enjeux qui donnent lieu à de multiples débats à l échelle planétaire. Maintenant que la ressource diminue, on se demande à qui elle appartient,

Plus en détail

Pourquoi donne t-on? Quelques apports de l économie comportementale

Pourquoi donne t-on? Quelques apports de l économie comportementale Pourquoi donne t-on? Quelques apports de l économie comportementale Marie Claire Villeval Directrice de recherche CNRS, GATE et CORTEX Les dons : un phénomène économique important Etats-Unis : 260 milliards

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Le marché suisse des assurances

Le marché suisse des assurances 16 Le marché suisse des assurances Le secteur des assurances favorise la croissance et la prospérité Ces dernières années, le secteur des assurances a sans cesse accru sa contribution à la croissance et

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

daycare 2012 Un jour pour notre avenir Sous le patronage de www.daycare.lu

daycare 2012 Un jour pour notre avenir Sous le patronage de www.daycare.lu daycare 2012 PwC / CARE Sous le patronage de Un jour pour notre avenir Madame Mady Delvaux-Stehres, Ministre de l Éducation nationale et de la Formation professionnelle Monsieur Nicolas Schmit, Ministre

Plus en détail

LE PROJET. Enfants du Jardin d Enfants

LE PROJET. Enfants du Jardin d Enfants CONSTRUCTION ET ENTRETIEN DU VILLAGE D ENFANTS SOS A SAVANNAKETH, LAOS BENEFICIAIRES : VILLAGE 150 ENFANTS, JARDIN D ENFANTS 60 ENFANTS, CENTRE SOCIAL 60 ENFANTS PROJET SOUTENU PAR LE MINISTERE DE LA COOPERATION

Plus en détail

Léguez-leur un avenir

Léguez-leur un avenir GS ACTE HUMANITAIRE DONS Léguez-leur un avenir MSF Francesco Zizola Yann Libessart / MSF Conseils sur les legs et donations au Luxembourg ÉNÉROSITÉ DONSACTE OFFREZ-LEUR LA VIE EN HÉRITAGE! Inscrire Médecins

Plus en détail

Payez moins d impôts en étant généreux

Payez moins d impôts en étant généreux Payez moins d impôts en étant généreux Plus de 5 millions de foyers en France déclarent chaque année au moins un don à une œuvre ou à un organisme d intérêt général. ( Unicef) Par Gérard Blandin Publié

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Pension alimentaire pour enfants

Pension alimentaire pour enfants Pension alimentaire pour enfants Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau Brunswick (SPEIJ NB) est un organisme de bienfaisance enregistré dont l objectif est de fournir aux

Plus en détail

Guide pratique. Pour une recherche efficace de sponsors

Guide pratique. Pour une recherche efficace de sponsors Guide pratique Pour une recherche efficace de sponsors Guide Pratique Association Interfédérale du Sport Francophone asbl Quai de Rome 53 4000 LIEGE Tél.: 04/344 46 06 Fax: 04/344 46 01 E-mail: info@aisf.be

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

CENTRES SCOLAIRES ET FOYERS D ACCUEIL AU CAMBODGE ET AUX PHILIPPINES

CENTRES SCOLAIRES ET FOYERS D ACCUEIL AU CAMBODGE ET AUX PHILIPPINES 2013 CENTRES SCOLAIRES ET FOYERS D ACCUEIL AU CAMBODGE ET AUX PHILIPPINES Bâtir les hommes et les femmes de demain L enfant que nous aidons aujourd hui sauvera son pays demain OÙ EN SOMMES-NOUS? Nos 7

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Histoire-Géographie Education Civique Session Juin 2009

Histoire-Géographie Education Civique Session Juin 2009 Histoire-Géographie Education Civique Session Juin 2009 1 / 8 Première partie : Histoire Géographie Sujet N 1 : Les transformations de la société française de 1945 à 1975 Document 1 : Un ouvrier français

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le projet d instruction fiscale ayant trait à la territorialité du mécénat 06 JUILLET 2012 Avis sur le projet d instruction fiscale ayant

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 Aider les plus démunis à rester connectés Connexions Solidaires ouvre à Saint-Denis Grâce au soutien de la Mairie, du Centre Communal d Action Sociale (CCAS)

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Donnez de la valeur à votre ISF! Agissons ensemble pour un monde plus fraternel et solidaire.

Donnez de la valeur à votre ISF! Agissons ensemble pour un monde plus fraternel et solidaire. Donnez de la valeur à votre ISF! Agissons ensemble pour un monde plus fraternel et solidaire. Fondacio, un mouvement au service de l humain. Cette aventure œcuménique naît à Poitiers en 1974, à l initiative

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Institut Pedro de Béthencourt. Ircom

Institut Pedro de Béthencourt. Ircom servir la dignité de l 'homme Institut Pedro de Béthencourt Ircom Histoire et vocation Fondé en 1984, l Ircom développe un enseignement qui vise le plein épanouissement de la personne humaine, tant sur

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Corrigé à l usage exclusif des experts

Corrigé à l usage exclusif des experts Procédure de qualification Assistant du commerce de détail AFP / ECONOMIE Série 2, 2012 Corrigé à l usage exclusif des experts Durée de l'épreuve : Moyens auxiliaires autorisés : 45 minutes machine à calculer

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond

IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu. Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond IV. Les nécessités d une grande réforme : propositions pour une assurance générale de revenu Ruth Gurny, Denknetz Traduction : Sabine Dormond Pour une protection solidaire et équitable : l assurance générale

Plus en détail

Du prêt-à-porter au sur-mesure: comment répondre aux attentes

Du prêt-à-porter au sur-mesure: comment répondre aux attentes Du prêt-à-porter au sur-mesure: comment répondre aux attentes des grands donateurs swissfundraising Martial Paris Octobre 2012 CityWealth Leaders List 2011 Recommended STEP Philanthropy Team of the Year

Plus en détail

Présentation Plan Marketing UDEM

Présentation Plan Marketing UDEM Association pour les enfants atteints de cancer Présentation Plan Marketing UDEM Janvier 2015 Lysanne Groulx Directrice communications et marketing Leucan - Plus de 35 ans d espoir Mission : Accroître

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Devenez fondateur. fondationdefrance.org

Devenez fondateur. fondationdefrance.org Devenez fondateur fondationdefrance.org Vous envisagez de créer une fondation Comment vous y prendre? Quelles questions vous poser avant de vous lancer? De quelles ressources devez-vous disposer? Quelle

Plus en détail

Dossier Mécénat. Une régate pour les enfants de Madagascar Objectif global dons : 6 000 miles 60 000. Devenir mécène pour Enfants du Monde

Dossier Mécénat. Une régate pour les enfants de Madagascar Objectif global dons : 6 000 miles 60 000. Devenir mécène pour Enfants du Monde Dossier Mécénat Devenir mécène pour Enfants du Monde Une régate pour les enfants de Madagascar Objectif global dons : 6 000 miles 60 000 1 2 Présentation de l'association Enfants du monde Fondée en 1980

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

La crise n'a pas entamé la générosité des belges

La crise n'a pas entamé la générosité des belges INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Chaussée de Chastre, 113 B-5140 Sombreffe Tél : 0484.109.764 E-mail : idd@iddweb.be La crise n'a pas entamé la générosité des

Plus en détail

ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE

ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE EXTRAIT de «Gérard MULLIEZ», les échos 19/08/2009 L homme est le «premier

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

LÉGUEZ-LEUR UN AVENIR!

LÉGUEZ-LEUR UN AVENIR! LÉGUEZ-LEUR UN AVENIR! 1 SOMMAIRE Page 3 Unhéritage àpartager Pages 4-5 Le legs: un geste pour la vie Pages 6-8 Tendez-leur la main en leur offrant un avenir! Pages 9-11 Vous vous posez des questions?

Plus en détail