Newsletter Jurimanagement & Juricommunication

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Newsletter Jurimanagement & Juricommunication"

Transcription

1 Newsletter Jurimanagement & Juricommunication Avocat Management & Stratégie La lettre n 16 Février 2011 Editorial : Fidélité!!! Tel serait le vœu que nous pourrions formuler en ce début d année. Loin de nous toute pensée moralisatrice en le formulant, mais plutôt l aspiration à une nécessaire pérennité : Pérennité du cabinet dans une perspective de transmission, Fidélité des équipes au travers d une politique de rémunération motivante visant elle aussi la pérennité Pérennité, encore dans la relation et la satisfaction client, via une démarche de fidélisation. Patrimonialité du cabinet, évaluation des collaborateurs et relation client, sont les principaux thèmes que nous aborderons dans cette première newsletter de l année, sans oublier notre rubrique communication, consacrée aux mentions obligatoires sur les sites internet des cabinets d avocats. Bonne lecture, Maria Dias Consultante en marketing & communication chez Juricommunication Page1

2 Finances / gestion : Patrimonialité du cabinet Faut il en débattre? Par Caroline Neveux associée fondatrice de Jurimanagement Le projet de Loi de modernisation des professions judiciaires et juridiques relance, une nouvelle fois, le débat sur la patrimonialité en proposant la modification de ses règles d appréhension dans les SCP. Les associés pourraient, en effet, choisir d exclure à l unanimité la valeur représentative de la clientèle de la valorisation des parts sociales de ces structures, sans que soit évoqué le sort des SEL. Au demeurant, la discussion sur la patrimonialité n est pas récente et les «anti-patrimoniaux» ont depuis bien longtemps brandit des arguments percutants visant à anéantir toute forme de valorisation. Au titre de ces arguments, on trouvera, en premier lieu, l insécurité que génère l approche patrimoniale auprès des jeunes collaborateurs, constituant un obstacle à leur intégration, rendant difficile le passage des générations. Il n est pas inexact que les problèmes financiers qu elle peut engendrer, lorsqu elle exige un investissement par l avocat entrant, ou encore les discordes qu elle créé lorsqu elle contraint le cabinet à financer un retrait, sont autant de facteurs négatifs de perception. Les opposants à la patrimonialité font valoir, en second lieu, que la volatilité de la clientèle va croissant, en particulier dans le contexte économique actuel, qu elle est difficilement cessible, quand elle n est pas aussi vieille que le cédant lui-même. Certains expliqueront que la nécessaire valeur ajoutée intellectuelle, devenue le fondement de la relation clients-avocats, dans un contexte de concurrence acharnée, relève de l incontournable intuitu personae et n est, en aucun cas, modélisable et, partant, non cessible. Si l on ajoute à ce panégyrique de l anti-patrimonialité, l exemple de firmes anglo-saxonnes à première vue ancré sur des modèles anti-patrimoniaux, les excès générés par les ventes à soi-même souvent fondées sur une démesure de la valorisation, enfin, le constat de la faiblesse du système de financement des retraites conduisant directement les avocats à valoriser leur sortie, nous sommes tentés de penser que les adeptes de la patrimonialité seraient des avocats avides, âpres au gain et sans scrupules. Et pourtant, le volume des transactions, toutes structures confondues est constant, voire en légère augmentation, sans que le nombre de conflits consécutifs à ces transactions ne soit plus important. La typologie que nous pouvons en donner, issue de nos bases et par ordre décroissant d importance en nombre de transactions, est la suivante : association du collaborateur déjà présent dans le cabinet, cessions entre associés, croissance externe réalisée par le cabinet, vente à soi-même et enfin, acquisition en vue de l installation. Alors que penser? Si les arguments en faveur de la dépatrimonialisation ne manquent pas de fondement, est-il pour autant raisonnable d opposer à un chef d entreprise, par exemple l associé unique ou les deux associés fondateurs du cabinet, que les 40 ans de vie professionnelle consacrés à la construction de leur outil, dont on supposera pour les besoins de l exemple qu il est réputé et rentable, ne valent rien? Page2

3 Est-il tout aussi raisonnable de proposer à un jeune associé ambitieux et de la trempe des avocats entrepreneurs actuels, d imaginer construire ou développer un véhicule professionnel des plus performants, en lui expliquant qu il n aura aucune valeur? A l heure où les avocats semblent avoir enfin compris que le cabinet est une entreprise, nécessitant des fonds propres pour financer le BFR, une offre solide pour assurer de la récurrence, une marque, un management de qualité et une gouvernance claire, peut-on décemment anéantir toute forme de patrimonialité? Les jeunes qui débutent en qualité d associés ne s y trompent guère. Il leur est clair que de monter ex nihilo un cabinet, une clientèle et, tout ce qui est nécessaire à les développer, est une opération titanesque. Ils ont, en outre, conscience de la valeur de remplacement que pourrait représenter le coût d acquisition d un cabinet. A l heure enfin où il est question de rapprochements entre professions, qui exercent elles-mêmes des principes de valorisation, n est- il pas raisonnable de penser qu une certaine forme de patrimonialité demeure nécessaire? En réalité, aucune des structures actuelles n a été réellement conçue dans l optique d une absence de patrimonialité. Quant aux associations d avocats qui ne créent pas de patrimoine, à l instar des LLP de droit anglosaxon, soulignons que certaines d entre elles développent des mécanismes alternatifs à la patrimonialité, que ce soit en finançant le besoin en fond de roulement par des comptes courants obligatoires d associés ou, en assurant des revenus post-activité par des systèmes de retraite complémentaire. Ces retraites sont versées pendant quelques années ou, toute la vie, aux sortants, par les associés qui travaillent encore. C est une autre forme de patrimonialité intra-générationnelle qui ne dit pas son nom. Enfin, les américains et les anglo-saxons qui ne valorisent pas au moment de la transmission, prennent souvent partie pour de fortes rémunérations en cours d exercice, transférant ainsi la problématique de la valeur du capital à l échelle de toute une vie professionnelle. La patrimonialité est une posture et non une imposture. Etre en faveur de la patrimonialité, c est être entrepreneur, c'est-à-dire aller au-delà du calcul mathématique des droits et se doter d un outil entrepreneurial donc cessible, dans le cadre de l exercice d une patrimonialité non excessive. Mais, c est là que les difficultés surgissent car en matière de valorisation, il est malheureusement à déplorer un manque général de justesse d appréhension des cas et des situations relatives aux professionnels, aux avocats en particulier. La plupart des structures d exercice est confrontée à l absence de liberté contractuelle dans ce domaine ; tout désaccord aboutissant à une détermination expertale de la valeur des droits sociaux (Art du code civil). Or, celle-ci repose souvent sur des valorisations en pourcentage du chiffre d affaires, excluant celles basées sur la capitalisation ou l appréciation de la rentabilité, oubliant, par ailleurs, d intégrer la valeur du capital financier, organisationnel et d image. Ces valorisations se dispensent enfin, et c est à déplorer, d apprécier habilement les circonstances et les situations qui prévalent au contexte. Or, quelle commune appréciation des droits peut-on trouver entre un professionnel qui part à la retraite et cède son cabinet dans son intégralité, un associé retrayant parmi d autres et qui s en va monter son propre cabinet concurrent emportant une partie de la clientèle, un jeune qui est appelé à prendre une participation minoritaire au capital du cabinet, un retrait sans emport de clientèle pour cessation d exercice...? La valeur des droits sociaux peut-elle être équivalente? On ne peut que regretter un travail méthodologique et structuré de fixation de la valeur d une société d avocats. Page3

4 Il semble, en l état, que le débat sur la patrimonialité est davantage le fait d une absence de réflexion mesurée de cette détermination de la valeur des droits, que celui d une réelle controverse. En savoir plus visitez notre site et contactez nous sur Page4

5 Marketing : Les nouveaux comportements des directions juridiques Par Michel Lehrer Directeur associé de Jurimanagement Depuis que nous éditons cette lettre d information, véritable organe de veille sur les acteurs du marché du droit, nous avons évoqué à plusieurs reprises les évolutions et bouleversements auxquels sont confrontés les professionnels de ce secteur (concurrence, communication, prix, offres ). Les juristes d entreprise n échappent pas à ce puissant maelstrom. On assiste là aussi à une nécessaire mutation, Autrefois considérés comme faisant partie du staff «support», souvent «subis» par les autres directions et les équipes de production, ressentis comme des empêcheurs de «signer en rond», ils tendent aujourd hui à reprendre leurs destinées en mains et à occuper une place de tout premier rang, au cœur des décisions stratégiques de l entreprise. Après avoir été, au début des années 2000, à deux doigts d être absorbée par les directions financières et des achats, la crise financière et économique aidant, la fonction juridique est aujourd hui considérée comme stratégique. Aux côtés des Directions générales, elle intervient de plus en plus en amont dans la stratégie d entreprise et dans les dossiers. Les directeurs juridiques les plus entreprenants et les plus motivés se considèrent comme de véritables «Managing Partners» de cabinets d avocats internalisés ayant à faire, non pas à des usagers, des filiales, mais à de véritables CLIENTS. La réflexion sur la future grande profession du droit doit y être pour quelque chose. Il n est pas rare, aujourd hui, de voir les directions des affaires juridiques organisées en centres de profits avec un budget propre à réaliser. Les plus ambitieux ont mis en place une réflexion sur leur position et celle de leur équipe au sein de l entreprise. Soucieux de la relation client, il est courant qu ils aient recours à une enquête de satisfaction, outil indispensable à la mesure de la performance et à la connaissance des besoins clients. A l image des cabinets d avocats inscrits dans une démarche marketing structurée, les directeurs juridiques mettent au point des offres innovantes leur permettant d être proactifs, voire même à l origine de certains projets, là où il leur suffisait jusqu à présent d être réactif. Les directeurs juridiques adoptent ainsi de nouveaux comportements: Ecoute du client interne et approche orientée "besoin" et conseils «opérationnels», Description de l expertise et de l offre associée ainsi que du bénéfice client associé, Mise au point d offres combinées ou bien en collaboration avec les autres départements et / ou directions (ex : direction juridique + direction brevets ou direction juridique + DRH). Page5

6 Autre résultat de cette évolution, les rapports entre les directions juridiques et les avocats ont changé. Les premières sont devenues de plus en plus présentes dans la stratégie et le suivi des dossiers confiés à leurs conseils externes. Beaucoup de grands donneurs d ordres institutionnels ont réduit le nombre de structures avec lesquelles ils travaillent, dans le but de mieux contrôler la gestion des affaires et de resserrer les liens de collaboration et la qualité de la prestation. Les relations avocats-juristes n ont jamais été aussi étroites, on a même vu apparaître des avocats «Embedded» au sein des entreprises qu ils conseillent habituellement. Ce phénomène bien connu dans d autres secteurs d activités (régie, outsourcing ) est nouveau en matière de prestations juridiques. Dans l étude récente publiée par le Village de la Justice («Quelles sont les priorités des directions juridiques en 2010»), ce phénomène est particulièrement bien analysé : «L avocat détaché peut être une alternative au recrutement et à la consultation externe. Il peut pallier un manque de ressources internes temporaires ou répondre à un besoin d expertise particulier. Dans le secteur bancaire, le recours à un avocat détaché est de plus en plus répandu. D ailleurs, cette demande fait partie des panels et des négociations entre les banques et les cabinets d avocats». Comme on peut le constater, que ce soit dans la gestion de la relation client, le marketing ou l organisation, les directions juridiques adoptent de nouveaux comportements, proches de ceux des cabinets les plus performants. Les passerelles entre les deux modes d exercices sont, quant à elles, de plus en plus nombreuses ; des juristes s installent en libéral et des avocats rejoignent l entreprise, temporairement ou définitivement. Seraient-ce là les signes avant-coureurs d une fusion? En savoir plus visitez notre site et contactez nous sur Page6

7 R. Humaines : Evaluation des collaborateurs Les bonnes pratiques Par Annette Denis Consultante senior Jurimanagement Les décisions sur les augmentations des collaborateurs et l attribution éventuelle de «bonus» sont probablement terminées. Il est donc temps de tirer leçon des difficultés rencontrées lors de cette phase d évaluation et de remettre en place, pour l année à venir, les bonnes pratiques pour transformer ce qui peut paraître inutile ou, perçu comme une «corvée», en un formidable levier de satisfaction et d efficacité. A) Principes et modalités de l évaluation par objectifs Si le cabinet a mis en place ou souhaite instaurer un management par objectifs, ceux-ci doivent être fixés en début d année et répondre aux caractéristiques suivantes : - Un objectif est un «contrat» passé entre le manager et le managé, ce qui induit l implication du collaborateur dans l élaboration de ses propres objectifs. - Les objectifs doivent être «SMAC» : Spécifiques Mesurables Accessibles Cohérents - Les critères peuvent être de plusieurs natures : quantitatifs et qualitatifs Le management par objectifs passe nécessairement par une démarche d évaluation et l organisation de plusieurs rencontres dans l année entre le collaborateur et le manager. Ces entretiens doivent idéalement être réalisés dans un lieu neutre, l évaluateur doit prendre le temps nécessaire à cet échange pour instaurer un climat de confiance et permettre à chacun de prendre du recul. 1) Entretien de définition d objectifs Cet entretien, qui a lieu généralement en début d année, permet de valider avec l évalué : - les objectifs définis pour l année à venir, - les critères de réussite mesurables, - les moyens nécessaires pour y arriver, - le plan d actions pour atteindre les objectifs fixés. 2) Entretien de suivi Il est souvent utile d organiser au moins un entretien intermédiaire pour : - vérifier que les objectifs sont toujours d actualité, - aider le collaborateur à trouver des solutions en cas de difficultés, - vérifier que le collaborateur suit son plan d actions. Page7

8 3) Entretien bilan Cet entretien n a pas vocation d aborder les aspects de rémunération. Il a lieu en fin d année et a pour but : - de valider les résultats obtenus dans l année, - de tirer les leçons utiles pour l année suivante, - d attribuer une première notation. 4) Entretien - primes et augmentations Cet entretien consiste à restituer les décisions prises par les associés concernant le collaborateur. Il est extrêmement important de le tenir, même s il ne s agit pas d y consacrer autant de temps que pour les entretiens précédents, pour accompagner ces décisions de tous les commentaires nécessaires. En effet, l impact peut être totalement délétère, si le collaborateur découvre le montant de sa prime et de sa rétrocession sur son compte en banque sans qu aucune explication ne lui ait été dispensée. B) Exemple de critères d évaluation La grille d évaluation doit être bâtie en fonction des objectifs individuels et collectifs du cabinet. Les critères doivent être soigneusement choisis pour qu ils puissent être facilement mesurables dans le système d information du cabinet. La grille peut intégrer entre 20 et 30 critères permettant de porter des jugements qualitatifs et quantitatifs sur la performance, à l aide d une échelle de notation et de pondération, pouvant s appliquer, soit à la rétrocession, soit à la prime. Par exemple, les domaines suivants peuvent être personnalisés et déclinés au sein de chaque cabinet : Chiffre d affaires - Rentabilité - Temps passés Développement - Fidélisation & transversalité Management Communication externe Comportement Relations avec les autres membres du cabinet. A terme, la procédure d évaluation mise en place permettra, de fait, de positionner chaque collaborateur de façon personnalisée puisqu elle devra répondre aux 4 questions suivantes : - Opportunité d augmentation de la rétrocession et, le cas échéant, niveau de celle-ci, - Opportunité de distribution d un «variable» et, montant éventuel, - Opportunité de délégation de signature, - Opportunité d association si un certain nombre de critères définis sont atteints. En savoir plus visitez notre site et contactez nous sur Page8

9 Communication : Les mentions obligatoires pour site internet Par Sabrina Tantin Consultante en marketing et communication chez Juricommunication Qu il fasse appel à une agence de conseil spécialisée ou à un prestataire de création de site, la plupart des avocats méconnaissent les mentions obligatoires qui doivent apparaitre sur leur site internet. En effet, outre les mentions obligatoires propres à tout site internet sans distinction d activité, l Ordre des avocats impose néanmoins des règles et des informations de communication obligatoires propres à la profession. I - Mentions obligatoires classiques : Les mentions obligatoires dites classiques, celles devant figurer sur tout site sont le : Le RCS Les coordonnées postales, téléphoniques ou Le nom du directeur de la publication (qui est responsable du contenu) Le nom de l éditeur et son statut au RCS Les coordonnées complètes de l hébergeur Les droits liés à l iconographie Enfin le pictogramme copyright D autres mentions sont propres aux sites marchands. Des informations, pourtant obligatoires, sont régulièrement oubliées : Le numéro d indentification octroyé par la Cnil Le formulaire de collecte de données personnelles Ou la mention, lors d une demande concernant une information, «Conformément à la législation en vigueur, vous disposez vous d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données nominatives qui vous concernent, en adressant votre demande par courrier (adresse) ou par mail ( ) en indiquant vos noms, prénoms, ainsi que votre adresse électronique.» L ajout de plan sur le site est interdit sans autorisation du propriétaire : un lien doit renvoyer vers un autre site avec le plan. Pour l heure, Google laisse faire, volontairement ou non, mais lorsqu il se réveillera il y aura de la casse. La mise à jour l année d exploitation du site. II- Mentions obligatoires liées à la profession : Les avocats ou leur conseil en communication en charge du site doivent : Prévenir l ordre et lui communiquer les noms de domaines qui permettent d y accéder. S assurer que la structure juridique du cabinet - dont les statuts sont déposés auprès du Conseil de l'ordre, soit visible.. Mentionner les coordonnées complètes du cabinet. Et enfin, indiquer le barreau d appartenance et l adhésion à un réseau. De plus, l Ordre autorise l ajout, entre autres, des noms des avocats, la plaquette du cabinet, les domaines de compétences et toutes informations non commerciales. III - A ne pas faire : Page9

10 Bien que l Ordre des avocats élargisse les règles de communication, l information de certaines données est strictement est interdite : La mention du nom des clients. Les encarts publicitaires. Les liens hypertextes actifs dont le contenu serait contraire aux principes essentiels de la profession. En savoir plus visitez notre site et contactez nous sur Page10

Newsletter Jurimanagement & Juricommunication. Avocat Management & Stratégie La lettre n 20 juin 2013

Newsletter Jurimanagement & Juricommunication. Avocat Management & Stratégie La lettre n 20 juin 2013 Newsletter Jurimanagement & Juricommunication Avocat Management & Stratégie La lettre n 20 juin 2013 Editorial : Par Michel Lehrer Directeur associé de Jurimanagement Dans un marché en pleine mutation

Plus en détail

L agence de communication des professions juridiques & financières

L agence de communication des professions juridiques & financières ERS ICATION FINANCI O MMUN O CATS T ING C O AVO MARKET L agence de communication des professions juridiques & financières «Les partenaires de votre développement» Juricommunication Adresse postale : 38

Plus en détail

Condition générales d'utilisation sur le site et pour toute prestation gratuite sur le site

Condition générales d'utilisation sur le site et pour toute prestation gratuite sur le site Condition générales d'utilisation sur le site et pour toute prestation gratuite sur le site CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE SOMMAIRE ARTICLE 1 : DEFINITION ARTICLE 2 : PRESENTATION ARTICLE 3

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

qui sommes-nous? Canavese& FouchetAvocats est un cabinet d affaires intervenant en :

qui sommes-nous? Canavese& FouchetAvocats est un cabinet d affaires intervenant en : qui sommes-nous? Canavese& FouchetAvocats est un cabinet d affaires intervenant en : > Droit social > Droit des sociétés et gouvernance > Réglementation bancaire et financière Nous nous adressons tant

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales ADHESION AUX SYSTEMES DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES Conditions Générales BANQUE DE SAVOIE SOMMAIRE : ADHESION AU SYSTEME RESEAU CB A AUTOMATE Chapitre A-1 : Condition Générales d adhésion au système

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56)

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) Pack de conformité - Assurance 14 FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) LES TRAITEMENTS DE DONNÉES PERSONNELLES AU REGARD DE LA LOI I&L Finalités

Plus en détail

MAÎTRISEZ VOTRE PATRIMOINE

MAÎTRISEZ VOTRE PATRIMOINE MAÎTRISEZ VOTRE PATRIMOINE Olifan Group innove dans le domaine du conseil en stratégie patrimoniale et en investissements avec un mode de gouvernance unique en Europe. Olifan Group, première société paneuropéenne

Plus en détail

Besoin d aide? contact@monfinancier.com

Besoin d aide? contact@monfinancier.com Pour effectuer un versement libre sur votre contrat MonFinancier Vie. 1. A privilégier : A partir de votre accès sécurisé* (www.monfinancier.com, accès client) 2. Si vous optez pour un versement libre

Plus en détail

SOMMAIRE. Définition du portage salarial. Les différents statuts pour devenir indépendant. Présentation du portage salarial. Les services RH Solutions

SOMMAIRE. Définition du portage salarial. Les différents statuts pour devenir indépendant. Présentation du portage salarial. Les services RH Solutions Présentation SOMMAIRE Définition du portage salarial Les différents statuts pour devenir indépendant Présentation du portage salarial Les services RH Solutions A vos questions Permet à toute Le portage

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées.

L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. L Adhérent s engage à fournir des informations exactes et sera seul responsable de la fourniture d informations erronées. Aucune demande d adhésion ne sera prise en compte par téléphone, fax, courrier

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE www.danival.fr

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE www.danival.fr CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE www.danival.fr 1. OBJET - CHAMP D APPLICATION. 1.1. Principes généraux Le présent document (ci-après «les Conditions Générales d Utilisation») a pour objet de

Plus en détail

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Trois notions sont devenues incontournables dans les affaires et ne peuvent que

Plus en détail

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Préambule : La lecture et l acceptation des présentes conditions d utilisation, ci-après les «Conditions d Utilisation», sont requises avant toute

Plus en détail

Règlement Enquête Eduniversal France Masters MS - MBA

Règlement Enquête Eduniversal France Masters MS - MBA Règlement Enquête Eduniversal France Masters MS - MBA CONTEXTE L enquête menée auprès des entreprises, des établissements d enseignement supérieur français et de leurs étudiants a pour objectif de permettre

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

L apport : combien, comment et avec qui le constituer?

L apport : combien, comment et avec qui le constituer? L apport : combien, comment et avec qui le constituer? CGP La force et la proximité d un réseau national Intervenants Joël LECOEUR - Expert-Comptable CAEN Olivier DESPLATS - Expert-Comptable LILLE Définition

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES étudiées par Interfimo Edition de janvier 2015 disponible sur www.interfimo.fr Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1-Préambule La société Exotismes, société à responsabilité au capital de 97.808 euros, immatriculée au RCS de Marseille sous le n 342 566 155, dont le siège social est situé au 164

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «JEU GROUPAMA ASSURANCE HABITATION ETUDIANT 100% MOBILE»

REGLEMENT DU JEU «JEU GROUPAMA ASSURANCE HABITATION ETUDIANT 100% MOBILE» REGLEMENT DU JEU «JEU GROUPAMA ASSURANCE HABITATION ETUDIANT 100% MOBILE» Nous vous remercions de votre intérêt pour ce jeu par tirage au sort organisé par Groupama SA, société anonyme au capital de 1

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION 1. Objet CONDITIONS GENERALES D UTILISATION Les présentes conditions générales d utilisation ont pour objet de préciser les conditions dans lesquelles VINS BIO ET NATURE autorise l utilisateur à utiliser

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DU LOGICIEL SYNCHRONISATION ET PARTAGEUBIKUBE / B CLOUD

CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DU LOGICIEL SYNCHRONISATION ET PARTAGEUBIKUBE / B CLOUD o CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DU LOGICIEL SYNCHRONISATION ET PARTAGEUBIKUBE / B CLOUD Conditions Générales de Vente et d Utilisation du Service B CLOUD Les présents termes et conditions sont conclus

Plus en détail

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE Questions/réponses QUI EST CONCERNÉ PAR LA LOI DU 3 AOÜT 2009 RELATIVE A LA MOBILITÉ ET AUX PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION

Plus en détail

Votre banque d affaires privées

Votre banque d affaires privées Votre banque d affaires privées SOMMAIRE editorial Une banque privée au service de ses clients 3 L accompagnement patrimonial L analyse patrimoniale 4 L offre patrimoniale 5/6 La gestion de portefeuille

Plus en détail

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL

CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE. axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL CONSULTING, BANQUE & ASSURANCE axiwell LE SENS DE L ESSENTIEL SOMMAIRE Édito... page 3 Axiwell Financial Services... Exemples de missions réalisées... Nos offres spécifiques... Risques / Conformité / Réglementaire...

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

Contrat d apporteur d affaire

Contrat d apporteur d affaire http://www.neurone-web.fr/ Contrat d apporteur d affaire M. xxxx Le 01/04/13 Table des ma*ères CONTRAT D APPORTEUR D AFFAIRES... 3 ENTRE LES SOUSSIGNES :... 3 APRES AVOIR PREALABLEMENT EXPOSE QUE :...

Plus en détail

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement.

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement. Mentions légales Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société Il est édité par la société Développement, SAS au capital de 737 600 euros,

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Paris, le 17 mai 2010

Paris, le 17 mai 2010 Conseil National des Barreaux LEPRESIDENT SAINT-DENIS de LA REUNION Madame Fernande ANILHA Bâtonnier Ordre des Avocats Palais de Justice 5, avenue André Malraux 97490 SAINTE-CLOTILDE Paris, le 17 mai 2010

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SERVICE VÉLOCÉA

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SERVICE VÉLOCÉA Conditions générales de vente et d utilisation du service Vélocéa (Avril 2010) Page 1 sur 6 CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SERVICE VÉLOCÉA ARTICLE 1. OBJET DU SERVICE 1.1. «VÉLOCÉA»

Plus en détail

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux

E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux E-commerce et gestion de la relation client 26 Mars, 8H30 Xavier Masclaux Pôle Numérique xmasclaux@pole-numerique.fr @xmasclaux Un Pôle de ressources en Drôme Un Pôle de ressources et d'échanges pour :

Plus en détail

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

EXPERT-COMPTABLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 EXPERT-COMPTABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'EXPERT-COMPTABLE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'EXPERT-COMPTABLE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'EXPERT-COMPTABLE... 10 EN

Plus en détail

Codes des banques 9 septembre 2009

Codes des banques 9 septembre 2009 Codes des banques 9 septembre 2009 1/16 PREAMBULE Le Code des banques a été établi par l Association des banques néerlandaises (NVB) en réponse au rapport intitulé Naar herstel van vertrouwen (vers le

Plus en détail

Newsletter Jurimanagement & Juricommunication. Avocat Management & Stratégie La lettre n 17 Septembre 2011

Newsletter Jurimanagement & Juricommunication. Avocat Management & Stratégie La lettre n 17 Septembre 2011 Newsletter Jurimanagement & Juricommunication Avocat Management & Stratégie La lettre n 17 Septembre 2011 Editorial : Par Michel Lehrer Directeur associé de Jurimanagement Dernière ligne droite avant 2012

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Préambule : La Société «Les Evasions de Jade» ci-après désignée sous le vocable «le Prestataire» EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité limitée), dont le siège social

Plus en détail

Par propriétaire, nous entendons toute personne qui met en location un bien déterminé selon les modalités requise par le Site GaloPro.com.

Par propriétaire, nous entendons toute personne qui met en location un bien déterminé selon les modalités requise par le Site GaloPro.com. Merci de votre intérêt pour GaloPro.com. En utilisant les pages du site internet http://www.galopro.com (ciaprès le «site» ou «galopro.com»), vous acceptez ces conditions générales. Si vous ne les acceptez

Plus en détail

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices»

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» «Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» N 2/automne 2005 Supplément du francilien N 51 Revue de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU PROMOTIONNEL STARPASS

REGLEMENT DU JEU PROMOTIONNEL STARPASS REGLEMENT DU JEU PROMOTIONNEL STARPASS ARTICLE 1 - GENERALITES 1.1 La société BD MULTIMEDIA SA au capital de 4.552.076 Euros, enregistrée au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro

Plus en détail

L assurance Santé Entreprise

L assurance Santé Entreprise L assurance Santé Entreprise Rendre la prévention accessible! Extrait du Sic n 306 d avril 2012 Le magazine de l Ordre des Experts-Comptables AVRIL 2012 Sic 306 17 Le dirigeant lui-même peut être le déclencheur

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU CONCOURS «FAN DE BARBECUE»

REGLEMENT DU JEU CONCOURS «FAN DE BARBECUE» ARTICLE 1 : SOCIETE ORGANISATRICE REGLEMENT DU JEU CONCOURS «FAN DE BARBECUE» La société LIDL S.N.C., dont le siège social est situé 35 rue Charles Péguy à 67200 STRASBOURG et dont l activité est la distribution

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité

REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité REGLEMENT MUTUALISTE N 7 Branche n 20 Art L 221-2-II du code de la mutualité Garantie EPARGNE (fiscalité assurance-vie ou P.E.P. sur option) à souscription individuelle Article 1 Objet La présente garantie

Plus en détail

informatique internet télécommunications

informatique internet télécommunications informatique internet télécommunications mettre le Droit au DiaPason De l entreprise le cabinet Secteurs d activité informatique industrie Distribution edition, média santé médico-social services À la

Plus en détail

Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction»

Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction» Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction» Partenariat entre la Mutuelle de l Armée de l Air et la Banque Française Mutualiste BANQUE FRANCAISE MUTUALISTE Profession

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE - FORMATION CERTIFIANTE INTENSIVE DE COACH SANE CYCLE 2 -

DOSSIER DE CANDIDATURE - FORMATION CERTIFIANTE INTENSIVE DE COACH SANE CYCLE 2 - DOSSIER DE CANDIDATURE POUR LA FORMATION CERTIFIANTE INTENSIVE DE COACH SANE CYCLE 2 Dossier d inscription à renvoyer par courrier à : Mani Coaching Institut Alexandra GAÏTELLI 14/16, rue du Faubourg Saint

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Retrouvez nos sites : News Assurances News Assurances Pro News Insurances News Banques

Retrouvez nos sites : News Assurances News Assurances Pro News Insurances News Banques Retrouvez nos sites : News Assurances News Assurances Pro News Insurances News Banques FORUM IMMOBILIER BOURSE ASSURANCE VIE DEFISCALISATION RETRAITE Epargne et Placements Argent au quotidien Compte à

Plus en détail

Crédits photos Philippe Montigny, Christophe Lepetit, Pascal Bourguignon, Julien-René Jacque, Cédric Hesly.

Crédits photos Philippe Montigny, Christophe Lepetit, Pascal Bourguignon, Julien-René Jacque, Cédric Hesly. Mentions légales Le site www.sofiproteol.com est la propriété de SOFIPROTEOL SA SOFIPROTEOL SA Société Anonyme au capital de 212.087.000 euros 804 808 095 RCS PARIS SIRET : 804 808 095 00017 CODE APE (en

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la paie?

Comment améliorer la performance de la paie? Comment améliorer la performance de la paie? La performance est aujourd hui un enjeu majeur des cabinets Le 67 e Congrès de l ordre des experts-comptables, qui s est tenu à Paris début octobre, a mis en

Plus en détail

- Dossier de presse -

- Dossier de presse - - Dossier de presse - Janvier 2014 Sommaire I. Valérie Moissonnier & l Institut du Selfcoaching 1. Valérie Moissonnier : son parcours et son blog RadioCoaching 2. L équipe de l Institut du Selfcoaching

Plus en détail

Comment évaluer une entreprise. Alain GUILMONT Expert-comptable. Réseau «Transmettre & Reprendre une entreprise en Seine-et-Marne»

Comment évaluer une entreprise. Alain GUILMONT Expert-comptable. Réseau «Transmettre & Reprendre une entreprise en Seine-et-Marne» Comment évaluer une entreprise Alain GUILMONT Expert-comptable Animateur : Jean-Baptiste DREVET-DUPRE CCI 77 Conseiller en reprise et transmission Intervenant : Alain GUILMONT Cabinet Fideliance Expert

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

La prime d activité INC du 16 septembre 2015

La prime d activité INC du 16 septembre 2015 La prime d activité INC du 16 septembre 2015 1 Le 3 mars 2015, lors de la présentation du plan pluriannuel contre la pauvreté et l inclusion sociale, le Premier ministre a annoncé la création au 1 er janvier

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET Jeu «Gagnez un séjour Thalasso» Du 31 mars au 24 mai 2014

REGLEMENT COMPLET Jeu «Gagnez un séjour Thalasso» Du 31 mars au 24 mai 2014 REGLEMENT COMPLET Jeu «Gagnez un séjour Thalasso» Du 31 mars au 24 mai 2014 Article 1 Organisation et thème Eovi-Mcd mutuelle, mutuelle ayant son siège social 44 rue Copernic, 75016 Paris, soumise aux

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE PICTOGRAMMES ET DE PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE PICTOGRAMMES ET DE PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE PICTOGRAMMES ET DE PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES Article 1 Champ d application des conditions générales de vente de produits : Les présentes conditions générales

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Legal & General (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Legal & General (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Un des plus grands groupes financiers européens...p3 en France Au service des Particuliers et des Entreprises...p4 en quelques

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS 1 Nom de l organisation INTRODUCTION Merci de prendre le temps de participer à ce sondage. Les résultats nous fourniront des données essentielles afin de mesurer l efficacité de la formation. Ces données

Plus en détail

La certification dans les Organismes de Protection Sociale

La certification dans les Organismes de Protection Sociale La certification dans les Organismes de Protection Sociale Quelles certifications sont représentées dans le secteur? Quelles initiatives sont actuellement menées? Comment appréhende-t-on les certifications

Plus en détail

MODE D EMPLOI VERSEMENT SCPI EPARGNE FONCIERE

MODE D EMPLOI VERSEMENT SCPI EPARGNE FONCIERE MODE D EMPLOI VERSEMENT SCPI EPARGNE FONCIERE Pour effectuer un versement libre au sein de votre contrat MonFinancier Vie avec un investissement portant sur la SCPI Epargne Foncière *, nous vous invitons

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation En utilisant le Pack de Services de DOOBLECARE vous acceptez de respecter les présentes conditions générales d utilisation. 1. OBJET La société DOOBLECARE, éditeur de

Plus en détail

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières Annexe 5 Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières DESIGNATION DE L ENTREPRISE ci-après "le Client" Nom ou Dénomination sociale... représentée par.. (Nom et prénom du représentant

Plus en détail

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet Evaluation comparative de sites Internet Quoi? Ce document est un résumé des résultats de l étude menée sur une quinzaine de sites Internet dans le domaine

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

Présentation Personnel et Confidentiel. Emmanuel Grimaud, Stéphane Leguet infos@simul-retraite.fr / 01 53 43 03 80

Présentation Personnel et Confidentiel. Emmanuel Grimaud, Stéphane Leguet infos@simul-retraite.fr / 01 53 43 03 80 Présentation Personnel et Confidentiel Emmanuel Grimaud, Stéphane Leguet infos@simul-retraite.fr / 01 53 43 03 80 10 slides pour comprendre 1. Opportunité 2. vision 3. projet 4. marché 5. concurrence 6.

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

0 821 231 123 ou sur notre site Internet, www.coiffure-epargne.fr

0 821 231 123 ou sur notre site Internet, www.coiffure-epargne.fr Pour en savoir plus sur COIFFURE Épargne, contactez-nous vite au 0 821 231 123 ou sur notre site Internet, www.coiffure-epargne.fr (1) (1) 0,12 TTC/min depuis un poste fixe. Les Institutions de la Coiffure

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CARTE RECOMPENSES

REGLEMENT DE LA CARTE RECOMPENSES REGLEMENT DE LA CARTE RECOMPENSES La société M & C, SARL au capital de 50.000 euros, dont le siège social est à SAINT JULIEN EN GENEVOIS Cedex (74162) 300 rue Louis Rustin - Archamps, 449 468 693 RCS THONON-LES-BAINS,

Plus en détail

Conditions générales d utilisation des services édités par PARTOUCHE IMAGES

Conditions générales d utilisation des services édités par PARTOUCHE IMAGES Conditions générales d utilisation des services édités par PARTOUCHE IMAGES V2 Le présent règlement est applicable à l ensemble des services édités par PARTOUCHE IMAGES à l exception du service «Espace

Plus en détail

ING Business Account Règlement

ING Business Account Règlement I. Objet et cadre du présent règlement ING Business Account Règlement Version 01/08/2015 Le présent règlement relatif à l'ing Business Account (ci-après dénommé le "Règlement") régit les relations entre

Plus en détail

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés

Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Les méthodes d intéressement pour motiver ses employés Petit déjeuner des PME Fédération des entreprises romandes Genève, Rue de Saint Jean 98 Jean-Pierre Cubizolle Vendredi 21 octobre 2011 Hostettler,

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

Site internet «lapressedevesoul.com»

Site internet «lapressedevesoul.com» Site internet «lapressedevesoul.com» Conditions Générales d Utilisation Le site lapressedevesoul.com est édité par la SNEC (Société Nouvelle des Editions Comtoises), au capital de 817 600, dont le siège

Plus en détail

2.1 Les présentes conditions générales régissent les conditions de vente et d utilisation de Ticket Premium.

2.1 Les présentes conditions générales régissent les conditions de vente et d utilisation de Ticket Premium. Conditions générales d utilisation de Ticket Premium Octobre 2012 1. Définitions Les mots et expressions utilisés dans les présentes conditions générales avec des majuscules ont le sens qui leur est donné

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

NEGOCIER AVEC UN FONDS

NEGOCIER AVEC UN FONDS REPRISE D ENTREPRISE NEGOCIER AVEC UN FONDS INTERVENANT : Laurent JULIENNE HEC ENTREPRENEURS 9 septembre 2014 A. LE MONTAGE FINANCIER Obligations convertibles A. LA STRUCTURE TYPE 1. Structure financière

Plus en détail

La protection de vos données personnelles

La protection de vos données personnelles LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 15 La protection de vos données personnelles FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE novembre 2004 Qu est-ce que la loi Informatique et Libertés? La loi Informatique et Libertés

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

GERFLOR Job Reference Award 2015 Prix qui récompense la plus belle référence Gerflor de l année 2015

GERFLOR Job Reference Award 2015 Prix qui récompense la plus belle référence Gerflor de l année 2015 GERFLOR Job Reference Award 2015 Prix qui récompense la plus belle référence Gerflor de l année 2015 Article 1. Organisateur Gerflor, société par actions simplifiée au capital de 1.932.385 dont le siège

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail