Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation"

Transcription

1 Education thérapeutique et Médecine Physique et Réadaptation E Coudeyre 1,2 Cours national DES/DIU de MPR, Rouen Service de Médecine Physique et Réadaptation, CHU Clermont-Ferrand, Université d Auvergne 2 Centre de MPR Notre Dame, Chamalières 1

2 Information Information en général Vulgarisation ou éducation pour la santé Permet la compréhension :» diagnostic» différents traitements» gestion de la maladie Aide à la décision s adresse à une personne singulière centrée sur» les options thérapeutiques» leurs conséquences 3 modèles : paternaliste, informé, décision partagée Information et pratique médicale Obstacles Matériels : temps ++ (consultation) Humains incompréhension mutuelle peur d altérer la qualité de la relation médecin malade par un excès d information Intérêt d améliorer l information Limiter l asymétrie d information Obtenir le consentement éclairé Limiter le risque de contentieux Améliorer la compliance 2

3 Qualité des documents écrits Information Hiérarchisée Données validées Bénéfices/risques Prise en charge des complications Signes d alerte (reds flags) Synthétique et claire Compréhensible par le plus grand nombre (associations de malade) Validés par les sociétés savantes Contenu et qualité de l information Contenu de l information État de santé + évolution prévisible Description / déroulement des examens, soins, traitements Objectif, utilité, bénéfice Conséquences et inconvénients Complications + risques (exceptionnels) Précautions recommandées aux patients Qualité Hiérarchisée + données validées Bénéfices présentés avant les risques Compréhensible 3

4 Modalités de l information Modalités Information verbale est prioritaire Information écrite Complémentaire Informatif pur (pas de signature) Mise en cohérence des informations Responsabilité de chaque intervenant (médecin, paramédical) Synthèse des données (médecin référent unique) Dossier médical (trace) Evaluation de l information Satisfaction Pratiques médicales Enquête patients Analyse rétrospective des dossiers médicaux Evaluation de la qualité des documents écrits Méthode d élaboration Identification rédacteurs et date 4

5 Education thérapeutique Définition : processus intégré à la démarche de soins, comprenant un ensemble d activités d information et d apprentissages pour aider le patient à : comprendre sa maladie et les traitements, participer aux soins, prendre en charge son état de santé favoriser son retour aux activités normales Objectif : aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique. 5

6 Education thérapeutique Modalités Diagnostic éducatif ; Contrat d éducation avec le patient «partenaire» Activités éducatives structurées ; Evaluation des compétences du patient. Compétences à acquérir 6

7 7

8 8

9 9

10 Information et lombalgie commune Evolution de la prise en charge de la lombalgie Rééducation conventionnelle Ecole du dos (Cochrane) Programme de restauration fonctionnelle (bio-psycho-social) Importance des facteurs psycho-sociaux dans le passage à la chronicité de la lombalgie Comment délivrer l information? 10

11 Education thérapeutique et lombalgie commune Modèle bio-psycho-social d analyse de la lombalgie (G Waddell) Bio = analyse clinique Psycho = analyse psychologique et comportementale Social = retentissement socio-professionnel 11

12 PEURS ET ÉVITEMENT (Vlaeyen, Pain 2000) BLESSURE Croyances et peurs erronées Absence de peur (optimisme) EXPERIENCE DOULOUREUSE Confrontation «Coping strategies» Rétablissement Récupération Hypervigilance Lombalgie aiguë non spécifique Délivrer une information adaptée et rassurer le patient. Ne pas prescrire de repos au lit. Conseiller aux patients de rester actifs et de poursuivre leurs activités quotidiennes De poursuivre leurs activité professionnelles les écoles du dos ne sont pas recommandés. Les thérapies comportementales ne sont pas recommandées (en l absence d étude réalisée). Van Tulder M, et al European guidelines for the management of acute nonspecific low back pain in primary care. Based on systematic reviews and existing clinical guidelines. Eur Spine J (2006) 15 (Suppl. 2): S169 S

13 Lombalgie chronique Evaluation du patient Evaluer les facteurs pronostiques psychocomportementaux («yellow flags»). Facteurs pronostiques facteurs professionnels psychosociaux humeur dépressive épisodes antérieurs de lombalgie symptômes vécus comme insupportables sévérité de la douleur et de l incapacité fonctionnelle attentes du patient «Yellow flags» Croyances et attitudes erronées à propos de la lombalgie (ex : penser qu il s agit d une maladie grave) Comportements inappropriés (peur et évitement de la douleur, réduction de l activité) Facteurs professionnels (insatisfaction, niveau de compensation financière ) Dépression, stress, anxiété 13

14 Lombalgie chronique Peuvent être recommandés : Les thérapies cognitivo-comportementales comportementales, les exercices physiques contrôlés (kinésithérapie), les sessions d éducation et les traitements multidisciplinaires (sur le modèle bio-psycho psycho- social) En cas d atteinte légère et de faible incapacité fonctionnelle, un traitement simple devrait être suffisant exercices contrôlés, information-éducation médicaments Stratégie de prévention L objectif n est pas de réduire la fréquence de premiers épisodes Fréquence des lombalgies communes et absence de gravité Réduire les conséquences des lombalgies Pertinent de chercher à réduire les conséquences récurrence des épisodes, recours aux soins, arrêts de travail, Incapacité et handicap Modifier les facteurs de risque peut ne pas suffire (mécanismes de causalité largement inconnus) Burton AK. Best Practice & Research Clinical Rheumatology 2005 ; 19 :

15 Recommandations de prévention pour la population générale L exercice physique est recommandé (niveau A) pour prévenir : les arrêts de travail, la récurrence des épisodes et leur durée L information et l éducation peuvent avoir un effet positif (niveau C) Modèle biopsychosocial = messages rassurants ( réduction des peurs ) Modèle biomédical ou biomécanique n est pas recommandé Quel média utiliser? Information orale Professionnels de santé Entourage Livrets d information Simple à utiliser Complémentarité avec l information orale Coût faible Efficacité démontrée avec un bon niveau de preuve Conforme aux recommandations sur l information des patients 15

16 Quel média utiliser? Internet Multiplicité et validité des sources Précède l information des professionnels de santé Effets adverses Campagne médiatique Efficacité démontrée Rapport coût / bénéfice + Mise en œuvre? Distorsion information reçue / attendue informations délivrées par le médecin (modèle biomédical) attentes / besoins des patients lombalgiques (modèle biopsychosocial) Informations médicales Extra-médicales Présentation 16

17 Education thérapeutique et arthrose des membres inférieurs Epidémiologie et arthrose des membres inférieurs Dans la population de 65 à 74 ans : Plus de 30 % souffrent de douleurs de genoux Environ 20 % de douleurs de hanche Plus de 10 % des deux prothèses de hanche ou de genou par an en France 17

18 Epidémiologie et arthrose des membres inférieurs prothèses totales de genou (PTG) sont posées par an en France PTG sont posées par an aux USA ( PTG en 2030 ) 50 % des patients opérés vivent seuls Prise en charge médicale de la gonarthrose Doit associer les traitements pharmacologiques et non pharmacologiques Efficacité démontrée des programmes d exercices physique dans la gonarthrose : Données littérature Pratiques médicales Recommandations Comme pour toute thérapeutique : Adapter à chaque individu Evaluer l efficacité Favoriser l adhésion au programme 18

19 Recommandations de l EULAR L arthrose en pratique quotidienne Les écueils à la prise en charge : Difficulté à obtenir l adhésion du patient à la prise en charge Observance difficile à évaluer Pas de traitement curatif mais uniquement des traitements symptomatiques (qualité de vie) *Enquête auprès de médecins généralistes,

20 Observance au programme d exercice Efficacité des programmes d exercices améliorée par les mesures visant à favoriser l observance thérapeutique (niveau A) Choix de la population : Pratique antérieure d une activité physique Vision positive du programme proposé Environnement humain et matériel favorable (niveau B). Adapter le programme aux : Capacités du patient Intensité douloureuse (consensus professionnel). Actions favorisant l observance : Explication préalable du résultat attendu Auto-évaluation (journal de bord quotidien) Suivi au long cours (téléphone, courrier) par un professionnel de santé (niveau C) 20

21 Arthrose Prise en charge péri-chirurgicale de la gonarthrose Déficiences : force musculaire, mobilité, équilibre, déconditionnement cardio-respiratoire Incapacité fonctionnelle : marche Etat physique pré-opératoire est prédictif de la récupération après arthroplastie Bénéfice de la rééducation dans l arthrose non opérée Interventions simples pré-opératoires Faible impact des interventions pré-opératoires Educatives (Mc Donald. Cochrane 2004, Issue 1;CD003526) Kinésithérapie isolée (Ackerman. Aus J Phys 2004;50:25-30) 21

22 Contenu des différentes interventions 22

23 Rééducation pré-opératoire Interventions complexes Kinésithérapie et éducation : Pas d effet sur déficience et incapacité Réduction de la durée de séjour sans impact médico-économique Ergothérapie pré-opératoire isolée : pas d étude Intervention multidisciplinaire pré-opératoire : Amélioration de l aptitude à la sortie sans effet sur la destination Réduction des durées de séjour (patients «à risque» ) 23

24 Recommandations SOFMER rééducation pré-opératoire est recommandée (kinésithérapie + éducation (grade B). Une prise en charge pluridisciplinaire (ergothérapie + éducation) est souhaitable en particulier chez les patients les plus fragiles du fait de capacités fonctionnelles altérées, de comorbidités, ou de problèmes sociaux La kinésithérapie isolée n est pas recommandée (grade B). HAS Kinésithérapie pré-opératoire + Travail analytique (amplitude articulaire, renforcement musculaire) Kinésithérapie respiratoire Éducation thérapeutique (aides techniques, transferts, escalier, déroulement phase post opératoire) 24

25 Recommandations SOFMER Démographique Age élevé Sexe féminin Psychosociaux et environnementaux Vivre seul Ne pas se sentir capable de retourner à domicile au décours de l intervention (rôle de l éducation préopératoire) Avis du chirurgien État clinique et fonctionnel pré et post-opératoire Recommandations HAS La PTG ne nécessite pas, pour un patient justifiant de soins de masso-kinésithérapie, de recourir de manière systématique à une hospitalisation en vue de la dispensation des soins de suite et de réadaptation. La décision d orientation doit, autant que possible, être envisagée avant l intervention chirurgicale 25

26 26

27 Intérêt de la prise en charge périchirurgicale Impact de la rééducation pré-opératoire Déficience et incapacité fonctionnelle - Durée de séjour + Contenu précis reste à définir Intérêt de l évaluation standardisée pré-opératoire des patients candidats à la chirurgie prothétique Consultation pluridisciplinaire Questionnaire standardisé (RAPT) Combler l écart entre les données de la littérature et l accès aux soins ergothérapie libérale, valorisation de l éducation thérapeutique Conclusion Place importante de l éducation thérapeutique dans les thérapeutiques non pharmacologiques Intérêt de développer l éducation thérapeutique en MPR Recrutement : maladies chroniques, invalidantes Intervenants : pluridisciplinarité Modalités de prise en charge : consultation, hospitalisation Cibles : patients / entourage 27

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES?

LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? LES «REDS FLAGS»: SONT-ILS SUFFFISANTS POUR NE PAS PRATIQUER des RADIOGRAPHIES SYSTEMATIQUES AVANT MANIPULATIONS VERTEBRALES? Marc Marty MD Service rhumatologie Hôpital H Mondor 94 000 Créteil France Section

Plus en détail

Éducation thérapeutique du lombalgique chronique

Éducation thérapeutique du lombalgique chronique Éducation thérapeutique du lombalgique chronique B. Mazières Centre de Rhumatologie CHU Toulouse 7 e journée du CLUD Hôpitaux de Toulouse 14 novembre 2012 Prévalence lombalgies 80 % sur vie entière 7 %

Plus en détail

Lombalgie commune. T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008

Lombalgie commune. T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008 Lombalgie commune T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008 Objectifs Distinguer une lombalgie commune d une lombalgie spécifique Poser l indication

Plus en détail

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis

Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Journées Santé au Travail dans le BTP -Limoges 27, 28 et 29 mai 2015 Prise en charge coordonnée pour le retour et le maintien en emploi des travailleurs souffrant de TMS des membres et du rachis Dr Audrey

Plus en détail

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

(Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant) CONSULTATION D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR AUTO-QUESTIONNAIRE (vaut courrier du médecin traitant) (Le questionnaire est à remplir OBLIGATOIREMENT et COMPLETEMENT avec votre médecin traitant)

Plus en détail

Quand les anti- douleurs classiques ne suffisent plus...

Quand les anti- douleurs classiques ne suffisent plus... Quand les anti- douleurs classiques ne suffisent plus... Dr Patrice FORGET Service d Anesthésiologie Unité de douleur chronique Cliniques universitaires Saint-Luc. Université catholique de Louvain, Bruxelles,

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

Démarche de Soins Infirmiers

Démarche de Soins Infirmiers Démarche de Soins Infirmiers La reconnaissance de l infirmière dans son rôle propre. Sommaire Rappel historique Qui est concerné par la Démarche de Soins Infirmiers? Comment se met-elle en place? Comment

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 22 mai 2008 Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 Appel à soutien d équipe émergente En 2008, l Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP),

Plus en détail

Facteurs pronostics du retour au travail

Facteurs pronostics du retour au travail Facteurs pronostics du retour au travail LES FACTEURS PERSONNELS Facteurs personnels 1. Âge Facteur favorable : la personne à moins de 36 ans en déficience visuelle 4 ; Facteur défavorable : la personne

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie

Cause Lésion. Cercle vicieux. Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Cause Lésion Renforcement DOULEUR Apprentissage Mémoire Cercle vicieux Contraction musculaire Inactivité Stress Insomnie Retentissement Affectif Pensée négative Prise en charge pluridisciplinaire Les approches

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

APPEL D OFFRE. Les fondamentaux du formateur REFERENCE A RAPPELER LORS DE LA SOUMISSION : CC/CSL_TTT2015

APPEL D OFFRE. Les fondamentaux du formateur REFERENCE A RAPPELER LORS DE LA SOUMISSION : CC/CSL_TTT2015 APPEL D OFFRE Les fondamentaux du formateur REFERENCE A RAPPELER LORS DE LA SOUMISSION : CC/CSL_TTT2015 Ce document identifie les spécificités du programme de formation «les fondamentaux du formateur»

Plus en détail

Douleur et Troubles somatoformes

Douleur et Troubles somatoformes Douleur et Troubles somatoformes Françoise Radat Bordeaux Eric Serra Amiens Caen le 15 octobre 2013 Plan La douleur en médecine La somatisation Les diagnostics psychiatriques Pas de conflit d intérêt Les

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D ERGOTHÉRAPEUTE Référentiel d activités L ergothérapeute est un professionnel de santé. L ergothérapie s exerce dans les secteurs sanitaire et social et se fonde sur le lien qui

Plus en détail

Prothèse Totale de Genou en Ambulatoire

Prothèse Totale de Genou en Ambulatoire Prothèse Totale de Genou en Ambulatoire SFCA, Paris 11 octobre 2014 Clinique Sainte Odile Haguenau Origine Dynamique de réduction de la durée moyenne de séjour Mise en place des techniques de Récupération

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

Les interventions collectives qui permettent d engager des personnes durablement dans une activité physique

Les interventions collectives qui permettent d engager des personnes durablement dans une activité physique Les interventions collectives qui permettent d engager des personnes durablement dans une activité physique Paris 25 03 2006 d après une intervention à la conférence de consensus sur les recommandations

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

Prise de décision du médecin traitant en lien avec l arrêt de travail dû à un trouble de santé mentale

Prise de décision du médecin traitant en lien avec l arrêt de travail dû à un trouble de santé mentale Prise de décision du médecin traitant en lien avec l arrêt de travail dû à un trouble de santé mentale Par Chantal Sylvain, erg., Ph.D. Journée de la Chaire de recherche en réadaptation 12 novembre 2015

Plus en détail

La programmation de l intervention a été réalisée

La programmation de l intervention a été réalisée Chirurgie ambulatoire - Grille de contrôle interne Mars 2015 tapes Item léments à investiguer Critères tape préopératoire 1 2 3 4 5 6 7 8 Les informations médicales issues de la consultation chirurgicale

Plus en détail

LA DEMARCHE DE SANTE PUBLIQUE

LA DEMARCHE DE SANTE PUBLIQUE LA DEMARCHE DE SANTE PUBLIQUE SEPTEMBRE 2013 C.MADEC E.DEYDIER 1 PLAN INTRODUCTION Rappel :apporter documents sur analyse des articles et s installer par groupe au 2ème cours -Pourquoi ce cours : présentation

Plus en détail

Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH

Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH Un programme d éducation thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH une élaboration et une mise en œuvre impliquant l association Aides 44 et l équipe éducative du service d infectiologie CHU

Plus en détail

La fatigue dans la sclérose en plaques

La fatigue dans la sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage A. Catteau du CHU de Dijon T. Moreau président du CIRMA et vice-président du comité scientifique de la Fondation ARSEP et

Plus en détail

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE Docteur Gérard ALEXANDRE Professeur François BLANC Docteur Christian JEAMBRUN Docteur Yannick MARTIN Professeur Bernard NEMITZ Docteur

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE D UN GROUPE DE PATIENTS PORTEURS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE Pierre ALEXANDRE Kinésithérapeute Cadre de santé. Service central de rééducation Fonctionnelle Pr. Ch.HERISSON

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée PREAMBULE. La prévalence des maladies chroniques est en progression constante. 15 millions de personnes présenteraient une affection

Plus en détail

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants..

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants.. Valérie Berger Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR CHU de Bordeaux Geneviève Chêne PU-PH pole

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

DISPOSITIFS DE FORMATION

DISPOSITIFS DE FORMATION DISPOSITIFS DE FORMATION Accompagner les personnes atteintes de démence en EMS Sensibilisation aux soins palliatifs Formation des personnes-ressources en ergomotricité Prévention des chutes et maintien

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

Quelques chiffres 25/06/2014. Education thérapeutique et arthrose. Objectif de l éducation thérapeutique

Quelques chiffres 25/06/2014. Education thérapeutique et arthrose. Objectif de l éducation thérapeutique Quelques chiffres Education thérapeutique et arthrose Pr E Coudeyre COFEMER 2014 10 millions de patients arthrosiques 4,6 millions présentent une arthrose symptomatique 13,4 millions de consultations pour

Plus en détail

Devenir SST : Programme

Devenir SST : Programme Devenir SST : Programme Pré requis : Aucun Encadrement : La formation est dispensée au minimum par un formateur SST rattaché à : Un organisme de formation habilité pour la formation de SST et le maintien/actualisation

Plus en détail

OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN

OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN OSEAN: l expérience du Nord Pas de Calais, passé présent et futur Monique Romon CHU Lille, Université Lille2 Réseau OSEAN www.reseau-osean.com Passé Juin 1998 réunion d un groupe de travail association

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Panorama des interventions efficaces dans le champ de la prévention de la perte d'autonomie et des perceptions par les participants

Panorama des interventions efficaces dans le champ de la prévention de la perte d'autonomie et des perceptions par les participants Avancer en âge : articulations des interventions de promotion de la santé en lien avec les territoires Panorama des interventions efficaces dans le champ de la prévention de la perte d'autonomie et des

Plus en détail

Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales. Processus de gestion des insatisfactions

Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales. Processus de gestion des insatisfactions Secrétariat à l action communautaire autonome et aux initiatives sociales Processus de gestion des insatisfactions Processus de gestion des insatisfactions du Le processus de gestion des insatisfactions

Plus en détail

Projet d éducation thérapeutique

Projet d éducation thérapeutique Diplôme de formation continue Education Thérapeutique Projet d éducation thérapeutique La prévention des lésions du pied diabétique Dr Samir AOUICHE Mme Fatma zohra DIAF Service Diabétologie CHU MUSTAPHA.

Plus en détail

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire Citation: Thompson JM, MacLean MB. Données probantes concernant les pratiques exemplaires en matière

Plus en détail

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales :

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales : Réseau Santé Bucco-Dentaire & Handicap Rhône-Alpes Le RÉSEAU SANTE BUCCO-DENTAIRE & HANDICAP RHÔNE ALPES, association loi 1901. Faciliter l accès aux soins bucco-dentaires des personnes en situation de

Plus en détail

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie

Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie Amélioration du Dispositif d Annonce en Cancérologie - Programme de développement continu - Date : février 2014 Auteurs : CCECQA, RCA Contacts CCECQA Sandrine DOMECQ 05 57 65 61 35 sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr

Plus en détail

Règlements et autres actes

Règlements et autres actes Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 6 juin 2012, 144 e année, n o 23 2893 Règlements et autres actes Gouvernement du Québec Décret 527-2012, 23 mai 2012 (L.R.Q., c. C-26) Psychothérapeutes Permis CONCERNANT

Plus en détail

Le livret de l'opéré : informations pour la préparation du patient à son domicile

Le livret de l'opéré : informations pour la préparation du patient à son domicile Le livret de l'opéré : informations pour la préparation du patient à son domicile Coordonnées CHU Angers 4 rue Larrey 49033 Angers Cedex Contacts Me Bigot Véronique IDE UPLIN 0241355935- Me Brejon Renou

Plus en détail

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41

L éducation thérapeutique dans les réseaux. L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 L éducation thérapeutique dans les réseaux L exemple du réseau Santé Nutrition diabète 41 Louisette MONIER Coordonnatrice Vincent LESIRE Directeur Qualité santenutritiondiabete41@wanadoo.fr Contexte local

Plus en détail

Cannabis Clinic. C.H.U. Brugmann-Institut de Psychiatrie Prof. P. Verbanck

Cannabis Clinic. C.H.U. Brugmann-Institut de Psychiatrie Prof. P. Verbanck Cannabis Clinic C.H.U. Brugmann-Institut de Psychiatrie Prof. P. Verbanck Valérie Antoniali- Alexandre Dachet Claire Demoulin Peggy De Voghel Marine Glaesener Anna Papazova Patrick Spapen Kris Van Gerwen

Plus en détail

"A.R. 22.06.2004 en vigueur : 01/08/2004" «Article 23.» "A.R. 22.06.2004 + A.R. 27.09.2009 E.V. 01.12.2009"

A.R. 22.06.2004 en vigueur : 01/08/2004 «Article 23.» A.R. 22.06.2004 + A.R. 27.09.2009 E.V. 01.12.2009 "A.R. 22.06.2004 en vigueur : 01/08/2004" «Article 23.» «1er. Les prestations de l'article 22, I, ne peuvent pas être cumulées le même jour avec les prestations de l'article 22, II. Par jour, une seule

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Bruxelles 26 novembre 2010 Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Dr Stéphane Morandi Organisation des soins en santé mentale dans le Canton de Vaud Le Canton de Vaud

Plus en détail

LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER

LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER Août 2013 LE SERVICE DE TRANSITION 2013-2014 MANDAT : Le mandat du Service de transition est d aider l élève à réussir sur les plans

Plus en détail

Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004

Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004 Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004 Introduction Dans le cadre de mes activités de formateur en Réhabilitation

Plus en détail

Quelle éducation thérapeutique du patient?

Quelle éducation thérapeutique du patient? Pr JF d Ivernois Laboratoire de Pédagogie de la Santé Université Paris XIII Journées Médicales de la MSA, 3 avril 2008 1. Retour sur une définition: ce qu est l ETP, ce qu elle n est pas. 2. Quelles sont

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

La spasticité - quelle prise en charge?

La spasticité - quelle prise en charge? AVC, TCC et maladies neurologiques : Développer et actualiser notre pratique soignante Plan Introduction La spasticité - quelle prise en charge? Présentation clinique et retentissement Traitement Résumé

Plus en détail

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Françoise LAROCHE Centre Evaluation et Traitement de la Douleur Hôpital Saint-Antoine Paris 43 Rationnel dans la douleur chronique nécessité

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux :

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux : Offres d accompagnement et de soutien destinées aux aidants familiaux : L expérience d une consultation mémoire de proximité M. DURY 1 A. CHEMORIN 2 S. DEBATTY 3 L. AUFRERE 4 M. E. FILIPE 5 P. MENECIER

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Mieux appréhender la maladie d Alzheimer pour mieux communiquer. Regard pragmatique et psycho-social

Mieux appréhender la maladie d Alzheimer pour mieux communiquer. Regard pragmatique et psycho-social Mieux appréhender la maladie d Alzheimer pour mieux communiquer. Regard pragmatique et psycho-social Intervenantes:, orthophoniste, psychologue Dates: 16 et 17 octobre 2014 Horaires: 9h-12h30 puis 13h30-17h

Plus en détail

Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête

Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête Evaluer les activités et la qualité des prestations d un établissement ou d un service passe par une évaluation régulière de la satisfaction

Plus en détail

utils de perfectionnement

utils de perfectionnement O Préambule utils de perfectionnement Les inhalothérapeutes travaillant dans les établissements de santé et services sociaux ont le devoir de dispenser des soins de qualité. Il est de leur responsabilité,

Plus en détail

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d État d Infirmier Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : «TITRE2» «NOM» «PRENOM» Institut de formation en soins : IFSI ESQUIROL 5 Avenue Esquirol 69424

Plus en détail

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A)

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A) DIRECTION DES SERVICES FINANCIERS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département Développement des compétences et parcours de carrière Contact Nathalie GIGOT Tél : 01 41 90 34 66 Fax : 01 41 90 34 09 E-mail

Plus en détail

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE

L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE L IMAGERIE MEDICALE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE DE L ADULTE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 COMITE DE REDACTION René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET COMITE DE RELECTURE Didier MYHIE Hervé

Plus en détail

Management, stress et risques psychosociaux

Management, stress et risques psychosociaux S. CHAMPION - 1 Management et RP Management, stress et risques psychosociaux Objectifs Cette action de formation propose de : Comprendre et d identifier les risques psychosociaux Acquérir une culture commune

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Quelle formation diplômante pour promouvoir et valoriser la pratique médicale de proximité en milieu rural? L expérience de Santé Sud

Quelle formation diplômante pour promouvoir et valoriser la pratique médicale de proximité en milieu rural? L expérience de Santé Sud Quelle formation diplômante pour promouvoir et valoriser la pratique médicale de proximité en milieu rural? L expérience de Santé Sud D.Desplats, D.Adedemy, I.Yacoubou, J.Agossou, A.Libert, F.Guiochon,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé Journées Interrégionales d Onco-gériatrie Rhône-Alpes Auvergne M. Nierga, P. Ledieu, M-O Hager, C. Deveuve-Murol Pourquoi parler du cancer du sujet âgé? Le

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

PROJET CONTRACEPTION ET ADOLESCENCE (une journée)

PROJET CONTRACEPTION ET ADOLESCENCE (une journée) PROJET CONTRACEPTION ET ADOLESCENCE (une journée) 1/Cible : L ensemble des spécialités suivantes peuvent bénéficier de ce programme Gynécologie médicale Gynécologie obstétrique Pédiatrie Médecine générale

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Lille, le 26 février 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Lille, le 26 février 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Lille, le 26 février 2014 Centre Collaborateur de l OMS pour la recherche et la formation en santé mentale de Lille (CCOMS) Etablissement Publique de Santé Mentale Lille Métropole

Plus en détail

Mal de dos : un nouvel outil destiné aux médecins généralistes

Mal de dos : un nouvel outil destiné aux médecins généralistes DOSSIER DE PRESSE 27 JANVIER 2004 Mal de dos : un nouvel outil destiné aux médecins généralistes CONTACTS PRESSE Inpes : Sophie Decroix Tél : 01 49 33 23 06 Email : sophie.decroix@inpes.sante.fr Mal de

Plus en détail

"Le patient acteur de la prévention"

Le patient acteur de la prévention Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Pays de la Loire Formation des représentants des usagers pour la lutte contre les infections nosocomiales "Le patient acteur de la prévention"

Plus en détail

UNIVERSITE DE BORDEAUX Référence GALAXIE : 143

UNIVERSITE DE BORDEAUX Référence GALAXIE : 143 UNIVERSITE DE BORDEAUX Référence GALAXIE : 143 Numéro dans le SI local : 568 Référence GESUP : 568 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 69-Neurosciences Section 2 : Section

Plus en détail

Matrix- Services de réadaptation. Spécialistes en invalidités chroniques. www.matrixreadaptation.ca

Matrix- Services de réadaptation. Spécialistes en invalidités chroniques. www.matrixreadaptation.ca Matrix- www.matrixreadaptation.ca 1 Absentéisme au travail : un problème d actualité La gestion efficace des coûts de l absentéisme au travail et des invalidités a un effet direct sur la rentabilité d

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 avril 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 30 décembre 2004 (JO du 12 janvier 2005) HYALGAN 20 mg/2 ml, solution

Plus en détail

AIDE-SOIGNANT : METHODOLOGIE APPLIQUEE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPERIEUR DE TRANSITION

AIDE-SOIGNANT : METHODOLOGIE APPLIQUEE ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPERIEUR DE TRANSITION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE-SOIGNANT

Plus en détail

Réflexions sur l intérêt d une prise en charge de type école du dos

Réflexions sur l intérêt d une prise en charge de type école du dos Réflexions sur l intérêt d une prise en charge de type école du dos et après si ça devient chronique? E_Pendeville Cliniques Universitaires Saint luc Crédo : mal de dos handicap Kinésiophobie reclassement

Plus en détail

La transition. Dr Llerena pneumo-pédiatre CRCM Grenoble Véronique Vion Genovese MK CRCM Grenoble Claire Tamain maman CRCM bordeaux

La transition. Dr Llerena pneumo-pédiatre CRCM Grenoble Véronique Vion Genovese MK CRCM Grenoble Claire Tamain maman CRCM bordeaux La transition Dr Llerena pneumo-pédiatre CRCM Grenoble Véronique Vion Genovese MK CRCM Grenoble Claire Tamain maman CRCM bordeaux .. Nous ne sommes pas des psychologues.. Confidentialité Bienveillance

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) FÉVRIER 2012 Définition et objectifs Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes

Plus en détail

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite»

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Le passage à la retraite est une période de transition qui implique des changements et la perte d un certain nombre d éléments structurant

Plus en détail

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Juin 2012 Tazim Virani Rapport commandé par l Association des infirmières et infirmiers du Canada fcrss.ca Ce document est disponible à www.fcrss.ca. Le présent

Plus en détail

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité

Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Évaluation gérontologique en EHPAD une démarche qualité Dr Robert Abadie, Dr André Stillmunkés Dr Catherine Doze, Dr Jean Favarel, Dr Jean-François Jammes, Dr Adrian Klapouszczak, Dr Georges Mozziconacci,

Plus en détail

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE

LE GESTIONNAIRE LEADER : SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE SON RÔLE, SES RESPONSABILITÉS DE GESTION ET SON AUTORITÉ DÉCISIONNELLE CLARIFIER SA CONTRIBUTION À SON ORGANISATION. SITUER SON RÔLE DANS SON ORGANISATION ET INVENTORIER SES RESPONSABILITÉS DE GESTION.

Plus en détail

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire

Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire Instructions pour la sauvegarde et l envoi du questionnaire 1) Pour accéder aux options de sauvegarde et d envoi du questionnaire, veuillez cliquer sur le bouton représenté ci-après, situé en dernière

Plus en détail

Parlons ensemble de vos projets NOS FORMATIONS. Développer les compétences de vos collaborateurs, afin de rendre votre organisation plus efficace

Parlons ensemble de vos projets NOS FORMATIONS. Développer les compétences de vos collaborateurs, afin de rendre votre organisation plus efficace NOS FORMATIONS Développer les compétences de vos collaborateurs, afin de rendre votre organisation plus efficace 1 Des modes D intervention adaptés à votre structure et aux participants Formations intra-entreprises

Plus en détail

Autonomie d une infirmière en consultation des voyages et adhésion au protocole de coopération.

Autonomie d une infirmière en consultation des voyages et adhésion au protocole de coopération. Autonomie d une infirmière en consultation des voyages et adhésion au protocole de coopération. Delphine Leclerc CHU Avicenne,Bobigny 1 Déclaration d intérêts de 2012 à 2015 Intérêts financiers : 0 Liens

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail