Qualité des soins Campagne de sensibilisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qualité des soins Campagne de sensibilisation"

Transcription

1 Qualité des soins Campagne de sensibilisation INAMI Service des Soins de Santé Direction Recherche, développement et promotion de la qualité Dr Carl Cauwenbergh et Isabelle Collin 9 juin

2 Plan de l exposé Limites de l exposé Information générale INAMI Feedback individuel CNPQ 2

3 Limites de l exposé Sensibilisation des médecins autres dispensateurs de soins ou la population générale Par un Conseil de Promotion de la qualité autres conseils SSS, services INAMI, ministères,... Dans le cadre de l assurance maladie cadre global de la santé (inclus travail, habitation, ) Pour des prestations ambulatoires en hôpital Au niveau fédéral = Belgique niveau communautés ( Health prevention ) Comme exemple pour (é)changer des idées afin de développer son propre programme, adapté aux besoins et aux possibilités. 3

4 Plan de l exposé Limites de l exposé Information générale INAMI Feedback individuel CNPQ 4

5 Information générale INAMI Souvent info identique pour (un groupe de) dispensateurs de soins, in casu (un groupe de) médecins pour tous les cardiologues, pour tous les médecins généralistes Exemples: Changement de réglementation (assurance maladie) Modification de tarifs, d honoraires Droit à des primes: formulaires à compléter Ex: prime pour logiciel médical Ex: statut social Info diverses pour médecins: Ex: élections des représentants des médecins Campagnes de sensibilisation des prescripteurs Ex: Médicaments (asthme, statines, ), biologie clinique, imagerie médicale 5

6 Information générale INAMI Canaux Canaux d information directs de l INAMI Circulaires = info (changement) de la réglementation Site internet ( ) Alerte d information quotidienne sur le site Internet Brochures, folders, rapports, Tableaux récapitulatifs/synthétiques Formulaires Lettres identiques pour tout le monde Evénements: sessions d information, conférences Réunions, formations, Canaux d information indirects Moniteur Belge (publication officielle: arrêté royal, ) Presse (générale, médicale) Partenaires (institutions, universités, 6 associations, ) publics, privés, scientifiques, professionnels

7 Plan de l exposé Limites de l exposé Information générale INAMI Feedback individuel CNPQ 7

8 CNPQ = Conseil national de Promotion de la qualité Conseil National au sein de l INAMI Service Soins de Santé cfr. AR 13 juillet 2001 (publié MB ) avec 4 bancs: décision ( vote ) en consensus autorités publiques organisations professionnelles représentatives mutualités universités et associations scientifiques Organe d accréditation pour médecins 8

9 Mission 1 = point de départ (légal) pour feedback CNPQ 9

10 = info individualisée pour un médecin (dans un groupe de médecins) Ex: Médecin individuel avec spécialité cardiologie Ex: Médecin individuel en médecine générale Données individuelles de prescription (surtout) de médicaments en ambulatoire (database Pharmanet) (parfois) d examens labo, RX, Dans un cadre spécifique = promotion de la qualité Sur un thème prioritaire choisi par le CNPQ Elaboré par un groupe de travail (plate-forme pour la promotion de la qualité) Envoyé au groupe cible par l INAMI pour le Conseil National de Promotion de la Qualité 10

11 Canal Actuellement: feedback papier Document individuel imprimé Envoi postal au médecin Evolution possible: feedback virtuel Site internet (www.inami.be ): webservice (login et mot de passe cfr. FB aux hôpitaux) E-Health (www.ehealth.fgov.be ): mailbox individuelle (e-id) 11

12 Thèmes Antibiotiques 2001, 2003, 2007, 2009 aux MG 2002 aux SPE Antihypertenseurs 2002 aux MG 2003 aux SPE Dépistage du cancer du sein 2006 en 2009 aux MG, GY, RX Suivi Prénatal 2007 aux MG, GY, accoucheuses Examens préopératoires 2005 Aux hôpitaux individuels 12

13 Plate-forme pour la promotion de la qualité Plate-forme pour la promotion de la qualité = groupe de travail concret deliverable = document feedback Composition de la plate-forme adaptée au thème: Représentants des 4 bancs Experts du thème choisi Ex: Feedback Antibiotiques Belgian Antibiotic Policy Coordination Comittee Ex: Feedback Dépistage du cancer du sein Kankercentrum 13

14 Développement d un feedback Publication Matériel de base Rapport Groupe scientifique Littérature, guidelines, consensus, données. Connaissances scientifiques Evaluation Messages-clés Plateforme Test du feedback Données de prescriptions disponibles Expérience du terrain Médecin GLEM 14 Connaissances pratiques

15 Du matériel de base au rapport Matériel de base = littérature EBM: Guidelines, recommandations, études, consensus, (inter)nationale Recherche par KCE: Centre fédéral d Expertise des soins de santé souvent publication: rapport KCE (http://kce.fgov.be) Exemple: KCE reports 11B: Dépistage du cancer du sein Auteurs : Paulus D, Mambourg F, Bonneux L. Etude n : Domaine : Good Clinical Practice (GCP) Keywords : Breast Neoplasms ; Mass Screening 15

16 16

17 Messages-clés et prescriptions Experts scientifiques + experts data de l Agence Intermutualiste AIM (www.nic-ima.be) Sélectionner les messages scientifiques à retenir pour la pratique médicale actuelle Lier ces messages-clés aux chiffres (données Pharmanet), qui sortent de la pratique médicale: Votre propre pratique En comparaison avec la pratique de vos collègues ( peers ): national/régional/province/glem, 17

18 Données disponibles Médecins Numéro INAMI du médecin nom, prénom, adresse, qualification, Prescriptions du médecin Attestations de soins données par le médecin 18

19 Prescriptions R/ Ambulant Surtout médicaments (database Pharmanet) Ev. autres prescriptions: RX, labo, kiné, Choix, volume, évolution Attention: le diagnostic n est pas connu 19

20 Attestations Nombre et type de contacts avec patients Ev. patients-dmg? Caractéristiques du patient Sexe Age Statut social Attention: patient toujours anonyme (via Trusted Third Party) 20

21 Test du feedback sur le terrain Prototype du feedback (= messages + chiffres) envoyé au groupe test Face-validation: LISEZ ATTENTIVEMENT Est-ce que vous reconnaissez votre pratique médicale dans ce feedback? Très important pour éviter des fautes/bugs!! Après ces remarques: rédaction finale du feedback Impression du document + envoi à chaque médecin 21

22 Campagne globale de sensibilisation Littérature: Envoyer un feedback est efficace (pour changer le comportement du prescripteur) mais les effets sont assez limités l efficacité est fonction des caractéristiques propres du feedback (pertinence, chiffres récents, lisibilité, ) du contexte (Q promotion ou contrôle?) de l association avec d autres interventions (multifacette) 22

23 Campagne globale de sensibilisation Rapport KCE 32B : Impact des feedbacks FB devrait s inscrire dans un programme plus global d actions et d interventions ( = CAMPAGNE globale) FB fait partie d un processus de changement lent et complexe, notamment l intégration dans sa propre pratique: Evidence based medecine Habitude d (auto-)évaluation Prise en compte de la responsabilité collective FB est clairement situé: promotion de la qualité Importance des partenaires sur le terrain (acceptabilité, propres actions complémentaires, ): top-down + bottom-up Importance des discussions entre pairs (peer review), avec beaucoup d attention pour la formation des animateurs Interaction avec un volet d action grand public 23

24 Campagne feedback CNPQ Plusieurs outils : choix Document feedback anonymisé Présentation (ppt) pour GLEM EBM-documents (rapport KCE, recommandations, guide, ) Website(s), mailbox, FAQ, Plusieurs partenaires compétents: réseau Autonomie des partenaires: tailored interventions Messages uniformes!!! Plusieurs incitants : bonus Points d accréditation Formation d animateur (gratuit) Note de frais pour GLEM (groupe et animateur) Plusieurs années: répétition 24

25 Points forts Document individuel Vos propres chiffres = appel fort! Caractère personnel du document ( confidentiel ) Peer review: groupe GLEM Pratique personnelle située parmi les collègues Discussion (EBM, recommandations, ) Participation du terrain: support large Plate-forme (réseau actif) GLEMs (collaboration volontaire) 25

Promotion de la qualité

Promotion de la qualité Promotion de la qualité INAMI Service des Soins de Santé Direction Recherche, développement et promotion de la qualité Carl Cauwenbergh Carl.cauwenbergh@inami.fgov.be 7 mars 2013 1 Plan de l exposé A.

Plus en détail

L accréditation des médecins. 1. Pourquoi? 2. Comment? 3. Gestion

L accréditation des médecins. 1. Pourquoi? 2. Comment? 3. Gestion 1. Pourquoi? 2. Comment? 3. Gestion 1 1. Pourquoi? - Promotion de la qualité - Promotion de l économie des soins (tendre vers l absence de répétition inutile d actes techniques et de prescrire rationnellement)

Plus en détail

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques,

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques, KCE: c est quoi? Un organisme fédéral d'intérêt public autonome («semi» gouvernemental ) Sous la tutelle du Ministre de la Santé publique et des Affaires sociales Créé en 2002 et actif depuis mi 2003 Une

Plus en détail

évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie

évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie évolution vers un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Promotion de la Qualité en Kinésithérapie Sommaire Introduction 04 Un système qualité pour notre profession 05 La gestion de la qualité

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour reçu le 24 avril 2006 ;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour reçu le 24 avril 2006 ; CSSS/06/068 DÉLIBÉRATION N 06/040 DU 19 SEPTEMBRE 2006 RELATIVE À LA PARTICIPATION DE L INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE ET INVALIDITÉ AU PROJET DE RECHERCHE «ÉPIDÉMIOLOGIE DE LA PRESCRIPTION D ANTIBIOTIQUES

Plus en détail

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR

RISQUES MAJEURS : APRÈS LE PROCÈS XYNTHIA TRANSPORT SÉCURITÉ PRÉSENTATION ET OBJECTIFS VOTRE FORMATEUR TS1 PRÉSENTATION ET OBJECTIFS Formation d une journée Possibilité d organiser la formation sur deux jours pour approfondir l expertise et l adapter à votre problématique locale 2015 2 février, 16 février,

Plus en détail

La banque de données fédérale des professionnels des soins de santé. Professeur Docteur Alain De Wever, Nadia Benahmed. Objectif

La banque de données fédérale des professionnels des soins de santé. Professeur Docteur Alain De Wever, Nadia Benahmed. Objectif La banque de données fédérale des professionnels des soins de santé Professeur Docteur Alain De Wever, Nadia Benahmed Objectif La loi du 29 janvier 2003 (MB : 26.02.03) institue la banque de données fédérale

Plus en détail

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Journée de la préventions 2014 Atelier : «Repérer des actions de prévention : l exemple du tabac» Céline DEROCHE, Sandra KERZANET -

Plus en détail

2 E PARTIE 10 ans d accréditation des médecins

2 E PARTIE 10 ans d accréditation des médecins 2 E PARTIE 10 ans d accréditation des médecins 32 2 E PARTIE I. Dix ans d accréditation des médecins 1. INTRODUCTION Afin de contribuer à la sélection des meilleurs soins et de garantir les meilleures

Plus en détail

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité

I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité I N A M I Institut National d'assurance Maladie Invalidité CIRCULAIRE AUX KINESITHERAPEUTES 2008/1 SOINS DE SANTE Correspondant : Tél. : 02/739.74.79 E-mail : kine@inami.fgov.be Website : www.inami.be

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Lettre d information 2015 juillet

Lettre d information 2015 juillet Lettre d information 2015 juillet La facturation sur attestations de soins ne doit plus être envoyée à la mutualité Le 15/07/2015 l INAMI a publié sur son site Web que la facturation des prestations à

Plus en détail

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données

Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données www.coopami.org Le Data WareHouse à l INAMI Exploitation des données TUNIS 17 décembre 2013 Michel Vigneul Conseiller Actuaire PLAN de l exposé : Partie 1 : Contexte général du système de remboursement

Plus en détail

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 COZ/VDF/E06/458 Muriel Quinet Muriel.quinet@health.fgov.be 02/524.85.78 Valérie De Nef Valerie.denef@health.fgov.be 02/524.85.79 APPEL A COLLABORATION

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

La numérisation augmente l efficacité, la sécurité et la fiabilité des flux d informations et des processus commerciaux.

La numérisation augmente l efficacité, la sécurité et la fiabilité des flux d informations et des processus commerciaux. 1 Forte de son statut d expert dans la transmission des informations et de son savoir-faire technique, la Poste joue un rôle important. Elle met à disposition des composants d infrastructure sur trois

Plus en détail

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) Le lien entre FMI et FMC 50% des connaissances seraient obsolètes en l espace de 7 ans. En même temps qu une masse critique d exercice, la FMC est donc indispensable pour

Plus en détail

Certificat d incapacité de travail

Certificat d incapacité de travail Certificat d incapacité de travail Réglementation AMI Dr. Lutgarde Vanwynsberghe, médecin-inspecteur Service RDQ, Service des indemnités INAMI 1 CONTENU Contexte Quoi de neuf? Modèle d incapacité avec

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Impact du plan cancer sur la politique de l assurance maladie. ri de ridder 26.11.2012

Impact du plan cancer sur la politique de l assurance maladie. ri de ridder 26.11.2012 Impact du plan cancer sur la politique de l assurance maladie ri de ridder 26.11.2012 conclave budgétaire 29.2.2008 accord gouvernemental leterme 19.3.2008 un investissement de 380 millions d euros de

Plus en détail

2. Accords généraux concernant la prescription

2. Accords généraux concernant la prescription 2. Accords généraux concernant la prescription INTRODUCTIon La prescription doit permettre au pharmacien de délivrer de manière adéquate le bon médicament. La prescription doit satisfaire à un certain

Plus en détail

Questions relatives à l accréditation de la Formation Médicale Continue. Contribution à la réflexion Réunion du GIPEF Modena 2010

Questions relatives à l accréditation de la Formation Médicale Continue. Contribution à la réflexion Réunion du GIPEF Modena 2010 Questions relatives à l accréditation de la Formation Médicale Continue Contribution à la réflexion Réunion du GIPEF Modena 2010 FMC: une nécessité Depuis les années 90, prise de conscience générale de

Plus en détail

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Par Thierry GAHUNGU, Etudiant en master 2, politique et gestion des systèmes de santé Sous la supervision de Mr Thomas Rousseau,

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO) 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement a pour base la Réglementation pour la formation

Plus en détail

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie ProfildeCompétencesProfessionnellesOstéopathie Document Documentdediscussionavecl intentiond obtenirunconsensus approuvée par la Chambre ostéopathie le 12-06-2012 (11 votes pour - pas de votes contre -

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/10/039 DÉLIBÉRATION N 10/027 DU 20 AVRIL 2010 CONCERNANT LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES RELATIVES À

Plus en détail

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale L Institut national d assurance maladie-invalidité Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale 6 Juillet 2015 1. INTRODUCTION Les principales caractéristiques du système de soins

Plus en détail

Présentation LTD3. Médecins-spécialistes

Présentation LTD3. Médecins-spécialistes Médecins-spécialistes Présentation LTD3 Office National de Tarification secteur Médical Plus de 25 ans d expérience Situé à Hasselt Traitement administratif des prestations Clients: -Médecins-généralistes

Plus en détail

Présentation LTD3. Brochure d information généralistes

Présentation LTD3. Brochure d information généralistes Brochure d information généralistes Présentation LTD3 Office National de Tarification secteur médical Plus de 25 ans d expérience Situé à Hasselt Traitement administratif des prestations Clients : - Médecins-généralistes

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire

Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Evaluation des Pratiques Professionnelles des médecins Cadre réglementaire Pr P François Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble Haute Autorité de santé : Chargé de Mission pour l Evaluation

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Gouvernance financière et gestion des risques en assurance maladie

Gouvernance financière et gestion des risques en assurance maladie Gouvernance financière et gestion des risques en assurance maladie ALGER 3 et 4 juillet 2007 MICHEL VIGNEUL Actuariat INAMI - BELGIQUE ATELIER d EXPERTISE dans le domaine de l ACTUARIAT L originalité du

Plus en détail

Le Médecin Spécialiste

Le Médecin Spécialiste Le Médecin Spécialiste Organe du Groupement des Unions Professionnelles Belges de Médecins Spécialistes Editeur responsable : Dr M. MOENS Secrétaire de rédaction : J. Van den Nieuwenhof Avenue de la Couronne

Plus en détail

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14

Diagnostic stratégique. Programme 2012-14 Diagnostic stratégique Programme 2012-14 Version 5, lundi 11 avril 2011 1 Diagnostic stratégique Rappel de l objectif Première étape de l élaboration d une programmation pluriannuelle, parfois appelée

Plus en détail

Etat des lieux des démarches qualité soins infirmiers au sein des hôpitaux belges

Etat des lieux des démarches qualité soins infirmiers au sein des hôpitaux belges Etat des lieux des démarches qualité soins infirmiers au sein des hôpitaux belges Sandrine Balon Miguel Lardennois Infirmiers - Coordinateurs de l'étude SPF Santé Publique / DG1 Année 2005/2006 En collaboration

Plus en détail

L assurance maladie en Belgique et le rôle de l INAMI.

L assurance maladie en Belgique et le rôle de l INAMI. www.coopami.org L assurance maladie en Belgique et le rôle de l INAMI. Lima du 25/01/2016 au 05/02/2016 Michel Vigneul Conseiller Actuaire La protection sociale en santé en Belgique Sécurité sociale Protection

Plus en détail

Qu est-ce qui peut motiver une demande d autorisation de soins à l étranger?

Qu est-ce qui peut motiver une demande d autorisation de soins à l étranger? Les bénéficiaires de l assurance maladie obligatoire jouissent, dans le contexte européen, d une grande liberté dans le choix d un dispensateur de soins, même au-delà des frontières. Toutefois, la règlementation

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

INSTRUCTIONS AUX ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS RELATIVES A LA FACTURATION ELECTRONIQUE DES SOINS DE SANTE RELATIFS À MEDIPRIMA phase 1

INSTRUCTIONS AUX ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS RELATIVES A LA FACTURATION ELECTRONIQUE DES SOINS DE SANTE RELATIFS À MEDIPRIMA phase 1 INSTRUCTIONS AUX ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS RELATIVES A LA FACTURATION ELECTRONIQUE DES SOINS DE SANTE RELATIFS À MEDIPRIMA phase 1 1. Procédure générale. Le tiers payant (dispensateur de soins/établissement)

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse des médecins spécialistes en prévention et santé publique FMH (SSSP)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse des médecins spécialistes en prévention et santé publique FMH (SSSP) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse des médecins spécialistes en prévention et santé publique FMH (SSSP) 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement se base sur la Réglementation

Plus en détail

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire Appel à candidatures Coaching UACA Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire 1 Introduction 1.1 La chirurgie ambulatoire 1.1.1 La chirurgie ambulatoire : qu

Plus en détail

Newsletter n 17 Service de Santé Mentale

Newsletter n 17 Service de Santé Mentale Newsletter n 17 Service de Santé Mentale Namur, le 02 février 2012 Bonne année 2012 Comme le veut la tradition, l ensemble du personnel de la Direction des soins ambulatoires souhaite aux équipes des services

Plus en détail

CONFÉRENCE de CONSENSUS EGLE

CONFÉRENCE de CONSENSUS EGLE co-funded by the Civil Justice Programme of the European Union JUST/2013/JCIV/AG/4664 European Guide to Legal Expertise CONFÉRENCE de CONSENSUS EGLE L expertise de Justice européenne en matière civile

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Docteur Georges VAN CANG Nathalie ZANDECKI

Docteur Georges VAN CANG Nathalie ZANDECKI Hôpital Vincent Van Gogh : 1ère institution hospitalière belge certifiée ISO 9001/2000 Quels défis, quelle valeur ajoutée pour l institution et les patients? Docteur Georges VAN CANG, Directeur médical

Plus en détail

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) HISTORIQUE, ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Conseil national de la FMC des praticiens hospitaliers CN FMCH SOMMAIRE Le lien entre formation médicale initiale

Plus en détail

Bilan du Programme DPC ACFM 2011

Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Bilan du Programme DPC ACFM 2011 Janvier 2012 Plan Contexte Méthodologie et déroulement Résultats du programme DPC Synthèse Participation Satisfaction Audits cliniques et mesure de l impact Annexe Exemple

Plus en détail

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 1-2 novembre 2005 Financement solidaire et équitable des soins de santé en Belgique : entre Bismarck et Beveridge Prof. Marc VANMEERBEEK

Plus en détail

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA ASSURANCES a.m. Association Mutuelle Médicale d Assurances entreprise d assurance mutuelle association d assurance mutuelle à cotisations fixes conformément

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

La Commission des Psychologues

La Commission des Psychologues La Commission des Psychologues UCL, le 24 octobre 2014 par Edward Van Rossen & Marie-Caroline de Mûelenaere Plan Fonctionnement Raisons d être Différences avec les fédérations professionnelles Le futur

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité 09 juin 2011 2 SOMMAIRE I. Introduction II. III. IV. Système de santé: objectifs

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Développement de la prestation de conseil au laboratoire

Développement de la prestation de conseil au laboratoire Développement de la prestation de conseil au laboratoire Mercredi 24 juin 2015 1 Jean-Pierre BOUILLOUX LBM LxBIO RODEZ jp.bouilloux@lxbio.com 2 Evaluation COFRAC juillet 2010 3 Modèle de fiche d écart

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

Le système d information en vaccinologie de MesVaccins.net : perspectives pour les pays en développement

Le système d information en vaccinologie de MesVaccins.net : perspectives pour les pays en développement Le système d information en vaccinologie de MesVaccins.net : perspectives pour les pays en développement Défis actuels de la vaccination 1. Application des recommandations vaccinales 2. Perception de la

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP?

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? Philippe SCHERPEREEL Consultant Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille 59037 LILLE 2007 p-scherpereel@chru-lille.fr 1 PRINCIPE DYNAMIQUE

Plus en détail

Rôle et statut du médecin coordinateur et conseiller en MRS.

Rôle et statut du médecin coordinateur et conseiller en MRS. Rôle et statut du médecin coordinateur et conseiller en MRS. Groupe de travail mixte «MCC» 12/2010 : mutualités, médecins, médecins coordinateurs, pharmaciens, INAMI, SPF Santé Publique, MR-MRS 1 Obligations

Plus en détail

CARNET DE STAGE dentiste généraliste

CARNET DE STAGE dentiste généraliste CARNET DE STAGE dentiste généraliste Nom : Prénom : Adresse de correspondance : Rue : N Boîte Code postal : Localité : Tél./GSM : E-mail : RESERVE A L UNIVERSITE Validation par UCL / ULB / Ulg (biffer

Plus en détail

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP L Institut des Affaires Publiques L Institut des Affaires Publiques - I.A.P. ASBL est une Organisation Non Gouvernementale de Développement (ONGD) dont la mission est de répondre aux besoins des collectivités

Plus en détail

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP L Institut des Affaires Publiques Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP Stage international de perfectionnement pour acteurs d organisations publiques ou privées

Plus en détail

Groupes de gestion de l antibiothérapie (GGA) dans les hôpitaux belges. Dr Evelyne Van Gastel

Groupes de gestion de l antibiothérapie (GGA) dans les hôpitaux belges. Dr Evelyne Van Gastel Groupes de gestion de l antibiothérapie (GGA) dans les hôpitaux belges Dr Evelyne Van Gastel Contenu 1. Normes en financement GGA 2. IDSA-SHEA Guidelines on Antimicrobial Stewardship 3. Analyse des rapports

Plus en détail

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement

MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE. Etablissement MANUEL QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE MEDICAMENTEUSE Etablissement Rédacteurs Manuel qualité de la prise en charge médicamenteuse Référence : Validation du contenu Approbation de la forme Autorisation de

Plus en détail

Infirmier à domicile : modifications récentes

Infirmier à domicile : modifications récentes Infirmier à domicile : modifications récentes Ce recueil, annexe à l Infobox «Infirmier à domicile», reprend les dernières modifications qui n ont pu encore être intégrées dans l Infobox ou des informations

Plus en détail

Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien

Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien Fabienne BLANCHET La Baule - 12 octobre 2010 1 L éducation thérapeutique du patient «Selon l OMS, l éducation thérapeutique du patient vise à aider

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/183 DÉLIBÉRATION N 07/070 DU 4 DÉCEMBRE 2007 CONCERNANT LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

L exercice de la profession d infirmier(e) Paule Mique-Boulié IFSI 2012

L exercice de la profession d infirmier(e) Paule Mique-Boulié IFSI 2012 L exercice de la profession d infirmier(e) Paule Mique-Boulié IFSI 2012 La profession d infirmier(ière) La profession connait depuis 2001 un mouvement de contestation. Au travers de revendications liées

Plus en détail

Circulaire aux hôpitaux

Circulaire aux hôpitaux Avez-vous des questions ou souhaitez-vous des informations supplémentaires? Envoyez un courriel au frontdesk à l adresse suivante question@miis.be Ou prenez contact avec nous au 02 508 85 86 Le Ministre

Plus en détail

BIOLOGISTE MÉDICAL HOSPITALIER

BIOLOGISTE MÉDICAL HOSPITALIER BIOLOGISTE MÉDICAL HOSPITALIER DEVENEZ ÉVALUATEUR POUR LE COFRAC Pourquoi devenir biologiste médical évaluateur? L accréditation est fondée sur une évaluation des pratiques des LBM par les pairs, c est-à-dire

Plus en détail

L EXPERTISE MEDICALE EN MATIERE DE SECURITE SOCIALE. Dr F. DES BREST - Médecin Conseil Juin 2006

L EXPERTISE MEDICALE EN MATIERE DE SECURITE SOCIALE. Dr F. DES BREST - Médecin Conseil Juin 2006 Dr F. DES BREST - Médecin Conseil Juin 2006 Préambule Décision prise par le praticien conseil ou Différend d ordre médical en cours d instance d un contentieux administratif Voie de recours légale EXPERTISE

Plus en détail

DEMANDE D AIDE FINANCIERE

DEMANDE D AIDE FINANCIERE 1) Règles et critères généraux DEMANDE D AIDE FINANCIERE La demande ne peut être introduite que lorsque toutes les instances officielles ou privées ont été sollicitées (Mutuelle, CPAS, Fonds Spécial de

Plus en détail

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA ASSURANCES a.m. Association Mutuelle Médicale d Assurances entreprise d assurance mutuelle association d assurance mutuelle à cotisations fixes conformément

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse d allergologie et d immunologie clinique (SGAI/SSAI) en vigueur à partir du 1 er janvier 2010 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement

Plus en détail

L Observatoire valaisan de la santé: un outil intégratif de surveillance sanitaire

L Observatoire valaisan de la santé: un outil intégratif de surveillance sanitaire L Observatoire valaisan de la santé: un outil intégratif de surveillance sanitaire Luc Fornerod 1, Dr Georges Dupuis 2, Dr Arnaud Chiolero 1,3 1)Observatoire Valaisan de la santé; 2) Service de la santé

Plus en détail

The importance of health literacy in Belgium L importance de la litératie en santé en Belgique

The importance of health literacy in Belgium L importance de la litératie en santé en Belgique The importance of health literacy in Belgium L importance de la litératie en santé en Belgique Mesdames, Messieurs, Au nom de Mr De Cock excusé et Mr Collin, soyez les bienvenue dans notre maison, l INAMI,

Plus en détail

La prise en charge du risque radon dans la Communauté d Agglomération du Pays de Montbéliard

La prise en charge du risque radon dans la Communauté d Agglomération du Pays de Montbéliard La prise en charge du risque radon dans la Communauté d Agglomération du Pays de Montbéliard Céline Bataille, Isabelle Nétillard, Thierry Schneider Congrès national de radioprotection SFRP, Angers, 18

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS N.B. : la règlementation relative à la vente de médicaments par internet est susceptible de

Plus en détail

Comment devenir référent? Comment le rester?

Comment devenir référent? Comment le rester? Comment devenir référent? Comment le rester? Patrick CHOUTET Service des Maladies infectieuses CHU Bretonneau Tours RICAI décembre 2005 Quels enjeux? autres que le pouvoir Total Outpatient antibiotic use

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE BROCHURE D INFORMATION PATIENT MON DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL ET MOI dmp.gouv.fr Les pratiques médicales évoluent continuellement pour permettre à chacun d être mieux soigné

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP)

DOSSIER DE PRESSE. Dossier Médical Personnel (DMP) DOSSIER DE PRESSE Dossier Médical Personnel (DMP) 2 Sommaire Le Dossier Médical Personnel en Auvergne..5 Le DMP au service de la coordination des soins.6 Le DMP socle de la continuité des soins 7 Le DMP

Plus en détail

FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO

FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO PRESENTATION DU CURRICULUM HARMONISE PAR DR LAOPAN JEAN PARE PRESIDENT DE L ONPBF PRESIDENT DE L IOPA Plan de Présentation Contexte et justification I. CEDEAO

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 652 CIDR Tous droits de reproduction réservés Eléments de réflexion pour la contractualisation entre une mutuelle de santé et un

Plus en détail

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s)

PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) PROCEDURE CONCERNANT LES MODALITES D ENVOI DES LETTRES AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTE (DHPC s) 8/10/2015 (v2) La présente procédure a été rédigée à l initiative des représentants de l industrie (pharma.be,

Plus en détail

Infobox INAMI LA RÉGLEMENTATION DÉCRYPTÉE POUR LE MÉDECIN GÉNÉRALISTE

Infobox INAMI LA RÉGLEMENTATION DÉCRYPTÉE POUR LE MÉDECIN GÉNÉRALISTE Infobox INAMI LA RÉGLEMENTATION DÉCRYPTÉE POUR LE MÉDECIN GÉNÉRALISTE Introduction La présente brochure a pour objectif d apporter une réponse aux questions les plus essentielles que peut se poser le médecin

Plus en détail

QUELS DANGERS POUR LES

QUELS DANGERS POUR LES RÉUNION D INFORMATION SUR LA LOI DE SANTÉ : QUELS DANGERS POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX? Mercredi 17 décembre 2014 Titre I : Renforcer la prévention et la promotion de la santé Chapitre I Art. 2 à 5 : Soutenir

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Technologue en imagerie médicale

Technologue en imagerie médicale Technologue en imagerie médicale Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément Table des matières L'agrément ou l'autorisation d'exercer... 3 Le technologue en imagerie médicale au sens de la loi...

Plus en détail

Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation

Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation Sandrine Sepul Directrice du Conseil de la Publicité ASBL 1 12 mai 2011 Etats généraux des médias d information

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail