École Nationale Supérieure de Sciences Appliquées et de Technologie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "École Nationale Supérieure de Sciences Appliquées et de Technologie"

Transcription

1 École Nationale Supérieure de Sciences Appliquées et de Technologie Réalisation de lasers à fibre à contre-réaction répartie pour l étude de l injection optique : comparaison à l injection avec des lasers à semi-conducteurs Stéphane Blin Soutenance de thèse ~ 3 Décembre 2003 Centre d'optique, Photonique et Lasers

2 Introduction Injection optique 2 LASER MAÎTRE ISOLATEUR OPTIQUE LASER ESCLAVE Détection & Analyse Couplage unidirectionnel de deux lasers Propriétés usuelles de l'injection : - accrochage en fréquence - transfert de pureté spectrale du maître à l'esclave Une compétition apparaît entre l'émission spontanée du laser esclave et la source externe.

3 Paramètres de contrôle de l'injection Introduction 3 LASER MAÎTRE ISOLATEUR OPTIQUE LASER ESCLAVE Détection & Analyse Puissance injectée P i Puissance injectée à l'intérieur de la cavité esclave Désaccord Δν Difference de fréquence entre celle du maître ν M et celle de l'esclave libre ν E libre : Δν = ν M - ν E libre Taux de pompage de l'esclave r Rapport du courant de pompe du laser esclave I sur le courant de pompe au seuil I seuil : r = I / I seuil

4 Introduction Différents lasers utilisés 4 LASER MAÎTRE ISOLATEUR OPTIQUE LASER ESCLAVE Détection & Analyse Lasers maîtres : - Laser à semi-conducteurs accordable (125 khz) - Laser à fibre à contre-réaction répartie (20 à 50 khz) Lasers esclaves : - Laser à semi-conducteurs à contre-réaction répartie (10 à 100 MHz) - Laser à fibre à contre-réaction répartie (20 à 50 khz) Principales différences entre ces lasers : cohérence, fréquence des oscillations de relaxation, facteur de couplage phase-amplitude, force du réseau du laser esclave DFB * *DFB : Distributed FeedBack, i.e. à contre-réaction répartie

5 Plan de l'exposé 5 I. Vue générale de l'injection : laser esclave à semi-conducteurs II. Vers une définition de l'accrochage III. Modèle théorique IV. Injection d'un laser à fibre V. Influence de la cohérence du maître

6 I. Vue générale de l'injection Laser maître accordable Montage expérimental Amplificateur optique Atténuateur variable Laser esclave 6 isolateur optique intégré Maintien de polarisation Coupleur Isolateur Oscilloscope Caractérisation du laser injecté Analyseur Fabry-Perot 135 GHz Détecteur 15 GHz Coupleur Isolateur Mesureur de puissance Coupleur Lambdamètre Analyseur de spectre électrique Point de fonctionnement de l'injection : (P i, Δν)

7 Cartographie à 4 fois le seuil (1) I. Vue générale de l'injection A R C A R C Puissance injectée (dbm) Désaccord (GHz) Limites de la zone bistable Transition abrupte A : accrochage ; 1, 2, 4 : mélanges d'ondes ; R : relaxation ; C: Chaos.

8 Cartographie à 4 fois le seuil (2) I. Vue générale de l'injection 8 Densité spectrale de puissance (u. a.) 1,0 0,5 0,0 Fréquence maître Esclave injecté Esclave libre A Fréquence relative (GHz) A 1 2 C R Désaccords décroissants Désaccord (GHz) Puissance injectée (dbm) Densité spectrale de puissance (u. a.) 1,0 0,5 0,0 Fréquence maître Fréquence relative (GHz) A 1 2 C R Désaccords croissants Désaccord (GHz) Puissance injectée (dbm)

9 Cartographie à 4 fois le seuil (3) I. Vue générale de l'injection 9 Densité spectrale de puissance (u. a.) 1,0 0,5 0,0 Fréquence maître R A 1 2 C R Désaccords décroissants Puissance injectée (dbm) Fréquence relative (GHz) Désaccord (GHz) Densité spectrale de puissance (u. a.) 1,0 C 0,5 0, Fréquence relative (GHz) A 1 2 C R Désaccords croissants Désaccord (GHz) Puissance injectée (dbm)

10 Cartographie à 1,2 fois le seuil I. Vue générale de l'injection 10 0 A Puissance injectée (dbm) C R A r = r = 1, Désaccord (GHz) Cartographie près du seuil : - moins de régimes - accrochage plus étendu

11 Plan de l'exposé 11 I. Vue générale de l'injection : laser esclave à semi-conducteurs II. Vers une définition de l'accrochage III. Modèle théorique IV. Injection d'un laser à fibre V. Influence de la cohérence du maître

12 Montage expérimental II. Vers une définition de l'accrochage Laser maître accordable Amplificateur optique Atténuateur variable Isolateur 12 Isolateur optique intégré Laser esclave Coupleur Isolateur Isolateur Mesureur de puissance Analyseur Fabry-Perot 300 MHz Oscilloscope Analyse du laser esclave injecté Coupleur Paramètres de contrôle de l'injection : (P i, Δν) Lambdamètre

13 Esclave injecté par un faible signal cohérent II. Vers une définition de l'accrochage 13 Signal maître amplifié Densité spectrale de puissance (u. a.) 0,4 0,2 0, Fréquence relative (MHz) Piédestal esclave Injection d'un signal faible cohérent : - Maître : 125 khz - Esclave : 80 MHz (Pleines largeurs spectrales à mi-hauteur)

14 Transfert de pureté spectrale II. Vers une définition de l'accrochage 14 Densité spectrale de puissance optique Piédestal r = 1, Fréquence relative (MHz) L'accrochage total correspond à la saturation de l'amplification Amplification -40 Saturation Densité spectrale de puissance (u. a.)

15 Gain II. Vers une définition de l'accrochage Densité spectrale de puissance Fréquence relative Fort gain : gain de 40 à 50 db 30 db pour un SOA * usuel Largeur maître Faible puissance de saturation : environ -50 dbm -25 dbm pour un SOA usuel *SOA : Semiconductor Optical Amplifier, i.e. amplificateur optique à semi-conducteurs Gain Gain (db) = Puissance injectée (dbm) Taux de pompage : P esclave dans la bande maître Gain petit signal P i Saturation du gain : accrochage total 1,1 1,4 1,8 1,2 1,6 2,0 15

16 II. Vers une définition de l'accrochage Densité spectrale de puissance (u. a.) saturation Désaccord non nul attraction Densité spectrale de puissance (u. a.) Modèle 0,08 0,06 0,04 0,02 Taux d'injection (u. a.) : 1,00 / 0,10 / 0,05 / 0,02 / 0,01 / 0,00 0,01 0,00 attraction , Fréquence (u. a.) Fréquence relative (MHz)

17 Plan de l'exposé 17 I. Vue générale de l'injection : laser esclave à semi-conducteurs II. Vers une définition de l'accrochage III. Modèle théorique IV. Injection d'un laser à fibre V. Influence de la cohérence du maître

18 III. Modèle théorique Contexte 18 Modèle simple Repose sur la fonction de transfert de la cavité Description du laser pompé au-dessus, au-dessous ou à travers le seuil Modèle pour un laser à semi-conducteurs de type Fabry-Perot tout laser dont la fonction de transfert est connue peut être simulé de manière numérique Étude principalement qualitative, quantitative facilement accessible

19 Fonction de transfert du laser III. Modèle théorique Cavité Fabry-Perot : d 19 R A R Laser : y : densité spectrale du champ laser S : puissance spontanée L : pertes G : gain saturé sur un aller-retour φ : phase cumulée sur un aller-retour Y : intensité totale Prise en compte des trois fondamentaux du laser : émission spontanée, émission stimulée, filtrage

20 Fonction de transfert du laser injecté III. Modèle théorique Esclave libre : 20 Laser injecté : η : taux d'injection y m : densité spectrale maître Densité spectrale de puissance (u. a.) Fréquence relative (MHz) Expérience Densité spectrale de puissance (u. a.) Fréquence relative (u. a.) Modèle

21 Plan de l'exposé 21 I. Vue générale de l'injection : laser esclave à semi-conducteurs II. Vers une définition de l'accrochage III. Modèle théorique IV. Injection d'un laser à fibre V. Influence de la cohérence du maître

22 Principe du lasers à fibre DFB (1) IV. Injection d'un laser à fibre 22 Pompe à 980 nm Multiplexeur 980 / 1550 nm Fibre codopée erbium - ytterbium ~ 30 à 50 mm Isolateur Signal laser Signal laser 0,8 Réseau de Bragg : modulation spatiale périodique de l'indice effectif de la fibre - miroir sélectif en fréquence - cavité répartie Réflectivité normalisée 0,6 0,4 0,2 1547, , ,19 λ B Longueur d'onde (nm)

23 Principe du lasers à fibre DFB (2) IV. Injection d'un laser à fibre 23 Λ λ B = 2. n eff. Λ λ B = 2.π Cœur codopé Er-Yb Anneau photosensible dopé Ge (2p+1).π Gaine de guidage π 0 Indices de réfraction : n 1 > n 2 Propriétés générales des lasers obtenus : - continu - monomode (SMSR * > 28 db) longitudinal, transverse, polarisation - accordable (plusieurs nm) - stable en fréquence (gigue < 10 MHz) *SMSR : Single Mode Suppression Ratio, i. e. rapport de suppression de mode λ B anti-résonante effet laser à 2 fréquences symétriques autour de λ B Insertion d'un saut de phase de π/2 rad pour fonctionnement monomode

24 Cartographie à 1,7 fois le seuil IV. Injection d'un laser à fibre 24 Désaccords croissants Désaccords décroissants Zone bistable Comparaison à un laser à semi-conducteurs injecté : Puissance injectée (dbm) A A La plage d'accrochage est : - étroite (2000 fois moindre) force du réseau, cavité Fabry-Perot pour les lasers à semi-conducteurs - étendue pour des désaccords croissants seulement Désaccord (MHz) - dissymétrique facteur de couplage phase-amplitude?

25 Réponse temporelle IV. Injection d'un laser à fibre 25 Évolution temporelle pour un désaccord négatif proche de la zone d'accrochage : r = 2 & P i = -1,7 dbm Intensité (u. a.) 0,2 0,1 0,0 Période : 87 µs Intensité (u. a.) 0,2 0,1 0,0 Décroissance : 7,3 µs Période : 4,4 µs Temps (µs) Temps (µs) 87 µs 11,5 khz Origine physique? 4,4 µs 230 khz Relaxation

26 Réponse temporelle IV. Injection d'un laser à fibre 26 Évolution temporelle pour un désaccord négatif proche de la zone d'accrochage : r = 2 & P i = -1,7 dbm Intensité (u. a.) 0,2 0,1 0,0 Intensité (u. a.) 0,2 0,1 0,0 Période : 0,28 µs Temps (µs) Temps (µs) 0,28 µs 3,6 MHz Désaccord?

27 Réponse temporelle IV. Injection d'un laser à fibre 27 Intensité (u. a.) Évolution temporelle pour des désaccords négatifs croissants 0,2 0,1 0, Temps (µs) Intensité (u. a.) 0,2 0,1 0, Temps (µs) Intensité (u. a.) 0,2 0,1 0, Temps (µs) Puissance injectée (dbm) Croissant Décroissant Désacord (MHz) r = 2 P i = -1,7 dbm Avant accrochage : - la période générale décroît - le nombre de picots décroît comportements stables et répétables à étudier plus en détails

28 Plan de l'exposé 28 I. Vue générale de l'injection : laser esclave à semi-conducteurs II. Vers une définition de l'accrochage III. Modèle théorique IV. Injection d'un laser à fibre V. Influence de la cohérence du maître

29 Expériences V. Influence de la cohérence maître 29 Rappel : spectres optiques du laser injecté Nouvelle méthode de mesure de largeurs de raie pour des lasers très cohérents (< Hz?) Maximum du spectre esclave injecté (u. a.) 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 Pleine-largeur à mi-hauteur : Maître 1 : 125 khz Maître 2 : 50 khz Rapport : 2,5 3,4 db x 2, Puissance injectée (db)

30 Modélisation et influence du Fabry-Perot V. Influence de la cohérence maître 30 Maximum du spectre esclave injecté (db) 70 Sans Fabry-Perot Puissance injectée (db) Maximum du spectre esclave injecté (db) Avec Fabry-Perot 12 db x 15,7 5,9 db x 3, Puissance injectée (db) Largeur spectrale maître (u. a.) : 1,0 4,0 14 Le modèle valide la faisabilité de la mesure de largeurs spectrales Importance de la prise en compte du filtrage de l'analyseur Fabry-Perot

31 Conclusion (1) 31 Injection d'un laser à semi-conducteurs - la cartographie de l'injection dépend de la nature de l'esclave, à travers : - le facteur de couplage phase-amplitude - la force des réseaux des lasers DFBs - les fréquences de relaxation - cartographie du comportement bistable - cartographie expérimentale du régime de relaxation - synchronisation de chaos (cryptographie) Réponse temporelle du laser à fibre injecté - réponses originales et curieuses qui restent à expliquer

32 Conclusion (2) 32 Faible injection - l'esclave est un amplificateur idéal pour des signaux faibles et cohérents - l'accrochage total est défini comme à saturation de l'amplification - l'efficacité de l'injection dépend de la cohérence du laser maître - attraction en fréquence Modèle - simple et en bon accord qualitatif avec les expériences - prise en compte de la fonction d'appareil du Fabry-Perot - études quantitatives...

33 Discussion 33 Un grand merci : - aux membres du jury : Marc Brunel, Yves Champagne, John Dudley et Pierre Tremblay ; - ENSSAT : Pascal Besnard, Renaud Gabet, Guy Stéphan, Jean-Claude Simon, Vincent Roncin, Mathilde Gay, Céline Guignard, Réjane Le Roy, Sylvain Fève, Serge Le Flécher, Olivier Vaudel, Julien Poëtte, etc ; - COPL : Sophie LaRochelle, Paul Verville, Chrystelle Juignet, Isabelle Castonguay, Radan Slavík, Serge Doucet, Julien Magné, Ghislaine L'Hebreux, etc ; - mais aussi : Carlos Palavicini, Yves Jaouën, Tran Thi Tam, Michel Guillou, Clément Girard, Brigitte Moore, et ceux que j'aurais malencontreusement oubliés... Des questions?

34 Discussions Densité spectrale de puissance Puissance maître du spectre esclave (dbm) Taux de pompage : Fréquence relative Largeur maître Puissance injectée (dbm) 0,9 1,0 Détection (db) Puissance injectée (dbm) Meilleure détection près du seuil : Détection hétérodyne de -117 dbm par R. Gabet 1,1 1,2 1,3 1,4 1,6 1,8 2,0

35 Discussions... 35

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

Activité Optique Hyperfréquence au LAAS-CNRS

Activité Optique Hyperfréquence au LAAS-CNRS Activité Optique Hyperfréquence au LAAS-CNRS P. H. Merrer, H. Brahimi, P. Lacroix, S. Bonnefont, O. Llopis LAAS-CNRS, Université de Toulouse, 7 av. du Colonel Roche, 31077 Toulouse, Cedex 04, France L

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Laser à Cascade Quantique étudié par spectroscopie THz ultrarapide, et génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Présentation : Simon SAWALLICH Date : Mercredi 14/04/2008

Plus en détail

LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER).

LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER). LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER). I-THEORIE I - 1 Spécificité du laser à semi-conducteur. La faisabilité d'une émission laser au sein d'un semi-conducteur fut démontrée expérimentalement dans l'arséniure

Plus en détail

La fibre optique : le guide optique aux multiples facettes

La fibre optique : le guide optique aux multiples facettes La fibre optique : le guide optique aux multiples facettes Thierry Chartier Laboratoire CNRS Foton Université de Rennes 1, Enssat Lannion thierry.chartier@enssat.fr Les journées de l Optique 2012, 17-19

Plus en détail

TP fibre optique dopée erbium

TP fibre optique dopée erbium TP fibre optique dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : le faisceau du laser de pompe est puissant. Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des

Plus en détail

Les Technologies Laser à l INO

Les Technologies Laser à l INO Les Technologies Laser à l INO Antoine Proulx, Mathieu Drolet, Yves Taillon, Pierre Galarneau Institut National d Optique (INO) 50 e anniversaire du laser École de Technologie Supérieure Vendredi, le 14

Plus en détail

Exposé Technique : La Fibre Optique. LEFIEVRE Rodolphe Membre du Crew To The Point

Exposé Technique : La Fibre Optique. LEFIEVRE Rodolphe Membre du Crew To The Point Exposé Technique : La Fibre Optique LEFIEVRE Rodolphe Membre du Crew To The Point SOMMAIRE La fibre optique Le WDM Les connecteurs Glossaire I Introduction à la fibre optique II La Technologie du WDM III

Plus en détail

Des lasers. Pourquoi transmettre l information dans le domaine optique?

Des lasers. Pourquoi transmettre l information dans le domaine optique? Des lasers pour les télécommunications optiques par fi bres : un luxe ou une nécessité? Mehdi Alouini (mehdi.alouini@univ-rennes1.fr) Institut de Physique de Rennes, UMR CNRS 6251, Université de Rennes

Plus en détail

Rapport de stage de DESS «laser et applications» Mesure de la dispersion chromatique dans des fibres à cristaux photoniques

Rapport de stage de DESS «laser et applications» Mesure de la dispersion chromatique dans des fibres à cristaux photoniques Rapport de stage de DESS «laser et applications» Mesure de la dispersion chromatique dans des fibres à cristaux photoniques Etudiant : Responsables enseignants : Welschinger Jean-Emrik Bouazaoui Mohamed

Plus en détail

Comment effectuer des mesures à distance, précises via des capteurs sur fibre optique

Comment effectuer des mesures à distance, précises via des capteurs sur fibre optique Comment effectuer des mesures à distance, précises via des capteurs sur fibre optique Éric MAUSSION National Instruments, Ingénieur d applications Les sujets abordés Principe de la mesure optique Les réseaux

Plus en détail

Technologies des réseaux tout optique

Technologies des réseaux tout optique École Nationale des Sciences Appliquées Tétouan- Génie des Systèmes de Télécommunications et Réseaux GSTR3 Module: Complément Télécoms Technologies des réseaux tout optique Pr. Mounir Arioua m.arioua@ieee.org

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

Composants photoniques

Composants photoniques Composants photoniques Chapitre 4 : Lasers 4.2. Lasers à semi-conducteurs LASERS à semiconducteurs 4.2.1 Introduction Qu est-ce qu un laser? LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation

Plus en détail

Projets à connotation Hyperfréquence

Projets à connotation Hyperfréquence Projets à connotation Hyperfréquence H1 - Mise au point d un programme de pilotage d'un banc de caractérisation d'antennes. (1 ou 2 étudiants) Un banc de caractérisation d'antennes est disponible au sein

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - V

Les LASERS et leurs applications - V Les LASERS et leurs applications - V Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Types de modulation analogique

Types de modulation analogique Modulation analogique et porteuse. Les capacités de transport de l information augmente avec la fréquence de la porteuse de l onde électromagnétique: Modulation: T B : période de la modulation. T porteuse

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Partie 1. Introduction aux lasers et applications... 1

Partie 1. Introduction aux lasers et applications... 1 Bibliographie générale...xv Tableaux utiles : lettres grecques, préfixes d'unités, spectre électromagnétique, notations utilisées (xx), abréviations utilisées (xxi), classes de sécurité des lasers (xxii)...xix

Plus en détail

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde

Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Cours n 4 : Du LASER continu au LASER femtoseconde Manuel Joffre www.enseignement.polytechnique.fr/profs/physique/manuel.joffre/dea/ Le LASER : un oscillateur optique Bouclage Amplification Amplification

Plus en détail

Etude en bruit de systèmes optiques hyperfréquences Modélisation, caractérisation et application à la

Etude en bruit de systèmes optiques hyperfréquences Modélisation, caractérisation et application à la Etude en bruit de systèmes optiques hyperfréquences Modélisation, caractérisation et application à la métrologie en bruit de phase et à la génération de fréquence Houda Brahimi To cite this version: Houda

Plus en détail

Applications de Ia diffusion Brillouin stimulée dans les fibres optiques monomodes

Applications de Ia diffusion Brillouin stimulée dans les fibres optiques monomodes Applications de Ia diffusion Brillouin stimulée dans les fibres optiques monomodes Luc Thévenaz, Marc Niklès, Jacques Boschung, Philippe Robert Ecole Polytechnique Fédérale de Lausarine Laboratore de Métrologie

Plus en détail

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz 1. Introduction Afin de compléter les études de compatibilité entre la bande numérique télévisuelle et la

Plus en détail

Caractérisation de mélangeurs

Caractérisation de mélangeurs Caractérisation de mélangeurs Un mélangeur est un dispositif qui utilise la non-linéarité de diodes ou de transistors pour réaliser une multiplication : e(t) x(t) = K.e(t).e 0 (t) e 0 (t) Puisqu il multiplie

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

TRAVAILLER SUR ALISE :

TRAVAILLER SUR ALISE : ALISE : UN LASER DE PUISSANCE Alisé (Activité Laser ImpulSionnel pour les Etudes) est un laser de puissance d énergie 100 à 200 Joules. Véritable outil de laboratoire évolutif, Alisé conserve ses caractéristiques

Plus en détail

Caractérisation spectrale des lasers semiconducteurs par transposition de fréquence optique dans le domaine radio-fréquence

Caractérisation spectrale des lasers semiconducteurs par transposition de fréquence optique dans le domaine radio-fréquence Caractérisation spectrale des lasers semiconducteurs par transposition de fréquence optique dans le domaine radio-fréquence Pascal Dherbécourt, Olivier Latry, Eric Joubert, Mohamed Kétata IUT - Université

Plus en détail

Sources et détecteurs pour les liaisons par fibre optique

Sources et détecteurs pour les liaisons par fibre optique 1 Introduction Sources et détecteurs pour les liaisons par fibre optique Nous avons vu dans le chapitre précédent que les fibres optiques permettent de transmettre de l information sous forme de signaux

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

Fibres et télécommunications. La dispersion chromatique.

Fibres et télécommunications. La dispersion chromatique. TP A 1 Fibres et télécommunications. La dispersion chromatique. Version du 2 juillet 2013 Les questions P1 à P5 doivent être préparées avant la séance. Sommaire 1 Préparation de la séance de Travaux Pratiques........

Plus en détail

Tiré à Part. Application des lasers télécom aux besoins militaires. J.-P. Cariou, J.-P. Bouzinac. OPTRO 2002 Paris (France), 14-16 janvier 2002

Tiré à Part. Application des lasers télécom aux besoins militaires. J.-P. Cariou, J.-P. Bouzinac. OPTRO 2002 Paris (France), 14-16 janvier 2002 Tiré à Part Application des lasers télécom aux besoins militaires J.-P. Cariou, J.-P. Bouzinac OPTRO 2002 Paris (France), 14-16 janvier 2002 TP 2002-6 Application des lasers télécom aux besoins militaires

Plus en détail

Lasers à fibre de puissance opérés en régime continu

Lasers à fibre de puissance opérés en régime continu Marc-André Lapointe Lasers à fibre de puissance opérés en régime continu Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l Université Laval dans le cadre du programme de maîtrise en physique pour

Plus en détail

Architecture de liaisons optiques à 10 Gbit/s

Architecture de liaisons optiques à 10 Gbit/s Architecture de liaisons optiques à 10 Gbit/s Émilie Camisard Cas à traiter 2 NR distants de 150 km Équipements gamme métro ou intermédiaire 2 NR distants de 500 km Utiliser plusieurs fois la solution

Plus en détail

NICOLAS RIVIERE. Séminaire SupAéro Technologie des circuits optiques et optoélectroniques. présenté par

NICOLAS RIVIERE. Séminaire SupAéro Technologie des circuits optiques et optoélectroniques. présenté par Séminaire SupAéro Technologie des circuits optiques et optoélectroniques VCSELS CARACTERISTIQUES EN CONTINU ET EN PULSE présenté par NICOLAS RIVIERE DEA MICRO ONDES & TRANSMISSIONS OPTIQUES 2001-02 SOMMAIRE

Plus en détail

THÈSE. En vue de l'obtention du. Étude et réalisation d un oscillateur opto-microonde à base de VCSEL JURY

THÈSE. En vue de l'obtention du. Étude et réalisation d un oscillateur opto-microonde à base de VCSEL JURY THÈSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par l Institut Supérieur de l Aéronautique et de l Espace Spécialité : Optoélectronique et hyperfréquence Présentée et soutenue

Plus en détail

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares Laboratoire Physique de la Matière Condensée CNRS-UMR7336_Université Nice Sophia-Antipolis Rapport de stage tuteuré en laboratoire Licence 3 Physique Encadrant: Bernard Dussardier Projet réalisé par :

Plus en détail

TP6 multiplexage en longueur d onde S4 - Module M4209C / PC2

TP6 multiplexage en longueur d onde S4 - Module M4209C / PC2 RESEAUX & TELECOMMUNICATIONS TP6 multiplexage en longueur d onde S4 - Module M4209C / PC2 RT2A 2014-15 Le but de ce TP est d introduire les propriétés du WDM. Avant les années 90, les systèmes de transmission

Plus en détail

FICHE D'EXPERIENCE : CELLULE A EFFET POCKELS

FICHE D'EXPERIENCE : CELLULE A EFFET POCKELS FICHE D'EXPERIENCE : CELLULE A EFFET POCKELS I/ Matériel laser He-Ne (O.15) 2 polariseurs cellule de Pockels 2 boîtiers servant à l'alimentation : un boîtier HT et un pour la modulation (O.31) câbles BNC

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

F5CNQ DU RECEPTEUR SUPERHETERODYNE A L ANALYSEUR DE SPECTRE A BALAYAGE SOLISTOR (1956) HP 8566 (1980) Jacques Collange Jean-pierre Lievre

F5CNQ DU RECEPTEUR SUPERHETERODYNE A L ANALYSEUR DE SPECTRE A BALAYAGE SOLISTOR (1956) HP 8566 (1980) Jacques Collange Jean-pierre Lievre DU RECEPTEUR SUPERHETERODYNE A L ANALYSEUR DE SPECTRE A BALAYAGE SOLISTOR (1956) HP 8566 (1980) ONDEXPO 2015 Espace Ecully Jacques Collange Jean-pierre Lievre UNE TRANSITION TECHNIQUE Amplification directe

Plus en détail

Laboratoire d Analyse et d Architecture des Systèmes du CNRS. Spécialité : Matériaux, technologie et composants de l électronique

Laboratoire d Analyse et d Architecture des Systèmes du CNRS. Spécialité : Matériaux, technologie et composants de l électronique Thèse Éditée le 31 janvier 2005 Préparée au Laboratoire d Analyse et d Architecture des Systèmes du CNRS En vue de l obtention du grade de Docteur de l université Paul Sabatier de Toulouse Spécialité :

Plus en détail

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 Deuxième partie Les composants optoélectroniques Jean-Jacques BERNARD OPTEL Formation Tél. : 06 88 48 89 70 E-mail : bernardjj@free.fr

Plus en détail

Télévision. Signal Vidéo Image

Télévision. Signal Vidéo Image Télévision Signal Vidéo Image Objectif, introduction Étude du signal vidéo Rappel : vision, sensation visuelle Signal de luminance Cinéma, projection des images Vidéo 50 Hz analyse et reconstruction de

Plus en détail

Cryptage physique de données optiques de seconde génération

Cryptage physique de données optiques de seconde génération Cryptage physique de données optiques de seconde génération M. Nourine, Y. K. Chembo, M. Peil & L. Larger Groupe Optoélectronique, Département d Optique P.M. Duffieux, Institut FEMTO-ST, UMR CNRS 6174

Plus en détail

PROCEDURE DE QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS DE DECODAGE DE P-CPICH EN MODE W-CDMA

PROCEDURE DE QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS DE DECODAGE DE P-CPICH EN MODE W-CDMA PROCEDURE DE QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS DE DECODAGE DE P-CPICH EN MODE W-CDMA Détection et évaluation des codes P-CPICH pour la détermination du champ maximum émis par une station de base Node B dans

Plus en détail

Réseau ou spectre? Plus besoin de choisir

Réseau ou spectre? Plus besoin de choisir Analyseur de réseau R&S ZVL Réseau ou spectre? Plus besoin de choisir Le R&S ZVL est l analyseur de réseau vectoriel le plus compact et le plus léger du marché auquel l utilisateur peut adjoindre en option

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

TP3 Ligne fendue S3-Cycle 2 / Module M3205

TP3 Ligne fendue S3-Cycle 2 / Module M3205 RESEAUX & TELECOMMUNICATIONS TP3 Ligne fendue S3-Cycle 2 / Module M3205 RT2A 2014-15 Matériel utilisé 1 Source synthétisée HM 8134 1 Charge adaptée (50 Ω) 874-W50B 1 Banc d ondes stationnaires 874 LBB

Plus en détail

Interférométrie hétérodyne

Interférométrie hétérodyne Travaux pratiques de la valeur mixte NST103 du Cnam et du Mastère I U. Paris XIII 1 Interférométrie hétérodyne Matériel fourni Laser HeNe Melles Griot 5 mw à λ =632,8 nm; Modulateur acousto-optique Isomet

Plus en détail

Thèse. La faculté des sciences et techniques de l'université de Rouen. Docteur de l'université de Rouen

Thèse. La faculté des sciences et techniques de l'université de Rouen. Docteur de l'université de Rouen Thèse présentée devant La faculté des sciences et techniques de l'université de Rouen Pour obtenir le grade de Docteur de l'université de Rouen Mention : PHYSIQUE-OPTRONIQUE par Ammar Hideur Etude et réalisation

Plus en détail

L'injection optique, un processus de base en photonique : description de ses non-lin

L'injection optique, un processus de base en photonique : description de ses non-lin École Nationale Supérieure de Sciences Appliquées et de Technologie Séminaire GDR DYCOEC, Rouen, 12 février 2007 L'injection optique, un processus de base en photonique : description de ses non-lin linéarités

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

Université Paris 7. Maîtrise de physique 2000 2004 INTRODUCTION À L OPTIQUE GUIDÉE. F. Bernardot

Université Paris 7. Maîtrise de physique 2000 2004 INTRODUCTION À L OPTIQUE GUIDÉE. F. Bernardot Université Paris 7 Maîtrise de physique 2000 2004 INTRODUCTION À L OPTIQUE GUIDÉE F. Bernardot INTRODUCTION À L OPTIQUE GUIDÉE Les instruments d Optique conventionnels, ainsi que les expériences d Optique

Plus en détail

Laser à fibre multimode avec remise en forme de faisceau par diffusion Brillouin stimulée

Laser à fibre multimode avec remise en forme de faisceau par diffusion Brillouin stimulée Thales Research & Technology France Université de Paris Sud U.F.R. Scientifique d Orsay Thèse présentée pour obtenir le grade de Docteur en sciences de l Université Paris XI Orsay par Bastien STEINHAUSSER

Plus en détail

Cours MRIM: Etude des supports de transmission. la fibre optique

Cours MRIM: Etude des supports de transmission. la fibre optique Cours MRIM: Etude des supports de transmission la fibre optique Page 2/35 1 - Généralités La lumière est une onde électromagnétique, de longueur d onde λ, qui se propage dans un milieu transparent et isolant

Plus en détail

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS Transistor MO - introduction à la logique Transistor MO - introduction à la logique I. PARTI THORIQU I.1. Constitution et fonctionnement du transistor MO Un transistor MO (Metal Oxyde emiconducteur) est

Plus en détail

"Mesure du DAS de signaux apériodiques"

Mesure du DAS de signaux apériodiques "Mesure du DAS de signaux apériodiques" Journée WHIST ANR Projet MULTIPASS 05/02/2010 Plan Contexte Problématique de la mesure de signaux apériodiques Banc de caractérisation des sondes actuels Les solutions

Plus en détail

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Le barème est sur 70 points dont 2 points pour la présentation Les questions Q13, Q14, Q17, Q33 et Q34 peuvent être laissées de coté dans un premier temps. Calculatrice

Plus en détail

Combinaison cohérente de fibres amplificatrices

Combinaison cohérente de fibres amplificatrices Combinaison cohérente de fibres amplificatrices C. Bellanger, A. Brignon, J. Colineau, JP. Huignard Thales Research & Technology Laboratoire Photonique Avancée Research & Technology Motivations Sources

Plus en détail

Evaluation du modulateur IQ BGX7101 Compte rendu

Evaluation du modulateur IQ BGX7101 Compte rendu Evaluation du modulateur IQ BGX7101 Compte rendu Quatrième année département Informatique, Microélectronique et Automatique Auteurs : Hugo Fondu Sylvain Fossaert Année : 2013/2014 Nom de la matière : Projet

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

Chapitre 6. Transistor bipolaire. Principe Fonctionnement en mode normal Gains Caractéristiques statiques Fonctionnement en fréquence

Chapitre 6. Transistor bipolaire. Principe Fonctionnement en mode normal Gains Caractéristiques statiques Fonctionnement en fréquence Chapitre 6 Transistor bipolaire Principe Fonctionnement en mode normal Gains Caractéristiques statiques Fonctionnement en fréquence Science et génie des matériaux, Romuald Houdré - 2006 /2007 1 Plan du

Plus en détail

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Directive R&TTE Intégration des modules radio Norme EN50364 : 2010 DAS Directive R&TTE Directive R&TTE

Plus en détail

Spectrométrie de masse

Spectrométrie de masse 1 Principe Technique fondée sur la mesure du rapport masse sur charge d ions en phase gazeuse obtenus à partir d un analyte. m z (avec z 1) Les ions (+ ou -) formés dans la source de l appareil sont accélérés,

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Projets de maîtrise/doctorat à combler en optique, 2015 Communications optiques, photonique sur silicium et peignes de fréquence

Projets de maîtrise/doctorat à combler en optique, 2015 Communications optiques, photonique sur silicium et peignes de fréquence Projets de maîtrise/doctorat à combler en optique, 2015 Communications optiques, photonique sur silicium et peignes de fréquence Professeur et secteur de recherche Jean Daniel Deschênes Jean daniel.deschenes@gel.ulaval.ca

Plus en détail

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Ce livre blanc examine les résultats de 19 mois d'essai comparatif interlaboratoires entrepris pour vérifier l'état actuel

Plus en détail

FMSIE235 - Master EEA Amplification Optique - Notes de Cours. Mikhaël MYARA myara@opto.univ-montp2.fr

FMSIE235 - Master EEA Amplification Optique - Notes de Cours. Mikhaël MYARA myara@opto.univ-montp2.fr FMSIE235 - Master EEA Amplification Optique - Notes de Cours Mikhaël MYARA myara@opto.univ-montp2.fr 1 er février 28 Table des matières 1 Contexte 5 1.1 Telecommunications optiques numériques à longue

Plus en détail

La diffusion Brillouin dans les fibres optiques microstructurées

La diffusion Brillouin dans les fibres optiques microstructurées La diffusion Brillouin dans les fibres optiques microstructurées Jean-Charles Beugnot To cite this version: Jean-Charles Beugnot. La diffusion Brillouin dans les fibres optiques microstructurées. Physique

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

Modem fibre optique ODW-631

Modem fibre optique ODW-631 Modem fibre optique ODW-631 RS-422/485 vers Fibre Optique, application point à point L ODW-631 est conçu pour des connexions point à point entre réseaux et équipements dotés d'une interface RS-422/485.

Plus en détail

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Les matériaux utilisés pour réaliser des composants optiques sont ± absorbants (pertes énergétiques selon le trajet Flux

Plus en détail

GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances

GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances GELE5223 Chapitre 4 : Adaptation d impédances Gabriel Cormier, Ph.D., ing. Université de Moncton Automne 200 Gabriel Cormier (UdeM) GELE5223 Chapitre 4 Automne 200 / 44 Introduction Contenu Contenu Adaptation

Plus en détail

RADIOASTRONOMIE RECEPTEUR. J-J. MAINTOUX F1EHN Dernière mise à jour : Novembre 2008

RADIOASTRONOMIE RECEPTEUR. J-J. MAINTOUX F1EHN Dernière mise à jour : Novembre 2008 RADIOASTRONOMIE RECEPTEUR J-J. MAINTOUX F1EHN Dernière mise à jour : Novembre 2008 RECEPTEUR - Sommaire Rôle d un récepteur Principales caractéristiques Architecture Principales fonctions Application à

Plus en détail

LES SUPPORTS PHYSIQUES

LES SUPPORTS PHYSIQUES LES SUPPORTS PHYSIQUES Dans le domaine des télécommunications et réseaux plusieurs types de supports physiques sont utilisés, les plus courants étant: 1. Le coaxial 2. La paire torsadée TP Twisted Pair

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Rapport d intervention. Protection de la réception audiovisuelle

Rapport d intervention. Protection de la réception audiovisuelle Rapport d intervention Protection de la réception audiovisuelle SAINT- AME - 88120 Date d édition : 19/09/2014 RTV 088 14 0072 1 Sommaire 1 Objet de l intervention... 3 2 Intervention... 3 2.1 Matériels

Plus en détail

SOURCES ET INTENSITÉ LUMINEUSES

SOURCES ET INTENSITÉ LUMINEUSES Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 1 C H A P I T R E 1 SOURCES ET INTENSITÉ LUMINEUSES 1. MODELE SCALAIRE DE LA LUMIERE 1.1. Amplitude et intensité lumineuses La lumière possède un double aspect

Plus en détail

Phénomènes vibratoires et optique

Phénomènes vibratoires et optique Travaux dirigés Phénomènes vibratoires et optique K. F. Ren L3 IUP ME 2015 1 Oscillations 1.1 Etude d un oscillateur harmonique Un oscillateur harmonique est décrit par l équation : u(t) = 0, 4 cos(5πt

Plus en détail

Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables

Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels àbase d absorbants saturables Jean-Bernard Lecourt To cite this version: Jean-Bernard Lecourt. Etude et réalisation de lasers à fibre auto-impulsionnels

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives

Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives Journées de l optique Réseau Optique et Photonique 9/10/07-11/10/07 Montée en puissance des lasers à fibres : Etat de l art et perspectives P. Bourdon (ONERA/DOTA/SLS) 1 Plan 1) Les lasers à fibres - historique,

Plus en détail

Claire Grosset-Grange

Claire Grosset-Grange Mesure de la turbulence dans le transport de la Ligne d Intégration Laser (LIL) et estimation de sa contribution aux performances des installations LIL et Laser Mégajoule Claire Grosset-Grange Commissariat

Plus en détail

Les diagrammes de Bode

Les diagrammes de Bode Physique appliquée Les diagrammes de Bode Edwin H. Armstrong Sommaire 1- Courbe de réponse en fréquence d un système 2- Intérêt de la courbe de réponse 3- Relevé expérimental à l oscilloscope 4- Relevé

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

Laser Brillouin à fibre microstructurée en verre de chalcogénure

Laser Brillouin à fibre microstructurée en verre de chalcogénure Laser Brillouin à fibre microstructurée en verre de chalcogénure Kenny Hey Tow To cite this version: Kenny Hey Tow. Laser Brillouin à fibre microstructurée en verre de chalcogénure. Optique [physics.optics].

Plus en détail

Génération de supercontinuum dans les fibres optiques microstructurées air-silice : potentialités pour l émission UV cohérente

Génération de supercontinuum dans les fibres optiques microstructurées air-silice : potentialités pour l émission UV cohérente J. Phys. IV France 138 (2006) 141 151 C EDP Sciences, Les Ulis DOI: 10.1051/jp4:2006138017 Génération de supercontinuum dans les fibres optiques microstructurées air-silice : potentialités pour l émission

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - III

Les LASERS et leurs applications - III Les LASERS et leurs applications - III Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Projets à connotation Hyperfréquence

Projets à connotation Hyperfréquence Projets à connotation Hyperfréquence H2 - Etude et réalisation d'une antenne double accord pour un tag RFID Sujet clos N. Seck. Le but du projet est de poursuivre une étude sur la réalisation d une antenne

Plus en détail

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire NOS SYSTÈMES RAMAN pour votre application en laboratoire ou en procédés avec des longueurs d ondes d excitation 632 nm ou 785 nm Les systèmes se composent d un spectromètre à très haute sensitivité RAMAN,

Plus en détail

TP6 Transmission par Fibre Optique S3-Cycle 2 / Module M3205

TP6 Transmission par Fibre Optique S3-Cycle 2 / Module M3205 RESEAUX & TELECOMMUNICATIONS TP6 Transmission par Fibre Optique S3-Cycle 2 / Module M3205 RT2A 2014-15 Le but de ce TP est l étude d une ligne de transmission par fibres optiques, étude sur deux types

Plus en détail

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom?

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Introduction : Guillaume Ducournau, Christophe Gaquière, Thierry Flamen guillaume.ducournau@polytech-lille.fr Plate-forme PolyCOM,

Plus en détail

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés Nous allons voir ici différentes expériences où l utilisation d un spectromètre à CCD permet de réaliser des

Plus en détail

Examen B-C radioamateur : Session du 10 octobre 2001. Réglementation : Examens B et C

Examen B-C radioamateur : Session du 10 octobre 2001. Réglementation : Examens B et C Examen B-C radioamateur : Session du 10 octobre 2001 Réglementation : Examens B et C 1. Un(e) radioamateur peut-il/elle utiliser une station de relais? A. Pas quand il/elle fait partie de la section "A"

Plus en détail

LE MONDE MERVEILLEUX DES LASERS!!!!

LE MONDE MERVEILLEUX DES LASERS!!!! LE MONDE MERVEILLEUX DES LASERS!!!! Patrick GEORGES Responsable du Groupe Laser et Biophotonique (LASBIO) et de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA) du Laboratoire Charles Fabry de l Institut

Plus en détail

CATV Transmission analogique et numérique de signaux TV sur le système de câblage

CATV Transmission analogique et numérique de signaux TV sur le système de câblage CATV Transmission analogique et numérique de signaux TV sur le système de câblage Note d information et de conception de réseaux vidéo CATV sur les systèmes de câblage en paires torsadées. Août 2004 Auteur

Plus en détail