-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés-

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés-"

Transcription

1 -Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées et Les Clichés- Les vues : 1. Définition et intérêts : Une Vue est une table logique pointant sur une ou plusieurs tables ou vues et ne contient physiquement pas de données. Il est possible de rassembler, dans une vue, des informations provenant de plusieurs tables. On parle de "vue" car il s'agit simplement d'une représentation des données dans le but d'une exploitation visuelle. Les données présentes dans une vue sont définies grâce à une clause SELECT. Une vue peut être filtrée, interrogée avec des jointures, des sous-requêtes, Une Vue permet de limiter l'accès à des données dans la base de données. Une Vue peut faciliter la création de requêtes complexes via la création de raccourci ou d'alias. Une Vue permet de présenter des données issues d'une table sous de différents formats. La structure d'une Vue est stockée dans le dictionnaire de données et peut contenir 1000 colonnes. 2. Syntaxe : CREATE [OR REPLACE] [FORCE NOFORCE] VIEW [( nom colonne1 [,nom colonne2]...)] AS SELECT...WITH { READ ONLY CHECK OPTION [ CONSTRAINT La contrainte ] } 3. Exemples : Dans les exemples ci-dessous nous considérons la base de données Scott ayant le schéma suivant : Emp ( empno, ename, job, mgr, hiredate, sal, comm, deptno# ) Dept ( deptno, dname, loc ) a. Exemple 1 : SQL> CREATE VIEW Les_emp_dept_10 AS SELECT ename, job, sal, deptno FROM emp 1

2 WHERE deptno = 10; Vue créée. Examiner la description de la vue crée : SQL> DESC Les _emp_dept_10; Nom NULL? Type ENAME VARCHAR2(10) JOB VARCHAR2(9) SAL NUMBER(7,2) DEPTNO NUMBER(2) Examiner le type de chaque colonne de la vue crée (est elle modifiable ou non?) SQL> SELECT column_name, updatable FROM user_updatable_columns WHERE table_name = ' LES_EMP_DEPT_10'; COLUMN_NAME UPD ENAME YES JOB SAL YES YES DEPTNO YES b. Exemple 2 : création d une vue avec des opérations numériques SQL> CREATE VIEW Les_emp_dept_10 AS SELECT ename, job, sal*1.33 SAL, deptno 2

3 FROM emp WHERE deptno = 10; Vue créée. SQL> DESC Les_emp_dept_10; Nom NULL? Type ENAME VARCHAR2(10) JOB VARCHAR2(9) SAL DEPTNO NUMBER NUMBER(2) SQL> SELECT column_name, updatable FROM user_updatable_columns WHERE table_name = ' LES_EMP_DEPT_10'; COLUMN_NAME UPD ENAME YES JOB SAL YES NO DEPTNO YES Vous remarquer que la colonne Sal est en lecture seule. c. Exemple 3 : l exemple suivant montre la création d une vue en précisant les noms des colonnes. SQL> CREATE VIEW Les_emp_dept_10 3

4 (nom, metier, salaire, depart) AS SELECT ename, job, sal*1.33, deptno FROM emp WHERE deptno = 10; Vue créée. SQL> DESC Les_emp_dept_10; Nom NULL? Type NOM VARCHAR2(10) METIER VARCHAR2(9) SALAIRE NUMBER DEPART NUMBER(2) d. Exemple 4 : la création d une vue en lecture seule. Alors les actions update, insert et delete sont interdites. SQL> CREATE VIEW Les_emp_dept_10 (nom, metier, salaire, depart) AS SELECT ename, job, sal, deptno FROM emp WHERE deptno = 10 WITH READ ONLY; Vue créée. SQL> SELECT column_name, updatable FROM user_updatable_columns 4

5 WHERE table_name = 'LES_EMP_DEPT_10'; COLUMN_NAME UPD NOM NO METIER SALAIRE DEPART NO NO NO Vous remarquez bien que le champ updatable est à NO pour toutes les colonnes. e. Exemple 5 : L'option WITH CHECK OPTION ou WITH CHECK OPTION CONSTRAINT crée une contrainte de vérification sur la vue à partir de la clause WHERE. Les vues créées avec l'option WITH CHECK OPTION CONSTRAINT empêche toutes mises à jour de la Vue si les conditions de la clause WHERE ne sont pas respectées. SQL> CREATE VIEW Les_emp_dept_10 (nom, metier, salaire, depart) AS SELECT ename, job, sal, deptno FROM emp WHERE deptno = 10 WITH CHECK OPTION CONSTRAINT check_10; Vue créée. SQL> INSERT INTO Les_emp_dept_10 (nom, metier, salaire, depart) VALUES('Daniel','DBA',4000,78); Cette requête engendre l erreur suivante : 5

6 INSERT INTO Les_emp_dept_10 * ERREUR à la ligne 1 : ORA-01402: vue WITH CHECK OPTION - violation de clause WHERE SQL> INSERT INTO Les_emp_dept_10 (nom, metier, salaire, depart) VALUES('Daniel','DBA',4000,10); 1 ligne créée. Remarque : FORCE VIEW permet de créer des vues lorsque la table ou les tables utilisées pendant la création ne sont pas disponibles dans votre environnement, alors la Vue sera INVALIDE mais existante. Avec NOFORCE (valeur par défaut), si les tables n'existent pas, la vue n'est pas créée. Les développeurs oracle peuvent se retrouver dans des situations d'urgences de développement, ou ils sont obligés de forcer la création de vue car des privilèges sont manquants sur les Objets ou alors l administrateur de la BD n'a pas encore eu le temps de créer les tables... Les déclencheurs : 1. Définition : Un trigger est une procédure qui est géré automatiquement par la base de données et qui est associée à un événement donné (BEFORE UPDATE, AFTER DELETE, AFTER INSERT, ). Si l événement arrive alors l exécution de la procédure est lancée automatiquement pour modifier les tables sur lesquelles porte le trigger. Les déclencheurs (TRIGGERS en anglais) sont par exemple, utiles pour propager des opérations de mise à jour (INSERT, UPDATE, DELETE) d'une table afin de garder la cohérence de la base. On distingue deux types de triggers DML différents : Les triggers table (STATEMENT) à déclenchement unique. Les triggers ligne (ROW) à déclenchement sur chaque ligne. 6

7 2. Syntaxe : CREATE [ OR REPLACE ] TRIGGER [ schema. ]trigger { BEFORE AFTER INSTEAD OF } { DELETE INSERT UPDATE [ OF column [, column ]... ] } [ OR { DELETE INSERT UPDATE [ OF column [, column]... ] } ]... ON { [ schema. ]table } [ FOR EACH ROW ] ON { [ schema. ]SCHEMA } } [ WHEN (condition) ] { Block_pl/sql } ; 3. Exemples : Trigger Pour Insertion: 7

8 Trigger avant insertion : Soit la table orders( order_id, quantity, cost_per_item, total_cost, create_date, created_by) CREATE OR REPLACE TRIGGER orders_before_insert BEFORE INSERT -- avant insertion ON orders --sur la table orders FOR EACH ROW -- pour chaque ligne de la table DECLARE v_username varchar2(10); BEGIN -- Déterminer le nom de l utilisateur qui tente à insérer dans la table SELECT user INTO v_username FROM dual; -- Modifier la date de la création par la date système :new.create_date := sysdate; -- modifier le champ created_by et y affecter l utilisateur detrminé ci-dessus :new.created_by := v_username; END; Trigger après insertion : CREATE OR REPLACE TRIGGER orders_after_insert AFTER INSERT ON orders FOR EACH ROW DECLARE 8

9 v_username varchar2(10); BEGIN -- Déterminer le nom de l utilisateur qui a effectué l insertion dans la table SELECT user INTO v_username FROM dual; -- Insérer une ligne dans la table orders_audit INSERT INTO orders_audit ( order_id, quantity, cost_per_item, total_cost, username ) VALUES ( :new.order_id, :new.quantity, :new.cost_per_item, :new.total_cost, v_username ); END ; Trigger Pour Modification: Trigger avant modification : Soit la table orders( order_id, quantity, cost_per_item, total_cost, updated_date, updated_by) CREATE OR REPLACE TRIGGER orders_before_update BEFORE UPDATE ON orders FOR EACH ROW DECLARE v_username varchar2(10); BEGIN SELECT user INTO v_username FROM dual; 9

10 -- modifier la date de modification à la date courante :new.updated_date := sysdate; -- affecter le nom de l utilisateur qui a effectué la modification :new.updated_by := v_username; END; Trigger après modification : Soit la table orders(order_id, quantity, cost_per_item, total_cost) CREATE OR REPLACE TRIGGER orders_after_update AFTER UPDATE ON orders FOR EACH ROW DECLARE v_username varchar2(10); BEGIN SELECT user INTO v_username FROM dual; INSERT INTO orders_audit ( order_id, quantity_before, quantity_after, username ) VALUES ( :new.order_id, :old.quantity, :new.quantity, v_username ); END; Trigger Pour Suppression: Trigger avant suppression : 10

11 Soit la table orders( order_id, quantity, cost_per_item, total_cost) CREATE OR REPLACE TRIGGER orders_before_delete BEFORE DELETE ON orders FOR EACH ROW DECLARE v_username varchar2(10); BEGIN SELECT user INTO v_username FROM dual; -- inserer une ligne dans la table orders_audit INSERT INTO orders_audit ( order_id, quantity, cost_per_item, total_cost, delete_date, deleted_by ) VALUES ( :old.order_id, :old.quantity, :old.cost_per_item, :old.total_cost, sysdate, v_username ); END; Trigger après suppression : Soit la table orders( order_id, quantity, cost_per_item, total_cost) CREATE OR REPLACE TRIGGER orders_after_delete AFTER DELETE ON orders FOR EACH ROW DECLARE 11

12 v_username varchar2(10); BEGIN SELECT user INTO v_username FROM dual; INSERT INTO orders_audit ( order_id, quantity, cost_per_item, total_cost, delete_date, deleted_by) VALUES ( :old.order_id, :old.quantity, :old.cost_per_item, :old.total_cost, sysdate, v_username ); END; Trigger sur plusieurs actions (avant ou après insertion, modification, suppression) : CREATE OR REPLACE TRIGGER TRG_BIUDR_EMP BEFORE INSERT OR UPDATE OR DELETE ON orders -- sur la table orders -- avant insertion, modification ou suppression FOR EACH ROW -- pour chaque ligne Begin If INSERTING Then dbms_output.put_line( 'Insertion dans la table EMP' ) ; End if ; If UPDATING Then dbms_output.put_line( 'Mise à jour de la table EMP' ) ; End if ; If DELETING Then dbms_output.put_line( 'Suppression dans la table EMP' ) ; End if ; End ; 12

13 Supprimer un Trigger : DROP TRIGGER trigger_name; Activer/Désactiver un Trigger : ALTER TRIGGER trigger_name DISABLE; -- Désactiver un seul trigger ALTER TABLE table_name DISABLE ALL TRIGGERS; -- Désactiver tous les triggers d une table ALTER TRIGGER trigger_name ENABLE; --Activer un trigger ALTER TABLE table_name ENABLE ALL TRIGGERS; -- Activer tous les triggers d une table Les Vues Matérialisées : 1. Définition et intérêts : Une vue matérialisée (VM) est un moyen simple de créer une vue physique d une table. À la différence d une vue standard, les données sont dupliquées. On l utilise à des fins d optimisation de performance, lorsque le select associé est particulièrement complexe ou lourd, ou pour faire des réplications de table. La «fraicheur» des données de la VM dépend des options choisies. Le décalage entre les données de la table maître et la VM peut être nul (rafraichissement synchrone) ou d une durée planifiée : heure, jour,... Suivant le contexte il existe différents types de vues matérialisées possibles : sur clé primaire, rowid, et plus ou moins complexes : avec fonctions agrégées, sous requêtes, jointures, Il pourra être utile de faire des tests d actualisation (complète et rapide), de bien peser les volumétries, doser les fréquences d actualisation en fonction des besoins réels,... Si l option réplication avancée d Oracle (Oracle Advanced replication option) n est pas précisée à la création, les VM ne pourront être utilisées qu en lecture seule Dès qu un ordre SQL est très consommateur de ressources et revient relativement souvent, on peut mettre en place une vue matérialisée avec la clause QUERY REWRITE. Certains DBAs (Data Base Administrator) déconseillent de trop créer de vues matérialisées sur une table, car ceci peut entraîner des pertes de performances lors des COMMIT puisququ il doit rafraîchir les vues matérialisées. 13

14 On peut dire que les vues matérialisées peuvent consommer beaucoup d espace disque. Mais à l heure actuelle, quand on voit le coût du stockage, ça ne pose pas tellement de problèmes. 2. Syntaxe : Syntaxe minimale : 3. Exemples : CREATE MATERIALIZED VIEW MV1 AS SELECT * FROM nom_table Syntaxe minimale pour la création d'une vue matérialisée sous Oracle : CREATE MATERIALIZED VIEW MV1 AS SELECT * FROM scott.emp Requête de création d'une vue matérialisée avec précision de la fréquence de rafraichissement sous Oracle: CREATE MATERIALIZED VIEW MV_UneVueMaterialisee REFRESH FAST START WITH SYSDATE NEXT SYSDATE + 1 AS SELECT * FROM monschema.matable; Pour retrouver le select d'une vue matérialisée sous Oracle : SELECT QUERY FROM ALL_MVIEWS WHERE MVIEW_NAME='MV1' Les Snapshots : (Les cliches en français) 1. Définition et intérêts : Les snapshots sont utilisés pour répliquer les données depuis une source maître vers plusieurs cibles. Les snapshots peuvent être en lecture seule ou mis à jour. Avant de créer un snapshot, il faut d abord créer un lien vers la base de données source. Deux types de snapshots peuvent être crées : simples et complexes. Un snapshot simple ne contient pas de clause distinct, group by, connect by, de jointure multi-tables ou d opérations set. Un REFRESH FAST utilise un snapshot log, pour actualiser le snapshot. Ce fichier se trouve sur le même site que la table maître. Dans le snapshot log, sont stockées les modifications intervenues sur la table maître. Ainsi, pour chaque mise à jour, seules les modifications qui sont envoyées, et non l ensemble des données. Par contre, un REFRESH COMPLETE est obligatoire pour les snapshots complexes. 14

15 Une utilisation classique des snapshots en mise à jour est le cas du contrôle technique automobile. Tous les centres de contrôle stockent des données concernant les véhicules qu ils ont contrôlés durant la journée. Chaque nuit, les données sont déversées dans la base nationale qui centralise les données de l ensemble du parc automobile du pays. Notons que, les snapshots en mise à jour peuvent engendrer des conflits. Un déclencheur (en anglais trigger) sauvegarde les mises à jour opérées sur le snapshot et les transmet au site maître au moment du rafraîchissement de ce snapshot. Pour plus d information voir les liens suivants :

Les Déclencheurs ORACLE

Les Déclencheurs ORACLE Les Déclencheurs ORACLE Un déclencheur est un bloc PL/SQL associé à une vue ou une table, qui s'exécutera lorsqu'une instruction du langage de manipulation de données (DML) sera exécutée L'avantage principal

Plus en détail

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers :

Les triggers. Introduction 1/18. Objectifs. I Utiliser à bon escient le paramétrage des triggers : 1/18 2/18 Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - Bases de Données 2015-2016 Objectifs Après ce cours, les TD et TP correspondants, vous devez être capables de I Ecrire en PL/SQL des triggers liés aux tables.

Plus en détail

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI

Déclencheurs Bases de Données TRIGGER. C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Déclencheurs Bases de Données TRIGGER C. Bonnet // R. Chapuis Cours PL/SQL d après cours ORACLE - OAI Généralités Un déclencheur est un traitement (sous forme de bloc PL/SQL) qui s exécute automatiquement

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données

Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Chapitre 7 Le Langage de Définition de Données Jusque là, nous avons réalisé toutes les interrogations possibles sur les données, sans pour autant savoir comment gérer leurs structures. Dans ce chapitre,

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 5 : PL/SQL : ou comment faire plus avec ORACLE 3ème partie Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Curseurs et mise à jour 2 Paquetages Definition

Plus en détail

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue.

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue. SQL Ch 9 DDL Vues, PL/SQL, procédures,... I. INTRODUCTION... 1 II. LES VUES (ANGLAIS «VIEWS»)... 1 A. CREER UNE VUE : CREATE VIEW... 1 B. SUPPRIMER UNE VUE DROP VIEW... 3 III. LANGAGE PL/SQL, PROCEDURES

Plus en détail

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1

2013-2014 N.EL FADDOULI 1 2013-2014 N.EL FADDOULI 67. Page 1 Introduction Bloc PLSQL Déclaration des variable Structure de contrôle Curseurs Les exceptions PL SQL Les fonctions et procédures Les packages Les triggers 1 Définition Utilité Triggers ( déclencheurs

Plus en détail

TP Contraintes - Triggers

TP Contraintes - Triggers TP Contraintes - Triggers 1. Préambule Oracle est accessible sur le serveur Venus et vous êtes autorisés à accéder à une instance licence. Vous utiliserez l interface d accés SQL*Plus qui permet l exécution

Plus en détail

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données

Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités. Figure 1: Une partie du modèle conceptuel de données Considérons une partie d un modèle conceptuel de données avec les schémas d entités suivants: EMP(EmpNo, Enom, Job, DirNo, Sal, Prime) DEPT(DeptNo, Dnom, Adr) Où EmpNo est la clé primaire de EMP et DeptNo

Plus en détail

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur

Tableau 7-27 Déclencheur avant insertion. Tableau 7-28 Test du déclencheur chapitre n 7 Programmation avancée Chaque enregistrement qui tente d être ajouté dans la table Qualifications est désigné par :NEW au niveau du code du déclencheur. L accès aux colonnes de ce pseudo-enregistrement

Plus en détail

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle

Les déclencheurs (Triggers) avec Oracle 1) Introduction 2) Événements déclenchant 3) Mécanisme général 4) Privilèges systèmes 5) Syntaxe 6) Nom du déclencheur 7) Option BEFORE ou AFTER 8) Déclencheur LMD 9) Déclencheur LDD 10) Déclencheur d'instance

Plus en détail

Oracle : Triggers (déclencheurs) extrait d'un cours (Lille)

Oracle : Triggers (déclencheurs) extrait d'un cours (Lille) Oracle : Triggers (déclencheurs) Déclencheur (Trigger) Il s'agit d'un traitement implicite déclenché par un événement Utilisé pour implémenter des règles de gestion complexes et pour étendre les règles

Plus en détail

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/

Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol. d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ Triggers Introduction à PL-SQL Céline Rouveirol d'après les transparents de Jeff Ullman http://infolab.stanford.edu/~ullman/ 1 Triggers: Motivation Les vérifications de contraintes (attribut ou n-uplet)

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

SQL. Oracle. pour. 4 e édition. Christian Soutou Avec la participation d Olivier Teste

SQL. Oracle. pour. 4 e édition. Christian Soutou Avec la participation d Olivier Teste Christian Soutou Avec la participation d Olivier Teste SQL pour Oracle 4 e édition Groupe eyrolles, 2004, 2005, 2008, 2010, is BN : 978-2-212-12794-2 Partie III SQL avancé La table suivante organisée en

Plus en détail

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.

Les Triggers SQL. Didier DONSEZ. Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes. Les Triggers SQL Didier DONSEZ Université de Valenciennes Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes donsez@univ-valenciennes.fr 1 Sommaire Motivations Trigger Ordre Trigger Ligne Condition Trigger

Plus en détail

Oracle : Triggers (déclencheurs)

Oracle : Triggers (déclencheurs) Oracle : Triggers (déclencheurs) Déclencheur (Trigger) Traitement implicite déclenché par un événement (INSERT/UPDATE/DELETE) Utilisé souvent pour implémenter des règles de gestion complexes Un trigger

Plus en détail

SGBD-PL\SQL (Procedural Language / Structured Query Language)

SGBD-PL\SQL (Procedural Language / Structured Query Language) SGBD-PL\SQL (Procedural Language / Structured Query Language) Chapitre 7 : Les déclencheurs Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr Introduction On appelle déclencheur (trigger) un traitement qui se déclenche

Plus en détail

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers

PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers PL/SQL INTRODUCTION Introduction à PL/SQ Les procédures, les fonctions et les packages Les triggers Département d informatique Collège Lionel Groulx. Préparé par Saliha Yacoub Table des matières. Introduction...

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1

3 - Administration de BD SQL. Chapitre III. Administration des BD SQL. Actions possibles. Composants ORACLE. Chapitre 3 : Administration des BD SQL 1 3 - Administration de BD SQL Chapitre III Administration des BD SQL 3.1 Création de BD 3.2 Gestion des utilisateurs 3.3 Administration des transactions 3.4 Accès à une BD distante 3.5 Conclusions Composants

Plus en détail

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/

Administration des bases de données. Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Administration des bases de données II Objets avancés dans les bases de données OBJECTIFS 2.1. NOTIONS 2.1.1.

Plus en détail

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données

SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données SQL : création et mises-à-jour de schémas et de données Commandes de définition de données (DDL) Commandes de mise-à-jour de données (DML) Vues SQL-MAJ, vues-1 / 33 Exemple Définition de la relation

Plus en détail

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL

Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL Modèle relationnel Création et modification des relations en SQL ENT - Clé sql2009 BD - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1 Insertion dans une relation Pour insérer un tuple dans une relation: insert into Sailors

Plus en détail

Ils permettent entre autre de contrôler les accès à la base de données. Syntaxe simplifiée pour créer un trigger avec une opération DML

Ils permettent entre autre de contrôler les accès à la base de données. Syntaxe simplifiée pour créer un trigger avec une opération DML Les triggers : Définition Les triggers sont des procédures stockées qui s exécutent automatiquement quant un événement se produit. En général cet événement représente une opération DML (Data Manipulation

Plus en détail

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle

Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle Solutions des exercices du chapitre 6 selon la syntaxe du dialecte Oracle 1. a Ajouter un CHECK sur la table LigneCommande ALTER TABLE LigneCommande ADD (CONSTRAINT XXX CHECK (noarticle

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle

FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle FMIN366 CM3 : Charger de gros volumes de données dans une base de données Oracle 1. Manipulation de l utilitaire Oracle de chargement de données SQL*Loader Des fichiers de données au format CSV (Comma

Plus en détail

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Interface Web PhpPgAdmin: permet de faire des requêtes SQL ( 1 commandes) permet de visualiser

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

Cours 8 : Séquences, vues et index

Cours 8 : Séquences, vues et index Cours 8 : Séquences, vues et index Les séquences Générer des valeurs (numériques) Par exemple de clés primaires Coordonner les valeurs de clés dans plusieurs lignes ou tables 2014-2015 Bases de données

Plus en détail

Chapitre 1 Installer MySQL 5 21

Chapitre 1 Installer MySQL 5 21 Chapitre 1 Installer MySQL 5 21 1.1. Les outils nécessaires... 22 1.2. Télécharger et installer le serveur MySQL... 22 Télécharger la dernière version... 22 Lancer l installation sous Windows... 23 Lancer

Plus en détail

Maintenir les contraintes d'intégrité

Maintenir les contraintes d'intégrité Maintenir les contraintes d'intégrité Contraintes d'intégrité Plusieurs possibilités pour les maintenir: Dans les définitions des tables Triggers Utilisation de vues et des contraintes sur les vues With

Plus en détail

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4

Cours de Bases de Données Avancées 2006-2007 Groupe cinema, Rapport 4 1 Annexes Avec ce rapport il faut rendre en annexe le script SQL corrigé qui permet de créer la base de données selon votre modèle relationnel ainsi que de la peupler avec un nombre de tuples suffisant.

Plus en détail

Bases de données avancées Triggers

Bases de données avancées Triggers Bases de données avancées Triggers Wies law Zielonka 12 décembre 2009 Résumé Ces notes ne sont pas corrigées, mais peut-être vous les trouverez quand même utiles pour préparer l examen ou projet. Ne pas

Plus en détail

Mostafa Hanoune. Interactions avec le Serveur Oracle

Mostafa Hanoune. Interactions avec le Serveur Oracle 3 Interactions avec le Serveur Oracle Objectifs A la fin de ce chapitre, vous saurez : Ecrire une instruction SELECT en PL/SQL Déclarer le type de données et la taille d une variable PL/SQL dynamiquement

Plus en détail

BASES DE DONNÉES RELATIONNELLES Introduction. Christine Bonnet sources : divers et

BASES DE DONNÉES RELATIONNELLES Introduction. Christine Bonnet sources : divers et I BASES DE DONNÉES RELATIONNELLES Introduction Christine Bonnet sources : divers et Cycle de vie du développement d un système Stratégie et Analyse Conception Prototypage Documentation Transition Production

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 11 : Les tables comme objets (3ème partie) Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Tables objet Rappels Exemple d insertion Sélection 2 Vues

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

420-PK6-SL Banques de données Avancées LES VUES

420-PK6-SL Banques de données Avancées LES VUES 420-PK6-SL Banques de données Avancées LES VUES CAS D'UTILISATION Prenons en exemple cette requête complexe : SELECT a.tablespace_name, a.contents, a.extent_management, a.allocation_type, a.segment_space_management,

Plus en détail

Les triggers. Chapitre V Triggers. 5.2 Caractéristiques. 5.1 Généralités. Chapitre 5 : Triggers 1

Les triggers. Chapitre V Triggers. 5.2 Caractéristiques. 5.1 Généralités. Chapitre 5 : Triggers 1 Les triggers Chapitre V Triggers 5.1 Généralités 5.2 Caractéristiques 5.3 Description d un trigger 5.4 Déclencheur par ordre 5.5 Déclencheur ligne 5.6 Gestion des triggers 5.7 Grammaire 5.8 Triggers Instead_of

Plus en détail

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL

Langage propre à Oracle basé sur ADA. Offre une extension procédurale à SQL Cours PL/SQL Langage propre à Oracle basé sur ADA Offre une extension procédurale à SQL PL/SQL permet d utiliser un sous-ensemble du langage SQL des variables, des boucles, des alternatives, des gestions

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées

Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Notes de cours : bases de données distribuées et repliquées Loïc Paulevé, Nassim Hadj-Rabia (2009), Pierre Levasseur (2008) Licence professionnelle SIL de Nantes, 2009, version 1 Ces notes ont été élaborées

Plus en détail

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties.

Le TP cherche à simuler le fonctionnement de ce groupe hospitalier en utilisant le principe des Bases de données réparties. Base de données Avancée (BDA) 2012/2013, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Thème : Implémentation d une BD Répartie : Liens, vue matérialisé, snapshot, intégrité révérencielle et déclencheur

Plus en détail

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique

Bases de données. Jean-Yves Antoine. VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr. L3 S&T mention Informatique Bases de données Jean-Yves Antoine VALORIA - Université François Rabelais Jean-Yves.Antoine@univ-tours.fr L3 S&T mention Informatique Bases de Données IUP Vannes, UBS J.Y. Antoine 1 Bases de données SGBD

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL Bases de Données Relationnelles SQL Le langage de définition des données de SQL Introduction SQL : Structured Query Language SQL est normalisé SQL 2: adopté (SQL 92) SQL 3: adopté (SQL 99) Standard d'accès

Plus en détail

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données

SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues. Bases de données SQL (suite) Manipulation: CRUD Insertion, Suppression, mise à jour, lecture Triggers Vues Manipulation CRUD INSERT INTO (Create) pour insérer des tuple SELECT FROM (Read) pour lire des tuples UPDATE (Update)

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Erreur «Mutating Table»

Erreur «Mutating Table» TRIGGER Programmation avancée H.LUU SES Université de Genève H.Luu - Base de données - Eté 2002 Erreur «Mutating Table» Définition : Une table est en état «mutating» si elle est en train d être modifiée

Plus en détail

Déclencheurs (Triggers) Esther Pacitti

Déclencheurs (Triggers) Esther Pacitti Déclencheurs (Triggers) Esther Pacitti Définition Programme stocké et invoqué implicitement sur un événement affectant la BD Séquence de règles de production déclenchées à l apparition d un événement prédéfini

Plus en détail

Tutoriel de création d une application APEX

Tutoriel de création d une application APEX Tutoriel de création d une application APEX 1 - Objectif On souhaite créer une application APEX destinée à gérer des dépenses et recettes. Ces dépenses et recettes seront classées par catégories. A partir

Plus en détail

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12

Procédures Stockées WAVESOFT... 12 ws_sp_getidtable... 12. Exemple :... 12. ws_sp_getnextsouche... 12. Exemple :... 12 Table des matières Les Triggers... 2 Syntaxe... 2 Explications... 2 Les évènements déclencheurs des triggers... 3 Les modes de comportements des triggers... 4 Les pseudo tables... 5 Exemple... 6 Les procédures

Plus en détail

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle

2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET. Quatrième partie. Focus sur Oracle 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Quatrième partie Focus sur Oracle 165 2008-2009 -JACQUES THOORENS - HTTP://WWW.THOORENS.NET Chapitre 12 Programmation PL/SQL 2008-2009 -JACQUES THOORENS

Plus en détail

PL/SQL (ORACLE) - EXEMPLES

PL/SQL (ORACLE) - EXEMPLES PL/SQL (ORACLE) - EXEMPLES POLYTECH MONTPELLIER - IG4 Un site plein d informations : http://h50.isi.u-psud.fr/docmiage/oracle/doc/appdev.817/a77069/toc.htm Le but de PL/SQL est de fournir un environnement

Plus en détail

Université du Havre, Licence Pro DA2I, ABD, TD1, 13/12/2007, Enseignants : Nakechbandi M Thème : Transaction, Gestion d accès aux données.

Université du Havre, Licence Pro DA2I, ABD, TD1, 13/12/2007, Enseignants : Nakechbandi M Thème : Transaction, Gestion d accès aux données. Université du Havre, Licence Pro DA2I, ABD, TD1, 13/12/2007, Enseignants : Nakechbandi M Thème : Transaction, Gestion d accès aux données. Exercice 1 On considère une table t(a integer, b integer) contenant

Plus en détail

Le langage PL/SQL 2 - Compléments

Le langage PL/SQL 2 - Compléments 1. Rappels de PL/SQL 2. Les Exceptions Le langage PL/SQL 2 - Compléments Bernard ESPINASSE Professeur à Aix-Marseille Université (AMU) Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille Septembre 2015 3. Les

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 6 SQL. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 6 SQL Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés Modèle des

Plus en détail

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS

Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS Module Administration BD Chapitre 1 : Surcouche procédurale dans les SGBDS 1. Introduction Nous allons aborder la notion de surcouche procédurale au sein des SGBDS relationnels tels que Oracle (PLSQL)

Plus en détail

TP BDD. A la découverte du dictionnaire d Oracle

TP BDD. A la découverte du dictionnaire d Oracle ESIEA 2011/2012 TP BDD PARTIE I A la découverte du dictionnaire d Oracle 2.3. Testez les commandes ci-dessous : show user ; select * from all_users; desc user_tables ; select table_name from user_tables;

Plus en détail

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4 DUT Génie Biologique Option Bioinformatique Les bases de données relationnelles avec MySQL Éric Pipard Travaux Pratiques n 4 Jointures externes Requêtes internes et externes Vues et transactions Objectifs

Plus en détail

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar

Bases de données. Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur. Yousra Lembachar Bases de données Ecole Marocaine des Sciences de l Ingénieur Yousra Lembachar Déclencheurs Qu est-ce qu un déclencheur? Un déclencheur ou une règle ECA est de la forme: «Quand un Evénement se produit,

Plus en détail

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL

UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL UMBB, Département Informatique Cours Master 1 BDA Responsable : A. AIT-BOUZIAD Le 06 Décembre 2011 CHAPITRE 2 CONTRÖLE DE DONNEES DANS SQL I Gestion des utilisateurs et de leurs privilèges I.1 Gestion

Plus en détail

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper

INSIA Bases de données ORACLE 2 SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper INSIA Bases de données ORACLE SELECT avancé SQL*Plus SQL Developper http://st-curriculum.oracle.com/tutorial/dbxetutorial/index.htm http://st-curriculum.oracle.com/ http://www.oracle.com/ Bertrand LIAUDET

Plus en détail

TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille

TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille TP 1 Bases de Données Prise en main d Oracle L3 Informatique Université d Aix-Marseille 1 Prise en main de SQLplus Oracle est un SGBD Relationnel muni de nombreuses fonctionnalités (celles classiques des

Plus en détail

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL

ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL ISC21-1 --- Système d Information Architecture et Administration d un SGBD Compléments SQL Jean-Marie Pécatte jean-marie.pecatte@iut-tlse3.fr 16 novembre 2006 ISIS - Jean-Marie PECATTE 1 Valeur de clé

Plus en détail

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données

Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Cours 7 : Langage de définition, manipulation et contrôle des données Objets d une base de données Dans un schéma Tables, vues Index, clusters, séquences, synonymes Packages, procédures, fonctions, déclencheurs

Plus en détail

M2106 : Programmation et administration des bases de données

M2106 : Programmation et administration des bases de données Dernière version http://www.irit.fr/~guillaume.cabanac/enseignement/m2106/cm2.pdf M2106 : Programmation et administration des bases de données Cours 2/6 LDD, LMD & LCT Guillaume Cabanac guillaume.cabanac@univ-tlse3.fr

Plus en détail

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition.

1.1/Architecture des SGBD Les architectures physiques de SGBD sont très liées au mode de répartition. LP Informatique(DA2I), F7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 15/11/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 1 : Architecture

Plus en détail

Chapitre 2 La sélection simple

Chapitre 2 La sélection simple 2.1 La sélection simple Chapitre 2 La sélection simple La requête SELECT nous permet d'extraire des données à partir d'une base de données. La clause SELECT est suivie d'une ou de plusieurs colonnes, ce

Plus en détail

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

Cours Administration BD

Cours Administration BD Faculté des Sciences de Gabès Cours Administration BD Chapitre 3 : Administrer la sécurité utilisateur Gestion des utilisateurs et de leurs droits (Partie 2) Faîçal Felhi felhi_fayssal@yahoo.fr 1 Privilèges

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bilan : Des vues à PL/SQL corrigé Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Cas exemple 2 Les tables... 3 Vues et index 4 Privilèges 5 Fonctions

Plus en détail

Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle (2/2)

Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle (2/2) Fondements des bases de données Programmation en PL/SQL Oracle (2/2) Équipe pédagogique BD romuald.thion@univ-lyon1.fr http://liris.cnrs.fr/~rthion/dokuwiki/enseignement:lif10/ Version du 18 février 2014

Plus en détail

Compte rendu d activité Fiche n 1

Compte rendu d activité Fiche n 1 Compte rendu d activité Fiche n 1 Alexandre K. (http://ploufix.free.fr) Nature de l activité Création d une base de connaissances avec PostgreSQL Contexte : Le responsable technique souhaite la mise en

Plus en détail

Les procédures fonctions packages et triggers

Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures fonctions packages et triggers Les procédures stockées: Définition: Une procédure est un code PL/SQL défini par l utilisateur et stocké dans la base de données. Ce qui permet d éliminer

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr

Cours PL/SQL. Cours PL/SQL. E.Coquery. emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Cours PL/SQL E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr Programmation au sein du SGBD Pourquoi? Les contraintes prédéfinies ne sont pas toujours suffisantes. Exemple : tout nouveau prix pour un CD doit avoir

Plus en détail

Synthèse PL SQL ORACLE. Declaration des variables, des constants, des exceptions et des curseurs.

Synthèse PL SQL ORACLE. Declaration des variables, des constants, des exceptions et des curseurs. Synthèse PL SQL ORACLE Bloc PL-SQL DECLARE Declaration des types, des variables, des constantes, des exceptions et des curseurs. BEGIN [nom du bloc] EXCEPTION Traitement des erreurs END [nom du bloc] Declaration

Plus en détail

SQLTools en 5 étapes ver. 0.1. Tomasz Drzewiecki - Traduit et adapté de l anglais par Michel Traisnel

SQLTools en 5 étapes ver. 0.1. Tomasz Drzewiecki - Traduit et adapté de l anglais par Michel Traisnel SQLTools en 5 étapes ver. 0.1 Tomasz Drzewiecki - Traduit et adapté de l anglais par Michel Traisnel 23 mars 2005 Table des matières 1 Connexion 2 2 Fenêtre principale 3 3 Liste des objets 6 4 Et maintenant

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE SQL : LDD et LMD SQL ne se résume pas aux requêtes d'interrogation d'une base. Ce langage permet aussi de : - créer des tables - de modifier la structure de tables existantes - de modifier le contenu des

Plus en détail

2.1/ Les privilèges sous oracle

2.1/ Les privilèges sous oracle LP Informatique(DA2I), UF7 : Administration Système, Réseaux et Base de données 13/12/2007, Enseignant : M. Nakechbnadi, mail : nakech@free.fr Première parie : Administration d une BD Chapitre 2 : Transaction,

Plus en détail

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C)

Web dynamique. Techniques, outils, applications. (Partie C) Web dynamique Techniques, outils, applications (Partie C) Nadir Boussoukaia - 2006 1 SOMMAIRE 1. MySQL et PHP (20 min) 2. SQL (petits rappels) (20 min) 2 MySQL et PHP Synthèse 3 MySQL et PHP SGBD MySQL

Plus en détail

Projet MVC-CD. Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion

Projet MVC-CD. Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion Projet MVC-CD Des modèles intelligents pour accroître la productivité du développement des logiciels de gestion Les APIs de tables (TAPIs) du modèle physique relationnel Sommaire. Préambule... 2 2. Que

Plus en détail

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL

PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL PL/SQL Procedural Language Extensions to SQL Il permet : - l'utilisation d'un sous-ensemble du langage SQL, - la mise en œuvre de structures procédurales, - la gestion des erreurs. L'une des plus importantes

Plus en détail

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données ORACLE SQL LDD Langage de définition de données Le langage SQL (Structured Query Language) SQL a été normalisé par l ANSI puis par l ISO depuis 1986 sous ses différents aspects : LDD : définition des données

Plus en détail

Programmation orientée objet en langage JAVA

Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Programmation orientée objet en langage JAVA Connexion à une base de données avec JDBC Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques 25 rue Philippe

Plus en détail

TD6 - Audit. Corrigé. 14 janvier 2016

TD6 - Audit. Corrigé. 14 janvier 2016 TD6 - Audit Corrigé Chantal Keller 14 janvier 2016 1 Généralités Question 1 Peut-on avoir confiance dans les tests détection d infection (c est-à-dire regardant a posteriori

Plus en détail

Création de triggers de base de données

Création de triggers de base de données 8 Création de triggers de base de données Copyright Oracle Corporation, 1999. Tous droits réservés. Objectifs Mostafa HANOUNE 2005/2006 A la fin de ce chapitre, vous serez capables de : Décrire les triggers

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : The good, the Bad and the Ugly 1966

Plus en détail

Module M2104 Compte rendu du TP N 3 : Les requêtes en BD

Module M2104 Compte rendu du TP N 3 : Les requêtes en BD Module M2104 Compte rendu du TP N 3 : Les requêtes en BD 1 Sommaire I Introduction...3 II Sujet...3 III Modélisation...3 IV Création de tables...4 V Remplissage des tables...5 VI Requêtes...10 VII Conclusion...14

Plus en détail

Les triggers d'oracle

Les triggers d'oracle J. Akoka & I. Wattiau 1 Les triggers d'oracle Création de triggers Exemple : CREATE TRIGGER nom BEFORE DELETE OR INSERT OR UPDATE ON table FOR EACH ROW WHEN (new.empno>0) DECLARE...

Plus en détail

Cours 3 Le langage SQL

Cours 3 Le langage SQL DUT SRC IUT de Marne-la-Vallée 05/02/2014 M2203 Bases de données Cours 3 Le langage SQL Philippe Gambette Sources Cours de Tony Grandame à l'iut de Marne-la-Vallée en 2010-2011 Cours de Mathieu Mangeot,

Plus en détail

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html 012345678901234567890123 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux

Plus en détail

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible

Projet MVC-CD. Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Projet MVC-CD Comportement de VP lors du déploiement itératif et incrémental du MPD vers la base de données cible Créé par S. Berberat, le 23 octobre.2014 Modifié par S. Berberat, le 29 octobre 2014 Page

Plus en détail

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 MySQL 5 Guide de l'administrateur et du développeur Michael Kofler Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 Table des matières Avant-propos..............................................

Plus en détail