Visualisation des produits de l'alcali-réaction par fluorescence Extension de la méthode au diagnostic sur ouvrage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Visualisation des produits de l'alcali-réaction par fluorescence Extension de la méthode au diagnostic sur ouvrage"

Transcription

1 Visualisation des produits de l'alcali-réaction par fluorescence Extension de la méthode au diagnostic sur ouvrage Jeanne-Sylvine GUÉDON Docteur en Géologie, ITPE François MARTINEAU Technicien André LE ROUX Chef de la section Géologie et matériaux naturels Division Géologie de l'aménagement et de l'environnement Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Rappels historiques du phénomène RESUME Les produits d'alcali-réaction les plus préjudiciables pour les structures en béton se présentent sous la forme d'une solution colloïdale hétérogène ayant la texture d'un gel permettant un certain nombre d'échanges de cations, tant avec le système interne qu'avec le système externe. Une nouvelle méthode de détection de ces produits d'aleali-réaction a été utilisée sur plusieurs types de béton en vue d'en tester la fiabilité et la reproductibilité. Cette méthode est basée sur la fluorescence, sous une longueur d'onde de rayons ultra-violets durs, des ions uranyl lorsqu'ils s'adsorbent sur ce substratum amorphe et perméable. Le test réalisé sur plusieurs compositions et âges de béton a pour but de mettre en évidence le caractère général de la méthode et sa réponse relative aux produits de l'alcaliréaction. Ces résultats autorisent un diagnostic rapide obtenu à faible coût. MOTS CLÉS : Béton hydraulique Alcali-réaction (chim.) - Gel (chim.) - Détection Fluorescence - Amorphe - Uranyl. Depuis le diagnostic établi par Stanton en Californie vers 1940, de nombreux ouvrages de par le monde se sont trouvés atteints par cette «maladie» du béton qu'est l'alcali-réaction. Si les régions du globe où affleurent les vieux socles précambriens montrent assez souvent des désordres, il faut bien reconnaître que la presque totalité des roches peut être impliquée. Ceci n'a rien de surprenant dans la mesure où ces réactions trouvent leur origine dans le déséquilibre de certains minéraux au sein du milieu hyperbasique que constitue le béton. Si le phénomène d'alcali-réaction a été identifié pour la première fois en France vers 1970 au sein de quelques barrages, il faut attendre le milieu des années 80 pour le voir s'étendre aux ouvrages routiers. Tous les types d'ouvrages sont susceptibles d'être touchés : immeuble, pont, route, barrage ; ainsi que toutes les parties : mur, pile, tablier, culée, chaussée. Cette réaction, ou plus exactement ces réactions, provoquent l'expansion du matériau, initialisant une fissuration pouvant aller jusqu'à un faïençage plus ou moins serré. Les manifestations les plus spectaculaires s'observent dans les barrages par la suppression des joints de dilatation ou la modification des alignements des pièces mécaniques. Les vides créés sont autant de drains dans le béton permettant la pénétration de l'eau et d'autres produits extérieurs au système mais également néfastes, tels les sels de déverglaçage, par exemple, qui s'insinuent au coeur de la structure. Pour les ouvrages routiers les fissures favorisent la corrosion des armatures, celles-ci se dilatent alors et provoquent de nouvelles fissures. Bull, liaison Labo. P. et Ch mai-juin Réf

2 Les dégradations consécutives à l'alcali-réaction apparaissent de diverses façons, mais, parmi les symptômes, la fissuration évolutive est souvent la plus fréquente. Les autres manifestations telles que petits cratères, exsudats, efflorescences ou décolorations peuvent ou non l'accompagner. La fissuration anarchique évolutive est aussi souvent soulignée par une humidité latente montrant que la réaction est en pleine évolution. Il nous a été donné de constater une fissuration anarchique totalement sèche caractérisant un matériau en fin d'évolution. Suivant les structures examinées, les désordres peuvent être : une fissuration en réseau et faïençage à différentes échelles, une fissuration orientée, des mouvements de déplacement et de déformation, une décoloration de la surface ou la présence de taches sur les parements, des efflorescences ou des exsudats, des petits cratères. Le processus de dégradation apparaît irréversible dans la mesure où la fissuration créée ne peut se cicatriser en régénérant des espèces liantes. La littérature signale néanmoins des cas où la réaction semble interrompue [1]. Si le seul moyen efficace de se prémunir contre le phénomène réside dans la prévention, le diagnostic se révèle être la démarche indispensable préalable à toute décision concernant les moyens à mettre en oeuvre pour permettre la «vie normale» de l'ouvrage [2]. L'objectif actuel est de développer des méthodes rapides permettant d'identifier les causes des désordres dans les ouvrages, de reconnaître avec un bon degré de certitude l'existence des réactions et de prévoir leur comportement pathologique éventuel. La méthode que nous avons développée essaie de répondre à cette attente et propose un moyen simple pour déceler la présence de gel d'alcali-réaction ; elle devrait permettre aussi d'apprécier son abondance, donc de suivre l'évolution de la réaction. Quelques rappels sur la chimie des alcalis-réactions La réaction, au sens chimique du terme, consiste en la dissolution de la silice faiblement mobilisable dans la solution interstitielle basique du béton. L'origine des désordres doit être recherchée dans un déséquilibre des minéraux au sein d'une solution où le ph voisine 13. Ce ph va entraîner des mises en solution et modifier la composition initiale de la solution interstitielle du béton. Cette nouvelle répartition des produits dans le système fait appel à la mobilité de la silice, qui résulte de la rupture du réseau siliceux au niveau des ponts siloxanes Si-O-Si, rupture facilitée par les conditions de ph, et la nature cristallographique de la silice mise enjeu. Les ions silicium libérés vont pouvoir se combiner avec les alcalins disponibles du système (Na +, K +, Ca ++ ) et favoriser l'adsorption d'eau. La silice est un polyélectrolyte gélatineux capable de gonfler en absorbant du liquide [3]. La formation des gels silico-calco-alcalins hydratés à structure primaire amorphe est décrite comme une réaction d'échange entre la surface des granulats siliceux et la solution interstitielle, provoquant l'expansion, la fissuration et parfois l'exsudation. Elle est qualifiée dans la littérature de réaction alcali-silice. Elle peut affecter des roches silicatées mais intéresse toujours la silice des réseaux silicates. Un autre type de réaction dégradante est la réaction sulfatique. Elle résulte d'une interaction entre les sulfates provenant du milieu extérieur ou des granulats, sur les aluminates contenus dans la pâte ou les granulats, pour former l'ettringite. Cette ettringite est un trisulfoaluminate de calcium hydraté répondant à la formule: 3 CaO, A1203, 3 CaS0 4, 32 H 20, et cristallisant dans le système hexagonal. Qu'il s'agisse d'une réaction sulfatique et/ou d'alcali-réaction, le phénomène d'altération chimique ou «vieillissement» du béton fait intervenir une consommation de portlandite (Ca(OH)2) et le remplacement de celle-ci par des produits plus ou moins gonflants. De par leur nature cristallographique fondamentalement opposée, amorphe et cristallisée, le gel et l'ettringite feront appel à des mécanismes différents pour conduire à la dégradation des ouvrages. Une bonne méthode de diagnostic devrait autoriser la dichotomie alcali réactionréaction sulfatique. C'est ce que nous avons recherché avec la méthode de visualisation des gels par fluorescence des ions uranyl. Utilisation d'une nouvelle méthode de visualisation des gels Face à des produits pathogènes ayant des implications plus ou moins importantes dans le phénomène, une estimation de la phase amorphe pourrait permettre d'affiner le diagnostic concernant l'état d'avancement de la réaction. Cette méthode fait appel aux propriétés physico-chimiques spécifiques des produits, en particulier de la solution colloïdale silicatée et ses capacités d'échange de cations adsorbés. Ce gel permet un échange avec le milieu extérieur par l'absence de réseau régulier. L'ion uranyl U complexé dans l'acide acétique dilué, proposé par Natesaiyer et Hover [4, 5, 6, 7], sert de révélateur. Il a été choisi : pour ses capacités de fluorescence sous une lumière UV dure, pour la rapidité de sa réponse à l'excitation lumineuse (moins de cinq minutes), et surtout, pour ses capacités d'adsorption avec les cations spécifiques du gel tels le sodium, le calcium et le potassium, puisqu'il réémet un rayonnement visible dans les tons jaune-vert. 22

3 PHOTO 1 - Béton de quartzite (carotte provenant d'un pont). PHOTO MEB 6004 PHOTO MEB 6004 L'auréole jaune-vert entourant le gravillon est composée d'un gel lisse et craquelé, visible sur la partie droite du cliché MEB. La partie gauche de la photo MEB présente le quartzite partiellement envahi par le gel. PHOTO 2 Béton de quartzite (éprouvette). La fluorescence est circonscrite dans un pore, agrandi environ 18 fois sur la partie gauche de la photo MEB, et 100 fois sur la partie droite. Le gel est lisse et craquelé. PHOTO MEB

4 24

5 PHOTO 6 - Lumière Blanche. PHOTO 6 bis - Lumière UV. PHOTO MEB

6 PHOTO 7 Section polie d'un béton d'ouvrage au sein de laquelle ressort le réseau de fissures souligné par le gel, fluorescent, les remplissant. PHOTO 8 - Essais sur le chantier. La photo supérieure présente une culée de pont fortement fissurée, périodiquement surveillée. La photo inférieure présente un ancien carottage, légèrement rafraîchi au marteau observé en fluorescence. PHOTO 8 bis 26

7 Ces caractéristiques sont autant d'avantages dans le domaine du diagnostic par : la mise en évidence du gel par rapport au reste du béton ; méthode du tout ou rien autorisant une appréciation en deux dimensions de l'importance des produits de réaction et une localisation directionnelle des fissures (quand celles-ci sont remplies par le gel) ; la sélectivité des produits amorphes (fluorescents jaune-vert) et cristallisés (non fluorescents). Dans le but de valider cette technique, nous l'avons testée sur des produits manufacturés tels que la tridymite et la cristobalite, qui se sont révélés non fluorescents car cristallisés, et sur du gel de silice artificiel qui a été fluorescent car amorphe ; la possibilité d'un traitement informatisé des images en couleur obtenues. Quelques résultats de visualisation des gels Dans une première note technique, nous avons précisé la méthode actuellement testée au LCPC [8], et l'avons appliquée à l'étude d'un béton de laboratoire. Pour aller plus loin dans la démarche d'investigation de la méthode, il nous a semblé important de l'étendre à d'autres bétons plus anciens, et surtout à des bétons de chantier, observés ou non sur le site. Notre fil conducteur a été d'établir une image en fluorescence d'une section suspecte puis à vérifier les produits émetteurs, au Microscope Électronique à Balayage (MEB), dont la sonde nous fournit une analyse élémentaire qualitative. Les gels de réaction ont été observés sur des bétons provenant d'ouvrages en service, sur des éprouvettes fabriquées en laboratoire, et enfin sur des gravillons ayant été soumis à une attaque alcaline simulant les conditions de ph régnant dans le milieu béton. Les matériaux auscultés sont présentés en fonction de la nature pétrographique de leur gravillon. Cette démarche analytique montre que la méthode n'est pas limitée à quelques types de granulats mais intéresse la totalité des bétons dès lors qu'ils sont dans un état où la réaction peut être qualifiée d'activé, c'est-à-dire productrice d'un gel suffisamment récent pour ne pas avoir acquis une structure cristalline. Le gravillon utilisé est un quartzite ordovicien. La photo 1 présente deux carottes prélevées sur l'ouvrage et soumises au test ; on remarque une auréole jaune-vert entourant le gravillon. Celle-ci, plus ou moins large, est formée d'un gel lisse et craquelé (photo MEB 6004, partie droite du cliché). La partie gauche présente le quartzite partiellement envahi par le même gel. L'analyse à la sonde confirme la composition traditionnelle des gels où se reconnaissent silicium, calcium et potassium. Éprouvette de béton Le béton fabriqué en laboratoire contient un quartzite géologiquement contemporain du précédent. L'observation aux UV (photo 2) révèle des caractéristiques identiques à celles précédemment décrites. L'observation au MEB montre un gel lisse craquelé identique en composition (photo MEB 5183). Gravillon quartzitique Deux sections de quartzite, polies, ont été soumises à une attaque alcaline simulant les conditions extrêmes de ph régnant dans le béton. Après 72 h d'immersion à 80 C dans une solution 2N de soude additionnée d'eau de chaux, les échantillons sont traités à l'acétate d'uranyl puis illuminés aux UV pour en obtenir la photo 3. Les deux faciès 1 (chert)* et 2 (brèche)** ont réagi ; la confirmation au MEB nous donne les photos 6127 et Le faciès 1 fin, plus fluorescent, laisse voir un gel assez alvéolaire mais recouvrant toute la surface de la préparation. Le faciès 2, grossier, est moins fluorescent, le gel se forme plus difficilement, mais surtout de façon moins régulière à cause de l'état de cristallinité du quartz. La méthode, permettant d'obtenir un résultat rapide, peut donc être utilisée comme un complément aux méthodes existantes autorisant le choix des granulats. Béton de calcaire Fragment provenant d'un pont Le gravillon utilisé est un calcaire sombre. La photo 4 présente un fragment de ce pont où, après traitement, se différencient deux intensités de fluorescence. La plus intense (la plus jaune) localisée dans les pores (photo MEB 5986), provient de la réponse d'un gel lisse, craquelé, de composition silico-calco-potassique, à la stimulation ultraviolette. La moins intense (de couleur plutôt verte, photo MEB 5987), localisée à la surface des gravillons calcaires, correspond à un gel ne contenant pas de potassium. Il semble donc, à la vue de ces constatations, que l'intensité de fluorescence, ainsi que Béton de quartzite Carottes provenant d'un pont * chert : accidents siliceux (rognons, nodules) en milieu carbonate intéressant les formations antérieures au Crétacé. ** brèche : roche naturelle constituée d'au moins 50 % d'éléments anguleux, de dimensions supérieures à 2 mm, liés par un ciment de nature variable (carbo-silico-ferrugineux). 27

8 sa couleur, dépendrait de la plus ou moins grande teneur en potassium (ou dans ce cas précis de la présence ou de l'absence de K) : couleur jaune intense, gel riche en K (spectre MEB 5982), couleur verte, gel exempt de K (spectre MEB 5985B). L'intensité de fluorescence peut donc dépendre de deux facteurs : l'état de cristallinité du support et la teneur en potassium du gel. Béton de rhyolite Fragment provenant d'un barrage Le gravillon utilisé est une rhyolite permienne. La photo 5 ne dévoile aucune fluorescence ni intense, ni diffuse. Les investigations réalisées au MEB ont révélé la présence d'ettringite en très grande quantité (photo MEB 5993) par rapport au gel qui est discret voire totalement absent. Ceci est une confirmation sur un matériau de chantier des observations faites sur des échantillons de synthèse, à savoir que : seuls les matériaux amorphes permettent l'adsorption des ions uranyl et leur réaction en retour à la stimulation ultraviolette, une structure cristallisée telle l'ettringite ne répond pas à la sollicitation lumineuse, car les ions uranyl n'ont pas pu pénétrer dans le réseau. Béton de basalte Carotte provenant d'un barrage Le gravillon utilisé est un basalte. La photo 6, prise en lumière non ultraviolette (dite naturelle), souligne une auréole blanchâtre autour des gravillons sombres. Après traitement, il s'avère que cette auréole émet une fluorescence jaune intense parfaitement concordante avec ces zones claires (photo 6bis). De plus, cette fluorescence correspond à un gel lisse craquelé, de composition calco-potassique (photo MEB 4521). Sur cette photographie, on peut noter la coexistence d'un gel lisse calco-potassique et de cristaux d'ettringite en gerbe. Autres utilisations de cette technique de mise en évidence de substances amorphes dans les bétons Quantification de la microfissuration Sur un échantillon poli, imprégné puis éclairé, on peut mettre en évidence le réseau fissurai, lorsque celui-ci est comblé par le gel. Les microfissures ainsi mises en évidence permettent d'effectuer, outre une quantification des fissures, en terme de longueur et d'écartement, mais aussi en terme de direction(s). Sur la photo 7, il est possible de déterminer les directions principales du réseau. Si l'échantillon est repéré par rapport à l'ouvrage dont il est issu (dans les trois directions de l'espace), et si le nombre d'échantillons est statistiquement représentatif, il est pensable de pouvoir déduire les grandes directions de faiblesse de la structure. Approche de la cinétique de la réaction Sur une même surface traitée puis éclairée à deux moments différents, il serait possible d'appréhender la cinétique de la réaction, en fonction de l'étendue des zones répondant au stimuli lumineux, et en fonction de l'intensité du rayonnement réémis. Ceci peut s'interpréter comme un changement d'état de la substance remplissant le pore, dans le sens de la cristallisation. Une prochaine note développera cet aspect de la recherche sous la forme d'une succession de photographies prises à différents moments. Extension de la méthode sur ouvrage Un des avantages de cette méthode est la légèreté du matériel nécessaire à l'auscultation, d'où la possibilité de se déplacer facilement sur les lieux des désordres, même dans des conditions précaires. Un essai a été fait sur un ouvrage présentant tous les signes extérieurs de réaction, à commencer par une fissuration intense en réseau et à plusieurs échelles, (photo 8). Un carottage ancien nous a permis, après un léger rafraîchissement au marteau, d'obtenir une image à quelques six-sept centimètres de profondeur, et sur une section d'une quinzaine de centimètres de diamètre (photo 8bis). Un problème se pose encore quant à l'observation sans carottage dans la mesure où la laitance du parement en béton forme une sorte de carapace empêchant la pénétration de la solution imprégnante et son action sur le gel plus interne. Il s'avère néanmoins possible, moyennant un carottage peu profond, d'avoir des images qui pourront être comparées dans le temps et ainsi permettre une surveillance de l'ouvrage. Conclusions Les avantages de cette méthode de mise en évidence des produits de l'alcali-réaction par fluorescence des ions uranyl sont multiples : la sélectivité des produits mis en évidence : amorphes : gel-fluorescence, cristallisés : ettringite-non fluorescence ; son coût relativement faible, se limitant à l'achat d'une lampe UV durs (et des systèmes de protections visuelles obligatoires à cause de la nocivité des rayonnements émis) et d'un produit chimique relativement courant, l'acétate d'uranyl ; la légèreté du matériel permettant une autonomie autorisant le déplacement et le diagnostic sur ouvrage ; 28

9 le temps de réponse correspondant au temps de développement de la pellicule photographique ; la possibilité de traitement des photographies par analyse d'image, et, pourquoi pas, dans l'avenir une prise d'images directe par l'intermédiaire d'un caméscope, et traitement informatique instantané, après numérisation ; la possibilité d'obtenir un suivi sur ouvrage à échéance aussi fréquente qu'il est nécessaire, et à autant d'endroits accessibles sur l'ouvrage «malade», et ce, en de nombreux points limités par leur seule accessibilité. Il conviendrait toutefois, avant de lancer cette méthode pour les études de routine, de mener une étude plus fine et systématique quant à la ségrégation de tous les éléments du béton réagissant à la fluorescence. Un exemple a pu être donné dans le cas d'un feldspath alcalin du type orthose où la fluorescence était dans les tons rose (influence du potassium?). Il ne faut jamais perdre de vue que le diagnostic obtenu est uniquement limité par la présence des produits amorphes de la réaction, la longueur d'onde de la lampe, et n'intéresse que la surface du béton éclairé. Dans la tendance actuelle de mise en œuvre d'essais rapides sur béton, cette méthode pourrait trouver sa place à cause de son caractère de diagnostic, mais il conviendra probablement de réaliser des investigations complémentaires en multipliant les natures pétrographiques des granulats. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] CIGB-ICOLD (1991), Alcali-réaction dans les barrages en béton - Aperçu général et recommandation, Commission Internationale des Grands Barrages, Bulletin, 79, 157 p. [2] LEROUX A., GODART B. (1991), Recommandations provisoires pour la prévention des désordres dus à l'alcali-réaction, LCPC, janv., 50 p. [3] DENT GLASSER L. (1979), Osmotic pressure and swelling of gels, Cernent and Concrete Research, vol.9, 4, juil., pp [4] NATESAIYER K., HOVER K.-C. (1988), In situ identification of ASR products in concrete, Cement and Concrete Research, 18, pp [5] NATESAIYER K, HOVER K.-C. (1989), Some field studies of the new in situ method for identification of alkali silica reaction products, 8th International Conference on Alkali-Aggregate Reaction, Kyoto, Elsevier. [6] NATESAIYER K., HOVER K.-C. (1989), Further study of an in situ identification method for alkali silica reaction products in concrete, Cement and Concrete Research, 19, pp [7] NATESAIYER K., HOVER K.-C. (1990), Field studies of the in situ technique for identification of alkali silica reaction products in concrete, abbreviated text of presentation made at 2nd International Workshop on AAR, Halifax, mai. [8] GUÉDON J.-S., MARTINEAU F. (1991), Mise en évidence du gel d'alcali-réaction par fluorescence dans un béton âgé de un an, Bull, liaison Labo. P. et Ch., 175, sept.-oct., pp

Principales agressions et attaques du béton

Principales agressions et attaques du béton Principales agressions et attaques du béton Michaël DIERKENS CETE de LYON - DLL 15 novembre 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers N.Tenoutasse Les liants hydrauliques se transforment en hydrates dans les bétons et mortiers, ces hydrates sont responsables des performances

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations :

Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : PATHOLOGIE DU BETON Tout au long de son existence, le béton est soumis à de multiples sollicitations : Physiques : - retrait - actions thermiques - actions mécaniques Chimiques - internes - externes Electrochimiques

Plus en détail

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques

- Objectifs méthodologiques et/ou technologiques Activité 42 : Découvrir des facteurs d érosion de la roche 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Géologie externe ; évolution des paysages Notions. contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

Les mortiers de réparation

Les mortiers de réparation Les mortiers de réparation Pathologie du béton et la réparation du béton Déroulement de l opération 1 Diagnostic Evaluer la maladie et son étendue Réparations Structurelles / Superficielles 2 Préparation

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 15 Restauration du béton 235 239

Chapitre Contenu Page. 15 Restauration du béton 235 239 Chapitre Contenu Page 15 Restauration du béton 235 239 Restauration du béton 15 Principes Par ses propriétés particulières, le matériau béton s'est établi dans tous les domaines de la construction comme

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT M. GHARBI SOCOL SA GR GROUPE LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT MINERAL OU EFFLORESCENCES 1/Définition L humidité présente dans les éléments de construction, qu elle provienne d une condensation, d

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383

Chapitre Contenu Page. 14 Restauration du béton 383 Chapitre Contenu Page 14 383 14 Principes De par ses propriétés particulières, le béton s est installé comme matériau dans tous les domaines de la construction. Partenaire important et fiable, il est

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires Les ciments, liants hydrauliques Définition Norme NF P 15-301 de 1994 : «Le ciment est un liant hydraulique, c est-à-dire une matière

Plus en détail

Une intervention rapide permet le ralentissement ou même l'arrêt total du mécanisme de corrosion.

Une intervention rapide permet le ralentissement ou même l'arrêt total du mécanisme de corrosion. Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du génie civil et bâtiment Contenu : Réparation du béton due à la carbonatation Rédaction : Broquet Raphaël Etudiant conducteur de travaux 3 e année Date : 23 novembre

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Autocolmatage des fissures dans les ouvrages souterrains Cas du tunnel sous la Manche

Autocolmatage des fissures dans les ouvrages souterrains Cas du tunnel sous la Manche Autocolmatage des fissures dans les ouvrages souterrains Cas du tunnel sous la Manche Loïc DIVET Technicien Supérieur François-Xavier DELOYE Chef de la section Chimie analytique Service Chimie Laboratoire

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

INFOFICHE EB002 TACHES BLANCHES SUR PRODUIT DE PAVEMENT

INFOFICHE EB002 TACHES BLANCHES SUR PRODUIT DE PAVEMENT EBEMA NV Dijkstraat 3 Oostmalsesteenweg 204 B-3690 Zutendaal B -2310 Rijkevorsel T +32(0)89 61 00 11 T +32(0)3 312 08 47 F +32(0)89 61 31 43 F +32(0)3 311 77 00 www.ebema.com www.stone-style.com www.megategels.com

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Identification et pathologie du patrimoine en ciment naturel de la région de Marseille

Identification et pathologie du patrimoine en ciment naturel de la région de Marseille Identification et pathologie du patrimoine en ciment naturel de la région de Marseille Myriam Bouichou Elisabeth Marie-Victoire - Philippe Bromblet - Claire Valageas - Luca Baldazzi Les ciments naturels

Plus en détail

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments

Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments Un guide concis de contrôle de qualité des médicaments 1 2 Sommaire 1. Inspection visuelle (p.4) 2. Tests de réactions colorées (p.7) 2.1. Préparation d un comprime pour un test de réaction colorée (p.10)

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique

4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique 4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique 4.6.1 Introduction C est à quelques kilomètres au nord de la ville de Yaoundé, à proximité du village de Nkolondom qu a été décrite la grotte du

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

MAISON XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

MAISON XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE VENDÉE 85000 MAISON DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Maître de l'ouvrage : EXPERTISE THERMOGRAPHIQUE (EXEMPLE) Architecte : ARKITEKTO - Atelier d'architecture & d'ecoexpertise Sylvain HOUPERT 02 41 41

Plus en détail

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid

2.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Chapitre Les bétons courants.7 Le bétonnage par temps chaud par temps froid.7.1 - Le bétonnage par temps chaud 3 Granulats Les conditions climatiques lors de la mise en œuvre ont une grande influence sur

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon

Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon Les journées Chimie Du réseau des Laboratoires des Ponts et Chaussées 2 et 3 décembre 2009 CETE de Lyon Traitement électrochimique de réalcalinisation pour la réparation du béton armé dégradé par carbonatation

Plus en détail

Le béton, un matériau d avenir? Introduction à la durabilité des bétons

Le béton, un matériau d avenir? Introduction à la durabilité des bétons Le béton, un matériau d avenir? Introduction à la durabilité des bétons Jonathan Mai Nhu CERIB Centre d Études et de Recherches de l Industrie du Béton DMTB Direction Matériaux et Technologie du Béton

Plus en détail

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV)

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV) Consulter la fiche technique disponible sur le site www.benfer.it / www.schomburg.de Additifs Imperméabilisants Liquides Cristallins pour structures en béton 292 Additifs Imperméabilisants Cristallins

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES

LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES LE LAVAGE DES SOLS ET SEDIMENTS POLLUES Une alternative de gestion pour optimiser les chantiers Solutions environnementales clé en main pour une valorisation active de sites VALGO - Copyright 2009 SOMMAIRE

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Basalte tholéitique - texture microlithique avec olivine (tache jaunâtre), plagioclases et pyroxènes.

Basalte tholéitique - texture microlithique avec olivine (tache jaunâtre), plagioclases et pyroxènes. Enigme 10 : De la roche en poudre!! Les dorsales produisent des basaltes qualifiés de MORB (Medio Ocean Ridge Basalts) Ces basaltes sont caractérisés par leur faible quantité d alcalins (Na20 et K2O),

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Chapitre 1 Lumières et couleurs.

Chapitre 1 Lumières et couleurs. Chapitre 1 Lumières et couleurs. Items Connaissances Acquis Composition de la lumière blanche. Action d un filtre sur la lumière blanche. Synthèse additive. Couleur perçue lorsqu on observe un objet. Lumière

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Quelques expériences sur la corrosion du fer

Quelques expériences sur la corrosion du fer Quelques expériences sur la corrosion du fer TP réalisé en stage «le laboratoire se l approprier et y enseigner» par Mme Lindrec et Mrs Leroux et Tanavelle. L objectif est de tester et réaliser quelques

Plus en détail

Économise de l énergie

Économise de l énergie Arrête l infiltration d eau de pluie Économise de l énergie Améliore la résistance aux inondations Crème de protection pour façades Crème de protection pour façades Stormdry Lorsque la façade est humide,

Plus en détail

MÉRÉ Aurélien HÉCART Olivier. Fonctionnement d une Photocopieuse

MÉRÉ Aurélien HÉCART Olivier. Fonctionnement d une Photocopieuse MÉRÉ Aurélien HÉCART Olivier Fonctionnement d une Photocopieuse 1. Introduction En son cœur, un copieur fonctionne en raison d'un principe physique de base: les charges opposés s attirent. Un photocopieur

Plus en détail

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Par spectrophotométrie on peut : - déterminer la concentration d'une espèce chimique colorée en solution à partir de l'absorbance. - suivre la cinétique

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11693-4

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11693-4 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11693-4 6 Nettoyer et retoucher les images Avant de réaliser un montage, un petit travail est parfois nécessaire, il s agit du nettoyage de la photo. Cela consiste à

Plus en détail

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques Le ciment 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques 1. Fabrication du ciment Le ciment est obtenu à partir du calcaire (CaCO 3 ) et de l argile

Plus en détail

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE Auteurs : Réjean Brousseau, Ph. D. et Sébastien Dewey, ing. jr Enpar Corrosion Contrôle Inc. Denis Bérubé, ing. et Daniel Bouchard, ing. Ministère

Plus en détail

Technologie du béton GCI 340

Technologie du béton GCI 340 Ammar Yahia, ing., Ph.D. Génie civil. Automne 2011 Les granulats à béton - Généralités variables influençant la qualité du béton - Caractéristiques des granulats - Propriétés des granulats à béton - Essais

Plus en détail

Assainissement des murs humides et contaminés par les sels. THERMOPAL Systèmes de crépis d assainissement

Assainissement des murs humides et contaminés par les sels. THERMOPAL Systèmes de crépis d assainissement Assainissement des murs humides et contaminés par les sels THERMOPAL Systèmes de crépis d assainissement THERMOPAL -SP Gobetis minéral d assainissement Pont d adhérence minéral THERMOPAL -SP forme un enduit

Plus en détail

La démarche de diagnostic

La démarche de diagnostic JOURNEE TECHNIQUE IMGC Gestion Patrimoniale des ouvrages de Génie Civil 25 SEPTEMBRE 2013 La démarche de diagnostic Marc BROUXEL (CONCRETE) et Lotfi HASNI (CEBTP) Définition - Objectifs - ensemble des

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Retrait-gonflement des argiles

Retrait-gonflement des argiles RAPPORTS Service risques et sécurité Unité prévention des risques Février 2015 Retrait-gonflement des argiles Note de présentation de l aléa et de recommandations Préfet du Finistère Direction Départementale

Plus en détail

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE 1. Notion de champ Si en un endroit à la surface de la Terre une boussole s'oriente en pointant plus ou moins vers le nord, c'est qu'il existe à l'endroit où elle se trouve,

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Principales agressions et attaques des bétons Nathalie CORDIER CETE Méditerranée Labo d

Plus en détail

3.2 Les adjuvants. Historique. La classification. Le rôle des adjuvants. Les adjuvants modifiant l ouvrabilité du béton

3.2 Les adjuvants. Historique. La classification. Le rôle des adjuvants. Les adjuvants modifiant l ouvrabilité du béton 3.2 Les adjuvants Historique Dès les origines de la fabrication du béton de ciment Portland, commencent les recherches sur l incorporation de produits susceptibles d améliorer certaines de ses propriétés.on

Plus en détail

Les enrobés avec chaux hydratée : solution au désenrobage? Par : Michel Paradis, ing. M. Sc. Journée bitume - 26 mars 2002 Trois-Rivières 1 Problématique 2 Désenrobage Présentation - Définition - Évolution

Plus en détail

Béton ciré sols & murs

Béton ciré sols & murs Béton ciré sols & murs FICHE PRATIQUE BÉTON CIRÉ SOLS & MURS 1 Les nouveautés apportées par Cirex System Face à la demande croissante et à l engouement des médias pour le béton ciré, Cirex System a décidé

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

PIERRE D EAU VIVE Sarl. Rapport de synthèse

PIERRE D EAU VIVE Sarl. Rapport de synthèse PIERRE D EAU VIVE Sarl Rapport de synthèse Electrophotonique Ingénierie 6 avril 215 PIERRE D EAU VIVE Sarl 6/4/215 PIERRE D EAU VIVE SARL Rapport de synthèse I. Introduction Le présent rapport de synthèse

Plus en détail

Textoflex. Revêtement de façade de classe D3, I1

Textoflex. Revêtement de façade de classe D3, I1 Textoflex Revêtement de façade de classe D3, I1 TEXTOFLEX La Polyvalence simple et efficace Textoflex est un Revêtement SemiEpais qui répond à la fois aux exigences des revêtements de Décoration de classe

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard!

Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Problèmes calcaires Protégez vos installations avant qu il ne soit trop tard! Le Problème Suivant la position de l'équilibre entre la formation d'acide carbonique (H 2 CO 3 ) et celle de carbonate de calcium

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

Chapitre «Couleur des objets»

Chapitre «Couleur des objets» Lycée Joliot Curie à 7 PHYSIQUE - Chapitre II Classe de 1 ère S Chapitre «Couleur des objets» La sensation de couleur que nous avons en regardant un objet dépend de nombreux paramètres. Elle dépend, entre

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

La route en béton. Une solution économique et de qualité

La route en béton. Une solution économique et de qualité La route en béton Une solution économique et de qualité Ir Luc Rens Ingénieur conseil FEBELCEM Directeur EUPAVE 1 Introduction Les premières routes en béton belges datent de l entre-deux-guerres : presque

Plus en détail

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES PROJECTION DU BETON CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES Colloque ASQUAPRO de 2011 exposé de Claude Resse PARTICULARITES DUES A LA MISE EN ŒUVRE PAR PROJECTION POUR LES CONTRÔLES SUR SITE ET EN LABORATOIRE préambule

Plus en détail

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES

LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES Roger Cadiergues MémoCad nd43.a LES DIODES ÉLECTRO- LUMINESCENTES SOMMAIRE nd43.1. Les diodes électroluminescentes (LED) nd43.2. Les très basses tension de sécurité (TBTS) nd43.3. Le montage des appareils

Plus en détail

Les systèmes de Fichier

Les systèmes de Fichier Les systèmes de Fichier 1 Les disques durs, aussi petits soient-ils, contiennent des millions de bits, il faut donc organiser les données afin de pouvoir localiser les informations, c'est le but du système

Plus en détail

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant

Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant 1 DIAGNOdent: détecte l invisible des caries Mathieu Chmpigny Gabril Baril Annie Plante Geneviève Romanesky consultant: Dr Denis Robert consultante: Dre Lise Payant Formation Continue Les étapes de l expérimentation

Plus en détail

Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel

Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel Teneur en chlore actif des Eaux et Concentrés de Javel 1 Principe Importance de la mesure de la teneur en chlore actif La mesure de la teneur en chlore actif est très importante pour un fabricant, un préparateur

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Catalogue des bandes BFL-Mastix

Catalogue des bandes BFL-Mastix Catalogue des bandes BFL-Mastix pour l étanchéité durable des joints type N type R NOUVEAU Profils spéciaux pour joints soumis à des mouvements et à des pressions élevées type R4 type RB Propriétés des

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

KEIM Concretal. Lasures et peintures minérales pour béton

KEIM Concretal. Lasures et peintures minérales pour béton KEIM Concretal Lasures et peintures minérales pour béton La gamme Concretal Le béton matériau du XXème siècle Les peintures minérales au silicate La découverte du béton armé au début du XXème siècle a

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

LES RÉPARATIONS DU BÉTON

LES RÉPARATIONS DU BÉTON Durabilité et réparations du béton GCI-714 CHAPITRE 3 LES RÉPARATIONS DU BÉTON 3.1 ÉVALUATION ET DIAGNOSTIQUE DES STRUCTURES DE BÉTON 3.1.1 Introduction L'identification des causes des dégradations est

Plus en détail

Dalle en béton précontraint

Dalle en béton précontraint Dalle en béton précontraint 1 Morphologie 2 Morphologie 3 Portées et élancements Gamme de portée Élancement Nombre et type de travée 1/22 à 1/25 travée isostatique Dalles pleines 14 à 20 m 1/28 2 travées

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

Analyse d images numériques en microscopie

Analyse d images numériques en microscopie Analyse d images numériques en microscopie Yves Usson Reconnaissance et Microscopie Quantitative, Laboratoire TIMC UMR5525 CNRS Institut d Ingénierie et d Information de Santé (IN3S), La Tronche Traitement

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail