HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES"

Transcription

1 HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Professeur Louis Buscail (mail : ) Objectifs : RAPPEL : LE DIAGNOSTIC D HEPATITE CHRONIQUE La fréquence de l hépatite B en France, toutes formes confondues, est de l ordre de 200 à cas et on évalue à 300 millions le nombre de porteurs chroniques dans le monde. Le risque de cirrhose et d hépatocarcinome justifie les campagnes de vaccinations qui sont efficaces. Le virus de l hépatite B est présent dans toutes les sécrétions et il est, contrairement au virus C, facilement transmissible. Autrement dit de faibles concentrations de virus B sont suffisantes à sa transmission par la salive ou par voie sexuelle ou périnatale. (Lien vers : I HEPATITE CHRONIQUE B A EPIDEMIOLOGIE La fréquence de l hépatite B en France, toutes formes confondues, est de l ordre de 200 à cas et on évalue à 300 millions le nombre de porteurs chroniques dans le monde. Le risque de cirrhose et d hépatocarcinome justifie les campagnes de vaccinations qui sont efficaces. Le virus de l hépatite B est présent dans toutes les sécrétions et il est, contrairement au virus C, facilement transmissible. Autrement dit de faibles concentrations de virus B sont suffisantes à sa transmission par la salive ou par voie sexuelle ou périnatale.

2 B CLINIQUE L hépatite aiguë B peut passer totalement inaperçue cliniquement dans près de 90% des cas. Schématiquement, 10% des hépatites B passent à la chronicité et 20% environ de ces formes chroniques deviendront cirrhogènes dans un délai de 10 à 30 ans. Le risque relatif d hépatocarcinome sur ce terrain est 200 fois plus élévé que celui de la population normale. Le risque d hépatocarcinome serait plus élevé chez l homme que chez la femme. Le risque d évolution chronique semble plus élevé lorsque l infection virale est précoce [ Précision : nouveauné, enfant ], et chez l immunodéprimé. Des facteurs génétiques et le type de virus B interviennent également et expliquent les variations observées d une population à l autre. Contrairement aux manifestations cliniques très variées de l hépatite B aiguë, l hépatite chronique se résume cliniquement à une asthénie plus ou moins marquée à laquelle viendront éventuellement s ajouter à long terme des signes de cirrhose. L évolution pourra être aggravée par une imprégnation éthylique chronique, par une autre infection virale [ Précision : B + Delta, B+C ] ou encore par un facteur toxique médicamenteux. Le diagnostic d hépatite virale chronique repose sur deux éléments: la persistance de transaminases élevées au-delà de 6 mois et les résultats de la ponction biopsie du foie [ Abréviation : PBF ] réalisée à cette date. Une hypergammaglobulinémie est souvent présente. C SEROLOGIE L étude sérologique des hépatites chroniques B comporte un certain nombre de paramètres dont les plus connus sont :

3 - l antigène HBs (Ag HBs) et son anticorps anti-hbs (IgM antihbs et IgG antihbs), - l anticorps anti-hbc (IgM anti-hbc et IgG anti-hbc ) alors que l antigène HBc de nature capsidique est indétectable dans le sang, - l antigène HBe et son anticorps anti-hbe (anti-hbe) A chaque forme évolutive de l hépatite B correspond un profil sérologique particulier. LES MARQUEURS DU VIRUS B L existence d une infection active par le virus B est en principe signée par la persistance de l AgHBs et de l AgHBe alors que l apparition de l anti-hbe est considérée comme de bon pronostic. Contrairement au schéma classique des infections virales les taux d IgM élevés ne signifient pas obligatoirement le caractère récent de l infection. Les données virologiques se sont enrichies depuis quelques années des progrès de la biologie moléculaire et notamment des techniques PCR [ Abréviation : polymérase chain reaction ]. Ces résultats qui traduisent directement la présence d une replication virale, peuvent être donnés aujourd hui en qualitatif ou quantitatif. La complexité et le coût de ces techniques PCR imposent de n y avoir recours que lorsqu il existe un doute sérologique ou que l on cherche à apprécier l efficacité d un traitement antiviral. D TRAITEMENT La ponction biopsie hépatique est un préalable indispensable au traitement. Elle permet d évaluer l activité de cette hépatite chronique et de rechercher les signes de cirrhose [ Précision : score de Knodell ou score Métavir ]. On ne traite que les patients ayant une hépatite chronique active prouvée et ayant une réplication virale [ Précision : ADN viral B présent dans le sérum ]. En effet, le but du traitement est d arrêter la multiplication

4 virale, avant la constitution d une cirrhose. Le traitement de l hépatite chronique B repose essentiellement sur l interféron alpha à la dose de 5 millions d unités 3 fois par semaine en injections sous cutanées pendant 6 mois à 1 an. La décision thérapeutique pourra éventuellement être appuyée par la décision d une commission spécialisée. La normalisation des transaminases est obtenue dans 25 à 40% des cas et une séroconversion HBs est observée dans 15 à 25%. Les principaux effets secondaires sont représentés par : - un syndrome pseudo-grippal assez bien contrôlé par le paracétamol - une thrombopénie justifiant l interruption du traitement si inférieur à /mm3 - une lymphopénie justifiant l interruption du traitement si inférieur à 1000/mm3 - un syndrome dépressif - une alopécie - une thyroïdite - un syndrome de Raynaud NB: La séroconversion dans le système HBe est un élément favorable mais ne constitue pas une garantie d efficacité suffisante. La persistance d un DNA viral B positif chez les patients Anti HBe positif évoque une infection à virus B mutant. Le traitement mérite donc d être poursuivi si possible jusqu à la séroconversion HBs et à la négativation du taux sérique d ADN viral. En cas d échec ou de réponse partielle, des doses plus importantes d interféron peuvent être proposées ou l administration de Lamivudine (Zéfix 100 mg /j). L indication par contre reste discutée en cas de cirrhose et contre-indiquée en cas de cirrhose décompensée. Chez les futurs transplantés, la négativation de l AgHBs (ou au minimum de la PCR de l ADN du virus B) doit être obtenue avant la transplantation afin d éviter la récidive de l hépatite B sur le greffon. Cette négativation peut être obtenue par l administration de Lamivudine (Zéfix 100 mg /j). Le traitement prophylactique repose bien sûr sur la vaccination, le traitement par immunoglobulines spécifiques en cas de contamination, le vaccin chez les nouveaux-nés de mères porteuses du virus B. (Lien vers : II -HEPATITE CHRONIQUE C A - EPIDEMIOLOGIE L hépatite C représente plus de 90% des hépatites virales qualifiées jusqu ici d hépatites non A non B. La fréquence très élevée des formes asymptomatiques et des cas sporadiques rend très difficile l évaluation de la prévalence de l hépatite C, estimée en France entre 350 et cas avec une incidence de l ordre de 20 à nouveaux cas par an. Il s agit d un virus ARN dont au moins 10 génotypes différents et plusieurs sous-types ont déjà été identifiés [ Précision : 1b, 2, 3, sont les plus fréquemment observés en Europe ]. Le génotype et la virémie sont deux facteurs indépendants de réponse au traitement. Le risque de rechute est plus élevé si la charge virale initiale est plus importante. Les réponses thérapeutiques sont moins bonnes avec les génotypes 1 [ Précision : notamment 1b ] qu avec les types 2 et 3. (Lien vers : Ce virus n est en principe pas présent dans les sécrétions vaginales ni dans le sperme mais présent dans le sang et la salive. Sa transmission semble relativement difficile et nécessite contrairement au cas de l hépatite B des concentrations du virus élevées. - Sa prévalence est considérée comme élevée chez : les sujets transfusés avant 1990, les toxicomanes, les hémophiles, les hémodialysés, les transplantés. - Sa prévalence est relativement élevée dans les milieux sociaux-économiques faibles et chez des sujets ayant subi des investigations médico-chirurgicales instrumentales ou une chirurgie lourde. - Sa prévalence est relativement faible chez les homosexuels, de l ordre de 2 à 5% chez les enfants nés de mères porteuses du virus C [ Précision : plus elévée en cas de co-infection VIH ]. La transmission sexuelle semble également très faible voire nulle, en l absence de multipartenariat. Les recommandations de l usage des préservatifs ne paraissent pas indispensables sauf en certaines circonstances [ Précision : plaies génitales, rapports en périodes menstruelles... ]. La transmission inter-humaine au sein des familles est rare mais non exceptionnelle en situation de promiscuité accrue. Il faut fermement recommander l éviction de tout partage des objets de toilette [

5 Précision : ciseaux à ongles, rasoir, brosse à dents... ]. Les piqûres accidentelles sont rarement contaminantes [ Précision : faible charge virale ]. Pour clore ce chapitre épidémiologique, il faut rappeler que plus d un tiers des cas sont aujourd hui des cas dits sporadiques. La notion de porteurs sains [ Précision : ARN VHC positifs à transaminases et histologie normales ] ne doit être retenue qu avec certaines réserves. (Lien vers : B - CLINIQUE Manifestations Hépatiques L hépatite C est dans la majorité des cas asymptomatique. En effet sa forme aigue est silencieuse dans plus de 95% des cas alors que la moitié de ces cas passent à la chronicité. Les circonstances cliniques de découverte les plus banales sont donc représentées par une asthénie et biologiquement par une fluctuation des transaminases avec des chiffres oscillant entre 2 fois et 6 fois la normale. L hépatite C est fréquemment découverte fortuitement à l occasion d un don du sang lors du dépistage systématique effectué par l EFS. Il n a jamais été décrit de forme fulminante d hépatite C sauf en cas d association d hépatite B et d hépatite C. Le risque d évolution cirrhogène des formes chroniques est de l ordre de 20% à 10 ans. Enfin le risque d évolution carcinomateuse sur cirrhose post-hépatitique C est de l ordre de 15 à 20%.

6 Manisfestations Extra-Hépatiques Les formes chroniques d hépatite C plus encore que celles de l hépatite B sont fréquemment associées à des manifestations systémiques variables de caractère auto-immun avec présence d anticorps anti-microsomes [ Abréviation : LKM1 ]. Il s agit essentiellement de : - cryoglobulinémies et éventuellement compliquées de glomérulopathies - dysthyroïdies [ Précision : thyroïdite type Hashimoto ] révélées en fait souvent lors de la mise en route de traitement par l interféron. - syndrome sec - manifestations cutanées telles que lichen plan et de porphyries cutanées tardives - arthralgies rarement de caractère inflammatoire - purpura thrombopénique idiopathique. C - SEROLOGIE De nombreux tests sérologiques ont été développés : - tests ELISA de 1ère, 2ème et 3ème génération. - tests RIBA reconnaissant 4 à 5 fractions protéiques moins souvent utilisés aujourd hui du fait de la grande sensibilité des tests ELISA 3ème génération. - Le test le plus spécifique, le plus sensible mais aussi le plus difficile et le plus coûteux est représenté par la recherche de l ARN du virus C par technique PCR, très au point sur le plan qualitatif et quantitatif. La prescription de la détection de l ARN du VHC doit être particulièrement recommandé dans les situations suivantes : - une hépatite aiguë à sérologies A, B, C, négatives - un test ELISA ou RIBA douteux - chez un patient ayant des anti-vhc et des transaminases normales - chez un enfant de mère VHC positive - chez un patient HIV positif - chez un patient présentant une hépatite chronique B et C négative - devant une hépatite auto-immune - pour évaluer l efficacité d un traitement anti-viral. D - TRAITEMENT Le traitement de l hépatite chronique C reposait jusqu à ces derniers mois essentiellement sur interféron alpha. Actuellement l on y associe un autre anti-viral, la ribavirine. La prescription d un tel traitement nécessite un certain nombre de précautions qui correspondent en fait aux exigences de l AMM aidées par des commissions spécialisées. (Lien vers : Les principaux critères sont : - Transaminases élevées depuis plus de 6 mois - Anti VHC positif [ Précision : deux déterminations ] - PCR de l ARN virus dans le sérum positive - lésions histologiques [ Précision : score Métavir F2 ou F3 ] - patient non déjà traité - patient éthylique sevré - patient non co-infecté par le VIH et/ou par le virus B

7 - absence de contre-indication à l interféron Les principales contre-indications sont représentées par : - hypersensibilité connue à l interféron - hypersensibilité connue à la ribavirine - affection cardiaque sévère - insuffisance rénale chronique - insuffisance médullaire sévère [ Précision : lympho ou thrombopénie ] - ATCD d épilepsie ou d AVC - Cirrhose décompensée - Affections auto-immunes - transplantés sous immunosuppresseurs. - grossesse [ Précision : le ribavirine fait courir un risque est tératogène ]. La ponction biopsie hépatique est indispensable sauf cas particulier [ Précision : hémophiles ]. Cette biopsie hépatique permet de préciser le degré d activité de cette hépatite chronique et de rechercher des signes de cirrhose. La PBF permet d établir un score de gravité prenant en compte 4 paramètres principaux : la nécrose parcellaire +/- en pont, la nécrose intralobulaire, l inflammation portale, et la fibrose par le score de Knodell de 0 à 22 ou le score Métavir A [ Précision : pour l activité ], F [ Précision : pour la fibrose ]. Le bilan pré-thérapeutique comporte : En dehors des critères cliniques [ Précision : âge, poids, TA.. ] et biologiques simples [ Précision : FNS plaquettes VS ], il faut demander : - Un électrocardiogramme à la recherche de troubles du rythme ou d une cardiopathie sévère. - Rechercher l existence d un syndrôme dépressif [ Précision : Plusieurs cas de suicides ont été observés sous traitement interféron ]. - Rechercher une cryoglobulinémie - Pratiquer un bilan thyroïdien avec dosage des hormones thyroïdiennes et des anti-corps antithyroïdiens. Du point de vue biologique, demander: - un bilan hépatique complet : TGO, TGP, gamma GT, phosphatases alcalines, électrophorèse des protides, taux de prothrombine, facteur V. - des tests virologiques: sérologie VHC, génotypage et quantification du virus C circulant, sérologie HBs, sérologie HIV et si nécessaire, sérologie Delta, Herpès... - des tests immunologiques : ACAN, anti-muscles lisses, anti-mitochondries, anti-thyroïdiens - des sérologies parasitaires [ Précision : distomatose, bilharziose, hydatidose ] - un bilan ferrique [ Précision : fer, saturation, férritinémie ] - dosage de l alpha1-antitrypsine et de la céruléoplasmine - dosage de l alpha-fœtoprotéine. - test de grossesse Enfin un sérotypage et une quantification du Virus C circulant. Une grande partie de ces tests visent à éliminer une pathologie associée avant le début du traitement. Le traitement associe l interféron pégylé [ Précision : 1,5 mg/kg/semaine ] ne nécessitant qu une injection par semaine (Viraféron ) en injection sous cutanée en association avec la ribavirine (Rébétol ) 1 g par jour en moyenne [ Précision : 4 à 5 cp/j ]. La durée du traitement est guidée par le génotyope et la charge virale : - génotype 2, 3: 6 mois de traitement - génotype 1: 1 an de traitement Il est primordial d arrêter toute prise de boissons alcoolisées. Les principaux effets secondaires de la bi-thérapie sont : l asthénie, syndrome pseudo-grippal, syndrome dépressif, céphalées, myalgies, insomnie, alopécie, neutropénie, thrombopénie, anémie hémolytique, dysthyroïdie. Les contrôles hématologiques doivent réalisés mensuellement pendant toute la durée du traitement. Les critères d efficacité sont représentés par la normalisation des transaminases et la négativation de l ARN VHC au 3ème mois de traitement. Sur l ensemble des patients traités [ Précision : et n ayant pas eu de traitement préalable ] l éradication virale à long terme [ Précision : indétectable 6 à 12 mois après arrêt du traitement ] est

8 évaluée selon les études [ Précision : génotype 1 ] entre 30% et 65 % [ Précision : génotype 2 et 3 ]. Ce taux chute en cas de cirrhose. Du point de vue histologique, l amélioration des lésions est constatée chaque fois qu il y a normalisation des transaminases et éradication virale. L évolution des manifestations extra-hépatiques est très variable, elles peuvent s aggraver, se stabiliser ou disparaître sous traitement [ Précision : cryoglobulinémies, lichen plan ] et leur évolution est en général plus favorable s il y a éradication virale. Le traitement doit être entrepris avec prudence lors d une dysthyroïdie en normalisant au préalable la fonction thyroïdienne [ Précision : surtout en situation d hyperthyroïdie ] et en mettant en balance, le risque thyroïdien et le bénéfice potentiel du traitement par l interféron [ Précision : âge, activité de l hépatite... ]. Sont considérés comme bons répondeurs, les patients présentant une hépatite chronique de génotype 2 et 3, avec charge virale faible, de sexe féminin, moins de quarante an et avec une fibrose nulle ou absente [ Précision : F0 et F1 ]. Sont considérés comme mauvais répondeurs, les patients HIV positifs, les patients ayant une forte charge virale [ Précision : transfusés ], les patients infectés par un virus de génotype 1. Enfin les patients porteurs de cirrhose post-hépatitique et les patients transplantés sont également considérés comme de mauvais répondeurs. Le développement d un vaccin est confronté pour l instant à de grandes difficultés étant donné la variabilité génétique de ce virus. III- HEPATITE DELTA Le virus delta [ Précision : VHD ] est un virus défectif à ARN qui n est présent que si le sérum est porteur de l AgHBs. La prévalence du VHD est endémique sur le pourtour méditerranéen, épidémique dans certaines populations du monde. L hépatite delta touche les toxicomanes, les homosexuels et les hémophiles qui n ont pas été vaccinés contre le virus B. Dans le cas particulier des hépatites B+Delta la dose d interféron peut être augmentée à 9 millions d unité 3 fois par semaine et prolongée sur 12 mois en fonction de la tolérance clinique et hématologique. HEPATITES VIRALES AIGUES 1- DEFINITION ET ETIOLOGIES Nécrose hépatocytaire aiguë d origine virale, centrolobulaire avec réaction inflammatoire associées ou non à une cholestase. Parmi les différents virus responsables on cite : A, B, C, D, E. Les virus G et TTV viennent d être identifiés. Il existe aussi des virus à tropisme extra-hépatique pouvant être responsables d une hépatite sont les virus de la mononucléose infectieuse [ Précision : fréquent ], le Cytomégalovirus [ Précision : assez fréquent, mais habituellement peu ou pas ictérique ], les virus de l herpès et de la fièvre jaune [ Précision : exceptionnel ]. L incubation est de 15 à 45 jours pour le virus A, de 50 à 150 jours pour le virus B, de 30 à 100 jours pour le virus C, de 15 à 90 jours pour le virus E (Tableau 1).

9 2- CIRCONSTANCES DE DIAGNOSTIC La forme ictérique: Elle est en fait peu fréquente et comporte deux phases. * Phase pré-ictérique [ Précision : 6 jours ] associant un syndrome grippal [ Précision : fièvre modérée, algies diffuses, asthénie ], des troubles digestifs [ Précision : nausées, douleurs épigastriques ou de l hypochondre droit ] voire l association céphalées, arthralgies, éruption cutanée, urticaire [ Précision : ou triade de Caroli ]. Le signe biologique de la phase pré-ictérique est l augmentation des transaminases supérieure à plus de 10 fois la normale. * Phase ictérique [ Précision : 20 jours ] : Les signes cliniques de la phase ictérique de l hépatite virale aiguë bénigne sont l ictère d intensité variable, de type cholestatique avec urines foncées, selles normales ou décolorées, le prurit [ Précision : très inconstant ], auxquels s associent au début les signes de la phase préictérique. Lorsque l ictère s installe, la fièvre disparaît. L ictère dure 2 à 6 semaines, ainsi que l asthénie. La forme anictérique : Elle est fréquente. C est le problème d une asthénie isolée volontiers accompagnée de troubles digestifs d allure banale à type de nausée, d un syndrome dyspeptique, de douleurs de l hypochondre droit. Devant tout tableau traînant de ce type ( embarras gastrique et asthénie ) il faut donc penser à effectuer un dosage des transaminases sériques. La forme asymptomatique : C est la forme la plus fréquente [ Précision : 70 à 90 % des hépatites virales aiguës ]. Les formes avec atteintes extra-hépatiques : Pleuro-péricardite, Polyradiculonévrite Anémie, leucopénie, Thrombopénie, Cryoglobulinémie Pancréatite aiguë, Polyarthrite, Glomérulonéphrite, Vascularite, Thyroïdite.

10 3- LE DIAGNOSTIC POSITIF L interrogatoire est primordial : Il recherche: la notion de contage, d épidémie, de séjour en pays d endémie, des antécédents de transfusions de sang et dérivés, une toxicomanie par voie IV, la notion d exposition professionnelle [ Précision : personnel soignant ], de tatouages, une prise médicamenteuse récente, une toxi-infection alimentaire récente [ Précision : phase invasive du virus de l hépatite A quinze jours avant l ictère ]. Il vérifie également le statut vaccinal vis à vis des virus A et B. L examen clinique juge l intensité de l ictère, l examen hépatique [ Précision : souvent discrète hépatomégalie sensible à la palpation ], les aires ganglionnaires et la rate, la gorge et l examen neurologique [ Précision : conscience, tonus ]. L examen biologique repose sur le dosage sérique des transaminases dont les chiffres sont alors habituellement supérieurs à fois la normale. En cas d ictère, il y a élévation de la bilirubine conjuguée. Une leuconeutropénie avec parfois syndrome mononucléosique ou une plasmocytose sont retrouvés à la FNS. Les marqueurs viraux à demander devant une hépatite aiguë sont en première intention : l IgM anti- VHA, l antigène HBs et l IgM anti-hbc, les anticorps dirigés contre le virus C. Cette connaissance est utile pour prévoir la chronicité éventuelle, déterminer le mode de contamination et évaluer le risque et instaurer la prévention pour l entourage. L antigène HBs et l ADN VHB sont présents bien avant l ictère et disparaissent peu après son début. Les anticorps anti-hbc apparaissent dès le début clinique. Ceux de nature IgM persistent quelques mois, les IgG persistent la vie durant. L anticorps anti-hbs apparaît quelques semaines ou mois après la guérison. La présence d anticorps anti-vha de type IgG traduit une contamination ancienne par le virus. Dans nos pays, cette contamination survient plus tardivement qu il y a quelques années [ Précision : 20 % des sujets de 20 ans sont immunisés ]. On observe donc actuellement des hépatites virales A symptomatiques chez des adultes. Seule la présence d IgM anti-vha permet d affirmer une infection récente. 4- L EVOLUTION

11 Elle est variable en fonction du virus en cause (cf tableau 1), mais l on peut dégager plusieurs formes évolutives classiques: La guérison : A la fois clinique et biologique avec parfois une hyperbilirubinémie indirecte résiduelle, l hépatite aiguë ayant alors révélé une Maladie de Gilbert. Critères de guérison. On peut affirmer la guérison d une hépatite aiguë lorsque les transaminases sont normales et associées à des marqueurs viraux témoignant de la guérison et de l immunité. Après une hépatite A, le malade garde des IgG anti-vha. Après une hépatite B, le malade garde des anticorps anti-hbs, associés à des anticorps anti-hbc et anti- HBe. Après une hépatite C, le malade garde des anticorps anti-vhc mais la PCR du VHC est négative. La prolongation : elle est possible au delà de 20 jours mais d une durée inférieure à 6 mois. Les formes avec rechute La chronicité : Il s agit d une cytolyse persistante au delà de 6 mois après l épisode aiguë. La forme fulminante : Cette forme est rare [ Précision : inférieur ou égal à 1% des hépatites ] mais grave pouvant survenir d emblée ou après 2 à 3 semaines d évolution d une hépatite aiguë a priori banale [ Précision : ictère secondairement aggravé ]. Les signes d alarme à rechercher à la phase précoce de l hépatite sont une encéphalopathie caractérisée par une inversion du rythme du sommeil, un astérixis et un syndrome confusionnel associés à une diminution du taux de prothrombine et du facteur V. Sans traitement, l association d une confusion ou d un coma et d un taux de facteur V en dessous de 30 % est associée à une mortalité de 90 %. La transplantation hépatique en urgence a amélioré de façon importante le pronostic des patients atteints d hépatite fulminante. La survie est de 60 % à 70 % à 5 ans. 5- AUTRES VIRUS RESPONSABLES D HEPATITES AIGUES:

12 - Virus de l hépatite E Il est responsable de l hépatite non-a Non-B Non-C dite épidémique. Sa transmission est entérale. L hépatite E est rencontrée surtout dans les pays du tiers monde mais des cas autochtones peuvent être rencontrés. L évolution est en règle favorable sauf chez la femme enceinte où des hépatites graves sont possibles. Le sérodiagnostic met en évidence la présence d IgG, la PCR sur les selles relève encore de laboratoires spécialisés. - Le virus Epstein Barr, agent de la Mononucléose Infectieuse: La MNI associe typiquement: une angine à fausses membranes avec syndrome grippal, parfois éruptions cutanés. L examen clonique peut retrouver une splénomégalie. A la FNS l on retrouve de grandes cellules hyperbasophiles [ Précision : syndrome mononucléosique ], une cytolyse modérée est souvent présente sans cholestase. Le diagnostic repose sur la sérodiagnostic de Paul Bunnel Davidson et le MNI test. - Le cytomégalovirus Survient volontiers chez un patient immunodéprimé, la sérologie CMV à la recherche d une primo infection [ Précision : IgM ] devra être répétée à 15 jours d intervalle. D autres virus ont tropisme hépatique: Herpès virus, certains Entérovirus et Adénovirus. 6- TRAITEMENT ET PRÉVENTION Précautions à prendre au cours de l hépatite virale aiguë Il n y a pas de traitement spécifique de l hépatite virale aiguë bénigne, il n y a pas non plus de régime, mais certaines précautions sont utiles [ Précision : abstention d alcool et de médicaments ]. - Les patients atteints de formes sévères doivent être hospitalisés pour surveillance et décision de transplantation urgente en cas d aggravation. - En cas d hépatite aiguë C, bien que l interféron n ait pas encore l AMM dans cette indication, un traitement à la dose de 3 millions d unités [ Abréviation : MU ] 3 fois par semaine pendant 3 à 6 mois diminue le risque d évolution vers la chronicité. Les hépatites virales sont des maladies à déclaration obligatoire. Elles sont considérées comme des maladies professionnelles dans les professions de santé. PREVENTION DES HEPATITES : VACCINATION - Hépatite A: conseillée pour séjour en pays d endémie: 1 injection avec rappel à 6 mois (Havrix : adulte 1440, enfant 720 ou Avaxim ) - Hépatite B: - Engerix B (10: pour nourrissons et enfants, 20 pour adultes) injection sous-cutanée. - GenHevac B, injection intra-musculaire - HBVAX [ Précision : 5 avant 15 ans 10 après 15 ans ]. Indications de la vaccination contre le virus B Deux injections à un mois d intervalle puis rappel à un 6 mois ou à un an ; L on effectue pas d autres rappels ultérieurs sauf si le taux d anticorps est inférieur à 10 U/l (à vérifier si vacciné après 25 ans) Les Sujets exposés sont : personnel médical et paramédical, entourage d un patient infecté par le virus B, dialysés, vie en institution ou en collectivité en âge pré-scolaire, toxicomane, partenaires multiples, voyageurs et résidents en zone de moyenne et forte endémie. Devant une contamination récente par du sang infecté par le virus B, il faut : demander si possible une recherche d antigène HBs et d anticorps anti-hbs en urgence

13 sans délai, procéder à une vaccination contre l hépatite B et à l administration d immunoglobulines anti-hbs. Devant une contamination récente par du sang d un sujet porteur du virus C : Il faut vérifier la sérologie C chez le sujet contaminant et le contaminé. En cas de positivité du contaminant, surveiller les transaminases à 2, 4, 6, 8 semaines, 3, 4, 5, et 6 mois, la PCR C à 2 mois et la sérologie C à 3 et 6 mois. Contamination mère-enfant La recherche de l antigène HBs fait partie du bilan proposé à la femme enceinte à partir du 6e mois de grossesse. Si l AgHBs est présent, il faut injecter au nouveau-né dans les 12 heures suivant l accouchement des immunoglobulines spécifiques à répéter 1 mois plus tard et y associer la vaccination [ Précision : 0, 1, 2, 12 mois ]. Il faut savoir que les virus B et C n entraînent ni fœtopathie ni embryopathie.

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

LES HEPATITES VIRALES

LES HEPATITES VIRALES LES HEPATITES VIRALES Infect virales atteignant préférentiellement le foie avec lés inflammatoires, altérat hépatocytaire (cytolsye hépatique) et élévat des transaminases. Etiolo gie Transm ission Contam

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006

Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 Hépatites virales. Anomalies biologiques chez un sujet asymptomatique (83) A. Gerolami Janvier 2006 1. Hépatites virales : étude clinique 1.1. Hépatite aiguë 1.1.1. Forme typique C est la forme clinique

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Généralités... 1 1. 1 Diagnostic... 1 1. 2 Conduite

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

1. Différentes hépatites/ différents traitements

1. Différentes hépatites/ différents traitements III. Traitements 55 1. Différentes hépatites/ différents traitements Se faire soigner 1.1 Traitements des hépatites virales D après les expériences pratiques et la littérature scientifique, le traitement

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Hépatite. du dépistage au traitement. Questions et réponses. L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients

Hépatite. du dépistage au traitement. Questions et réponses. L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients DOCUMENT À L USAGE DES PATIENTS Également disponible : L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients (document à l usage des professionnels de santé) Document édité et diffusé

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C Réunion Tunisienne de Consensus Organisée par La Société Tunisienne de Gastro-entérologie Sous l égide de La Société Tunisienne des Sciences Médicales Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales Philippe Sogni Hépato-gatroentérologie gatroentérologie,, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Paris 5 Sogni 1 Hépatite chronique C Sogni 2 Prévalence en France des Ac..

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite : l essentiel en bref Qu est-ce que l hépatite et quelles sont les conséquences de cette maladie? L hépatite est une inflammation du foie, dont

Plus en détail

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1)

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 PEGASYS 180 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 359 960 6 0) 1 stylo pré-rempli de 0,5

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Clinique : o Diagnostic d'une ascite PCEM2 o Insuffisance hépatocellulaire PCEM2

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE Stratégies de biologique des hépatites virales B et C Argumentaire Mars 2011 L argumentaire scientifique de cette évaluation en santé publique est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Stratégie de dépistage des Hépatites virales B et C Apport des tests rapides. Dr. LAGATHU Gisèle Laboratoire de Virologie CHU Pontchaillou

Stratégie de dépistage des Hépatites virales B et C Apport des tests rapides. Dr. LAGATHU Gisèle Laboratoire de Virologie CHU Pontchaillou Stratégie de dépistage des Hépatites virales B et C Apport des tests rapides Dr. LAGATHU Gisèle Laboratoire de Virologie CHU Pontchaillou Journée du 13 décembre 2012 Virus de l Hépatite B Historique Blumberg

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 -

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 - - 1 - Prise de position de l'association Française pour l'etude du Foie (AFEF) sur les trithérapies (Peg-IFN + ribavirine + inhibiteur de protéase) dans la prise en charge des malades atteints d'hépatite

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C Marie-Laure Chaix Virologie Necker OUTILS DIAGNOSTIQUES VHC Transaminases Recherche des Anticorps! Tests indirects - Anticorps! ELISA! RIBA

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

Hépatite B. Risques, prévention et traitement. Prof. Dr méd. Stefan Zeuzem. European Liver Patients Association

Hépatite B. Risques, prévention et traitement. Prof. Dr méd. Stefan Zeuzem. European Liver Patients Association Prof. Dr méd. Stefan Zeuzem Hépatite B Risques, prévention et traitement European Liver Patients Association F. De Renesselaan, 57 B - 3800 Sint-Truiden, Belgium email: contact@elpa-info.org Chère patiente,

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD)

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Juin 2014 Ce rapport est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne?

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne? HépatiteC n 4 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Pourquoi faut-il que je me soigne? Sommaire ( Pourquoi faut-il que je me soigne? 1 2 3 Le virus qui m a infecté : un ennemi pour mon foie L

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Comité d organisation

Comité d organisation Workshop Comité d organisation Khadija Akarid Abdelkrim Benbouzid Abdellah Badou Nadia Bouhaddioui Zakaria Chraïbi Hassan Fellah Jamal Hafid Fouad Seghrouchni Faculté polydisciplinaire de Safi Laboratoire

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble Définition d un AES Sang ou liquide biologique potentiellement contaminant Sécrétions vaginales / sperme

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Dépistage prénatal de l hépatite B

Dépistage prénatal de l hépatite B RAPPORT D ORIENTATION Dépistage prénatal de l hépatite B Pertinence des modalités actuelles de réalisation ARGUMENTAIRE Octobre 2009 1 Les recommandations et la synthèse de cette évaluation sont téléchargeables

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON

Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON 20-14 Vaccinations - Rédaction Dr BOUTON Chaque personnel navigant est responsable de la mise à jour des ses vaccins. 1 - VACCINATION OBLIGATOIRE La vaccination contre la fièvre jaune (vaccination anti-amarile)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

L hépatite C. 50 questions et réponses. Dr. med. Daniel Lavanchy, PD Dr. med. Andrea De Gottardi, Prof. Dr. med. Andreas Cerny

L hépatite C. 50 questions et réponses. Dr. med. Daniel Lavanchy, PD Dr. med. Andrea De Gottardi, Prof. Dr. med. Andreas Cerny L hépatite C 50 questions et réponses Dr. med. Daniel Lavanchy, PD Dr. med. Andrea De Gottardi, Prof. Dr. med. Andreas Cerny A qui s adresse cette brochure? Cette brochure est destinée aux personnes souffrant

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales IFMT Séminaire hépatites mai 2006. IFMT-MS-Sémin Hépatites-2006 1 Principes de base 1. Hépatites aigues : on ne traite pas! (VHA, VHE, VHB aigue) aucun traitement n a fait

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Virus de l hépatite C

Virus de l hépatite C Virus de l hépatite C Dr Dominique Bettinger Laboratoire de Virologie CHU Saint Jacques Besançon Le 17 Avril 2004 Historique La transfusion en masse a été à l origine de nbreuses hépatites post-transfusionnelles

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Conférence de consensus Traitement de l hépatite C

Conférence de consensus Traitement de l hépatite C Sociétés savantes copromotrices Avec la participation de FEDERATION NATIONALE DES POLES DE REFERENCES ET RESEAUX HEPATITES Conférence de consensus Traitement de l hépatite C Mercredi 27 et jeudi 28 février

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

D o s s i e r. d u C N H I M. Vaccin combiné contre l hépatite A et l hépatite B. Nutrition parentérale 1 - Généralités

D o s s i e r. d u C N H I M. Vaccin combiné contre l hépatite A et l hépatite B. Nutrition parentérale 1 - Généralités D o s s i e r d u C N H I M Revue d évaluation sur le médicament Publication bimestrielle 1999, XX, 2 SOMMAIRE Le point sur Vaccin combiné contre l hépatite A et l hépatite B 1999, XX,2 Fiche Nutrition

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Mon traitement n a pas marché.

Mon traitement n a pas marché. tirer profit des différents traitements et soins disponibles être hépatant 13 Mon traitement n a pas marché. Que faire? Nous voulons informer sur l hépatite C, lutter pour une meilleure prise en charge

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail