1. Différentes hépatites/ différents traitements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Différentes hépatites/ différents traitements"

Transcription

1 III. Traitements 55

2 1. Différentes hépatites/ différents traitements Se faire soigner 1.1 Traitements des hépatites virales D après les expériences pratiques et la littérature scientifique, le traitement des hépatites virales a les mêmes chances de succès chez les patients toxicodépendants que chez les autres patients. Ce genre de traitement devrait toutefois être réalisé par des médecins ou des établissements médicalisés maîtrisant à la fois le domaine des dépendances et celui des hépatites virales (équipes interdisciplinaires). Le travail de réseau entre les différents spécialistes concernés est fondamental. Le traitement médicamenteux d une hépatite virale n est envisageable que chez les patients présentant une stabilité physique, psychique et sociale suffisante pour garantir une adhérence optimale. Le risque de réexposition au VHC ou à des substances nocives pour le foie (surtout l alcool) est accru chez les patients instables. Le sevrage et la période qui le suit sont en général considérés comme phases instables durant lesquelles l indication au traitement d une hépatite chronique doit être soigneusement soupesée. En revanche, le traitement d une hépatite chronique en cours de traitement substitutif stabilisé, en ambulatoire ou lors d un séjour résidentiel ou carcéral est envisageable dans bon nombre de cas. Chez l adulte, le risque de chronicité de l hépatite C est de 80 % environ. De plus, chez les personnes toxicodépendantes, la prévalence de l hépatite C est élevée (entre 60-80%). De ce fait, parmi l ensemble des hépatites, le traitement de l hépatite C chronique tient une place prédominante chez les toxicomanes. Il a un certain nombre de contre-indications et d effets secondaires. Abstraction faite des facteurs individuels, les chances de succès en cas de traitement correctement mené se situent entre 50% et 90%, en fonction du génotype du virus de l hépatite C ( chapitre III.1.5). Le génotype détermine également la durée du traitement médicamenteux : de 24 ou de 48 semaines chez les patients VIH négatifs. En cas d hépatite B, le risque de faire une atteinte chronique est beaucoup plus faible, de l ordre de 10 % environ chez l adulte. Les chances de succès d un traitement sont également plus faibles. Le traitement ayant des contre-indications et des effets secondaires, l indication doit être discutée avec des spécialistes. Comme le virus de l hépatite D n apparaît qu en concomitance avec le virus de l hépatite B, ces deux types viraux font l objet des mêmes directives de traitement. Les hépatites A et E guérissent toujours et n évoluent jamais vers une forme chronique. Aucun traitement médicamenteux n est donc requis. 1.2 Hépatite A et E 56 Il n y a pas de forme chronique. Pendant la phase aiguë, aucun traitement antiviral n est requis. Un traitement pour les symptômes qui peuvent accompagner l hépatite (nausées, etc.) peut être nécessaire. Il doit toutefois être prescrit après examen médical. Pendant cette phase, si le patient constate qu il saigne plus facilement, par exemple en se brossant les dents, il convient de l adresser à son médecin traitant pour contrôler les facteurs de coagulation. Ces derniers étant en partie synthétisés par le foie, ils peu-

3 vent manquer si l hépatite est importante. Il n y a pas de restrictions sur le plan alimentaire. La personne devrait toutefois éviter les repas lourds et gras et ne manger que ce qui lui fait envie. Après la phase aiguë, qui peut induire une fatigue transitoire importante, une période de convalescence est indiquée. Ensuite, la vie peut reprendre comme avant. Il n y a pas de restriction alimentaire, l exercice physique peut reprendre normalement. En cas d hépatite A à évolution grave (hépatite fulminante), une transplantation peut être nécessaire. 1.3 Hépatite B (et D) aiguë Chez la plupart des adultes atteints d une hépatite B aiguë, la maladie guérit sans complications. Ils ne nécessitent donc aucun traitement médicamenteux. Dans le cas (rare) d une hépatite B aiguë à évolution grave (hépatite fulminante) avec une atteinte importante de la fonction hépatique, le patient doit être hospitalisé. Une transplantation est parfois nécessaire. 1.4 Hépatite B (et D) chronique Comme le virus de l hépatite D n apparaît qu en concomitance avec le virus de l hépatite B, ces deux types viraux font l objet des mêmes directives de traitement. La décision de traitement de l hépatite virale B chronique repose sur : L activité du virus L importance de l atteinte hépatique L âge du patient Le taux probable de réponse au traitement Les éventuels effets secondaires Ce sont surtout les patients avec des valeurs hépatiques perturbées (plus de deux fois la norme supérieure) et une atteinte hépatique en cours de progression ou avancée (fibrose, cirrhose) qui bénéficient du traitement. Il existe deux types d atteintes chroniques : Multiplication (réplication) virale importante, caractérisée par la présence de certains marqueurs (Ag HBs et Ag HBe positifs). Les dégâts à long terme et les risques de transmission sont plus importants. Multiplication virale plus faible (Ag HBs positif, Ag HBe négatif, Ac anti-hbe positifs). En ce qui concerne les contre-indications et en cas de traitement de patients souffrant d une dépendance, les principes à suivre sont les mêmes que pour le traitement d une hépatite C chronique (voir plus bas). Le traitement est en général : antiviral (analogue nucléosidique ou nucléotidique) ou injections d Interféron pégylé. L adhérence au traitement est très importante en raison du risque relativement élevé de développer des résistances aux antiviraux, requérant alors l adjonction de médicaments supplémentaires de cette classe. Le traitement dure entre 6 mois minimum et plusieurs années. L élimination virale avec la formation d anticorps anti-hbs (séroconversion HBs) n a été obtenue qu avec l interféron. 57

4 Le traitement permet de limiter la réplication virale, de réduire les perturbations hépatiques mesurées au niveau sanguin et de passer de la forme de réplication importante à celle de réplication faible, mais rarement (<10%) de guérir l hépatite B chronique. L indication est posée par les spécialistes (hépatologue ou infectiologue). Transplantation hépatique En cas de cirrhose avancée, la transplantation hépatique permet également d obtenir de bons résultats, mais une prophylaxie médicamenteuse associant un antiviral et une immunisation passive régulière avec des anticorps de l hépatite B sera nécessaire à vie pour empêcher une nouvelle apparition de la maladie (récidive). Mode de vie Il est recommandé d adopter une alimentation équilibrée et de réduire autant que possible la consommation d alcool. En ce qui concerne l activité physique, il n y a pratiquement pas de restrictions, tant du point de vue professionnel que sportif. A l inverse, rien n indique qu une activité physique améliore de manière décisive l évolution de la maladie. 1.5 Hépatite C Hépatite C aiguë L hépatite C aiguë est en général découverte fortuitement, car elle se présente le plus souvent de manière asymptomatique. Une hépatite C aiguë symptomatique guérit spontanément dans environ 50% des cas, c est-à-dire que la virémie (ARN du VHC) n est plus détectable après 6 mois. Ce taux de guérison spontanée est inférieur en cas d hépatite C aiguë asymptomatique (env. 30%). L hépatite C aiguë répond très bien à un traitement d interféron alpha. Il faut attendre 3 mois avant de l envisager. Son indication est posée par un centre spécialisé. Hépatite C chronique Les décès causés par les maladies du foie sont en augmentation chez les usagers de drogues. L hépatite C jouant un rôle important en ce sens, il est absolument nécessaire de faire des investigations et de considérer le traitement chez chaque usager infecté. L objectif essentiel du traitement consiste à éliminer les virus de l hépatite C afin d empêcher la destruction progressive du foie et d améliorer la qualité de vie. Quatre génotypes prédominent en Europe de l Ouest (génotypes 1 4). Outre la charge virale, les sous-groupes de virus influencent les résultats de traitement, le choix du traitement et les examens de suivi. Au vu des données actuelles, les taux de guérison s élèvent à 70 90% pour les génotypes 2 et 3 et 50% pour le génotype 1. Pour quelques génotype 4, un peu plus de 50%. 1.6 Adhérence des consommateurs de drogues 58 Une adhérence satisfaisante est un élément primordial pour le traitement de l hépatite (et du VIH). Par adhérence, on entend l aptitude, et du médecin et du patient, à s engager pour des objectifs thérapeutiques définis en commun. Dans le cas de l hépatite C, il s agit des rendez-vous de contrôle réguliers durant et après le traitement, des injections hebdomadaires et de la prise des médicaments prescrits. L adhérence des usagers de drogues peut être diminuée en cas de co-morbidités psychiques ou sous l influence de psychotropes. La possibilité de réunir en un seul lieu le suivi psychosocial et l ensemble des soins, y compris somatiques, améliore l adhérence, et pas seulement pour le

5 traitement de l hépatite C. Plus le nombre d institutions ou de cabinets dans lesquels le patient doit se rendre est élevé, plus le risque de rendez-vous manqués ou d interruptions de traitement est important. Un encadrement rapproché et intensif peut également avoir un effet favorable sur l adhérence. Le contexte de la substitution aux opioïdes est idéal pour mener le traitement de l hépatite C. En cas de dépendance à l héroïne, le traitement de l hépatite C doit être le plus souvent possible couplé à la substitution ou au traitement à l héroïne. La remise des médicaments pour l hépatite se fait au moment des passages journaliers pour la prise de la substitution. Il est ainsi aisé de revoir un patient qui aurait manqué un rendez-vous de suivi pour l hépatite C. Il peut être nécessaire d augmenter temporairement la dose de méthadone ou d héroïne en cours de traitement contre l hépatite C. Une co-infection au VHB ou au VIH n exclut pas un traitement, même chez les patients sous traitement de substitution aux opioïdes. Le traitement des patients co-infectés est plus compliqué et dure plus longtemps. Il relève de la compétence d un centre ou d un cabinet spécialisé. Traitements médicamenteux et effets secondaires 1.7 Hépatite B (et D) chronique L indication pour le traitement d une hépatite B chronique ne devrait être posée que par des centres spécialisés, car de nombreux facteurs entrent en ligne de compte. Le but du traitement antiviral est de supprimer de manière durable le virus de l hépatite B et de normaliser les valeurs hépatiques. Ces dernières jouent un rôle important dans le choix du traitement. Une biopsie hépatique n est pas absolument nécessaire. Les médicaments suivants sont disponibles : lamivudine (Zeffix), telbivudine (Sebivo), entecavir (Baraclude), tous des analogues nucléosidiques ; adefovir (Hepsera), un analogue nucléotidique et interféron pégylé (Pegasys, Pegintron). Il existe des distinctions importantes en fonction de la forme évolutive de l hépatite : Hépatite B chronique antigène HBe positif La présence de l Ag HBe (HBe positif) témoigne d une réplication virale importante. Le choix préférentiel est déterminé par l hépatologue ou l infectiologue en fonction des transaminases. Il existe trois cas de figure : Transaminases plus de 5 fois supérieures à la norme supérieure, absence de contreindication ( chapitre III.1.4) et prévision d une bonne adhérence : l interféron pégylé durant plus de six mois est alors le premier choix. L alternative est adefovir ou entecavir. Transaminases entre 2 à 5 fois supérieures à la norme supérieure : le traitement de lamivudine est indiqué. Il se prolonge jusqu à six mois au-delà de la séroconversion de l antigène HBe ou jusqu à l apparition de résistances. Adefovir, entecavir et l interféron pégylé sont des alternatives. En cas de transaminases inférieures au double de la norme supérieure, aucun traitement n est en général débuté. 59

6 Hépatite B chronique antigène HBe négatif Chez les patients avec des transaminases supérieures au double de la norme supérieure, la lamivudine est préférée. Elle se prolonge jusqu à 12 mois au-delà de la disparition de l ADN HBV ou jusqu à l apparition de résistances. Adefovir, entecavir ou l interféron pégylé sont des alternatives. Les patients avec des transaminases plus basses ne sont en général pas traités. Antigène HBs inactif Chez ces patients, la charge virale est très faible, voire négative. Les transaminases sont dans les limites de la norme et l atteinte hépatique à la biopsie est minimale. Le pronostic est généralement bon et le traitement n est pas indiqué. Traitement Une adhérence élevée est fondamentale pour la réussite du traitement, en particulier pour empêcher l apparition de résistances précoces. Interféron pégylé L interféron est une protéine physiologique naturelle qui active les défenses de l organisme et empêche ainsi la multiplication des virus. La réponse immunitaire du corps est donc renforcée. L interféron pégylé est un interféron dont la molécule d origine a été couplée à une chaîne latérale de polyéthylène glycol, ce qui ralentit sa vitesse de diffusion et d élimination dans l organisme, de sorte qu une seule injection par semaine suffit. L interféron pégylé présente un taux de succès plus important et a moins d effets secondaires que l interféron classique. La guérison (éradication virale) de l hépatite B chronique est rare (< 5%). Elle s observe par la séroconversion Ag HBs/anti-HBs. Il est toutefois indispensable que le traitement soit instauré avant l apparition d une cirrhose. Lamivudine/adéfovir/telbivudin/entecavir/tenofovir Ces anti-viraux sont des substances chimiques de structure très semblable à celle des séquences du matériel génétique viral. Dès lors, le virus confond ces substances avec ses séquences génétiques d origine, mais à la différence de celles-ci, il ne peut plus se multiplier après avoir intégré un analogue nucléosidique ou nucléotidique. Ces médicaments sont très efficaces, bien tolérés et peuvent être administrés sous forme de comprimés, contrairement à l interféron. Mais, du fait de la longueur des traitements, ils ont tendance à perdre de leur efficacité au fil des ans, suite au développement plus ou moins rapide d une résistance. Cette dernière dépend du médicament lui-même et de facteurs individuels. Les risques de résistance et les avantages doivent être soupesés avec soin. En cas de résistance, les thérapies combinées sont nécessaires. L introduction de traitements combinés (une approche analogue à celle du VIH) dès le début du traitement est actuellement discutée. Effets secondaires La lamivudine est en règle générale bien tolérée. L entacavir demande une surveillance des fonctions rénales. L adéfovir peut causer des symptômes digestifs (nausées, diarrhées). Pour les effets secondaires de l interféron, voir chapitres suivants décrivant le traitement pour l hépatite C chronique. 60

7 Contrôles durant le traitement Durant le traitement pour l hépatite B, des analyses de laboratoire régulières sont nécessaires. Un contrôle trimestriel des transaminases est recommandé lors d un traitement analogue nucléosidique/nucléotidique. De même, pour un contrôle de la virémie semestriel. Durant le traitement par l interféron pégylé des contrôles supplémentaires de la formule sanguine et des valeurs hépatiques doivent être régulièrement effectués. Il est recommandé durant le premier mois, de les faire toutes les deux semaines. Et ensuite, toutes les quatre semaines. De plus, des contrôles de la tyroïde doivent être effectués tous les 3 mois. 1.8 Hépatite C chronique Indication au traitement L indication au traitement est en constante évolution et discussion par les spécialistes. A ce jour, la décision de traiter l hépatite C se fonde sur les critères suivants : 1) Présence du virus de l hépatite C dans le sang (virémie positive) e t atteinte hépatique avec fibrose portale et septale (score Métavir=F2), indépendamment du degré d inflammation associée o u virémie VHC positive avec génotype 2 et 3 et transaminases perturbées o u si le patient souhaite être traité et/ou que l indication repose sur des manifestations extra-hépatiques (on peut dans ce cas également renoncer à la biopsie). 2) Absence de contre-indication au traitement, c est-à-dire : dépression ou psychose décompensée affections cardio-pulmonaires ou neurologiques avancées maladie auto-immune maladie préexistante maligne (sauf sous rémission prolongée) anémie grave (<10g/dl) indices d une maladie hépatique avancée/décompensée consommation non contrôlée d alcool ou de drogues par voie intraveineuse) Il faut également renoncer à tout traitement s il y a un désir d enfant dans un proche avenir, car la Ribavirine présente un risque de malformation fœtale (cf. Effets indésirables). Certaines des contre-indications citées sont relatives (anémie, abus ou dépendance à l alcool, diabète, consommation de drogues en injection), car elles peuvent être traitées ou stabilisées avant d envisager le traitement de l hépatite C chronique (Informations en cas de consommation par voie intraveineuse ou nasale). 3) Demande et consentement éclairé du patient. Le patient a été informé en détail sur les chances de succès du traitement, sur les effets secondaires potentiels et les risques de progression de la maladie en cas d arrêt du traitement et maintient sa demande de traitement. 4) Adhérence du patient (pour suivre le traitement et les rendez-vous de contrôles réguliers) et modalités de remise du traitement (voir suivi thérapeutique et adhérence des usagers de substances). La prise régulière de la médication pendant toute la durée du traitement (6 à 12 mois chez les patients VIH négatifs) est indispensable pour sa réussite. L expérience montre qu il peut être difficile de prendre régulièrement une médication pendant une période aussi longue. La réussite du traitement dé- 61

8 pend dans une large mesure des relations de confiance qui s instaurent entre le patient et le médecin, en particulier lorsqu il s agit de traverser des phases plus délicates (envie d arrêter à cause de la fatigue induite par le traitement par exemple). Il est recommandé, si possible, de combiner le traitement contre l hépatite C avec le traitement de substitution. Souvent, il est judicieux d augmenter temporairement les doses de méthadone ou d héroïne. Il est contre-indiqué d effectuer ce type de traitement durant une cure de désintoxication ou moins de 6 mois après, à cause des risques élevés de rechute. Personnes en milieu fermé : résidentiels et prisons. Le traitement de l hépatite C est possible dans ces contextes. L adhérence est même facilitée dans un tel environnement. En revanche, des précautions particulières sont absolument nécessaires pour éviter une rupture du traitement lors de la sortie. Traitement Le traitement actuel de l hépatite C chronique repose sur l association d interféron pégylé et de Ribavirine. L interféron pégylé est injecté en sous-cutané une fois par semaine, soit par un professionnel, soit par le patient formé à ce geste. Les comprimés de Ribavirine doivent être avalés deux fois par jour à 12h d intervalle, avec les repas. Il existe deux types d interféron pégylé sur le marché (interféron pégylé alpha2a et interféron pégylé alpha2b). Il n existe actuellement aucune étude comparative directe pour ces deux options et le choix s opère selon des critères individuels, le mode d administration (le type de seringue n est pas le même pour les deux médicaments) et les coûts. Posologie Interféron pégylé alpha2a Génotypes 1 et 4 (durée de traitement de 48 semaines) : 180µg interféron pégylé alpha2a sc Ribavirine 5 ou 6 x 200mg (selon poids corporel, < ou > 75kg) Génotypes 2 et 3 (durée de traitement de 24 semaines) : 180µg interféron pégylé alpha2a sc Ribavirine 4 ou 5 x 200mg (selon poids corporel < ou > 75 kg) Ribavirine 5 x 200mg > 75kg Interféron pégylé alpha2b La dose est adaptée au poids corporel : Interféron 1,5µg/kg une fois par semaine, durant 48 semaines. Ribavirine : < 65kg : 800mg/jour (2 cp matin et soir) 65-85kg : 1000mg/jour (2 cp le matin, 3 cp le soir) > 85kg : 1200mg/jour (3 cp matin et soir) Génotypes 1 et 4, durée de 48 semaines. Génotypes 2 et 3, durée de 24 semaines. 62

9 Durée du traitement Le génotype et la charge virale déterminent la durée du traitement : de 24 à 48 semaines chez les personnes VIH négatives. La charge virale (virémie, ARN du VHC) est mesurée au début du traitement, après un mois, trois mois et à la fin du traitement (voir aussi Suivi thérapeutique). Trois cas de figure sont possibles : traitement achevé, traitement à interrompre en l absence de résultats, traitement à poursuivre. Génotypes 1 et 4 : 48 semaines en général. Si la charge virale n est pas négative à 3 mois ou n a pas baissé d au moins 2 log (d au moins 100 fois), le traitement est interrompu, car les chances de réussite sont trop faibles par rapport aux risques (effets secondaires). Génotypes 2 et 3 : 24 semaines en cas de faible virémie. En cas de virémie élevée et de non réponse virale à la 24 ème semaine, le traitement dure 48 semaines. Le dosage de la virémie à un et trois mois n est pas indispensable, mais il sert à soutenir la motivation des patients qui en ont souvent besoin en raison des effets secondaires du traitement. Une virémie négative déjà après un mois de traitement est en effet un très bon indicateur de la chance de réussite pour autant que le patient prenne bien sa médication pendant toute la durée du traitement. Suivi thérapeutique pendant le traitement Les prises de sang sont hebdomadaires pendant les 8 premières semaines, puis définies selon l évolution, mais au minimum une fois par mois : Fonctions hépatiques (ALAT, bilirubine, etc.), toutes les deux semaines durant le premier mois et ensuite mensuellement. La fonction thyroïdienne (dosage de la TSH) tous les 3 mois. Dosage de la virémie (ARN du VHC) après un mois et trois mois (voir Durée du traitement) et pour les génotypes 1 et 4, un contrôle supplémentaire après 6 mois de traitement. Si à la 4 ème semaine, le taux de virémie n est plus significatif, alors un raccourcissement de la thérapie peut être discuté. Si à la 12 ème semaine, le taux de virémie n a pas diminué de plus de 2 log, le traitement peut être interrompu, car les chances de guérison sont très minces. A la 24 ème semaine, pour les génotypes 1 et 4, poursuivre le traitement uniquement si le ARN VHC n est plus décelable. Suivi après le traitement En cas de traitement mené à terme avec succès : Doser la virémie (ARN VHC) et les fonctions hépatiques (ALAT) 6 mois après l arrêt du traitement. Contrôle de l hémogramme et des éventuelles autres anomalies sanguines (TSH) 3 et 6 mois après l arrêt du traitement ou jusqu à normalisation. Chances de succès Le traitement est considéré comme réussi et le patient déclaré guéri de son hépatite C chronique, si la virémie (ARN VHC) reste négative 6 mois après l arrêt du traitement. En général, les transaminases (ALAT, ASAT) sont aussi dans les limites de la norme à ce moment. Dans la mesure où elles peuvent être modifiées par d autres facteurs, ce n est pas un critère d échec du traitement si elles sont anormales lors de ce contrôle. Les chances de succès se situent entre 50-90% selon le génotype, les génotypes 2 et 3 se caractérisant par une meilleure réponse au traitement. 63

10 Le taux de rechute après un traitement réussi (réponse soutenue à 6 mois après la fin du traitement) est de 1 à 2% dans les 2 années suivant la fin du traitement (récidive tardive). En cas d échec thérapeutique, un traitement ultérieur ne semble pas présenter d inconvénients et le patient garde toutes ses chances de guérison. Traitements courts En cas de virémie négative après seulement quatre semaines de traitement, ce dernier peut être raccourci dans certains cas à 16 semaines pour les génotypes 2 et 3 et à 24 semaines pour le génotype 1. Des conditions suivantes sont nécessaires : virémie faible (< IU/ml) avant le début du traitement absence de cirrhose baisse de la Ribavirine en cours de traitement bonne adhérence Il est recommandé de poursuivre un traitement se déroulant sans problèmes pour toute la durée prévue, les résultats étant les meilleurs dans ces conditions. Le traitement court est envisageable lorsque les conditions nommées ci-dessus sont réunies et que des effets secondaires importants apparaissent. Effets indésirables La nature et la gravité des effets secondaires varient selon les individus. Les principaux effets secondaires se manifestent au début du traitement, c est-à-dire dans les quatre à six premières semaines, puis peuvent régresser progressivement. 64 Sur le plan somatique Syndrome pseudo-grippal : apparaît dans les heures, voire les jours (en cas d interféron pégylé) qui suivent l injection. Symptômes : fièvre, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires et articulaires. Ces symptômes peuvent être traités par la prise d un anti-douleur (paracétamol, 500mg 2 4 cp/j). Fatigue : très fréquente. Elle peut diminuer en cours de traitement, mais ne disparaît qu après l arrêt du traitement. Nausées : souvent présentes en début de traitement (Ribavirine). En cas de persistance, un traitement symptomatique peut être prescrit. Inappétence et perte de poids. Baisse de la libido. Chute ou raréfaction des cheveux. Atteintes cutanées : sécheresse de la peau, parfois compliquée d un eczéma avec démangeaisons. Elle peut être évitée si les patients prennent la peine dès le début du traitement de se mettre tous les jours de la crème ou de la lotion nourrissante. Il faut insister pour cela dès le début du traitement en particulier chez les hommes qui n ont en général pas l habitude de ce genre de soins. Ces effets indésirables régressent lorsque la médication est interrompue. Le traitement peut réactiver un psoriasis. Hyperthyroïdie ou hypothyroïdie (rare). Il faut en général introduire un traitement qui est bien supporté et ne contre-indique pas la poursuite du traitement de l hépatite C. Souvent, ce traitement peut être arrêté quelques mois après l arrêt de la thérapie pour l hépatite C. Dans la mesure où le traitement peut entraîner des désagréments pouvant affecter sa qualité de vie, il est indispensable que le patient en soit préalablement informé par son médecin traitant afin qu il fasse un choix éclairé et qu il puisse discuter en cours de traitement de tout problème qui pourrait survenir. Maladies dites auto-immunes (rares).

11 La Ribavirine peut provoquer des malformations fœtales et modifier le sperme. Pendant le traitement et au cours des six mois qui suivent, les hommes et les femmes doivent absolument éviter de concevoir un enfant. Une double contraception fiable et prise adéquatement est donc indispensable pendant toute la durée du traitement et au cours des six mois suivant son arrêt. Sur le plan sanguin Le traitement de l hépatite C a des effets secondaires au niveau sanguin, d où la nécessité des prises de sang régulières. Effets lié à l Interféron Leucopénie : baisse du nombre des globules blancs (impliquées dans la réponse immunitaire contre les infections). Thrombocytopénie : baisse des thrombocytes et des plaquettes (impliquées dans l arrêt des hémorragies). Ces baisses sont doses dépendantes et peuvent donc être corrigées en diminuant la dose d Interféron selon leur degré. Effet lié à la Ribavirine Baisse du taux d hémoglobine, voire d anémie en dessous d une certaine limite. L anémie peut occasionner une fatigue et de la peine à respirer notamment lors des efforts. Cet effet dépend de la dose prescrite. Selon son importance, la dose de Ribavirine doit être diminuée. Cependant, la baisse des doses d interféron et/ou de Ribavirine peut diminuer l efficacité du traitement. Dans certains cas, le médecin peut décider de prescrire un traitement qui stimule la production de globules blancs et/ou de globules rouges (EPO ou érythropoïétine). Leur prescription doit être justifiée auprès du médecin conseil de l assurance maladie pour être pris en charge. Sur le plan psychique Aussi bien durant l infection par l hépatite C que durant son traitement, il existe le risque de développer une maladie psychique. Différentes études montrent une prévalence élevée de troubles dépressifs (environ 22-28% des personnes contaminées) et d angoisses (chez 10-25%) lorsque la maladie n est pas traitée. On observe souvent des comportements à risque plus élevés chez les personnes présentant les troubles de la personnalité précédemment cités. Les différents troubles psychiatriques peuvent influencer sensiblement le développement et le traitement de l hépatite C. Il est également important de prendre en compte la co-morbidité psychiatrique des patients. La prise de l interféron peut avoir des effets secondaires neuropsychiatriques. Ils peuvent induire une réduction des doses et même un arrêt du traitement. Effets secondaires psychiques de l interféron Changements d humeur, instabilité émotionnelle et irritabilité : relativement fréquents. Etats dépressifs : plus rares. Ils surviennent surtout en cas de prédispositions pour cette atteinte. Dans ce cas, un traitement concomitant avec un antidépresseur s avère souvent très bénéfique. Troubles du sommeil. Etats anxieux. Etats maniaques. Troubles cognitifs (mémoire, concentration). Etats confusionnels (rare). 65

12 La survenue de ces effets secondaires explique en partie les difficultés rencontrées pour débuter ou mener à terme un traitement chez les personnes toxicodépendantes. Cependant, connaissant cela, il est possible de soutenir activement un patient et d améliorer son adhérence. Les patients souffrant de troubles psychiatriques instables devraient être traités par une équipe pluridisciplinaire ayant des compétences en addictologie, infectiologie et hépatologie. Le traitement de l hépatite C est un processus de longue durée qui se prolonge pendant plusieurs mois après le traitement antiviral. Le patient devra donc être vu par son médecin au moins une fois par mois. Avant de commencer le traitement et en cours de traitement, il s agit : D informer le patient et son entourage de ces risques, y compris les états de confusion, et répondre aux questions des intéressés. En cas de symptômes dépressifs, de réagir rapidement en introduisant un traitement adéquat, en expliquant que cette prescription est due aux effets secondaires de l interféron et qu elle ne sera plus nécessaire à la fin du traitement. De proposer un traitement antidépresseur à titre préventif lorsque le patient a déjà fait des dépressions, avec ou sans tendances suicidaires. Chez les patients avec une instabilité psychiatrique, le traitement doit être confié à des spécialistes ou à des centres compétents. 1.9 Informations en cas de consommation Il existe un risque de réinfection par le virus VHC en cas de consommation de drogues par voie intraveineuse ou nasale. Il faut donc en avertir les patients et leur expliquer comment éviter la réinfection ( chapitre II. Prévention). Si la personne qui souhaite traiter son hépatite C chronique est en phase de consommation active, il est souhaitable de la stabiliser au préalable avec un traitement de substitution. Il est également important de rappeler régulièrement les consignes d hygiène, car des consommations ponctuelles sont toujours possibles même chez des patients bien stabilisés. Ce sont eux d ailleurs qui courent le plus de risques, car ils se retrouvent parfois face à une proposition de consommation tout à fait imprévue et n ont de ce fait pas de matériel stérile sur eux. Dans le contexte d une fin de traitement de substitution, en raison du risque de rechute de la consommation, l indication au traitement de l hépatite C doit être bien réfléchie. Alcool et traitement contre l hépatite C Aussi souvent que possible, il ne doit pas être consommé d alcool durant le traitement contre l hépatite C. L alcool n a pas d influence négative directe sur l efficacité du traitement. Cependant, la consommation peut péjorer l adhérence du patient et compromettre la poursuite du traitement. Pour les personnes ne pouvant s empêcher de boire de l alcool durant le traitement, il faut être attentif à l adhérence et prendre éventuellement des mesures pour l améliorer. 66

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011.

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. MODE D EMPLOI DE L AUTORISATION TEMPORAIRE D UTILISATION (ATU) DE COHORTE A L ATTENTION DES PERSONNES ATTEINTES D

Plus en détail

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM.

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Retrouvez dans ce rabat : votre suivi biologique NSM. 14/09/2015 15:44 Ce

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Essai de protocole de sevrage ambulatoire de l heroine par l utilisation de la Buprenorphine ou de la Méthadone

Essai de protocole de sevrage ambulatoire de l heroine par l utilisation de la Buprenorphine ou de la Méthadone Essai de protocole de sevrage ambulatoire de l heroine par l utilisation de la Buprenorphine ou de la Méthadone Plan Qui peut en beneficier?? Comment explorer la demande?? Modalités pratiques du sevrage??

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Un dépistage positif, que faire? épatite

Un dépistage positif, que faire? épatite Un dépistage positif, que faire? épatite Que signifie un test de dépistage positif pour l hépatite C? Un test de dépistage de l hépatite C positif signifie que le laboratoire a détecté dans le sang des

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

RIBAVIRINE ZENTIVA 200 mg comprimé (rose) boîte de 112

RIBAVIRINE ZENTIVA 200 mg comprimé (rose) boîte de 112 Publié par Le pharmacien (http://www.lepharmacien.fr) RIBAVIRINE ZENTIVA 200 mg comprimé (rose) boîte de 112 Substances actives : ribavirine Laboratoire : SANOFI-AVENTIS FRANCE Générique Référent: COPEGUS

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

Hépatite B autant prevoir...

Hépatite B autant prevoir... Hépatite B Autant PREVOIR... Qu est ce que L hépatite B est une inflammation du foie. Elle est provoquée par un virus : le VHB. Elle se transmet par les relations sexuelles mais elle peut aussi se transmettre

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne?

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne? HépatiteC n 4 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Pourquoi faut-il que je me soigne? Sommaire ( Pourquoi faut-il que je me soigne? 1 2 3 Le virus qui m a infecté : un ennemi pour mon foie L

Plus en détail

HépatiteC n 5. onseil. Comprendre mes analyses biologiques

HépatiteC n 5. onseil. Comprendre mes analyses biologiques HépatiteC n 5 onseil Ma maladie traitement Ma vie sociale Mon Comprendre mes analyses biologiques Sommaire ( 1 2 Au vu de mes dernières analyses de sang successives, mon médecin m annonce que je suis porteur

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Foire aux questions concernant l hépatite C

Foire aux questions concernant l hépatite C Foire aux questions concernant l hépatite C???? Qu est-ce que l hépatite C? L hépatite C est un virus qui peut endommager le foie. 1 Comment se transmet l hépatite C? Le virus de l hépatite C se transmet

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Suboxone : Puisque vous êtes prêt à commencer un traitement

Suboxone : Puisque vous êtes prêt à commencer un traitement Suboxone : Puisque vous êtes prêt à commencer un traitement Tiré de : «Suboxone, puisque vous êtes prêt à commencer un traitement.», par Reckitt Benckiser, 2008. Le traitement par Suboxone Pour traiter

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne HEPATITES VIRALES Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne INTRODUCTION Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires 5 virus

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

: des cas cliniques. Barbara Broers Lugano le 16 octobre 2003

: des cas cliniques. Barbara Broers Lugano le 16 octobre 2003 : des cas cliniques Barbara Broers Lugano le 16 octobre 2003 Angélique (32 ans), au cabinet. Traitement de maintenance à la méthadone depuis 5 ans (50 mg/jour). Travaille, vit avec son ami (non-toxicomane)

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg comprimés flunarizine

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg comprimés flunarizine NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg comprimés flunarizine Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament - Gardez cette notice, vous pourriez

Plus en détail

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N

C L I N I Q U E S A I N T - J E A N C L I N I Q U E S A I N T - J E A N LIVRET D INFORMATION DES PATIENTES ENTRANT POUR UNE INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG) Clinique Saint-Jean Avenue Georges Bizet 83000 TOULON Tél : 0 826 00 44

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

GUIDE D INFORMATION DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament OPSUMIT de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique souvent être amélioré ou soulagé

Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique souvent être amélioré ou soulagé Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique. Tout se passe comme si la peau se renouvelait trop vite. Il évolue par alternance de poussées et de rémissions. S il est rare que la maladie disparaisse

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

Avis 20 février 2013

Avis 20 février 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 février 2013 PEGASYS 135 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 (CIP 34009 359 958 1 0) Boîte de 4 (CIP 34009 359 959 8 8) PEGASYS 135

Plus en détail

Maladie de Willebrand. Informations et conseils

Maladie de Willebrand. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Willebrand Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES LES SUBSTITUTS NICOTINIQUES Les substituts nicotiniques : principe Apporter l équivalent de nicotine contenue dans les cigarettes (un peu -) Pour supprimer, atténuer le manque Durée du traitement : variable,

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques?

Comment les composantes de SerEN contribuent aux effets thérapeutiques? SerEN Qu est ce que SerEN? SerEN est un produit qui a été spécialement créé pour offrir un moyen sûr et efficace afin de profiter d un bien-être intellectuel pour les personnes qui vivent des situations

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 février 2005 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 28 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 50 SANOFI SYNTHELABO FRANCE Clorazépate dipotassique

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Anémie, carence en vitamines B12 et B9

Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Introduction Le sang contient trois types de cellules différents. Les globules blancs défendent le corps contre les infections, les globules rouges transportent l'oxygène

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire)

Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés. (Pr Ph. Meire) Troubles de l humeur et dépressions des sujets âgés (Pr Ph. Meire) 1 Face aux malentendus et confusions, priorité à la clinique! Changement de personnalité ou de comportement = signal d alarme en gériatrie

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR ORDONNANCE COLLECTIVE Nº 02 TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR en vigueur à la clinique Priva Santé La révision du contenu de la présente ordonnance est sous la responsabilité de : Dominique Landry

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

DOSSIER DE LIAISON. Service de Pneumologie Centre Hospitalier de Rodez

DOSSIER DE LIAISON. Service de Pneumologie Centre Hospitalier de Rodez DOSSIER DE LIAISON Service de Pneumologie Centre Hospitalier de Rodez SOMMAIRE I Coordonnées Utiles II Comprendre la Chimiothérapie III Précautions à prendre IV Déroulement Pratique I Coordonnées Utiles

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er février 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2005 (JO du 3 octobre 2007) GABITRIL 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail