1. Différentes hépatites/ différents traitements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Différentes hépatites/ différents traitements"

Transcription

1 III. Traitements 55

2 1. Différentes hépatites/ différents traitements Se faire soigner 1.1 Traitements des hépatites virales D après les expériences pratiques et la littérature scientifique, le traitement des hépatites virales a les mêmes chances de succès chez les patients toxicodépendants que chez les autres patients. Ce genre de traitement devrait toutefois être réalisé par des médecins ou des établissements médicalisés maîtrisant à la fois le domaine des dépendances et celui des hépatites virales (équipes interdisciplinaires). Le travail de réseau entre les différents spécialistes concernés est fondamental. Le traitement médicamenteux d une hépatite virale n est envisageable que chez les patients présentant une stabilité physique, psychique et sociale suffisante pour garantir une adhérence optimale. Le risque de réexposition au VHC ou à des substances nocives pour le foie (surtout l alcool) est accru chez les patients instables. Le sevrage et la période qui le suit sont en général considérés comme phases instables durant lesquelles l indication au traitement d une hépatite chronique doit être soigneusement soupesée. En revanche, le traitement d une hépatite chronique en cours de traitement substitutif stabilisé, en ambulatoire ou lors d un séjour résidentiel ou carcéral est envisageable dans bon nombre de cas. Chez l adulte, le risque de chronicité de l hépatite C est de 80 % environ. De plus, chez les personnes toxicodépendantes, la prévalence de l hépatite C est élevée (entre 60-80%). De ce fait, parmi l ensemble des hépatites, le traitement de l hépatite C chronique tient une place prédominante chez les toxicomanes. Il a un certain nombre de contre-indications et d effets secondaires. Abstraction faite des facteurs individuels, les chances de succès en cas de traitement correctement mené se situent entre 50% et 90%, en fonction du génotype du virus de l hépatite C ( chapitre III.1.5). Le génotype détermine également la durée du traitement médicamenteux : de 24 ou de 48 semaines chez les patients VIH négatifs. En cas d hépatite B, le risque de faire une atteinte chronique est beaucoup plus faible, de l ordre de 10 % environ chez l adulte. Les chances de succès d un traitement sont également plus faibles. Le traitement ayant des contre-indications et des effets secondaires, l indication doit être discutée avec des spécialistes. Comme le virus de l hépatite D n apparaît qu en concomitance avec le virus de l hépatite B, ces deux types viraux font l objet des mêmes directives de traitement. Les hépatites A et E guérissent toujours et n évoluent jamais vers une forme chronique. Aucun traitement médicamenteux n est donc requis. 1.2 Hépatite A et E 56 Il n y a pas de forme chronique. Pendant la phase aiguë, aucun traitement antiviral n est requis. Un traitement pour les symptômes qui peuvent accompagner l hépatite (nausées, etc.) peut être nécessaire. Il doit toutefois être prescrit après examen médical. Pendant cette phase, si le patient constate qu il saigne plus facilement, par exemple en se brossant les dents, il convient de l adresser à son médecin traitant pour contrôler les facteurs de coagulation. Ces derniers étant en partie synthétisés par le foie, ils peu-

3 vent manquer si l hépatite est importante. Il n y a pas de restrictions sur le plan alimentaire. La personne devrait toutefois éviter les repas lourds et gras et ne manger que ce qui lui fait envie. Après la phase aiguë, qui peut induire une fatigue transitoire importante, une période de convalescence est indiquée. Ensuite, la vie peut reprendre comme avant. Il n y a pas de restriction alimentaire, l exercice physique peut reprendre normalement. En cas d hépatite A à évolution grave (hépatite fulminante), une transplantation peut être nécessaire. 1.3 Hépatite B (et D) aiguë Chez la plupart des adultes atteints d une hépatite B aiguë, la maladie guérit sans complications. Ils ne nécessitent donc aucun traitement médicamenteux. Dans le cas (rare) d une hépatite B aiguë à évolution grave (hépatite fulminante) avec une atteinte importante de la fonction hépatique, le patient doit être hospitalisé. Une transplantation est parfois nécessaire. 1.4 Hépatite B (et D) chronique Comme le virus de l hépatite D n apparaît qu en concomitance avec le virus de l hépatite B, ces deux types viraux font l objet des mêmes directives de traitement. La décision de traitement de l hépatite virale B chronique repose sur : L activité du virus L importance de l atteinte hépatique L âge du patient Le taux probable de réponse au traitement Les éventuels effets secondaires Ce sont surtout les patients avec des valeurs hépatiques perturbées (plus de deux fois la norme supérieure) et une atteinte hépatique en cours de progression ou avancée (fibrose, cirrhose) qui bénéficient du traitement. Il existe deux types d atteintes chroniques : Multiplication (réplication) virale importante, caractérisée par la présence de certains marqueurs (Ag HBs et Ag HBe positifs). Les dégâts à long terme et les risques de transmission sont plus importants. Multiplication virale plus faible (Ag HBs positif, Ag HBe négatif, Ac anti-hbe positifs). En ce qui concerne les contre-indications et en cas de traitement de patients souffrant d une dépendance, les principes à suivre sont les mêmes que pour le traitement d une hépatite C chronique (voir plus bas). Le traitement est en général : antiviral (analogue nucléosidique ou nucléotidique) ou injections d Interféron pégylé. L adhérence au traitement est très importante en raison du risque relativement élevé de développer des résistances aux antiviraux, requérant alors l adjonction de médicaments supplémentaires de cette classe. Le traitement dure entre 6 mois minimum et plusieurs années. L élimination virale avec la formation d anticorps anti-hbs (séroconversion HBs) n a été obtenue qu avec l interféron. 57

4 Le traitement permet de limiter la réplication virale, de réduire les perturbations hépatiques mesurées au niveau sanguin et de passer de la forme de réplication importante à celle de réplication faible, mais rarement (<10%) de guérir l hépatite B chronique. L indication est posée par les spécialistes (hépatologue ou infectiologue). Transplantation hépatique En cas de cirrhose avancée, la transplantation hépatique permet également d obtenir de bons résultats, mais une prophylaxie médicamenteuse associant un antiviral et une immunisation passive régulière avec des anticorps de l hépatite B sera nécessaire à vie pour empêcher une nouvelle apparition de la maladie (récidive). Mode de vie Il est recommandé d adopter une alimentation équilibrée et de réduire autant que possible la consommation d alcool. En ce qui concerne l activité physique, il n y a pratiquement pas de restrictions, tant du point de vue professionnel que sportif. A l inverse, rien n indique qu une activité physique améliore de manière décisive l évolution de la maladie. 1.5 Hépatite C Hépatite C aiguë L hépatite C aiguë est en général découverte fortuitement, car elle se présente le plus souvent de manière asymptomatique. Une hépatite C aiguë symptomatique guérit spontanément dans environ 50% des cas, c est-à-dire que la virémie (ARN du VHC) n est plus détectable après 6 mois. Ce taux de guérison spontanée est inférieur en cas d hépatite C aiguë asymptomatique (env. 30%). L hépatite C aiguë répond très bien à un traitement d interféron alpha. Il faut attendre 3 mois avant de l envisager. Son indication est posée par un centre spécialisé. Hépatite C chronique Les décès causés par les maladies du foie sont en augmentation chez les usagers de drogues. L hépatite C jouant un rôle important en ce sens, il est absolument nécessaire de faire des investigations et de considérer le traitement chez chaque usager infecté. L objectif essentiel du traitement consiste à éliminer les virus de l hépatite C afin d empêcher la destruction progressive du foie et d améliorer la qualité de vie. Quatre génotypes prédominent en Europe de l Ouest (génotypes 1 4). Outre la charge virale, les sous-groupes de virus influencent les résultats de traitement, le choix du traitement et les examens de suivi. Au vu des données actuelles, les taux de guérison s élèvent à 70 90% pour les génotypes 2 et 3 et 50% pour le génotype 1. Pour quelques génotype 4, un peu plus de 50%. 1.6 Adhérence des consommateurs de drogues 58 Une adhérence satisfaisante est un élément primordial pour le traitement de l hépatite (et du VIH). Par adhérence, on entend l aptitude, et du médecin et du patient, à s engager pour des objectifs thérapeutiques définis en commun. Dans le cas de l hépatite C, il s agit des rendez-vous de contrôle réguliers durant et après le traitement, des injections hebdomadaires et de la prise des médicaments prescrits. L adhérence des usagers de drogues peut être diminuée en cas de co-morbidités psychiques ou sous l influence de psychotropes. La possibilité de réunir en un seul lieu le suivi psychosocial et l ensemble des soins, y compris somatiques, améliore l adhérence, et pas seulement pour le

5 traitement de l hépatite C. Plus le nombre d institutions ou de cabinets dans lesquels le patient doit se rendre est élevé, plus le risque de rendez-vous manqués ou d interruptions de traitement est important. Un encadrement rapproché et intensif peut également avoir un effet favorable sur l adhérence. Le contexte de la substitution aux opioïdes est idéal pour mener le traitement de l hépatite C. En cas de dépendance à l héroïne, le traitement de l hépatite C doit être le plus souvent possible couplé à la substitution ou au traitement à l héroïne. La remise des médicaments pour l hépatite se fait au moment des passages journaliers pour la prise de la substitution. Il est ainsi aisé de revoir un patient qui aurait manqué un rendez-vous de suivi pour l hépatite C. Il peut être nécessaire d augmenter temporairement la dose de méthadone ou d héroïne en cours de traitement contre l hépatite C. Une co-infection au VHB ou au VIH n exclut pas un traitement, même chez les patients sous traitement de substitution aux opioïdes. Le traitement des patients co-infectés est plus compliqué et dure plus longtemps. Il relève de la compétence d un centre ou d un cabinet spécialisé. Traitements médicamenteux et effets secondaires 1.7 Hépatite B (et D) chronique L indication pour le traitement d une hépatite B chronique ne devrait être posée que par des centres spécialisés, car de nombreux facteurs entrent en ligne de compte. Le but du traitement antiviral est de supprimer de manière durable le virus de l hépatite B et de normaliser les valeurs hépatiques. Ces dernières jouent un rôle important dans le choix du traitement. Une biopsie hépatique n est pas absolument nécessaire. Les médicaments suivants sont disponibles : lamivudine (Zeffix), telbivudine (Sebivo), entecavir (Baraclude), tous des analogues nucléosidiques ; adefovir (Hepsera), un analogue nucléotidique et interféron pégylé (Pegasys, Pegintron). Il existe des distinctions importantes en fonction de la forme évolutive de l hépatite : Hépatite B chronique antigène HBe positif La présence de l Ag HBe (HBe positif) témoigne d une réplication virale importante. Le choix préférentiel est déterminé par l hépatologue ou l infectiologue en fonction des transaminases. Il existe trois cas de figure : Transaminases plus de 5 fois supérieures à la norme supérieure, absence de contreindication ( chapitre III.1.4) et prévision d une bonne adhérence : l interféron pégylé durant plus de six mois est alors le premier choix. L alternative est adefovir ou entecavir. Transaminases entre 2 à 5 fois supérieures à la norme supérieure : le traitement de lamivudine est indiqué. Il se prolonge jusqu à six mois au-delà de la séroconversion de l antigène HBe ou jusqu à l apparition de résistances. Adefovir, entecavir et l interféron pégylé sont des alternatives. En cas de transaminases inférieures au double de la norme supérieure, aucun traitement n est en général débuté. 59

6 Hépatite B chronique antigène HBe négatif Chez les patients avec des transaminases supérieures au double de la norme supérieure, la lamivudine est préférée. Elle se prolonge jusqu à 12 mois au-delà de la disparition de l ADN HBV ou jusqu à l apparition de résistances. Adefovir, entecavir ou l interféron pégylé sont des alternatives. Les patients avec des transaminases plus basses ne sont en général pas traités. Antigène HBs inactif Chez ces patients, la charge virale est très faible, voire négative. Les transaminases sont dans les limites de la norme et l atteinte hépatique à la biopsie est minimale. Le pronostic est généralement bon et le traitement n est pas indiqué. Traitement Une adhérence élevée est fondamentale pour la réussite du traitement, en particulier pour empêcher l apparition de résistances précoces. Interféron pégylé L interféron est une protéine physiologique naturelle qui active les défenses de l organisme et empêche ainsi la multiplication des virus. La réponse immunitaire du corps est donc renforcée. L interféron pégylé est un interféron dont la molécule d origine a été couplée à une chaîne latérale de polyéthylène glycol, ce qui ralentit sa vitesse de diffusion et d élimination dans l organisme, de sorte qu une seule injection par semaine suffit. L interféron pégylé présente un taux de succès plus important et a moins d effets secondaires que l interféron classique. La guérison (éradication virale) de l hépatite B chronique est rare (< 5%). Elle s observe par la séroconversion Ag HBs/anti-HBs. Il est toutefois indispensable que le traitement soit instauré avant l apparition d une cirrhose. Lamivudine/adéfovir/telbivudin/entecavir/tenofovir Ces anti-viraux sont des substances chimiques de structure très semblable à celle des séquences du matériel génétique viral. Dès lors, le virus confond ces substances avec ses séquences génétiques d origine, mais à la différence de celles-ci, il ne peut plus se multiplier après avoir intégré un analogue nucléosidique ou nucléotidique. Ces médicaments sont très efficaces, bien tolérés et peuvent être administrés sous forme de comprimés, contrairement à l interféron. Mais, du fait de la longueur des traitements, ils ont tendance à perdre de leur efficacité au fil des ans, suite au développement plus ou moins rapide d une résistance. Cette dernière dépend du médicament lui-même et de facteurs individuels. Les risques de résistance et les avantages doivent être soupesés avec soin. En cas de résistance, les thérapies combinées sont nécessaires. L introduction de traitements combinés (une approche analogue à celle du VIH) dès le début du traitement est actuellement discutée. Effets secondaires La lamivudine est en règle générale bien tolérée. L entacavir demande une surveillance des fonctions rénales. L adéfovir peut causer des symptômes digestifs (nausées, diarrhées). Pour les effets secondaires de l interféron, voir chapitres suivants décrivant le traitement pour l hépatite C chronique. 60

7 Contrôles durant le traitement Durant le traitement pour l hépatite B, des analyses de laboratoire régulières sont nécessaires. Un contrôle trimestriel des transaminases est recommandé lors d un traitement analogue nucléosidique/nucléotidique. De même, pour un contrôle de la virémie semestriel. Durant le traitement par l interféron pégylé des contrôles supplémentaires de la formule sanguine et des valeurs hépatiques doivent être régulièrement effectués. Il est recommandé durant le premier mois, de les faire toutes les deux semaines. Et ensuite, toutes les quatre semaines. De plus, des contrôles de la tyroïde doivent être effectués tous les 3 mois. 1.8 Hépatite C chronique Indication au traitement L indication au traitement est en constante évolution et discussion par les spécialistes. A ce jour, la décision de traiter l hépatite C se fonde sur les critères suivants : 1) Présence du virus de l hépatite C dans le sang (virémie positive) e t atteinte hépatique avec fibrose portale et septale (score Métavir=F2), indépendamment du degré d inflammation associée o u virémie VHC positive avec génotype 2 et 3 et transaminases perturbées o u si le patient souhaite être traité et/ou que l indication repose sur des manifestations extra-hépatiques (on peut dans ce cas également renoncer à la biopsie). 2) Absence de contre-indication au traitement, c est-à-dire : dépression ou psychose décompensée affections cardio-pulmonaires ou neurologiques avancées maladie auto-immune maladie préexistante maligne (sauf sous rémission prolongée) anémie grave (<10g/dl) indices d une maladie hépatique avancée/décompensée consommation non contrôlée d alcool ou de drogues par voie intraveineuse) Il faut également renoncer à tout traitement s il y a un désir d enfant dans un proche avenir, car la Ribavirine présente un risque de malformation fœtale (cf. Effets indésirables). Certaines des contre-indications citées sont relatives (anémie, abus ou dépendance à l alcool, diabète, consommation de drogues en injection), car elles peuvent être traitées ou stabilisées avant d envisager le traitement de l hépatite C chronique (Informations en cas de consommation par voie intraveineuse ou nasale). 3) Demande et consentement éclairé du patient. Le patient a été informé en détail sur les chances de succès du traitement, sur les effets secondaires potentiels et les risques de progression de la maladie en cas d arrêt du traitement et maintient sa demande de traitement. 4) Adhérence du patient (pour suivre le traitement et les rendez-vous de contrôles réguliers) et modalités de remise du traitement (voir suivi thérapeutique et adhérence des usagers de substances). La prise régulière de la médication pendant toute la durée du traitement (6 à 12 mois chez les patients VIH négatifs) est indispensable pour sa réussite. L expérience montre qu il peut être difficile de prendre régulièrement une médication pendant une période aussi longue. La réussite du traitement dé- 61

8 pend dans une large mesure des relations de confiance qui s instaurent entre le patient et le médecin, en particulier lorsqu il s agit de traverser des phases plus délicates (envie d arrêter à cause de la fatigue induite par le traitement par exemple). Il est recommandé, si possible, de combiner le traitement contre l hépatite C avec le traitement de substitution. Souvent, il est judicieux d augmenter temporairement les doses de méthadone ou d héroïne. Il est contre-indiqué d effectuer ce type de traitement durant une cure de désintoxication ou moins de 6 mois après, à cause des risques élevés de rechute. Personnes en milieu fermé : résidentiels et prisons. Le traitement de l hépatite C est possible dans ces contextes. L adhérence est même facilitée dans un tel environnement. En revanche, des précautions particulières sont absolument nécessaires pour éviter une rupture du traitement lors de la sortie. Traitement Le traitement actuel de l hépatite C chronique repose sur l association d interféron pégylé et de Ribavirine. L interféron pégylé est injecté en sous-cutané une fois par semaine, soit par un professionnel, soit par le patient formé à ce geste. Les comprimés de Ribavirine doivent être avalés deux fois par jour à 12h d intervalle, avec les repas. Il existe deux types d interféron pégylé sur le marché (interféron pégylé alpha2a et interféron pégylé alpha2b). Il n existe actuellement aucune étude comparative directe pour ces deux options et le choix s opère selon des critères individuels, le mode d administration (le type de seringue n est pas le même pour les deux médicaments) et les coûts. Posologie Interféron pégylé alpha2a Génotypes 1 et 4 (durée de traitement de 48 semaines) : 180µg interféron pégylé alpha2a sc Ribavirine 5 ou 6 x 200mg (selon poids corporel, < ou > 75kg) Génotypes 2 et 3 (durée de traitement de 24 semaines) : 180µg interféron pégylé alpha2a sc Ribavirine 4 ou 5 x 200mg (selon poids corporel < ou > 75 kg) Ribavirine 5 x 200mg > 75kg Interféron pégylé alpha2b La dose est adaptée au poids corporel : Interféron 1,5µg/kg une fois par semaine, durant 48 semaines. Ribavirine : < 65kg : 800mg/jour (2 cp matin et soir) 65-85kg : 1000mg/jour (2 cp le matin, 3 cp le soir) > 85kg : 1200mg/jour (3 cp matin et soir) Génotypes 1 et 4, durée de 48 semaines. Génotypes 2 et 3, durée de 24 semaines. 62

9 Durée du traitement Le génotype et la charge virale déterminent la durée du traitement : de 24 à 48 semaines chez les personnes VIH négatives. La charge virale (virémie, ARN du VHC) est mesurée au début du traitement, après un mois, trois mois et à la fin du traitement (voir aussi Suivi thérapeutique). Trois cas de figure sont possibles : traitement achevé, traitement à interrompre en l absence de résultats, traitement à poursuivre. Génotypes 1 et 4 : 48 semaines en général. Si la charge virale n est pas négative à 3 mois ou n a pas baissé d au moins 2 log (d au moins 100 fois), le traitement est interrompu, car les chances de réussite sont trop faibles par rapport aux risques (effets secondaires). Génotypes 2 et 3 : 24 semaines en cas de faible virémie. En cas de virémie élevée et de non réponse virale à la 24 ème semaine, le traitement dure 48 semaines. Le dosage de la virémie à un et trois mois n est pas indispensable, mais il sert à soutenir la motivation des patients qui en ont souvent besoin en raison des effets secondaires du traitement. Une virémie négative déjà après un mois de traitement est en effet un très bon indicateur de la chance de réussite pour autant que le patient prenne bien sa médication pendant toute la durée du traitement. Suivi thérapeutique pendant le traitement Les prises de sang sont hebdomadaires pendant les 8 premières semaines, puis définies selon l évolution, mais au minimum une fois par mois : Fonctions hépatiques (ALAT, bilirubine, etc.), toutes les deux semaines durant le premier mois et ensuite mensuellement. La fonction thyroïdienne (dosage de la TSH) tous les 3 mois. Dosage de la virémie (ARN du VHC) après un mois et trois mois (voir Durée du traitement) et pour les génotypes 1 et 4, un contrôle supplémentaire après 6 mois de traitement. Si à la 4 ème semaine, le taux de virémie n est plus significatif, alors un raccourcissement de la thérapie peut être discuté. Si à la 12 ème semaine, le taux de virémie n a pas diminué de plus de 2 log, le traitement peut être interrompu, car les chances de guérison sont très minces. A la 24 ème semaine, pour les génotypes 1 et 4, poursuivre le traitement uniquement si le ARN VHC n est plus décelable. Suivi après le traitement En cas de traitement mené à terme avec succès : Doser la virémie (ARN VHC) et les fonctions hépatiques (ALAT) 6 mois après l arrêt du traitement. Contrôle de l hémogramme et des éventuelles autres anomalies sanguines (TSH) 3 et 6 mois après l arrêt du traitement ou jusqu à normalisation. Chances de succès Le traitement est considéré comme réussi et le patient déclaré guéri de son hépatite C chronique, si la virémie (ARN VHC) reste négative 6 mois après l arrêt du traitement. En général, les transaminases (ALAT, ASAT) sont aussi dans les limites de la norme à ce moment. Dans la mesure où elles peuvent être modifiées par d autres facteurs, ce n est pas un critère d échec du traitement si elles sont anormales lors de ce contrôle. Les chances de succès se situent entre 50-90% selon le génotype, les génotypes 2 et 3 se caractérisant par une meilleure réponse au traitement. 63

10 Le taux de rechute après un traitement réussi (réponse soutenue à 6 mois après la fin du traitement) est de 1 à 2% dans les 2 années suivant la fin du traitement (récidive tardive). En cas d échec thérapeutique, un traitement ultérieur ne semble pas présenter d inconvénients et le patient garde toutes ses chances de guérison. Traitements courts En cas de virémie négative après seulement quatre semaines de traitement, ce dernier peut être raccourci dans certains cas à 16 semaines pour les génotypes 2 et 3 et à 24 semaines pour le génotype 1. Des conditions suivantes sont nécessaires : virémie faible (< IU/ml) avant le début du traitement absence de cirrhose baisse de la Ribavirine en cours de traitement bonne adhérence Il est recommandé de poursuivre un traitement se déroulant sans problèmes pour toute la durée prévue, les résultats étant les meilleurs dans ces conditions. Le traitement court est envisageable lorsque les conditions nommées ci-dessus sont réunies et que des effets secondaires importants apparaissent. Effets indésirables La nature et la gravité des effets secondaires varient selon les individus. Les principaux effets secondaires se manifestent au début du traitement, c est-à-dire dans les quatre à six premières semaines, puis peuvent régresser progressivement. 64 Sur le plan somatique Syndrome pseudo-grippal : apparaît dans les heures, voire les jours (en cas d interféron pégylé) qui suivent l injection. Symptômes : fièvre, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires et articulaires. Ces symptômes peuvent être traités par la prise d un anti-douleur (paracétamol, 500mg 2 4 cp/j). Fatigue : très fréquente. Elle peut diminuer en cours de traitement, mais ne disparaît qu après l arrêt du traitement. Nausées : souvent présentes en début de traitement (Ribavirine). En cas de persistance, un traitement symptomatique peut être prescrit. Inappétence et perte de poids. Baisse de la libido. Chute ou raréfaction des cheveux. Atteintes cutanées : sécheresse de la peau, parfois compliquée d un eczéma avec démangeaisons. Elle peut être évitée si les patients prennent la peine dès le début du traitement de se mettre tous les jours de la crème ou de la lotion nourrissante. Il faut insister pour cela dès le début du traitement en particulier chez les hommes qui n ont en général pas l habitude de ce genre de soins. Ces effets indésirables régressent lorsque la médication est interrompue. Le traitement peut réactiver un psoriasis. Hyperthyroïdie ou hypothyroïdie (rare). Il faut en général introduire un traitement qui est bien supporté et ne contre-indique pas la poursuite du traitement de l hépatite C. Souvent, ce traitement peut être arrêté quelques mois après l arrêt de la thérapie pour l hépatite C. Dans la mesure où le traitement peut entraîner des désagréments pouvant affecter sa qualité de vie, il est indispensable que le patient en soit préalablement informé par son médecin traitant afin qu il fasse un choix éclairé et qu il puisse discuter en cours de traitement de tout problème qui pourrait survenir. Maladies dites auto-immunes (rares).

11 La Ribavirine peut provoquer des malformations fœtales et modifier le sperme. Pendant le traitement et au cours des six mois qui suivent, les hommes et les femmes doivent absolument éviter de concevoir un enfant. Une double contraception fiable et prise adéquatement est donc indispensable pendant toute la durée du traitement et au cours des six mois suivant son arrêt. Sur le plan sanguin Le traitement de l hépatite C a des effets secondaires au niveau sanguin, d où la nécessité des prises de sang régulières. Effets lié à l Interféron Leucopénie : baisse du nombre des globules blancs (impliquées dans la réponse immunitaire contre les infections). Thrombocytopénie : baisse des thrombocytes et des plaquettes (impliquées dans l arrêt des hémorragies). Ces baisses sont doses dépendantes et peuvent donc être corrigées en diminuant la dose d Interféron selon leur degré. Effet lié à la Ribavirine Baisse du taux d hémoglobine, voire d anémie en dessous d une certaine limite. L anémie peut occasionner une fatigue et de la peine à respirer notamment lors des efforts. Cet effet dépend de la dose prescrite. Selon son importance, la dose de Ribavirine doit être diminuée. Cependant, la baisse des doses d interféron et/ou de Ribavirine peut diminuer l efficacité du traitement. Dans certains cas, le médecin peut décider de prescrire un traitement qui stimule la production de globules blancs et/ou de globules rouges (EPO ou érythropoïétine). Leur prescription doit être justifiée auprès du médecin conseil de l assurance maladie pour être pris en charge. Sur le plan psychique Aussi bien durant l infection par l hépatite C que durant son traitement, il existe le risque de développer une maladie psychique. Différentes études montrent une prévalence élevée de troubles dépressifs (environ 22-28% des personnes contaminées) et d angoisses (chez 10-25%) lorsque la maladie n est pas traitée. On observe souvent des comportements à risque plus élevés chez les personnes présentant les troubles de la personnalité précédemment cités. Les différents troubles psychiatriques peuvent influencer sensiblement le développement et le traitement de l hépatite C. Il est également important de prendre en compte la co-morbidité psychiatrique des patients. La prise de l interféron peut avoir des effets secondaires neuropsychiatriques. Ils peuvent induire une réduction des doses et même un arrêt du traitement. Effets secondaires psychiques de l interféron Changements d humeur, instabilité émotionnelle et irritabilité : relativement fréquents. Etats dépressifs : plus rares. Ils surviennent surtout en cas de prédispositions pour cette atteinte. Dans ce cas, un traitement concomitant avec un antidépresseur s avère souvent très bénéfique. Troubles du sommeil. Etats anxieux. Etats maniaques. Troubles cognitifs (mémoire, concentration). Etats confusionnels (rare). 65

12 La survenue de ces effets secondaires explique en partie les difficultés rencontrées pour débuter ou mener à terme un traitement chez les personnes toxicodépendantes. Cependant, connaissant cela, il est possible de soutenir activement un patient et d améliorer son adhérence. Les patients souffrant de troubles psychiatriques instables devraient être traités par une équipe pluridisciplinaire ayant des compétences en addictologie, infectiologie et hépatologie. Le traitement de l hépatite C est un processus de longue durée qui se prolonge pendant plusieurs mois après le traitement antiviral. Le patient devra donc être vu par son médecin au moins une fois par mois. Avant de commencer le traitement et en cours de traitement, il s agit : D informer le patient et son entourage de ces risques, y compris les états de confusion, et répondre aux questions des intéressés. En cas de symptômes dépressifs, de réagir rapidement en introduisant un traitement adéquat, en expliquant que cette prescription est due aux effets secondaires de l interféron et qu elle ne sera plus nécessaire à la fin du traitement. De proposer un traitement antidépresseur à titre préventif lorsque le patient a déjà fait des dépressions, avec ou sans tendances suicidaires. Chez les patients avec une instabilité psychiatrique, le traitement doit être confié à des spécialistes ou à des centres compétents. 1.9 Informations en cas de consommation Il existe un risque de réinfection par le virus VHC en cas de consommation de drogues par voie intraveineuse ou nasale. Il faut donc en avertir les patients et leur expliquer comment éviter la réinfection ( chapitre II. Prévention). Si la personne qui souhaite traiter son hépatite C chronique est en phase de consommation active, il est souhaitable de la stabiliser au préalable avec un traitement de substitution. Il est également important de rappeler régulièrement les consignes d hygiène, car des consommations ponctuelles sont toujours possibles même chez des patients bien stabilisés. Ce sont eux d ailleurs qui courent le plus de risques, car ils se retrouvent parfois face à une proposition de consommation tout à fait imprévue et n ont de ce fait pas de matériel stérile sur eux. Dans le contexte d une fin de traitement de substitution, en raison du risque de rechute de la consommation, l indication au traitement de l hépatite C doit être bien réfléchie. Alcool et traitement contre l hépatite C Aussi souvent que possible, il ne doit pas être consommé d alcool durant le traitement contre l hépatite C. L alcool n a pas d influence négative directe sur l efficacité du traitement. Cependant, la consommation peut péjorer l adhérence du patient et compromettre la poursuite du traitement. Pour les personnes ne pouvant s empêcher de boire de l alcool durant le traitement, il faut être attentif à l adhérence et prendre éventuellement des mesures pour l améliorer. 66

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne?

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne? HépatiteC n 4 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Pourquoi faut-il que je me soigne? Sommaire ( Pourquoi faut-il que je me soigne? 1 2 3 Le virus qui m a infecté : un ennemi pour mon foie L

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Hépatite B. Risques, prévention et traitement. Prof. Dr méd. Stefan Zeuzem. European Liver Patients Association

Hépatite B. Risques, prévention et traitement. Prof. Dr méd. Stefan Zeuzem. European Liver Patients Association Prof. Dr méd. Stefan Zeuzem Hépatite B Risques, prévention et traitement European Liver Patients Association F. De Renesselaan, 57 B - 3800 Sint-Truiden, Belgium email: contact@elpa-info.org Chère patiente,

Plus en détail

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1)

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 PEGASYS 180 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 359 960 6 0) 1 stylo pré-rempli de 0,5

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention

Hépatite. ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite ses causes ses conséquences sa prévention Hépatite : l essentiel en bref Qu est-ce que l hépatite et quelles sont les conséquences de cette maladie? L hépatite est une inflammation du foie, dont

Plus en détail

Mon traitement n a pas marché.

Mon traitement n a pas marché. tirer profit des différents traitements et soins disponibles être hépatant 13 Mon traitement n a pas marché. Que faire? Nous voulons informer sur l hépatite C, lutter pour une meilleure prise en charge

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

L hépatite C. 50 questions et réponses. Dr. med. Daniel Lavanchy, PD Dr. med. Andrea De Gottardi, Prof. Dr. med. Andreas Cerny

L hépatite C. 50 questions et réponses. Dr. med. Daniel Lavanchy, PD Dr. med. Andrea De Gottardi, Prof. Dr. med. Andreas Cerny L hépatite C 50 questions et réponses Dr. med. Daniel Lavanchy, PD Dr. med. Andrea De Gottardi, Prof. Dr. med. Andreas Cerny A qui s adresse cette brochure? Cette brochure est destinée aux personnes souffrant

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Hépatite. du dépistage au traitement. Questions et réponses. L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients

Hépatite. du dépistage au traitement. Questions et réponses. L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients DOCUMENT À L USAGE DES PATIENTS Également disponible : L hépatite C Dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients (document à l usage des professionnels de santé) Document édité et diffusé

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD)

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Juin 2014 Ce rapport est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C Réunion Tunisienne de Consensus Organisée par La Société Tunisienne de Gastro-entérologie Sous l égide de La Société Tunisienne des Sciences Médicales Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Plus en détail

Bon usage. Mise au point

Bon usage. Mise au point Bon usage Mise au point Évaluation et prise en charge des troubles psychiatriques chez les patients adultes infectés par le virus de l hépatite C et traités par (peg) interféron alfa et ribavirine Mai

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales Philippe Sogni Hépato-gatroentérologie gatroentérologie,, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Paris 5 Sogni 1 Hépatite chronique C Sogni 2 Prévalence en France des Ac..

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

SOS HÉPATITES 03 25 06 12 12

SOS HÉPATITES 03 25 06 12 12 SOS HÉPATITES 03 25 06 12 12 TRAITEMENT ANTI-HÉPATITE C La bithérapie VIRAFÉRONPEG ET RÉBÉTOL en pratique IRAF RONPEG VIRAFÉRONPEG VIRAFERONPEG VIRAFÉRONPEG Informations utiles A quoi sert ViraféronPeg?

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 -

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 - - 1 - Prise de position de l'association Française pour l'etude du Foie (AFEF) sur les trithérapies (Peg-IFN + ribavirine + inhibiteur de protéase) dans la prise en charge des malades atteints d'hépatite

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Vivre au mieux. pendant le traitement de l hépatite C. être hépatant

Vivre au mieux. pendant le traitement de l hépatite C. être hépatant tirer profit des différents traitements et soins disponibles être hépatant 12 Vivre au mieux pendant le traitement de l hépatite C Nous voulons informer sur l hépatite C, lutter pour une meilleure prise

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.sevaccinercontrelagrippe.ch www.ofsp.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en

Plus en détail

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique

Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Généralités... 1 1. 1 Diagnostic... 1 1. 2 Conduite

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES

HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES HEPATITES VIRALES CHRONIQUES ET AIGUES INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Professeur Louis Buscail (mail : ) Objectifs : RAPPEL : LE DIAGNOSTIC D HEPATITE CHRONIQUE La fréquence de

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur,

Bulletin n 10 2014. Cher adhérent, cher donateur, Bulletin n 10 2014 Cher adhérent, cher donateur, La maladie crée souvent une situation de stress aussi il nous a semblé nécessaire de préciser les différentes étapes du parcours de soins afin de faciliter

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail