Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE"

Transcription

1 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1

2 Le financement du renouvellement urbain en France Dominique FIGEAT, directeur du programme renouvellement urbain à la Caisse des dépôts et consignations Les dispositifs qui se mettent en place en France en matière de financement du renouvellement urbain, en particulier le rôle que peut y jouer la Caisse des Dépôts et consignations, établissement public financier, n ont pas beaucoup d équivalent dans les autres pays de l union européenne. Ces politiques de renouvellement urbain appellent des dispositifs nouveaux d ordre juridique, administratif et financier et induiront des mutations importantes pour les acteurs urbains. I.- Les fondements et les objectifs du renouvellement urbain Les villes françaises, mais également la plupart des villes européennes, ont à faire face à des enjeux de divers ordres qui apparaissent aujourd hui comme les enjeux majeurs des prochaines décennies. Tout d abord, les enjeux sociaux doivent permettre de donner à chacun la possibilité de satisfaire ce droit fondamental qu est le droit au logement, non seulement le droit au logement décent, mais aussi le droit de choisir son logement. Or on assiste plutôt à un renforcement des mécanismes de ségrégation avec un accroissement de l arrivée des ménages les plus pauvres dans des quartiers qui font l objet de procédure d intervention de divers types et, à l inverse, l accélération des départs pour d autres types de quartiers, d autres types d habitat de la part de ceux qui ont la possibilité de choisir. A côté de ces enjeux sociaux, il y a bien entendu des enjeux écologiques dans la gestion de la ville et, en particulier, l exigence d une optimisation des ressources naturelles avec, au premier rang, la maîtrise du foncier, des terrains urbanisés. Si la France, par rapport à nombre de pays européens, a la réputation d avoir encore un foncier largement disponible, il est évident que l on ne peut pas poursuivre continûment des politiques de gaspillage du foncier même si la France a une certaine latitude en la matière. Au-delà, il y a également la recherche de l optimisation des ressources énergétiques, des ressources en eau, et l inscription des politiques d organisation et de gestion urbaine dans une conception d un développement durable, dont on ne peut pas dire qu il est aujourd hui au fondement des politiques urbaines. Le troisième enjeu est économique, comme l expriment les témoignages de la communauté européenne. L expérience de l Europe met en avant la faible croissance économique lorsque les villes fonctionnent dans des conditions urbaines, sociales, immobilières profondément déséquilibrées. La capacité d attirer des investissements économiques et de la main-d œuvre dans les villes nécessite des conditions de fonctionnement urbain cohérentes que permet seule une bonne maîtrise du développement urbain. Enfin, le dernier enjeu auquel il faut répondre est la capacité à disposer d un patrimoine immobilier, d une offre de logements qui correspondent à la demande des ménages les plus modestes dans le secteur du logement social, mais aussi, d une manière générale, pour l ensemble des catégories de ménages. On voit bien aujourd hui qu un certain nombre d évolutions, non seulement dans les quartiers d habitat social, mais aussi dans les centres-villes ou dans des sites urbains, n offrent plus une diversité des types d habitat qui permette de répondre correctement à la demande des ménages. Face à ces différents enjeux, il faut pouvoir intégrer les mécanismes de marché dans les politiques publiques. Deux exemples montrent que le fonctionnement du marché peut conduire à des résultats strictement contradictoires au regard des objectifs recherchés. Dans le domaine du marché immobilier, on constate aujourd hui, dans toutes les enquêtes, une forte demande pour la maison individuelle. Or l accélération de la construction de maisons individuelles a conduit à des phénomènes de diffusion, d extension urbaine, qui constituent à l évidence des dysfonctionnements qu il faut résorber dès aujourd hui et que les politiques sectorielles, par exemple celle concernant les transports collectifs, ne sont pas à même de réguler correctement. Savoir tenir compte de cette demande, savoir se donner les moyens d y répondre sans pousser à l étalement urbain, à la diffusion urbaine avec tous les problèmes que cela pose, est une nécessité des politiques publiques que le marché ne peut assurer seul. Un deuxième type d exemple se situe dans le domaine des investissements commerciaux. Lorsqu un investisseur a le choix entre situer cet équipement dans du tissu urbain dense, là où la clientèle est présente et facilement accessible, ou dans un tissu périphérique, le choix est fait en faveur d implantations périphériques au regard de critères de rentabilité de l investissement. L implantation d équipements commerciaux dans la ville doit respecter un certain nombre d infrastructures, d équipements, une certaine organisation urbaine, et représente un surcoût mais également des difficultés 2

3 d intégration qui poussent les investisseurs à choisir des équipements dans des zones périphériques. Si une politique volontariste dans ce domaine n est pas menée, les implantations que l on a pu constater ces dernières années se poursuivront, avec l effet extraordinairement structurant qu ils peuvent avoir sur l évolution des villes. Ainsi, le renouvellement urbain, défini comme la conjugaison d investissements d aménagement urbain et d investissements immobiliers, exige une politique volontariste des collectivités publiques, avec au premier rang les collectivités locales qui sont responsables de la définition des objectifs, du programme d actions, du pilotage de l ensemble des projets et également de la mobilisation de l ensemble des concours financiers publics nécessaires aux opérations. Parmi ces concours financiers, les financements européens prennent une place accrue aux côtés des financements de l État et de ceux des collectivités territoriales. Mais le renouvellement urbain ne concerne pas uniquement les acteurs publics de la ville: à ceux-ci revient la charge de la politique d ensemble et de la politique de financement des services publics qui participent aux opérations de renouvellement urbain, Aux acteurs privés reviennent le financement, la réalisation des projets, des services, des biens qui sont offerts par le marché: création d activités économiques, commerciales, de logements marchands. Le renouvellement urbain nécessite donc l organisation d un partenariat, non seulement opérationnel, mais également financier entre le secteur public et le secteur privé sous un pilotage d ensemble de la collectivité publique, et en particulier de la collectivité locale, avec une répartition claire des responsabilités et des financements à mobiliser. Comment avons-nous cherché à mobiliser ces financements dans le cadre des politiques publiques de renouvellement urbain en France et, en particulier, quel est le rôle de cet établissement public qu est la Caisse des dépôts et consignations? Il. -Le rôle de la Caisse des dépôts et consignations 1) Interventions dans le cadre de missions d intérêt général Rappelons que la Caisse des dépôts et consignations est un établissement financier public dont l une des missions est le financement du logement social, étendu depuis quelques années à celui du renouvellement urbain. Ce financement provient de deux grandes catégories de ressources: celles ayant pour origine la centralisation des fonds d épargne qui sont collectés par les réseaux collecteurs de l épargne populaire, Caisse d épargne, Poste, et des ressources propres de l établissement public, celles qu il tire de ses propres activités financières et bancaires. Cet établissement public, s il n a pas au sens propre d équivalent dans l Union européenne, peut néanmoins être rapproché d un certain nombre d organismes, en particulier par cette spécificité dont il dispose de conjuguer des missions d intérêt général et des activités concurrentielles dans le domaine financier, bancaire et en particulier de la banque d investissement. L Allemagne dispose d établissements financiers qui ont des missions comparables, même si elles ne sont pas exercées à l échelle nationale, comme c est le cas en France. Dans la mise en œuvre des financements qui correspondent aux missions d intérêt général de la Caisse des dépôts et consignations, celle-ci agit dans le cadre de conventions passées avec l État, ce qui est conforme au partenariat nécessaire entre secteur public et secteur privé. D une certaine manière, la Caisse des dépôts et consignations sert à établir le lien financier nécessaire entre interventions et financements publics d une part, interventions et financements privés d autre part. Comment peut-on illustrer cette double caractéristique d une intervention définie avec la puissance publique et conforme à cette conception? Premièrement par le choix des territoires dans lesquels la Caisse des dépôts et consignations intervient et qui font l objet d une politique locale contractualisée avec la puissance publique dans ses objectifs et dans les financements publics qui sont mobilisés. Ils correspondent à ce que l on appelle les territoires prioritaires de la politique de la ville, grands projets de ville, opérations de renouvellement urbain. Mais ils ne s y réduisent pas. Nous avons obtenu du gouvernement que, sur les territoires et les quartiers dans lesquels existent des opérations de renouvellement d une certaine ampleur, les dispositifs financiers incitatifs de la Caisse des dépôts et consignations puissent intervenir. Cette légitimité publique se justifie, non seulement par la sélection à apporter aux financements qui sont mobilisés et l arbitrage nécessaire à faire, mais aussi au regard de la réglementation européenne, dès lors que des financements qui recourent à des dispositifs financiers ou fiscaux incitatifs sont mobilisés. Il est à la fois nécessaire et légitime du point de vue du droit européen, qu ils puissent relever clairement de l intérêt général, et que cet intérêt général soit bien fixé par l État national. 2) Modalités d intervention de la Caisse des dépôts et consignations: l exercice de ces deux métiers financiers différents et complémentaires 3

4 Dans le cadre de son métier de prêteur, la CDC attribue des financements sous forme de prêts aux opérateurs de renouvellement urbain. Des gammes de prêts spécialement dédiées aux opérations de renouvellement urbain, les prêts projets urbains (les PPU) ont été établis il y a une dizaine d années, et plus récemment les prêts renouvellement urbain qui sont des prêts consentis dans des conditions financières tout à fait privilégiées, puisque les prêts renouvellement urbain sont consentis à un taux de 3 % sur des durées qui peuvent aller jusqu à cinquante ans et peuvent prévoir des différés d amortissement jusqu à dix ans, en particulier en tenant compte de la situation financière des opérations et des emprunteurs. Ces prêts ont aussi une caractéristique majeure par rapport aux prêts traditionnels que connaissent les bailleurs sociaux puisqu ils sont destinés à financer tous types d investissements dans les opérations de renouvellement urbain, d une part les investissements immobiliers, démolition de logements, reconstruction, réhabilitation, mais également des investissements urbains, et également des investissements économiques qui peuvent être réalisés par tous types d opérateurs, des opérateurs publics (collectivités locales, organismes du logement social, aménageurs publics) mais également par des opérateurs privés (investisseurs privés) dès lors, bien entendu, qu ils répondent aux critères et, en particulier, aux critères d objectif de ces opérations. On voit là une évolution qui reste quantitativement relativement marginale par rapport à la masse des financements qui sont mobilisés: les prêts renouvellement urbain représentent sur les trois années , 10 milliards de francs de prêts, alors que 25 milliards de francs annuels sont attribués traditionnellement aux organismes de logement social, ou aux aménageurs publics. Sans être négligeables, ce sont des masses qui sont encore secondaires, mais on voit bien une évolution assez significative de doctrine, car ce sont des prêts qui financent des investissements dans des opérations de renouvellement urbain et qui ne sont pas exclusivement dédiés à des investisseurs et des opérateurs publics. On passe donc clairement, à travers ces prêts, d une logique de financement d acteurs à une logique de financement d opérations, à condition que ces opérations se situent dans un cadre d action publique. Deuxième métier exercé, c est le métier d investisseur public, et celui-là peut exiger un peu plus de clarifications. Un des objectifs recherchés à travers ces opérations de régénération urbaine, de restructuration urbaine est le traitement des espaces publics, des transports collectifs, de l aménagement urbain, de l immobilier, mais également de recréer les conditions du développement économique dans ces quartiers, en particulier en matière d immobilier, d immobilier commercial, d activités, également en matière d habitat résidentiel. Ceci nécessite le recours à des investisseurs aujourd hui peu motivés sur des opérations soit trop risquées, soit se déroulant dans des territoires sur lesquels ils estiment que le risque de l investissement est trop élevé du point de vue de sa sécurité et de l image du quartier. Par cette activité d investisseur public, la CDC cherche à anticiper la transformation urbaine des quartiers, de manière à permettre, par la réduction ou le partage de la prise de risques, l investissement marchand là où aujourd hui il est absent. Ainsi, depuis deux ans, nous effectuons des investissements «dans des opérations d immobilier commercial, d immobilier d activités, de traitement de copropriétés, sur lesquelles la prise de risque est élevée, sur lesquelles la rentabilité est plus faible que celle de l investissement marchand, en s associant à des acteurs privés de manière que se recrée un processus d investissement. Dans ces quartiers désertés aujourd hui par l investissement économique, l objectif est de recréer une diversité des modes d intervention, des types d activités, qui nous paraît être un des objectifs de ces politiques de restructuration urbaine. Ill. -Les obstacles aux opérations de restructuration urbaine Il existe bien entendu des obstacles de plusieurs types. En premier lieu, d ordre politique. On constate en France une difficulté des collectivités locales à définir des objectifs opérationnels laissant toute leur place à la diversité sociale, à la diversité urbaine, à la diversité immobilière. Un partenariat opérationnel d acteurs responsables est difficile à établir, comme le prouvent, par exemple, les lenteurs de mise en place des dispositifs de la politique de la ville. Une deuxième série d obstacles est d ordre opérationnel. Ces projets nécessitent des montages et une ingénierie particulièrement complexes. La mesure en France des efforts et des investissements, des financements, qui doivent être affectés à ces phases de montage et d ingénierie n est pas encore totalement prise en compte. La CDC y consacre une partie importante de son programme de financements, en prélevant une partie des masses financières affectées à ces opérations à ce dispositif d ingénierie. Aujourd hui, un fonds d investissements est constitué qui est doté pour les trois années, 2000, 2001 et 2002, de 3 milliards de francs. Sur ce fonds de 1 3 milliards de francs, 100 millions de francs sont consacrés 4

5 chaque année (soit 300 millions de francs sur les trois ans, 10% du montant total du fonds) au financement sous forme de concours, de subventions, de ces dispositifs d ingénierie. Aujourd hui, ni l État, ni les collectivités locales, ni même les opérateurs, qu ils soient publics ou privés, n ont fait l effort de consacrer les sommes nécessaires si l on veut mettre en place sur ces opérations l ingénierie qualifiée. Un troisième type d obstacles porte sur l inadéquation des procédures, notamment en matière d urbanisme opérationnel. Aujourd hui, l ensemble des acteurs engagés dans ces opérations doive procéder à des combinaisons de procédures existantes pour permettre de réaliser, dans des conditions de relative efficacité, l ensemble des investissements qui sont nécessaires à partir de l intervention publique et des procédures publiques existantes, jusqu à la mobilisation des investissements privés, dans des conditions juridiques qui offrent peu de garanties de robustesse au regard des risques, à la fois de recours bien sûr, mais aussi des risques de toute nature qu elles comportent. De ce point de vue, la loi SRU représente une étape importante dans l affirmation des objectifs, des principes et de certains dispositifs en matière de renouvellement urbain. Le dernier obstacle est d ordre financier. Il existe un problème d arbitrage sur les dépenses publiques et les dépenses des collectivités publiques. Pourtant, depuis vingt ans que la politique de la ville existe dans ce pays, jamais autant de ressources publiques n ont été dégagées et ne peuvent être mobilisées pour cette politique. L Europe, pour la première fois, sur la période , consacre dans le cadre de l objectif 2 des financements européens importants pour ces politiques urbaines; l Etat lui-même a fortement renforcé ses dotations. Les collectivités locales autres que les communes en particulier les régions, et maintenant de plus en plus les départements - acceptent également de consacrer des financements qu elles n affectaient pas auparavant à ces opérations. Il n en reste pas moins, d une manière très inégale d une ville à l autre, qu il y a dans certains cas des collectivités, des communes qui sont dans l incapacité d affecter les financements publics qui leur sont nécessaires, notamment si on veut leur faire jouer le rôle de maître d ouvrage urbain. La question de la situation des organismes d HLM et des ressources qu ils peuvent affecter au financement des opérations qui concernent leur patrimoine constitue aussi un sujet de préoccupation. Une réflexion est menée avec les représentants des organismes d HLM, l Union des HLM et les fédérations concernées, pour leur donner les moyens d éclairer la situation par des dispositifs et des logiciels d aide à la décision et, en même temps, examiner avec eux, le type de réponse à apporter en fonction du type d opération. Il existe deux types de patrimoine HLM à réhabiliter : ceux qui présentent souvent une situation déficitaire, en raison d un taux de vacances élevé, sur lesquels la restructuration apporte assez rapidement à moyen terme une capacité de rééquilibrage. Au contraire certains programmes immobiliers dégagent des excédents financiers importants et les perspectives de démolition, de réaménagement, de restructuration peuvent faire perdre ces excédents, tout en chargeant financièrement les coûts d exploitation des organismes ou leur bilan par l amortissement accéléré du capital restant dû ou par le financement des coûts de démolition. Un dernier type de ressources est constitué par la mobilisation des investisseurs privés qui acceptent de s inscrire dans des opérations encadrées par la puissance publique. Des dispositifs de garantie partielle peuvent permettre de partager ou de réduire le risque que peuvent prendre les investisseurs privés, de telle manière qu ils soient mieux mobilisés sur ces opérations. En guise de conclusion, quelques observations peuvent être formulées. Premièrement, la politique de renouvellement urbain est nécessairement une politique publique conjuguant aménagement et investissement immobilier sous la responsabilité des collectivités locales. Deuxièmement, elle ne peut être mise en œuvre efficacement qu en combinant intervention publique et intervention privée dans un cadre de partenariat organisé. Troisièmement, elle exige des financements incitatifs qui permettent de bénéficier, aussi bien pour l immobilier social que pour l investissement économique privé dans certaines zones, d incitations fiscales ou de bonifications sans lesquelles les opérations ne peuvent pas être aujourd hui réalisées. Quatrièmement, les financements traditionnels affectés aux acteurs publics du logement social évoluent vers des financements à des opérations contractualisées avec la puissance publique. Dernier point, le retour de l investissement privé nécessite des formes de portage de risque, ou des formes de garantie qui permettent de réinitialiser un processus autorisant les quartiers à connaître une diversité sociale, urbaine, d acteurs et de recréer ainsi la ville qui fait défaut aujourd hui. 5

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 38 Libellé de la

Plus en détail

Financement du logement social Enjeux et actualités du Fonds d épargne

Financement du logement social Enjeux et actualités du Fonds d épargne Financement du logement social Enjeux et actualités du Fonds d épargne Réunion annuelle d information Direction régionale Midi-Pyrénées Josselin KALIFA Directeur des prêts et de l habitat Toulouse 20 mai

Plus en détail

> Rue Eugène Thomas, Nantes. Axe 2. Diversifier l offre pour assurer les parcours résidentiels des ménages sur l agglomération

> Rue Eugène Thomas, Nantes. Axe 2. Diversifier l offre pour assurer les parcours résidentiels des ménages sur l agglomération > Rue Eugène Thomas, Nantes Axe 2 Diversifier l offre pour assurer les parcours résidentiels des ménages sur l agglomération 22 Aux objectifs quantitatifs de soutien et de relance de la production d habitat

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Remise du 3000 Chèque Premier Logement

Remise du 3000 Chèque Premier Logement ème Remise du 3000 Chèque Premier Logement Vendredi 6 juillet 2012 à 11h30 Hémicycle Bargemon, 13002 Marseille I. Remise du 3000 ème Chèque Premier Logement II. III. IV. Le Chèque Premier Logement Un Engagement

Plus en détail

Les aides locales à l accession à la propriété

Les aides locales à l accession à la propriété Mai 2008 «Dans les prochaines pistes de réformes qui seront examinées, la priorité restera donnée à la politique d accession à la propriété.», Politique du logement, 2 e Conseil de modernisation des politiques

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Le financement de long terme des projets du secteur public local

Le financement de long terme des projets du secteur public local Le financement de long terme des projets du secteur public local 2 3 1. Les missions du fonds d épargne Les missions du fonds d épargne Au sein de la Caisse des Dépôts, le fonds d épargne a pour missions

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. 23/09/2014 CRD SU Rhône Alpes

Offre de la Caisse des Dépôts dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. 23/09/2014 CRD SU Rhône Alpes Offre de la Caisse des Dépôts dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville 1 quartiers prioritaires Le financement La CDC intervient dans le cadre de la politique de la Ville sur les volets

Plus en détail

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL

CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL CHARTE SUR LES MUTATIONS INTERNES AU SEIN DU PARC SOCIAL Introduction Avec 115 810 demandeurs d un logement HLM dont 91105 parisiens au 31 décembre 2008, l ampleur de la demande de logements sociaux exprimée

Plus en détail

Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS. LE locatif Social

Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS. LE locatif Social Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS LE locatif Social LE LOCATIF SOCIAL Les principes Locatif social, abordable, conventionné, etc :

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Les aides moyennes publiques en faveur du logement social pour l acquisition amélioration (AA) 1

Les aides moyennes publiques en faveur du logement social pour l acquisition amélioration (AA) 1 Les aides moyennes publiques en faveur du logement social pour l acquisition amélioration (AA) 1 Ce document est un outil qui permet de déterminer les aides en faveur du logement social, qu il s agisse

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé

La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Communiqué de Presse Dunkerque, lundi 4 avril 2005 La Communauté urbaine de Dunkerque au service du logement social et de la rénovation de l habitat privé Michel Delebarre, Ancien Ministre d Etat, Député-Maire

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

Bienvenue. Ouverture par Jacqueline ERROT

Bienvenue. Ouverture par Jacqueline ERROT 20 et 21 mai Bienvenue Ouverture par Jacqueline ERROT Bilan 2013 par Mathias PERRIOT 2013 Loi relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Habitat construction Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2005-61 du 21 décembre 2005 du conseil d administration de la Caisse de garantie du logement

Plus en détail

Cette note est la première d une série que l Observatoire de l innovation locale de la Fondation

Cette note est la première d une série que l Observatoire de l innovation locale de la Fondation Note n 11 - Fondation Jean-Jaurès / Observatoire de l innovation locale - 11 décembre 2013 - page 1 Jean-Pierre Jouyet* *Directeur général du groupe Caisse des Dépôts Cette note est la première d une série

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015

DOSSIER DE PRESSE. Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement. Paris, le 15 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE Sylvia Pinel présente 20 actions pour améliorer la mixité sociale dans le logement Paris, le 15 avril 2015 Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2008 Assemblée Nationale Commission des finances, de l'économie générale et du plan MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT

Plus en détail

de vous Mag Des informations pour votre logement L OPH de l Ariège vous équipe en détecteurs de fumée

de vous Mag Des informations pour votre logement L OPH de l Ariège vous équipe en détecteurs de fumée Des informations pour votre logement Quel habitat demain? p. 2 Rénovation urbaine du quartier de la gare à Pamiers p. 4 Restructuration du quartier de Ginabat à Montoulieu p. 6 Du 21 novembre au 4 décembre,

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

DEVENEZ ACTEUR DU LOGEMENT SOCIAL EN VAUCLUSE

DEVENEZ ACTEUR DU LOGEMENT SOCIAL EN VAUCLUSE - Document réalisé par la Direction Départementale de l Équipement de Vaucluse - Décembre 2008 - www.vaucluse.equipement-agriculture.gouv.fr DEVENEZ ACTEUR DU LOGEMENT SOCIAL EN VAUCLUSE SOMMAIRE 2 Le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

Programme Local de l Habitat 2013-2018

Programme Local de l Habitat 2013-2018 Programme Local de l Habitat 2013-2018 Fiche-action n 2 Axe 1 : «Assurer et soutenir financièrement une répartition équilibrée de la production sociale» REGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES AU LOGEMENT LOGEMENTS

Plus en détail

Rencontre publique sur le logement. Urbanisme et Démocratie Collectif Logement Paris14

Rencontre publique sur le logement. Urbanisme et Démocratie Collectif Logement Paris14 Rencontre publique sur le logement Urbanisme et Démocratie Collectif Logement Paris14 Rencontre publique sur le logement Premier exposé : Y voir clair dans le jargon, Le PLH, Le PLU, le FSL, l'apl, le

Plus en détail

Bilan 2010 Bâtiment et Travaux Publics

Bilan 2010 Bâtiment et Travaux Publics Bilan 21 Bâtiment et Travaux Publics absence de grands projets continue de pénaliser l activité du secteur, dont les indicateurs sont mal orientés pour la troisième année consécutive. Après plusieurs années

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission LE COMMERCE DE DÉTAIL EN POLYNÉSIE FRANÇAISE Agence de Papeete Novembre 24 La présente note vise à : présenter les principales caractéristiques des entreprises du commerce de détail en Polynésie française

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

1 % logement : un service qui ne se dément pas

1 % logement : un service qui ne se dément pas 1 % logement : un service qui ne se dément pas Depuis la signature de la convention quinquennale du 3 août 1998, qui verra sa fin en 2003, le 1 % a bien changé. Claude COURTY [courty@cfecgc.fr] 48 Chargé

Plus en détail

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION A. LE CADRE REGLEMENTAIRE B. LA NATURE DES INTERVENTIONS LES TROIS PHASES D UNE POLITIQUE FONCIERE LES TROIS TYPES D INTERVENTION C. UN PARTENARIAT

Plus en détail

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Paris, le 22 septembre 2010 Communiqué de presse Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Le deuxième rapport annuel de l Observatoire de la microfinance met en relief des évolutions notables

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Premier banquier de l immobilier

Premier banquier de l immobilier Premier banquier de l immobilier 2 e groupe bancaire en France 2e banque des particuliers 2e banque principale 2e pour les crédits immobiliers 2e pour l'épargne 1ère banque des PME 2e banque des professionnels

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement 14 12 28 10 PIBA offre une gamme cohérente de savoirs faire en assistance à Maîtrise d Ouvrage, en Maîtrise d Ouvrage Déléguée ainsi qu en Pilotage

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise Présentation de l entreprise L investissement des collectivités locales : un enjeu national «L investissement des collectivités locales est nécessaire à l avenir économique et à la cohésion sociale du

Plus en détail

Pour accompagner la réussite de tous les projets

Pour accompagner la réussite de tous les projets Pour accompagner la réussite de tous les projets «La Caisse des dépôts et consignations et ses filiales constituent un groupe public au service de l intérêt général et du développement économique du pays.

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

Décentralisation, gouvernance locale et lutte contre la pauvreté. Cas de la Tunisie

Décentralisation, gouvernance locale et lutte contre la pauvreté. Cas de la Tunisie Séminaire sur la décentralisation, la gouvernance locale et la lutte contre la pauvreté Décentralisation, gouvernance locale et lutte contre la pauvreté Cas de la Tunisie Mokhtar Hammami Tanger, 27 septembre

Plus en détail

Délibération N CR 59-15

Délibération N CR 59-15 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 1 CR 59-15 Délibération N CR 59-15 DU 19 juin 2015 Partenariats avec la FNARS Ile-de-France, la Fondation Abbé Pierre, la Fédération nationale Solidarités femmes (FNSF),

Plus en détail

Donnons une dimension responsable et durable au développement urbain

Donnons une dimension responsable et durable au développement urbain Donnons une dimension responsable et durable au développement urbain Le conseil et la complémentarité au service des collectivités et des opérateurs de l habitat Créée en juillet 2002, la société Asset

Plus en détail

mode d emploi secteur public www.bei.org Au service du

mode d emploi secteur public www.bei.org Au service du Au service du secteur public mode d emploi Le secteur public joue un rôle majeur dans l investissement en France. Le Groupe BEI est mobilisé pour apporter des financements à long terme à des taux attractifs

Plus en détail

2014 Lyon est une chance Logement, une nouvelle approche

2014 Lyon est une chance Logement, une nouvelle approche 2014 Lyon est une chance Logement, une nouvelle approche Depuis 12 ans, Lyon a connu une forte augmentation du prix des logements au m² (+150%) et des loyers (+50%) ; une augmentation disproportionnée

Plus en détail

propriétaires occupants très modestes

propriétaires occupants très modestes Les fiches info logement de l ADIL 60 Financement et fiscalité de l amélioration thermique Le programme Habiter mieux Le programme Habiter Mieux est un régime d aides spécifiques qui s adresse aux propriétaires

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

CONVENTION AVEC LE BÉNÉFICIAIRE CONVENTION N 08/RPC-LG-PF-00

CONVENTION AVEC LE BÉNÉFICIAIRE CONVENTION N 08/RPC-LG-PF-00 MISE EN ŒUVRE D UN DISPOSITIF REGIONAL D AIDE AU PORTAGE FONCIER ET IMMOBILIER DESTINÉ À DES OPERATIONS DE LOGEMENT SOCIAL EN POITOU-CHARENTES CONVENTION AVEC LE BÉNÉFICIAIRE CONVENTION N 08/RPC-LG-PF-00

Plus en détail

Prêt social de locationaccession

Prêt social de locationaccession CIFP 21 juin 2012 Prêt social de locationaccession (PSLA) Les avantages fiscaux : TVA et TFPB Isabelle.leyrat-mignard@developpement-durable.gouv.fr Chargée de mission fiscalité du logement Direction de

Plus en détail

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H E R E N T S

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H E R E N T S F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H E R E N T S Flash 0908 du 22 avril 2009 LES NOUVELLES MESURES FINANCIÈRES ET FISCALES EN FAVEUR DU LOGEMENT NEUF Nous vous prions de bien vouloir trouver

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers Direction Territoriale Normandie Centre Septembre 2014 Action Bimby 3.2 : Intégration de la démarche aux outils fonciers et procédures d aménagement Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements

Plus en détail

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE

L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE L IMPLICATION DES ORGANISMES HLM DANS LES CONTRATS DE VILLE Le 14 Mai 2014 USH Service Politiques urbaines et sociales L architecture des contrats de ville Contrat de ville : projets territoriaux intégrés

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I CHIFFRES CLÉS GROUPE EXPERTISE OFFRE sommaire s o m m a i r e préambule l avenirsedécideaujourd hui Depuis toujours l immobilier d investissement fait partie

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Le livret A : retour sur l évolution d un produit d épargne traditionnel

Le livret A : retour sur l évolution d un produit d épargne traditionnel Le livret A : retour sur l évolution d un produit d épargne traditionnel Le livret A est un produit d épargne traditionnel. Son ancienneté (sa création remonte au début du dix-neuvième siècle) et le caractère

Plus en détail

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018)

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Les copropriétés dans leur diversité 1. un petit immeuble datant du moyen âge (15 ème siècle), en pans de bois,

Plus en détail

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX

LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX LOI DUFLOT ACTE I : PLUS DE TERRAINS DISPONIBLES POUR PLUS DE LOGEMENTS SOCIAUX DROIT PUBLIC IMMOBILIER Premier acte de l intervention du législateur en faveur de la construction de logements, la loi n

Plus en détail

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE)

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) Décret n 97-393 du 9 juillet 1997 portant création et organisation d un établissement public à caractère administratif dénomme Agence Nationale

Plus en détail

NOGENT-LE-ROTROU (28 - Eure-et-Loir) Redynamisation du centre commercial «Les Gauchetières» Note descriptive du projet

NOGENT-LE-ROTROU (28 - Eure-et-Loir) Redynamisation du centre commercial «Les Gauchetières» Note descriptive du projet NOGENT-LE-ROTROU (28 - Eure-et-Loir) Redynamisation du centre commercial «Les Gauchetières» Note descriptive du projet Restructuration du pôle commercial «Les Gauchetières» à Nogent-le-Rotrou_27 janvier

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations

Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations Stratégie foncière autour des quartiers de gares : outils de contrôle, de maîtrise, d encadrement des mutations Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Diversités des outils et

Plus en détail

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Directeur général adjoint en charge des finances et services généraux du conseil régional des Pays de la Loire Contexte La région des Pays de

Plus en détail

Mise en copropriété des immeubles HLM

Mise en copropriété des immeubles HLM Mise en copropriété des immeubles HLM Opportunités et risques Soraya DAOU, architecte DPLG Sommaire Anah Enjeux de la vente HLM PLH et politique de l habitat Leviers L Anah L'Anah, établissement public

Plus en détail

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT Séminaire PLH Caen la mer 07/11/2014 1 I. La place du logement et de l habitat dans le quotidien de nos concitoyens 2 LA PLACE DU LOGEMENT ET

Plus en détail

Déroulement de la présentation

Déroulement de la présentation Déroulement de la présentation Panorama des principaux outils de l urbanisme opérationnel - Les outils opérationnels - Les outils de financement Le lotissement communal de la Pointe de Fromentières - Les

Plus en détail

Aides nationales et objectif localisé : l exemple de la majoration du PTZ en ZUS ANIL, septembre 2006 Habitat Actualité n 98

Aides nationales et objectif localisé : l exemple de la majoration du PTZ en ZUS ANIL, septembre 2006 Habitat Actualité n 98 Aides nationales et objectif localisé : l exemple de la majoration du PTZ en ZUS ANIL, septembre 2006 Habitat Actualité n 98 Les aides nationales ont souvent d autant plus de succès qu elles sont moins

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Communauté d Agglomération Evry Centre Essonne

Communauté d Agglomération Evry Centre Essonne Communauté d Agglomération Evry Centre Essonne PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU BUREAU DE COMMUNAUTE DU LUNDI 14 JUIN 2010 Le Bureau de la Communauté d Agglomération Evry Centre Essonne, régulièrement convoqué,

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA offre une gamme cohérente de savoirs faire en assistance à Maîtrise d Ouvrage, en Maîtrise d Ouvrage Déléguée ainsi qu en pilotage de projets.

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PRESENTATION HISTORIQUE: La société PIBA (Projets, Ingénierie, Bâtiments et Aménagement) est une filiale du bureau d études IBAU) dédiée aux métiers

Plus en détail

Convention entre l Etat, l UESL et la CDC sur le développement de l accession sociale par portage foncier

Convention entre l Etat, l UESL et la CDC sur le développement de l accession sociale par portage foncier Convention entre l Etat, l UESL et la CDC sur le développement de l accession sociale par portage foncier Entre l Etat, représenté par le ministre de l emploi, de la cohésion sociale et du logement, le

Plus en détail

Logement : actif maudit ou investissement d avenir?

Logement : actif maudit ou investissement d avenir? Actes des Plénières Logement : actif maudit ou investissement d avenir? Débat animé par Gaël THOMAS, Directeur de la Rédaction BUSINESS IMMO Mercredi 3 décembre 2014 Intervenants : Bruno CORINTI, Directeur

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

CREATION DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT COMMUNE EPARECA / CAISSE DES DEPOTS

CREATION DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT COMMUNE EPARECA / CAISSE DES DEPOTS DOSSIER DE PRESSE - 18 JUIN 2014 CREATION DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT COMMUNE EPARECA / CAISSE DES DEPOTS Crédit photos : Philippe Caumes Le centre commercial Centre de l Europe - Hérouville-Saint-Clair

Plus en détail

Livre Vert. Le financement à long terme de l économie

Livre Vert. Le financement à long terme de l économie Livre Vert Le financement à long terme de l économie Réponse de l Union sociale pour l Habitat Europa Transparency Registration : n 51553694127-62 VT 14/05/2013 L Union sociale pour l habitat représente,

Plus en détail

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS ACTIVITÉ DE L EPF LR AU 31 JUILLET 2013 Tout axe du PPI confondu L EPF LR INTERVIENT SUR LES TERRAINS EN AMONT DE L AMÉNAGEMENT L EPF LR acquiert

Plus en détail

Le développement de l offre locative DOSSIER

Le développement de l offre locative DOSSIER DOSSIER Développement de l offre locative privée à loyers modérés et intermédiaires sur la communauté urbaine de Lyon Le développement de l offre locative privée à caractère social ou intermédiaire doit

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Les garanties des prêts au logement social

Les garanties des prêts au logement social Les garanties des prêts au logement social Marina Mauclaire Directrice des prêts - Direction régionale Centre Orléans - 11 juin 2015 Le système de financement du logement social sur Fonds d Epargne Rémunérer

Plus en détail

PROTOCOLES HABITAT. fixant les modalités de mise en œuvre du volet Habitat du GRAND PROJET DE VILLE LYON LA DUCHERE 2003 / 2006 2006 / 2009.

PROTOCOLES HABITAT. fixant les modalités de mise en œuvre du volet Habitat du GRAND PROJET DE VILLE LYON LA DUCHERE 2003 / 2006 2006 / 2009. PROTOCOLES HABITAT fixant les modalités de mise en œuvre du volet Habitat du GRAND PROJET DE VILLE LYON LA DUCHERE 2003 / 2006 2006 / 2009 Entre : L Etat La Communauté Urbaine de Lyon La Ville de Lyon

Plus en détail

Le Gic s engage pour le logement

Le Gic s engage pour le logement Le Gic s engage pour le logement Qui sommes nous? Le Gic, Comité Interprofessionnel du Logement : fait partie des 21 CIL d Action Logement est une association Loi 1901 créée en 1955 à l initiative de la

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Réunion des directeurs financiers des Grandes villes & Grandes communautés

Réunion des directeurs financiers des Grandes villes & Grandes communautés Réunion des directeurs financiers des Grandes villes & Grandes communautés Jean-Charles Flaus Responsable financement des infrastructures durables Direction des fonds d épargne 1 8 et 11 décembre 2008

Plus en détail

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité?

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? ADIL / L INFORMATION SUR L HABITAT une question d adresse... Résidence Leclerc - 3 Boulevard Lacombe - 81000

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Investissement Immobilier & Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Décembre 2008 Synthèse Cette étude souligne les effets positifs de l investissement

Plus en détail

AVIS. sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris-Dauphine

AVIS. sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris-Dauphine 2012-17 Séance du 12 septembre 2012 AVIS sur le schéma pluriannuel de stratégie immobilière de l Université Paris-Dauphine Vu le décret n 2011-1388 du 28 octobre 2011 modifi ant le décret n 2006-1267 du

Plus en détail

Batixia, 10 années d intervention après, Ou comment activer la reconquête économique des territoires et des sites urbains en mutation dans la région

Batixia, 10 années d intervention après, Ou comment activer la reconquête économique des territoires et des sites urbains en mutation dans la région Batixia, 10 années d intervention après, Ou comment activer la reconquête économique des territoires et des sites urbains en mutation dans la région Nord-Pas de Calais Sommaire La vocation de Batixia :

Plus en détail