1090 rue Lafontaine Drummondville, Québec J2B 1M9

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1090 rue Lafontaine Drummondville, Québec J2B 1M9"

Transcription

1 1090 rue Lafontaine Drummondville, Québec J2B 1M9 Tel: Fax: Courriel : Site web: Les services Interventions psychosociales : Interventions individuelles et familiales où l aide est reliée au soutien, à la communication, à la résolution de problèmes ou à la référence. Activités d information : Activités permettant la transmission de renseignements sur tous les aspects reliés aux différentes problématiques. Groupes d entraide : Activités qui consistent en des moments d entraide entre pairs. Activités de formation : Activités d éducation permettant aux participants d acquérir certaines connaissances, habiletés et attitudes en lien avec les stratégies d adaptation individuelles et familiales. Activités de sensibilisation : Sensibilisation de la population sur la situation des membres de l entourage. Prévention de l épuisement des accompagnateurs et sensibilisation sur les problèmes de santé mentale. Mesures de répit-dépannage : Ces mesures visent à permettre à la famille de se dynamiser pour ainsi prévenir une éventuelle détérioration des ressources de soutien au sein de la famille. L articulation des activités de répit-dépannage se fait en fonction des besoins. Il est important de préciser que ces mesures ne doivent pas remplacer ou combler le manque de ressources dans la communauté pour les personnes qui ont des problèmes de santé mentale. ET PLUS Fait: Octobre 2013

2 INTRODUCTION Chacun d entre nous vit des moments plus difficiles que d autres. Parfois, notre état d esprit peut être affecté pendant plusieurs heures ou pour quelques jours. Ces sentiments sont normaux et on ne doit pas s inquiéter pour autant. Lorsqu on parle de dépression, nous faisons référence à une maladie qui affecte la mémoire, la pensée (les fonctions cognitives), l humeur (état d esprit), et qui se traduit par des changements physiques et comportementaux. Elle a un impact sur la façon de se sentir, de penser, de manger, de dormir et d agir. La dépression est une maladie des plus répandue à travers le monde. Le premier épisode de dépression se produit généralement entre l âge de 25 et 44 ans, mais la maladie peut aussi toucher les enfants, les adolescents et les personnes plus âgées. Personne n est à l abri de cette maladie. Par contre, on remarque que le pourcentage des femmes atteintes de dépression est sensiblement plus élevé que celui des hommes. Association des parents et amis du malade émotionnel Fédération des familles et amis de la personne atteinte de maladie mentale Santé et services sociaux camp09/noflash.html La fondation des maladies mentales Association canadienne pour la santé mentale Société canadienne de psychologie

3 ÉMOTIONS VÉCUES PAR LES AIDANTS Impuissance Colère Épuisement L oubli de soi Tristesse Culpabilité Isolement Solitude Découragement Honte Crainte et peur Incompréhension Perte d estime et de Accroissement du Problèmes financiers confiance en soi fardeau familial LES CAUSES Les facteurs de risque : ensemble d éléments qui fait qu une personne souffre de dépression. Facteur génétique Un héritage génétique Un aidant épuisé n est pas un aidant efficace Facteur biologique Un mauvais fonctionnement du cerveau Aller chercher de l aide Développer nos connaissances (être efficace et confortable dans l aide offerte) Transformer la culpabilité en énergie constructive (prendre du recul, se recadrer) Facteur environnemental Consommation d alcool ou de drogue Évènements difficiles (deuil, séparation, perte d emploi, problèmes financiers) Stress Anxiété Émotions fortes Redistribuer les responsabilités (permettre l erreur pour permettre l apprentissage) Reprendre contact avec nos Plus il y a de facteurs de risque, plus il y a de possibilités de développer une maladie mentale. besoins et nos limites (se donner le droit de se retrouver) Investir dans des activités qui génèrent de l énergie (renouer avec nos relations, loisirs, rêves, etc.) (Source: Hélène Busque)

4 Il existe plusieurs options pour traiter la dépression et chacune d entre elles joue un rôle important. Trouver le traitement le plus efficace pour soigner la dépression peut s avérer un processus complexe nécessitant un investissement en temps et en encadrement professionnel. Médicaments Thérapies Habitudes de vie Par voie orale à courte durée ou à libération prolongée Par injection à courte ou longue durée d action L information et la thérapie peuvent vous donner les moyens de faire face à la maladie Changer ses habitudes de vie Faire de l exercice Éviter de consommer de l alcool ou de la drogue Avoir un rythme de vie plus stable et régulier Source: f=206b710c8cf3b84b3f af5af0c

5 QU EST-CE QUI AUGMENTE L AGRESSIVITÉ? Espace vital Communication Estime de soi Sécurité Autonomie Rythme Identité Confort Compréhension Une personne qui se sentira envahie dans son espace vital pourra se sentir menacée et devenir agressive. Notre façon de parler, notre ton de voix, nos attitudes sont autant d indices qui peuvent provoquer des tensions. Toute personne a besoin de se sentir reconnue, respectée dans ce qu elle est, ce qu elle vit. Le manque de respect suscite des tensions chez la personne et elle peut exploser. Chaque personne a besoin de se sentir protégée contre des dangers réels ou qu elle imagine. Malgré ses limites, chaque personne a la capacité de faire des choix. Chaque personne a son propre rythme qu il faut respecter. Chaque personne a besoin d être reconnue comme une personne unique, c est-à-dire qu on la voit telle qu elle est. Toute personne qui souffre cherche à se libérer de sa souffrance et à retrouver un état de confort. Toute personne a besoin de se sentir comprise dans ce qu elle vit : cela veut dire se sentir écoutée, acceptée, respectée et accompagnée dans son vécu. (Source: Claude Leclerc, Gérer l agressivité et les troubles mentaux dans Nursing Québec, mars/ avril 1992)

6 Au moins cinq des symptômes suivants doivent être présents pendant une période d une durée de deux semaines et avoir représenté un changement par rapport au fonctionnement antérieur; au moins un des symptômes est soit (1) une humeur dépressive, soit (2) une perte d intérêt ou de plaisir. 1- Humeur dépressive présente pratiquement toute la journée, presque tous les jours, signalée par le sujet (exemple : se sent triste ou vide) ou observée par les autres (exemple : pleurs). N.B. Éventuellement irritabilité chez l enfant-adolescent. 2- Diminution marquée de l intérêt ou du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités pratiquement toute la journée, presque tous les jours (signalée par le sujet ou observée par les autres) 3- Perte ou gain de poids significatif en l absence de régime (exemple : modification du poids corporel en un mois excédent 5 %), ou diminution ou augmentation de l appétit presque tous les jours. N.B. Chez l enfant, prendre en compte l absence ou l augmentation du poids attendue. 4- Insomnie ou hypersomnie presque tous les jours. 5- Agitation ou ralentissement psychomoteur presque tous les jours (constaté par les autres, non limité à un sentiment subjectif de fébrilité ou de ralentissement intérieur). Source: DSM-IV

7 6- Fatigue ou perte d énergie presque tous les jours. En fait, le meilleur traitement débute par un programme de prévention. Les cours prénataux donnés dans plusieurs cliniques médicales, dispensaires et CLSC apportent à la mère beaucoup d informations sur la préparation psychologique à son nouveau rôle et sur les soins à donner au bébé. La participation du conjoint est un atout indéniable qui assure une stabilité dans le tourbillon des changements qu entraînera l arrivée du bébé. Le traitement du cafard prénatal se résume en général à fournir un soutien psychologique à la mère puisque cet état est de courte durée et ne nécessite pas d intervention complexe. 7- Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée (qui peut être délirante) presque tous les jours (pas seulement se faire grief ou se sentir coupable d être malade). 8- Diminution de l aptitude à penser ou à se concentrer ou indécision presque tous les jours (signalée par le sujet ou observée par les autres). 9- Pensées de mort récurrentes (pas seulement une peur de mourir), idées suicidaires récurrentes sans plan précis ou tentative de suicide ou plan précis pour se suicider. Traitement de la dépression majeure avec apparition dans la période de post-partum Plus grave et requiert un traitement différent Psychothérapie formelle Intervention précoce et globale Épisode isolé Épisode récurrent Il y a présence d un seul épisode de dépression majeure. Il y a présence de plusieurs épisodes de dépression majeure. Source: DSM-IV

8 La caractéristique essentielle de la dépression majeure consiste en un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs sans antécédent d épisode maniaque ou d épisode hypomaniaque franc. La dépression majeure est en épisodes subdivisés isolés ou récurrents. La plupart des études ont montré que la dépression majeure est 1,5 à 3 fois plus fréquente chez les parents biologiques du premier degré de sujets présentant le trouble que dans la population générale. Source: DSM-IV Psychose du post-partum La Psychose du post-partum est la forme la plus grave des troubles mentaux postnataux. Elle survient habituellement durant le premier mois après l accouchement, et ce, chez une femme sur 1000 (Kendall et coll., 1987). Le risque est particulièrement chez les femmes atteintes de troubles affectifs bipolaires, surtout s il s agit d une première grossesse. D autres facteurs, tels que des antécédents familiaux de maladie mentale, l accouchement par césarienne, un statut socioéconomique défavorisé, le décès de l enfant immédiatement avant ou après l accouchement, ainsi que le fait de se trouver, de par la naissance de l enfant, à la tête d une famille monoparentale, contribuent à l apparition de symptômes psychotiques. Dépression et ménopause Bien que la dépression survenant durant la ménopause soit souvent attribuée aux changements hormonaux, aucune preuve pouvant confirmer ou infirmer cette hypothèse n existe à l heure actuelle. De plus, certains changements familiaux, et même le départ des enfants de la maison, peuvent coïncider avec la ménopause et contribuer à l émergence d une dépression. Source: Article Pierre Landy, M.D.

9 Cafard postnatal Le cafard postnatal est un syndrome observé chez 40 % à 80 % des femmes pendant la première ou la deuxième semaine après l accouchement (O Hara et coll. 1990). Ces femmes manifestent alors une tristesse, une anxiété, une fluctuation de l humeur et une irritabilité. Souvent, le sommeil et l appétit sont perturbés. La durée des symptômes est brève et dépasse rarement plus de quelques jours. Dépression majeure avec apparition dans la période post-partum Le début d une dépression majeure peut ressembler au cafard post-natal sauf que les symptômes persistent plusieurs mois et risquent de s accentuer avec le temps. Selon le Manuel Statistique et Diagnostic des Troubles Mentaux (DSM-IV), on peut établir un diagnostic de dépression majeure avec apparition dans la période du post-partum lorsque les syndromes surviennent dans les quatre semaines suivant l accouchement. Source: Article Pierre Landy, M.D.

10 Dépression chronique (au moins deux ans chez l adulte), mais peu accentuée. 1- Humeur dépressive (pouvant se traduire par une humeur irritable chez les enfants et les adolescents) présente pratiquement toute la journée, la majeure partie du temps, signalée par le sujet ou observée par les autres, pendant au moins deux ans (un an pour les enfants et les adolescents) 2- Quand le sujet est déprimé, il présente au moins deux critères suivants : perte de l appétit; insomnie ou hypersomnie; baisse d énergie ou fatigue; faible estime de soi; difficultés de concentration ou difficulté à prendre des décisions; sentiment de perte d espoir. Source: DSM-IV

11 Prouvé par des études portant sur la dépression, après l âge de 65 ans, plus de 1 % des hommes et 3.5 % des femmes manifestent des symptômes de dépression majeure. (Tollefson, 1993) Les symptômes de cette maladie sont très souvent reliés à une maladie physique concomitante. Symptomatologie typique La personne âgée présente des particularités symptomatologiques qui semblent assez caractéristiques : la peur de la mort; les déficits cognitifs associés (mémoire, concentration, attention, langage); les troubles du sommeil; les pertes fonctionnelles auditives et visuelles; le ralentissement psychomoteur. 3- Au cours d une période de deux ans (un an pour les enfants et les adolescents), les symptômes du point n o 1 n ont jamais été absents pendant plus de deux mois consécutifs. 4- N a jamais présenté d épisode maniaque ou d épisode hypomaniaque franc. (hypomanie : disposition de la personnalité se traduisant par un état de surexcitation avec activité et souvent créativité). 5- Non surajouté à un trouble psychotique chronique tels une schizophrénie ou un trouble délirant. 6- Il ne peut être établi qu un facteur organique a initié ou maintenu le trouble (exemple : administration prolongée d un traitement antihypertenseur) La caractéristique essentielle de la dysthymie consiste en un trouble chronique de l humeur à type d humeur dépressive présente pratiquement toute la journée, la majeure partie du temps, pendant au moins deux ans. Les frontières entre la dysthymie et la dépression majeure sont floues, notamment chez les enfants et les adolescents. Source: DSM-IV

12 Les caractéristiques associées (y compris celles liées à l âge) sont semblables à celles d un épisode dépressif majeur. Les idées délirantes et les hallucinations sont toutefois par définition absentes. Il existe souvent un trouble associé de la personnalité justifiant un diagnostic additionnel de trouble de la personnalité, soit personnalité dépendante, personnalité narcissique, schizoïde, anxieuse, histrionique, évitante et personnalité limite. Âge de l apparition Le trouble débute habituellement chez l enfant, l adolescent ou le jeune adulte; pour cette raison, il a souvent été qualifié de personnalité dépressive. Évolution Ce trouble débute habituellement de façon progressive et son évolution est chronique. Handicap et complications Le handicap du fonctionnement social et professionnel est habituellement minime ou modéré. Une hospitalisation est donc rarement nécessaire, sauf quand il y a tentative de suicide ou dépression majeure surajoutée. En raison de la chronicité de ce trouble, il semble toutefois y avoir un risque accru d apparition d une dépendance à un ou d un abus d une substance psychoactive. Chez les enfants et les adolescents, les relations sociales avec les camarades et avec les adultes sont fréquemment perturbées. Source: DSM-IV

13 Facteur prédisposant Le traitement du syndrome d épuisement professionnel est axé principalement sur des programmes de gestion du stress ainsi que sur des approches psychothérapeutiques visant à modifier les modes de rapport de l individu à son travail. Dans le cas où des facteurs psychologiques spécifiques, tels que le surinvestissement du travail dans une visée narcissique ou secondaire à un trouble de personnalité obsessionnelle, sont directement en cause, la psychothérapie a pour objectif une modification des attentes irréalistes face au travail et une meilleure organisation générale de l existence en vue de favoriser un équilibre des diverses activités quotidiennes. Les stress psychosociaux chroniques peuvent prédisposer. Chez les enfants et les adolescents, les facteurs prédisposants concernent l existence d une hyperactivité avec déficit de l attention, d un trouble de conduites. Prévalence Ce trouble est apparemment fréquent. Aspects familiaux. Il est prouvé que le trouble est plus fréquent chez les parents biologiques du premier degré de sujets présentant une dépression majeure. Diagnostic différentiel Le diagnostic différentiel entre la dysthymie et la dépression majeure est particulièrement difficile, car les deux troubles comportent des symptômes similaires et se différencient seulement par leur durée et leur sévérité. Un trouble de personnalité est souvent associé. Lorsqu une personne répond aux critères de la dysthymie et à ceux d un trouble de la personnalité, les deux diagnostics doivent être portés. Le trouble est particulièrement fréquent chez les sujets présentant une personnalité limite (borderline), histrionique, narcissique, évitante ou dépendante. Source: Article du Dr Bernard, Gauthier, M.D. psychiatre Source: DSM-IV

14 Les descriptions des symptômes suggèrent l atteinte habituelle des sphères émotionnelle, affective, cognitive, intellectuelle, somatique (relatif au corps) et comportementale chez la personne souffrant d épuisement professionnel. PLANS Émotionnel et affectif Intellectuel et cognitif Somatique Comportemental SYMPTÔMES Sentiment d impuissance et d insatisfaction au travail Perte de l enthousiasme initial Sentiment de solitude Anxiété Dépression Négativisme Troubles de la mémoire Troubles de la concentration Incertitude du jugement Indécision Confusion des idées Sans énergie Troubles gastro-intestinaux Cardiovasculaires Respiratoires Musculo-squelettiques Susceptibilité aux maladies infectieuses Problèmes liés à l endormissement Détachement Déshumanisation allant jusqu au cynisme Retrait social Fuite (retards, démissions, retraite prématurée) Source: Article du Dr Bernard, Gauthier, M.D. psychiatre

15 Il importe particulièrement de distinguer le syndrome d épuisement professionnel des maladies affectives en général et de la dépression en particulier. Bien qu il partage avec ces troubles un certain nombre de caractéristiques communes, sa survenue habituelle dans un contexte de stress chronique, mais de faible intensité la différencie des troubles d adaptation; de plus, réversibilité rapide après l arrêt au travail permet de distinguer de la dépression majeure. En fait, malgré sa popularité indéniable, la notion d épuisement professionnel n a jusqu à maintenant pas été retenue dans les systèmes de classifications des troubles mentaux, qu il s agisse du Manuel Diagnostic et Statistiques des Troubles Mentaux (DSM-IV) et des Troubles du Comportement de l Organisation Mondiale de la Santé (CIM-10). L épuisement professionnel est un concept qui comporte une valeur explicative pour un ensemble de malaises et de difficultés liées à l exercice du travail et qui présente l avantage indéniable de n être justement pas considéré comme une «maladie» proprement dite. mais un trouble apparenté. La catégorie du trouble dépressif non spécifié comprend les troubles ayant des caractéristiques dépressives qui ne remplissent pas les critères d un trouble dépressif majeur, d un trouble dysthymique, d un trouble de l adaptation avec à la fois l anxiété et l humeur dépressive. Parfois les symptômes sont présents dans le cadre d un trouble anxieux non spécifié. 1- Trouble prémenstruel Lors de la plupart des cycles menstruels de l année écoulée, des symptômes (par exemple : humeur dépressive marquée, anxiété marquée, instabilité émotionnelle marquée, diminution de l intérêt pour les activités) sont survenus avant les règles (et ont diminués peu de jours après le début des règles). Ces symptômes doivent être suffisamment sévères pour nettement perturber le travail, la scolarité, ou les activités habituelles, et doivent être complètement absents pendant au moins une semaine après les règles. 2- Trouble dépressif mineur Des épisodes d au moins 2 semaines de symptômes dépressifs. Source: Article du Dr Bernard, Gauthier, M.D. psychiatre Source: DSM-IV

16 3- Trouble dépressif bref récurrent Des épisodes dépressifs d une durée de 2 jours à 2 semaines, survenant au moins une fois par mois pendant 12 mois. 4- Trouble dépressif postpsychotique de la schizophrénie Un épisode dépressif majeur survenant au cours de la phase résiduelle d une schizophrénie. 5- Un épisode dépressif majeur surajouté à un trouble délirant, un trouble psychotique non spécifié, ou à la phase active d une schizophrénie. 6- Toutes les situations où un trouble dépressif est présent d après le clinicien, mais pour lequel ce dernier ne peut déterminer s il est primaire, dû à une affection médicale générale, ou induit par une substance. Source: DSM-IV

17 Source: Article du Dr Bernard, Gauthier, M.D. psychiatre

18 Comme son nom l indique, la dépression saisonnière suit un cycle saisonnier. Elle apparaît habituellement à l automne, gagne graduellement en intensité pour atteindre son paroxysme pendant les mois de décembre et de janvier, pour ensuite aller en diminuant et disparaître au printemps, pendant l été. Pendant l été, les personnes qui souffrent de cette maladie se portent généralement très bien ou présentent parfois une légère hypomanie (définition hypomanie : disposition de la personnalité se traduisant par un état de surexcitation avec activités et souvent créativité). Ce type de dépression se manifeste presque tous les ans, bien qu il puisse ne pas être présent certaines années. Le moment d apparition des symptômes peut varier de quelques semaines, d une année à l autre. L un des premiers symptômes de la dépression saisonnière, symptômes qu on dit «atypiques», est la fatigue; les personnes atteintes rapportent une sensation de lourdeur et de ralentissement tant sur le plan physique que sur le plan intellectuel, au point que l action de monter un escalier, de même que celle de se concentrer sur un travail, deviennent plus ardues. La capacité de concentration diminue. Les personnes souffrant de dépression saisonnière se sentent moins efficaces, ayant l impression de ne fonctionner qu au tiers ou à la moitié de leur capacité et que «tout est au ralenti». Plus somnolentes dans la journée, elles se couchent généralement plus tôt; cependant, elles présentent un sommeil perturbé, se réveillent fréquemment et ont du mal à se rendormir. L appétit, et particulièrement un goût pour les aliments sucrés et les féculents, augmente parallèlement à la somnolence. De brèves périodes de boulimie surviennent souvent, spécialement en fin d après-midi et en soirée. Étant donné leur baisse de productivité, les personnes atteintes de dépression saisonnière ont tendance à se dévaloriser. Pendant l hiver, les personnes présentant une dépression saisonnière sont nettement moins sociables et plus irritables avec leur entourage. Ces symptômes s accompagnent par ailleurs souvent d une propension à «jongler», à ruminer son passé, à se faire des reproches et à se préoccuper de façon exagérée de choses anodines, comme si les soucis habituels suscités par des questions reliées aux finances personnelles, à l éducation des enfants, à l entretien de la maison, etc. étaient exacerbés et décuplés. Source: Article du Dr Bernard Gauthier, M.D. Source: Article du Dr Bernard Gauthier, M.D.

Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte

Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte SFMG RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN MÉDECINE GÉNÉRALE Prise en charge par le médecin généraliste en ambulatoire d un épisode dépressif isolé de l adulte Décembre 2004 I. PROMOTEURS Société

Plus en détail

1090 rue Lafontaine Drummondville, Québec J2B 1M9

1090 rue Lafontaine Drummondville, Québec J2B 1M9 1090 rue Lafontaine Drummondville, Québec J2B 1M9 Tel: 819-478-1216 Fax: 819-478-5799 Courriel : apamedr@cgocable.ca Site web: www.apamedrummondville.org Les services Interventions psychosociales : Interventions

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Dépression et maladie chronique

Dépression et maladie chronique Pr. Grégory NINOT Laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance et Santé www.performance-sante.fr Nosologie État de tristesse et diminution de l intérêt pour toutes ou presque toutes les activités

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

Faire face aux inquiétudes excessives

Faire face aux inquiétudes excessives TOUT D UN COUP QUE Faire face aux inquiétudes excessives Pascale Harvey, psychologue, Clinique des troubles anxieux et de l humeur, IUSMM Vedrana Ikic, doctorante en psychologie à l UQAM, projets de recherche

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

Les troubles de l humeur

Les troubles de l humeur Les troubles de l humeur I) La dépression : 1) Epidémiologie : La plus fréquente des affections psychiatriques, touche 15% de la population ( 2 femmes pour un homme). Elle représente 30% des causes de

Plus en détail

Voir l inaperçu Le handicap invisible Fondation des maladies du cœur du Nouveau-Brunswick Avril 2011

Voir l inaperçu Le handicap invisible Fondation des maladies du cœur du Nouveau-Brunswick Avril 2011 Changer les mentalités au travail Association des troubles de l humeur de l Ontario Voir l inaperçu Le handicap invisible Fondation des maladies du cœur du Nouveau-Brunswick Avril 2011 Objectifs Sensibilisation

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19. Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon

TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19. Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM Q 19 Dr N. Lafay, Dr Nathalie Papet, Dr Cyril Manzanera, Pr Jean Louis Senon TROUBLES PSYCHIQUES DE LA GROSSESSE ET DU POST-PARTUM... 1 Introduction

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

INVENTAIRE DE SYMPTOMATOLOGIE DÉPRESSIVE EVALUATION PAR LE CLINICIEN (IDS-C)

INVENTAIRE DE SYMPTOMATOLOGIE DÉPRESSIVE EVALUATION PAR LE CLINICIEN (IDS-C) INVENTAIRE DE SYMPTOMATOLOGIE DÉPRESSIVE EVALUATION PAR LE CLINICIEN (IDS-C) NOM: DATE: Pour chaque item, entourez la réponse qui décrit le mieux le patient au cours des sept derniers jours. 1. Insomnie

Plus en détail

Troubles des conduites alimentaires

Troubles des conduites alimentaires Troubles des conduites alimentaires Dr S Guillaume Service de Psychologie Médicale s-guillaume@chu-montpellier.fr Introduction Un problème fréquent en pratique clinique i Trois types de trouble identifiés:

Plus en détail

Sujet de Pédopsychiatrie n 1

Sujet de Pédopsychiatrie n 1 Sujet de Pédopsychiatrie n 1 Louis, 14 ans, nous a été adressé en urgence par son médecin traitant suite à une crise clastique avec hétéro-agressivité, survenue au domicile un matin du mois de janvier.

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

La dépression et le déprimé

La dépression et le déprimé La dépression et le déprimé Introduction La dépression est l une des maladies psychiques les plus fréquentes dans le monde. On estime ainsi que 5 à 10% des français de 15 à 75 en font une chaque année,

Plus en détail

Comment. dépister. et aider. une étudiante, un étudiant souffrant d une maladie mentale. Service de psychologie

Comment. dépister. et aider. une étudiante, un étudiant souffrant d une maladie mentale. Service de psychologie Comment dépister et aider une étudiante, un étudiant souffrant d une maladie mentale Service de psychologie PRÉAMBULE Selon l Agence de santé publiue du Canada, une personne adulte sur cin (20 % de la

Plus en détail

UNE TOXICOMANIE: LE CANNABIS

UNE TOXICOMANIE: LE CANNABIS UNE TOXICOMANIE: LE CANNABIS PRÉSENTÉ PAR Yves Dion, md Le 24 mai 2012 Objectifs d apprentissage: Comprendre les effets du cannabis Comprendre les effets du cannabis sur les apprentissages et le travail

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE L ÉQUIPE DE SANTÉ MENTALE 1 ÈRE LIGNE Avant de débuter : Vérifiez si les données d identification et les données sociodémographiques du client figurant

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

. DUWIG (Mise ligne 03/03/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. DUWIG (Mise ligne 03/03/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE DEUIL NORMAL I DEFINITION (Petit Robert) Douleur, affliction que l'on éprouve de la mort de quelqu'un. Voir : affliction, tristesse, perte. DR DUWIG EMSP CHU de NIMES Référence bibliographique "Les

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

Troubles du comportement alimentaire

Troubles du comportement alimentaire Troubles du comportement alimentaire Les troubles des conduites alimentaires Il n est pas rare que les vicissitudes de la vie, les inquiétudes et le stress induisent chez l adolescent des perturbations

Plus en détail

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs,

Plus en détail

Les troubles anxieux. Stéphane Dubé, Ph.D., neuropsychologue. Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas 8 novembre 2011

Les troubles anxieux. Stéphane Dubé, Ph.D., neuropsychologue. Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas 8 novembre 2011 Les troubles anxieux Stéphane Dubé, Ph.D., neuropsychologue Institut Universitaire en Santé Mentale Douglas 8 novembre 2011 Peur, Préoccupation, Anxiété un équilibre vacillant Plusieurs facteurs jouent

Plus en détail

TDAH. et troubles concomitants chez l adulte

TDAH. et troubles concomitants chez l adulte TDAH et troubles concomitants chez l adulte TDAH ET TROUBLES CONCOMITANTS CHEZ L ADULTE Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) chez l adulte est une affection médicale reconnue

Plus en détail

Les TCA «extra-ordinaires»

Les TCA «extra-ordinaires» Les TCA «extra-ordinaires» Particularités des Troubles du Comportement Alimentaire (TCA) Atypiques M.Chabrier (Interne), Dr S.Levallois Troubles des conduites alimentaires Centre Diocésain Mardi 29 juin

Plus en détail

Place des thérapies cognitives et comportementales dans le traitement de la dépression avec complications suicidaires. Réal Labelle, M.Ps., Ph.D.

Place des thérapies cognitives et comportementales dans le traitement de la dépression avec complications suicidaires. Réal Labelle, M.Ps., Ph.D. Place des thérapies cognitives et comportementales dans le traitement de la dépression avec complications suicidaires Réal Labelle, M.Ps., Ph.D. Département de psychologie, UQÀM Centre de recherche et

Plus en détail

Grand Reportage. Le mal de vivre

Grand Reportage. Le mal de vivre Grand Reportage Caroline Béliveau Thérapeute en santé mentale Annie Lafrance Co-propriétaire de Naturo 2 Sport Avec l approbation de TOCK, ce texte a été revu et corrigé par Caroline Béliveau, thérapeute

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15

Table des matières. Module 1 : «Apprentissage de l exercice médical» Question 1 I. LA RELATION MÉDECIN-MALADE 13 II. L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE 15 Table des matières CHAPITRE 1: LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE 13 D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module

Plus en détail

Sémiologie Psychiatrique

Sémiologie Psychiatrique Sémiologie Psychiatrique Troubles de personnalité Source principale: Collège national des enseignants de Psychiatrie Personnalité Définition: Résultat, chez un sujet donné, de l intégration dynamique de

Plus en détail

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger

R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger R. BARAKA B. Griene Consultation Douleur Centre Pierre et Marie Curie Alger «si c est au plan physique que l on ressent la douleur, c est le psychisme qui la supporte». François BOUREAU Quelques définitions

Plus en détail

LA GESTION DU STRESS SON STRESS LORSQU ON ON EST DE JEUNES ADULTES?

LA GESTION DU STRESS SON STRESS LORSQU ON ON EST DE JEUNES ADULTES? LA GESTION DU STRESS COMMENT GÉRER G SON STRESS LORSQU ON ON EST DE JEUNES ADULTES? LE STRESS C EST C QUOI? Le stress, c'est l'ensemble des r de l'organisme (positives ou négatives) à une demande d. Plus

Plus en détail

C est quoi les T.C.A??

C est quoi les T.C.A?? C est quoi les T.C.A?? Par T.C.A : Trouble du Comportement Alimentaire ou Trouble de la Conduite Alimentaire, on désigne l Anorexie, la Boulimie et l Hyperphagie. Ils parlent d une histoire difficile avec

Plus en détail

Plus de 10 ans d expérience en gestion de l anxiété:

Plus de 10 ans d expérience en gestion de l anxiété: Plus de 10 ans d expérience en gestion de l anxiété: Une approche de groupe efficace Manon Cormier, erg. Catherine Fortin, inf. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle CHU de Québec Novembre 2014

Plus en détail

NEVROSES. -Troubles obsessionnels compulsifs - Névroses phobiques. Dr C. Agbokou Hôpital Pitié-Salpêtrière IFSI 2009

NEVROSES. -Troubles obsessionnels compulsifs - Névroses phobiques. Dr C. Agbokou Hôpital Pitié-Salpêtrière IFSI 2009 NEVROSES -Troubles obsessionnels compulsifs - Névroses phobiques Dr C. Agbokou Hôpital Pitié-Salpêtrière IFSI 2009 Troubles obsessionnels compulsifs Généralités Trouble peu fréquent Sex ratio = 1 Début

Plus en détail

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies

et boulimie 496. Anorexie mentale Définition Épidémiologie Étiologie Psychiatrie pathologies TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES 496. Anorexie mentale et boulimie Définition Les troubles des conduites alimentaires regroupent l anorexie mentale, associant une anorexie, une aménorrhée (chez la femme,

Plus en détail

MÉMO SANTÉ ARTISANS ET STRESS AU TRAVAIL CHEF D ENTREPRISE ARTISANALE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ ARTISANS ET STRESS AU TRAVAIL CHEF D ENTREPRISE ARTISANALE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ CHEF D ENTREPRISE ARTISANALE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP ARTISANS ET STRESS AU TRAVAIL Souvent qualifié de «mal du siècle», le stress touche toutes les catégories de travailleurs, et notamment

Plus en détail

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale

Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Le Bien-Être au Travail, une préoccupation managériale Comprendre, Repérer, Evaluer les Risques Psychosociaux Atelier Séminaire MSA DAL www.msa-idf.fr Déroulement de l intervention Buts de l intervention

Plus en détail

VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS

VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS 23 VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS Comportement de votre parent ou ami et votre participation à ses soins Hôpital Maisonneuve-Rosemont Adresse postale 5415, boul. de l Assomption Montréal QC H1T 2M4 Téléphone:

Plus en détail

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei Le polyhandicap Les Essentiels de l Unapei Les positions politiques de l Unapei : «La personne polyhandicapée est actrice de son parcours de vie et investie du pouvoir d agir sur son propre destin. Qu

Plus en détail

ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX. Alain VANDENBERGHE Service ARP

ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX. Alain VANDENBERGHE Service ARP SANTE AU TRAVAIL ET RISQUES PSYCHOSOCIAUX Alain VANDENBERGHE Service ARP Santé au travail Changements importants constatés dans le monde du travail depuis les années 80 : Intensification du travail, Changements

Plus en détail

Santé psychologique PRÉVENTION ET SOUTIEN

Santé psychologique PRÉVENTION ET SOUTIEN Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales > Mission Dans le cadre de l entente patronale-syndicale qui la crée et des lois qui la régissent, l ASSTSAS a

Plus en détail

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Pré-Requis : Nosologie des troubles névrotiques et des psychoses. Résumé : Comprendre la notion de personnalité pathologique. Savoir reconnaître

Plus en détail

Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004

Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004 Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004 Introduction Dans le cadre de mes activités de formateur en Réhabilitation

Plus en détail

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE

FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Qu attendre d une consultation de gérontopsychiatrie? FARAP 2011 SAINT-ETIENNE Dr Dorey JM CHS le Vinatier, BRON Pôle EST (Pr d Amato) Gérontopsychiatrie: définition Discipline médicale qui s intéresse:

Plus en détail

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 13-14 (gestion) 4.1 L IMPORTANT EST DE 1) identifier les facteurs de stress 2) reconnaître ses propres symptômes 3) identifier ses propres déclencheurs de stress, 4) gérer son

Plus en détail

La dépression: personne n est à l abri

La dépression: personne n est à l abri La dépression: personne n est à l abri Facteurs de risque, test et interlocuteurs compétents «Je n arrive plus à prendre la moindre décision. Même lorsque je fais les courses. J ai toujours peur de me

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25

PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 SOMMAIRE Avant-propos... 15 Introduction générale. Présentation de la méthode de «causalité»... 19 PREMIÈRE PARTIE Vieillissement progressif et vieillesse harmonieuse Introduction... 25 CHAPITRE I Nous

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction

Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction Résumé Hyperactivité avec déficit de l'attention et de la concentration, un syndrôme à grand risque d'addiction Dr Jean-Jacques Déglon Médecin-directeur de la Fondation Phénix Le syndrome d hyperactivité

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Aide aux aidants. Lara Fazio Psychologue Hôpital des Trois-Chêne. 4 Février 2015

Aide aux aidants. Lara Fazio Psychologue Hôpital des Trois-Chêne. 4 Février 2015 Aide aux aidants Lara Fazio Psychologue Hôpital des Trois-Chêne 4 Février 2015 Plan Définition et aspects épidémiologique Notion de fardeau Interventions, comment aider le proche aidant? Conclusions Réseau

Plus en détail

L Ordre des Psychologues du Québec 1100 avenue Beaumont, suite 510. Mont-Royal (Québec) H3P 3H5

L Ordre des Psychologues du Québec 1100 avenue Beaumont, suite 510. Mont-Royal (Québec) H3P 3H5 L Ordre des Psychologues du Québec 1100 avenue Beaumont, suite 510 Mont-Royal (Québec) H3P 3H5 ci-après «OPQ» ENTENTE RELATIVE AUX SERVICES POUVANT ÊTRE OFFERTS EN CONFORMITÉ AVEC LES DISPOSITIONS DU PROJET

Plus en détail

L hyperphagie boulimique

L hyperphagie boulimique L hyperphagie boulimique Chacun de nous mange en excès de temps en temps, en prenant une troisième assiette au souper de Noël, par exemple ou en avalant un paquet entier de cookies pendant une session

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS SOCIOLOGIQUES

RENSEIGNEMENTS SOCIOLOGIQUES Services à la vie étudiante Sherbrooke (Québec) J1K 2R1 Psychologie et orientation 819 821 7666 (téléphone) 819 821 7689 (télécopieur) 1 800 267 8337 poste 67666 (sans frais) spo@usherbrooke.ca DATE :

Plus en détail

Anorexie et boulimie (première partie) Plus qu une simple question de poids

Anorexie et boulimie (première partie) Plus qu une simple question de poids Anorexie et boulimie (première partie) Plus qu une simple question de poids Une étude de Santé Canada réalisée en 1993 révèle que dès l âge de 11 ans, 37 % des élèves canadiennes changeraient d apparence

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

Violence conjugale: vaste tableau d effets traumatiques. Dr Nicolas PASTOUR C.H. Jean Martin Charcot Plaisir CPAV - Octobre 2010

Violence conjugale: vaste tableau d effets traumatiques. Dr Nicolas PASTOUR C.H. Jean Martin Charcot Plaisir CPAV - Octobre 2010 Violence conjugale: vaste tableau d effets traumatiques Dr Nicolas PASTOUR C.H. Jean Martin Charcot Plaisir CPAV - Octobre 2010 1. Nécessité de faire le lien entre la violence conjugale et tout signe physique

Plus en détail

Etats dépressifs et conduite suicidaire

Etats dépressifs et conduite suicidaire Etats dépressifs et conduite suicidaire Table des matières Table des matières 3 I - Données épidémiologiques 9-11 A. Humeur dépressive...11 B. Inhibition psychomotrice...11 1. moteur... 11 2. Psychique...

Plus en détail

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel?

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? Siège social : 20/24,

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

Un projet pour votre organisation

Un projet pour votre organisation Un projet pour votre organisation DRH / Salariés 4 jours pour améliorer sa qualité bien-être et la dynamique des équipes Formateur / Animateur : Pierre Pyronnet Siège administratif : 94 Galerie Arlequin

Plus en détail

Troubles mentaux et du comportement (F00 F99)

Troubles mentaux et du comportement (F00 F99) CHAPITRE V Troubles mentaux et du comportement (F00 F99) Comprend : troubles du développement psychologique À l exclusion de : symptômes, signes et résultats anormaux d examens cliniques et de laboratoire,

Plus en détail

Alcool et seniors Bernard Gibour Intersecteur d Alcoologie du Hainaut CH Saint-Amand-les-Eaux A- Des spécificit cificités s liées à l âge B- Boire trop, c est c combien? C- Les modalités s du mésusage

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) 1- dépistage individuel

Plus en détail

I. Troubles de l anxiété

I. Troubles de l anxiété I. Troubles de l anxiété Définition : - Réponse normale à une menace ou un changement inattendu dans l environnement (situations normales, maladie psychiatrique). - Un patient atteint d un trouble de l

Plus en détail

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger

Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Le traumatisme cranio-cérébral (TCC) léger Guide à l intention des personnes qui présentent des symptômes persistants plus de 3 mois après avoir subi un TCC léger Centre de réadaptation Estrie, 2014 Qu

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE Définition de la toxicomanie : Habitude de consommer un ou plusieurs produits psychoactifs, susceptibles d'entraîner une dépendance psychique et parfois physique.

Plus en détail

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 Comprendre la maladie d Alzheimer Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 1 Définition : qu est ce que la démence? C est un handicap Altération progressive de la

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

La fatigue dans la sclérose en plaques

La fatigue dans la sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage A. Catteau du CHU de Dijon T. Moreau président du CIRMA et vice-président du comité scientifique de la Fondation ARSEP et

Plus en détail

La dépression post-partum :

La dépression post-partum : La dépression post-partum : Plus qu un «bébé blues» La rubrique Les soins est coordonnée par le D r Pierre Fugère. Il est professeur titulaire, Université de Montréal, et obstétricien-gynécologue, Centre

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

YOPI: 11.06.2013, La Roche sur Yon. TCA et parentalité. Repérage des TCA pendant la grossesse.

YOPI: 11.06.2013, La Roche sur Yon. TCA et parentalité. Repérage des TCA pendant la grossesse. YOPI: 11.06.2013, La Roche sur Yon TCA et parentalité Repérage des TCA pendant la grossesse. Anne CHASSEVENT Psychiatre, ELSA service d Addictologie CHU Nantes Epidémiologie. Epidémiologie. TCA 5 à 7%

Plus en détail

La vérité sur la cocaïne

La vérité sur la cocaïne La vérité sur la cocaïne Qu est-ce que la cocaïne? La cocaïne (coke, coco, neige), chimiquement parlant hydrochloride de cocaïne, est extraite des feuilles de la coca, un arbuste des Andes (Bolivie, Colombie

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Exposé de Robert Ladouceur (robert.ladouceur@psy.ulaval.ca) proposé par l association poitevine de TCC APCTCC, le 14 janvier 2012

Exposé de Robert Ladouceur (robert.ladouceur@psy.ulaval.ca) proposé par l association poitevine de TCC APCTCC, le 14 janvier 2012 Exposé de Robert Ladouceur (robert.ladouceur@psy.ulaval.ca) proposé par l association poitevine de TCC APCTCC, le 14 janvier 2012 Le TAG est le trouble anxieux le moins connu et le moins diagnostiqué.

Plus en détail

Troubles anxieux de l enfant et adolescent

Troubles anxieux de l enfant et adolescent Les troubles anxieux de l enfant et adolescent Troubles anxieux de l enfant et adolescent Dr Hélène DENIS MPEA Peyre Plantade Item 32 41 289 anxiété de séparation le plus fréquent 3 à 4% des enfants d

Plus en détail

L INSOMNIE Pour bien dormir la nuit

L INSOMNIE Pour bien dormir la nuit L INSOMNIE Pour bien dormir la nuit Trois français sur quatre souffrent d insomnie, mais celle-ci n est sévère que dans 9% des cas. Elle se traduit par un sommeil de mauvaise qualité avec des difficultés

Plus en détail

«La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.»

«La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.» «La qualité de vie subjective et l accompagnement social des personnes toxicodépendantes.» Pierre Duffour Fédération Addiction Besançon 14 Juin 2013 Plan de la présentation Evolution du concept de la qualité

Plus en détail

Parcours Génération plus. Vivre sans stress RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE

Parcours Génération plus. Vivre sans stress RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE Parcours Génération plus Vivre sans stress RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE Avec le parcours Génération plus, soyez acteur de votre santé Le stress fait partie de notre quotidien. Il atteint non seulement

Plus en détail

Françoise S. Maheu, PhD. Département de psychiatrie, Université de Montréal

Françoise S. Maheu, PhD. Département de psychiatrie, Université de Montréal Troubles anxieux et fonctionnement du cerveau chez les jeunes Conférences de Revivre - 9 février 2010 Françoise S. Maheu, PhD Centre de recherche, CHU Ste-Justine Centre de recherche, CHU Ste-Justine Département

Plus en détail

Bulletin d information de sécurité n 06/ Octobre 2015. Thème : La gestion du stress et de la fatigue dans l ATC.

Bulletin d information de sécurité n 06/ Octobre 2015. Thème : La gestion du stress et de la fatigue dans l ATC. Bulletin d information de sécurité n 06/ Octobre 2015. Thème : La gestion du stress et de la fatigue dans l ATC. 1-Introduction Ce bulletin d information de sécurité a pour objet de sensibiliser le personnel

Plus en détail

Troubles psychosomatiques «hystériformes»

Troubles psychosomatiques «hystériformes» Troubles psychosomatiques «hystériformes» 15 èmes Ateliers de Pédiatrie 2014 Philippe Stephan SUPEA Place du concept de trouble somatoforme en médecine et psychiatrie 1. Introduction Définition actuelle

Plus en détail

Santé psychique en Suisse

Santé psychique en Suisse Feuille d informations 7 Santé psychique en Suisse Etat des lieux et champs d action Synthèse Près de 17 % de la population suisse souffre d un ou de plusieurs problèmes psychiques, qui peuvent se manifester

Plus en détail

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE David Lefebvre, psychologue LA NEUROPSYCHOLOGIE Neuropsychologie: étude des liens entre les lésions cérébrales et les conséquences sur les comportements des

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

LIEU ET HORAIRE DE NOS FORMATIONS

LIEU ET HORAIRE DE NOS FORMATIONS LES JEUDIS DE L INST IT UT PROGRAMMAT ION 2015-201 6 Inscription en ligne dependancemontreal.ca Centre de réadaptation en dépendance de Montréal - Institut universitaire LIEU ET HORAIRE DE NOS FORMATIONS

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANTS

TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANTS TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANTS N. DELTORT Novembre 2015 Introduction Anxiété de séparation Phobie spécifique Phobie sociale TOC Anxiété généralisée SOMMAIRE Anxiété : affect pénible associé à une attitude

Plus en détail