Remerciements L Opie remercie l ensemble des contributeurs et tous les relayeurs de l enquête «Lucane».

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Remerciements L Opie remercie l ensemble des contributeurs et tous les relayeurs de l enquête «Lucane»."

Transcription

1

2 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Résumé Le Lucane cerf-volant (Lucanus cervus) est un insecte emblématique visé par la directive «Habitats- Faune-Flore» pour lequel la France a l obligation de fournir tous les six ans une évaluation de l état de conservation de ses populations. Pour ce faire, l Office pour les insectes et leur environnement (Opie) a décidé de mener une enquête participative afin de combler les lacunes qui pouvaient persister sur la localisation de cette espèce. Cette synthèse, à destination d un large public, présente les premiers résultats après une année de recueil et de compilation de données d observations. Summary The Stag beetle (Lucanus cervus) is an iconic insect covered by the directive "habitats" for which France has the obligation to provide every six years an assessment of the conservation status of these populations. With this aim, the Office for insects and their environment (Opie) decided to conduct a participatory survey to fill the gaps that could persist on the location of this species. This synthesis, intended for a wide audience, presents the first results after one year collecting and compiling data. Remerciements L Opie remercie l ensemble des contributeurs et tous les relayeurs de l enquête «Lucane». Partenaires Conseil général de Seine Saint-Denis (93) - Observatoire départemental de la biodiversité urbaine Ministère en charge de l Écologie - Direction de l eau et de la biodiversité Muséum national d Histoire naturelle - Service du patrimoine naturel Citation MÉRIGUET B., MERLET F. & HOUARD X., (2012) - Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant - Bilan 2011 et perspectives Office pour les insectes et leur environnement 24 p. Page web Photo de couverture : mâle de Lucanus cervus observation crépusculaire Xavier HOUARD-Opie Affiche en quête d insecte le Lucane cerf-volant «Recherché mort ou vif» Amanda ROLON-Opie. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [2]

3 Bilan 2011 et perspectives 2012 Sommaire Le Lucane cerf-volant, mais qui est-il?...4 Pourquoi une enquête «participative» sur cette espèce?...5 Quel était précisément l état des connaissances avant l enquête?...6 En quoi la participation du plus grand nombre est-elle nécessaire?...7 Quel niveau de participation avons-nous obtenu?...8 Quelle a été notre implication en termes d animation de l enquête?...9 Avec quelles espèces le Lucane a-t il été confondu? Comment dénombrer et distinguer les sexes à partir des élytres? Quelles connaissances avons-nous pu acquérir grâce à l enquête? Volume des données récoltées Origines des données compilées Répartition chronologique des données centralisées Répartition géographique des données Traits de vie et données sur l écologie Analyse des contextes paysagers liés aux observations Le Lucane et sa trame verte Quelles seront les suites à donner à l enquête Lucane pour 2012? Valoriser les données de l enquête Combler les lacunes de prospection Liste des contributeurs Bibliographie citée & consultée Xavier HOUARD-Opie Office pour les insectes et leur environnement - Opie [3]

4 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Le Lucane cerf-volant, mais qui est-il? Le Lucane cerf-volant (Lucanus cervus) est un insecte emblématique : c est le plus gros Coléoptère d Europe (ANONYME, 2002). De par sa grande taille et grâce aux imposantes mandibules du mâle, c est un insecte qui marque les esprits des «curieux de nature». Contrairement aux autres insectes qui le plus souvent passent inaperçus, la rencontre d un Lucane ne laisse jamais indifférent. Son nom provient de la forme des mandibules du mâle qui ressemblent à des bois de cerfs... Le Lucane cerf-volant est un insecte saproxylophage : sa larve se développe dans le bois mort de feuillus, principalement des Chênes, pourrissant au sol. Son développement commence par l œuf, pondu par la femelle contre un gros morceau de bois enterré. L habitat de prédilection est une souche. La femelle Lucane choisi non seulement une souche qui lui convient, mais transporte également dans son tube digestif les spores des champignons qui dégraderont le bois mort. Ainsi, elle ensemence la souche ou la grosse branche et contribue à fournir à ses larves des conditions optimales de développement (TANAHASHI, 2010). La larve qui éclot de l œuf est très différente de l adulte : elle ressemble à un gros ver blanc. Sa croissance peut durer plus de cinq ans. Cette larve va se nourrir de bois pourri en cours de décomposition par des champignons. À l automne qui précède la métamorphose en adulte, la larve fabrique une coque, sorte de protection, dans laquelle elle se transformera en nymphe. Durant ce stade immobile l insecte se transforme en adulte. À la fin du printemps, l adulte sort de la coque nymphale et creuse pour atteindre la surface. De là, il pourra partir à la recherche d un partenaire pour se reproduire et assurer sa descendance. Les adultes ont des mœurs crépusculaires et nocturnes (PAULIAN, 1941) : ils s activent à la tombée de la nuit. Ainsi, le Lucane, comme l ensemble des insectes saproxylophages, participe au recyclage de la matière organique (bois mort) et à la régénération de l écosystème forestier en permettant aux champignons et aux bactéries de remettre à disposition le carbone et les oligoéléments (minéraux) essentiels à la croissance et à la bonne santé des arbres (SPEIGHT, 1989 ; VALLAURI, 2002 ; DAJOZ, 2007 ; NAGELEISEN & BOUGET, 2009). Schéma du cycle biologique du Lucane autour d une souche Les mâles joutent à l aide de leurs mandibules pour obtenir les faveurs des femelles. L accouplement L œuf est pondu dans du bois mort enterré dans le sol La nymphe se forme dans une coque de terre. Les larves se nourrissent de bois en décomposition et se développent pendant 3 à 6 ans. Illustrations réalisées d après photos par Xavier HOUARD - Opie. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [4]

5 Bilan 2011 et perspectives 2012 Pourquoi une enquête «participative» sur cette espèce? Depuis la seconde moitié du vingtième siècle, le Lucane cerf-volant est une espèce dont les populations sont en régression dans les pays d Europe du nord (HARVEY et al., 2011). Le récent travail sur la liste rouge européenne des Coléoptères saproxyliques évalue le Lucane cerf-volant comme «quasi menacé» à l échelle du continent (NIETO & ALEXANDER, 2010). En 1979, les pays de l Europe du nord, dont la France, ont ratifié la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'europe (Convention de Berne). Le Lucane est inscrit en annexe de cette convention. Certains pays, tels que l Allemagne ou le Royaume-Uni, ont décidé de protéger strictement cette espèce. En 1992, la Directive européenne «Habitats-Faune- Flore» reprend le Lucane cerf-volant comme espèce «d intérêt communautaire». Cette Directive a pour but d engager les pays européens à mettre en œuvre une préservation active des habitats et des espèces d intérêts communautaires à travers la constitution d un réseau de sites naturels (Natura2000). Conformément à l article 17 de cette Directive, les États membres doivent fournir tous les six ans un état de conservation de ces espèces et de leurs habitats (BENSETTITI et al., 2012). La France est le pays de l ouest de l Europe qui compte potentiellement les surfaces les plus accueillantes et donc a priori les populations plus importantes. La France a donc une responsabilité pour la conservation de cette espèce. Cependant, les connaissances disponibles sur la répartition du Lucane étaient éparses et demeuraient trop lacunaires pour évaluer correctement son état de conservation. Pour réaliser une évaluation pertinente, il nous est apparu nécessaire de rassembler un maximum d informations sur le Lucane cerf-volant et en particulier de préciser sa répartition. Connaissance disponible début 2011 sur la présence du Lucane cerf-volant en France Carte réalisée pour le lancement de l enquête Lucane par Pierre ZAGATTI - Opie. Enfin, d un point de vue pragmatique et technique, le Lucane est un candidat «idéal» pour la mise en œuvre d une enquête naturaliste participative. Facile à détecter et à reconnaître par le grand public, il représente les insectes liés au bois mort. Son «physique» spectaculaire en fait une «icône» pour sensibiliser à la connaissance des insectes. D un point de vue bio-indicateur, il est une espèce «étendard» pouvant servir à l évaluation de la valeur biologique des forêts (BRUSTEL, 2007). Enfin, la réglementation sur la protection de la nature ne cible pas cette espèce, on peut donc ramasser un Lucane pour le regarder ou le photographier. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [5]

6 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Quel était précisément l état des connaissances avant l enquête? Très récemment, une équipe de recherche anglo-germanique (HARVEY et al., 2011) a récolté assez peu de données françaises pour son étude. La carte de France ressemble littéralement à un «désert» et ne reflète absolument pas les densités connues empiriquement par les naturalistes français. Les données mises à la disposition de cette étude proviennent principalement des collections personnelles et des carnets de terrain d entomologistes amateurs. Répartition européenne de Lucanus cervus en 2011 avant le début de l enquête Carte tirée de HARVEY et al. (2011). Les entomologistes, amateurs et professionnels, sont très peu nombreux en France. Le territoire à couvrir est vaste et très varié. De plus, les spécialistes ou initiés, considérant cette espèce comme «banale» et potentiellement présente un peu partout, n ont jamais véritablement proposé de synthèse spécifique. Et malgré son «intérêt communautaire», l espèce n a bénéficié d aucune attention particulière. L Opie ne disposait en base de données que de quelques centaines de localités pour l ensemble de la France (références bibliographiques, collections privées, données issues d études, observations renseignées sur le forum Le monde des insectes). Ces données, parfois anciennes, nous ont permis de construire la carte de lancement de cette enquête dont la précision géographique s arrêtait au niveau du département pour des questions d homogénéité de précision des données. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [6]

7 Bilan 2011 et perspectives 2012 Puis, parallèlement à la conduite de l enquête, nous avons pu découvrir une carte assez précise, mise en ligne sur un site dédié (http://www.glaphyridae.com/lucanidae/lu_cervus.html) par Pierre TAUZIN. Cette carte réalisée au crayon selon le «dire d expert» nous donne une idée assez nette de la répartition de l espèce. Elle reprend des données d observations cumulées empiriquement sur plusieurs décennies. Cependant, cette carte est inexploitable par les techniques de la géomatique. Elle ne peut pas permettre de dresser un bilan sur des bases géostatistiques objectives. La répartition schématique de Lucanus cervus Carte réalisée à la main par Pierre TAUZIN En quoi la participation du plus grand nombre est-elle nécessaire? Selon nos calculs, la couverture de l ensemble du territoire français par une pression d observation permettant la récolte d un volume de données satisfaisant à l évaluation de l état de conservation du Lucane, nécessiterait l emploi saisonnier de plusieurs dizaines d entomologistes. Sans compter le bilan carbone d une telle opération, dix entomologistes chevronnés parcourant la France à la bonne saison, visitant chacun plus de 45 communes par jour pendant les 3 mois où l espèce est active, n arriveraient pas à récolter autant de données! Or, le Lucane est observable par tout un chacun dans une grande diversité de milieux et le réseau des entomologistes amateurs et professionnels est déjà bien accaparé par d autres sujets d études. La participation du plus grand nombre d observateurs disponibles, par la mise en place d un dispositif simple et pérenne de collecte, nous est rapidement apparue comme la seule solution efficiente. Compte-tenu du temps imparti (deux ans avant l échéance du rapportage DHFF), cette enquête est le seul moyen pour récolter de nombreuses données qu elles soient historiques ou actuelles. Nous avons donc choisi de mobiliser les réseaux locaux des bénévoles, professionnels et amateurs «curieux de nature» et les réseaux d éducation à l environnement en leur offrant la possibilité de participer à une grande enquête collective. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [7]

8 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Quel niveau de participation avons-nous obtenu? Cette «en quête d insecte» sur le Lucane, a rencontré un franc succès du point de vue de la participation d un large public. Ce premier bilan est l occasion de pouvoir vous remercier de l intérêt et de l enthousiasme exprimés en communiquant vos observations! Le réseau des entomologistes s est également pris au jeu, ressortant des données inédites de leurs collections, photothèques ou carnets de terrain, compilant parfois des catalogues régionaux et d anciennes publications. Des sociétés entomologiques, des associations de connaissance et de gestion des milieux naturels, nous ont également transmis les données qu ils pouvaient détenir afin de pouvoir les valoriser à l échelle nationale et européenne. À ce jour, le nombre de participants s élève à contributeurs (personnes individuelles ou organismes) qui ont pu nous faire parvenir des observations réalisées entre la seconde moitié du XIX ème siècle et nos jours. La liste des observateurs est disponible à la fin de ce rapport et sur les pages internet de l enquête : Sur ces pages, pour chaque observateur, nous avons indiqué le nom, le nombre d observations transmises et le nom de l association ou de la structure par laquelle les données ont été collectées. Cette démarche est importante, car elle permet de mettre en évidence le rôle des structures entomologiques et naturalistes régionales dans le relais de l enquête et pour la centralisation de la connaissance à l échelle régionale. Diversité des contributeurs de l enquête Lucane Données sources «enquête Lucane» - Opie 2012 À lui seul, ce graphique confirme que l enquête participative axée sur le «grand public naturaliste» était bien le moyen le plus efficace pour recueillir l information. 98 % des contributeurs de l enquête Lucane sont des personnes individuelles, viennent ensuite les associations naturalistes puis enfin les gestionnaires d espaces naturels. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [8]

9 Bilan 2011 et perspectives 2012 Quelle a été notre implication en termes d animation de l enquête? La première des opérations a été de concevoir techniquement et graphiquement la plaquette «Lucane», véritable support pédagogique de l enquête, puis l affiche promotionnelle de l enquête. Parallèlement, le dispositif de collecte informatique a été intégré au site internet de l Opie (insectes.org). Enfin, le plan de communication a été déployé dans nos réseaux. Après la conception du dépliant et de l affiche, et la mise en place du questionnaire internet, nous avons suivi tout au long de la saison l arrivée des nouvelles données au jour le jour. Durant cette période une attention particulière a été portée à la cohérence des données et à leur précision. Lorsqu un élément de localisation semblait imprécis ou lorsqu une identification présentait un doute, nous avons pris contact avec les observateurs pour recueillir leur témoignage et consolider ensemble leur observation. Le Lucane est une espèce facile d identification pourvu que l on connaisse les risques de confusion avec d autres espèces. C est grâce aux témoignages fournis dans le champ «commentaires» et aux photographies transmises que plusieurs erreurs d identifications ont pu être détectées et corrigées. Tableau récapitulatif des erreurs détectées grâce à l animation de l enquête* : Nom scientifique Nom commun Famille Observations transmises Dorcus parallelipipedus La Petite Biche Lucanidés 12 Prionus coriarius Le Prione tanneur Cérambycidés 3 Cerambyx cerdo Le Grand Capricorne Cérambycidés 1 Oryctes nasicornis Le Rhinocéros Scarabéidés 1 *erreurs d identifications détectées grâce à la photographie, mais également grâce aux commentaires fournis. Sur les 406 photographies transmises par les observateurs via l interface internet, il n y eu que 12 erreurs d identification, soit 3 %. Ces déterminations erronées ont donc pu être invalidées pour l enquête Lucane. Sur l ensemble des données collectées, toutes les observations n ont pas pu être validées par une photo, mais nous avons pu nous appuyer sur les informations fournies par les participants au travers de leurs commentaires. Ainsi par exemple, lorsque les observateurs mentionnaient ne pas savoir s ils avaient à faire à un mâle ou à une femelle, cela nous indiquait qu ils n avaient pas consulté la plaquette de l enquête. Un courriel leur était rapidement adressé afin de leur permettre de préciser leur observation. Quelques observations de larves (12) nous ont été rapportées. Ces observations n ont pas été prises en compte dans le cadre de cette étude. En effet, la détermination avec certitude des larves demeure une affaire de spécialiste. La différenciation des «gros vers blancs» est très subtile et assez délicate entre les larves de Lucanidés, de hannetons et de cétoines : elle ne peut intervenir qu en laboratoire. La confusion est fréquente entre les jeunes stades larvaires de Lucane et de Petite Biche. Xavier HOUARD-Opie Enfin, parmi les données que nous avons dû mettre de côté, 17 observations concernaient des communes non suffisamment renseignées (lieu-dit, agglomération de communes, orthographe approximative ). Pour ces dernières, les observateurs n ont pas donné suite à notre demande de précision. Au total, sur l ensemble des données transmises lors de la session, nous en avons donc écarté 46. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [9]

10 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Avec quelles espèces le Lucane a-t il été confondu? Pour rappel, voici l aspect général de ces espèces et les critères qui permettent de les différencier : Illustrations du Lucane cerf-volant 60 mm mandibules comprises ; 50 mm. 1- La taille (Lucane 2x plus gros) 2- La couleur des élytres Marron = le Lucane /Noir = la Petite Biche 3- La texture des élytres Lisse = le Lucane / Rugueuse = la Petite Biche 4- Le nombre d épines sur les pattes arrières. Une seule = la Petite biche Deux ou trois = le Lucane Illustrations de la Petite Biche 25 mm mandibules comprises ; 25 mm. E 1 E 2 Photos Pierre ZAGATTI-Opie Les principaux critères permettant de différencier la Petite Biche du Lucane cerf-volant sont premièrement pour la Petite Biche, une taille toujours inférieure à 35 mm puis deuxièmement une couleur et une texture des élytres noires et rugueuses. Enfin, pour les plus observateurs, notons également la présence sur le bord externe de la patte postérieure d une seule épine (E 1 ) chez la Petite Biche, de 2 ou 3 épines (E 2 ) chez le Lucane. Illustrations du Rhinocéros 33 mm ; 37 mm mandibules comprises. Photos Pierre ZAGATTI-Opie P P C C Le Rhinocéros n est pas seulement un gros mammifères des plaines africaines, c est également le nom communément donné à un gros scarabée (Oryctes nasicornis) qui vit dans le bois très décomposé. Il est plus fréquent dans le Sud de la France et plutôt discret dans le Nord. Il est d une taille comparable au Lucane, mais il s en différencie par : une couleur marron «caramel» uniforme. Le mâle de Rhinocéros possède une corne frontale (C) mais pas de grandes mandibules, la femelle présente une petite corne. Le pronotum (P) du mâle et de la femelle sont creusés et présentent un enfoncement. Ce caractère est plus marqué chez le mâle que chez la femelle. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [10]

11 Bilan 2011 et perspectives 2012 Illustrations du Prione tanneur 40 mm 30 mm mandibules comprises. Photos Pierre ZAGATTI-Opie E A Le Prione tanneur (Prionus coriarius) est un gros Longicorne, une famille d insecte aux formes et aux couleurs très diversifiées, également appelée les Cérambycidés. Le Prione tanneur vit assez indifféremment dans les bois de feuillus ou de conifères, pourvu que le bois soit également un peu en décomposition. Le critère le plus facile pour le différencier d une femelle de Lucane est la forme des antennes (A). Le Prione a des antennes composées d articles qui se suivent alors que le Lucane présente des antennes avec une massue terminale. Enfin, contrairement au Lucane, le Prione présente des épines (E) sur le coté du thorax. Illustrations du Grand Capricorne 55 mm mandibules comprises, mais sans les antennes. Photos Pierre ZAGATTI-Opie A Le Grand Capricorne (Cerambyx cerdo) est également un Longicorne. La larve du Grand Capricorne se développe principalement dans le bois vivant des chênes. Il est strictement protégé en France et fait également partie des espèces dites «d intérêt communautaire». L adulte se rencontre dans le courant de l été autour des arbres. Le Grand Capricorne est facile à différencier du Lucane par la forme du corps plus élancée, mais surtout par la longueur et la forme des antennes (A). Le Grand Capricorne possède de longues antennes composées d articles qui se suivent alors que le Lucane présente des antennes avec une massue terminale. Les antennes du Grand Capricorne atteignent chez la femelle l extrémité des élytres et les dépassent largement chez le mâle. Si, à la lecture de ce texte, vous pensiez que parmi les données que vous avez pu nous transmettre, il aurait pu y avoir confusion : faite le nous savoir par courriel. Nous reprendrions vos observations. Comment dénombrer et distinguer les sexes à partir des élytres? Lorsqu on ne trouve que les élytres, c est un véritable jeu d enfant que de différencier ceux de droite, de ceux de gauche. La ligne médiane qui sépare deux élytres est bien droite. Contrairement à la bordure externe qui est courbe. La courbure est à gauche : c est l élytre gauche. La courbure est à droite : c est l élytre droit. L élytre d un mâle présente au niveau de l épaule une petite pointe (P) qu il est possible de sentir en passant le doigt dessus. Pas forcément très évident au premier abord, c est plus simple en comparant plusieurs élytres et en utilisant comme référence des élytres trouvés juste à coté d une tête de mâle. Vous pouvez ainsi sexer et dénombrer facilement un lot de macro-restes récoltés par placette et estimer le nombre d individus dans une localité. P Photos Pierre ZAGATTI-Opie Office pour les insectes et leur environnement - Opie [11]

12 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Quelles connaissances avons-nous pu acquérir grâce à l enquête? Volume des données récoltées La grande diversité des sources d informations nous a permis de rassembler au 15 avril 2012, «observations valides» présentant les informations minimales requises. Le volume d observations valides représente 98,5 % des données transmises. Soit en moyenne 2,5 observations valides par observateur. Ces observations ont été transmises tout au long de la saison, mais plus particulièrement lors des périodes d activité du Lucane en juin et juillet Le graphique cidessous représente la chronologie de transmission des données. Les pics décalés que vous pouvez y observer correspondent en général à des envois «massifs» de données par une structure associative consécutivement à des relances ciblées. Chronologie de l acquisition des données de l enquête Lucane au cours de la session 2011 Données sources «enquête Lucane» - Opie 2012 Notons que sur les données issues d observations 2011, 22 % des données ont été accompagnées d une photographie, prise sur le vif ou parfois joliment mise en scène. Marion DEGROOT Office pour les insectes et leur environnement - Opie [12]

13 Bilan 2011 et perspectives 2012 Origines des données compilées Après leur récolte, les données ont été triées, compilées puis centralisées dans une base spécifique. Proportions d observations de Lucane en fonction de leur origine Données sources «enquête Lucane» - Opie 2012 En considérant que l unique bureau d études nous ayant spontanément transmis ses données, regroupe deux entomologistes indépendants, nous pouvons dire que les trois quarts des données récoltées proviennent de contributeurs individuels. Répartition chronologique des données centralisées Proportions d observations de Lucane en fonction de leur date Données sources «enquête Lucane» - Opie 2012 La donnée la plus ancienne récoltée grâce à l enquête date de Le graphique précédent nous démontre que 80 % des observations récoltées au 15 avril 2012 ont été faites entre 2000 et À ce jour c est le lot de données ( ) qui pourra être exploité pour statuer sur l état de conservation du Lucane à l échelle nationale, soit à ce jour données. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [13]

14 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Répartition géographique des données Avant le début de l enquête, cette espèce était considérée comme «très présente» à peu près partout sur le territoire (ANONYME, 2002), bien qu il n existe pas de carte de synthèse couvrant le territoire français. Répartition européenne de Lucanus cervus en 2012 suite à la première année d enquête Compilation des données «enquête» (rouge) sur la carte tirée de HARVEY et al. (2011) - Opie Le premier résultat de cette enquête est donc de préciser la répartition du Lucane cerf-volant en France. Cette répartition est désormais cohérente avec la vision d expert qu en avaient les entomologistes. Elle présente néanmoins quelques surprises et permet d apporter certaines nuances jusqu alors imperceptibles Pour quantifier la progression de la connaissance sur la répartition du Lucane, il est possible de comparer la surface d occurrence et la surface d occupation issues respectivement de HARVEY et al. (2011) et de «l enquête Lucane» proprement dite. Pour cela nous nous réfèrerons à la définition de ces zones selon les critères établis par l Union internationale pour la conservation de la nature (UICN, 2011). Ainsi, la carte de HARVEY et al. (2011) présente une zone d occurrence du Lucane égale à km², soit 89 % du territoire métropolitain. La zone d occurrence issue de la session 2011 de l enquête représente km², soit 96 %. Ce gain de surface d occupation (7 %) a notamment été possible grâce à la récolte de données sur les côtes de la Manche et de l Atlantique. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [14]

15 Bilan 2011 et perspectives 2012 Si nous comparons la zone d occupation du Lucane qui correspond à la surface effectivement occupée par l espèce, en prenant comme base le maillage 10x10 km, la progression est encore plus significative. En effet, la carte de HARVEY et al. (2011) présente une zone d occupation de km², soit presque 4 % du territoire métropolitain. La première session de l enquête Lucane a permis quant à elle de définir une zone d occupation effective de km², soit un peu plus 24 % de la superficie métropolitaine. Si nous ne considérons que les données récentes ( ), la zone d occupation représente km², soit un peu moins de 22 % de la surface de la métropole. Le Lucane n est pas réparti uniformément en France. Il semble plus rare dans quelques départements pour lesquels il a été difficile d obtenir des données. L absence d observation dans deux départements français s est maintenue tout au long de cette première session d enquête. Malgré des relances ciblées, aucune donnée ne nous est parvenue des départements du Nord et du Territoire de Belfort. L espèce y est certainement présente, mais sans doute très localisée et à des niveaux de population assez faibles. Nous avons obtenu tardivement quelques rares données en provenance de l Aisne et des Vosges. Ces quatre départements où le Lucane est faiblement présent se situent tous dans le même contexte biogéographique. Certains départements voisins n ont pas révélé beaucoup d observations ; c est le cas du Pas-de-Calais, de la Somme, des Ardennes, de la Meuse, de la Marne et de la Meurthe-et-Moselle où les observations sont très localisées et peu nombreuses. Le Lucane semble également délaisser la frange littorale méditerranéenne. Une large bande bien visible dans les départements de l Aude et dans l Hérault ne présente aucune observation récente. Cette bande correspond à la zone biogéographique du Pin d Alep, du Chêne vert et Chêne liège (HETIER & LILIN, 1989) très peu propice au développement du Lucane. D autres départements montrent une faible densité d observations, alors que les départements mitoyens présentent des densités d observations très importantes. C est par exemple le cas du Cantal, du Lot et de la Dordogne d où peu d observations nous sont parvenues, alors que la Corrèze et l Aveyron font partie des départements pour lesquels un grand nombre d observations nous ont été rapportées. Densité de localités d observations de Lucanus cervus Méthode de krigeage Kernel - Données sources «enquête Lucane» - Opie 2012 La carte ci-dessus réalisée par la méthode de modélisation par interpolation (GRATTON, 2002) reflète plus l activité de transmission de données que les densités potentielles de Lucanes. Les zones les plus foncées sont finalement les zones géographiques ayant le mieux répondu à l enquête. Le dynamisme de ces territoires est clairement à corréler avec la présence d une structure locale ou d un collectif centralisant les données entomologiques (Société entomologique du Limousin, COPRIS en Normandie, Conservatoire des espaces naturels d Aquitaine, Opie Midi-Pyrénées, BE Insecta ). Office pour les insectes et leur environnement - Opie [15]

16 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Traits de vie et données sur l écologie Nous avons recueilli observations pour la seule année Ces observations sont précisément datées et sont donc exploitables pour suivre la période d activité de l espèce au cours de la saison. Nous avons également 185 données de ce même niveau de précision pour l année Les observations concernant les mâles sont trois à quatre fois plus nombreuses que celles se rapportant à des femelles. Ces dernières sont effectivement plus discrètes, même si l étude des données se rapportant aux macro-restes d élytres nous permet en général de constater qu il y a autant de mâles que de femelles qui sont consommées par les prédateurs crépusculaires (chauvessouris, rapaces nocturnes, renards, hérissons ). Les observations de femelles se prolongent un peu plus tard en saison que les mâles. C est d ailleurs avec les femelles de Lucane que certains observateurs ont confondu le Prione tanneur (Prionus coriarius). Phénologie des observations de Lucanus cervus au cours des années 2010 et 2011 Données sources «enquête Lucane» - Opie 2012 La présence d un double pic d observations chez les mâles de Lucanes apparaît en 2010 et en Son origine est peut être liée à un phénomène défavorable à l observation tel qu une moindre pression d observation ou une moindre activité des Lucanes à l occasion d un phénomène climatique. Ce «double pic» reste à expliquer et doit faire l objet d une investigation plus poussée pour confirmer qu il s agit d un phénomène précis ou d un artefact lié à notre façon d observer le Lucane. En 2010, le pic d abondance du Lucane se situait autour de la semaine 29 (semaine du 12 juillet) avec un premier pic en semaine 26 (semaine du 21 juin). En 2011, le premier pic a eu lieu en semaine 23, soit tout début juin avec un second pic en semaine 26, soit la dernière semaine de juin. Nous nous sommes également interrogés sur la localisation des premières observations de Lucanes au cours de la saison. L analyse conduite (et non illustrée) nous montre que les Lucanes observés pour l année 2011 au cours des deux premières semaines ont été observés dans les départements très sensibilisés à l enquête (les Yvelines et la Manche), puis dans les Pyrénées-Atlantiques et dans les Hautes-Alpes. Il est possible que l enquête ait commencé un tout petit peu trop tard, à l échelle du territoire entier pour détecter les premiers individus de la saison. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [16]

17 Bilan 2011 et perspectives 2012 Analyse des contextes paysagers liés aux observations Dans le formulaire en ligne, vous avez la possibilité de nous indiquer dans quel contexte paysager vous avez observé des Lucanes. Quatre contextes possibles et éventuellement cumulables nous ont servi de référence : Parc urbain (espace vert en ville), Campagne (arbres épars, bosquets, haie en bordure de champs), Forêt (grand ensemble boisé et ses abords) et Ville (jardins particuliers, alignement d arbres). Un peu plus de observations sont clairement documentées et elles montrent que seul un quart des observations de Lucane a été noté en milieu forestier, autant qu en ville et dans les parcs urbains cumulés. C est le contexte campagnard qui est le lieu où le maximum d observations a été rapporté. Répartition des observations d adultes vivants et de macro-restes par grands types de milieux Adultes vivants Macro-restes Données sources «enquête Lucane» - Opie 2012 L activité du Lucane est crépusculaire, c est donc à l occasion d une belle soirée que les observations sont majoritairement réalisées. À ce moment de la journée, alors que la nuit va tomber, les observateurs sont plus souvent à proximité de leur habitation qu en forêt. C est donc la répartition des observateurs qui nous est révélée ici. Il est possible de s affranchir de cette contrainte liée à l activité crépusculaire des Lucanes. Les macro-restes issus de la prédation par les oiseaux ou les chauves-souris sont une source d information précieuse car il est possible de les trouver à tout moment de la journée indépendamment de la période d activité des Lucanes. Sur 452 observations mentionnant explicitement des macro-restes et pour lesquelles les contextes sont mentionnés, le nombre de ces restes constitue certainement le meilleur indicateur d abondance du Lucane. La forêt est le contexte où plus de la moitié des macro-restes ont été observés, confirmant le décalage entre les milieux où les Lucanes sont observés le plus souvent et les milieux où les Lucanes sont probablement les plus abondants. Les larves se nourrissant de bois de feuillus en décomposition sous terre, la forêt caducifoliée constitue le milieu le plus favorable à l espèce mais cependant le moins propice à l observation directe d individus vivants. Le rôle de la forêt caducifoliée, sa fonctionnalité et les changements d usages qu elle subit au travers des politiques forestières auront donc un impact sur la conservation du Lucane. Tout comme l évolution des milieux agricoles qui au travers du remembrement, a vu diminuer la densité d arbres d alignement et de haies bocagères. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [17]

18 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Le Lucane et sa trame verte À l échelle des paysages et des territoires, le Lucane constitue un bon candidat pour la modélisation des fonctionnalités écologiques liées à la saproxylation (décomposition du bois mort) et de ses continuités écologiques, notamment vis-à-vis des interactions qui existent entre le milieu forestier, les trames liées aux agro-systèmes et les trames urbanisées. La carte de la page suivante montre que les localités se rapportant à une donnée de Lucane sont nettement moins abondantes dans les secteurs et massifs dominés par les conifères comme les Landes, le Massif central, les Préalpes, les massifs des Vosges et du Jura. Cette tendance observable sur le plan cartographique est également vérifiable en calculant la densité d observation selon le type de boisement à proximité. Les résultats du calcul de corrélation géographique (maille 10 km de côté) présentés par le graphique montrent nettement que les observations de Lucane sont proportionnellement quatre fois plus importantes dans les secteurs à boisements de chênes que dans les secteurs à boisements de conifères. Les boisements mixtes ont une position intermédiaire. Cette observation est cohérente avec la biologie du Lucane dont la larve se développe dans le bois pourri de feuillus et principalement de chêne. Ainsi à l échelle départementale, il est d ores et déjà possible de s intéresser aux éventuelles corrélations existant entre la répartition des données Lucanes avec les types de boisements dominants d après les données issues de l Inventaire Forestier National (IFN). Cette démarche permet de différencier les secteurs où l espèce n a pas été trouvée des secteurs qui n auront pas été suffisamment prospectés. En effet, grâce aux données de l IFN nous pouvons établir une typologie des différents contextes départementaux et croiser ces éléments avec la répartition des données de Lucanes. Analyse des lacunes et des potentialiés d observations de Lucanus cervus Données sources : Inventaire Forestier National (IFN) & «enquête Lucane» - Opie 2012 Certains départements et territoires apparaissent comme clairement sous-prospectés compte-tenu des potentialités liées aux types de boisement dominants. Huit Parcs naturels régionaux (PNR) peuvent jouer un rôle stratégique dans l amélioration de la connaissance : (1) PNR Scarpe-Escaut, (2) PNR de l'avesnois, (3) PNR du Perche, (4) PNR du Morvan, (5) PNR Périgord-Limousin, (6) PNR des Causses du Quercy, (7) PNR des monts d'ardèche et (8) PNR des Pyrénées ariégeoises. Un effort de sensibilisation devra être porté à leur attention. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [18]

19 Bilan 2011 et perspectives 2012 Répartition des observations de Lucane et des grands types de boisements en France Données sources : «enquête Lucane» - Opie 2012 & Inventaire Forestier National (IFN) Office pour les insectes et leur environnement - Opie [19]

20 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Quelles seront les suites à donner à l enquête Lucane pour 2012? Valoriser les données de l enquête Au-delà de la simple accumulation d observations, les données de l enquête Lucane vont servir de base pour l évaluation de son état de conservation dans le cadre du rapportage 2012 (BENSETTITI et al., 2012). En effet, le Lucane cerf-volant est une espèce inscrite à l annexe II de la Directive européenne «Habitats-Faune-Flore» (DHFF). Conformément à l article 17 de la DHFF, la France, comme les autres pays de l Union Européenne, réalise tous les six ans un bilan sur l état de conservation des espèces visées par les annexes de la DHFF. Les données ainsi rassemblées sur le Lucane seront mises à la disposition des experts entomologistes travaillant à cet effet en lien avec le Muséum national d Histoire naturelle (MNHN) et le Ministère en charge de l Écologie. Pour cet exercice d évaluation, seules les observations récentes (de 2000 à 2012) seront considérées. Le bois mort est un habitat fragmenté dans l espace et dans le temps (BOUGET & BRUSTEL, 2005 ; BOUGET & GOSSELIN, 2010). Aux échelles nationale et régionale, le Lucane cerf-volant peut être considéré comme un «bio-informateur» représentatif de l impact des mutations paysagères vis-àvis des continuités forestières et bocagères. En effet, compte-tenu de sa sensibilité aux changements des modes d occupation du sol (intensification agricole, artificialisation ) mais également des usages et des pratiques forestières (enrésinement, cycles de production courts ), si nous pouvions accroître le lot de données à l échelle nationale, le Lucane pourrait être utilisé comme «macro-indicateur» des discontinuités spatio-temporelles de la présence de bois mort au sol. Un futur Plan national d actions (PNA) en faveur des insectes saproxyliques devrait prochainement être établi par le Ministère en charge de l Écologie. Ce plan définira pour cinq ans une stratégie de conservation bénéfique pour ce groupe d insectes menacés. L enquête Lucane pourra fournir une expérience concrète et très productive en termes de gestion de données naturalistes, de réflexion sur l état de conservation, d animation de réseau d acteurs et de communication vers un large public. Dans cette même optique, le Lucane pourra servir d emblème pour le programme d inventaire national des Coléoptères saproxyliques lancé par le Muséum national d Histoire naturelle (MNHN), et l Office pour les insectes et leur environnement (Opie). Combler les lacunes de prospection Pour la session 2011, l enquête a permis d établir une première cartographie précise du Lucane. Mais celle-ci a également soulevé un certain nombre de questions sur sa répartition et sa phénologie. Nous avons donc décidé de reconduire cette enquête en Les objectifs de cette seconde année seront toujours de préciser la répartition du Lucane, de «densifier» les observations dans les départements où l espèce semble bien présente, puis d infirmer ou de confirmer la présence du Lucane dans les départements ne comportant pas de données récentes malgré un contexte favorable. Nous mettrons donc en place une démarche d animation visant à recueillir de la part des observateurs volontaires des éléments de présence du Lucane sur des secteurs ciblées. Certaines collectivités telles que les Parc naturels régionaux (PNR), disposant de services liés à la préservation du patrimoine naturel, ont été identifiés comme pouvant apporter une contribution significative notamment dans la diffusion de l enquête sur leur territoire. En 2012, nous devrions ainsi sensiblement consolider la répartition du Lucane en France, répartition qui formera la base de référence des prochaines évaluations DHFF de 2018 et de Office pour les insectes et leur environnement - Opie [20]

21 Bilan 2011 et perspectives 2012 Liste des contributeurs A ABRANT F. ; ADAM D. ; AGLIETTA B. ; AGNEZY S. ; AGUIARD C. ; AIT EL MEKKI J. ; AJAK F. ; ALAR D. ; ALBERTIN C. ; ALBOUY V. ; ALLAFRANCHINO D. ; ALLEMAND C. ; ALOUANI N. ; ALRIC F. ; ANDRIEUX T. ; ARNOULT E. ; ASSELINEAU E. ; ASSOCIATION PROM'HAIES ; AUBERT D. ; AUBIN G. ; AUBINEAU J. ; AUBINEAU M. ; AUBINEAU M-A. ; AUBOURG J. ; AUBRAIS O. ; AUBURTIN C. ; AUCHER J. ; AUDINOT & PICHENOT S. ; AUDOUIT J. ; AUGE V. ; AUGER G. ; AULEN N. ; AUTRET M. ; AYGALENQ A. ; AZEVEDO A. ; B BAHADUR R. ; BAHADUR V. ; BAILLEUL F. ; BAILLEUX G. ; BALAZUC; BALITEAU C. ; BALITEAU J. ; BALITEAU L. ; BALITEAU P. ; BANCEL G. ; BANIDE E. ; BARATAUD J. ; BARBIER G. ; BARBIER Y. ; BARGE C. ; BARITEAU M. ; BARON M. ; BARRIER A. ; BARTH F. ; BARTHE L. ; BARTHEL S. ; BARTHELEMY V. ; BARTHES P. ; BASLEY D. ; BASTIEN P. ; BATAILLE F. ; BATEL A. ; BAUDRY G. ; BAYON G. ; BEAL G. ; BEAUDOIN S. ; BECHEAU F. ; BEDIOT L. ; BEDRINES G. ; BEIGE M. ; BEJAOUI A. ; BELLER F. ; BENCE S. ; BENDER B. ; BERASATEGUI C. ; BERGELIN Y. ; BERIOL A. ; BERLY A. ; BERNIARD P. ; BERRY D. ; BERTHY V. ; BERTRAND C. ; BERTRAND S. ; BESSONET J. ; BETARD F. ; BETTINELLI L. ; BEUCHER Y. ; BEUTIN S. ; BIBEYRAN G. ; BIERO T. ; BIHAN S. ; BILLY L. ; BIOCOENOSIS ; BION R. ; BIRARD J. ; BIRONNEAU V. ; BIZET D. ; BLANC Mich. ; BLANC Mick. ; BLANC Sé. ; BLANC St. ; BLANC T. ; BLANCHET C. ; BLANCHON Y. ; BLANDIN (ASSOCIATION SÈVRE ENVIRONNEMENT ) R. ; BLIN I. ; BLONDEL F. ; BLOT V. ; BLUM J. ; BOBE LELOUP V. ; BOBILLIER C. ; BOCA F. ; BODILIS M. ; BOISSEL P. ; BOLLE S. ; BOMMERT S. ; BONIFAIT S. ; BONIN G. ; BONNET D. ; BONNET T. ; BORGES A. ; BORIGITE G. ; BORZEIX C. ; BOSSAERT J. ; BOSSIS A. ; BOTTINELLI J. ; BOUCHERY C. ; BOUCHET B. ; BOUGELOT M. ; BOUJU C. ; BOULAY G. ; BOULAY J. ; BOULESTEIX H. ; BOUNIE P. ; BOURDIN S. ; BOUREAU V. ; BOURGET L. ; BOURHIS O. ; BOURIGAULT R. ; BOURRILLON L. ; BOURRIOUX J. ; BOURSIN F. ; BOUTAUD E. ; BOUTEILLER T. ; BOUTIN N. ; BOUVERIS N. ; BOUYAHIA D. ; BOUYER J. ; BOUYON H. ; BRAUD Y. ; BRAULT P. ; BREDON M. ; BRETON F. ; BREUZARD V. ; BRINGARD D. ; BRIYS J. ; BROUARD B. ; BROUILLARD Y. ; BRUA (SAE) C. ; BRUCY C. ; BRUGIERE V. ; BRULIN M. ; BRUN J. ; BRUNEL M. ; BRUNET F. ; BRUNETEAU D. ; BRUNISHOLZ F. ; BRUSTEL H. ; BUFFARD M. ; BURIN R. ; C CADIER G. ; CAILLOL. ; CAILLON P. ; CAJON F. ; CALAS J. ; CALVET A. ; CALVET C. ; CANEVET M. ; CAQUINEAU L. ; CARATTI G. ; CARBONNAUX S. ; CAROFF B. ; CARON J. ; CARON S. ; CARRE D. ; CARRE L. ; CARRERE V. ; CARREZ F. ; CARRION P. ; CART J. ; CARTERON J. ; CARTIER G. ; CATIL J. ; CATUSSE D. ; CAUBLOT G. ; CAUMONT E. ; CAVALIE C. ; CAVALLIN P. ; CAVE B. ; CECCANTI L. ; CEYLO D. ; CHABROL L. ; CHALEIL S. ; CHAMBET M. ; CHAMBON J. ; CHAMBORD R. ; CHANOINE G. ; CHANTRIS I. ; CHAPUIS N. ; CHARLES S. ; CHARLET P. ; CHARNEAU M. ; CHARPENTIER E. ; CHARPENTIER T. ; CHARRIER B. ; CHATELET M. ; CHATENET P. ; CHAUVELIER C. ; CHEMIN G. ; CHENEAU W. ; CHENEL F. ; CHÉREAU L. ; CHÉRON J. ; CHERPITEL T. ; CHEVAILLOT F. ; CHEVALIER J. ; CHEVALLIER L. ; CHOLOUX H. ; CHORGNON G. ; CHOUTEAU P. ; CHOVELON MORTAMET E. ; CHRISTOPHLE D. ; CIPIERE A. ; CLAVEL B. ; CLEMENT E. ; CLENET J. ; CLERGEAU P. ; CLESSE O. ; CLETY A. ; CLOUET G. ; COACHE A. ; COACHE M. ; COCONNIER Y. ; COFFINET V. ; COHENDOZ S. ; COIFFAIT N. ; COLIN E. ; COLIN P. ; COPRIS en Normandie ; COLLEN S. ; COLLET J. ; COLLETTE J. ; COLLIGNON D. ; COLLIN E. ; COLLINET N. ; COLLOBERT D. ; COLMAG M. ; COMBET S. ; CONVARD C. ; COQUET O. ; CORNATON G. ; CORNET N. ; CORNIER A. ; CORRADINI P. ; COSSON D. ; COSSON E. ; COSTE A. ; COSTES A. ; COTTE F. ; COTTIN J. ; COUANT M. ; COULON J. ; COURANT S. ; COURBET P. ; COURCIMAULT J. ; COUREL C. ; COURIC P. ; COURNEZ E. ; COUROUBLE B. ; COURTAUT S. ; COURTEL C. ; COURTES M. ; COZETTE L. ; CPIE Val d Orne ; CRESP A. ; CRETE C. ; CROUZET N. ; CRUEGE M. ; CSN Bourgogne ; CUDENNEC F. ; CUGNASSE J. ; CURE-DOBRIN V. ; CZACHKA V. ; D DA COSTA G. ; DABRY A. ; DABRY J. ; D'AGOSTINO R. ; DAJOZ R. ; DAMAS O. ; DAMOISEAU S. ; DANANCHER D. ; DANG C. ; DANOIS P. ; DANTEN B. ; DARDIGNAC C. ; DAUBRESSE A. ; DAUMAS R. ; DAUPHIN P. ; DAVID C. ; DE COURCEL S. ; DE GROOT M. ; DE LA GRANGE E. ; DE LA TOUR B. ; DE NEEFF R. ; DE OLIVEIRA F. ; DE SOTOMAYOR P. ; DEBAIG G. ; DEBORDES L. ; DEBURGHRAVE A. ; DECAENS T. ; DECROIX B. ; DEFFONTAINES T. ; DELABEYE Y. ; DELABYE S. ; DELACRE J. ; DELAFOLLYE L. ; DELAHAYE R. ; DELCLOY C. ; DELFOSSE R. ; DELHON J. ; DELPLANQUE A. ; DELPRAT J. ; DELPY ; DELSALLE F. ; DEMINIERE F. ; DEMUSSY C. ; DENEEFF A. ; DENIAU M. ; DENUX O. ; DEPECKER D. ; DERNAUCOURT L. ; DERUY N. ; DESBAS J. ; DESCHAMPS P. ; DESFORGES C. ; DESMET B. ; DESMIER C. ; DESMIER C. ; DESPREZ F. ; DESROUSSEAUX M. ; DESSAY V. ; DEVECIS J. ; DEYROZE P. ; DEYZAC G. ; D'HONDT H. ; DIANA Q. ; DIDIER B. ; DIGENNARO C. ; DIONISIO D. ; DODELIN C. ; DOLEDEC O. ; DONDEYNE J. ; DORE P. ; DOUAULT G. ; DOUVILLE F. ; DRAMARD J. ; DROUX B. ; DRUGMAND D. ; DRUMONT A. ; DUBES D. ; DUBOC P. ; DUBOIL M. ; DUBOIS T. ; DUBOIS Y. ; DUBON G. ; DUBOURG-SAVAGE M. ; DUCASSE L. ; DUCHAMP L. ; DUCRET V. ; DUCROTOY J. ; DUFAY L. ; DUFOUR D. ; DUFRESNE P. ; DUGAT T. ; DUMAS F. ; DUMERY D. ; DUPAS F. ; DUPREZ R. ; DUPUIS V. ; DURAND N. ; DURAND O. ; DURET S. ; DURR T. ; DUSOULIER F. ; E ÉCOLE DE BETSCHDORF ; EFB ; ELVIRE K. ; ÉQUIPE ATBI ; ESTEL G. ; ESTEYRIE S. ; ETIENNE S. ; ETTEL C. ; EYNARD D. ; F FABRE P. ; FACCHINELLI V. ; FAIVRE C. ; FANJEAUX R. ; FAVRAY C. ; FEDERICI E. ; FEJOZ N. ; FERET A. ; FILLION J. ; FITTERE P. ; FLEURY J. ; FLORIAN R. ; FOCCIS I. ; FOGLAR H. ; FONTAINE A. ; FONTAINE O. ; FOSSE-REYNAL L. ; FOUBERT L. ; FOUILLET P. ; FOUQUET E. ; FOX B. ; FRAIGNEAU C. ; FRANCAIS H. ; FRANCOIS V. ; FREEMAN C. ; FREOUR C. ; FRUCHON T. ; FRYS N. ; FUMEY E. ; FURIC M. G GABIOT E. ; GADENNE H. ; GADOUM S. ; GAGNERON U. ; GAILLARD M. ; GALAUP C. ; GALEZ/REITEL Y. ; GANDIT P. ; GANE C. ; GARDE C. ; GATEL J. ; GAUTHIER J. ; GAUYAT F. ; GAYMARD M. ; GENDRY G. ; GENEVOIS R. ; GENIEZ V. ; GENOUD D. ; GENTILHOMME C. ; GEORGIN K. ; GERARD S. ; GERBAUD A. ; GERBAUD J. ; GERBEAUD S. ; GERLOTTO F. ; GEROME P. ; GHIO C. ; GILBERT M. ; GILLES D. ; GILLES F.; GILLOTTE D. ; GINIAUX C. ; GIRARD C. ; GIRARD E. ; GIRARDIN S. ; GIRAUD E. ; GIRAULT I. ; GLOAGUEN P. ; GOAOC A. ; GOARRIN E. ; GODÉ L. ; GODET É. ; GONÇALVES É. ; GONZALES DE LINARES O. ; GONZALEZ E. ; GORENFLOT F. ; GORGUET A. ; GOUBAULT M. ; GOUDEAU P. ; GOUEZEC E. ; GOURREAU J. ; GOURVENNEC A. ; GOUTELLE O. ; GOUVERNEUR X. ; GRANCHER C. ; GRANCHER J. ; GRANDET J. ; GRANSAGNE C. ; GRASTILLEUR C. ; GREAVES J. ; GREGOIRE P. ; GREGOIRE P. ; GRENIER J. ; GREZES J. ; GRIFFITHS S. ; GRIMAUD V. ; GRIMAUX J. ; GROGNET P. ; GROLIER P. ; GROSSO E. ; GUEDON D. ; GUENESCHEAU Y. ; GUÉRARD L. ; GUERARD P. ; GUIBERT C. ; GUICHARD A. ; GUICHARD É. ; GUILHOT R. ; GUILLAUME S. ; GUILLEMIN B. ; GUILLERMET C. ; GUILLET W. ; GUILLON C. ; GUILLOT G. ; GUILLOTON F. ; GUILLOU K. ; GUIMIER H. ; GUITTET J. ; GULIA J. ; GUY A. ; GUYONNET A. ; GYMENT M. ; H HA C. ; HAIRIE F. ; HALDEMANN G. ; HALINA C. ; HALLAL J. ; HAMELIN H. ; HANNS C. ; HANOT C. ; HARIVEL R. ; HARLY J. ; HAUGOMAT D. ; HAVERLANT J. ; HAVERLANT N. ; HAXAIRE J. ; HAZET G. ; HEBBINCKUYS T. ; HECKLY X. ; HEIMERMANN E. ; HEINTZE F. ; HEMERY Q. ; HENNACHE A. ; HENNEQUIN E. ; HENRIOT J. ; HERCENT J. ; HERGIBO M. ; HERGIBO / CNOCQUAERT A. ; HERMAN D. ; HERMAN J. ; HEROUARD A. ; HESLOUIS C. ; HETTE S. ; HIESSLER N. ; HILAIRE S. ; HILGER L. ; HIRIGOYEN M. ; HOLL C. ; HOLTHOF M. ; HORELLOU A. ; HOUARD X. ; HOURIEZ B. ; HUBERT B. ; HUBERT P. ; HUET C. ; HULIN G. ; HURTREZ S. ; HUTTINGER B. ; I ISIDORE M. ; ITURBURUA S. ; J JACOB P. ; JACOB Y. ; JACQUES C. ; JACQUES N. ; JACQUET C. ; JADOT V. ; JAMES J. ; JAMINON J. ; JARRY N. ; JAUDON D. ; JAULIN M. ; JAULIN S. ; JAY-ROBERT P. ; JEGOU-GERGAUD C. ; JEGUES J. ; JEGUES J. ; JEGUES N. ; JENESOUHAITEPASLEPARTAGER T. ; JENKINSON A. ; JEUNESSE E. ; JOANNES G. ; JOLIVET S. ; JOLY C. ; JOURDAN I. ; JOUVE P. ; JOUVEAU S. ; JUENIN C. ; JULES J. ; JULIEN M. ; JUSSYK F. ; K KALDI C. ; KALDIRIMDJIAN C. ; KARADJIAN G. ; KIM A. ; KLEIBER A. ; KLEIN P. ; KLUKASZEWSKI P. ; KOLHMAN M. ; KREMER J. ; KUHN K. ; KURZ M. ; L LABADIE J. ; LABOUILLE A. ; LABOUREL V. ; LACHAUX X. ; LACOMME A. ; LAFFONT M. ; LAFON V. ; LAGARDE S. ; LAINE A. ; LAINE C. ; LAIR J. ; LALEURE J. ; LALLEMAND J. ; LALUQUE O. ; LAMBERT A. ; LAMBERT J. ; LAMBERT N. ; LAMBERT T. ; LAMOTTE J. ; LANDRAGUIN D. ; LANG P. ; LAPALUS A. ; LAPLANCHE G. ; LAPORTE T. ; LARRAT C. ; LARTIGAU N. ; LASSERRE F. ; LASSERRE I. ; LATTUGA R. ; LATY F. ; LAUNAY F. ; LAURENT G. ; LAURENT O. ; LAURORE D. ; LAVAUPOT G. ; LAVAUX L. ; LE BIGOT A. ; LEBLANC G. ; LE BORGNE A. ; LE BOUDEC C. ; LE BRETON E. ; LE BRIS F. ; LE DUC J. ; LE GABELLEC P. ; LE GOALLER Y. ; LE GOFF F. ; LE GOFF P. ; LE JOUBIOUX J. ; LE METAYER A. ; LE MOAL T. ; LE MOINE O. ; LE MONNIER Y. ; LEBLANC F. ; LECAPLAIN B. ; LECERF T. ; LECLER S. ; LECOMTE V. ; LECONTE R. ; LECORNU D. ; LECOSSOIS F. ; LEDUC M. ; LEFORT L. ; LEGOT P. ; LEKIEFFRE A. ; LEMAHIEU P. ; LEMAITRE J. ; LEMARCHAND C. ; LEMARIE J. ; LEMOINE G. ; LEMORE J. ; LEMPÉRIÈRE G. ; LÉON P. ; LEPERTEL N. ; LEPLEY M. ; LERICHE O. ; LEROUX D. ; LESAGE DE LA HAYE M. ; LESSIEUR D. ; LETHUILLIER S. ; LEVASSEUR V. ; LEVÈQUE J. ; LEVREL B. ; LHERMITE T. ; LIBERPREY A. ; LIEGEOIS & COURTOIS ; LINDET R. ; LINGENHELD J. ; LINGLAIN V. ; LIVORY A. ; LLORENS J. ; LOCQUEVILLE C. ; LOÏS G. ; LOOTEN M. ; LORRAINE ASSOCIATION NATURE (LOANA) ; LOUBÈRE M. ; LOUVET J. ; LUCAS A. ; LUNAUD E. ; LUNEAU J. ; LUNEAU P. ; M MACÉ E. ; MACQUET A. ; MADROLLES F. ; MAHIEU-COQUET H. ; MAHOUDEAUX M. ; MAILLOUX J. ; MAIRESSE J. ; MALECOT D. ; MALET J. ; MALHERBE G. ; MALLET B. ; MALMASSON J. ; MALRAISON C. ; MANCEAU B. ; MANGEAT M. ; MANGEOLLE R. ; MANIERE F. ; MARCERON ; MARCHAL T. ; MARGAT T. ; MARGERIE P. ; MARTHA B. ; MARTIN M-H. ; MARTIN Ma. ; MARTIN Mi. ; MARTIN N. ; MARTIN P. ; MARTINAUD R. ; MARTIN-DHERMONT L. ; MARTINOLI V. ; MARY J. ; MASSIN Y. ; MASSIT P. ; MASSON F. ; MAUBERT P. ; MAUDET Y. ; MAUREL N. ; MAURIN C. ; MAUVAIS C. ; MAZEAU D. ; MEIRE G. ; MÉJEAN M. ; MEKKI S. ; MÊME-LAFOND B. ; MÊME-LAFOND M. ; MENDEZ M. ; MENES H. ; MERCIER E. ; MERCIER F. ; MERCIER R. ; MÉRIGUET B. ; MERRIEN B. ; MERTENS J. ; MEURVILLE Y. ; MEZANI S. ; MICHALKE F. ; MICHELOT L. ; MIGLIARDI F. ; MIGLIETTI S. ; MIGNARD B. ; MILIAN F. ; MINOR P. ; MIRZA D. ; MISTOU M. ; MITAINE A. ; MOCQUERYS E. ; MOINET B. ; MOITY M. ; MOLES M. ; MONCION S. ; MONGUILLON A. ; MONIER D. ; MONIER I. ; MONMAYRANT F. ; MONTANE Y. ; MONTENOT J. ; MONTIGNY L. ; MORAND S. ; MORDEGAN D. ; MOREAU B. ; MOREAU T. ; MOREL A. ; MORENO K. ; MORIN C. ; MORIZET Y. ; MORONVAL H. ; MORVAN F. ; MOSSE S. ; MOTTEAU V. ; MOUELLE N. ; MOULIN D. ; MOUQUET C. ; MOUTON E. ; MOVIA A. ; MULLER Y. ; MULOT P. ; MUNIER D. ; MUNIER T. ; MUSSEAU C. ; N NAGELEISEN L-M. ; NAJEAN C. ; NAMBLARD O. ; NAUDET G. ; NEID J. ; NERI F. ; NETCHAIEFF M. ; NICOLAS J. ; NICOLAS M. ; NICOLLE F. ; NOBLECOURT T. ; NOEL F. ; NOEL J. ; NOËL P. ; NOGUES G. ; NORAZ A. ; NOURDIN P. ; NOVAK J-F. ; NOYER L. ; NUGUE C. ; O ODO S. ; OLLIVEAU D. ; ORIEUX O. ; OSENBERG R. ; OUVRARD B. ; OZANNE B. ; P PACHE C. ; PAGES J. ; PAILLET M. ; PANIZ T. ; PAPET D. ; PAPUT P. ; PAQUEREAU R. ; PARENT É. ; PARIS C. ; PARIS M. ; PARTY V. ; PASCAL J. ; PATIER N. ; PATRICK G. ; PATRIS Y. ; PAUL J. ; PAYOT A. ; PELLETIER A. ; PELLETIER D. ; PELOZUELO L. ; PENEAU C. ; PENGUILLY J. ; PENNEL T. ; PENNERATH F. ; PERCHERON P. ; PÉRET N. ; PERILLIEUX N. ; PERNODET P. ; PERRET J. ; PERRIN C. ; PERRIN V. ; PERRON C. ; PERRU S. ; PERSON P. ; PETIT D. ; PETIT S. ; PETITJEAN A. ; PEYRET H. ; PICARD R. ; PICHENOT J. ; PICHOIS N. ; PICQ C. ; PIETIN M. ; PIETRI E. ; PIETRI N. ; PILLOT J-P. ; PILLOT J. ; PINAUD D. ; PINSTON H. ; PLAIS P. ; PLANA F. ; PLANCHAT C. ; PLANCKE S. ; PLANTEGENET B. ; POIRIER M. ; POIRIER V. ; POIRIER-DUCROCQ D. ; POISSON A. ; POMMIER P. ; PONS B. ; PONT B. ; POUCHARD C. ; POUILLY F. ; POULAIN P. ; POULAUD C. ; POULENARD A. ; POULIN E. ; POUZADOUX C. ; PRADET J. ; PRAT C. ; PRATZ P. ; PRÉVOST P. ; PRIEUR J. ; PROVOST D. ; PROVOST M. ; PROVOT C. ; PROVOT J. ; PRUNEAU C. ; PUJOL D. ; PUPIER R. ; Q QUENEY P. ; QUERBOIT M. ; QUINDROIT C. ; QUINETTE J. ; R RABATEL P. ; RAEVEL P. ; RAFFARD M. ; RAPIN S. ; RATEL W. ; RATIE A. ; RAULIN N. ; RAVAYROL A. ; RAYNAL D. ; REBUFFEL F. ; RECHER H. ; REGNERI P. ; REGNIER J. ; REITEL/GALEZ C. ; RENAUD M. ; RENOTON C. ; RENOU M. ; REQUIER I. ; REVEILLAUD P. ; REY-DEMANEUF F. ; REYMONET C. ; REYNARD S. ; REYNAUD L. ; RICHARD B. ; RICHARD M. ; RICHARD P. ; RICHER DE FORGES T. ; RICHOUX P. ; RIDEL G. ; RIGOU L. ; RIGOULAT C. ; RIQUIN F. ; RIVIERE P. ; RIVOAL C. ; ROBERT C. ; ROBINET C. ; ROCHET F. ; ROGE C. ; ROLIN T. ; ROLLAND P. ; ROLLO N. ; ROLON A. ; RONDEAU A. ; ROQUES A. ; ROQUES O. ; ROSSET-BOULON S. ; ROUAULT M. ; ROUE S. ; ROUJAS A. ; ROUSSEL A. ; ROUSSEL R. ; ROUSSELET C. ; ROUSSELET L. ; ROUSSET F. ; ROUY Q. ; ROY P. ; RUDELLE R. ; RUNDLE R. ; RZADKIEWA J. ; S SALESSE & VAUCEL J. ; SALTRE A. ; SAMEL T. ; SANDRONE M. ; SANTER M. ; SARDET É. ; SAUNIER S. ; SAUNOIS L. ; SAURETY A. ; SAUX F. ; SAVIO J. ; SAVIO M. ; SCHAAL P. ; SCHER O. ; SCHIRER M. ; SCHIRMER B. ; SCHLEGEL M. ; SCHMIDT J. ; SCHMIDT-KOEHL W. ; SCHMITT R. ; SCHNEIDER L. ; SCHWOERER M. ; SEGURA E. ; SEITZ A. ; SELLIN E. ; SEQUIES D. ; SERRURIER B. ; SEUGNET L. ; SEVELLEC T. ; SIBERT J. ; SIMON A. ; SIMON Y. ; SIMONT V. ; SIONNEAU Y. ; SIREYJOL M. ; SMITH I. ; SNAUWAERT M. ; SOISSONS A. ; SOLOMAS D. ; SONNERAT B. ; SOUDAIS R. ; SOUDRIE A. ; SOULET D. ; SOUSTELLE C. ; SPONGA A. ; STALLEGGER P. ; STERVINOU J. ; STOFFER J. ; STOLL R. ; SURGET S. ; SYLLA I. ; T TACHET J. ; TALAGRAND N. ; TALBORDET N. ; TALBOT S. ; TALIGROT S. ; TANGUY A. ; TANGUY V. ; TANQUERAY V. ; TANTON C. ; TARIEL Y. ; TAUPIAC J. ; TAUZIN P. ; TEMPEZ E. ; TERRASSE J. ; TESSON F. ; T'FLACHEBBA M. ; THAVOT D. ; THEAUDIERE P. ; THEO D. ; THEUDE G. ; THEVENIN D. ; THEVENY B. (LPO); THIALLIER C. ; THIBAUDEAU N. ; THIBEDORE L. ; THOMAS E. ; THOMAS L. ; THOMAS SAMEL. ; THOME C. ; THONAS S. ; THOURET S. ; THOUVENIN P. ; THOUVENOT M. ; TISON Y. ; TISSOT S. ; TIZIEN N. ; TONNELLIER-GUIHEUX C. ; TOURRETTE A. ; TOURY B. ; TOUSSAINT P. ; TRÉGOUET G. ; TROMBETTA J. ; TROUPENAT M. ; TUDAL B. ; TUPHILE H. ; TUR J. ; U UDE B. ; UGUEN R. ; V VAIR A. ; VALEMBOIS S. ; VALENTIN E. ; VALENTIN Je. ; VALENTIN J-P. ; VALENTIN Ju. ; VALIERGUE J. ; VALLET A. ; VALTOT C. ; VAN DE BOR A. ; VAN DEN HAM C. ; VANDER HEYM A. ; VANDERPERT C. ; VANDROMME D. ; VANEME M. ; VANHILLE F. ; VANNUCCI O. ; VANOT M. ; VARANDES M. ; VASSEL S. ; VASSELIN R. ; VATELOT W. ; VATRINET Q. ; VAUCHER J. ; VAUDOIS P. ; VAUDORE D. ; VENEREAU D. ; VERNET N. ; VERTUT G. ; VERTUT P. ; VERZELE Q. ; VETTER P. ; VEYSSADE J. ; VIAIN M. ; VIAL E. ; VIAUD A. ; VIDAL L. ; VIEILLARS J. ; VIGNA F. ; VILLARET J. ; VILLE D. ; VILLENAVE-CHASSET J. ; VILLETORTE A. ; VINCENT J. ; VIORA J. ; VIOT A. ; VIREY F. ; VITZTHUM S. ; VOCHELET É. ; VOLANTE C. ; VOURZAY L. ; VOUTERS J. ; VUILLAME A. ; W WANNEPAIN O. ; WASIER M. ; WEISS J. ; WEITTEN L. ; WIDIEZ G. ; WILLEM H. ; WILLHELM A. ; WOIMANT OBS G. ; Y YART A. ; YVARD M. ; YVERT F. ; YVINEC J. ; Z ZAGATTI P. ; ZINCK C. ; ZUMBIEHL R. ; ZUNINO F. ; ZWATAN M. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [21]

22 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Bibliographie citée & consultée ALEXANDER K.N.A., (2004) - Revision of the Index of Ecological Continuity as used for saproxylic beetles. English Nature Research Reports 574 : 60 p. ANONYME, (2002) - Lucanus cervus (L., 1758) - Le Lucane Cerf-volant. p in BENSETTITI F. & GAUDILLAT V., (coord.) - «Cahiers d habitats» Natura Connaissance et gestion des habitats et des espèces d intérêt communautaire. Tome 7 - Espèces animales. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 353 p. + cédérom. BENSETTITI F., PUISSAUVE R., LEPAREUR F., TOUROULT J. & MACIEJEWSKI L., (2012) - Évaluation de l état de conservation des habitats et des espèces d intérêt communautaire - Guide méthodologique - DHFF article 17, Version 1 - Février Rapport SPN , Service du patrimoine naturel, Muséum national d'histoire naturelle, Paris, 76 p. + annexes. BOUGET C. & BRUSTEL H., (2010) - Continuité des micro-habitats dans l espace et dans le temps et conservation de l'entomofaune saproxylique. p in Biodiversité, naturalité, humanité. Éditions Tec&Doc. BOUGET C. & GOSSELIN F., (2005) - Distribution spatiale du bois mort : enjeux pour la conservation des espèces cavicoles et saproxyliques. p in Bois mort et à cavités : une clé pour des forêts vivantes. Éditions Tec&Doc. BRUSTEL H., (2001) - Coléoptères saproxyliques et valeur biologique des forêts françaises. Perspectives pour la conservation du patrimoine naturel - Thèse de doctorat - Institut national polytechnique de Toulouse, 327 p. BRUSTEL H., (2007) - Évaluation de la valeur biologique des forêts françaises au moyen des coléoptères saproxyliques. p in JAULIN S. & al. - Les vieux arbres et la conservation de la biodiversité en Europe, du scientifique au gestionnaire. Actes du colloque tenu à Prades les 16 et 17 octobre OPIE-LR (éd.), Perpignan p. DAJOZ R. (2007). Les insectes et la forêt. Rôle et diversité des insectes dans le milieu forestier - 2ème édition. Éditions Tec&Doc - Lavoisier édit., 648 p. FCPN & OPIE, (2011) - À la rencontre des Coléoptères. Cahier techniques de la Gazette des Terriers n le journal des Club CPN - 44 p. GRATTON Y., (2002). Le krigeage : La méthode optimale d'interpolation spatiale. Les Articles de l'institut d'analyse Géographique - 4 p. ftp://ftp.sisyphe.jussieu.fr/public/mu511/geostat/documentation/krigeage_juillet2002.pdf HARVEY D.J., GANGE A. C., HAWES C.J., RINK M., (2011) - Bionomics and distribution of the stag beetle, Lucanus cervus (L.) across Europe. Insect Conservation and Diversity 4 : HETIER J-P & LILIN C., (1989) - Les espaces boisés méditerranéens et leurs ressources. Forêt méditerranéenne. T.XI (3) : NIETO A. & ALEXANDER K.N.A., (2010) - European Red List of Saproxylic Beetles. Luxembourg: publication office of the European Union -56 p. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [22]

23 Bilan 2011 et perspectives 2012 NAGELEISEN L.M. & BOUGET C., coord., (2009) - L étude des insectes en forêt : méthodes et techniques, éléments essentiels pour une standardisation. Synthèse des réflexions menées par le groupe de travail «Inventaires Entomologiques en Forêt» (Inv.Ent.For.). Les Dossiers Forestiers n 19, Office National des Forêts p. PAULIAN R., (1941) - Coléoptères Scarabéidés. Collection Faune de France, Volume 38. Lechevalier (ed.) p., 445 fig. PAULIAN R. & BARAUD J., (1982) - Faune des Coléoptères de France. II - Lucanoidea et Scarabaeoidea. Lechevalier (ed), Paris p. RITCHER P. O., (1966) - White Grubs and Their Allies: A Study of North American Scarabaeoid Larvae. Oregon State University Press p. SPEIGHT M., (1989) - Les invertébrés saproxyliques et leur protection - Conseil de l Europe - collection Sauvegarde de la nature n p. TANAHASHI M., KUBOTA K., MATSUSHITA N. & TOGASHI K., (2010) - Discovery of mycangia and associated xylose-fermenting yeasts in stag beetles (Coleoptera: Lucanidae). Naturwissenschaften 97: UICN France (2011) - Guide pratique pour la réalisation de Listes rouges régionales des espèces menaces - Méthodologie de l UICN & démarche d élaboration. Paris France, 58 p. VALLAURI D., ANDRÉ J., BLONDEL J. (2002) - Le bois mort, un attribut vital de la biodiversité de la forêt naturelle, une lacune de la forêt gérée - rapport - WWW-France, 34 p. Office pour les insectes et leur environnement - Opie [23]

24 Enquête d insecte : le Lucane cerf-volant Office pour les insectes et leur environnement - Opie [24]

Préambule : Sous le patronage de :

Préambule : Sous le patronage de : Sous le patronage de : Association reconnue d utilité publique Université Paris VI Laboratoire d Anatomie comparée 2 place Jussieu 75005 PARIS http://www.societeherpetologiquedefrance.com Préambule : L

Plus en détail

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Présentation du rapport de stage effectué au Conseil Régional R d Aquitaine Février à Juillet 2013 Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Master professionnel: Economie et

Plus en détail

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR Direction de l Environnement et de l Energie-Métropole Nice Côte d Azur Aout 2013 Introduction En 2011, 2012 et début

Plus en détail

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE

VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE VIII LA GESTION DES VIEUX ARBRES ET DE LA BIODIVERSITE Vieux trognes en milieu urbain, ville d Angers. Un patrimoine en voie de disparition préservé. GENERALITES Motifs de la formation L arbre n est pas

Plus en détail

2010, année internationale de la biodiversité Paris lance son plan pour la préservation et le renforcement de la biodiversité

2010, année internationale de la biodiversité Paris lance son plan pour la préservation et le renforcement de la biodiversité 2010, année internationale de la biodiversité Paris lance son plan pour la préservation et le renforcement de la biodiversité Dossier de presse Contact presse Clarisse Guyonnet : 01 42 76 49 61 1 Sommaire

Plus en détail

CLE Groupe «Biodiversité»

CLE Groupe «Biodiversité» CLE Groupe «Biodiversité» AUTEUR/ÉMETTEUR COMPTE RENDU DE RÉUNION DATE DE LA RÉUNION Mission Développement Durable 17/01/2011 PARTICIPANTS Ville d Angers/ Angers Loire Métropole/ groupe projet (en interne)

Plus en détail

Le réseau FRENE. de Forêts Rhônalpines. en Évolution NaturellE. Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex ( L.

Le réseau FRENE. de Forêts Rhônalpines. en Évolution NaturellE. Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex ( L. Le réseau FRENE de Forêts Rhônalpines en Évolution NaturellE Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex Pourquoi constituer ce réseau? Les peuplements âgés, grâce à leur bois mort et à cavités,

Plus en détail

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement...

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement... Sommaire La forêt en Europe... 2 La forêt en France métropolitaine... 4 L évolution de la surface forestière... 5 Le taux de boisement... 6 par département... 6 par sylvoécorégion... 7 À qui la forêt appartient-elle?...

Plus en détail

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles V. Noble 06 novembre 2014 Plan de la présentation Le Conservatoire

Plus en détail

Cahier des charges pour la mise en œuvre des actions d études prévues par la déclinaison régionale du Plan National d Action en faveur des chiroptères

Cahier des charges pour la mise en œuvre des actions d études prévues par la déclinaison régionale du Plan National d Action en faveur des chiroptères Cahier des charges pour la mise en œuvre des actions d études prévues par la déclinaison régionale du Plan National d Action en faveur des chiroptères LOT n 1 : Animation foncière pour la préservation

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Réseau rural de Basse-Normandie Groupe de travail thématique : «Bien gérer l'espace en milieu

Plus en détail

Étude de cycles chez les insectes : holométabole ou hémimétabole?

Étude de cycles chez les insectes : holométabole ou hémimétabole? Activités autonomes 9 et 10H La biologie des organismes et de leur anatomie s aborde très bien par la morphologie particulière des insectes. Cette activité définit le terme de caractère et la notion de

Plus en détail

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France

Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Production foncière, activité du logement neuf et de l aménagement en Ile-de-France Colloque Ile-de-France Libérer du foncier : un geste solidaire en faveur du logement au Conseil Régional d Ile-de-France

Plus en détail

Des actions pour protéger les mares

Des actions pour protéger les mares Des actions pour protéger les mares L intérêt porté aux mares temporaires est récent et résulte d une prise de conscience provoquée par leur destruction accélérée aux cours des dernières décennies. Celle-ci

Plus en détail

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 POUR UN PROJET DE DEFRICHEMENT

FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 POUR UN PROJET DE DEFRICHEMENT PRÉFET DE MEURTHE-ET-MOSELLE FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA 2000 POUR UN PROJET DE DEFRICHEMENT Coordonnées du demandeur : Nom (personne morale ou physique) :...... Adresse :..........

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE UN CARRE. cultiver. pour la. BIODIVERSITE.fr

DOSSIER de PRESSE UN CARRE. cultiver. pour la. BIODIVERSITE.fr DOSSIER de PRESSE cultiver UN CARRE pour la BIODIVERSITE.fr édito La biodiversité ce n est pas seulement l ours blanc, la baleine bleue et le rhinocéros. Un grand nombre d espèces végétales et animales

Plus en détail

LA COUVERTURE VÉGÉTALE DU CŒUR DE L AGGLOMÉRATION DE PARIS

LA COUVERTURE VÉGÉTALE DU CŒUR DE L AGGLOMÉRATION DE PARIS LA COUVERTURE VÉGÉTALE DU CŒUR DE L AGGLOMÉRATION DE PARIS Une approche par la télédétection de précision par Marie-Thérèse Besse et Paul Rouet Atelier parisien d urbanisme Banque de données urbaines 9,

Plus en détail

Observatoire des effets du tramway

Observatoire des effets du tramway Observatoire des effets du tramway Modes doux Méthodologie Les modes doux désignent les déplacements effectués à pied, à vélo, en roller Dans cette étude sur les effets du tramway, il est proposé d évaluer

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

DossierDéveloppement. durable

DossierDéveloppement. durable La forêt est une ressource économique dont l exploitation contribue à l enrichissement collectif. L enjeu de l utilisation de toute ressource naturelle renouvelable est évidemment d en faire une gestion

Plus en détail

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1

BILAN. Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 BILAN Atelier d Architecture, d Urbanisme et de Paysage Page 1 Présentation de la démarche Faire de la prospective paysagère avec les habitants Dans le cadre du plan Paysage et Biodiversité de la plaine

Plus en détail

Le blaireau. Préserver la biodiversité dans le Grand Lyon

Le blaireau. Préserver la biodiversité dans le Grand Lyon Le blaireau Préserver la biodiversité dans le Grand Lyon Le Blaireau sur le territoire du Grand Lyon La grande faune aux portes de la ville Le Blaireau européen (Meles meles) est l un des plus gros mammifères

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Malle documentaire Jardin Pourquoi faire un jardin? Quel type de jardin mettre en place? Quelle

Plus en détail

Le daim et le cerf sika en France : nouvel inventaire

Le daim et le cerf sika en France : nouvel inventaire Connaissance & gestion des espèces Le daim et le cerf sika en France : nouvel inventaire P. Matzke, J.-L. Hamann/ONCFS Daim (g.) et cerf sika (d.). Introduits en France dans des parcs à des fins ornementales,

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine

La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine La Charte Forestière de Territoire Les crêtes gréseuses, couronnées de forêt, constituent l ossature du territoire des monts de Normandie et du Maine.

Plus en détail

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal)

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) L Île Bizard est située au nord-ouest de l archipel montréalais. Elle est reconnue pour sa qualité de vie, son magnifique

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Contexte Les communes littorales métropolitaines hébergent plus de 6 millions d habitants et ont

Plus en détail

Inventaire permanent de la flore de Lorraine

Inventaire permanent de la flore de Lorraine En collaboration avec : Faculté des sciences et technologies Campus des Aiguillettes BP 70239 54 506 Vandœuvre-lès-Nancy Tél : 03 83 68 41 77 Mail : contact@polelorrain-cbnne.fr 100 rue du jardin botanique

Plus en détail

Marais d Archine. Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017

Marais d Archine. Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017 Marais d Archine Programme de préservation en faveur de la biodiversité 2013-2017 Un programme de gestion pour préserver la biodiversité La biodiversité constitue une ressource fondamentale pour la collectivité.

Plus en détail

6. COMMUNICATION ET FORMATION

6. COMMUNICATION ET FORMATION 6. COMMUNICATION ET FORMATION 35 6.1. ETAT DES LIEUX COMMUNICATION ET FORMATION 6.1.1. Les moyens de communication de la FDCR : 6.1.1.1.Site t : www.fdc69.com Un site t mis en ligne en juin 2009 avec un

Plus en détail

Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie

Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie Discours de Chantal JOUANNO, Secrétaire d'état chargée de l'écologie Signature de l accord-cadre sur les pesticides utilisés par des professionnels en zones non agricoles Mesdames et Messieurs Je suis

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Avis aux paparazzis! 4 araignées font leur show en 2014

Avis aux paparazzis! 4 araignées font leur show en 2014 Avis aux paparazzis! 4 araignées font leur show en 2014 Le réseau Araignées de Picardie Nature et de l'adep (Association Des Entomologistes Picards) se lance en 2014 dans la recherche de 4 espèces d'araignées

Plus en détail

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche?

Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Qu'est-ce que la bourse foncière forestière de l Ardèche? Vous êtes un propriétaire forestier privé ou public? ou vous envisagez de le devenir? Vous souhaitez vendre, échanger ou acheter des parcelles

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

1995 2015 : 20 années de Mesures Agro-Environnementales (MAE) en Wallonie

1995 2015 : 20 années de Mesures Agro-Environnementales (MAE) en Wallonie 1995 2015 : 20 années de Mesures Agro-Environnementales (MAE) en Wallonie L année 2015 marque le 20 ème anniversaire du programme agro-environnemental en Wallonie. A cette occasion, l asbl Natagriwal a

Plus en détail

Google améliore la recherche d images

Google améliore la recherche d images Google améliore la recherche d images Soucieux de conserver sa position de leader dans le secteur des moteurs de recherche sur Internet, Google se montre très actif ces derniers temps et intègre de nouveaux

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Aménagements favorisant la biodiversité

Aménagements favorisant la biodiversité Aménagements favorisant la biodiversité 2013-2018 Programme d appui en agroenvironnement Volet 1 Interventions en agroenvironnement par une exploitation agricole Objet de l aide financière Appuyer les

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Le Portrait Nature de Quartier du Fresnoy- Mackellerie à Roubaix

Le Portrait Nature de Quartier du Fresnoy- Mackellerie à Roubaix Le Portrait Nature de Quartier du Fresnoy- Mackellerie à Roubaix Ce projet a reçu le label régional Naturenville 1 Nos premiers arguments : pourquoi s intéresser à la nature en ville? Parce que la vie

Plus en détail

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec

Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec Mémoire présenté par le Consortium pour le développement durable de la forêt gaspésienne lors de la consultation publique tenue le

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015

J.12. Annexe LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE. Été 2015 LIGNE 15 : PONT DE SÈVRES < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 15 OUEST DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE Été 2015 J.12 Annexe Suites données par la Société du Grand

Plus en détail

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME SOMMAIRE CARTE DE LOCALISATION DES SECTEURS D ORIENTATIONS D AMENAGEMENT 2 SECTEUR 3.1 : LA POMME 3 Les orientations d aménagement 3 SECTEUR

Plus en détail

Logo Cg. Groupe départemental EPS PRIM AIR NATURE. Dossier pédagogique. Inspection académique de l Aveyron (groupe départemental EPS) & USEP Aveyron

Logo Cg. Groupe départemental EPS PRIM AIR NATURE. Dossier pédagogique. Inspection académique de l Aveyron (groupe départemental EPS) & USEP Aveyron Logo Cg Groupe départemental EPS PRIM AIR NATURE Dossier pédagogique PRERARER LES RENCONTRES PRIM AIR NATURE Il s agit de rencontres inter-écoles de secteur organisées par l USEP en partenariat avec l

Plus en détail

2. Le rapportage «article 17» : concept et notions générales

2. Le rapportage «article 17» : concept et notions générales 2. Le rapportage «article 17» : concept et notions générales 2.1. Principes du rapportage A l Article 17, la Directive Habitats prévoit que les États Membres établissent tous les 6 ans un rapport sur l'application

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I Mise en place d une bourse d échange d arbres I Ordre du jour I 1 - Les caractéristiques du réseau bocager 2 -

Plus en détail

MICROMAMMIFÈRES : LES INVISIBLES DU JARDIN

MICROMAMMIFÈRES : LES INVISIBLES DU JARDIN MICROMAMMIFÈRES : LES INVISIBLES DU JARDIN Bien que fort discrets, les petits rongeurs, que l on appelle micromammifères, hantent nos jardins, nos haies, nos greniers et parfois nos sous-sols Le photographe

Plus en détail

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur ACTIVITES ECONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Les Français et la mer : perceptions et attachements Analyse socio-économique générale A RETENIR Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural 2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural f Petits collectifs à Francheville cellaire minimal de 500 m² et une hauteur maximale de 12 m. La commune veut également concentrer le développement dans

Plus en détail

Règlement du label EcoJardin

Règlement du label EcoJardin Règlement du label EcoJardin ARTICLE LIMINAIRE De plus en plus de gestionnaires d espaces verts publics et privés s engagent dans la réduction de l impact environnemental de leurs pratiques mais ces changements,

Plus en détail

ACTION A4 : PROSPECTION DE NOUVEAUX GÎTES A CHIROPTERES

ACTION A4 : PROSPECTION DE NOUVEAUX GÎTES A CHIROPTERES ACTION A4 : PROSPECTION DE NOUVEAUX GÎTES A CHIROPTERES SYNTHÈSE PROSPECTIONS ESTIVALES DE 2 À 23 delphine.quekenborn@gcprovence.org Groupe Chiroptères de Provence VERSION DIFFUSABLE mai 24 Présence d'un

Plus en détail

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques,

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, LOGO DE L'ORGANISME Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, Journée technique interrégionale sous l'égide de la CoTITA du 23 novembre 2010 Chiroptères et routes:

Plus en détail

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD)

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) LE PADD : projet d aménagement et de développement durable Il définit les orientations d urbanisme

Plus en détail

ANNEXE 3. "Préservation d'arbres-habitat" Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt

ANNEXE 3. Préservation d'arbres-habitat Service des forêts, de la faune et de la nature. Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Service des forêts, de la faune et de la nature Inspection cantonale des forêts Biodiversité en forêt Chemin de la Vulliette 4 1014 Lausanne Directive N : IFOR-BIODIV-ARB.HAB-2012 ANNEXE 3 "" Date de création

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION CHARTE D ENGAGEMENT Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION Le SYCOPARC s engage à mettre en œuvre la programmation via son service de médiation culturelle. Il veille à la cohérence et à la pertinence des

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

FICHE TYPE D'INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE LA FRANCE. «La calligraphie» Indexation :

FICHE TYPE D'INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE LA FRANCE. «La calligraphie» Indexation : «La calligraphie» Présentation sommaire Identification : Utilisation de l'écriture comme art Personne(s) rencontrée(s) : Brigitte PALARIC Localisation municipalité) : (région, département, Ville : Allaire

Plus en détail

- BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS

- BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS - BEAUCOURT ANALYSE DE LA CONSOMMATION DES ESPACES NATURELS, AGRICOLES ET FORESTIERS 1. Évolution de la tache urbaine Cette analyse est basée sur le travail réalisé par la Direction Régionale de l Environnement,

Plus en détail

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson

Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: l exemple de la maison Mary-Dorothy-Molson Gestion d un monument historique cité: le cas de la maison Mary-Dorothy-Molson José Froment, 12 juin 2009 Denise Caron,

Plus en détail

L intégration de la Trame Verte et Bleue dans le PLU Exemple des travaux conduits sur la ville de Nîmes

L intégration de la Trame Verte et Bleue dans le PLU Exemple des travaux conduits sur la ville de Nîmes L intégration de la Trame Verte et Bleue dans le PLU Exemple des travaux conduits sur la ville de Nîmes Table ronde : «Comment rendre effective la considération des espaces naturels dans les documents

Plus en détail

Séminaire du groupe général du 12 mars 2009 PROJET TRAME VERTE ET BLEUE PACA

Séminaire du groupe général du 12 mars 2009 PROJET TRAME VERTE ET BLEUE PACA Séminaire du groupe général du 12 mars 2009 PROJET TRAME VERTE ET BLEUE PACA 1 Rappel des objectifs du projet de trame verte et bleue Préciser la vision d une trame verte et bleue dans la Région PACA Appréhender

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE

LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le nombre d exemplaires : 3 1 pour l entreprise, 1 pour l I.U.T., 1 pour vous même Le nombre de pages : 30 pages maximum (annexes non comprises) Le format : A4 Le rapport

Plus en détail

L ASCENSEUR NUMERIQUE

L ASCENSEUR NUMERIQUE L ASCENSEUR NUMERIQUE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Alfortville, le 23 juin 2009 L ascenseur numérique : une innovation mondiale chez un bailleur social à Alfortville pour un Nouveau Vivre ensemble

Plus en détail

<Les symphytes : des guêpes sympathiques qui ne piquent pas> par Henri Savina Les hyménoptères symphytes, appelées aussi tenthrèdes ou encore «mouches à scie», sont bien des guêpes et non des mouches,

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers

Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent. Ateliers Produire une carte thématique: l exemple du Cahier des Habitats Fauniques de la Forêt Modèle du Bas-Saint-Laurent Ateliers Sur la conservation des milieux naturels / 16 et 17 mars 2007, Montréal Par Catherine

Plus en détail

Observatoire de la biodiversité Haute-Normandie

Observatoire de la biodiversité Haute-Normandie OBSERVATOIRE DE LA BIODIVERSITÉ AILLEURS EN FRANCE, AILLEURS EN EUROPE Mathilde Stallegger & Marc Thauront (Écosphère) Séminaire technique, Rouen, 6 février 2008 1 Benchmarking : l échantillon survolé

Plus en détail

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 GEMEL Picardie 115 Quai Jeanne d Arc 80230 Saint Valery sur Somme 03.22.26.85.25 gemel.picardie@libertysurf.fr www.gemel.org Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 BOUVET Audrey

Plus en détail

«Menuiserie Charpente»

«Menuiserie Charpente» «Menuiserie Charpente» Présentation sommaire Identification : Entreprise de charpente, menuiserie, escalier et spécialisée dans la restauration du bâti ancien. Egalement ouverts à la création contemporaine.

Plus en détail

En continuité avec ses actions en faveur du développement durable, Caen la mer met en oeuvre une campagne de sensibilisation du public.

En continuité avec ses actions en faveur du développement durable, Caen la mer met en oeuvre une campagne de sensibilisation du public. 30/03/2007 Semaine du développement durable 2007 Préservation de la biodiversité et participation au programme Papillons & Jardin Signature d un partenariat avec Noé Conservation Dossier de presse Dans

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 25 mai 2016. Journée d échange Connaissance des libellules pour la gestion des zones humides forestières

DOSSIER DE PRESSE. Mercredi 25 mai 2016. Journée d échange Connaissance des libellules pour la gestion des zones humides forestières DOSSIER DE PRESSE Journée d échange Connaissance des libellules pour la gestion des zones humides forestières Mercredi 25 mai 2016 Maison de la réserve Naturelle de la tourbière des Dauges à Saint-Léger-la-Montagne

Plus en détail

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER

Analyse et synthèses des réponses au questionnaire. L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Analyse et synthèses des réponses au questionnaire L initiative Philanthropique Jerôme KOHLER Quelques éléments préalables 47 réponses pour 93 questionnaires envoyés Base de réponse de 50% Les principaux

Plus en détail

MARTIN Bertrand 1,2, GUTLEBEN Caroline 2, COLSON François 2

MARTIN Bertrand 1,2, GUTLEBEN Caroline 2, COLSON François 2 Aménagement et gestion des espaces verts pour produire, sous contraintes réglementaires, des bouquets de services écosystémiques : Témoignage de la ville de Rennes MARTIN Bertrand 1,2, GUTLEBEN Caroline

Plus en détail

Eléments pratiques pour la recherche et la protection de l Effraie des clochers dans le Rhône

Eléments pratiques pour la recherche et la protection de l Effraie des clochers dans le Rhône Eléments pratiques pour la recherche et la protection de l Effraie des clochers dans le Rhône Mobilisation générale pour la chouette la plus menacée du département : l Effraie des clochers. Vous êtes tous

Plus en détail

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional.

Au regard de ces observations, les conseillers émettent un avis favorable au rapport du Conseil Régional. C. Une nécessaire clarification des règles relatives aux mesures compensatoires Dans le cadre du principe «Eviter Réduire - Compenser», les conseillers rappellent la nécessité de clarifier les règles inhérentes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE

89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE 89 CONSEIL DE LA COMMUNAUTE Séance du 27 juin 2013 Personnel - Délégation de service public pour l'exploitation du restaurant administratif de la Chauvinière - Désignation de l'exploitant Direction Ressources

Plus en détail

L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées

L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées L Institut national de l audiovisuel (INA) lance l opération Ina Mémoires partagées Automobile. Cet appel à contribution

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

BUREAU DE LA COMMISSION LOCALE DE L EAU DU SAGE ALLIER AVAL. 8 février 2012- Salle de réunion Jean Monnet à Saint-Pourçain-sur-Sioule COMPTE-RENDU

BUREAU DE LA COMMISSION LOCALE DE L EAU DU SAGE ALLIER AVAL. 8 février 2012- Salle de réunion Jean Monnet à Saint-Pourçain-sur-Sioule COMPTE-RENDU SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN DE L ALLIER AVAL BUREAU DE LA COMMISSION LOCALE DE L EAU DU SAGE ALLIER AVAL 8 février 2012- Salle de réunion Jean Monnet à Saint-Pourçain-sur-Sioule

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Introduction Le patrimoine bâti n est pas un produit éphémère et périssable. C est un

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail