RAPPORT DE MISSION Evaluation du projet de facilitation sur le Warrantage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE MISSION Evaluation du projet de facilitation sur le Warrantage"

Transcription

1 RAPPORT DE MISSION Evaluation du projet de facilitation sur le Warrantage Mission réalisée par Jean NDIMUBANDI Consultant Bujumbura, Février 2010

2 TABLE DES MATIERES 1 INTRODUCTION GENERALE CONTEXTE GENERAL DU WARRANTAGE CADRE CONCEPTUEL GLOBAL Cadre d analyse sur le warrantage Les contours du warrantage Mécanismes du warrantage Importance du secteur de la microfinance en milieu rural burundais Introduction Structure du secteur de microfincance Produits et services offerts Les taux d intérêts Points de faiblesses et menaces Descriptif de la méthodologie suivie RESULTATS DE L EVALUATION Résultats des enquêtes auprès des bénéficiaires (riziculteurs) Implication des acteurs associés Goulots d étranglement Leçons apprises CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATIONS Conclusion générale Recommandations REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES

3 SIGLES ET ABBREVIATIONS ASBL : BIT : BNDE : BPB : BRB : CAPAD : CECM : COFIDE : COPED : COSPEC : DPAE : FAO : FDC : Association Sans But Lucratif Bureau International du Travail Banque Nationale pour le Développement Economique Banque Populaire du Burundi Banque de la République du Burundi Confédération des Producteurs Agricoles pour le Développement Caisse Coopérative pour l Epargne et le Crédit Mutuel Compagnie Financière pour le Développement Conseil pour l Education et le Développement Coopérative de Solidarité avec les Paysans pour l Epargne et le Crédit Direction Provinciale d Agriculture et de l Elevage Food and Agriculture Organisation Fonds de Développement Communal, FENACOBU : Fédération Nationale des COOPEC s du Burundi FSTE : Fonds de Solidarité des Travailleurs de l Enseignement IFDC/Catalist: International Fertilizer development Center IMF: Institution de Microfinance Kg : kilogramme MUTEC : Mutuelle d Epargne et de Crédit ONG: Organisation Non Gouvernementale OP : Organisation Paysanne PIB : Produit Intérieur Brut PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement RIM : Réseau des Institutions de Microfinance $ EU : dollar des Etats-Unis d Amérique UCODE : Union pour la Coopération et le Développement VIH/SIDA : Virus d immuno-déficience humaine/ Syndrome d Immuno-Déficience Acquise 3

4 AVANT PROPOS La mission d évaluation tient à remercier toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de ce rapport d évaluation. Nous nous gardons de les citer nommément au risque d en oublier certains. Nous pensons particulièrement au staff et au personnel de CAPAD qui n ont ménagé aucun effort en mettant en place toute une logistique et d excellentes conditions matérielles de travail. Aux organisations et groupements impliqués qui ont facilité l exécution de cette mission. Tous ces partenaires du projet ont fait preuve d une grande volonté de réussir là où les conditions sont souvent difficiles. Qu ils trouvent à travers ce rapport une motivation supplémentaire pour persévérer. Notre travail n aurait pas abouti sans la collaboration des bénéficiaires du programme. Qu ils trouvent ici l expression de notre profonde gratitude. 4

5 1 INTRODUCTION GENERALE Traversant une période post conflit, le Burundi est engagé sur la voie de la recherche de l amélioration de la situation politique et sécuritaire, de la bonne gouvernance démocratique, de la protection des droits de l homme et de la relance de l économie pour réduire la pauvreté qui frappe plus de 67% de la population 1. Le Produit Intérieur Brut (PIB) par habitant avoisine 100 $ EU. Le déficit d exportation accumulé pendant la guerre représente 23% du PIB et le niveau de pauvreté reste élevé dans toutes les provinces du pays. Près de 70% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (moins de 1$ EU/jour et par habitant). Cette situation cache cependant des disparités entre régions ou groupes sociaux. Le niveau de pauvreté passe de 41% dans la mairie de Bujumbura à 86% dans la province de Bubanza. La vulnérabilité alimentaire et financière reste, en outre, plus critique pour les ménages aux faibles capacités de production comme : Les nombreux ménages sans terre ou ayant un accès limité à la terre et sans ressources financières pour acquérir d autres intrants améliorés de production comme le bétail et les semences (environ 15% de la population), Les ménages ruraux ayant un accès à la terre mais dont les autres facteurs de production ont été pillés ou détruits pendant la guerre (rapatriés et déplacés en phase de réinstallation) ; Les ménages vivant encore dans les camps de déplacés (environ personnes) et de réfugiés à l extérieur du pays (environ personnes), Les femmes veuves et enfants chefs de ménages, les familles victimes du VIH/SIDA, les personnes âgées ou handicapées et le groupe marginalisé des Batwa (ces catégories représentent plus de 10% de la population). On estime que de 5% seulement de la population n a pas de problèmes de sécurité alimentaire. Cet ensemble de faits explique une situation critique du secteur agricole qui reste cependant d une importance capitale pour l économie nationale et familiale. Les spéculations agricoles, en effet, contribuent pour 40 à 56% au produit intérieur brut et pour 86 % aux recettes d exportation (essentiellement café, thé, coton), fournissent 95% de l offre alimentaire et occupent plus de 95% de la population. Le secteur agricole est la pierre angulaire de l économie nationale et familiale et demeure le moteur de croissance des autres secteurs de la vie nationale. Il reste malheureusement dominé par une agriculture de subsistance affaiblie par les 15 dernières années de crise et par des perturbations climatiques aux conséquences de plus en plus sévères. Les cultures vivrières qui contribuent pour 80% au PIB agricole sont largement autoconsommées pendant que les cultures de rente (café, thé et coton) contribuent pour 4 % au PIB et l élevage pour 5 %. La contribution de la production forestière est d environ 6%, tandis que le sous-secteur de la pêche, qui est en constante régression, ne fournit plus qu une contribution marginale. Malgré des performances enregistrées dans le secteur agricole, ses taux de croissance ont été inférieurs à ceux de la population. La faible croissance du secteur agricole est davantage liée à des causes externes telles que la variation erratique des cours mondiaux du café et du thé et les aléas climatiques. Le secteur de l élevage a été particulièrement touché pendant la crise avec des pertes en gros bétail estimées, à travers les rapports de la FAO, à plus de 32% entre 1993 et L examen de la situation nutritionnelle montre que près 75% de la population nationale (soit six millions de personnes) souffre de la faim et de l insécurité alimentaire, avec les conséquences les plus graves pour les populations les plus vulnérables. Ces situations se retrouvent dans toutes les provinces du pays. Le déficit alimentaire chronique enregistré ces dernières années nécessite une intervention appropriée. 1 République du Burundi (2006) 5

6 Avec la crise qui a été plus durement ressentie en milieu rural, les conditions de vie et de production se sont dégradées. En outre, les structures publiques et privées d'appui à la production ont été désorganisées et l on a assisté au désengagement progressif de l Etat. De nos jours, le financement de l agriculture demeure une préoccupation majeure pour les acteurs du développement rural face à cet état de fait. C est ainsi qu a vu le jour une nouvelle forme de partenariat entre des institutions de microfinance et des organisations de producteurs, à travers des mécanismes comme le warrantage. 2 CONTEXTE GENERAL DU WARRANTAGE En milieu rural burundais, le financement du secteur agricole reste insuffisant car les montants octroyés sont dérisoires. Dans l ensemble, les producteurs sont confrontés aux contraintes majeures de terres exiguës et peu fertiles, au faible accès aux intrants et autres mécanismes de financement et manque d alternatives aux revenus agricoles. Il en résulte des faits stylisés suivants : - insuffisance des capitaux de base des structures de financement ; - faible pouvoir d achat et d épargne des agri-éleveurs ; - insuffisance des garanties matérielles et personnelles des emprunteurs ; - taux d intérêt prohibitif des crédits octroyés (10-46 %) et faible rémunération de l épargne (3-8 %) ; - faible rentabilité et caractère aléatoire des productions agro-sylvo-zootechniques. Face à cette situation, le producteur brade sa production dès la récolte pour amortir ses dettes ou satisfaire ses besoins prioritaires ; tandis que le prix de ces mêmes récoltes augmente de plus de 50% en période de soudure. C est dans le but de parier à ce problème de financement agricole via les crédits agricoles que la Confédération des Producteurs Agricoles pour le Développement CAPAD avec l appui de l IFDC/Catalist et en partenariat avec la Fédération Nationale des COOPEC s du Burundi (FENACOBU) a initié au Burundi, une nouvelle technique de garantie de crédits à court terme au profit des producteurs agricoles. Le warrantage est donc une nouvelle alternative qui s offre au producteur lui permettant d accéder au financement sans brader la récolte. En 2009, dans trois coopératives rizicoles, Girumwete Dukore de Mutimbuzi, Abakeburwa bakumva de Bwambarangwe et Terimbere de Kirundo, les producteurs ont adopté cette nouvelle technique de crédit sur nantissement de stock. L objectif global de ce travail était d évaluer ce système de warrantage dans les trois coopératives. Les objectifs spécifiques étaient notamment de: Evaluer l état d avancement du warrantage, Analyser l impact de ce système sur le revenu des riziculteurs, Analyser l impact de ce système sur le chiffre d affaire de la COOPEC locale et de la FENACOBU, Relever les goulots d étranglement de ce système par acteur (riziculteurs, Coopérative, coopec, FENACOBU et CAPAD). Relever les difficultés rencontrées par acteur lors de la première phase d exécution de ce système et formuler des solutions pour amélioration, Voir dans quelle mesure il faut vulgariser ce système et l adapter à d autres cultures. Les outputs attendus au terme de ce travail de consultance sont les suivants : - Une analyse de la pertinence, de l efficacité, de l efficience et de l impact d un tel système sur les revenus des producteurs, 6

7 - Une analyse des goulots d étranglement d un tel système dans l ensemble mais aussi acteur par acteur. - Une analyse comparative de ce système de warrantage avec d autres systèmes de financement rural existants, - des conclusions et des recommandations à l endroit des acteurs de ce système et aux autres intervenants intéressés. 3 CADRE CONCEPTUEL GLOBAL 3.1 Cadre d analyse sur le warrantage Les contours du warrantage Le warrantage (en anglais «Inventory Credit» : littéralement «crédit sur inventaire») est une technique de crédit qui se base sur une garantie constituée par un stock de produits agricoles susceptibles d augmenter de valeur. Il résulte de l action de donner un warrant (titre à ordre permettant à un commerçant de négocier des marchandises déposées dans un magasin général) en garantie à un créancier. Le warrantage est une technique fort intéressante de crédit qui est partie de constats majeurs suivants : - Inadaptation du système bancaire en milieu rural (manque de garantie); - Existence d un stock important de produits agricoles bradé par les agriculteurs pour faire face à leurs besoins immédiats (nourriture, éducation, santé, etc.) ; - Variation, souvent à la hausse, du prix des produits agricoles entre la période de récolte et celle de soudure. En conséquence, le producteur brade sa production dès la récolte pour amortir ses dettes ou satisfaire des besoins prioritaires ; alors que les prix de ces mêmes récoltes augmentent de plus de 50% en période de soudure. De ce fait, le warrantage permet de : - Auto-garantir le crédit ; - Profiter de l augmentation des prix des produits ; - Acquérir des intrants sans altérer le maigre budget du ménage ; - Valoriser l utilisation des intrants ; - Créer une demande groupée, solvable et prévisible en intrants. En recourant au warrantage, le producteur cherche à mieux valoriser sa production et avoir accès au crédit afin de : - mieux vendre sa production en la conservant jusqu à la période où les prix sont en hausse ; - présenter une garantie pour avoir accès à un prêt auprès d une IMF ; - augmenter la capacité de financement de la campagne agricole grâce à l utilisation de l argent gagné dans l exploitation Mécanismes du warrantage Le principe de base est l accès au crédit contre la mise en garantie du stock (on entend souvent parler de nantissement de stock : nantir quelqu un est lui donner quelque chose pour qu il consente à prêter). Dans le cas du crédit aux petits producteurs, le stock doit être conservé dans un endroit sûr, dans lequel chacun s assure que personne ne viendra retirer des sacs pour vendre en cas de nécessité. Le stock est donc 7

8 placé dans un magasin (hangar) public, dans un magasin géré par la communauté, par l IMF avec deux cadenas (une clé pour l IMF, une clé pour le groupe stockeur) ou par un détenteur spécialisé comme souvent lorsque l opération est à grande échelle (on parle alors de tierce détention), qui loue une place dans son entrepôt. Une fois le stock vérifié (en quantité et qualité), l IMF accorde aux producteurs ou à leur coopérative, un crédit correspondant au prix à la récolte du stock constitué. Pour limiter le risque de l IMF, le crédit peut être limité à un certain pourcentage (80 ou 90 %) inférieur à la valeur du stock au moment de la récolte. La mise en œuvre du système du warrantage est limitée à des productions susceptibles d être stockées sans dommage (le riz par exemple) et dont les prix connaissent des fluctuations importantes et prévisibles au cours de l année. L intérêt du warrantage décroît fortement si les prix agricoles se stabilisent ou si les fluctuations traditionnelles sont perturbées (en cas d importations massives d aide alimentaire par exemple). La gestion du stock doit être rigoureuse : contrôle de qualité et de quantité au moment du stockage, vérification régulière des conditions d entreposage, contrôle des prédateurs (insectes, rats,...), prévention des vols. Cette gestion entraîne des coûts qui doivent être prévus au cours de l opération et dont la prise en charge doit être contractualisée entre les différents partenaires. 3.2 Importance du secteur de la microfinance en milieu rural burundais Introduction La dégradation des conditions de vie des populations au Burundi, particulièrement avec la situation de crise socio-politique qui sévit dans le pays depuis 1993, a conduit le Burundi et ses partenaires de développement à mettre les préoccupations en rapport avec la pauvreté au centre des politiques de développement. En effet, le taux de la population burundaise vivant en dessous du seuil de pauvreté est passé de 40% à 67%, entre 1993 et 2000 ( 2 ). De plus, en se référant au critère du revenu mesuré par le Produit Intérieur Brut (PIB), le Burundi est classé aujourd hui parmi les 8 pays les plus pauvres de la planète. C est dire que, au milieu de la crise et de l insécurité, la pauvreté n a fait que s accélérer entraînant avec elle le cortège des populations vulnérables (femmes chefs de ménages, jeunes sans emplois et désœuvrés, déplacés de l'intérieur et réfugiés, ). Depuis juillet 2000, le Burundi a décidé de mettre sur pied une stratégie nationale de croissance et de lutte contre la pauvreté. Cette stratégie qui se situe dans un contexte particulier du conflit et de la gestion postconflit est axée sur : (i) la bonne gouvernance ; (ii) l allégement des chocs externes notamment ceux liés à la guerre et à la dette ; (iii) l augmentation de la productivité ; (iv) la décentralisation et le développement communautaire. Parmi les réflexions subsidiaires figurent le souci d identifier les instruments à mettre en place pour accompagner les nouvelles stratégies de développement et qui contribuent de manière significative à réduire la pauvreté des populations. L on s accorde à penser que la micro-finance peut servir de levier des populations pauvres mais aussi en tant qu instrument de proximité dans le cadre de la politique de décentralisation et de développement communautaire. On admet de plus en plus que l accès aux services financiers de proximité s avère un outil efficace de développement et de lutte contre la pauvreté. En effet, le crédit permet généralement et quand il est bien dénoué une augmentation des revenus, une amélioration des conditions de vie et le cas échéant une création d'emplois autonomes chez les plus démunis. Le tableau qui suit présente les statistiques globales sur le secteur de la micro finance au Burundi. 2 ) République du Burundi (2006) 8

9 3.2.2 Structure du secteur de microfincance Le secteur de la microfinance au Burundi reste jeune et en phase de croissance. Il est de ce fait instable et peu efficace en milieu rural. Il regroupe des intervenants de divers ordres, allant du secteur informel au secteur structuré. Au niveau du secteur informel, des pratiques endogènes d épargne et de crédit existent tout aussi bien en milieu rural qu en milieu urbain. Ces pratiques existent essentiellement sous forme d entraide, de tontines et de prêts usuraires. Ces derniers sont généralement promus par des particuliers et les taux d intérêt sont très élevés allant même jusqu à 200%. Au niveau du secteur structuré, les institutions qui interviennent peuvent être regroupées en trois catégories : 1 Les institutions d épargne et de crédit qui sont des expériences basées sur le rôle central de l épargne pour alimenter le crédit. Leur mode d organisation qui est de type mutualiste, se caractérise par le fait que l épargne y est généralement préalable au crédit. 2 Les expériences de crédit direct qui regroupent les systèmes ayant privilégié le crédit comme activité centrale de leurs opérations et sans le lier obligatoirement à la constitution préalable d une épargne. Certaines expériences de ce type sont fortement soutenues par l aide extérieure ou par l Etat et ont entre autres pour vocation le financement de la micro-entreprise ou du micro crédit. 3 Les projets, ONGs et ASBLs à volet crédit ou épargne : Il s agit des structures qui ne font pas du micro crédit l activité principale de leurs interventions mais ce volet est une composante parmi d autres qu elles renforcent le cas échéant. Même si le phénomène de la microfinance n est pas récent, il faut remonter en effet en 1967 avec les premières interventions de la BNDE (la Banque Nationale pour le Développement Economique) et en 1984 avec l implantation des premières COOPEC initiées par le CICM avec l appui de la coopération française, on constate qu à l origine du système, seules des structures publiques et parapubliques se sont engagées dans ce secteur alors que les initiatives privées n ont vu le jour que vers la moitié des années 90. La plupart de ces jeunes structures se cherchent encore ; certaines d entre elles ne disposent pas d une structure permanente de gestion, notamment les fonds de solidarité, tandis que d autres démarrent avec des structures légères. Avec l appui du PNUD et du BIT, un projet de réglementation spécifique pour le secteur vient d être achevé. Ce nouveau cadre réglementaire spécifique à l activité microfinance prévoit les points essentiels suivants : - Délivrance des autorisations d exercer par la Banque Centrale (BRB) ; «Nul ne peut exercer une activité de micro finance sans avoir été préalablement agréé à cet effet par la BRB». - Responsabilité de supervision et de contrôle des activités de microfinance confiées au niveau de la Banque Centrale (BRB). - Découpage des établissements ou institutions de microfinance en trois grandes catégories : o Première catégorie : les coopératives d épargne et de crédit ; o Deuxième catégorie : les entreprises de microfinance ; o Troisième catégorie : les programmes/projets de micro crédit. - Les établissements de première catégorie sont tenus de respecter les règles d action mutualiste ou coopérative. - Seuls les établissements de Première et Deuxième catégories sont autorisés à collecter l épargne. - Les établissements de Troisième catégorie sont uniquement autorisés à collecter les dépôts de garantie (épargne bloquée) de leurs clients. - Pour les établissements de la Deuxième Catégorie, le capital minimum est fixé à 200 millions de francs burundais (environ $). 9

10 - Les établissements de Troisième Catégorie dont la dotation en capital y compris les lignes de financement extérieures n excède pas 50 millions de francs burundais ( $), ne sont pas assujettis au décret de réglementation. - Les banques et les établissements financiers exerçant une activité de microfinance demeurent régis par la Loi bancaire - Les projets de crédits filières et les projets de micro crédit sans volet épargne et résultant d une convention entre l Etat et les bailleurs de fonds ne sont pas assujettis au décret. - Les établissements de microfinance sont assujettis à des normes prudentielles, à des rapports financiers annuels et à des visites d inspection. - Les établissements qui exercent actuellement des activités de microfinance disposeront d un délai de six mois pour se conformer aux dispositions du décret. - Le texte empêche les individus impliqués dans des faillites ou gestion douteuse de posséder, diriger ou contrôler une IMF. Pour plusieurs raisons, les IMF ont senti la nécessité d avoir un cadre de réflexion et de concertation pour pouvoir échanger sur leur politique et stratégie d intervention. C est pourquoi un groupe d initiative a décidé de se constituer en un «Réseau des Institutions de Microfinance» (RIM) en vue de développer des mécanismes de professionnalisation du secteur et d asseoir un système de partenariat durable. Ce groupe d initiative comprend 6 membres fondateurs : La Banque Nationale pour le Développement Economique (BNDE), la Compagnie Financière pour le Développement (COFIDE), la Caisse Coopérative pour l Epargne et le Crédit Mutuel (CECM), le Fonds de Développement Communal (FDC), l ASBL TWITEZIMBERE et la Coopérative de Solidarité avec les Paysans pour l Epargne et le Crédit (COSPEC). Aujourd hui, le réseau regroupe 13 institutions couvrant plus de 95% du marché de microfinance. En effet, aux membres fondateurs s ajoutent la Banque Populaire du Burundi (BPB), le Conseil pour l Education et le Développement (COPED), le Fonds de Solidarité des Travailleurs de l Enseignement (FSTE), l Union pour la Coopération et le Développement (UCODE), World Relief/TURAME, la Mutuelle d Epargne et de Crédit (MUTEC), la Coopérative d Epargne et de Crédit (CODEC) ainsi que la Fédération Nationale des Coopératives d Epargne et de Crédit (FENACOBU). Le RIM a été agréé depuis le mois de Février 2002 régi par son statut et son règlement intérieur. L adhésion au RIM est ouverte à toute institution oeuvrant dans le secteur de la microfinance qui en exprime la demande formelle et qui adhère à ses statuts. Le RIM a pour organes : l Assemblée Générale, le Comité Exécutif et le Commissariat aux comptes. Les principaux objectifs du RIM tels que définis par les statuts et son plan d affaires consistent à : - Contribuer à l amélioration des pratiques et à la professionnalisation des institutions impliquées dans le secteur de la microfinance à travers la diffusion d information, l échange d expériences, la formation, etc. - Représenter ses membres auprès des bailleurs de fonds dans le cadre de la recherche des fonds nécessaires à la promotion des activités de ses membres - Influencer les politiques et les pratiques du Gouvernement en faveur de la promotion de la microfinance en proposant des mesures incitatives notamment un cadre légal et réglementaire favorable; - Accompagner les efforts du Gouvernement dans la mobilisation des ressources nécessaires pour le développement du monde rural ; - Elaborer des requêtes en appui institutionnel et organisationnel à soumettre aux bailleurs de fonds pour les cadres et agents de maîtrise des institutions oeuvrant dans la microfinance afin d enrichir et 10

11 d améliorer leurs expériences et leurs prestations dans la gestion et l organisation de leurs structures respectives ; - Organiser les conférences, séminaires de formation, voyages d études et communication, des études des organismes intéressés pour que chaque membre du R.I.M. puisse en profiter au bénéfice de son groupe cible Produits et services offerts Les produits et services offerts sont principalement de deux ordres : les produits d épargne et les produits de crédit. Accessoirement, certaines IMFs ont développé des produits d assurance. A. Les produits d épargne : - dépôt à terme fixe - dépôt à vue B. Les produits de crédit : - crédits pour l élevage - Crédits pour la pêche - Crédits pour le petit équipement - Découverts sur salaires - Crédits construction - Crédits associatifs - Crédit soins de santé - Crédits scolaires - Crédits pour le petit commerce Les taux d intérêts. Le décret portant réglementation du secteur ne fixe pas de taux plancher ni de taux plafond pour les prêts accordés ou pour la rémunération de l épargne. L IMF est libre de fixer le taux d intérêt qui lui permet de couvrir ses charges et d assurer sa rentabilité, sa viabilité et sa pérennité. Les taux d intérêts sur les prêts accordés varient d une institution à une autre. Ces taux oscillent entre 14% et 36% pour les prêts accordés et entre 0 et 8% pour la rémunération de l épargne Points de faiblesses et menaces Les clients énoncent plusieurs points d insatisfactions comme la lenteur dans la satisfaction de leurs besoins, la lourdeur des procédures, le financement insuffisant de leurs entreprises, une gamme trop étroite des produits financiers qui leurs sont proposés, et l absence presque totale de prêts à moyen et long terme pour financer les investissements susceptibles d améliorer la productivité et la rentabilité à terme, etc Il est important de noter qu au Burundi les femmes représentent une proportion très faible (environ 20%) de la clientèle des institutions de microfinance. Les contraintes domestiques expliquent cela mais en général, les femmes développent une aversion pour le crédit. Le taux de pénétration des institutions de microfinance est faible surtout en milieu rural et il existe d importants besoins non couverts. Il est pratiquement impossible de donner une image synthétique, complète et fiable du secteur, ni en termes d identification exhaustive des acteurs (fournisseurs de services financiers), ni en termes de performances 11

12 économiques (résultats d exploitation, structure financière, perspectives de pérennité), encore moins en termes de mesure de la portée et de l impact de ces services. 3.3 Descriptif de la méthodologie suivie La mission a véritablement débuté par un entretien de la chargée des finances rurales au sein de CAPAD. Son objectif était de mieux appréhender le Cadre Logique et se convenir sur le calendrier et le déroulement de l étude. Etant donné que les termes de références proposés au consultant étaient très clairs sur les objectifs de la présente évaluation, l organisation du travail a comporté quatre principales étapes chronologiquement successives et indissociables. 1 La collecte et l analyse des données secondaires (méthodes qualitatives) L exploitation des données pré-existantes a permis de mieux connaître la population sujette à l étude et de comprendre le cadre global et spécifique du projet. Ceci a facilité la mise au point de notre échantillon sur lequel ont porté nos enquêtes quantitatives de terrain. 2 Préparation du questionnaire Sur base des objectifs prévus et des activités qui ont menées dans le cadre de la facilitation tels que contenus dans les divers documents du programme, un questionnaire a été élaboré (cf. le document en annexe). Ce dernier a été confectionné sur base des résultats attendus consignés dans le document des Termes de référence. 3 Le déploiement sur terrain (enquêtes quantitatives et qualitatives) Le travail de terrain a été mené par le consultant assisté de la chargée des finances rurales au sein de CAPAD. L approche adoptée était du type participatif et était une combinaison d une enquête ménage auprès des participants (administration du questionnaire à chaque membre de la coopérative présent à la réunion), et une collecte de données qualitatives, au travers de l organisation de focus groups et d entrevues semi dirigées auprès des personnes ressources. 4 Le traitement des données et la rédaction du rapport. A la fin de la collecte des données de terrain, la saisie et le traitement des données ont été réalisés avec l aide d un logiciel de traitement adapté, en l occurrence Excell par une opératrice. Une fois les données fragmentaires analysées, un rapport synthétisant les différents résultats a été rédigé par l opératrice. Il a servi à la rédaction du présent rapport global Limites de l étude La première limitation du présent travail tient à la fiabilité des réponses données par les répondants. En effet, ayant déjà été informés de la possibilité de la mise en œuvre de la deuxième phase du projet, beaucoup avaient tendance à exagérer dans leurs déclarations en dépeignant un tableau plus ou moins sombre ou positif, de manière parfois excessive sur les problèmes ou difficultés pour s attirer de la sympathie ou une aide future. Au moment de la tenue des Focus groups, certaines limites ont été relevées : - attentisme : les participants avisés de la tenue d un Focus groupe venaient avec des préjugés. Ils s attendaient à ce que leurs desiderata soient directement prises en considération ou qu ils soient enregistrés pour pouvoir bénéficier des aides ou crédits en temps opportun ; - des divergences d idées ont été mises à jour notamment sur l affectation de l argent obtenu auprès de commerçants sous forme d avance sur récolte «umurwazo» ; certains hommes ne voulant pas révéler que le mari «détourne» pour sa consommation personnelle une partie de cet argent destiné en principe à subvenir aux besoins de toute la famille ; 12

13 - Seules les personnes appartenant aux catégories des moyennement et faiblement vulnérables ont souscrits au warrantage. Les personnes fortement vulnérables (Rutibwanimbwa) n y ont pas participé du fait qu ils n ont pas de production a amener au hangar. Ils ne sont généralement pas membres des coopératives. Pour minimiser le biais lié à la qualité de réponses et au contexte social, d autres entretiens menés auprès de certaines personnes ressources (comme les enseignants ) ont permis de trianguler les informations et s approcher de la réalité vécue par les enquêtés. 4 RESULTATS DE L EVALUATION 4.1 Résultats des enquêtes auprès des bénéficiaires (riziculteurs) Le système de warrantage est considéré de nos jours comme un des moyens permettant, aux petits producteurs agricoles, la sortie du cercle vicieux de la pauvreté. Ce système a été appliqué sur la culture de riz. Celle-ci a été préférée parce qu elle se conserve très bien. En plus, son prix augmente sensiblement après une courte période. Globalement, les enquêtes menées auprès des membres des organisations paysannes affiliées aux trois coopératives pilotes 3 ont permit de constater que le système est passé dans les mœurs des membres de ces coopératives et, sauf exception, très peu ont eu des difficultés à partager l expérience avec leurs conjoints (ou partenaires). Tous les membres saluent avec enthousiasme la venue de ce système de warrantage et souhaitent ardemment sa continuité. Auparavant, ces mêmes producteurs cédaient leurs productions au premier commerçant venu leur acheter la production et cela à un prix parfois dérisoire. Avec le maigre revenu tiré de cette vente, ils se retrouvaient du jour au lendemain sans moyens suffisants pour financer les activités de la saison suivante. Laissés à leur sort, ils devaient faire recours aux commerçants usuriers qui leur donnaient des crédits agricoles à rembourser après la récolte avec un intérêt allant souvent à plus de 200%. Le système de warrantage a été porté à la connaissance des membres des coopératives au courant de l année 2009 au travers des séances d information et de formation organisées par CAPAD. Parfois, le Président de la coopérative servait de relai pour la sensibilisation. Il s en est suivi une méfiance de certains membres craignant revivre les mauvaises expériences des institutions de microfinance vécues antérieurement. Cette aversion contre ce risque d échec a provoqué une incompréhension et limité la quantité acheminée au hangar. Beaucoup ont d ailleurs avoué n avoir réservé que 20 à 50 kg seulement pour juste tester la véracité et la fiabilité du système. Ceci étant, il serait difficile de déterminer avec exactitude la proportion de la quantité stockée par ménage car la quantité produite n a pas été déclarée. Il ressort néanmoins des enquêtes qu en moyenne ils ont acheminé au hangar 50% de leur récolte pour être warranté. Les crédits ont été contractés indistinctement par les hommes et les femmes ; mais avec une certaine retenue pour ces dernières (36% en moyenne dans les trois coopératives). Le nombre total de bénéficiaires est de cent quarante cinq riziculteurs sur les mille deux cent vingt trois membres des organisations paysannes affiliées aux trois différentes coopératives ; soit un taux de couverture de douze pourcent. Ce taux est relativement faible et dénote encore une fois la faible pénétration du système dans le mode d exploitation des riziculteurs. 3 Pour démarrer le système de Warrantage, trois coopératives rizicoles (GIRUMWETE DUKORE de MUTIMBUZI, TERIMBERE DUKORE de KIRUNDO, ABAKEBURWA BAKUMVA de BWAMBARANGWE) ont été choisies. Au moment des enquêtes, une fiche de questionnaires en rapport avec le fonctionnement du système de Warrantage a été élaborée et soumise aux membres de ces coopératives ayant répondu à l invitation. 13

14 Le tableau ci-dessous présente de manière synthétique pour chaque coopérative les quantités stockées, les crédits octroyés ainsi que le nombre de bénéficiaires. Tableau 1: Situation des crédits octroyés par les COOPEC s Girumwete Dukore (Mutimbuzi) Terimbere dukore (Kirundo) Abakeburwa bakumva (Bwambarangwe) 1. Prix considéré à la récolte TOTAL 2. Quantités stockées en Kgs Montant débloqué par tranche Crédits débloqués Nombre de personnes bénéficiaires Nombre de femmes bénéficiaires Nombre de nouveaux sociétaires de la FENACOBU Nombre d anciens sociétaires de la FENACOBU Le nombre de sociétaires à la FENACOBU a été multiplié par huit à Mutimbuzi, par six à Kirundo et même par dix à Bwambarangwe. Cela s explique en partie par l engagement des membres mais également par le leadership exercé par la direction de la coopérative et de la bonne viabilité des organisations paysannes. Mais rappelons qu il s agit d une première phase (dite exploratoire) et que les riziculteurs étaient méfiants par rapport au nouveau système dont ils n avaient jamais entendu parler auparavant. Ceux qui ont adopté ce nouveau système ont témoigné d en avoir tiré profit. Dans la commune de Bwambarangwe, deux cas se sont démarqué pour avoir pris le risque de se lancer dans cette nouvelle technique. Consciemment, le crédit obtenu a été affecté à plusieurs usages, notamment à de nouvelles activités génératrices de revenus. Encadré 1 : Etude de cas de l affectation optimale du crédit Cas I : NTAHOMVUKIYE VIANNEY Coopérative: ABAKEBURWABAKUMVA Année de naissance: 1970 Production warrantée: 3,006 tonnes Crédit: Fbu Affectations : o Boutique o Achat d une parcelle (100 m/50 m) o Achat de chèvres (2) o Remboursement de diverses dettes Cas II: UWIMANA François Coopérative: ABAKEBURWABAKUMVA Année de naissance: 1980 Production warrantée: 4,002 tonnes Crédit: Fbu à la vente Affectations : o Boutique o Achat d une vache de race améliorée o finissage d une maison o Remboursement de diverses dettes Dans les diverses communes pilotes, le bilan financier se présente de la manière indiquée dans le tableau cidessous. 14

15 Tableau 2 : Marge bénéficiaire pour 100Kg de riz warranté par coopérative Girumwete Dukore (Mutimbuzi) Abakeburwa bakumva (Bwambarangwe) Terimbere dukore (Kirundo) Prix de vente par kg Prix de vente pour 100 kg Coût de production Total dépenses pour 100 kg warranté Total intérêt sur crédit Bénéfice net Le coût de production est quasiment double à Mutimbuzi. Cela découle du fait que les riziculteurs ont eu recours à une main d œuvre relativement plus chère, une location de parcelles ainsi qu une location du hangar. 15

16 4.2 Implication des acteurs associés IFDC/CATALIST Sa vision est de contribuer à la création d un environnement favorable à la stabilité sociale et environnementale à travers l amélioration de la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté dans la région. Le projet poursuit les objectifs suivants : - Promotion de l intensification agricole ; - Amélioration des revenus des acteurs des chaînes de valeur agricole - Promotion des conditions socio-économiques et politiques plus incitatives tant au niveau national que régional. Pour y arriver, le projet s appuie sur les stratégies suivantes : - Promotion de la Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols (GIFS) à travers le renforcement de l adoption des systèmes de production plus intensifs, rémunérateurs et durables ; - L approche CASE (Competitive Agricultural Systems and Entreprises) ayant le développement des chaînes de valeur des produits agricoles comme points de départ ; - Les travaux à Haute Intensité de Main d œuvre (HIMO) utilisés dans l amélioration des infrastructures rurales et dans l agroforesterie ; - L influence des politiques agricoles nationales et régionales incitatives ; - Le renforcement des mécanismes d intégration régionale ; - L externalisation à travers la formation des formateurs et le développement du partenariat avec d autres acteurs publics et privés ; - Des stratégies de financement adaptées au secteur agricole, dont le système de warrantage et des petites subventions. CAPAD Se basant sur les orientations générales opérationnelles des interventions sur terrain, le contrat de partenariat entre IFDC/CATALIST fixe le cadre dans lequel le personnel de CAPAD est appelé à se référer tout le long du processus de sa mise en œuvre. La gestion se base ainsi sur trois piliers intimement liés : - Respect de la logique et des priorités définies dans les documents programmes des deux institutions. L appui technique apporté aux coopératives par CAPAD est en synergie avec d autres interventions de IFDC/CATALIST auprès des producteurs ; - Promotion de l appropriation locale de la technique du Warrantage par la participation et le renforcement du pouvoir d action au niveau des bénéficiaires ; - Accompagnement de la décentralisation par le renforcement des capacités des ruraux et des organisations paysannes (OP). COOPERATIVES : Les organisations de producteurs reconnues légalement et fédérées en coopératives jouent le rôle de caution morale pour les producteurs. Ils sont les partenaires privilégiés de la FENACOBU et se portent garant des producteurs défaillants. A Bwambarangwe par exemple, il y a des témoignages de problèmes résolus 16

17 préventivement par la coopérative afin de ne pas voir tous les membres pénalisés par le non respect des engagements par un des leurs. Dès lors que le système proposé a été adopté et n a pas engendré de difficultés majeures aux yeux des producteurs, les coopératives se sont vues renforcées et ont gagné davantage de crédibilité vis-à-vis des producteurs. Les présidents en ont profité pour renforcer les structures existantes. En outre, le système a joué un grand rôle dans le renforcement du tissu social puisque les riziculteurs trouver le stock warranté un moyen de rapprochement (ou dénominateur commun) supplémentaire. FENACOBU Dès la mise en œuvre de cette technique de warrantage par les organisations paysannes sous l encadrement de la CAPAD, la FENACOBU s est montrée fortement intéressée par ce système qui sécurise significativement le crédit. Il s agit d une institution de microfinance, qui, depuis le démarrage de l opération, a inspiré confiance aux autres acteurs compte tenu de sa longue expérience en milieu rural. Cependant, une seule campagne agricole n est pas suffisante pour tirer des conclusions sur la solidité du partenariat. FENACOBU travaille avec des fiches individuelles des clients ; ce qui explique en partie la lenteur dans les services car il y a nécessité de remplir les doubles et de les ranger. Dans ces conditions, les pertes ne sont pas à exclure. Une informatisation de leur système de gestion s avère donc indispensable. Alors qu elle s était engagée à disponibiliser un employé qui devrait s occuper exclusivement des activités liées aux crédits warrants, les témoignages recueillis font état d un manquement, soulignant que certains préposés des COOPEC s préfèrent s occuper prioritairement des fonctionnaires venant toucher leur salaire ou «découverts». Aussi, les producteurs attendent les autres avantages promis par la FENACOBU. 4.3 Goulots d étranglement Il s avère que les informations données et les formations dispensées par CAPAD n ont pas été comprises par tous ; d où la difficulté qu éprouvent les riziculteurs à transmettre ces connaissances acquises aux autres membres des organisations paysannes. Quelques difficultés sont également liées à l acheminement du stock au hangar : - Manque de sacs ; - Frais de transport par vélo ou à tête d hommes élevés ; - Payement des taxes communales lors du transfert du stock ; - Non disponibilité des préposés au hangar pour enregistrer le stock. Girumwete Dukore de Mutimbuzi La commune de Mutimbuzi compte 60% des femmes parmi les membres qui ont adhéré au système du warrantage. Avant de connaître le warrantage, la plupart des membres faisaient recours aux commerçants en hypothéquant leurs productions encore dans les champs afin de recevoir l argent pour les travaux champêtres, dettes remboursables en nature après la récolte et avec intérêt. En dehors des avantages tirés du système, ils se plaignent du payement des taxes communales, du manque des balances à suspension, des difficultés à transporter le paddy jusqu au lieu d entreposage, etc. 17

18 Abakeburwa bakumva de Bwambarangwe Depuis 2009, la coopérative a motivé les membres en leur octroyant des crédits pour l'ouverture des comptes, l achat d intrants agricoles et du matériel pour les travaux champêtres. Ils ont aussi appris les méthodes culturales modernes dont le semi en ligne et l utilisation des intrants. Ces enseignements ont été donnés par les techniciens de CAPAD. Parmi les avantages du Warrantage, la population regroupée au sein des groupements disent qu ils n ont plus de souci de banditisme puisque la récolte est conservée dans les hangars gardés par de la sentinelle. De plus, le stock est à l abri du gaspillage. Même s ils apprécient le système, les difficultés suivantes sont soulignées par les membres : - Le crédit octroyé par la coopérative n est pas suffisant, - Les membres n ont pas accès au crédit avant de déposer la récolte dans le hangar, - L on enregistre du retard dans l octroi du crédit et les crédits connaissent des intérêts exorbitants, - Le problème de déplacement de la récolte car la plupart habite loin du hangar, - Le personnel chargé d ouvrir les hangars ne sont toujours pas disponibles au moment où l on a besoin d eux. Terimbere dukore de Kirundo Parmi les membres enquêtés, 50% étaient des femmes. Pour parier aux problèmes des prix, les membres des organisations affiliées à la coopérative Terimbere proposent, outre les solutions proposées par les autres riziculteurs, la hausse du prix de vente, la recherche des marchés à temps, le payement des bénéficiaires avant qu ils ne s endettent, la diminution du taux d intérêt. 4.4 Leçons apprises Il ressort des enquêtes réalisées auprès des producteurs que les avantages du warrantage peuvent se résumer de la façon suivante : - Il s agit d un système qui s appuie sur les OP : dans le cadre du renforcement des capacités des comités mis en place depuis le démarrage des activités, CAPAD a organisé des formations sur des thèmes jugés stratégiques pour l amélioration de la production (il s agit notamment des techniques de semis en ligne, respect du calendrier cultural, utilisation rationnelle des engrais) ; - Nouveaux partenariats entre OP et IMF (COOPEC) : le travail en partenariat a été une bonne voie pour la responsabilisation de la communauté dont le but ultime reste l appropriation définitive de la technique du warrantage par cette dernière ; - Diversification des activités durant la période de soudure : le stockage peut avoir d autres intérêts; notamment la fonction de procurer de l argent à des périodes inhabituelles, souvent période de pleine activité agricole, à un taux d intérêt inférieur à celui du marché si le bénéfice est supérieur au coût d un crédit. En effet, même si le stockage a coûté de l argent par rapport à une vente à la récolte, si le coût est inférieur à l intérêt du crédit que le paysan aurait contracté à cette période, il est gagnant. - Sécurisation des prêts octroyés par les COOPEC : les crédits ont été remboursés à 100 %. - Sécurisation du stock contre les incendies, gaspillage et vol - Haut degré de liquidité du stock - Vente des récoltes différée - Participation des producteurs dans la fixation des prix. 18

19 En définitive, les membres de ces trois associations proposent d étendre ce système de warrantage aux autres cultures. Par ordre de priorité, ils proposent les cultures suivantes : 1/ le haricot jaune ; 2/ le maïs ; 3/ le sorgho et 4/ le soja. Les arguments avancés sont entre autre le fait que ces cultures se conservent facilement et pendant une longue période. Elles sont très productives, ne nécessitant pas beaucoup de travaux, et sont des cultures de première nécessité. Il a été prouvé cependant que l évolution d un produit nouveau suit une courbe en S qu il convient de schématiser comme ci-dessous. Il est indispensable de veiller au cycle de produit pour que celuici soit valorisé et des innovations seront nécessaires pour donner au produit une dimension nouvelle. Graphique : Evolution classique d adoption d un produit nouveau 19

20 5 CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATIONS 5.1 Conclusion générale Le Burundi a été depuis plus d une décennie secoué par une crise socio- politique qui a fragilisé la santé économique du pays et surtout le secteur agricole dont vivent plus de 90% de la population. Beaucoup de problèmes handicapent le développement de ce secteur. Par conséquent, l accès aux crédits bancaires est quasiment impossible aux producteurs agricoles faute de titre de propriété, d avaliseurs ou d autres hypothèques exigés par les institutions financières. Ceci les enfonce toujours dans la pauvreté. Par ailleurs, la production céréalière au Burundi s avère structurellement insuffisante pour assurer l autosuffisance alimentaire de la population sans cesse croissante. Avec l appui de l IFDC/CATALIST, la Confédération Nationale des Producteurs Agricoles pour le Développement (CAPAD) a initié cette nouvelle technique de garantie de crédits à court terme au profit des producteurs agricoles. Le Warrantage a été ainsi initié en vue de pouvoir parier aux problèmes de financement que connaissent ces producteurs agricoles. Il ressort des enquêtes menées auprès des bénéficiaires, que le système de Warrantage rencontre une compréhension progressive auprès des producteurs. Du côté des COOPEC s, il sécurise significativement le crédit même si il reste encore tributaire de ces dernières. Parallèlement, nous relevons que la réussite du système exige un bon système d information sur les marchés et une bonne connaissance du milieu (saisonnalité des activités et des revenus agricoles). Garder sa production, et gager sa production pour avoir accès au crédit demandent de prévoir un remboursement par une source externe de revenu ; il faut donc travailler sur la gestion de production et sur la gestion du crédit. Un paysan augmente son fonds de roulement s il réinvestit une part du gain lié au stockage dans la production, puis dans le stockage lui-même. Cela demande de travailler sur la gestion de trésorerie. En définitive, gestion du crédit, gestion de production et gestion de trésorerie, tels sont les trois piliers qui sous-tendent la pérennisation du système. Le système de warrantage s avère être une réponse à l endettement cyclique des producteurs. Or la capacité de financement des IMF classiques est souvent limitante suite au refus ou au faible refinancement par les banques. Ces IMF sont dans ces conditions obligées d exiger un taux d intérêt trop élevé, des frais d approche lourds, des frais de gestion pour de petits dossiers, et du fort loyer de l argent. Néanmoins, quelques problèmes du warrantage ont été soulignés par les producteurs eux-mêmes. Le manque d infrastructures adaptées, la faible disponibilité en magasins sûrs et sains est un handicap important pour le développement du warrantage. Les autres limitations de cette technique de warrantage peuvent être synthétisées de la manière suivante : - Système tributaire de la nature du produit - Peu d intérêt de la part des grands producteurs - Il faut que les prix connaissent une fluctuation et atteignent un niveau supérieur au coût du crédit - Système qui favorise un comportement spéculatif. 20

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Warrantage Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Plan Définition Etapes clés du Warrantage & approvisionnement en intrants Résultats et Avantages 12 Règles d or Limites Perspectives

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Inades-Formation Togo Servir le bien commun

Inades-Formation Togo Servir le bien commun Inades-Formation Togo Servir le bien commun Termes de référence. Consultant International pour l appui à la capitalisation d une expérience sur le crédit agricole au Togo. Le contexte L économie du Togo

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES

LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES Atelier Régional des chargés de programme du du 11 au 18 décembre 2006 à Niamey LE CREDIT WARRANTAGE PRINCIPES, AVANTAGES ET LIMITES Djibril M. MBENGUE Gestionnaire Technique de Portefeuille URM-AOC/ PLAN

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC

ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC ATELIER CNUCED/MINCOMMERCE/ONCC SUR LE FINANCEMENT DE LA COMMERCIALISATION DU CAFE/CACAO AU CAMEROUN : ROLE DU SYSTEME DE RECEPISSE D ENTREPOSAGE/CREDIT WARRANTAGE. Hôtel Framotel, Kribi 5 et 6 octobre

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU)

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU) PJ 39/12 Add. 1 (F) 21 septembre 2012 Original: anglais F Comité des projets Conseil international du Café 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Résumé du rapport de situation soumis par les Agences

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Une société burundaise où les paysans parviennent à couvrir leurs besoins socioéconomiques par moyens financiers et matériels générés par eux-mêmes.

Une société burundaise où les paysans parviennent à couvrir leurs besoins socioéconomiques par moyens financiers et matériels générés par eux-mêmes. Réf. N :../CAPAD/SE/2014 TERMES DE REFERENCE POUR UN AUDIT FINANCIER EXTERNE 1. Présentation de CAPAD Institution La Confédération des Associations des Producteurs Agricoles pour le Développement, CAPAD

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE Institut Africain de Gestion Urbaine Bureau Agriculture Urbaine INITIATIVE «PROMOTION DES FILIERES AGRICOLES URBAINES PORTEUSES» (PROFAUP) RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

ETUDE SUR LES TAUX D INTERET ET LA VIABILITE FINANCIERE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

ETUDE SUR LES TAUX D INTERET ET LA VIABILITE FINANCIERE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES 2011 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES Nom de l organisme : Montant total du projet : Montant demandé au FES : Nombre d emplois créés ou maintenus

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Pratiques de ciblage au Burundi

Pratiques de ciblage au Burundi Insérez une photo de votre projet/programme Pratiques de ciblage au Burundi Souraya HASSAN, Spécialiste des Politiques sociales UNICEF Financé par : Gouvernement du Burundi La Revue des Filets Sociaux,

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement.

Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1 Contexte : le développement du warrantage au Niger et la problématique du refinancement. 1999, première expérience : une technique intéressante mais des IMF sous-liquides Le crédit warranté s est développé

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

L UNION COMMUNALE DES PRODUCTEURS DE DJIDJA (UCP-DJIDJA) : EXPERIENCES ET DIFFICULTES.

L UNION COMMUNALE DES PRODUCTEURS DE DJIDJA (UCP-DJIDJA) : EXPERIENCES ET DIFFICULTES. LE WARRANTAGE DU MAÏS (Zea mays), DU SOJA (Glycine max) ET DE LA LENTILLE DE TERRE (Macrotyloma geocarpum) A L UNION COMMUNALE DES PRODUCTEURS DE DJIDJA (UCP-DJIDJA) : EXPERIENCES ET DIFFICULTES. Par Mikhaïl

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

POLITIQUE PARTENAIRES FINANCIERS

POLITIQUE PARTENAIRES FINANCIERS POLITIQUE PARTENAIRES FINANCIERS 2 mars 2015 Fonds d investissement en agriculture de la MRC de Bécancour (FIAB) Territoire de la MRC de Bécancour PRÉAMBULE ET MISE EN CONTEXTE Quiconque habite la ruralité

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ PRÉPARATION DE LA STRATÉGIE DE PROTECTION SOCIALE AU SÉNÉGAL

Plus en détail

SOUVERAINETE ALIMENTAIRE AU BURUNDI

SOUVERAINETE ALIMENTAIRE AU BURUNDI SOUVERAINETE ALIMENTAIRE AU BURUNDI ETUDE DE L IMPACT DE L IMPORTATION DES PRODUITS SENSIBLES SUR LES PRIX DES PRODUITS AGRICOLES AINSI QUE SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE DURABLE AU BURUNDI TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS)

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Guide de demande de financement JUILLET 2015 Table des matières QU EST-CE QUE L ÉCONOMIE SOCIALE?... 5 LES ORGANISMES ADMISSIBLES...

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Fiche d expérience Niger Novembre 2012 Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Auteur: Zara M. Inoussa, IARBIC Introduction Cette fiche couvre l expérience de l union Toungakai Ni

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE

L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE L EXPÉRIENCE DE LA CENTENARY BANK DANS LE FINANCEMENT DU SECTEUR AGRICOLE ABDUL KYANIKA NSIBAMBI CENTENARY BANK UGANDA 28 30 mars 2012 KAMPALA, OUGANDA Présentation générale L histoire de la Centenary

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Contexte. par Garba Hamissou Ingénieur des Eaux et Forêts, Niger

Contexte. par Garba Hamissou Ingénieur des Eaux et Forêts, Niger Evaluation de l incidence de la foresterie participative sur les moyens d existence durables, le comportement des utilisateurs, leur situation socio-économique et l administration forestière au Niger par

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail