Arrondissement de Fleurimont Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent (phase II)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Arrondissement de Fleurimont Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent (phase II)"

Transcription

1 Arrondissement de Fleurimont Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent (phase II) INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie De 2005 à 2009, le taux de fécondité des femmes âgées de 15 à 49 ans dans l arrondissement du Fleurimont (40,7 naissances pour femmes) est inférieur à celui observé au niveau provincial (45,2/1 000) et dans l ensemble de l Estrie (45,7/1 000). Annuellement, on recense 405 naissances en moyenne dans cet arrondissement, un peu plus de à Sherbrooke et près de en Estrie. Scolarité Taux de fécondité : Le taux de fécondité est le rapport entre le nombre de naissances vivantes durant une période et le nombre de femmes en âge de procréer (15 à 49 ans). Ce taux permet de mesurer la tendance d'une population à augmenter ou à diminuer sans l apport de l immigration. Durant les années scolaires à , le taux annuel de décrochage chez les sortants du secondaire en formation générale dans l arrondissement du Fleurimont (19 %) est comparable à celui attribué aux élèves à l échelle de la province (18,7 %), de l Estrie (19,2 %) et de la Ville de Sherbrooke (17,5 %). Chaque année, en moyenne, on compte 83 élèves sortants sans diplôme ni qualification dans cet arrondissement, près de 300 à Sherbrooke et un peu plus de 600 en Estrie. Revenu Taux de sortie sans diplôme du secondaire : Ce taux concerne l ensemble de la population étudiante, soit les élèves des secteurs public et privé fréquentant des écoles françaises ou des écoles anglaises. Le taux de décrochage est établi en effectuant le rapport entre le nombre d'élèves sortant sans diplôme ni qualification et l'ensemble des élèves sortant du secondaire, en formation générale des jeunes (FGJ). Ceux qui sortent sans diplôme ni qualification, parmi l ensemble des élèves sortant du secondaire en FGJ, répondent aux deux critères suivants : 1) L élève n a pas obtenu le diplôme d études secondaires (DES), le diplôme d études professionnelles (DEP), l attestation de spécialité professionnelle (ASP), l attestation de formation professionnelle (AFP), l insertion sociale et professionnelle des jeunes (ISPJ), le certificat de formation en entreprise et récupération (CEFER), le certificat de formation préparatoire au travail (CFPT) ou le certificat de formation à un métier semi-spécialisé (CFMS) durant l année scolaire considérée; 2) L élève n est pas réinscrit nulle part au Québec durant l année suivante, ni en formation générale (jeunes ou adultes), ni en formation professionnelle, ni au collégial. Dans l arrondissement de Fleurimont, 12,9 % des enfants de moins de 18 ans vivent dans une famille économique à faible revenu, ce qui peut représenter entre 660 et personnes en tenant compte des marges d erreurs. Cette proportion est comparable à celle observée pour la province de Québec (12,2 %), l Estrie (8,8 %) et l ensemble de la Ville de Sherbrooke (11 %). Famille économique : Groupe de deux personnes ou plus qui vivent dans le même logement et qui sont apparentées par le sang, par alliance, par union libre ou par adoption. Arrondissement de Fleurimont Ville de Sherbrooke 1

2 Seuil de faible revenu après impôt : Les seuils de faible revenu après impôt sont établis d après les données sur les dépenses des familles et le revenu après impôt, en tenant compte de la taille de la famille et de la taille du secteur de résidence. À titre d exemple, dans une agglomération urbaine de la taille de Sherbrooke en 2006, ces seuils correspondaient à $ pour une personne seule, à $ pour une famille de quatre personnes et à $ pour une unité familiale composée de six membres. Au même moment, dans une municipalité rurale, ces seuils équivalaient à $ pour une personne seule, à $ pour une famille de quatre personnes et à $ pour une unité familiale composée de six membres. INDICATEURS SOCIOSANITAIRES Données sociosanitaires - Décès De 2001 à 2007, le taux de mortalité prématurée de la population du Fleurimont est comparable à celui observé à l échelle du Québec (330 décès pour personnes comparativement à 321/ ) et sur tout le territoire estrien (310/ ). Sur une base annuelle, on dénombre 127 décès prématurés en moyenne dans Fleurimont et un peu plus de 410 à Sherbrooke. Taux de mortalité prématurée : Le taux de mortalité prématurée est un indicateur permettant de mesurer la fréquence des décès avant l'âge «habituel» de décès. Dans ce cas-ci, il correspond au nombre de décès au cours d'une année d'individus âgés de moins de 75 ans, rapporté à la population totale âgée de moins de 75 ans. Un décès prématuré est celui qui survient avant 75 ans, soit à un âge inférieur à l espérance de vie moyenne au Québec en Il est souvent évitable, car associé à des habitudes et à des conditions de vie connues et modifiables. À l échelle des communautés locales, les cas dont l adresse de résidence de la personne décédée correspondait à un centre d hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) privé ou public conventionné ont été exclus. C est le cas notamment du Centre d hébergement d Youville, du Centre d hébergement Argyll, du Centre d hébergement Saint-Vincent, du Centre de santé et de services sociaux de Memphrémagog, du Centre d hébergement Saint-Joseph et du Centre d hébergement d Asbestos. Données sociosanitaires - Hospitalisations D avril 2006 à mars 2010, le taux d admissions hospitalières des résidents de Fleurimont (970 hospitalisations pour personnes) est plus élevé qu au Québec (768/10 000), que dans l ensemble du territoire estrien (874/10 000) et qu à Sherbrooke (891/10 000). On rapporte hospitalisations en moyenne chaque année dans cet arrondissement et près de dans tout le territoire de la Ville de Sherbrooke. Taux d admissions hospitalières : Indicateur de consommation de services de santé. Personnes hospitalisées pour des soins physiques de courte durée uniquement. Les chirurgies d'un jour, les soins de longue durée, les consultations en cabinets privés, en clinique externe ou à l'urgence ne sont pas considérés. Les hospitalisations pour troubles mentaux et les hospitalisations des nouveau-nés en bonne santé sont également exclues des calculs de ce taux global d'admissions hospitalières. La prudence est de mise quand on compare cet indicateur dans le temps ou entre les territoires, puisque le taux ajusté d hospitalisations peut être le reflet des pratiques médicales et de l accessibilité aux soins hospitaliers dans un milieu donné. Historiquement, le taux d admission de la population estrienne est statistiquement supérieur à celui de l ensemble de la population québécoise. À l échelle des communautés locales, les cas dont l adresse de résidence de la personne hospitalisée correspondait à l un ou l autre des CHSLD suivants ont été exclus : Centre d hébergement d Youville, Centre d hébergement Argyll, Centre d hébergement Saint-Vincent, Centre de santé et de services sociaux de Memphrémagog, Centre d hébergement Saint-Joseph et Centre d hébergement d Asbestos. D avril 2006 à mars 2010, le taux d admissions hospitalières par traumatismes non intentionnels chez la population de Fleurimont (74 hospitalisations pour personnes) est plus important qu au Québec (48/10 000), qu en Estrie (65/10 000) et qu à Sherbrooke (65/10 000). Annuellement, on recense 331 hospitalisations en moyenne dans cet arrondissement pour ces causes d admissions et un peu plus de à Sherbrooke. Arrondissement de Fleurimont Ville de Sherbrooke 2

3 Taux d admissions hospitalières pour traumatismes non intentionnels : Indicateur de consommation de services de santé. Personnes hospitalisées pour des soins physiques de courte durée uniquement. Les chirurgies d'un jour, les soins de longue durée, les consultations en cabinets privés, en clinique externe ou à l'urgence ne sont pas considérés. Les admissions hospitalières pour traumatismes non intentionnels incluent les blessures causées par des collisions entre véhicules à moteur, les chutes, les noyades, les brûlures et les intoxications. Cet indicateur donne une idée de l'efficacité des efforts de prévention des blessures, comme les campagnes d'éducation du public et la conception des voies de circulation. À l échelle des communautés locales, les cas dont l adresse de résidence de la personne hospitalisée correspondait à l un ou l autre des CHSLD suivants ont été exclus : Centre d hébergement d Youville, Centre d hébergement Argyll, Centre d hébergement Saint-Vincent, Centre de santé et de services sociaux de Memphrémagog, Centre d hébergement Saint-Joseph et Centre d hébergement d Asbestos. Environnement physique - Air intérieur Le taux d hospitalisations des jeunes de 0 à 14 ans attribuables aux maladies de l appareil respiratoire dans Fleurimont (135 hospitalisations pour jeunes) n est pas statistiquement différent de celui des jeunes du même âge à l échelle du Québec (133/10 000), de l Estrie (133/10 000) et de la Ville de Sherbrooke (129/10 000). Dans cet arrondissement, on compte 80 admissions en moyenne par année attribuables à ces causes et 309 parmi l ensemble des Sherbrookois âgés de moins de 15 ans. Admissions hospitalières pour maladies de l appareil respiratoire chez les jeunes âgés de 0 à 14 ans : Indicateur de consommation de services de santé. Personnes hospitalisées pour des soins physiques de courte durée uniquement. Par conséquent, les chirurgies d'un jour, les soins de longue durée, les consultations en cabinets privés, en clinique externe ou à l'urgence ne sont pas considérés. Il s agit de la consommation des services chez les enfants ayant des problèmes respiratoires suffisamment sévères pour être hospitalisés. Dans cette tranche d âge où la majorité des personnes ne fument pas encore, une cause importante de maladie respiratoire sévère est la mauvaise qualité de l air intérieur (incluant la fumée secondaire) et extérieur. Données sociosanitaires - Incapacité L incapacité est définie ici à partir de deux questions du recensement de 2006, l une portant sur les difficultés rencontrées dans les activités de la vie quotidienne, l autre sur la réduction des activités pouvant être faites à la maison, au travail ou à l école. Selon cette définition, 9,4 % de la population de Fleurimont âgée de moins de 65 ans déclare avoir au moins un type d incapacité, soit entre et personnes en tenant compte des marges d erreur. Cette proportion est comparable à celle observée à l échelle provinciale (9,1 %), en Estrie (9,3 %) et dans l ensemble du territoire sherbrookois (8,8 %). Toujours selon cette même définition, près de quatre résidents sur dix âgés de 65 ans et plus (38,5 %) affirment être aux prises avec au moins une forme d incapacité dans Fleurimont, ce qui totalise entre et personnes. Cette donnée se compare à celle notée dans l ensemble du Québec (37,7 %), en Estrie (37,4 %) et à Sherbrooke (38,3 %). Incapacité : Difficulté à entendre, à voir, à communiquer, à marcher, à monter un escalier, à se pencher, à apprendre ou à faire d'autres activités semblables, ou lorsque la quantité ou le genre d'activités (maison, travail, école, déplacements, loisirs) sont réduits en raison d'un état physique ou mental, ou d'un problème de santé. États physiques ou mentaux et problèmes de santé qui ont duré ou qui sont susceptibles de durer six mois ou plus. Pour les jeunes enfants, il faut inclure uniquement les incapacités ou les problèmes qui ont été diagnostiqués par un professionnel. Cet indicateur ne tient pas compte des gens vivant dans des ménages collectifs (ex. : CHSLD, hôpitaux, maisons de chambres). Arrondissement de Fleurimont Ville de Sherbrooke 3

4 INDICATEURS ENVIRONNEMENTAUX Environnement social - Participation électorale Le taux de participation électorale de la population de Fleurimont aux élections provinciales le jour du scrutin a été comparable à la moyenne québécoise en 2003 (65,2 % contre 64,9 %) et en 2007 (60,1 % contre 61,2 %). Lors des élections provinciales de 2008, le taux de participation dans cet arrondissement a toutefois été légèrement supérieur à celui du Québec (46,8 % contre 45,7 %). À l instar de la situation provinciale, la participation électorale a connu une baisse assez importante dans Fleurimont entre 2003 et 2008 (65,2 % à 46,8 %). Taux de participation électorale : Pour obtenir cet indicateur, les bulletins valides et les bulletins rejetés ont d abord été additionnés puis ensuite divisés par le nombre d électeurs inscrits. Ces chiffres excluent : le vote par anticipation, le vote des détenus et le vote des électeurs hors-québec (5,6 % en 2003, 10,2 % en 2007 et 11,8 % en 2008 au Québec). Par ailleurs, il existe une correspondance imparfaite entre les sections de vote et certaines communautés locales urbaines. Les électeurs inscrits, les bulletins valides et les bulletins rejetés d une section de vote qui chevauchaient plus d une communauté ont été répartis uniquement si la section de vote occupait plus de 10 % de la superficie de la communauté. La participation électorale est considérée comme une des façons d'apprécier le sentiment d'appartenance d'une communauté et indique un niveau d'intérêt envers les institutions politiques. Toutefois, l interprétation des données de cet indicateur commande la prudence, puisque les enjeux sociaux et politiques du moment peuvent également influencer le taux de participation électorale d une communauté. Par ailleurs, les données antérieures à 2002 sont difficilement comparables en raison des multiples fusions municipales survenues durant cette période. Environnement social - Justice De 2006 à 2010, le taux de crimes contre la propriété dans Fleurimont (2 479 infractions pour personnes) est inférieur à la donnée obtenue pour la province (3 428/ ), l Estrie (2 809/ ) et Sherbrooke (3 007/ ). Chaque année, en moyenne, on rapporte crimes contre la propriété dans Fleurimont, environ à Sherbrooke et autour de en Estrie. Taux de crimes contre la propriété : Crime d incendie, introduction par effraction, vol de véhicules à moteur, vol de $ ou moins, vol de plus de $, possession de biens volés, méfait et fraude (ex. : par chèque, par clonage de carte de service, par guichet automatique). Le taux de crimes contre la propriété est l un des indicateurs permettant d'évaluer le climat social d'un milieu. Des communautés où le niveau de revenu et le niveau de scolarité de ses membres sont faibles et dont les habitants déménagent fréquemment sont susceptibles de connaître un taux de crimes contre la propriété relativement plus important que les autres. Le phénomène des crimes contre la propriété est souvent sous-évalué, puisque seules les infractions portées à l attention des corps de police sont enregistrées au fichier. D avril 2006 à mars 2011, le taux de signalements retenus pour l arrondissement du Fleurimont dans le cadre de la Loi sur la protection de la jeunesse (15 signalements pour jeunes) est moins élevé que celui se rapportant aux jeunes à l échelle de la province (20,1/1 000). Ce taux est toutefois comparable à celui enregistré en Estrie (13,4/1 000) et à Sherbrooke (13,1/1 000). Sur une base annuelle, on rapporte 112 signalements en moyenne dans Fleurimont et près de 400 sur le territoire sherbrookois. Taux de signalements retenus : Indicateur permettant de connaître un peu mieux le climat social d'une communauté. La Loi sur la protection de la jeunesse a pour but d'assurer la protection de certains enfants mineurs dont la sécurité ou le développement peuvent être compromis. Un signalement dans le cadre de cette loi est souvent le reflet de conditions difficiles vécues dans l'entourage de l'enfant concerné. Il est question ici d'enfants âgés de moins de 18 ans. Ces statistiques couvrent les problématiques suivantes : négligence, abus physiques, abus sexuels, troubles de comportement et abandon. Plus d un signalement retenu peut être rapporté pour un même enfant. Également, les jeunes Estriens ayant reçu des services en dehors de l Estrie ne sont pas comptabilisés dans ces statistiques. L interprétation des données de cet indicateur commande toutefois la prudence. Un taux de signalements plus faible n est pas nécessairement le reflet de problèmes sociaux moins nombreux sur un territoire. Par exemple, une offre de service communautaire bien développée peut permettre d utiliser ces ressources comme première mesure avant de retenir un cas. De même, d autres facteurs, tels qu un haut taux de roulement et de rétention du personnel à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), et la culture judiciaire des juges en place au Tribunal de la jeunesse, peuvent venir influencer le nombre de signalements traités et retenus dans une région. Arrondissement de Fleurimont Ville de Sherbrooke 4

5 D avril 2006 à mars 2011, le taux de nouvelles prises en charge pour les jeunes âgés de moins de 18 ans dans l arrondissement (5,6 nouvelles prises en charge pour jeunes) se compare à la donnée provinciale (5,3/1 000). En moyenne, annuellement, 42 nouvelles prises en charge sont enregistrées dans Fleurimont et près de 300 en Estrie. Taux d'incidence des nouvelles prises en charge : L incidence des nouvelles prises en charge reflète le nombre d enfants et de jeunes pour lesquels les services des centres jeunesse (ou le tribunal) ont décidé d appliquer des mesures de protection. C est donc une mesure de nouveaux cas en besoin de protection. Ce sont de nouveaux cas dans l année en ce sens qu ils ne faisaient pas déjà l objet de mesures de protection (même s ils ont pu en faire l objet dans le passé). Les données représentent des nouveaux cas en besoin de protection et non des enfants. Un enfant peut avoir fait l objet de plus d une prise en charge au cours d une période donnée. Cet indicateur ne représente pas l ensemble des situations d abandon, d abus, de négligence, de troubles de comportement et de mauvais traitements psychologiques chez les enfants. Il fait seulement référence aux cas ayant fait l objet de signalements à la DPJ et retenus par les intervenants de la DPJ pour une évaluation plus poussée et pour lesquels il a été décidé d appliquer des mesures de protection. EN RÉSUMÉ Voici, de façon synthétique, comment les indicateurs présentés dans ce document pour l arrondissement de Fleurimont se comparent à la situation provinciale : Situation favorable comparativement au Québec : Participation électorale aux élections provinciales (2008) Taux de crimes contre la propriété (2006 à 2010) Taux de signalements retenus à la DPJ (avril 2006 à mars 2011) Situation comparable au Québec : Taux de sortie sans diplôme ( à ) Enfants de moins de 18 ans sous le seuil de faible revenu (2006) Taux de mortalité prématurée (2001 à 2007) Taux d admissions hospitalières pour maladies de l appareil respiratoire chez les jeunes de 0 à 14 ans (avril 2006 à mars 2010) Population âgée de moins de 65 ans ayant une incapacité (2006) Population âgée de 65 ans et plus ayant une incapacité (2006) Participation électorale aux élections provinciales (2003) Participation électorale aux élections provinciales (2007) Taux d incidence des nouvelles prises en charge à la DPJ (avril 2006 à mars 2011) Situation défavorable comparativement au Québec : Taux de fécondité (2005 à 2009) Taux d admissions hospitalières (avril 2006 à mars 2010) Taux d admissions hospitalières par traumatismes non intentionnels (avril 2006 à mars 2010) Information non disponible à ce niveau géographique : Indice de défavorisation matérielle (2006) Indice de défavorisation sociale (2006) Arrondissement de Fleurimont Ville de Sherbrooke 5

Communauté locale de Jardins-Fleuris (C-6) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent (phase II)

Communauté locale de Jardins-Fleuris (C-6) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent (phase II) Communauté locale de Jardins-Fleuris (C-6) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent (phase II) INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie De 2005 à 2009, le taux de fécondité

Plus en détail

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B Population 1 Période N A % État de santé générale 7 Période N A Mesure B Mtl Mesure B Mtl % Écart à Tendance C Écart à Tendance C Population totale 2006 216 702 na 8 Espérance de vie Hommes 2001-2003 na

Plus en détail

Arrondissement de Brompton Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent (phase II)

Arrondissement de Brompton Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent (phase II) Arrondissement de Brompton Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent (phase II) INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie De 2005 à 2009, le taux de fécondité des femmes âgées

Plus en détail

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE POUR UNE APPRÉCIATION DE L ÉTAT DE SANTÉ DE LA POPULATION SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE DU RLS DE LA HAUTE-YAMASKA Personne-ressource Mario Richard Direction de santé publique Avril 2012 CONTEXTE Dans la foulée

Plus en détail

La Convention de partenariat MELS commission scolaire Outil d'un nouveau mode de gouvernance. Commission scolaire Lester-B.

La Convention de partenariat MELS commission scolaire Outil d'un nouveau mode de gouvernance. Commission scolaire Lester-B. La Convention de partenariat MELS commission scolaire Outil d'un nouveau mode de gouvernance Portrait des statistiques ministérielles Commission scolaire Lester-B.-Pearson Service des indicateurs et des

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14 Profil de l habitation Village urbain 13 Volume 3 cahier 14 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Un quartier pour toutes et tous

Un quartier pour toutes et tous Un quartier pour toutes et tous un portrait du Grand Plateau Août 2012 TABLE DES MATIERES 1. SOMMAIRE EXECUTIF... 4 2. INTRODUCTION... 6 3. DECOUPAGE TERRITORIAL A LA BASE DE L ANALYSE ET METHODOLOGIE...

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Profil sociodémographique La population > Les familles de recensement Les ménages privés > L'état matrimonial L'immigration > Les langues > Le marché du travail Le lieu de travail et le mode de transport

Plus en détail

Le premier sondage national sur ce que cela signifie d être un citoyen canadien

Le premier sondage national sur ce que cela signifie d être un citoyen canadien LES CANADIENS ET LA CITOYENNETÉ Le premier sondage national sur ce que cela signifie d être un citoyen canadien RAPPORT DE SYNTHÈSE CONTEXTE L Institut Environics, en partenariat avec l Institut pour la

Plus en détail

Laval Profil statistique. au Québec

Laval Profil statistique. au Québec Laval Profil statistique au Québec L habitation au Québec Profil statistique de l habitation Laval Réalisé par la Société d habitation du Québec Les contenus de cette publication ont été mis au point et

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

Congrès Experts et expertises en santé publique Diversité des acceptations, multiplicité des enjeux : comment avancer?

Congrès Experts et expertises en santé publique Diversité des acceptations, multiplicité des enjeux : comment avancer? Congrès Experts et expertises en santé publique Diversité des acceptations, multiplicité des enjeux : comment avancer? Les acteurs régionaux de santé publique : expertise et rôle d influence auprès des

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Estimations annuelles du revenu des familles de recensement et des particuliers (Fichier des familles T1)

Estimations annuelles du revenu des familles de recensement et des particuliers (Fichier des familles T1) Estimations annuelles du revenu des familles de recensement et des particuliers (Fichier des familles T1) Données sur les familles - Guide de l utilisateur - Statistique Canada 13C0016 Division de la statistique

Plus en détail

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie La communauté locale des Grands-Monts était composée

Plus en détail

Faire compter les votes dans nos milieux de vie

Faire compter les votes dans nos milieux de vie Faire compter les votes dans nos milieux de vie Les personnes à faible revenu sont moins portées à voter. Par conséquent, les élus sont moins portés à les écouter et à écouter les gens de leurs communautés.

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Le Sud de l Aisne a un indice conjoncturel de fécondité (ICF) plus élevé qu en Picardie et

Plus en détail

RAPPORT-SYNTHÈSE SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ

RAPPORT-SYNTHÈSE SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC SUPPLÉMENT ÉTUDE SUR LES IMPACTS SOCIAUX DES ACTIVITÉS DE LA SOCIÉTÉ D HABITATION DU QUÉBEC RAPPORT-SYNTHÈSE LE LOGEMENT SOCIAL ET COMMUNAUTAIRE : DES INTERVENTIONS PAYANTES

Plus en détail

INDICATEURS DES PARCOURS SCOLAIRES AU SECONDAIRE

INDICATEURS DES PARCOURS SCOLAIRES AU SECONDAIRE Suivi de cohortes INDICATEURS DES PARCOURS SCOLAIRES AU SECONDAIRE 1. Nombre de nouveaux inscrits en 1 re secondaire Nombre de nouveaux inscrits qui en sont à leur première inscription en 1 re secondaire

Plus en détail

POUR LE DROIT AU LOGEMENT DANS LA CMM, DANS 5 ANS, 31 200 NOUVEAUX LOGEMENTS SOCIAUX!

POUR LE DROIT AU LOGEMENT DANS LA CMM, DANS 5 ANS, 31 200 NOUVEAUX LOGEMENTS SOCIAUX! FRONT D ACTION POPULAIRE EN RÉAMÉNAGEMENT URBAIN 180, boulevard René-Lévesque Est, local 105, Montréal (Québec) H2X 1N6 Téléphone : (514) 522-1010 Télécopie : (514) 527-3403 Courriel : frapru@cooptel.qc.ca

Plus en détail

Les infirmières et infirmiers réglementés 2012 rapport sommaire

Les infirmières et infirmiers réglementés 2012 rapport sommaire Les infirmières et infirmiers réglementés 2012 rapport sommaire Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

L approche par milieu de vie : particularités et avantages

L approche par milieu de vie : particularités et avantages Diapositive 1 L approche par milieu de vie : particularités et avantages par Pierre Maurice Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) L approche par milieu de vie, particularités s et avantages

Plus en détail

Profil statistique en habitation de la ville de Montréal. Mai 2009

Profil statistique en habitation de la ville de Montréal. Mai 2009 Profil statistique en habitation de la ville de Montréal Direction de l habitation Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine habitermontreal.qc.ca Présentation La Direction de l habitation

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de Sainte-Jeanne d Arc (C-16) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous

Plus en détail

«RACCROCHER DE TOUTES SES FORCES!»

«RACCROCHER DE TOUTES SES FORCES!» «RACCROCHER DE TOUTES SES FORCES!» Journée régionale sur le retour aux études Mercredi le 28 janvier 2015 8h45 à 12h30 Invitations Au cours du mois de décembre plus d une centaine d invitations ont été

Plus en détail

CAPSULE DE VULGARISATION

CAPSULE DE VULGARISATION CAPSULE DE VULGARISATION Les déterminants de la persévérance scolaire retenus par R 2 Rédaction : Frédérick Tremblay, CRÉPAS Supervision : Mireille Jetté, R 2 DÉTERMINANTS DE LA PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE Il

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Édition janvier 2013 Données sociodémographiques Population Âge Sexe Accroissement naturel Familles Ménages État matrimonial Langues Photo de la page couverture : Denis Labine Ce profil sociodémographique

Plus en détail

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française Thème 1. Les ménages en question Note 1 : Toutes les informations nécessaires à ce TD sont disponibles gratuitement sur le site de l INED. Note 2 :

Plus en détail

Le travail après la retraite

Le travail après la retraite Grant Schellenberg, Martin Turcotte et Bali Ram L es travailleurs prennent leur retraite de diverses façons. Certains quittent un emploi de longue date, faisant une transition nette du travail aux loisirs.

Plus en détail

Le Collège des procureurs généraux présente les statistiques annuelles 2014 des parquets de la jeunesse

Le Collège des procureurs généraux présente les statistiques annuelles 2014 des parquets de la jeunesse Analystes statistiques du ministère public Collège des procureurs généraux BRUXELLES Le Collège des procureurs généraux présente les statistiques annuelles 2014 des parquets de la jeunesse Conférence de

Plus en détail

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE Christophe SOULLEZ Directeur de l Observatoire national de la délinquance France XI Colloque du CIPC Palerme 17/19 novembre 2014 1 Un enjeu de

Plus en détail

Un Centre de pédiatrie sociale à Place Saint Martin

Un Centre de pédiatrie sociale à Place Saint Martin Un Centre de pédiatrie sociale à Place Saint Martin Rendez vous de l habitation 2012 Le Palace de Laval Christiane Bureau Patricia Lerhe 1 er octobre 2012 Place Saint Martin c est Le plus grand complexe

Plus en détail

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive?

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Article rédigé pour la revue «AJ-PENAL» (Les Editions Dalloz) Août 2005 Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Par Pierre V. Tournier 1 La recherche dont nous présentons ici

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Rapport d analyse des résultats Présenté à l'institut du Nouveau Monde 22 mai 2013

Plus en détail

OBSERVER ANALYSER INFLUENCER. Sondage auprès des citoyens de la ville de Brossard. Rapport final présenté à :

OBSERVER ANALYSER INFLUENCER. Sondage auprès des citoyens de la ville de Brossard. Rapport final présenté à : de la ville de Brossard Rapport final présenté à : Alain Gauthier, Directeur Direction des communications 11 juin 2015 OBSERVER ANALYSER INFLUENCER Réf. : 2075_201505/EL/cp 514 282-0333 1 800 474-9493

Plus en détail

Leçon 2 : Les études de marché internationales 2

Leçon 2 : Les études de marché internationales 2 Leçon 2 : Les études de marché internationales 2 I. Déroulement de l étude de marché internationale 2 1. Le marché des études de marché internationales 2 2. La nécessité de l étude de marché internationale

Plus en détail

À propos des casinos du québec

À propos des casinos du québec À propos des casinos du québec M O N T R É A L C H A R L E V O I X L A C - L E A M Y À propos des casinos du Québec Les casinos du Québec ont rapidement acquis une réputation enviable dans l industrie

Plus en détail

Mesurer l impact économique d un évènement touristique. Le guide méthodologique DGCIS

Mesurer l impact économique d un évènement touristique. Le guide méthodologique DGCIS Mesurer l impact économique d un évènement touristique Le guide méthodologique DGCIS Les évènements touristiques : quel rôle dans l économie locale? Les évènements touristiques facteurs du développement

Plus en détail

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR Région économique du Nord-Est Profils régionaux du Nouveau-Brunswick : Faits saillants et mises à jour Région économiques du

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

MADA. Municipalité Amie Des Aînés De Tadoussac

MADA. Municipalité Amie Des Aînés De Tadoussac MADA Municipalité Amie Des Aînés De Tadoussac MADA 2013 Introduction Suite au succès et à l importance d une politique familiale, la municipalité de Tadoussac désire maintenant améliorer la qualité de

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary

L évolution sur le plan du logement pour les réfugiés établis à Edmonton, à Calgary et à Winnipeg RICK ENNS University of Calgary Les réfugiés ont de la difficulté à trouver des logements abordables. Ce problème est d autant plus sérieux qu ils ne savent pas comment ni où se procurer des renseignements sur le logement. Ils n ont

Plus en détail

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR LES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE... 5 2. COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS... 5 3. ENTENTES DE PAIEMENT...

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

Projet de loi n o 19 (2013, chapitre 1) Loi n o 1 sur les crédits, 2013-2014

Projet de loi n o 19 (2013, chapitre 1) Loi n o 1 sur les crédits, 2013-2014 PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 19 (2013, chapitre 1) Loi n o 1 sur les crédits, 2013-2014 Présenté le 21 février 2013 Principe adopté le 21 février 2013 Adopté le 21 février

Plus en détail

Territoires de Loire-Atlantique

Territoires de Loire-Atlantique Territoires Agglomération Nantaise Le territoire l Agglomération Nantaise présente s caractéristiques sociales très contrastées. Ces différences opposent essentiellement la ville centre et une partie sa

Plus en détail

Communication sur les chiffres de la lutte contre la délinquance et la politique de sécurité dans le département des Landes

Communication sur les chiffres de la lutte contre la délinquance et la politique de sécurité dans le département des Landes Communication sur les chiffres de la lutte contre la délinquance et la politique de sécurité dans le département des Landes I) BILAN DE LA DELINQUANCE 2015 A) Evolution générale Les services de police

Plus en détail

CHAPITRE 5 Famille et vie en société

CHAPITRE 5 Famille et vie en société CHAPITRE 5 Famille et vie en société Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Instances de socialisation, confiance, perception par les individus de leur mode de vie Instances ou

Plus en détail

LE RELAIS a.s.b.l. Agence Immobilière Sociale de Woluwe-Saint-Pierre

LE RELAIS a.s.b.l. Agence Immobilière Sociale de Woluwe-Saint-Pierre Article 1 er Champ d application Règlement d attribution 2015 Le présent règlement s'applique à tous les logements mis en location par l Agence Immobilière Sociale de Woluwe-Saint-Pierre, «LE RELAIS» au

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE L ÉQUIPE DE SANTÉ MENTALE 1 ÈRE LIGNE Avant de débuter : Vérifiez si les données d identification et les données sociodémographiques du client figurant

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE

Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE Ville de Saint-Rémi Adopté le : 8 juin 2015 (résolution # 15-06-0235) PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE INTRODUCTION En 2000, suite

Plus en détail

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite le PROJET DIGNITÉ Démystifier la pauvreté au Canada sommaire Vous n êtes peut-être pas témoin de la pauvreté tous les jours. Mais croyez-nous, elle existe. En fait, un Canadien sur onze vit dans la pauvreté.

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN CHAMPAGNE-ARDENNE. Juin 2010 version 2

LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN CHAMPAGNE-ARDENNE. Juin 2010 version 2 LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN CHAMPAGNE-ARDENNE Juin 2010 version 2 Avant-propos Les associations de solidarité rendent des services essentiels aux populations les plus fragiles. C

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d emploi du Plateau-Mont-Royal

Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d emploi du Plateau-Mont-Royal Portrait socioéconomique du territoire du Centre local d emploi du Plateau-Mont-Royal 5105, avenue de Gaspé 3 e étage Avenue Papineau Avenue du Parc Avenue De Lorimier Rue Saint-Urbain 0 1 km Boulevard

Plus en détail

Première partie LE CONTEXTE

Première partie LE CONTEXTE 13 Première partie LE CONTEXTE LA LOI SUR LA SANTÉ PUBLIQUE ET LE PROGRAMME NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE 2003-2012 Le Programme national de santé publique 2003-2012 a été institué par la Loi sur la santé

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES Par Chantal Lavallée Parrainage civique des MRC d Acton et des Maskoutains Août 2010 Les personnes handicapées, tout comme les familles où elles vivent, sont

Plus en détail

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005

Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 Société d habitation et de rénovation du Manitoba ÉTATS FINANCIERS POUR L EXERCICE SE TERMINANT LE 31 MARS 2005 BILAN 31 MARS 2005 A C T I F Encaisse (note 4) 74 459 864 $ 82 151 251 $ Débiteurs et montants

Plus en détail

Valoris en Mauricie Des retombées hautement significatives au primaire et au secondaire

Valoris en Mauricie Des retombées hautement significatives au primaire et au secondaire Valoris en Mauricie Des retombées hautement significatives au primaire et au secondaire Denis Morin Directeur-conseil en entrepreneuriat Commission scolaire de l Énergie 1 er forum sur les retombées de

Plus en détail

Demande de changement de désignation du sexe sur l enregistrement de naissance et le certificat de naissance

Demande de changement de désignation du sexe sur l enregistrement de naissance et le certificat de naissance Instructions : Demande de changement de désignation du sexe sur l enregistrement de naissance et le certificat de naissance 1. Ce formulaire de demande peut être rempli seulement par un demandeur dont

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Critères d admissibilité des projets déposés par les MRC de l Estrie 1 dans le cadre du soutien financier de la

Plus en détail

1. Données de cadrage

1. Données de cadrage 1. Données de cadrage Avant de détailler les indicateurs de précarité recueillis par sous thème, cette première partie présente les principales données démographiques sur La Réunion (population, densité,

Plus en détail

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières Texte original Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières 0.811.21 Conclu à Strasbourg le 25 octobre 1967 Signé par la Suisse le 25 septembre 1968 Approuvé par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre

Plus en détail

Politique de favorisation de la lecture

Politique de favorisation de la lecture Politique de favorisation de la lecture Adoptée le 6 décembre 2011 Préambule L importance de la lecture est un enjeu fondamental dans notre société. L écrit est partout. «La lecture est au cœur du développement

Plus en détail

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple Mai 2015 Territoire en synergie Planification territoriale MRC d Abitibi LES PORTRAITS DE LA MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE La démographie En 2013, la population de la MRC d Abitibi se chiffrait

Plus en détail

Procédure législative ordinaire

Procédure législative ordinaire Annexe 4 LISTE DES ARTICLES RELEVANT DE LA PROCÉDURE LÉGISLATIVE ORDINAIRE Le traité de Lisbonne prévoit l extension de la procédure dite de «codécision» et désormais appelée «procédure législative ordinaire»,

Plus en détail

PROFIL DES FAMILLES ET DES AÎNÉS

PROFIL DES FAMILLES ET DES AÎNÉS PROFIL DES FAMILLES ET DES AÎNÉS DE LA VILLE DE LAC-MÉGANTIC PAR DOMINIQUE BÉLANGER, AGENTE DE DÉVELOPPEMENT RURAL, MRC DU GRANIT, EN SOUTIEN AU COMITÉ DE LA POLITIQUE DE LA FAMILLE ET DES AÎNÉS VILLE

Plus en détail

Lorsqu il est question de minorités de langue officielle, on parle des

Lorsqu il est question de minorités de langue officielle, on parle des Justice en langues officielles Le Bulletin Accès Services Communautés Formation N o 03 novembre 2011 Mot de bienvenue Lorsqu il est question de minorités de langue officielle, on parle des communautés

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... 2. Remerciements... 2. Message de la responsable du projet... 3. Contexte du projet... 4

Table des matières. Table des matières... 2. Remerciements... 2. Message de la responsable du projet... 3. Contexte du projet... 4 Table des matières Table des matières... 2 Remerciements... 2 Message de la responsable du projet... 3 Contexte du projet... 4 Historique du projet... 4 Vers une transition secondaire-cégep réussie Édition

Plus en détail

Résumé du budget du Québec de 2011

Résumé du budget du Québec de 2011 Résumé du budget du Québec de 2011 Le 17 mars 2011 Table des matières RÉSUMÉ DU BUDGET DU QUÉBEC DE 2011 Page INTRODUCTION... 1 1. MESURES RELATIVES AUX IMPÔTS... 1 1.1 Instauration d un crédit d impôt

Plus en détail

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada Mémoire à l intention

Plus en détail

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements Annexes 71 Annexe 1 Définitions A. Activité sur le marché du travail : travail à temps plein ou à temps partiel Travail à temps plein Travail contre rémunération ou à son compte, 30 heures ou plus par

Plus en détail

Mesure des intentions de migrer ou non vers une municipalité rurale du Québec dans les cinq prochaines années

Mesure des intentions de migrer ou non vers une municipalité rurale du Québec dans les cinq prochaines années Mesure des intentions de migrer ou non vers une municipalité rurale du Québec dans les cinq prochaines années Sondage SOM-R Édition février 2009 (3 vagues au total) Faits saillants présentés à Solidarité

Plus en détail

LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN BASSE-NORMANDIE. Avril 2010

LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN BASSE-NORMANDIE. Avril 2010 LES ASSOCIATIONS DU SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL EN BASSE-NORMANDIE Avril 2010 Avant-propos Les associations de solidarité rendent des services essentiels aux populations les plus fragiles. C est leur vocation.

Plus en détail

Activité antérieure des chômeurs

Activité antérieure des chômeurs Activité antérieure des chômeurs Chômeurs selon l activité antérieure au chômage, le groupe d âge, le sexe, Canada, province, mensuel, non désaisonnalisé Table-222 Chômeurs selon l activité antérieure

Plus en détail

Population du Canada, 2001 à 2004

Population du Canada, 2001 à 2004 Profil démographique du Canada Population En 2004, la population du Canada est passée à 31,9 millions d habitants. Depuis 2001, la population totale du Canada a augmenté de 3%, soit 925 000 personnes.

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS DE BASE SUR L ESTIMATION DE LA FRÉQUENTATION DES ÉVÈNEMENTS RÉCRÉOTOURISTIQUES

CONSIDÉRATIONS DE BASE SUR L ESTIMATION DE LA FRÉQUENTATION DES ÉVÈNEMENTS RÉCRÉOTOURISTIQUES MONTRÉAL 1180, rue Drummond Bureau 620 Montréal (Québec) H3G 2S1 T 514 878-9825 QUÉBEC 3340, rue de La Pérade 3e étage Québec (Québec) G1X 2L7 T 418 687-8025 WWW.SOM.CA CONSIDÉRATIONS DE BASE SUR L ESTIMATION

Plus en détail

Le logement locatif en Ontario Faits en bref compilés par le Centre ontarien de défense des droits des locataires (CODDL)

Le logement locatif en Ontario Faits en bref compilés par le Centre ontarien de défense des droits des locataires (CODDL) Ménages locataires 28,8 % des ménages en Ontario sont locataires (1 312 295 ménages locataires sur un total de 4 555 030 ménages), selon les données du recensement de Statistique Canada de 2006. 1 Plus

Plus en détail

GUIDE D ORGANISATION POUR LES FÊTES DE RUE ET DE VOISINAGE

GUIDE D ORGANISATION POUR LES FÊTES DE RUE ET DE VOISINAGE GUIDE D ORGANISATION POUR LES FÊTES DE RUE ET DE VOISINAGE 1 QU EST-CE QU UNE FÊTE DE RUE? Une fête de rue est un événement familial et communautaire organisé par un groupe de citoyennes et citoyens résidant

Plus en détail

Protéger la dignité des personnes âgées dépendantes

Protéger la dignité des personnes âgées dépendantes MEMO/08/166 Bruxelles, le 17 mars 2008 Protéger la dignité des personnes âgées dépendantes En quoi consiste la maltraitance des personnes âgées? La maltraitance des personnes âgées existe sous de nombreuses

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

L analyse des revenus des ménages

L analyse des revenus des ménages À, la précarité se cantonne à l est de la ville Nicole GICQUAUD (Insee) Avec près de 44 000 emplois salariés en 2008, la ville de et sa première couronne disposent d un important bassin d emplois. Au-delà

Plus en détail

LA NOYADE. Rapport sur. au Canada. Édition 2015. Variation du nombre de décès évitables reliés à l eau et du taux de mortalité au Canada, 1993 2012

LA NOYADE. Rapport sur. au Canada. Édition 2015. Variation du nombre de décès évitables reliés à l eau et du taux de mortalité au Canada, 1993 2012 Rapport sur LA NOYADE au Canada Édition 2015 Préparé par le Centre canadien de recherche sur la prévention de la noyade pour la Société de sauvetage Variation du nombre de décès évitables reliés à l eau

Plus en détail

Le Canada accorde une grande importance aux

Le Canada accorde une grande importance aux Qui reçoit le prêt étudiant? Costa Kapsalis Le Canada accorde une grande importance aux études postsecondaires. Chaque année, dans le cadre du Programme canadien de prêts aux étudiants (PCPE), environ

Plus en détail

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS)

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) Lorsque vous faites une demande d admission au Programme d aide sociale ou au Programme de solidarité

Plus en détail