L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée"

Transcription

1 L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée Pour que le secteur minier améliore sa contribution au développement généralisé, il doit être mieux intégré dans l économie nationale et régionale à travers l établissement des liens. Pour exploiter les possibilités d établissement de liens, les défis tels que les lacunes dans la formation du capital humain, en particulier, dans les domaines à forte intensité de connaissance ainsi que le manque d infrastructure doivent être relevés. - La vision minière africaine Que peut-on faire pour désenclaver le secteur minier africain? La VMA et le rapport du GIE argumentent que la voie à suivre est le renforcement des liens entre les mines et l économie immédiate. Il ne s agit pas d une idée complètement nouvelle car dès 1980, le Plan d Action de Lagos de la CUA a préconisé le renforcement des liens en amont et en aval. Cependant, la Vision Minière Africaine va plus loin en élargissant la notion d établissement des liens au delà de la chaîne minière pour inclure les liens connexes et latéraux. En fait, la VMA et le Rapport du GIE vont au delà de la «boîte minière» en lançant un appel à la planification et à l investissement dans les corridors de développement. Les entreprises non minières peuvent profiter de ces artères si les routes et les chemins de fer par lesquels les minerais sont acheminés vers les marchés sont stratégiquement placés. Le principe clé est d adopter des politiques qui sont tournées vers le développement et de planifier l investissement de manière stratégique. Cela implique qu il faut non seulement optimiser les avantages économiques directs mais aussi s assurer que les améliorations des infrastructures sont mises en œuvre de manière à faire bénéficier d autres secteurs de l économie. Une telle planification délibérée a une dimension d intégration régionale de l Afrique ; par exemple, si une mine est très éloignée d un port ou si les ressources se trouvent dans un pays enclavé, cela impliquera une coopération régionale ainsi que des stratégies nationales. Les liens peuvent être définis de diverses manières: sur le plan quantitative comme des intrants et extrants dans l exploitation minière, et sur le plan qualitative comme les relations entre les entreprises de la chaîne d approvisionnement ou l échange d idée entre ces entreprises. Plus généralement, dans un milieu d affaires, les liens servent à définir toute interaction commerciale entre les différentes entreprises à but lucratif et peuvent se présenter sous plusieurs formes telles que les contrats d approvisionnement, les partenariats, les co-entreprises et de manière plus informelle, le partage des informations relatives au marché ou aux technologies. Dans l ensemble, les différents liens forment un système de composantes individuelles qui peuvent fonctionner indépendamment et réaliser leur plein dynamisme à travers l interaction et le chevauchement. Penser dans une logique de liens encourage l examen de la manière dont chaque participant dans une industrie est lié aux autres. En fait, dans l exploitation minière chaque étape du processus allant de l extraction jusqu à la fabrication du produit fini peut avoir des liens en amont, en aval, latéraux et connexes.

2 Le problème fondamental de l exploitation minière en Afrique, selon le rapport du GIE, est que les liens avec les mines ne sont pas bien développés (en dehors du transport et de l énergie). Cette tendance reflète la principale orientation de l industrie, à savoir l extraction et l exportation des minerais en vrac vers les marchés d outre mer. Le problème n est pas l absence de lien mais c est que l intégration est en faveur des entreprises étrangères. C est exactement ce qui fait de l exploitation minière une activité enclavée pour ce qui concerne l Afrique. Et c est pour cette raison que l exploitation ne contribue pas de manière adéquate au développement. Pour aborder ce problème, il faudra reconnaître les contraintes de l économie locale et développer des politiques et des plans qui correspondent au contexte africain. Par exemple, pour ce qui concerne les liens en amont, il est probable que les sociétés locales n ont pas la capacité de fournir les équipements dont ont besoin les mines ou, peut être, le système d acquisition central adopté par les sociétés minières internationales ne leur permet pas de soumettre des offres. Par conséquent, prévoir une disposition relative au contenu local dans toute opération minière serait un moyen efficace de rétablir l équilibre. Mais les pays africains doivent choisir à quel niveau ils doivent faire des interventions les plus efficaces. Cela signifie que les politiques doivent prendre en compte le minerai et le marché. Par exemple, il peut paraitre attrayant d adopter des politiques qui renforcent les liens en aval, comme la fonte des minerais. La fonte peut paraitre attractive mais valeur qu elle ajoute au minerai a connu un déclin dans les années récentes en raison de la capacité mondiale excessive. Dans ce cas, le marché mondial ne favorise pas le développement des liens en aval. Et dans toute circonstance, sans l industrie manufacturière, le marché des produits raffinés sera faible. En fait, il peut y avoir très peu d opportunité pour pénétrer le marché. Par exemple, pour quelques métaux spéciaux, les sociétés minières ont de solides liens historiques et techniques avec les fabricants et ces sociétés n aimeraient pas prendre les risques liés au changement de fournisseurs. D autre part, pour les minerais en vrac, le coût élevé du transport n encourage pas la concentration locale bien qu une transformation plus poussée voire la fabrication elle-même puisse se faire plus près des principaux marchés. Dans ce cas le type de minerai permet de développer des liens en aval au niveau local. L appui aux liens connexes tels que les services financiers, l énergie, la logistique, la communication, les compétences et le développement des technologies est très important car ces services peuvent tous soutenir les liens à d autre niveaux de la chaîne de valeur des minéraux. Ce fait est particulièrement évident en aval où les intrants tels que la recherche et le développement, les compétences la technologie et l infrastructure deviennent de plus en plus importants. De nombreux liens connexes dépendent de la qualité des ressources humaines qui sont disponibles et le niveau d éducation est souvent faible en Afrique subsaharienne. Par conséquent, la formation d une main d œuvre qualifiée et compétente est un préalable. L Afrique du Sud donne un bon exemple de la manière d y procéder. Le pays dispose des ensembles de produits spécialisés et des entreprises de service ainsi des institutions du troisième cycle qui ont la tâche de transmettre et d améliorer les compétences dans ce secteur. Cependant, même en Afrique du Sud la formation au troisième cycle est

3 trop faible pour soutenir une forte croissance locale compte tenu de la concurrence internationale pour les compétences. Les liens latéraux n apparaissent qu aux stades avancés du développement industriel. Un lien latéral c est le cas où les capacités et les expertises acquises dans l exploitation minières sont appliquées dans un autre secteur. A titre d exemple, les connaissances dans les domaines tels que le contrôle des processus, les équipements de construction et la manutention de matériaux peuvent être vendues aux entreprises non-minières. A long terme, les politiques doivent se focaliser sur l aide aux entreprises secondaires et tertiaires pour leur permettre de se développer car elles sont plus durables et continueront d exister bien après la fermeture des mines. Les communautés économiques régionales africaines ont le potentiel de fournir les principales composantes minières des économies régionales et mondiales; le minerai de fer destiné à la fabrication d acier, l azote, les phosphates et le potassium pour l agriculture et le ciment, les armatures en acier et le cuivre pour la construction et les infrastructures. Cependant, la production doit être à un niveau adéquat pour pouvoir faire face à la concurrence sur les marchés nationaux et internationaux. L élimination des barrières au commerce entre les régions africaines permettrait d assurer que le marché des matières premières en Afrique est assez large pour mériter l augmentation de la production et créer des chaînes de valeur régionales. En conséquence, des politiques et des stratégies appropriées sont nécessaires pour exploiter le potentiel de développement de l extraction et du traitement. Tout cela peut être conçu dans le cadre du renforcement des liens. Ces politiques et stratégies peuvent être résumées comme suit : Intégrer délibérément et systématiquement la politique minière dans la politique de développement. Cela implique l abandon de l attention traditionnelle et presque exclusive accordée à l extraction des minerais. Améliorer l intégration du secteur primaire dans l économie au sens large. L établissement de lien en amont et en aval exige des stratégies supplémentaires visant, en premier lieu, à créer un environnement d affaires et des institutions du secteur public qui contribuent à promotion de la croissance. En second lieu, le gouvernement peut dans la mesure du possible définir les termes d accès au minerai qui imposent des conditions d établissement des liens aux détenteurs de droits miniers et fournissent des avantages aux investisseurs pour qu ils structurent leurs projets de manière à approfondir l intégration des projets miniers dans l économie nationale et régionale. Des objectifs raisonnables de contenu local et de valorisation doivent être intégrés dans les régimes miniers. Promouvoir la valorisation des minerais avant l exportation. Le traitement des minerais en aval avant l exportation doit être au premier plan du programme national de l industrie minière. La valorisation ne contribue à la croissance et à la diversification que si elle assure les liens en amont et de liens connexes et ne doit pas être poursuivie comme une fin en soi. Bien que quelques pays aient utilisé les impôts à l exportation pour la transformation en aval,

4 l expérience a donné des résultats mitigés et ces impôts doivent être appliqués de manière judicieuse. Tourner l attention au développement des biens d équipement et des industries de service. Cette mesure est très importante pour la création d emplois et de nouveaux produits et processus. Améliorer le développement des liens à travers la participation locale et des modèles de responsabilisation. De nombreux avantages peuvent émaner de la participation locale et des modèles de responsabilisation. Expansion des infrastructures économiques. Le financement et la promotion de la construction des infrastructures d énergie et de transport, en particulier, sont essentiels au développement prudent des ressources minières. Les décideurs doit optimiser les effets positifs des infrastructures déclenchés par l exploitation minière en tenant compte des corridors de ressources lors de la planification. Les politiques doivent encourager l utilisation collatérale ou intégrale par d autres secteurs économiques. Les parties tierces doivent pouvoir avoir accès aux infrastructures de transport destinées au secteur minier à des tarifs non discriminatoires. Les infrastructures élargies vont également promouvoir le développement rural. Développer les ressources humaines et promouvoir l innovation. Les efforts doivent être orientés vers l expansion des aptitudes techniques de haut niveau exigées dans l industrie minière. L appui public à l innovation dans domaines liés à l exploitation des ressources naturelles à travers des systèmes d innovation tels que des avantages fiscaux en faveur de la Recherche & Développement et du développement des ressources humaines techniques ainsi que l allocation des rentes provenant des ressources au développement des liens technologiques. Promouvoir l intégration régionale. L évolution progressive vers l intégration régionale permettra dans une certaine mesure de surmonter les obstacles à l établissement des liens à travers la création des marchés communs. Les gouvernements africains doivent éliminer les nombreuses barrières au commerce intra-régional en vue de réaliser de grands marchés régionaux. Ces marchés permettront aux producteurs de bénéficier des économies d échelle et faciliteront l exploitation des opportunités de liens en amont et en aval. (La nouvelle voie de la croissance en Afrique du Sud a lancé l idée de créer un Fonds de Développement Africain aux fins d investissement dans des infrastructures régionales afin de stimuler le commerce et les investissements intra-régionaux. En conclusion, le développement des liens efficaces repose sur la promotion des aptitudes, des économies, la performance des entreprises, la gouvernance, la détermination des prix et la capacité de mise en œuvre (Voir ci-après l étude de cas de la Mozambique). Mais, de toute évidence, l établissement des liens et la transformation de l exploitation minière en moteur du développement industriel dépendent de la demande soutenue des minerais.

5 Réflexions stratégiques sur les l établissement des liens Etude de cas du Mozambique Le Mozambique est sorti de sa guerre civile prolongée comme l un des pays les plus pauvres du monde. La fonderie d aluminium de Mozal est le premier développement industriel dans le pays depuis des décennies et est réalisée grâce aux investissements des acteurs internationaux, la facilitation du gouvernement et à l appui régional du gouvernement sud africain. i Elle a commencé ses opérations en Dès le départ, un programme de développement des entreprises locales Mozlink - faisait partie du projet géré par la Société Financière Internationale et le Centre de Promotion des Investissements du Mozambique. Mozlink a développé un programme pour former et orienter les petites et moyennes entreprises locales dans le secteur minier afin de leur permettre de soumissionner et de réaliser des contrats suivant les normes de Mozal. Le succès de ce programme a engendré la création de Mozlink pour fournir de l assistance technique et en matière de gestion pour mettre à niveau les capacités des petites entreprises du secteur minier à participer à la chaine d approvisionnement des biens et des services de Mozal. Des 2007, Mozlink a renforcé les capacités de 45 petites et moyennes entreprises. Pailleurs, les dépenses mensuelles au titre des entreprises locales a atteint 17 milliards de $EU. La performance des petites et moyennes entreprises mesurée en fonction de la qualité de gestion, d entretien et de sécurité a connu une amélioration de 20%. ii Les effets indirects de Mozlink sont notamment la Mozambique Organization for Quality dont l objectif est de promouvoir et d assurer la formation des entreprises locales sur les normes sanitaires, environnementales, de qualité et de sécurité ; le Mozambican Business Network pour encourager l interaction avec les petites et moyennes entreprises dans le secteur minier, et un programme de trois ans (appuyé par la Société Financière Internationale ) pour permettre aux PME de participer aux programmes d acquisition dans les secteurs miniers et de gaz naturel et d autres industries. iii Les liens connexes de la fonderie sont notamment un meilleur réseau d électricité, un réseau d approvisionnement en eau à grande échelle, les logements, de bonnes routes et une structure d embarcadère pour charger directement les produits dans les bateaux, une autoroute reliant de Port de Maputo à l Afrique du Sud, une amélioration générale de la confiance des investisseurs qui les a poussé é considérer la création d une opération de sable lourd (Corridor Sands). iv i CENUA, 2004 ii Jaspers and Mehta, 2007 iii Jaspers and Mehta, 2007 iv CENUA, 2004 ; Sandenbergh et lal., 2009

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Représentant Régional de l OIBT pour l Afrique Introduction Généralités sur les 5pays

Plus en détail

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Par Carlos Rojas-Arbulu, Délégué Commercial Principal (Afrique de l`ouest), Service de Délégués Commerciaux du Canada, Ambassade du Canada, Senegal

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Aperçu Général. p. 2/15

Aperçu Général. p. 2/15 L Afrique tourne t-elle vers l Est? Le nouveau engagement de la Chine en Afrique et ces implications dans le cadre des perspectives du developpement de l Afrique Gerald Schmitt, Agence Allemande de Coopération

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS AVIS A MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT «Adresse du bureau» «Nom du Département ou Unité de la Banque» E-mail : Téléphone : +216 71 10 20 86 Fax : + 216 71 253 167 Expression

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Adoptée le 17 septembre 2015 Table des matières 1 Fondement de la politique... 3 1.1 Mission... 3 1.2 Principe... 3 1.3 Support aux promoteurs... 3 1.4 Financement

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Gestion des risques climatiques: suivi, évaluation, alerte rapide et réactions

Gestion des risques climatiques: suivi, évaluation, alerte rapide et réactions Septième Forum pour le développement de l Afrique Agir face aux changements climatiques pour promouvoir un développement durable en Afrique Gestion des risques climatiques: suivi, évaluation, alerte rapide

Plus en détail

Les partenariats miniers pour le développement - Comment exploiter la contribution globale du secteur minier

Les partenariats miniers pour le développement - Comment exploiter la contribution globale du secteur minier Les partenariats miniers pour le développement - Comment exploiter la contribution globale du secteur minier Conférence du FMI, 21-22 mars 2012, Kinshasa/RDC «La gestion des ressources en Afrique» Objectives

Plus en détail

Plan de développement du secteur commercial Rawaj vision 2020

Plan de développement du secteur commercial Rawaj vision 2020 Plan de développement du secteur commercial Rawaj vision 2020 Objectifs : Améliorer les conditions d approvisionnement du citoyen marocain Améliorer le niveau de vie des commerçants Augmenter la contribution

Plus en détail

Regional economic development. Développement économique régional

Regional economic development. Développement économique régional Regional economic development REDER Développement économique régional La vision du DER est de contribuer au développement socio économique des communautés qui nous accueillent, afin de soutenir leur croissance

Plus en détail

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève EXPERIENCE DU NIGER DANS L ORGANISATION DE LA CONFERENCE OILGASMINE M. Boubacar Nalado IDI Directeur de l étude et de l

Plus en détail

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE RESULTATS DE L ATELIER DE VALIDATION DES NOTES D ORIENTATION REGIONALES SUR LES RELATIONS ENTRE LES USA ET L AFRIQUE TENU A ADDIS 21 juillet 2014

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Stratégie de coopération La Stratégie de coopération de la Banque mondiale pour la période de juillet 2004 à juin 2008 (exercices budgétaires 2005-2008) propose

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Avant-propos Pour l agglomération du grand Zurich, la place bancaire revêt une importance économique et sociale tout à fait centrale. En particulier parce

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

FOCUS SUR LE SECTEUR MINIER EN MAURITANIE

FOCUS SUR LE SECTEUR MINIER EN MAURITANIE Opportunités d investissement dans le secteur minier mauritanien FOCUS SUR LE SECTEUR MINIER EN MAURITANIE 1. Introduction sur la MAURITANIE 2. Climat de l Investissement minier 3. Le potentiel MINIER

Plus en détail

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE AFRICAN DEVELOPMENT BANK GROUP IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE Steve Kayizzi-Mugerwa, économiste en chef et vice-président, Groupe de la Banque africaine de développement

Plus en détail

Budget provincial 2015

Budget provincial 2015 Budget provincial 2015 Le 26 mars 2015, le gouvernement du Québec a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines pourraient avoir un impact sur les membres de l Association

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

Environment and more GTZ Conference Funding and Financing Issues Casablanca, May 18th, 2010 Dr. Joachim Richter

Environment and more GTZ Conference Funding and Financing Issues Casablanca, May 18th, 2010 Dr. Joachim Richter Environment and more GTZ Conference Funding and Financing Issues Casablanca, May 18th, 2010 Dr. Joachim Richter 28.04.2010 0 Profile de l entreprise Project Finance International Entreprise de conseil

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER Colloque AQPER 2013 GÉRARD MOUNIER Directeur principal, Énergie et infrastructures Secteur Commercial 28 février 2013 SOMMAIRE La Banque Laurentienne

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

assurer les investissements garantir les opportunités

assurer les investissements garantir les opportunités assurer les investissements garantir les opportunités LA MISSION DE LA MIGA Promouvoir l investissement direct à l étranger dans les pays en développement pour contribuer à la croissance économique, faire

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines

Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines Note de présentation du projet de loi n 33-13 relative aux mines La législation minière actuellement en vigueur au Maroc est consacrée par le dahir du 9 rejeb 1370 (16 avril 1951) portant règlement minier.

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Saisir l occasion de maximiser l avantage de notre chaîne d approvisionnement

Saisir l occasion de maximiser l avantage de notre chaîne d approvisionnement Saisir l occasion de maximiser l avantage de notre chaîne d approvisionnement Les administrations portuaires canadiennes : moteurs d emplois, de croissance et d échanges Présentation de Wendy Zatylny présidente

Plus en détail

d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes :

d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes : Axes et priorités Les quatre enjeux deviennent les axes de développement à la base du plan d action, auxquels s ajoutent des priorités territoriales identifiées par les parties prenantes : Axe 1 - Agir

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

«Construction de maisons bois : défis et opportunités»

«Construction de maisons bois : défis et opportunités» «Construction de maisons bois : défis et opportunités» Simon Rietbergen Banque mondiale NB Cette présentation ne représente pas nécessairement la position officielle de la Banque mondiale Constat secteur

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET

ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET INTITULÉ: NUMÉRO DE SÉRIE: COMITÉ: SOUMIS PAR: LANGUE ORIGINALE: DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE DES BOIS TROPICAUX ET PRODUITS DÉRIVÉS,

Plus en détail

Présentation du Secteur Privé à Djibouti. Rapport de la Chambre de Commerce et d Industrie de Djibouti

Présentation du Secteur Privé à Djibouti. Rapport de la Chambre de Commerce et d Industrie de Djibouti Présentation du Secteur Privé à Djibouti Rapport de la Chambre de Commerce et d Industrie de Djibouti Mars 2013 Site internet : - 1 - Table des Matières 1 Généralités 1.1. Description du secteur privé

Plus en détail

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Avec plus de 50 ans d expérience dans le secteur gazier, eni est l un des premiers opérateurs de gaz naturel en Europe, où elle

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com LE FINANCEMENT DES PME : LES BUSINESS ANGELS P our placer l entreprise et l emploi au cœur de l économie de marché, du processus de plein-emploi et de justice sociale, encore faut-il avoir les moyens de

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Assemblée Générale du 28 avril 2015 Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Pour mémoire, les questions écrites, pour être recevables, doivent être adressées au Président-Directeur

Plus en détail

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint 1 2.2 Etablir un diagnostic stratégique Documents annexes au PowerPoint Document 1 Domaines concernés Exemples Facteurs politiques Politiques fiscales, budgétaire, monétaire, sociale Allègement exceptionnel

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

Planification financière. Maîtriser votre avenir financier. www.bcn.ch

Planification financière. Maîtriser votre avenir financier. www.bcn.ch Planification financière Maîtriser votre avenir financier www.bcn.ch Qu est-ce que la planification financière? Une planification financière consiste à dresser le bilan de votre situation globale actuelle

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Bulletin n o 115 Publié en avril 2015 MODIFICATIONS FISCALES BUDGET 2015

Bulletin n o 115 Publié en avril 2015 MODIFICATIONS FISCALES BUDGET 2015 Bulletin n o 115 Publié en avril 2015 MODIFICATIONS FISCALES BUDGET 2015 Les modifications fiscales suivantes ont été annoncées par le ministre des Finances du Manitoba, M. Greg Dewar, dans le Discours

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE»

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Groupe de la Banque africaine de développement The African Development Bank Group Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Présentation de Monsieur

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Gabriel Colletis Jean-Philippe Robé Robert Salais Athènes 2 Juin2015 Plan Quelques remarques

Plus en détail

Préparé par : Mathieu Gagnon, BAA, MGP. 04 mars 2015 Document : 0315-MEM-STOLT-GM Révision 0

Préparé par : Mathieu Gagnon, BAA, MGP. 04 mars 2015 Document : 0315-MEM-STOLT-GM Révision 0 MÉMOIRE présenté au Bureau d audiences publiques sur l environnement dans le cadre du projet de construction d une installation de liquéfaction de gaz naturel à Préparé par : Mathieu Gagnon, BAA, MGP 04

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

POLITIQUE MINIERE ET NEGOCIATIONS

POLITIQUE MINIERE ET NEGOCIATIONS UNITED NATIONS NATIONS UNIES AFRICAN INSTITUTE FOR ECONOMIC DEVELOPMENT AND PLANNING INSTITUT AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE PLANIFICATION (IDEP) POLITIQUE MINIERE ET NEGOCIATIONS CONTRACTUELLES

Plus en détail

LA POLITIQUE D INNOVATION CHINOISE FACE AU DÉFI DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LE CAS DES INDUSTRIES PHOTOVOLTAÏQUE ET ÉOLIENNE

LA POLITIQUE D INNOVATION CHINOISE FACE AU DÉFI DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LE CAS DES INDUSTRIES PHOTOVOLTAÏQUE ET ÉOLIENNE LA POLITIQUE D INNOVATION CHINOISE FACE AU DÉFI DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LE CAS DES INDUSTRIES PHOTOVOLTAÏQUE ET ÉOLIENNE Ecole d été RRI 2013 - Belfort, 28 août 2013 Zeting Liu Clersé / Réseau de

Plus en détail

Partenaires dans la croissance

Partenaires dans la croissance ents à valeur ajoutée Technologie de l information et des communications Bioscienc osciences Aérospatiale et défense Fabrication industrielle Bois à valeur ajoutée ents à valeur ajoutée Technologie de

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

Les opportunités d investissement au Togo

Les opportunités d investissement au Togo Les opportunités d investissement au Togo Forum Economique Afrique - Japon 10-11 Juin 2014 République du Togo 1 SURVOL DES AXES DE DEVELOPPEMENT MAJEURS DU TOGO Infrastructures : Construction et Renforcement

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DE LA SIFC SUR LE RENFORCEMENT DU COMMERCE INTRA-OCI. 30 ème SESSION DU COMCEC. 25-28 novembre 2014 Istanbul, Turquie

RAPPORT D ETAPE DE LA SIFC SUR LE RENFORCEMENT DU COMMERCE INTRA-OCI. 30 ème SESSION DU COMCEC. 25-28 novembre 2014 Istanbul, Turquie RAPPORT D ETAPE DE LA SIFC SUR LE RENFORCEMENT DU COMMERCE INTRA-OCI 30 ème SESSION DU COMCEC 25-28 novembre 2014 Istanbul, Turquie 0 Table des Matières A. APERCU DU FINANCEMENT DU COMMERCE 1. Offre de

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement Préambule Le Plan d'action africain pour l'efficacité du développement avec des priorités clés pour

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Projet de développement de l Université Mohammed VI Polytechnique

Projet de développement de l Université Mohammed VI Polytechnique Projet de développement de l Université Mohammed VI Polytechnique Octobre 2014 Le contexte de l enseignement supérieur marocain Quelques chiffres 2013 150 000 Bacheliers (38% de réussite ; 11% d une classe

Plus en détail

Accompagner, susciter et faciliter les échanges économiques et commerciaux entre la France et Bénin * Association pour la création de la CCI-FB

Accompagner, susciter et faciliter les échanges économiques et commerciaux entre la France et Bénin * Association pour la création de la CCI-FB Lancement de la CCI France-Bénin Programme -mots d accueil -présentation de la CCIFB -présentation du Bénin -opportunités d affaires au bénin -relations économiques France-Bénin -Cocktail Accompagner,

Plus en détail

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Un acteur économique résolument ouvert vers l extérieur Reconnu comme acteur majeur du commerce de produits frais au niveau international, le Marché

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

Conférence de Maputo Allocution de Christine Lagarde, directrice générale du FMI 29 mai 2014

Conférence de Maputo Allocution de Christine Lagarde, directrice générale du FMI 29 mai 2014 Conférence de Maputo Allocution de Christine Lagarde, directrice générale du FMI 29 mai 2014 Bonjour, bom dia! C est avec grand plaisir que je vous souhaite la bienvenue à cette conférence sur l Afrique.

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Qu est-ce que le commerce équitable?

Qu est-ce que le commerce équitable? FAIR TRADE RULES! Position du mouvement international du commerce équitable en vue de la VI e Conférence Ministérielle de l OMC à Hong Kong Octobre 2005 «Nous, les membres du mouvement international du

Plus en détail

OPPORTUNITES D AFFAIRES ET MITIGATION DES RISQUES AU MEXIQUE

OPPORTUNITES D AFFAIRES ET MITIGATION DES RISQUES AU MEXIQUE OPPORTUNITES D AFFAIRES ET MITIGATION DES RISQUES AU MEXIQUE Jorge A. Rave Directeur régional, Développement des marchés internationaux Mexique AVRIL 2015 QUELQUES MOTS SUR EDC Organisme de crédit à l

Plus en détail

MÉMOIRE. Vision 2025 : Du développement pour la diversification économique du Saguenay- Lac-Saint-Jean. Déposée par :

MÉMOIRE. Vision 2025 : Du développement pour la diversification économique du Saguenay- Lac-Saint-Jean. Déposée par : MÉMOIRE Vision 2025 : Du développement pour la diversification économique du Saguenay- Lac-Saint-Jean Déposée par : La Chambre de commerce du Saguenay 194, rue Price Ouest Chicoutimi, Québec G7J 1H1 30

Plus en détail

TERANGA CAPITAL. Véhicule d investissement dédié aux TPE-PME du Sénégal. Présentation à l Atelier FIDA. 5 Décembre 2014.

TERANGA CAPITAL. Véhicule d investissement dédié aux TPE-PME du Sénégal. Présentation à l Atelier FIDA. 5 Décembre 2014. TERANGA CAPITAL Véhicule d investissement dédié aux TPE-PME du Sénégal Présentation à l Atelier FIDA 5 Décembre 2014 Olivier Furdelle VISION, MISSION ET OBJECTIFS La vision de TERANGA CAPITAL est de soutenir

Plus en détail

La Banque mondiale et ses interventions. Par Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo Lomé, 17 février 2011

La Banque mondiale et ses interventions. Par Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo Lomé, 17 février 2011 La Banque mondiale et ses interventions Par Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo Lomé, 17 février 2011 Banque mondiale : Généralités Institution financière internationale, ayant

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTEXTE GÉNERAL L optimisation de la logistique des flux de matériaux de construction est une

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Intégration des réseaux et des services de transports

Intégration des réseaux et des services de transports Intégration des réseaux et des services de transports Étude financée par l Union européenne à travers l Office de coopération EuropeAid (pour l Algérie, le Maroc et la Tunisie) et le CETMO (pour la Libye

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

L industrie légère en Afrique : Politiques ciblées pour l investissement privé et l emploi

L industrie légère en Afrique : Politiques ciblées pour l investissement privé et l emploi Synthèse L industrie légère en Afrique : Politiques ciblées pour l investissement privé et l emploi Après une stagnation pendant la plus grande partie des cinq dernières décennies, l économie de l Afrique

Plus en détail