«Si vous fermez les yeux fort et que vous voyez encore quelque chose, c est que c est une bonne affiche»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Si vous fermez les yeux fort et que vous voyez encore quelque chose, c est que c est une bonne affiche»"

Transcription

1 R etour CATALOGUE DES AFFICHES «Si vous fermez les yeux fort et que vous voyez encore quelque chose, c est que c est une bonne affiche» B. Villemot

2 1 Les vaccinations mettent à l abri de nombreuses maladies contagieuses - vers 1960 Centre national d éducation sanitaire démographique et sociale Sartirana Dim. : 40 x 60 cm - A. D. 35 Variole, typhoïde, tuberculose, diphtérie, quatre maladies infectieuses assombrissent le tableau des années 50. Trois des quatre vaccins correspondants étaient obligatoires : les vaccins antidiphtérique, antivariolique et le BCG. Le typhus, une des infections à salmonella fut pratiquement éradiqué durant la décennie grâce à l amélioration de l hygiène et au développement de la vaccination préventive. Le Centre national a été créé par arrêté du 17 octobre

3 2 Grippe, n attendez pas l épidémie, faites-vous vacciner - vers 1970 Comité français d éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française Dim. : 21 x 54 cm - A. D. 35 Seconde maladie infectieuse mortelle (après la tuberculose) qui coûte chaque année plus de 1,5 milliard de francs en frais médicaux et indemnités journalières, la grippe touche en moyenne 7 % des Français. C est pourquoi, tous les automnes, la vaccination est recommandée en particulier aux personnes les plus exposées : personnes âgées mais aussi adultes présentant des affections cardiaques et respiratoires chroniques, diabétiques et cirrhotiques. Dans les années 60, les tout premiers vaccins virent le jour mais les résultats ne furent pas toujours concluants. C est au cours de la décennie suivante que des campagnes à grande échelle apparurent. 3 N oubliez pas la vaccination de rappel polio Comité d éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française Dim. : 21 x 54 cm - A. D. 35 En 1956, plusieurs années après celui de l américain Salk, le vaccin antipoliomyélite français (mis au point par P. Lépine de l Institut Pasteur), est diffusé sur simple prescription médicale. Cependant, pour diverses raisons économiques, il va être prescrit aux seuls enfants de 6 à 10 ans, groupe d âge le plus exposé aux conséquences de cette maladie. Dix ans après, malgré l obligation de la vaccination (1964) à peine plus de la moitié de la population des 0-30 ans avait été vaccinée et le pays comptait le plus grand nombre de cas déclarés en Europe : 286 (contre 45 par exemple en RFA). Ce constat explique les grandes campagnes sur la vaccination et les rappels antipoliomyélites de la fin des années

4 4 SOS Tuberculose : chaque année nouveaux cas, morts Comité d éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française, Institut Pasteur, Comité national de défense contre la tuberculose Dim. : 77,5 x 57 cm - A. D. 35 Alors que l on célèbre le centenaire de la mort de Louis Pasteur, il n est pas inutile de rappeler que l Institut Pasteur, fondé en 1888, a largement participé à la lutte contre la tuberculose. Ce sont notamment deux pasteuriens, Calmette et Guérin qui mirent au point en 1921 le BCG, bacille tuberculeux bovin atténué utilisé pour la vaccination antituberculeuse : la loi du 5 janvier 1950 la rendit obligatoire pour tous les sujets de moins de 25 ans. 5 Il faut choisir Ligue nationale française contre le cancer Nicolitch Dim. : 40 x 60 cm Coll. F. Mansotte L alternative, ici représentée sous forme illustrée, est un argument souvent employé pour amener le public à faire le choix de la bonne santé. 6 Apprenez le geste de sécurité - [s.d.] Comité national d éducation sanitaire et sociale D. Orcel Dim. : 57 x 37,5 cm - A. D. 35 Les accidents domestiques ont toujours été difficiles à chiffrer : dans les années 70, on estime que 40 % des accidents graves chez l enfant de 1 à 4 ans surviennent à la maison. Selon les spécialistes, on peut abaisser ces statistiques. Pour cela, il faut d abord informer les parents sur des dangers précis (ici, le risque d empoisonnement par l absorption d eau de Javel) en appliquant une série de règles de prudence élémentaire souvent méconnues ( lever le bras par exemple afin de mettre hors de portée des enfants, les produits dangereux) et amener l enfant à assurer lui-même sa sécurité. 37

5 7 Surveillons nous!... en bien ou en mal... ils nous imitent - vers 1957 Institut national de la sécurité Le Guillerm Dim. : 30 x 40 cm - A. D. 35 L exemple de cette affiche des années 50 prouve que l éducation sanitaire entendait intervenir partout où la réglementation ne pouvait agir en rappelant au public quelques règles élémentaires, objets ni de lois, ni de prescriptions réglementaires. 8 Mais pourquoi faites vous tant de bruit? - vers 1967 Comité d éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française Yves Jobert Dim. : 35 x 59 cm - A. D. 35 A la fin des années 50, la Ligue française contre le bruit, animée par les docteurs Trémolières et Bresson, s était fixée comme but d accueillir les plaintes des victimes du bruit véritable danger social et rançon du progrès matériel pour faire pression sur les pouvoirs publics et le Parlement. 38

6 SPADEM, Le lait de la mère appartient à l enfant - vers 1955 Centre interdépartemental d éducation démographique et sociale André Wilquin Dim. : 51,5 x 22 cm - A. D. 35 Dans les années 50, le sevrage précoce, facteur de morbidité et de mortalité, est un crime pour certains médecins. Dans les années 60, on se contentera d encourager l allaitement maternel en informant les jeunes mères et en versant des primes d allaitement. 10 Croissance, santé et comportement de bébé seront périodiquement contrôlés et médicalement surveillés Centre régional d éducation sanitaire et sociale de Lille Dim. : 29,5 x 39,5 cm - A. D. 35 Cette affiche fait partie d une série de 11 documents illustrés avec slogans commandés par le Centre régional d éducation sanitaire et sociale de Lille qui furent affichés en 1968 dans les caisses primaires d assurance maladie, les caisses d allocations familiales, les centres sociaux et les dispensaires de la région. 39

7 11 Protège-moi... vaccine-moi Comité français d éducation pour la santé Dim. : 48 x 62 cm - A. D. 35 L illustration et le slogan reprennent ceux d une affiche en noir et blanc des années A une différence près : l enfant est ici de face et non plus de dos. 12 Pour conserver la santé, il faut la propreté - vers 1955 Centre interdépartemental d éducation sanitaire, démographique et sociale Dim. : 39,5 x 59,5 cm - A. D. 35 Dans les années 50, éducateurs sanitaires, médecins et enseignants s étaient unis pour lutter contre le manque d hygiène des enfants scolarisés. On pensait ainsi modifier les comportements individuels mais aussi collectifs à l intérieur de la cellule familiale, en inculquant à l écolier les principes hygiéniques résumés dans les trois courtes phrases suivantes : Qui dit santé dit hygiène, Qui dit hygiène dit air et propreté, Qui dit propreté dit eau. 40 SUITE

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes De très nombreux microorganismes existent dans notre environnement. Certains sont inoffensifs, d'autres sont pathogènes, ils peuvent entraîner

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Session 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES Durée : 3 heures Coefficient : 7 L usage de la calculatrice n est

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE. TOXIQUE PLANÈTE Le scandale invisible des maladies chroniques. Par André CICOLELLA. Contact presse :

DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE. TOXIQUE PLANÈTE Le scandale invisible des maladies chroniques. Par André CICOLELLA. Contact presse : DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE TOXIQUE PLANÈTE Le scandale invisible des maladies chroniques Par André CICOLELLA Contact presse : Pauline Berthellemy Chargée de communication p.berthellemy@ reseau-environnement-sante.net

Plus en détail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail

Par. France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Par France Arbour, infirmière, Service de santé, sécurité et mieux être au travail Catherine Martel, conseillère en soins infirmiers, service de la formation 29 novembre 2012 » Présentation des animatrices»

Plus en détail

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats Vacciner protège Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats 2 VACCINER PROTÈGE Les vaccins sont-ils vraiment nécessaires? La réponse est clairement OUI! On voit encore et toujours des chats

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

Menaces pour la santé publique mondiale

Menaces pour la santé publique mondiale page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2007) les Menaces pour la santé publique mondiale Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - La sécurité de la santé publique mondiale dépend des actions

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés

Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés Dj.Arhab S.Chikhi Service de pédiatrie CHU de Tizi-ouzou - Algérie INTRODUCTION Dans le monde la tuberculose : maladie d actualité et

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES VOSGES 130 J

ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES VOSGES 130 J ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES VOSGES 130 J FONDS DE LA FÉDÉRATION VOSGIENNE DES SOCIÉTES D HYGIÈNE SOCIALE ET DE PRÉSERVATION ANTITUBERCULEUSES DES VOSGES (1921-1953) Répertoire numérique détaillé établi

Plus en détail

Le Document Unique Présentation du 10 juin 2010

Le Document Unique Présentation du 10 juin 2010 Le Document Unique Présentation du 10 Docteur Jean GRONDIN Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité I. Le document unique 1) Les acteurs concernés 2) Les aspects réglementaires

Plus en détail

Entre prévenir et guérir ou Comment l immunité fait la santé. Santé et immunité. Société d écologie humaine Marseille, 7 novembre 2008

Entre prévenir et guérir ou Comment l immunité fait la santé. Santé et immunité. Société d écologie humaine Marseille, 7 novembre 2008 Entre prévenir et guérir ou Comment l immunité fait la santé Santé et immunité Société d écologie humaine Marseille, 7 novembre 2008 (Annie Marie MOULIN) 1 La médecine antique reposait sur deux idées essentielles

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES

DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES N DSSA/DSA Rabat le, 13/08/09 CODE DE PROCEDURE POUR LE CONTROLE PAR VACCINATION

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015 DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015 Dossier de presse septembre 2015 2 SOMMAIRE Merial, un leader mondial en santé animale Merial en chiffres Merial en France La santé animale au cœur des enjeux alimentaires

Plus en détail

ARCHIVES MUNICIPALES D ANGERS FICHE DE RECHERCHE LE BUREAU MUNICIPAL D HYGIENE SOURCES A CONSULTER AUX ARCHIVES MUNICIPALES D ANGERS

ARCHIVES MUNICIPALES D ANGERS FICHE DE RECHERCHE LE BUREAU MUNICIPAL D HYGIENE SOURCES A CONSULTER AUX ARCHIVES MUNICIPALES D ANGERS ARCHIVES MUNICIPALES D ANGERS FICHE DE RECHERCHE LE BUREAU MUNICIPAL D HYGIENE SOURCES A CONSULTER AUX ARCHIVES MUNICIPALES D ANGERS SOURCES MANUSCRITES *Sous-série 1 D : Registres de délibérations du

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

Foire aux questions concernant les prestations Frequently Asked Questions (FAQ)

Foire aux questions concernant les prestations Frequently Asked Questions (FAQ) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Foire aux questions concernant les prestations Frequently Asked Questions

Plus en détail

DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD

DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD Gérer la MPOC DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD Je sais que j aurai toujours la MPOC. Que puis-je faire pour la gérer? La MPOC est une maladie chronique, c est-à-dire qu elle ne se guérit pas. Il existe

Plus en détail

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Vaccination et Grossesse Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Objectifs 1-Enoncer la problématique de la vaccination au cours de la période gravido-puerpérale 2-Citer les 4 groupes de vaccins définis à partir

Plus en détail

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen MODALITES D ENQUETE DE DEPISTAGE AUTOUR DUN CAS DE TUBERCULOSE DECLARE EN COLLECTIVITE DE PERSONNES AGEES Maisons de retraite et EHPAD du Calvados Réunion du :20/11/2007

Plus en détail

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves

IMPFDIENST. Brochure d information pour les parents et les élèves IMPFDIENST Brochure d information pour les parents et les élèves Service des vaccinations Chers parents, chers élèves, Le service des vaccinations effectue des vaccinations à intervalles de deux ans dans

Plus en détail

Situation 1 : LA VICTIME PRÉSENTE UNE PLAIE SIMPLE

Situation 1 : LA VICTIME PRÉSENTE UNE PLAIE SIMPLE Reconnaître une situation d urgence Connaître les règles de base pour porter secours Situation 1 : LA VICTIME PRÉSENTE UNE PLAIE SIMPLE Minimum à savoir (enseignant) Définition : La plaie est une lésion

Plus en détail

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Entre médecine humaine et médecine vétérinaire: l usage et l abandon de la vaccination dans la prophylaxie de la tuberculose

Plus en détail

Lutte contre les comportements à risques et les addictions

Lutte contre les comportements à risques et les addictions Lutte contre les comportements à risques et les addictions Prévention des accidents liés aux consommations :Violences sexuelles et IST Dr Frédérique Guillet-May. Pôle Régional d accueil des victimes d

Plus en détail

Se faire vacciner en pharmacie une procédure simple, sûre et sans complication

Se faire vacciner en pharmacie une procédure simple, sûre et sans complication No. 61 09.2013 dosis Informations relatives à la politique de santé Berne, septembre 2013 61 Se faire vacciner en pharmacie une procédure simple, sûre et sans complication Au bon moment, au bon endroit

Plus en détail

N 1262 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1262 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1262 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 juillet 2013. PROPOSITION DE LOI visant à lutter contre les abus

Plus en détail

POINTE-AUX-TREMBLES ET MONTRÉAL-EST

POINTE-AUX-TREMBLES ET MONTRÉAL-EST Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier POINTE-AUX-TREMBLES ET MONTRÉAL-EST Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services

Plus en détail

1887-2006. Près de 120 ans de recherches dans le domaine biomédical

1887-2006. Près de 120 ans de recherches dans le domaine biomédical 1887-2006 Près de 120 ans de recherches dans le domaine biomédical 1 Plan Fondation Institut Pasteur : Historique L Institut Pasteur aujourd hui Budget et sources de financement Focus sur les Financements

Plus en détail

Table des matières. I Introduction...3 A) Contexte...3. B) Objectifs...3. C) Public cible...3. D) Déroulement de l action...4. E) Méthodologie...

Table des matières. I Introduction...3 A) Contexte...3. B) Objectifs...3. C) Public cible...3. D) Déroulement de l action...4. E) Méthodologie... Délégation Territoriale d Indre-et-Loire Antenne territoriale 37 Conférence-débat «Perception de la vaccination, les mots pour (se) convaincre» Le 28 mars 2012 Dans le cadre de la Semaine Européenne de

Plus en détail

Vaccination des enfants et des adolescents

Vaccination des enfants et des adolescents Information letter from the Norwegian Institute of Public Health No. 3 National vaccination programme in Norway French Last updated May 2010 www.fhi.no/publ/infoletter Vaccination des enfants et des adolescents

Plus en détail

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE INFORMATION aux PARTENAIRES SOCIAUX et MEDICO SOCIAUX CPMI PASS Miséricorde CAEN 12 Octobre 2011 ARS BN Dr Salaün Marie-Anne, médecin coordinateur Fanny Appia,interne en médecine

Plus en détail

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains Se faire vacciner, se laver les mains : 2 gestes essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses. C est décidé, je vais sauver le monde!...commence

Plus en détail

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix- Travail- Patrie -------------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE -------------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace- Work- Fatherland -------------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 9 Services de soutien à domicile 11 Services pour

Plus en détail

Rencontres des métiers de la santé

Rencontres des métiers de la santé Rencontres des métiers de la santé Strasbourg le 25 mai décembre 2010 La gestion des risques sanitaires d origine infectieuse Exemple pandémie grippale AH1N1 R.Noto Société francaise de médecine de catastrophe

Plus en détail

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition MERCIER-EST ET ANJOU 2002/2003

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition MERCIER-EST ET ANJOU 2002/2003 Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier MERCIER-EST ET ANJOU Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services sociaux a pour

Plus en détail

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016

UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES DEUX-SEVRES FORMATIONS 2016 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES 05 46 27 96 96 Organisme de formation enregistré sous le n 541 701 203 17 UNA CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES

Plus en détail

Les freins à la vaccination. Comment Agir? Communication engageante et changement de comportement

Les freins à la vaccination. Comment Agir? Communication engageante et changement de comportement Les freins à la vaccination. Comment Agir? Communication engageante et changement de comportement Fabien Girandola Aix-Marseille Université Laboratoire de Psychologie Sociale fabien.girandola@univ-amu.fr

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

Société Française de Médecine Générale www.sfmg.org

Société Française de Médecine Générale www.sfmg.org EUROPEAN NETWORK FOR PREVENTION AND HEALTH PROMOTION www.europrev.org Société Française de Médecine Générale www.sfmg.org E T U D E E U R O P R E V I E W V O L E T P A T I E N T S 1 Brochure d information

Plus en détail

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ;

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ; Délibération n 2010-53 du 1 er mars 2010 Refus d assurance âge recommandation Un assureur refuse de couvrir le risque chômage au-delà de 55 ans. Interrogé par la haute autorité, il explique que cette situation

Plus en détail

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO - 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO Association Polio Québec Visitez notre site internet : www.polioquebec.org Appelez-nous : 514-489-1143 / 1-877-765-4672 Écrivez-nous : association@polioquebec.org

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1 Mieux protéger autour de la naissance Crédits photos : Fotolia - FRAN000000093 FR00825 - Juillet 2013 Les vaccinations de la maman, du bébé et de son entourage D après le calendrier vaccinal 2013 1 drier

Plus en détail

VOUS TRAVAILLEZ AVEC DES ENFANTS PROTEGEZ-VOUS DES RISQUES PROFESSIONNELS!

VOUS TRAVAILLEZ AVEC DES ENFANTS PROTEGEZ-VOUS DES RISQUES PROFESSIONNELS! VOUS TRAVAILLEZ AVEC DES ENFANTS PROTEGEZ-VOUS DES RISQUES PROFESSIONNELS! Prévenir les affections touchant votre dos, votre nuque, vos épaules, vos bras et vos mains, ainsi que vos genoux. Prévenir les

Plus en détail

SECTEUR DU CLSC PIERREFONDS

SECTEUR DU CLSC PIERREFONDS Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier SECTEUR DU CLSC PIERREFONDS Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services sociaux

Plus en détail

RECOURS CONTRE DÉCISION SUR OPPOSITION

RECOURS CONTRE DÉCISION SUR OPPOSITION RECOURS CONTRE DÉCISION SUR OPPOSITION Michel Mégard, avenue du Gros-Chêne 34, 1213 Onex contre l assurance maladie, en l occurrence : ASSURA, avenue Charles-Ferdinand Ramuz 70, 1009 Pully concernant la

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

LA FIÈVRE Q COMMENT SE POSITIONNE LE S.I.I.N. SCIENTIFIC INSTITUTE FOR INTELLIGENT NUTRITION?

LA FIÈVRE Q COMMENT SE POSITIONNE LE S.I.I.N. SCIENTIFIC INSTITUTE FOR INTELLIGENT NUTRITION? LA FIÈVRE Q COMMENT SE POSITIONNE LE S.I.I.N. SCIENTIFIC INSTITUTE FOR INTELLIGENT NUTRITION? 1 SOMMAIRE 1. États des lieux des connaissances.... 3 1.1. Quelques définitions... 3 1.2. Avis des différentes

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

AGIR CONTRE LA VIOLENCE POLITIQUE

AGIR CONTRE LA VIOLENCE POLITIQUE AGIR CONTRE LA VIOLENCE POLITIQUE Novembre 2012 Politique Les objectifs de la politique Faire connaître la position de l école concernant la violence et l intimidation au personnel, aux élèves, aux parents

Plus en détail

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009

REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1. Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 REUNION INFORMATION GRIPPE A/H1N1 Docteur Nicole FILY IMTMO Bretagne 24 septembre 2009 NATURE DU RISQUE GRIPPAL La grippe est une infection respiratoire aigue -Très contagieuse -Due à un virus influenzae

Plus en détail

Recommandation de synthèse du CNSR au ministre de l Intérieur

Recommandation de synthèse du CNSR au ministre de l Intérieur Recommandation de synthèse du CNSR au ministre de l Intérieur Le ministre a saisi le CNSR afin de recueillir son avis sur les mesures visant à réduire la mortalité routière de moitié entre 2010 et 2020.

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

LISTE DES MENTIONS DE DANGER

LISTE DES MENTIONS DE DANGER Règlement CLP : mentions de danger, informations additionnelles sur les dangers, éléments d étiquetage/informations supplémentaires sur certaines substances et certains mélanges LISTE DES MENTIONS DE DANGER

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

P our qu un système d organisation

P our qu un système d organisation Formations des intervenants sanitaires en apiculture en France par Monique L HOSTIS P our qu un système d organisation sanitaire fonctionne, il est indispensable de disposer d acteurs de terrain ayant

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. CYD14 study

COMMUNIQUE DE PRESSE. CYD14 study COMMUNIQUE DE PRESSE CYD14 study Le candidat vaccin dengue développé par Sanofi Pasteur passe avec succès la dernière étape de l étude d efficacité clinique de phase III conduite en Amérique latine - La

Plus en détail

Introduction. 1 Enjeux en santé et sécurité au travail

Introduction. 1 Enjeux en santé et sécurité au travail Introduction La santé et la sécurité au travail sont, aujourd hui, l objet d enjeux très importants en termes d accidents du travail et de maladies professionnelles dont nous rappellerons les définitions.

Plus en détail

Contrôle du salarié en arrêt maladie

Contrôle du salarié en arrêt maladie Gérer les absences Contrôle du salarié en arrêt maladie Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à cette fiche actualisée

Plus en détail

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN Cette brochure gratuite a été réalisée par «Liège Province Santé» de l O.M.S. sur base d un texte scientifique du Professeur André SCHEEN, Professeur de Médecine, Université de Liège, Chef de Service du

Plus en détail

Souffle. édito. Tuberculose : toujours là, toujours mortelle N 60. Bulletin de liaison des amis du Comité contre les Maladies Respiratoires

Souffle. édito. Tuberculose : toujours là, toujours mortelle N 60. Bulletin de liaison des amis du Comité contre les Maladies Respiratoires Bulletin de liaison des amis du Comité contre les Maladies Respiratoires Souffle la lettre du NOVEMBRE 2010 N 60 P 2-6 p2-3 p4 p5 p6 Notre grand dossier La tuberculose Qu est-ce que la tuberculose? Tuberculose

Plus en détail

Protocole de prévention et de contrôle de la tuberculose, 2008

Protocole de prévention et de contrôle de la tuberculose, 2008 Protocole de prévention et de contrôle de la tuberculose, 2008 Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée en vertu

Plus en détail

Fiche pédagogique + Annexes 1 et 2. Jeu de la transmission (source e.bug)

Fiche pédagogique + Annexes 1 et 2. Jeu de la transmission (source e.bug) Fiche pédagogique + Annexes 1 et 2 Jeu de la transmission (source e.bug) Objectif Moyens matériels Moyens humains Durée : 45 mn Montrer, à l aide d une simulation, comment la vaccination peut limiter la

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6. II - Les demandes des apiculteurs p 7

SOMMAIRE. I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6. II - Les demandes des apiculteurs p 7 1 SOMMAIRE Le Frelon asiatique Vespa velutina Bref rappel p 4 I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6 II - Les demandes des apiculteurs p 7 III - L UNAF lance un appel aux

Plus en détail

Je protège mon cerveau

Je protège mon cerveau Je protège mon cerveau en soignant mon hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle De très bonnes nouvelles L augmentation du nombre de patients traités

Plus en détail

LES PROGRES MEDICAUX et CHIRURGICAUX depuis 1914, à partir de l'exposition du Musée de la Résistance

LES PROGRES MEDICAUX et CHIRURGICAUX depuis 1914, à partir de l'exposition du Musée de la Résistance LES PROGRES MEDICAUX et CHIRURGICAUX depuis 1914, à partir de l'exposition du Musée de la Résistance Lien avec les programmes d'histoire de Troisième, partie 1 : Un siècle de transformations scientifiques.

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

La grippe, c est pas un cadeau! La grippe. se traduit par une. Faites-vous vacciner, pour la protection de tous

La grippe, c est pas un cadeau! La grippe. se traduit par une. Faites-vous vacciner, pour la protection de tous 6 La grippe se traduit par une fièvre soudaine, une toux sèche, des douleurs musculaires et un malaise généralisé important qui dure de cinq à sept jours. Différentes rumeurs circulent. Elles vous font

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES

OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES OBLIGATION D INFORMATION DU MEDECIN DANS LA JURISPRUDENCE RECENTE MOYEN D INDEMNISER LES VICTIMES A l occasion de l exercice de sa profession, le médecin est soumis aux obligations définies par la loi,

Plus en détail

Introduction. La gestion locale des risques. Christian JEANDEMANGE. Bernard SACQUEPEE. Jean-Luc WYBO. Animateur, Lieutenant-colonel, ENSOSP

Introduction. La gestion locale des risques. Christian JEANDEMANGE. Bernard SACQUEPEE. Jean-Luc WYBO. Animateur, Lieutenant-colonel, ENSOSP Introduction Animateur, Lieutenant-colonel, ENSOSP L atelier s appuiera sur une expérience dans la commune de Wickerschwihr (Alsace) qui a mobilisé la population sur les conduites à adopter en cas de secousses

Plus en détail

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT CYCLES 2 et 3 Reconnaître une situation d urgence Connaître les règles de base pour porter secours Minimum à savoir (enseignant) Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT Définition : On observe une

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

l influenza Prenez en grippe! L influenza se traduit par une fièvre soudaine, une toux sèche, des douleurs musculaires Faites-vous vacciner,

l influenza Prenez en grippe! L influenza se traduit par une fièvre soudaine, une toux sèche, des douleurs musculaires Faites-vous vacciner, 6 L influenza se traduit par une fièvre soudaine, une toux sèche, des douleurs musculaires et un malaise généralisé important qui dure de cinq à sept jours. Différentes rumeurs circulent. Elles vous font

Plus en détail

Mon enfant est malade

Mon enfant est malade Mon enfant est malade repères pour reconnaître et comprendre la maladie agir et soulager mon enfant savoir quand et où consulter Guide élaboré grâce à la collaboration de médiateurs socioculturels, de

Plus en détail

N 4334 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2012

N 4334 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE. Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2012 N 4334 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2012 RAPPORT D INFORMATION DÉPOSÉ en application de l article

Plus en détail

La grippe «notre meilleure ennemie» est une zoonose. Dr Yves Moreau Directeur scientifique

La grippe «notre meilleure ennemie» est une zoonose. Dr Yves Moreau Directeur scientifique La grippe «notre meilleure ennemie» est une zoonose Dr Yves Moreau Directeur scientifique Virus grippal en microscopie électronique ou influenza del fredo Un virus changeant : Trois types : A Très instable

Plus en détail

ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE

ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE ATTENTION LES IMAGES QUI VONT SUIVRE VONT VOUS FAIRE CHANGER DE COMPORTEMENT SUR LA ROUTE ON A TOUS UNE BONNE RAISON DE RESTER VIVANTS La nouvelle campagne de sensibilisation de l association Prévention

Plus en détail

QUI VA PAYER L ADDITION CE W-E?

QUI VA PAYER L ADDITION CE W-E? QUI VA PAYER L ADDITION CE W-E? CAMPAGNE DE SÉCURITÉ ROUTIÈRE EN WALLONIE Durant 4 mois de mai à août 2013, la Wallonie sensibilisera les conducteurs aux risques d accidents le week-end à travers la nouvelle

Plus en détail

V - Comment faites-vous? Pour chaque situation, rédigez une explication sur votre façon de procéder.

V - Comment faites-vous? Pour chaque situation, rédigez une explication sur votre façon de procéder. TP ph 4 Univers Sécurité au laboratoire! Attention! Un produit chimique ne doit pas être senti, goûté, touché! Objectifs du T.P. : Appliquer les indispensables règles de sécurité de la personne. Découvrir

Plus en détail

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4

M É D E C I N E Un Suisse sur cinq boit trop huard. C N 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 M É D E C I N E N. Chuard 5 2 A L L E Z S A V O I R! / N 3 0 O C T O B R E 2 0 0 4 Un Suisse sur cinq boit trop Deux verres par jour, ça va encore; au-delà, bonjour les dégâts! Sans être alcooliques, les

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

Prévention de la mort subite du nourrisson

Prévention de la mort subite du nourrisson Prévention de la mort subite du nourrisson Sommaire Introduction... 3 Tabagisme pendant la grossesse... 4 Tabagisme après la naissance de l enfant... 6 Position de couchage... 8 Température de la chambre

Plus en détail

Thème I : Ménages et consommation. Chapitre I : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Thème I : Ménages et consommation. Chapitre I : Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Thème I : Ménages et consommation Introduction au thème : «L obésité : la maladie des pauvres?» Extrait de Complément d enquête 17/04/2010. http://www.dailymotion.com/video/xczkkp_obesite-la-maladie-des-pauvres_news#.uo12g-rdpmk

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc

Situation sanitaire. en Nouvelle-Calédonie. www.dass.gouv.nc Situation sanitaire en Nouvelle-Calédonie 2012 www.dass.gouv.nc Les comptes de la santé Source: service de la protection sociale III.1. Présentation La délibération modifiée n 490 du 11 août 1994 portant

Plus en détail

BWC/CONF.V/3/Add.4 15 novembre 2001. FRANÇAIS Original: CHINOIS/ANGLAIS. Genève, 19 novembre 7 décembre 2001

BWC/CONF.V/3/Add.4 15 novembre 2001. FRANÇAIS Original: CHINOIS/ANGLAIS. Genève, 19 novembre 7 décembre 2001 CINQUIÈME CONFÉRENCE DES ÉTATS PARTIES CHARGÉE DE L EXAMEN DE LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES

Plus en détail

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs La réforme du congé parental prévue initialement Lors du vote

Plus en détail

MALI ENQUÊTE PAR GRAPPES À INDICATEURS MULTIPLES MICS RÉSUMÉ

MALI ENQUÊTE PAR GRAPPES À INDICATEURS MULTIPLES MICS RÉSUMÉ MALI ENQUÊTE PAR GRAPPES À INDICATEURS MULTIPLES MICS 2010 RÉSUMÉ L Enquête par Grappe à Indicateurs Multiples du Mali a été réalisée en 2009-2010 par la Cellule de Planification et de Statistique du Ministère

Plus en détail

INFORMATIONS GENERALES

INFORMATIONS GENERALES POLE SANTE NATIONAL 17 novembre 2009 DEFINITIONS LA CONTAGION est la TRANSMISSION D UNE MALADIE par contact avec un sujet malade. Toutes les maladies ne sont pas contagieuses (par exemple le diabète n

Plus en détail